AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chasse royale, la forêt du malentendu !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mer 19 Juin - 11:11

Précédent : Mélior

L'atmosphère était calme. Les chevaux avançaient en ligne entre les arbres, et les chiens entre eux. Une cinquantaine de chevaux pour une dizaine de chiens. Les premiers montés par des chasseurs expérimentés, les seconds tenus en laisse par des débutants à qui l'on expliquait les principes de l'art de cueillir le gibier.

Aujourd'hui était un jour de jeu, un jour de sang et un jour nécessaire au renouvellement de la nourriture de la capitale.
Afin de garantir l'arrivée de viande dans les cuisines, les meilleurs hommes se réunissaient et organisaient une battue afin de ramener le plus de proies possibles, méthodiquement.

Mysti se trouvait parmi eux. Invité de marque, son rang l'obligeait à se soustraire à ce genre d'événements, ne serait-ce que pour contrôler les abus. Les consignes avaient été claires : on ne chassait que le strict minimum pour ne pas dépeupler la forêt, et on évitait de tirer sur des Laguz autant que possible.

"Dispersion ! Desserrons nos lignes pour couvrir plus de terrain ! Vous pouvez lâcher les chiens à vue mais ne gaspillez vos flèches que lorsque vous serez sûrs ou presque de toucher !"

Des signes codés lui répondirent et les chevaux s'écartèrent les uns des autres. Au bout de quelques minutes à peine, le premier chien aboya et partit en trombe, suivi par son maître et deux cavaliers qui poursuivaient un beau marcassin. Le bruit provoquée par la chevauchée effraya d'autres bêtes et inévitablement de nouvelles courses commencèrent.
Mysti banda son arc, guettant un signe parmi les feuillages. Un mouvement en hauteur lui fit lever son arme et il stoppa son cheval. Un silence passa pendant lequel les autres cavaliers à ses côtés restèrent muets. Et tout à coup un chien aboya ! Le mouvement se renouvela et des cris d'oiseau retentirent, le mage décocha son trait juste quand une perdrix de bonne taille émergeait des branches. Touchée dans l'aile, elle dégringola peu à peu et la course s'engagea.

La battue se poursuivit plusieurs heures. au cours desquelles on entendit parfois les hérauts crier les noms des bêtes dont le quota avait été atteint, et que par conséquent il ne fallait plus chasser.


Dernière édition par Mysti de Méline le Ven 13 Sep - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mer 19 Juin - 23:58


Yue était tapie au sol fermant les yeux pour ressentir les mouvements de la forêt. La vie s’éteignait petit à petit à mesure que le jour prenait le pas sur la nuit. La marche avait été longue jusqu’à Criméa et les deux acolytes ne pensaient pas arriver si tard dans la forêt qui bordait la capitale. Un grognement grave s’élevait dans les airs forestiers, Yue avait faim.

- Jaaaaafeuh ! Tu veux pas hurler au rassemblement comme ça j’n’aurais pas besoin de me déplacer pour trouver des proies, elles se réuniront toute autour de toi…

- Ouais et comme ça la prochaine fois que j’ai besoin de leur aide pour sauver tes miches bah personne ne répondra à mon appel… Super plan. Tu ne pourrais pas te poser dans un coin, manger ta viande séchée comme tout le monde et attendre notre invité au calme ?

- Mais il n’arrive pas avant la nuit et la viande séchée c’est dégueu…

Elle s’arrêta dans sa phrase au même moment où les oreilles du loup se dressaient. L’un comme l’autre entendait le sol de la forêt gronder et au loin l’aboiement des chiens émettait un son de glas pour les bêtes de la forêt.

- Tu les évalues à combien ?

Yue ne saurait dire, elle entendait de nombreux sons différents allant des sabots battant le sol, au sifflement des flèches. Il y avait vraiment du monde en cette belle matinée et ils avançaient vite. Soudain, Jaf se jeta sur Yue l’écrasant de tout son poids contre la terre. A quelques mètres de leur position se mouvait une meute de loup.

- Ils ne nous ont pas vus…

- Bah quoi ce ne sont que des loups !

- Tu me côtoies depuis plus de 2 ans et tu ne fais toujours pas la différence… Bref, je n’sais pas ce que font les humains, mais on devrait faire comme ces Laguzs et partir dans l’autre se…

 
Yue se dégageait lestement de la prise du loup et monta d’un bond agile dans les branches d’un chêne. De sa vision perçante elle regarda à travers les bois et repéra à un demi-kilomètre de sa position du mouvement suspect.

- Ah… c’est de la chasse au gros, on dirait que les humains ont peur de manquer cet hiver.

- Partons alors !

Mais à son grand désespoir, la chasseresse s’avançait déjà à la rencontre des humains. De branche en branche elle surplomba bientôt l’un d’entre eux. Il semblait chercher l’une de ses proies et le chien domestique qui l’accompagnait reniflait en tout sens à quelques mètres de lui. Yue profita que la bête s’enfonce dans un fourrée pour le rejoindre d’un saut.

- Hey ! Celle là est pour moi l’ami canin !

Le chien grogna et se jeta à sa gorge mais avant même d’amorcer le mouvement elle était déjà repartie à l’abri des branches. Jaf secoua la tête avec dépit alors qu’il esquivait à son tour l’un de ses cousins.

- Yue revient maintenant !

Mais la Beorc n’avait rien de raisonnable et s’enfonça un peu plus dans les lignes ennemies quand une flèche frôla le bout de son nez.

- Whoh… Faut faire attention !

Mais alors qu’elle s’esclaffait une seconde faillit la transpercer de par en par.

- Y’a une grosse perdrix dans celui là !

*Grosse ???*

Les chiens se mirent à entourer l’arbre et les chasseurs également. Yue se sentait quelque peu oppressée et après une énième flèche esquivée, elle se sentit obligée de leur donner une leçon de tir. Les deux flèche qu’elle décocha, partirent de manière presque simultanée alors qu’elles venaient se ficher respectivement dans l’emmanchure droite et gauche d’un archer, le plantant à un tronc.

*J’t’enficherais des grosses !*

L’albinos se releva victorieuse mais le mouvement trop vif brisa la branche, la laissant s’écraser ridiculement sur le sol.

- Bon j’ai peut être abusé sur le dernier repas faut croire… Salut !

Les arcs se penchèrent sur elle, la pointe de leurs flèches sur sa gorge. L’archère les défigura de son regard espiègle et aussi vive que l’éclair, elle brisa le bois des projectiles via les lames de son Eristoff/

- La prochaine fois les enfants !

Se retournant elle décampa à la vitesse de la lumière ne réfléchissant même pas à la direction qu’elle prenait, bien que Jaf essayait de lui signifier que le chemin qu’elle empruntait  la diriger directement sur le cortège principal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 20 Juin - 0:57

Au détour d'un arbre, l'élan de la jeune sauvage l'empêcha de s'arrêter devant l'imposante stature d'un cheval blanc comme neige. Son agilité lui permit d'échapper à ses sabots d'un puissant bond mais l'homme assis sur la bête fut heurté de plein fouet. Le terrain derrière eux était en pente, aussi se mirent-ils à rouler l'un sur l'autre jusqu'à une clairière relativement plate ou se tenaient le héraut et ses assistants qui recensaient les proies, ainsi qu'une bonne vingtaine de chevaliers et la moitié de leurs écuyers. Mysti et Yue atterrirent... juste au milieu de cette joyeuse communauté.

Sonnés l'un comme l'autre pour quelques secondes, ils se firent encercler par une série de lances et d'arcs prêts à les embrocher.


"Général !"

Plusieurs soldats affolés approchèrent le duo pour le séparer, et leurs épées s'ajoutèrent à la multitudes de menaces qui pesaient sur la jeune femme. Mysti se releva enfin et apprécia la situation. Il écarta sans ménagement les hommes qui avaient voulu bien faire et se plaça entre la cible et les flèches.

"Baissez vos armes ! Vous voyez bien que cette personne ne ressemble pas à un animal sauvage !"

Il jeta un regard à la personne en question et remarqua son allure pour le moins... campagnarde.

"Du moins... autant que possible."

Le gros du peloton obéit, certains ayant des doutes sur le comportements de la jeune femme préférèrent garder leur flèche tendue, juste au cas où. Le général se tourna alors vers elle et la débarrassa d'une brindille prise dans ses cheveux.

"Puis-je connaître votre nom damoiselle ? Cette zone a été réservée pour la battue royale de ce jour et nul ne doit s'y trouver, au risque de recevoir un tir perdu. Que faites-vous en plein milieu des bois à cette heure ?! Soldat, des affichettes ont-elles bien été placées aux portes de sortie de la ville comme je l'avais ordonné ?
-Eh bien, messire, nos subordonnés étaient formels... A moins qu'elle ne sache pas lire..."

Le maître suprême des armées criméanes planta son regard dans celui de la sauvageonne, attendant une réponse. Si l'on comptait le nombre de personnes présentes qui ne cessait de croître à mesure que les chasseurs venaient rapporter leurs prises, elle avait plutôt intérêt à coopérer. Comme preuve de son habileté, Mysti portait lui-même quatre lapins bien gras à la ceinture et d'un geste il pouvait la saisir pour ne plus la laisser s'en aller, bien que ce ne fut pas son intention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 20 Juin - 14:24


Jaf avait suivi sa partenaire terré dans les fourrés. Les chiens se faisaient de plus en plus nombreux, les risques d’êtres découvert également mais le chasseur connaissait toute les ficelles de cet art subtil et jamais il ne se laisserait prendre à son propre jeu. Bien que ce ne soit pas le crédo de sa sœur…
Yue au milieu des humains regardait en tout sens ignorant sans le vouloir l’homme qui s’adressait à elle. Il était nombreux, mais les humains ne l’inquiétait pas, ils n’étaient pas assez rapide pour la rattraper si elle partait en courant. Cependant les chiens… elle en avait une sainte horreur.

-Eh bien, messire, nos subordonnés étaient formels... A moins qu'elle ne sache pas lire...

Piquée au vif, la jeune femme porta un regard assassin au jeune naïf qui osé sous entendre qu’elle était inculte. L’insulte sauvageonne passait encore à ses oreilles n’ayant que peut d’intérêt pour les citadins et se disant volontairement fille des forêts, mais cela ne méritait pas le dédain des chasseurs de secondes zones.

- Peut être avez-vous simplement oublié de mettre des affichettes à l’entrée Nord de la forêt soit la route commerciale.

Yue se releva s’époussetant rapidement les vêtements.

- Quant à ma capacité à lire, je la pense aussi efficace que votre dédain pour les gens du petit peuple.

Le sourire chaleureux qu’elle arborait casser avec le ton cinglant de ses mots pourtant comme une lettre à la poste, l’agressivité de sa voix s’évanouissait dans la tendresse de son expression presque maternelle.

- Et pour mon nom… Je ne suis pas sure qu’il vous intéressera grandement mais le votre ma l’air d’une plus grande importance alors laissez moi deviner !

Se mettant en mouvement pour tourner autour du dit « général » et l’observer de son air analytique, L’archère se fit rapidement arrêter par la menace des flèches pointées sur elle.

- Ils ont l’air tendu vos hommes, pour une simple  « sauvageonne » ! Mais pas grave, je devinerais depuis ma position.

S’agitant dans tous les sens et adoptant des poses tout à fait clichée pour un enquêteur, l’albinos détailla du regard l’homme qui lui faisait face, faisant fie de l’étiquette dont, à vrai dire, elle n’avait pas connaissance.

 - Pour avoir pu vous toucher lors de notre contact accidentel
_ Ses joues rougirent innocemment _ Je ne dirais pas de vous que vous êtes un homme d’arme. Un combattant aguerri certes ! Quoi que… un peu jeune selon moi. Mais mon frère doit avoir la moitié de votre âge et pourtant il me botte les fesses sans problème. Ensuite, à l’allure de vos mains toute à fait soignée je dirais que vous êtes plus orienté magie. Et au vu des acquiescements de la foule nous entourant je pense être sur la bonne …
- Impie ! Tu devrais t’incliner devant le maître suprême des armées criméanes Mysti de Méline !!! Qu’une petite idiote comme toi s’adresse à lui ainsi…

- Mysti de Méline ! J’ai bien deviné ?

 
Cette petite phrase sur le ton de la plaisanterie et agrémentée d’un petit clin d’œil espiègle sembla détendre l’atmosphère et un loup foutrement bien dissimulé sembla soulager de voir les humains se calmer.

- Trêve de plaisanterie, Je me nomme Yue Dubois, et je dois avouer ne pas être passé par la ville et donc de ne pas avoir eu l’occasion de lire vos écriteaux. Veuillez m’excuser de perturber votre chasse mais à vrai dire, vous perturbez également la mienne.

Alors que le malentendu semblait s’évanouir, un hurlement de loup retentit à une centaine de mètre d’eux suivit du jappement d’un chien.

- Je vous avez dit que j’étais accompagnée ?


Dit-elle l'air navrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 20 Juin - 17:15

"Le moins que l'on puisse dire, c'est que vous avez du mordant, damoiselle. Enchanté de faire votre connaissance malgré les circonstances plutôt originales. Je crois comprendre que la personne qui vous accompagne fait partie des Laguz, ce qui m'étonne serait plus le fait qu'un loup rôde dans une forêt limitrophe du pays de Gallia..."

D'un geste, le général fit signe aux soldats de baisser leurs armes encore une fois et pria le héraut d'approcher.

"Sonne la retraite, que tous reviennent ici. Nous nous sommes aventurés trop loin dans la forêt et risquons de blesser d'autres Laguz en plus de les déranger. Yue Dubois, si vous voulez bien pardonner notre méprise, je puis vous offrir ceci."

Il décrocha deux des lapins qu'il avait à la ceinture et les lui tendit.

"Ce n'est qu'un modeste présent, mais cela remplacera je l'espère une partie du gibier que nous vous avons empêché d'atteindre."

Le héraut partit exécuter sa tâche pendant que les chasseurs applaudissaient l'initiative, tout en soulignant combien la paix entre les Laguz et les Criméans perdurerait grâce à un homme de cette trempe. Très calme, Mysti affichait un air amical et traitait les cadavres de lapins avec un certain respect dans les gestes, malgré leur mort.
Afin d'apaiser un peu plus encore les esprits, il déclara :


"Je ne sais si ce sont mes mains ou notre collision, mais vous avez deviné juste, je suis bien Mysti de Méline. Et puisque le soleil n'est plus très loin de son zénith, je songe à faire rentrer mes hommes en notre capitale. Qu'en pensez-vous damoiselle Yue ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mer 26 Juin - 23:31


Le loup sortait de sa cachette, un peu de sang sur le bord de sa gueule. Il ramenait avec lui un jeune lévrier qu’il avait légèrement estropié à la patte mais la bête ne l’avait pas manqué non plus. Le loup repris une forme humaine découvrant une balafre sur son cou. Le jeune enfant de 12 ans traversa l’assemblée la tête haute, l’air presque hautain alors qu’il faisait glisser sur ses oreilles la capuche d’une cape sombre.

- Je ne sais si ce sont mes mains ou notre collision, mais vous avez deviné juste, je suis bien Mysti de Méline. Et puisque le soleil n'est plus très loin de son zénith, je songe à faire rentrer mes hommes en notre capitale. Qu'en pensez-vous damoiselle Yue ?

- On devrait partir grande sœur. La ville n’est pas sure pour toi, et une fois le soleil haut dans le ciel tu sécheras la peau comme celle d’un poisson hors de l’eau.

- Moi je suis partante !

- Tu es vraiment inconsciente. Fais comme bon te semble mais ne compte pas sur moi pour t’accompagner.


Le jeune loup était de très mauvaise humeur. Il ne se sentait pas à l’aise entouré de tant de Beorcs armés et menaçants, il avait encore moins envie de retourner à Mélior alors que la première fois qu’il s’était approché de cette cité, il s’était fait capturer entant que loup et enfermé dans une cage où il ne pouvait même pas s’asseoir. Forcé à être allongé durant des jours, mangeant une nourriture insalubre, il croyait que jamais personne ne lui ouvrirait la porte et se sentait s’affaiblir de jour en jour…

- Oh arrête de jouer les rabat-joies ! Et viens. On reverra peut être Hélène et puis ça te permettra de te faire une autre idée sur les Beorcs.

Mais le jeune garçon était déjà parti.

- Bon bah moi je dis que je suis d’accord pour venir avec vous à la capital Monsieur Général. Et puis j’ai été garde de chasse à une certaine époque, alors je pourrais certainement vous aider !

Un cor de chasse résonna dans la forêt et d’un même pas tous les Beorcs se mirent en route. Se mélangeant aux piétons, Yue se mit en marche avec eux, jetant à peine un regard en arrière pour son jeune frère. Elle savait qu’il pourrait se débrouiller seul.

- Par contre pas de cheval pour moi, car je ne conçois pas ces créatures autrement que dans mon assiette.

Se mêlant à la foule, la jeune femme détendit l’atmosphère à grand renfort de maladresses, de bavardages inutiles et d’une étrange gestuelle. Mais ce qui brisa réellement la glace fut le moment où elle sortit des bandages de sa sacoche jaunie par le temps et qu’elle commença à s’en recouvrir toutes les extrémités. Les doigts, les mollets, l’avant des bras, la gorge et le bas de son visage.

- Euh vous faites quoi dame Dubois ?

- Je supporte difficilement les rayons de soleil, comme vous pouvez le voir, je suis ce qu’on peut appeler une enfant de la lune.

Un parfum se mit à chatouiller les narines de la chasseuse… une odeur un peu trop familière…
Yue lança un sourire aux chasseurs et ralentit sa marche pour se mettre au niveau du général. La jeune femme sentait une odeur de charogne.

- Dites l’un de vos hommes est blessé ?

Elle se posait plus la question pour elle que pour lui car elle savait qu’il ne pouvait sentir ce que son nez flairait. A mesure qu’il avançait, ça sentait le cadavre. Les chiens commencèrent également à s’agiter bien que leur maitre les maintenait d’une main ferme.
Guidée par son instinct, la jeune femme s’enfonça en direction de la source de l’odeur indiquant la direction au commandant en chef.
Soudain, ils tombèrent sur un cadavre. Habillé de simples fripes, il avait de nombreuses blessures et des marques de liens à ses extrémités. Une flèche traversait son thorax…Cette chasse là était de mauvais goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 27 Juin - 14:17

Le Beorc observa avec intérêt la brève apparition du Laguz-loup parmi ses hommes. Nul besoin de lui demander pourquoi la troupe l'intimidait, mais on sentait dans sa démarche une volonté d'indépendance qui laissa au général que l'entente entre Gallia et Criméa était décidément en bonne voie. Il tenait tout de même à l’œil ses soldats, pas tous enclins à accepter d'un tel être si facilement. Néanmoins aucun accrochage ne fut à redouter : la discipline régnait dans les rangs. Si Mysti n'avait pas été là, certains auraient pu prendre plus de libertés. Peut-être.
Il repartit aussi vite qu'il était venu et une légère tension retomba. Pendant ce temps, Yue se répandit en futilités qui déridèrent quelque peu les chasseurs. D'un geste, Mysti ordonna que l'on se mette en route pour Mélior. A pieds, il caressa les flancs de son cheval lorsque la jeune femme évoqua le fait qu'elle préférait dévorer cette noble bête. La loi de la nature.


"Si cela ne vous incommode pas trop, je préfèrerais que nos chevaux restent tous en un seul morceau. Nous ne prenons pas tant soin d'eux pour qu'ils finissent en simple pièce à déguster."

Le général restait près de cette étrange personne. Elle paraissait tout à fait dans son élément et en même temps tout à fait décalée avec son environnement. Au moment où cette pensée mourait dans son esprit, elle sortait de vieux bandages et commença à les attacher sur son corps. Quelle étrange pratique...
Le jeune mage avait entendu parler des enfants de lune. Il allait régulièrement fouiller dans les archives royales pour en apprendre plus sur toutes sortes de sujets, notamment la magie et la médecine, indispensables en cas d'attaque ennemie pour préserver le maximum de personnes placées sous ses ordres. Atteints d'une maladie de peau très rare, les êtres désignés sous le nom d'enfants de la lune pouvaient être brûlés en quelques minutes s'ils s'exposaient trop à l'astre solaire. En revanche, ils toléraient parfaitement celle qui était reflétée par la lune la nuit. Il doutait que de simples bandages suffisent à la protéger parfaitement mais elle semblait savoir ce qu'elle faisait, et il pourrait toujours intervenir en cas de besoin.



"Dites l’un de vos hommes est blessé ?"

Brusquement, il revint à la réalité. Il examina les chasseurs, leurs écuyers et même les chiens autour d'eux. Aucun ne présentait de blessure apparente, à part le lévrier mis en déroute par le Laguz-loup rencontré plus tôt.

"D'après ce que je vois, tout le monde se porte bien. Et surtout, en cas de blessure on serait venu m'avertir. Avez-vous repéré quelque chose ?"

Puisqu'elle savait visiblement où elle allait, Mysti la suivit et perçut petit à petit une odeur qu'il avait espéré ne jamais sentir encore : celle de la décomposition. Celle qui avait hanté ses nuits lorsqu'il avait fallu résister puis libérer Criméa. Celle qui planait au-dessus des champs de bataille lorsque ceux-ci redevenaient silencieux. Celle qui annonçait la tristesse et l'horreur...
Mécaniquement, il dégrafa sa sacoche accrochée à la ceinture et sortit son livre de sorts. Ils finirent par trouver la source de l'odeur et le général en chef réprima un haut-le-cœur. Il n'arrivait pas à s'y faire.


"Que le gros de nos effectifs rentre au palais et dresse le bilan de nos prises puis se les répartisse comme d'ordinaire. Je veux quatre volontaires pour suivre la suite de ce malheureux avec moi..."

Il confia les rênes de son cheval à un cavalier qui approchait puis s'intéressa de plus près au cadavre. Ses vêtements le désignaient comme un pauvre dénué de tous biens, mais des marques encore nettes sur ses poignets permettaient d'opter plus facilement pour l'hypothèse d'un prisonnier. Les vers blancs qui vagabondaient sur sa carcasse empêchaient une réelle reconnaissance des traits, ils avaient dévoré la peau et la chair depuis un moment déjà, peut-être deux semaines ou trois.

"Général ? Que fait-on ?
-Le mieux serait sans doute de le ramener en ville afin qu'un expert s'en occupe, mais l'état dans lequel il est m'inciterait plutôt à lui offrir de rapides funérailles ici même..."

D'un geste écœuré, le général en chef s'empara de la flèche pourrissante et la retira du corps sans vie. En regardant bien, il distingua une marque de couleur dissimulée près de l'empennage. Une marque qui correspondait à celle d'archer appartenant à Begnion.

"Il me semble qu'une visite à nos chers voisins s'imposent. Que cet homme soit Criméan ou Gallian, il a été abattu sur nos terres. On nous doit donc réparation. S'il s'agit d'un Begnionin qui s'est enfui dans cette partie de la forêt pour survivre... quelqu'un le recherche peut-être. Yue, comment l'avez-vous retrouvé ? Vous m'avez l'air d'avoir vécu longtemps en forêt, peut-être disposez-vous d'une acuité sensitive supérieure à la nôtre. En ce cas, pourriez-vous remonter sa trace avec ce qu'il reste de lui ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mar 2 Juil - 23:31


Yue avait du mal à se tenir au dessus du cadavre en décomposition car bien que le repérer avait été simple, maintenant qu’elle se trouvait en face de sa puanteur, et de sa putréfaction, ses nerfs olfactives martelaient son crâne. L’hypersensibilité bien que contrôlée de l’archère lui jouait parfois de mauvais tour.

- Je ne pourrais le pister au flair… car avant de mourir, il n’avait pas cette odeur et je serais bien incapable d’imaginer le parfum qu’il avait de son vivant…

Cependant, sa propre phrase lui ouvrit les yeux sur une légère incohérence dans l’empreinte olfactive du mort. Elle repérait des restes d’alcool mais pas de l’alcool à boire, mais quelque chose de plus subtil, de plus travaillé, une fragrance fleurie, sucrée et féminine. C’était un parfum de femme, et s’il persistait malgré le vent, les intempéries et la décomposition… c’est qu’il devait être d’une extrêmement bonne qualité. Yue avait déjà travaillé avec des personnes portant ce type de parfum entêtant ou plutôt pour ce type de personne car évidemment, une jeune manante comme elle ne pouvait être considérée comme l’égal de ces sacs à frics de noble.

- Je ne sais pas qui il est mais ceux qui l’on tué, mon seigneur, étaient assurément de votre classe.

L’archère ne jugeait pas les gens de la haute, mais elle ne comprenait pas leur attrait pour ce qui brille, que ce soit la gloire ou les bijoux. Pour elle, ce qui brille attire l’attention, et l’attention n’aide pas à rester invisible, n’aide pas ses projets…

- Je crois que j’ai une piste.

Elle ne pouvait suivre l’odeur du fugitif mais elle pouvait peut être pister celle de ses poursuivants. Fermant les yeux, elle ferma ses sens aux bruit, au goût et se concentrant sur une seule chose, son nez. La forêt recélait d’un éventail de parfum mais celui-ci avait quelque chose de synthétique, de vicié.

- Suivez-moi !

Le dos voutait comme celui d’une bête, la jeune femme se mouvait au ras de la nature et la trouva… cette infime trace de parfum.

- A partir de là, je n’aurais plus besoin du corps, vous pouvez l’enterrer ou sinon, il nourrira les charognes, ça les changera de leur viande habituelle.

Le sourire sur ses lèvres était certainement malvenue pourtant c’était le cours normal de la nature et bien des fois, il avait partagé le repas des charognards.

- Regardez, cette branche est brisée, alors on pourrait penser à un animal mais je n’ai pas souvent vu de bête à la robe violette.

Yue tira un fin filin de soie violette coincé dans la branche brisée, encore un signe de richesse. Elle suivit la piste du parfum sur plusieurs centaines de mètres et recroisa la piste des Laguzs. Coïncidence ? Elle ne pouvait le dire avec certitude et sans l’aide de Jaf c’était plus compliqué. Le loup était plus au clair des dernières tendances Laguz et Beorc, des derniers phénomènes et vices à la mode.
Soudain, Yue sentit une odeur plus forte et plus reconnaissable. Elle prit la main du général et se mit à courir l’entrainant avec elle. Ils tombèrent alors sur un campement. Ils étaient profond dans la forêt, trop profond pour que des personnes Lambda s’y aventure sans guide. Il y avait un ancien feu et quelques fripes accrochées à un arbre. Mais ce qui attira son attention c’est une corde lâche autour d’un arbre sur laquelle il y avait encore du sang.

- Je ne sais pas ce que ça vous inspire mon Seigneur mais moi je dirais que c’est un petit safari guidé qui a mal tourné, hélas.


Yue avait une idée un peu plus lugubre à l’esprit mais préférait la garder pour elle pour le moment. Les trace s’éloignait ensuite vers le nord, certainement pour rejoindre la route commercial qui joignait Begnion, Criméa et Hatary.
Elle renifla une nouvelle fois et repéra la meute de loups qui les observait depuis une bonne centaine de mètres dans la forêt. Ils étaient invisibles aux yeux des humains mais pas aux siens. Cependant… Elle se tut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mer 3 Juil - 0:34

Le général des armées avait pâli. Malgré l'assurance qu'il affichait extérieurement, il avait la nausée. La nausée de voir la mort en face mais aussi celle des êtres qui avaient pu abandonner ici un homme sans sépulture et sans aucun scrupule. La barbarie, encore...

Yue le tira de nouveau de ses pensées et lui permit de s'éloigner de l'infâme spectacle un temps pour lui affirmer qu'un noble était à l'origine de tout ceci. A partir de là elle trouva de quoi suivre une piste. Mysti était resté silencieux, aussi blanc que la neige.


"Je ne peux me résoudre à le laisser ainsi... Tout être vivant et mouvant a droit à des funérailles. Je ne vous demanderais que quelques minutes."

Il revint à distance respectable et ordonna à ses hommes de reprendre leurs chevaux et de suivre la direction indiquée par Yue. Pendant ce temps, il lut quelques extraits de son livre à voix haute et le corps s'embrasa comme un lit de paille. Lorsque les cendres furent à peu près éteintes, il les recouvrit de terre pour s'assurer qu'aucun feu de forêt ne prendrait puis attrapa la bride de son cheval et continua l'avancée.

Au bout d'un moment cependant, la guide de fortune du mage accéléra l'allure, le forçant à redoubler d'attention pour ne pas tomber, et à lâcher son cheval en conséquence. Les chevaux auraient bien du mal à franchir les obstacles comme ils venaient de le faire.


"Attendez ! Mes soldats sont... Aaaaah doucement !"

Leurs pas les conduisirent jusqu'à un campement abandonné qui ne manqua pas de surprendre Mysti. Si proche de la frontière... Selon la position du soleil, ils n'avaient dû parcourir que six ou sept fois cents mètres. Ils se trouvaient donc juste devant les montagnes avant Begnion.
Avec un soupir, le général passa une main sur les braises du feu. Froid. Les mécréants qui avaient osé perpétrer leur forfait étaient bien sûr en cavale.


"Je ne sais pas ce que ça vous inspire mon Seigneur mais moi je dirais que c’est un petit safari guidé qui a mal tourné, hélas.
-Un safari dites-vous ? Je n'aime pas trop cette expression mais je dois reconnaître que..."

Relevant la tête, le chevalier remarqua la corde et lâcha aussitôt les cendres éteintes qu'il avait en main. Son regard s'accrocha à l'objet avec la même immobilité morbide que si une météorite s'écrasait dans sa direction.

"Yune punisse ceux dont le cœur est assez sombre pour commettre de telles abominations ! S'exclama-t-il."

Toujours pâle, il se força à garder contenance et s'approcha de l'objet qu'il détacha et laissa tomber au sol. Il ne la toucha pas de peur d'effacer l'odeur et regarda Yue de nouveau.

"Je ne devrais sans doute pas me reposer sur vos capacités exceptionnelles alors que nous nous rencontrons à peine, mais votre flair pourrait-il encore se mettre au service de la justice, damoiselle ? Je serais bien en peine de retrouver cet endroit sans votre aide. De plus, il ne me semble pas sûr. La frontière en fait un endroit stratégique mais quelque chose ne me plaît pas... Le camp a été levé plutôt précipitamment, il y a encore des traces de pas et de piquets dans le sol. Quelqu'un ou quelque chose a dérangé ceux qui se sont établis ici."

Tout en parlant, le général arpentait le campement à la recherche d'indices qu'il pouvait découvrir, ses sens en alerte. Il entendit quelques cris à une distance proche : ses hommes approchaient tant bien que mal grâce à ses propres traces fraîches.
Sans le savoir, il s'immobilisa à deux bonds des Laguz dissimulés dans les sous-bois. Ils pouvaient le croquer en un instant si l'envie leur prenait. Il regarda la flèche qu'il tenait en main et la cassa en deux soudainement.


"D'abord Daein... maintenant Begnion ? Je refuse de croire que les Beorcs sont tous stupides à ce point ! Il doit y avoir quelque mystérieux intrigant derrière cette histoire. Le problème est que j'ai besoin de l'autorisation de l'empire de Begnion et de la reine pour m'aventurer plus avant en ces terres. Un faux pas détruirait toute possibilité de diplomatie entre nos deux nations. De plus les chevaux ne sont pas habitués à se déplacer en montagne et il me faudrait des vivres pour la traversée."

Le mage tourna le dos aux Laguz embusqués pour retourner auprès de Yue, une colère sourde dans les yeux. L'estomac contracté par le dégoût, il avait néanmoins retrouvé une légère teinte rosée grâce à cette même colère.

"Je suis pieds et poings liés... Les Laguz des montagnes n'auront sans doute pas la même tolérance si je passe par leur territoire que les Gallians. Après tout, Begnion ne leur fait aucun cadeau, même les habitants de Criméa peuvent sembler rustres parfois. Le développement des projets entre nos deux cultures n'est pas assez avancé. Quel est votre point de vue, damoiselle ? Même en tant que général des armées, je tiens à reccueillir tous les points de vue avant de prendre une décision."

Une léger bruit au travers des arbres. Les Laguz, bien que particulièrement silencieux, produisaient tout de même de légers bruissements de feuilles. Et l'un d'eux n'échappa pas à l'attention de Mysti.

"Nous ne sommes pas seuls ! Restez près de moi, cela vaut mieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Ven 5 Juil - 22:05


L’albinos continua à analyser les lieux du regard afin de trouver des traces qui aurait pu expliquer la fuite précipitée de leurs proies. Au premier coup d’œil, elle n’aurait pu l’expliquer… Il n’y avait pas de signe de bataille, mais à vrai dire il n’y avait que peu de trace des Beorcs ce qui pouvait sembler bien étrange, à moins que quelqu’un ait essayé d’effacer leur trace.
L’archère posa une main sur un des troncs et sentit au touché trois légères abrasions. Yue se mit sur ses gardes bien qu’elle savait à quoi s’attendre. Cependant, elle ne saurait définir si les attentions de la meute étaient bonnes ou mauvaises. Son regard se porta dans leur direction, leur signifiant clairement qu’elle les voyait. Elle leur sourit.
Sur la défensive, les crocs sortis et le dos hérissait de poils, l’archère sentait leur hésitation. Ils étaient plus ou moins à nombre égal et les Beorcs étaient armés et entrainés. Yue le savait, les loups aussi. La tension montait, palpable. Le pic de tension fut atteint lorsque le général se posta devant eux, à quelques mètres de leurs crocs à quelques mètres de sa mort. Puis il recula, laissant une aura de soulagement se répandre… avec un peu trop de bruit peut être.

- Nous ne sommes pas seuls ! Restez près de moi, cela vaut mieux.

Comme un signal de départ, cette phrase déclencha l’attaque. La demi-douzaine de Laguz plongea dans le campement en grognant à l’unisson. Le plus proche se jeta sur le général alors que les suivants profitaient de cette ouverture pour se lancer sur l’archère et les autres soldats. Prise de vitesse, l’archère n’eut pas le temps d’armer son arc mais alors que la mâchoire de la bête se refermait sur son bras gauche, elle donna un coup latéral de son Eristoff en plein dans le flanc de son agresseur, évitant la blessure. Puis elle roula au sol pour éviter l’assaut d’un second Laguz.
Elle ressentait de la colère mélangée à de la peur dans leur offensive. Leurs coups bien que puissant manquaient de conviction. Elle entendit un cri derrière elle, l’un des soldats venait de se faire chopper à la jambe et mis à terre. Elle tenta de se déporter vers lui, mais à son tour, elle se fit saisir par le mollet. L’archère étouffa un cri de douleur alors que l’animal commençait à la trainer. Elle devait mettre fin à ce combat. Elle sortit de son carquois Mercure et bien qu’elle ne put la bander à son arc, elle l’empoigna fermement et enfonça la pointe de sa flèche dans l’épaule de la bête. La mâchoire se relâcha autour de sa jambe.

- Maintenant tu vas te calmer mon mignon, car ta blessure est empoisonnée et je t’assure que t’exciter ainsi ne fera qu’accélérer ta perte.

- C’est vous qui allez vous calmer, humain.

Le loup sous forme bipède tenait fermement un soldat au sol dont le gorge reposait entre les incisives d’un loup prêt à serrer.[/color]
- Ce territoire est votre et nous n’en remettons pas la propriété en compte. Mais il est hors de question que vous repreniez les infâmes activités qui sévissaient en ces lieux.

- Où nous vous chasserons comme vos prédécesseurs, ces sales tueurs sanguinaires !
[i]
Cette phrase avait été crachée avec véhémence par la jeune louve que Yue avait blessée à l’épaule. Elle haletait légèrement mais l’archère connaissait la puissance du poison qu’elle avait utilisé, elle avait déjà subit les effets. Elle jeta un coup d’œil aux loups immobiles mais encore prêt à se battre puis à Mysti et les autres Beorc.

- Je pense qu’on devrait tous péter un coup et discuter pour éviter un malentendu funeste…

Elle baissa son arme et envoya le remède à la jeune femme Laguz.

--------------------
HRP : Laisse toi aller sur la suite et ce qu’ils pourront te dire, la raison pour laquelle ils ont chassé ceux qu’on cherche (par ex. si ils ont tué l’un des leurs lors de leur chasse ou quoi que ce soit d’autre XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Sam 6 Juil - 0:01

S'il n'avait pas entendu le feuillage qui précédait l'attaque s'agiter, le général aurait sûrement lut la formule de l'un de ses coups les plus rapides et embrasés la forêt en plus de la haine du peuple mi-animal.
Au lieu de cela, il vit arriver sur lui un énorme loup, le plus gros et donc probablement l'Alpha, qui bondit et le mordit à l'épaule. A ce moment-là, ses hommes avaient réussi à remonter ses traces et déboucher dans la clairière, où ils furent aussitôt interceptés eux aussi. Leurs armures de cuir minimisèrent néanmoins les dégâts pour le moment.


"Que personne ne riposte ! Rugit-il."

Lui-même laissa les crocs du loup s'enfoncer aussi profondément que possible dans sa chair et tenta de saisir le regard de la bête.

"Maintenant tu vas te calmer mon mignon, car ta blessure est empoisonnée et je t’assure que t’exciter ainsi ne fera qu’accélérer ta perte.
-C’est vous qui allez vous calmer, humain. Ce territoire est votre et nous n’en remettons pas la propriété en compte. Mais il est hors de question que vous repreniez les infâmes activités qui sévissaient en ces lieux.
-Où nous vous chasserons comme vos prédécesseurs, ces sales tueurs sanguinaires !"

Ainsi les hommes qui les précédaient étaient probablement des braconniers... chassés par les loups pour leurs crimes ?
Mysti peinait à réfléchir avec une épaule à demi-brisée par un loup qui devait bien peser son poids. Il poussa un cri de douleur puis jeta son livre un peu plus loin en signe de paix et positionna ses mains de façon à pouvoir écarter les mâchoires qui l'enserraient trop fort.


"Paix, Laguz ! Nous ne voulons en aucun cas vous affronter !"

Les soldats hésitaient à exécuter l'ordre, mais ils se contentaient de se défendre juste ce qu'il fallait. Yue eut l'intelligence d'agir en ce sens et bientôt les Laguz se mirent à douter, se regardant entre eux afin de connaître la marche à suivre. Le tortionnaire du général relâcha prise et aboya plusieurs fois. Les autres loups continuèrent de montrer les crocs, prêts à attaquer de nouveau, mais ils obéirent.

"Laguz ? Répéta-t-il. Tu ne nous traites pas de...
-Les sous-humains n'existent pas, pas plus que pour vous les humains ne devraient être des sous-êtres ! Nous avons chacun nos forces et nos faiblesses mais cela ne fait pas de nous des ennemis !
-Tu pourrais aussi dire cela pour que je te relâche et m'attaquer dans le dos. Les humains font cela.
-Comment vous prouver que nous ne sommes pas comme les autres ?"

D'un geste lent et univoque, Mysti porta une main à son épaule blessée afin de freiner la coulée du sang. Le loup, de la moitié de son poids environ, pourrait être repoussé avec un peu de poigne, mais le Beorc préféra rester sagement au sol et attendre.

"Général, que fait-on ?
-Mes ordres n'ont pas changé. Laissez-les tranquilles, c'est nous qui avons posé le doigt sur une chose gênante, pas l'inverse."

Nerveux, les chevaux reculèrent légèrement. Les cavaliers encore en selle récupérèrent leur bride avant qu'ils ne s'enfuient et ceux au sol durent fournir un gros effort intérieur pour déposer les armes. Mysti tendit sa main libre au loup pour qu'il la renifle si besoin ou qu'il la dévore s'il ne souhaitait pas lui accorder sa confiance. Ébranlé par cette marque de confiance, le loup Alpha réfléchit un instant.

"J'accepte de périr de vos crocs sur l'instant si vous nous jugez indignes, mais laissez mes hommes repartir. Ils ne diront rien à personne. Je suis leur supérieur et je le leur ordonnerai.
-Toi... Es-tu fou ?!"

Le chef de meute se remit à gronder et fit mine de vouloir mordre la main tendue du Beorc mais s'arrêta au dernier moment et constata que Mysti n'avait pas bougé d'un pouce, prêt en effet à sacrifier sa main.

"Il ment ! Les humains le font tous ! Il veut seulement sauver sa pauvre carcasse et revenir avec les chasseurs..."

L'argument manquait de fermeté, on aurait dit qu'il était presque récité par cœur. Au fond, ces loups n'étaient pas hostiles à cet homme qui n'avait fait qu'énoncer des vérités passées. Il avait cassé la flèche de ses congénères et exprimé son désaccord...
L'Alpha reprit forme humaine toujours assis sur la poitrine du général qui étouffa tut à coup sous le poids. L'éclat de ses yeux ne trembla pas pour autant. Alors le loup se leva.


"Relâchez-les, mais au premier mouvement suspect, tuez. Toi, tu es le chef n'est-ce pas ? Tu as dit être leur supérieur. Je suis moi-même le chef de ces Laguz. Je m'appelle Lupus. Du moins, c'est le nom qu'on m'a donné par le passé.
-Je suis Mysti de Méline, chef des armées de Criméa. Je possède l'autorité légale pour tous vous faire tuer dans cette forêt depuis plusieurs années, et pourtant je souhaite notre entente."

L'Alpha s'était raidi en entendant ce qu'il considérait comme une menace, mais le ton du Beorc était resté calme et assuré, de sorte qu'il lui laissa le bénéfice du doute.

"N'as-tu pas un nom que les Laguz t'ont donné ? Je sais que vous n'êtes pas prompts à cacher votre identité, alors...
-Tes confrères béorcs m'ont capturé et torturé jour après jour pour que je leur révèle tous les secrets de mon peuple ! J'ai tellement souffert de leur magie noire et possessive que j'en ai oublié qui j'étais jusqu'à ce que l'occasion de fuir se présente ! Et depuis, tous ceux qui ont le malheur de revenir ici sont nos proies !
-Dans ce cas, pourquoi ne pas nous tuer ?
-Général ! Vous êtes sérieux ?!
-Lupus, si vous nous parlez de ce que vous savez au sujet des Béorcs qui ont établi leur camp ici, et si vous nous racontez leurs méfaits, je m'engage à réparer les torts qu'ils vous ont créés, quel que soit le temps et la manière à employer. Laissez partir mes hommes."

Brutalement, deux loups bondirent sur Mysti, l'un se contenta d'approcher de sa gorge, l'autre mordit réellement à sa cheville. Il eut un spasme de douleur mais se refusa à tout mouvement brusque contrôlable.

"J'ai peut-être la preuve qu'il vous faut pour que vous m'acceptiez ! Il y a de cela plusieurs années, j'étais dans l'armée de résistance de Criméa et j'ai reçu un sort perdu. Depuis lors, je ne peux plus me servir convenablement d'une épée et j'ai une cicatrice dans le dos. Elle est faite de magie noire et aisément reconnaissable ! Cela prouve bien que je suis capable de de lutter contre d'autres Beorcs, et pourtant ils m'ont accordé la tâche plus que délicate de les protéger ! Ne pensez-vous pas que cela vaille la peine d'écouter ! Je ne souhaite que savoir qui a fondé ce campement, ce qu'il y faisait, et pourquoi nous avons retrouvé un cadavre un peu plus loin percé d'une flèche de Begnion ! Rien de plus."

Aussitôt, les deux Laguz qui l'emprisonnaient reprirent forme humaine, le retournèrent comme un paquet de viande et déchirèrent le tissu de ses vêtements là où son armure ne le couvrait pas. Au niveau des reins on pouvait effectivement voir une marque noire qui mourait depuis le dos.

"Si vous dites vrai, nous allons coopérer avec vous. Cependant, innocentez d'abord vos compagnons. Surtout toi."

D'un regard appuyé, le chef avait désigné Yue. Il s'approcha à une distance respectable et tourna autour, la jaugeant. Elle avait des aptitudes supérieures à celles des Beorcs, il voulait absolument savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mer 10 Juil - 21:10


Yue admirait réellement le général, il avait une vraie prestance et un contrôle de soi hors norme. Elle l’observait depuis le sol alors qu’elle venait de retirer sa botte pour examiner les dégâts qu’avaient pu faire le Laguz. Mais à son grand soulagement, le cuir avait amortit une bonne parti de l’attaque et à l’inverse de l’humain, elle n’était pas du genre à risquer des blessures pour rien. Elle connaissait la force des loups et ne sous-estimait pas leur bêtise, que ce soit vis-à-vis de leur haine pour les hommes ou vis-à-vis de leur tempérament enflammé.

- Si vous dites vrai, nous allons coopérer avec vous. Cependant, innocentez d'abord vos compagnons. Surtout toi.

L’archère sembla étonnée qu’on la désigne ainsi avec autant de méfiance et d’animosité. Ce n’était pas comme si elle venait de mettre à terre l’un des leurs ou qu’elle pouvait les suivre et les repérer rien qu’à leur odeur.

- Euh… moi perso, j’ai rien contre vous, mais on m’attaque je réplique. Et puis franchement vous n’êtes pas chez vous ici.

Le loup n’apprécia pas le commentaire et sortit les crocs, mais cette fois ci, Yue ne se laissa pas prendre par surprise. Son arc était bandé et sa flèche prête à être décochée. La tension semblait être remontée en flèche et c’était le cas de le dire.

- Tu m’attaques, je réplique. Je ne suis pas aussi magnanime que Monsieur.

Yue ne plaisantait pas, elle était prête à décocher, et il le savait. Ses yeux rouge sang montraient une détermination meurtrière. Elle ne sillait point, elle ne tremblait guère.

- Maintenant on arrête de tergiverser, on n’souhaite pas que vous nous fassiez confiance, mais simplement que vous nous disiez ce qui c’est passé. Après chacun rentrera chez lui. Nous, on veut juste élucider le mystère du cadavre sur ces terres.

L’albinos ne connaissait pas la diplomatie, ayant été élevée par un loup et côtoyé nombre d’entre eux durant sa vie. Elle se montrait familière mais elle l’était de même avec le Général de Criméa. Eristoff n’avait pas bien finalisé son éducation de ce coté là.

- Ils ont tué l’un des nôtres. Mon frère.

C’était la jeune louve empoisonnée qui venait de parler. Apparemment elle venait de boire la fiole antipoison. Son discours avait-il réussi à convaincre l’un d’entre eux ?

- Ils ne l’on même pas fait exprès. C’est ironique, non ?

Un sourire triste se peigna sur son visage alors qu’elle repensait à ce qui s’était passé mais un de ces compagnons vint la soutenir, reprenant le cours de l’histoire.

- Ils ont amené un prisonnier dans la forêt, je crois que c’est ce que vous appelez des esclaves.

- Qui ça « ils » ?

- Et pourquoi on lui répondrait alors qu’elle nous menace de ces armes !

- Ah désolée, je les baisse.

Ce geste naturel et maladroit sembla détendre les esprits mais ils restaient toujours sur leurs gardes.

- Des humains du sud, on n’les connait pas mais le mec qui l’accompagnait c’est un gars de chez vous. C’est lui qui organise ces chasses à l’humain. C’est une sorte de loisir de riche.

- Mon frère a été touché par inadvertance, alors…

- On les a viré et même…

Yue n’écouta pas la suite de leur parole, elle comprenait leur sentiment, eur haine et leur frustration d’avoir perdu l’un des leurs. Quant à cette chasse à l’homme, la jeune fille la trouvait méprisable et ridicule. L’humain ne représentait aucun défi à chasser en plus. Réflexion étrange mais réel.

- Ça vous dit quelque chose ? Un homme connaissant bien la forêt et ayant un rapport avec vos prisons ? Un garde de chasse ayant fait des séjours aux trous peut être ou…

Elle ne connaissait pas très bien la ville…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 11 Juil - 10:10

Mysti serra les dents dans un rictus de douleur lorsqu'il se releva, à genoux au moins. Couvert de poussière et de sang à l'épaule et la cheville, il s'efforça d'écouter toutes oreilles dehors en même temps qu'il pansait ses plaies. Des morceaux de manches arrachées et l'aide d'un de ses soldats feraient l'affaire pour l'instant.

"Des hommes du sud et un Criméan ? Ce serait donc une sorte de trafic entre Begnion et Criméa dans le but d'asservir les Laguz si je comprends bien. Je ne laisserai pas faire cela."

Tentant de se relever, le général constata une faiblesse dans sa cheville et préféra qu'on l'aide à remonter à cheval pour ne pas avoir à dépendre de quelqu'un. Entraver un chasseur dans cette forêt était une chose stupide à faire. Une fois en selle et avec un salut respectueux envers les Laguz qui auraient pu prendre ombrage de cette action, il continua sur sa pensée :

"Les truands ne sont pas rares, quelle que soit la nation qui les emploie, et j'ai bien sûr eu vent de plusieurs cas de traîtrise ou de marchands éhontés... Avoir de bonnes relations avec Begnion n'est pas difficile pour un Criméan, si tant est que l'on soit un minimum aisé et sociable. Et il faut prendre en compte que cette personne n'est peut-être jamais passé entre les mains d'un juge ou d'une prison..."

D'un regard, le mage balaya une nouvelle fois les environs, puis reposa les yeux sur Lupus et ses congénères.

"En tant que général des armées, on achète parfois mes services à des fins d'escorte diplomatique ou de patrouille le long des frontières. Peut-être pourrions-nous commencer par envisager de rechercher les personnes qui fréquentent le plus Begnion près de cette zone. Sauriez-vous me dire à quand remonte le dernier passage des Beorcs par ce campement ? Combien y a-t-il de temps entre chacun de leur passage ? Pourriez-vous peut-être décrire physiquement quelques-uns des hommes que vous avez vus ? Et aussi, jusqu'où s'étend la zone que vous protégez partir d'ici ?"

Quelques suspects se bousculaient déjà dans sa tête. Les noms de nobles si hauts placés dans la hiérarchie que même lorsque l'injustice était criante, les plus faibles injuriés se rétractaient, de peur de subir des représailles. Même, parmi ces gens, des gens de la cour de la reine Elincia devenaient suspects. Mysti songea à renforcer sa protection mais ce serait alerter d'autant plus vite les malfaiteurs qu'il y avait anguille sous roche. Les laisser continuer, tant qu'ils ne menaçaient pas le trône, donneraient l'avantage de la surprise.

Le général rangea dans son étui le livre de sorts qu'un de ses soldats lui tendit puis fit avancer son cheval de quelques pas vers la corde encore rouge au sol.


"Plus vous serez précis, mieux je pourrais éliminer les personnes qui ne correspondraient pas à votre description. Il s'agit de ne pas condamner d'innocents."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Lun 15 Juil - 18:13


Yue n’avait pas très bien compris la conclusion du général par rapport à l’asservissement des Laguzs mais elle laissa ce détail de coté. Tant qu’il pouvait retrouver le guide, tout devrait pouvoir s’éclaircir à partir de là. Elle regarda donc les différents Laguzs réfléchir aux réponses qu’attendait le général.

- Le dernier passage était il y a deux semaines mais ils font ça une fois par mois.

- Le type… l’espèce de guide, je l’ai déjà vu lors d’une battue. Je pense que c’est…

- Un garde-chasse.

Les regards se tournèrent vers Yue. La chasseuse avait déjà effectué un métier similaire, et il est vrai qu’elle côtoyait souvent des gens de la haute étant elle-même employée par des nobles de Mélior. Lors des jours de fête, elle organisait des chasses pour les nobles, histoire de leur faire croire qu’il participait au buffet qu’ils allaient déguster ou plutôt dévorer le soir venu..

- Oui… ce doit être un garde-chasse.

- Il est plutôt grand, une barbe imposante et brune. Il boite quelque peu de la jambe droite.

- il possède une hache ainsi qu’un arc.

Cette description excluait certainement un nombre non-négligeable de suspects, mais aux yeux de l’albinos, il s détaillaient la plupart des vieux chasseurs. Boiter était presque un symptôme normal de la chasse. Se prendre un phacochère était presque obligatoire dans ce métier et souvent ça se terminait en jambe blessée.

- Et vous n’auriez pas vu un écusson par hasard ? Moi par exemple quand j’étais garde-chasse on m’obligeait à porter une feuille de lierre qui était le symbole de la famille pour laquelle je travaillais.

Cette question sembla faire tilt dans l’esprit de la jeune femme. Elle se frappa la tête en disant :

- Deux cerfs qui s’affrontent. Il portait ce blason sur son carquois.

Ça ne disait rien à la jeune femme mais elle espérait que le général connaissait mieux qu’elle les membres de sa patrie. Mais appart une empreinte olfactive, elle voyait mal comment il pourrait faire mieux.

- Tu peux marcher ?

L’alpha s’adressait à la jeune louve que Yue avait blessée et paralysée par le poison. Celui-ci ne devait plus devoir faire effet grâce à l’antipoison que l’archère lui avait donné. Elle ne fut donc pas surprise que la jeune femme acquiesce.

- Nous partons alors. Vous n’avez plus besoin de nous et si vous n’êtes pas là pour mettre la forêt à feu et à sang, nous n’avons que faire de vous !


La pique était sèche mais Yue ne les en blâma pas. Même courtois, un Beorc restait un Beorc, soit la race qui avait pendant des années massacré leur peuple. Silencieusement, ils s’enfoncèrent dans la forêt sans jamais tourner le dos aux humains. Yue les regarda s’esquiver discrètement et attendit que leur odeur et disparut des environs.
Elle se retourna alors vers le Général.

- Alors, ça vous à ouvert les yeux sur de potentiel suspect ? On pourrait peut être leur rendre visite, non ?


Yue trépignait d’impatience de manière totalement insouciante. Cette histoire avait le don d’émoustillait son intérêt et cela se voyait dans le pétillement de ses yeux.

- En plus je connais bien ce genre de personne, donc je pourrais venir avec vous.

Son petit sourire espiègle ne laissait rien présager de bon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mar 16 Juil - 9:53

Le mage s'était senti défaillir. Deux cerfs qui s'affrontent, ce ne pouvait être qu'une seule famille.

(Hrp : Désolée pour la référence à Game of Thrones, je pouvais juste pas laisser passer *w*)

"Il nous faut des preuves..."

Ce n'avait été qu'un murmure, mais le jeune homme avait enfin pu expirer un peu d'air. Les chasseurs n'avaient pas encore trouvé de qui il pouvait s'agir mais en tant que général Mysti devait connaître la totalité des blasons des dignitaires criméans, et même des plus importants étrangers avec qui le pays devait traiter. Il regarda Yue et les autres avec un air grave.

"Le blason des cerfs combattants l'un contre l'autre vient d'une famille de très haute lignée, réputée pour ses disputes de père en fils pour les possessions de leur clan... On dit que les plus vertueux sont tous passés à la postérité tandis que les plus malfaisants ont tous péri dans d'atroces souffrances. Ils sont le jour et la nuit réunis, mais ils ont également le talent pour passer inaperçus dans tout ce qu'ils entreprennent. Actuellement, notre ministre des Affaires étrangères fait partie de cette lignée, les Barathéon. Son fils est une brute sans cervelle qui doit encore apprendre l'art de la guerre pour être reconnu comme le digne héritier de leur maison, et il a entrepris pour cela de se former auprès des chasseurs et des soldats aux techniques de filature notamment. Il veut se faire espion et main cachée du pouvoir... Garde-chasse est une profession qui permet cet apprentissage et la découverte des moindres recoins de la forêt en toute légitimité... Toutefois, je suis incapable de faire tomber les Barathéon sans preuves. Même si la reine Elincia acceptait de recevoir mes accusations sur l'honneur contre le fils, cela éclabousserait immanquablement le père, et s'ils sont de mèche ils n'auront pas trop de difficulté à me supprimer, légalement ou non. Le désordre ainsi provoquer permettrait de placer un pion à la tête des armées et c'en serait peut-être fini de la paix entre Laguz et Beorcs que nous tentons d'affermir.
-Nous risquerions aussi nos vies...
-Quelle que soit votre démarche, général, je vous suivrai ! J'ai prêté serment pour que triomphe la justice en toutes circonstances. Vous avez prouvé plusieurs fois que parlementer avec les Laguz plutôt que les combattre serait bénéfique pour tout le monde, alors les protéger et éradiquer la corruption de Criméa le sera aussi j'en suis convaincu !
-J'obéirai aux ordres, tant qu'ils ne vont pas à l'encontre de mon pays.
-Vous ne croyez pas que c'est tout de même dangereux ?! Je veux bien me taire et ne rien dire, mais je tiens à ma vie !
-Allons, que tout le monde se calme ! Rien n'est encore fait. Nous allons commencer par étudier minutieusement le terrain et poser des pièges. Si les informations des Laguz sont exactes, dans deux semaines un nouveau cortège passera par ici. Nous tendrons une embuscade à ce moment-là. Je vais informer mes hommes les plus fidèles et nous nous réunirons pour les préparatifs. Yue, je vous remercie pour votre aide, mais je ne souhaite pas vous impliquer davantage... Ceci devient une affaire d’État et je ne saurais y entraîner des civils avec moi."[/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mer 17 Juil - 15:06

[HRP] : Le nom de mon perso est Yue Eristoff alias, Yue Dubois. Mais le nom de mon frère loup est Yue Legris alias Jaf. Ils ont le même nom donc fait attention à la confusion ! Pour t’aider, Yue l’humaine écrit en blanc et Yue le loup écrit en rouge foncé

---------------

La jeune archère sentait que l’affaire lui échappait des mains. Elle n’avait aucune notion de politique, elle en avait encore moins en ce qui concerne les humains. Il faut dire que chez les Laguzs, la loi du plus fort bien que pas la principale était tout de même un atout majeur dans l’élection d’un chef. Elle ne comprenait même pas qu’un sale garnement pouvait remettre en cause la position d’un général de par son affiliation. Se connaissant, elle aurait simplement retrouvait le suspect, l’aurait pendu par les pieds jusqu’à ce qu’il avoue puis elle l’aurait fessé. Mais à bien y réfléchir, ce genre de comportement devaient lui provenir de son séjour au sein du Black Fang.

- A vrai dire, je pense que ça nous concerne.

Yue tourna la tête en direction de cette voix rauque qu’elle connaissait si bien. Le loup roux se profilait dans la clairière, reprenant progressivement  des allures de jeune garçon. Elle sentait sur lui l’odeur de la meute, il avait dû leur parler… Elle se demandait depuis combien de temps il était dans les environs.

- En tant que chef des frontières d’Hatary, je pense que si la vie de mes gens est en danger, je dois être prévenu et avoir un regard sur la résolution de ces dits problèmes.

Son regard souverain se posa sur le général alors qu’il se dirigeait vers lui le dos droit, la démarche royale.

- Je ne me suis pas clairement présenté tout à l’heure. Je suis Yue Legris, le maitre des frontières Hataryennes. Et après avoir conversé avec mes gens, et entendu vos propos, je pense que cette affaire ne relève plus seulement des Criméans mais également des Hatariens.

Yue avait rarement l’occasion de voir son frère dans son rôle de dirigeant. Il gagnait en charisme et en prestance. Il avait l’air tellement mature et responsable par rapport à elle qui continuait à vivre sans responsabilité, sans attache, sans contrainte. Il était étrange que la vie les ait ainsi réunis eux qui étaient si différents.

- Yue Dubois est mon ambassadrice en terre Beorc, et ma guide sur vos terres. Je ne pense pas que la congédier ainsi soit pertinent. Maintenant je pense qu’attendre deux semaines que les malandrins reviennent avec une autre proie n’est pas utile, autant les attirer avec une proie à laquelle ils ne pourront résister.

Yue ne comprenait toujours pas le rapport avec les Laguzs… pour elle ce n’était qu’une chasse à l’homme tout à fait anodine si on pouvait dire ça. Elle ne comprenait pas pourquoi la politique s’en mêlait. Elle s’approcha de son frère et posa une main sur son épaule en lui demandant à mi-voix :

- Mais Jaf… Maitre Legris, il me semble que ce Laguz n’a été tué que par inadvertance pour reprendre les mots de la jeune louve.

- Tu ne comprends pas ? D’après les dire de Sir De Méline, cette chasse à l’homme ne serait que l’entrainement d’un haut ponte pour une chasse de plus grande envergure. La Paix entre Laguz et Beorc est fragile… imagine qu’un haut dignitaire Beorc tue en nombre des Laguzs… d’un coté, il incarnera cette haine longtemps enfouie chez les humain et il réveillera celle des Laguzs, ce qui mènerait à des tensions, des tensions qui tendraient à rompre et une rupture qui pourrait mener à la guerre.


Le cheminement semblait logique mais Yue trouvait le raisonnement tiré par les cheveux et simple à arrêter.

- Alors débarrassons-nous de lui ?
 _ Dit-elle tout naturellement
- Oui mais pas de la manière que tu sous-entends, car comme la dit le Général, si on si prend mal, on peut jouer leur jeu. En supprimer un en créerais d’autres. Coupe la tête d’une hydre, deux autres viendrons la remplacer, tu comprends ?

Non elle ne comprenait pas, Yue n’avait pas cette vision globale qui caractérisait les dirigeants, les chefs. Elle était impulsive et n’avait cure qu’on la juge. Elle faisait ce qui lui semblait juste à un moment « t » bien qu’on lui dise que dans l’avenir, sa décision entrainerait des milliers de morts. C’est pourquoi elle avait sauvé Shikonai bien que ce soit un assassin, c’est pourquoi elle avait tué des soldats faisant fie de leur famille…

- Ne t’inquiète pas, je te guiderais, toi fait ce que tu sais faire de mieux ?

- ?

- Bats toi pour moi, ma sœur.

- Toujours.

L’archère lui souriait sincèrement. Le loup savait que cette histoire dépassait de loin les capacités intellectuelles de l’archère. Elle vivait au jour le jour et ne restait attachée au présent que grâce à son amour si généreux qu’elle lui portait, et qu’elle portait à Allen et Jaffar. Cependant, son honnêteté, sa franchise, son naturel était une bouffée d’air frais dans le monde vicié de la politique. Et il savait qu’il n’y avait pas meilleure soutien et combattante qu’elle. Il avait besoin d’elle pour être… lui.
Relevant la tête vers le Beorc, le loup reprit une voix ferme :

- Général, vous devriez faire tourner la rumeur qu’un dignitaire Laguz c’est aventuré seul dans la forêt de Criméa… ça devrait amener nos chasseurs à se montrer plus rapidement. Je ferais l’appât.

La détermination dans son regard n’acceptait pas de refus. Yue a ses cotés comprenait de par l’atmosphère tendue qu’une situation décisif prenait place, elle resta silencieuse.

-------------------------

Juste pour information, Yue Legris a environs 13 ans, il est effectivement maitre des frontières mais c’est son intendant qui dirige en vue de son jeune âge (intendant = Dame Lotsan 1ère du nom, soit sa cousine).
Tu peux l’incarner vu que c’est un pnj et niveau caractère, apart avec sa sœur où il est très tendre, il est plutôt du genre froid, inflexible et très patriote vis-à-vis des Laguzs. Et si on met en place la stratégie et qu’on attend plusieurs jours avant que les chasseurs viennent, fait une ellipse  ^^
Voilà bisous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 18 Juil - 11:34

Mysti n'en croyait pas ses oreilles. Ce loup d'apparence si jeune... un dirigeant de pays ? Après tout pourquoi pas. Lui-même était bien jeune pour être général des armées. Une nouvelle fois il s'inclina avec respect.

"Voilà qui change la donne. Je vous prie d'excuser ma méprise, votre seigneurie. Ignorant votre rôle, j'ai pensé que vous tenir à l'écart de tout danger serait plus convenable que de vous amener à prendre des risques pour une nation dont vous vous passeriez aisément. Cependant, si je ne m'abuse Hatary se trouve bien au-delà de nos frontières, au nord de Begnion. Que faites-vous par ici ?"

Bien sûr, chacun était libre d'aller où il voulait, notamment les puissants souverains. Et celui-ci par sa prestance et son bon-parler en était assurément un authentique, ou alors la tromperie avait été savamment organisée depuis des années.
Pour l'heure, le mage se fia à son instinct et plongea dans le regard du Laguz pour y trouver la détermination, l'assurance, la fermeté, la tranquillité. Cet homme-là n'avait pas peur et se battait pour les siens. Comment lui refuser une telle noblesse ? Dans le silence qui s'était installé, Mysti acquiesça.


"Votre idée me semble tenir la route. Si nous prenons les devants, nous aurons plus de chances de contrôler le dénouement de cette histoire. Je vais solliciter une audience avec la reine et le ministre Barathéon afin de justifier mes blessures. Elincia comprendra dans mon attitude que quelque chose ne va pas et me demandera de rester quand j'en aurais terminé. Je pourrais alors lui transmettre mes doutes sur le garde-chasse. Quant à son père, je ferai valoir sa fonction de responsable des Affaires étrangères pour qu'il vienne en personne vous rencontrer... en ma présence puisque je suis la victime, et celle de sa garde rapprochée. Je placerai des guetteurs auparavant dans la forêt afin qu'ils soient témoins de la scène. Vous devrez le provoquer ouvertement, mais par vos seuls mots. Si vous attaquez en premiers, vous serez responsables d'un échec diplomatique. Si ce sont eux qui déclenchent un assaut en pensant m'éliminer malencontreusement au passage, ils auront une belle surprise.
-Et si l'un des deux se rend compte de notre supercherie et décide d'envoyer des messagers à leur place ?
-Cela rendra mes doutes encore plus vifs. Je reviendrai vous voir avec mes propres hommes sous couvert d'un entretien diplomatique afin que vous n'attaquiez plus les Beorcs, et je compte sur leurs espions pour leur transmettre l'information selon laquelle vous quittez le territoire. Là, ils devraient réagir. Sans en avertir le palais, ils se déplaceront et ne peuvent manquer l'occasion d'avoir un "gibier" si je puis dire ainsi, aussi rare vous.
-Hum... Pourquoi pas. Tout ce que nous avons à faire de toute façon est d'attendre que quelqu'un vienne, qu'il s'agisse de vous seul ou de cet homme. Et son fils sera forcément avec lui puisqu'il doit prouver son potentiel pour reprendre l'affaire familiale. Cependant votre plan repose intégralement sur le fait qu'ils soient complices. Si ce n'était pas le cas, le ministre n'attaquerait jamais, et son fils nous prendrait pour cible hors du territoire afin de ne pas encourir le courroux de son père.
-Cela n'est pas faux, mais je n'ai jamais apprécié les Barathéon avec qui j'ai traité. Ministre ou non, le père est d'un caractère exécrable et suffisamment envieux pour qu'il s’immisce dans ce genre de trafic. Nous pourrons toujours aviser lors de notre prochaine rencontre.
-Entendu Béorc. Je consens à vous faire confiance, mais si la situation l'exige, je n'hésiterai pas à me retourner contre vous pour la survie des miens.
-Bien évidemment. Cela ne sera pas nécessaire."

Avec un dernier salut respectueux, Mysti ordonna à ses hommes de remonter en selle. Sortant des rangs, Lupus se porta volontaire pour les accompagner jusqu'à l'orée du bois.

Ne restait plus qu'à être reçu par la reine et le ministre, puis à suivre le plan. Pendant ce temps les loups pourraient préparer une contre-offensive tout à leur aise.
[/color]


Dernière édition par Mysti de Méline le Jeu 25 Juil - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 25 Juil - 0:12


Yue se posa dans un coin alors que les « grandes personnes » prenaient acte de la suite des évènements. Yue regardait Jaf avec une grande fierté alors qu’il se dressait en représentant de son peuple. Il semblait si sûr de lui, si intelligent… à coté, elle faisait cruche et elle le savait. L’archère n’était pas très futée en ce qui concerne la loi des hommes et les comportements socio-correct. Elle ne savait pas qu’il était d’usage de s’incliner devant les puissants et de marcher sur les faibles. Elle le regarda et se sentit exclue… Exclue de ce monde.
Eristoff lui avait appris de nombreuses choses utiles. Chasser, cuisiner, s’abriter, se réchauffer… Survivre. Yue n’avait pas appris à vivre parmi les siens mais à survivre seule et bien qu’elle essayait encore et encore de s’intégrer parfois elle avait l’impression de jouer un rôle qui ne lui correspondait pas. Avant elle pensait qu’il n’y avait qu’avec Allen et son frère qu’elle se sentait complètement elle-même. Maintenant, elle avait des doutes car elle n’avait plus vu l’un depuis des mois et l’autre semblait s’éloigner petit à petit. Un jour il n’aurait plus besoin d’elle, il ne pourra plus se permettre de s’encombrer d’une « ambassadrice » comme elle. Elle plongea sa tête dans ses bras. Le jour se levant, la lumière même diffuse la lançait. Elle ferma les yeux.

Lorsque ses yeux se rouvrirent Yue était heureuse de constater qu’il s’était mis à pleuvoir et que le soleil était masqué par les nuages.

- Hey grande sœur ! Tu te réveilles enfin.

Le visage juvénile du loup lové contre sa hanche lui arracha un sourire.

- Hey petit frère ! Où sont les pepiots chasseurs et le grand général ?

- J’ai accepté leur plan. Cet homme à de l’instinct même s’il n’a point de preuve, je pense qu’avec les éléments qu’on lui a amené, il s’en sortira.

- Je vois. Alors nous on attend et on met des pièges partout pour les coincer quand ils arrivent et pour assurer ta sécurité.

- Non… je suis sensé m’exposer et attendre qu’ils m’attaquent sans rien dire et sans me défendre. En gros s’ils décident de me tirer comme un lapin de loin… ça va être dur de ne pas me transformer et me défendre. C’est là où tu interviens. Toi tu te caches et tu me protèges.

Yue sourit de plus belle. Elle se voyait bien camouflée dans les branches, abattre les projectiles de leurs adversaires, les poussant à l’incompréhension. Elle aurait pu se jouer d’eux, les cerner et leur faire peur. Tirer encore et encore jusqu’à ce qu’ils se montent les uns sur les autres. Puis elle les aurait punis.

- A quoi tu penses ?

- Pas à grand-chose. On doit attendre combien de temps avant leur retour ?

- Je ne sais pas exactement. S’ils doivent se rendre jusqu’en Mélior, obtenir une audience avec la Reine Elincia et prévoir une chasse aux Laguzs… Considérant que ce sont des nobles et qu’ils prennent du temps pour se pomponner, je dirais…

- Une bonne semaine…

Rester dans la forêt aussi longtemps, ça faisait longtemps que Yue n’y avait pas été obligée. D’ailleurs avant ce n’était pas une obligation pour la demoiselle mais une règle de vie. Peut être avait elle quelque peu évolué au final.

- Tu as vu la personne que tu étais venu chercher ?

- Oui, il a accepté le marché mais on n’a pas pu discuter des détails, il se sentait mal à l’aise de la présence de l’armée.

- Je le comprends. Bon ça te dirait une petite chasse par ce temps pluvieux ?

- Je te suis soeurette ! Mais tu as intérêt à me trouver un bon bifton, j’ai la dalle.

Elle se leva et pris son arc. Elle ferma les yeux et s’ouvrit au monde.

- Nous iront par là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 25 Juil - 12:20

Mysti avait l'estomac noué. Depuis son retour de la chasse, une fois l'inventaire des prises et les ordres courants donnés, il était resté dans ses quartiers se reposer. Il détestait plus que tout demeurer inactif mais la douleur qui le prenait dès qu'il bougeait un peu trop l'épaule et la cheville l'avait dissuadé de jouer les convalescents rebelles. Il avait besoin de forces pour coincer les trafiquants d'esclaves, et d'un parfait masque de comédien pour ne pas éveiller la méfiance.
Quelque chose cependant le tracassait. Et si son plan échouait ? Et s'il y avait une faille quelque part ? Et si par sa faute les Laguz se faisaient effectivement capturer ? Il n'y avait pas le droit à l'erreur.

Occupés par la fête de la chasse et les réjouissances royales, les différents ministres et la reine n'avaient accepté de le recevoir que quatre jours plus tard. Le général attendait donc, lisant et relisant quelques uns de ses livres sur les Laguz et la diplomatie. Distrait, il avait bien failli achever la lecture d'un sortilège comme il aimait bien le faire et enflammer son propre lit. Depuis longtemps déjà une sorte de communion s'était instaurée entre son esprit et sa magie. Il n'avait plus besoin de parler pour brûler. Pratique mais aussi parfois dangereux pour son entourage.


On frappa à la porte. Enfin l'émissaire royal venait le quérir. Ils avancèrent assez lentement jusque vers la salle du conseil où, comme demandé, le ministre et la reine dévisaient déjà, seuls. Signalant d'un geste à l'émissaire qu'il pouvait se débrouiller, Mysti posa genou à terre, se releva en serrant les dents car il avait fait un mouvement difficile puis prit place à une chaise qu'on lui avait avancée.


"Je vous préviens De Méline, j'espère que vous ne me faites pas perdre mon temps ! Begnion nous a honorés d'un invitation officielle et je me dois de préparer le départ comme il se doit."

Le mage faillit sursauter. Une invitation officielle... Régulières, presque mensuelles, elles étaient l'occasion parfaite pour faire passer d'un pays à l'autre les Laguz capturés et les vendre aux nobles qui pratiquaient encore l'esclavage dans la plus grande illégalité, bien qu'on n'ait pas encore pu le prouver.
Piquée, Elincia lança un regard de reproches au ministre.


"Paix ! Un peu de respect pour un ami de la couronne qui fait l'effort de se présenter à nous blessé. Dans quel état te voilà Mysti !
-Je viens justement à ce propos ma reine et vous remercie de votre clémence à mon égard, mais le sieur Barathéon a raison, le pays passe avant moi... Cependant, j'ai jugé bon de demander audience dès que possible car l'affaire pourrait bien justement dépasser les limites de ma seule responsabilité.
-Parle, nous t'écoutons.
-Fais vite.
-Eh bien voilà : lors de la grande battue royale d'il y a quelques jours, il se trouve que nous avons dérangé plusieurs Laguz dans leurs occupations. Jusque-là rien que nous n'ayons pu excuser, mais parmi eux se trouve un dignitaire qui s'est trouvé offensé...
-Un dignitaire ? Mais... Comment ne pas m'en avoir informé plus tôt !
-Justement messire, vous aviez donné l'ordre de ne pas être dérangé, j'ai fait au plus vite.
-Bien bien, continuez. J'imagine qu'ils ont demandé réparation ?
-Oui et comme le veut notre politique d'action, je leur ai promis votre venue pour régler le contentieux.
-Parfait, parfait. Vous avez bien fait. Où sont-ils ?
-A trois lieues environ avant les montagnes qui séparent notre frontière sud de Begnion."

A cet instant, Mysti crut déceler un sourire qui se mua en rictus de crispation quelques secondes à peine. Lui-même se tendit à l'affût et jeta un regard à Elincia restée silencieuse jusque-là. Un léger froncement de sourcils indiqua au jeune homme qu'elle se doutait de quelques chose. Il reposa son regard sur le ministre en s'appliquant à ne pas paraître dégoûté ou suspicieux puis se leva péniblement de sa chaise.

"Je vais constituer une petite délégation à laquelle je prendrai part et nous partirons ce soir général, si vos blessures vous le permettent. Dites-moi simplement comment vous avez réussi à leur échapper alors que manifestement ils ont réussi à vous atteindre en profondeur.
-Il suffit ! Qu'insinuez-vous là exactement ?!
-La paix messire. Je n'ai fait que demander la paix. Les Laguz sont peut-être plus animaux qu'autre chose à vos yeux, mais ils savent ce qui est préférable à la guerre."

Le ministre perçut le ton acerbe de la réplique comme une offense personnelle et se leva d'un bond. Il foudroya l'insignifiant obstacle que représentait à ses yeux le général et sortit de la pièce sans un mot de plus. Elincia n'attendit pas plus pour demander de explications que Mysti se fit un plaisir de lui fournir. Effrayée par l'ampleur du complot soupçonné, la reine demeura muette et accepta de le laisser gérer l'affaire pour n'éveiller aucune attention.

Entendu et compris, il retourna dans la pièce de donjon qui lui servait de chambre. Le silence du couloir, reposant, lui apparut tout à coup oppressant lorsqu'il posa la main sur la poignée de porte. Un mauvais pressentiment lui vrilla l'estomac une fois de plus. Il regarda dans les deux extrémités du couloir : d'un côté, vide. De l'autre, deux gardes surveillaient les allées et venues comme à leur habitude. Il poussa la poignée, pénétra dans son antichambre où il déposa son épée de verre sur le socle qui lui était destiné, ainsi que sa cape et ses vêtements de procession. Seules lui restaient son armure légère et la sacoche de cuir qui contenait son livre de sorts lorsqu'il passa la porte de sa chambre et qu'il sombra tout à coup dans les ténèbres.

Il reprit connaissance dans un endroit lugubre. Le jour commençait juste à décliner et une douleur particulièrement vive traversait tout son buste. Torse nu et attaché par des cordes qui avaient creusé des sillons dans ses poignets, il sentait qu'un liquide chaud coulait sur son dos. Un regard au sol lui indiqua qu'il s'agissait de sang. De
son sang. De multiples marques sur sa poitrine lui précisèrent qu'il avait été fouetté à de nombreuses reprises sans merci. Que se passait-il ?

Avant que ses esprits ne lui soient complètement revenus, une main ferme le saisit à la gorge et lui leva la tête bien haut sur le visage du garde-chasse.


"Alors Belle aux bois dormants, surpris ?
-Bara...
-Tu reviens à toi, parfait. Je vais pouvoir entendre tes cris d'agonie avant que la torture ne t'achève. Tu avais tout découvert n'est-ce pas ? Le cadavre, le campement, les Laguz... Ils te l'ont dit, ces chiens sauvages ? Mais ce soir, deux cents hommes vont les débusquer, les capturer et les asservir. Et toi, tu seras mort en héros, désirant la paix entre les sous-humains et nous, une paix impossible et impensable."

La tension des cordes se relâcha tout à coup et Mysti se sentit tomber, puis propulser contre le mur par un magnifique coup de poing au visage. Le choc le fit reculer, utiliser sa cheville blessée qui ne supporta pas le poids de son corps et il s'effondra au sol en hurlant de douleur. Deux gorilles présents dans la pièce en profitèrent pour venir lui donner des coups de pieds en plein sur les lacérations du fouet sous l’œil attentif du fils Barathéon qui jubilait. Il leur fit signe de s'arrêter un instant et vint s'agenouiller près du général.

"Ils nous ont bien aidés ces sales sauvages... Tu ne te défends même pas.
-Espèce de lâche... Battez-vous au moins d'homme à homme !"

La réflexion déplut fortement au geôlier qui porta les deux mains au cou de sa victime avec une fermeté explicite. Il coupa le souffle du général, le regarda rosir, puis pâlir et se vider de son sang, et enfin desserra son étreinte au dernier moment. Les deux sbires le relevèrent tandis qu'il prenait une grande bouffée d'air et l'approchèrent d'une roue où ils allaient probablement l'écarteler avec la plus grande lenteur. Mysti songea aux Laguz qui lui avaient prêté sa confiance, à la paix entre les peuples qu'il s'efforçait de consolider. Pouvait-il mourir ainsi dans un sombre cachot pendant que tout se brisait ?
Dans un sursaut de vie, il prit appui sur sa jambe valide et leva le genou opposé dans le dos de l'un de ses tortionnaires. Celui-ci eut une vertèbre déplacée sous l'impact et une violente décharge électrique de la part de ses nerfs lui précisa qu'il venait de compromettre l'usage de ses jambes. Le coup d'une rare violence avait stupéfié Mysti lui-même, laissant passer quelques secondes de surprise. Il avisa ensuite l'autre homme qui réagit en même temps que lui. Son coup de poing atteignit sa mâchoire mais son épaule valide fut déboîtée en même temps. Le sbire l'envoya renverser la table sur laquelle se trouvaient tous ses équipements pendant qu'il se massait douloureusement. La Barathéon poussa un grondement de colère et se saisit d'une hache de décapitation posée contre le mur.


"Maudit sois-tu ! Je voulais prendre le temps de te faire souffrir mais même ainsi tu es trop dangereux ! Prépare-toi à mourir !"

A demi-sonné, le général se dressa comme il put, prenant appui sur la table renversée. Le sbire chargea, tête baissée comme un sanglier. Mysti le reçut en plein estomac et fut plaqué contre le mur. Une gorgée de sang et de bile lui remonta à la gorge et il toussa avec force. Avant de comprendre le geste de son adversaire, il fut propulsé face au sol. Son livre de sorts était tombé ouvert, non loin, Barathéon le remarqua et fit signe à son mercenaire qui bâillonna aussitôt le mage à l'aide d'un bout de chemise déchiré.

"N'essaie même pas..."

Les bourreaux ricanèrent et le garde-chasse éleva sa hache vient haut pour que la chute ne soit que plus rapide. Mysti décida qu'il était temps d'utiliser ses dons particuliers à profit. Le livre était juste assez près pour qu'il en devine les lignes qu'il avait tant et tant relues.
Tout à coup, comme sorti de nulle part, une flamme s'éleva du corps du mage et un bouquetin bondit à travers le Barathéon. Il hurla comme un diable et paniqua. La flamme avait déjà imprégné la totalité de ses vêtements et il recula par réflexe. Le manche de la hache brûla et la partie métallique tomba. Le général vit sa vie défiler devant ses yeux mais un autre hurlement lui répondit. L'invocation venait de brûler le malfrat qui le tenait allongé à terre et ce dernier eut la même réaction que son chef. En quelques minutes ils furent réduits à l'état de cendres par le feu magique. L'invocation reparut devant Mysti et approcha son museau de flammes. Le jeune rouvrit les yeux et constata que la lame de la hache, miraculeusement, s'était écrasée à dix centimètres devant son visage.


"Cautérise mes plaies..."

Le bouquetin obéit et répandit quelques flammèches sur le corps de son maître qui firent sécher le sang abondant. Le Beorc prit encore un moment pour que ses idées se remettent en place et se redressa en position assise.

"Ils m'ont drogué... Je n'arrive pas à réfléchir..."

Il suivit l'invocation du regard : elle se dirigeait vers le troisième homme dont les jambes ne voulaient plus bouger et qui se traînait vers la sortie. Repéré, il leva les bras en signe de reddition.

"Ne... Ne me tuez pas ! Pitié ! J'avouerai tout ! Je vous en prie ! Je suis au courant des plans de Lord Barathéon, je dirai tout ! Les esclaves, vous, la forêt, tout ! Pitié !
-Libération."

Obéissant, les flammes se dissipèrent aussi vite qu'elles étaient arrivées. Mysti avait tellement mal partout qu'il sentit à peine le changement en posant le pied par terre. Quitte à être mal en point, autant en profiter. Il ramassa une corde couverte de son propre sang et prit le temps de ligoter l'homme encore en vie avec toute la force qu'il lui restait. Les yeux fixés sur les deux tas de cendres un peu plus loin, le bandit se laissa faire.

Le général revêtit ensuite son armure et avisa la feuille consumée de son tome. Il avait encore de quoi faire quelques merveilles dans sa manche, à condition que son corps tienne le coup.
Sans plus de cérémonie, il prit le chemin de la sortie, aidé du mur et de sa jambe valide.


"Vous... Vous me laissez ici ?
-Prie pour que je ne t'oublie pas ici... Mourir de faim prend beaucoup de temps."

Le prisonnier poussa un gémissement apeuré puis regarda de nouveau les tas de cendres. Alors que Mysti atteignait avec beaucoup d'efforts l'angle du couloir, il entendit l'homme crier de toutes ses forces qu'il avouerait sans résistance. L'ironie de la situation lui aurait peut-être arraché un sourire amer s'il n'avait pas les pensées occupées par les Laguz et la délégation du ministre... Aussi forts étaient-ils, la petite troupe de loups ne saurait résister à deux cents hommes.



***



Les silhouettes noires avançaient sans bruit. Conformément aux instructions, elles s'étaient munies de filets, de lames sans tranchant, de cordes, d'armes adaptées à la morphologie des Laguz, de drogues et autres instruments de capture plus efficaces les uns que les autres. Pas un ne réussirait à s'enfuir. Et leur commanditaire leur avait assuré que le petit général ne serait pas là pour les gêner. Ils progressèrent donc en silence au milieu des torches. Bien entendu, le ministre avait mis des habits de chasseur pour se fondre dans la masse et s'était retiré tout à fait à l'arrière du convoi pour être certain de ne pas être blessés par ces sales sous-humains.
Arrivés près de l'endroit indiqué par Mysti, il s'éclaircit la gorge et cria, comme s'il s'adressait à la forêt.


"Laguz ! Je suis envoyé par la reine Elincia de Criméa et son général pour régler le litige qui vous oppose ! Il semble que notre chasse royale vous ai offensée. Je viens... régler ce problème ! Montrez-vous pour que nous pussions parlementer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Mer 31 Juil - 20:47


Yue était assise dans son arbre, les yeux fermés, tous les sens aux aguets alors que plus tôt dans la matinée un petit oiseau leur avait glissé à l’oreille qu’un grand nombre d’humain se dirigeait vers la forêt. La chasseuse aurait pensé qu’il viendrait à une dizaine mais à vrai dire, peut être qu’une dizaine pour un petit être ailé comme lui c’était beaucoup… qui sait.

- Jaf tu es sûr que tu fais bien d’être à découvert ainsi… j’ai une mauvaise impression.

- Je la partage. Ouvre bien tes oreilles sœurette, je crois que tout ne se passera pas comme le général l’avait prévu…

La chasseuse se concentra sur le moindre bruit. Elle les entendait arriver sans pour autant pouvoir en déterminer le nombre, mais il lui semblait évident qu’il était trop nombreux pour une simple délégation de réparation des tords, bien qu’elle ne sache pas ce qu’était ce dernier…

- Laguz ! Je suis envoyé par la reine Elincia de Criméa et son général pour régler le litige qui vous oppose ! Il semble que notre chasse royale vous ai offensée. Je viens... régler ce problème ! Montrez-vous pour que nous pussions parlementer.

- Votre ton directif ne me plait guère. Depuis quand un haut dignitaire de Criméa se permet de donner des ordres à un dirigeant d’Hatary en l’interpelant par le nom de Laguz… Il aurait été de rigueur que vous vous enquériez de mon nom et que vous vous présentiez comme il se doit en me donnant le votre. Beorc.


Le loup insista sur ce dernier mot, en faisant presque une insulte alors que lui-même se sentait outré d’être appelé comme un vulgaire clampin de bas étage. Il sortit du bois sous sa forme humaine comptant exclusivement sur sa sœur pour assurer sa protection mais de son coté, la jeune femme avait une crainte… Ils étaient extrêmement nombreux… plus d’une centaine elle était forte mais repousser autant de personne en même temps ne serait pas une mince affaire.

- Veuillez pardonner mon manque de courtoisie Seigneur…

- Legris, Maitre des frontières d’Hatary. Mais vous ne vous êtes toujours pas présenté.

- Je suis Messire Barathéon, ministre de la Reine Elincia. Etes vous seul ? N’avez-vous donc aucune escorte seigneur…

- Legris. Et pourquoi devrais-je en avoir une. Vous comptez vous en prendre à ma personne ?

Le jeune garçon avait une posture bien plus arrogante que quand il s’adressait à Mysti de Méline mais Yue le comprenait, il était dur de garder son calme et sa sérénité face à ce type de personne hautaine. Depuis son perchoir, la jeune femme distinguait son expression d’impatience, de mépris… elle resserra sa prise sur son arc.

- Il se pourrait que j’y sois contraint. Après tout, vous allez m’attaquer, tuer ce pauvre Général de Méline et je vais être obligé de te capturer et de t’arracher la langue. Du moins c’est ce que je dirais à ma Reine.

Yue distingua le léger signe de la main du Beorc avant même de comprendre le sens de sa phrase. Elle vit les arcs s’armer et entendit la tension de leur corde céder. Les yeux de la jeune femme s’écarquillèrent alors qu’elle plongeait relâchant Jupiter dans sa chute et saisissant son frère avant de rouler au sol avec lui. Jupiter se divisa en plusieurs centaines de projectiles alors qu’il venait s’opposer au tir des adversaires.

-Yue tu m’écrases.

La jeune femme protégé son frère de son corps alors que par chance, la plupart de projectiles avaient été dévié de leur trajectoire par son attaque. Quelque peu surpris, les humains les regardaient hagard sans savoir quoi faire exactement. Six d’entre eux gisaient au sol, n’ayant pas échappé au satellite de Jupiter.
Le regard sanglant de l’albinos se posa alors sur le Messire Barathéon alors qu’elle bandait Uranus.

- Je… Tuez les tous les deux.

La flèche partie en une fraction de seconde répandant un fumigène dans son scillage. Elle ne toucha pas le mécréant mais s’écrasa à ses pieds en signe d’avertissement, « j’aurais pu te tuer… rappelle t-en. »

- Trouvez les et tuez la fille !!!

Le fumigène se dissipa. Ils n’étaient plus là. Mais un légère tache de sang leur indiqua qu’il en avait blessé un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Jeu 1 Aoû - 10:59

Les chasseurs brisèrent les rangs. Les rares entraînés à ne pas aboyer lorsqu'ils poursuivaient le gibier furent lancés à la poursuite des Laguz tandis qu'on armait les carreaux soporifiques des arbalètes. Avec rigueur et méthode, les deux cents hommes se répandirent comme les rayons du soleil au petit matin entre les arbres. Et ils étaient bons pisteurs.

Restant à une distance respectable de la forêt, le ministre attendait les rapports réguliers qu'on venait lui faire, et jubilait dès que la moindre goutte de sang du gardien des frontières lui était signalée. Ils n'iraient pas bien loin. Bientôt, la troupe des loups et celle des Criméans se retrouvèrent nez à nez, obligée de se battre âprement. Certains parmi les chasseurs hésitaient : on ne leur avait pas signalé le but de cette chasse de nuit et bien que n'appréciant que peu les Laguz, ils n'avaient pas la moindre envie de tuer. Ni de désobéir à l'homme qui avait garanti leur protection toutes ces années contre ces êtres étranges, et qui était absent présentement. Accepterait-il ce comportement ? Rien n'était moins sûr.

Le Barathéon commençait à trouver le temps long. Il voyait revenir des blessés tout d'abord, puis les premiers Laguz endormis et capturés dans des filets, que ce soit sous forme humaine ou animale.


"Hi hi hi, à moi la richesse et les marchés de Begnion... avec la bénédiction de la reine et le sacrifice de ce pauvre abruti comme garanties. Je serai l'homme le plus puissant de Criméa ! Et je deviendrai roi !
-Roi des cachots ! Arrêtez-le !
-Qu'est-ce que... ?!?"

Ils avaient attendu, attendu, attendu... Trépignant d'impatience, les plus fidèles hommes de Mysti s'étaient tapis à des dizaines de mètres de là, ni trop près et contre le vent pour ne pas être repérés par les chiens ou par les loups, ni trop loin afin de pouvoir tout entendre. L'ordre n'était venu qu'après le départ des chasseurs, après qu'ils se soient divisés et enfoncés dans la forêt. Le ministre n'était plus qu'une proie isolée et il fut arrêté sans merci, ainsi que les blessés qui l'avait déjà rejoint. Des cris de protestations éclatèrent, alertant les combattants qui se disputaient quantités de passes d'armes avec les Laguz. La panique leur fit commettre bien plus d'erreur.
Soucieux de ne pas se faire égorger par les crocs des loups, les chasseurs rebroussèrent chemin et furent accueillis par une rangée de flammes qui les encerclèrent de toutes parts. Des éclairs en assommèrent certains tandis que d'autres furent lacérés par des lames de vent. Les lanciers formèrent une ronde pour forcer les arrivants plier l'échine.
Soudain, dans un sursaut de vigueur, le ministre et plus proches partisans tentèrent une percée dans les rangs et se ruèrent en direction du palais. Mais un faisceau de flammes jaillit en sens inverse, éclairant le cavalier d'un cheval blanc, à l'air plus mort que vif. Un phénix de feu forma un cercle autour des fuyards qui furent bien obligés de s'arrêter.

Ce fut au tour des Laguz de capturer les Béorcs voire de les tuer. Une voix féminine cependant parcourut le ciel :


"A tous les gens de Criméa, libérez les Laguz et rendez-vous ! La garnison royale tient déjà votre chef et vos compagnons blessés, vous n'avez aucune chance ! Que les Hatariens épargnent les nôtres en mon nom, Elincia de Criméa !"

Juchée sur son pégase, Elincia tenait une torche bien haute vers son visage. Elle répéta le message plusieurs fois jusqu'à ce que les bruits de combat cessent, puis retourna à l'orée du bois où l'on tenait prisonniers les chasseurs du ministre. Une partie s'était rendue, expliquant l'ignorance en laquelle elle avait été tenue. Les blessés s'obstinèrent à ne rien dire et se concentrèrent sur leurs gémissements de douleur afin de susciter la pitié.
Mysti, lui, ne se plaignit pas un instant, et ne fit pas preuve de pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Dim 11 Aoû - 16:58


Yue et Jaf reculaient promptement alors que les flèches fusaient dans leur direction. L’un comme l’autre n’avait aucun mal à éviter les projectiles mais ils ne pouvaient se retourner et répliquer. Cantonnée à fuir, Yue sentait une grande frustration monter en elle.

- Ne te retourne pas et cours Yue. Concentre-toi sur ta respiration et arrête d’ignorer le fait que tu es blessée !

Le ton du loup dénotait une certaine colère mais Yue y repérait également une forme d’inquiétude qu’elle trouvait touchante.

- Ce n’est pas la première fois et ne t’inquiète pas c’est assez superficiel.

Le loup savait qu’elle mentait car elle perdait beaucoup de sang. Mais ils n’avaient pas le luxe de pouvoir s’arrêter pour soigner la blessure. En discuter ne ferait que les ralentir.

- Jaf, séparons-nous ! Je saigne, ils suivront ma trace plutôt que la tienne. Ça te donnera le temps d’imaginer un plan pour me sauver !

Le loup n’eut pas le temps de protester que la jeune femme se détournait de sa trajectoire. Plus vive que l’éclair, il savait qu’il ne pourrait la rattraper…Alors il se cacha et observa les chasseurs partirent dans sa direction, impuissant.
Yue s’était pris la flèche dans l’épaule ce qui ralentissait et affaiblissait ses tirs mais pas le moins du monde sa course. Elle devait protéger son frère et lui laisser du temps. Le temps de trouver comment les faire sortir de ce pétrin. Yue n’était là que pour distraire l’adversaire, le malmener, le perdre…Elle les mena jusqu’à un précipice dans lequel elle se jeta sans crainte. Ceux qui la suivirent tombèrent irrémédiablement dans le ravin les autres redescendirent pour la cueillir plus bas. Accrochée aux arbres à qui, elle devait sa salvation, la jeune fille continuait son parcours se félicitant de s’être débarrassée d’une dizaine d’entre eux. Elle entendit alors un hurlement au loin… Jaf avait trouvé comment les sauver.
Une flèche frôla sa joue alors que redescendu, les chasseurs la tiraient comme une perdrix égarée. L’archère sauta de son perchoir sur l’un d’eux et s’armant de toute la célérité dont pouvait faire preuve son corps, elle enchaina les chasseurs à coup d’arc et de lames empoisonnées. Elle para une dague du bois de son arc alors qu’elle envoyait son genou dans l’abdomen du mécréant. Elle se baissa pour esquiver une flèche tirée à bout portant et frappa d’un coup rotatif dans les jambes de l’archer.
Seule au milieu de la foule, l’albinos mettait en déroute ses adversaires au prix, elle le savait, d’une convalescence longue et douloureuse. Du moins… si elle avait le droit d’en avoir une… plus elle en abattait, plus il y en avait et la jeune fille savait que son temps était compté. Cet état de célérité avait ses limites.
Elle encaissa une estafilade dans la jambe et essaya de s’extirper de la cohue en sautant à l’abri des branches. Mais alors qu’elle amorçait son mouvement une main se saisit de son épaule douloureuse et la rabattit au sol.

- Le ministre nous a ordonné de mettre fin à vos jours. Ni voyez rien de personnel.

Il leva sa dague mais les yeux qui lui faisaient face n’exprimaient aucune peur… simplement de la pitié. Elle regarda à droite et se protégea la tête, il en fit de même et perdit la sienne. La meute de loups des bois se mélangeait aux Laguzs et autres prédateurs de la forêt pour faire face aux humains. A leur tête, Yue Legris, le garçon destiné à devenir roi.

- Plus jamais tu ne me fais ça !

- Bien sûr ! Pas avant la prochaine fois !

- Le général Mysti de Méline nous a trahi. Il a envoyé sa garde pour nous cueillir. Nous ne laisserons pas un tel manquement à l’honneur impuni.

- Es-tu sûr de sa trahison… il m’avait l’air sincère quand je l’ai vu affronter les Laguzs, il avait l’air sincère quant à son désarrois face à ce qui se passait ici. Je ne pense pas qu’il soit notre ennemi.

- Tu as toujours eu plus d’intuition que moi pour les natures humaines. Je le laisserais s’expliquer.

Le jeune homme lui tendit la main pour l’aider à se relever puis se transforma de nouveau en loup, la meilleure monture.

- Où va-t-on ?

- Ils ont capturé certains des nôtres lors de notre périple jusqu’à toi ! Nous devons…

- A tous les gens de Criméa, libérez les Laguz et rendez-vous ! La garnison royale tient déjà votre chef et vos compagnons blessés, vous n'avez aucune chance ! Que les Hatariens épargnent les nôtres en mon nom, Elincia de Criméa !

Chaque être munie de pensée leva la tête. Les Laguzs connaissaient la Reine, Yue avait même déjà entendu parler d’elle… Elle répéta sa phrase encore et encore. Jaf émit un son de ralliement, les Laguzs se réunirent autour de lui alors que les autres créatures de la forêt se dispersaient.

- Que fait-on ?

- Suivez-moi mes frères.

***
A l’orée de la forêt, les loups s’étaient rassemblés avec à leur tête le loup roux aux yeux bleus. Assit au coté d’une humaine, il regardait de haut les humains. Certains se faisaient attachés, d’autres les menaient à des charrettes où ils étaient entassé. Les siens se faisaient libérer les uns après les autres et venaient grossir les rangs des Loups.
Le loup repéra rapidement le Général Mysti de Méline et devina à ses mouvements, sa posture, les blessures qu’avait du subir son corps. A ses cotés, l’archère se tenait droite mais c’était un véritable camouflage pour l’état de son corps car il savait que célérité déchirait ses muscles en profondeur.

- Je pense qu’une conversation s’impose Général.

La voix était ferme, à la limite de la menace. Son regard se posait sur certains Laguzs tellement malmenés qu’ils ne reprendraient certainement pas conscience. Jaf avait fait appel à eux pour se sortir d’une terrible position, il regrettait que d’autres que lui en ai à payer le prix.
Les loups jetèrent les corps ligotés des humains capturés en forêt. Ils dévalèrent la colline en roulant pour s’arrêter aux pieds des soldats.

- Dois-je venir à vous ou viendrez-vous à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Dim 11 Aoû - 23:55

(HRP : le gold devenant illisible sur ce fond de forum, je passe mes dialogues pour Mysti en chocolat. Elincia reste en normal.)

Mysti ne répondit rien. Pendant les vingt minutes qui suivirent l'arrêt des combats, il regarda autour de lui dans un état second. La torture vrillait chacun de ses membres d'une douleur cuisante et durable. Les combats avaient élargi ses blessures, même s'il n'était arrivé qu'en fin de course. La magie, enfin, avait épuisé ses réserves. La voix de Yue le tira de sa contemplation des morts, des chasseurs, des innocents, des coupables...

Il fit quelques pas vers lui, d'une démarche vacillante, apparut à la lumière d'une torche meurtri en son âme et en sa chair.


"Le complot était plus vaste que je ne le pensais. J'ai été naïf de croire que le ministre n'aurait pas d'hommes à sa solde. Maintenant, les Barathéon sont morts, père comme fils, sur le bûcher de la vérité..."

Une gorgée de sang lui remonta aux lèvres et sa vision se troubla. Son genou ploya et il se retrouva à demi au sol, rattrapé de justesse par un soldat ami à proximité et par la reine qui accourait. Le général leva les yeux ainsi qu'une main ensanglantée sur le chef des frontières hatariennes, touchant son épaule dans un geste qui se voulait fraternel.

"Laissez-moi quelques jours."

Sans prévenir il s'évanouit, non sans susciter les appels de plusieurs confrères et consœurs autour de lui. Elincia le confia à ses plus fidèles gardes royaux puis revint elle-même vers les maître des loups.

"Laguz, je vous en conjure, apaisez votre colère. Je ne connais point toute l'histoire, mais j'ai une confiance aveugle en cet homme et je sais qu'il dit vrai. Voici ce que je peux vous dire : il est venu m'avertir d'un complot préparé par le sire Barathéon ou du moins son fils. Vous devez connaître la teneur de ces soupçons. Il m'a demandé de ne pas intervenir, et je n'ai guère contredit sur le moment, connaissant son caractère protecteur à mon égard. J'ai réuni les chevaliers les plus sûrs, dont quelques uns étaient au courant du piège que vous deviez tendre à la délégation du ministre, et je leur ai dit l'heure du rendez-vous donnée ce matin même. Ils se sont postés bien avant les chasseurs au cœur de la forêt. J'ai pu les rejoindre un peu avant le crépuscule. J'ignore encore pourquoi mais Mysti en revanche n'était pas là pour nous donner des directives à suivre, ou nous informer de ce qu'il a découvert. Alors, voyant la battue commencer, j'ai attendu que la situation nous assure la victoire... Je vous demande pardon pour tous ceux des vôtres qui ont été touchés. Nos prêtres attendent à l'entrée de Mélior, ils interviendront dès que les éclaireurs les préviendront. Chacun de ceux qui peuvent l'être, Beorcs ou Laguz, seront soignés. Je vous en fais la promesse."

Espérant la compréhension du loup, Elincia tendit les mains, attrapa l'une des siennes et la serra avec chaleur. Son regard se porta sur l'archère.

"Allez donc vous asseoir, vous semblez fatiguée... Messire Hatarien, je vous présente les excuses de Mélior et de Criméa. Ainsi que celles de Mysti et les miennes, si vous les acceptez plus personnellement."

Suivant : Daein


Dernière édition par Mysti de Méline le Ven 13 Sep - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Yue
avatarBeorc


Messages : 244
Age : 22
Autre Indication : Grosse dalleuse

Feuille de personnage
Niveau:
3/20  (3/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Sam 17 Aoû - 20:22


Yue avait rejoint le petit camp qui s’était monté pour apporter des soins aux blessés. Des moines et leur bâton apportaient soulagement aux victimes. A ses cotés, le loup roux se tenait droit en regardant ses congénères. La plupart avaient repris la route d’Hatary, seuls ceux ne pouvant se déplacer étaient restés. Le jeune dirigeant se sentait responsable de chaque goutte de sang versée par son peuple. Il se sentait responsable de leur douleur, de leur peine et même s’il savait qu’aucun ne lui porterait rigueur, il ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir.

- Ça ne va pas p’tit frère ?

- Je me demande comment fait cette « femme » pour accepter les morts, les blessés et toutes les responsabilités qui l’incombent. Je ne suis qu’un exécutant et pourtant aujourd’hui toutes ces personnes m’ont confiées leur vie.

- Tu l’as également confiée à ce général et moi je l’ai confiée à toi et nous sommes encore tous bien vivant. Comme quoi, on a bien fait alors !

Son sourire chaleureux lui mit du baume au cœur. Il posa sa tête sur ses genoux et se laissa caresser les  cheveux par la main blanche et délicate de la jeune femme. Tout n’était au final qu’une question de confiance et c’est d’ailleurs pour cela qu’il avait accepté les excuses de la Reine. Il les pensait sincères.

- Dîtes moi Madame la Reine Elincia, votre ami le général, il va s’en tirer ?

- Euh oui je le pense. Il est très résistant. Je vous ferais prévenir dès qu’il sera réveillé !
- Ne vous embêtez pas avec ces détails. Nous avons déjà passé que trop de temps sur vos terres. Nous repartirons à l’aube avec le reste de notre peuple. Je n’abuserais pas plus de son temps qui me semble précieux. Mais je vous remercie de l’intérêt que vous avez porté à notre affaire. Ceci est tout à votre honneur Reine Elincia.

- M’enfin, vous pourriez rester un peu plus longtemps maitre loup, nous nous ferions un plaisir de vous accueillir en notre sainte ville de Melior.

Mais le loup secoua la tête. Il n’y avait pas d’irrespect dans son mouvement, mais même s’il était chef des frontières, il ne se sentait pas les épaules pour être accueilli en capital de Melior. Il était venu pour une simple affaire de commerce, il repartirait en héros ayant porté à la justice une vile affaire d’esclavage, il ne voulait pas se faire remarqué plus.
La reine sembla comprendre et n’insista pas.

Un moine se présenta alors à Yue. Un jeune homme aux yeux bleus et aux cheveux ébène. Il portait une odeur qui lui semblait familière mais ne releva pas son nom. Il la soigna par sa magie si généreuse puis passa au suivant après un petit quart d’heure.

- Nous repartons ?

- Nous n’allons pas tarder.

La jeune femme s’étira un peu pour détendre ses muscles endoloris puis elle se dirigea vers la civière de Mysti de Méline. Elle rendit un hommage à son corps endormi puis rejoint Jaf. Après une bonne heure, les derniers Laguz se mettaient en marche pour rentrer sur leur terre. Jaf ferma la marche avec Yue.
Ils s’enfoncèrent dans la forêt et firent un dernier signe d’adieu aux Beorcs. Ils se recroiseront peut être un jour.
Qui sait ?
-----------------------------------------------

HRP : Cela te va comme fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 263

Feuille de personnage
Niveau:
5/20  (5/20)
Points d\'Expérience:
79/100  (79/100)

MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   Dim 18 Aoû - 1:23

Hrp : C'est très bien ^^

A la prochaine fois Yue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Chasse royale, la forêt du malentendu !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chasse royale, la forêt du malentendu !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partie de chasse dans la forêt de Hautval
» Entrainement n°1 : Chasse dans la forêt (Nuage de Saule)
» ❧ EVENT n°11 ♣ Chasse royale.
» [MISSION] Les rebelles de la forêt : La chasse est ouverte !
» ♣ évènement 015 ; Chasse à l'homme dans la forêt interdite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Lieux Divers
-