AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La mort attendra...encore... [Blaze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: La mort attendra...encore... [Blaze]   Sam 1 Avr - 20:05

La faim… Omniprésente… Envahissante… Insupportable… Pourquoi… Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas pu digérer ce lapin ? C’était de la viande, non ? Pourquoi avait-il fallu qu’il vomisse presque aussitôt ? Il avait si faim, maintenant…

Sa vue se troublait. Depuis combien de temps n’avait-il pas mangé ? Beaucoup trop, apparemment. Il voyait double…non, triple…peut-être même plus encore, difficile à dire. Et il avait mal, tellement mal… Son ventre était si creux qu’il aurait juré le sentir à travers son dos. Quelle sensation horrible… Chaque pas lui rappelait avec une cruauté sans nom que son dernier repas devait remonter à plusieurs jours. Il marchait, mais l’équilibre lui faisait défaut. Contraint de s’appuyer constamment à un arbre, puis au suivant, il avançait à pas lents et chaotiques, ses jambes tremblantes le portant à peine. Une heure plus tôt, il avait pu courir après ce fichu lapin, mais c’était uniquement grâce à l’adrénaline, l’espoir de capturer son repas et de regagner des forces. Maintenant, il n’y avait plus aucun animal à courser, et l’adrénaline ne lui servait guère plus qu’à rester conscient. Ses paupières se fermaient toutes seules et il devait lutter pour les maintenir ouvertes…jusqu’au moment où il n’y parvint plus.

L’archer était à la lisière de la forêt. Encore quelques mètres et il toucherait les derniers arbres. Quelques mètres de plus, et il atteindrait ce petit village, là-bas. Un petit village comme on en voyait beaucoup, à la frontière entre Daein et Begnion. Un petit village tout à fait paisible, qui ne s’attendait pas à voir arriver ce pauvre garçon, à moitié mort, arc à la main. Les quelques villageois qui l’aperçurent ne comprirent pas tout de suite, et aucun ne vint vers lui. Et puis ils le virent s’effondrer. Ses jambes le lâchèrent finalement et il tomba au sol, sombrant dans l’inconscience presque avec soulagement. Au moins, il n’aurait plus mal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Sam 1 Avr - 23:10



La perception du monde est une question de point de vue, moi-même je ne peux me vanter d’être capable de tout comprendre. Que ce soit pour la connaissance ou comme l’entrainement, le deux sont un chemin sans fin qui s’étend plus pour chaque pas. Je ne savais plus où j’allais, mes pieds avançaient par habitude, car si je m’arrêtais... J’entendrais. Je reverrais tout. Et c’était la dernière chose que je souhaitais subir. Daein, la reine, Hatary, tout se mélangeait dans une bouillie infâme et indigeste, je ne pouvais y goûter sans sentir mes tripes sauter dans mon corps. Alors pour ne pas faire face à mes pensées, je marche encore et toujours. Jusqu’à ce que l’appel de la lame se fasse trop fort pour y résister : chaque tintement de mes sabres excite mes sens, me dit de me perdre dans l’ardeur du combat. Oui. Ce n’est qu’en me battant que tout disparaît, il ne reste que moi, ma lame, et la personne d’en face.

Je secoue ma tête dans une tentative futile d’oublier mes tourments. Que dirait mon maître ? Je ne le sais pas, ou peut-être je ne souhaite pas me souvenir de ces moments heureux ? Probablement, j’avais besoin de laisser tomber mon armure, contrairement à ce connard de géant, je porte une armure encore plus lourde que lui, une armure d’esprit. Du moins c’est ce que je me dis, il est vrai que quand je me regarde aujourd’hui, la « vie » a gagné… Le garçon du désert est mort, laissant place à… Moi. Un marqué, avec pour seule compagne des épées et un bras en moins pour les manier.

Mon bras me démangeait, le garder sur la garde de mon sabre était un supplice nécessaire à ma sécurité, et mon Dieu mes yeux ! Qu’ils étaient lourds, heureusement le prochain village était encore à quelques pas de là. Enfin, la forêt se découvrait. La vue de village me redonna une poussée d’énergie, mon esprit s’éclaira. Le désespoir et toute cette merde fut balayée par la bonne nouvelle. Les choses simples vous rendent les plus heureux, et mon défi du jour se révélait un succès. Je pensais enfin avoir la paix, un bon thé chaud, une couverture pour dormir... Ca ne faisait que trop longtemps que je dormais à même le sol, mon corps avait besoin d’être un peu chouchouté... Enfin, je pensais que cela allait arriver si ce n’était qu’une silhouette s’effondra dans un bruit trop facilement reconnaissable.  Je me ruai sur lui. Un jeune homme, en très sale état. Visiblement, il n’avait pas mangé depuis trop longtemps ni eu de sommeil. Je pris d’abord le temps de vérifier son pou, très faible, sa vie ne tenait qu’à un fil désormais. Son corps montrait des carences alimentaires terribles, ça confirme mes inquiétudes… Le pauvre a dû marcher comme un malade pour atteindre ce foutu village !


« Reste calme, je vais t’aider. » Des mots simples, qui se voulaient rassurant, mais comment j’allais l’aider ? Je n’avais pas réellement pris le temps d’y réfléchir, que je commençais déjà à le soulever par l’épaule. Mon unique bras souffrit le martyre pour le mettre au niveau de mon épaule valide. Mon autre bras pendait toujours aussi misérablement. Je pouvais tenter de le bouger, mais la douleur se fit si cruellement qu’on aurait dit des lames figées dedans. Le poids était trop conséquent, je flanchais invariablement… Le poids de Kaze, ma lame sacrée de vent, de mon épée d’argent et de Melly étaient déjà beaucoup à supporter. Les années m’avaient conférer l'endurance nécessaire, mais désormais avec un homme en plus, c’était trop. Arrête de penser abruti. Continue de marcher, il n’y a que ça que tu sais faire si ce n’est que te battre ! Je mis un pas, puis un autre, voilà, doucement, ça s’appelle marcher espèce de faiblard, maintenant applique, plus vite, encore plus vite. Je n’avais pas fini de m’insulter mentalement que je me trouvais aux portes du village.


« Aller chercher de l’aide, vite ! Il va y passer si on le soigne pas ! »

Trop peu de réaction, bien évidemment, la vue de sa marque sur la main n’aidait pas… Mais les gens pointèrent au moins une auberge… Aller, je n’avais que quelques pas à faire. La sueur me collait les cheveux, rendant le tout terriblement inconvénient. Le saligaud ne mettait même pas de force dans ses jambes, je devais le trainer à la force brute.

(Aller bordel de merde, tu peux le faire ! Tu as déjà laissé trop de gens crever par ta putain de faiblesse, lui tu peux le sauver, alors bouge ton cul !)

Je ne voulais plus voir les gens mourir, j’avais eu ma dose pour le moment, bientôt je serais capable de voir à nouveau le visage d’un mourant en face, mais pas aujourd’hui, mes plaies sont trop vives… Enfin. On est arrivé. Je déposai vite le jeune homme sur une chaise.

« De l’eau, de la nourriture et des cataplasmes, il est bouillant. »

La surprise me fut des plus agréables, il y avait un docteur parmi eux, qui s’empressa de l’ausculter. On apporta de quoi le remettre sur pied. Et j’étais heureux, m’écrasant sur une chaise, déposant mes épées dans un foutoir pas possible, et passant ma main sur mon visage pour en laver la sueur qui coulait à flots.
Quelques minutes plus tard, j’avais de l’eau fraîche et de quoi me sustenter. Je gardais tout de même un œil sur le jeune homme, il avait besoin de repos, mais qui sait quand il reprendrait conscience…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Dim 2 Avr - 11:13

La douleur et la faim s’estompaient doucement à mesure que le noir envahissait sa vue. L’archer n’avait plus que deux possibilités, à partir de maintenant, il le savait : mourir, ce qui ne le chagrinerait pas plus que ça au final puisqu’il n’avait plus aucune attache sans passé, ou bien être sauvé. Mais qui sauverait un inconnu qui avait l’air d’avoir déjà rendu l’âme ? Oh, il s’en doutait très bien, personne ne penserait qu’il pouvait encore être sauvé. On le laisserait là, ou alors quelqu’un aurait la politesse de lui offrir une tombe creusée à la hâte, mais dans tous les cas il irait nourrir les vers. Il ne se faisait pas d’illusions sur ce point…

Des bruits de pas. Quelqu’un venait vers lui. Sûrement pour voir s’il était déjà mort ou s’il fallait l’achever pour abréger ses souffrances.

« Reste calme, je vais t’aider. »

… Non, ça, ce n’était pas prévu. Quelqu’un qui essayait de l’aider ? Non pas qu’il n’appréciait pas, bien au contraire, il se prit à espérer qu’il allait survivre… Mais c’était assez inattendu. Il voulut dire quelque chose, montrer qu’il était encore conscient, mais à quoi bon ? Le temps d’écarter ses lèvres, il perdit connaissance pour de bon.

Le garçon dormait. Un sommeil réparateur dont il avait grandement besoin. Il ne rêvait pas, mais son corps était agité par la fièvre. Il n’était pas impossible qu’il soit malade, probablement à cause de son séjour prolongé dans la mer, avec la moitié de son corps encore humide d’être resté trop longtemps dans l’eau. Il était également couvert de crasse, et l’arrière de son crâne était marqué d’une vilaine blessure. Il donnait vraiment l’impression de n’être encore vivant que par miracle…

Après deux bonnes heures de sommeil, ses yeux s’ouvrirent enfin. Il analysa son environnement. Au-dessus de sa tête, ni ciel ni arbres, mais un toit solide. Il était donc en intérieur. Ses doigts accrochèrent quelque chose de dur. Il était...assis, a priori. Une chaise, sûrement. Donc quelqu’un l’avait traîné jusqu’ici, avait pris la peine de s’occuper de lui et de s’assurer qu’il reste en vie. Mais qui faisait ça pour un parfait inconnu ?! La réponse lui vint quand il tourna la tête. Il y avait un homme à côté de lui. Très certainement son sauveur, sinon qui d’autre ? Un bras en moins, l’air fatigué, des épées à côté de lui…ce devait être un aventurier.

Puis le regard du jeune homme tomba…sur la nourriture qui était juste à côté. De la nourriture… Il y avait à manger à moins d’un mètre de lui, et il ne pouvait pas bouger… Quelle frustration ! Il remonta son regard vers l’homme, suppliant, puis de nouveau vers cette nourriture si alléchante, puis encore une fois vers l’homme. Il rassembla son souffle pour articuler sa demande :

« S’il vous plaît… J’ai faim… »

On ne tarda pas à lui donner ce qu’il réclamait, à son grand soulagement. Se redressant avec difficulté, il dévora avidement ce premier vrai repas depuis sûrement des jours, pleurant presque tant ça lui fit du bien. Il songea à se lécher les doigts mais, voyant leur état de saleté, préféra s’abstenir et se tourna plutôt vers son sauveur.

« Merci… Je ne pensais pas survivre. »


Dernière édition par Toarsen le Mar 4 Avr - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Lun 3 Avr - 16:30



L’humidité et la crasse dégoulinaient de mon visage. Le battement dans mes tempes se faisait un peu moins violent par les minutes qui suivent. La sensation de mon cœur sautant dans ma poitrine s’escompta pour laisser place à une fatigue généralisée. Mon bras gauche me tirait comme pas possible et le droit… Eh bien. La description la plus proche que je pouvais faire, c’était qu’on me pompait du venin dedans. Mais je lançai long soupir de soulagement, une mort en moins sur ma conscience, qui sait combien pouvait-elle encore supporter. C’est presque rapidement que le malheureux archer reprit conscience, et son regard disait tout. La faim le dévorait, il sacrifia même son souffle mourant pour formuler une demande. Comment j’étais supposé réagir ? Je ne savais pas, aussi je restai de marbre, peut-être que toutes ses années m’ont bel et bien vidé de mes sentiments… Ce fut les généreux hôtes qui amenèrent de la nourriture au jeune homme, me laissant tranquillement récupérer, cela me convenait, le silence parle plus que les mots parfois.
Il y a quelque chose d’honnête chez un homme affamé : il ne ment pas. J’observais d’un coin de l’œil le repas se faisant dévorer. Oui, la faim, la soif, la peur, ces besoins vitaux ne mentent pas, ces sensations sont nos alliées les plus précieux, toujours proches de nous, contrairement au courage, qui nous délaisse le moment venue, la bonté aussi, le respect aussi. On se devait de ne pas oublier que le Beorc, où le Marqué par extension est une bête, pas sauvage, mais une bête. Mon regard se tourna sur la marque de ma main, m’arrachant un bref soupir. Ce mémento de ma naissance m’aide à me rappeler que mon absolution sera dans ma capacité à ignorer ses sentiments…
Une voix brise ma concentration, m’obligeant à lever la tête pour entendre les remerciements de ce jeune archer. Je ne pouvais réprimer mon sourire, car pendant un bref instant je ressentis de la sérénité. J’étais heureux, heureux d’avoir aidé quelqu’un. Mais ce que je ne saurais jamais, c’est si je le fais désintéressé, ou pour mieux vivre avec moi-même. Khar’a… Elle a cette bonté même, elle aide et donne sans s’attendre à recevoir. J’aimerais me dire que je fais ça pour les autres, que leur bonheur est le mien ! Alas, une réponse que ma mère possédait…

« Eh ben tu as survécu pour un autre jour. Puis t’en survivra un autre certainement, et encore un autre. Ça s’appelle survivre. Je m’appelle Blaze. »

Pas bien d’essayer de faire plus fort que ce que l’on est, mais si je pouvais un tantinet soit peu lui transmettre un brin de sagesse, mon maître en serait heureux. Je pris un temps pour me relever et payer le barman au comptoir, de quoi prendre un bain, le repas, et tout ça quoi. Après quoi, je m’écrasai à nouveau sur ma chaise et dégainai mon épée d’argent pour l’aiguiser. Processus compliqué quand un bras refuse de bouger. Il suffisait de mettre la lame entre travers des jambes et la planter au sol, puis laisser le coup de main faire.
« Comment diable t’es-tu retrouvé dans un merdier pareil ? »
Et voilà ma partie préférée, rester assis et écouter. On apprend tellement de quelqu’un si on ouvre ses yeux et ces oreilles, et je comptais ne pas en perdre une miette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Lun 3 Avr - 17:27

Une chose avait marqué le jeune homme quand il avait observé son sauveur : son silence. Son manque de réaction. Il n’avait pas cillé en le voyant ouvrir les yeux, ni en l’entendant demander à manger. Il était resté parfaitement immobile, sourd à sa détresse. Et pourtant, c’était forcément lui qui l’avait sauvé… Mais quel était donc ce drôle de personnage ?

En tout cas, il y avait d’autres personnes pas loin, et c’est eux qui lui apportèrent à manger. Son estomac s’apaisa enfin, non sans émettre quelques grondements de satisfaction quand la nourriture l’atteignit enfin. Et pendant ce temps, l’épéiste semblait réfléchir. L’archer fit de même. Il n’avait qu’un seul bras, et plusieurs épées dont le poids avait l’air conséquent. Il avait dû le traîner, ou le porter jusqu’ici. Dans les deux cas, ça avait sûrement représenté un effort considérable pour lui. D’où la fatigue et l’absence de réaction. Il devait être un peu ailleurs, il ferait mieux de se reposer, lui aussi.

L’homme se tourna tout de même vers lui avec un sourire en l’entendant le remercier. Il en profita alors pour lui donner ce qui ressemblait fort à une leçon de vie un peu bancale. Puis il lui donna son nom : Blaze.

« Toarsen. »

Une réponse simple et efficace, à hauteur de ses facultés mentales actuelles. La tête lui tournait encore un peu, mais il mit ça sur le compte du repos forcé mais insuffisant. Il profita du temps que Blaze se « balade » un peu pour remettre son cerveau à l’endroit et tenter de faire le point. Il avait traversé un bout de forêt depuis la mer jusqu’à ce village. Ça lui avait pris deux bonnes heures, à vue de nez, même s’il n’avait aucune idée de comment il avait pu évaluer le passage du temps. Ah, si…il regardait régulièrement le soleil à travers les branches des arbres. Donc, ça voulait dire qu’il savait se repérer au soleil et qu’il avait un minimum le sens de l’orientation. Eh, bien, très bien même !

Son sauveur revint alors, dégaina une de ses épées, ce qui ne manqua pas d’inquiéter le blessé…la planta dans le sol et commença à l’aiguiser. Ouf. Déjà plus rassurant. Et bien sûr, il lui posa cette magnifique question :

« Comment diable t’es-tu retrouvé dans un merdier pareil ? »

Comme s’il le savait, tiens… L’archer soupira et haussa les épaules.

« Je ne sais pas. Je ne me souviens de rien. Je me suis réveillé dans la mer, pas très loin d’ici, mais avant ça…rien. Pas le moindre souvenir. Où…où est-ce qu’on est ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 4 Avr - 10:21



Toarson était son nom. C’était bon à savoir, mais quant à la suite de la réponse… Cet homme est donc amnésique ? Ce ne serait pas ma 1ère rencontre avec ce genre d’individu mais, ça complique toujours les choses. La première chose à faire, c’était de le rassurer.
« Nous sommes dans un des villages frontaliers entre Daein et Begnion, un endroit tranquille. »
Plus troublant encore, le fait qu’il se soit réveillé dans la mer. Ma géographie n’était pas particulièrement développée mais il était de connaissance commune que la seule étendue d’eau comparable à un océan est bien à l’Est d’ici ! Je réalisai soudainement la terrible distance que l’archer avait parcourue. Mon aiguisoir m’en glissa des mains, ma tête se remplit de question mais visiblement, Toarson avait besoin de repos. Mes questions attendraient.

« Tu as parcouru une distance faramineuse… Mais nous remettrons cette discussion à plus tard. »

Ce n’est pas l’envie qui me manquait, vraiment ! Mais à sa place, me faire assaillir de questions serait la dernière chose à souhaiter. Aussi, je me relevais pour m’approche de lui.

« Attention, humphh ! »

Sans tout mon acier branlant, le porter se révélait plus facile, il restait encore quelques marches à gravir. Je pris le temps pour ne pas presser Toarson, lentement mais surement, j’ouvris difficilement de mon épaule la porte. Le lit était en soi une vision divine, mais ça attendrait.  Délicatement, je le fis s’assoir sur le lit.

« Pour l’instant, il te faut du repos. »


Il y avait de l’eau et de quoi manger si jamais la faim le reprenait. Sur ces mots, je redescendis  pour discuter brièvement avec le teneur de l’auberge, afin qu’on lui apporte ce dont il avait besoin, la journée était encore jeune et il y avait tant de chose à faire. Je finis d’aiguiser ma lame avant de la sortir pour un entrainement. Le même depuis des années et des années encore… Le Soleil tomba plus vite lorsque ma lame tranchait l’air, un fantôme, un ennemi imaginaire. Ma seconde entrée dans l’auberge… Eh bien j’étais encore plus trempé de sueur qu’auparavant, une douche était tout ce que je désirais à ce point. Mais je devais d’abord m’enquérir de l’état de l’archer, aussi je pris les escaliers pour toquer la porte de la chambre.  


[HRP : Blaze n'est pas réellement demi-manchot. Son bras droit est toujours présent, juste terriblement scarifier, donc inutilisable. C'est important de garder ça en tête]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 4 Avr - 11:38

Daein et Begnion… Ces deux mots lui semblaient vaguement familiers, mais sans plus. Son pays natal n’était probablement pas un de ces deux-là. Il devait avoir des connaissances minimales en géographie avant de perdre la mémoire. Mais le temps qu’il s’en soucie, en fait…il fut tiré de ses pensées par le bruit d’un objet qui tombait par terre. Il sursauta. Son sauveur avait l’air choqué. Mais par quoi ?

« Tu as parcouru une distance faramineuse… Mais nous remettrons cette discussion à plus tard. »

Une distance faramineuse ? Mais non, il marchait depuis à peine deux heures, il n’avait pas parcouru tant de distance que ça… Il voulut répondre, s’expliquer, mais Blaze l’en empêcha. Il le souleva de son unique bras valide –de toute évidence, ses blessures l’handicapaient vraiment– et le guida jusqu’à un escalier. Encore faible, mais à peu près en état de tenir sur ses jambes malgré tout, Toarsen essaya de réduire le poids que ce pauvre homme devait supporter. Montant les marches lentement, une à une pour ne pas tomber, ils arrivèrent enfin en haut et entrèrent dans une chambre. Une fois sur le lit, il ramena ses jambes vers lui et s’assit en tailleur, les yeux levés vers l’épéiste. Il avait l’air tellement fatigué, lui aussi…

« Je suis pas le seul…à avoir besoin de dormir. Ménagez-vous un peu. »

À vrai dire, s’il n’avait pas été aussi mal en point lui-même, il se serait relevé et lui aurait laissé le lit, quitte à le pousser dessus sans lui laisser le choix. Mais il s’en savait incapable, aussi se contenta-t-il de soupirer en le voyant partir et de se rouler en boule sur les draps. Il s’endormit presque aussitôt.



De l’eau… De l’eau partout autour de lui… Un horizon bleu et plat… Où était-il ? Il regarda ses pieds, et découvrit avec stupeur qu’il était debout sur l’eau même. Portant ensuite un regard circulaire, il ne vit ni terre, ni aucune créature vivante. Il était seul au milieu de cet immense océan. Aucun son, aucune odeur ne lui parvenaient cependant. L’eau était calme. Il se baissa, toucha la surface du bout des doigts. Elle était chaude. Il porta ses doigts à sa bouche et ne constata aucun goût salé. Ce n’était donc pas un océan ? Mais si ce n’était qu’un lac, où était le rivage ?

Sachant très bien qu’il ne trouverait pas la réponse ici, il commença à marcher. Un pas, hésitant…un deuxième… Il ne s’enfonçait pas. Il se mit donc à courir, désireux d’atteindre le bord de cet étrange lac le plus vite possible.

Plus il avançait, plus il se sentait…triste. Sa course ralentit progressivement, pour finalement redevenir une marche simple. Quelque chose n’allait pas avec cet endroit, en dehors du simple fait de ne pas en voir le bout… Partout où il regardait, il n’y avait que du vide, et ce vide l’emplissait paradoxalement d’un profond sentiment de peine et de manque. Où pouvait-il bien être ?

Quelque chose attira alors son regard, enfin. Il se tourna. Il y avait…quelque chose, oui. Mais pas moyen de dire de quoi il s’agissait. C’était une sorte d’ombre, noire, mais étrangement lumineuse. En s’en approchant il entendit un mot résonner dans sa tête. Un seul mot…




Quand Blaze toqua à la porte, il n’obtint aucune réponse. S’il entrait, il verrait l’archer en boule sur son lit, profondément endormi, murmurant en boucle un simple mot : « Zia ».

Toarsen ne se réveilla qu’une demi-heure plus tard, troublé par ce rêve. Il vit qu’il y avait à manger à côté de lui et commença à grignoter, songeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 4 Avr - 15:50



L’absence de réponse ne me rassurai point, mais je n’avais pas le courage de briser le sommeil de Toarsen, en tout cas l’idée d’un bain d’eau chaude me réjouissait grandement. A force de voyager, on prend la poussière à une vitesse pas croyable. Les escaliers m’offrirent un dernier effort avant la satisfaction de l’eau chaude. Une bassine remplie à ras bord, des serviettes ainsi que de quoi nettoyer mes vêtements. Un bref instant pour prendre soin de soi.

La vapeur se condensait pour tomber finalement en gouttelette dans un ‘plouic’ irrégulier, tout était terriblement humide et étouffant. Des vêtements baignaient déjà dans d’autres sceaux, probablement oubliés. L’équipement était rudimentaire au mieux, une brosse, du savon en bloc et quelques serviettes dont certaines trouées. La source de la vapeur venait d’une chaudière connectés à la cheminée de l’auberge, dans cette dernière, on pouvait apercevoir des pierres certainement chauffés indirectement par le feu. Elles apparaissaient totalement sèches malgré l’humidité et la température de la pièce.

Corvée que c’était à une main de se laver, douloureux au toucher et encore plus à bouger, quelques plaintes de douleur se formaient sur mes lèvres alors que la brosse passait inexorablement sur mon bras inerte. Rares étaient les moments où je m’arrêtais pour le regarder. De longues traces sombres, partant de ma main, semblaient remontés telle une flamme jusqu’à mon biceps. Dans une tentative vaine, le contraction de cette main me foudroya sur place, au point même ou j’en lâchais la brosse pour me masser le membre endommagé. Mais d’autres aspects n’étaient pas si ternes, mon corps avait eu le temps de retrouver une bonne masse musculaire, et mon bras armé était bien plus large et solide que dans mes souvenirs. Mon reflet se formait sur l’eau des sceaux, mon bouc avait atteint une petite taille, m’arrachant un soupçon de fierté. Mais tout prenait un temps fou, et la sensation de bien-être s’estompa pour laisser place à de la frustration. Je pris de longues minutes pour mouiller mes cheveux et encore plus pour les laver. L’eau avait presque fini de refroidir le temps que je me rince totalement. En effet, la bassine était faite pour être soulever à deux mains, m’obligeant à attacher une de mes ceintures sur les attaches afin de la soulever au-dessus de moi pour me rincer. Au final, j’étais encore plus fatigué qu’à mon entrée, mais j’étais propre.
 
Venait la torture que d’enfiler sa chemise, cette dernière était-elle-même troué par endroit, tranché par d’autre, des taches de sang, de sueurs, tout ce genre de truc qui rappelle une histoire. Au moins, ça sentait le savon désormais… J’ouvris la porte délicatement pour voir l’archer dans ses pensées.

« Tu te sens mieux ? »

Visiblement oui, mais ça valait toujours le coup de demander. Je lui envoie un sourire sympathique, du moins je pense qu’il l’est. Prenant place assise en tailleur, je soupira et médita très brièvement pour me vider la tête avant de reprendre.


« Comment va ta tête ? Pas trop de courbature ? Pas de vision trouble ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 4 Avr - 16:54

Le jeune homme avait presque fini de manger, sans même s’en apercevoir à vrai dire, quand il entendit la porte s’ouvrir. Il tourna la tête et sourit en voyant l’épéiste. Cet homme lui était plutôt sympathique. Il hocha la tête, lui assurant qu’il allait mieux.

« Je me remets… J’avais surtout faim, en fait, ça fait du bien de manger. »

Il le regarda s’asseoir, se mit face à lui et lui rendit son sourire. Il en profita également pour le détailler, puisqu’il n’en avait pas encore eu l’occasion pour le moment. Son sauveur était de toute évidence expérimenté, il semblait avoir vécu beaucoup de choses. Tout à l’heure, il semblait exténué, par le fait d’avoir dû le porter mais Toarsen supposait que le chemin qu’il avait dû parcourir y était aussi pour quelque chose.

« Comment va ta tête ? Pas trop de courbature ? Pas de vision trouble ? »

« Euh… Je sais pas, ça va… »

Surpris, il porta la main à sa tête…et remarqua quelque chose de surprenant. Son bandeau n’était plus là. Il avait quelque chose à la place. En tâtonnant un peu il arriva à la conclusion qu’il s’agissait d’un bandage. Il s’était blessé à la tête ? Il n’avait même pas remarqué ! Son visage devait d’ailleurs le dire assez clairement. Il détermina assez rapidement que la plaie était à l’arrière de son crâne, grimaçant quand ses doigts la trouvèrent et lui envoyèrent une onde de douleur.

« Je vois… Je n’avais même pas senti que j’étais blessé… C’est quand je suis tombé ? Hum, non, vu l’emplacement, probablement pas… »

Un coup sur la tête… Eh, c’était peut-être pour ça qu’il était amnésique ! Si c’était le cas, connaître la cause allait peut-être l’aider à guérir plus vite. Enfin… Non, c’était idiot ça, comme idée. Il haussa les épaules et reporta son regard sur Blaze.

« Sinon, euh… Si c’est pas trop indiscret… Qu’est-ce qui est arrivé à votre bras ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mer 5 Avr - 11:12



Face à face avec l’archer, ce dernier n’était pas en si mauvais état, il récupérait vite, ce qui me rassura. Son bandage était tout de même un peu ensanglanté mais sec, prouvant que sa plaie est du moins refermé. Je tendis la main pour l’interrompre alors qu’il tentait d’effleurer celle-ci, mais je me ravisai… Ces paroles m’interpellèrent en revanche.

(Il est vrai que quand je l’ai vu par terre, sa tête était de côté, donc cette plaie n’est pas dû à sa chute…)

Un autre mystère de Toarsen, comme s’il ne l’était déjà pas assez. Venir de la mer… Je n’en savais hélas pas assez pour pouvoir y répondre, je restais un vagabond, un bretteur des routes, mes connaissances se limitant à la survie et l’acier. Une grimace me déforma le visage, j’aurais aimé l’aider plus mais ce n’était hélas en mon pouvoir. Pouvoir bien maigre. Cette pensée réveilla une douleur sourde dans mon bras, une douleur fantôme, le genre qui vous rappelle que votre membre est bien là, juste incapable de faire le moindre mouvement, ajoutant à ma frustration.

« Sinon, euh… Si c’est pas trop indiscret… Qu’est-ce qui est arrivé à votre bras ? »



Je soutins son regard un bref instant, lui donnait une expression neutre et calme, couvrant un malaise intérieur. En parler me rebutait, pas que j’en avais honte ou quoique ce soit, c’est simplement… blessant.

« Oh ça… C’est une blessure un peu spéciale, les médecins appellent ça une brûlure d’âme. Je manie une épée possédant un esprit de vent… Et ça c’est mal passé pour rester simple. »

En guise de démonstration, je souleva la manche pour le laisser apercevoir les marques, comme-ci la foudre elle-même l’avait frapper sur son bras. Dans un effort, je commença à doucement soulever mon bras du sol. Agiter de tremblements, ce dernier obéit avec une difficulté évidente. Mon expression calme fut remplacé par de la douleur mêlée à de l’effort. Mon bras droit se souleva d’à peine quelques centimètres du sol avant que je laisse un gémissement de douleur. Il s’écrasa à nouveau sur le sol, je lâche un soupir de déception.
« C’est comme-ci j’étais demi manchot… »
Je m’entrainais parfois, avec une cuillère mais j’en mettais partout. Les tâches les plus simples en devenaient une véritable torture, laissant peu d’espoir pour un rétablissement.

« Mais assez parler de ça, c’est du passé. Parle-moi un peu de toi, si tu ne te souviens de rien, tu as bien dû apprendre à tirer à l’arc quelque part ? »


Les armes ne nous trahissent jamais, aussi il est difficile d’oublier le maniement d’une arme, aussi basique soit-il. Cela l’aiderait peut-être à retrouver un brin de sa mémoire, et l’aiguiller sur son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mer 5 Avr - 14:05

En voyant la réaction étrange de l’épéiste à sa question, Toarsen se demanda s’il l’avait vexé. Il lui avait pourtant bien laissé la possibilité de ne pas lui répondre, voire de l’envoyer promener s’il en avait envie, mais…sa réaction était différente. Il lui parla de blessure d’âme, d’épée vivante… Autant dire qu’il ne comprit rien du tout, si ce n’est que son épée lui avait plus ou moins dévoré le bras. De façon métaphorique. Blaze remonta sa manche, et l’archer fronça les sourcils en voyant les marques. Il s’était fait bouffer par un monstre, à ce stade, pas par une simple épée ! Le bras se leva, mais avec tellement de difficulté et d’effort apparent que Toarsen paniqua un peu, tendant la main vers lui sans oser le toucher de peur de lui faire encore plus mal.

« Stop, stop ! C’est bon, j’ai compris, arrêtez ça ! J’ai compris ! »

« C’est comme-ci j’étais demi manchot… »

Et c’était effrayant ! Ça devait être tellement douloureux pour lui, le pauvre… Depuis combien de temps était-il comme ça ? Comment pouvait-il le supporter ? Tant de questions qui se bousculaient dans la tête de Toarsen…et qui restèrent sans réponse devant la volonté de son interlocuteur de changer de sujet. L’archer écouta sa question et haussa un sourcil dubitatif.

« Vous dites d’arrêter de parler du passé et vous me posez une question sur le mien ? Votre logique est différente de la mienne… Plus sérieusement, je ne sais pas si j’ai appris à tirer à l’arc. J’ai l’impression que je suis vraiment mauvais à ça. Ça m’a pris une heure d’attraper un lapin tout à l’heure… »

En réalité, dans son état à ce moment-là, il était parfaitement normal de tirer n’importe comment, mais il n’avait pas l’air de faire le rapprochement. Un peu étourdi sur les bords, peut-être ?

Pendant que les deux hommes conversaient, du bruit se fit entendre à l’extérieur. Un bruit assez anormal pour un village paisible comme celui-ci. Quelque chose se passait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Ven 7 Avr - 0:28



Apparemment, il ne semblait pas avoir compris que j’essayais de lui faire ressortir un souvenir… Devais-je donc assumé que j’ai peur de mon passé. Probablement, mes erreurs sont nombreuses, et tâchées de sang après tout. On pourrait même dire que ma naissance est une erreur, mais ça serait pousser un peu loin.

« Hum. Je pensais que si tu arrivais à te souvenir de ton passé si tu te concentrais sur quelque chose qui te semble naturel. Mais bon. Comme je l’ai dit, le passé est derrière. As-tu des objectifs ? Un endroit où aller ? »



Soudainement, je tendis l’oreille. Ce bruit, c’est celui des ennuis. Mon regard vers Toarsen se fit soudainement sombre et méfiant. D’un mouvement rapide et souple, je regardai à travers la fenêtre, et mes suspicions s’avérèrent exactes.

« De tous les moments pour… Des bandits, un bon petit groupe. Reste là, je vais nous en débarrasser. »



Nous, bretteurs des routes, avons une règle simple : défend ta maison. Ma maison, c’est là où je pose ma tête le soir, partout. Il était donc de mon devoir de prendre mon épée pour protéger cette auberge si je souhaitais dormir ce soir. Je descendis alors que la panique silencieuse commençait à prendre le propriétaire. En me voyait m’équiper, ils me demandèrent, nerveux et tendu :

« Vous… vous n’allez pas nous laisser comme ça ? »



Je répondis d’un sourire alors que je mettais Melly à l’horizontale, double vérifiant son attache. Mon épée d’argent se fixa sur ma hanche, ballotant doucement. Et enfin vint Kaze, mon épée des sables et du vent. Le temps s’avérait précieux, aussi, je le dégainai immédiatement, dans un bruit strident. L’acier refléta les flammes de la cheminé alors que mon bras se raidissait sous l’effort.  Posée sur mon épaule, j’ouvris la porte à l’encontre de ceux qui dérangeait mon bref repos. Des brigands, de bas étage visiblement. Des armes en état déplorable, mais intimidante au moins. Peu ou pas d’armure, juste du muscle et des morceaux de tissus. Mais… ils étaient 6, et c’était bien trop pour un seul homme, surtout si cet homme est moi. Deux archers, visiblement des chasseurs plutôt que des tireurs expérimentés, trois barbares, tenant leurs haches pour faire peur plutôt que pour tuer quelqu’un. En revanche, le dernier… Celui-là tenait correctement sa hache, sa tenue comportait au moins une protection de son bras armé. Certainement le chef du groupe, celui qui sait se battre en autre.
 


Ils se dispersèrent, me donnant l’avantage de l’effet de surprise. Je fermai la porte quand soudainement, un des bandits me repéra. Dommage pour la discrétion, il y avait une bonne distance entre lui moi, facile à couvrir, mais c’était risquer de lui donner le temps de se regrouper. Alors je brandis Kaze. En un mouvement souple, long et lourd d’énergie, mon acier trancha l’air, envoyant une entaille de vent en direction du bandit. Les lames de vent offrent l’unique avantage d’attaquer à distance, au prix de la puissance et de la précision. Mais Kaze était unique en son genre, là où une windblade standard aurait ouvert une simple entaille sur le corps du bandit, ma lame trancha avec une telle force le bandit que ce dernier fut brutalement projeté en arrière, une énorme entaille dégoulinant de sang en travers le corps, atteignant le cou. Dans sa chute, le sang abreuva la terre, se mixant en une forme de boue, mais le bougre était vivant. Je m’approchais de lui, ces camarades allaient vite rappliquer, aussi je levai mon épée, la pointe vers son cœur. Ses yeux étaient suppliants, mais je ne ressentais rien. Plutôt, je ne voulais rien ressentir. C’était pitié que de l’achever, la carotide était ouverte, l’entaille bien trop énorme pour être suturé. Aussi, ma lame tomba et se planta dans son organe le plus vital, acheva la torture.

Levant la tête, je voyais les deux autres bandits hurler, crier, jurer, probablement à mon encontre. Je n’entendais rien si ce n’était le métal vibrant de mon épée. Je laissa Kaze planter au sol dans le corps du barbare pour sortir mon épée d’argent. Autrement plus maniable, mais sans esprit, cela ne m’empêchait pas de sentir mon lien avec Kaze me galvaniser. Un lien invisible nous unissait, me rendait plus fort, plus calme, plus mortel. Mes pas étaient lents, légers comme un Loup. Ma détente ? Prête à n’importe quel instant. Je n’attendais qu’un son, un bruit de pas, de corde se lâchant, et je m’abandonnerai à la danse du combat. Je me sentais… en vie. 2 autres bandits devant moi, et les deux archers derrière. Aussi insignifiant qu’ils étaient, je me devais prudence. Je marchais lentement, sans même tenir une garde défensive. Ou plutôt, la garde de « L’idiot. » Un stratagème bien connu de la plupart des combattants expérimentés. Mon bras d’épée était simplement en diagonale vers le bas, et non brandit pour laisser une fausse sensation d’ouverture. L’instinct des bandits les forcerait peut-être à m’attaquer. Du moins, c’est ce que j’espérais, si je prenais le risque d’ouvrir le combat, j’allais me faire submerger. Kaze était ma meilleure réponse pour les archers, mais avec, je doutais trop de mes capacités à me défendre contre deux assaillants en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Ven 7 Avr - 12:41

Après lui avoir donné une brève explication qui mis l’archer un peu mal à l’aise –il n’avait tout simplement pas compris le vrai objectif de la question– Blaze lui demanda autre chose, mais en se tournant cette fois vers l’avenir.

« Mon seul vrai objectif c’est de retrouver la mémoire, donc non, pas grand-chose à court terme… Je pensais me balader un peu et voir si quelqu’un me reconnaît. »

Il remarqua alors l’air méfiant de son interlocuteur, ainsi que le fait qu’il ne l’écoutait plus vraiment. Il haussa un sourcil interrogateur et le regarda se diriger vers la fenêtre.

« De tous les moments pour… Des bandits, un bon petit groupe. Reste là, je vais nous en débarrasser. »

Oh, super. Des bandits. Alors qu’il n’était pas encore en état de se battre. Quelle joie. Il soupira lourdement. Le bretteur sortit de la chambre, et lui alla voir à la fenêtre de quoi il en retournait exactement. Il vit une poignée d’hommes, dont deux archers, les autres brandissant des haches. Il n’était certainement pas expert, mais il avait la très nette impression qu’ils tenaient leur arme n’importe comment. Sauf un… Sa hache était différente de celles des autres, et sa posture était certes moins impressionnante, mais étrangement elle l’impressionnait plus que les fiers-à-bras qui l’accompagnaient.

Les arrivants avaient opté pour une disposition simple, mais bien souvent efficace : trois hommes devant pour intimider et pour gérer le corps-à-corps, dont un plus avancé que les autres, deux archers un peu en retrait pour ne pas être touchés trop vite en cas de résistance des victimes du jour, et le chef derrière pour avoir une bonne vue d’ensemble du combat. Mais Toarsen avait une meilleure vue encore, de là où il était. Il put donc voir le septième homme, celui qui était encore caché par les arbres. Enfin, il le devinait plus qu’il ne le voyait vraiment, et il aurait été bien en peine de dire quelle était son arme ou s’il avait l’air plus ou moins expérimenté que les autres. En tout cas, il le vit contourner le futur champ de bataille.

Il dut cependant détourner le regard, attiré par un mouvement rapide. Blaze venait de se jeter sur le bandit de tête…qui était déjà au sol à son arrivée. Le sang coula abondamment, et les autres se figèrent brièvement, surpris de cette attaque atypique et violente. Ils se ressaisirent cependant assez vite et hurlèrent des injures à l’encontre de leur adversaire. Leur chef arbora un rictus mauvais. Le combat était lancé.

« Okay les gars, on a du gros gibier aujourd’hui. Celui qui me donne la tête de ce mec a double part du butin. »

De quoi galvaniser ses troupes. Les deux archers bandèrent leur arc et tirèrent. Le premier eut une chance incroyable, car sa flèche fut d’une précision extrême. Celle de son comparse eut moins de chance, elle dut continuer son trajet jusqu’au mur de la taverne. Les manieurs de hache, quant à eux, s’avancèrent, tentant d’encercler l’épéiste…à deux… Certes. Disons qu’ils voulaient le prendre en tenaille. Seulement, là… Eh bien ils avaient peut-être bien oublié qu’ils tenaient leur hache comme des pieds. Le premier manqua assez lamentablement son attaque, son arme lui glissant des mains, et l’autre montra très clairement qu’il n’avait pas les réflexes du bretteur.

Le blessé observa la scène et se demanda s’il ne pouvait pas essayer quelque chose… S’il visait le chef, il ne risquait pas de toucher son allié, à moins d’être particulièrement débile. Il alla chercher son arc et son carquois, ainsi qu’une chaise. Calant la chaise à côté de lui, il mit le carquois sur le dossier et ouvrit la fenêtre, pas trop bruyamment pour ne pas attirer l’attention des belligérants. Cinq flèches. Cinq tentatives. C’était jouable. Il encocha une première flèche, prit une grande inspiration et tira. Manque de chance, ou gros coup de bol, mais il ne toucha pas le chef des bandits. Il toucha la jambe d’un archer. Un de moins, ou presque, mais maintenant il était repéré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Ven 7 Avr - 19:52



Les apparences sont souvent trompeuses, un clochard de rue peut tout à fait être un espion, une marchande capable de vous arnaquer comme personne. Blaze faisait entre autres partie de ce genre de personne, et ce sur plusieurs domaines. Mais dans l’intérêt du moment, concentrons-nous sur ses capacités de combat : visiblement, vous ne pariiez pas sur lui : demi-manchot, sans armure ou presque, un gabarit fin et souple. L’Hatarien ne respire pas la dangerosité du combat, mais c’est là que le dicton prend son sens. Les apparences, sont désespérément trompeuses.

D’un pas, il avança. Les arcs étaient prêts à tirer leur flèche, et les brigands tentaient de le prendre en tenaille. Alors qu’il continuait d’avancer et se préparait à riposter dans l’immédiat, une flèche partit. Comment il ne l’avait pas vu venir ? Il n’en savait rien, si ce n’était que désormais, un bout de bois et d’acier s’était enfoncé dans son épaule droite. Son souffle fut coupé brièvement, et ses mouvements revinrent à l’arrêt. Sa tête se baissa comme incapable de tenir droite, quelque chose se tramait. En un geste aussi vif que colérique, il arracha la flèche, un minuscule filet de sang coulant de son épaule blessée. Le cuir avait sensiblement diminué la profondeur potentielle de la plaie, la rendant superficielle, mais douloureuse tout de même.

La seconde flèche partit, il cassa sa posture pour se pencher en avant, prenant par surprise ces agresseurs. Telle la brise du vent, il esquiva en brisant totalement le moule en esquivant vers l’adversaire. Le premier se manqua misérablement et lâcha son arme, le second tenta un vulgaire coup vertical. Si ce n’était pour la flèche reçue dans son épaule, la contre-attaque aurait été instantanée, mais le bretteur préféra dévier le coup, ce qui fut assez pour déséquilibrer son attaquant. D’un pas arrière, il jeta son coude en direction du brigand désarmé avant faire un tour sur lui-même, sa lame décrivant un long arc horizontal, gagnant dangereusement de la vitesse. Précis, mortel, l’épée s’enfonça de plus de la moitié dans l’épaule. La douleur se lisait comme elle se voyait, la mort s’approchait avec sa poigne glacée… Mais il réagissait encore, son corps était solide, musclé et ce coup ne signerait certainement pas son arrêt de mort. Posant son pied sur le corps comme un bucheron essayerait de retirer son outil du bois, Blaze pointa sa lame vers le cou, et d’un geste sec et précis, la lame perfora entièrement la gorge dans l’axe perpendiculaire.

Un bruit écœurant de sang bullant sous les tentatives de paroles lui souleva les tripes. L’homme tenta une dernière fois de s’accrocher à la vie en levant sa main pour tenir l’acier qui avait pénétré sa gorge. Lentement, presque sadiquement, avec minutie, Blaze recula doucement la lame pour finalement laisser le corps s’écraser à ses pieds et d’un geste, retira la majeure partie du sang de sa lame. La panique prit non seulement les brigands, mais le village aussi.

Effrayé, l’autre agresseur tenta visiblement de reculer vers les archers. Vif, la crinière rouge se rua sur lui. Son désespoir se transforma en bouclier et il mit sa hache pour couvrir sa tête. L’épée d’argent frappa le bois de la hache et effleura le crâne, mais la danse de l’épée ne s’arrêta pas pour autant. Continuant sur son inertie, le sabre pivota pour finalement frapper avec la garde le visage, brisant le nez de ce dernier qui tomba au sol mais se releva en culbutant en arrière, se protégeant timidement avec son arme.

Son oreille frémissait, un nouvel arc tendu. Déjà ? Levant la tête, il entendit la flèche partir et mit par réflexe son bras en protection… Rien ? Un léger cri de douleur, venant d’en face. Une flèche dans la jambe, l’archer adverse tomba au sol, brisant la formation. Le second archer avait déjà commencé à viser celui qui lui était venu en aide. Oh que non. En deux grands pas puis un saut en pleine extension, Blaze décolla, lame pointée sur l’archer qui remarqua trop tard le Marqué s’avancer sur lui. Une expression d’horreur lui défigura le visage alors qu’il fut percuté à pleine vitesse, un souffle froid et macabre comme dernière parole. Blaze était sur le corps désormais décédé de l’archer, l’épée profondément enfoncé dans le cœur. Il se releva à nouveau, plus que 3 : l’un derrière lui, le chef devant et… Tiens ?


L’archer déjà touché braquait son arc tendu vers lui, la main plus tremblante que jamais, la peur l’animant plus que le courage, mais ces deux émotions se valaient en puissance. Il réalisa que la distance était trop faible pour une esquive, cela voulait également dire que la flèche allait douloureusement l’atteindre… Pourquoi ne tirait-il pas ? La tension était-elle si palpable que cela ? Blaze ne la ressentait plus, sa tête était vide de toutes pensées superflues. Mais il savait une chose, il y avait un gros risque d’aussi près. Aussi, avec un petit sourire, il lâcha son épée pour mimer une réédition. Ses yeux fixaient l’archer comme s’il allait lui aspirer l’âme, il attendait une hésitation, le plus simple des gestes, le moindre mouvement qui rendrait son tir moins sûr, et sa dernière lame partirait droit dans sa gorge…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Ven 7 Avr - 21:54

Si les bandits avaient d’abord été plutôt rassurés de voir que leur adversaire pouvait être blessé, ils déchantèrent en revanche assez vite en constatant qu’il était bien trop rapide pour eux. La différence de niveau était flagrante, et elle fut fatale à la moitié d’entre eux. Une petite moitié, si l’on comptait le timide/prudent/froussard qui ne s’était pas encore montré. Et encore… Ça, c’était pour l’instant. Le « score » n’aurait de toute évidence de cesse de monter en la faveur de l’épéiste (presque) seul au fil du combat, qui ressemblait d’ailleurs plus à un massacre.

Du sang qui coule, des corps qui s’effondrent, des cris de panique… Toarsen se sentait étrangement bien à regarder ce spectacle macabre. Enfin, en tout cas ça ne le dégoûtait pas, et il était plutôt à l’aise. Il n’avait tout de même pas la soif de sang qui semblait animer son camarade aux cheveux rouges. C’en était effarant… On aurait dit que lui, pour le coup, était complètement dans son élément au milieu de ce carnage. Les occupants de l’auberge avaient depuis longtemps renoncé à prendre part au combat, mais nul doute qu’ils étaient aussi terrifiés derrière leurs murs que ce pauvre archer qui essayait déjà de mettre en joue ce monstre, tremblant de peur, un genou à terre faute de pouvoir se relever.

Le chef, lui, avait drôlement perdu de son assurance en voyant tout ça… Il rajusta sa posture, adoptant une tenue plus défensive comme il était évident qu’il n’allait pas pouvoir prendre l’initiative en cas de duel. Il siffla. Un signal que ses hommes reconnurent, mais qui était bien sûr étranger aux autres. Le sous-fifre à la hache approcha lentement derrière Blaze, avec la plus grande prudence. Et dans le même temps… Eh bien l’archer était devenu malin et courageux ! Ou presque. Il déglutit et, fixant le bretteur comme si sa vie en dépendait, continua de pointer son arc dans sa direction. Quand il sentit qu’il ne pouvait plus soutenir son regard, il tira avant de flancher. La flèche atteignit bien entendu sa cible, à cette distance c’était inévitable, et avec un peu de chance ça permettrait au coup violent de son comparse d’atteindre lui aussi sa cible : le crâne de Blaze.

Seulement, il n’en eut pas le temps. Une flèche siffla dans l’air. La seconde d’après, l’homme à la hache s’écroula, ladite flèche plantée en plein milieu de son dos. Toarsen souffla, soulagé. Il encocha tout de suite une troisième fois et tira encore. Il eut un peu moins de chance et ne toucha que le bras de l’archer, mais cette fois ça devrait suffire pour le neutraliser.

Au même moment, un autre objet siffla dans l’air. Plus lourd. Plus dévastateur. Moins précis. Un javelot sortit du couvert des arbres et fila droit vers…la jambe de l’épéiste. Mieux que rien. Si ça pouvait l’immobiliser, c’était toujours ça de pris. Le chef du groupe ne se décida toujours pas à se déplacer. Trop risqué. Mais il savait qu’il pouvait compter sur sa terrible hache : la Sword Killer, spécialement conçue pour anéantir des manieurs d’épée. Seulement, celui-là était trop mobile pour lui, il allait devoir attendre de se faire attaquer pour pouvoir riposter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Dim 9 Avr - 0:38



Le combat a quelque chose d’unique, ça vous vide la tête. Encore plus quand votre vie est sur la ligne. Blaze continuait de regarder dans les yeux l’archer qui, après un sifflement, sembla plus courageux. Le bretteur n’était pas dupe et comprit qu’un signal venait d’être lancé. Pour qui ? Il n’en savait rien mais son sourire confiant disparut pour une expression neutre et prudente. On allait certainement le frapper dans le dos, mais que faire ? Il était tenu en joue et pas assez près pour prendre de vitesse l’archer. Soudainement une flèche partit, suivit d’un souffle de douleur et d’un corps s’écrasant au sol. Un sourire carnassier se dessina sur son visage :


(Toarsen…)

Le bandit qui le tenait en joue paniqua trop pour réagir dans l’immédiat, une seconde flèche lui perça le bras. Immédiatement, Blaze reprit son épée du sol pour trancher brutalement la tête de l’archer afin de s’assurer qu’il ne reviendrait pas le frapper dans le dos. Dans son geste, il n’entendit pas un autre projectile, ou du moins le son de ce dernier ne le fit pas réagir assez vite. Un javelot arriva dans sa direction. L’instinct le força à se cabrer mais ce n’était pas le corps que la lance de bois visa.


« URK ! »

Malgré ces bottes et ses protections de cuir renforcés au niveau des jambes, le javelot lui percuta brutalement et trancha le mollet. La douleur se fit intense et le bretteur s’obligea à mettre genou à terre pour ne pas succomber à la souffrance. C’était mauvais, très mauvais. Sa mobilité était son avantage principal, la technique est sa seconde meilleure arme mais à quoi bon sans la vitesse ? Blaze jura brièvement mais cela ne fit pas flancher sa concentration, son mollet était visiblement ouvert et un bout de muscle était certainement sectionné, limitant ses options. Il observa de droite à gauche pour trouver le responsable, telle un animal cherchant sa victime dans les bois, mais rien. La douleur obstruait ses sens… Le chef ne l’attaquait pas visiblement, peu confiant. Et la vision de ce qu’il tenait dans ses mains le fit frémir.

(… Si jamais il s’approche, je n’aurais pas la force de le combattre.)


Déjà deux blessures, dont une particulière handicapante, c’était bien assez pour qu’un bandit de bas étage lui fasse la peau. Aussi, Blaze recula tout en menaçant le dernier bandit qu’il voyait de son épée d’argent. Quelque pas en arrière et il rengaina pour retirer Kaze du sol. Une puissante brise vent balaya le village, durant ce bref instant, le bretteur roux leva la tête pour regarder Toarsen, et d’un hochement de tête, il attendrait l’ouverture nécessaire. Il arma son coup d’épée et attendit patiemment malgré la douleur de sa jambe. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Dim 9 Avr - 16:45

Toarsen était plus que surpris d’avoir réussi aussi bien son premier tir. Enfin, le deuxième, techniquement. Lui qui pensait être mauvais archer, il venait de faire un très joli coup et ne comprenait pas bien pourquoi. Mais peu importe. Le combat continuait et il n’y avait personne pour l’applaudir. La flèche suivante eut moins de chance mais fut quand même un peu utile à son allié, qui se débarrassa de l’archer dans la foulée. Restait donc le chef armé de sa hache ignoble qui semblait véritablement faite pour tuer. Ah, et le lancier dans les fourrés ! Mais il était désarmé maintenant, il ne comptait plus vraiment dans l’équation, hein ? À quoi servait un ennemi sans arme ?

Désarmé ou non, il venait de faire pas mal de dégâts, et Toarsen se pencha un peu en voyant l’impact, inquiet.

« Blaze ! »

Sauf que, à s’emporter de la sorte, même un peu, sa tête lui refit mal et il se laissa tomber sur la chaise avec une grimace. Rester calme, d’accord…  Il se releva, un peu plus doucement, et regarda ce qu’il se passait ensuite.

Le carnage se calma un peu, la tension ne s’apaisa pas pour autant. Mais en voyant le bretteur qui faiblissait, en le voyant presque maîtrisé, le chef des bandits afficha un rictus suffisant. Il quitta sa posture défensive et avança un peu, ignorant les cadavres de ses acolytes. D’un geste de deux doigts il fit signe au dernier debout de s’approcher.

« Occupe-toi de lui, je vais chercher cet archer à la con… »

Il contourna l’épéiste et alla vers la taverne, parant un éventuel coup désespéré avec désinvolture. Le lancier sortit donc du couvert des arbres, mais avant d’obéir aux instructions de son leader il avisa Toarsen qui se préparait encore à tirer. Il sortit alors de son dos une hachette, qu’il balança vers la fenêtre. L’archer eut un réflexe heureux : lâchant son arc à la hâte, laissant la flèche tomber dehors, il ferma la fenêtre, et l’arme rebondit dessus pour s’écraser en bas. Il continua ensuite son trajet et se planta devant Blaze avec un ricanement. Un instant pour profiter de sa supériorité, et il décocha un violent coup de pied dans la mâchoire du bretteur. Il récupéra son javelot, l’arrachant d’un coup sec.

De son côté, Toarsen rouvrit prudemment la fenêtre, remarqua que la situation dégénérait et reprit immédiatement son arc. Sa quatrième flèche transperça le bras fort du « lancier » et frôla l’oreille de Blaze en continuant sa course, sans le toucher. Il entendit alors des cris venant d’en bas, et se douta qu’il était assez mal barré. Il regarda sa dernière flèche, soupira et s’assit sur la chaise. Face à la porte, arc bandé, il attendait que ce crétin ait l’idée sublime d’essayer d’entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Dim 9 Avr - 18:25



Arrogant qu’il était. Beaucoup trop arrogant, aussi Blaze le laissa passer à côté de lui sans frapper. Ce fut celui qui l’avait précédemment blessé qui ressortit de la forêt, certainement pour achever le travail. Si son apparence reflétait de la faiblesse, Blaze n’était certainement pas près d’abandonner, bien au contraire. Il savait se sortir de ce genre de situation, et encore plus avec Kaze entre les mains pour lui fournir ses pouvoirs. Il entendit soudainement la hachette partir vers la fenêtre, merde. Toarsen n’avait pas beaucoup de flèche d’après lui, il risquait d’être désarmé ! Cette pensée manqua de couter cher à Blaze qui subit un violent coup de pied dans la mâchoire. Le sol arriva à sa rencontre et il se protégea tant bien que mal. Le gout de la terre et du sang emplit sa bouche. Alors qu’il brandit Kaze pour se protéger du coup, une flèche perfora le bras armé du bandit. Un bref sourire caressa ses traits pour redevenir ceux d’une concentration extrême. D’un long geste, il brisa sa garde pour effectuer un long arc de cercle. Le bandit lançait des jurons et tentait de retirer la flèche avant de s’apercevoir qu’une entaille de vent s’apprêtait à le découper. Une nouvelle fois, une large coupure sur son torse se dessina et s’éclaboussa de sang. Blaze tenta péniblement de se lever et lança une seconde entaille de vent dans la foulée, abattant définitivement le bandit lancier.
Maintenant, à l’auberge. Blaze courait avec difficulté, sa jambe droite laissait une longue ligne de sang derrière lui, lui arrachant maintes complaintes et gémissements de douleur. Il pénétra à nouveau l’auberge. Le chef montait et les propriétaires paniquaient, assez d’information pour savoir que Toarsen risquait gros. Blaze était hélas trop loin, pas assez rapide, et risquait de ne pas pouvoir porter assistance… Il regarda sa lame.

« Prêt Kaze ? »

Durant un instant, il sembla serein, puis soudainement, il courut si vite qu’on ne pouvait le suivre du regard. Dans sa transe du vent, sa vitesse se décupla et il prenait la consistance d’un simple courant d’air temporairement. Il arriva si vite sur le chef qu’il récupéra sa consistance et le percuta avec force.
Les deux hommes pénétrèrent la chambre de Toarsen en défonçant la porte. Une mêlée brutale et désorganisé ensuit. Blaze avait lâché Kaze à cause du contre coup de son Windstep, ses muscles étaient tous bandés à l’extrême et une terrible douleur parcourait son corps, comme pour ajouter à ses blessures. Le chef était également au sol, mais s’était rapidement jeter sur le bretteur, la rage déformant son visage. Blaze dégaina Melly, sa plus petite lame et trancha la tête du bandit. Trop court, il ne toucha qu’un bout du visage. A une main, le corps à corps tourna vite court, une main immobilisait son seul bras valide et la seconde était sur sa gorge, l’étouffant.
Blaze suffoquait, il s’agitait comme un diable pour se libérer tout en étripant du regard le bandit. Il envoyait coup de genou sur coup de genou dans le dos du bandit, mais rien à faire. Malgré la différence de niveau technique, l’écart physique se révélait monstrueux. Son souffle se fit incroyablement difficile et tout devenait flou…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 11 Avr - 18:01

C’était la panique totale, en bas. Les hurlements terrifiés et les pleurs étaient clairement audibles et n’auguraient rien de bon à l’archer encore trop faible pour se défendre convenablement. Il entendait tout, mais ne voyait rien. Une peur grandissante le prit à l’idée de ce qui l’attendait s’il manquait son dernier tir, et il vit ses mains se mettre à trembler légèrement. Ce type était le chef, donc il était plus fort que les autres bandits du groupe. Et vu ce dont étaient déjà capables les sous-fifres, Toarsen ne se faisait aucune illusion sur son propre sort. Ses bras tremblaient maintenant comme des feuilles, il n’arriverait jamais à le tuer en un coup. Il allait se faire tuer bêtement…

(Blaze… Pitié… Je ne veux pas mourir maintenant…)

L’état dans lequel était le bretteur la dernière fois qu’il avait regardé dehors était inquiétant, et assez peu encourageant quant à leurs chances de survie à tous les deux. Quel dommage… Il n’aurait vécu qu’une seule journée. Enfin, d’une certaine façon. En tout cas il ne se souvenait pas des autres. Tant pis… Qui sait, peut-être qu’avec un peu de chance la mémoire lui reviendrait une fois qu’il aurait rendu l’âme. Il n’allait pas tarder à le savoir, il entendait déjà les pas du dernier adversaire dans le couloir.

(Allez, viens là toi, on va voir qui est le plus chanceux de nous deux.)

Il n’eut cependant jamais l’occasion de tirer. Quelque chose, sûrement son instinct, lui apprit que…eh bien, quelque chose arrivait. Il baissa son arc, une très bonne chose puisqu’il sursauta quand la porte fut brusquement fracassée ! Il rangea immédiatement sa flèche et assista, effaré, à cette mêlée confuse. Heureusement qu’il n’y avait que deux personnes, sinon il aurait eu bien du mal à s’y retrouver. Toutefois, l’heure n’était pas à la contemplation, Blaze avait besoin d’aide, le bandit était en train de prendre le dessus.

Pris d’une inspiration soudaine, Toarsen lâcha son arc, se jeta sur la petite épée que le bretteur avait tenté d’utiliser pour se défendre et la planta brutalement dans le dos de l’ennemi, trop occupé à essayer d’étrangler Blaze. En même temps, entre un archer sans flèches et un épéiste qui s’était déjà montré particulièrement dangereux, le choix était vite fait… Sauf que non. Ledit archer savait par quel bout on tenait une épée.

Le corps s’effondra, Toarsen le poussa pour examiner son allié blessé, laissant l’épée plantée où elle était.

« Blaze ! Je… Garde les yeux ouverts, s’il te plaît… »

Ses plaies avaient l’air profondes mais pas trop dangereuses en réalité, l’archer ne s’y connaissait pas trop en anatomie mais il savait où était le cœur sur un corps humain. L’épaule, la jambe, etc. c’est douloureux, mais pas mortel. Il s’en tirerait s’il restait conscient, il avait tout de même perdu beaucoup de sang. Ah… L’hémorragie… Il fallait stopper l’hémorragie !

Arrachant un pan de son manteau, il improvisa un bandage, puis autant qu’il en fallait pour s’assurer que Blaze resterait en vie. Ignorant la douleur à sa tête qui reprenait, il se leva ensuite et courut vers l’escalier pour appeler à l’aide. Il revint dans la chambre…mais ne vit pas le bandit, ni sa hache. Il s’arrêta, inquiet.

« … Où est-ce…qu’il est passé… ? »

Deux pas à l’intérieur, et seuls ses réflexes l’empêchèrent de se faire tuer sur le coup. Il pivota et recula d’un pas. L’arme monstrueuse ne fit qu’entailler profondément son torse au lieu de le trancher en deux. L’archer s’écroula. Son agresseur, le visage tordu par la douleur et la haine, s’avança…et tomba à son tour, vaincu par sa blessure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Dim 16 Avr - 16:09



Lâche moi ! Saloperie ! Si j’avais mon putain de bras tu ferais pas le malin espèce de … ! Vite, me sortir de ca prise. Trop de force. Je peux. Pas bouger. De l’air… Pitié. De… l’air. Je… ne veux pas… Peux… Pas…

La force me quittait en même temps que mes pensées, ces dernières formant un ramassis incohérent de cri et de plainte. Incapable de discerner la moindre chose alors que l’air refusait d’atteindre mes poumons, je suffoquais inexorablement. Quand la pression se relâcha soudainement. Je pris une énorme bouchée d’air, certainement la plus agréable depuis bien longtemps. Puis une autre, alors qu’une toux sèche animait ma gorge encore en mauvais état. Une faiblesse m’animait et me refusait le moindre geste. Le noir emportait ma vision, pourtant j’entendais des paroles, quelqu’un, un visage. Des battements de tambour résonnaient dans ma tête, rendant tout déchiffrage impossible alors que mon rythme cardiaque adoptait une démarche lente et puissante.

Les bruits étaient trop confus pour que j’en tire quoique ce soit, aussi, je tentais de me concentrer du mieux possible sur mon souffle. J’emplissais mon torse d’air avant de rouvrir les yeux douloureusement. Il… était mort ? Quel soulagement… non.
Je tentais de m’exprimer mais sans succès. Une terrible boule au ventre me prit, si l’archer revenait, il allait certainement se faire couper en deux ! Le sentiment d’impuissance. Encore. Un ami désormais. Le genre d’ami qu’on aimerait voir disparaître mais dont on est inséparable. Mon bras gauche bougeait à peine…
L’archer fut prit de panique, quelque chose que je lisais dans ces yeux. L’absence du corps du bandit lui entreprit de réaliser que trop tard. Et j’assista, impuissant, à un terrible coup de hache sur Toarsen. Avant que les deux acteurs de la scène tombent dans un bruit uni et final, mettant fin à la mise en scène. Le seul spectateur encore dans la lumière une fois le rideau tombé. Moi. Survivre. Je survie à tout, mais ceux qui m’accompagne ne survive pas…

Je reprenais enfin prise sur la réalité. Je me releva douloureusement pour voir un bandage mal attaché à ma jambe. Déjà une tentative de soin. Sans réfléchir, mon instinct prit le dessus. Moi d’abord, les autres après. Quand on parle de survie, c’est la règle la plus simple… Mais peut-être que c’était la raison pour laquelle personne ne survivait. Je jeta un dernier regard au bandage avant de déporter mon attention sur Toarsen, une longue entaille sur son torse saignait, rien de grave ou qui ne mettait sa vie en danger. Il survivrait.



« Attend, ne bouge pas. Uuuuurgh. »

Je me hissa vers lui, rampant petit à petit, ma jambe blessée tremblante alors que mon sang commençait à dégouliner dans les nervures du bois. Il allait falloir des vrais bandages pour une plaie pareille. Observant les possibilités, je pris la décision audacieuse de me relever. Le silence devait commencer à inquiéter la population ?
Putain ma jambe…
Je m’avança vers ma sacoche trainant dans un coin, obligé de me laisser tomber pour la prendre. J’y sortis une banderole de bandage blanc, une forte odeur d’alcool en émanant.
Parfait, déjà désinfectée.
Je m’appuyant tantôt sur mon coude, tantôt sur mes genoux pour progresser vers Toarsen. Il était allongé au sol et peut-être encore en état de choc. Il venait à peine de se remettre et de manger, son corps suppliait de trouver du repos. Je le releva difficilement, avec mon unique main valide pour le plaquer son dos contre le mur le plus proche. Je me mis à genoux devant lui et commença à passer le bandage en diagonale, cherchant à passer sur la plaie. Rapidement, le blanc prit la teinte rouge, mais au moins, ça voulait dire que je le plaçais correctement au moins. Une fois terminé, je déplaça ma propre main inerte pour bloquer le bandage de secours à ma jambe et finir le nœud brièvement. Ca cicatrisera vite.

Un nouveau silence emplit la salle, mais cette fois, il émanait la sérénité. Un long soupir de soulagement s’échappa de ma bouche alors que je récupérais Melly pour la ranger dans mon fourreau arrière.
« Eh bien, une bonne chose de faite ! Merci bien Toarsen, je ne m’en serais certainement pas sorti sans toi. Enfin. Si, probablement, juste de manière bien moins noble. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Jeu 20 Avr - 19:14

La douleur… Étrangement familière… Ce n’était pas la première fois qu’il était blessé de la sorte. Bien sûr, il aurait s’en douter déjà rien qu’en voyant le nombre de cicatrices qu’il portait, mais il n’avait pas fait le rapprochement jusqu’à maintenant. Il se souvenait, maintenant… Il avait déjà failli mourir. De la même façon. Ah…non… C’était un coup d’épée, la première fois, pas un coup de hache. Mais pourquoi est-ce que ça lui revenait maintenant ? Le choc, peut-être ? Oui, sûrement… Ce même choc recouvrit doucement sa vue d’un voile noir. Puis ce fut au tour de son audition de se flouter, avant de disparaître totalement. Il lui restait toutefois le toucher, avec cette douleur atroce qui le brûlait.

(J’ai mal… Pitié, quelqu’un… Aidez-moi… S’il vous plaît…)

À demi conscient, il perçut une présence à côté de lui. Il voulut se manifester, montrer qu’il était toujours en vie, mais son corps ne lui obéissait plus. Il n’arrivait pas à bouger. Il pouvait entrouvrir les yeux, mais il ne voyait rien, tout était trouble, il distinguait à peine une lumière, dont il supposa qu’elle venait de la fenêtre, et une couleur rouge qu’il attribua à du sang. Quoique…non, ce n’était pas du sang. Pas au-dessus de lui. Mais alors quoi ? Blaze était salement amoché, lui aussi, ça ne pouvait pas être lui qui était  là.

On le traîna jusqu’à un mur où on l’adossa. Quelques secondes, puis une horrible sensation de brûlure s’ajouta à la douleur qu’il ressentait déjà, le faisant se crisper et gémir, à défaut de pouvoir crier. Mais au moins, ça eut le mérite de le ramener à la réalité. Il rouvrit les yeux, recouvrant peu à peu ses sens, et regarda sa plaie. Un bandage était placé dessus. Il releva la tête, pour voir Blaze en face de lui, rangeant son épée.

« Eh bien, une bonne chose de faite ! Merci bien Toarsen, je ne m’en serais certainement pas sorti sans toi. Enfin. Si, probablement, juste de manière bien moins noble. »

Le son de sa voix lui parvenait déformé, mais au moins, il lui parvenait. Toarsen esquissa une tentative de sourire.

« Merci à toi… Je n’aurais rien pu faire, moi, si tu n’avais pas été là. »

Des bruits de pas, venant probablement de l’escalier. Super, leur visiteur allait avoir droit à un joli spectacle, entre le bandit à terre, les deux blessés et tout le sang qui traînait partout…

(Mais je ne comprends pas… La personne qui m’avait déjà frappé de cette façon… Qui est-ce ? Pourquoi est-ce que j’ai aussi peur, tout à coup ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 2 Mai - 11:43



Enfin, le silence après la tempête. La chanson de l’acier est une de mes préférés, mais comme tout, elle doit être écouté avec modération. Mon attention était porté sur Toarsen qui revenait doucement à lui. Il avait mal, ça se voyait, et malgré tout il esquissa un sourire de remerciement. Je lui rendit un sourire plus calme, heureux qu’il ait réussir à vivre un autre jour. Soudainement, des bruits de pas. Visiblement les propriétaires, et que n’était pas leur frayeur devant la scène. La seule chose qui me venait à l’esprit était l’hilarité, je me mis doucement à rire tout en me relevant. C’était quelque peu comique.

« Bien, personne de blessés à par nous hein ? »
« N-N-Non. »

« Bien. Le village va pouvoir retrouver sa tranquillité. »

Alors que je m’apprêtais à tirer le cadavre du bandit, je remarquais mon ami archer. Ce dernier semblait trembler, mais pas d’effort ou de douleur, de peur plutôt. J’hochais la tête, il était peut-être simplement en état de choc et ce genre de combat peut laisser des traumatismes après tout. Je tira par le bras le cadavre massif pour le faire descendre, laissant une large flaque de sang mélangeant ma jambe douloureuse et l’ouverture béante du corps inanimée.

Dehors, les gens s’activaient. Les plus vifs avaient déjà dépouillés les morts de tout ce qu’il avait de valeur, et les laissait là. Certains avaient trainer les corps hors des chemins pour les enterrer ou simplement jeter dans la rivière. Au moins, on s’en débarrassait vite. Ce genre de vision me force à réfléchir sur la vie. Si j’étais mort avec eux, on m’aurait tout autant dépouiller de ce que j’avais de valeur, avant de finir brûlé, enterré ou jeté dans une rivière. De bien noirs pensées alors que je venais de survivre moi aussi. La mort semblait m’aimer…
 
Ma jambe lançait à chaque pas, mais je tenais à respecter mes rituels. Une fois au milieu du lieu où je m’étais battu, je regarda doucement de droite à gauche. On me dévisagea, ou on fuyait mon regard. Compréhensible. Je mis un genou à terre avant de planter mon épée verticalement dans le sol. Solennellement, je me remémora les paroles de ma mère et de mon maître… Dans un murmure, je prononçais les paroles de la langue ancienne, la langue des Loups et des mages. Mes yeux se fermèrent et pendant mes paroles.
 
 
Pendant ce temps, les aubergistes commencèrent à doucement reprendre leurs esprits, nettoyant le sang et les morceaux de chair en se retenant de vomir. La femme monta dans la chambre pour remarquer Toarsen en piteux état, et elle commença à le relever pour l’allonger. Elle revint avec de l’eau chaude, des cataplasmes et des bandages neufs tout en demandant si elle pouvait l’aider. Un malaise se ressentait malgré la joie apparente de ne plus avoir à faire avec ses bandits. Il était difficile de pointer le ou du comment, mais quelque chose… clochait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Sam 13 Mai - 13:54

C’était fini. Et cette fois pour de bon. Quand les propriétaires de l’endroit vinrent constater les dégâts, Blaze se mit à rire. Toarsen, lui, se prit plutôt à trembler. Il y avait un souvenir qui essayait de se frayer un chemin vers sa conscience, mais il n’en percevait que cette frayeur. Tant pis… Ça finirait bien par lui revenir, un jour ou l’autre. Au moins, il pouvait supposer que son amnésie était temporaire, puisque sa mémoire avait l’air de vouloir revenir.

L’épéiste traîna le cadavre qui leur tenait encore compagnie vers l’extérieur. Lui fut pris en charge, soigné un peu mieux, maintenant que tout était calme. Calme…mais pas apaisé.

« Ça devrait aller, merci. Par contre… Quelque chose ne va pas ? Vous avez l’air inquiète. Ils ne vont pas revenir, ils sont tous morts… Ou alors ils avaient des amis ? »

Il ne comprenait pas bien ce qui pouvait la troubler de la sorte. Dehors, il entendait des voix, des bruits divers qu’il n’arrivait pas à identifier, mais il n’avait pas l’air d’y avoir encore du danger. Alors pourquoi, nom d’un chien, cette femme faisait-elle une tête pareille ?!

Mais, alors qu’il y réfléchissait, l’archer fut pris d’une bouffée d’angoisse à son tour. Un flash apparut dans son esprit, à la limite de sa conscience. Le souvenir avait fini par trouver son chemin…



« Tu n’es qu’un incapable ! Comment ai-je pu croire que je pourrais tirer quoi ce soit de toi ?! »

« Pitié, j’ai fait ce que j’ai pu… Je suis encore débutant…Je peux progresser, je vous le promets ! »

L’homme leva son épée. L’adolescent, terrifié, tomba à genoux et supplia encore, le visage inondé de larmes. Mais il ne fut pas écouté. Pas plus que toutes les personnes présentes, qui essayèrent en vain de raisonner… Qui était-ce ?

L’épée s’abaissa brusquement, tranchant la chair de Toarsen qui hurla. Il s’effondra dans une paire de bras dont il ne voyait pas à qui ils appartenaient. La personne qui le retenait…il l’appréciait, il le sentait. Sa présence le rassurait un peu, malgré la douleur insoutenable. Il se recroquevilla dans ses bras et lutta pour rester conscient pendant que l’homme qui l’avait frappé se détournait, méprisant, et que d’autres personnes venaient vers lui pour le soigner. Tous étaient presque aussi apeurés que lui.



Toarsen revint à la réalité en état de choc. Il pleurait, tremblait… Et il savait ce qui lui était arrivé. Une main sur sa tête dans une vaine tentative de calmer sa migraine, il rassembla laborieusement les pièces du puzzle. Les hommes qu’il avait vus… C’étaient des soldats. Il en était sûr. Il avait enfin un indice sur son passé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 254
Age : 21
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
4/20  (4/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Jeu 18 Mai - 10:15



On dit souvent qu’une oreille attentive et un esprit aiguisé peuvent trancher le voile du secret. Ma prière m’avait également permit d’entendre les doutes et les craintes des habitants. Mais ce n’est qu’en me rappelant un petit détail, quelque chose d’infime, que la réalité se dévoila. Ces bandits faisaient partie d’une organisation, ou d’un gang. Malgré la douleur, je me tint sur mes jambes avant de retourner dans l’auberge. Je n’avais plus envie de me battre, même pas sûr que je pourrais dans mon état. Mais tout ce sang, cette colère et cet aveuglement commençaient à me déprimer. Les Beorcs sont-ils tous destinés à s’entretuer pour des choses aussi simple ?

Une devise de Daein reflétait très bien cette aspect de l’homme : Grandit dans un climat généreux et tu as un homme faible, grandit dans un milieu hostile et tu as une communauté forte. Les souvenirs de mon pays soutenaient cette théorie, peut-être que le confort apporte en effet la faiblesse, qu’elle soit physique… ou mentale. Trainant mes pieds à la fois par douleur et par manque d’entrain, je retrouva Toarsen, tremblant et pleurant.

« Toarsen ? Tu… Tu vas bien ? »
Je m’approcha immédiatement en maugréant de douleur, ces enfoirés avaient pas loupés ma jambe… Genou à terre pour me tenir à sa hauteur, je regarda ses plaies et mit ma main sur son front.
« … Tu dois te reposer, je crains que les ennuis ne soient pas terminé… »
Je me releva et quitta la chambre pour redescendre et quitter le village.
 
 

La nuit prenait le pas sur le jour, le Soleil offrait ses derniers rayons de lumière dans un spectacle orangé de merveille. Cela aida à relativiser la douleur qui me dévorait… Je revenais d’une longue marche, en sueur et pâle d’après la flaque d’eau devant moi. L’ambiance était de retour à la normale dans le village, enfin, si on pouvait parler de ‘normal’. La tension restait omniprésente, et je savais pourquoi désormais. Enfin de retour à l’auberge, je m’écrasa sur une chaise, exténué et visiblement en douleur. Il me fallait quelques temps pour récupérer de la fatigue physique, les bandages de ma jambe suintaient de sang et de pus, m’obligeant à changer les bandages. L’odeur fétide de la plaie manqua de m’arracher les tripes… Pourtant il fallait bien que je m’y attèle. Je cherchais en attendant de l’œil Toarsen, peut-être était-il parti ? Ou il dormait encore ? Je n’avais plus la force de monter les escaliers avant un bout de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 7

Feuille de personnage
Niveau:
10/60  (10/60)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   Mar 11 Juil - 12:43

Chacun vaquait à ses occupations en cette soirée. Les villageois finissaient de nettoyer et réparer les dégâts du carnage. Blaze faisait…ce qu’il voulait, mais les gens n’osaient pas l’approcher. Et l’archer blessé, éprouvé par ses blessures et par la douleur moins physique de sa mémoire qui refaisait partiellement surface, dormait à poings fermés. L’épéiste avait raison, il avait besoin de repos. Il restera donc dans son lit pour le reste de cette histoire et nous ne nous intéresserons plus à lui.


[CHARA SWITCH !]


Un peu plus tôt, sur une route qui partait de Crimea, deux cavaliers discutaient. Ou plutôt se disputaient.

« On devrait rentrer… Tu m’avais dit qu’on partait juste pour la nuit, on est en milieu de journée, et on n’est toujours pas arrivés à l’endroit que tu voulais me montrer. »
« Au cas où tu ne l’aurais toujours pas remarqué, génie, je t'ai menti. On a passé la frontière, et on ne fait pas demi-tour. »
« QUOI ?! »

Choqué de ce qui ressemblait fort à une trahison, Jim dévisagea son compagnon comme s’il venait de le poignarder en plein cœur.

« Tu te moques de moi ?! Non mais à quoi tu joues Liam ? On ne peut pas se balader comme si de rien n’était dans un pays étranger alors que ton père nous attend ! Tu arrêtes tes bêtises, et on rentre tout de suite avant de se faire passer un savon ! »

L’autre leva les yeux au ciel dans un soupir théâtral, secouant ses cheveux sombres.

« Oh, par pitié Jim, épargne-moi ça ! C’est pour ton bien. Tu n’apprendras rien du tout si tu restes cloîtré dans une maison, si grande soit-elle. Pour devenir un bon guérisseur, il faut rencontrer des blessés, et tu en trouves beaucoup plus dans les petits villages de la frontière que dans la grande ville trop calme où ton père t’a envoyé. Faut avoir les yeux en face des trous mon grand. »
« … Tu as de la chance que je n’aie pas le sens de l’orientation… Mais je te jure que si quoi que ce soit se passe mal à cause de ton idée stupide, il ne faudra pas me demander de te soigner. »

Éclatant de rire à cette menace, Liam adressa une grimace espiègle à son ami. Il adorait le voir se mettre en colère, c’était si rare… Et puis ça changeait du trop joli sourire qu’il avait la plupart du temps et qui lui avait valu beaucoup d’ennuis.

« Bien, si tu as fini de me sermonner, mon cher, je pense qu’il vaudrait mieux que tu caches ta tête, si la prochaine fille qu’on croise a aussi un petit ami jaloux tu vas encore râler que je veux ta mort en te faisant balader n’importe où. »
« Tu exagères, comme toujours… »

La conversation continua ainsi pendant un long moment… Puis, vers la tombée de la nuit, les deux amis arrivèrent en vue d’un petit village. Ils se concertèrent du regard. La tension était palpable. Quelque chose s’était produit.

« On y va ? »
« Bien sûr… De toute façon il va bien falloir qu’on dorme quelque part. »

Ils entrèrent donc dans le village, constatant avec une certaine surprise les regards fuyants des habitants. Repérant une auberge, ils décidèrent de s’y arrêter pour se reposer et se renseigner. Sitôt la porte passée, ils virent un homme affalé sur une chaise, des bandages grossiers entourant sa jambe. Liam s’avança vers lui pendant que Jim allait chercher son bâton. Il n’y avait pas de question à se poser.

« Bonjour monsieur. Je vois que vous êtes blessé, mon ami est guérisseur, il va pouvoir vous réparer ça. Ça vous va ? »

Jim revint rapidement, son bâton de Cure entre les mains. Il savait très bien s'en servir, mais il se doutait qu'il n'avait pas encore le niveau pour un bâton supérieur. La plaie fut refermée en un clin d'oeil, ou plutôt en un sourire, et Liam en profita pour aller réserver une chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: La mort attendra...encore... [Blaze]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La mort attendra...encore... [Blaze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Daein

 :: Les villages de Daein
-