AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme un compte à rebours, qui sonne, qui sonne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarBeorc


Messages : 268

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
87/100  (87/100)

MessageSujet: Comme un compte à rebours, qui sonne, qui sonne.   Ven 12 Mai - 19:51

La patrouille revenait finalement à Mélior, après tout ce temps perdu en chevauchée vers Begnion. Certes, le bien-être des populations passait aussi par la présence d'un haut-gradé dans les campagnes, où la justice devait faire son office aussi bien que dans la capitale, pourtant Mysti ne cessait de penser à Sothe, à son sacrifice. Et tandis que les sorciers demeuraient impunis, au lieu de s'entraîner il se trouvait réduit à faire de longs détours.

Conscient de son impatience, Astero força un peu le retour, suivi par les autres chevaux et les soldats satisfaits de rentrer plus tôt que prévu pour souffler. Mysti s'occupa lui-même de sa monture, ainsi que de Fraise qu'il rejoignit un moment dans son pré. Les deux équidés s'entendaient bien et cela lui mettait un peu de baume au cœur dans cette période de troubles.

"Il faut que je me calme..."

Malgré tous ses efforts pour se contrôler, le mage sentait une sourde colère gronder en lui. La déception et l'impuissance de n'avoir rien fait, rien pu faire pour sauver le roi de Daein, tendaient à le rendre nerveux.
Il se rendit dans les bureaux de renseignements de l'armée, où sur sa demande on compila les dernières informations sur Famine et sur War. Bien évidemment, on avait perdu trace de l'une comme de l'autre, peu de temps après les altercations auxquelles Mysti avait lui-même participé.

"Pour Peste je pourrais comprendre, sa capacité à masquer sa présence est incroyable, mais les deux autres... Comment peut-on disparaître en laissant une traînée de cadavres derrière soi, et avec une immense wyvern décharnée ?
-Désolé général... Nous n'avons rien d'autre à nous mettre sous la dent nous non plus... Famine s'est probablement envolée, au sens propre du terme, et War... eh bien le désert est assez volatile...
-Je craignais qu'on me réponde ceci. Continuez à faire de votre mieux."

Il encouragea ses pairs les plus proches d'une tape amicale sur l'épaule, puis quitta les bureaux en direction des aires d'entraînements. La nuit approchait et la plupart quittait les différentes salles mises à disposition des corps d'armées, mais on entendait encore ici et là le fracas d'une lame, le grincement d'un mannequin réduit en charpies par un sort ou le sifflement des flèches parcourir le vide. L'heure ne se prêtait pas à commencer une série d'exercices, aussi le chevalier passa-t-il observer les uns et les autres, comme un lion en cage n'attendant que l'occasion de se défouler.
Lassé après une vingtaine de minutes, il rentra au palais, dans ses appartements, ne parvint pas à tenir suffisamment en place pour se dire qu'un bain lui ferait du bien. Il opta donc pour l'entretien de ses armures -d'apparat et de combat-, d'Iridescence, puis recommença à tourner. Son regard tomba alors sur l'étui de l'instrument dont il n'avait plus joué depuis quelques semaines : un violon qui l'accompagnait depuis que sa mère avait tenu à ce qu'il s'initiât à un art de son choix. La musique détendrait peut-être ses nerfs.


Avec des gestes sûrs et précautionneux, il s'empara du violon et l'accorda, puis se hasarda à aller s'installer sur le balcon malgré la fraîcheur des soirées d'hiver. Les rares passants et les gardes entendirent alors une musique lente et apaisante se répandre dans la rue au-dessus, quoique avec une ou deux fausses notes au début, le temps de reprendre l'habitude. Mysti se forçait à rester dans un rythme délassé, à promener son archet sur les cordes à la même vitesse que des flocons tombaient sur le sol. Il réalisa alors qu'il neigeait, mais le feu qui couvait en lui lui permettait de ne pas trop ressentir le froid. Une certaine langueur le calma alors et, même s'il savait qu'il aurait besoin de se dépenser le lendemain, il put enfin aller se reposer après une petite heure de jeu tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarBeorc


Messages : 268

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
87/100  (87/100)

MessageSujet: Re: Comme un compte à rebours, qui sonne, qui sonne.   Ven 2 Juin - 12:31

Ce n'était pas la lune qui baignait les rues de Mélior dans lesquelles il s'avançait, mais plutôt un soleil pâle, blafard même, aux rayons passés sous un filtre gris. Les rues d'ordinaire animées gardaient le silence, le bruit ambiant étouffé comme par de l'ouate. Pas après pas, le chevalier sentit son cœur se serrer. Face à lui se tenaient des figures connues, malheureusement : Griffin et Sothe, ainsi que des soldates et leurs pégases, et d'autres plus vieux encore. Il marchait au milieu d'eux sans s'arrêter, et chacun le regardait avec tristesse. Ô, comme ils auraient voulu vivre plus longtemps, dans le monde en paix qu'il tentait chaque jour de bâtir.
Devant le palais, une main sur son épaule l'arrêta. Il ne se retourna pas mais sut instinctivement qu'il s'agissait de Yune. Si elle se trouvait là en personne, c'est qu'une chose terrible l'attendait. Néanmoins il ne s'arrêta pas longtemps, ne pouvait se le permettre.

"Vos morts ne seront pas vaines mes amis."

Apparus soudain autour, des villageois de Criméa, de Daein, de Begnion, des laguz, des Marqués. Ils pleuraient mais rayonnaient en même temps, ces vivants qu'il avait fait serment de protéger. Les poings serrés, Mysti avança, poussa les portes du palais. Ici, ténèbres et corruption suintaient des murs, et la lumière n'entrait que via le faible halo des torches suspendues sur les côtés. Il parcourut le trajet familier jusqu'aux trônes d'Elincia et Geoffrey, mais ce ne fut pas eux qu'il vit.
Sortant de l'ombre, il vit les traîtres de War, son sourire hideux plein de défi. Elle occupait la place de sa reine. Il se mit à craindre alors... A son côté, en lieu et place du général principal des armées, le rictus de Peste, son rire arrogant.

"Voilà le cancrelat qui nous divertit.
-Le tuerons-nous aujourd'hui ?
-Pas encore, pas encore... Il doit d'abord perdre ceux qu'il aime.
-Lui, et tous les souverains. Vous devez tout perdre.
-Vous perdrez tout."

Tétanisé, livide, il vit des "chiens" s'avancer depuis l'arrière des trônes, leurs corps atrocement détériorés par la maladie. De véritables morts ambulants. War pointa une alcôve du doigt, dans l'ombre. Le général suivit son mouvement et tourna la tête. Soudain un nouveau flambeau s'illumina, et il vit Isaak entre les mâchoires de la wyvern décharnée, Blaze au sol, au bout de la lance sarcophage de Famine, et la sorcière qui se délectait de sa souffrance.
Elle retira son arme, la pointe ensanglantée, et la pointa alors vers Mysti.

"Tu seras le prochain !"

Paralysé, le Criméan la vit lever sa lance, la projeter dans sa direction.

"NON !"

Il se redressa violemment, ferma les yeux à cause de la soudaine lumière. En nage, il prit le temps de récupérer son souffle avant de se calmer. Le petit jour filtrait à travers les rideaux de sa chambre, où aucune sorcière ne l'attendait. Par réflexe, il passa les doigts sur la fine ligne qui constituait le dernier souvenir laissé par Famine sur son flanc, puis l'autre à son épaule de la part de Peste.

"Calme-toi mon grand... Cela n'arrivera plus. Tu te battras pour que cela n'arrive plus."

Il demeura encore un moment entre les draps, puis se résolut à aller se raser, faire sa toilette et s'habiller. Toutefois, la tension dans ses muscles ne voulut pas se dissiper. Il revoyait encore ses amis, les uns tombés au combat et si tristes, les autres souffrant par sa faute aux mains des créatures. Tentant de renouveler la thérapie de la veille, il s'empara de son violon et songea qu'il valait mieux laisser son état d'esprit jouer que de réfléchir à un véritable morceau...


Si le début annonçait un relâchement de ses idées noires, il ne tarda pas à s'activer sur ses cordes de manière rapide et tendue. En contrebas les habitants applaudirent sa maîtrise de l'instrument et la vivacité avec laquelle il pinçait les cordes, mais Mysti n'avait nulle joie à les entendre ainsi l'encourager. Il revoyait les images de son cauchemar, ce sinistre futur qu'il devait à tout prix éviter.
Réalisant qu'il ne faisait que se rendre plus anxieux encore, il finit par cesser la musique et se rendit à la caserne avec Iridescence. Un moyen bien plus simple pour ne plus penser aux responsabilités immenses qui pesaient sur ses épaules consistait à les combattre, au sens figuré mais un peu aussi au sens propre. Plutôt que de se rendre sur l'aire d'entraînement réservée aux mages, il s'invita dans les salles d'exercice des bretteurs, où le fracas des épées lui rappela qu'il avait des camarades, et que cela faisait un bon moment qu'il n'avait croisé avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarBeorc


Messages : 268

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
87/100  (87/100)

MessageSujet: Re: Comme un compte à rebours, qui sonne, qui sonne.   Jeu 13 Juil - 17:18

Le lieu sentait la sueur des combattants, hommes et femmes en plein exercice. On pouvait voir la majorité à l'épée de bois, répéter les gestes essentiels pour une bonne parade, un coup d'estoc, une percée en taille. Sur des mannequins ou en duel, l'atmosphère était à la pratique de l'art du fer, parfois pour oublier celui du sang.
Dans un coin, un groupe plus aguerri, ou du moins plus audacieux, troquait armes de bois contre tranchants réels. Des tabards colorés différenciaient les novices des vétérans, afin de ne pas se risquer à ferrailler contre trop fort ou trop faible sans maîtriser sa force. Lucia, en officier exemplaire, servait de cible à un soldat maladroit.
Ce fut vers ce groupe d'épéistes que se dirigea Mysti, Iridescence attirant irrémédiablement quelques regards sur son passage. Le temps d'un échauffement, de jeunes loups en quête de défi s'approchèrent du général. Le plus hardi se détacha de ses compagnons et dégaina une épée fer flambant neuve.

"Le général des mages serait-il trompé de salle, ou vient-il se mesurer à ses compatriotes ? On dit de vous que vous aimez participer à tous les sports indépendamment de votre niveau de compétences, mais que vous excellez à l'épée bien plus que vos semblables érudits ! Un petit duel ?"

La remarque ne tomba pas chez les sourds, entraînant chez les vétérans alentours quelques rires et des sifflements impressionnés par le culot du challenger. Plusieurs duels s'interrompirent dans le seul but d'entendre la réponse du haut gradé. Dans son armure de cuir, Mysti semblait fortement désavantagé par rapport aux habitués des armures lourdes, mais son regard ne s'en fit pas moins mordant. D'un geste d'une exquise lenteur qui laissa frissonner les quelques spectateurs amassés autour, il sortit la lame de verre ensorcelé de son fourreau, la seule idée de penser à autre chose que les sorciers balayant toutes les autres.

"L'intuition est bonne mais la forme déplorable ! Il n'est pas bien difficile "d'exceller" dans un domaine qu'un autre ne pratique absolument pas. Avant d'aller narguer mes hommes, va donc te placer devant un tome et maîtriser la magie qu'il recèle. Si tu y parviens, alors tu pourras plaisanter sur les mages. Mais en attendant puisque tu as l'air de vouloir te battre et dépenser ta jeune énergie, je vais rabattre ton caquet et te montrer de quoi peut être capable un mage qui a déjà manié une lame.
En outre, tu es un soldat et je suis un général. Si je gagne, tu auras droit à une corvée pour avoir mis en doute les capacités de ton supérieur. Si je perds, je recommanderai à Geoffrey d'étudier tes aptitudes d'un peu plus près. Après tout, un simple novice contre un haut gradé...
"

La provocation fit son petit effet et le bretteur fit aussitôt signe à ses acolytes de s'écarter pour pouvoir se mettre en garde à son aise. Grisé par la promesse de pouvoir glisser son nom dans les petits papiers du roi, il en oublia presque de fermer sa garde lorsque Mysti engagea la première approche. Il mesura le sérieux du mage lorsque celui-ci feinta et manqua de peu de le désarmer dès le deuxième mouvement.
Le général restaura une distance d'intimidation entre eux, quelques pas seulement, puis attendit immobile une attaque, là où le bretteur trépignait sur ses deux pieds, guettant la moindre action. Après quelques secondes à se regarder en chiens de faïences, le mage décida de le pousser un peu plus et fit mine de baisser complètement sa garde.

"Alors quoi ? Tu n'essaies pas de gagner des points ? Montre-moi ce que tu sais faire !
-Grr... Vous allez voir !"

La riposte ne se fit guerre attendre, mais cette fois le simple soldat eut à peine comprendre le mouvement de son adversaire, quand il vit son épée sauter de sa main et la lame de verre saillir contre sa joue. Un éclat de métal au sol et des applaudissements sonnèrent la fin du duel, tandis que Mysti relâchait sa victime avec un sourire bienveillant.

"Il va falloir travailler plus mon grand. Allez, qui d'autre ? Venez, chacun de vous, formez une file et nous verrons lequel de nos jeunes peut tenir tête à un général mage !"

Une vague d'enthousiasme se répandit dans la salle comme un éclair. Le cercle des soldats novices s'agrandissait à toute vitesse pendant qu'Iridescence se chargeait de mettre en évidence au moins une faille importante chez son opposant, avant de le congédier du bout du bras. L'entraînement se mua bientôt en tournoi miniature, et des bretteurs plus expérimentés rejoignirent la file. Les niveaux s'équilibrèrent rapidement, et Mysti se mit à perdre une fois, puis deux, puis une fois sur deux, les conditions de victoire variant du cercle tracé au sol à ne pas dépasser, à la suppression temporaire d'un bras ou d'une partie du corps à ne pas viser. Tant qu'il s'agissait de jouer sur la vitesse ou l'agilité, il conservait un relatif avantage, grâce à cette armure légère qui garantissait sa mobilité, mais les épreuves de force pure l'acculaient presque à chaque fois.
Malgré tout, il ne demanda aucune pause, exhortant toujours plus ses adversaires à enchaîner les coups, sous le regard circonspect de Lucia qui connaissait trop son ami pour ignorer qu'une raison l'y poussait. Son endurance intimida certains, sa fatigue encouragea les autres. Au bout d'une heure de cet exercice difficile et acharné, tremblant d'épuisement mais refusant de lâcher sa lame ensorcelée, Mysti prit un air beaucoup plus féroce. Une flamme naquit alors dans la lame de verre et il se tourna vers les vétérans en reprenant son souffle.

"Allez ! A vous de prouver ce que peut faire l'élite de l'infanterie de Criméa !
-Mais général vous êtes...
-Pas d'excuse ! Venez et battez-vous ! Je suis là pour devenir un meilleur bretteur moi aussi !"

La fine fleur des épéistes Criméans hésita, et ce fut une femme qui brisa les rangs en réponse à l'invitation. Les lames sifflèrent l'une contre l'autre, Iridescence laissant parfois des braises dans son sillage, illuminée de l'intérieur. La victoire de l'experte fut sans appel, nette et rapide, la pointe de son épée ayant entaillé la joue d'un général au sol. Néanmoins, il se releva une fois encore, demanda un nouvel adversaire. A partir de là, accroché à sa garde comme au fil de sa vie, il ne gagna plus un seul duel, plus une seule passe d'armes, pourtant il continua. Déterminé à pousser son corps à ses limites, il n'écoutait même plus les propositions d'eau fraîche, de temps morts, obsédé par la seule idée de se battre contre ces fantômes qui le hantaient.

"Mysti, assez ! Tu te fais du mal pour rien !"

Il ignorait depuis combien de temps Famine, War et Peste avaient remplacé les combattants face à lui, depuis combien de temps les flammes accompagnaient ses mouvements et qui le mettait en déroute, mais cette voix brisa la concentration rigoureuse qu'il s'imposait. Il détourna la tête une fraction de seconde dans sa direction, vit les rangs s'écarter sur le passage du guérisseur alors que son image se troublait.

Iridescence quitta enfin sa paume moite pour se retrouver projetée à plusieurs mètres, tandis que le bretteur responsable de l'exploit dut retenir tous ses muscles au dernier moment et stopper sa lame au-dessus de son corps évanoui. Une ovation précéda l'inquiétude sur les visages compétitifs, et alors Azelian dispersa d'un ton ferme les curieux.

*

La fraîcheur d'un linge mouillé sur son visage et dans son cou ranima peu à peu le Criméan, qui se sentait comme s'il avait bouilli au bain-marie. Le visage de deux bretteurs et de son ami installé à Begnion l'accueillirent avec soulagement, puis Azelian leur fit signe qu'ils pouvaient partir.

"Ruiner ta santé ne fera pas partir tes démons mon ami... Comment tu te sens ?
-Mieux... Tout était blanc, et il n'y avait pas une seule voix. C'est bien plus reposant de cette manière.
-Reposant... Est-ce que tu t'écoutes ?
-Quelle heure est-il ?
-Un peu plus de midi. Tu es à l'infirmerie où un repas chaud et plein de vitamines t'attend. Et ce soir, tu as intérêt à passer par les masseurs. Non seulement cela t'évitera de vilaines courbatures, mais je te garantis que tu dormiras bien mieux qu'étendu sur le sol d'une salle d'armes ! Ce n'est bien sûr pas négociable.
-Comment négocier avec un médecin ? Et d'ailleurs, qu'est-ce que tu fais là ?
-Je suis à Criméa depuis plusieurs jours. Dès que j'ai appris pour le roi Sothe -que son âme repose en paix. Je savais que je n'aurais pas le temps de te rejoindre à Nevassa, alors j'ai entrepris de venir directement à Criméa quand j'ai entendu la nouvelle. Je suis revenu un peu avant toi, et de ce fait voilà quelques jours que je suis en ville. J'en ai profité pour proposer mes services ici et là, et j'allais justement te rendre visite, quand dame Lucia m'a interpelé pour me dire que tu jouais les durs à cuire. Tu as encore effleuré la mort de trop près, hein ?"

Le chevalier détourna le regard le plafond un moment, la gorge nouée. Il ferma les yeux au contact du longe mouillé qui vint lui rafraîchir le front une fois de plus.

"Nous n'avons absolument rien pu faire... Encore l'un d'eux Azelian... Encore un sorcier. Ou du moins si ce n'en était pas un, un maître assassin qui maniait parfaitement les poisons. Il a abattu tous ceux qui ont touché au banquet, puis il s'est attaqué à Micaiah malgré toute la garde et la présence des autres souverains. Sothe a été le seul assez vif pour la protéger, et il l'a payé...
-Et tu t'en veux de n'avoir pas pu faire plus ? Qu'est-ce que tu espérais exactement, mourir à la place de Sothe ? Le fait est que même nos plus grands héros doivent faire attention ! Ce n'est pas toi, tout général que tu es, qui as le pouvoir de les arrêter, même si c'est fort malheureux.
-C'est pour cela que je dois m'entraîner dur ! Plus dur que n'importe lequel de ces soldats ! Je dois, je veux protéger Elincia et Geoffrey ! Pas pour me sacrifier, mais faire obstacle à ces sorciers coûte que coûte ! Quelqu'un doit les arrêter. Il le faut.
-Je comprends ce que tu ressens. J'éprouve... la même fidélité envers toi. Mais... ce que tu as fait tout à l'heure, ce n'était pas un entraînement.
-Je le sais. Mes nerfs ont lâché... Je suis désolé de t'inquiéter pour cela.
-Au moins tu t'en rends compte, ton cas n'est pas irrécupérable !"

Un sourire complice étira leurs lèvres en même temps, et Azelian fit mine d'ébouriffer la longue crinière de son ami, avant de lui tendre le repas qui tiédissait sur la table de chevet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Comme un compte à rebours, qui sonne, qui sonne.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comme un compte à rebours, qui sonne, qui sonne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Deuxième tour, retour... double compte à rebours
» Compte à rebours des événements
» Compte à rebours
» COMPTE À REBOURS.
» World Heavyweight Championship Ladders Match : CM Punk vs John Morrison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Personnel & Publicité :: 

Le Livre des Héros

-