AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La force de l'esprit [PV. Phoenix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: La force de l'esprit [PV. Phoenix]   Mer 14 Déc - 2:57

Drake s'était repris sérieusement en main. Sa rencontre avec le vieux avait drastiquement changé son plan : il ne cherchait plus un mentor, mais à développer un talent par lui-même. Sa confiance en lui avait augmenté, et il pouvait désormais accroître son potentiel la conscience tranquille en se souvenant toujours des enseignements de celui qu'il eut croisé par le plus grand des hasards plus tôt.

Sa longue permission était tombée, et il en avait profité pour monter dans une charrette pour se faire déposer proche de la frontière de Begnion. Durant ses pérégrinations, il était tombé sur une clairière assez jolie, où une petite cascade laissait s'écouler un fin filet d'eau claire. Sous ces eaux, le soldat était assit en tailleur, tenant en équilibre sur une pierre, laissant le liquide cristallin ruisseler le long de son dos, de ses épaules, sa respiration ventrale visiblement maitrisée.

Son nouvel entrainement était très sérieux : il ne s'agissait plus simplement de devenir le plus fort, mais aussi de devenir capable de maîtriser son corps et son esprit à la perfection. Il devait devenir sage, mais aussi être courageux, brave et tout le temps maître de lui-même. Et pour cela, il avait décidé d'entraîner sa patience. Son tempérament trop tête-brûlée était un frein à l'accès à cette forme de modération, et il devait l'aiguiser.

Tenir des heures entières sous l'eau glacée sans broncher, ça, c'était un bon exercice. Bien sûr, au début, il ne tenait que quelques minutes à peine, mais désormais... Bien que c'était toujours extrêmement éprouvant pour lui, le liquide frigorifiant sa peau, il devait résister aux éléments. Son corps et son mental n'en sortiraient que grandis. Le plus grand des ennemis n'est pas la lame de son adversaire, ni même sa force, mais il s'agit de soi-même. Le temps, l'inexpérience et le manque de contrôle de soi représentaient les pires dangers pour un être, et Drake en était devenu peu à peu conscient.

Tant qu'il ne pourrait pas devenir à 100% maître de lui-même, il ne pourrait jamais le devenir pour les autres. La route serait longue et il devenait jour à jour de plus en plus étrange aux yeux de ses congénères. Un soldat devait s'entraîner pour être un militaire discipliné, mais lui, il avait de moins en moins de considération pour la défense des valeurs de Criméa en particulier, et de plus en plus d'estime pour le fait de devenir le meilleur des guerriers, un exemple pour les générations futures. Sa discussion avec le vieux avait énormément tempéré sa vision des choses...

Il voulait être quelqu'un d'illustre, mais devait-il réellement devenir un héros ? Ce statut était, après tout, damné. Un héros avait, avant tout, à subir les pires défis de ce monde. Le doute était présent, mais il n'avait pas peur : il était simplement modéré. Drake savait pertinemment que si un jour il devait en devenir un, alors il ne se défilerait sûrement pas. Pour l'heure, il s'entraînerait jusqu'à devenir le meilleur. Aucun objectif intermédiaire n'aurait pu le satisfaire réellement; et comme il est impossible de devenir un être suprême, alors sa quête de sagesse et de puissance serait éternelle.

Après plusieurs heures, finalement, il entendit un tout petit bruit... Un bruit infime. Ses sens étaient de plus en plus aiguisés, et l'écoute de la nature l'avait habitué à devenir extrêmement alerte. Une brindille, qui avait fait un bruit inhabituel, tel un craquement... Un être se déplaçant dans le sous-bois non loin, sur sa gauche, visiblement. Ainsi il se leva, tenant en équilibre avec ses deux pieds sur le petit rocher, regardant la source du bruit, les bras croisés.

Durant ce genre d'entraînement, le soldat portait une sorte de short de toile, accompagné de bandelettes recouvrant ses jambes, ses pieds ainsi que ses mains et ses bras jusqu'aux coudes. Le reste de son corps était complètement exposé, sa musculature absolument incroyable visible aux yeux de n'importe-qui. C'était un colosse, un véritable titan aux muscles d'acier qui s'élevait tel un béhémoth au-dessus des autres; pour quelqu'un de peu habitué à ce genre de carrure, cela pouvait être un poil intimidant... Bien qu'il n'aie pas l'air hostile ou dangereux, on pouvait voir à son regard foudroyant et à ses sens alertes qu'il n'était pour autant pas non plus complètement à la ramasse.

Son entraînement ne portait pas encore exactement les fruits qu'il désirait, et il piétinait encore un peu... Mais la direction que Drake empruntait libérait petit à petit le potentiel caché en lui. C'est ainsi que, droit sur la pierre plate lui servant de support, il posa son regard vers la source du petit bruit de tout à l'heure et annonça, d'une voix calme mais pleine d'entrain.

« Il vaut mieux que la personne qui se tienne derrière ces buissons aie de bonnes intentions... »

Son ton n'était pas menaçant, mais on pouvait sentir que cette déclaration suggérait quelque-chose comme... "Merci de sortir de ce buisson, sans quoi il est possible que je décide malencontreusement de me montrer moins gentil". Cependant, il n'en était pas agressif pour autant : simplement prudent. Après tout, qui sait quel nombre d'assassins pouvait encore être sur sa trace...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix
avatar


Messages : 71
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
84/100  (84/100)

MessageSujet: Re: La force de l'esprit [PV. Phoenix]   Sam 17 Déc - 1:51

“ La force de l'esprit.

« Je veux essayer ! » Il l’avait regardée, troublé. Il ne comprenait pas d’où venait cette idée saugrenue, ce besoin de chasser, d’un coup. Pour lui, Phoenix était cette danseuse fragile, qui maniait presque suffisamment le couteau pour se sortir d’une mauvaise situation. Il ne soupçonnait pas sa force, il ne se doutait certainement pas de ses capacités. Cependant, il s’amusait de la voir s’investir ainsi. Kellan était le chasseur de la troupe. Entraîné à aller chercher le gibier pour le soir-même, il connaissait les moindres rudiments de la chasse. Les bruits, les pièges. Il savait tout. Phoenix l’admirait pour cela, mais aujourd’hui elle voulait plus. Davantage. Elle voulait essayer. S’y mêler. Faire comme Kellan. Pour une fois, il n’avait pas envie de refuser. Il profitait de son soudain intérêt pour ses activités. Cela le changeait de toutes les colères de Kate, tous les moments où elle lui demandait de l’air. Là, il avait sa chance. Une possibilité de briller. Alors ils s’étaient élancés dans la forêt, près d’une cascade.

Le bruit de l’eau permettrait à Phoenix de couvrir ses pas. Il oubliait que la jeune femme était une danseuse professionnelle, capable de se fondre dans la masse comme de faire un maximum de bruit. Elle avait appris à ne plus se vexer, consciente qu’il ne la voyait toujours pas – et ne la verrait probablement jamais – comme une adulte. Elle ne relevait plus, se contentant de suivre chacune de ses instructions avec son air candide, hochant la tête avec son gigantesque sourire. Il lui avait montré une pièce de choix : une biche. Quelque chose de gros. Pourtant, Phoenix refusa. Il fallait quelque chose de petit, pour montrer son adresse ! Une pièce un peu plus discrète, plus vulnérable mais aussi plus rapide.

Il croisa son regard.
Vif. Fugace.
Ce petit écureuil.

Kellan fixa Phoenix, déjà en position, prête à attaquer. Elle grimpa sur une branche d’arbre et suivit le parcours de la petite bête. Puis, lorsque l’animal s’arrêta, le prédateur frappa. Un plongeon magistral, en piqué, le couteau dressé vers l’avant. La bestiole n’eut pas le temps de réagir qu’elle était suspendue dans les airs, à réclamer sa liberté. L’inconvénient ? Phoenix venait de faire fuir toutes les bêtes alentour. Toutes, sans aucune exception. Véritable patapouf. Dans toute son excitation, elle oublia ce détail et sautilla dans tous les sens, agitant sa prise avec violence. Cette dernière continuait de remuer. Kellan la pointa du doigt en souriant. « Oh ! » Phoenix reposa gentiment l’écureuil avec une caresse sur la tête. L’animal, sonné, repartit aussitôt, traumatisé.

« Il vaut mieux que la personne qui se tient derrière ces buissons aie de bonnes intentions … » Phoenix tendit l’oreille puis sortit de sa tanière, son couteau dans la main. « Vous allez me manger sinon ? », lâcha-t-elle avec un grand sourire taquin. Kellan se présenta à son tour, sans rien dire, véritable valet de la demoiselle. Il ne se manifestait pas beaucoup en présence des autres, à part lorsqu’un probable danger se présentait. Kate rangea son arme et pencha la tête, constatant que le jeune homme sur son caillou était trempé jusqu’aux os. « Ah, vous êtes de cette branche-là … » Elle sourit largement, intriguée, puis se tourna vers son compagnon. « Tu peux poursuivre, je te rejoindrais. À l’endroit convenu. Je viendrai, ne t’en fais pas. » Il hocha la tête et partit en premier. Malgré ses inquiétudes quant à sa compagne, il savait qu’il pouvait lui faire confiance. Phoenix se trompait rarement sur les inconnus.

Elle s’avança puis s’assit tranquillement près de l’eau, suffisamment loin pour ne pas être éclaboussée. « Alors, quelle folie vous amène à traîner sous une cascade, presque nu, seul ? » Elle joignit ses genoux contre sa poitrine. « Vous voulez vous renforcer mentalement ? Physiquement ? » Une danseuse connaissait bien des manières de s’améliorer physiquement. Mais ses manières tout court laissaient à désirer. Elle arqua un sourcil puis tira la langue. « Pardon, je m’incruste et je ne me présente pas ! Je suis Phoenix, connue pour avoir été dans danseuse dans un grand cirque, il y a longtemps. »

Cet homme l’intriguait tout de même énormément. Peu de personnes étaient suffisamment folles pour s’aventurer ici, seules, pour s’entraîner de la sorte. Il avait probablement des choses très intéressantes à raconter. Phoenix sourit gentiment, animée d’une curiosité enfantine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: La force de l'esprit [PV. Phoenix]   Mar 20 Déc - 4:54


Ah, la jeunesse, c'était quelque-chose. Même si Drake n'avait probablement pas même le quart de l'âge de celui qui lui avait dit ça à l'origine, il comprenait au moins sa façon de penser. À peine assuré que le bruit n'était rien d'autre qu'une jeune femme et ses... suivants, ou autre, allez savoir, le déserteur se fit assaillir de paroles, de questions, et de sa présentation.

Il n'était pas très prudent pour Drake de donner son nom réel, étant désormais un déserteur pour Criméa et pas encore sorti du pays; cependant, elle semblait réellement inoffensive, alors autant se montrer courtois et le lui donner. S'asseyant de nouveau sur sa pierre, toujours sous la cascade, l'eau froide ne semblait pas vraiment le gêner plus que ça, faisant preuve d'une patience remarquable, lui répondant après un long soupir au moment où son dos ressentit la fraîcheur humide du courant de la cascade le parcourir.

« ... Drake. Je suis juste un voyageur nomade. »

Sa voix et son ton n'étaient plus les mêmes depuis quelques temps. Ce n'était plus la parole ni d'un ex-criminel torturé par ses actes passés, ni d'un jeune idiot pollué à la fois par son histoire et par ses pensées, mais c'était celle d'un homme calme qui commençait à agir avec un minimum de maturité. Évidemment, il avait encore beaucoup de chemin à faire... Mais il était déjà sur le droit chemin, au moins.

Fermant doucement les yeux et reprenant sa méditation, il se décida tout de même à lui parler. Peut-être que ça serait un exercice intéressant, de pouvoir garder le contrôle de son corps et de son esprit, dans des conditions difficiles en raison de l'eau glacée, tout en parlant avec quelqu'un d'autre en même temps...

« Je ne fais qu'un banal exercice de patience. Mais la routine d'un guerrier en devenir n'a pas vraiment d'intérêt pour une artiste... »

Il n'était ni froid, ni accueillant, simplement neutre. Avec cette phrase, il ne la jugeait pas, et la dénigrait encore moins; on pouvait sentir cette intention de simplement énoncer un fait dans sa voix. Au fond, Drake ne comprenait rien à l'art, mais il acceptait que d'autres individus puissent apprécier d'autres choses que lui. C'était même normal, au fond; certains ne comprendraient jamais rien au combat, et ils n'en étaient pas inférieurs à lui pour autant.

« Ne voyez absolument aucune hostilité dans mes paroles... Mais je ne vois pas ce qu'une femme raffinée de votre genre peut gagner à me parler. »

En effet, face à la délicate jeune femme, Drake était tout simplement un colosse à la peau mate qui se définissait comme un "guerrier en devenir". Et puis, en général, les gens des villes ne l'appréciaient pas plus que ça, lui et son franc-parler un peu trop direct par moments.

Cependant, on sentait que malgré son air calme et concentré, Drake ne réalisait pas cet exercice de façon anodine... Il y avait de réels sentiments flamboyants et puissants en lui, qu'il apaisait grâce à un certain calme et à ses exercices de méditation. En revanche, un minuscule, infime trouble dans sa voix pouvait révéler aux individus les plus perspicaces et dotés d'un certain sens de l'empathie qu'il était loin d'être aussi inexpressif qu'il le laissait entendre.

Car Drake n'était pas un surhomme : c'était simplement un homme; un qui aime se battre, qui aime les femmes, qui aime bien manger, bien vivre... Mais pour être capable de devenir un vrai guerrier, il devait pouvoir maîtriser ces envies pour les accepter et, dans la foulée, ne pas en dépendre pour autant. Il devait être capable de faire preuve d'ascétisme tout comme il devait pouvoir profiter de la vie. C'était ce paradoxe qu'il devait assumer pour trouver un juste milieu qui lui permettrait de régir sa vie correctement... Lui qui avait goûté aux sept péchés capitaux, de la gourmandise à la luxure en passant par l'avarice, il devait désormais expérimenter l'exact opposé de son ancienne vie pour pouvoir accepter enfin de concilier les deux en une osmose qui lui permettrait de simplement vivre sans excès ni privation arbitraire.

Mais pour cela, encore lui fallait-il comprendre ce que les deux signifiaient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix
avatar


Messages : 71
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
84/100  (84/100)

MessageSujet: Re: La force de l'esprit [PV. Phoenix]   Lun 23 Jan - 22:40

“ La force de l'esprit.

Un sourire naquit sur ses lèvres. Drake. Un nomade. Comme elle. Toutes ces personnes en voyage, à la recherche d’un véritable but, ou simplement plus heureuses ainsi, si nombreuses. Des âmes vagabondes, voyageant au gré du vent. Le monde était si vaste, ils ne manqueraient pas de trouver quelque chose à faire, quelqu’un à qui parler. Bonne ou mauvaise rencontre, cela restait toutefois un mystère. Phoenix était confiante. Un homme se faisant subir un tel entraînement ne pouvait être qu’un grand courageux ou un grand masochiste. L’un comme l’autre, elle ne craignait rien. Et puis, artiste, danseuse ou quelque autre classification, Kate restait une combattante comme les autres : capable d’asséner un bon coup au bon endroit.

Elle pencha la tête, intriguée. Ce type faisait un « exercice de routine ». Il était donc masochiste. Ou sacrément courageux. Elle hésitait toujours. Subsistait tout de même un fait indéniable : ce type avait un intérêt singulier. Il lui apporterait quelque chose. Une bonne rencontre. Phoenix tablait sur une bonne rencontre. Elle lui sourit derechef. « Pas d’intérêt pour une artiste, vous croyez ? » Un rire cristallin lui échappa. « Vous n’avez jamais vu une danseuse s’entraîner, je me trompe ? » Amusée, la blonde passa une main dans ses cheveux et commença à jouer avec une de ses mèches, machinalement. Ce garçon était vraiment loin de la vérité. Les danseuses traversaient parfois des passes impossibles, durant lesquelles la plupart abandonnaient. Des passes où les entraîneurs demandaient un travail sans relâche, un travail parfait, exigeant.

Phoenix rit à nouveau. « Une femme raffinée ? » Elle se mit debout et posa ses mains sur ses hanches. « Je suis une artiste de cirque, le raffinement, je connais pas trop ! » Elle s’approcha un peu plus de l’eau et y plongea une main. Son entraînement se passait dans des conditions plutôt particulières. Quelqu’un qui avait la capacité de supporter une telle trombe d’eau devait avoir des tripes. La blondinette tira sa main hors de la source et darda deux prunelles océans sur le jeune homme. « Vous êtes intrigant. J’hésite entre courageux et masochiste. »

Elle s’installa un peu plus près, tranquille. « Qu’est-ce qui vous motive à pousser votre patience ainsi ? » Les nomades n’étaient pas réputés pour être extrêmement robustes, à moins d’être mercenaires. Ce type n’était pas qu’un voyageur, il faisait plus. Cela démangeait la curiosité de Phoenix. Cette demoiselle savait se défendre à cause de son passé, de son besoin de protéger ses proches. Et lui ? Pourquoi cet idéal ? Pourquoi se forger ainsi ? Elle désirait savoir. Pourtant, au fond de son esprit, une petite cloche tintait : peut-être que sa question était indiscrète. Peut-être ne voulait-il simplement pas en parler, encore moins à une sinistre inconnue sortie de derrière un buisson. Sa capacité à écouter tous les problèmes prenait parfois le pas sur sa discrétion. Elle en oubliait les bonnes manières. « Pardonnez-moi, vous ne me connaissez même pas. » Surtout que Phoenix entendait tout mais ne disait rien. Rien des autres, évidemment, mais rien d’elle non plus. Une tombe, littéralement. Aucun secret ne s’en échappait.

Phoenix ôta ses chaussures et plongea ses pieds dans l’eau froide. Un frisson parcourut tout son corps, puis elle se détendit. Les pieds, probablement la partie du corps la plus importante pour une danseuse. Les yeux rivés sur ces derniers, Kate eut une autre idée. « Vous savez, les danseuses de cirque traversent parfois des entraînements peut-être aussi intenses que celui-ci. » Elle agita doucement les pieds. « On vous pousse parfois à danser pour des personnes horribles. Vous devez y mettre votre cœur, qu’elle paraisse irréprochable. Vous avez déjà mis tout votre cœur à l’ouvrage pour un dictateur ? Un esclavagiste ? Un violeur ? » La force mentale des danseurs. De tous ces artistes malmenés pour le plaisir des autres. Ou comment transformer votre Soleil en météore menaçant. « On vous apprend la manipulation. Le sourire. On vous apprend à faire de votre corps un outil. » Être danseuse, un bonheur doux-amer. « Et puis on vous apprend à survivre face aux cloques, on vous force à danser quand vous êtes blessé, quand vous avez juste envie de mourir. »

Elle leva la tête et lui sourit gentiment. « Vous pensez toujours que je suis raffinée ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: La force de l'esprit [PV. Phoenix]   Mar 24 Jan - 9:12

Drake pensait avoir affaire avec une artiste de passage tout ce qu'il y a de plus banal, mais il semblait que non. Visiblement, elle hésitait entre le qualifier de courageux ou de masochiste ? C'était un choix curieux mais compréhensible. Peu de nomades simples se forgeaient avec des entraînements et routines aussi poussives que les siennes.

« Je vous laisse juger de ce qui vous semble le plus logique. Je ne suis pas très bon quand il s'agit de qualifier ce que je fais... »

Alors elle ne se disait pas raffinée... ? Oh, ça, c'était plus étrange. Pour le nomade, à peu près toute personne décemment vêtue et maîtrisant un minimum son langage était "raffiné" à ses yeux. Quand à la raison de son entraînement, une longue hésitation le prit. Ses raisons, elles étaient fortes et tenaces; mais aussi complexes à expliquer et encore plus à justifier.

Les paroles de la jeune femme le rendaient de plus en plus curieux. Il n'avait étrangement pas l'impression de parler avec une délicate femme des villes, mais plutôt à quelqu'un qui avait survécu à beaucoup d'épreuves. Quelqu'un qui n'avait pas eu le luxe de vivre une vie facile, et qui laissait sa curiosité naturelle faire son office lorsqu'elle croisait le chemin d'une personne un peu inhabituelle.

Mais la phrase qui fit immédiatement se tourner la tête Drake fut celle-ci : "Vous avez déjà mis tout votre coeur à l'ouvrage pour un dictateur ? un esclavagiste ? un violeur ?". Il n'avait au début rien répondu... Rien du tout. Mais sa réaction immédiate l'avait trahi. S'il avait eu la conscience parfaitement tranquille, il n'aurait jamais tourné la tête aussi rapidement. Son regard était lourd de sens : oui, il avait déjà servi la lie de l'humanité.

Un long silence se fit assez pesant lorsqu'elle lui posa sa dernière question. Les yeux du sauvage n'étaient pas agressifs, mais on pouvait sentir leur poids simplement en les regardant. Devait-il s'ouvrir rien qu'un peu à quelqu'un ? La seule personne aujourd'hui qui connaissait réellement le passé de Drake était Agnan. De longues secondes s'écoulaient, et finalement, dans un long soupir, Drake s'assit à côté de la jeune femme, près de la source, la tête reposant dans la main. Cette fois-ci, elle avait son attention, c'était très clair.

« ... Vous n'avez même pas idée du nombre d'ordures que j'ai pu servir sans même me poser de questions. La différence entre vous et moi, c'est que je n'ai jamais hésité une seule seconde à tuer, piller, voler, et bien pire encore. J'ai été pendant longtemps parmi la catégorie la plus repoussante d'individus : les bandits, les truands qui parsèment le monde avant de mourir au mieux dans l'anonymat le plus absolu, au pire détestés de tous pour leurs vices. »

Un long soupir quitta sa gorge, et on pouvait sentir à la fois le poids de la culpabilité et une sorte de courage lui permettant de se confronter à tout ce qu'il avait pu faire au long de sa vie sans regrets... Mais pas sans remords, cependant.

« C'est une chose de regarder dans les yeux un être abominable et de se résoudre à entrer à son service pour son plaisir personnel. C'en est une autre de servir les intérêts de ce genre de personne en regardant dans les yeux des innocents que l'on s'apprête à brutalement assassiner pour des raisons que l'on ne connait parfois même pas... »

Drake avait été un bandit... Et bien que son groupe n'ait été un groupe nomade, quelques fois, il pouvait arriver qu'un bourgeois un peu nerveux ne fasse appel à des bandits pour s'occuper de quelques personnes pour lui. Piller un petit village sans défenses, déshonorer et souiller la dignité de la fille d'un riche marchand, tuer une maîtresse tombée enceinte par accident... Les possibilités ne manquaient pas, et Drake n'en avait malheureusement que trop fait. Il était trop tard pour qu'il soit encore pardonnable...

« Je ne cherche pas de pitié, car je n'en ai offert aucune à mes victimes. Je n'en mérite pas, et vous n'avez rien de bon à tirer d'un ancien bandit en maraude. Ces jours sont très loin derrière moi, alors vous n'avez rien à craindre pour votre sécurité, mais vous n'aurez que des ennuis à salir votre réputation avec des personnes de très basse vertu. »

Se relevant, on pouvait sentir un très léger tremblement dans sa voix. Il avait, tout du long, affiché une mine forte, assumée et digne. Cependant, ce léger tremblement avait tout ébranlé : c'est comme si, l'espace de quelques secondes, des larmes avaient demandé à quitter ses yeux, et n'avaient pourtant pas reçu l'aval de la fierté de Drake pour pouvoir réaliser cet acte.

Cette sensibilité soudaine, elle venait du fait que le sauvage venait de vivre une situation qu'il n'avait encore jamais connu : quelqu'un s'était assit, lui avait parlé sans précipitation, et l'avait juste écouté. Personne, de sa vie, n'avait prit le temps de simplement l'écouter, sans conditions. Bien qu'il n'aie pas les larmes aux yeux, on pouvait sentir le poids de ses actes alourdir son esprit, alors que son regard se perdait au sein de la petite cascade d'eau claire à laquelle il faisait face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix
avatar


Messages : 71
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
84/100  (84/100)

MessageSujet: Re: La force de l'esprit [PV. Phoenix]   Dim 2 Avr - 16:06

“ La force de l'esprit.

Elle battait lentement des pieds, le regard perdu dans l’étendue d’eau. Ce jeune homme semblait plein de sombres révélations, attaché à un passé lourd et déplaisant. Phoenix sourit légèrement, d’un sourire triste. Ces deux êtres connaissaient la haine, la colère. Les tâches accomplies pour les êtres les plus ignobles de cette planète. Elle ferma les yeux et exhala un soupir. « La survie de l’un peut parfois mettre en péril celle de l’autre. » La loi de la jungle. Un principe universel, appliqué depuis la nuit des temps. Il fallait détruire l’autre pour pouvoir subsister. Le problème se posait lorsqu’il fallait tuer une personne qui n’en dérangeait aucune autre. Combien de fois avait-elle tué simplement pour préserver ses secrets ? Son passé ? Pour cacher aux yeux du monde ce que le cirque était vraiment ? Combien d’hommes, bons ou mauvais, s’étaient trouvés, un soir, le couteau sous la gorge, le cœur palpitant, jusqu’à ce qu’il ne restât plus rien d’eux ? Elle se tritura les doigts. « Je n’ai même pas eu besoin qu’on me le demande », murmura-t-elle. Elle releva la tête.

Face à elle se trouvait la figure de l’homme soldat, utilisé pour commettre des crimes. Les riches utilisaient les pauvres, les mercenaires, parfois à des fins terribles. Il en était la victime. « Personne n’est tout blanc, personne n’est tout noir. » Kate pencha la tête et cessa de tortiller ses mains. « Nous sommes tous une vaste étendue de gris, avec des nuances plus sombres, des nuances plus claires. » Elle sourit. « Le désavantage que nous avons, nous autres nomades, c’est d’être à la solde de Mr. Tout-le-monde. Il suffit qu’il soit mal-intentionné, et nous voilà dans de beaux draps. » Elle ferma les yeux. Le cirque ne dépendait pas tellement des meurtres, il faisait seulement face à des hommes qui exploitaient des femmes, ou encore d’autres ignominies. Des hommes qui ne survivaient pas forcément. « Nous ne pouvons pas mettre fin à toutes les pratiques dégoûtantes de notre monde, nous ne sommes pas assez forts. » Un petit rire moqueur s’échappa d’entre ses lèvres. « J’admets qu’entrer au service du Mal n’est pas non plus une solution mais, parfois … Parfois on agit dans un sens regrettable. » Elle ne lui en voulait pas. Au fond, qui pouvait le blâmer ? Aucun être ici n’était immaculé.

La blonde se redressa lentement et se désigna, décrivant toute sa silhouette avec ses mains. « Vous croyez que les plus beaux cygnes sont incapables de meurtres ? » Elle effectua une petite pirouette. « Ils tuent, ils calomnient, ils réduisent à néant. » Haussement d’épaules. « Il y a ceux qui servent le Mal, comme vous. Il y a ceux qui en ont conscience mais ne l’arrêtent pas, comme moi. Au fond, lequel est le pire ? » Elle opina doucement du chef. Les regrets se trouvaient en chaque être. Parfois futiles, parfois extrêmement graves. « Fermer les yeux face à un assassin ne revient-il pas à assassiner soi-même une prochaine victime ? » Elle croisa les bras sur sa poitrine puis hésita un instant. « J’imagine que je suis de ceux qui ne participent pas au sauvetage de leur prochain. »

Le cirque de la lumière, quel nom amusant, tout d’un coup. Une gigantesque blague, une petite histoire délicieuse à raconter. Un monde enjolivé, qui cachait une comédie macabre. Mais Phoenix, star de la nuit, n’était pas payée pour régler des comptes, seulement pour remuer son petit corps face à des monstres. A croire que le mythe de l’arlequin ne s’arrêtait pas qu’aux clowns. Elle se passa les deux mains dans les cheveux. Sa crinière blonde remua lentement. « J’ai quitté le cirque, depuis. Je ne suis plus témoin. Mais je tue. » Elle montra le couteau accroché à sa cuisse par une lanière de cuir. « A croire que même le plus blanc des cygnes cache d’innombrables taches noires. » Elle lui sourit largement. L’Homme n’était qu’une créature vouée à la tristesse, créé pour être une machine : dévorer ou être dévoré. Un être sans espoir plongé dans un monde sans pitié.

Seuls les meilleurs s’en sortaient vivants. Et encore.
Seul le corps subsistait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: La force de l'esprit [PV. Phoenix]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La force de l'esprit [PV. Phoenix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La force de l'esprit
» Car la force n'est rien face à l'esprit. [PV Yoru]
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» RETOUR EN FORCE DE L'INSÉCURITÉ:2 POLICIERS LÂCHEMENT ABATTUS À CROIX BOSSALES
» Laisse la force te guider [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Lieux Divers
-