AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La flamme du lendemain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarBeorc


Messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
59/100  (59/100)

MessageSujet: La flamme du lendemain   Mer 17 Déc - 19:52

Précédent : Sienne

Le feu crépitait à l'intérieur du petit cercle de pierres que les soldats avaient aménagé. La nuit était assez fraîche, mais les manteaux épais leur épargnaient le désagrément du froid. Assis devant l'âtre pendant que deux de ses hommes montaient la garde et que le reste dormait dans les tentes, Mysti réfléchissait. Sa rencontre avec le sénateur Griffin continuait de tourner et retourner dans sa tête. L'homme ne semblait pas mauvais bougre mais avait tenu des propos dont il ne savait que penser. Le général était-il trop méfiant depuis la dernière guerre ou était-ce à juste titre ? Impossible à dire. Toujours est-il qu'avoir laissé un tel homme derrière lui le laissait pensif. Sanaki devait sans doute savoir ce qu'elle faisait après tout. Elle avait mûri, forgée par cette dissension d'autrefois entre elle et le Sénat, par la reconquête de son propre pays grâce à Criméa et la Garde Sacrée, et surtout par ce qu'elle avait vu dans la Tour Sacrée.
Pourtant, le mage ne parvenait pas à dormir ce soir.

Il se leva, resserra sa cape autour de ses épaules et soupira.


"Je vais faire un tour, lança-t-il aux deux gardes en faction. Je ne vais pas loin, tout au plus jusqu'à la rivière là-bas.
-Est-ce bien prudent Sire ? La reine nous a recommandé de...
-Je sais. Je sais et je la comprends, mais j'ai besoin d'être un peu seul pour réfléchir. Ne cherchez pas à m'étouffer plus que nécessaire... Si cela vous rassure je prends une torche et ferai en sorte qu'on la voie facilement."

Le chevalier joignit le geste à la parole, rajusta sa sacoche qui contenait son tome à sa ceinture, empoigna son flambeau et descendit le petit plateau rocheux sur lequel ils avaient choisi de passer la nuit. Il descendit prudemment la pente, savourant l'odeur d'herbe humide et les bruits d'animaux nocturnes. Il s'arrêta comme promis près d'un petit ruisseau, agita sa torche en direction du campement et attendit de voir celle de son soldat lui répondre pour être sûr d'être bien en vue.

"Elincia..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Dim 21 Déc - 22:46

Acte III ~ Scène 2 : Le Corbeau.


« Eh, vous savez pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ?
— Pardon ? »

Il te regarde, arque un sourcil. Il ne comprend rien à ce que tu lui racontes, pourtant, toi, tu butes sur cette question depuis un moment. Tu savais que tu n’aurais jamais dû aller voir cette comédie. Le théâtre, c’est le mal. Les humains y disent encore plus de conneries qu’en règle générale. T’y es allée, candide, sans aucune question dans la tête, totalement libre de tes idées, puis t’es repartie : maintenant, t’es emprisonnée dans une cage avec cette interrogation tordue. Le chapelier, hein ? Le dramaturge devait avoir un sacré grain pour se balader avec de telles idées. Tu souris au pauvre vieux que tu importunes.

« Ah, laissez tomber. »

Il hausse les épaules, te fixes encore un moment avant de partir. Les humains se troublent eux-mêmes, c’est marrant. Y a un tel bordel dans leur tête, finalement. Le pire, c’est qu’ils diffusent tranquillement leurs idées dans les têtes des autres, et ces derniers ne les comprennent même pas. Ils hochent la tête, acceptent, ne bronchent pas, mais ne comprennent rien. Donc ouais. Un corbeau ressemblerait à un bureau, et ça gêne personne. C’est à se taper la tête contre les murs. Tu soupires, puis d’un battement d’ailes, tu repars dans les airs. Cette question va te trotter dans le cerveau toute la nuit, autant donc que t’ailles dans un joli petit coin pour y réfléchir, non ? Et en bon corbeau, tu pourras te fondre dans la nuit sans aucun problème. Ouais, c’est bien comme idée, ça.

Tu t’enfonces donc dans le manteau noir, grimpant les montagnes pour finir près d’un petit ruisseau paisible. L’orchestre des bruits d’animaux te réchauffe le cœur. C’est une douce nuit. Mais une nuit trop compliquée pour ton petit cerveau. Est-ce que cette phrase a un sens, finalement ? Quelque chose de plausible ? Un peu comme toutes les autres qu’ils s’efforcent de dire ? Tu te tortures les méninges, réfléchis longuement. Tu poses tes fesses sur l’herbe, à proximité du cours d’eau. Tu penches la tête, arques un sourcil. En fait, ça veut rien dire tout ça. Mais seul un humain pourrait te le confirmer. Ah, pardon. Un Beorc, c’est comme ça qu’il faut dire, paraît-il. Le dernier à qui tu as dit qu’il était humain a … crié ? Hurlé que tu étais raciste ? Bref, un bon gros malade, lui aussi. Donc peut-être qu’au fond, pour eux … ça a un sens ? Un truc valable ? Hm.

Tu relèves la tête et aperçois une de ces créatures chétives, au loin. La forme s’approche, se détache de l’ombre, accompagnée d’une petite torche. Tu distingues un peu mieux la personne. C’est un homme, un petit peu plus vieux que toi à vue de nez. Il émane quelque chose de puissant de lui, tu te demandes bien d’où il vient. Tu t’apprêtes à lui sauter dessus pour le canarder de questions avec ton corbeau et ton bureau, puis un murmure te parvient. « Elincia … » Tu souris. Soit ce type pense à une reine d’un autre pays, soit il n’est pas d’ici. Vu le bruit que tu entends plus haut, tu optes pour la deuxième solution. Tu te redresses, tranquille, puis te relèves avant de te diriger dans sa direction.

« Vous aussi vous venez là pour réfléchir … ? »

Un sourire amusé naît sur tes lèvres. S’il savait ce sur quoi tu planches depuis quelques heures, il te rirait probablement au nez. Quoique finalement, ce serait pas un mal. Il a l’air songeur, comme toi.

« Vous avez le mal du pays ? »

Tu es peut-être un peu entreprenante, non ? Tu n’en sais rien. Tu le détailles rapidement. Il a une carrure plutôt remarquable. C’est sûrement un soldat, peut-être un épéiste. Peut-être. Tu penches la tête. Est-ce qu’il sait ? Est-ce qu’il sait … ? Non, Maë’, il ne sait pas. Laisse-le. Il ne sait rien, c’est juste un pauvre petit qui a échappé à tout ça, ne l’embête pas.

« Vous n’avez pas peur de vous balader seul ici ? Il paraît qu’un gros dragon sème la terreur, dernièrement … »

Haha, ce gros dragon. Mr.Le Dragon. Plein de gens en parlent. Mais aucun d’entre eux ne parle d’un corbeau qui ressemble à un bureau. Ça, c’est ton problème. Un vrai problème.

Ou pas.



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
59/100  (59/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Lun 22 Déc - 11:59

Le chevalier s'était mis à méditer depuis quelques minutes lorsqu'un bruit attira son attention de l'autre côté de la petite rivière. La flamme de sa torche s'agita et il sut qu'il y avait une présence intelligente non loin. Il tendit l'oreille, retint son souffle et prépara son bras libre à se saisir de son tome en cas de danger. Le bruit était léger, régulier. Probablement un bruits de pas sur les cailloux de la rive. Un laguz. Pas un félin, sur terre leurs mouvements étaient si fluides qu'il ne parvenait jamais à les entendre. Sous forme de félin du moins. Il se détendit en constatant que les pas venaient vers lui d'une démarche décontractée. Qui qu'était la personne qui venait à lui, elle ne lui était pas hostile. Pas encore en tout cas.

Il dirigea la torche dans sa direction, bien plus confiant en ses oreilles qu'en ses yeux malgré tout par ce temps nocturne. Il discerna peu à peu une silhouette humaine, puis l'arc de deux grandes ailes. Des ailes dont il ne distinguait pas la couleur dans le manteau des ténèbres. Ce n'était pas un héron. Il connaissait Reyson, Rafiel et Leanne, et chacun d'entre eux se serait annoncé en approchant de lui.

C'est alors qu'une voix féminine s'adressa à lui. Inconnue au bataillon, elle l'aborda le plus simplement du monde. Ne parvenant toujours pas à déterminer la couleur de ses ailes alors qu'elle s'arrêtait au plus près de lui, il songea qu'elles devaient être aussi noires que la nuit, et c'était donc un corbeau femelle. Peut-être connaissait-elle Vika ?


"Réfléchir, c'est le mot. Mais je ne suis que de passage, on ne peut pas vraiment dire que j'aie le mal du pays. Mes excuses si je vous ai dérangée pendant une occupation nocturne."

Un dragon ? Mentionnait-elle le fou qu'il avait croisé lors de son précédent voyage en direction de Serenes ? Il ne l'avait pas blessé mortellement, mais si c'était effectivement lui, il se remettait bien trop vite à son goût. Mysti se promit d'en parler à Elincia.

"Je suis conscient d'être de condition physique moindre par rapport à un dragon, mais je n'ai pas peur d'eux. Un individu isolé ne représente pas les idéaux de tout son peuple."

Même s'il fallait reconnaître que les dragons ne leur facilitaient pas toujours la tâche. Le roi Deghinsea, Nasir et Lehran, des exemples de sagesse et de prudence, s'étaient retournés contre tout Tellius dans le désir de le purifier par l'anéantissement des différentes races... Le dragon difforme -il ne parvenait pas à lui donner d'autre nom- répandait la violence gratuitement, au nom de son envie et des failles de la société, sans chercher à les améliorer en commun avec les personnes de bonne volonté qui s'attelaient à l'ouvrage. Et puis il y avait les dragons qui avaient fait l'effort de s'ouvrir aux beorcs et aux autres laguz. Kurthnaga et Ina étaient de ceux-là.

"Néanmoins, j'ai eu ma dose de rencontre avec un dragon dernièrement. Cela m'arrangerait que celui dont vous parlez reste loin de moi s'il a des intentions hostiles... Demain nous serons partis. Espérons qu'il n'attaquera pas entre maintenant et le moment de notre départ."

Il avait prononcé ses derniers mots sur le ton de la plaisanterie et rajusta sa position dans l'herbe fraîche en faisant bien attention de ne mettre sa torche en danger.

"Et vous damoiselle ? N'avez-vous pas peur ? A quoi venez-vous réfléchir, seule et si tard dans la nuit ? Si cela n'est pas indiscret de ma part."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Ven 26 Déc - 19:07

Acte III ~ Scène 2 : Le Corbeau.


Un homme qui réfléchit. Quelqu’un de plutôt jeune, qui n’a pas l’air bien dangereux. Tu arques un sourcil, le regardes avec un sourire amusé. Il s’est posté ici simplement pour songer un instant, comme beaucoup de personnes qui ne sont pas du coin et, pour te déranger, il aurait fallu qu’il fasse bien plus de boucan.

« Boarf, non, vous êtes plutôt tranquille ; c’est juste rare de croiser des gens par ici, surtout à cette heure-ci. »

Un campement. Qu’est-ce qu’ils font ici ? Pourquoi viendraient-ils d’aussi loin ? Un voyage diplomatique ? Ou simplement pour se changer les idées ? Ce serait étonnant, vu qu’il se trimballe avec de nombreux soldats. C’est amusant, ainsi que contradictoire. Il te dit ne pas avoir peur d’eux, pourtant, une ribambelle de larbins le suit comme une bande de toutous affamés. Toutefois, ça t’amuse de voir que ce jeune homme a croisé Mr.Le Dragon. Quel bordélique, celui-ci. Il n’a pas traumatisé que toi, apparemment. Enfin, toi, tu l’aimes bien. Ce qui ne semble pas être le cas du criméan.

« Ha, quelle jolie coïncidence … Toutefois, vous balader avec autant de monde n’est peut-être pas en accord avec ce que vous dîtes … »

Les hommes, les hommes … ils sont si faibles, tellement qu’ils ont besoin d’une escorte pour se balader, tiens. C’est risible. Petit être ne peut pas se déplacer tout seul ? Comme c’est dommage. Serait-il de ceux que tu méprises ? Oh, quand même pas, si ? Tu hésites.

« Je n’ai peur de rien ni de personne, je vagabonde depuis bien longtemps comme ça, vous savez … »

Oui, bon, tu n’as pas eu les meilleures expériences possibles pendant ton vagabondage, c’est vrai, mais même, tu y as survécu. Depuis, tu sais vivre par toi-même. Tu n’as besoin de personne, surtout pas d’une escorte de corbacs plus gênants qu’autre chose. Enfin, la vraie interrogation tombe : à quoi pensais-tu ? Tu ricanes légèrement. Il ne comprendrait pas, ne saurait pas te répondre. Ou peut-être que si ? Tu hésites, réfléchis un instant.

« Hm, mes songes sont sans importance. J’aime errer dans la nuit, c’est reposant. »

En un sens, c’est vrai. En un autre, pas du tout. Cette putain de question te tourne encore et encore dans la tête, tend à te la faire perdre. Mais au final, tu n’y peux rien, parce que tu ne pourras jamais y trouver de réponse. Sympathiques, ces humains ; fort sympathiques. Avec leurs interrogations douteuses, là. Tu soupires, puis tu fais dériver la conversation.

« Suis-je indiscrète si je vous demande ce qui vous amène par ici ? C’est rare de croiser des hommes aussi bien escortés que vous ! »

C’est vrai que dernièrement, tu n’as croisé personne de ce genre. Le Dragon se baladait seul, Kerorian de même. Et puis toi … Ah, toi … C’est autre chose. Est-ce parce qu’il est faible, ou parce qu’il a subi quelque chose de monstrueux ? Tu ne penses pas, il a l’air en plutôt bon état. Mais … Qui est-ce, au fond ? Les politesses de base ne sont même pas revenues sur le tapis, vous avez touché plusieurs sujets sans jamais aborder le principal. Étrange ?

« Ah, au fait. Je m’appelle Maë’, simple corbeau en voyage. Enchantée. »

Ou presque. Cet homme t’intrigue au plus haut point : est-ce que tu vas pouvoir le ranger dans une autre boîte que celle de la médiocrité ? Mystère, mystère …



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
59/100  (59/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Sam 27 Déc - 20:38

Elle se méfiait. Ou peut-être était-elle juste très curieuse. Les êtres de son espèce étaient si changeants qu'il était malaisé d'appréhender leur véritable nature. Peut-être avait-elle repéré un objet éclatant qui avait attiré son œil. C'était paraissait-il un trait de caractère courant chez ces oiseaux. A l'entendre, le fait de le voir entouré d'hommes d'armes l'intriguait -ou l'intéressait suivant le point de vue- particulièrement.

"Une corbelle solitaire, je vois. Il est vrai que les laguz n'ont guère besoin d'être entouré s'ils sont assez malins, mais il me semblait pourtant que votre peuple préférait se déplacer par groupes, pour plus de sûreté. A vous d'en convenir je suppose."

Il inclina la tête lorsqu'elle lui donna son nom, sans bouger toutefois de sa contemplation de l'eau paisible, seule frontière les séparant encore.

"Je m'appelle Mysti. Et bien que je ne pense pas cette escorte nécessaire, je ne puis m'en défaire tant que nous ne serons pas rentrés au pays. Ce qui ne saurait tarder puisque notre voyage est achevé. Nous n'étions là que pour un court séjour dans la capitale."

Ce même voyage qui lui laissait moultes interrogations et impressions contradictoires. Il considéra Maë une nouvelle fois à la lueur de sa torche, songeant à lui proposer de venir se réchauffer à côté de lui. Le prendrait-elle mal ? Les corbeaux avaient-ils seulement besoin de se réchauffer avec l'abondant plumage qui les couvrait ? Il préféra se lancer, l'intention même refusée valait mieux que de passer pour un rustre. Il éloigna les cailloux près de lui, nettoya un peu la place puis la regarda de nouveau.

"Souhaiteriez-vous profiter de ce flambeau avec moi ? Il ne me sierait guère de vous voir prendre froid à cause d'une négligence de ma part..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Lun 29 Déc - 0:14

Acte III ~ Scène 2 : Le Corbeau.


Ce jeune homme se laisse nourrir de préjugés et en a parfaitement conscience. Tout le monde est différent, lui comme toi pouvez le montrer aisément, d’ailleurs. Il te paraît encore étrange, tu cherches à lui trouver de l’intérêt, comme à tous ces Beorcs que tu croises. Tu t’attristes légèrement de voir que tu ne croises que peu de Laguz ces derniers temps. Boarf, ça te permet de compléter ta recherche, au final … Surtout que ça te sort de ta chère réflexion incompréhensible et inutile, mais ça, c’est autre chose. Tu lui souris gentiment, intéressée par ce qu’il te raconte. Il a l’air plein d’aventures, comme la plupart des voyageurs. Un globe-trotter. Ils sont tous tellement intéressants, avec leurs grandes histoires. Ils envoient du rêve.

« Oui, en général, mon peuple se balade en groupe. J’ai seulement décidé de partir, seule, pour voyager par moi-même. Je suis très solitaire, à vrai dire. »

T’es aussi un peu trop allumée pour le reste des corbacs. Cela dit, il n’est pas censé le savoir, n’est-il pas ? Tu souris à sa nouvelle remarque : il ne pense pas avoir besoin de tout ce monde. Tu le comprends totalement, mais tu penses que, s’il est si bien accompagné, c’est que quelque chose a dû lui arriver. Peut-être Mr.Le Dragon, mais à ce point-là ? Tu hésites. Cette histoire t’intrigue. Tu n’as pas le temps de lui demander que, déjà, il t’invite à prendre place à ses côtés. Tu lui fais un grand sourire, puis tu t’avances, jusqu’à te mettre à ses côtés, paisible.

« Quelle politesse, il est bien rare de trouver des gens comme vous par les temps qui courent. »

Tu le gratifies d’un joli sourire, tapotant légèrement le bas de ta robe pour la remettre en place. Ce garçon est fort agréable. Mysti. Ce nom n’est pas commun, mais plutôt accrocheur. C’est court et simple à retenir. Tu aimes bien, parce que toi et les noms, ça fait mauvais ménage. Puis ta curiosité revient, piquée au vif par toutes ces informations imprécises. Peut-être est-ce impoli, mais tu ne fais jamais attention à cela, maladroite que tu es. Tu as tellement de questions à lui poser.

« Vous venez souvent ici ? Ou c’est votre premier vrai voyage à Begnion ? »

Tu poses tes prunelles sur le cours d’eau, appréciant le reflet de la flamme sur l’eau claire. Cette scène pourrait faire fondre un grand nombre de pucelles en chaleur ; pourtant vous êtes seulement deux inconnus qui parlez de tout, de rien. Un peu de calme, de paix, dans ce monde de brutes. Tu enchaînes.

« D’ailleurs, est-ce indiscret de vous demander pourquoi vous êtes accompagné ? Vous avez pourtant l’air de savoir vous défendre … »

Oui, mais Maëlly, ne sais-tu pas que quelques fois, certaines circonstances font que ? La question qui te vient est : quelles circonstances ? Cela pique violemment ta curiosité. Tu tournes la tête vers Mysti, lui offrant un sourire de petite fille, un sourire rêveur, avec plein d’étincelles dans les prunelles.

« Vous me faîtes penser à ces grands aventuriers dans les livres, qui voyagent partout avec leur escorte. Je vous avoue que ça me fait rêver ! »

Tu rougis légèrement, baisses la tête en direction du ruisseau. Un vrai voyageur, qui connaît de vrais problèmes, de vraies aventures ! Pas comme toi avec ton histoire plus que glauque … Quelqu’un de « pur », au final … Tu soupires légèrement : ouais, un vrai aventurier, avec de vraies histoires ! Tu aimerais être pareille, mais tu n’es encore qu’un bourgeon …



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
59/100  (59/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Mer 31 Déc - 13:05

Il laissa échapper un petit rire. La damoiselle avait pour sûr de l'imagination et une belle curiosité. S'il avait encore pu douter de sa nature de corvidé, il était assuré de ne plus se tromper. Il la regarda venir près de lui, ses ailes s'étendant derrière eux comme un doux manteau, écrin à flamme qui les avait réunis. Il fit en sorte toute fois de lever sa torche un peu au-dessus des plumes, d'une part pour toujours se signaler à l'escorte plus haut, et d'autre part pour éviter de la brûler. Il avait entendu dire que le plumage d'un oiseau, quelle que soit la nature de celui-ci, pouvait être hautement inflammable. N'ayant jamais vérifié l'information, le chevalier préférait prendre des précautions.

"Ni l'un ni l'autre. Je suis déjà venu plusieurs fois à Begnion, mais ce n'est pas pour autant une habitude. Cela dépend des occasions. Quant à l'escorte, disons qu'il n'y a pas que les dragons qui peuvent causer des problèmes..."

Le Black Fang, les Résistants de Daein toujours rancuniers depuis la première guerre, les bandits de toutes provenances, les chasseurs de primes, les chasseurs de nobles, les laguz encore hostiles aux beorcs... autant de raisons et de possibilités qui avaient mis les dirigeants de Criméa d'accord : un général ne pouvait se déplacer seul en ces temps incertains.

"Hum... Les livres exagèrent la beauté des aventures vécues... Je vous assure que se retrouver dans la position du prince charmant, lorsqu'il s'agit d'affronter le dragon pour sauver la princesse, n'a rien de magique. Dans ces moments-là, les instincts reprennent leur souveraineté sur l'être et vous ne pensez plus qu'à deux choses : rester en vie et vaincre plutôt que d'être vaincu."

Mysti songea un instant que les quelques fois où il avait dû affronter des dragons, il n'avait jamais eu de princesse à embrasser après, et même très souvent il perdait conscience, épuisé, blessé et bouleversé. Ah ! s'il avait pu arriver vaillamment sur sa jument blanche -Fraise adorerait ce rôle-, entrer dans un donjon cerné de ronces géantes pour venir déposer un baiser sur les lèvres d'Elincia et la sauver ainsi d'un terrible maléfice.

Il se rendit compte que son esprit avait dérivé un peu trop loin lorsque son sourire béat étira un peu trop ses lèvres rendues sèches par le froid mordant de la soirée. Il se reprit, s'humecta rapidement la bouche et s'éclaircit la gorge.


"En revanche, il est vrai que certaines aventures ont du bon et quelque chose de merveilleux. Par exemple, de rencontrer des personnes que l'on croyait inaccessibles. J'ai rencontré des laguz-loups durant l'un de mes voyages. Personne sur Tellius ne savait qu'il en existait. Ils habitent au-delà du désert d'Hatary, dans des contrées si hostiles que seules de rares personnes en sont jamais revenues. Eux-mêmes ignoraient avant qu'on ne les trouve ce qu'étaient des beorcs ou quelles étaient les autres espèces laguz. Incroyable ne trouvez-vous pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Dim 4 Jan - 18:33

Acte III ~ Scène 2 : Le Corbeau.


Tu lui souris gentiment. Petite Maëlly a réussi à faire rire le gentil étranger. Il est mignon, plutôt intéressant. Un Beorc comme tu n’en croises pas souvent. T’aventurerais-tu à dire que tu l’apprécies ? Tu ne sais pas encore, mais sa compagnie ne te déplaît pas du tout. Il a l’air honnête, sympathique. Les qualités d’un bon général, en somme. Enfin. C’est ce que l’on attend d’eux, pas toujours ce qui est vrai.

Tu penches la tête lorsqu’il mentionne tous les dangers possibles et environnants. Tu es tellement insouciante que tu n’y as pas fait attention. Après tout, si tu meurs, c’est moins grave que si Mysti perd la vie, non ? Par rapport à la société, du moins. Mais tu te rends compte que tu devrais faire plus attention. Qui sait ce qui se cache dans les bois ? Personne ne te dit que tu ne risques rien, au contraire. Peut-être devrais-tu voyager accompagnée, toi aussi, tu ne penses pas ? Tu aurais bien voulu, malheureusement … Tu soupires discrètement, perdue dans tes songes. Tu aurais voulu. Mais tu ne le peux plus.

« Oui, le danger rôde un peu partout … »

Cette phrase t’échappe dans un murmure. Tu secoues la tête pour te reprendre. Ces pensées te font toujours aussi mal, finalement. Tu pensais que ça s’améliorerait, sauf que le temps passe bien trop lentement pour que cela s’améliore pour l’instant. Tu t’es promis d’être patiente, mais des fois … C’est difficile. Vivre seule a parfois ses désavantages. Tu parviens à t’échapper de tes rêveries quand Mysti reprend la parole, soulignant le mauvais côté des contes d’aventures. Il est vrai que pour ceux qui les vivent, les merveilles de ces contes n’existent plus : il n’y a plus que la volonté de survivre, de tuer pour ne pas être tué. C’est cruel, vu comme ça. Ça enlève toutes les jolies paillettes que les anciens donnent aux enfants. La dure loi de la réalité. Tu opines à contrecœur.

« Devenir un aventurier, c’est contredire tout ce que les vieux nous apprennent quand nous sommes petits ! C’est un peu triste, quand même. »

Descendre d’un joli piédestal, atterrir les deux fesses en l’air et apprécier la violence dont est fait votre monde. Ça fait mal, hein ? Une grande claque dans la figure, un truc que tu détestes, qui te fait voler à des kilomètres. Ça te brise la mâchoire, te pète les rotules, te flanque la frousse de ta vie. C’est ça, la réalité. Pas comme les jolis sourires de la Reine, ni les baisers sauveurs de Princesse. L’empoisonnement n’a que des antidotes médicinaux, rien de magique. C’est bête, hein ? Mais c’est ça, la vie. Tu soupires. L’innocence te manque, la douce innocence des jours heureux. Elle est partie, cachée sous une montagne d’armes maculées de sang. Tu relèves la tête vers le ciel. Ashera et Yune, deux entités fantastiques qui n’ont pas su arrêter tout cela … Et ils voudraient que tu croies en Dieu. Cette bonne blague.

Mysti te tire plus violemment de tes songes. Certes, ce monde n’est pas le plus beau de tous, mais il a son lot de merveilles. Il n’est ni blanc, ni noir, juste plein de nombreuses nuances. Certaines plus claires que d’autres, c’est comme ça que ça marche. Ça t’arrache un sourire, te redonne un peu d’espoir. Toutes ces histoires de loups, ces Laguz différents … C’est pour ça que tu as commencé à voyager. Il y a tellement de jolies choses à voir dans ce monde, tellement d’exceptions, de raretés …

« Oui, c’est magnifique ! C’est sûrement la raison pour laquelle j’ai décidé de partir de Kilvas. Ce monde est fait de plein de choses intéressantes, qu’il s’agisse des races ou même des endroits. J’avais besoin de voir tout ça de mes propres yeux, pour les raconter à d’autres ; un peu comme vous le faîtes avec moi actuellement. »

Tu lui souris à nouveau, un sourire radieux et plein d’intérêt. Tu relèves son intérêt pour une race de Laguz, ce qui te réchauffe le cœur. Ce garçon a probablement droit à sa place « d’exception », tu ne crois pas ? Tu te laisses porter tranquillement, ne craignant aucun danger ici, ne ressentant plus de colère. Tu penches la tête, relèves les yeux en direction de la flamme qui danse. Tu es partie loin de chez toi pour voir des choses qui soient aussi chaleureuses que celles-ci.

« Évidemment, je n’ai pas la même occupation que vous, ce qui vous rend quand même beaucoup plus intéressant que moi, héhé ! Mais j’ai vécu beaucoup d’aventures aussi, je dois dire … »

Pas forcément toutes joyeuses, non, mais quand même ! Le principal, c’est d’en avoir vécu ! D’avoir de l’expérience ! Tu hoches la tête pour toi-même.

« J’ai aussi rencontré le fameux dragon, pour tout vous dire … Mais je ne l’ai pas trouvé hostile, juste un peu déjanté. C’est pour ce genre de personnes que j’ai quitté mon petit nid. Là-bas, il n’y a que des corbeaux, des personnes comme … moi ? Alors qu’ici, il y a vous, le Dragon et encore d’autres ! Et ça me fait plaisir de vous rencontrer. »

Oui, car ça te montre que tes espoirs ne sont pas vains. Que Kerorian avait raison. Il faut y croire, il existe de nombreux élus de par le monde. Mysti en est probablement un, finalement. Pour preuve : il relance en toi l’innocence que tu as pu perdre il y a un moment. Il te laisse le délicieux espoir que ce monde n’est pas perdu. Il reste encore beaucoup à faire, c’est vrai. Pourtant, tu y crois toujours un peu plus.

« Vous avez déjà vu d’autres choses aussi exceptionnelles que les loups du désert ? »



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.



Dernière édition par Maëlly le Ven 16 Jan - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
59/100  (59/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Mer 7 Jan - 14:33

Hrp : Attention, Mysti n'a jamais dit explicitement qu'il était général, ni même soldat même si ça se devine déjà plus facilment.

La jeune corbelle semble un peu désabusée. Qu'a-t-elle vu du monde et de ses dangers ? Qui a croisé son chemin pour qu'elle soupire ainsi lorsqu'il lui annonce la dure réalité du chevalier face au dragon ? Elle semble jeune. Un peu trop, comme Mysti lui-même pour son grade en fait. Cela leur faisait un point commun. Comment lui expliquer qu'il voulait simplement aider son pays, voir le monde de ses propres yeux et l'aider à panser ses plaies ? Comment dire au premier passant venu qu'il n'avait jamais souhaité être un général mais qu'il en avait saisi l'occasion pour avoir les moyens de venir en aide à autrui ?

Soudain, comme cette petite flamme au milieu de la nuit noire, le mage vit le regard de la femme-oiseau s'éclairer, son propre phare au milieu d'une montagne de doutes et d'interrogations. Lorsqu'elle mentionna le dragon qu'ils avaient rencontré tous les deux, Mysti se demanda s'ils parlaient vraiment du même. Arthen avait été vindicatif, violent, il était venu chercher le conflit alors même que les soldats n'avaient rien demandé et s'étaient contenté de rester attablés devant un repas chaud dans une auberge de passage.


"Vous avez déjà vu d’autres choses aussi exceptionnelles que les loups du désert ?
-Hum voyons..."

Quelle drôle de rencontre pourrait l'impressionner autant que les loups ? Le Black Fang n'était pas un récit très joyeux. Parler des rois et des reines attirerait un peu trop l'attention sur lui à son goût, même s'il n'avait jamais cessé d'admirer la force et le courage de Skrimir, la vivacité et la grâce de Tibarn et Reyson, ou encore la majesté de Kurt et Ina une fois sûrs d'eux. L'assurance de Sanaki et l'abnégation d'Elincia étaient aussi deux magnifiques exemples qu'il voulait suivre.

"Je ne sais pas si cela vous plaira autant que les loups, mais essayons ceci : imaginez un ciel d'un noir pur, sans nuages. C'est la nuit. Au sol, des dizaines, des centaines de torches allumées pour délimiter les contours d'une ville. A l'intérieur de la limite qu'elles dessinent, des mages, maîtrisant les différents éléments. Pour le moment rien d'exceptionnel. La ville est calme, les gens attendent. Et puis tout à coup, une flamme s'élève et illumine la voûte céleste, puis la glace s'élève en milliers de cristaux qui fondent, deviennent neiges et réfléchissent la lumière sur un écran naturel. Le vent et la foudre qui viennent y danser tour à tour, sans jamais se toucher mais toujours en s'approchant l'un de l'autre. Et le feu qui revient, la neige qui revient, à l'aide de poudre on crée des dégradés de couleurs, on laisse les éléments retomber doucement comme des fleurs écloses dans l'air pour quelques secondes éphémères. L'atmosphère vibre, crépite, les gens acclament et applaudissent, les mages varient les formes et les mouvements, le sol paraît trembler, on frissonne non pas de froid mais d'excitation. Et bien sûr, ils ont gardé le meilleur pour la fin : tout le monde lance ses sortilèges et sa poudre en même temps, il y a comme un bouquet d'étincelles dans le ciel, plus personne ne peut détourner le regard tant tout cela est beau, jusqu'à ce qu'enfin le silence reprenne ses droits. Les fleurs fanent, les mages s'arrêtent... le public se met à hurler sa joie et à applaudir de plus belle. Cela n'aura duré que vingt, voire trente minutes, pendant lesquelles le ciel fut un grand théâtre."

Tout en parlant, Mysti avait mimé les gestes des uns et des autres, et tourné son regard toujours émerveillé vers la voûte céleste, au point qu'il avait failli en laisser tomber son flambeau. Il poussa un soupir de contentement avant de recentrer son regard sur Maë.

"Si vous n'en avez jamais vu, je pense que vous aimeriez. Il me semble d'ailleurs qu'un spectacle de ce type aura bientôt lieu à Criméa... Pour fêter les cinq ans de la fin de la guerre."

Un bref regard vers le haut de la colline ou les flammes mouvantes lui indiquèrent que la relève se mettait en place autour du campement.

"De ce que j'ai compris, vous n'avez pas d'endroit précis où vous rendre pour le moment ? Que diriez-vous de venir avec nous ? Vous pourriez arriver à temps à Criméa pour voir les feux du ciel."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   Sam 7 Mar - 15:13



{ III, 2 : Le Corbeau.

« Pour ne pas voir qu’un nouveau jour se lève, elle ferme les yeux, et dans ses rêves…
Elle part, jolie petite histoire. »

Tu baisses la tête, portée par les jolis récits de l’aventurier. Il a voyagé, il a vu de belles choses, comme ce que tu cherches à faire depuis ton départ de Kilvas. Ça remonte à si loin, maintenant, si loin … Tendre nostalgie qui t’enveloppe doucement. Tu fermes les yeux puis exhales un léger soupir. Ta contrée te manque, tu n’oserais jamais dire l’inverse. Peut-être devrais-tu y retourner, tu ne crois pas ? Après tout, ta maman t’attend sûrement ! Tu es parti à une vitesse folle, emportée par ton désir de voyager, sans prévenir grand monde. Ça te manque, ça te manque beaucoup. Mais n’ont-ils pas tout oublié ? Non, quand même. Mais les corbeaux sont de vraies vipères, ils te crachent sûrement sur les plumes depuis ton départ. Oh, non, ça ne t’étonnerait pas.

Tu considères Mysti avec un sourire, réfléchissant à sa proposition. Partir ? Le suivre vers Criméa ? Pour voir ce joli spectacle ? En effet, c’est une idée fort intéressante, mais tu as à faire ici, tu ne crois pas ? Retrouver ce pour quoi tu es venu. Savoir si tu peux toujours nourrir l’espoir de le retrouver, ou non. Au fond, ton être hurle que tu ne le reverras jamais, que ce rêve est une idée idiote. Cela ne te mènera nulle part. Mais … Tu as besoin de le retrouver, de toucher à nouveau sa peau, de sentir sa présence rassurante. Pourquoi te l’ont-ils enlevé ? Pourquoi ? Tu secoues la tête.

« Non, je suis désolée … »

L’offre est alléchante, tu ne peux pas le nier, mais tu as à faire. Beaucoup à faire. Une histoire qui ne se raconte pas, qui prend trop de temps à réaliser. Les petits secrets de tout un chacun, le jardin dévasté d’une âme en peine. Que tu comptes faire fleurir à nouveau. Un nouveau départ, une résurrection. Louka. Son nom te fait rater un battement, il te pèse toujours autant. Tu ne parviens pas à l’oublier : son sourire, sa tendresse maladroite, ses crises … Il est parti, envolé. Mais toujours dans ta tête. Tu as besoin d’en avoir le cœur net. Et pour ça, tu dois t’enfoncer en Begnion.

« J’ai à faire, ici, des affaires importantes. »

Tu baisses la tête à nouveau, puis la relèves vers Mysti, un sourire attristé sur les lèvres.

« Mais c’est très gentil à vous de me proposer ! J’espère néanmoins qu’on se reverra un de ces jours ! »

Après tout, il a peuplé ton petit cerveau de jolies images, non ? Un peu comme ces conteurs qui font rêver les enfants. Ton ris s’élargit en une mimique plus douce, plus avenante. Mysti. Tu graves son image dans ta tête, avant de détourner le regard. Le ciel t’appelle, Maëlly. Tu vas devoir le rejoindre, tu ne penses pas ? Repartir pour accomplir ta quête. Tu remues doucement la tête, bercée par plein de nouveaux espoirs. Finalement, même si tu ne le retrouves pas, tu as encore bien des endroits à visiter, bien des choses à faire ! Et tant de monde à rencontrer ! Personne ne le remplacera, mais il y aura forcément d’autres personnes aussi géniales que Louka. Des personnes comme Mysti. Tu aimerais rester plus longtemps, mais tu as le besoin pressant de partir, de retourner là où tu te sens le mieux : loin dans les bras de l’éther.

« Je dois vous laisser, je vous souhaite un bon retour ! Au plaisir de vous revoir, Mysti. »

Tu inclines la tête avec une mine réjouie, puis tu te relèves. En quelques secondes, tu es déjà redevenue corbeau, et en moins de temps qu’il n’en faut, tu es repartie. Prête pour une nouvelle aventure.



Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: La flamme du lendemain   

Revenir en haut Aller en bas
 

La flamme du lendemain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» La flamme jaune
» La chasse de la Flamme Noire
» Flamme Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Lieux Divers
-