AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La mort attendra...encore... [Blaze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatarMarqué


Messages : 298
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 11 Juil - 14:41



Dans un moment d'inquiétude, je me rongeai le pouce. Le temps était désormais compté et dans mon état, c'était pas la peine d'essayer de brandir une épée. Kaze reposait tranquillement contre le mur, adosser à une chaise pour bonne mesure. Mon épée d'acier restait à ma hanche mais cette dernière me lançait régulièrement. Quant à Melly, eh bien elle repose, comme toujours dans mon dos. Malgré mon habitude de méthodiquement localiser toutes mes armes, je n'arrivais pas à me calmer, seules mes blessures empêchaient de trahir mon stress. Sans Toarsen, autant laisser ce village seul et partir avant le début des représailles.
Le bruit de chevaux arrivant dans le village ne manqua pas d'alourdir ce poids sur mes épaules, mais finalement, je repartis dans une tentative désespérer de trouver un plan... Peut-être par le feu? Qui sait, cela pourrait au moins les forcer en déroute. Mais je risquerais ma peau pour ça... Ce village n'en vaut pas la peine, c'est trop de risque d'y aller seul. Du moins, c'est ce que je pensais avant que les cavaliers rentrent dans l'auberge. Au début, je ne leur aie même pas accordé mon attention, trop occupé à panser mes plaies et à réfléchir. Jusqu'à ce l'un d'entre eux s'approche de moi, je lui rendis un regard froid. Un guérisseur? Qu'est-ce qu'ils pouvaient bien faire ici, les médecins itinérants sont rares en ces temps... Pourtant, le second s'approcha, un bâton de cure à la main que je reconnaîtrais entre mille. La lumière du bâton s'appliqua sur ma jambe et les plaies ne furent plus qu'un mauvais souvenir, mieux, je me sentais... en pleine forme. Comme-ci cette journée n'avait été que du beurre.
Je me relevai de ma chaise pour faire tourner mon bras valide dans un craquement, un sourire malin au visage. C'était bon d'être en forme, les routes sont si intransigeantes ces derniers temps que je ne me souvenais même plus à quand remontait la dernière fois que j'étais dans cet été de bien-être. Mon bras débordait d'énergie, et malgré l'absence de réponse de mon second bras, c'était déjà amplement suffisant. Je me retournai pour les remercier. Pourtant, mon visage passa rapidement de joyeux à inquiet.

"Merci, enfin. Les guérisseurs itinérants se font rares, et un manieur du bâton Cure l'est d'autant plus. Hélas je n'ai pas grand-chose à vous offrir si ce n'est quelques conseils. Vous feriez mieux de ne pas rester dans ce village. Il y a récemment été attaquer par des bandits qui faisaient partie d'une plus grande bande, leur campement est proche et la répercussion arrivera rapidement..."



Je filais pour récupérer Kaze. Dans un grand geste, je remis l'attache avant de vérifier que le Nodachi avait conservé tout son tranchant. La sensation de l'esprit du vent à mes côtés ajouta à mon confort, hélas insuffisant pour cacher mes craintes. Attaquer ce campement était certainement suicidaire, mais avec un cavalier et un guérisseur... C'était certainement plus réalisable. Le cavalier avait une armure déjà assez cabossé, pas trop, mais ca ne remettait pas en doute son expérience du combat. Celle du guérisseur à cheval en revanche... Déjà que c'est une armure mince, elle était également neuve, donc pas testé, ce qui ne manqua pas de m'inquiéter.
"J'avais pensé à fuir, mais avec votre aide, nous pourrions au moins garantir que ces bandits n'attaqueront pas avant plusieurs mois ce village. Si nous sommes assez rapides, nous pourrons porter le combat à eux et éviter aux villageois un nouveau bain de sang."
Plutôt ironique de parler de sang alors que ma tenue en était couverte. Dire qu'elle était propre il y a quelques heures, à peine lavé. Je vous jure, avoir l'air propre en tant que vagabond est déjà une plaie, mais en plus vagabond guerrier, ça en devient impossible. Pourtant, j'étais désormais décidé à forcer ces bandits à bouger. Un campement aussi proche d'un village est clairement néfaste et la seule raison pour laquelle ce dernier n'a pas été rasé par eux... C'est qu'ils l'exploitent. Ce village ne doit être pour eux qu'une bête qui laisse s'engraisser avant de lui couper un ou deux membres et attendre que ça repousse.
"Qu'en dites-vous? Désolé de vous imposer ce choix difficile mais vous êtes les seules personnes qui semblent prête à se battre." 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 18

Feuille de personnage
Niveau:
10/60  (10/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 11 Juil - 15:09

Quand le cavalier revint, son camarade avait déjà fini son travail et demandait à l’ex-blessé des explications sur ce qu’il se passait ici et ce qui lui avait valu cette blessure. Pendant l’explication les deux notèrent le bras immobile de leur interlocuteur. La magie de Jim n’ayant pas suffi à lui rendre de la vitalité, son cas devait être bien plus grave qu’une simple plaie.

« Ne pas rester dans le village ? Vous êtes marrant, vous, on a voyagé une nuit et une journée entières, nos chevaux sont épuisés… »
« La faute à qui, hm ? »

Ignorant le regard accusateur du guérisseur, Liam eut un large sourire à la proposition du bretteur, qui leur suggérait ni plus ni moins que d’aller botter quelques fesses de bandits. Une idée qui lui plaisait beaucoup, mais qui fit plutôt soupirer son ami qui aimait toujours aussi peu verser le sang. Toutefois ils avaient le choix entre ça et laisser les villageois dans les ennuis, et cela suffit à le convaincre.

"Qu'en dites-vous? Désolé de vous imposer ce choix difficile mais vous êtes les seules personnes qui semblent prêtes à se battre."
« Je suppose que le choix est fictif… Dans une telle situation, je ne vois pas comment nous pourrions tourner le dos à ces gens. »
« Je pense que les chevaux tiendront un peu de surmenage, si c’est pour la bonne cause… Vous avez eu de la chance qu’on passe dans les parages. On y va quand vous le sentez. »

Jim secoua la tête. Il n’avait pas exactement la même opinion des circonstances.

« J’aimerais d’abord poser quelques questions, si ça ne dérange pas… Tout d’abord, est-ce qu’on sait combien ils sont ? Ensuite, est-ce qu’on sait comment ils sont organisés et équipés ? Et enfin, est-ce qu’on est obligés de partir tout de suite ou bien on a quand même le temps de se reposer avant d’aller les jeter dehors ? »
« … Rabat-joie. On a passé la journée sur la route et il s’est rien passé, j’ai besoin d’action ! »
« Et moi j’ai besoin que tu sois raisonnable une fois de temps en temps, je n’ai pas envie de tuer Eclipse parce que tu n’es pas capable de tenir en place. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 298
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 11 Juil - 19:28

Le duo semblait ne pas être de la région, du moins, cet attirail le prouvait. Après une analyse plus minutieuse, je pouvais discerner des emblèmes de Criméa en plus d'une couleur rapellant les forces de ce pays. Sans compter l'accent assez audible, plus de doute, c'était certainement des Criméens. Eh bien, Mysti n'en serait que plus heureux que l'image de son pays soit si bien rendu par eux. Mais pour l'instant, il avait en effet ce que l'on pourrait mentionner comme un devoir. L'un semblait tout de suite prêt à se lancer dans l'action, l'autre était plus calme. Un duo assez complémentaire dans ces cas-là, mais trêves de bavardages futiles.


"Combien... Environ une dizaine, un bon détachement ayant déjà fait le raid de ce village. Quant à l'organisation, c'est le chef qui est tombé aujourd'hui, il ne lui reste que des hommes de mains dans son campement. Leur équipement est vulgaire, des haches de bronzes, peu voir pas d'armure. Par contre, il y a un mage et deux archers parmi eux. Le campement est d'ailleurs rustique, des tentes en toiles, des petits feu de bois, pas grand chose si ce n'est que ca permet de survivre temporairement dans un endroit."

En me grattant le bouc, je réfléchissais. Le feu était certainement une manière de réduire à néant leur campement ce qui les forcerait à dégager. Mieux encore, à les mettre en déroute et s'assurer que le village ne risque rien. Quant au temps...


"Partir tout de suite serait optimal : Les bandits ne nous attendent pas, la nuit tombe ce qui rendra notre attaque plus difficile à endiguer et enfin, cela les empêcherait de se regrouper. Nous pourrions attendre le lendemain matin, mais c'est également courir le risque qu'ils décident que l'absence de leur chef n'a que trop durée avant de descendre dans le village. Dans ce cas, c'est à nous de défendre les villageois, et notre infériorité numérique rendra la tache d'épargner les vies innocentes beaucoup plus difficiles."

Attaquer ou défendre, il faut choisir. Mais si la vie m'avait bien enseigné quelque chose, c'est qu'un bretteur se doit d'avoir l'initiative s'il veut survivre. Être passif risque de se retourner contre nous. J'ai eu une chance extraordinaire aujourd'hui. Certains diraient que je ne devrais pas la pousser, car on ne rejoue jamais après le jackpot. Mais attendre demain reviendrait à mettre les dès contre moi. Je finis par prendre une chiffon mouillé pour me rafraichir le visage et remettre mes cheveux correctement pour me présenter.


"Dans tout les cas, je m'appelle Blaze Kazeroï. Bretteur d'Hatary."

Une introduction bien plus simple que celle d'un freelancer au compte de Nailah. Cette liberté avait définitivement un bon côté... Du moins, pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 18

Feuille de personnage
Niveau:
10/60  (10/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mer 12 Juil - 11:41

Une dizaine d’hommes, dont un mage et deux archers, et des haches pour le reste. Armure proche du néant, ce qui s tenait parfaitement, et surtout pas de chef. Voilà qui était plutôt encourageant ! Liam réfléchissait déjà à comment il allait tous les éliminer en découpant dans le tas, et son compagnon captant son regard eut un léger sourire moqueur. Cet idiot était capable de se suicider sur les haches en allant chercher les archers en dernière ligne.

Leur interlocuteur, dont ils ne manquèrent pas de voir les impressionnantes épées, argua que s’ils partaient tout de suite ils auraient l’avantage de la surprise, ce qui était en effet non négligeable s’il y avait un mage parmi eux, comme ils ne savaient pas quel genre de mage c’était.

« Dans ce cas, il vaut mieux partir vite, oui, s’ils risquent d’avoir la même idée que nous et d’attaquer en pleine nuit. On aurait l’air malins… »

Il se tourna ensuite vers son compagnon, le regard fâché, et lui murmura :

« Par contre toi, je ne t’ai toujours pas pardonné alors tu vas me faire le plaisir de revenir en un seul morceau, vu ? »

Acquiescement blasé du cavalier, qui regardait plutôt leur nouveau compagnon d’armes qui se présentait.

« Liam Dunvae. Et le râleur à côté de moi c’est Jim Ë-Kabaria. On vient de Crimea. »

L’intéressé soupira lourdement et se leva. Il y avait des jours, comme ça, où l’idée d’étrangler son ami effleurait doucement son esprit…

« Bon, si on y allait au lieu de s’échanger des mots doux ? J’ai cru comprendre que la situation était urgente. »

Il partit devant sans attendre leur réponse. Les deux autres le retrouvèrent dehors, déjà prêt, sa jument protestant un peu contre l’effort à cette heure tardive.

« Par contre je vous préviens, messieurs, s’ils sont vraiment dangereux il n’est pas impossible que je vous rejoigne dans la mêlée pour abréger le combat et pouvoir rentrer plus vite. »
« Et c’est moi qui suis un fou furieux, à part ça ? Enfin, ça te fera pas de mal de te battre un peu pour une fois ! »

En réponse il reçut un coup de bâton sur le crâne, ce qui le fit plus rire qu’autre chose. Il s’esquiva rapidement et enfourcha sa monture, récupérant sa lance. Il invita Blaze à monter avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 298
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Ven 21 Juil - 21:09



Le duo semblait entretenir une relation assez particulière, l'un étant le soigneur et visiblement la tête du groupe, le cavalier qui l'escortait était à sang chaud, cela se voyait très rapidement. C'est ce dernier qui vint le plus rapidement à ma rencontre pour me serrer la main. Un éclair de douleur déforma mon visage alors que ce dernier m'avait serrer la main. Il avait de la poigne et j'avais déjà assez brandit une épée pour aujourd'hui... Mais alas, je ne suis pas du genre à laisser tomber une épopée en cours. On finit se que l'on commence, tant que cela reste dans nos cordes.

Liam et Jim. Cela suffira. Mais comme prévue, ces deux-là venaient de Criméa. Que faisaient-ils si loin de leur patrie? Une question qui mérite d'être posé une fois au calme. Jim prit les devants et je le rejoignis avec empressement. Notre attaque devait être rapide et efficace afin d'éviter une autre marée de sang. A entendre le guérisseur, je réprimais un rire, mais mon sourire perça malgré mes efforts. Il était préférable qu'il se tienne au loin pour sa survie et la notre aussi d'ailleurs. Son armure était légère et ne protégerait que de quelques coups mal placés, c'est même dire si ma propre armure de cuir est plus efficace que la sienne à ce point. La vue des cheveux me rappela avec nostalgie le temps où j'étais à Criméa également... Assez de pensée oisive, un combat m'attend. Je refusa d'un geste la main de Liam.



"Non merci, ton cheval est déjà assez fatigué, une charge double ne ferait que l'épuiser plus vite. De plus, si la situation dégénère, vous seriez toujours plus rapide que moi pour rejoindre le village."

Ainsi, je pris les devant à un pas de marche rapide. Pressant fortement sur mes appuies, mon pas de marche était presque aussi rapide qu'un pas de cheval au repos. Sans m'en rendre compte, je me murai dans le silence. Mes lèvres répétaient mes pensées, parade, esquive, frappe horizontale. La scène imaginée se répétait dans mon esprit, visualisant encore et encore le campement, mon approche, ma première victime, puis la seconde. L'alarme et la panique se déclenchant alors que d'un coup de pied, j'envoyai des buches en feu sur une tente qui propageait l'incendie... Ce n'était qu'une des scénarios possibles. Vite. Un autre...

Plusieurs scènes s'étaient succéder, certaines avec une fin acceptable, d'autres... Eh bien, disons que ca fait partie des risques non? La nuit tombait effectivement encore plus vite que mes prévisions, mais ce fut après une petite demi-heure de marche, si on peut appeler ma vitesse de la marche d'ailleurs, que je levai le bras.
"Ils sont là dans moins d'un kilomètre."

Détachant mon épée de fer et tirant la liane de cuir avec mes dents pour en défaire la sécurité du fourreau, je sortis l'épée d'acier de son cocon d'acier avant de reprendre la marche à un rythme lent en coupant la route dans la forêt épaisse. Le bruit des chevaux devint de plus en plus fort et pourtant, c'est le silence qu'il nous fallait. L'obscurité se fit doucement plus forte et me permit de voir avec plus de facilité la source de lumière venant du campement. Je me répétais une dernière fois la configuration de ce dernier : 4 tentes, plusieurs bûchers allumés devant chacun plus un gros central avec une marmite d'eau bouillante. Chaque tente peut contenir d'autre bandits en train de dormir, une attaque surprise et un incendie rapide les prendraient au dépourvu, s'ils se regroupent, ca peut très vite dégénérer...

"Liam, Jim, voila le campement... Ils sont tendus, je crois qu'ils sont déjà dans le doute."
En effet, une tension assez forte se dégageait du campement. Les bandits encore debout étaient silencieux ce qui n'était pas bon signe. S'il y en avait moins que dans mes souvenirs, c'était que certains étaient en train de dormir, les autres montant la garde... Bon sang, ca va être encore plus difficile que prévu on dirait.
"Des suggestions?" lançais-je en ramenant l'épée contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 18

Feuille de personnage
Niveau:
10/60  (10/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Ven 28 Juil - 18:55

Haussant les épaules au refus de l’épéiste, Liam n’insista pas. Les arguments étaient valables. Le cheval n’aurait pas apprécié la plaisanterie, avec un poids supplémentaire sur le dos. Ils partirent donc tous les trois, silencieux, chacun réfléchissant à ce qu’il allait faire une fois sur place. Si le cavalier se voyait déjà foncer dans le tas et découper quelques bras au passage, son acolyte, lui, se demandait comment le maintenir en vie s’il faisait la tête brûlée comme à son habitude. Ça allait être sportif, dans tous les cas, ils s’accordaient au moins là-dessus.

La seule chose que Jim redoutait, c’était le point de départ de la bataille. Il faisait nuit. Donc il y avait probablement un feu de camp. Et connaissant son partenaire, la première idée que celui-ci aurait serait de passer au galop, d’étaler le feu pour provoquer un incendie et d’attaquer les fuyards. Il aurait aimé éviter ce genre d’idée, seulement il n’en avait pas de meilleure à proposer… Attaquer en simultané depuis trois fronts ? Avec lui qui n’était bon qu’à assommer ses ennemis ils n’iraient pas loin, et pas assez vite. Lancer une bête attaque frontale ? Suicidaire. Non, ils allaient avoir besoin de ce fichu incendie. Il soupira lourdement. Ça n’allait pas lui plaire du tout…

"Ils sont là dans moins d'un kilomètre."

Les deux crimeans hochèrent la tête. Ils tâchèrent de limiter les bruits des sabots de leurs chevaux, chose difficile mais envisageable. Et enfin, le petit groupe arriva en vue du fameux camp. Leurs futurs adversaires étaient nerveux. Une partie devait dormir, mais certainement d’une seule oreille, et les autres montaient la garde avec une vigilance agaçante.

« Je vois pas trop ce qu’on pourrait faire de constructif à part foutre un grand coup de pied dans leurs feux…et renverser cette énorme marmite dans leur tronche. »
« J’étais certain que tu dirais ça. Bon, allez-y, je regarde de loin, hein. J’arrêterai ceux qui seront trop lâches pour prendre part au combat. »

Ayant l’accord du guérisseur, le cavalier ne se fit pas prier. Il talonna sa monture, qui partit à toute vitesse vers le brasier central. Du bout de sa lance Liam accrocha la marmite et la balança sur le premier gars à sa portée. Dans le même temps son cheval, qu’il avait fait piétiner un peu « trop » près des flammes, donna un coup de sabot dedans, éparpillant quelques bûches sur le sol. En toute logique Blaze s’occupait de déclencher réellement l’incendie.

De son côté, Jim, son bâton à la main, s’appuyait sur l’encolure de sa jument, prévoyant de s’ennuyer un peu puisqu’il restait à une distance très raisonnable de la bataille. Il évitait d’ailleurs de regarder en direction du camp, mal à l’aise, observant plutôt les alentours pour voir s’il n’y avait pas du monde à l’extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 298
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Ven 4 Aoû - 22:16



Mettre le feu à un campement n'avait rien de violent pour un vagabond, c'était simplement un moyen de s'assurer qu'il ne laissait rien derrière sauf une trace temporaire. Aussi, je n'avais pas du tout en tête l'idée que j'allais mettre le feu à un village. Mes derniers souvenirs du feu autre que celui d'un campement remontaient loin, à la mort de Burnagore dans le lac. Le bar où ce dernier a voulu prendre ses renseignements à finit dévorer par les flammes, et la forêt fut brûler pour tenter de nous retrouver. Pas des souvenirs heureux, je le concède, mais les oublier reviendrait à offenser la mémoire de ce bretteur vengeur sans pitié. Il m'a montré les effets du chemin de la vengeance, et m'a rappelé qu'il y a un peu plus de 10 ans, mon esprit était aussi brumeux que le sien.

L'histoire d'une épée est écrite dans le sang après tout. C'est inévitable. Plus tôt dans la journée, j'ai laissé l'outil me dépasser, obéissant à l'instant bestiale qu'est tuer ou se faire tuer. Je cherche une solution, ou une réponse peut-être? Le combat n'est-il simplement qu'une mise à mort du plus fort sur le plus faible? Dois-je devenir de sang froid et de marbre aux prix de mes émotions? Ou laisser ce qui fait de moi un humain briller dans le combat... Durant certaines de mes batailles, je restais impartial et calme, calculant mes coups et me montrant le plus efficace possible. Dans d'autres, je laissais une énergie brûlante me dévorer. Et mon corps agit de lui même, comme en symbiose avec mon épée...

Ces questions devront attendre. Questionner ma façon de combattre avant une bataille est l'éponyme de l'idiotie. Liam et Jim semblaient d'accord, notre arme ne sera ni l'acier ni notre volonté, ce sera la panique et la peur. Le cavalier s'élança depuis la forêt et le guérisseur prit ses distances. Bien. Laissant l'acier de mon épée d'acier crisser, je m'élança avec un peu de retard. Liam renversa avec sa lance la marmite, non seulement cela était un bon moyen de mettre à mal quelqu'un, mais cela surprime l'accès à l'eau. Les buches s'envolèrent sous les sabots du cheval, laissant une trainée de braise dans l'air, tel des lucioles un soir d'été. Le temps sembla se ralentir. 5 bandits debout, le plus proche du feu venait de recevoir une marmite et les autres se relevaient en brandissant leur arme. Avant même que leurs hurlements retentissent, mon premier réflexe fut de mettre le feu à la tente la plus proche. D'un coup de pied, la buche encore rouge tomba sur la toile en tissus et prit feu après un bref crépitement. Peu importe le comment du pourquoi, c'était leur jour de chance : Les tentes étaient sèches et combustibles. Un cri de panique s'éleva dans le campement, mais soudainement, je réalisa à quel point mes options étaient limités. Certes, le feu de camp était large, mais la plupart des tentes avaient une distance des plus respectables et il faudra un jet avec son bras armé pour tenter d'atteindre sa cible.

Je pesta contre moi même pour avoir oublier ce détail avant de réaliser que le bandit gardant la tente que je venais d'enflammer brandissait sa hache. Son coup vertical était prévisible tant il télégraphiait le mouvement, mais si je l'esquive, il m'éloignera du feu. Je frappa le premier avec la garde de mon épée. Dans un "Oof", il recula, le souffle court alors que la partie en acier de la garde s'enfonça dans son diaphragme. C'était quelques secondes, mais c'est tout ce dont j'avais besoin. Dans un demi tour à pleine vitesse, je le frappa du poing en serrant mon épée. Plus rapide qu'une frappe à l'épée et sans les risques de la retrouver enfoncer dans un corps, le bandit tomba au sol, légèrement sonné.

Vite, le feu. Une tente n'est pas assez, il fallait au moins enflammer 3 des 4 pour avoir du succès! Je releva les yeux pour voir un des archers cherché précipitamment son carquois. Les autres bandits réveillaient et armaient leur compagnon, j'avais les bras libres... pour l'instant. D'un geste souple, je lança mon épée d'acier sur l'archer. Certes, le jet était vulgaire, mais cela le blessa légèrement, assez pour le couper dans ses recherches. Ma main se porta à Kaze, mon épée de vent. Maintenant, le tout était de viser correctement. Laissant la pointe d'acier trainé au sol alors que je prenais de l'élan, je frappa le monticule de bois en feu avec la partie non tranchante du sabre, les envoyant voler avec un sourire au lèvres.

Hélas, je m'étais certainement surestimé. La fatigue m'avait plus affaiblit que ce que je croyais, les buches n'étaient pas aller assez loin et roulaient péniblement vers les tentes. D'un second geste, je laissa l'esprit du vent se manifester et je trancha de toutes mes forces vers les habitats de toile. Une longue lame de vent se dessina et coupa légèrement la toile, attestant de ma faiblesse. Mais ce n'était pas pour couper la toile que j'avais fait cette action. Le vent généré par cette attaque accéléra brutalement les buches qui poursuivirent leurs chemins en laissant des miettes rougeoyantes sur leur chemin. La toile s'enflamma d'abord doucement, puis dans un bruit du diable, les flammes se mirent à dévorer le campement.

La panique me prit les tripes. Tout n'était que cris, hurlements, bruits de flamme et chaleur étouffante. Les bandits semblaient préférés la fuite plutôt que le combat, ce qui me rassura un bref instant. Certains, pas tous visiblement. L'archer semblait encore en souffrance avec la blessure de mon épée d'acier, le bandit mit KO se relevait et deux autres d'entre eux étaient restés. Une ombre sortit à son tour de la tente en feu : le mage était dans une robe qu'on pouvait distinguer, et son sourire ne présagea rien de bon. Les flammes! Non!!

"LIAM! C'EST UN MAGE DE FEU!"

Bon sang de bon soir! A cette distance, je vais me faire annihiler! J'étais littéralement entouré de flammes et le mage n'avait qu'à claquer du doigt pour leur ordonner de me prendre à leur tour. Mon réflexe fut de prendre la fuite, mais dès mon demi-tour, j'étais face à deux bandits dont celui que j'avais mis à terre. Je ne pouvais pas les passer rapidement. Les autres angles étaient engouffrés de flamme qui se rapprochaient!!! Ark! Dans une tentative désespéré, je tenta de forcer le passage en brandissant Kaze faiblement, si le premier bandit encore un peu KO prit le coup de plein fouet, le second bloqua totalement le coup avec le bois de sa hache et redirigea mon épée sur le côté, m'entrainant avec elle. Je tomba au sol à côté de lui, impuissant contre l'inertie de ma propre arme. Alors que je me retournais pour parer une possible mise à mort, il s'éloigna, les flammes semblaient comme animé de vie... Leur danse macabre reflétait à la fois la peur et la puissance. Le souvenir de Mysti arriva avec le feu, s'il était là... Les mèches de flamme m'hypnotisaient, me laissant sans défense alors que le feu commençait à doucement se rapprocher des mes vêtements qui allaient bientôt prendre eux-même feu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 18

Feuille de personnage
Niveau:
10/60  (10/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Sam 16 Sep - 13:03

Liam pesta en voyant le résultat de son action : rien du tout. En même temps, il était un peu con, pour le coup… Essayer de balancer une marmite pleine à bout de lance, c’est stupide. Tout au plus pouvait-il la renverser, et c’était un peu ce qui s’était passé, l’objet s’écrasant lourdement…juste aux pieds de l’homme qui s’était rapproché en le voyant débouler dans le camp. Aux pieds…de façon littérale. Et une soupe d’orteils, une ! C’était quand même moins spectaculaire que ce qu’il avait visualisé, mais plus réaliste… Enfin ! Il n’allait pas chipoter. Pendant que sa victime hurlait d’une douleur très compréhensible, il abrégea ses souffrances d’un coup de lance en plein cœur. Pas le temps de fignoler.

Une sensation étrange lui fit tourner la tête, et le cavalier vit les bûches qu’il avait éparpillées s’envoler gaiement vers d’autres cieux, ou plutôt vers d’autres tentes. Il les regarda un instant, troublé, juste assez pour ne pas voir l’homme qui se jetait sur lui avant la dernière seconde. La lance bougea, trop vite pour le bandit apparemment, puisque son arme vola sur un simple impact. Aucune blessure, juste un coup avait suffi à le désarmer. Liam le planta à l’épaule, profondément, mais pas assez proche du cœur cette fois. Il grimaça.

« Tsch ! Je suis vraiment rouillé, moi. »

Dans le même temps, Jim…s’ennuyait un peu, comme prévu. Il regardait partout sauf le campement qui rougeoyait de flammes. Les sueurs froides dans son dos lui indiquaient que le feu prenait très bien. Il s’éloignait encore un peu, sentant la chaleur un peu trop près à son goût, quand il vit une silhouette s’éloigner précipitamment des tentes. Un fuyard, tiens tiens… Réveillant sa monture qui commençait à montrer des signes de fatigue, il alla intercepter le bonhomme en se plaçant juste devant lui.

« Vous n’allez nulle part ! »

Voyant le bâton dans la main de son « adversaire », l’homme dut se sentir quand même assez menacé pour passer à l’attaque au lieu de simplement changer de direction. Manque de chance pour lui, le guérisseur avait un minimum d’entraînement, et s’il n’en avait pas retenu grand-chose, il savait quand même donner des coups. Paf, et le crâne malmené du brigand le faisait tomber dans les pommes avant même qu’il n’ait eu le temps d’érafler ni la jument, ni son cavalier.

Au niveau de la vraie bataille, ça se passait un peu moins bien. Liam avait eu du mal à achever son adversaire hargneux, et il cherchait quoi faire ensuite quand soudain il entendit le cri de Blaze. Un mage de feu ? Il chercha du regard, et vit en effet l’homme qui marmonnait des incantations.

« Oh, toi… »

Le cavalier talonna son cheval, et se jeta avec un cri de rage vers sa nouvelle victime. Il détestait les mages de feu. Il les haïssait depuis que son ami d’enfance, ne pouvant plus s’approcher d’une flamme sans se mettre à pleurer, s’était fait insulter et rabaisser par l’un d’eux. Sa haine envahit son bras, et son arme s’abattit avec une violence sans pareille, transperçant la gorge du mage, interrompant net son incantation, le sort qu’il lançait, et sa vie…

Cependant, trop occupé à tuer son ennemi, il n’avait ni vu ni entendu le suivant, qui tua d’un coup son cheval, le jetant à terre. Il tenta de se dégager, mais en vain, sa jambe resta coincée sous l’animal mort. Et sa lance était tombée hors de portée… Une bouffée de panique le prit quand il vit le sourire malsain de celui qui l’avait mis à terre… Ramassant à la hâte le premier objet qu’il trouva, il jeta…une branche enflammée à la figure du bandit. Pas mal, mais pas suffisant, il criait encore donc il était bien trop vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 298
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Lun 18 Sep - 3:05



Rugissante, animé par la volonté du diable. Le feu dévorait tout sur son passage, et bientôt ca sera mon tour. Ainsi j'allais mourir? Il y avait une sorte de... sérénité à savoir sa déchéance proche et visible. Je laissais mes yeux se fermer doucement, la caresse de la flamme me prenant comme les bras d'une mère berçant son enfant. Nombreuses sont les fois où j'ai glissé entre les griffes de la mort, aujourd'hui, je paye mon dû...

Rien? Rouvrant les yeux, l'esprit qui animait les flammes semblait s'être dissipés. La morsure paraissait loin et le temps ré-accéléra à une vitesse effarante. Debout. Debout espèce de vaurien. La bataille n'est pas fini. Le cri du cheval mort... Liam! Ce n'est qu'une fois debout que la scène se présenta à moi : Un bandit avait porté un coup fatal à son cheval qui désormais, dans sa mort, desservait le cavalier, bloquant sa jambe.

Le nombre d'option se présentant était très limité : Contourner les flammes prendraient trop de temps et sauter à travers reviendrait à faire un jet de dés sur ma survie. Certes, si je cours, ca va, mais si je trébuche... La vision de moi-même en flamme se débattant me rendit nauséeux, mais ce n'était ni le temps ni le moment de faire le faible cœur. Il fallait sauter...


Le bandit, souriant de sa proie sans défense, n'avait pas eu le temps de parer la branche en feu, ce qui lui arracha des grognements de colère et de douleur. Il ne revint qu'avec plus de rage et de fureur, brandissant sa hache haut dans le ciel pour l'abattre. Jusqu'à ce qu'un éclair blanc semble apparaître au niveau de sa gorge. S'immobilisant, le bandit lâcha sa hache et tenta de mettre sa main sur le morceau luisant d'acier qui lui avait pénétré la trachée. Ses mots se muèrent en un ramassis de gargouillement alors que le sang dégoulinait et formaient des bulles. La lame se retira et le bandit s'écrasa à côté de Liam.


Surtout, maintenir la lame bien droite... Voilà. Dans un geste long, la plus grande partie du sang rejoignit le sol alors que je plantais mon épée dans la terre désormais chaude du campement. Poussant d'une main le cheval, ce dernier ne bougea pas beaucoup mais assez pour soustraire du poids sur la jambe du cavalier. En lui tendant ma main, je lui dis :

"Allez debout! La mort attendra!" ... encore. Les bandits décidèrent que cela ne valait pas le coup de rester et déguerpir, tant mieux. Le sang allait rendre cet endroit florissant mais à quel prix? Arf, encore des pensées futiles, je devais avoir prit un coup sur la tête... D'un geste indiquant que nous n'avons plus rien à faire ici, j'entrepris de rejoindre Jim, avec un sourire visiblement forcé. "Mission accomplie, rentrons." J'essuyais d'un dernier geste la suie sur mon visage avant de visiblement m'effondrer. L'adrénaline retombait, j'étais totalement vidé. Même bouger un doigt était un effort incommensurable. C'était à prévoir considérant que je m'étais battu deux fois dans la même journée sans repos entre deux...

Je ne devais pas fermer les yeux... Surtout ne pas... fermer les... y.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 18

Feuille de personnage
Niveau:
10/60  (10/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 17 Oct - 15:51

Aujourd’hui était un de ces jours. Un jour sans. Un jour de petite forme. Comme le disait Liam, un jour de dés pipés. Certes, il avait fait de belles actions, mais globalement il y avait assez peu de choses qui avaient fonctionné comme il l’aurait voulu. Et surtout, il était sur le point d’y passer, de rendre l’âme à cause de ces fichus dés pipés que Yune se plaisait tant à utiliser. Le cavalier regarda la hache s’élever à nouveau et, soupirant, ferma les yeux. Sa dernière pensée alla à son compagnon de toujours. Cet imbécile ne s’en sortirait jamais sans lui, il n’était pas assez débrouillard… Alors ils ne tarderaient pas à se revoir dans le monde des morts.

(Prends ton temps, petit frère, je ne suis pas pressé de te revoir pour le coup…)

Le bruit d’une lame. Un objet qui tombe. Un gargouillis sanglant. Liam rouvrit les yeux et vit un corps s’effondrer. Blaze était derrière, récupérant sa lame. Ne cachant nullement son sourire soulagé, il l’aida à pousser le cheval afin d’enfin dégager sa jambe écrasée, et prit la main tendue pour se relever.

« Oui, j’imagine qu’elle peut attendre encore un peu… On en a fini, là, c’est bon ? »

Il adressa un regard triste à son cheval, auquel il s’était un peu attaché depuis les quelques années qu’il l’avait, et qui était mort cette nuit, au milieu de la bataille. Ramassant son arme, il marmonna une rapide phrase d’adieu à sa monture et chercha du regard. Les survivants fuyaient, et il distinguait un cavalier à l’écart, loin derrière le rideau de flammes. Sûrement Jim, il n’y avait aucun cheval dans ce camp. Dommage, d’ailleurs, il allait lui en falloir un rapidement. Tant pis… Il irait chercher dans une grande ville.

Les deux hommes maintenant à pied rejoignirent le guérisseur qui surveillait sa « victime » toujours inconsciente, et qui haussa un sourcil dubitatif en les voyant.

"Mission accomplie, rentrons."
« Vous avez une de ces mines… Ça a l’air de s’être suuuper bien passé… »
« Ben, j’ai perdu mon cheval, on a failli mourir brûlé ou tranché selon la personne, mais sinon ouais, ça allait… »

Au moment où il finissait amèrement sa phrase, il remarqua du coup de l’œil le bretteur qui s’effondrait. Le rattrapant de justesse, il le posa délicatement et Jim sauta au sol pour venir l’examiner. Il s’occupa des plaies et brûlures faciles à soigner à son faible niveau, puis ils chargèrent leur camarade sur la jument qui avait abandonné l’idée de protester de puis longtemps, et revinrent au village.

Une fois de retour à l’éternelle auberge qui commençait un peu à servir d’hôpital de fortune, on prit en charge le blessé, Liam refusant catégoriquement que qui que ce soit s’occupe de lui à part Jim en qui il avait une pleine confiance. La tension des villageois s’apaisa quelque peu quand les deux amis annoncèrent la débandade des brigands. Ils purent donc, enfin, profiter d’une bonne nuit de sommeil…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 298
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mer 18 Oct - 15:49




Le songe sans rêve avait pris le bretteur pour ne pas le rendre. Ce dernier ne ressentit rien du transport qu’il avait eu ou même des soins. Il fallut attendre un long moment pour que ses rêves commencent à nouveau à s’agiter. Celui-ci venait de prendre une forme… étrange. Un échiquier. Non, une pièce d’un échiquier. Le roi et le cavalier… Son subconscient prenait doucement l’apparence de lui avec son épée de vent. La relation désormais flou, Blaze ne comprit pas immédiatement la signification de cette dernière image, qui pourtant persistait même après son réveil.

 
Les rayons du Soleil perçaient faiblement les rideaux de la chambre. C’était celle de Toarsen ce dit-il immédiatement, mais aucune trace de lui. Blaze se releva sans sentir de douleur particulière, si ce n’était de l’éreintement à cause des efforts de la veille. L’image persistait. Le cavalier avec sur son dos le roi, puis l’inverse. Changeant encore et encore de rôle. Puis. Un vertige le prit, et il s’allongea à nouveau pour essayer de faire passer cette sensation de nausée. Il se rendormit sans s’en rendre compte, des songes plus agités cette fois, perturbaient son sommeil fragile. Une sensation forte lui agrippa le cœur alors qu’il se voyait dans une arène, un autre combattant à l’épée devant lui. Des sueurs froides commencèrent à apparaître sur le corps de Blaze, son corps se tordit de panique alors que son rêve l’emmenait vers un combat qu’il ne voulait pas. Une voix forte lui disait de fuir, de vivre à tout prix, une voix qu’il croyait la sienne. Pourtant, à travers tous ses signes, Blaze souriait dans son sommeil, un sourire un peu fou, un peu arrogant. Un peu suicidaire si on considérait qu’il se battait pour sa vie dans ce rêve. Mais pourtant. La voix qui l’incitait à fuir s’esquiva doucement pour être remplacer par un silence dérangé uniquement par le bruit de l’acier qu’il s’imaginait. Le tout semblait si naturel, si réel, si délicieux… Il ne reculait plus, il avançait. Les coups lui frôlaient les zones vitales, et chaque esquive l’agitait de frisson de plaisir. Puis la voix de la vie revint, et soudainement, il se sentit faible, recula à nouveau, bloquait désespéramment les coups. Et la mort arriva, coupant net son rêve.

 
Il sauta de son lit et s’écrasa au sol, couvert de sueur. Le froid de cette fausse mort le prenait encore… Mais qu’elle était cette chaleur qu’il avait ressenti. Ce moment où il avançait vers la mort, défiant, arrogant, intouchable d’esprit… Il secoua la tête. Cette attitude le tuerait plus vite… Pourtant il était mort en reculant. Pas en avançant. Il ne fuyait pas que l’épée du bretteur qu’il avait vu dans ses rêves, il fuyait la mort… Le jeune Marqué essaya un instant d’arrêter d’y penser, se plongeant dans des tâches mondaines pour se vider l’esprit. Une douche, des remerciements à l’aubergiste, l’entretien et la vérification de ses ressources pour son prochain départ pour les routes. Mais dès qu’il avait fini, ces images le hantaient à nouveau. Lui mourant, fuyant la mort, une épée dans le cœur, devant la foule de l’arène déçu… Quelle mort de merde.
 
Blaze esquissa un regard haineux sur Kaze. Qu’est-ce que cette lame lui avait véritablement apporter ? De la puissance ? Certes, mais à un prix qui lui semblait de plus en plus lourd avec le temps. Car au-delà de son physique désormais réduit, c’était sa manière de combattre qui avait changer. Si conservatrice, si… peureuse. On aurait beau dire ce que l’on veut, il n’avait pas la carrure ou l’expérience pour un style pareil. Il soupira nostalgiquement à l’époque où il agitait son sabre létal et que Kaze n’avait pas encore une telle emprise sur lui. Il riait au nez de la mort et chaque rencontre avec elle lui arrachait un plaisir malsain presque aussi addictif que l’alcool… Puis il souvint de son addiction à l’alcool qui avait bien faillit lui faire passer l’arme à gauche. Peut-être qu’il y avait une leçon dedans. Mais Blaze comprit subitement l’image du cavalier et du roi. L’un et l’autre pouvaient changer de place, ce n’était qu’une question de contexte… Blaze réalisa amèrement que Kaze avait, à désormais plus d’une occasion, changer sa façon fondamentale d’agir, de combattre et de penser.

 
Cela pouvait être une bonne comme une mauvaise chose, mais Blaze tira la conclusion qu’il était devenu le manieur de Kaze avant d’être lui-même. Et cette perspective ne lui plaisait plus désormais. Il y a quelques années, la perspective de manier une lame, même difficile, pour avoir plus de puissance l’aguichait. Maintenant, il voyait les failles de ces promesses de pouvoir. Il dût briser ces pensées pour prendre un déjeuner, il espérait quand même apercevoir les deux cavaliers d’hier pour qu’il puisse les remercier.

« J’espère au moins pouvoir leur payer le café. »

Mais le bretteur observa le Soleil se levant, le ciel bleu et la route qui s’offrait à lui. Il ne restera pas ici plus longtemps qu’il ne le devrait. L’ambiance du village était au beau fixe, mais aussi ennuyeuse que possible. Kaze lui avait peut-être prit pas mal de chose, mais pas sa joie du voyage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 18

Feuille de personnage
Niveau:
10/60  (10/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Jeu 19 Oct - 12:42

La nuit ne fut pas aussi pénible pour tout le monde, fort heureusement. Les deux Crimeans, exténués (surtout Liam), dormirent à poings fermés. Quelques rêves vinrent bien agiter leur sommeil, mais rien d’inquiétant en soi. Et au matin, pendant que Jim se levait son acolyte s’accorda quelques minutes de plus dans son lit. Le guérisseur descendit donc seul, frottant encore ses yeux pour en retirer la « buée » qui rendait sa vision floue. Arrivant en bas, il vit Blaze, apparemment à peu près en forme, et vint vers lui en souriant.

« Bonjour. Je peux m’asseoir ? »

Il en profita pour jeter un rapide coup d’œil aux blessures qu’il avait soigné la veille, vérifiant s’il avait besoin de retourner chercher son bâton ou si ce n’était pas nécessaire. Apparemment, ça ne l’était pas. Tant mieux, ça voulait dire qu’il avait fait un travail correct.

« Tout le monde a l’air plus détendu ce matin, ça fait plaisir à voir. On leur a vraiment rendu service… Vous allez bien ? Pas trop de séquelles d’hier ? »

Lui-même avait encore des flammes qui dansaient devant ses yeux, expliquant le léger malaise qu’il cachait terriblement mal. Il se frotta nerveusement le bras, celui qui était en bon état.

« Désolé de ne pas m’être rendu très utile… J’aurais voulu aider plus, mais je ne peux pas m’approcher des flammes… De trop mauvais souvenirs. »

Par honnêteté, il voulait lui en parler. Il aurait dû être avec eux, il leur aurait peut-être évité d’être blessés, ou il aurait peut-être pu sauver le cheval de son ami… Oui, il s’inquiétait sûrement pour rien, mais il s’en voulait tout de même et préférait se justifier. Il releva sa manche et retira le bandage qui entourait son bras, dévoilant la brûlure qu’il détestait tant.

« Il n’y aurait pas eu…cet incident bête, il y a quelques années, je serais venu vous aider plus vite. Toutes mes excuses. »

Liam arriva à ce moment-là. Ou plutôt, il les ignora complètement. Il alla demander quelque chose à grignoter, vint vers eux, prit le bandage posé sur la table et repartit aussitôt parler avec le tenancier. Jim eut un rire nerveux.

« Ce qui est bien avec lui, c’est que quand il est contrarié ça se voit tout de suite. Hier soir j’ai insisté pour qu’on rentre, on ne devrait même pas être ici à la base. »


-_-_-_-_-_-


La veille…

« Liam… Je crois qu’on a eu notre dose d’action pour quelques jours. On rentre chez ton père demain, je ne veux pas nous attirer plus d’ennuis. »
« Comment ça, on rentre demain ? Pas question ! Je te l’ai dit et je te le répète, tu n’apprendras rien en restant cloîtré entre quatre murs. Regarde ce qu’on a fait hier soir ! Tu aurais eu l’occasion de soigner Blaze si on était resté chez moi ? »
« Parlons-en, d’hier soir, oui ! Ton cheval est mort, tu as failli mourir toi aussi, et je suis sûr que si je tends la main devant moi je la verrai trembler tellement j’étais proche de ce fichu campement quand vous y avez mis le feu. On rentre, point. J’en ai eu assez pour le moment. »

Il n’avait même pas haussé le ton. Son visage était parfaitement neutre, et pourtant son camarade se sentait mal à l’aise en soutenant son regard. Aucun des deux ne parla pendant une longue, très longue minute, puis le cavalier fit volte-face avec un lourd soupir.

« Très bien, t’as gagné ! Mais je te préviens… A la moindre occasion, je te traîne encore dehors, parce que quoi que tu en dises je reste persuadé que ça t’a fait du bien. »
« On ne fugue plus, Liam. C’était complètement stupide, et si c’était à refaire, eh bien je resterais dans mon lit cette fois. »

Nouveau duel de regards, et encore une fois ce fut Jim qui l’emporta.

« Très bien… La prochaine fois, je parlerai à mon père, on verra ce qu’il en dit… »

Pour seule réponse il reçut un large sourire et, agacé, enfonça la tête de son ami dans l’oreiller avec un ricanement mauvais.

« Bonne nuit ! »



-_-_-_-_-_-

Liam revint avec le bandage, qui était imbibé d'eau, et prit le bras de Jim pour l'enrouler dedans sans un mot, sans un regard à vrai dire. Oui, il était fâché. Mais il n'avait pas d'argument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 298
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Ven 20 Oct - 10:02



C’est heureusement après quelques minutes d’attente que Blaze crut reconnaître l’un des cavaliers de hier. Il dût mettre un long moment pour l’identifier correctement, encore tout à ses pensées. Il l’identifia comme Jim après quelques secondes et hocha la tête, l’invitant à s’assoir à côté de lui. Mais au lieu de parler, le bretteur se sentit étrangement inapte à parler, gardant un long silence et limitant ses réponses à des mouvements de tête ou de visage. Effectivement, l’humeur du village dehors était au beau fixe, comme après une tempête sans trop de soucis. Blaze se contenta de hocher négativement la tête pour dire qu’il allait bien. Il était revenu de situation bien pire que ces blessures. Avec le temps, le bretteur avait développer l’art et la manière de survivre, car si certains savaient survivre plusieurs combats de suite sans se faire tuer, ces derniers mourraient de leur blessures. L’inverse s’appliquait pour l’épéiste du désert. Mais sans l’assistance de Jim, ses plaies auraient pris plus de temps à guérir et auraient provoquer des complications.

Il hausse le sourcil en entendant ses excuses. Vraiment, il n’y avait rien à excuser. Chacun avait son travail à faire et le bretteur considéra qu’il l’avait fait avec brio. Mais sa peur du feu ne le choqua pas plus que cela. Chaque homme possède une faiblesse qu’il hait, mais savoir en parler c’est déjà la moitié du combat. Un petit soupire de dédain le prit lorsqu’il aperçut la brûlure sur le bras du guérisseur. Blaze en savait en long et en large sur les handicaps, et si sa première réaction fut celle d’un dédain total, il s’assombrit un instant, comprenant que tous ne réagissent pas de la même manière. Il souleva son propre blessé qui trembla lourdement, lui arrache une énorme grimace de douleur pour pointer la blessure : « Ne t’excuse pas. Kf… On vit. C’est le plus important. »

Il laissa son bras brutalement retomber, comme si toute vie venait de quitter le membre. Il prit une longue respiration pour diluer la douleur avant d’apercevoir Liam. Son comportement était… étrange. Du moins, il prit le bandage ce qui arracha un rire à Jim.
« J’imagine qu’avec ce qui s’est passé hier, c’était à prévoir. Un cavalier n’est plus grand-chose sans son cheval. »

Liam revint avec le bandage imbiber d’eau. Clairement, il y avait anguille sous roche entre les deux partenaires. Mais Blaze ne pouvait savoir. Du moins, Jim semblait un peu amusé par cette perspective.

« Je vous souhaite de bien rentrer. Il est bientôt temps pour moi de partir… »

Nostalgique et en pleine confusion avec sa situation actuelle, le bretteur se releva et remit ses épées sur le dos, fidèles compagnes dans son voyage. S’assurant que sa gourde soit pleine et sa carte à jour, il finit de discuter brièvement avec le teneur de l’auberge et repassa une dernière fois devant les deux cavaliers. Alors qu’il s’apprêtait à dire ses adieux, l’aubergiste les héla.

« Hum ? »
Ce dernier déposa un petit sac de pièce sur la table entre eux.
« Tenez, c’est un remerciement du village. Tout le monde s’est un peu cotisé pour vous remercier. »

Blaze eut une expression de surprise avant de soupirer, un sourire naïf aux lèvres. Il faut croire qu’il existe encore un peu de gratitude dans ce monde. En l’observant de plus près, le sac était tout de même assez large et contenait une bonne somme. Il y aura de quoi se refaire une arme ou un bout d’équipement. Si Blaze n’aurait pas cracher sur cet argent, il pouvait tout autant s’en abstenir.

« Garde le Liam. Tu es celui qui a perdu son cheval après tout. »

N’était-il pas un vagabond après tout ? Ceux dont les possessions s’élèvent à rien à part le ciel. Mais le bretteur n’était pas niais. L’argent faisait tourner le monde… Si seulement il avait fait payer cela comme un job de mercenaire. Hélas cela n’a jamais été la grande force du Marqué d’Hatary. Sa lame est libre d’argent comme d’ordre, n’ayant qu’un seul maître, lui-même. Avec cette philosophie, Blaze ne pourrait jamais être un véritable mercenaire, car ces derniers font de la mort un travail. Certes, une lame est une arme et par extension, un outil de meurtre, dans une partie un peu enfantine de son cœur, il cherchait encore l’aspect beau, travaillé, noble de la lame. Plus le temps passait, plus Blaze réalisait que cela était un choix, et pas un défaut. Il ne sera jamais ceux qui porte une armure sur le champ de bataille, il sera autre chose, tout aussi grand dans son propre domaine. Sans s’en rendre compte, le bretteur observait avec un intérêt difficile à cacher la somme d’argent.


« De toute façon, j’ai déjà trop d’armes sur moi. Me surcharger ne m’aiderait pas… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 18

Feuille de personnage
Niveau:
10/60  (10/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Sam 21 Oct - 12:59

Eh bien…Si l’humeur générale s’était sensiblement améliorée, ce n’était clairement pas le cas de l’épéiste. Jim avait un peu l’impression de parler à un mur. Il avait dû passer une sale fin de nuit… Enfin, ce n’était pas son problème, et s’occupa plutôt des quelques réponses qu’il obtint à ses paroles. La conversation, si c’en était vraiment une, risquait fort de tourner court.

Blaze lui montra son bras inerte, et le guérisseur se souvint qu’il l’avait trouvé étrange à son arrivée la veille. Sûrement une vieille blessure, à la façon dont il s’en accommodait. Mais une blessure trop profonde pour être soignée… Quand Liam passa la première fois, il interpréta mal l’agacement de ce dernier, et Jim secoua la tête.

« C’est pas le cheval, le problème, c’est le fait que je le force à rentrer.  Mais peu importe, ça va lui passer dès la première embuscade… »

Il n’en doutait pas. Au premier signe d’agitation, le sourire de son ami reviendrait et il cesserait aussitôt de lui faire la tête. Il le connaissait par cœur…

Le bretteur se leva après la discussion, mais fut stoppé dans son départ par l’aubergiste qui vint poser un sac sur la table. Au bruit qu’il faisait, aucun doute, il était rempli de pièces. Un cadeau pour leur bonne action… Embarrassé, Jim eut à peine le temps d’ouvrir la bouche pour décliner qu’il fut bâillonné par la main de Liam. Celui-ci lui chuchota à l’oreille :

« Même pas en rêve… Refuser un cadeau est le summum de l’incorrection, monsieur bien élevé… »

Le guérisseur se renfrogna et se tut donc, laissant son ami répondre à sa place avec un large sourire.

« Eh bien, je ne m’attendais pas à recevoir une telle récompense, mais merci… Par contre je ne suis pas d’accord pour tout garder, un cheval ça se remplace facilement si on sait où chercher, et nous allons justement au bon endroit. Par conséquent… »

Il ouvrit le sac, en sortit une poignée de pièces et les posa sur la table. Il recommença, laissant ainsi un bon tiers de la somme totale, et mit le reste dans les mains de Jim qui esquissa un sourire amusé.

« Tu mérites ta part, ne serait-ce que pour avoir eu l’idée d’attaquer leur camp. Ne va pas te priver bêtement alors que tu as du mérite dans cette histoire. »

D’un regard rapide il guetta l’approbation de son camarade, qui était absolument ravi qu’il ait eut cette idée, qu’il aurait appliquée lui-même si on lui avait demandé son avis. Et puis bon, de toute façon, dès qu’ils seraient rentrés chez le père de Liam ils auraient largement assez d’argent pour que ce cadeau ne soit pas nécessaire. Il se leva.

« Bien, je pense que tout est dit ! Nous allons partir nous aussi, nous avons de la route à faire. Encore merci. »

Il tendit la main vers Blaze avec un sourire chaleureux.

« Porte-toi bien, et peut-être à une prochaine fois, si nos routes se croisent à nouveau. »
« Ouais, passe par Crimea un de ces jours, on te fera visiter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 298
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Sam 21 Oct - 13:28



L’argent était toujours une question délicate dans la société. On pouvait construire et détruire des empires avec ces belles pièces d’or après tout. Il haussa un sourcil en voyant Liam interrompre Jim de sa réponse. Peut-être qu’il allait sortir une réponse digne de Mysti et dire que cet argent servirait plus au village qu’a eu. Heh. Blaze sourit en repensant à son ami général, même si leur dernier échange n’était pas particulièrement joyeux. Liam déposa une généreuse quantité d’argent sur la table, au moins un bon tiers. Cela était amplement suffisant pour un an de vie pour un vagabond, mais soudainement, il pensa en tant qu’épéiste, et il ne pourrait pas acheter une épée respectable avec si… peu.

La perspective le choquait, mais il fallait rester terre à terre. Avec les menaces qui rodent sur la route, plus vite Blaze se investirait cet argent dans une arme ou une armure, moins il courait le risque de se le faire chaparder, ou pire, de le perdre ! Il se gratta l’arrière de crâne.

« Arf. Je ne peux pas refuser. Tout travail mérite salaire après tout. Si on peut appeler ça un travail… »

Mettant les pièces dans sa sacoche à argent d’habitude peu rempli, cette dernière prit des proportions auxquels il ne s’attendait pas. Du poids en plus, génial. Mais avec un peu de chance, il n’aurait pas à combattre sur le chemin de sa prochaine destination. Suivant les paroles de Jim, il hocha la tête en approbation tout en serrant la main de ce dernier puis celle de Liam.

« Effectivement. Criméa est sur ma route, mais pas tout de suite, pas encore. Je vous souhaite à tous les deux un agréable retour. Et si vous retournez à Mélior… Trouvez un certain Fernand. Dites-lui que son épée lui reviendra sous peu. »


Sur ces mots quelques peu mystérieux, Blaze ouvrit la porte et découvrit le village agiter de vie. Le Soleil venait à peine de se lever et le ciel était au beau fixe, quelques nuages profitant du vent pour se déplacer dans le l’océan bleu. Soupirant, il sortit par la porte du village et continua son éternelle route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La mort attendra...encore... [Blaze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Daein

 :: Les villages de Daein
-