AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La parfaite Lumière [PV Blaze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Sam 2 Jan - 3:03

Dans les hauteurs septentrionales de Begnion, l'hiver envahissait la région, imposant sa domination d'un prolixe voile d'albâtre glacé. Sous la bannière du blanc, ciel et terre se confondaient sous cette même teinte lactescente avec pour émissaire la froidure. Bercé par le murmure de la bise, la nature plongeait peu à peu dans une torpeur léthargique. Il ne persistait plus que ces étendues nivéennes où l'Homme se soumettait en silence au règne de la saison algide. Sous ce joug saisonnier, on pratiqua l'ostracisme d'un être en noir. Vêtu d'un manteau sombre et muni d'une arme à la teinte nocturne, il corrompait la pureté du blizzard. Le Fauve Noir trainait avec lui une odeur de mort. Autrefois il évangélisait en incitant au trépas, au chaos. Aujourd'hui, Isaak de Belogor quittait les hautes montagnes de Begnion, les morts cruellement générées scellées sous forme de réminiscences dans sa lame, chassé par les siens.


À l'issue d'une poignée de semaines de convalescence destinée à panser ses plaies et apaiser les reliquats paraphréniques, la fine-lame abandonna la chaumière de son feu protecteur. Le regard plein de méfiance des habitants, couplée à l'atmosphère pesante de la bourgade poussèrent l'ersatz de forgeron à hâter son départ. Si ce dernier s'était investi de la tâche vague mais nécessaire de construire son identité, la nécessité de financer son aventure primait sur le reste. Ce fut ainsi que dans un premier temps le heimatlos s'éloigna des montagnes de Begnion pour aller plus à l'ouest afin de trouver de quoi remplir sa bourse. Là-bas, Isaak était certain que la rumeur du Fauve Noir ne s'était pas dispersée.

Faute de faire usage de charmes pour collecter la dot d'une quelconque riche princesse, ou de sombrer dans la marauderie, le blondin s'adonna à la chasse aux bandits. Il s'avérait que l'intervention de mercenaires pour oppresser le crime était appréciée dans la région, à défaut de pouvoir compter sur les autorités. Ainsi, tout en se faisant discret, Isaak découvrit la ville afin de collecter les avis de recherche, avant de repartir derechef dans la nature pour accomplir son devoir. L'occasion était idéale pour l'ermite : ce moyen de financement belliqueux lui permettrait de parfaire son habilité à la lame. Bien que victorieux, le tyrannicide ne devait pas attribuer sa "réussite" à ses compétences. Il fallut compter sur l'étrange pouvoir inhibitoire de son arme, ainsi que sur l'avidité de son adversaire pour pouvoir venir à bout de tous ses opposants.

Cette collecte de fonds permit ainsi à l'errant de multiplier les joutes contres des adversaires de tout horizon. Des petites frappes aux criminels organisés en bande, de la lame de médiocre qualité à la hallebarde de garde, divers scénarios d'affrontement s'offrirent au combattant en devenir. En outre, l'orphelin n'avait aucune entrave d'imposée par ses commanditaires : il fallait éradiquer le crime, à défaut de pouvoir compter sur la justice, qu'importe la manière. Malheureusement pour les fauteurs de trouble, Isaak n'en connaissait aucune, si ce n'était celle par le trépas. Aucun risque donc que le nom du Fauve Noir ne s'entache davantage de crainte.

Quelques mises à prix s'effectuèrent, accompagnées de leur pesant en or. Contraint auparavant de s'astreindre à la disette, le jeune homme améliora son confort sans pour autant s'enfoncer dans le luxe. Afin de pérenniser son lucre, le stipendié fut amené à traquer une bande d'escogriffes qui sévissait dans les villes de campagne. Leur dernier forfait, celui qui amena Isaak à leur recherche, se traduisit par le vol d'une joaillerie de campagne ainsi qu'à l'agression de son propriétaire. Au total, trois hommes étaient recherchés, tous maniant le fer pour satisfaire leurs désirs dans le crime. Le groupuscule s'était enfui dans la sylve et il était dorénavant du devoir du porteur de l'épée maudite de les retrouver et d'agir en conséquence.  

Peu à peu le voyageur s'enfonça dans les bois, guettant les traces du passage des trois malandrins. À mesure qu'il explorait la forêt ensommeillée par l'hiver, la fine-lame s'orienta vers un campement de fortune installé dans une zone peu boisée. Là, il tomba nez à nez avec ses proies, qui comprirent en un instant les intentions du quidam. Cet instant, le coupe-jarret l'employa à dégainer son outil de travail et à se mettre dans une posture qu'il jugea adéquat pour lancer l'offensive. À défaut de réellement savoir manier l'épée, l'empirisme l'emporta sur la technique. Du côté des brigands, le temps fut utilisé pour lancer l'interrogative suivante :


❖ Qu'est-ce que tu fous ici ? Si tu tiens à mourir, reste, tu es au bon endroit, sinon dégage de là !

Malheureusement, l'intimidation ne prit pas sur Isaak. Le spadassin avait une personnalité effacée, calme. Ce dernier ne chercha pas à répondre aux provocations du brigand. Il avait parfaitement reconnu les trois hommes recherchés et devait s'en tenir à les punir. Depuis la disparition de Leif, l'orphelin était plus farouche, se refusant à accepter la confiance de quiconque. Il s'en tenait au rôle qu'on lui confiait et se détachait. Il avait pris conscience que les loups solitaires dans son genre pouvaient être mal vu dès lors qu'il répandit la nouvelle de la mort de Colvagh. Ce fut donc en lubin que le mercenaire s'élança sur les trois zigs, tous armés plus ou moins, la lame diffusant progressivement sa magie occulte.

Couvrant les lamentations fictives de femmes et enfants avec le bruit de sa course dans l'humus, l'épéiste chargea droit sur le triumvirat, augmentant l'espace entre ses adversaires. Bientôt, l'éclat sauvage qui régissait sa façon de combattre revint au creux de son iris, permettant au guerrier en herbe de se lancer dans une joute des bois.

Comme à son habitude, Isaak se battait impulsivement, dans un curieux mélange de virevoltes, de parades, d'attaques, mais aussi de paroles insensées à l'égard des spectres agitant sa psyché. Bien que l'imprévisibilité d'un tel style puisse faire son effet sur des antagonistes non préparés, il fallait admettre que ces mouvements étaient parfois trop insuffisants. Ici, en accusant quelques entailles çà et là sur son corps habitué à la douleur, le heimatlos parvint aisément à prendre le dessus. Mais il était des adversaires tel que Colvagh contre lequel de tels subterfuges ne pouvait opérer. Cette victoire arrachée en dépit de toute compétence d'escrime ne cessait de hanter le jeune homme. Aussi ce dernier s'appliqua dans chacun de ses gestes, désireux de se faire autodidacte de la guerre à défaut d'avoir été formé en bonne et due forme.

Lorsque le vent emporta feuilles et râles d'agonie des trois hommes, Isaak prit appui sur un tronc d'arbre, l'épée en guise de repose coude. Haletant, sa fatigue prenait source dans la fresque d'épouvantes qui défilaient autour de lui. Lutter sur deux fronts était éreintant, aussi le vainqueur marqua une courte pause avant de se relever, l'épée affranchie du sang des jugés d'un coup dans le vide. Il ne restait plus qu'à rassembler les marchandises dérobées et à les ramener à son propriétaire. Toutefois, les sens aiguisés, encore sous l'emprise de l'excitation du combat, d'Isaak en jugèrent autrement. Son ouïe le fit se retourner, sa vue elle considéra une quatrième silhouette. Un homme, sans aucun rapport avec la bande de malfrats, se pointa à proximité de l'ancien Moine Fou. Certainement attiré par le brouhaha provoqué par la rixe, il semblait ne pas susciter la crainte de l'escrimeur.

Toutefois, c'était avec du sang sur les mains et trois cadavres qu'Isaak se présenta à l'inconnu. Malgré son caractère sauvage à l'égard du genre humain, le quidam n'en tenait pas moins à éclaircir la situation qui s'était produite ici et soldée par l'exécution. Gêné, il toisa l'anonyme et laissa un silence le temps de trouver ses mots.


❖ Je… ne vous méprenez pas. Ces hommes n'étaient que des voleurs qui ont osé s'en prendre à des villageois dans les alentours. Je suis simplement venu ici afin de récupérer et ramener les biens qu'ils ont dérobé.

Spontanément, le blondin se posta entre le campement et son interlocuteur, par simple précaution. Il n'était pas à l'abri d'un énième brigand venu dépouiller Isaak tel un vautour. Néanmoins l'étranger n'avait pas l'air du genre des trois macchabées qui gisaient entre les feuilles mortes et la neige. Alors, qui était-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Sam 2 Jan - 23:44



Dans le blizzard, une flamme s'entraine. Armé d'un sabre et d'une chevelure longue rouge sang, il dansait avec la neige, laissant les bourrasques froides et mordantes guider son bras. D'un mouvement, sa lame trancha verticalement, immédiatement, il inversa sa prise, toujours à une main. Il revint en garde pendante en moins d'une seconde.
Le vent fouettait son visage, la neige fondait sur ses joues rougis par le frais. Pourtant, il ne tremblait pas, sa concentration était inébranlable, et rien ne ferait flancher sa détermination inflexible. Il se remit à enchainer ses coups d'épée contre un adversaire invisible. Droite, gauche, pas d'esquive, garde horizontale, voltige arrière.
Blaze fit tourner son katana avant de se relancer.
Estoc, latéral, bas, diagonale, prise d'inertie, second coup pour finir la croix, roue arrière. La lame tranchait avec grâce le vent. Le bretteur ne faisait qu'un avec son outil, sa danse semblait sans fin. Ses coups étaient maitrisés, souples, forts, et en parfaite prolongation de son bras. C'était avec une technique et une passion non cachée que le Marqué brandissait sa lame. Il passait par toutes les gardes, des plus agressives aux plus défensives. Il se remit dans sa garde préférée : Lame pointée devant, proche du visage, avec ses deux mains sur la garde de la lame, une version plus offensive de la pendante. Il respira profondément avant de reprendre ses enchainements, mais cette fois, il laissa tout son talent explosé. Il courut à une vitesse incroyable jusqu'à un arbre et commença à le trancher du bout de sa lame. Un seul faux mouvement, et sa lame resterait planter dans le bois. Le blizzard changea de course, au lieu de le fouetter avec ses bourrasques violentes, celles-ci l'entourèrent et lui conféraient une fluidité hors norme. Ses coups se liaient entre eux alors qu'un épéiste standard aurait dû reprendre contrôle de sa lame après un coup.
"Humpf!!! Tcyaaaa!!! Heyaaaaaaaa!!"

L'arbre montrait de plus en plus de son intérieur. Le bretteur dansait devant lui, s'appliquant dans ces coups. Chaque coup de lame était un coup de pinceau sur un tableau. Soudainement, Blaze prit une garde de rapière, très noble, et particulièrement en contraste avec son style de vagabond. Il planta sa lame amèrement dans l'arbre, et déchaina une explosion de vent, finissant de trouer l'arbre et le faisant tomber sur le côté. Le bras gauche de Blaze fut lourdement repoussé par l'explosion, mais il tint le coup et se remit en garde. S'il possédait une rapière, il serait évident de voir que ce style de garde est réservé aux Lords et aux nobles. Sa mère lui avait enseigné de nombreuses postures, celle-ci était une de ses préférés. Blaze soupira de satisfaction, ses capacités s'étaient développés bien mieux qu'il ne l'avait imaginé. Bientôt, il aurait la puissance pour tenir Redeye en respect. Mais des coups comme ça ne ferait qu'émécher son armure, il lui faut des mouvements plus puissants. Il tenta de nouveaux mouvements, plus puissant, plus risqué, et surtout plus éprouvant. Il repensa aux paroles de sa mère. Faire ou ne pas faire, il n'y pas d'essayer...
"Kuh... aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAAAAH!!!"

Blaze passa sa main sur sa lame qui devint étrangement lourde, surchargée par l'énergie du vent. Le blizzard donnait à Blaze largement de quoi travailler sa maitrise de la tornade. Il mit sa lame en arrière, et impliqua un mouvement avec toute la force de bras gauche. Envoyant la lame haut en l'air. Il s'élança en l'air pour la rejoindre à la volée et récupéra le manche à deux mains.
"EATHER!!!!!!!!!!!!!!!!!"

Blaze retomba avec force, la lame déployer devant lui, fendant le vent dans sa retombée, séparant toute la neige devant lui. On pouvait voir le sol glacé devant sa lame. Eather, le légendaire coup de Ike. Hélas, Blaze ne le maitrisait pas, s'il savait faire le coup, il n'avait pas la puissance et la technique du Beorc légendaire. Faire des acrobaties, c'est de son ressort, en faire des techniques, c'est ce qui est plus dur. Il secoua sa lame pour libérer le surplus d'énergie de la tempête. Sa lame devenait trop lourde, et s'il se manquait, il offrait son dos à son adversaire. Il devra trouver une autre forme d'Eather. La sienne.
"Hum... Kaze n'est pas assez lourd pour un mouvement pareil. Retomber lourdement ne sert à rien..."

Une idée germa dans l'esprit du bretteur. Ike utilisait le poids de sa lame pour impliquer le mouvement de son eather. Pour Blaze, ceci est impossible, trop frêle et lame trop fine. En revanche. S'il impliquait un mouvement de rotation. Ajoutant ainsi une rotation à la gravité, ceci pourrait augmenter la puissance du coup...
Il se remit en position, le vent commençait à le quitter, il ne pourrait essayer qu'une dernière fois, après, il devra se reposer. Il mit sa lame en garde médiane (2 mains, lame pointant devant, et les mains en bas.) Soudainement, il passa la lame derrière lui, et sauta en l'air en tournoyant, attendant d'être au sommet de son saut pour mettre sa lame en l'air. Il retomba au sol, tranchant en diagonale avec violence, l'arbre devant lui mangea le coup sans trop broncher. En revanche, Blaze sentit que ce mouvement avait du potentiel, plus que la version de Ike.
"Ainsi j'ai trouver mon eather... Il n'est pas prêt, mais un jour, il serra ma botte maitresse, j'ai le pressentiment d'être sur la bonne voie..."

Il manquait quelque chose à son coup, mais il avait déjà trouver la forme de base, et c'est une grande avancée. Sa compétence du vent se désactiva, et Blaze entreprit de méditer dans le blizzard. Il laissa le vent et le froid lui mordiller sa force vitale lentement, il fit le vide dans son esprit pour mieux conserver sa chaleur et réussit à apaiser petit à petit la tempête autour de lui. Après de longues minutes de méditation intense, il était ressourcé. Il pouvait reprendre l'entrainement, s'il n'avait pas entendu des échanges de coups au loin. Laissant sa curiosité le guider, il se dirigea vers la source des lames qui s'entrechoquent.
Il aperçut un Beorc se battre contre 3 bandits. Blaze réalisa que les bandits avaient la tête des fiches de recherche. Ainsi le Beorc était un chasseur de prime? Intéressant. Mais Blaze laissa un gloussement de surprise le prendre en observant le combat avec la sécurité des arbres. Mon dieu, quel style brutal! Il n'y avait aucune forme, aucune tactique, juste la connaissance que l'objet dans sa main était capable de trancher la chair en face de lui. Et une force maléfique, une énergie suffisante pour brouiller l'esprit des bandits se dégageait de la lame, et étrangement, le porteur en semblait affecter. Le sabre de Blaze libéra une source de vent protecteur, l'immunisant aux effets tant qu'il se tenait de loin. Le Beorc se battait comme... Une bête sauvage, jeune, à peine née, avec pour seules armes son instinct et sa fureur.
Mais le combat tourna en sa faveur. Impossible... Et pourtant, la simple force de volonté et l'instinct primaire de ce Beorc lui avait permis de triompher des bandits. Il ressemblait beaucoup aux jeunes Loups, qui pensent que c'est parce qu'ils ont des griffes et des crocs qu'ils sont une menace. Grave erreur, et ce Beorc semblait comprendre à ses dépends que se battre comme ça l'apportera à sa perte. Ces bandits savaient à peine se battre, ils ne connaissaient que les gardes les plus standards, mais cela voulait aussi dire que l'imprévisibilité du Beorc avait jouer en sa faveur. En revanche...
"Humpf, il ne tiendra pas 20 secondes face à moi..."

Blaze secoua la tête, il regretta ce qu'il venait de dire. Mais il ne pouvait s'empêcher de se sentir comme un père mécontent d'un fils qui lui présentait un travail très TRÈS mal fait. Le froid jouait aussi, il était plus agressif et plus nerveux depuis qu'il avait quitter sa méditation. Il ferma les yeux quelques secondes pour refaire le vide dans son esprit, en essayant d'oublier tout ce qu'il venait de passer devant lui. Il allait laisser cet homme prendre la prime, et faire sa vie. Et lui allait retourner s'entrainer. Le froid était terrible quand il n'était pas concentré, avec des vêtements aussi fin que les siens, il devait tout de même les renforcer ses sarachis pour mieux tenir le froid. Alors qu'il pensait enfin atteindre à nouveau une concentration profonde...
"Je… ne vous méprenez pas. Ces hommes n'étaient que des voleurs qui ont osé s'en prendre à des villageois dans les alentours. Je suis simplement venu ici afin de récupérer et ramener les biens qu'ils ont dérobé."

Blaze tressaillit, le Beorc l'avait repéré malgré le blizzard et les arbres le couvrant. Bah, tant pis, une petite conversation ne lui ferrait pas de mal.
"Oh je te crois, ne t'en fais pas."

Blaze sortit des arbres et rejoignit le Beorc.
"Tu devrais faire attention, ton style d'épée est aussi rugueux que se temps. Mais t'es vivant, c'est tout ce qui compte."

Le jeune Marqué marqua une pause. Il hésita à blâmer le Beorc, mais c'était une mauvaise idée, il n'avait pas envie de créer de conflit, pas pour l'instant du moins. Il remarqua la grosse quantité de matériel que les bandits avaient volés. Il regarda le Beorc avec ses yeux bleu chatoyant. 
"Bon ben, Blaze Kazeroï, je m'entraine dans le coin, ce temps est rude, mais il est parfait pour renforcer le corps et l'esprit. Tu vas avoir besoin d'aide pour ramener tout ça, un coup de main?"

Blaze prit sa flasque et but goulument son alcool tenu chaud par son corps. Il tendit la flasque au Beorc.
"Bois, ca aide à combattre le froid."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Dim 10 Jan - 18:45

Au cœur des carcasses et des feuilles mortes parsemées graduellement de neige, Isaak fit la rencontre d'un homologue bretteur. Guidé sur le sentier du destin et des lames qui s'entrechoquent, le pérégrin parut intrigué par l'exécution des malfrats. À l'issue du dit homicide, le quidam à la crinière blonde se présenta auprès de l'observateur, tachant de vouloir étouffer tout malentendu dans l’œuf. Après pareil combat effréné, son corps subissait encore les affres du fléau hébergé par son fardeau de fer. Nul besoin donc de s'attirer des ennuis supplémentaires. À mesure que la conversation se mit en place, l’œillade cérulescente de l'exilé de Belogor détailla davantage la physionomie de l'aubain.

Si au prime abord, sa tenue trahissait ses origines étrangères, ce fut davantage le sabre qui attira le regard neurasthénique du blondin. Si la méfiance pouvait persister, l'attention portée à l'égard de l'outil prima sur le reste. Plus qu'un errant, l'anonyme qui se tenait face à lui était un escrimeur, au même titre que le blondin, si ce n'était plus. En effet, Isaak ne pouvait s'affirmer être un épéiste que par la possession de l'objet nécessaire à pareille déclaration. Il était plus un boutefeu, dont la nature de l'arme entre ses mains importait peu. Il en résultait un style de combat presque inexistant, ne laissant transparaître qu'une brutalité quasi-primitive digne d'une bête sauvage. Cette bestialité martiale, l'homme à la longue chevelure érubescente l'avait vite observée lors de son arrivée. Mieux, il fit remarquer à son allocuteur l'âpreté de sa manière de se battre, bien qu'il eut un avantage conséquent contre les trois bandits.


❖ Tu devrais faire attention, ton style d'épée est aussi rugueux que ce temps. Mais t'es vivant, c'est tout ce qui compte.

Nulle doute aux yeux d'Isaak que le personnage s'y connaissait en la matière. Justement en quête de technique plus que de pratique, le blondin avait trouvé son homme, porté par les courants mordants du blizzard. Pour autant, le spadassin ne devait pas considérer le miracle comme tel. Face à son œillade affligée par la malédiction se tenait un parfait inconnu. Il portait le sabre à la ceinture, certes, mais guettait quelques instants auparavant l'affrontement, couvert par le hululement spectral de la bise. Outre ses deux iris de cobalt et son allure bénigne, le heimatlos ne pouvait se résoudre à accorder sa confiance aussi facilement en un tel personnage.

Des années d'isolement, puis de délire cédant à une vie de rédemption entachée par le trépas de son garde-fou firent naître chez le quidam à la lame charbon une certaine réserve, allant parfois jusqu'au mépris de l'autre. Était-ce un quelconque escroc, tentant de tirer profit de la situation pour usurper les biens volés ? Ou simplement un ermite dont la scène de l'exécution faisait le régal de ses yeux ? Isaak ne pouvait le déterminer. Il n'avait vécu que dans la prière, saine puis insane, avant de s'isoler à nouveau, cette fois dans l'artisanat. Pris ainsi entre deux feux, entre doute et épée, le blondin trancha finalement.

Mais avant que sa décision ne soit prise, l'exilé de Belogor fut une dernière fois aux prises avec les lémures confinées dans son fer obscur. Derrière l'étranger, la silhouette d'une enfante émergea. D'un pas lent, elle s'approcha, laissant l'épéiste détailler son sinistre faciès. Sur son visage à l'éclat hâle, le sang coulait. En remontant la cascade vermeille, Isaak observa avec effroi deux orbites vides, dont la vacuité suscitait encore plus de terreur. Et alors que l'écoulement macabre se prolongeait dans l'infini, le spectre de la petite fille vint se saisir d'une flute toute aussi cireuse que l'étaient ses dextres squelettiques. Ses lèvres cyanosées s'apposèrent sur l’instrument, ayant vraisemblablement pour origine une partie de sa hanche, comme en attestait la zone putride où l'os désorganisé était exposé à vif. De ce fifre ossu émergea alors une sinistre mélodie. Les notes, comme autant de charognardes, vrombissaient par essaim autour des oreilles du malheureux. Elles semblaient se multiplier sans cesse, pullulant à même la chair au fur et à mesure que l'air ne cessait de gagner en intensité. Entre grave et aigu, entre éclosions de larves et cris stridents d'exécutés, l'hallucination fut telle que le guerrier manqua de vaciller.

Un terrible vertige frappa le baroudeur, qui faillit s'écrouler pour de bon. Au lieu de ça, sa main trouva l'écorche recouverte de lichen d'un précieux arbre, une fois encore, comme bouée dans cet océan de délire. Reprenant peu à peu conscience du monde réel qui l'entourait, le blondin apprécia difficilement l'aria lugubre s'estomper, avec pour seule vocalise le rire inquiétant de la jeune fille. Une fois encore, Isaak était sujet au terrible contrecoup imposé par son artefact frelaté. L'usage exagéré d'une telle arme se traduisait par des réminiscences cauchemardesques, même en absence de contact avec ladite arme.

Pour autant, le maudit se sentait responsable d'être l'unique porteur de ce fardeau méphitique. Si une personne devait supporter pareil supplice, ça ne pouvait qu'être lui, le responsable de ces morts dorénavant scellées. Aujourd'hui se présentait à cet Atlas fragile l'opportunité de maitriser davantage le faix avec lequel il se battait. Par chance, la scène hallucinée n'avait duré qu'une fraction de secondes, dans le vrai monde. Il aurait été contraignant de présenter au sabreur l'impression d'un homme déphasé avec son environnement, pris de longs vertiges. Laissant ces symptomes sur le compte de la bataille, et de l'aura délétère de son arme, le quidam se reprit en main, et accepta la gourde son interlocuteur. Un breuvage inconnu réchauffa ses lippes, avant d'enflammer les parois de sa gorge. Dans ce feu d'artifice rustique des saveurs, son palais reconnut la boisson que le jeune homme se refusait de consommer dans les tavernes et pour cause : l'ivresse gagnait bien vite ce dernier.

Ainsi revigoré par pareille rincette, le blondin adapta la situation à sa faveur. Il ne pouvait se permettre pour l'heure de repartir en compagnie d'un homme dont il n'avait connaissance que du nom, ainsi qu'une vague idée de son statut.


❖ Merci pour la boisson Blaze, ça réchauffe bien, déclara d'un ton neutre Isaak, choisissant de tutoyer son bienfaiteur pour se mettre sur un pied d'égalité. Je m'appelle Isaak, et comme tu as pu le constater j'étais à la recherche de ces brigands, afin de financer mon voyage.

Brièvement, le heimatlos considéra le campement, les cadavres enneigés, les marchandises dérobées, s'assurant inconsciemment que tout était en place. Son œillade arctique revint par la suite en direction du susnommé Blaze, affichant une allure moins moribonde.

❖ N'y vois pas là une offense, mais je ne peux me permettre de confier une partie des biens volés à un homme que je viens tout juste de rencontrer et dont je ne connais au mieux que la saveur de l'alcool qu'il porte à sa ceinture. La région n'est pas sûre, en atteste ces trois hommes à terre.

Sa réaction rigide se confondait presque avec la froidure de la sylve. Pour autant, bien que la méfiance primait sur le reste, Isaak ne désirait pas écourter la rencontre sur une telle note austère. Mieux, il voyait là l'opportunité parfaite pour mêler connaissance de l'autre à sa quête de technique. Le long soupir de la tempête marqua une courte pause, après quoi Isaak lança une offre qu'un amateur d'exercice ne pouvait refuser à priori.

❖ Toutefois, je pense que l'on peut arranger ça. Tu as une épée, moi aussi. Tu cherches à t'entrainer et tu as fait une remarque intéressante sur ma façon de combattre. Que dis-tu de croiser le fer, afin de dissiper la méfiance et mieux faire connaissance ? Je t'offre l'opportunité d'un entrainement et de voir ma lame gagner en souplesse. Qu'importe l'issue, je reverrai alors mon jugement à ton égard. Qu'en dis-tu ?

Tout en laissant la silhouette du Kazeroï dans son acuité, le Fauve Noir laissa ce dernier prendre le temps d'évaluer la proposition du bretteur. Le temps qu'il formule son opinion, Isaak lui rassemblait les joailleries dans un coin, s'assurant au mieux que le signalement correspondait à la réalité. Dans sa marche, un coup de vent balaya momentanément la manche de son manteau, révélant aux yeux du voyageur un bras constellé de meurtrissure en tout genre. Dans cette estampe somatique, les cicatrices serpentaient entre les traces de brûlure, comme une invitation à reconsidérer le vécu de l'exilé de Belogor et de ne pas se limiter à une banale rixe face à quelques zigs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Lun 11 Jan - 14:54



Un duel ? Ici ? Dans cette étendu de neige ? Un retournement de situation des plus appréciables ! Le vent claqua à nouveau sur son visage alors qu’il récupéra sa bouteille des mains de l’étranger. Il semblait être différent de ce qu’il émanait. Une forte sensation de peur et de folie semblait l’entourer. Même pendant un instant, il semblait l’avoir vu se perdre dans les méandres du néant. Pourtant, il avait un pied sur Terre, et la réalité semblait encore être un concept solide, car il fut capable de cacher cette courte escapade plutôt bien. Et puis, rien ne pouvait remplacer l’adrénaline du combat, le fer contre le fer, et la sueur des coups. Oui, un bon combat le réchauffera mieux que sa flasque, et serra plus instructif pour les deux bretteurs.
 
Blaze nota rapidement le tutoiement, une attention appréciée, car cela ajoutait une sorte de respect muet, distant, mais présent. Une sorte de signe pour montrer que l’on accepte de faire confiance, mais tout en faisant preuve d’une prudence mesurée. Et c’est en effet le cas, le dénommé Isaak montra une prudence respectable que Blaze salua en hochant la tête. Il cherchait un peu d’argent à l’aide d’un travail honnête, un brave homme selon son livre. A part pour les blessures et la dose de folie qui semblait l’animé malgré lui. Mais Blaze n’en avait cure, il appréciait la franchise de l’homme et sentait immédiatement qu’un lien fort pouvait se créer. Les hommes franc sont rares, et viennent souvent de ce genre de région.
 
« L’ami, tu m’ôtes les mots de la bouche ! Le fer est mon langage, et je serais honoré de m’entrainer avec toi ! »
 
Blaze recula doucement et laissa Isaak regrouper les affaires, une attention louable. Il observa alors les terribles blessures de l’homme, qui cachait un passé probablement sombre, dévorant, et malsain. Comme Redeye, il semblait avoir subi des traumatismes physiques et mentaux, mais aussi la force mentale de les confronter. Une étrange antithèse qu’est Isaak. Ses vêtements sont si sombre, si lourd, et son apparence n’inspire guère confiance. Pourtant, il semblait être sain d’esprit à un certain degré, et capable de faire preuve de sentiment. Le Marqué secoua la tête, les images de Redeye revenant constamment dans son esprit. Il respira et regarda à nouveau le paysage, la couche de neige, le gel, les arbres blanchis et argentés. Comme il aurait aimé être un Loup et blanchir son pelage dans cette étendu de neige. Hélas, son corps légèrement teinté par le soleil du désert et ses vêtements noirs/rouges contrastaient horriblement avec le décor. Il y avait une sorte de … Sérénité dans cet endroit, quelque chose qui tient éloigné les problèmes de tous les jours.
 
Un véritable désert blanc. Le jeune bretteur se remémora la joie d’escalader les dunes de sables, les redescendre, les nombreux entrainements avec sa mère, et mon dieu qu’ils étaient durs. La mort de sa mère, sa visite du désert entier, dans tous les recoins, sa rencontre avec la reine… Et ça.
 
*bruit de lame strident*
 
Blaze dégaina sa lame avec un respect innommable. Il remercia l’esprit du vent de l’avoir amener ici et d’être à ses côtés. Être son gardien silencieux, et capable de lui donner la force du vent. Oui, il précéda au bénissage de cette lame. Il prit une grosse quantité d’alcool dans sa bouche et le cracha sur sa lame pour éviter que celle-ci ne prenne froid. Une sorte de reconnaissance silencieuse. Il fendit l’air quelques fois, laissant sa lame suivre les lignes du vent. Il passa par plusieurs gardes et plusieurs poses, avant de finalement laisser un soupire de confiance le quitter.
 
« Bien, je t’attend. Montre-moi ce que tu fais de mieux ! »
 
Dans un mouvement souple et fluide, le bretteur plaça sa lame en garde neutre, plutôt défensive. Il se tint prêt, un sourire sur le visage et une attitude bienveillante. Ca ne sera pas un combat à mort, pas un combat pour la survie. Non.
 
C’est un échange. Un partage. La forme la plus noble de combat. Un duel, sans animosité, juste deux combattants cherchant à s’améliorer. Un duel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Dim 17 Jan - 2:49

Le dénommé Blaze accepta sans grande surprise la proposition d'Isaak.
Pour le blondin, c'était une victoire avant l'heure. Sans trop sur-estimer son futur adversaire, il se doutait bien que l'affrontement serait d'un niveau bien différent des rixes sans intérêt qu'il mena récemment contre les brigands de la région. La lutte se résumait en quelques instants, le temps de surprendre l'antagoniste, l'acculer, et percer violemment en exploitant des failles mises à jour par la pratique occulte d'une escrime sauvage. Cette même gestuelle brutale, l'exilé de Belogor tenait à en faire usage au cours de ce duel afin de l'affiner aux côtés d'un professionnel. Ce don inné pour la bataille n'était encore qu'un bloc de pierre que devait tailler à la force du bras son possesseur pour lui donner forme.

L'arène pour le duel se façonnait, par l'apport inéquitable de la Nature et de l'Homme. Le blizzard amenait à son rythme croissant des masses de neige çà et là autour des deux manieurs d'épée. L'air gagnait en pureté, en rudesse, conditionnant davantage les duellistes à braver les éléments pour donner le meilleur d'eux. De son côté, Isaak paracheva le rangement des biens volés. Par moment nauséeux, il considéra une des épées que possédait les brigands. L'arme, exempte de tout maléfice, semblait idéale pour un affrontement trivial sans réel enjeu face à l'épéiste à la crinière amaranthe. Pour autant, le Fauve Noir eut du mal avant de saisir la fusée.

Avoir recours à un tel emprunt gênait en effet Isaak. Ce dernier s'était donné pour devoir de porter quoiqu'il en coute cette lame maudite, malgré son effet délétère. Elle canalisait tout un flot absurde de spectres putrescents nés de la Lumière d'Asura. Un torrent de démence issu de la main incontrôlée de celui que l'on connaissait autrefois sous le nom de Louka. S'acquitter un temps de pareil fardeau, c'était nier aux yeux du sabreur l'existence de ces drames, étouffés dans la montagne. Dans le reflet obscur que diffusait l'outil de trépas, il y devinait Leif, Uriel, mais aussi une silhouette féminine proche d'un ange. Autant de masques qui se brisèrent sous les pas du temps, celui ronge l'espoir de revoir l'être aimé un jour.

Néanmoins, les séquelles de la rixe précédente rappelèrent au bretteur de s'abstenir de tout usage supplémentaire de la plume aciéreuse de corbeau. S'il tenait à effectuer une session d'entrainement et non un massacre, Isaak se devait de mettre ses idéaux de côté. Acclamé par le hurlement de la tempête, le banni de l'ordre du Soleil Blanc se tint face au Kazeroï, son arme de prédilection reposant à proximité du butin des voleurs. Afin de réaliser des mouvements plus souples face à la bise, le prométhéen céda également sa pèlerine d'ébène, ce même vêtement qui le drapait d'une aura régalienne. Si son antagoniste se plaça par le biais d'une posture, le Fauve lui adopta une démarche plus naturelle. Son corps s'abaissa, de telle sorte à produire un départ plus dynamique lors de la confrontation. Son don surnaturel pour le combat n'avait pas pour l'heure besoin des artifices codifiés par l'Homme.


Le Lion utilise toute sa force, même pour attraper un lapin. Retiens cet adage Blaze, car c'est ce qui t'attend… répondit Isaak, afin d'assurer à son interlocuteur qu'il donnerait tout ce qu'il pouvait dans la bataille, et plus encore.

Alors que la fin de sa phrase perdait en intensité, son souffle lui gagna au change. Sa dextre enserra la lame provisoire. Son œil, chargé d'un éclat nouveau, examina promptement l'extension d'acier. L'épée était certes plus légère que son arme principale, néanmoins elle n'en restait pas moins plus maniable. Plongé dans une quiétude primitive, la fine-lame chargea subitement, filant à toute allure droit sur Blaze. Bien que la neige entravait ses foulées, le heimatlos était concentré sur son objectif. Au moment fatidique du choc des lames, le Fauve Noir ne réagit pas à la parade de son adversaire. Bien trop absorbé par le chant de l'acier, il riposta immédiatement afin de ne laisser aucun répit. Ses trajectoires presque aléatoires, propres à son style négligé, se confrontèrent à l'expérience de l'étranger, qui n'eut aucun mal à se défaire de l'assaut du blondin. Si l'épée d'Isaak était une meute de loups affamés fondant leurs crocs sur leur proie, celle de son opposant n'avait rien de tel. C'était une hirondelle, virevoltant au gré des vents frais de l'hiver. Elle frôlait sans peine la terre d'un battement d'ailes, s'élevait à nouveau vers l'éther avant de repiquer.

Face à tant de dextérité, le Loup à la crinière d'hélianthe confirma une nouvelle fois qu'il était en compagnie de l'homme qu'il recherchait. Alors, l’œil inquisiteur, il tenta de se laisser porter par la danse de la guerre, tout en lisant celle de son antagoniste. Dans le feu du combat, Isaak alimentait le foyer en accentuant les échanges. Sa brutalité donnait le tempo, dépendant totalement d'une impulsion primitive et non d'une réflexion inconsciente. Cela lui permettant finalement d'entrevoir diverses postures. Les étincelles se dessinaient autour d'eux, le fer claquant entre deux vagues de froid. Et dans cette mer de lucioles inanimées, l'ancien Moine Noir tenta une percée. Fusant sur le voyageur, son bras droit suggéra une attaque, pour finalement laisser place à un curieux tour de passe-passe. La lame changea de main en une fraction de seconde, au cours de laquelle le drille se positionna pour frapper, adoptant pour une première fois une trajectoire rectiligne allant de droite à gauche. Seule la complainte de l'aquilon était en mesure de déterminer l'issue de pareille offensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Ven 29 Jan - 23:07


 
Un lion ? Ainsi Isaak se nommait tel un animal noble. Une comparaison intrigante, et plutôt correcte selon ses impressions. Celui-ci se rua sur lui avec une sorte de fureur animale. Le premier échange d’épée déclencha un ralentie pour Blaze, une sorte d’état second durant lequel tout se passait lentement, très lentement. Cet instant est très particulier pour tout épéiste digne de ce nom, le mélange d’adrénaline et d’impact provoque cet état de transe, laissant le temps au Marqué d’analyser avec plus de détail son opposant. Isaak montra une réaction immédiate à la parade. La neige entravait sa vision des bottes de son adversaire, il ne pouvait donc pas réellement anticiper les pas de son adversaire. Ses yeux en revanche, braquaient son épée avec une obsession sans pareille. Malgré les étincelles de l’acier s’entrechoquant, le Lion avait déjà la suite de son mouvement en tête et le mettait en œuvre.
 


Ses mouvements étaient aléatoires et brutaux, mais trop télégraphiés. Si la vitesse était presque proche de son reflet animal, son œil alerte et expérimenté n’avait aucune difficulté à lire les mouvements. Blaze quitta rapidement sa garde pour une forme plus libre et ouverte, esquivant les coups et passant son épée sur celle de son adversaire pour modifier la trajectoire quand elle passait trop près. Isaak adoptait un style très proche d’une bête en furie, attaquant sans répit et avec le moins de latence entre les coups. Ceci offrait une très bonne vitesse de frappe couplé à une force plutôt dévastatrice, mais l’optimisation du momentum est très questionnable, et le Lion… allait faire connaissance avec sa faiblesse : une stamina extrêmement faible pour un tel effort.

 
Blaze trouva rapidement un tempo approprié et tentait de caller son rythme d’esquive le plus en accord avec Isaak, nerveux, rugueux, détaché et particulièrement intense. Mais malgré son avantage, le Marqué resta sur ses gardes, l’instinct animal de son adversaire était très puissant, comme le sien, et certains de ses mouvements arrivaient à lui arracher un sourire de frayeur, content d’être mis en danger et de s’être montrer adaptable. Ses moments de sursaut étaient au final la manifestation du talent d’Isaak. Et son dernier fut surprenant. Tel un véritable noble à l’escrime, il ramena son épée en arrière pour faire une véritable percée, un coup d’estoc. Ceci surprit le bretteur, habitué à remettre un peu de distance par esquive. Un réflexe le prit et il fit tournoyer son épée, détournant facilement l’épée du Loup. Il force les épées à se mettre l’une contre l’autre et ramena les lames devant leurs visages. Soudainement, ils furent face à face, très proches, avec la vision d’épées à droite et à gauche. Le souffle chaud qui laissait une trainée de vapeur à chaque respiration montrait la disparité d’effort.

 
« Un Loup contre un Lion ? J’aime cette perspective. »
 
D’un simple mouvement de bras, il laissa la lame de son adversaire glisser, toujours accrocher à la sienne. Blaze entama une sorte de rotation particulièrement fourbe : Si Isaak tentait de lutter contre le mouvement, il devra lâcher sa lame, s’il accompagnait le mouvement, il allait accumuler un momentum qui n’était pas le sien, le forçant en position défensive. Il découvrit l’instinct guerrier de son adversaire qui avait compris malgré tout l’objectif sa manœuvre Il brisa donc rapidement cette rotation, mais Blaze contra attaqua avec vitesse et précision. Ses coups étaient un savant mélange de long mouvement et d’acrobatie afin de conserver la vitesse initiale de son coup. Il laissa son épée tournoyer et fendre le vent dans le vide, intimidant son adversaire plutôt que de le frapper pour ramener à la force physique. Isaak montra des signes de difficulté car moins habituer à être sur la défensive. Une attitude typique d’un combattant moins préparé. C’était là que les choses intéressantes commençaient. Isaak répondit avec une parade et força le Marqué à la confrontation physique, excédé de devoir faire face à ce cyclone de coup sans fin. Il le repoussa avec force et les deux combattants prirent comme racines sur l’espace, enchainant les impacts d’épées contre épées. Les coups s’enchainaient, étincelles, sueur, souffle. Tout se mélangeait dans un brouillard dégagé par les deux bretteurs. Mais à aucun moment, le Marqué pensa utiliser la magie de sa lame. Soudainement, il remarqua l’ouverture qu’il souhaitait. Isaak prépara un coup instinctivement sur la gauche du Marqué, sa zone plus forte. Son coup était un peu plus lent mais plus puissant. Blaze cala son épée sur son épaule comme s’il la portait normalement, et pivota pour offrir son dos à la surprise de son opposant. La lame mordit son sabre et le Marqué finit sa rotation en laissant glisser la lame de son adversaire au sol. D’un coup d’épaule, il repoussa violemment Isaak qui recula de plusieurs pas sous l’impact physique.

 
Blaze avait un sourire satisfait et heureux. Ce combat était un bon échange, et il n’aimerait pas qu’il s’arrête ici. Il secoua rapidement la tête, essuya la sueur de son front et soupira pour remettre son esprit dans le calme plat avant un nouvel échange. Dont il serait l’initiateur cette fois.

 
« Prêt pour la suite, Lion ? »
 

Cette connotation était plutôt amicale et en signe de respect envers le talent combatif de son rival. Il se mit en posture de dégaine. Il baissa un peu son centre de gravité et pointa sa lame vers Isaak à deux mains. Il se rendit compte en revanche que cette posture était peut-être trop hostile, et il se rabattu sur une pose plus… détendu. La lame le long du corps, comme si rien n’était sur le point de se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Dim 7 Fév - 1:41


Dorénavant, le frimas ne pouvait en aucun cas faire vaciller les deux fine-lames. Pas la moindre bourrasque algide ne perturba la concentration intense ni du nomade, ni de l'exilé. L'ardeur de la rixe surpassait l'hiver qui régnait en maitre dans les bois. La détermination de chacun était telle qu'un halo de vapeur les entourait, exprimant clairement la véhémence de l'affrontement. Le cliquètement du fer se heurtant mutuellement couvrait le meuglement continu de la tempête. Et au cœur de cette tornade d'acier, les deux silhouettes ne cessaient de se mouvoir au rythme de l'un et de l'autre.

Dans l’œil du cyclone, la technique agile du Kazeroï luttait avec la fougue animale d'Isaak. Quand bien même le spadassin à la lame nocturne s'essayait à quelques tours inédits, l'expérience de son antagoniste écrasait promptement toute nouveauté. Mais, comme à son habitude, plongé dans sa transe bestiale, le Fauve de ténèbres faisait fi de toute tentative infructueuse pour poursuivre l'affrontement avec une rage unique. La rage d'un Lion, à en juger par l'appréciation de son adversaire.

Alors, pour satisfaire les attentes du rouquin, l'ancien Moine Fou fit rugir sa lame sur son opposant. Suite à un ballet de coups amorphes emplis de furia, le blondin se démena pour parer l'offensive de Blaze. Si à l'issue du début du duel, l'initiative provenait essentiellement du banni de Belogor, ce fut au tour du sabreur de reprendre la main. Comme à l'accoutumée, l'instinct viscéral d'Isaak permit à ce dernier de s'en tirer, in extremis toutefois. Les échanges de coups se poursuivirent, tandis que le lion à la cape noire répondit avec barbarie. Dans sa tête, l'ancien Louka se réjouissait de la perspective d'un tel affrontement. Mais il suffit d'être paré dans sa course d'un coup d'épaule pour revenir à la réalité. Que faisait-il vraiment ?

Sa charpente combattait seule, mue par la seule intention de survivre. Son esprit, lui, était spectateur, assis dans les gradins de la conscience. Pire, à mesure que le duel s'éternisait, une impression désagréable altéra la psyché du quidam. Une sensation presque familière, qui lancinait l'homme depuis des années. Il l'avait expérimenté longuement dans un état second, puis l'avait subie physiquement durant de pénibles semaines qui devaient le conduire vers la Mort. Si au beau milieu du blizzard, dehors se démenait un lion toutes griffes sorties, au cœur de ce monstre de chair et de métal, le Fauve Noir était une fois encore en cage. Piégé par cet instinct avide de riposte, Isaak ne contrôlait pas cette faculté abyssale. Tout ce qu'il était en mesure de faire, c'était de voir son corps bouger spontanément, et s'épuiser à petit feu face à la dextérité de son adversaire. Le zig prit conscience que ce don seul ne lui permettait pas de gagner en puissance.

Pour sortir de sa cage, le heimatlos devait prendre le contrôle de ce don. Quitte à se brûler les mains à force de rester à proximité de ce brasier de puissance, il semblait nécessaire aux yeux du jeune homme de dompter le talent qui grondait en lui pour lui donner la forme qu'il désirait. Ce fut donc avec la volonté de modeler cette énergie bestiale avec la technique de l'artisan qu'il incarna autrefois qu'Isaak se releva et répondit clairement à son adversaire.


❖ Prêt pour la suite, Lion ?
❖ La suite ? Le véritable duel vient tout juste de commencer pour moi.

On aurait pu deviner une pointe de vanité dans les propos du Fauve Noir. En réalité, il n'en était rien. Le réel affrontement dont faisait mention Isaak concernait principalement celui entre son esprit et ce don qu'il devait dompter. Sa conscience et sa combattivité ne devaient plus faire qu'un s'il désirait réellement passer un cap. Alors, laissant la lueur phosphorescente luire un moment encore dans le creux de ses iris cérulescents, il enserra davantage sa lame et s'adonna à une garde des plus standards. Bien qu'il était en possession de l'arme depuis de longues minutes, le quidam laissa son sens du toucher s'imprégner davantage du galbe de l'épée, du contact avec la poignée.

Ainsi paré pour la suite de ce duel, le guerrier en devenir laissa exhaler un filet de buée d'entre ses lippes. De cette profonde respiration, Isaak espérait inconsciemment purger son être, corps et âme, de toute impureté que la bestialité de son pouvoir lui offrait. Une aura vaporeuse enveloppa provisoirement le Beorc, avant que ce dernier ne brise ce cocon éthéré, chargeant une fois encore sur son adversaire. Cette fois-ci, le jeune homme découvrait réellement le monde de la bataille, le poids de l'arme, la sensation du fer qui s'entrechoque.



Maladroit au prime abord, l'offensive d'Isaak s'adapta difficilement au rythme preste de son opposant. Il y avait quelque chose d'exaltant dans la garde de Blaze, quelque chose de leste dans ses mouvements, comme une invitation à danser avec pour seul accompagnement acoustique le cliquetis de l'acier. Au gré des instruments métalliques, le Fauve Noir apprit à manier la lame au contact de son adversaire. Il était dorénavant assisté par son don mystique, et non plus protégé par ce dernier. Les réflexes furent certes moins affutés, néanmoins Isaak apprit à s'habituer à la présence de son antagoniste. Si auparavant, ses manières brutales mettaient la pression, à présent la fine-lame apprenait directement de son adversaire pour s'améliorer.

Pour autant, bien que le blondin apprit à parer et esquiver, il allait s'en dire que cette modification dans son style de combat eut quelques conséquences. Si précédemment le Fauve Noir tenait l'affrontement, Isaak lui éprouvait quelques difficultés à tenir les assauts du vagabond. Il en résulta plusieurs coupures, des taillades dignes d'un bretteur à la précision redoutable. L'espace d'un combat et le Lion devint Fauve Écarlate, le tissu de bistre absorbant peu à peu l'hémoglobine des blessures. Malgré la douleur, Isaak résista. Il avait connu autrefois maintes tortures, et ce n'était pas quelques plaies de cette profondeur qui allaient l'inquiéter. Mieux, afin de signaler qu'il était disposé à poursuivre l'exercice, Isaak ne manqua pas de revenir sur son titre de Lion.


❖ N'y vois pas un adage cette fois, mais dorénavant le Lion sort de sa cage !

Il n'y avait aucune raison de se pavaner avec pareille métaphore, toutefois Isaak sentait que le progrès se faisait réellement. En cumulant l'observation et sa vitesse de réaction, il construisit peu à peu un style plus souple, plus vif, semblable certes à celui de Blaze, mais avec toujours cette frénésie initiale. Avec des coups plus précis, une garde plus efficace et surtout des réflexes sous contrôle, le Fauve Noir avait de quoi faire jeu égal avec son opposant. Le Beorc ne risquait dorénavant plus de se laisser épuiser peu à peu face à la versatilité de l'homme à la crinière érubescente. Appréciant ce changement, l'exilé de Belogor revint donc à l'assaut, la lame prête à l'emploi, tentant à travers son offensive de reprendre le momentum sur le Kazeroi pour imposer son propre rythme, celui d'un Lion sanguinolent dansant dans la tempête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Lun 8 Fév - 21:44



Le rideau se baissa, le noir envahit sa vision. Le froid rendait ses doigts douloureux, mais pourtant, rien ne l’empêchait de manier son épée avec toute sa grâce. Le vent impétueux soufflait avec force sur son visage, ce qui devrait le calmer, le rafraichir, le rendre inquiet, ou nerveux peut-être ? Mais rien n’en était, le vent était son allié, pour l’éternité. La lame le long du corps, il semblait s’offrir à son adversaire, mais étrangement, il était intimidant, sa confiance, sa posture, son regard. Tout aurait fait fuir un adversaire sans volonté, mais Isaak ne faiblit pas. La détermination et l’instinct du guerrier se reflétait dans les yeux de son adversaire, cette lumière délicieuse… Pendant un instant, le visage de Blaze se déforma de manière sadique et cruelle à l’extrême. Son esprit pensa à complètement éradiquer la volonté du regard de son adversaire d’un coup d’épée si rapide et létal qu’il ne s’en relèverait pas. Une idée bien étrange venant de lui, mais celui qui se tenait devant lui avait un instinct de guerrier, et c’était tout. Il n’était pour l’instant qu’un animal se battant pour la survie…
 
Cette pensée le rendit instable pendant un instant, comment avait-il laissé une telle idée se propager. Comment avait-il même pu envisager cette éventualité ! Ce n’était pas son intention, il devait se concentrer sur l’épée. Son épée et rien d’autre. Dans un autre soupir, il écouta attentivement son adversaire.

"La suite ? Le véritable duel ne fait que commencer pour moi."

Blaze se prit à sourire, cette arrogance qu’il connaissait bien l’attendrissait presque. Il pouvait le briser immédiatement, le couper au niveau de la gorge d’un choc de lame bien placé, mais d’un autre côté… La prudence l’emportait, Isaak semblait capable avec son épée, au-delà que simplement l’agiter telle une bête enragée. Si les compétences d’Isaak rendaient cette phrase sans aucun impact pour l’instant, c’est avec une sérieux et une considération réelle que le Marqué prit l’information.
 
Et il ne fut pas dessus, la lumière qu’il avait aperçue tout à l’heure devint presque radiante. Son adversaire avait décidé de faire un avec son esprit. Sa garde en fut changée du tout au tout. Il tint ainsi son épée en garde médiane. La plus standard et la plus flexible, offrant le meilleur compromit offensif et défensif. Il semblait comme s’être… réveiller. C’était le terme. Enfin, cela allait être plus intéressant qu’un corps se battant pour la survie… Comme il allait attaquer, c’était le moment de montrer une vraie garde offensive.
 
D’un pas décisif, Blaze retint tout de même sa vélocité, la neige n’entravant que moyennement sa vitesse. La lame dans le fourreau, celui-ci garder dans le dos, la main droite sur le fourreau pour le maintenir en position, et la main gauche sur le manche, prêt à dégainer l’épée. De cette manière, le bretteur semblait offrir tout son corps devant lui, avec son épée derrière lui, mais cela lui permettait en revanche de contrer à la vitesse de l’éclair et de repasser immédiatement sur une offensive. Ce qui Blaze démontra avec talent et grâce. Il enchaina les coups tout en remettant son épée dans son fourreau à chaque fin d’enchainement. Isaak semblait avoir perdu en réflexe direct, mais il commençait à comprendre et à s’adapter aux patterns d’attaques, réalisant rapidement que ces attaques étaient principalement en diagonale. Il apprenait, et cette simple pensée rendit le bretteur heureux.

Il était temps de passer à la vitesse supérieur. Blaze montra tout le potentiel de cette garde si peu orthodoxe. Ses mouvements s’enchainèrent à grande vitesse et laissaient peu de temps à Isaak pour parer. Et pour cause ! Il pourrait aller encore plus vite ! Mais le froid et le principe du combat n’était pas fait pour accélérer autant, il fatiguerait trop vite. Les échanges pareils, il faut en profiter, les apprécier pendant chaque seconde, chaque instant, chaque coup d’épée, chaque éraflure est une leçon. Et celle-ci couta quelques gouttes de sang à Isaak. Il infligea, malgré lui, quelques coupures, d’abord quelques-unes, mais après, de plus en plus.
 
La neige devint rouge par endroit, et Blaze se sentit seul. Il recula un instant et leva la main comme pour indiquer qu’il fallait s’arrêter, mais le Lion dépassa ses mots.

"N’y vois pas d’adage cette fois, mais dorénavant le Lion sort de sa cage !"
 
Étrange, il aurait dit l’inverse, que le Lion avait cette fois un maitre pour le guider dans ses assauts, ceci était une image plus correcte. Celui-ci l’inspira un adage de même. « Je ne crains pas les lions sauvages, je crains ceux avec un maitre. » Et Isaak se sentit assez en confiance pour repartir à l’attaque. Son style était plus souple, plus méticuleux, mais avec cette sorte de rage au ventre, sous contrôle. Blaze para avec sa garde d’acier, mais sa posture était faite pour attaquer, pas pour défendre. Il brandit son fourreau pour bloquer un coup avant de dégainer. Le fourreau parait l’épée d’Isaak tandis que son sabre était déjà sorti pour trancher son adversaire sur le flan. D’une réaction vive et réfléchis, le Lion frappa d’un coup de pied le ventre de Blaze, le faisant reculer de quelques pas.
 
Le jeune Marqué resta concentré, mais pas trop, hors de question d’utiliser la concentration interne pour si peu. C’était une botte à garder pour les coups durs, et surtout, si Isaak découvrait l’état de concentration qu’il pouvait atteindre, il était bon pour le lui apprendre. Mais son adversaire comprenait peu à peu la garde ‘dégaine’, et reprit le momentum. Tenir cette garde allait lui assurer la défaite, et ne lui apprendrait rien de plus. Il était donc temps de changer.
 
"Essaye un peu ça!"
 
Le choc d’épée, une autre forme de parade très risqué, mais très efficace. Elle consiste à faire tournoyer son épée, durant ce mouvement, on peut très facilement détourner un coup d’estoc ou même sur le côté. On finit le mouvement en brandissant la lame pour frapper l’adversaire avec. Pas le trancher, le frapper. C’est ce que fit Blaze d’un mouvement souple. Il fit tournoyer son épée qui dévia Isaak de sa course, brisant le tempo acquis. Son épée tourna doucement, passant de sa main gauche à droite pour dévier le coup. Ensuite de droite à gauche, accélérant la rotation. Isaak eut néanmoins le temps de se remettre en garde pour parer l’épée de Blaze arrivant à pleine vitesse sur le flan. Satisfait, il recula doucement avant de se rendre compte qu’il saignait au niveau de la joue.
 
Un sourire moqueur se dessina, lui, touché ? Étrange, il devrait arrêter d’expérimenter des coups pareils, surtout quand ils ne sont pas prêt, et encore moins efficace. Le Lion entama une nouvelle offensive, mais ajouta cette fois-ci des feintes, laissant le Marqué indécis sur ses mouvements. Il para avec une certaine appréhension, que pouvait bien faire Isaak ? Ces coups étaient discontinus et irréguliers en force, certaines fois, ils étaient d’une puissance redoutable, d’autre fois, il l’effleurait à peine. Blaze en était presque nerveux. Il n’aimait pas être sur la défensive, surtout aussi proche ! Isaak le travaillait au corps, lentement, mais surement. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il se fasse touché plus ou moins durement. Le Marqué envisagea de nombreuses possibilités avant de se rendre compte de l’énergie débordante de son épée. Tous ses échanges de coups… Il avait de quoi l’envoyer voler sur quelques mètres avec tout ça ! Mais hors de question de s’en servir. Blaze abandonna sa garde et rengaina son épée à la surprise d’Isaak, qui pensait probablement qu’il allait repasser en posture de dégaine.

Faux.

Blaze entama une rotation pour passer sous le coup d’Isaak, avec un léger pas sur le côté. Isaak avait déjà lancé son assaut et se rendit compte de l’erreur. Blaze agrippa le bras d’Isaak avant de caler son dos contre son ventre.
 
"Heyaaaa !"
 

D’un mouvement souple, il projeta par-dessus son épaule Isaak qui mangea le sol doucement, amorti par l’épaisse couche de neige. Blaze entama une dernière rotation avec sa lame, la laissant s’arrêter juste devant le cou d’Isaak. Soudainement, tout devint plus lourd, le combat s’était arrêté enfin. Mais les bruits d’épée, le tintement de l’acier résonnait encore dans son esprit. Le Marqué rengaina sa lame et offrit sa main pour aider le Lion à se relever, sans un mot. Juste un sourire satisfait et amical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Ven 26 Fév - 17:12

À l'issue de cette seconde moitié de duel, Isaak était un tout autre bretteur. Sa lame, agressive et brutale était passée entre les mains d'un homme plus concentré et impliqué dans ses actions. Il n'était plus question de se laisser dominer par une quelconque intuition abyssale; le Fauve Noir prenait les choses en main. À travers ce domptage psychique et cet apprentissage d'un jour, le bretteur dut concéder quelques blessures avant de pouvoir imposer à nouveau son propre style. Mélange abscons de divers horizons, ce style confrontait la véhémence animale apportée par son instinct presque surnaturel et des éléments issus de la garde et des mouvements de Blaze, corrigeant ainsi ses lacunes. Le tout sans l'influence malsaine de cette épée au lustre nocturne. Même si récemment l'errant n'avait de cesse d'enchainer les rixes contre de multiples criminels au profit de sa bourse, il n'avait pas pour autant gagné en technique. Là, perdu dans l'infini de la sylve enneigée, le Lion apprenait à donner à son sabre la noblesse que son titre lui conférait.

Dans cet environnement tumultueux, le tandem de duellistes faisait fi du reste. Seul comptait dorénavant l'affrontement et rien de plus. Après avoir marqué un temps d'arrêt, lui permettant de changer de fusil d'épaule, Isaak s'immergea pleinement à nouveau dans la bataille. Sa concentration était à présent réelle, tant pour apprendre que se défendre. Il en allait de même pour son opposant. Leur détermination atteignit un point tel que l'espace autour d'eux n'avait plus d'importance. Le froid, l'empêtrement dans la neige, l'éreintement… tous ces facteurs ne rentraient plus en jeu. Pas même le temps qui s'écoulait ne semblait influer sur le lion et le loup. À chaque instant, leur regard se croisait, les lames aussi, et il paraissait impossible de déterminer si des minutes ou des heures s'écoulaient entre chaque croisade. Autour d'eux, c'était un étrange halo de vapeur qui se formait et se déformait sous les heurts, preuve tangible de l'intensité de l'affrontement. Il ne restait qu'un dernier paramètre décisif dans l'issue de cette joute algide : seule l'expérience comptait.

En effet, même armé de ces réflexes surhumains, Isaak était encore loin derrière son ainé en matière d'empirisme martial. Si tant est qu'il essayait de le rattraper, l'avancée du Kazeroi était nettement supérieure à la sienne. Lui n'était qu'un novice en matière d'escrime. Son antagoniste en revanche était un vagabond, qui avait connu l'entrainement avant de faire la rencontre de nombreux opposants aux histoires variées, aux armes diverses, en des lieux innombrables. Oui, Blaze était un alérion qui avait pris son envol depuis de longues années, traçant sa route à travers les courants aériens. D'un battement de lame, il fendait l'air vers de nouveaux horizons. Isaak, lui, peinait à faire son envolée. Son pennage, alourdi par un passé pénible riche en traumas tant physique que psychique, freinait son élan. Le bretteur avait appris à vivre autrement qu'en tant qu'aiglon. Il côtoya les corbeaux au cœur des cadavres, les larves parasites qu'il imitait en tant que Moine Fou, avant de faire sa chrysalide. Les ailes encore fraîche, il faisait aujourd'hui face à la falaise. Il était prêt à bondir, afin de rattraper le temps perdu, de rattraper Blaze dans son ascension vers des cieux encore jamais atteints encore.

Ainsi distancé dans son vol par l'homme à la crinière carminée, le Fauve Noir parvint néanmoins à toucher son adversaire. Laissant une trace subtile et d'incarnat sur son faciès, le blondin se laissa par la suite submerger par l'afflux d'ingéniosité dont fit preuve son opposant, allant jusqu'à pratiquer une sorte de pugilat qui le projeta à terre dans un moment d'inattention. Cependant, même vulnérable, et la pointe de la lame entre les deux yeux, une impression occulte perdura un instant dans les méandres de l'exilé. Dans les ténèbres de sa psyché, l'ardente volonté de guerroyer persista. Un désir presque malsain, tant il subjuguait ses pulsions de survie. C'était comme si, en dépit de sa propre existence, l'animal qui sommeillait en lui choisissait de prolonger le combat par pur instinct. Des tréfonds de son âme, la vision sauvage d'une tentative presque désespérée de charge, quitte à s'en crever l’œil, traversa les pensées de l'aiglon. Une scène vive et soudaine, qu'il ne pouvait expliquer clairement. Était-ce un relent sinistre de la malédiction qui prenait racines dans son épée de jais et intimait son porteur à agir dans la folie ? Ou bien cet instinct indomptable qui échappait au contrôle de son possesseur ? Qu'importe la source de cette ombre guerrière, il en fallut de peu pour que le baroudeur en herbe ne poursuive le duel au péril de sa condition physique, voire mentale.

Quoiqu'il en soit, bercé dans les ténèbres de son esprit, l'ancien Louka ne manqua pas de choir, projeté par la prise agile de son opposant. Mais un instant confronté à la lame agile du Kazeroi permit à l'égaré de pouvoir observer l'astre coruscant poindre au sein des nimbus. L'obscurité se dissipa promptement. Face à lui se tenait une scène des plus fascinantes. Celle d'un homme d'épée, usant de toutes ses ressources dans l'effort, et par-dessus du soleil bénissant de son lustre ce combat entre les deux bretteurs : le Lion de Jais et le Loup d'Amaranthe. Perçant à travers la nue, un unique rai de lumière irradia alors le tandem, qui noya de splendeur l'iris cérulescent de l'heimatlos : c'était la Parfaite Lumière.  

Le temps sembla se figer une poignée de secondes, avant qu'Isaak ne reprenne totalement ses esprits et accepte fermement mais avec le sourire la dextre bienveillante de son antagoniste.


❖ Merci… pour ce combat. À vrai dire je ne me bats que depuis peu, n'ayant jamais appris à manier l'épée auparavant. J'espère que ça ne t'a pas empêché d'apprécier malgré tout le duel !

Assisté par son interlocuteur, le Fauve Noir se releva, le corps encore couvert de sang. Sans plus tarder, le blondin retrouva le confort de son épais manteau de fourrure, en bon cryofuge qu'il devenait. Jusqu'à présent c'était l'ardeur du combat qui lui donnait la chaleur nécessaire. Puis, promptement, il rangea son arme maudit, afin d'écourter toute sensation de malpeur en contact de ladite arme. Dorénavant vêtu et équipé comme dà l'accoutumée, Isaak dut tenir ses engagements. Qu'importe l'issue de son affrontement avec le rouquin, il devait respecter sa promesse de lui accorder davantage de confiance. Tout en allant récupérer les biens volés, qu'il avait auparavant rassemblé dans quelques sacs de tissu, le bretteur joignit le geste à la parole.

❖ Comme promis tout à l'heure, je t'accorde à présent ma confiance. Tu m'as l'air de quelqu'un de droit, en témoigne ta dernière action au cours de notre combat. Je te propose donc que l'on prenne avec nous les biens volés par ces brigands et qu'on retourne au village les ramener à leur propriétaire. Quant aux cadavres, laissons la nature s'en charger : mes commanditaires devineront à notre arrivée le sort de ces hommes.

Sans pour autant avoir fait de bruit à son sujet, Isaak le Fauve s'était donné une réputation de mercenaire efficace, tâchant de neutraliser définitivement toute proie qu'il s'engageait à poursuivre. L'état inerte des trois criminels pouvaient en témoigner. Depuis son expédition punitive envers Colvagh le tyran, il avait appris à faire face avec la mort, à ne plus craindre d'occire. Sans le vouloir, il avait le profil idéal pour jouer les coupe-jarrets. Ces considérations ainsi faites, les deux hommes se partagèrent le butin et partirent en direction de la civilisation, abandonnant ainsi le triumvirat cadavérique à la merci des nécrophages en tout genre.

Sur la route, le banni de Belogor délia sa langue pour son comparse à la crinière écarlate. De naturel taciturne, Isaak estimait qu'il pouvait davantage s'ouvrir auprès du bretteur. Ce dernier ne semblait le juger que par sa lame, non pas par son apparence ou son passé. Par ailleurs, suite à un tel affrontement, le Fauve Noir considéra qu'il avait tout à apprendre du dénommé Blaze. Alors, tâchant d'en apprendre plus sur son compagnon provisoire de route, l'homme chargé de joailleries entreprit d'ouvrir la conversation sur un volet plus intéressant que le climat évident qui couvrait encore leurs épaules de neige.


❖ Tu étais vraiment impressionnant tout à l'heure. Heureusement que les brigands que je chassais ne se battaient pas comme toi, sinon je n'aurais pas fait long feu… d'où te viens cette maitrise extraordinaire de l'épée ?

Et, tandis qu'il espérait une réponse qui comble ses attentes de néophyte, les deux hommes poursuivirent leur marche pénible en direction du hameau. Au loin, on pouvait apercevoir le tandem progresser dans un silence troublé de temps à autre par le sifflement de la bise et les grillottis des bijoux dérobés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Dim 28 Fév - 0:00



La neige semblait être des pétales s’écrasant à une vitesse effarante au sol. Le Marqué récupérait lentement du duel et repassait chaque moment dans sa tête. Il entrevoyait les chocs d’épées et les étincelles qui en résultaient. Chaque mouvement était une leçon en elle-même, et malgré sa dominance évidente sur ce combat, il avait appris à parer de nouveaux mouvements plus hiératique, cela lui servirait contre les styles plus sauvage d’épées. Et après tout, cet entrainement avait été très physique, le forçant à travailler son endurance et sa force de frappe. Tout était satisfaisant, et il attendit la réponse d’Isaak avec impatience.
 
Malgré son silence, Blaze se montra très surpris, Isaak se battait depuis peu ? Eh bien, une étrange surprise, à la fois rassurante et terrifiante, son potentiel était extraordinaire, et bien que son style méritait une véritable révision, ce n’est que normal en considérant ses débuts. Toutes les pièces collaient, son style animalistique, sa défiance devant les blessures et sa confiance envers ses instincts plutôt que ses techniques. Il était littéralement frais dans le monde du combat, et c’était très mauvais. Si on laisse ses instincts décider, on en devient une bête sauvage incapable de faire preuve de discernement ou de logique en plein combat. Si la puissance d’un tel style n’est jamais remise en question, mais il y a une race plus adepte pour ce style : les Laguzs. Blaze faisait du meilleur avec les deux, combinant instinct de Loup et art des Beorcs, mais cette route était encore très longue, et elle n’avait pas de fin. Par ailleurs, ce combat aurait pu continuer, car Isaak avait clairement une volonté de fer et les crocs d’un Lion.
 
Ce fut avec prestance que Blaze se rhabillât, grelottant à cause du temps terrible de la région. Mais il avait gagné la confiance d’Isaak et un peu plus d’expérience grâce à ce duel. Il l’aida à transporter le matériel, histoire de se faire ses bras, qui en avait grand besoin pour équilibrer sa carrure. Il restait silencieux et calme, mais le froid commençait à doucement éteindre la flamme de la vie dans son buste. Il avait juste compris que bientôt, il y aurait de la douce chaleur, enfin… Non, il ne fallait pas rêver, il décida plutôt se concentrer sur Isaak et sa posture. Il semblait avoir eu un passé terrible, mais pourtant, son attitude était plutôt légère pour l’instant. Mais l’état de ses habits était clairement celui d’un mercenaire, quelques choses auquel Blaze ne se rabaissait que rarement. Tuer ou être tuer, c’était à quoi se résumer ce travail. Il fallait le faire pour survivre, et cette saison était rude, pour tous. Alors il laissait un peu ses envies de combat à mort reprendre le dessus pour ce genre de travail, mais il avait entendu qu’un certain mercenaire noir était redoutable. Au début, il n’y aurait jamais cru, mais Isaak correspondait à la description. Certes, le style d’épée dévastateur en moins, mais cela devait être des ragots d’hommes cherchant à gonfler la rumeur pour la rendre plus terrifiante. S’il devait rester ici quelques temps, bosser un peu lui donnerait des fonds bien nécessaires, et un partenaire est la meilleure des garanties qu’un travail ne finisse pas mal.
 
Cette idée germa lentement dans sa tête, et la discussion avec le Loup noir était fructueuse, il répondit, un peu rougissant.
 

« Ma mère m’a enseigné la lame. Seulement les bases, le reste, c’est dans le sang et la sueur, ya que ça de vrai. Une fois au village, on se tape un bon petit repas chaud avec une cervoise? J’ai l’habitude d’offrir après un bon duel. Intéressé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Mar 12 Juil - 15:25

Au gré du cliquetis des bibelots de métaux précieux et du sifflement de l'aquilon, les pétales de neige virevoltaient dans le bas ciel, au beau milieu de cet océan d'albe. Les amandiers étaient en fleur, et de glace. Au beau milieu de ce printemps de glace, le tandem de bretteurs poursuivait sa pénible marche, la tempête leur faisant face. Bien que grelottant, Isaak ne bronchait pas. Il avait l'habitude des expéditions solitaires, dans des climats rudes et parfois des circonstances handicapantes. Chaque fibre de son être s'était imprégné de toute cette expérience malsaine pour supporter au mieux le calvaire. Nonobstant cette résistance aux rudes épreuves de sa vie, l'exilé de Belogor avait choisi de s'intéresser à son partenaire de galère, un certain Blaze, et plus précisément sur l'origine d'une telle technique à l'épée. Une manière non volontaire de focaliser son attention sur son comparse et non le froid mordant qui les assaillait à chaque instant.

À la suite de la réponse du rouquin, Isaak se sentit presque diamétralement opposé à lui, avec pour seul référentiel leur statut d'épéiste. Blaze était de ceux qui avaient reçu une éducation avant de se faire autodidacte du sabre. Son adversaire en revanche avait apprivoisé sans aucun soutien la flamberge avant de s'intéresser aux fondamentaux. Il ne connaissait pas ses limites, là où l'homme à la crinière érubescente savait les situer pour pouvoir les repousser. Sa lame maudite accentuait d'un cran cette différence, plongeant le berserker dans un état où le verbe s'arrêter ne s'appliquait pas à lui mais uniquement à ses adversaires. Au lieu de broyer du noir sur cette faiblesse latente, le blondin tâcha de répondre à l'invitation de Blaze. Quelques instants, allongés du fait du silence étouffé par le blizzard, s'étaient écoulés depuis la réponse du rouquin. Faire attendre davantage n'aurait fait qu'accentuer les traits taciturnes d'Isaak.


❖ J'accepte ton offre, il n'est pas bon de rester le ventre vide avec un temps pareil. Faisons d'abord un crochet par la maison de mes commanditaires avant de finir cette éprouvante journée dans la taverne du village.

Le reste de la marche se fit dans le silence. Malgré la confiance portée à l'égard de Blaze, Isaak restait avant tout un solitaire, qui n'avait pas l'habitude du contact humain. Presque misanthrope, ses quelques fréquentations se résumaient au minimum vital : des aubergistes, des taverniers et des personnes pouvant lui apporter des renseignements fiables. Il s'était donc habitué à parler si nécessaire et transmettre un minimum d'informations à son égard. Isaak tenait à dissimuler son passé des autres. Quand il s'agissait donc de poursuivre la conversation avec Blaze, l'ermite fit preuve de maladresse, quand bien même l'envie d'apprendre de son expérience lui démangeait jusque dans ses plaies étranges.

Le temps passa, et le duo de bretteurs arrivait bientôt à destination. Le blizzard faiblissait à l'approche du village. Il ne subsistait qu'une douce poudreuse qui ondulait dans le ciel et captivait le regard d'Isaak. Cette neige avait quelque chose de mystique aux yeux d'Isaak. Elle lui inspirait un élément intégrant de sa vie, ou plutôt d'une vie antérieure dans ce monde de nature en sommeil et de froidure. Une impression inexplicable, enfouie au fond de lui qui émergeait temporairement dans ce paysage singulier. Cette même impression se dispersa peu à peu parmi les flocons, alors que Blaze et Isaak se retrouvèrent finalement aux portes d'un petit village de montagne.

Sans plus tarder, l'homme à l'épée d'ébène guida son camarade d'armes à travers le village pour rapporter les biens auprès des familles. L'espace d'un quart d'heure, Isaak passa pour un bon samaritain, bien qu'au final il resta aux yeux de ses commanditaires un mercenaire parmi tant d'autres, prêt à se salir les mains pour une poignée de pièces. Cette pensée traversa l'esprit d'Isaak, qui se demandait si Blaze approuvait de tels actes. Pour certains, le mercenariat était une tâche dégradante, réduisant le guerrier à n'agir que pour l'appât du gain et non pas l'honneur de servir une cause ou un seigneur. Sur le chemin de la taverne, le heimatlos tint donc à rassurer de son mieux son binôme.


❖ Ne va pas croire que je me plais à vivre en tant que mercenaire, Blaze. Si je me salis les mains, c'est car j'ai besoin de gagner vite de l'argent pour entreprendre un projet. Et il s'avère qu'éliminer la vermine rapporte davantage que tondre les moutons. De toute manière, c'est ce que je sais faire de mieux, et je pense que les gens ne pourraient pas me confier d'autres tâches.

Isaak ne laissa pas à Blaze le temps de réagir à ses justifications pouvant sous-entendre d'éventuelles complaintes à l'égard de sa condition. Ce n'était pas là le but, le blondin n'étant pas du genre à se plaindre sur son sort. Au lieu de s'appesantir sur la vision qu'avait les gens de lui, Isaak invita de la main le rouquin à le suivre au milieu de la taverne pour prendre place où bon leur semblait. Le tandem se concerta et décida de s'asseoir à mi-chemin entre la sortie et le comptoir, sur une table donnant sur une fenêtre. Tâchant de retirer son œillade du paysage contemplatif de l'extérieur, le bretteur reprit la discussion, piqué par la curiosité une fois encore et l'envie de changer de sujet.

❖ Qu'est-ce qui t'amène dans les montages de Begnion alors Blaze ? À en juger par tes vêtements, tu ne m'as pas l'air du coin. Et puis, ta technique à l'épée ne m'évoque rien de ce qu'on peut rencontrer ici…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Jeu 28 Juil - 1:07



Froid… Si froid… Ceci n’était pas à quoi il était habitué, et demandant une attention particulière. Pourtant, la neige avait une beauté si unique et particulière que se plaindre était le cadet de ses soucis. La pellicule blanche semblait réduire le monde au silence, amortissant les sons. Les arbres avaient perdu leurs feuilles pour tenir une épaisse couche de poudreuses, avant de plier et de recommencer. Le vent lui envoyait ses flocons au visage qui se désagrégeait à la douce température de ses joues, rouges et abimés par la condition rude du temps. Il se renferma un peu plus dans son manteau en priant que celui-ci l’empêcherait de mourir de froid d’ici-là. La réponse d’Isaak le tira ses pensées solitaires. Le temps de latence entre les questions et les réponses semblait voulu, et probablement dû au temps. Après tout, qui voudrait mettre son énergie à discuter avec un temps aussi terrible. Il sourit derrière son foulard qui lui couvrait une bonne partie du visage.
 
Ainsi ils marchèrent dans le froid. Le fait d’avoir une personne devant lui était une sensation réconfortante, et rare. Il n’avait qu’à se caller à son rythme, et pas au sien. Concentrant ses efforts pour ne pas perdre de distance, il marcha dans le plus grand silence en observant avec plus de détail la carrure d’Isaak. Ce « Lion » était grand, un peu plus que lui, qui est d’une taille relativement standard. Sa carrure plus forte semblait trahir une force physique plus grande, ainsi qu’un passé un peu plus lourd… Blaze se mit à ses côtés pour l’observer au niveau du visage. Maintenant que le combat était passé, il s’attarda sur les détails, la mine de l’homme était… intimidante et peu joyeuse, c’était le moins qu’on puisse dire. Typiquement le genre d’homme vers lequel peu oserait se tourner. Un certain bouc blond se dessinait, tandis que ces cheveux semblaient plutôt long par les standards d’hommes. Ses yeux avaient de grande poches… Et le genre de poche qu’il reconnaissait. Stress, anxiété, peur, bref, beaucoup de choses peuvent en être la cause. Il y a pas si longtemps que cela, Blaze avait les mêmes yeux, après avoir perdu sa mère et arpenter le désert… seul.
 
Mais c’était un désert blanc qu’il traversait aujourd’hui, et cet homme lui offrait une compagnie des plus rassurante. Il respecta d’un sourire le silence du mercenaire. La tempête sembla se montrer plus clémente à l’entrée du village, et c’est un long soupir de satisfaction que Blaze poussa à l’idée d’un repas chaud. Il tendit la main et une légère pellicule de neige s’y forma, et il leva la tête pour respirer à plein poumons l’air frais. Le décor méritait une véritable peinture, non, celle-ci ferait offense à la beauté du paysage, il y avait une sorte de magie dans cette forme d’eau, indescriptible, comme l’immensité du désert, c’était simplement féerique. Mais il arrêta de se laisser distraire pour suivre Isaak. Le village était commun, le silence n’était coupé que par le crissement des bottes sur la neige. Ainsi il déposa son contrat et récupéra une certaine somme d’argent. Sur le chemin, Isaake se justifia, non nécessaire pour Blaze. Il ne répondit pas et se contenta d’abaisser son foulard et de sourire. Ainsi, le duo arriva à une taverne, la chaleur le réconforta beaucoup plus que prévu et il manqua de pousser un soulagement si fort que tout le monde aurait pu le prendre pour autre chose. Il y faisait bon vivre, et rapidement, ils se trouvèrent à une table.
 
« Et bien, je viens d’Hatary, je suis un vassal de la reine en quelque sorte. Je voyage principalement par passion, mais j’en profite pour affiner mon jeu de lame… Et rencontré des êtres hors du commun comme toi je dirais aussi ! Héhé. »

Il rigola doucement pour détendre l’atmosphère.

« Hum… Je n’aime pas pousser les gens à se présenter plus que nécessaire, et avec ceci. » Il pointa l’épée du doigt. « J’en sais déjà assez sur toi, même si mon histoire n’est pas belle ou joyeuse… j’admets qu’entendre la tienne risquerait de flinguer l’humeur. Alors parlons plutôt d’autre chose. Parlons plutôt d’avenir ! Si tu veux savoir le mien, et bien, mon épée a des propriétés uniques sur le vent, apprendre à la maitriser et à la renforcer est un objectif sur le long terme. »
 
Alors un petit sourire carnassier se dessina sur son visage.
 
« Entre nous, j’ai dû tuer autant d’homme que toi pour des fins aussi pitoyables que l’argent, mais c’est la vie. Vivre, c’est manger les autres, le désert m’a appris tant. »
 
Il leva la main et le duo prirent commande. Blaze décida de partir sur de la viande grasse avec plusieurs cervoises à venir. Il laissa Isaak faire son choix et il demanda.
 

« Tu m’as parlé d’un projet. Je suis curieux, tu as quelque chose de spécial… Ah, sauf si ça te dérange, bien sûr, je ne voudrais pas te forcer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Jeu 8 Sep - 15:22

L'atmosphère de la taverne tranchait radicalement avec celle de l'extérieur. Isaak le ressentait clairement, son souffle opalescent ne s'effacant dorénavant que sur la surface toujours froide de la vitre qui lui tenait compagnie. Après avoir abandonné ce monde silencieux gouverné par la neige et les arbres en sommeil, les deux escrimeurs redécouvraient un microcosme chaleureux, animé au gré des conversations ainsi que des bruits de gobelets et de chaises. Avec pour soleil l'âtre de la taverne, la foule anonyme orbitait dans l'allégresse autour du feu pour fuir l'âpreté de la saison morte.

Dès lors qu'il fut assis, Isaak n'était plus le même qu'en rentrant dans l'établissement. Il n'était plus ce fauve noir impitoyable et dont chaque foulée dans cette terre nivéenne était imprégnée de mélancolie. Il redevenait presque un béotien parmi tant d'autres, cachant néanmoins de son mieux les blessures du passé. Inconsciemment, alors que son interlocuteur évoquait ses origines septentrionales, le bretteur remontait lentement la manche de son manteau au niveau des bras, afin d'en couvrir les multiples traumatismes qui y grouillaient. Précédemment, il avait exposé ses deux bras lors de son duel avec le Kazeroï, affichant dès lors les dits stigmates. Effaçant promptement cette vision de son esprit, le blond au regard azuréen se concentra à nouveau sur sa discussion avec son confrère d'armes. Ce dernier semblait errer par simple plaisir, tout en profitant de son vagabondage pour affûter sa technique. Une ambition des plus modestes, contrairement à Isaak qui donnait à chaque jour le poids de sa volonté de reconstruire son identité.  


❖ Eh bien, je viens d’Hatary, je suis un vassal de la reine en quelque sorte. Je voyage principalement par passion, mais j’en profite pour affiner mon jeu de lame… Et rencontrer des êtres hors du commun comme toi je dirais aussi ! Héhé.

Face à cette remarque, le heimatlos fut gêné, incapable de remercier son interlocuteur d'une quelconque manière tandis que ce dernier rigolait pour relâcher la pression. Des commentaires positifs, Isaak n'en avait reçu que très peu, la plupart provenant essentiellement des personnes qu'il appréciait le plus et tragiquement, qui toutes disparurent de sa vie. Mais le blondin n'eut guère le temps de se décontracter, alors que Blaze désigna son épée démoniaque et affirma avec une certaine légèreté :

❖ J’en sais déjà assez sur toi, même si mon histoire n’est pas belle ou joyeuse… j’admets qu’entendre la tienne risquerait de flinguer l’humeur.

Le Fauve Noir manqua de se crisper une seconde fois. Quelque part, Blaze n'avait pas tort : le récit de Louka, comme celui d'Isaak, sa version adulte aseptisée de tout fanatisme névrotique, n'avait rien de plaisant. Encore moins quand ce conte d'horreur pouvait prendre illusoirement vie par un simple contact avec l'épée à l'éclat ténébreux. Le visage de l'ancien moine déchu s'assombrit alors que son allocuteur faisait un parallèle entre le nombre de morts que les deux bretteurs se partageaient. Les fins pitoyables dont parlait Blaze, Isaak ne saurait les déterminer dans son cas, lorsqu'il sévissait en tant que Moine Fou dans les montagnes orientales de Begnion. Toutes ces morts, ces crimes existaient sans raison, sans réelle logique. Elles n'étaient que le fruit de la démence d'un être trahi par la vie et son incarnation dans son penchant lumineux : Ashera.

Alors, le mercenaire au manteau d'ébène essaya de mettre de côté son passé pour se tourner davantage vers le présent, de redevenir un quidam parmi les autres. Blaze passa commande et ainsi Isaak en fit de même. Hésitant à l'idée de se laisser tenter par l'alcool, l'exilé céda à la pression exercée par son camarade qui s'était décidé à prendre une cervoise. Il tenait à faire bonne figure à ses côtés. Un gibier devait accompagner sa boisson, afin d'apaiser la faim qui commençait lentement à le tirailler. En attendant que le repas et la boisson arrivent, le Fauve Noir tenta de répondre sommairement aux interrogations du rouquin.


❖ Mon projet… est assez flou au final. J'ai besoin de voyager à travers Tellius pour me construire une nouvelle vie, bien différente de l'ancienne. Et aussi… je recherche quelqu'un.

Ce quelqu'un, c'était l'unique rayon de soleil dans la vie d'Isaak. Une étincelle d'espoir dans un océan de ténèbres. Pour autant, cette quête idyllique paraissait chimérique, tant les informations sur la personne qu'il recherchait étaient floues. Il n'en subsistait qu'une seule, une impression à la fois légère et claire dans son esprit, qu'il se permit de retranscrire aussi fidèlement que possible à son camarade de table.

❖ Quand je pense à cette personne, elle m'évoque deux grandes ailes qui me couvrent. Mais ça n'a presque rien à voir avec des ailes d'oiseaux. C'est plutôt… comme une maison. Oui, comme un toit qui me couvre et me protège. Mon unique chez moi, en quelque sorte.

La serveuse coupa momentanément la conversation, amenant sur la table les deux gobelets de cervoise réclamés par le tandem d'escrimeurs. Observant timidement la surface mousseuse de la boisson, Isaak reprit le fil de son récit.

❖ C'est peut-être flou, mais c'est cette personne précise que je recherche. Cela me prendra peut-être des mois comme des années, mais je n'ai qu'elle vers qui m'accrocher.

Raison pour laquelle il avait abandonné toute éthique, allant jusqu'à semer la vengeance contre la lucre afin d'alimenter son voyage. C'était ce que le banni de Belogor aurait pu ajouter, néanmoins le temps était plus approprié aux réjouissances, comme en témoignaient les deux verres qui n'attendaient qu'à être consommés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Ven 9 Sep - 0:23



Avec ses sens aiguisés comme une lame, il était assez facile de déceler à quel point son interlocuteur était tendu. Peut-être s’était-il mal exprimé, en réalité, tout ce qu’il voulait, c’était de discuter sans problème, mais il faut croire que quelque chose chez lui frustre les gens. Blaze esquissa un peu de détresse alors qu’Isaak décida finalement de répondre après la commande passer. La réponse le laissa inspiré et satisfait : il ne lui en fallait pas beaucoup plus, chacun ses secrets. Il souhaitait mettre son passé derrière lui ? Une volonté qu’ils partageaient. Si Blaze adorait Hatary, les Loups qu’il considérait comme ses frères, les étendues sans fin de sable, il ne pouvait dénigrer le fait que ceux-ci, dans les mirages de la journée et le froid du soir, lui rappelle quelques amères souvenirs d’une famille désormais alimentant les cendres des dunes. Chercher quelqu’un ? Pendant un instant, il l’envia. On pouvait dire beaucoup d’un homme à travers ses yeux, son expression, sa posture. Cette personne représentait énormément pour lui, il fallait être aveugle ET sourd pour ne pas s’en rendre compte.

La suite lui donna raison. Ca manière de dire lui apportait un confort et une idée très précise de la personne, du moins, de ce qu’elle était pour lui. Elle était un foyer, un endroit où il se sentait chez lui, et c’était quelque chose que lui ne possédait pas. Blaze ne cacha pas un sourire bienveillant.

« Un chez soit… » La chope coupa nette ses pensées.

Une ancre, quelqu’un qui sert d’appui, de raison quand le monde devient fou. Le bretteur hatarien ne pouvait que comprendre et respecter un projet pareil. Son voyage ressemblait à un enfantillage à côté… Avait-il lui-même une maison ? Non, elle avait brûlé il y a déjà bien longtemps, plus de cheminée avec un feu qui l’attend, plus de lit, plus rien qui ne l’attachait au sol. Si cette sensation ne l’avait jamais touché pour l’instant, l’avenir risquerait de lui prouver le contraire. Il savait survivre dans les routes, c’était devenu presque comme sa propre maison, mais elle n’avait que le titre, pas la fonction. Un jour, il risquerait de s’en lasser ?
Il laissa son reflet sur sa chope le guider dans ses pensées alors qu’Isaak finissait d’établir son plan pour l’avenir. Blaze resta silencieux avant d’exprimer sa pensée :

« Je suis presque jaloux ! Ça doit être beau d’avoir quelqu’un avec qui tu te sens… toi. Etre accepter dans son intégrité, pas seulement pour sa force, ou sa race… »

Blaze regarda avec tristesse sa main, avant de reprendre à voix basse.

« Hélas, je porte une malédiction, mes parents ont pêchés, et j’en porte la marque. Je ne leur en veux pas, mais je n’ai personne en réalité. » Son expression abattue s’envola rapidement pour un sourire éclatant. « Mais j’ai l’avenir devant moi pour changer ça ! J’espère que tu parviendras à la revoir sans encombre. »

Il souleva sa chope et l’invita à trinquer en demandant, un petit sourire en coin : « Cheers ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Dim 11 Sep - 19:32

En exposant ses ambitions, le blondin n'avait pas imaginé que son interlocuteur se sente autant touché par ses propos. Même si l'exilé de Belogor n'était guère habitué à comprendre les émotions habitant les gens l'entourant, la faute à un esprit presque sauvage, il voyait néanmoins que le rouquin était pensif. Impossible à partir de là pour l'escrimeur de deviner à quoi pouvait bien songer l'homme qui se tenait en face lui. Il ne faisait cependant aucun doute pour Isaak que la quête d'un toit semblait préoccuper également Blaze Kazeroï. Aussi étrange que cela puisse paraître, le blondin apprécia partager pareille similarité avec son partenaire de duel. Présentement, le Fauve Noir n'avait pour chez-soi que cette chambre d'auberge d'un soir, ce campement de fortune quelque part dans la forêt, au bord de la rivière ou bien encore au sommet d'une colline. Se sentir en présence d'un autre errant parmi la pléthore de sédentaires qu'il côtoyait de temps à autres le rassurait.

L'escrimeur à la lame d'ébène fut vite tiré de ses pensées alors que son allocuteur faisait état du maléfice que ses progéniteurs lui avaient laissé sous la forme d'une trace physique. Une telle tare physique semblait faire référence aux Marqués, fruit maudit de l'union entre Beorc et Laguz. Isaak se souvenait avoir entendu parlé de cette minorité souvent écartée de la société. Encore moine au monastère de Belogor, il fut surpris de voir avec quelle animosité ses confrères d'ordinaire si paisible évoquaient cette "abomination de la nature". L'exilé cependant n'exprimait aucune animosité particulière envers les Marqués, ne ressentant aucune raison de devoir les haïr.

Sans regret envers un tel legs, Blaze aspirait dans un futur plus ou moins proche à retrouver une présence qui pourrait clairement combler sa solitude. Hochant brièvement la tête, comme un remerciement des plus sommaires à l'encouragement de son camarade, Isaak joignit le geste à la parole de ce dernier et souleva à son tour la choppe de bière qui lui faisait face.


❖ À notre rencontre !

Spontanément, le fauve noir vint faire s'entrechoquer son verre avec celui du loup de feu. Une manière singulière, quoiqu'un peu rustre de marquer sa rencontre avec son camarade bretteur. Timidement, Isaak porta la boisson à ses lèvres et avala une franche gorgée. L'alcool échauffa son gosier, avant de réchauffer facticement ses entrailles. Faisant abstraction de sa faible tolérance à l'eau-de-vie et dérivés, le bretteur essaya d'apprécier la saveur d'orge du breuvage alcoolisé.

❖ Parle-moi de ton pays, Hatary. Je t'avoue n'avoir connaissance que des terres Beorc qui constituent Tellius, aussi suis-je curieux d'entendre l'histoire d'un pays d'hommes-loups qui t'a permis d'apprendre à manier l'épée…

Ce n'était pas dans les habitudes de l'heimatlos de solliciter son interlocuteur à se livrer ainsi à pareil exercice que la description de sa terre natale. Solitaire et neurasthénique de nature, l'escrimeur conversait peu avec son entourage, encore moins quand il s'agissait de lancer un sujet de conversation. Néanmoins, il était persuadé que le rouquin était à l'aise dans ce genre de situation et avait bien des histoires à lui conter. Les deux mains encerclant sa cervoise, il observa simplement le Marqué en attendant une quelconque réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Lun 26 Sep - 14:20



Il était des plus agréable de pouvoir partager un moment de paix dans un chemin aussi intransigeant que celui de l’épée. Parfois, ce genre de conversation tournait court, d’autres fois, on tentait simplement de l’exploiter, ou pire, de lui soutirer son argent et sa vie. La solitude inhérente à la vie d’un vagabond n’a pas que des défauts. Mais tout homme deviendrait fou s’il devait rester seul trop longtemps. Alors, dans cette voie, empli de sang, de tristesse, de cri, d’acier et de colère, respirer et oublier cette vie difficile en compagnie d’une âme aussi perdue offre un réconfort unique en son genre. Un petit frisson de bonne humeur le parcourut alors que sa choppe s’entrechoqua avec celle d’Isaak. Il apporta le liquide ambré à sa bouche et apprécia la senteur de houblon et la fraicheur de la boisson. Ce n’était pas une mauvaise bière… A moins que sa langue n’ait subit une perte de gout avec le temps pareil ! Mais le résultat était le même, un alcool partagé a toujours une meilleure saveur que seul. Isaak semblait ne pas être en reste et bu, bien que timidement, sa choppe.

Blaze reposa sa choppe doucement avant d’entendre la requête du blondin. Il esquissa un sourire qui trahissait en réalité une peur de ce sujet. Il se regarda à travers sa bière et se remémora les paysages magnifiques d’un désert de sable. Une lune si claire et lumineuse qu’elle recouvrait tout d’un voile d’argent.

« Hataray hein… Un désert mortel, mais d’une beauté toute aussi létale pour celui qui prend le temps de la voir. La région se limite plus à la frontière entre Begnion et Daein, où des villages prospèrent. Plus on s’enfonce dans les dunes, plus survivre devient difficile, mais cet endroit est empli d’une certaine magie… »

Le bretteur roux pointa du doigt une fenêtre montrant la rue du village, couverte de neige et d’un blanc étincelant, reflétant par-ci par-là les rayons du soleil passant timidement les nuages.

« Des étendus sans fin, d’un orange puissant et infini. La nuit, une lune si grande qu’on a l’impression de pouvoir la toucher en tendant la main. Un froid qui n’a rien à envier à celui-ci dans les nuits les plus durs, et une chaleur de plomb le jour. »

Sans s’en rendre compte, Blaze regardait dans le vide, absorbé par ces souvenirs. Si vivide, si puissant, la simple vision de cet océan jaune le remplissait d’une fierté sourde. Son regard était fixé sur un des chandeliers, la flamme lui rappelant sans doute la chaleur réconfortante de son pays. Il secoua la tête.

« Un pays simple et difficile en toute somme. Pour l’épée… » Blaze déglutit, les souvenirs affluaient, bon comme mauvais, certains bien pire. « Eh bien, ma mère était de Daein et mon père un Loup. Logiquement, il n’y a que très peu d’épéiste là-bas. »

A la suite d’un profond soupir, il s’adressa à Isaak. Il avait envie de simplement dire « et toi ? », mais c’était probablement indiscret et allait provoquer un froid certain. Tous n’ont pas fait leurs paix avec leur passé, et c’était son propre cas. Il essuya un début de larmes en revoyant la tombe de sa mère avant de reprendre sans hausser la voix.

« Voilà dans les grandes lignes. Je voyage pour observer et découvrir. La neige m’était inconnue il y a peu… Hum…»

Et que dire maintenant ? Sa seule arme pour se défendre était un sourire gêné, et les mots ne lui venaient pas. Il avait envie de l’entendre parler un peu de lui, comme un échange… Mais c’était plus prudent d’y renoncer.

« Je ne vais pas forcement m’attarder trop longtemps dans cette zone en tout cas, mais si je peux t’aider tant que je suis là, n’hésite pas à me prévenir. »

Il prit à nouveau une petite gorgée, moins extravagante que la première mais rien ne le sauvait de cette sensation désagréable d’être à côté de la plaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Dim 9 Oct - 23:59

La cervoise avait servi de biais pour ouvrir la conversation sous de meilleures augures. Isaak, porté par sa curiosité, avait choisi de se pencher sur les origines septentrionales de son camarade de la journée. Lui, qui n'avait connu que les hauteurs escarpées et les forêts denses de Begnion, était curieux de la manière dont un local pouvait apprécier la vie dans un désert. Du peu de lectures que l'escrimeur put faire sur le sujet, ce dernier était conscient du climat aride de la terre des hommes-loups. Mais les livres ne parlaient pas : ils ne faisaient que retranscrire de façon objective et froide ce que leurs auteurs voulaient transmettre sur le papier. Aussi, enclin à connaître davantage le sabreur itinérant, Isaak sollicita les souvenirs chargés de sentiments et de vie du Kazeroi pour s'immerger davantage dans cet inconnu lointain que représentait pour lui Hatary.

Ce fut donc tout naturellement avec une oreille grande ouverte et un air attentif que le blondin se tira de sa morosité latente pour suivre le récit de son interlocuteur. Il ne suffit qu'un instant, certainement de contemplation à travers sa mémoire chargée d'images, pour que Blaze puisse mettre en ordre le récit qu'il raconta avec un certain entrain.

Buvant chacune des paroles du rouquin, à défaut de sombrer dans l'ivresse à chaque gorgée de cervoise, Isaak se représentait mentalement les paysages décrits par le Marqué. Chaque description, bien que claire, laissait toujours un voile de mystère derrière elle. Et cet écart entre l'imagination du jeune Lion d'ébène et la réalité dépeinte par le Loup érubescent donnait aux mots de Blaze la magie d'un conte. Un conte qui captivait totalement le jeune escrimeur. Impossible de déterminer si cette fascination tenait de son hébétude graduelle ou tirait plutôt sur son innocence juvénile qui donna tristement du charme au Moine Fou.

Transporté par la narration entrainante du Marqué, Isaak sentit presque la bise se changer en un léger sirocco balayant le sable. Un monde ardent presque infini s'offrait à la psyché du Fauve Noir. Le quidam était emballé, presque saisi par la pensée de découvrir un jour ce monde qui le fascinait. Mais le souffle de l'aventure se heurta bien rapidement à un mur, celui du devoir. Avant de pouvoir réaliser ce qui n'était qu'une simple ambition d'enfant, Isaak avait la tâche d'errer en quête d'identité. Aussi paradoxal cela semblait-il, son vagabondage était ceint par les frontières Beorc, en quête de ce foyer perdu, qui, il le sentait l'attendait quelque part dans ces territoires.

Ce conflit interne opposant ambition à rêverie s'évanouit soudainement comme une poignée de sable au vent, alors que Blaze ponctua la fin de son histoire d'un « Hum » chargé d'hésitation. Nonobstant le malaise atténué du voyageur de Hatary, l'exilé de Belogor se sentit presque comme reconnaissant à son égard. Cet homme, dont il avait fait la connaissance quelques heures auparavant, s'était ouvert à lui, tel un livre de contes aux odeurs enivrantes de voyage et de taverne. Alors que Blaze annonça qu'il se retirait bientôt, Isaak prit une nouvelle gorgée de bière et donna à ses paroles la valeur d'un pourboire pour les talents d'orateur du Kazeroi.


❖ Je te remercie pour ta proposition, mais aussi pour ton histoire ! Ton pays m'intrigue beaucoup, je te l'avoue… J'ai grandi dans les hauteurs du nord de Begnion. Je n'ai connu que les forêts abondantes et la fraîcheur des sentiers de montagne. Aussi je rêverai de pouvoir un jour observer de mes propres yeux ces dunes pleines de magie dont tu m'as parlé.

Le repas touchait à son terme, comme en témoignait les assiettes et gobelets vides des deux escrimeurs. Glissant quelques pièces sur la table, Isaak se leva dans le même mouvement, son regard porté vers Blaze.

❖ Je ne te retiens pas plus longtemps, j'ai à faire ailleurs également. J'espère que nos chemins se recroiseront à l'avenir, ainsi que nos lames. D'ici là, je pense pouvoir te montrer mes progrès à l'épée !

La lame maudite retournant à ses côtés, l'escrimeur maudit tourna les talons, saluant d'une dextre levée son camarade hataryen avec la volonté de le retrouver avec une technique plus affûtée que ce déchainement de sauvagerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
avatarMarqué


Messages : 261
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   Lun 17 Oct - 10:22



Isaak se montra bon publique et l’écouta sans l’interrompre. Il semblait presque avoir réellement apprécier la description du désert. Ce fut pourtant long, et entrecoupé par le repas et les petites gorgées de bière pour s’hydrater la gorge. Le tout avait fait remonter des souvenirs et cette nostalgie ne pouvait que l’aider à mieux apprécier le décor, la neige tombant doucement à intervalle régulier pour fondre sur la vitre. Ce fut au tour du bretteur blond de s’ouvrir, timidement certes, mais suffisamment pour que Blaze le retienne comme cas unique : Isaak venait des monts de Begnion, une région qui lui restait inconnu et lui fournit une idée de voyage, quand le temps deviendrait moins rude.

Le repas arrivait à sa fin, comme leur rencontre. D’un simple regard, ils se comprirent qu’ils devaient retourner vaquer à leurs occupations. Blaze se félicita de cette rencontre simple, mais des plus agréable, et ce fut Isaak qui paya l’addition, une attention charmante. Blaze se leva à son tour et fit un signe de main pour le saluer.

« J’espère qu’on se reverra vite, d’ici-là, portes-toi bien. »

Blaze réajusta sa lame et essuya sa bouche d’un revers de la manche avant de remettre son manteau. Isaak partit devant et Blaze le suivit avant de partir dans la direction opposée. Il se retourna une dernière fois pour observer le bretteur blond à la lame noire. Un pressentiment lui souleva le cœur, comme-ci quelque chose allait mal se passer. Un vent froid et agressif lui fouetta le visage, le rappelant à l’ordre. Il mit une écharpe de fortune pour se protéger. Ce même vent commença à soulever un nuage de neige fraiche du sol, jusqu’à rendre Isaak invisible. Couper de la vue, Blaze continua à marcher devant et quitta le village, le ventre plein et un bon souvenir de celui-ci. Ce pressentiment restait inquiétant, et le bretteur roux se promit de rester prudent à leur prochaine rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: La parfaite Lumière [PV Blaze]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La parfaite Lumière [PV Blaze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obélisque de lumière
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» [Porteuse de lumière]Akari
» Lumière vacillante : seul face aux glaces !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Lieux Divers
-