AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Convalescence en terre amie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Convalescence en terre amie   Mer 16 Déc - 13:11

Event, Hatary

Il n'y eut pas de son de cor triomphant ni de trompettes pour accueillir les cavaliers ce matin-là. En poussant les chevaux et évitant les terrains trop difficiles ou jugés propices à des embuscades, les soldats arrivaient avec l'aube rouge après quelques deux semaines de voyage à travers Daein, les montagnes de Begnion et enfin Criméa. Les guets annoncèrent bien leurs armes et l'étendard qui flottait au vent, mais nulle liesse ne transparut sur les visages de Mélior.

D'une part, peu de gens connaissaient la teneur de la mission, principalement des militaires et des dignitaires haut placés. En second lieu, les mages d'élite n'affichaient pas non plus l'expression du devoir accompli. Comme à l'accoutumée, leur général avait pris les risques seul. Il épargnait chaque leurs vies et mettait la sienne en danger, comme s'il cherchait pensait-on parfois à se tuer à la tâche -dans tous les sens du terme.

La vision de sa selle vide, les rênes de Fraise dans les mains d'un autre cavalier, de son corps brûlé à vif et bandé tant bien que mal par différentes tissus récoltés auprès de tous ces compagnons, et leur pâleur extrême, répandit des murmures d'effroi parmi les marchands déjà levés ou les livreurs qui se levaient avant tout le monde pour livrer le pain encore chaud et le lait tout juste trait.

Sur un signe du lieutenant qui soutenait le corps inanimé de son supérieur devant lui, des cavaliers s'arrêtaient régulièrement pour expliquer que la guerre n'était pas annoncée, que le chef de guerre de Criméa vivait et que ce n'était pas un corps que l'on ramenait. Ils encourageaient tous ceux qui voyaient le triste spectacle à ne pas se faire de fausses idées à son propos. Mysti se relèverait et annoncerait lui-même le dénouement de cette mission. En attendant, surtout éviter d'affoler la population.

Enfin de retour au château de Mélior, on confia les bêtes épuisées aux palefreniers, l'ami de la reine à des guérisseurs dépêchés en vitesse, et on prit quelque repos avant d'aller rapporter à la reine la triste ignorance des événements. Les mages d'élite se sentaient unanimement coupables d'avoir failli à leur mission : protéger l'homme de loi et de confiance qui dirigeait d'une main à la fois ferme et bienveillante l'armée royale. Jusqu'à Hatary tout s'était bien passé, même les bandits du cavalier wyvern n'avaient pas constitué un sérieux obstacle à leur avancée. Mais à partir du moment où ils l'avaient laissé avancer seul dans le désert, ils avaient su qu'ils fautaient. Tous sans exception. Le destin jouait-il un tour de plus à Mysti ou bien était-ce sa folle témérité qu'ils devaient apprendre à réfréner tous ensemble ?

Informée dans les plus brefs délais de toute l'histoire, ou du moins la partie qu'ils en possédaient, la reine rendit personnellement visite au chevalier dans ses appartements, accompagnée par Lucia et Geoffrey, mi-inquiets mi-résignés. Cette attitude rendait le jeune homme unique et précieux, car les risques qu'il prenait payaient très souvent. Mais le perdre infligerait un grand coup au moral de la capitale, voire du pays entier. Par la force des choses, le général était une icône de la Résistance criméane, l'un de ceux dont la foi avait permis de maintenir la nation unie en l'absence d'Ike, des mercenaires de Greil, de tous les héros des guerres passées. Pourquoi se souciait-il si peu de lui et pensait tant aux autres ?

Et il gisait dans son lit, couvert de bandelettes à moitié rougies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Ven 25 Déc - 22:10

Les jours passèrent sans amélioration significative de l'état du général. Le Conseil de la cité avec la reine à sa tête hésitait quant au fait d'envoyer une nouvelle expédition à Hatary afin de déterminer comment s'était soldée la précédente et les mages d'élite trépignaient en attendant de savoir s'ils seraient sanctionnés ou non pour leur négligence. Le moral dans les rangs était bas, en stagnation mais la cité continuait d'avancer fort heureusement.

Et puis, au bout d'une dizaine de jours, la silhouette fatiguée et vacillante du chevalier apparut comme si de rien n'était à l'entrée de la salle, suscitant une vague de stupéfaction, de l'indignation envers les gardes qui n'avaient rien signalé, de l'inquiétude pour l'homme qui menaçait de s'écrouler, du mépris de la part de certains nobles de voir se présenter en si piteux état à la table des plus grands. Tant d'émotions contradictoires qui se bousculaient dans l'air comme des courants électriques plus ou moins perceptibles.

Évidemment, le général fut dispensé de participer à la séance et reconduit dans ses appartements où la fièvre le priva de la force de marcher. A force de patience et de soins, on put lui faire révéler que la sorcière d'Hatary avait probablement été vaincue, mais pas définitivement si l'on prenait en compte sa puissance considérablement plus élevée. Les nouvelles furent plus sombres cependant lorsque Mysti évoqua le sénateur Griffin de Begnion, ne précisant qu'à ses proches amis qu'il avait lui-même mis fin à ses jours, sous l'emprise de cette War aux mœurs si terribles.

Grâce aux interventions régulières des clercs du château, la cicatrisation et la reformation de sa peau étaient en bonne voie, mais on l'avait mis aux arrêts pour un moment encore, le temps de prendre les décisions adéquates le concernant ainsi que les mages qui l'accompagnaient. Il réussit pourtant à se rendre aux écuries pour voir Fraise et la monter de temps en temps. Déambulant dans la cité avec quelques officiers de son corps d'unité, il recevait fréquemment des vœux de bon rétablissement et allait observer l'entraînement des jeunes recrues, sans pouvoir y participer, ce qui malgré tout suffisait à en troubler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Ven 1 Jan - 23:39




Un Marqué d'Hatary dans un château de Criméa. Hey, tu parles d'un début d'histoire... 
 
Il y a plusieurs semaines, Blaze reçu une missive venant de Nailah, la reine d'Hatary. Celle-ci expliquait sommairement que des événements étranges, voir inquiétants s'étaient déroulés après son départ du désert. Ainsi, une sorcière nommé War aurait créé des ravages des plus inexplicables. Des Loups s'entretuaient, et même les espèces sauvages gagnaient une agressivité jamais vu. Elle laissait un sillage de désespoir et de guerre derrière elle. En revanche, certaines personnes l'auraient survécu, et particulièrement un général de Criméa en expédition dans le désert. Cette histoire faisait froid dans le dos, et le mystère qui l'entourait n'aidait en rien le sentiment de culpabilité de Blaze. Il aurait dû être la! Son épée incarne le vent qui protège le désert, c'est peut-être parce qu'il l'avait retiré que cette sorcière aurait eu le champ libre? Non. Il se faisait des idées. Et dans tous les cas, la missive exprimait la demande qu'il rejoigne le château de Criméa et qu'il prenne audience avec la reine Elincia. 
 
Il aurait aimé faire tant de choses, il s'était fait des liens solides avec de nombreuses personnes sur le chemin. Mais cette fois, c'était un ordre de sa reine, et il allait le respecter. Ainsi Blaze se dirigea vers la capitale : Mélior. Criméa était un beau pays, au relief doux et à la nature prospère. Les Beorcs vivaient paisiblement et les Laguzs étaient devenu courants, au grand bonheur du Marqué. Et c'est ainsi, armé d'une missive, qu'il arpenta le château de la reine. Les rumeurs d'un général étant revenu d'Hatary courant les rues, et celui-ci était dans un état si terrible que le peuple parlait d'un mort ramené pour être enterrer. Aussi, il devait s'entretenir avec lui pour éclairer toute cette histoire. Criméa est le pays de Ike, et de guilde de mercenaire, considéré comme la plus puissante force militaire de tous les temps. Ike avec son style de combat incroyable, mais Blaze n'y était pas inconnue, Nailah lui avait expliqué le secret de la force d'Ike : c'est qu'il n'en avait pas... Son style n'était que de l'instinct, et rien d'autre. Mais le prix est très élevé, Ike est l'un des rares Beorcs à avoir pu utiliser un style entièrement basé sur l'expérience et l'instinct du combat. Contrairement à Blaze qui avait ses codes à l'épée, Ike n'en avait que peu, et a donc dû créer les siens avec le temps et l'expérience. Ainsi, personne ne lui a dit comment faire, il a découvert lui-même la méthode la plus efficace et qui lui convient le mieux.
 
Comme il aimerait pouvoir s'essayer contre lui! Les rumeurs et les histoires sur lui abreuvaient les conversations dans les bars. Les mercenaires de Greil étaient adulés et respectés, un sentiment que Blaze ne pouvait exprimer immédiatement. Il ne croyait que ce qu'il voyait, et une sorte d'innocence naïve lui laisserait dire que sa mère aurait une chance contre le légendaire Ike. Un jour peut-être, il explorera Criméa, et le vent le guidera vers le Beorc de légende. Mais il a une mission pour l'instant. Arrivant ainsi à cette situation :
 
"Vous??? Je veux dire... Vous êtes Blaze Kazeroï?"
 
"Un problème Geoffroy? Et lâche le Kazeroï, Blaze suffira."
 
"Surveillez votre langage! Vous auriez pu vous habiller de manière plus .... Formelle pour un représentant d'Hatary!"
 
"Humpf, je ne prétends pas représenter Hatary, mais ne crois pas que tu me mettras dans un beau costume. Je considère ceci comme une tenue représentant la vie d'un marcheur de désert."
 
Geoffroy s'en mordait les dents. Le style vestimentaire de Blaze était très étrange, sa veste était fine et la seule chose couvrant son corps nu, sans parler des cheveux si long qu’il se demandait comment il pouvait les tenir aussi propres. Le chevalier était outré de présenter un tel individu devant sa reine. Et cela n'avait pour effet que d'amuser le bretteur d’Hatary. En effet, le genre bâton dans le fesse est inconnu pour Blaze et bon sang que c’est drôle de voir quelqu'un s'attacher à tout ! Il en était hilare, et le style des 2 hommes étaient un excellent moyen de montrer la différence entre Criméa et Hatary.
 
"Donc, je viens ici pour un rap.."
 
"Oui, on sait, venez…"
 
"Hey hey, doucement commandant. Ce n’est pas très poli tout ça."
 
"PARCE QUE VOUS CROYEZ QUE VOUS PRÉSENTER ARME ET AVEC UNE TENUE PAREILLE VOUS PARAIT POLI ??"
 
"Pourriez-vous respecter un peu la culture Hatarienne ?"
 
"Vous êtes un Beorc bon sang ! Je sais que les Laguzs ont une vision différente des vêtements mais même si vous venez d'Hatary, vous vous devez de respecter un code vestimen..."
 
Blaze retira son gant et présenta sa marque en plein visage de Geoffroy.
 
"Vous conviendrez que des vêtements de Laguzs se portent à merveille sur moi. Continuons."
 
Geoffroy fut coupé net dans sa morale. Il est vrai que s’il fut un Beorc, respecter le code de chevalerie aurait été nécessaire, mais son sang hybride lui permet de porter des vêtements plus Laguzs que Beorc. Et d’un côté, il aimait par-dessous tout le côté confortable et libre de ses vêtements. Après tout, Nailah l’avait très bien reçu avec ses vêtements actuels, alors pourquoi pas Elincia ?
Le jeune Marqué fut escorté devant une grande porte où se tenait une bretteuse, attendant patiemment l’arrivé de ce fameux émissaire du désert.
 
"Blaze Kazeroï ? Je vois que mes renseignements s’avèrent correctes, votre tenue est…"
 
"Peut-on changer de sujet, je me présente comme ceci devant reine Nailah, je pense donc être en droit de me présenter de la sorte devant reine Elincia."
 
"Hum. Geoffroy, on dirait que tu es toujours aussi doué pour froisser nos invités."
 
"Humpf, disons juste que la notion de grade et de rang semble très confuse chez les Hatarien."
 
"Ne vous trompez pas, mon apparence de Beorc couvre mon esprit de Laguz. Puis-je parler avec la reine ?"
 
La porte fut ouverte et Blaze s’avança, prit en sandwich par les 2 gardes. Blaze mit un genou à terre.
 
"Reine Elincia… Je viens d’Hatary pour vous demander des renseignements sur des évènements récents dans notre désert."
 
"Relevez-vous, la reine Nailah nous a prévenue de votre arrivée. Nous avons déjà commencé à rédiger un rapport sur ces évènements, un de nos général est partie en expédition et est en train de récupérer de son affrontement. Je ne sais pas si c’est possible, mais je vous recommande d’aller lui parler le temps que notre rapport soit rédigé."
 
"Soit, je passerais lui poser des questions si sa condition me le permet. Puis-je également vous remettre ceci."
 
Blaze se rapprocha de la reine, passant doucement sa main pour récupérer un rapport, mais Geoffroy sauta sur l’occasion pour brandir sa lance vers le jeune Marqué, ne faisant aucune confiance à cet homme pouilleux, mais surtout armé!
 
"Geoffroy ! Cesse immédiatement !"
 
"Je ! Pardonnez-moi, mais je ne fais pas confiance à cet individu."
 
La reine soupira doucement.
 
"Ne vous inquiétez pas, j’ai l’habitude. Voici le rapport combinant les renseignements que nous avons obtenu sur cette sorcière… Je vous remercie pour cet entretien. Sachez qu’Hatary vous offre son soutien si jamais vous souhaitez prendre des actions envers cette menace."
 
Blaze fit une révérence, ce qui laissa la reine esquisser un sourire puis un léger rire.
 
"Votre présence sera toujours la bienvenue ici. J’espère que nous arriverons à régler ce problème ensemble. Mais je me permet de vous poser une question."
 
"Nommée la, et je vous répondrais sur le champ."
 
"Pourquoi ne pas envoyer un Laguz ? Même si vos vêtements ressemblent à ceux des Loups, je pensais qu’Hatary était principalement une terre de Laguz."
 
"Elle l’est, votre Majestée. Sachez tout de même qu’un grand nombre de Beorc trouvent refuge dans le désert, et ses frontières plus particulièrement. La garde de notre reine est comprise de Beorc, de Laguez, et comme moi, de Marqué."
 
"Je vous remercie pour le rapport et j’espère que nos nations puissent entretenir un lien solide à travers les âges."
 
"De même, votre Majestée. Si vous voulez bien m’excuser."
 
Ainsi, Blaze quitta la salle et se retrouva à nouveau avec Lucia et Geoffrey. Il savait qu’ils étaient frère et sœur, mais le frère le rendait hilare tandis que la sœur semblait être d’une compagnie bien plus agréable. Geoffroy mena éventuellement Blaze à la chambre du général en question : Mysti de Méline. Un mage qui affronta la sorcière War dans le désert.
 
"Bien, voici la chambre, il est en pleine récupération, mais je pense qu’il sera capable de vous répondre."
 
Blaze rigola légèrement et prit l’épaule de Geoffroy qui laissa échapper un crissement métallique.
 
"Bah tu vois, ça c’est bien passé avec la reine. Ma mère m'a tout de même enseigné l'étiquette. Mais entre général, et guerrier de ce grade, tu imagines bien que je n'ai pas envie de passer mon temps à faire des courbettes."
 
"Je dois admettre que j’ai été surpris… Vous savez vous tenir. Pardonnez moi mais je dois faire preuve de prudence, présenter un homme armé à la reine est quelque chose de... Attendez… Vous n’allez quand même pas boire ?"
 
Blaze avait déjà armé son bras pour boire sa flasque, mais il se ravisa. Il avait déjà assez taquiné le chevalier, et plus risquerait d’être déplacé et de lui attirer des ennuis.
 
"Hum… Je vais te donner raison pour une fois… En revanche, il est clair que tu en pinces pour elle non, même Lucia a vu que ma main portait sur une lettre ? T’inquiète, moi aussi… Avec Nailah hein, qu’on soit d’accord. Merci pour m’avoir montré le chemin."
 
Blaze regarda un semblant de timidité faire rougir le chevalier avant que celui-ci le laisse seul. Il regretta presque de la titiller autant, c’était presque du harcèlement à ce point. Mais bon sang que c’est drôle ! Il se demandait à quoi ressemblerait le général qui avait combattu War. D’après les rumeurs, il était dans un sale état…
 
Blaze frappa doucement la porte avant de rentrer et de s’assoir au chevet de l’homme. Celui-ci était entouré de bandages, couvrant de nombreuses parties de son corps. Les dégâts étaient considérables, et l’homme peinait à récupérer malgré l’intervention évidente de bâtons de soins.
 
"Eh ben… Cette salope t’a bien amoché. Si tu peux m’entendre, je suis Blaze Kazeroï, un membre de la garde d’Hatary en voyage. J’ai transmis notre rapport à ta reine, et le vôtre sera bientôt prêt. En attendant, j’aimerais avoir des détails sur le combat, et surtout… La magie employée."
 

Mysti semblait en état de parler, mais Blaze n’allait pas s’avancer. Il dégaina sa flasque et but un coup, s’armant de patience.


Dernière édition par Joshua Kazeroï le Mar 12 Jan - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Sam 2 Jan - 11:51

A cette heure de la journée, le palais se faisait relativement silencieux. Les audiences avaient eu lieu le matin, laissant à la reine le soin de trancher les questions qui suscitaient conflits parmi la population. Le repas de midi était passé et les cuisiniers royaux étaient donc libres d'aller vaquer ailleurs. Ne restaient plus que la garde, les résidents du château et le personnel qui y était attaché.
Fort heureusement les hérauts et divers messagers faisaient partie intégrante de ce personnel, et c'est pourquoi le chevalier au repos ne sursauta pas lorsqu'un total inconnu pénétra dans ses quartiers.

En position semi-assise avec une série de coussins moelleux dans le dos, le jeune homme était penché sur un traité de magie relatant des faits les plus marquants de l'histoire attribués à des sorciers et sorcières, qu'ils soient légendes ou personnages avérés, rumeurs ou faits confirmés par des témoins. Miné lui aussi par War et ses pouvoirs plus qu'étranges, il cherchait quelle pouvait bien être la source de sa magie, si elle reprenait des exemples passés ou bien si elle s'était créée son propre éventail de sortilèges plus destructeurs les uns que les autres.

Il releva la tête en silence et plaça le signet de son ouvrage en travers des pages, avant de refermer d'une main soigneuse le volume qu'il avait emprunté dans la bibliothèque du château et de le déposer sur sa table de chevet.


""Eh ben… Cette salope t’a bien amoché. Si tu peux m’entendre, je suis Blaze Kazeroï, un membre de la garde d’Hatary en voyage. J’ai transmis notre rapport à ta reine, et le vôtre sera bientôt prêt. En attendant, j’aimerais avoir des détails sur le combat, et surtout… La magie employée."

Le jeune mage sourit. Il devait faire peine à voir effectivement, avec la majeure partie de son corps couverte de bandages, ses cheveux abîmés qu'on avait raccourcis au niveau du milieu du dos, et la jeunesse de son visage striée de brûlures là où l'on ne pouvait décemment pas l'emmailloter, sous peine de l'empêcher de respirer, de voir ou de parler. Son bras droit pendait mollement sur le lit, comme s'il n'en avait plus l'usage.

"J'ai connu moins direct comme entrée en matière. Je reconnais là le franc-parler des loups d'Hatary ! Lança-t-il sur un ton amusé. Et rassurez-vous, je vous entends très bien. Nos guérisseurs ont cru bon de soigner en premier lieu mon visage et mes organes sensitifs, afin que je puisse livrer les informations dont je dispose. Je leur en sais gré, mais depuis on n'arrête plus de me visiter et de me poser des questions sur ces événements que je souhaiterais, pour l'heure, oublier."

De sa main gauche il désigna un plateau de thé encore fumant et des gâteaux secs laissés sur une table sans doute par un serviteur un peu plus tôt.

"On m'a prévenu il y a une heure que vous désiriez une entrevue mais j'ai grand peine à m'installer sans renverser tous mes coussins. Voudriez-vous nous servir un peu de ce petit en-cas ? Libre à vous d'y piocher si vous en ressentez l'envie. Le voyage depuis Hatary a dû être long et je n'ai pas connaissance qu'on vous ait proposé de vous restaurer et vous reposer avant de venir me voir."

Il soupira de lassitude et laissa sa tête pencher en arrière, contre l'un de ses coussins. Son regard trahissait son sérieux concernant cette histoire, qui pouvait passer pour de la désinvolture si l'on ne se fiait qu'à ses mots et à sa voix qu'il voulait détendue.

"Seriez-vous par hasard une connaissance de Yue d'Hatary ? Il m'a dit être gardien de vos frontières, mais je n'ai aperçu aucun laguz-loup près de ces mêmes frontières... J'ose espérer qu'il ne lui est rien arrivé et que ce fut un simple hasard."

Un bref silence tomba sur les deux hommes et Mysti sentit que son interlocuteur pourrait commencer à s'impatienter. Désireux d'installer une ambiance un peu plus posée et calme pour leur conversation, il en profitait pour observer Blaze sans insistance. Il semblait assez soigné pour faire partie d'une certaine noblesse, ou bien d'un ordre guerrier respecté en Hatary. Ses cheveux d'un rouge flamboyant formaient comme une cascade soyeuse autour de son visage et sa tenue légère et portée plus sur la pratique que sur le bien-paraître évoquaient du sang laguz. Aucun Beorc ne se permettrait d'être si propre et indécent à la fois face à la royauté, du moins à Criméa. Le général soupçonna aussitôt qu'il était un Marqué, pour en avoir côtoyé quelques-uns auparavant.

Une énergie magique entourait son être mais ne provenait pas de lui, exactement comme lorsqu'on donnait un tome à un non-magicien. Sans doute portait-il un artefact magique sur lui. Son regard dériva sur la bague de Griffin Adams, le sénateur de Begnion dont il n'avait pas encore pu honorer la mémoire et porter les nouvelles dans son pays. Pas en personne du moins, car un messager ailé s'en était certainement chargé.


"Si le rapport destiné à votre pays n'est pas prêt, c'est tout simplement parce que je le bloque. En tant que chef de mission, il est normalement de mon fait de le rédiger. Cependant comme vous pouvez le voir, je ne suis pas particulièrement en état de le faire, et la dictée est longue et fastidieuse. Et pour répondre à votre demande eh bien... par où pourrais-je commencer ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Sam 2 Jan - 21:24



Blaze tenta de regarder de plus près les traits du général, il était jeune, et une aura puissante l'entourait. De la magie bien évidemment. Ses traits jeunes étaient couverts par les bandages et les blessures, et sa chevelure était d'un bon niveau selon lui. Son bras droit pendait sur le bord de son lit. Étrangement, Blaze se sentit très mal en voyant ce bras quasi vidé de toute âme. Il combattit ce sentiment sans peine et retourna à l'écoute du général.

Évidemment, tout ce qu'il a du subir depuis son retour était des interviews, et Blaze se sentit un peu gêné d'avoir été si franc et direct pour une telle demande. Il serait du genre à envoyer tout le monde chier s'il était à la place du général. Il avait la patience, mais avec une certaine limite. Et la réponse de Mysti ne fit que renfoncer l'effet de culpabilité sur lui. Les blessures qu'il avait subit étaient au delà de son imagination. Combien de personnes avait-il vu survivre à des blessures incroyables. Le Marqué savait qu'il n'aurait pas cette chance, il est frêle, fragile, et il ne semblait pas différent du général en terme de condition physique. Certes le général avait un haut de corps plus développé et probablement plus sexy que le sien, mais la puissance entière de Blaze venait de ses jambes, ce qui explique le pantalon. Il pouvait reconnaître malgré les blessures le résultat de l'entrainement rude et sévère d'une armée Beorc. Et même avec son statue de mage général, il ne pouvait y échapper. Intéressant... Il avait entendu aussi qu'il savait manier l'épée, ce qui finirait de le transformer en terrifiant adversaire.

Le bretteur soupira et hésita à s'excuser pour le manque de tact. Mais c'était un des traits de sa personnalité, s'en excuser serait futile. Il écouta entièrement le discours du général avant de faire le moindre geste ou remarque. Si cela aurait pu être vu comme une sorte d'impatience et d'envie d'en finir, Blaze n'exprimait aucune de ses émotions : Tout ce qu'il voulait, s'était montré qu'il pouvait donner une oreille attentive et qu'il y a des humains derrière des discutions, même dans le milieu militaire. Nous ne sommes pas des dieux, nous ne pouvons pas être à 2000% tout le temps.

Il se leva et déplaça le plateau rempli de délicieux petits condiments, l'odeur d'un thé fait avec soin lui enivra les narines. Il servit une tasse pour le général et prit soin de souffler sur la tasse pour refroidir le thé brulant. Il entreprit de se servir lui même une tasse.

"Tu peux me tutoyer tu sais, je ne vouvoie jamais, sauf durant les grandes occasions. Je ne vais pas te presser tu sais. J'ai du temps, et la rédaction du rapport est une décision qui ne t'appartient qu'à toi."

Il porta sa tasse aux lèvres et souffla la vapeur qui remontait de la tasse avant de boire doucement le thé.

"Ah... C'est un bon thé..."

Soudainement, Blaze lâcha son sérieux et se posa nonchalamment contre la chaise, se laissant glisser jusqu'à une position confortable. Il était particulièrement fatigué d'avoir dû tenir l'étiquette et toutes ces conneries de politesses. Comme si Geoffroy devait le prendre de haut et qu'il devait baisser la tête bien gentilement. Mais c'était comme ça chez les Beorcs il faut croire. Il abandonna un temps sa mission pour laisser son esprit rebelle désertique refaire surface.

"Oublie le rapport, je comprends très bien que ca doit te faire chier d'en parler, alors que tes supérieurs doivent déjà te traire des infos plus que de raison... Je pourrais repasser quand tu serras sur pied. 


Alors commençons par le début. Je connais Yue Eristoff et Yue Grey. D'après les rapports, ils vont bien. Leur village était loin de cette zone. Vois-tu, il n'existe pas beaucoup de manière de traverser Hatary : Il faut suivre un itinéraire d'oasis, sinon... Et nos frontières sont surveillés sur ces zones en particulier. On dirait que c'est surtout dans les villages sur les routes, proche des oasis que les événements ont lieu. Enfin bref..."

Blaze marqua une pose, se redressa bien sur sa chaise et but une nouvelle gorgée de thé. Il y avait quelque chose d'étrange dans cette scène. Le thé a toujours été une boisson qu'il considérait comme noble, certes, la liqueur était également quelque chose de très bon pour lui, mais... Le thé faisait ressortir ses traits plus nobles, plus fins. L'alcool aidait à exhiber son style volontairement rebelle et décontracté. Mais le tout ne formait qu'une seule même entité.

"Bref, Elincia est vraiment une chouette reine, elle semble juste... Douce, voila, autant Nailah dégage une forte présence grâce à son charisme et à sa puissance, c'est plutôt la souplesse d'esprit et la bonté qui ressort d'elle. T'en penses quoi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Sam 2 Jan - 23:07

Sans montrer de signe de condescendance ou de mépris -qu'il n'éprouvait pas-, Mysti attendit sagement de recevoir sa tasse, avec en prime Blaze qui souffla dessus pour la lui refroidir un peu. Il n'osa pas dire qu'il ne craignait absolument pas la chaleur, car avec ces bandages sur son corps POUR CAUSE de brûlures, il manquerait assurément en crédibilité. Et ses pouvoirs étaient pour l'heure affaiblis. Il remercia le Marqué et se mit à siroter le breuvage avec autant de satisfaction que lui, puis le posa à son côté pour prendre un gâteau et le tremper dedans. Il avait bien noter la suggestion de tutoiement de l'Hatarien, mais ses manières étaient trop bien ancrées en lui pour qu'il se permette une telle familiarité si tôt dans leur relation.

"Il ne sera pas nécessaire de repasser. Je sais bien que le trajet entre nos deux nations est long, parfois fastidieux, et je suis un soldat. Mes devoirs passent avant mes envies si j'ose dire. Je vous dirais ce que vous voulez savoir, d'autant plus que votre ordre vient directement de Nailah. La reine Nailah, je veux dire."

Sirotant une nouvelle gorgée de thé, le chevalier écouta son hôte le renseigner sur le sort de ses connaissances. Apparemment les deux Yue allaient parfaitement bien, et le système de surveillance n'avait détecté aucune faille. La suite le fit sourire cependant.

"Pour l'avoir fait, j'ai bien compris ce qu'il adviendrait d'une personne qui n'emprunterait pas les oasis. Ne vous donnez pas la peine de me détailler ce supplice atroce."

Rien que d'y penser, il avait l'impression de sentir à nouveau la chaleur suffocante sur sa peau, la soif dans sa gorge sèche, le souffle qui se heurte à des lèvres irritées et gercées, la sueur collant à son corps et épuisant du même coup la précieuse eau qu'il n'avait rien pour renouveler. Des oasis il en avait vues... des mirages plus tentants les uns que les autres, prometteurs d'eau et d'ombre, de nourriture et de repos. Et il y serait finalement resté comme un Beorc non-magicien si, le dernier jour, il n'avait pas atteint la frontière. Sans les esprits du désert, qu'il remerciait chaque jour depuis, il n'aurait même plus de bouche pour mettre des mots sur ce calvaire, et d'esprit pour s'en rappeler.

"Enfin, me voilà rassuré. Quand je pense que la dernière fois que je les ai rencontrés, c'était à Criméa, dans nos forêts."

Il se souvint encore. La chasse royale écourtée, les traces de sang, la découverte macabre du camp de torture, le plan risqué -encore un-, l'arrestation du ministre Barathéon.
La question du Marqué le tira brutalement de ses souvenirs et il avala de travers la nouvelle gorgée qu'il portait à ses lèvres. Il posa sa tasse et toussa un moment, se frappant doucement la poitrine pour faire passer, les larmes lui venant aux yeux après un moment.


"Je... Kof kof... Je suis d'accord oui... Nailah est puissante, sauvage, fidèle et pragmatique. Elincia... Elincia est noble de sang comme de cœur. Elle pense au bien de tous, du plus humble au plus puissant, Beorc, Laguz, Marqué... Elle est profondément généreuse, attentive, délicate aussi, mais elle cache une certaine force de caractère qui n'a rien à envier à d'autres. Elle essaie de suivre la voie de son père tout en traçant son propre chemin, elle surmonte toujours les obstacles en choisissant la voie la plus pacifique et diplomatique. Elle sait pardonner comme elle a pardonné à Daein les deux guerres, car elle a compris qu'un souverain ne représente pas toujours l'unanimité de son pays, et qu'il est même possible d'abuser le plus grand nombre par de fausses promesses."

Le général s'était laissé gagner par un doux sourire, reconstituant le visage de sa belle derrière ses paupières closes. Ah Elincia... Comme il aurait aimé se lever d'un bond et aller la voir pour lui avouer ses sentiments. Mais ce n'était pas aussi simple, car son cœur balançait déjà pour quelqu'un d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Dim 3 Jan - 19:21



Le jeune Marqué rigola de bon cœur en voyant le jeune général s'étouffer avec son thé. Les compliments pleuvaient comme une douce pluie de printemps. Il en était presque ému de voir une telle dévotion envers la reine Elincia. Il comprit immédiatement que le général avait un faible pour elle, après tout, qui n'en aurait pas! Elincia semblait en effet être une personne pétrie de bonne qualité, et personne ne dirait le contraire.
 
"Tu sais, Nailah peut attendre le rapport, elle n’est pas du genre à faire passer les ordres avant tout. Considère-moi juste comme un vieil ami venu de loin pour prendre de tes nouvelles. Et puis crois moi, j'ai probablement marché beaucoup plus dans ma vie que toi, alors les voyages, ca me connait."
 
Blaze porta à nouveau sa tasse et dégusta une nouvelle fois l’infusion d’herbe. Il n’avait jamais vraiment subit le désert, bien au contraire. Il l’a protégé de nombreuses fois contre le chaos de ce monde. En un sens, l’isolement du désert est son plus gros avantage. Mais il y a quelque chose d’autre aussi, le désert est juste un labyrinthe sans mur, il est très facile de s’y perdre, et encore plus facile d’y mourir bêtement. En revanche, il connaissait des zones secrètes, des repères, ou encore des villages cachés. Bref, un festival de zones inconnues à la plupart des gens, que seul un vrai voyageur pourrait connaitre.
 
Des ruines, des temples, des zones montagneuses, ou encore, les mystérieuses régions à l’Ouest. La reine avait interdit cette région, mais ceci n’a pas empêché Blaze d’y jeter un œil discret. Une forêt monstrueuse s’étendait par-delà le désert, le tout avec des reliefs montagneux. Mais la verdure n’est pas toujours bon signe, car il s’agit plus d’une jungle terrifiante qu’une forêt verdoyante comme celle de Criméa. Non, là-bas, les plantes produisent des venins puissants, les animaux sont redoutables, et une brume si épaisse qu’elle pourrait faire suffoquer rendait cette zone inhabitable.
 
Le bretteur secoua la tête pour lâcher ses pensées néfastes et se concentra sur réconforter le jeune général :
 
"Eh bien, je crois déceler plus que de la ferveur et du respect dans ta voix. La royauté se doit de montrer une image forte, un exemple. Je sais que c’est comme ceci que ça fonctionne. A Hatary, notre reine est plus comme une sorte de mère regardant ses enfants jouer dans un bac à sable, intervenant en cas de problème, mais restant passif. La dureté de notre climat est la source de notre unité, intrigant n’est-ce pas ?"
 
Blaze réfléchit quelques temps, il aimerait bien voir le fond de la pensée du général sur sa reine, et il avait l’argument parfait pour ça. Il prit un biscuit et le fit craquer entre ses dents, le préférant sec. Il crut reconnaitre de la vanille, ainsi que du blé. Il retira son chapeau et le mit dans les mains de Mysti.
 
"Ce chapeau est un de mes biens les plus précieux. Avant de partir pour voyager, Nailah me l’a offert. C’est plus une marque de respect que d’affection, croit moi. Je n’aurais aucune honte à lui dire que je l’aime tu sais ! Bon ce n’est pas le cas, mais chez nous, les barrières n’existent pas, surtout pour le cœur. J’en suis une preuve vivante l’ami."
 

Dans un léger bruit de cuir, il retira son gant pour montrer sa marque sur sa main gauche, un sourire narquois au visage. Soudainement, l’image de Khar’a Mell lui revint comme un flash et on sourire s’effaça. Il regrettait de ne pas être avec elle en ce moment même. Mais bon, quand faut bosser, faut bosser, il aura le temps d’aller la retrouver plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Dim 3 Jan - 21:00

Un peu gêné par la réaction de Blaze, Mysti lui lança un regard étonné, plus encore lorsqu'il suggéra de le considérer comme un vieil ami. Ce n'était pas tous les jours qu'on lui demandait cela, ni dans ces conditions.

"Excusez-moi mais... j'ai un peu de mal à considérer un parfait inconnu comme un ami ancien. Non pas que je ne vous trouve pas sympathique, mais tout de même il faut avouer que vous me demandez quelque chose de compliqué. Une relation ne se commande pas..."

A cela le jeune voyageur répondit par une sorte d'absence momentanée. Sans doute lui aussi se replongeait-il dans ses souvenirs. C'était souvent l'effet provoqué par une discussion concernant les voyages. Lui-même essaya de se remémorer tous les lieux dans lesquels il s'était rendu : Begnion, Daein, Serenes, la Tour dans laquelle le dénouement avait eu lieu... Blaze avait beau dire, il avait plutôt bien parcouru sa part du monde lui aussi. Beaucoup d'aventure, de souffrances et d'obstacles, pour en fin de compte finir dans un lit à Criméa après un seul affrontement avec une sorcière mégalomane. Cruelle ironie.

Blaze enchaîna alors sur la royauté et la dureté du climat. Le lien entre les deux demeurait flou pour Mysti, le jeune homme semblant avoir son propre cheminement de pensée tandis qu'ils discutaient.


"Intrigant ? En fait je trouve cela plutôt normal. Plus les conditions de vie d'un milieu sont difficiles, plus les créatures qui y vivent se rassemblent et s'entraident naturellement. C'est le principe d'une meute de loups tel que je l'ai appris du moins, et il concerne également les Beorcs. Le contraire aurait été plus surprenant. Une créature isolée dans le désert ne survit pas bien longtemps. Au contraire la communauté permet de créer des oasis à intervalles réguliers comme vous le disiez, et alors on peut s'y aventurer plus profondément."

Il reprit prudemment une gorgée de thé et un gâteau, lorsqu'un objet non-identifié atterrit sur ses cuisses en un instant. Il interrogea Blaze du regard, et celui-ci expliqua que ce simple chapeau était un cadeau de la reine Nailah. Jusque-là le général n'eut aucun problème pour suivre, mais il se demanda quelle raison poussait l'Hatarien à lui raconter cette anecdote. Jusqu'au moment où le Marqué parla d'avouer ses sentiments. Heureusement qu'il était couvert de bandages, car Mysti rougit brutalement à cette information, démasqué. Cependant, ce n'était pas un chapeau qui allait lui donner le courage de se lancer.
Plus déconcertant encore, le bretteur lui fit voir la marque qu'il soupçonnait depuis peu après son arrivée et confirma ses ressentis précédents. Son argumentation un peu décousue acheva de tirer un soupir au chevalier. Parce qu'il était un Marqué et qu'il n'avait aucun problème à dire qu'il aimait une reine, le général devait en faire autant ? Hélas, le monde beorc ne tournait pas ainsi.


"Je ne sais pas exactement ce que vous déduisez de ce que je vous ai dit jusqu'à présent, mais vos paroles se contredisent d'elle-mêmes. Elincia est une amie d'enfance, et même plus que cela je n'ai aucune honte à l'avouer. Mais elle est une reine et ne peut épouser n'importe qui. Ce n'est pas une question de barrières ou d'unité, vous devez savoir que les laguz, et par extensions les Marqués, ne sont plus mal vus à Criméa depuis plus longtemps que dans n'importe quelle autre nation beorc. Et de toute façon la reine n'est ni l'un ni l'autre. Le plus gros problème... c'est que son cœur balance déjà pour quelqu'un d'autre. Et je ne peux pas lui vouloir, ni la forcer à regarder un homme trop jeune pour ses fonctions, manquant d'expérience et dont la vie a souvent dansé avec la mort. Pouvoir rester près d'elle et la servir est déjà un grand honneur, et un plaisir. Et ce genre de choses ne vous regarde absolument pas !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Dim 3 Jan - 23:17



Blaze écouta avec un amusement non caché le discours du général. Il y avait du vrai dans ses paroles. Mais aussi une forme de couardise, qu'il connaissait lui même. Mais il ne pouvait que pouffer de rire devant le rougissement spontané du général, ces sentiments étaient évidents et il ne s'en cachait pas, un bon point selon son livre.

"Hum. Tu as raison, j'outrepasse mes droits. Désolé d'avoir apporter le sujet, mais j'aimerais tout de même te dire quelque chose."

Blaze finit sa tasse de thé et reprit son chapeau, il abandonna toute forme de détente pour tenir un ton sérieux. Le sujet du cœur est un sujet des plus important, et il y avait quelque chose qui le dérangeait terriblement dans le discours du jeune général. Son manque de confiance en soit, et surtout le poids de la société.

"Tu te voiles la face. Tu le sais très bien... Rien ne t'empêche de le dire sans attendre quelque chose en retour! Tu le fait déjà! Autant lui dire clairement ce que tu as sur le cœur. Bien que je peux comprendre que Geoffroy doit te poser problème... Ils ont une grande complicité, c'est évident... J'aimerais dire que Geoffroy n'a aucune chance, mais à ce stade, c'est celui de vous deux qui saurait le mieux montrer son coeur qui vaincra."

Blaze reprit un air détaché, laissant le général respirer.

"Elle avait un ton plutôt doux quand elle parlait de toi, je pense que tu as des cartes à jouer. Mais tant que tu penseras en tant que soldat, tu n'avanceras pas.


J'en ai trop dit, mais j'espère que tu prendras en compte mes remarques. Parle à Elincia, seul à seul. Et laisse la considérer. Tu es jeune, fort, et tu me sembles bien plus intéressant que Geoffroy personnellement. J'ai du mal à le blairer. Bien trop strict et trop dur. Il a failli m'empaler durant l'audience. Si je n'étais pas devant la reine, on serait encore en train de se battre."

Blaze passa nerveusement sa main dans ses cheveux. La perspective d'un combat avec Geoffroy est plutôt difficile à digérer. Surtout que sa défaite serait évidente. Il soupira, mécontent de savoir qu'il serait vaincu, mais après tout, c'est la vie, on ne peut pas être meilleur tout le temps. Il sait danser avec la mort, mais il a ses limites! Comme Mysti il semblerait.

"Bon, je t'ai assez embêter avec ça, à ton tour. Pose moi ce que tu veux comme question, je te dois bien ça après un discours pareil!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Lun 4 Jan - 8:12

Le peu de visage brûlé que l'on pouvait observer au-delà des blessures du chevalier prit une expression de colère intense. Cet homme ne connaissait absolument pas la définition de la diplomatie. Il entrait dans les appartements d'un général royal comme une fleur, se permettait de le tutoyer et de donner libre cours à sa familiarité alors qu'elle n'y avait aucune place, abordant des sujets d'ordre privé comme s'il était un conseiller matrimonial à qui l'on avait rien demandé. Et en prime il le comparait avec Geoffrey comme un rival avec qui il se disputerait un morceau de viande fraîche.
Si sa tasse de thé n'avait pas déjà été vide, probablement que son contenu se serait soudain mis à bouillir, puis à s'évaporer sous leurs yeux.

Toutefois Mysti demeurait un chevalier, et selon ses principes, la colère ne devait pas l'emporter sur la justice, quand bien même elle était guidée par une passion avérée.


"Vous outrepassez les limites de la bienséance désormais. Vous ignorez tout de moi et de ma relation avec Geoffrey ou Elincia."

Garder son sang-froid. Demeurer inébranlable. C'était cela ou se faire plus de mal que de bien en incendiant son propre lit à ce stade de la conversation.

Avec des gestes hachés et difficiles à l'extrême, Mysti repoussa ses couvertures et se leva. Son expression ne trahissait aucune forme de douleur, bien qu'il fût évident qu'il souffrait mille morts rien qu'ainsi. Les coussins tombèrent derrière lui et il s'empara de sa tasse de la main gauche pour aller la reposer sur le plateau, l'autre bras pendant résolument sans force. Il ne portait qu'un pantalon léger, suffisamment ample pour que ses mouvements ne lui occasionnent pas plus de dommages que son corps pansé de toutes parts n'en subissait déjà. Il s'avança vers la porte d'entrée, l'ouvrit -de la main gauche toujours- et darda son regard noisette sur le Marqué.


"Veuillez quitter mes appartements immédiatement. Et si vous désirez une nouvelle entrevue, tâchez de vous faire annoncer et de réfléchir aux conséquences de vos paroles avant."

La symbolique du geste était forte : plutôt que de se faire assister et de nouer un lien indésirable de dépendance avec cette espèce d'impertinent, Mysti luttait contre la souffrance et l'expulsait lui-même de son foyer, droit et digne. Si Blaze n'était pas capable de se tenir sur les sujets courants, alors ce n'était pas la peine qu'ils évoquent War et la rencontre dans le désert. Le Criméan était en pleine convalescence, et ce type de digressions forcées et malvenues l'épuisaient plus que de raison.

"Mes vieux amis m'apportent du réconfort en ces temps troubles plutôt que des supputations infondées. Je suis navré, mais engagé dans cette voie vous n'en ferez jamais partie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Lun 4 Jan - 18:06


Blaze savait qu'il avait clairement pousser le général au bout, mais il ne le regrettait pas un instant. Mysti dégageait une puissante colère, assez pour rendre l'air opaque. Au point où le bretteur commençait à avoir peur pour sa vie. Mais il garda son calme et observa le plus attentivement possible son interlocuteur. Il devait apprendre de lui dans sa fureur, car pour connaître quelqu'un, rien de mieux que de le mettre hors de lui. Blaze avait trouver la corde sensible, et à enfoncer la porte comme ce n'est pas permis. Lui même aurait beaucoup de mal à se contenir, malgré son calme naturel.
Le Criméan était dans un état de colère intense, et pourtant, il contenait avec une discipline extraordinaire ses pulsions. Certes, les bandages jouaient probablement un rôle important, mais tout de même. Le Marqué ne pouvait que respecter l'incroyable contrôle du général, et cela renforçait le respect qu'il éprouvait pour lui. La demande pour sortir de son appartement se fit attendre, et il s'en mordit les lèvres.
(Aie, trop loin, j'aurais dû m'en douter. Mettre quelqu'un en colère est facile, c'est trouver la limite qui est dur. Espérons qu'il aura sa tête pour m'écouter une dernière fois.)
En revanche, Blaze esquissa une grimace en voyant le général se relever. Ou plutôt, passer par les différentes phases pour se lever. Il souhaitait immédiatement révéler ses intentions, et le forcer à se recoucher, mais l'homme était dans une telle douleur qu'il savait que ca ne ferait qu'aggraver la situation. Le général se releva, marcha avec difficulté, ses mouvements étaient douloureux, et rien que la vision de ceux-ci transmettait une douleur presque physique à Blaze. Il tint le spectacle difficilement, regrettant amèrement de l'avoir forcer à atteindre une telle extrémité. Le résultat était la, mais à quel prix? 
"Veuillez quitter mes appartements immédiatement. Et si vous désirez une nouvelle entrevue, tâchez de vous faire annoncer et de réfléchir aux conséquences de vos paroles avant. Mes vieux amis m'apportent du réconfort en ces temps troubles plutôt que des supputations infondées. Je suis navré, mais engagé dans cette voie vous n'en ferez jamais partie."

C'est un peu avec regret que Blaze passa la main sur son fourreau et hocha de la tête. Soudain, un puissant courant d'air claque la porte au nez du général. Blaze se remit derrière lui pour le récupérer en cas de chute, mais le général fut capable de soutenir son équilibre.

"Bien. Une réaction parfaitement compréhensible..."
Blaze racla sa gorge, et ferma les yeux en baissant la tête quelque seconde pour réfléchir à ces prochaines paroles, elles risquent d'être ses dernières avec Mysti, alors autant bien les utiliser.
"Je vous prie de m'excuser pour ma façade si abrupte et désagréable, mais j'avais besoin de vous voir hors de vous. Une tradition Hatarienne, mais surtout un excellent moyen de savoir à qui on a à faire. J'espère que vous ne tiendrez pas trop compte de notre sujet précédent et serrez capable de comprendre que je vous apporte des informations très importantes. Trop pour être révéler à la reine elle-même. Nailah m'a demander de garder ses informations pour vous, après les avoir vu... Je pense qu'il s'agit de votre ressort de l'annoncer à la reine Elincia."
Blaze regarda avec une certaine peur le général. Il se rassit et soutint le regard haineux du général.
"Nous pensons que cette sorcière à 3 autres sœurs. La sorcière se nomme War. Guerre en ancien dialecte. Vous connaissez sans doute la légende des 4 chevaliers de l'apocalypse. Guerre n'est que l'une d'entre elle. Il reste Mort, Pestilence, et Conquête. C'est la dernière qui nous fait peur... Nous pensons que Conquête pourrait à nouveau déclencher des guerres dans tout Tellius..."
Blaze prit sa missive avec le rapport dessus. Relisant rapidement quelques passages.
"War n'affecte que les zones qui l'entourent. Mais Conquête pourrait corrompre le cœur d'un dirigeant... Et la guerre pourrait à nouveau éclater. Mort ne vient jamais seul, et Pestilence est impuissante tant que la guerre n'est pas présente. Non. L'étincelle qui pourrait amener les 4 sorcières ensemble serait Conquête. C'est elle qui engendrera les 3 autres cavaliers de l'apocalypse."
Blaze se releva et prit la poignée de la porte.
"Vous savez ce que vous avez à savoir. Le rapport attendra. Si vous souhaitez toujours mon départ, un signe suffira. Pardonnez encore mes mots et mon impolitesse... et..."
Blaze soupira, se retourna, et posa un genou à terre.

"Je vous demande pardon pour vous avoir manquer de respect."
Blaze n'avait jamais mis le genou à terre devant quelqu'un à part Nailah. Il se sentait faible, terriblement faible et vulnérable. Il tremblait par la frustration et la honte. Pourtant, s'il pouvait avoir son avis sur cette information, cela serait des plus importants. Mais il ne pouvait pas lui demander trop. Il attendit patiemment l'ordre du général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Lun 4 Jan - 21:36

Forgé par ses vœux et ses idéaux, le jeune homme faisait tout son possible pour rester courtois quand son orgueil était piétiné et tourné en ridicule par cet homme un peu trop débridé. Mais la goutte d'eau qui fit déborder le vase fut bien celle de voir la porte se refermer sous son nez, et par magie en plus, comme s'il n'était pas suffisamment humilié pour l'être en plus dans son domaine de prédilection !

Tout à coup, en le sentant passer dans son dos, le chevalier eut peur. Peur que cet homme soi-disant venu d'Hatary s'en prenne à sa vie. Une fois déjà quelqu'un s'était infiltré dans ses appartements pour l'assommer le séquestrer ailleurs, et la couverture de Blaze était suffisamment bonne pour qu'il en fasse autant. Depuis War surtout, il craignait un peu plus les ombres. Il ne l'avait avoué qu'à un médecin en qui il avait la plus grande confiance, mais ses nuits étaient hantées par le visage de la sorcière, par celui de Griffin en sang et brûlé de ses mains, par les corps ensanglantés des laguz-loups.

Il chancela un instant, ce que le bretteur mettrait sur le compte de sa faiblesse physique -et c'était d'ailleurs une des raisons- mais parvint à tenir bon en l'entendant s'excuser et se justifier. Alors comme ça il s'était joué de lui et avait saigné ses plaies encore vives pour mieux le révéler ? Intéressant comme stratégie, mais bien trop destructeur pour un allié. Il fronça les sourcils, vexé de s'être laissé prendre, d'avoir craint un instant, et surtout prêt à entendre les informations qui avaient valu ce traitement ignoble.

Et le Criméan ne fut pas déçu puisque Blaze balaya sa colère d'un trait, pour la remplacer par de l'épouvante. Il s'était trouvé d'une impuissance désarmante face à War, que pourrait-il faire face à trois répliques macabres de sa puissance écrasante ? Rien. Absolument rien. Il n'était qu'un grain de sable dans l'immensité du désert et il le savait. Il lui fallait devenir bien plus fort pour espérer ne serait-ce que tenir tête à des créatures pareilles. Un peu comme s'il affrontait trois fois Ashera seul...

Sachant le mur assez proche, il recula jusqu'à ce que son dos s'appuie dessus. Cela faisait beaucoup d'informations pour une simple visite de courtoisie songea-t-il. Et cerise que le gâteau, le bretteur lui présenta ses excuses genou à terre, comme un véritable chevalier, humble et méritant. Incapable de lui en tenir rigueur -même s'il n'était pas près d'aborder de nouveau le sujet "amours" avec lui-, le général observa longuement cet atypique personnage.


"Relevez-vous... Je vous ai peut-être moi aussi jugé trop vite..."

Il passa une main bandé sur son visage, son regard voyant les yeux rouges de War, ses oreilles pleines de son rire dément, son corps hors de son contrôle.

"War est absolument terrifiante... Sa force dépasse de loin celle des meilleurs mages que je connais... Elle est capable de faire s'entretuer des hommes par un simple commandement et de déchaîner des flammes aussi chaudes que je m'imagine l'Enfer... Elle n'a cure de la vie, et d'ailleurs il y avait là-bas sept individus à son service... On aurait dit des laguz-chiens, mais sans aucune forme de volonté. Elle les a sacrifiés sans compassion ni plaisir, ils n'étaient que de la viande, et pourtant ils la protégeaient..."

Un goût de bile amer lui remonta dans la gorge et il ressentit le pressant besoin de s'asseoir. Ses jambes ne le soutenaient presque plus et il pouvait s'affaler sur le sol d'une minute à l'autre, rouvrant par la même occasion ses blessures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Mar 5 Jan - 0:54

La tête baissé, le signe de respect le plus fort d'Hatary. Aucun Loup ne ferait une chose pareille, sauf dans les cas les plus rares. Car cette position laisse le cou découvert, prêt à être trancher d'un coup de lame net. Il refréna des pulsions pour se relever, tenant difficilement le silence long et langoureux du général. D'un côté, il comprendrait parfaitement s'il était jeter dehors, planter un couteau et le remuer n'est pas le genre d'acte qu'un vieille ami ferait... Le général lui donna éventuellement le droit de se relever, ce qui rassura l'âme de Blaze. S'il était armé d'une carapace sérieuse, son soit intérieure souriait, heureux que son message fut délivré. Lorsque ses yeux rencontrèrent à nouveau ceux du général, il pouvait sentir rapidement que la colère s'était transformé en désarrois.

Les terribles souvenirs de son combat se reflétaient dans ses yeux, comme une ombre passant subtilement entre les ruelles sombres d'une ville la nuit. La douleur, la souffrance, la folie, tout ce mélangeait en un terrible mix capable de briser un esprit. Pourtant il se tenait encore debout, et ceci était une preuve de force. Mais malgré tout, le chevalier montrait aussi que son esprit n'avait ni guérir ni oublier cet événement. Probablement un trouble de stress post-traumatique, mais qui n'en aurait pas après ca...

Mysti plaça son dos contre un mur pour mieux se soutenir, et expliqua avec une voix tremblante War. Et ses paroles glaçaient son sang. Le bretteur trembla à l'explication de la puissance monstrueuse et de l'absence totale d'humanité de la sorcière. Si un général de Criméa rentrait dans un état pareil, comment lui pourrait s'opposer! Il devait devenir plus fort, incroyablement plus fort! Mais la mention des Loups transformer en chair à couper lui arracha une grimace de colère, ses poings se serrèrent. Il laissa une haine sourde monter en lui, imaginant ses amis, ses frères d'enfances, tout ces louveteaux sans père... Ses dents grincèrent à l'idée, qu'il se dépêcha de balayer. Soudainement, les signes de faiblesse de Mysti se firent évident.

Blaze s'approcha pour l'aider à se poser sur son lit. Ses mouvements étaient lent, méticuleux et attentionné. Il prit soin de ne pas faire le moindre geste brusque et d'accompagner les mouvements du général plutôt que de le forcer à prendre son rythme. Doucement, mais surement, le chevalier revint dans son lit.

"Je n'imagine pas la torture que vous avez subit... Mais si elle n'est pas seule..."

Blaze retourna sur sa chaise et posa ses mains sur sa tête en désespoir. La situation était en effet dangereuse. Pas critique, mais pas encore. Si elle est si puissante que cela, c'est à se demander comment on pourrait y survivre...

"... J'ai... Laisser mes frères... Se faire briser par cette sorcière... Et le pire, c'est qu'elle les a traiter comme des moins que rien..."

Le Marqué prit une grande respiration pour se libérer de la haine grandissante dans son cœur.


"Pfffiiiou... Je suis sans mot. Je suppose que vous comprenez la gravité de la situation. Si gérer une sorcière comme ceci semble une tâche impossible... Imaginer 3 autres... Les rapports montrent qu'elle utilise la magie de feu. Et qu'elle est capable de forcer les gents à s'entretuer... J'aimerais demander des détails particuliers du genre, si il y a une manière fiable de se soustraire à cette forme de contrôle... Mais je n'aimerais pas abuser de votre bonté."

Blaze resservit une tasse de thé pour le général et pour lui même.

"Mais parlons de l'avenir... Essayez de vous remémorez des faiblesses, même infimes. Semblait-elle lente? Assez pour que quelqu'un d'humain la prenne de vitesse? Ses sorts avaient des rituels particuliers? Elle contrôlait passivement les Loups? Ou ils se contentaient d'obéir sans qu'elle utilise activement de la magie? Chaque personne cache une faiblesse particulièrement exploitable. Personnellement, mon bras droit est trop faible par rapport aux restes de mon corps. Il doit bien y avoir un moyen de l'affecter!"

Blaze tentait de maitriser une sorte de rage profonde, la rage contre l'impuissance. Le souvenir de Redeye revint douloureusement dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Mar 5 Jan - 22:13

Pris par ses terribles souvenirs, le général se laissa soutenir et guider jusqu'à son lit. Il ne chercha même plus à rajuster ses coussins et s'allongea aussitôt que sa tête eut touché l'un des oreillers. Là, il chercha à remonter sa couverture à mi-cuisse, croisa les bras sur son ventre et ferma les yeux un moment. Près de lui Blaze s'accablait inutilement et il riposta d'un ton las :

"Ce n'est pas de votre faute, vous ne saviez pas. Personne ne savait."

Il resta silencieux un moment, et on aurait pu croire qu'il s'était endormi s'il n'avait pas relevé les paupières pour fixer le plafond, comme s'il visionnait et projetait ses souvenirs dessus. Ils étaient en fin de compte rentrés bien plus rapidement et brusquement dans l'objet de leur rencontre qu'ils ne l'avaient prévu au départ.

Mysti cherchait ses mots. Comment exprimer en détails ce à quoi il avait été confronté ? Était-ce seulement possible sans altérer la réalité ? Il finit par se lancer, revoyant la scène au ralenti.


"Si elle possède ce genre de faiblesses, je n'étais pas assez fort pour la déceler. Elle parlait avec démence, mais ses yeux semblaient savoir ce qu'elle faisait. Les chiens n'étaient qu'une diversion, un prétexte pour nous jauger avant le véritable assaut. Elle n'a pas eu besoin ni de tome, ni d'artefact pour nous ensorceler et nous brûler... L'énergie semblait venir d'elle-même et perturber nos egos. Elle s'est amusée à nous tourner les uns contre les autres comme des marionnettes au bout de fils. Nous étions quatre, arrivés par hasard au même endroit et au même moment... Un grand bretteur aux cheveux roux, avec une épée de presque deux fois sa taille, une petite fille mage noire et un sénateur de Begnion que je connaissais... Il y a eu comme une onde dans l'air, et cela a suffi à éveiller nos instincts les plus destructeurs. Quant aux flammes, elles semblaient venir directement de ses mains et ont tout brûlé sur leur passage... Je ne sais pas si les autres ont pu survivre ou non, je n'ai retrouvé qu'un seul corps... Pourtant... Pourtant le seul assaut que nous avons réussi à porter de nous-mêmes semblait avoir fait mouche. Elle était à terre. Elle semblait morte. Un nuage de sable et de poussière nous a prouvé le contraire. Et quand je me suis repris, elle était partie... évaporée..."

Le Criméan souffla un grand coup, ayant réussi l'épreuve de mémoire difficile à laquelle il avait accepté de se soumettre. Ses informations livrées, il accepta le thé et se redressa sur un coude pour pouvoir le boire plus à l'aise, puis posa son regard sur Blaze.

"A votre tour. Dites-moi tout ce que vous savez sur ces éventuelles sœurs. Comment les soupçonnez-vous ? Avez-vous observé des phénomènes qui pourraient y être liés ? Quelles sont vos sources ? Quelles sont vos preuves ? Dites-moi absolument tout, ne cherchez pas à me ménager."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Jeu 7 Jan - 22:36

Le rapport du Criméa était hélas aussi flou que le sien concernant les éventuelles faiblesses à exploiter. Mais quelque chose résonna dans ses paroles. Un roux... avec une épée gigantesque? REDEYE???? Le flot de pensée du bretteur venait de changer complètement de direction. Ses instincts les plus primaires se réveillèrent à l'image et l'idée que ce monstre revenait probablement de son affrontement avec War. Saisie par les tripes, et déchiré entre sa rage de combattre et le calme, des formes se battaient dans son esprit. Du sang, des lances, des épées, mais aussi la possible influence de War dans leurs ombres! Donc l'épée maudite de Redeye n'est pas la source des pulsions qui l'a forcé à tuer tant de personnes, mais des résidus de la magie de War????

Blaze sentit ses mains se crisper, ses traits étaient entre le calme et l'inquiétude. Il décida de repenser à tout ca quand il aura le temps. Débattre sur son passé n'aidera pas Mysti à comprendre les inquiétudes de Nailah. Il respira doucement et décida d'aborder avec un ton modéré le sujet. Assez sérieux pour montrer la dangerosité et le risque, mais pas assez pour faire croire à un cas désespéré.

"Sachez qu'on reste dans de la théorie, l'existence de War est désormais avérée, mais les autres ne le sont pas. Le lien le plus évident est  la fameuse légende des 4 cavaliers de l'apocalypse. Guerre, Pestilence, Conquête et Mort. Et pour expliquer pourquoi notre reine Nailah s'inquiète autant, il faut remonter à l'origine d'Hatary. Savez vous pourquoi les Loups fuient l'Ouest du désert?


A l'ouest du désert se dessine un autre bout de continent, avec une jungle luxuriante, et une chaine de montagne brutale, mais habitable. Mais cette jungle, est l'endroit le plus mortel sur Tellius... Les plantes sont toutes d'une toxicité incroyable, chaque créature a terriblement muté pour survivre à l'air malsain et toxique. Un être vivant du continent central ne tiendra pas une heure. J'y ai jeter un œil, et j'ai cru que mes poumons allaient me lâcher. D'ailleurs, vous connaissez certainement la Bella Dona, une des plantes les plus toxique de Tellius. Elles viennent de là-bas. Le poison est si virulent que certains détraqués l'ont amenés avec eux.

Nailah pense que toute cette désolation est un fait de Pestilence, qui aurait corrompue toute la nature sauvage pour correspondre à ses besoins. Bien sûr, ce n'est que supposition, une fois de plus. Mais une chose est sûr, la nature qui s'est développé de ce côté du désert n'est pas naturelle. Et c'est pour ceci que..."

Blaze retira sa pochette d'herbe, il fouilla dans une des poches les plus profondes, et sortit une sorte de feuille violette, d'une couleur jamais vu. Elle semblait être à la fois vive et sombre. Au fait, elle brillait par alternance, s'illuminant puis s'assombrissant, comme si elle était encore vivante, malgré qu'elle soit détachée de son arbre d'origine. Des pulsions malsaines et mauvaises émanaient de la feuille. Comme si sa présence elle-même était une aberration à la magie et la nature. Si une simple extrémité de l'arbre pouvait créer une telle pulsion, alors que serait un arbre entier? Blaze ne le savait que trop bien...

"Pouvez vous ressentir une sorte de lien avec War? Je ne sais pas, comme si... Une origine similaire? Tout ce que je sais, c'est que personne n'a pu reconnaître cette espèce de lumière qu'elle dégage. Même des adeptes de la magie noire..."

Blaze présenta avec précaution la feuille, et la posa sur sa couverture pour qu'il puisse l'examiner. C'était le moment de vérité. C'est une des seule preuve qui pourrait éventuellement mettre la théorie de Nailah sur pied. Et ce général de Criméa pourrait bien sonner le glas du début d'une époque sombre et torturée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Ven 8 Jan - 20:52

Mysti écouta en silence tout le long des explications du Marqué, attentif à chaque détail. Son anxiété se calma graduellement, jusqu'à ce qu'il soit de nouveau maître de son sang-froid et que les douleurs dans ses membres fussent tues.

Si le lien "le plus évident" était une légende, rien qu'une légende, il n'y avait finalement pas de quoi s'alarmer. Pas tout de suite en tout cas. Le chevalier profita du silence retombé pour réfléchir et saisit prudemment la feuille entre ses doigts bandés. Aucun doute, il n'avait jamais vu d'espèce de ce genre dans tout Tellius, et très rarement dans les livres on mentionnait la belladone. Il en éprouva la souplesse, la légèreté, même l'odeur. Et son soulagement se fit plus intense.


"Je ne sens pas la moindre parcelle d'énergie qui ressemblerait à celle de War. Ce qui me fait dire que la théorie de Nailah, même si elle est plausible, semble improbable. La végétation peut réagir d'elle-même à un poison contenu dans l'air, peut-être que ces montagnes et cette forêt sont nées sur un terrain propice à la toxicité, tout simplement. Jusqu'à preuve du contraire, la légende en restera une."

Il lui rendit l'étrange feuille avec des gestes plus sereins. Les superstitions avaient le don d'exciter les imaginations, et il était bien possible que la reine d'Hatary en ait été la victime. Néanmoins Mysti ne fit aucun commentaire là-dessus et but sa deuxième tasse de thé beaucoup plus tranquillement.

"Vous pourrez rassurer votre reine sur ce point. War est une menace très sérieuse à prendre en compte, mais a priori c'est la seule."

D'un mouvement lent, il se redressa sur les coudes une nouvelle fois et tâcha de reculer jusqu'au mur pour se replacer un coussin dans le dos.

"Vous savez, la peur est une bien mauvaise conseillère. Tenez-vous-en aux faits, uniquement aux faits. Vous allez sans doute me dire que j'ai une vision trop militaire de la chose, mais c'est avec des faits que j'ai gagné ma bataille dans la Résistance criméane, et c'est l'idée qui a cédé aux rumeurs. Les déesses ne laisseraient pas des menaces pareilles se multiplier contre nous. Elles nous ont mis à l'épreuve et Ashera a reconnu que son jugement n'était pas parfait. Quant à Yune, sa bienveillance et sa fougue nous permettront quoi qu'il arrive de vaincre. Voilà ce en quoi je crois. Et vous pourrez demander à Nailah, elles ne sont pas des fables, elles."

Il se fit souriant, espérant par là rassurer aussi le Marqué sur la suite des événements. Criméa avait livré de bien impressionnantes victoires par le passé, au point qu'on se demandait parfois si quelque chose était possible de faire obstacle à la foi inébranlable des guerriers en leur reine, en leurs choix, en leur pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Sam 9 Jan - 21:34

Ainsi, ses théories serraient fausses? Une très bonne nouvelle, excellente même! Ce qui arracha un soupire de soulagement et un sourire au jeune Marqué. Il est vrai que suivre les légendes n'est pas une bonne idée, mais il avait besoin d'en avoir le cœur net, Nailah n'a fait que mentionner cette idée et ses craintes, mais il est vrai que War sonne l'avènement de quelque chose de sombre... Du moins, elle est la seule cible à abattre. Blaze repensa aux rapports, mais ils avaient assez discuté de tout ceci, il était temps de laisser le général se reposer.

En revanche, Blaze prit plutôt mal les dernières paroles du général. Beaucoup d'entre elles étaient en contradiction avec ses convictions. Il décida de faire preuve de retenu, comme Mysti auparavant, et écouta calmement l'homme brûlé. La mention des déesses lui arracha un soupir déprimé. Il détestait l'histoire des divinités, comme Nailah d'ailleurs. Leurs avis étaient similaires, Yune et Ashera n'apportent rien de bon en temps qu'entités séparées.

"Je me dois de vous donner tort. Du moins, à mon humble avis... La peur est ce qui nous différencie des bêtes, des démons et des anges. Elle est une force ou une faiblesse de la manière dont vous la voyez. Pour quelqu'un qui a "dansé" avec la mort, je m'attendais à une vision plus souple. Dois-je comprendre que vous pensez que Nailah est une idiote pour craindre ce genre d'éventualité? Je trouve au contraire sage d'écouter ses peurs, car elle recèle toujours une part de vérité... Elle m'a dit un jour : "Agissez sans peur, vous finirez dans un cercueil. Agissez contrôler par la peur, le résultat sera le même. Mais si vous apprenez à écouter votre peur, elle peut s'avérer votre plus précieux allié".


Mais je vous manque une fois de plus de respect, je vous prie de m'excuser. Certes, les faits sont importants, mais ils ne sont que ce que le théâtre qu'est la vie nous présente... Il y a tout ce qui se passe sous cette scène, et nous devons faire preuve de clairvoyance pour y apercevoir les sombres dessins qui s'y trament. Nailah l'avait senti avant même l'apparition de War... Quelque chose de noir et macabre se dessine à l'horizon, et ceci était moins qu'une fable, c'était une sensation, un instinct... Chaque information compte, même les fables."

Blaze but lentement sa tasse de thé et réfléchit sur les déesses. Le sang affluait dans son visage et il tentait de garder une ton monotone et neutre dans sa voix. Lui? Demander à Nailah que Ashera et Yune ne sont pas des fables? C'est plutôt déplacé, mais il devait faire preuve du même sang-froid que le général avait montrer pour lui.

"Je vous rejoins, Yune et Ashera ne sont pas des fables, mais ce n'est pas le sujet, général. Nailah m'a déjà parlé de son combat, je sais déjà tout ceci. C'est ce qui donne tout le poids de ses paroles. Je suis juste... Content que War est notre seule cible."

Un long soupire annonça le début d'un silence étrange entre les 2 protagonistes de notre histoire. Le bretteur se sentait bien mieux maintenant, il écrasa dans sa main la feuille qui émit une petite lumière avant d'être détruite. Le général n'avait pas faux sur toute la ligne. Mais il semblait craindre la peur, c'est bien l'inverse pour Blaze. Sa vie et son entrainement lui offrait la possibilité d'écouter la peur et d'en tirer des enseignements : éviter les bagarres inutiles, reconnaitre plus fort que soit, et surtout, savoir rester à sa place le temps qu'un orage passe. Il se releva et annonça finalement :


"Bien, je vais vous laisser vous reposer général. Le rapport est un détail qui peut attendre, je vais me reposer à une auberge. Je m'entrainerais avec les soldats en attendant votre rétablissement et le rapport, cela ne peut être que bénéfique. Et aussi... J'aimerais que... Je..."

Blaze détourna le regard, légèrement gêné.

"Je suis le fils d'une grande bretteuse qui n'a eu que 14 ans pour m'enseigner... Vous pouvez m'apprendre beaucoup de chose sur Criméa que j'ignore, et j'ai soif d'apprendre. J'apprends tout les jours, à chaque rencontre, chaque coup d'épée, chaque nuit passé sur les routes. Mais vous pouvez m'apprendre beaucoup. Je sais que c'est très... déplacé après ce que je vous ai fait subir. Et que je vous demande peu être trop, mais si accepteriez que nous discutions plus tard, de Criméa, je vous en serrez gré."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Lun 11 Jan - 23:16

Le sourire du général s'évanouit en entendant qu'il avait commis un faux pas en mentionnant les déesses. Évidemment Blaze ne pouvait pas comprendre. Il n'avait pas vu la bénédiction de Yune opérer, sublimer tous les beorcs et les laguzs qui se trouvaient près de la Tour le moment venu. Il n'avait pas ressenti la formidable et bienveillante puissance l'envahir et lui redonner courage quand tout semblait perdu. Nailah était une reine de guerre, qui jurait bien souvent par ses crocs et ses griffes. Si cette optique pouvait porter ses fruits dans de nombreuses occasions, il manquait au Marqué la vison d'un Beorc pour se faire son idée, qu'il repoussait manifestement.

"Vous vous méprenez sur ma pensée, Blaze. Je respecte Nailah autant que je respecte Elincia. Elles sont toutes deux de formidables souveraines à leur manière, tout comme le roi Tibarn, l'impératrice Sanaki ou encore la reine Micaiah. Mais comprenez que je ne raisonne pas que pour moi. Je sais ce que la peur peut faire faire à une foule, je sais comment se produisent les phénomènes de masse. Beaucoup n'ont pas la chance de savoir dominer leur peur. Pensez-vous que tous les loups écouteraient leur peur sans se laisser contrôler s'ils étaient entourés de flammes ? Que tous les oiseaux resteraient unis dans une tempête de vents ? Que les dragons ne réagiraient pas à une nuée d'éclairs ? Les beorcs, eux, réagissent aux lames et à toutes ces choses à la fois. Et quand ils ont peur, quand un seul a peur, cette peur peut se propager à tous, et c'est ce qui crée des émeutes, la déroute d'une armée, l'abandon et la mise à sac des villages ! Voilà pourquoi la peur est mauvaise conseillère. Parce qu'elle divise et retourne les gens les uns contre les autres. Il est facile de considérer un bretteur entraîné quand on doit penser au bien de milliers d'hommes !"

Le silence s'instaura alors et Mysti en profita pour terminer sa seconde tasse de thé, puis se rallongea à plat dans son lit. En voyant cela Blaze dut croire qu'il épuisait le général plus que de raison puisqu'il se retirait. Le mage ne lui tint pas rigueur de sa divergence de point de vue, même s'il sentait une certaine colère dans le cœur du Marqué, froissé autant que lui l'avait été de s'entendre donner des conseils matrimoniaux. Mais avant de partir, le bretteur formula une dernière requête, qui surprit agréablement le Criméan. Il garda le silence un moment, choisissant avec soin les mots qu'il allait lui adresser en retour.

"Au fond, nous ne sommes pas si différents. On m'a toujours dit que ce qui faisait un bon mage, c'était sa soif de connaissance et de travail. Et l'on m'a dit encore plus souvent que j'étais un excellent mage !"

L'espace de quelques secondes, l'héritier des Méline sourit en se moquant de lui-même. Il tourna la tête vers un Blaze déjà prêt à partir, et pourtant humble et honteux à la fois. Un curieux personnage.

"Non. Je ne vous entraînerai pas. Il vous manque quelque chose."

Il mesura la réaction du Marqué : colère, tristesse, indifférence apparente, révolte, agacement, cela lui serait assurément précieux à voir. Quand il en sut plus il enchaîna afin de ne pas laisser l'homme partir si facilement.

"N'oubliez pas qui je suis Blaze, aucun officier d'élite n'acceptera d'entraîner un civil étranger sans mon aval. Tout au plus pourrez-vous vous amuser avec les officiers inférieurs si vous avez un bon niveau. Si vous voulez vraiment devenir mon disciple, commencez par me donner le nom de cette "grande bretteuse". Les grands méritent qu'on se souvienne de leurs noms. Ensuite, pendant mon repos, déambulez dans Mélior. Apprenez des gens qui vous entourent. Parlez aux beorcs, observez-les, mais pas parce que je vous le demande. Imprégnez-vous de ceux qui vivent autour de vous. Créez vos souvenirs propres ici. Parlez à Anita la forgeronne, à Elrick le boulanger, Perimestre le héraut, n'importe qui. Vivez. Et quand vous réaliserez l'importance de ce qu'il y a en-dehors du combat, je pourrais essayer de vous former à ce qu'il y a d'autre. Qu'en dites-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Mar 12 Jan - 22:47



Blaze écouta les paroles du général. Leurs visions différaient, mais dans un bon sens. En temps que général, Mysti devait gérer un grand nombre de personne, l'image compte, comme les décisions et l'attitude. Quelque chose que Blaze n'a pas au profit d'une plus grande expérience personnel. Mais le bougre avait de bons points que le jeune Marqué ne pouvait réfuter. La peur est une émotion forte, très forte, trop forte. Elle est contagieuse, vicieuse, et s'infiltre dans le corps de sa victime comme un poison lent. Si vivre avec la peur, et s'en servir pour se battre était un trait très caractéristique des Laguzs, elle reste une compétence unique qu'il ne pouvait que se réjouir de posséder. Redeye? Oui, il avait peur ce Beorc, mais il nourrit cette peur, la laisse s'encrer comme une chaîne sur son cœur, car le jour où il se battra, cette même entrave se brisera, et ce sera un nouveau Blaze qui éclora... Ou mourra.

La réponse fut en revanche... Intrigante. Blaze laissa la poignée pour placer sa main sur son menton, en signe de curiosité. En effet, il n'y avait d'hostilité ni de réel dédains dans sa voix. Il avait quelque chose derrière la tête. Blaze se questionna, qu'est-ce qui pourrait bien lui manquer? Les idées furent si nombreuses qu'il abandonna rapidement pour se concentrer sur l'avis du général.

(Ma mère? Disciple? Vivez???)

Oh... Il venait de comprendre. Le général pensait qu'il n'avait pas de curiosité, et que son spectre de vision était limitée. S'il avait l'envie de lancer une réplique si cinglante qu'elle aurait provoqué un tremblement de terre, il laissa un sourire au coin se dessiner lentement sur son visage. Il pouvait comprendre cette requête de sa part. Après tout, la seule image donné de lui était soit celle d'un salopard arrogant qui se mêle de la vie des autres, soit d'un soldat coincé d'une armée étrangère. Si le général était à côté de la plaque sur le Marqué qu'il était, ces paroles étaient justes, correctes, et avec une véritable volonté d'enseigner derrière. Sans le savoir, le général avait déjà donné sa réponse.

"... Pf... Pfuhahaha. L'ami, vous avez un cœur d'or, ne laisser personne vous dire le contraire."

Blaze rigola de bon cœur, et son sourire franc rendait l'émotion plus agréable à regarder. Il ne voulait pas offenser le général, mais il ne pouvait que rire devant ce mélange de bonté et d'ignorance.

"Vous avez déjà votre réponse. Je ne suis pas un étranger, et encore moins un civil. Ces insignes sur ma veste montre que je fais parti de la garde royale de Nailah, et également mon appartenance au groupe d'expédition. Mais ca ne fait pas de moi un grand vous savez, cette notion n'existe pas et n'existera jamais pour moi, car nous sommes tous des frères, dans le désert comme sur cette terre. Mais pour m'entrainer, j'aurais quand même besoin de votre aval... Pitié ne me sous estimez pas."

Cette dernière phrase avait pour but une connotation comique grâce au ton presque suppliant. Le jeune Marqué aimait se battre, sentir l'adrénaline du duel, et rien ne le rendait plus heureux que de trouver un adversaire plus fort qui lui. Les forces de Criméa doivent regorger de véritable machine de guerre contre lesquels il pourrait parfaire ses techniques.

"Je n'aime pas parlé de ma mère... Elle n'aimait pas regarder dans le passé, elle a toujours vécue la tête haute et pointée vers l'avenir. Elle est née dans Daïen, et fut connue sous 2 noms, l'un durant sa jeunesse la-bas, et l'autre pendant son service à Hatary. "L'éclair écarlate" et la "Louve des Lames". Une épéiste souple, habile, et agile dans Daïen est une véritable preuve de force, vous ne trouvez pas?

Quant à vivre. Vous me touchez au cœur par votre bonté. Tout ceci était dans mes prévisions, mais bon, les ordres d'abord non? Vous êtes littéralement la 2ème personne avec qui je parle depuis mon arrivée ici. Je prendrais le temps de découvrir Mélior, ne vous en faites pas. Je pense plutôt être en mesure de vous apprendre des choses, vous savez. Votre statut implique nombre responsabilités, et l'expérience d'un vagabond peut vous être utile, j'en suis certain."

Blaze fit une légère courbette en signe de respect avant de partir.

"J'ai hâte pour notre prochaine conversation. Enfin, si vous souhaitez, bien sûr."


Blaze referma la porte doucement et quitta le château sans pressé. Une auberge, une bonne bière, et beaucoup de repos lui feraient le plus grand bien. Il ne s'était pas poser quelque part depuis un grand moment, et profiter d'un bain chaud est une perspective dont il rêvait depuis des lustres. Suivant les conseils de Lucia, Blaze passa ainsi la journée à marcher dans l'immense ville, il envoya rapidement une missive à Nailah pour l'informer de son entretien et de son séjour temporaire. La nuit tomba plus vite qu'il ne l'avait anticiper et la fatigue se fit vite sentir. Il prit une chambre dans une auberge calme, plus calme que celle qu'il fréquentait d'habitude, mais parfait pour l'instant. Blaze prit pour la 1ère fois depuis des lustres un bain chaud, manquant plusieurs fois de s'endormir dedans. Le lit n'en fut que plus confortable et malgré ses paupières lourdes, il se remémora l'échange avec le général, et c'est avec une impatience sourde qu'il s'endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Mer 13 Jan - 16:12

"La Louve des Lames ? Impressionnant."

Le Criméan eut un sourire énigmatique aux propos du bretteur puis le laissa s'en aller. L'avenir lui dirait s'il avait raison ou non de se laisser tenter.

Cinq jours passèrent ainsi tranquillement. Le Marqué avait carte blanche pour voir la ville et ses habitants, ses paysages, ses productions.
Au repos, Mysti reçut plusieurs fois sa visite, que ce soit simplement pour prendre un thé et bavarder ou pour échanger des nouvelles d'Hatary et de Criméa. Le chevalier préférait ces discussions simples aux soucis du pays, mais Blaze fut à plusieurs reprises refoulé à sa porte par des gardes. Ordre du médecin : le soldat devait se reposer sans recevoir de visites pendant certaines tranches horaires.

Conformément aux dires du général, les troupes d'élite refusèrent catégoriquement de recevoir le bretteur, même s'il faisait partie de la garde royale d'Hatary et même s'il prétendait ne pas être étranger à la ville -alors que personne n'était capable de parler de lui en détails- sans le feu vert de Mysti. Et personne n'osait le déranger pour si peu dans l'état où il était. En revanche, apprentis et officiers inférieurs se firent un plaisir de découvrir ses talents. Les premiers furent vite découragés par sa vitesse et son habileté, quand les seconds se faisaient un défi de lui tenir tête dix minutes ou plus.

Ce fut pendant l'une de ces séances d'entraînement improvisées qu'une nouvelle rencontre eut lieu entre le plus faut gradé militaire de l'Etat et le jeune homme en provenance d'Hatary. Les terrains d'entraînement pour les jeunes recrues étaient situés un peu à l'écart de la ville, mais n'importe qui était libre de venir voir -ce qui constituait l'un des passe-temps des jeunes enfants. Alors que le rouquin démontrait sa supériorité face à un apprenti un peu plus audacieux que les autres, une clameur se fit entendre plus loin. Sept cavaliers avançaient au pas. Les uniformes de six d'entre eux brillaient au soleil, les armoiries de la Chevalerie royale brodées sur leurs surcots. Ils encadraient la septième personne qui n'était autre que Mysti juché sur Fraise et saluant un à un ceux qui s'arrêtaient pour lui offrir des vœux de bon rétablissement ou des présents qu'il ne pouvait pas toujours accepter, trop lourds pour ses muscles encore sensibles.


"... Tu diras à ton père de venir me le présenter plus tard d'accord ? Je serai fort curieux de vérifier si la rumeur est vraie.
-D'accord, promis ! Et il deviendra un grand soldat comme vous ?
-Peut-être, s'il en a les capacités. Nous verrons ce qu'il nous montrera."

Les mages échangèrent entre eux des regards attendris tandis que le général donnait l'ordre de reprendre la marche jusqu'au terrain d'entraînement. Vêtu d'une tunique à ses propres armes, il avait une allure bien plus fière et majestueuses qu'allongé dans son lit. On pouvait toujours voir les bandages dépasser sur ses mains ou sur son visage, mais ce dernier en comptait moins qu'auparavant et on pouvait de nouveau voir la couleur de sa peau, guérie par endroits. Les guérisseurs faisaient un bon travail en réparant doucement tous ses tissus, de sorte qu'il ne resterait pas de cicatrices à la fin, mais que le processus prendrait du temps.

Ils se dirigèrent vers les abreuvoirs pour laisser les chevaux dans un petit enclos et descendirent de selle. Mysti fut le dernier, s’aplatissant sur le dos de sa jument en glissant les pieds hors des étriers pour se laisser glisser dans les bras d'un confrère. Une brève grimace de douleur étira ses traits avant qu'on ne le soutienne aussi délicatement que possible par les épaules pour l'aider à marcher de son propre fait. Devant lui tous les soldats et les apprentis posèrent genou à terre.


"Relevez-vous, défenseurs et futurs défenseurs de Criméa ! J'ai convenu avec cet homme que peut-être je lui enseignerai, et comme vous le savez je n'ai qu'une parole. Faites-moi donc voir ce qu'il a appris auprès de vous, et ce que vous avez appris de lui."

Amusés par le défi, les hommes poussèrent un cri de joie et les meilleurs s'alignèrent face à Blaze en lui demandant de choisir son adversaire parmi eux. Un soldat lui offrit une épée tout à fait ordinaire en lui demandant de lui confier la sienne, et Mysti lança un regard de défi silencieux au marqué avant d'élever de nouveau la voix :

"Je vous rappelle les règles : une seule discipline est autorisée. Pas de magie, ni d'armes magiques, pas de changement. Si vous prenez une épée, une lance ou une hache, vous la gardez jusqu'à la fin. Nous voulons voir vos compétences propres. Vous avez le droit de blesser, mais jamais mortellement. A la moindre faute le combat s'arrête. Le but est de désarmer, de faire reculer hors limites ou de faire tomber l'adversaire plus de quinze secondes. A vous messieurs !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Dim 17 Jan - 2:00




Les journées furent des plus intéressantes. Mélior était une ville passionnante, regorgeant de surprises et de nouveauté pour le bretteur d'Hatary. Il ne put pas passer voir aussi souvent qu'il le souhaitait voir le général car sa condition ne le permettait pas, mais il comprenait et le laisser se reposer. Le peu de temps durant lequel ils pouvaient s'entretenir relevait de la conversation simple, sans réelle impacte à part doucement apprendre un peu de l'autre. Ces échanges, bien qu'inutiles, étaient fort agréables, et leurs permettaient de voir en dehors du cadre militaire.
 
Ses jours suivaient un pattern régulier : réveil, méditation, entrainement, puis visite. Jusqu’à ce que Mysti vienne à sa rencontre dans le camp d’entrainement. Les soldats étaient des apprentis, au style carré et militaire, un jeu d’enfant pour Blaze en terme de combat. En revanche, il prit plaisir à leur enseigner certaines de ses bottes et de ses techniques. Il put aussi affuter des techniques plus compliqué, comme ses parades sur le dos, ses rotations et ses changements de prises en pleine échange de coup. Si le niveau des recrus lui permettait de s’entrainer sans crainte pour ce genre de mouvement, il savait que face à un adversaire de niveau plus élevée, les effectuer relèverait de l’exploit.
 
Tout le monde mit un genou à terre pour saluer le retour du général. Ses soins étaient en train de faire effet et petit à petit, la momie redevenait un homme. Si ses membres étaient évidemment douloureux, son effort imposait le respect. Blaze esquissa un mouvement de tête comme pour saluer de loin Mysti. Soudainement, il expliqua vouloir le voir à l’action. Une idée intéressante, mais qui le laissa perplexe. Il n’avait pas suivi ses conseils et le sous estimait complètement. Bah, peu importe, il devait faire ses preuves, et cette idée lui plaisait. Les recrus n’étaient pas prêt pour l’affronter à 100% de ses capacités, avec ou sans Kaze. Mais l’entrain des soldats étaient fort et chacun voulait prendre une revanche tant attendu devant les yeux du général.
 
Blaze soupira et regarda Mysti pour répondre à son défi avec orgueil. Oui, il allait le faire, et avec une classe et une maitrise qu’il n’aurait jamais vu. Il donna sa lame avec un léger regret pour prendre une épée classique. Équilibrée, assez grande pour être manier à 2 mains, et assez légère pour une main. Il pointa Frederick de la pointe de son épée qui sauta de joie, heureux d’être choisi. De tous les apprentis qu’il avait combattus, Frederick était le plus intéressant, car il apprenait vite, et avait une garde très solide.
 
-Paré Frederick? Cette fois, je ne retiendrais aucun de mes coups!
 

-J’attendais ça depuis longtemps! EN GARDE!
 
-Bien dit l’ami!
 
Un entre-choc d’épée pour sonner le début du combat et tout parti en quelque seconde, le brouhaha du combat. Bougeant comme un véritable possédé, Blaze esquivait les coups avec un momentum incroyable, comme s’il dansait. Il tournoyait, effectuait des pirouettes, et retombait toujours en tranchant finalement l’armure de son adversaire. Le tout dans un mouvement qui semblait sans fin, sans accro, sans arrêt. Contrairement au style plus rude et crue du soldat, il semblait réellement faire un avec son épée. Quand son adversaire dû briser sa garde pour frapper, il trancha un bout de tissu du manteau de Blaze, qui attrapa son bras et le projeta par-dessus son épaule. Le soldat roula rapidement et se releva, épée pointé vers lui.
 
-Bien! Je vois que tu as retenu nos échanges. Mais ça ne te sauvera pas.
 
Blaze enchaina avec ses attaques. Il écrasa son adversaire sous une pluie de coup, et fut forcé de ralentir pour éviter de le blesser. Frederick semblait lui-même prit de surprise, incapable de réaliser la vitesse terrifiante que le démon d’Hatary prenait. Il ne parait que quelque coup, son armure encaissait le reste, mais allait bientôt lâcher sous les coups consistants.
 
D’un coup de pied retourné, il déséquilibra son adversaire. Un sourire mesquin se dessina sur le visage de Blaze. Au lieu de finir son adversaire par un désarmement. Il recula et prit un puissant élan, genou à terre. Il lança sa lame en l’air dans un hurlement.
 
-EATHER!!!!
 
Blaze sauta pour récupérer son épée au vol, tournoya et retomba avec fracas sur le jeune soldat qui tenta de parer le coup. Ce fut son épée qui n’encaissa pas le choc et se brisa. Blaze déchira l’armure de soldat qui était au bout du rouleau. L’impact envoya le soldat au sol sur son dos. Le chaos se dissipa pour une sorte de confusion. Beaucoup s’interrogèrent sur l’origine du coup du bretteur. Le Marqué laissa un soupir de fatigue le traverser, et il offrit sa main au soldat qui se releva péniblement, plutôt chamboulé par le combat.
 
-Tu t’es très bien battu, tu deviendras très bon avec l’expérience. N’oublie pas cet échange et essaye d’en apprendre le plus possible.
 
Il regarda Mysti avec un léger sourire. Une arrogance gentille derrière ce dernier. Pas vraiment de la provocation, mais plus une sorte chamaillerie.
 

-Satisfait?


Dernière édition par Joshua Kazeroï le Dim 17 Jan - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Dim 17 Jan - 11:28

Sous les yeux attentifs du général, le jeune Kazeroï troqua son sabre contre une épée au poids et à l'allonge similaires. Son efficacité serait réduite par la forme de la lame moins aérodynamique mais cette simple preuve de bon sens confirma le niveau élevé du bretteur. Et s'il était effectivement le fils de la Louve des Lames, 14 années auprès d'elle avait sans doute fait de lui un praticien doué. De la même manière, il sélectionna l'un des meilleurs apprentis à l'épée, signe qu'il savait évaluer son adversaire après l'avoir vu en action peu de fois.

Le fracas métallique fut vif et soutenu dès les premières secondes. A la manière de danser du Marqué, Mysti comprit très vite que Frédérick n'avait aucune chance de l'emporter contre lui, même s'il se défendait plutôt bien pour son niveau. Blaze était un mélange de vitesse et de souplesse dévastateur. En quelques minutes, l'apprenti était submergé d'assauts difficilement contrôlables et il recula pas après pas malgré les encouragements solidaires de ses camarades.
Pour le grand final, le sang-mêlé choisit d'utiliser une technique qui glaça le corps du mage de feu tout net. Son sourire avait disparu au profit d'une stupéfaction presque tangible. Ces mouvements, c'étaient ceux de...

Ignorant totalement le sourire du Marqué et sa question amusée, Mysti contourna la clôture pour venir voir par lui-même l'impact sur l'épée de l'apprenti. C'était le même style, excepté que les coups d'Ike étaient chargés d'énergie et bien souvent ne laissaient même pas à l'adversaire le temps de retomber par terre avant d'être découpé en tranches. Son regard se porta aussitôt sur Frédérick pour évaluer les dégâts, et force était de constater que l'entraînement avait été à deux doigts de ne plus en être un.


"Où avez-vous appris cela ?"

Impossible de s'y tromper, ce genre de coups ne courait pas les rues, moins encore avec le cri associé par Blaze. S'apercevant que les apprentis demeuraient silencieux autour d'eux, inquiets, il sourit à Frédérick et posa une main amicale sur son épaule.

"Tu as bien combattu. Je viendrai dîner avec vous ce soir et nous parlerons de ce qu'il vous faut encore améliorer, d'accord ?
-OUAIIIS !"

Les apprentis sautèrent de joie et les officier saluèrent respectueusement leur général avant de les entraîner vers les vestiaires pour mettre fin à l'entraînement du jour.

"L'heure est venue d'avoir une conversation de nouveau sérieuse, Blaze. J'ai comme l'impression que vous ne m'avez pas tout dit. Vous pouvez aller profiter des douches pendant que nous vous trouverons un cheval. Savez-vous monter ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Lun 18 Jan - 9:50



Blaze ne cacha pas sa satisfaction d'avoir pu démontrer son talent à l'épée. Mais quelques onces de regret le parcourut quand il regarda Frederick, son armure et son épée n'avait pas tenu le coup et bien qu'un simple bâton de bois peut paraître innocent, mais il aurait pu le blesser. Cet échange avait aussi rassuré Blaze sur son statut de fils d'une grande bretteuse. Il a appris à manier un couteau dès le jour où il pouvait en porter un, et après s'ensuivit des années d'entrainement rigoureux dont il n'avait jamais questionné la pertinence, la lame devait devenir une part intégrante de sa vie, à tel point qu'il pratiquerait sans même s'en rendre compte, sans même se poser de question.
Aucune lame n’était hors de sa portée, car tel un mercenaire, il était capable de faire avec ce qu'on lui donnait. C'était plus qu'un manieur d'épée banal, c'était un artiste, l'épée était son pinceau, et la sueur sa peinture. Certes, le sang offrait des couleurs plus vives! Plus exaltantes! Mais à un prix qu'il ne souhaitait pas payer. Ce combat fut une œuvre satisfaisante, mais prévisible de par son résultat.
 
Le général remercia et rassura Frederick. Il montrait des signes de leader, et qui force le respect. Blaze comprenait mieux pourquoi tout le monde parlait de lui en bien. En revanche, la question du général allait le mettre dans l’embarras…
 
 
-Non, je ne sais pas monter de cheval… Jamais eu l’occasion, mais jamais eu le besoin non plus, mes jambes sont solides, je suis venu d’Hatary à pied.
 
 
Le groupe alla à la douche et Blaze suivit la petite troupe. Les douches avaient une partie pour les hommes, et une autre pour les femmes, galanteries et respect de la gante féminine oblige. Blaze ne pouvait s’empêcher de se montrer curieux par rapport à la musculature des soldats, qui ne suivait pas ce qu’il pouvait voir des Laguzs d’Hatary. Son corps était fin, dessiné, et semblait plus frêle au niveau du torse, avec des pectoraux beaucoup moins développé que le reste des soldats. Ses épaules pourtant, étaient solides et large, lui conférant un aspect plus intimidant sous un manteau, ses bras étaient fins et musclés en longueur, mais n’inspirait pas réellement la puissance, mais plutôt l’agilité inhérente du Marqué. En revanche, Blaze sourit et rigolait légèrement en comparant ses tablettes de chocolat, car les siennes étaient bien mieux formés, résultat d’un entrainement concentré sur la souplesse et le mouvement. Ses jambes en revanche, étaient très puissantes grâce à des muscles en longueur, faite pour les efforts vifs et intenses.
 
 
Les soldats étaient entrainés différemment, avec pour objectif la force et la résistance, d’où une musculature bien moins élégante que le jeune bretteur. Sans compter la différence ridicule en pilosité ! L’origine du Marqué influence fortement sur celle-ci, lui donna cet aspect si juvénile, comme un très jeune adulte. Certains n’hésitaient pas à faire remarquer qu’il n’était pas si musclé et impressionnant sans son manteau, et il se dépêcha de faire taire ses blagues en mentionnant le nombre de défaites de chacun. Mais, les soldats étaient plus robustes d’apparence, ceci était une vérité, et Blaze ne pouvait que se sentir un peu à l’étroit. Entre ses cheveux, son apparence, et son origine, Blaze semblait être un prince charmant aux muscles seyants et au visage doux parmi une bande de mercenaire, ce qui lui arracha un petit rire.
 
 
Une fois les douches passées, Blaze rejoignit Mysti, tentant comme il le pouvait de sécher ses cheveux longs. Malgré tout l’essorage du monde, la quantité était juste bien trop conséquente pour être sécher en quelques minutes, et il se résigna à laisser l’air et le soleil les lui sécher. On lui présenta un cheval qu’il accepta par politesse, et tenta maladroitement de monter dessus. Si sa souplesse limitait la casse, il était évident que le bretteur se montrait extraordinairement tendu. Il tenait les reines nerveusement et tentant de trouver un équilibre dans cette position. Il trouva tout de même la force de se contrôle pour parler au général.
 
 
-Bien… Nous. Devions discuter. Déjà je vous remercie d’être passé. Mais si vous pensez que je vous cachais des choses… Disons qu’un magicien ne dévoile pas ses tours tant qu’il n’y est pas contraint.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Lun 18 Jan - 17:51

Les soldats attendirent patiemment le retour de Blaze en commentant le combat de démonstration entre eux. Lorsque les jeunes hommes et le Marqué eurent terminé de se comparer les uns aux autres, le capitaine de la garde présenta un cheval moins imposant à l'Hatarien, comparé aux chevaux entraînés pour la guerre que ceux-ci montaient. Un cheval à son image en somme, pour éviter de le voir tomber dès la première séance. Des rires contenus éclatèrent au début en le voyant tant bien que mal essayer de mettre le pied à l'étrier, et l'officier se dévoua pour lui faire la courte échelle. Tandis que les autres remontaient en selle, Mysti s'approcha de la bête docile et lui caressa le museau.

"N'ayez pas peur, les chevaux peuvent sentir votre nervosité. Nous ne trotterons ni ne galoperons pas, ce sera simplement de la marche. Si cela vous met plus à l'aide je tiendrai vos rênes à ma hauteur, nous pourrons ainsi discuter plus convenablement. Laissez-vous simplement reposer, assis, les pieds dans les étriers. Et celui-ci est très patient."

Avec un regard qui se voulait rassurant, le général prit les rênes de Blaze en main et siffla Fraise avec douceur. La jument fit docilement demi-tour, réclama une caresse à son maître, puis s'agenouilla près de lui pour lui permettre de remonter plus facilement. Malgré la douleur de ses muscles, il l'enfourcha avec facilité et fut relevé dans les secondes suivantes, sans brusquerie.

"Donnez un léger coup de talons sur ses flancs pour le faire avancer et détendez-vous. Il fera le reste. En avant !"

Dans une synchronisation parfaite, les huit cavaliers avancèrent pour retrouver les rues pavées de Mélior. Quatre mages traçaient de chaque côté un couloir dans lequel le général et son hôte avançaient sans se presser. Mysti se laissa porter par l'effervescence de la ville un long moment, saluant ses habitants amicalement. En passant près d'une fenêtre, ils eurent même la surprise de voir une petite fille qui tendit une galette en expliquant que c'était bon pour la santé et qu'en la mangeant il se remettrait vite. Le chevalier l'accepta volontiers puis ils quittèrent la ville pour une petite randonnée équestre à l'abri des oreilles indiscrètes.

"Je suis curieux de savoir ce que vous avez appris pendant ces quelques jours, mais plus encore où vous et qui vous a enseigné cette frappe finale... Elle ressemble trait pour trait à celle de Lord Ike, à ceci prêt que les siennes sont gorgées d'une exceptionnelle puissance et d'une certaine forme rare de magie... Le connaissiez-vous ?"

Spontanément les mages s'éloignèrent autour de leur supérieur, garantissant toujours sa sécurité mais dans un périmètre plus large, lui permettant d'obtenir une relative confidentialité de ses propos. Il plongea la main gauche -l'autre étant toujours à peine utilisable- dans une sacoche derrière lui et en sortit un dossier assez épais ponctué d'une écriture lisible mais sans grâce.

"Avant que je n'oublie, le rapport. L'original est entre les mains de la reine Elincia à l'heure qu'il est, mais nous nous sommes entendus sur le fait que Nailah devrait aussi connaître ses informations. Je compte sur vous pour ne pas l'égarer ou l'abîmer. Mon écrivain a passé la nuit à recopier pour être bien sûr de pouvoir vous le donner à temps. Ne sachant à quel moment vous devrez repartir, j'ai pensé que le plus tôt serait le mieux. Et rassurez-vous ce pauvre homme a obtenu dédommagement pour son geste."

Le Criméan ne semblait pas particulièrement anxieux ou tendu. Ses gestes étaient fluides, sereins, ses yeux alertes et bienveillants à la fois, son ton avenant. Ils auraient aussi bien pu prendre le thé à cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   Mar 19 Jan - 23:49




Blaze respirait profondément pour calmer sa nervosité, comme la houle d'une mer déchainée, celle-ci montait et descendait à intervalle régulier. Il se laissa guider par Mysti qui tint les rênes de son cheval, un peu honteux d’être aussi peu à l’aise sur ce qui semblait être un standard de l’armée de Criméa. Un Loup sur un cheval est une étrange perspective, mais il n’en était pas un, il était seulement un Marqué, un habitant du monde des Beorcs et de celui des Laguzs. Le général avait vu très juste dès leurs premiers échanges : il était bien plus Laguzs que Beorc, une ironie du sort si on considère qu’il hait son père et aime sa mère.
 
Le bretteur se concentra pour ne pas perdre équilibre, et montrait une confiance grandissante sur son équilibre, il se détendait de force, et combattait la sensation désagréable d’être sur une scelle, comment un cheval pouvait apprécier une scelle ? Il secoua la tête et ne put que focaliser son attention sur son équilibre et la conversation du général, le voyage n’était pas si désagréable finalement…
 
Un sourire se dessina doucement sur son visage à la curiosité de Mysti. Il prépara ses réponses minutieusement et attendit que le reste de la formation les laisse tranquilles.
 
-"Je ne peux que vous remerciez pour avoir mis si peu de temps à rédiger se rapport. Ce pauvre homme ne méritait pas un tel traitement ! J’ai déjà envoyé une missive après notre première rencontre pour tenir Nailah informé sur sa théorie, ceci était sa crainte première."



Il esquissa un léger rire, car l’attention était charmante et lui apportait une sorte de reconnaissance envers l’écrivain et le général.
 
-"Pour ce qui est de Ike. Je ne l’ai pas connu, mon coup n’est qu’une pâle imitation, sans vie ou forme. Son style n’est pas fait pour moi…"
 
Il prit un long soupir et tourna la tête pour vérifier qu’ils étaient seuls. Il ne manquait plus que 2 tasses de thé et il serait parfaitement reposé.
 
-"Ma vie peut se relire sur une lame, général. A 3 ans, j’avais déjà un couteau dans les mains, après ce fut une dague, une épée courte, et avec l’âge, j’ai graduellement grandit avec les lames. Nous Marqués comme Beorcs, n’avons pas les capacités naturelles des Laguzs, ma mère a donc juger bon de m’apprendre à vivre avec la lame.
 
C’est ce qui manque à vos soldats, l’âme de l’épée, la dévotion la plus complète et totale à faire rentrer ce bout d’acier dans votre vie. Ce doit être une extension du corps, pas un outil, et seul l'expérience permet d'acquérir ceci. Voila pourquoi je sors du cadre, et pourquoi j’ai pu effectuer ce coup. Comme les mages qui doivent se dédier sans relâche et sans retenue à l’étude de cette forme de connaissance la lame n’est pas différente. C’est plus qu’un outil pour se battre Mysti. C’est un Art. Et voici pourquoi le coup de Ike ne fonctionne pas sur moi, je copie. Et une copie ne vaut pas l’original."
 
Blaze soupira, un peu triste de savoir que son style ne sera jamais au niveau du plus grand mercenaire de tous les temps, mais après tout, il se contentera de moins, atteindre le niveau de sa mère est déjà un objectif difficile. Il respira et prit le temps d'apprécier l'ambiance détendu avec le général avant de poursuivre.
 

-"Voici pourquoi j’aimerais rester un peu plus longtemps, et m’entrainer avec les forces royales. Je ne peux perfectionner mes mouvements les plus létaux que sur des combattants accomplis. Tant qu’il y aura une retenue, je ne progresserais pas. Je sais que c’est beaucoup vous demandez mais…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Convalescence en terre amie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Convalescence en terre amie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» recherche amie
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Mélior
-