AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 56
Age : 24
Localisation : All around the world~
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Jeu 3 Sep - 20:54

« Miaaaaw ! »

La chatte fit un énorme bond en avant, abattant ses pattes griffues sur l'animal qu'elle observait maintenant depuis deux grosses minutes. Le museau relevé, les oreilles dressées, elle était alors en pleine partie de chasse et elle était animée par une faim dévorante. La faim de la jeunesse. Avec un air gourmand, elle saisit la nuque du lapin entre ses rocs et serra d'un coup sec, lui rompant le cou. Puis, toute fière de sa prise, elle reprit son chemin d'un pas tranquille, sa queue remuant de contentement derrière elle.

Elle n'avait pas spécialement besoin de s'inquiéter de faire cuire la viande, même si elle aimait le gout le la viande bien grillée. Elle pouvait très bien la manger crue, c'était une toute autre saveur mais elle n'était en aucun cas désagréable. La féline sortit du petit bois à flanc de montagne dans lequel elle avait trouvé sa prise, se réfugiant sur les terres moins couvertes, plus sèches, que le soleil caressait de ses rayons chauds et ambrés. Avec un ronronnement de plaisir, elle trouva un gros rocher chauffé par les rayons et s'y installa. Une bienfaisante chaleur s'installa lentement dans sa fourrure tandis que, méticuleusement, elle arrachait la peau du lapin pour le manger. sa forme humaine n'était pas très pratique pour ce travail, car elle ne possédait pas de griffes et beaucoup moins de crocs, elle resta donc sous sa forme animale pour procéder à la préparation de sa nourriture. Cela dit, garder cette forme trop longtemps la fatiguait, et elle venait de chasser... Une fois son travail accompli, elle laissa donc son corps retrouver sa forme normale.

Il ne fallut pas longtemps à sa fourrure noire pour se résorber, et bientôt son corps retrouva un aspect plus humain : celui d'une jeune fille qui ne semblait pas avoir plus de 17 ans, aux cheveux roux tressés, ses oreilles et sa queue noir de chats décorés de leurs habituels grelots, une simple robe noire couvrant son corps menu. Elle était allongée sur le ventre, ses bras étendus devant elle, et ses jambes étaient croisés et repliées, une vraie fillette dans un champ - sauf qu'elle était sur un rocher et qu'elle n'était plus une fillette. Ouais, oubliez...

Elle considéra son lapin de son regard écarlate, sentant la salive lui monter à la bouche. Elle allait se régaler ! Sans s'inquiéter du fait qu'elle avait encore du sang de l'animal plein les pattes et les joues, elle entreprit de le dévorer comme un enfant dévorerait un pain au chocolat, avec une gourmandise non feinte. Ah la viande, tellement savoureuse, tellement juteuse et fraiche... Elle se livrait la un excellent repas !

tranquillement, elle attrapa une des pattes du lapin et entreprit de manger la viande qui la couvrait.




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Jeu 3 Sep - 22:03



{ III, 5 : Mais les chats ne chassent pas les oiseaux !

Non, non, non. Et encore non, tiens. Kilvas ? Tous ces corbeaux ? Tu te souviens de la raison pour laquelle tu étais partie, maintenant ! Tu ne les supportais juste plus, ces saletés de bestioles incapables de s’arrêter. Regardée de haut en bas parce que tu es différente. Tu les détestes, ils sont tous pareils, ils passent leur vie à piller et trouvent ça drôle. Dans tout ça tu n’as même pas pu revoir ta mère ou même ton frère. Tu n’as pas pris le temps de le faire. Enfin. Encore faut-il être sûre que rien ne leur soit arrivé. L’es-tu ? Nope. Mais tu ne t’en soucies pas tant que ça. Eux aussi seraient en désaccord avec toi. Ils n’ont jamais quitté Kilvas, et même si Naesala est une belle peste, ta mère l’a toujours respecté. Ton frère ? Tu n’en sais rien. Bah. Un jour tu reviendras. Quand ce sera moins le bordel dans ta jolie caboche. Autant dire que c’est pas pour demain.

Tu es donc repartie, aussi vite que possible, prête à utiliser seulement tes ailes pour fuir cette contrée maudite. Te revoilà donc sur la grande et majestueuse Tellius. Ses bois, ses montagnes, ses plaines, ses collines, ses rivières … Ses querelles ? Mais peut-être pas aujourd’hui. Tu n’as pas la tête aux rixes et autres violences du même genre. Tu as juste envie de sortir ta tête de tous ces étranges songes, toutes ces choses qui te détruisent le cœur depuis trop longtemps.

Ci-gît Maëlly.
Corbeau qui avait trop rêvé de voler.


Ton cœur a volé en éclats, tu ne le sais que trop bien. Ce vide, dans ta poitrine. Tout le monde te dira que tu vis parce qu’il pompe encore ton sang, mais à quoi sert-il, autrement ? Désormais ? À rien. Peut-être à conserver ces étincelles, faibles étincelles d’un passé merveilleux. De ces quelques minutes de bonheur, de sérénité, qui t’ont animée. Puis il te couche, te détruit, bam, ton cœur est une salope, ton cœur est détruit. Ne cherche plus à le retrouver, il est déjà bien trop loin.

Ou pas ?

Ton regard s’arrête sur cette petite bête, en contrebas. Sur son rocher, à décortiquer un lapin avec ses petites patounes. Tu cesses ton vol pendant quelques secondes pour l’admirer. Douce créature insouciante et affamée. Pauvre lapin victime de la chaîne alimentaire. Tu plonges doucement pour venir te poser à côté d’elle.
« Bon appétit. ♪ », lâches-tu d’un ton enjoué.
Tu t’attends à faire une fulgurante impression, peut-être même à la faire sursauter. Quoique, c’est un chat, elle a dû te sentir arriver. Surtout que. Maë. Les chats mangent les oiseaux. Ou alors ils les torturent. Tss, non. Tu la contemples, amusée. Non, cette demoiselle est clairement inoffensive, ça se voit sur sa petite bouille. Malicieuse, probablement. Très joueuse, aussi. Un chat, tout simplement.
« Tu t’es perdue ? »
Tu la regardes, poses tes prunelles alentour. A-t-elle l’air perdue ? Hum, non. Mais qu’est-ce qu’elle fait ici, seule, alors ? Un autre globe-trotter ? Une petite touche de tendresse vagabonde, dans ce monde de noirceur. Tu ne peux t’empêcher de lui sourire à nouveau, protectrice.
« Ou alors tu voyages ? »
Déjà plus probable. Mais attends. Tu vas peut-être un peu vite, non ? Cette demoiselle … ne connaît même pas ton nom.
« Oh, pardon ! Je m’appelle Maëlly ! »
C’est déjà mieux, non ? Enfin, maintenant, reste à savoir si la petite crevette tend à te manger ou non. Tu en doutes un peu, mais tu as déjà perdu des plumes pour moins que ça … Quoique, tu en perdras quand même, vu son air taquin. Alors, Maëlly ? Es-tu prête à finir noyée par un raz-de-marée tout mignon ? Non, hein ?

On n’est jamais prêt pour ça.



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 56
Age : 24
Localisation : All around the world~
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Ven 4 Sep - 0:03

« Bon appétit. ♪ »

La féline venait d'avaler goulument une bouchée de viande lorsque la voix retentit non loin d'elle. A vrai dire, elle avait été tellement prise par son repas qu'elle n'avait rien vu venir, pas même une odeur, noyée qu'elle était dans celles de la viande. Elle fit donc un bond absolument magnifique, se décollant carrément de son rocher, la queue hérissée et les oreilles dressées, accompagnant sa surprise d'un « MREOOOW ! » retentissant. Lorsqu'elle retomba sur son perchoir, elle avait le souffle court et son cœur battait à tout rompre contre ses côtes. Et encore, elle ne s'était pas transformée par miracle car elle sortait tout juste de sa forme féline ! Elle se tourna pour découvrir son interlocutrice avec une franche curiosité, essayant de calmer les battements affolés de son petit cœur de chat.

« Tu t’es perdue ? »

Ses yeux rubis grands ouvert, Khar'a détaillait la fille qui lui faisait face. Plus âgée qu'elle très certainement, mais pas beaucoup, enfin elle pensait pas. Des cheveux très noirs et très longs, la jeune féline s'en trouva un peu jalouse. Elle les trouvait très beau, et elle ne put s'empêcher de gonfler les joues. En revanche, en voyant les grandes ailes qui ornaient le dos de la nouvelle venue, elle se sentit rassurée. Et puis son odeur aussi. Cette fille était clairement une Laguz. Au moins ne s'était-elle pas fait surprendre par un humain qui aurait pu lui faire du mal... La fille se redressa, ramenant notre petite chatte au présent.

« Ou alors tu voyages ? Oh, pardon ! Je m’appelle Maëlly ! »

Khar'a s'installa en position assise avant de glisser souplement sur le sol rocailleux de la montagne, puis elle regarda la dénommée Maëlly. Elle lui adressa ensuite un immense sourire joyeux en lui tendant une main avenante avant de se rendre compte qu'elle était encore pleine de sang.

« Oups ! »

Elle reprit sa main, la lécha jusqu'à-ce qu'elle soit propre, beaucoup aidée en cela par le râpeux de sa langue, puis elle essuya sa main sans les replis de sa courte robe noir avant de la tendre vers la corbeau.

« Moi je m'appelle Khar'a ! Mon nom de famille c'est Mell, et je viens de Gallia ! Mais j'imagine que tu t'en doutais, puisque je suis un chat ! »

Toujours souriante, elle entreprit de nettoyer sa seconde main en la léchant tout comme la première. Elle n'avait pas finit son repas, mais maintenant qu'il y avait quelqu'un avec elle elle ne pouvait pas manger toute seule, ça n'aurait pas été très sympa... Elle coula un regard gourmand sur sa prise, constata qu'il manquait plus de la moitié de la viande - car elle l'avait mangé - puis se dit que ça ne faisait pas un partage très équilibré.

« On peut dire que je voyage oui. Je découvre le monde. Tu as faim ? Si tu veux, si tu aime la viande, je peux essayer de t'attraper un lapin... »

Après tout les corbeaux étaient carnivores non ? Elle le savait pour les oiseaux, mais pas pour les Laguz qui leurs ressemblaient, elle haussa donc un sourcil à l'adresse de Maëlly. Elle avait changé totalement de sujet mais elle n'y faisait pas vraiment attention. Elle avait simplement dit ce qui lui était passé par la tête, comme elle le faisait toujours.




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Mar 8 Sep - 16:43



{ III, 5 : Mais les chats ne chassent pas les oiseaux !

Son hurlement manque de te faire exploser de rire. Une autre personne se serait sentie très mal à l’aise face à une telle réaction, pourtant, tu ne fais qu’esquisser un très large sourire à son attention. Pauvre chatte, elle était si occupée que ton arrivée l’a coupée dans son repas, mais lui a en plus fait frôler la crise cardiaque. À cela, tu remarques que c’est une jeune voyageuse, ou une personne perdue. En un sens, cela te fait tiquer, puisqu’il faudrait qu’elle soit un peu plus sur ses gardes pour ne pas se faire surprendre, en un autre … Tu le comprends, et tu te demandes si tu ne devrais pas l’aider. Aider quelqu’un, toi ? Hum. Tu y réfléchis encore.

Sa petite menotte tendue vers toi, pleine de sang, ne fait que renforcer ton sourire. Spontanée, maladroite et amusante. Comme la plupart des chats. Une personne « normale » dans ce monde, ça te réchauffe le cœur. Tu prends la main tendue une fois qu’elle est propre, puis la presses gentiment. C’est chaud. C’est agréable. Ton cœur est caressé d’une sensation de réconfort. Ton malaise vis-à-vis de Kilvas se cache un peu plus au fond de ta tête, chassé par une telle innocence.

La petite se présente. Khar’a. Mell. Est-ce une blague ? En tous les cas, ça colle plutôt pas mal avec le personnage. Aussi douce qu’un vrai caramel. Collante, peut-être ? Haha, quelle vilaine pique. Tu suis son regard vers le lapin puis secoues la tête. Tu n’as pas spécialement faim, puis c’est sa proie, et les chasseurs ne partagent pas leur repas, en temps normal.
« Non, merci, c’est ton trophée, à toi de le manger ! »
Puis elle met une information de plus sur son nom. C’est une voyageuse, partie pour découvrir le monde. Ça explique plus ou moins son côté novice en la matière. Hum. Dans ce cas, il faudrait peut-être l’aider pour de vrai, non ? Même si là, c’est plutôt elle qui veut le faire, histoire de te proposer à manger.
« On peut le chasser à deux, si tu veux, ce sera beaucoup plus drôle. »
L’innocence et l’insouciance du chaton te parcourt de manière légèrement dérangeante. Un sentiment de niaiserie te colle à la peau et te met mal à l’aise. Tu n’es pas comme ça, normalement. Peut-être est-ce pour le mieux ? S’éloigner de ses problèmes et plonger. Plonger pour oublier ? S’oublier soi-même. Se mettre au placard le temps d’aller mieux. Allez, Maë. Tu sais, au fond de toi, que tu en as énormément besoin. Ça te permettrait de relâcher un peu, non ?
« Allez, finis ton repas, puis on part en chasse ! On pourra peut-être trouver plus gros qu’un lapin ! »
Après tout, pourquoi pas ? Cet endroit est très vaste, et vu la température, il est quasiment sûr que vous trouverez quelque chose de bien. Ça te permettrait de connaître un peu plus la Laguz, tout en lui apprenant deux trois petites choses sur ce que tu sais, non ? Tu t’assois un instant, sur un rocher non-loin, en prenant tranquillement le Soleil. Tu penches la tête en arrière.
« Ça fait pas longtemps que tu voyages, Khar’a, je me trompe ? »
Autant passer le temps ! Et quoi de mieux qu’une bouffe pour faire connaissance ? Même si ce pauvre lapin est déjà entamé et que la demoiselle aura fini de lui faire la peau d’ici quelques minutes …



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 56
Age : 24
Localisation : All around the world~
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Mer 9 Sep - 23:24


« Non, merci, c’est ton trophée, à toi de le manger ! »

Bien sur que c'était son trophée. Elle l'avait chassé. Mais elle proposait à la jeune femme de lui chasser quelque chose à elle, et à ce moment la ça aurait été un cadeau. Bah, peu importe... Et puis au final, l'idée avait l'air de plutôt la séduire, puisqu'elle finit par approuver son idée :

« On peut le chasser à deux, si tu veux, ce sera beaucoup plus drôle. Allez, finis ton repas, puis on part en chasse ! On pourra peut-être trouver plus gros qu’un lapin ! »

Les yeux de la chatte se mirent à briller de milles éclats et elle hocha la tête avec vigueur, enthousiaste. Elle sauta à nouveau sur son rocher, sa queue remuant de plaisir derrière elle tandis qu'elle plongeait ses dents dans la chair tendre et juteuse du lapin pour s'en repaître. Le goût délicieux envahit sa bouche et fit chanter ses papilles, et elle eut bientôt les mains aussi rouges de sang que si elle ne se les étaient pas lavées. Mais elle fut à nouveau interrompue dans son repas lorsque Maëlly reprit la parole :

« Ça fait pas longtemps que tu voyages, Khar’a, je me trompe ? »

La féline posa son regard de rubis sur la corbeaux, puis hocha tranquillement la tête en finissant de mâcher sa bouchée de viande.

« A peu près un an. Mais je n'ai pas vu grand chose encore... »

En effet, la jeune Laguz avait beau mourir d'envie de découvrir le monde et les gens qui le peuplaient, elle avait toujours une peur bleu des Beorcs qu'on croisait un peu partout, et même si elle voulait les connaitre mieux elle n'arrivait pas à mettre ses craintes de coté, résultat d'une enfance d'endoctrinement. Bien sur, sa mère n'avais pas eu de mauvaises intentions en lui répétant sans arrêt que les Beorcs étaient dangereux, mais le résultat était la... Khar'a soupira, avalant une nouvelle bouchée de son lapin.

« Mais un jour, j'arriverais à élucider le grand mystère de ma vie ! »

Se disant, elle avait levé le poing en l'air dans une attitude déterminée, envoyant voler quelques gouttelettes de sang, ses yeux brillant d'une flamme intense. Puis, se calmant aussitôt, elle entreprit de finir soigneusement son lapin, arrachant à l'aide de ses dents les quelques lambeaux de viande qui restaient sur la carcasse osseuse. Ceci fait, elle entreprit de se lécher à nouveau les lèvres.

« Par contre, si on doit chasser, je vais devoir me laver, parce-que le sang a tendance à faire fuir les proies... »

Elle adressa un sourire à Maëlly puis sauta de son rocher, abandonnant les restes de son repas pour s'élancer entre les arbres. Elle se souvenait avoir entendu une rivière plus loin, et elle avait pour le coup bien envie d'y faire trempette. Déjà pour se laver, mais aussi parce-qu'elle adorait se baigner. Il ne lui fallut pas plus de deux minutes pour atteindre le cours d'eau et bazarder sa robe. Bon, du coup on voyait ses boobs et... un peu plus, mais elle s'en moquait totalement. Déjà parce-que Maë était une femme, et ensuite parce-qu'elle n'était pas très pudique...

Dans un miaulement de joie, elle sauta dans l'eau, éclaboussant les alentours. Elle n'avait pas pris le temps d'observer les alentours, et elle ne le fit qu'une fois qu'elle fit émerger sa tête de l'eau. Le coin était idyllique. L'eau était très claire, et la forêt verdoyante, éclairée par un soleil doux. Il ne manquait plus que les palmiers et les hamacs pour se croire dans un vrai petit paradis. Elle fit la planche dans la rivière, laissant le cours d'eau couler autour d'elle, lui caressant la peau, lui procurant un plaisir presque sexuel. Presque. Pas tout à fait, fait pas déconner non plus. Mais lorsqu'il s'agissait de se baigner, la volonté de la féline était presque aussi solide que du carton-pâte, et elle se laissait systématiquement avoir.

Et puis... Elle se rendit compte que tout à son bain, elle avait complètement zappé Maëlly. Poussant un cri, elle se redressa dans l'eau et se dépêcha de se laver les mains.

« Mince, j'suis désolée, je me lave et j'arrive desuite ! »

Non parce-que la... Elle avait fait preuve d'autant de politesse que si elle lui avait tout simplement claqué une porte au nez. Elle espérait que la Laguz volante ne lui en voudrait pas trop... Mais l'idée de chasser un gros gibier ne lui était pas sortit de l'esprit pour autant.




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Ven 30 Oct - 2:29



{ III, 5 : Mais les chats ne chassent pas les oiseaux !

Un chat. Un vrai chat. Toute pleine d’insouciance et de douceur, toujours prête pour chasser un bon gros gibier. La littérature et ses stéréotypes n’étaient pas toujours faux, après tout. Tu souris gentiment, admirant toute l’innocence encore présente dans cette petite créature recouverte de poils. Les jeunes voyageurs avait tous cette petite étincelle dans leurs yeux, celle que tu avais eue, toi aussi, il y a bien longtemps. Aujourd’hui, tu vogues, à la recherche de nouveautés, de découvertes, mais aussi à la recherche de Louka. Ce petit ange désormais si loin de toi. Tu te promets une fois encore de le revoir, avec beaucoup moins d’espoir, cette fois-ci. Y croire t’arrache toujours un peu plus le cœur.

La voix de Khar’a te ramène sur terre, un peu comme une cloche sonnée au milieu d’un troupeau. Tu penches la tête et t’amuses de cette réaction semblable à celle d’un livre. Une enfant pleine d’ambition quant à percer tous ces mystères, avec ces flammes dans les prunelles … Tu hoches la tête, ponctuant ton geste d’un « Hum ! » plein d’approbation. Toute personne mérite de mener à bien sa mission, aussi petite soit-elle.

Une fois son repas fini, Khar’a se redresse, se lèche goulument les lèvres, puis t’indique que vous allez devoir passer d’abord par un coin d’eau, parce que la chasse et le sang ne font pas bon ménage. Jeune, certes, mais cette petite est un prédateur plus que redoutable. Tu plains les petits animaux que vous allez trouver sur votre chemin ! Ou pas. Parce que c’est vrai que tu as un peu faim quand même.

Tu suis la demoiselle sans trop broncher, te contentant de laisser tes jambes voguer, jusqu’à trouver une jolie rivière, entourée d’une forêt verdoyante, couverte pas un soleil radieux. Tu fermes les yeux, profites de ce petit temps de bonheur. Le « plouf » de la demoiselle te ramène sur terre avec violence. Tu constates qu’elle nage comme un vrai dauphin, faisant la planche, profitant totalement de cette étendue aqueuse. Toi, tu ressemblerais à un lamantin atrophié, incapable de survivre dans l’eau alors que c’est son propre élément. Tu aimes le principe du bain, oui, mais pas n’importe où, ni n’importe quand. Cela requiert un certain temps de préparation. Ou pas ? Peut-être que cela finira par progresser, surtout que tu voyages depuis un moment, maintenant. Tu devrais te mouiller un peu plus, Maëlly, non ?

Allez, pourquoi t’as peur d’être mouillée ? C’est ton plumage devenant humide qui te dérange ? Les oiseaux aiment pas l’eau ? Une fois encore, les stéréotypes sont facilement démentis, surtout quand on regarde cette petite. Tu ris de bon cœur quand elle percute que cela fait de bonnes minutes qu’elle roucoule.
« Tu débordes d’énergie, c’est contagieux ! »
Tu te sens pleine d’une force nouvelle, encline à aller chasser une bonne grosse proie pour t’en repaître joyeusement. Cette demoiselle est absolument adorable, capable de remotiver même le plus triste des hommes. Une fois son petit bain fini, c’est à ton tour de l’emmener, prenant ton temps sur la route. Tu as envie de chasser, oui, mais tu as envie d’en savoir un peu plus sur Khar’a. Après tout, ce n’est pas tous les jours que tu vois des chats aussi insouciants ! Sa candeur te rappelle tes débuts. Douce nostalgie.
« Qu’est-ce que tu aimerais le plus voir, dans Tellius ? Et qu’est-ce qui te fait le plus peur ? »
Tout le monde a ses rêves et ses phobies, tu ne le sais que trop bien. Ces questions sont pièges, en réalité, car tu ne saurais pas y répondre toi-même. Pourtant, tu penses que la chatte trouvera une réponse à te donner qui te conviendra totalement.

La forêt se trouve à encore quelques minutes de marche, donc vous avez encore un peu de temps pour parler. Toutefois, une fois arrivée au milieu de tous ces arbres, la discrétion sera de mise, et vous devrez vous en remettre à vos sens pour pouvoir chasser le gibier.

Et tu es déjà impatiente. ♥



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 56
Age : 24
Localisation : All around the world~
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Mar 17 Nov - 11:34

Se laver se révéla une entreprise plus complexe que ce à quoi elle s'était attendu. Elle avait du sang coincé sous les ongles et dans les cheveux, et le temps qu'elle finisse, elle avait passée quelques longues minutes supplémentaires dans l'eau. Elle finit par en émerger et regarda avec inquiétude Maëlly, puis en constatant qu'elle ne lui en voulait apparemment pas elle soupira de soulagement et s'ébroua pour se débarrasser un peu de l'eau qui la couvrait. La forme humaine avait cet avantage que l'eau ne restait pas imprégnée dans la fourrure, mais elle était encore mouillée lorsqu'elle enfila sa robe noire. Et sa queue était toute ébouriffée. Et ses oreilles aussi. Pas grave ! Elle emboîta le pas à la laguz ailée d'une démarche joyeuse, calquant son rythme sur celui de sa guide malgré son empressement. La chasse était toujours une activité très agréable à pratiquer.

« Qu’est-ce que tu aimerais le plus voir, dans Tellius ? Et qu’est-ce qui te fait le plus peur ? »

Un peu prise de court par la question, Khar'a s'arrêta pendant quelques secondes avant de reprendre sa marche en réfléchissant à la question. Elle avait envie de voir trop de choses, et elle avait également peur de beaucoup, et même parfois elle voulait voir des choses qui l'effrayaient mais... Il y avait bien quelque chose qui était au dessus du reste.

« C'est assez étrange en faite... Parce-que ce que je veux le plus voir, c'est ce qui me fait aussi le plus peur. »

Elle croisa ses mains devant elle en remuant un peu la queue, fouettant l'air derrière elle dans l'espoir de se débarrasser un peu de l'eau qui y restait accrochée. Elle entreprit également d'essorer ses cheveux rouges pour pouvoir les tresser à nouveau.

« J'ai envie de découvrir le monde entier, mais je crois bien que ce qui me fascine le plus ce sont les humains. Je les aient observés, souvent, et ils ont l'air de se comporter entre eux plutôt bien... Enfin à quelques exceptions près, mais ça arrive aussi aux Laguz de se battre entre eux. Et puis ils font des choses absolument magnifique, beaucoup sont des artistes et quand je les regarde, j'ai vraiment du mal à croire qu'ils soient aussi horribles... »

Sans s'en rendre compte, elle avait commencé à marcher au rythme de ses mots et seul la pointe de ses pieds touchaient à présent le sol. Parler de l'art lui avait donné envie de danser, mais lorsqu'elle s’aperçut qu'elle partait encore toute seule, elle se contraignit à reposer les pieds sur le sol, à plat.

« Mais les humains ne sont pas comme ça avec les Laguz. Dans le village où je vivais, certains de mes amis rentraient souvent battus par des humains pour le seul motif qu'ils étaient en partie animal. Ils nous appellent les "sous-hommes", et même... »

Elle retint son souffle brièvement en repensant à l'histoire que sa mère lui avait raconté.

« Ils font des choses horribles aux Laguz... Ils les privent de leur humanité et en font des bêtes de guerre assoiffées de sang pour les envoyer massacrer leurs propres frères... »

Elle avait baissés les yeux et dit ces dernières phrases d'une toute petite voix. Elle repensait aux larmes dans les yeux de sa mère lorsqu'elle lui avait appris ce sort qui avait été réservé aux Laguz, quand elle lui avait révélé que son père lui-même en avait été victime, et qu'elle l'avait vu se faire tuer par ses propres amis pour l'empêcher de faire plus de mal qu'il n'en avait déjà fait... Penser qu'on put réellement détruire la personnalité d'une personne, tout ce qu'il y avait de bon en elle, dans le seul but de tuer... Elle en avait des frissons d'horreur.

Mais elle se ressaisit. Dans un sursaut, elle releva la tête, le regard flamboyant et le poing brandit. La détermination brûlait en elle, aussi intact qu'au premier jour.

« Ce sont les humains que je veux voir, mais ce sont aussi eux qui me terrorisent le plus. Je ne comprend pas. Comment peut-on faire des choses aussi belles que les arts, la musique ou la danse, vivre en communauté et aimer ses enfants, tout en faisant des choses aussi horribles ? Ça n'a aucun sens ! »

Elle poussa un soupire en levant les bras d'un air fataliste. Peut-être, à force de regarder de loin les pièces de théâtre, en avait-elle récupérés certaines mimiques qu'elle employait à présent sans même s'en rendre compte. En tout cas, tel était la grande question de la vie de la jeune femme, et elle espérait bien que, lorsqu'elle aurait enfin compris, elle pourrait faire quelque chose pour qu'humains et Laguz ne s'entre-tue plus. Un rêve lointain certes, mais qui était tout de même présent.




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Jeu 24 Déc - 17:07



{ III, 5 : Mais les chats ne chassent pas les oiseaux !

L’animal est à l’image de l’Homme. Ou l’inverse ? À force de les regarder, de si loin, tu en as oublié les bases. Lequel ressemble auquel ? Lequel a des traits de l’autre ? L’animal serait devenu ressemblant à l’Homme au fil des années, s’adaptant pour ne plus être sa proie, mais aussi son prédateur. Cette petite te semble avoir peur des Hommes parce qu’elle n’a que leur côté négatif, ou presque. Une demoiselle à qui on a raconté des histoires, des histoires sombres, qui l’ont conditionnée pour avoir peur des Hommes. Tu lui souris, puis hoches simplement la tête.

Sa détermination, son poing brandi, toute cette innocence, tu ne peux t’empêcher de sourire. Tu aimerais être aussi candide, toutefois … eh bien, la vie ne t’a pas donné cette chance. Partie pour voir les merveilles d’un monde qui a peut-être tout perdu. Ou presque ? Tu détournes le regard et te perds dans les feuillages.
« Les Hommes ne sont pas tous monstrueux, Khar’a. »
Tu te tournes vers elle et ébouriffes ses cheveux gentiment, une mimique gentille aux lèvres.
« Comme tous les Laguz ne sont pas gentils. »
Une histoire d’équilibre, si seulement c’était si facile.
« Disons que j’ai déjà vu des Laguz torturer des Beorc pour des raisons incompréhensibles, et rien ne justifiait cette barbarie. Évidemment, j’ai aussi vu l’inverse, j’ai même vécu l’inverse. Pour autant il y a des personnes gentilles dans un camp comme dans l’autre. »
Tu baisses la tête, et revois toute ta vie défiler devant tes yeux. Toutes ces personnes disparues, tous ces êtres qui ont peuplé ton monde, en bien comme en mal. Ces êtres qui ont éclaté dans ton univers comme des milliers d’étoiles, qui ont soit détruit ta vie, soit révolutionnée. Cet être infâme, ou alors Louka … Et même Kerorian. Ces gens, tant d’humains, qui sont ou bons, ou mauvais. Qui font partie de cet étrange équilibre.
« J’ai rencontré un Beorc, un jour, quelqu’un de perdu dans son petit monde, qui savait pas trop où il était … Il était gentil, aimant, doux et délicat. Un jour, d’autres Beorcs l’ont enlevé car ils estimaient qu’il n’avait pas le droit d’être libre. Et puis … J’en ai rencontré un autre, un méchant cette fois. Quelqu’un d’effroyable, d’égoïste et de violent, qui voulait faire de moi sa chose, son attraction. Pour autant, je n’ai pas perdu foi en l’Homme, parce qu’il y en aura toujours des bons parmi les mauvais. C’est dur de les trouver, ça je suis d’accord, mais cela ne veut pas dire qu’ils n’existent plus. Il y en a juste qui ont trop souffert, qui ont perdu cette petite lueur d’espoir qui les animait. »
Peut-être y a-t-il aussi des êtres qui sont foncièrement méchants, mais cette petite n’a pas besoin de connaître ce pan de la réalité, pas encore. Elle doit déjà s’accrocher au fait que certains soient meilleurs que d’autres, parce que c’est tout ce qui compte.
« Il y en aura des méchants, c’est normal. Mais il y en a partout. Il faut juste savoir reconnaître les bons des mauvais, et ne pas tous les déterminer comme mauvais, ni les définir comme bons quoi qu’il arrive. Parce que oui, il y en a des méchants, évidemment, mais il n’y a pas que ça. »
Tu avances en direction de la forêt et commences à y pénétrer, à la recherche d’un gibier suffisamment imposant. Tu te fies à tes oreilles et fermes les yeux. Plusieurs crissements de feuilles te viennent et tu te remets en marche.
« Après tout, qu’est-ce qui les rendrait méchants ? Leur violence ? Et nous alors, est-ce qu’on n’est pas violents avec eux aussi ? »



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 56
Age : 24
Localisation : All around the world~
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Dim 5 Juin - 14:17

La féline écouta les paroles de Maëlly en remuant légèrement les oreilles, prodigieusement intéressée. Elle aimait la manière dont la Laguz percevait le monde à travers le prisme de ses propres rencontres et expériences. Selon elle, chacun était différent, et ce tant chez les Laguz que chez les humains. Khar'a n'en était pas convaincue pour autant, mais l'hypothèse lui paraissait plausible. Après tout, elle n'avait encore jamais fréquentés d'humains, ses rencontres se résumant à quelques Laguz et peut-être un ou deux marqués... Elle aimait les marqués, parce-qu'ils étaient justement la preuve que ce que soupçonnait Khar'a, et qu'était en train de lui exposer Maë, n'était pas forcément un mensonge.

- C'est pas faux... répondit-elle aux dernières paroles de la volante, alors qu'elles pénétraient dans la forêt en elle-même.

Aussitôt, les oreilles de chat de la jeune Laguz se dressèrent sur sa tête et elle prit la forme d'un chat au pelage d'un noir d'encre. Son ruban était toujours accroché au bout de sa queue, et elle la remua légèrement pour le simple plaisir de la voir bouger avant de se ramasser sur un tapis de feuilles mortes pour s'en approprier l'odeur. Ses yeux rubis scrutaient les frondaisons, ses oreilles se tendaient, attentives au moindre son. La, elle entendait le pas pourtant léger de sa partenaire de chasse. Pas une proie. Plus loin, le craquement d'une branche sur laquelle se posait un gros oiseaux. Une proie trop petite pour deux femmes. Elle avança lentement, les coussinets à ses pattes étouffant les bruits qu'elle aurait bien pu faire, extrêmement attentive à ne pas briser de branche ou déranger un trop gros tapis de feuilles.

Elle était toute entière concentrée sur sa chasse.

Finalement, elle entendit un son caractéristique. Un sabot. Qui brisait une branche. La légendaire branche de la mort, celle qui signale ta présence aux prédateurs. Retenant un miaulement de satisfaction, la féline s'approcha lentement de l'origine du son pour découvrir un gros cochon sauvage en train de farfouiller dans le sol, probablement à la recherche de truffes. Elle s'en lécha les babines. Un cochon, voilà qui serait tout à fait suffisant pour deux Laguz, d'autant que le dernier repas de Khar'a, pourtant récent, s'était révélé plutôt maigre. Elle se dépensait beaucoup, et elle avait besoin de manger beaucoup. Enfin ça, c'était ce qu'elle se disait pour justifier sa gourmandise. Non mais.

Et puis, c'est bon le cochon. Par contre, c'est meilleur cuit. Restait à voir si elle allait pouvoir le tuer.

Elle se ramassa sur elle-même, ses muscles se tendant, prête à bondir sur l'animal. Ce qu'elle fit quelques secondes plus tard, atterrissant sur le dos de la bête et plantant ses griffes dans son cuir épais. Commença alors une bataille acharnée entre les deux animaux, Khar'a s'accrochant de toute la force de ses griffes au dos du cochon sauvage en essayant de refermer ses crocs sur le cou de sa proie. Mais ledit cou était épais, et elle avait du mal à l'entamer... Cela dit, elle restait déterminée. Elle l'avait déjà fait, même si cela avait été difficile, alors elle pourrait bien le refaire non mais oh !




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Ven 8 Juil - 16:44

« Mais les chats ne chassent pas les oiseaux !

Apprendre la vie à une enfant. Ça te fait bizarre, n’est-ce pas ? Tu es partie si loin de chez toi, pour un long voyage, mais tu ne t’es jamais dit que tu croiserais une demoiselle comme celle-ci. Étrange petite chose, pourtant si mignonne. Encore loin de connaître le monde tel qu’il est, avec tant d’histoires étranges dans la tête. Cette laguz était partie du mauvais pied, mais sa persévérance la sauverait. Tu souris devant sa dernière réflexion. Eh bien oui, le Beorc est aussi mauvais que le Laguz. Leur façon d’être mauvais est différente, c’est tout. Et encore.

Votre entrée dans la forêt ramène un silence total entre vous, avec la transformation et la préparation de ta petite compagne. Tu deviens un corbeau dans le plus grand des silences, attentive à chaque bruit. La préparation de Khar’a a ce quelque chose de tout mignon que tu ne peux décrire. Un gros chat qui se roule. Tu te demandes s’il n’y a pas plus d’amusement que de sérieux dans la chasse. Heh, après tout, c’est un félin, non ? Rien d’étonnant là-dedans.

Un craquement retient ton attention. Au loin, un gros cochon. De quoi nourrir une bonne dizaine de personnes. Ton œil avisé détaille la pauvre bête qui va bientôt devenir un énorme jambon. Tu laisses le chat prendre les devants, se jeter dessus pour s’élancer dans une bataille acharnée. La pauvre bête se débat au mieux, surprise par la vitesse de son prédateur. Ta compagne semble toutefois avoir quelques problèmes pour vaincre la bestiole. Tu jauges le combat et cherches une faille pour venir à son aide. Tu pourrais crier de façon à l’étourdir mais tu emporterais Khar’a. Mauvaise idée. Ta présence en soi pourrait mettre le cochon mal à l’aise, mais il se débattrait encore plus fort, ce qui pourrait être dangereux pour la chatte. Tu fixes les mouvements de l’animal, puis tu comprends.

Cette faille. Cette ouverture. Si grande. Si facile à saisir.

Tu t’élances haut dans le ciel et arrives en piqué sur ta victime. À quelques mètres, dans la surprise, tu braques et plantes tes serres dans sa nuque. Sèchement, de façon à percer les chairs, puis tu serres au maximum, jusqu’à entendre un grand craquement. Un bruit désagréable, une sensation ignoble. Tu en as des frissons. La chasse, c’est amusant tant que la victime n’est pas morte. Porter le coup final t’a toujours mise terriblement mal à l’aise. Tu pourrais même penser être plus à l’aise quand tu en viens aux mains avec un être humain. Malheureusement, la chaîne alimentaire est ce qu’elle est, aller à contre-sens serait stupide. Et puis t’as faim, toi aussi. Un bon petit bout de cochon grillé te tente plutôt pas mal.

Tu regardes l’animal tomber mollement contre le sol, inanimé. Tu relâches ta prise et recules, les serres pleines de sang. Hum, encore quelque chose à bien nettoyer, hein ? L’avantage de la chasse ? La bouffe. Le désavantage ? La crasse, la mort. Ouais mais la bouffe quand même, alors ça compense. Non ? Tu te poses mollement sur le sol, regardes alentour de tes grands yeux de corbeau. Tu penches la tête de droite à gauche. Vous êtes maintenant face à un problème … de taille. Et de poids.

Tu redeviens humaine, puis désignes le cadavre du doigt. « Et maintenant ? On va peut-être pas le cuisiner ici, n’est-ce pas ? » Tu ris doucement. Faire un feu ici est quand même une mauvaise idée. Un feu en pleine forêt, oui oui. Tu croises les bras sur ta poitrine. Cette bébête est quand même pas mal. Puis pour la cuisiner ça va être drôle aussi. Tu regardes ta compagnonne, qui a l’air d’être un bon prédateur. Tu t’en remettras probablement à elle sur le coup. Chacun ses connaissances, hein ? « Je te suis, je peux aider aussi ! » La chasse, pas ta tasse de thé, hein Maë ? Toi, les petites bestioles te suffisent, celle-ci était juste une énorme aubaine. Littéralement.




Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 56
Age : 24
Localisation : All around the world~
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Sam 3 Sep - 2:05

Surprise par le plongeon de Maëlly, la chasseresse au pelage noir bondit en arrière pour ne pas subir les dommages collatéraux lorsque les serres de l'oiseau se refermèrent sur le cou épais de l'animal pour en briser les os. La masse du cochon s'écroula sur le tapis de feuilles et la féline fit un bond en l'air, heureuse d'avoir reçu de l'aide sur ce coup-là. Sa joie exprimée, elle regarda Maëlly reprendre sa forme humaine, puis elle s'approcha de la dépouille du cochon pour planter ses crocs dans le cuir épais de sa nuque. Puis elle entreprit de le traîner jusqu'à la rivière pour le faire cuir...

Le trajet ne fut pas spécialement facile. Le cochon était lourd, très lourd, et elle n'était qu'une chatte... Son atout était la vitesse et l'agilité, non la force. Mais ses muscles d'animal n'étaient pas en carton non plus, et si l'effort la fit transpirer abondamment sous son pelage sombre, elle finit par réussir à traîner la dépouille près de la rivière. Bon... Elle y avait mis le temps mais elle l'avait fait !

Une fois sur place, elle entreprit de reprendre sa forme humaine... Se rendant compte au passage que sa bouche était tâchée du sang du cochon, puisqu'elle avait du le mordre pour le traîner.

- Et mince...

Elle s'approcha de l'eau pour se nettoyer. Elle s'aspergea la figure d'eau, un grand sourire finissant par éclairer son visage. Un cochon sauvage, et de belle taille en plus ! Contrairement à sa camarade de chasse, la féline n'éprouvait aucun remord à avoir mis fin aux jours de cette brave bête. Pour elle, cela faisait parti du cycle naturel de la vie. Si elle avait faim, elle se procurait à manger. Un cheval arrachant une brassée d'herbe verte pour manger faisait la même chose qu'elle.

- C'est une belle proie ! Je peux te laisser faire le feu pendant que je le prépare ?

Khar'a revint trouver le cochon, puis elle se transforma à nouveau en félin pour pouvoir user de ses griffes et écorcher le cochon. Alors qu'elle les plantait dans la nuque déjà ouverte de l'animal, elle se dit que c'était quand-même idiot de s'être nettoyée pour se salir tout de suite après... Et bien, comme disait sa mère, "quand on a pas de tête, on a des jambes !". Elle n'aurait qu'à se laver à nouveau après son travail... Soigneusement, elle dépouilla leur futur repas de sa peau. Elle était pressée de finir, car sa forme de chatte l'empêchait de s'exprimer comme elle en aurait eu envie, et qu'elle voulait parler encore avec Maëlly. Pour lui demander quoi ? Peu importe, tant que c'était intéressant ! La jeune Laguz en savait trop peu sur le monde et ses secrets, et la corbeau semblait le connaitre comme sa poche.




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Sam 17 Déc - 20:38

« Mais les chats ne chassent pas les oiseaux !

Un savoir-faire d’adulte dans le corps d’une enfant. Cette demoiselle te paraît tellement jeune et pourtant tellement plus douée que toi. Tu soupires, dépitée par ton incapacité à chasser pour survivre. Tu ne tiendrais pas deux jours, seule dans la nature. Tu la suis des yeux, amusée de voir un petit matou transporter une aussi grosse bête. Il y a là de quoi manger pendant des semaines ! Au fond de toi, une petite voix te susurre que cela ne durera pas aussi longtemps. L’histoire de quelques heures, ou jours. Vous pourriez peut-être le vendre, aussi, pour vous faire un peu d’argent … Non, c’était le fruit de votre dur labeur, autant le garder. L’égoïsme n’avait encore jamais tué, encore moins quand il s’agissait de l’égoïsme avec un cochon. Tu regardes la demoiselle continuer son travail, puis t’attelles au tien. Il est temps pour toi de créer un feu, pour faire griller la bête. Miam ! Tu peux déjà sentir le goût de la viande contre ton palais. Un sourire satisfaisant étire tes lèvres.

Tu t’enfonces dans la forêt à la recherche de bois sec. Tu suis les chemins, regardes partout autour de toi, ramasses des brindilles par-ci, par-là, des morceaux un peu plus gros … Tu t’assures à chaque fois qu’ils soient complètement secs, pour ne pas qu’ils empêchent le feu de partir. Tu es peut-être nulle au dépeçage de gros animaux, mais le feu, ça te connaît davantage. Tu poursuis ta recherche, jusqu’à avoir les bras remplis de bois et quelques cailloux. Tu reviens au point de rendez-vous, là où Khar’a semble avoir fini sa tâche. Tu poses les cailloux de façon à faire un cercle et mets le bois au milieu. C’est là que commence la partie amusante de la tâche. Tu te penches et sors ton briquet en silex de ton sac.

Tu frottes, tu frottes. Les étincelles scintillent, puis un feu se déclare. Tu souffles doucement dessus pour l’aider à partir et l’agrémentes de brindilles, de façon à ce que tout se propage correctement. Tu as un air satisfait lorsque la chaleur des flammes te lèche le visage. Tu adores cette sensation. Tu lèves les yeux et recules, assise dans l’herbe. « Je pense que c’est bon ! », dis-tu d’une voix mélodieuse. Le cochon, le cochon, le cochon ! ♪ Tout ton corps est en ébullition à l’approche du repas. Bon, tu sais que ta condition d’oiseau t’amène le préjugé de ne pas manger beaucoup, contrairement aux félins … mais tu te défends. Ah ça, oui. Et puis cette bête est votre butin, chassé à deux, donc tu ne voles rien ! Tu profites seulement du butin.

« Tu te débrouilles mieux que moi à la chasse. Ça doit être le côté chat, ça. » Tu hoches lentement la tête, comme pour te le confirmer à toi-même. Pourtant, un tel prédateur craignait les Beorcs. Paradoxal, comme approche. Tu penches la tête et observes la jeune laguz, intriguée. Tu pourras peut-être lui apporter quelque chose, finalement. Tu as beaucoup voyagé depuis ton départ de Kilvas, tu en connais déjà un peu plus sur ce monde que la demoiselle. « Tu as donc suffisamment dépassé ta peur pour t’aventurer ici, mais tu as commencé par Goldoa … » Tu souris, amusée. « Ce n’est pas le meilleur moyen de débuter un voyage, qu’importe la raison ! Surtout quand on connaît les dragons, ces grandes créatures un peu trop casanières … » Elle n’allait pas découvrir les Beorcs de cette façon … Le pire, c’est que Goldoa n’accepte pas les étrangers et les dragons sont presque plus terrifiants que les humains. « Ils n’aiment que les leurs et éprouvent une méfiance farouche envers tous les autres. Si t’en croises un, il te fera plus peur qu’un Beorc, promis ! » Tu ris doucement et fais mine de regarder autour de toi, comme par peur d’être espionnée. « Et puis … Tu ne rencontreras pas beaucoup d’humains par ici. Enfin, tu ne rencontreras pas grand monde tout court, vu que les gens préfèrent passer par la mer, souvent … » Goldoa, contrée fuie et fuyante. Quel dommage. Tu soupires, presque désespérée par ce comportement. Tu espères sincèrement qu’un jour, ils s’ouvriront au monde.

« Bon et sinon ! La grande question ! Si tu rencontres un Beorc, qu’est-ce que tu feras ? » Parce que finalement, elle est sur toutes les lèvres. La fuite ? Ce serait le premier réflexe, non ? Tu plies une jambe, poses ta main dessus, et tends l’autre. Cette féline t’intrigue vraiment beaucoup. Avoir le courage de partir malgré tous les préjugés qui l’entourent. Est-ce que tu l’aurais fait ? Tu n’en es pas sûre.




Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 56
Age : 24
Localisation : All around the world~
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Sam 31 Déc - 12:42

Khar'a, les oreilles dressées, écoutait Maëlly lui raconter ce qu'elle savait de la misanthropie des habitants de Goldoa tandis que ses griffes s'activaient toujours sur le cochon. Le retourner sur le dos, ouvrir le ventre pour lui retirer les tripes et les mettre de coté, puis retirer la peau de manière à ne conserver que les os et les muscles... Elle lui coupa la tête pour qu'il soit moins lourd, et les jambes pour la même raison - Elles pourraient toujours les faire cuir sur des pics, ce n'était pas le souci. Puis elle reprit sa forme humaine alors que la pioute lui demandait ce qu'elle ferait si elle rencontrait un humain.

Bonne, question, très bonne question... Réfléchissant à sa réponse, elle tourna autour du campement improvisé à la recherche de bâtons. Lorsqu'elle en eut récupérés trois où quatre, elle s'approcha du feu pour les écorcer et les frotter jusqu'à-ce qu'ils soient propres, un travail qui lui laissa tout le loisir de réfléchir.

- Hum...

Peut-être qu'elle s'enfuirait ? Ou alors elle se cacherait et observerait... Comme elle le faisait parfois lorsqu'elle se glissait, la peur au ventre, dans de minuscules hameaux alors que la nuit était tombée et que tout le monde dormait. Ou encore aurait-elle assez de courage pour s'en approcher et entamer la conversation ? Elle n'en avait aucune idée... Elle évitait généralement les chemins.

- Je n'en ai pas la moindre idée. J'imagine que je verrais sur le coup !

Elle planta un bon morceau de viande sur un pic et le cala au dessus des flammes, comme elle le fit encore trois fois derrière pour utiliser les quatre bâtons qu'elle avait écorcés et nettoyés. Elle aurait pu manger la viande crue, bien entendu, puisqu'elle ne s'embêtait habituellement pas à faire du feu, mais la viande cuite libérait toute une saveur qui plaisait à son palais félin.
Il faut dire aussi qu'elle n'avait pas le matériel pour faire du feu... En vérité, elle n'en avait pas fait une seule fois depuis son départ de chez sa mère.

- Après tout, on dit qu'on va faire un truc, mais ca arrive souvent qu'une fois en situation on réagisse totalement autre chose ! Mais j'aimerais bien pouvoir parler avec un Humain...




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   Dim 2 Avr - 17:19

« Mais les chats ne chassent pas les oiseaux !

Un travail d’artiste. Tu admires la jeune fille qui s’évertue au travail avec son cochon. L’animal vient de perdre toute sa majesté, il s’est transformé en repas. Le gros cochon inoffensif devient mets d’exception. Tu sens tes papilles s’exciter à l’arrivée de la bête. Le cochon ! Encore le cochon, toujours le cochon ! Le bonheur de manger du cochon ! Petite Maë s’agite dans ton estomac. C’est la folie. Tu regardes la bête cuire sur son bâton avec un appétit croissant. C’est exceptionnel, c’est beau, c’est bien. Tu penches la tête en direction de la demoiselle. Elle marque un point : on s’imagine toujours qu’on va réagir d’une façon X dans une situation Y, finalement on se retrouve à agir totalement différemment. Ne rien prévoir, laisser les instincts dominer. Comme lors d’une situation mortelle : l’esprit change drastiquement, pour se préparer à survivre. « Hum … effectivement … », finis-tu par lâcher. Cette demoiselle a encore un très long chemin à faire, finalement. Sa première rencontre avec un être humain sera des plus particulières. Tu espères qu’elle sera plus joyeuse que la tienne, il y a tant d’innocence dans cette Laguz … Il serait idiot de tout pervertir.

Tu te lèves pour aller inspecter la bête, en faisant tourner le bâton pour le faire griller sur chaque côté. L’odeur enivre tes narines. Cette rencontre t’aura permis de découvrir un chaton tout mignon et de manger du cochon. Intéressant non ? Surtout quand on sait d’où tu es partie … Tu fronces les sourcils, repensant subitement à un petit détail. « Par contre, évite de les appeler ‘humains’. Il paraît que ça en froisse certains. » Tu n’es pas sûre, parce que tu n’as jamais vraiment essayé. Dans les histoires que se content les corbeaux, souvent, ils disent que le terme « humains » est aussi raciste et dégradant que « sous-humains ». Tu aimerais bien comprendre en quoi, cela dit. Parce que, finalement, un « humain » est un être comme un autre non ? Enfin … La linguistique te dépasse. Tu ne sais pas trop. « Je pense que le mieux est de se tenir à éviter les remarques sur la race. Ils sont Beorcs, tu es Laguz. Mais au fond … Y a que ta queue et tes oreilles qui changent, non ? » Tu agites les ailes. « Je ne comprends pas d’où vient cette haine entre tous … » Tu soupires et te rassois, un peu plus près du feu. « Nous sommes tous pareils … », murmures-tu. Tous les mêmes, vous avez tous du sang dans vos veines, vous respirez grâce à vos poumons. Votre anatomie est la même, vous avez juste des traits animaux. Cela ne fait pas de vous des personnes plus faibles … Au contraire !

Tu ne comprends pas comment l’un et l’autre peuvent cultiver cette colère ancestrale. Les parents n’ont de cesse d’accentuer ces histoires, personne ne s’en sort jamais. Il est peut-être temps que cela s’arrête, finalement. Personne ne s’en sortira, sinon. La guerre reviendra, le cercle se refermera. Tu croises les bras sur ta poitrine. « Souviens-toi seulement qu’ils ne sont pas aussi monstrueux que tu le crois, d’accord ? » Tu souris gentiment. Les bons, les mauvais, présents dans un côté comme dans l’autre. Puis ceux qui sont au milieu, les Marqués. Des créatures étranges dont tu ne sais que peu de choses. Ils sentent un peu bizarre mais ne sont pas méchants. « Je te fais aussi confiance pour rester méfiante et ne pas te jeter dans les pièges, Khar’a ! Tout ira bien. », tu souris, puis te relèves pour commencer à attaquer le cochon. Tu en prends une portion suffisante pour ton estomac et commences à manger avec appétit. Tu lèves la tête et lâches un râle de plaisir. « C’est une belle prise ! » Voici un avantage que vous avez sur les Beorcs : vous faîtes les meilleures prises. « C’est du très bon travail, je suis fière de nous ! » Tu croques dans la viande, aux anges. Il y a bien longtemps que tu n’as pas mangé comme ça, n’est-ce pas ? Une belle rencontre, une belle rencontre.




Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mais les chats ne chassent pas les oiseaux ! [PV : Maë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Intrusion [ Libre, mais pas plus de deux chats ]
» Le soleil brille, les oiseaux chantent, la vie est belle(libre mais pas en abuser ^^)
» Les oiseaux ne laissent qu'un chant éphémère ; l'homme passe, mais sa renommée survit. [FANFICTION]
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Goldoa

-