AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Sam 6 Déc - 16:11

Précédent

Lorsque Mysti arriva dans la ville de Sienne, arborant les étendards de Criméa et sa propre bannière, il n'imaginait pas qu'on viendrait l'acclamer dans les rues. S'il n'était que justice de célébrer les grands rois et reines qui avaient participé au sauvetage du monde, ainsi que Micaiah, Ike ou encore les hérons, il se sentait illégitime d'être appelé héros, tout comme Lucia et Geoffrey  l'avaient décrété avant lui. A l'époque, il n'était qu'un jeune mage, talentueux certes, mais surtout chanceux de pas avoir été réduit en charpies par l'une ou l'autre des armées. Là où Tormod avait ri haut et fort de son triomphe, Mysti avait préféré se retirer dans la tranquillité et se préparer à l'accession au titre de général des armées que lui avait confié Elincia.

Ce fut donc bien malgré lui que son escorte dut établir un périmètre de sécurité et repousser gentiment les gens trop curieux. Il se contenta de répondre aux saluts de la populace et de se diriger sans fioritures vers le palais impérial de la ville, où il était attendu.

**La prochaine fois, je laisserai mes armes au placard... Ils pensent peut-être que j'ai terrassé une armée à moi seul mais j'en suis bien loin...**

Vingt bonnes minutes plus tard, grâce renforts des gardes de la ville, la petite troupe d'une dizaine de soldats, dont certains officiers et leur général entrèrent dans le palais. La reine avait jugé préférable depuis l'incident près de Serenes de renforcer son escorte, mais Mysti ne s'en trouvait que plus embarrassé et cette mission diplomatique n'arrangeait pas les choses. Au moins les officiers pouvaient-ils en profiter pour remplir leur propre objectif, à savoir se former auprès de la Garde Sacrée tout en échangeant leurs propres méthodes de direction.

En avance par rapport aux délais prévus, la troupe put prendre quelques heures pour se reposer et se restaurer dans la cité. La durée du séjour avait été fixée à deux semaines pour que chacun puisse remplir sa mission convenablement. Un héraut vint chercher Mysti pour le mener à la Cour en milieu d'après-midi. Le général entra dans la large et désormais familière salle du trône, où l'Impératrice siégeait au milieu de ses sénateurs réunis en arc de cercle. Il avait revêtu pour l'occasion sa tenue d’apparat, mélange d'or blanc, d'or simple symbolisant Criméa, ainsi que son épée de verre et sa cape de velours rouge à liserés d'or représentatif de ses armes personnels. Ses longs cheveux noisette avaient été rassemblé en une queue de cheval lâche, maintenue par un ruban de soie dorée.

Respectueux du protocole, il s'avança tout d'abord jusqu'au bas des marches menant au trône, posa genou à terre et la main droite sur son cœur en baissant la tête. Il attendit la permission de Sanaki pour se relever puis approcha jusqu'à elle, saisit délicatement sa main de porcelaine et y déposa un baiser, avant de poser genou à terre devant elle.


"Au nom de la reine Elincia et du roi-régent Renning, Criméa vous présente ses hommages. Nous espérons que ma venue en ces lieux sera un gage de plus de la paix que nous souhaitons voir perdurer dans tout Tellius indifféremment de nos races et de nos dirigeants."

L'impératrice lui sourit, il fit de même, gardant pour le moment ses compliments sur sa beauté grandissante et sur son regain d'assurance depuis la dernière guerre. Il se souvint d'elle chamboulée par le fait de savoir qu'elle n'était pas l'apôtre, qu'elle avait trompé son peuple sans le savoir. Et aujourd'hui elle le recevait sans une ombre sur le visage. Il relâcha sa main et elle se leva alors.

"Soyez le bienvenu à Sienne, général Mysti de Méline. Avant de commencer cette réunion, laissez-moi vous présenter les sénateurs qui ont succédé à Lekain, Vantôme, Sephiran..."

Elle nomma les nouveaux co-dirigeants de Beignon un à un, les laissant dire quelques mots pour affiner ses propos s'ils le souhaitaient. Le regard du général s'attarda un instant sur le duc de Persis. Il avait cru entendre un léger trouble dans la voix de Sanaki lorsqu'elle avait prononcé son nom et pour cause ! L'ancien duc Sephiran avait été un de ses plus proches amis, autrefois...


Dernière édition par Mysti de Méline le Mer 17 Déc - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Sam 6 Déc - 17:57

Aujourd'hui et à titre exceptionnel, le Sénat était en hiatus par amendement impérial ou plutôt le simple devoir de répondre présent à la visite officielle du représentant de Criméa en ces terres, son général des armées. Profitant de ce petit congé avant de devoir se rendre de lui-même à la réunion qui suivra forcément, le duc marqué regardait avec un certain amusement le cortège déambuler dans les rues de la capitale, du haut d'un balcon du palais. Pour une visite diplomatique, la tournure des événements ressemblait presque à une troupe de gradés pénétrant en territoire conquis peu après en avoir chasser les despotes. Cela n'était bien évidemment qu'une interprétation humoristique sur l'instant, mais l'albinos ne pouvait s'empêcher de constater néanmoins qu'il s'en dégageait une certaine suffisance. Sans doute que cette première impression n'était pas légitime comme beaucoup pouvaient l'être, mais cela il en conviendra mieux après l'avoir rencontré de plus près une fois à la salle impériale, plus tard. Mais avant cela, Griffin savait parfaitement qu'il y aurait un temps de latence entre l'arrivée de leurs invités et sa convocation, aussi alla-t-il se restaurer le plus simplement du monde et à l'écart de toute cette agitation, afin de se changer les idées avant la grande débâcle.

Repu et tuant le temps dans le grand jardin du palais impérial de Sienne, le marqué profitait de ses dernières minutes de calme avant que le devoir ne l'appelle et, ponctuel, se rende à la salle du trône où allait se passer cette petite fête des plus formelles. Ponctuel mais tout de même dernier arrivé parmi les sénateurs, on annonçait l'arrivée de l'invité criméen d'ici seulement quelques minutes et visiblement les autres représentants attendaient depuis déjà un certain moment. Quelques uns de ces rouspéteurs ne manquèrent pas de faire remarquer au duc sa nonchalance alors que ce dernier s'installait après avoir salué poliment l'apôtre, mais c'était bien parce qu'il en savait particulièrement aigri à son égard que notre Marqué avait préféré sa balade aux remarques importunes de quelques uns de ses pairs. Voir ce cher duc de Gaddos si silencieux mais au regard si amer l'amusa discrètement, se retenant certainement pour ne pas se faire sermonner par l'impératrice présente non loin et pour cause, le représentant de Persis jouissait du privilège d'être directement à la droite de dame Sanaki, conseiller oblige. Ce fut donc avec un sourire radieux bien que légèrement narquois qu'il vit arriver le général des armées de Criméa, qui l'étonna par sa carrure une fois vu de plus près. Avec un tel titre et connaissant la réputation de la garde montée de leur royaume, le marqué s'était attendu à voir un homme bâti comme un guerrier mais le gradé lui faisant face ainsi qu'au reste des représentants de Begnion tenait davantage de l'arcaniste, à vu de nez. À vrai dire il aurait pu être n'importe qui, mais en le sachant haut placé dans cette hiérarchie militaire la logique voulait qu'il détienne des compétences appropriées, le duc n'y voyait pas tellement d'autre explication. Cela reflétait en un sens le manque d'informations que Griffin avait sur cet individu, du fait de son ascension récente à une telle position alors qu'il était encore bien jeune, certains disaient que cela venait d'une certaine popularité, du fait qu'il était présent lors de la plus importante des batailles, il y a presque six ans... Les traits du visage du sieur Adams s'alourdirent, lui aussi était présent aux combats à la Tour Sacrée mais n'avait pu y assister jusqu'à la fin et n'avait pu aider son défunt maître à en ressortir vivant, à triompher. Il en vint même à retenir une grimace à l'énonciation de son mentor, mais en homme stoïque qu'il était il afficha bien vite un sourire feint, suivi d'une référence encore digne en posant une main sur son torse, tout en inclinant sa tête vers le général voisin.


" Griffin Adams, duc de Persis, membre du Sénat de Begnion et conseiller de notre sainte impératrice. Enchanté de faire votre connaissance, général. "
Revenir en haut Aller en bas
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Sam 6 Déc - 19:04

La réunion avait été relativement banale. Tour à tour, les sénateurs, l'impératrice et le général avaient évoqué les dernières réformes mises en place vis-à-vis de l'entente entre leurs deux pays et notamment au sujet du traitement légal des laguz, dont Criméa était un important précurseur. Mysti fut très satisfait de voir que les idées de son peuple s'accordaient parfaitement avec celles de Sanaki, bien qu'il subsistât des tensions perceptibles chez certains. La restitution de Serenes aux peuples oiseaux avait été le point d'orgue jusque-là des démarches entreprises dans le but d'une collaboration et une réussite majeure. En somme, tout se passait pour le mieux actuellement et il fallait continuer sur cette voie.

A l'issue de trois longues heures d'entretien méticuleux, Sanaki décréta la fin du Conseil et la dispersion de ses membres. Certains sénateurs ne cachèrent pas leur soulagement, d'autres eurent la décence de garder leur langue dans leur poche. Comme chacun d'eux, Mysti était fatigué d'avoir dû se concentrer si longtemps sans interruption, plus encore parce qu'il avait en prime fait un long voyage pour venir.

Alors qu'il avait quartier libre, ses pas le menèrent dans les jardins où le calme régnait en maître. Le parfum des fleurs embaumait et le lieu avait été aménagé pour permettre aux promeneurs d'avoir un peu d'intimité par petits groupes. Au détour d'une plante grimpante qui recouvrait une treille de plusieurs mètres de long, le chevalier repéra une silhouette qui l'intriguait et ravivait quelques-unes de ses appréhensions d'avant-voyage. Il se dirigea d'un pas décontracté vers l'actuel duc de Persis et signala sa présence en laissant peser un peu plus son pas sur le sol. Il hésita avant d'engager la conversation mais ne voulut pas mettre son interlocuteur mal à l'aise.


"M'accorderiez-vous un moment, sénateur ?"

Il marqua une pause et vint se placer face à Griffin.

"Je vous ai trouvé très professionnel dans votre rôle, et fort à votre aise, pendant la réunion. Je suppose que cela ne doit pas être facile tous les jours. Vous..."

Le beorc se reprocha mentalement la question qui lui brûlait les lèvres, avant de songer que les batailles ne se déroulaient pas toujours avec des armes et que sa démarche n'était en soi pas offensante.

"Vous êtes... un Marqué n'est-ce pas ? Je ne ressens pas la présence d'un esprit magique en vous... Ce doit être difficile d'exercer une si haute fonction dans un pays qui a jadis grandement contribué au développement de l'esclavage laguz, à la dévastation de Serenes, et qui en garde encore des traces... surtout en tant que successeur de Lehran... J'imagine qu'on vous regarde souvent de travers."

Dans un geste des plus respectueux, Mysti plaça une nouvelle fois sa main droite sur son cœur et s'inclina face à l'évêque.

"Arrêtez-moi tout de suite si mes propos vous offensent, mais j'aimerais faire connaissance plus amplement avec vous. Savoir... comment vous surmontez cette différence dans le regard des autres."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Dim 7 Déc - 16:52

Fort heureusement une tablée avait été préparée pour l'occasion sur un des flancs de la salle du trône, rester plusieurs heures debout pour simplement parler aurait pu s'avérer inutilement fastidieux. Ce genre de réunion avait pour habitude de durer, aussi s'installer plus confortablement était de mise surtout lorsqu'on se remémorait la génération précédente de sénateurs, bien plus âgée en moyenne. Les imaginer forcés à rester debout jusqu'à ce que mal de dos s'en suive amusa notre duc, avant qu'il ne reprenne son sérieux lorsqu'une fois assis sur le siège directement à droite de son impératrice, cette dernière annonça le commencement de cette entrevue. Pour un jeunot devant faire face seul aux membres les plus éminents du Sénat et à l'Apôtre elle-même, le criméen se débrouilla plutôt bien à ne pas perdre pied notamment face à certains nobles bien aigris par nature. Dame Sanaki ainsi que son conseiller de même parvenaient à modérer le tout, éviter de tomber dans les excès propres à ce genre de tête à têtes, qui plus était notre duc de Persis était si on pouvait dire un vétéran dans l'acte de calmer les ardeurs de quelques irréductibles sénateurs. Ceci dit, cela restait inhabituel de discuter de ce genre de sujets généralistes avec un représentant d'une armée et seulement lui, dénué totalement d'un membre de la famille royale de Criméa là où pourtant l'essentiel du pouvoir politique de l'empire était au rendez-vous. Ce fut le seul bémol que Griffin souleva au cours de cette réunion, que les accords pris ne seront réellement mis en place qu'une fois que Sienne aura reçu une confirmation des plus formelles de la part de la royauté voisine. Tout général qu'il pouvait être et même si sa position au sein de son pays était loin d'être insignifiantes, loin de là même, respecter le protocole de la diplomatie entre états restait de mise. Et ce fut avec une conclusion fortement positive que ce rassemblement pris fin, et le sieur Adams restait silencieusement dans la pièce tandis que tout le reste de ce beau monde s'en allait, histoire d'échanger quelques mots avec son impératrice...

Après avoir pris quelques nouvelles auprès de sa souveraine et autres mots plus privés -le sieur Adams faisant quelquefois office de confident auprès de la jeune femme, c'est décontracté qu'il partit rejoindre les jardins impériaux, à son coin préféré. En plus d'être plutôt éloigné des couloirs parfois bruyants du palais, c'était le seul endroit où poussait des fleurs de lys blanc, ses préférés car c'était en les regardant silencieusement qu'il se souvenait de son passé. Sa mère avait l'habitude d'en mettre une dans sa longue chevelure dorée propre à de nombreux hérons, et le jeune enfant qu'il était ne pouvait que se dire que cela lui allait à ravir... Une fleur qui représentait pour lui la pureté, la magnificence qui une fois éteinte renaîtra à nouveau en un bourgeon gardant la même beauté que le précédent, éternellement. Cependant un bruit léger brisa le silence, et s'accentua à mesure que sa source s'approchait pas à pas de cet endroit, forçant le duc à se redresser pour voir qui se dirigeait visiblement vers lui. Le général de Criméa en personne, probablement en train de faire un tour de visite du palais et s'était échoué dans les jardins impériaux par le plus pur des hasards.


" Je vous en prie monseigneur de Méline, nous sommes dans un pays libre après tout... "

C'est avec un salut similaire à celui qu'il avait octroyé à l'invité de l'Empire qu'il l'accueillit, et l'écouta attentivement en lui souriant même poliment lors de son compliment. Cependant ce sourire se figea lorsque le jeune homme marqua une pause inattendue, faisant lever les sourcils du duc en se demandant ce qui pouvait bien freiner son interlocuteur si tôt dans la conversation. Et finalement, ces mots furent lâcher un à un sans aucune merci en apparence, posant tout haut ce qu'il avait du se demander tout bas depuis les premiers instants où ils s'étaient croisés, plus haut. Griffin était difficilement perturbable en extérieur, n'affichant qu'un air à moitié confus mais au fond de notre homme les choses différaient davantage, dérangeant sa respiration silencieuse ainsi que le fil de ses pensées. Si la finesse était un art, alors le criméen était en train de balancer des sceaux entiers de peinture sur une toile pour faire son oeuvre actuelle.

" Woah général, si je ne savais pas que nous étions entre gens civilisés et de bonne famille, j'en viendrais presque à me dire que vous essayiez de me provoquer personnellement ou déclencher un incident diplomatique. "

Soufflant un bon coup, le marqué pouvait au moins féliciter cette impertinence qui avait au moins su pointer les soucis que pouvait croiser le sieur Adams, plus ou moins. Ces dires levèrent néanmoins les soupçons que l'albinos avait vis-à-vis de son interlocuteur, résolument magicien selon ses propres dires tandis qu'il ferma la piste du charmeur d'esprit visiblement grâce à son propre don. De plus, ce nom qu'il avait osé prononcé si familièrement irrita quelque peu le marqué mais confirma également que cet homme était bel et bien présent à la Tour Sacrée, cinq ans auparavant. Il ferma les yeux et passa la main sur son front en secouant très lentement sa tête, visiblement perturbé cette fois-ci à ce qui venait d'être dit et réfléchissant à ce qu'il pourrait bien répondre à ces propos déconcertants. Rouvrant les paupières pour regarder ce général décidément plus petit que lui, il reprit une posture un peu plus relaxée mais croisa les bras tout de même comme pour recouvrer un peu après ces piques que le criméen n'avait pas lancé à mal mais qui avaient tout de même fait mouche.

" Mais je comprend bien vos interrogations, aussi mal prononcées fussent-elles et je n'en tiendrais pas rigueur, n'ayez crainte. Vous avez raison, je suis un Marqué mais depuis que la vérité sur nos origines ait été révélé, les choses se déroulent plus confortablement que cela ait pu l'être avant la précédente guerre. Cela ne reste évidemment pas rose non plus, les mentalités ayant du mal à changer mais au moins ce n'est plus comme une sorte de «droit» que de traîner dans la boue ces porteurs de marque, qui sont finalement comme égaux aux Beorcs... Je n'ai pas à renier mes origines, ni à les détester et avoir cette simple marque sur le visage ne change en rien qui je suis, ni ma légitimité à l'exprimer. "

Griffin s'est montré plutôt ferme dans ses indications mais au final, le silence provoqué par la fin de ses mots fut ponctué par un léger sourire montrant bien qu'il n'avait pas réellement de problème à parler ainsi. Ceci dit en se remémorant une autre partie de ce que le général avait prononcé, et machinalement le duc tourna la tête et légèrement son corps sur le côté, regardant au loin avec un air plus mélancolique, d'un coup.

" Par contre, vous ne devriez pas employer ce nom aussi facilement car peu de gens le connaissent, au moins avec ceci je peux croire que vous étiez présent lorsqu'il rendit son dernier souffle... Mais il n'y a aucune tare à le succéder, et je vous prierais de ne pas l'évoquer comme s'il s'agissait d'un criminel, s'il vous plaît. " Il redressa quelque peu son visage en direction du criméen, morose. " Sans doute que de votre point de vue ce qu'il a fait était mauvais, mais si vous aviez vraiment connu le seigneur Sephiran vous auriez su qu'il n'y avait pas homme plus bon que lui, plus honnête. Dame Sanaki le dirait aussi certainement, et pour moi il incarne le sénateur par excellence dont je ne pourrais certainement jamais égaler... Mon maître n'a voulu qu'accomplir ce qu'il jugeait bon de faire, là où ceux qui se sont dressés contre lui ont souhaité préserver ce qu'ils estimaient bon, pour eux. Sephiran avait une histoire différente de la vôtre, de la mienne et en sachant ce qu'il a vécu je ne parviens même pas à me dire qu'il ait pu avoir tort dans son jugement... "

Ayant baissé les yeux au fur et à mesure de son aveu, le marqué les releva lentement en se tournant à nouveau vers le général, bien face à lui. Il se moquait bien de ce que pouvait imaginer son interlocuteur, le cataloguer dans le même panier que l'ancien premier ministre et le regard plus franc, il termina.

" Maître Sephiran était quelqu'un de bien, et c'est un honneur pour moi que de lui succéder ainsi. Et plutôt que de juger ses dernières décisions de la sorte, je préfère me dire qu'il avait ses raisons d'agir de la sorte et que nous devrions tous apprendre de cette histoire, prendre exemple et nous décider enfin à vivre ensemble dans un commun accord. C'était ce qu'il avait espéré toute sa vie, et ce qui l'a fait sombrer était cette incapacité à voir naître en Tellius la germe d'une harmonie entre tous... J'espère simple pouvoir lui montrer qu'il n'est jamais trop tard. "

Car si c'était le cas, seul le Jugement divin sera la solution à tous ces maux.
Revenir en haut Aller en bas
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Dim 7 Déc - 17:43

Sachant pertinemment qu'il n'y était pas allé de main morte, Mysti avait gardé la tête baissée et la main sur son cœur tout le long de la réponse du sénateur, par respect. Au fur et à mesure de ses paroles, un léger sourire naquit sur ses traits. Il avait craint que Griffin Adams ne soit un homme de paille au début, qu'il représente les Marqués à la Cour sans avoir les épaules pour supporter ce que cela impliquait. Mais l'homme semblait sûr et plutôt à l'aise dans ses bottes. Un soulagement. Il se redressa enfin, plantant un regard amical dans celui du duc.

"Ma franchise est nécessaire, Duc, et j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur. Je dois m'adresser à mes soldats en peu de mots et le plus clairement possible, c'ets une habitude. Et aussi... Comme vous le savez la discrimination entre laguz et beorcs existe toujours, même si nous faisons tout notre possible pour l'associer à des valeurs désuètes désormais caduques. Le peuple ne le comprends pas toujours et c'est pourquoi j'ai choisi de ne plus mâcher mes mots. En offrant la vérité nue aux citoyens de mon pays, j'entends leur faire prendre conscience de l'injustice de tous ces massacres perpétrés à l'encontre d'autres nations sur le simple fondement de la race. Ce que vous prenez sans doute pour de la rudesse est, pour d'autres, affabulations et exagération. J'entends remédier à cela et laisser s'installer la vérité petit à petit."

Le général passa machinalement les doigts sur la garde de verre de son épée. Un tic qu'il avait remarqué récemment signifiant qu'il était mal à l'aise. Et comment en être autrement en sachant qu'il avait blessé son interlocuteur directement là où il était susceptible de faire le plus mal ? La réaction de l'évêque lui apprit qu'il devait avoir un lien avec Sephiran. Il ignorait sa nature mais un simple remplaçant n'aurait pas détourné les yeux ainsi. Et la suite de son discours sur les intentions louables de l'ancien conseiller le lui confirma on ne peut mieux.

"Croyez-le ou non, mais je suis parfaitement d'accord avec vous. Au sujet des Marqués et aussi du sénateur Sephiran. Je vais vous avouer une chose... J'ai été aussi choqué que d'apprendre que c'est lui qui avait organisé ces événements. Je me suis rendu à la Tour Sacrée il est vrai, en compagnie des héros désormais légendaires qui ont vaincu Ashera. Jusque-là, Sephiran avait été un allié exemplaire de la paix, et même son disciple le général Zelgius nous était apparu sous un meilleur jour, puisqu'il avait tenu tête au sénat contre l'ordre d'extinction de l'armée laguz, alors que sa propre proposition de les laisser partir saufs était tout à son honneur. Aucun d'entre nous n'avait imaginé une seule seconde que Sephiran pensait au Jugement d'Ashera pour redresser les torts du monde... C'est la reine Elincia qui m'a raconté toute l'histoire en détails lorsqu'elle est revenue de la tour avec les autres. Une grande tragédie en vérité..."

Mysti soupira, amer. Cette histoire lui remuait encore les entrailles quand il y pensait. Occupé à repousser l'armée divine d'Ashera avec ceux qui n'avaient pas pu entrer dans la Tour, il avait entendu des rugissements de dragons à tout va, senti la magie affluer comme jamais. L'Ordre et le Chaos avaient grondé encore et encore, puis plus rien. Le récit des héros avait achevé de bouleverser chacun des survivants pendant que Yune promettait de faire en sorte que cela ne recommencerait pas, et qu'elle leur murmurait son soutien.

"Selon moi, les principes de Sephiran étaient les bons. Vouloir à tout prix faire naître l'harmonie est une volonté honorable. Ce sont les moyens qu'il a employés pour ce faire qui n'était peut-être pas bons. Tout être vivant reçoit une existence durant laquelle il peut tenter d'atteindre le bonheur. Il la chérit en craignant la mort et est prêt à se raccrocher à n'importe quoi pour poursuivre cette chance. Décimer une race entière dans le but d'atteindre l'harmonie... non, ce n'est pas la solution. On dit qu'un loup acculé et blessé est toujours plus féroce que son pair en pleine santé. Il en est de même pour chaque être vivant. Quand la mort approche, plus rien ne compte : ni les alliances, ni les rangs, ni les possessions. Il était évident que nous nous rebellerions contre le Jugement. Et pour être le successeur d'un tel personnage, à la fois noble et grand, peut-être trop, je suis sûr que vous avez un lien avec lui. L'impératrice n'a pas pu vous confier la place de son meilleur ami sans vous mettre au courant de tout cela. Tout le monde pouvait le voir, Sanaki est revenue anéantie de cette guerre. Il aura fallu du temps, mais elle s'est finalement redressée. Vous devez y être pour quelque chose. Alors bien sûr que vous connaissez l'autre nom de Sephiran, et vous êtes, sinon l'un de ses partisans, un de ses proches. Son disciple... Cela ne m'étonne pas."

D'une poigne qu'il voulait réconfortante, le général posa la main sur l'épaule du sénateur.

"A vous comme à moi, comme aux actuels souverains de Tellius et à chacun de ses habitants, le devoir incombe désormais de faire naître et prospérer ce bourgeon d'harmonie laissé en héritage par Sephiran, Ashera et Yune. C'est pour cela que je souhaite savoir, seigneur Griffin, ce que vos yeux de Marqué voient de ce monde et comment ce monde vous voie. Vous et vos pairs êtes en quelque sorte le premier pont à relier les beorcs et les laguz. Vous avez le sang des Enfants de la Force et aussi celui des Enfants de la Sagesse. Votre existence aurait dû, selon les anciens critères, être prohibée, mais vos ancêtres ont eu la force d'aller au-delà des tabous. Je considère ce fait comme capital. En ce jour Elincia était dans l'impossibilité de se déplacer, mais je vous jure sur ma vie que sa résolution à unir les peuples est la même que la mienne et qu'elle saurait vous convaincre là où je m'efforce d'ouvrir simplement les esprits à un autre possible. Travaillons ensemble à un meilleur futur voulez-vous ?"

Résolu le chevalier, lâcha l'épaule du sénateur et lui tendit la main, l'expression la plus sérieuse du monde au visage.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Lun 8 Déc - 18:06

Peut-être en avait-il trop dit, simplement réagir au nom de Lehran pouvait éveiller les pistes sur une familiarité certaine avec la personne évoquée et en sachant cette histoire de succession, c'était presque une évidence ainsi. Mais cela importait peu au marqué d'avouer indirectement ce lien avec l'ancien ministre, dussé ce dernier puisse être considéré comme un malfaiteur après sa trahison les plébéiens osant prononcer ce genre d'absurdités ne faisaient qu'étaler leur ignorance, ils pouvaient parler. Mais au moins le sieur criméen ne semblait aucunement rejoindre le rang des ânes, au contraire celui-ci rejoignit rapidement l'opinion du duc au sujet de jeu le ministre Sephiran, et ne pouvait que compléter les éloges de Griffin à en peut-être même comprendre le point de vue de celui qui pourtant avait manqué de purifier toute espèce vivante de Tellius... Peut-être mais finalement non, il était normal pour une telle personne de considérer cette purification comme une réelle solution mais ça, c'était bien évidemment le discours d'un simple Beorc n'ayant pas pu voir à quel point ce monde était irrécupérable. Oui, comme une personne banale il mourra bien avant de pouvoir se rendre compte qu'il n'y avait aucune espoir encore, de cause naturelle ou non sur ce point le marqué n'était point divin. Et de toute évidence, même si un Marqué vivait plus longtemps que ses congénères notre homme ne prétendait pas non plus atteindre une telle sagesse, ni rien de semblable. Mais des êtres presque éternels comme le héron le plus proche de la déesse Ashera, le roi dragon ayant combattu à ses côtés il y a huit cent ans de cela et qui depuis ont observé ce monde avec un stoïcisme exemplaire. Des individus qui avaient tout vu de leurs camarades, ayant vu les bons et mauvais côtés des Beorcs et Laguzs pendant presque un millénaire pour finalement se résoudre à une solution extrême car inévitable. Des êtres dont la sagesse et l'expérience étaient inégalées, même si Griffin se considérait encore immature pour juger ce tout convenablement, à côté il pouvait considérer leur discernement comme étant le plus véridique. Qu'ils aient pu perdre durant la bataille ne signifiait en rien leurs torts, simplement que la meute de loups blessés qui leur faisait face avait fait prévaloir leur mécontentement par la force. Et six ans après à l'aube d'une nouvelle guerre, ces récalcitrants ne faisaient que prouver à l'histoire ô combien leurs espèces étaient vouées à la destruction, et cela de leurs propres mains.

" Tout est comme vous dites général, je ne suis que le disciple que cet homme honorable a recueilli lorsque le monde l'avait abandonné à cause de son origine. J'ai tout appris de lui et sur lui, et tant bien même il m'avait écarté de sa confidence dernière je ne me suis jamais senti comme trahi par mon maître. Plutôt, je comprenais son souhait et qu'il n'ait pas voulu m'imposer sa vision, m'obliger à le suivre à la Tour Sacrée. Aujourd'hui encore, mon admiration envers cet homme reste complète et c'est pourquoi... "

Il espérait poursuivre le souhait de messire Lehran, et purifier ce monde. Mais évidemment le duc n'en dit aucun mot et à la place, tendit sa main vers celle que le jeune homme lui proposait afin de la lui serrer, avec un sourire feint mais aux apparences sincères comme il savait si bien les faire.

" Je souhaite sincèrement voir un jour ce qu'il n'avait jamais pu espérer voir. Ironiquement, c'est en voulant purifier un monde divisé que Sephiran l'a vu s'unir réellement pour la première fois, peut-être était-ce quelque chose qu'il espérait voir... Que si Tellius avait manqué à s'unifier contre sa destruction, alors épurer le monde était définitivement la meilleure solution. C'est peut-être exagéré, mais j'ai envie de penser ainsi. " Il lui serra la main d'une poigne franche, avant de finalement la relâcher et joindre les siennes à hauteur de ventre. " Je me réjouis de voir qu'il existe des hommes, des femmes et j'espère des Laguzs qui pensent la même chose, eux aussi. Puissions-nous parvenir à instaurer une entente durable, je vous souhaite beaucoup de courage dans votre entreprise, messire De Méline. "

«Étonnez-moi, général» furent les petits mots que Griffin pensa tout bas, au fin fond de son esprit sceptique quant à l'accomplissement de simples promesses orales. Si cela était aussi facile, un homme aussi sage que Sephiran n'aurait jamais imaginé une purification complète comme unique solution, et de la simple bonne volonté n'était pas suffisante pour surpasser l'infinie corruption des races. Profit, égoïsme, jugement d'autrui, les vivants étaient capables de s'opposer pour des choses pourtant triviales et ne s'unissaient qu'en guise d'ultime rempart, pour survivre comme des cafards. La menace n'était plus, et par conséquent les querelles d'intérêt reprenaient de plus belle. Le marqué ne demandait que ça, pouvoir assister à une harmonie réelle et durable sauf qu'il ne pouvait absolument pas y croire, non.

" Étant donné que je reprend mes activités dès demain avec mes... confrères disons, je n'aurais pas le loisir de voir ce que votre délégation criméenne fera lors de votre séjour. Combien de temps restez-vous sur place, en Begnion ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Lun 8 Déc - 19:22

Le chevalier ressentit comme un malaise lorsque la main du sénateur serra la sienne. Il n'en montra rien mais des picotements appuyés le lancèrent dans le dos, à l'endroit de sa cicatrice. Soit cet homme maniait la magie noire et l'énergie du mage appelait celle de la marque, soit au contraire il utilisait la magie blanche et celle-ci repoussait instinctivement la malédiction, soit quelque chose troublait sa force de vie. Sur le coup Mysti n'aurait pas pu le dire, et le contact fut trop bref pour qu'il s'essaie à y regarder de plus près. Ses mots tout à coup lui apparurent sous un nouvel angle : il admirait Sephiran, et respectait sa décision de purifier le monde par l'extinction totale de ses habitants. Cela sonnait comme les prémices d'un plan voué à reprendre le flambeau éteint par les Héros de ce monde. Il en frissonna de plus belle, et préféra garder des réserves face à cet intrigant personnage.

Il se rendit compte qu'il avait eu quelques secondes d'absence quand le silence s'installa entre eux, la main gauche instinctivement portée à l'épaule opposée pour supporter la réaction de sa malédiction. Il se relâcha, déglutit et se reprit aussitôt, laissant son trouble de côté pour plus tard.


"Deux semaines. A l'origine le séjour ne devait être que de quelques jours, mais la reine a jugé plus judicieux de combiner mon rôle diplomatique à une série d'échanges culturels et militaires entre nos deux nations, agrandissant ainsi mon escorte et rallongeant notre temps de stationnement sur place. Ainsi ce long voyage aura été rentabilisé."

Délaissant des détails qui n'intéresseraient sûrement pas le duc de Persis, Mysti soupira.

"Si le cœur vous en dit et si nos emplois du temps respectifs le permettent, nous pourrons nous revoir pendant ce laps de temps. A moins bien sûr que ma présence ne vous déplaise, ce que je pourrais comprendre après notre échange."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Mar 9 Déc - 2:51

L'homme de cour était habitué à manier les mots bien plus que la magie ou toute autre apparat que l'on pourrait qualifier d'arme, le langage étant selon lui l'outil le plus puissant qu'on pouvait donner à la disposition d'un être humain, au-delà d'une épée ou bien des griffes. Soumettez un homme par la force et son esprit continuera à vous mépriser jusqu'à la fin de sa vie, mais prouvez votre droit par les mots et il n'aura même plus la force de se rebeller réellement. Et à force de vouloir exceller dans ce domaine, le sieur Adams était attentif à tout signe pouvant révéler bien plus que des mots le feraient pour cerner le réel ressenti d'une personne, une façon de lire à même le visage, les mimiques. Cela allait sans dire que la soudaine retenue du général ne passa pas inaperçu, là où pourtant le jeune homme avait initié de lui-même cette poignée de main... Non, cette discussion même. Quelque chose n'allait pas et dans le fond, Griffin se demanda si tout ceci n'avait pas été une mascarade depuis le début tout en se disant lui-même franc, voire trop. Peut-être n'avait-il que voulu confondre sa personne après des soupçons basés sur sa succession, et que quelque chose l'avait dérangé après tous ces dires. Pourtant de tête, le marqué n'avait rien dit de compromettant et tout allait dans une continuité sincère en se calquant sur le souhait de son interlocuteur, afin d'enjôler le tout. Mais en y repensant, en découpant ses phrases ou en n'en retenant que quelques parties seulement cela sonnerait comme une ode au massacre, plus ou moins. Allons donc, aurait-il surestimé la capacité de compréhension de son locuteur ? Pourtant jusqu'à maintenant il ne lui avait pas paru aussi fermé, à moins que cela n'ait été qu'une façade depuis le début... Difficile à dire face à ces nouveaux faits, mais peut-être qu'en continuant de sympathiser il pourrait apaiser ce trouble survenu de nul part ou confondre ses réelles intentions, selon le cas.

" Quelque chose ne va pas, général ? Vous semblez défaillir subitement, Un souci au niveau de votre bras ? Je suis un homme de lumière ainsi que de mots, je ne pense pas avoir serré trop fort mais si cela a réveillé une ancienne douleur ou quoi que ce soit comme votre posture laisse suggérer... Dites-le moi, je suis en mesure de vous soigner ici et maintenant ou du moins amoindrir grandement vos souffrances, si nécessaire. "

À le voir tenir son épaule de la sorte alors que tout allait bien juste avant, en plus de son battement juste avant il était évident que quelque chose devait se passer ici. Peut-être même que ce changement subit d'attitude n'était du qu'à une vive douleur l'ayant pris d'un coup, et que le marqué se faisait des idées bêtement... Peut-être, mais rien n'était sûr excepté que cela était venu de leur poignée de mains, juste avant. Le monde regorgeait de gens possédant des capacités remarquables, aussi bien la seule raison d'être venu parler au duc était d'entrer en contact avec lui afin d'activer cette faculté... Dans quel but, seule la déesse le savait et encore fallait-il que ce scénario soit véridique, mais dans le doute il valait mieux inspecter directement ce bras aux réactions étranges. Cela lui paraissait bizarre que le criméen veuille tourner court à la conversation subitement, le mieux restait de prolonger encore un peu tout cela.

" N'ayez crainte et montrez-moi votre bras, il serait embêtant de vous voir passer deux semaines inconfortablement parce que je n'ai pas pu soigner un invité de l'Empire convenablement. "
Revenir en haut Aller en bas
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Mar 9 Déc - 14:06

"Un homme de lumière, dites-vous ? Dois-je comprendre que vous êtes un mage de jour ?"

Un sourire amusé naquit sur les traits du général.

"Ainsi la rumeur est vraie... Deux mages savent toujours se reconnaître lorsqu'ils entrent en contact. Il s'agit effectivement d'une très ancienne blessure, mais je doute que vous puissiez la soulager. J'ai déjà rencontré nombre de vos confrères à ce sujet et la réponse a toujours été la même : le sort qui m'a été infligé ne peut être défait à moins de m'ôter la vie du même coup. Si vous tenez toutefois à m'examiner à votre tour j'y consens, mais dans un endroit un peu plus isolé de préférence. Je n'aime pas vraiment exposer cette marque, elle me rappelle de mauvais souvenirs... et elle n'est pas aussi inoffensive qu'on pourrait le croire."

Il remua les doigts engourdis par la douleur de son bras droit avant de regarder autour de lui. Le jardin était un espace trop ouvert et même s'il était peu fréquenté, n'importe qui pouvait passer et les surprendre. Non pas que Mysti ait vraiment quelque chose à cacher, mais si par malheur un maître en magie noire ou une personne un peu trop imaginative s'approchait trop près, il ne donnait pas cher des conséquences.

"J'ignore lesquels de vos appartements ou de ceux qu'on m'a attribué sont les plus proches, mais peut-être pourrions-nous nous y rendre ? Soyez rassuré, je ne m'évanouirai pas sur le trajet !"

Il songea à lui préciser que son Altesse l'impératrice était au courant de son problème -il n'avait pas pu le cacher éternellement à ses compagnons d'armes durant le voyage jusqu'à la Tour Sacrée- mais à quoi bon ? Il n'allait tout de même pas mettre en alerte tout le palais pour une affaire qu'il savait depuis longtemps impossible à résoudre. La mort ou la douleur. C'était plus ou moins ce que tous lui avaient dit, à commencer par Azelian qui s'en voulait toujours de ne pas avoir pu conjurer le sort quand cela était encore possible. En cela demeurait le problème de soigner des mages anima : pour guérir une blessure de magie noire, il fallait avoir recours à la magie blanche, elle-même mise en péril par l'énergie magique anima vivant à l'intérieur de la personne... un conflit bien difficile à maîtriser et que seuls les plus grands pouvaient guérir complètement. Le chevalier ne doutait pas des compétences du sénateur, après tout Sanaki en avait fait son bras droit, et connaissant la jeune femme ce n'était pas anodin, mais la malédiction était trop ancienne maintenant pour que qui que ce soit intervienne efficacement, hormis peut-être les déesses elles-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Mer 10 Déc - 16:38

Ce n'était que cela finalement, rien de bien important en comparaison à ce que le duc pouvait bien imaginer. Enfin rien, seulement concernant les soupçons qu'il avait bien pu craindre car pour le général ci-présent cela était loin d'être quelque chose de plaisant, selon son propre témoignage. Un sort, une malédiction infligée à même la chair et dont bon nombre de guérisseurs s'y étaient déjà cassé les dents, même si c'était une façon de parler. Nul complot ou piège, le garçon n'avait fait que grimacer face à un relent de douleur que le contact de leurs mains avait probablement généré. Étrange tout de même, le criméen n'aurait en aucun cas proposer une telle poignée s'il savait que cela lui provoquerait de tels maux, donc ce n'était sûrement pas que le simple contact qui l'avait meurtri ainsi. Sort magique, douleur, marque, cela s'apparentait à de la magie noire et peut-être que ce maléfice avait réagi à la proximité avec un homme de lumière. Cela pouvait se tenir, le sieur De Méline devait ignorer avant cela les talents magiques du marqué et expliquerait pourquoi il avait consenti à cette poignée de main devenue douloureuse, sous ces conditions. Face à ces informations -même plus devinées que certaines- et en détournant un bref instant le regard, Griffin remua la tête en signe de refus.

" Je crains que ça ne soit inutile, si mon simple contact vous procure ce genre de réaction alors l'idéal serait d'éviter de vous ausculter, ou autre. D'autant plus que je ne suis pas tant versé dans les arts de la guérison, j'en suis capable certes mais je suis probablement encore un novice comparé aux personnes que vous avez du rencontrer par le passé, à ce sujet. J'en suis sincèrement désolé... "

Il avait encore du chemin oui, l'apprentissage de la magie de support n'était que chose relativement récente et c'était quelque chose qu'il avait bêtement ignoré auprès de son tuteur. À l'époque il ne songeait qu'à ce souhait de purifier par la magie, sans songer dans son esprit encore immature qu'aider autrui pouvait amener à des résultats tout autre, mais non moins importants. Le marqué l'avait appris par le biais de sa propre faiblesse, mais aussi parce qu'il avait finalement pu voir qu'il y avait en ce monde une poignée de personnes dignes d'être sauvées. La déesse serait bien capable de ne purifier que les impies, ceux qui ne feront que nuire à ce monde de par leur simple existence pour n'en garder que ceux important réellement. La compassion était une chose que le duc apprenait petit à petit malgré son âge réel, et s'il n'était pas capable d'en ressentir alors il accepterait bien de terminer en statue. Il n'était pas un saint en tant qu'homme, mais au moins il espérait que malgré ses fautes il puisse amener l'équilibre bafoué depuis tant de siècles déjà et se repentir lui-même, aussi. Un sourire lui revint, même si ce général ne lui importait pas tant que cela et puisse-t-il même devenir un gênant ennemi dans le futur, voir quelqu'un souffrir sans l'avoir mérité ne le laissait pas indifférent pour autant.

" Même si je ne peux guérir vos maux définitivement, puis-je au moins atténuer votre douleur actuelle ? C'est un peu ma faute, laissez-moi la chance de me rattraper messire. "

Même si cette malédiction semblait sensible à la magie blanche, les sortilèges de support n'appartenaient nullement à cette catégorie même si généralement elles provenaient toutes deux de la Foi. Il n'y avait pas de raison à ce que cela relève la douleur, bien au contraire et le criméen accepta l'offre volontiers. Le duc n'avait à disposition ni tome ni bâton, pourtant il n'invita aucunement l'hôte de l'Empire à le suivre là où il pourrait se procurer un outil magique pour le soulager, peut-être au plus grand étonnement du meurtri. À la place Griffin se contenta de fermer les paupières, se concentrant légèrement en levant sa main droite à hauteur de visage, presque. La bague à son majeur se mit à scintiller d'une douce lumière bleutée, et la magie curative commença à faire effet au niveau du bras du magicien face à lui, afin de le soulager de ses maux. Il resta figé ainsi durant de longues secondes, avant de finalement baisser le bras une fois que le halo s'évanouit de son anneau tandis que le duc rouvrit les yeux, lentement.

" Vous vous sentez mieux, général ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Mer 10 Déc - 19:15

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le chevalier aurait été prêt à suivre le sénateur si celui-ci s'était sentit l'envie de s'essayer à un examen supplémentaire. Puisqu'on lui offrait cette possibilité, Mysti ne cracherait pas dessus, bien que ses espoirs concernant une guérison totale se fussent depuis longtemps envolés. C'est alors que Griffin avoua humblement son manque de compétence en la matière et proposa d'éliminer ne serait-ce que le symptôme qu'il avait sans le savoir lui-même déclenché. Intrigué, Mysti opina et le vit simplement leva la main. Étonné, il crut que le mage allait caresser sa joue ou appliquer un quelconque contact avec sa peau et se prépara à reculer, toutefois il fut vite détrompé. Son bijou scintilla et il sentit alors la sensation caractéristique que produisait un bâton curatif. Il relâcha ses muscles et se laissa prendre à l'expérience. La douleur refluait comme il l'avait promis.

"Vous vous sentez mieux, général ?"

Le mage anima remua les doigts une nouvelle fois puis étira son bras dans plusieurs directions, sans se presser, avec la maîtrise de celui qui avait l'habitude d'effectuer de telles vérifications. Constatant que tout était revenu à la normale, il s'inclina une fois de plus devant son interlocuteur.

"Mieux en effet. Et ma curiosité remplaçant ma douleur, puis-je me permettre de vous demander quelle est cette étrange magie ? J'ai déjà vu une personne dotée du don Sacrifice, mais rien faisant intervenir un artéfact de cette nature. Vous m'intriguez, sénateur Adams."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Jeu 11 Déc - 4:43

La curiosité ne manqua pas de faire réagir le gradé en magie, comme le duc s'y attendait bien qu'il n'avait pas songé à ce que le rétabli lui pose directement la question, de vive voix. Amusé par son observation pertinente pour le peu qu'il ait pu voir, mais faussé malgré cela, Griffin releva sa main pour cacher un petit rictus tout en montrant indirectement la source de ce nouveau sujet de discussion, Sylpharion. Face au regard interrogateur du criméen, le marqué pencha lentement la tête sur le côté en décalant ses doigts afin de regarder de lui-même cet anneau orné d'une fine gemme ouvragée, son trésor personnel.

" Aha, je ne pourrais jamais prétendre détenir un don aussi unique que cette chère Chevelure d'Argent et désolé de vous décevoir général, mais cette magie n'avait rien d'étrange. Nullement exceptionnel bien au contraire, ce n'était qu'une simple magie de soin... "

Rabaissant sa main, le duc écarta alors ses deux mains à la vue de son interlocuteur pour bien montrer l'absence impromptue du moindre bâton de magie, confirmant probablement que tout venait de sa bague ailée. Remontant malignement l'index au niveau du menton, il se tapota doucement le coin de la joue au gré de son amusement.

" Mais vous avez raison d'appeler ma bague un artefact, elle me sert de catalyseur au lieu de divers tomes ou bâtons. Avec les bons éléments ainsi que les connaissances appropriées, il est dit qu'on peut insuffler son pouvoir dans des objets ayant une forte signification pour nous-mêmes... Et cette bague m'est précieuse oui, elle m'a été offerte par quelqu'un d'important et en m'en servant ainsi, c'est un peu comme si cela représentait toute ma conviction à agir pour un monde meilleur. " Il s'était un peu perdu dans une explication pourtant basique à la base, mais il leva l'index pour se tapoter le coin du crâne comme pour désigner ce qu'il y avait à l'intérieur. " Mais évidemment ça ne fonctionnerait pas non plus sans avoir assimilé la formule magique pour lancer un quelconque sort, disons ici que j'ai une excellente mémoire à force d'avoir souhaité développer ce talent particulier. "

Peut-être n'était-ce pas sage de révéler autant de choses à une personne rencontré quelques heures auparavant, mais à quoi bon s'en priver de toute manière. Il n'y avait rien de vital là-dedans, et le duc se savait bien piètre combattant de base pour que cela soit significatif même en cas de pire scénario. Il n'y avait rien de tel, et peut-être qu'un restant d'euphorie hantait encore son esprit quant à l'évocation de cet ornement si particulier et qu'il s'était du coup légèrement emporté là-dessus, peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Jeu 11 Déc - 20:41

"Je comprends. J'ai déjà pratiqué ce type de manipulation magique."

Il porta la main gauche à la garde de son épée, en lissa les contours du bout de pouce.

"Mais cela fait bien longtemps maintenant. J'ai l'impression d'avoir vieilli trop vite depuis ces guerres... "

Le soldat fut amusé de voir qu'il avait éveillé un soupçon d'allégresse chez son interlocuteur à la simple idée de parler magie. Cela leur faisait un point commun. Apprendre, comprendre et créer étaient les maîtres-mots de tout bon mage qui se respecte. C'était du moins ce qu'avait appris Mysti à force de côtoyer d'autres pratiquants de son art. La magie ne consistait pas simplement en une récitation d'un sort, mais elle mobilisait la concentration, la sagesse, l'énergie même et la connaissance de ses multiples flux, l'imagination aussi et l'endurance nécessaire pour combiner des ordres lancés aux esprits et leur faire prendre une forme tangible.

L'intérêt les tenait maintenant tous deux et Mysti aurait volontiers suggéré un entraînement sur-le-champ s'il avait été à Mélior et face à quelqu'un de moins haut placé. L'étiquette voulait que les nobles ne s'adonnent pas à de vulgaires joutes quand rien ne les y obligeait, particulièrement quand ils pouvaient plutôt s'occuper de se pavaner en publique pour ainsi imposer un certain respect. En ce sens le général remerciait toujours plus Elincia pour lui avoir attribué une fonction de terrain et non de théorie. Le feu qui l'animait demandait à être libéré et dompté régulièrement.


"On raconte que certains archimages ont exploré la voie de l'artisanat une fois leur apogée atteinte, et qu'ils sont les créateurs d'objets magiques de légende. La Ragnell et l'Alondite de Criméa, même avant d'être bénies, faisaient partie de ces objets. Je me demande si pour eux ces épées étaient aussi des objets importants ou des nécessités de guerre... Qu'en pensez-vous ?"


Dernière édition par Mysti de Méline le Ven 12 Déc - 14:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Ven 12 Déc - 13:54

Aposant sa main auprès de ses lèvres pour en émettre une courte toux, le duc se contint un peu mieux face à son interlocuteur qui de son côté conforta de lui-même cette histoire de ritualisation. Un sourcil se leva face au ton employé par le général voisin, ce dernier sonnait comme un vieux de la vieille et parlait presque d'un ton usé malgré sa très flagrante jeunesse -voire sans doute trop aux vues de son rang militaire, mais passons. Il n'était pas un Marqué, sinon il n'aurait pas demandé au sénateur son avis sur la question et du coup ne pouvait pas paraître bien plus vieux qu'il paraissait physiquement, à l'instar de Griffin. Cela pouvait bien importer au final, la dernière remarque du criméen soulevait un possible nouveau sujet ainsi qu'une question, et les bras du marqué se croisèrent à nouveau tandis qu'il songea une poignée de secondes, avant de regarder fermement le sieur De Méline à nouveau.

" C'est regrettable à dire, mais je dirais les deux tant l'humanité a offert à ses armes une place importante pour de fausses raisons. Au risque de paraître insultant envers votre propre fonction, ne le prenez nullement à mal mais le simple fait de posséder encore armes et troupes montre bien que nous sommes encore loin de pouvoir établir une paix durable, réelle... La magie offensive n'est pas à exclure non plus de ce constat hélas, même si j'avouerais moi-même ne pas réellement savoir quelle serait la meilleure solution sans devenir outrageusement utopique. "

Ni homme ni bête ne montrait signe d'encouragement à ce niveau, chaque royaume ou tribu pouvait subitement se montrer hostile à l'autre et possédait la force pour espérer prévaloir sur l'autre. Ce comportement pouvait même exister au sein d'un même peuple, d'une même ville ou même d'une même famille tant les conflits d'intérêts semblaient être ce qui animait tout à chacun. Des nécessités de guerre, même à les nommer ainsi dans un monde tel que celui-ci, cela pourrait presque être désigné comme des outils de tous les jours, cruel constat.

" Cependant, là où je vous arrête c'est que vous avez cité une de ces deux reliques, si ce n'est les deux comme étant de Criméa. Alondite et Ragnell sont des trésors appartenant à l'Empire de Begnion, symbole de leur première porteuse l'Apôtre Altina, fondatrice de la nation des Beorcs. Il n'a été que regrettable que ces reliques aient manqué à l'appel quelques temps, mais cela n'a jamais abjuré leur appartenance à l'Empire où elles reposent enfin à nouveau... Je sais que ce n'est pas votre domaine de prédilection général, mais songez à faire attention à vos mots car cela aurait pu être très mal pris par une personne plus sectaire que moi. "
Revenir en haut Aller en bas
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Ven 12 Déc - 19:05

Le chevalier sentit comme un courant glacial passer tout à coup entre eux et fut aussitôt mal à l'aise. Dans le genre génie du tact il n'était pas le seul à battre des records dans le négatif. Autant dire qu'ils étaient aussi diplomates l'un que l'autre suivant les sujets abordés et qu'ils avaient une franchise légèrement supérieure à l'ordinaire.

"Disons qu'en attendant de trouver mieux, nos usages perdurent. Juste au cas où... Nous ne sommes que des beorcs après tout, nous n'avons pas de griffes ni de crocs avec nous pour nous rassurer si nous nous sentons agressés. Simplement nos bouts de fer et nos tomes... Je le conçois, nous avons encore du chemin à parcourir, mais cela vaut pour tout le monde. Et prendra sans doute plusieurs décennies."

Vint ensuite le brutal rappel à l'ordre concernant les origines des lames légendaires que Mysti avait évoquées. A ces yeux, les épées jumelles avaient toujours été criméanes, probablement parce que toutes les fois où il l'avait vue portée, Ragnell était entre les mains de Ike, lui-même Criméan. Et bien que ses origines aient été confuses, il n'avait jamais songé à remettre en question ce fait, pas plus que celui qui faisait d'Alondite la jumelle de Ragnell, et donc une lame criméane également.

"Il semblerait que j'aie quelques cours d'Histoire à revoir... Merci de me le rappeler de façon si courtoise."

Cette fois, ne sachant pas quel sujet de conversation aborder sans froisser le Marqué, Mysti se tut et laissa son regard se perdre dans les fleurs. Au moins ne pourrait-on pas l'accuser de persévérer dans ses maladresses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Sam 13 Déc - 17:30

Sans doute que Griffin n'aurait pas du trop accentuer ses mots de la sorte, à trop enchaîner les reproches indirects il n'était pas dur de voir que le criméen semblait bien refroidi, et certainement par ces dires. À le mettre en garde contre quelqu'un de plus sévère, il ne s'était pas rendu compte de son propre ton et peut-être que la méprise de son interlocuteur l'avait également gêné à ce point. Quel enfant il faisait, il fallait croire que son isolement avant de rentrer à Persis l'avait encore un peu affecté, et que son retour à la Cour n'avait pas totalement résolu cette chose. Oh il pouvait tenir facilement une discussion avec ces sénateurs prévisibles, mais lorsque la situation tendait vers quelque chose de plus simple il se surprenait lui-même à dévier de la sorte. L'idée de tapoter un peu l'épaule de son interlocuteur pour relativiser s'avérant être une mauvaise idée -mieux valait éviter le contact physique avec ces maux, du coup il ne pouvait que se contenter de simples mots.

" Veuillez pardonner mon manque de civilité à cet égard, on dirait que je m'égare bien malgré moi. Ce n'était en rien une insulte, dans un cas comme dans l'autre et je conçois parfaitement la nécessité actuelle, oui... La vision d'un monde sans paraît réellement chimérique, cependant c'est bien à cause de cela que nous avons failli tous être purifié par la Déesse. C'est encore trop tôt, mais l'idéal serait d'aboutir à cet état d'harmonie oui. "

Et si Ashera gardait le même agenda en respectant ce millénaire de sommeil, il ne restait au mieux à peine trois siècles pour accomplir cela, chose impossible selon le marqué. Ayant été absent lors des événements finaux de la Tour Sacrée, il ne pouvait nullement savoir qu'il n'en était rien et que les deux déesses longtemps séparées s'étaient réconciliées. Qu'importe pour le duc, il restait convaincu du bien-fondé de ses intentions mais pour l'instant le problème était tout autre alors qu'un silence aussi pesant qu'inattendu s'était dressé entre les deux hommes, ne faisant réaliser à l'albinos davantage à quel point son ton précédent n'avait pas été très adapté.

" Tss, j'espère ne pas vous avoir troublé ou désenchanté avec mes manières, du moment où nous dévions du domaine politique je perd un peu mes aises, je l'avouerais... Cela m'ennuierait de vous laisser mauvaise impression, ce n'était point mon intention et je serais ravi d'avoir de nouveau affaire avec vous dans le futur, concernant les intérêts entre nos deux pays. " Il s'arma d'un sourire et passa lentement son index le long de sa mâchoire, en regardant le criméen. " Vous êtes jeunes et déjà vous avez toute la confiance de votre reine, Elincia Ridell Crimea, et certainement que notre impératrice estime également votre présence... Vous me semblez prometteur, messire De Méline et je tenais à vous le faire savoir. "

Mieux valait repartir sur de bonnes bases, autant en considérant les interactions futures avec le général en chef des armées de Criméa, que pour se laver soi-même du moindre doute qui aurait pu germer dans ce jeune esprit. D'un geste gracile Griffin recula une jambe pour s'incliner légèrement face à lui, posant la main sur son cœur de manière solennel.

" Moi, sir Griffin Adams du duché de Persis, membre du Sénat impérial et simple Marqué réitère mon souhait de collaborer du mieux que je pourrais afin que Tellius puisse voir des jours meilleurs. C'est un honneur et un plaisir de voir encore des hommes tels que vous, messire. "
Revenir en haut Aller en bas
avatarBeorc


Messages : 282

Feuille de personnage
Niveau:
6/20  (6/20)
Points d\'Expérience:
67/100  (67/100)

MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   Sam 13 Déc - 22:40

Décidément cette rencontre n'en finissait pas d'excuses et de blessures involontaires. Si au début Mysti avait sciemment provoqué la confrontation pour lever les tabous et les éventuelles gênes que serait les sujets des Marqués et de Lehran/Sephiran, il n'avait pas prévu de dériver autant de la conversation et d'entraîner Griffin sur les chemins tortueux du destin du monde et des artefacts légendaires.

Il remercia intérieurement sa bonne étoile de ne pas lui avoir fait commettre d'impairs de la sorte pendant la réunion avec Sanaki et le sénat en son entier, ou bien il s'en serait fortement voulu, jusqu'à aller demander à son retour à Elincia d'envoyer Bastian la prochaine fois. L'archimage n'était plus dans la fleur de l'âge mais il avait encore de belles années devant lui, et Mysti était un bien meilleur homme de terrain que de mots, plus prompt à sacrifier son corps que sa politique.

Il fallait croire que sur ce dernier point, le sénateur était son parfait opposé. Il avait démontré qu'il savait manier le verbe comme une arme et qu'il y excellait, tandis que Mysti avait encore des faiblesses gênantes à combler. Ainsi était fait le monde. Peut-être un jour le général servirait-il de bras armé au mage de jour et celui-ci le soignerait une fois de plus. Ou peut-être qu'alors ils s'affronteraient dans une guerre d'idéaux... Personne ne pouvait le prévoir.

C'est à ce stade de sa réflexion que le Criméan entendit son interlocuteur, dans un brusque revirement de situation, lui faire des compliments qu'il n'espérait pas et même s'incliner devant lui. Surpris, il baissa humblement la tête et s'inclina à son tour une fois encore.


"En ce cas moi, sire Mysti de Méline de Criméa, général des armées royales de Criméa et simple beorc, vous fais savoir que vos sentiments sont partagés. Si je pouvais échanger tout ce que je possède contre une paix durable et équitable, je n'hésiterais pas une seule seconde."

Il se redressa avec un sourire et avisa le soleil déclinant de la fin de la journée. Ils avaient longuement discuté sans s'en rendre compte et le jour commençait juste à tomber.

"Mon invitation à nous revoir quand vous le pourrez tient toujours. Pour l'heure, je pense qu'il est temps que je rejoigne mes hommes. Ils vont se demander ce qui me retient encore. Que la nuit et les jours qui viennent vous soient doux, messire."

Prenant ainsi congé une fois le consentement du sénateur acquis, Mysti tourna les talons, les froissements de sa cape révélant l'espace d'une seconde la belle épée de verre attachée à son côté dans son entier.

Suivant : Montagnes de Begnion, frontière entre Criméa et Daein
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des nouvelles de l'empire : rencontre d'un chevalier et un sénateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la remonte de la cavalerie sous l'empire
» Nouvelles cartes
» Des nouvelles de Fuveau !
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Un honorable chevalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Sienne
-