AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
23/60  (23/60)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Lun 18 Juil - 23:42

HRP : Chronologiquement, ce RP se déroule après ceux avec Kerorian et Fiore.

Dans l'éther cérulescent, l'astre sélénite pointait le bout de son nez, guettant le coucher de son némésis de feu. Isaak, perché sur son sentier de montagne, observait la nue et la sylve se correspondre par amas, l'horizon, frontière entre ciel et terre faisant office de miroir. Devant l'exilé, l'astre coruscant se faisait engloutir progressivement par les montagnes frontalières de Daein et Begnion. Un nouveau cycle diurne qui s'achevait, tout comme le séjour du banni de Belogor dans les terres des vouivres. Il avait accompli sa tâche et désormais devait retourner à Begnion réclamer son dû. Seul obstacle restant : l'imposante chaîne de montagnes qui s'élevait face à Isaak, et forçait le bretteur en question à faire halte dans le hameau le plus proche avant de poursuivre sa route vers Begnion.

Son choix se porta alors sur cette bourgade, dissimulée par l'ombre et l'immensité des hauteurs de Daein mais qui, peu à peu, se gorgeait de lueurs çà et là dans les quartiers. Le pas sûr mais chargé d'une pointe de fatigue, Isaak porta ses pas en direction du dit village illuminé. À mesure qu'il se rapprochait du hameau, sa curiosité ne faisait que croître quant à la présence de cette curieuse nitescence.


❖ C'était donc ça…

À son arrivée, Isaak trouva rapidement la solution à son interrogation.
À travers toutes les ruelles et habitations, les villageois s'attelaient à une tâche commune, celle d'assembler puis de suspendre des lanternes faites par chaque famille. Dans les alentours du village, des enfants espiègles s'apprêtaient à chasser des lucioles dans les hautes herbes pour suivre l'exemple de leurs parents. Malgré l'obscurité accentuée par l'obstacle que généraient les montagnes, le village lui se remplissait d'une chaleureuse clarté.

En interpelant un vieillard sur son chemin, le bretteur put en savoir davantage sur les raisons d'une telle organisation. Il s'agissait en réalité d'un festival annuel, une coutume très localisée visant à adresser ses prières aux divinités pour qu'elles bénissent les récoltes. « Nous essayons de rendre, l'espace d'une nuit, la Lumière qu'Ashera nous offre pour la remercier sa bénédiction. » ajouta l'ancien, rompu aux valses des lampions. Nonobstant toute considération envers une quelconque divinité, Isaak remercia le vénérable pour ses indications et se dirigea vers l'auberge du village afin de déposer ses affaires. Sur place, l'exilé se rendit compte d'une surabondance de clientèle au sein du bâtiment. Des voyageurs venus des quatre coins de la région semblaient attirés par la fête des lanternes et avaient fait tout le trajet à travers les sentiers escarpés pour y assister.

Par chance, Isaak put trouver une chambre à sa convenance et y laisser ses affaires, son épée incluse. Ce soir, le jeune homme décida de respirer par l'absence de cette arme maudite afin de profiter de l'évènement. Cet entrain soudain n'était pas tant poussé par ses sentiments et sa curiosité presque enfantine de contempler les lampions : sa raison dominait ses décisions. Il était conscient de l'agitation nocturne que provoquerait de telles festivités et le bruit qui en découlerait. Pour beaucoup, cette tradition était une occasion pour festoyer autour d'un feu ou d'une cervoise et Isaak se doutait bien que pour les couche-tôts, le sommeil serait une épreuve périlleuse.

Le paiement de la chambre fit suite à une escapade vers le centre du village, plus illuminé que dans l'arrondissement. On dansait, chantait, buvait, guidés par les lueurs brillant dans la nuit. L'espace d'une soirée, Isaak était transporté dans un microcosme particulier, loin de toute ombre et confusion. Pour l'occasion, il s'était mêlé à la foule, abandonnant aussi bien sa flamberge obscure, que son manteau, laissant apparaître un chandail blanc ainsi que des cicatrices en tout genre sur ses bras. Il restait néanmoins ce couteau de chasse que gardait par précaution le quidam, une précaution qui tenait plus de la paranoïa que d'une mesure de prudence. Sous cette apparence moins austère, Isaak attira la sympathie des habitants, qui incitèrent ce dernier à faire à son tour une lanterne afin de suivre à son tour la tradition.

C'est ainsi que, installé sur le rebord d'un muret, le spadassin assembla sa propre lanterne. Retiré momentanément de la foule, Isaak se plongea dans une intense concentration, digne d'un enfant soucieux de bien faire son coloriage. Néanmoins, au moment fatidique d'insérer la bougie dans la structure de papier, le blondin fut distrait par une présence inattendue dans cette allée peu fréquentée des villageois. La lanterne tout comme la chandelle quittèrent les dextres du reître, venant s'échouer aux pieds de la source de distraction. Dans un réflexe presque inconscient, le banni de Belogor quitta le mur cyclopéen qui lui faisait office de siège pour bondir sur la flamme naissante qui menaçait de troubler le bon déroulement de la soirée. Tandis que le lampion devint cendres et papier froissé sous la semelle du malheureux, ce dernier recula pour mieux s'adresser à la fameuse présence, sur un ton à moitié perturbé.


❖ Vous auriez pu… Son œillade cobalt toisa le faciès de son allocutrice, avant de s'en retrouver plus déstabilisé qu'auparavant euh… désolé.

Soudainement, Isaak passa l'éponge, s'apprêtant à sermonner la demoiselle qui avait gâché son travail pour finalement s'excuser de sa maladresse. Non pas que le jeune homme était décidément gauche, mais les traits de celle qu'il avait interpellé lui étaient étrangement familiers… Lui rappelant ceux d'une autre personne qui l'avait rencontré précédemment. Mais qui donc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
Kerowyn
avatarBeorc


Messages : 237
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
21/60  (21/60)
Points d\'Expérience:
31/100  (31/100)

MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Dim 24 Juil - 15:42

Lorsqu'ils étaient arrivés, plus tôt dans la journée alors que le soleil était encore levé mais proche de la fin de sa course, le village était déjà en pleine effervescence. Tous se préparaient pour l’événement qui allait avoir lieu dans la soirée, et ni Kerowyn ni Gaël ne savaient ce qui allait bien pouvoir se passer, pour quelle occasion les villageois s’apprêtaient à faire la fête. Finalement, de fut Camélia qui les renseigna.

- C'est une tradition annuelle, les villageois honorent les déesses avec des lampions pour qu'elles bénissent les récoltes.

Pas qu'elle soit particulièrement versée dans ce genre de pratiques, simplement que la marquée voyageait depuis bien une trentaine d'années, peut-être plus, et ce n'était pas la première fois qu'elle assistait à ce genre de spectacle. Aussi, alors que Gaël et Kerowyn entreprenaient de visiter un peu le village et de se régaler à la vue des petites lampes qui brillaient de plus en plus a mesure que le jour déclinait, ce fut Camélia qui se chargea de porter leurs sacs à l'auberge pour leur réserver deux chambres.

Kerowyn observait les villageois qui s'activaient, accrochant les cordes entre les toits pour y suspendre les quelques lampions déjà fabriquées. Au fur et a mesure que les minutes s’égrenaient et que le ciel s'assombrissait, de plus en plus de bougies rejoignaient les cordes, et bientôt la rôdeuse eut l'impression que la place du village, ou elle était avec Gaël, était illuminée comme en plein jour. De grandes tables avaient étés dressées tout autour de la place et se couvraient à présent de divers mets, principalement des céréales qui pouvaient passer l'hiver, de jeunes pousses issues des jardins... Kerowyn aperçut même un saladier de framboises sur une table, ce qui lui fit penser à sa mère. Elle avait toujours adoré les framboises.

De penser à sa mère, la jeune femme sentit son morale tomber en chute libre. Elle serra brièvement Gaël contre elle et l'embrassa avant de s'écarter de quelques pas de lui.

- J'ai besoin d'être un peu seule... Je reviens.
- Okay, on se retrouve..?
- A l'auberge. A tout à l'heure.

Après une dernière étreinte, les deux amoureux se séparèrent, l'un prenant le chemin de l'auberge sus-mentionnée, l'autre glissant ses pouces dans sa ceinture pour tourner son regard vers le village en fête. C'était idiot, la manière dont un simple bol de framboise lui avait soudain donné l'impression qu'un voile fin, transparent mais bel et bien présent, la séparait à présent du monde. Elle attrapa l'un des fruit et le porta à sa bouche, appréciant son gout acidulé. Malgré qu'elle ait vécue à Hatary, sa mère s'était toujours débrouillée pour avoir un peu de framboises à la maison lorsque c'était la saison. Avec ce goût si familier en bouche, elle s'éloigna de la place du village à la recherche d'un lieux moins fréquenté alors que des musiciens, sans doute des bardes de passage et des joueurs locaux, entreprenaient de mettre un peu d'ambiance pour pousser les gens à danser.

La rôdeuse s'enfonça dans les rues moins fréquentée. Le village n'était pas si grand que cela, mais il était de belle taille pour un petit hameau. Il y avait des lieux peu fréquentés en cette soirée si spéciale, et c'était l'un d'eux qu'elle cherchait. Alors qu'elle marchait les yeux baissés, son odorat la prévint de la présence d'un individu dans la rue. Des dizaines de gens passaient dans ces rues chaque jour, mais cette odeur était différente de celle des habitants. Noyée au milieux des senteurs de paille chauffée au soleil et de bétail, elle sentait une odeur plus marquée de conifères, comme si la nature s'était frayée un chemin au milieu de la civilisation. L'odeur était également marquée d'une touche d'acier, qui trahissait la qualité d'être humain du propriétaire de l'odeur. La rôdeuse leva les yeux au moment où un lampion chutait devant elle, suivit d'une silhouette qui s'empressa d'éteindre les flammes en les piétinant.

- Vous auriez pu…

L'homme marqua un temps d'arrêt, visiblement surprit, en voyant le visage de Kerowyn. Elle ne se gêna pas pour examiner à son tour son interlocuteur. C'était un homme grand puisqu'il devait faire à peu près la même taille qu'elle. Blond, il était également assez mince, et à ses mouvements la jeune femme devinait une certaine musculature, même s'il ne possédait aucune arme visible sur lui. Elle sentait cependant, rien qu'à son odeur, qu'il ne venait pas du village.

- euh… désolé.

La rôdeuse haussa un sourcil. Pourquoi il s'excusait ? Elle l'avait visiblement surpris alors qu'il était occupé, c'était plutôt à elle de lui demander pardon... Elle secoua légèrement la tête avant de désigner le lampion détruit aux pieds de son interlocuteur.

- Ce serait plutôt à moi de m'excuser...

Elle aurait bien tourné les talons. A l'origine, elle cherchait à être un peu seul... Cela dit, l'homme avait visiblement été surpris de la voir. Ce qui intriguait réellement la Beorc, c'était qu'il avait été encore plus surpris en voyant son visage. Pourtant, elle était certaine de ne jamais avoir croisé son interlocuteur... Elle n'était pas là depuis si longtemps, à peine un an et demie, et elle se serait souvenu de quelqu'un d'aussi grand, surtout si elle lui avait parlé...

- Tout va bien ?



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
23/60  (23/60)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Lun 5 Sep - 21:33

Le petit village en bordure de montagne offrait un jeu d'ombres et de lumières saisissant à la tombée de la nuit. Entre les lueurs des lampions et l'obscurité des coins de rue, une flammèche s'éteignait aux pieds du Fauve Noir, permettant à ce dernier de faire la lumière sur un nouveau visage. Le visage d'une étrangère qui néanmoins avait quelque chose de familier aux yeux d'Isaak. Une singularité qui n'avait rien de chaleureux à l'esprit de l'escrimeur vagabond. Bien que l'impression persistait à mesure que son œillade cérulescente détaillait le faciès de la demoiselle, Isaak ne parvenait pas à mettre un nom à cette singularité.

Perdu dans la confusion et la gêne provoquées par son erreur d'inattention, le blond tenta de reprendre dans un premier temps son calme. Alors que l'inconnue prit la parole, suggérant de s'excuser à la place de son interlocuteur, Isaak préféra s'abstenir provisoirement de toute réaction orale. Il recula d'un pas, laissant la lanterne encore incandescente se disperser au gré du vent en morceaux de diverses tailles. Un vent de silence traversa momentanément la ruelle, emportant avec lui un cortège de bluettes, comme une danse excentrée dans ce festival nocturne dédié à la lumière d'Ashera.

Cet instant consumé l'espace d'une poignée de secondes, le bretteur privé de son caractéristique et épais manteau noir retrouva sa quiétude habituelle. Son ton, presque neurasthénique, témoignait de ce calme quasi olympien qui pouvait déconcerter l'entourage.


❖ À vrai dire, votre visage me rappelle quelqu'un. La ressemblance m'a quelque peu… déconcerté, je l'avoue…

Certains auraient vu une approche maladroite d'un mauvais dragueur, mais il n'en était rien, en aucun cas. À mesure que le temps s'écoulait depuis leur rencontre inopinée, l'exilé essayait de puiser dans ses souvenirs pour trouver la personne que lui évoquait ce visage. Il tâchait cependant de fouiller dans sa psyché sans se frotter à la ruche de cauchemars bourdonnants que constituait son passé. Loin des frelons mnésiques, proches des lueurs du village, Isaak laissa un nom s'échapper d'entre ses lèvres, comme une confession.

« Kerorian… »

Le visage du Goliath de Tellius apparut clairement dans les méandres de celui qui le rencontra à moitié inconscient dans son propre sang. La rencontre avec ce personnage avait particulièrement marqué le blondin, qui voyait en Kerorian le reflet d'un Isaak condamné à des années d'errance et de souffrance solitaire. Un contre-modèle en quelque sorte. Pour autant, il admirait d'une certaine manière l'homme à la crinière de sang et d'anthracite pour son parcours et sa ténacité face à la vie.

❖ Votre visage me rappelle étrangement cet homme, pour tout vous dire… est-ce que ce nom vous dit quelque chose ?

Aux côtés des deux grandes perches, la Lune s'élevait à son tour, tentant de s'imposer à son zénith dans cette nuitée où le ciel et la terre s'illuminaient de part et d'autres…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
Kerowyn
avatarBeorc


Messages : 237
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
21/60  (21/60)
Points d\'Expérience:
31/100  (31/100)

MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Sam 8 Oct - 19:28

La louve regardait l'inconnu tandis qu'il l'observait, visiblement pensif. Elle soupira tandis qu'un pressentiment se frayait un passage dans ses pensées. Elle ne ressemblait pas à grand monde. En particulier à cette époque... Elle n'avait pris que très peu de traits de sa mère, et sa version passée était encore un bambin à peine capable de marcher à quatre pattes... Lentement, elle sentit la lassitude s'emparer d'elle alors qu'elle montait une main jusqu'à son visage pour pincer ses sinus entre deux doigts nus. A tous les coups, la personne dont parlait cet inconnu était...

- Kerorian...

Touché. Elle laissa filer le soupire de lassitude de circonstance. Décidément, elle ne pouvait pas faire trois pas dans cette foutu époque sans qu'on ne remarque sa ressemblance avec son paternel. Certes, elle lui ressemblait énormément, et elle avait hérité de la même rougeur dans les cheveux, et certes elle était grande pour une femme, mais là ça commençait à bien faire !

- Forcément...

Elle était venu dans le passé pour le changer, pour que son père ne pèse plus sur elle comme une inconfortable ombre. A son époque, il avait été une menace mortelle pour la totalité du continent, et à présent... Il était toujours derrière elle, la suivant à la trace. Elle ne pouvait aller nul part sans que quelqu'un ne pense inévitablement à son père. Écrasée par ce sentiment de fatalité, elle se laissa aller dos contre la murette occupée précédemment par le blondin et ferma les yeux.

- Votre visage me rappelle étrangement cet homme, pour tout vous dire… est-ce que ce nom vous dit quelque chose ?
- A vrai dire c'est...

Elle se retint à temps de finir sa place. Le temps était venu de tourner la page, et ce depuis sa rencontre avec son père à Nevassa, ou il lui avait clairement fait comprendre qu'il ne voulait plus la voir intervenir dans leur vie. Il avait clairement dit ce qu'il pensait du fait qu'elle parle de son passé peu conventionnel... Ainsi, répondre "mon père" était probablement une mauvaise idée. Cela dit, ils se ressemblaient trop pour qu'elle ne nie le lien de parenté, d'autant qu'elle avait déjà laissé voir qu'elle le connaissait. Après une brève hésitation, elle finit donc par terminer sa phrase :

- ...Mon frère. Nous ne sommes pas en très bons termes...

Elle passa une main sur sa nuque, laissant échapper un petit rire nerveux. Elle n'aimait pas mentir, mais elle n'avait pas trop le choix... Le temps était venu de s'intégrer à cette époque après tout, et même si elle ne pouvait pas se défaire de ce sentiment lancinant qu'elle n'avait rien à faire ici, elle se devait d'essayer. Pour Gaël, pour Kira, pour Niall... Pour que leur venue n'ait pas été une erreur. Elle ne l'était pas évidement, après tout Alan était toujours en vie et Liyu vivait à présent avec son homme dans un confort inespéré, mais...

Bordel... Et dire qu'elle voulait se changer les idées ce soir, on pouvait dire que c'était réussi...

- Bah, c'est pas très important. Tu l'a rencontré comment ?

Quelque part, elle était partagée. Elle espérait que pour une fois, elle n'aurait pas droit à un récit de son père en train de massacrer des gens, mais d'un autre coté... Elle était tellement habituée à ce discourt qu'elle n'avait plus grand espoir. A son époque, partout où ils allaient avec Niall, Kira et Gaël, elle avait été pointée du doigt pour sa ressemblance avec le démon qui faisait tant de mal, et partout elle avait dû prouver qu'elle n'était pas comme lui, un monstre assoiffé de sang. Et depuis qu'elle était arrivée à cette époque, elle n'avait pas eu que de bonnes nouvelles non plus... Entendrait-elle un jour parler de Kerorian comme autre chose qu'un fou meurtrier ?

Le regard qu'elle lança à son interlocuteur était plein d'une interrogation presque angoissée. Elle avait du mal à cacher son appréhension, et depuis l'incident d'Hatary elle avait les émotions à fleur de peau, aussi son trouble et la fatigue induite par la fatalité de son destin et de celui de son père était clairement visible dans son regard rubis.



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
23/60  (23/60)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Dim 4 Déc - 23:25

L'astre sélénite était au plus haut dans le ciel, mais en cette soirée festive, sa lueur opalescente peinait à s'imposer. Repoussée par les lucioles de verre ou de papier, la Lune se faisait presque absente, occultée par la nue. De la même manière, au village, alors qu'un monde de lumière s'imposait dans les ténèbres, Isaak étendait l'ombre dans les petites ruelles par sa seule maladresse. Sa faute ? Créer le malaise auprès d'une inconnue, fortement liée à une de ses connaissances d'un jour. Ce qui partait d'une simple remarque instilla l'embarras dans l'esprit de son interlocutrice, une charmante demoiselle à la chevelure fauve. Sa splendeur naturelle paraissait ternie par ce soupir chargé de tension, ce regard perdu dans les labyrinthes du souvenir, cet iris flamboyant qui s'approchait davantage de braises fébriles balayées par la tempête du tourment.

Malgré sa vingtaine d'années à côtoyer de nombreuses personnes de divers horizons, Isaak ne percevait pas toute la souffrance qui affligeait la démoralisée. Trop occupé à maintenir avec difficulté les différents fragments de son esprit pour en faire un tout, sa maladresse s'étendait aussi à l'empathie. Néanmoins, malgré la lourde tâche qu'était de maintenir presque artificiellement ce puzzle intangible, le blondin sentait la gêne occasionné par son indiscrétion. Aussi, dès lors que l'anonyme tâcha de clarifier sa relation avec le dénommé Kerorian ainsi que de questionner Isaak, ce dernier s'empressa de répondre sans détour à son allocutrice, afin de l'empêcher de se laisser submerger un instant de plus dans le chagrin.


❖ Kerorian… il m'a sauvé lors de notre rencontre. De combien de façons différentes l'a-t-il fait, je ne sais pas, mais si je suis sûr d'une chose, c'est que sans lui je serai peut-être encore en train de nourrir les corbeaux à l'heure actuelle.

Sa rencontre avec l'homme à la chevelure de sang et d'ombre était effectivement de plus particulières. Inconsciemment, le blondin en gardait une trace qui changerait très certainement son identité, ou du moins l'orienterait vers des chemins guidés par une nouvelle lumière. Mais pour l'heure, l'épéiste gardait en mémoire son bain dans la fontaine ainsi que sa discussion avec Kerorian, entrecroisée par leurs lames maudites et leurs sombres passés. Les phrases fraîchement prononcées par le Fauve Noir de Belogor résonnèrent dans sa tête, et plus particulièrement le prénom du prétendu frère de la rouquine. Un sentiment de dérangement préoccupa l'escrimeur novice tandis que l'écho du colosse se dissipait dans ses méandres. Répéter ce nom dans la conversation semblait être la meilleure chose à éviter pour apaiser la tension qu'éprouvait la grande rousse. L'escrimeur à la lame nocturne se mit pour une fois à la place de l'inconnue: si les noms d'Uriel ou de Leif venaient à surgir au détour d'une conversation, le malaise ressenti aurait été tout aussi accablant pour Isaak.

❖ Mais si le fait de parler de votre frère vous dérange, je n'irai pas plus loin. Si vous le voulez bien, rejoignons plutôt la foule au centre du village pour profiter de la fête plutôt que de se morfondre ici.

L'invitation d'Isaak était presque ironique, étant donné qu'il fut le premier à prendre du recul vis à vis des festivités pour cultiver sa solitude en assemblant une lanterne. Mais outre son côté taciturne, son sens des responsabilités guida à ce moment-là ses décisions. Cette intuition qui, habituellement, l'assistait dans sa vie de chasseur de brigands et d'errant et qui aujourd'hui l'assistait dans une situation le réduisant à l'état de simple civil. Par deux fois, il avait fauté, et il devait ainsi payer les pots cassés autant de fois.

❖ Je… je… vous payerai à boire, pour la peine. C'est le moins que je puisse faire…

Le quidam baissa la tête, sa timidité naturelle reprenant le pas sur son sentiment de culpabilité. Bien au-delà d'une quelconque attirance biaisée par des années d'esprit brisé par la névrose et la pénitence, c'était la sauvagerie du blondin qui prenait le dessus, peu habitué à faire pareille proposition. Ah… qu'il était délicat pour l'exilé du monastère de Belogor d'agir en tant qu'être sociable…


Dernière édition par Isaak le Sam 31 Déc - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
Kerowyn
avatarBeorc


Messages : 237
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
21/60  (21/60)
Points d\'Expérience:
31/100  (31/100)

MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Sam 31 Déc - 14:50

Alors que l'homme sans nom lui expliquait - brièvement - les circonstances de sa rencontre avec Kerorian, la rouquine sentit un poids s'envoler de son cœur. Pas un massacre, pas une tuerie, même pas de méchanceté ou de folie... Kerorian l'avait aidé. Comment, elle n'en avait pas la moindre idée, mais son père avait pu aider quelqu'un. Elle en était surprise, mais aussi grandement soulagée. Comme quoi, même les miracles étaient de l'ordre du possible... Peu à peu, elle élargit son sourire et hocha légèrement la tête.

- Je suis contente de savoir que tu ne m'apporte pas une mauvaise nouvelle à son sujet...

Pour un peu, elle se serait cru dans un autre monde. Pour de vrai, un monde où Kerorian n'était réellement pas un monstre mais quelqu'un qui aidait ses semblables. Cela n’effaçait pas ce qu'il avait pu faire, mais dans le cœur de la rôdeuse, c'était comme une épaisse couche de baume apaisant. Et effectivement, cela semblait marcher, puisqu'elle sentait la bonne humeur l'envahir comme cela n'était pas arrivé depuis longtemps. Après tout, la nuit était belle, les lampions éclipsaient même la lueur de la lune, il ne faisait pas trop froid, et Kerorian n'était pas totalement perdu... Kerowyn glissa ses pouces dans sa ceinture et tourna le dos au blondin pour marcher d'un pas lent vers la place centrale du village, où avaient lieux les festivités, acceptant tacitement son invitation par ce mouvement.

- Je serais ravie de boire un verre avec toi, d'autant que je suis curieuse de savoir comment mon... frère a bien pu te sauver.

Elle s'arrêta néanmoins au bout de quelques pas pour se tourner vers lui, réalisant qu'elle avait omis de se présenter. Passant une main dans les quelques mèches rebelles qui échappaient à sa longue tresse, elle lui tendit sa min pour qu'il puisse la serrer alors qu'elle déclinait son identité.

- Je m'appelles Kerowyn, et toi ?

Peut-être qu'elle en faisait un peu trop à sourire comme ça, mais elle était vraiment contente... Lunatique ? Peut-être un peu. Sans déconner... Mais ce n'est pas tous les jours qu'on apprend une bonne nouvelle, et elle voulait en profiter. Cela faisait trop longtemps qu'elle ne s'était pas sentir bien, le cœur léger. Même avec Gaël, lorsqu'elle oubliait ses soucis, elle ne pouvait pas empêcher ce lancinent sentiment de fatalité de peser sur elle. Comme si elle était en permanence sous une chape d'ombre intangible mais oppressante. Là, elle avait enfin une bonne nouvelle concernant son père, et elle se disait que tout n'était pas perdu... Une lueur d'espoir en somme, qui lui faisait un bien fou.



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
23/60  (23/60)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Sam 7 Jan - 0:58

D'ordinaire, il était fréquent qu'Isaak cause le malaise à travers ses rencontres. Au-delà son allure de barbare, accentuée par son épais manteau de fourrure noire au bord usé par la marche, c'était surtout ici sa maladresse, presque sauvage, qui générait le dit mal-être. Le mot devenait alors poison, tant en dépit de son propriétaire que du destinataire. Quand bien même le blondin tâchait de s'exprimer le plus correctement possible, s'efforçant presque inconsciemment d'imposer un ton neutre à ses propos, il lui arrivait fréquemment d'attiser l'antipathie de son interlocuteur. Obligeant ce dernier à parfois corriger le tir, quitte à refréner ses propres opinions. En présence de la rousse apparentée à Kerorian, cette malédiction du dialogue sembla ne pas prendre effet. Le portrait de protecteur que dressa le maladroit paraissait convainquant à ses yeux. Cette petite réussite personnelle arracha un ris nerveux au blondin habituellement taciturne, qui se satisfaisait d'avoir rassuré la demoiselle.

Néanmoins, même en ayant exposé la maigre part de lumière qui pouvait subsister en Kerorian, Isaak était conscient de l'immense ombre qui s'étendait derrière le colosse de Tellius. Son affine tâcha de le rappeler alors qu'elle se soulageait de ne pas entendre parler en mal de son prétendu frère. Paradoxalement, c'était en réalité l'ascendant ténébreux de son parent qui aida le Fauve Noir. Alors en proie à ses démons intérieurs, l'homme à la tignasse volcanique semblait éclipser les propres cauchemars qui rongeaient le porteur de l'épée aux souvenirs horrifiques. Leur rencontre singulière apparut alors comme une sorte de catharsis basée sur le dialogue, riche en remords, en sermons également mais aussi en confessions.

Inconsciemment, Isaak gardait une trace très importante de ce face-à-face avec l'émissaire de la Mort. Comme une bénédiction qui le guidait de façon discrète, elle l'écartait peu à peu des spectres de son passé pour aspirer à envisager réellement le présent. Non plus comme une quête sempiternelle pour assembler son identité avec un puzzle aux pièces innombrables, mais comme un sentier abrupt, cahoteux dont la dureté gratifiait l'apatride qu'était Isaak en lui offrant au bout du chemin son souhait le plus cher.

Loin de cet accomplissement de soi-même, le mercenaire tenait pour l'heure à s'excuser en bonne et due forme auprès de cette inconnue qu'il avait froissée au prime abord. Ce fut avec plaisir que cette dernière accepta la proposition, presque audacieuse, du peu sociable Isaak de boire un verre pour décontracter l'atmosphère. Au fond de lui, le jeune homme s'attendait à un refus, prêt à se contenter de son simple geste. L'embarras manqua d'envahir ce dernier lorsque la rouquine manifesta son envie de connaître les circonstances du "sauvetage" d'Isaak par Kerorian. Machinalement, le blondin passa ses doigts entre ces cicatrices, parmi les plus larges de son bras gauche.

Il abandonna rapidement son tic lorsque l'anonyme décida finalement de révéler son identité tout en proposant une poignée de main sincère.


❖ Je m'appelle Kerowyn, et toi ?

Presque amusé par la ressemblance de son prénom avec celui de son apparenté, l'intéressé se prêta au jeu de la poignée de main en regardant franchement la susnommée Kerowyn pour attester de sa droiture.

❖ Moi, c'est Isaak, déclara-t-il, hésitant à ajouter un "enchanté" ou autre formule de politesse, avant de se rabattre sur quelque chose de plus… naturel, je suis ici seulement depuis aujourd'hui, mais j'ai eu assez de temps pour jeter un œil aux endroits intéressants du festival. Tu me suis ?

Il fit volte-face à Kerowyn, tâcha de se gorger d'assurance et, tandis qu'il passa ses doigts le long de son bouc, se dirigea lentement vers le centre du village. Certain d'être suivi, il longea les ruelles où se faisaient face les maisonnettes de pierres. Les lueurs des lampions soulignaient les nombreuses pierres qui furent nécessaires pour bâtir de telles constructions à l'épreuve de la rudesse alpine. L'éclat ambré des bougies conférait aux murs de pierre une dimension féérique, loin de l'aspect froid et austère que la construction pouvait posséder. À mesure que le tandem se rapprochait du cœur de la bourgade, l'atmosphère paisible qui occupait les ruelles devenait plus chaleureuse, plus festive. Isaak jeta des coups d’œil aux habitants qui d'un côté continuaient d'illuminer le village de lumières, d'un autre qui dansaient au rythme des bois et des cordes.

Ils arrivèrent finalement à l'entrée de la grande place, où l'animation était à son zénith. Le marché laissait place ce soir à de longues tables où reposaient diverses victuailles: des mets issus des récoltes fructueuses de l'année comme quelques produits exotiques qui ponctuaient le caractère extraordinaire attribué au festival. Et au sein de cette assemblée, la grande partie de la population locale s'était rassemblée pour célébrer par la danse et la musique cette soirée unique. Malgré son inconfort dans la société, Isaak se sentait cependant traverser par cette chaleur humaine, ce plaisir de se retrouver ensemble et de célébrer dans la joie. Cette sensation de confort s'arrêta néanmoins là, le jeune homme étant peu disposé à se joindre à la foule pour échanger quelques pas de danse improvisés. À la place, il attira l'attention de Kerowyn en face d'eux, à l'autre bout de la grande place où le tavernier du coin avait aménagé son établissement spécialement pour l'occasion. Deux grandes barriques ornaient l'espace en plein air, où de nombreux hommes notamment s'étaient réunis pour trinquer. D'autres récipients aux divers contenants complétaient la gamme de boissons disponibles, mais c'était bien par la cervoise que le vulgum pecus levait son verre à la gloire de la déesse de l'Ordre.


❖ Allons-y, lança Isaak en veillant à faire porter sa voix pour qu'elle atteigne les oreilles de Kerowyn parmi la foule, c'est par ici que ça se passe !

Le tandem fit le tour de la place pour éviter de se perdre dans la foule et se retrouva devant la taverne improvisée en extérieur. Après une bataille de coudes et de jambes dans la jungle de soulards, les deux jeunes gens parvinrent à se frayer jusqu'au comptoir. Face à eux, plusieurs serveurs tentaient l'exploit de servir autant de monde que possible. Difficile d'être équitable, tant la soif était le leitmotiv de nombre des hommes s'agglutinant autour des tonneaux d'alcool. Cela n'empêcha pas Isaak de rester déterminé à l'idée de "payer sa dette" en offrant à boire à Kerowyn. Ses saphirs vinrent chercher le visage de la rouquine en question, avant de lui proposer:

❖ Prends ce que tu veux boire, je suivrais de même.

Libre à elle ensuite de choisir ou non un coin plus approprié pour discuter autour de Kerorian. Isaak ne tenait pas à forcer davantage la rouquine. Par ailleurs, la fête battait son plein, et à mesure que la musique et les lumières se mêlaient dans un équilibre étourdissant, il devenait difficile de trouver un havre de tranquillité à proximité du cœur du village…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
Kerowyn
avatarBeorc


Messages : 237
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
21/60  (21/60)
Points d\'Expérience:
31/100  (31/100)

MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Dim 22 Jan - 22:12

Alors qu'ils arrivaient près de l'espace aménagé par le tavernier pour cette soirée si spéciale, la louve ne pouvait s'empêcher de regarder autour d'elle à la recherche de Gaël et Camélia qui étaient allés chercher une chambre et s'installer pour manger. La foule ne l'aidait pas, mais elle repéra néanmoins Camélia qui s'était éloignée de l'auberge pour festoyer, rire et danser avec les autres. Pleine de vie, Camélia... Elle la salua de la main, un salut que la marquée lui rendit avec plaisir avant de se replonger dans la passionnante conversation qu'elle menait. Laissant son amie à ses affaires, la rouquine reporta son attention sur le stand de la taverne pour trouver Gaël appuyé contre un mur, scrutant la foule, visiblement à la recherche de quelque chose. Il guettait probablement son retour... Il sen faisait toujours pour elle.

Lorsque Kerowyn réussit enfin à capter son regard, elle lui fit signe de les rejoindre, suivant toujours Isaak jusqu'au comptoir. Le blaireau les rejoignit d'un pas pressé, bousculant plusieurs fêtards déjà passablement éméchés avant de glisser ses doigts entre ceux de sa rôdeuse, lancant un regard méfiant à Isaak.

- C'est qui, lui ?
- Isaak, il a eu l'occasion de croiser Kerorian... Et pas pour une catastrophe cette fois. Du coup, il a proposé de m'offrir un verre. Tu veux t'installer avec nous ?

Le jeune bretteur sembla hésiter une seconde, mais il s'inquiétait trop. Déjà, si la conversation devait porter sur Kerorian, il voulait rester près de sa chérie. De plus, il n'aimait pas la savoir avec un autre homme. Pure instinct possessif, mais qu'y pouvait-on ? Finalement, arrivée près du comptoir, elle commanda une bière blonde. Gaël en fit de même, et la rousse adressa un sourire à Isaak avant de faire les présentations.

- Voici Gaël, mon compagnon.

Elle hocha un peu la tête pour appuyer son propos, et le blaireau tendit la main pour serrer à son tour celle du blondin. Une fois les présentations faites, Kerowyn conduisit tout ce beau monde à la recherche d'une table où s'installer. L'opération ne fut pas aisée, mais elle finit tout de même pas dégoter un coin de table, même si ses fesses dépassaient à moitié du banc et que Gaël devait rester debout derrière elle. Une place dont il ne se plaignait pas, il se permit même de retirer ses gants pour venir masser les cervicales tendues de sa compagne, provoquant un grondement de contentement chez cette dernière.

Autant dire qu'avec la bonne nouvelle apportée par Isaak, elle n'avait plus l'impression d'avoir besoin d'un peu de solitude. Cela faisait trop longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi joyeuse, et cette bonne humeur était communicative, Gaël semblait lui aussi se détendre. Une fois le blondin installé, Kerowyn lui reporta son attention, son visage toujours éclairé d'un large sourire.

- Alors, racontes !



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak
avatarBeorc


Messages : 450
Age : 22
Localisation : Ouest de Begnion

Feuille de personnage
Niveau:
23/60  (23/60)
Points d\'Expérience:
14/100  (14/100)

MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   Mer 7 Juin - 20:58

Avec ses lueurs dorées et ambrées, le village brillait aux couleurs d'un automne étonnamment joyeux parmi les montagnes nocturnes de Daein. Les crinières fauves de Kerowyn et d'Isaak se mêlaient parfaitement à cette sylve éthérée aux feuilles solaires. L'âme du village réchauffait celle du Fauve Noir, habituellement teinte de froideur et de fiel. À la manière des ailes qui couvrirent autrefois son corps, son esprit était bercé par le tumulte eurythmique du festival.

Le regard alerte, quelque peu désorienté par la foule anonyme, il observa sa rencontre d'un jour saluer au loin ce qui semblait être une connaissance à elle, avant qu'une seconde connaissance, bien plus intime, vienne s'immiscer entre Isaak et Kerowyn. L'homme, un grand gaillard au teint basané, toisait le blondin avec un air farouche. Ce dernier ne manqua pas d'interroger sèchement la rouquine sur l'identité de celui qui profitait de son absence pour lui offrir un verre, un acte qui avait son poids en interprétations. Une fois introduit auprès du possessif quidam, le couple se dirigea vers le comptoir afin de se payer deux chopes de bière, invitant indirectement Isaak à faire de même. Le blondin emboita le pas, et tandis que Kerowyn et son compagnon furent servis, le dit compagnon fut présenté auprès d'Isaak. Répondant au nom de Gaël, ce dernier tendit sa main en gage de salutation. Histoire de lui laisser une première impression convenable, le mercenaire accepta la dextre tendue avec une franche poignée de main, afin de se mettre sur un pied d'égalité avec Gaël.

Lorsque le tour de commander à boire d'Isaak vint, ce dernier fut embêté. Son appréciation de l'alcool étant discutable, il n'avait guère connaissance de quelle bière prendre. Alors, une fois face au serveur, le vagabond ne fit pas le difficile et céda à l'opinion populaire, choisissant la bière la plus appréciée en cette soirée festive. Un instant, et quelques pièces plus tard, une pinte fut offerte au jeune homme. Sa robe était celle d'un renard et l'épaisse mousse d'albe qui la recouvrait évoquait tout autant le bout de la queue de l'animal. Une odeur d'agrumes et de houblon s'en dégageait au même titre que les quelques bulles qui pétillaient discrètement au beau milieu de la fanfare des musiciens de rue. Mais pour Isaak qui but une gorgée de sa boisson avant de rejoindre le couple, cette bière n'avait que de l'amertume et du feu à la gorge à lui offrir.

Effaçant la moustache d'écume qui lui naissait timidement, le blondin prit place face à Kerowyn et Gaël. La demoiselle le pressa à raconter son histoire, un sourire presque enfantin aux lèvres. Les mains autour de sa chope, l'errant se racla la gorge, éprouvant une nouvelle fois les parfums incompris de son breuvage qui venaient échauffer sa gorge. Puis, assemblant les souvenirs de sa rencontre avec Kerorian comme les pages d'un livre de contes, il se lança, inspiré par l'aura sibylline de son sauveur psychopompe.


❖ Quand j'ai rencontré ton frère, j'étais dans un piteux état. J'étais sur les traces d'un criminel, et après l'avoir retrouvé j'ai engagé le combat contre lui. Sauf que tout ne s'est pas passé comme je le désirais, et j'ai fini à ramper en haillons ensanglantés jusqu'au village le plus proche. Et alors qu'à chaque mètre je sombrais davantage dans l'inconscience, et peut-être la mort, c'est là que je l'ai vu.

L'image de sa toute première rencontre avec le colosse était claire… et pourtant si confuse. Errant dans un dédale d'illusions cauchemardesques puisant au plus profond de ses souvenirs les plus chers, il fut baptisé brusquement par Kerorian dans la fontaine du village qu'il tentait de rejoindre. La source d'eau le tira de sa tourmente, le purgea de ses peines et de la terre qui se mêlait à ses plaies. En énonçant le récit de sa "résurrection" soudaine, Isaak tâcha de faire fi le plus habilement possible de sa malédiction que lui conférait le port de son arme. Ce soir était un jour de fête, de chaleur et de félicité. Il n'était nul besoin de noircir le tableau en confiant au premier inconnu - bien qu'apparenté avec le sujet de sa conversation - les secrets les plus occultes de son existence. Ne fut mentionné ainsi que ses blessures somatiques et non spirituelles lors de son premier contact avec le prétendu frère de Kerowyn.

❖ Après quoi, nous avons discuté. Son parler était direct, mais il a eu le don de me réfléchir après coup sur pas mal de choses dans ma vie. Je ne sais pas pourquoi, mais il dégageait quelque chose d'étrange, une aura qui m'était froide mais pourtant familière. Ça m'a poussé à le suivre et à tenter d'en savoir plus sur lui - ou tout simplement moi-même, au final ? - jusqu'à ce que mes blessures m'empêchent de continuer à le suivre.

Une ultime réminiscence lui apparut alors. Certainement erroné à présent, elle était altérée et teintée du sentiment de détresse qui affligea le convalescent qui, impuissant, ne put rien faire d'autre que rester sur place en laissant Kerorian poursuivre sa sempiternelle marche vers le lointain. Il se voyait alors luttant contre son propre poids, prenant appui agenouillé contre les pierres du chemin. Et devant lui se tenait l'ombre imposante de son tutélaire, éclipsant dans son sillage l'astre coruscant. En songeant à cette scène inconsciemment glorifiée, Isaak revint à la réalité.

Actuellement, il ne se sentait pas digne de rencontrer à nouveau son sauveur. Ou du moins, il ne se sentait pas capable de lui faire face tel qu'il était à ce moment là. Isaak avait bien conscience que son esprit était creux. Délesté par la perte de ses proches, endurci par les épreuves qu'il endura tantôt sous le parjure qu'était à présent son identité de Louka, et à présent du nom d'emprunt que constituait Isaak, il était l'ombre d'un inconnu. Un quidam dont il devait se forgeait l'identité. Il ne voulait pas revoir Kerorian alors qu'il luttait pour empêcher que ce vide ne soit comblé par le fléau scellé dans sa lame.

Une nouvelle gorgée de bière dispersa ces mauvaises pensées comme un maigre nuage de fumée au vent.
L'exilé de Belogor étouffa un toussotement. Le parfum d'agrumes agressait davantage sa faible constitution de buveur.

Ainsi tiré de ses sombres pensées, Isaak laissa ses sens respirer. L'odeur de la viande rôtie, des pâtisseries encore fumantes et des poêles bien garnies s'insinua dans ses narines comme une mélodie agréable. Autour d'eux, on chantait, on dansait, et bien que les airs et les rythmes ne concordaient pas forcément, tout le monde s'amusait ensemble. L'harmonie se tissait entre fête et villageois au gré de la soirée, placée sous le signe des bonnes récoltes. La scène de joie suscita un léger émerveillement du bretteur novice alors que d'un sourire maladroit il aborda une nouvelle fois Kerowyn.


❖ En tout cas je lui dois la vie, et certainement un bon bain, haha. Maintenant, buvons à notre rencontre, liée par celle de ton frère !

Et alors qu'un fin torrent d'ale se déversa dans sa gorge, il accompagna le geste à la parole, tandis qu'il se demandait déjà quelle raison l'avait poussé à consommer ce breuvage contre lequel il luttait à chaque gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estcequecestbientotlapero.fr/
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les lueurs dans la Nuit [PV Kerowyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]
» Un carosse dans la nuit [PV]
» Jusqu'aux dernières lueurs de la nuit [ pv Lalwende ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Daein

 :: Les villages de Daein
-