AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 entre fugitifs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alan
avatarBeorc


Messages : 1309
Age : 25
Localisation : En quête de mon passé
Autre Indication : Amnésique
Groupe : Peuple des saumons sauvages des torrents Criméens

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
4/100  (4/100)

MessageSujet: entre fugitifs...   Mar 31 Jan - 18:22

Note concernant ce texte : je ferais plusieurs histoires au fur et à mesure sur ce sujet, ne lockez pas. Alors oui je sais le texte est trop expéditif pour un début de rencontre mais soyez indulgent, je peux pas être inspiré partout et Lila verra sa personnalité creusée au fur et à mesure, comme Alan ^^'

Courir… toujours courir… fuir le monde. Fuir les villages… fuir la vie… fuir pour survivre…

Alan courrait depuis tellement longtemps qu’il ne savait pas depuis combien en fait. Ses enfants étaient serrés contre lui, silencieux, mais il les sentait également apeuré. Les bruits de sabots persistaient et se rapprochaient toujours plus. Il avait beau courir dans la forêt, les arbres étaient trop espacés pour espérer semer la cavalerie. Il lui fallait toujours courir, jusqu’à épuisement ou miracle qui le sauvera. Il a trop trainé en ville et on l’a reconnu. Il a donc couru jusqu’à la forêt de Serenes. Lui qui ne voulait pas y remettre les pieds, le voilà bien avancé…

Une grotte ? Qu’est-ce qu’elle faisait là ? En même temps, il s’est aventuré où il n’est jamais allé à l’époque où il vivait dans la forêt. Entre le lac qui n’était pas là avant et cette grotte qu’il n’a jamais vu… et puis c’était également peut être son seul espoir. Le bretteur s’y aventura donc et déchanta assez vite.

Quelle chaleur étouffante ! Il se trouvait sans doute dans un volcan, à en juger la lave qui coulait comme des rivières. Un chemin était praticable, mais la chaleur et le souffre… il n’avait pas le choix. Serrant ses enfants contre sa chemise de manière à leur boucher le nez et la bouche histoire qu’ils ne respirent pas le souffre, il  fonça à travers la grotte et ne reprit sa respiration qu’après avoir quitté le dédale ténébreux, libérant également les voies respiratoires de ses enfants. Il tendit l’oreille un moment… silence total, pas un bruit de sabot ni de voix… il était sauvé. Le bretteur soupira de soulagement et se rendit à l’air libre.

Des plaines… des plaines et pas de villages en vue. Impossible de se localiser… mais où à t-il atterri ? Il fallait bouger de toute façon. Le père de famille commença donc son exploration des lieux.

<< Beorc ! >>

Le bretteur se retourna et fit face à une femme qui lui fonçait dessus. Cheveux de jais, mouvements souples et félins, oreilles de chat et longue queue qui flottait au vent, sa minijupe légère taillée pour ne pas entraver ses mouvements était du même coloris que ses cheveux. Ses iris ambrés fixaient le beorc avec détermination. Elle était si rapide qu’Alan n’eut pas le temps de bouger avant que celle-ci ne l’attrape par la taille et l’emmène avec elle dieu sait où. Elle était forte, ça c’était certain. Alan était littéralement trainé au sol, son dos souffrant de quelques cailloux mal placés, il serrait sa progéniture contre lui. Une fois la course achevée, Alan gémit et tenta de se relever, mais la femme le repoussa au sol et s’installa sur son torse. Elle tira une dague de son fourreau et la plaça sous la gorge de sa proie.

<< Que fais-tu en territoire laguz ?
- Je savais même pas que je m’y trouvais.
- Peu importe. Tu vas retourner immédiatement en territoire Beorc.
- C’était mon intention.
- Et tu vas m’y emmener.
- Comment ? >>

Les yeux émeraude fixaient les yeux d’ambre. La Laguz semblait tout ce qu’il y a de plus sérieux.

<< Qu’est ce que vous allez y faire ?
- Ce sont pas tes oignons.
- Ca le devient si je vous emmène en territoire Beorc.
- Des vies sont en jeu alors tu te lèves, tu bouges ton putain de cul d’humain et tu m’obéis !
-Quelles vies ? >>

De sa dague, la femme désigna les deux bébés.

<< Celles-là, et la tienne au passage.
- Vous n’oseriez pas…
- Moi, non, mais les patrouilles Laguz si. Alors debout et en avant ! >>

Convaincu, mais obéissant à contrecœur malgré tout, le bretteur acquiesça et se leva. La femme dans le dos avait rangé sa dague, mais gardait une main sur la poignée.

<< Ca ne me dit toujours pas ce que vous allez faire en terre Beorc. >>

Elle ne répondit pas. Alan haussa les épaules et marchait jusqu’à s’arrêter soudainement…

<< Au fait… c’est par où les terres Beorcs ?
- Vous ne savez pas ? Par où vous êtes arrivé ?
- Depuis la forêt de Serenes, je suis passé par une grotte.
- Par le volcan ? Vous êtes taré !
- Il parait… alors, par où ?
- Tout droit… >>

Alan suivit l'indication de la demoiselle. Elle était mignonne et paraissait fragile, mais il n'en était rien...

Ils marchaient depuis une demi-heure à peine quand un groupe de félins se dirigeait vers eux à toute allure.

<< Merde !
- Comme vous dites...
- Courrez ! Courrez et ne vous arrêtez pas ! >>

Courir, courir, encore courir ! Alan serrait ses enfants contre lui et fuyait une fois encore sans savoir où sa course allait le mener. Les premiers bâtiments de la frontière étaient visible. La demoiselle passait devant lui et se transforma en une chatte noire gracieuse et aussi dangereuse qu'une panthère. D'un bond agile, elle passa par dessus la clôture beorc. Alan accélérait le rythme et fit de même, mais là où le chat avait atteri avec grâce sur ses pattes, le père de famille fit un roulé boulé maladroit en s'arrangeant pour que ses enfants ne soient pas écrasés sous son poids ni traîné au sol.

<< Plus jamais ça, vous m'entendez ? Plus jamais...
- Debout, c'est pas encore fini.
- Pardon ? >>

Alan inspira un grand coup puis se leva et toisa la minette d'un air agacé.

<< On est en terre Beorc maintenant. Je vous ai emmené où vous vouliez que je vous emmène, maintenant démerdez-vous ! Moi et mes enfants, on s'en va !
- Oh non ! Vous et moi on va encore voyager un bout de temps ! J'ai besoin de vous et vous allez donc me suivre !
- Et pourquoi je le ferais ?
- Parce que sinon je vais vous livrer aux autorités Beorc en annonçant que vous avez franchi la frontière afin de permettre à des Laguz de s'infiltrer pour qu'ils mettent les trois continents humains à feu et à sang. >>

Alan aurait bien lancé un « je voudrais bien voir ça plein d'assurance », mais il était en mauvaise posture. Il avait ses enfants avec lui et cette femme lui a déjà prouvé sa force et sa vitesse plus grande que la sienne. Il était vraiment mal barré. Et si vraiment elle prévenait la garde, il serait dans une merde sans fin vu sa notoriété.

<< Et vous comptez aller où ?
Il y a un village pas loin, c'est là où je dois me rendre.
- Et vous pouvez pas y aller seule ?
- Pas vêtue comme je serais, ça fera trop louche. Si je me ballade avec un Beorc, on posera moins de questions.
- Au risque de vous décevoir, vous aurez plus d'ennuis si vous vous baladez avec moi que si vous y alliez seule.
- Et pourquoi ?
- Disons que je suis trop populaire pour être discret et que vous seriez bien vite en danger.
- Vous êtes recherché ?
- Oui.
- Pourquoi ?
- Pour avoir fait copain copain avec une dragonne entre autre, aussi parce que j'ai quelque chose que la noblesse recherche et enfin parce que ces mêmes nobles m'ont dans le collimateur.
- Qu'est ce qu'ils recherchent ?
- Ca vous regarde ? >>

La damoiselle ne chercha pas plus loin et tira une cape de voyage soigneusement pliée d'une sacoche et l'enfila, invitant le Beorc à passer devant malgré tout. « on va quand même essayer », à-elle dit.

Le soir même...

<< Je vous avais prévenu... >>

La damoiselle reprenait son souffle, adossée contre un arbre. Alan et elle n'ont pas du tout pu passer inaperçu. Un chasseur de prime à eu vite fait de les retrouver et avec lui plus quelques villageois avide d'or plus la garde régionale... la battue à été longue et ils n'ont dû leur survie qu'à la chance et leur endurance...

<< Bon sang, maintenant c'est foutu !
- Qu'est ce qui est foutu ?
- On dit qu'un artisan Beorc de ce village accepte de couper les queues et oreilles laguz contre un peu d'or. Comme ça j'aurais pu vivre chez vous.
- Vous ne vous plaisiez donc pas chez les laguz ?
- J'ai été bannie.
- Pourquoi ?
- pour avoir fait copain copain avec un Beorc et pour avoir couché avec lui. On m'a considéré comme une paria. >>

Alan observa la damoiselle un moment puis sourit.

<< Et vous vouliez vous amputer de vos attributs trop voyants pour vivre avec lui, aussi ?
- Il est mort il y a quelques mois. On a voulu m'exécuter mais j'ai pu m'enfuir.
- On est dans la même galère, donc... >>

Un certain silence s'installa puis...

<< Coupez-les moi.
Non.
- Faites-le ! Sinon je vais passer ma vie à fuir !
- Ils vous ont vu ! Ils ont votre visage en tête ! Avec ou sans queue et oreille de chat, vous êtes fichée maintenant, ça sert à rien !
- Vous êtes fiché vous aussi, non ? Vous faites comment pour vivre ? Vous vous cachez pas vrai ? Vous vous cachez avec deux sans parents braillards à souhait ! Pourquoi vous les gardez d'ailleurs ?
- Parce qu'ils sont ma dernière raison de vivre ! Voilà pourquoi ! Je parcours le monde en quête d'un village où Beorcs et Laguz vivent en harmonie, voilà ce que je fais ! Je fuis, oui ! Mais je fuis le monde cruel en quête du meilleur endroit qui soit !
- Ce genre d'endroit existe pas ! Aucune communauté ne peut être habitée par les trois races ensemble !
- Oh si, ça existe ! J'en ai eu la preuve. Sur un bateau pirate, certes, mais je l'ai vu quand même. >>

Nouveau silence...

<< J'vous crois pas.
- Eh bien me croyez pas. De toutes façons on va se quitter et on se reverra probablement pas alors bon vent.
- Vous allez pas me laisser la ? Je connais rien des région Beorcs moi !
- Les cartes et les panneaux, ça existe. Et puis je vais pas vous trainer avec moi. J'ai déjà 2 bouches à nourrir, si je dois trainer une troisième personne incapable de travailler, non merci !
- Je pourrais me trouver la bouffe, ça sera pas un problème ! Mais me laissez pas seule !
- Et vous espérez quoi en me suivant ? Pouvoir trouver un moyen de me vendre aux autorités pour gagner votre droit de vie ?
- Je suis pas comme ça ! >>

Alan soupira et observa ses bébés. Il a pris quelques instants pour s'occuper d'eux et ils sont restés silencieux. Les bébés observaient la chatte avec un mélange d'intérêt et de crainte des inconnus. Finalement, le père de famille soupira.

<< Vous pouvez vraiment pas vous débrouiller seule ?
- Pas pour le moment. Quand je le jugerais utile, je vous laisserais.
- Et vous cherchez quoi en me suivant ?
- Un moyen de voir comment fonctionne le monde Beorc pour me dissimuler parmi eux.
- Vous avez VRAIMENT intérêt à être utile... et au fait, quel est votre nom ?
- Lila... et vous ?
- Alan... et eux ce sont Kira et Gaël. Tâchez d'être gentille avec eux... >>

C'est comme ça qu'ils se sont connus. Une aventure de quelques heures qui les lie pour une épopée plus grande encore. Qui sait ce qu'ils vont endurer et ce qui va naître entre eux...


I'm nuclear


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

entre fugitifs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Personnel & Publicité :: 

Le Livre des Héros

-