AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pourchassé [rp en solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❝ Invité ❞



MessageSujet: Pourchassé [rp en solo]   Dim 28 Avr - 18:46



Pourchassé
Ginji



>
[Dans une forêt le long de la frontière entre Criméa et Gallia]

J'avance, tranquillement, dans une direction inconnue. Pour tout dire, je n'ai strictement aucune idée de la manière dont je vais m'y prendre pour retrouver les évènements antérieurs à mon adoption. Là, je me sens franchement ridicule. C'est vrai quoi, que dois-je faire? Je ne vais tout de même pas aller dans le premier village demander si on m'a déjà vu dans le coin! De quoi passer pour fou... Je ne vais tout de même pas non plus retourner chez moi, bêtement, comme un idiot. Et je ne vais tout de même pas rester là, dans cette forêt.
Ma cape commence à me faire suffoquer sous la chaleur du soleil. Oui, ma cape. Comprenez, même si les Beorcs s'efforcent tant bien que mal de faire des efforts sur leurs rapports avec les Laguz, je considère qu'il ne vaut mieux pas prendre de risques inutiles.
Bref, j'avance et je m'ennuie toujours autant. Je prends un bout du pain que j'avais acheté dans une taverne précédemment lorsque que quelque chose me percute dans l'épaule droite. Le choc m’envoie sur le côté du chemin traversant la forêt. A peine le temps de reprendre mes esprits que je sens un couteau sur ma gorge. Youpi.


"-Enlevez votre cape, voyageur, et donnez moi tout ce qu'il y a dans votre sac"

Bon ben, au moins, j'ai trouvé de quoi passer la journée.
Je repousse d'un coup de pied mon agresseur puis me relève. La capuche de ma cape tombe en arrière, laissant mes oreilles de chats à l'air.


"-Un laguz."

Il n'a absolument pas l'air d'être surpris.

"-Puis-je avoir l'honneur de savoir quel est votre nom?

-Seulement quand je serais à terre."

Comme cela faisait plusieurs jours que je ne m'étais pas transformé, je pus me changer illico en chat sans à avoir recours à une de mes Pierres Laguz. Une fois sous forme animal, je me jette sur le bandit et le clou au sol. Il attrape mes deux pattes avant posés sur son torse et roule par terre. Le voilà maintenant au-dessus de moi.

"-Voilà qui est fait. Maintenant que vous êtes à terre, quel est votre nom?"

Je n'en reviens pas qu'il ait réussi à me mettre à terre si facilement. J'ai foncé dans le tas, une fois de plus. Je lui lance alors:

"-Et en quoi vous importe-t-il?

-Je ne crois pas que vous soyez en position de répliquer quoi que ce soit. Répondez, et ne m'efforcez pas à me répéter. "

Il appuit un peu plus sur le couteau qu'il m'avait à nouveau mit sur la gorge. J'avale mon amertume et lui dis mon prénom.

"-..Ginji. Mon prénom est Ginji."

Cela ne le satisfit pas pour autant.

"-Et votre nom? Quel est-il?

-Je... Je ne sais pas."

Il appuit encore un peu plus. Je sens que le couteau est à une seconde de s'enfoncer dans ma gorge afin d'y baigner dans un liquide rougeâtre.

"-Répondez!

-Je n'en sais rien je vous dis!"

Sa fureur monte. Il regarde vivement mon épaule gauche, avant de me regarder à nouveau dans les yeux.

"-Où avez-vous eu cette cicatrice?"

C'est quoi cette question? Venant de la part d'un bandit, elle me surprend énormément. Et s'il ne s'agissait pas d'un bandit, mais d'un assassin? Je décide de répondre franchement.

"-... Je me la suis faîte avec un couteau quand j'étais petit...

Il laisse éclater sa colère.

"-Debout!"

Je reprends ma forme humaine, puis l'homme me soulève violemment.

"-Ramassez votre cape et remettez-là"

Il lâche mes mains, me retourne, mais laisse son couteau dans mon dos. J'exécute ses ordres, tentant de ravaler ma haine.

"-Bien, maintenant, vous allez avancer et faire comme si nous étions de bonne connaissance. Je resterai derrière vous. Et faites attention: au moindre écart, mon couteau s'enfoncera dans votre chaire..."

J'obéis. Mais que me veut cet homme à la fin?


A suivre...





Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Pourchassé [rp en solo]   Mer 1 Mai - 19:23



Pourchassé
Ginji



> Je marche, en faisant de mon mieux pour paraitre serein. Chose difficile, surtout avec ce picotement dans le dos. Ah oui c'est vrai, ce picotement, c'est le couteau qui me menace depuis tout à l'heure!
Dans la situation où je suis actuellement, j'ai de quoi me sentir vraiment très mal, et ceci pour plusieurs raisons. Déjà car j'ai étais terrassé en moins de deux secondes, ensuite parce que je suis obligé de ravaler ma colère au risque de finir avec un joli petit couteau dans le dos, et enfin... Ben parce que je suis dans la merde, tout simplement.
Bon, et si au lieu de chouiner comme un gosse de 8 ans, je réfléchissais pour trouver une idée me permettant de me sortir de ce mauvais pas?... Si je me retourne pour me battre, il me mettra à nouveau à terre, donc ça, j'élimine. Je pourrais très bien m'enfuir sous forme Laguz, surtout grâce à Pelage d’Été (Pour ceux qui ont suivie, j'ai dit précédemment que je suffoquais sous ma cape), sauf que le problème est que je ne peux me transformer en Laguz suite à ma dernière métamorphose. Et si j'utilisais une Pierre Laguz? Ça va être dur, le gars les a toutes prises pour les planquer dans son sac.... Et si je gueulais très fort: "-On m'agresse!" ? Un couteau dans le dos, un! J'ai mal à la tête rien qu'en réfléchissant à toutes les possibilités d'évasions aussi laborieuses les une que les autres. Finalement, j'opte pour le choix qui d'après moi est le plus raisonnable: avancer, et prier pour que rien ne m'arrive.
Durant le trajet (Trajet dont je ne sais d'ailleurs pas le but), l'homme fit comme il l'avait dit: il restait derrière moi, assez près pour me poignarder au premier geste brusque, assez loin pour que cela ne paresse trop suspect. Et lorsque l'on croisait d'autre personne, il cachait le couteau, et lançait une phrase du style
"-Et ton frère, comment va-t-il?" ou encore "-Aussi, si elle ne s'était pas mêlée de tes affaires, rien de cela ne serait arrivé!" , histoire que les gens croient que l'on discute. Il ne parlait pas assez fort pour comprendre qu'il le faisait exprès, mais assez pour qu'on l'entende. Ce gars savait ce qu'il faisait. Ce gars était un professionnel. Donc, je confirme que ce gars n'est pas un simple voleur.
Alors que nous avançons toujours et encore sur cette route forte longue (Déjà une bonne heure il me semble, et toujours pas de pause), nous croisons un homme. Il était de taille moyenne, et arborait des muscles qui se dévoilaient sous son T-Shirt vert. Ses cheveux étaient oranges, et n'étaient pas très bien coiffés. On voyait le fourreau d'une épée accrochée à sa ceinture, un épéiste, donc. Lorsqu'il passa à côté de nous, il nous jeta un vif coup d'oeil, mais continua d'avancer. Cela aurait pût s'arrêter là, mais non. A peine cinq secondes après que cet épéiste soit sortie de mon champ de vision, je sens une main me pousser dans le dos pour me projeter en avant. Le temps que je me retourne, l'homme venant de me pousser avait mis son épée sur le cou du bandit.


"-.. Toi!

-De?!...."

Je remarque des perles de sueurs glisser sur le visage du voleur, visage devenu rouge. Il ne comprenait pas la situation.

"-Si tu crois que j'ai oublié ta sale tête, tu te trompes!"

L'homme furieux, retira son épée, et en un clin d'oeil, saisi son interlocuteur à nouveau par le cou, et le plaqua contre un arbre.

"-Hurg!....

-Tu vas me le payer!!!"

Il lui donne ensuite une série de coup poing avec sa main libre (oui, parce qu'il arrive à le maitriser avec une seule main, et en plus a eu le temps de ranger son épée. Épée qui était un fer létal, pour être précis.) jusqu'à ce que l'homme perd connaissance. Il le jeta ensuite à terre, et se tourna vers moi.

"-Vous! Est-ce que vous êtes un associé?!

-De quoi? Je... Non!"

Il s'approche de moi, toujours aussi furieux.

"-Tu me mens!

-Non! Cet homme m'avait pris en otage pour je ne sais quelle raison, peut-être pour le marché d'esclave!"

Cette réponse m'était venu comme ça. C'est vrai quoi, peut-être voulait-il faire simplement de moi un esclave Laguz, comme j'en entends malheureusement parler.

"-Un esclave?

-Oui, regardez!"

J'enlève ma cape.

"-Un Laguz? En effet, c'est possible. Surtout que cet homme ne ce serait jamais associé avec un Laguz."

Un autre jour, je l'aurais mal pris. Mais là, j'étais simplement heureux de m'être tiré d'affaire. Un court silence s'installa, tandis que l'homme reprenait son souffle.

"-Merci de l'avoir mis à terre. Il était bien plus fort que moi."

Note: Penser à s'entrainer trois fois plus dès à présent.

"-Ce n'est rien, j'avais un compte à régler avec lui...."

Il se tourna vers "lui". Je fixais le corps inerte de l'homme.

"-Il est mort?

-Peut-être bien."

Il s'approche du bandit, s'accroupit et mit sa main sur son cou.

"-Oui, malheureusement. Il a eu une mort trop paisible à mon goût."

Je frissonne. Pas à cause du fait que l'homme soit mort, mais à cause de la manière dont il est mort. Son tueur s'est contenté de le frapper. D'une seule main! Et il est mort. Pour un Beorc, il en avait, de la force. Mais il y a aussi le " Il a eu une mort trop paisible à mon gout.". Trop paisible? Mais qu'aurait-il voulu lui faire? Et qu'est-ce que le bandit lui a fait de si terrible?

"-Il a assassiné ma femme." me dit l'homme accroupit, comme si il lisait dans mes pensés " Je l'ai cherché durant tout les jours précédents le décès de ma bien aimée. Et ce jour est venu. Je n'ai pas put empêcher la mort de ma femme, mais je l'aurais au moins vengé."

Il parlait d'un ton neutre. Je ne voyais pas une larme couler. C'était un homme dur avec lui même. J'ose alors lui demander:

"-Pourquoi l'avoir assassinée?

-Il était jeune à l'époque, mais déjà il avait un goût pour les méfaits. Il cambriolait des maisons à droite et à gauche, et puis un jour il prit la mienne pour cible. Il faisait nuit, j'avais entendu un bruit. Je suis sortis voir ce que c'était et je l'ai vu. Ma femme est arrivée juste derrière, mais il l'a prise en otage. Il m'a dit que si j'essayais quoi que ce soit, il l'a tué. Je lui ai dit de prendre tout ce qu'il voulait, puis de la laisser partir. Tout en continuant à la tenir, il prit tous nos équus, et, avant de partir, égorgea ma femme, ne lui étant d'aucune utilité. Il réussit ensuite à s'enfuir, me prenant tout ce que j'avais: mon argent, et ma femme... "

Je ne dis rien. L'homme avait une bien triste histoire. Désormais, il n'a plus rien. Sa vengeance est accomplie. Il a perdu tout ses biens, et la chose lui étant la plus chère au monde.

"-Et que comptez-vous faire, maintenant?

-Je n'en sais rien."

Nous restons tous deux immobiles. Même si son histoire m'avait un peu sapé le moral, j'étais détendu. Malheureusement, la journée était loin d'être terminée.

A suivre....




Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Pourchassé [rp en solo]   Mar 7 Mai - 19:46



Pourchassé
Ginji



> [Note: Excusez si ce post est court, je n'ai pas vraiment eu beaucoup de temps ces derniers jours, je vous prie de m'excuser]

Le silence commençait à devenir vraiment pesant. Je n'ose pas bouger, allez savoir pourquoi. Je me rappelle alors que le voleur avait pris mon sac.

"-Si vous le permettez."

Je m'approche du corps inerte, le soulève et récupère mon sac. Je vérifie l’intérieur et lâche un soupir de soulagement en voyant que toutes mes affaires y étaient.

"-C'est à vous?

-Oui. Il me l'avait pris pour éviter que je me transforme en Laguz."

Un silence.

"-Que faisiez-vous ici? Il n'y a pas beaucoup de Laguz dans le coin, habituellement.

-Ben maintenant, je comprends pourquoi." dis-je en montrant le bandit du menton.

L'homme rigole, se relève et me tends la main

"-Bien, je fus ravi de faire votre connaissance chère....?

-Ginji." dis-je en lui serrant la main

"-Mon nom est Yann. A la revoyure!

-A bientôt."

Je lâche sa main, et, alors que je m'apprête à partir, remarque un homme qui nous regarde. Enfin, qui regarde le corps.

"-Mais, ce corps c'est.....?"

Il s'avance en courant entre moi et Yann, et 'agenouille près du corps pour regarder son visage.

"-Chaz?! Mais il devait ramener le garço...."

Il s'interrompt en se rappelant notre présence. Il se relève brusquement.

"-Vous! Vous l'avez tué, c'est ça?!"

Je suis plutôt tenté de me défiler sur le coup. Je sais que c'est lâche, mais je n'avais pas envie d'avoir toute une bande de brigand à mes trousses.

"-Et bien...

-Oui. J'avais un compte à régler avec lui." m'interrompt Yann.

"-Comment avez-vous pu?!"

L'homme ne s’énervait maintenant que contre Yann.

"-Vous allez le regretter amèrement!"

Et il part en courant dans la direction où m’emmenait le bandit.

"-Où va-t-il?

-Surement alerter ses compagnons.... Je sais pas vous, mais moi, je me tire d'ici le plus vite possible.

-Vous ne voulez pas les combattre? Je pensais que les Laguz aimaient la bagarre.

-Aujourd'hui, non. Pas après que j'ai vu la force de celui-ci." dis-je ne pointant à nouveau mon menton vers le corps inerte.

"-Vous avez peur?"

Je ne dis rien pendant un instant. Je ne voulais pas l'admettre.

"-Non, juste que...

-Vous avez peur. "

De-nouveau un vide. Vide qui fut comblé par des pas d'hommes. Un groupe de Beorc arrive par la route en courant. Il y en a une petite dizaine. A la tête, je reconnais l'homme de tout à l'heure.

"-Ce sont eux!"

On peut dire qu'ils n'ont pas perdu de temps. Ils se postent devant nous. Un des hommes me pointe du doigt et chuchote quelque chose à la personne nous ayant vus devant le corps.

"-Est-ce lui?

-Surement."

Ils avaient oublié que les Laguz avaient l'oreille fine. L'homme en tête se tourne vers Yann.

"-Nous ne vous voulons aucun mal. Laissez-nous le Laguz, et nous oublierons le crime que vous avez commis.

-Même pas en rêve."

Et il se lance sur l'homme, dégainant son épée. Trois bandits se jettent alors sur moi. J'ai le réflexe de saisir une pierre Laguz, de me transformer, et de partir au combat.

A suivre....








Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Pourchassé [rp en solo]   Mer 15 Mai - 16:27



Pourchassé
Ginji



> J’esquive un coup de couteau venant d'un des trois hommes, griffe le deuxième au visage, puis me fais écraser par le troisième. Je roule par terre pour me dégager de l'emprise de mon ennemi, tandis que le premier homme revient à la charge pour me planter son couteau dans ma patte arrière droite. Je hurle et lui fonce dessus en lui mordant lui aussi la jambe droite (A charge de revanche!). Surpris, il tombe en arrière. J'en profite pour lui lacérer le ventre à coup de griffe, mais les deux autres bandits se jettent sur moi, puis un autre, puis encore un, pour finalement se retrouver avec le tas de bandit sur mon dos. Je me débats tant que je peux lorsque je me prends un coup sur la tête.
Noir.

...

Je me relève, les muscles endoloris, avec un mal de tête conséquent. Je suis à nouveau sous ma forme humaine, mon sac ayant disparu, et ma jambe droite faisant place à une ouverture dût au couteau de tout à l'heure. Le temps de reprendre mes esprits, je constate que je suis dans une petite cellule, très inconfortable et humide. La grille qui me retient est séparé par un très léger espace d'un escalier menant à une porte. Devant les escaliers, un peu décalé sur le côté, je vois un homme debout devant une chaise. Il crie alors:


"-Et les gars, le Laguz est réveillé! "

J'entends des bruits de pas et la porte s'ouvre. L'homme nous ayant trouvé Yann et moi descend les escaliers... Yann! Où est-il? L'homme donne un coup derrière la tête du garde en lui disant:

"-La prochaine fois, crie plus fort pour que les gens dehors t'entendent."



Il se tourne vers moi.

"-On est bien réveillé à ce que je vois!

-Où est Yann?! Et que me voulez-vous bon sang?! Vous êtes un ami de l'autre gars là, celui que vous avez appelé Chaz?!"

Il s'avance près des barreaux.

"-Si tu coopères gentiment, on laissera ton ami tranquille. Quoique... Il a tout de même tué quatre de nos hommes. En plus de Chaz et de celui mort d'une hémorragie à cause des vilaines griffures que tu lui as infligés... Je ne sais pas s'il vaudrait mieux en finir tout de suite avec lui...

-Espèce de..."

Je ravale mes mots. Je ne veux pas qu'il fasse de mal à Yann, il m'a sauvé la vie et en plus a prit ma défense contre les bandits.

"-Alors dites-moi ce que vous attendez de moi!

-Que tu sois bien sage pendant qu'on t'emmène là où tu es attendus.

-Du trafique d'esclave?"

L'homme sourit, se retourne et grimpe les escaliers.

"-Répondez-moi!"

Il se retourne alors qu'il s'apprêtait à ouvrir la porte.

"-Au faites, je ne crois pas voir fait les présentations. Mon nom est Kox, souviens-toi en, car tu le haïras toute ta misérable vie."

Sur ces mots, il ouvre la porte et sors en la claquant violemment. Je m'adresse au garde qui s'est rassis sur sa chaise

"-Que me voulez-vous?!

-..."

Le garde fait mine de m'ignorer. Je me laisse tomber par terre pour me retrouver assis, le regrette aussitôt à cause du sol dur, et m'allonge. Le garde ne me répondra pas, et puis de toute manière, j'ai bien trop mal à la tête pour parler de quoi que ce soit.

A suivre...





Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Pourchassé [rp en solo]   Sam 25 Mai - 9:42



Pourchassé
Ginji



> Je restais allongé pendant au moins quelques heures. Je ne sais pas vraiment ce que je dois attendre, mais j'attends. Le garde assis sur sa chaise n'a pas bougé non plus. Pff... Que le temps est long!
Je peux très bien profiter de ces quelques heures pour peaufiner un plan d'évasion, ou de tenter de trouver une explication rationnelle à tout ce qui m'arrive depuis ce matin. Sauf que mon cerveau est en mode off: je suis simplement trop fatigué.
...
Ouais, va vraiment falloir que je m'entraîne plus sérieusement. Puisque si je récapitule bien, je me suis fait tabasser deux fois, et en quelques secondes (Bon ok, la deuxième fois ils étaient une dizaine, mais je ne suis même pas sur de faire le poids contre un seul de ces gars! A part celui que j'ai tué, peut-être...) dans la même journée. Heureusement que Yann était là... Yann... Il n'était pas obligé de m'aider. Et pourtant il l'a fait. Et je l'ai mis dans le pétrin.
Je me lève m’assois. La petite fenêtre qui est tout en haut d'un des murs ne renvoyaient plus assez de lumière pour éclairer la pièce. Il doit déjà être tard, le soleil est surement en train de se coucher... Et toujours aucune nouvelle de Yann ou ce qui va m'arriver. Je pose mon regard sur le garde. Il dort!
Je me mets debout pour mieux regarder. Aucun doute, il s'est assoupi sur la chaise. J'essaie de voir s'il a une clef sur lui, ou ailleurs, mais rien. Il doit l'avoir sois dans une poche, sois... Ben à un endroit autre que dans cette pièce.
Je lâche un soupir en tenant les barreaux. Et si je me transformai pour essayer de les briser? Depuis le temps que je dors...
Je me transforme et commence à donner des coups contre les barres en fer, mais ne réussit qu'à me donner encore plus mâle au crâne que tout à l'heure. Je continue de donner encore quelques coups, mais ne parvient à rien. Je ne préfère même pas tenter de rousiguer les barreaux.
Mes frappes ayant fait du bruit, j'entends le garde marmonner. Je me re-transforme en humain avant qu'il ne reprenne ses esprits.


"-De... Qu'est-ce qui s'est passé?!"

Je le regarde d'un air incrédule.

"-Quoi qu'est-ce qui s'est passé? Ce qui se passe, c'est que vous me retenez prisonnier ici, et je ne peux même pas savoir pourquoi!"

Le garde a l'air un peu perdu, mais finis par se réinstaller comme il le faut sur sa chaise.

"-Bah, tu le sauras bien assez tôt...

-Au secourt!!!"

Le garde et moi tournons la tête en direction de la porte. Le Beorc se lève, monte les escaliers et... Se prend la porte en pleine face. Yann venait d'ouvrir brusquement la porte.

"-Ginji!

-Yann!"

Il se dirige vers moi, sort des clefs de sa poche, et ouvre la grille.

"-Que fais-tu ici?!

-Ben ch'uis venu te chercher!

-Je veux dire, comment as-tu réussi à te libérer?!

-Me libérer?"

Je sors de la prison.

"-Ben oui, les bandits m'ont dit qu'il t'avait en otage!"

Il éclate de rire.

"-Ahaha! Ces sacrés bandits! Ils ne m'ont même pas attrapé. Lors de l'affrontement de tout à l'heure, j'ai dû m'enfuir car il prenait le dessus. Cependant, j'ai vite fait de regretter de t'avoir abandonné, donc je les ai suivis discrètement jusque ici. Je voulais choisir le moment propice pour venir te libérer, mais quand j'ai vu que ça s'éternisait, je suis passé à l'action. J'ai tué les trois gardes en haut, pris les clefs posées sur la table et je suis descendu ici.

-Merci infiniment! Ça va faire deux fois que tu me sauves la vie!

-Ne te réjouis pas trop vite, ce n'est pas encore finis!

-Pourquoi cela?

-Comme je te l'ai dit, ils n'étaient que trois là-haut, et ils étaient le double quand ils t'ont capturé. Alors un conseil, il faut qu'on file au plus vite.

-D'accord!"

Je commence à monter les escaliers quand je vois le corps du garde inconscient par terre. Il fallait l'avouer, Yann avait une force phénoménale! Ne voulant pas qu'il avertisse ses partenaires, je prends le couteau dans sa poche et n'hésite pas à le poignarder. Je me tourne vers Yann

"-J'ai bien le droit de tuer une ou deux personnes moi aussi, non?"

Yann ricane. Arriver en haut, je m'apprête à sortir, suivi de Yann, quand je repère mon sac à l'autre bout de la pièce. Je pars le chercher, en sautant par-dessus les corps jonchant le sol, l'attrape d'une main, et fouille dedans pour voir si tout y était. Heureusement pour moi, c'était le cas. Cependant, en prenant mon sac, je fais tomber une pile de papier protéger par un plus grand sur lequel été écrit en gros: "GINJI". Je ramasse la pile, stupéfait. Yann qui m'attendait bien sagement sur le seuil s'énerva.

"-Bon, tu fais quoi? Dépêche toi, ils vont arriver!

-Je.. Euh oui, tout de suite!"

Je fourre toute la paperasse dans mon sac et file rejoindre Yann. La maison dans laquelle on m'avait enfermé était une simple cabane en bois au milieu d'une forêt. Yann se met à courir.

"-Viens! La route est par là!"

Je le suis avant de m'arrêter. J'entends des bruits de pas. Ils arrivent.

"-Vite! "

Je sprinte alors dans la même direction que Yann. Je courrais le plus vite possible, ralentissant de temps en temps pour ne pas trop distancer Yann (Il avait beau être plus fort que moi, j'étais bien plus rapide que lui). Il me lance au bout d'un moment:

"-Ils nous ont suivi?"

Je tends l'oreille.

"-Je ne les entends pas. Mais ils ne devraient pas tarder à nous rattraper. Que proposes-tu? Tu ne connaîtrais pas un endroit où se cacher?"

Yann secoue la tête.

"-La seule solution qui s'offre à nous, c'est de s'éloigner le plus loin possible!"

A suivre...




Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Pourchassé [rp en solo]   Dim 26 Mai - 18:23



Pourchassé
Ginji



>Je suis à bout de souffle. Je courre, toujours plus vite, puis ralentit pour revenir à la hauteur de Yann, accélère de plus belle, puis ralentit à nouveau, et ce pendant que nous essayons de mettre le plus de distance entre nous et les bandits. Il commence à faire sombre, la nuit tombe. L'air se rafraîchit et les oiseux cessent de chanter. La nuit n'est troublée que par notre course effréné. Mes jambes sont lourdes, j'ai envie de m'arrêter, mais ne peux pas. Yann à l'air tout aussi épuisé que moi. Nous courrons depuis combien de temps déjà? Dix minutes? Quinze peut-être? Voir vingt?
Je ne sais pas s'ils nous suivent encore. Je pourrais m'arrêter pour vérifier, mais n'ose pas, de peur qu'ils nous tombent dessus. Je n'en peux plus. La douleur du combat de tout à l'heure revient, la faim tenaille mon estomac, et mon mal de tête n'est que plus présent. J'en ai marre. J'ai envie de m'arrêter, mais ne peux pas.
Yann et moi finissons par débouler sur la route. Je bénis la déesse en silence tandis que je cesse de courir. Après avoir repris mon souffle, je lance:


"-Hhh...Par où allons-nous?"

Yann regarde à droite puis à gauche.

"-Hhh... Je n'en... Hhh... Sais rien..."

Je tends l'oreille.

"-Aucun signe des voleurs...

-Avec un peu de chance, ils ne nous ont même pas suivi, ou nous ont perdu de vu et ont rebroussé chemin...

-Espérons le... Que fait-on à présent? La nuit est déjà presque là, et nous n'avons aucune idée d'où nous nous trouvons."

Yann réfléchis un instant.

"-On pourrait s'abriter dans la forêt de l'autre côté de la route.

-Mais ils vont nous retrouver!"

Yann secoue la tête.

"-Peut-être pas. Si on part du principe qu'ils nous ont suivis et qu'ils ne vont pas tarder à arriver sur cette route, ils vont penser que nous sommes allés sois d'un côté soit de l'autre du chemin. Ils ne s'attendront surement pas à nous voir continuer dans la forêt.

-Pas faux."

Je regarde la forêt. Ces arbres lugubres m'enchantaient guère, mais nous n'avions pas le choix.

"-Bien, hâtons-nous."

Nous nous enfonçons à nouveau dans la forêt. Au bout de cinq minutes de courses à peine, Yann proposa de s'arrêter pour dormir, estimant avoir mis suffisamment de distance entre nous et la route.

"-Il faudrait que l'un de nous deux reste tout de même éveillé. Si tu veux je surveille pendant la moitié de la nuit, je te réveillerais lorsque ce sera ton tour.

-Vendu!"

Nous n'avons pas allumé de feux, afin d'éviter de nous faire repérer. Nous avons tout deux un peu mangé, puis Yann s'est couché.
Je restais assis en silence. Je me rappelle alors des papiers trouvés chez les bandits. Je prends dans mon sac lesdits documents et les lis attentivement. Mes yeux de Laguz permettaient de lire malgré la pénombre.
Il y avait une dizaine de feuilles, dont les quatre dernières étaient vierges. Les autres feuilles étaient toutes des lettres anonymes, très courtes. La première lettre disait ceci:



" J'ai dernièrement repéré un Laguz Chat venant de Gallia. Il correspond à la description donnée par notre client. Il est actuellement en route pour Criméa. La raison de ce voyage est encore inconnue. Je continue de le pister. J'écrirai dès que j'aurais du nouveau."


La deuxième venait très probablement d'une autre personne, étant donné que l'écriture était plus que différente:


" J'ai récolté plusieurs informations sur le Laguz suspecté d'être notre cible. Tout d'abord, son nom correspond à celui donné par notre client. Ensuite, il est bel et bien partit de Gallia, afin de "retrouver sa mémoire". Des personnes disent en effet qu'il a été adopté après avoir été retrouvé dans une forêt, tout petit. Il ne se souvient de rien, et est donc à la recherche d'information. Apparemment, nous n'avons pas d'information précise sur sa destination. D'après ce que j'ai récolté, il n'a jamais rencontré de problème notable. Je vous contacterai dès que j'en saurais plus."


La troisième lettre été écrite avec la même écriture que la première:


" J'ai continué de pister le Laguz. Il n'a pas l'air de se douter qu'il est suivi. Jusqu'à présent, il ne fait qu'avancer en allant d'auberge en auberge. Il porte en permanence une cape qui cache sa queue et ses oreilles de Laguz, et n'a eu d'accrochage avec personne. Il n'a d'ailleurs adressé la parole qu'à peu d'humain. C'est tout ce que je sais."


La quatrième était toujours de la même personne:


" Il n'y a toujours rien d’intéressant au sujet de la cible. J'ai simplement repéré un détail confirmant nos théories: il possède lui aussi une cicatrice à l'épaule. Étant donné que je me rapproche de la base, je propose de passer à l'action. J'attends vos ordres."


Et enfin la cinquième lettre, qui venait elle aussi du même individu:


" Je m'occuperais donc de lui demain avant de l’emmener à la planque. Attendez-y moi. Si jamais je ne viens pas au bout d'un moment, partez à ma recherche: je ne connais pas la force de l'individu."


Voilà tout ce que disait les lettres. Je n'en revenais pas. On voulait me capturer! Mais pourquoi? Et comment se fait-il que je n'ai pas remarqué la présence de l'auteur des lettres? Enfin, de la plupart, étant donné que la deuxième semblé écrite par une autre personne. Et que me veut-on? Comme l'a dit le deuxième espion, je n'ai jamais eu de souci en rapport avec des bandits! Et puis qui est ce fameux "client"? A-t-on demandé au bandit de m'attraper? Qui, dans ce cas-là?
Je suis tirailler par les questions. Je respire un bon coup et essaye de réfléchir plus calmement à la situation. Est-ce que ses lettres n'auraient pas un rapport quelconque avec mon passé? Est-ce que la personne qui me suivait n'étaient pas Chaz, le bandit qui m'avait attrapé et que Yann a tué? Cela semble probable. Mais alors, comment se fait-il que Kox soit arrivé si vite? Chaz a dit "Si jamais je ne viens pas au bout d'un moment, partez à ma recherche", et il m'a capturé en à peine une minute. Alors comment se fait-il que Kox soit parti à sa recherche si tôt?
Mon mal de tête, de plus en plus insupportable, m'obligea à renoncer à toute réflexions. Je range les lettres dans mon sac, me rassois confortablement et surveille que personnes n'arrive. Toute cette histoire commence sérieusement à m'agacer.


A suivre...




Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Pourchassé [rp en solo]   Sam 8 Juin - 17:01



Pourchassé
Ginji



> La nuit passa, à mon grand soulagement, sans accroc. Même en ayant à peine dormit (et encore, il n'a pas fait trop froid), je me sentais reprendre des forces. Mais jambes me faisaient moins mal, et mon mal de tête avait disparu. Je trouvais cela assez étrange puisque je n'avais pas vraiment dormit dans des conditions idéales, et craignait même que mon état empire. Mais rien de cela. Cependant, je n'étais pas au top du top non plus, et me suis même égratigné la joue en dormant. Du coup, j'ai une jolie petite coupure sur le visage...
Après m'avoir réveillé assez tôt (Le soleil ne s'était levé qu'une demi heure plus tard), Yann m'aida à défaire le camp de fortune. Voyant mon air renfrogné, il me demande au bout d'un moment ce qui ne va pas.


"-Et bien dit donc, t'as si mal dormit que ça?"

Depuis qu'il m'avait libéré de prison, je me suis rendu compte qu'on se tutoyait. Oui je sais, idiot comme remarque.

"-Non ce n'est pas ça. Ce sont ces foutus lettres...

-Quelles lettres?"

Je lui fis un rapide topo sur ce que j'avais lu. Il rigola un bon coup en me disant qu'il devrait peut-être me ramener au voleur, histoire d'obtenir une belle somme d'argent, car je valais peut-être de l'or. Ha ha, très drôle. Je décide de changer de sujet.

"-Si on ne s'est pas fait encore rattrapé, c'est soit parce qu'ils ont vite abandonné les recherches, soit parce que ton idée a marché.

-C'est plus probable, mais vu comment on a dû les faire enrager, je ne pense pas qu'ils vont nous oublier comme ça. Il faut se préparer à toute attaque à n'importe quel moment.

-L'idéal serait que l'on rejoigne une ville le plus vite possible, nous y serons moins exposés au danger. Le problème, c'est qu'à cause de cette course effrénée, je ne sais plus où on est.. Je ne me souviens même plus par où on est arrivé.

-Bah, on a mis cinq minutes pour arriver ici depuis la route. On n'a qu'à aller dans une direction au hasard et au bout d'un certain temps, faire demi-tour si on n'arrive nulle part.

-Nous n'avons pas vraiment le choix..."

Nous nous mimes alors en route dans une direction totalement inconnue. Après avoir rebroussé chemin plusieurs fois, je finis par lâcher:

"-Tu sais, tu n'es pas obligé de rester avec moi. Je pense qu'ils s'axeront plutôt vers moi si on se sépare.

-Taratata! Je reste avec toi, que tu le veuilles ou non!

-Tu es sur? Parce que s'il t'arrive malheur par ma faute...

-Il ne m'arrivera rien, ne t'inquiètes pas.

-J'espère bien..."

Un silence.

"-Et si tu me parlais un peu plus de toi?"

Ma question le surpris.

"-C'est-à-dire?

-Ben je ne sais pas... D'où tu viens, ton histoire, des trucs comme ça quoi! D'ailleurs, je vois que tu as une épée, mais ta classe, c'est quoi exactement?

-Bretteur. Et puisque ça t'intéresse, je viens de Daien. Je n'ai pas vraiment d'histoire en particulier, à part vis-à-vis de ma femme... "

Il s'arrête de parler pendant un court instant et reprend.

"-Ma mère et mon père vivent tous deux dans une maison de campagne dans Daien. Je n'ai ni frère, ni sœur, ni oncle et ni tante. C'est mon père qui m'a enseigné la maitrise de l'épée. Il avait participé aux précédentes guerres. Ils n'étaient qu'un simple soldat, mais revenez toujours en vie. "

Son père devait être assez robuste pour survivre à plusieurs guerres. De plus, son statut de simple soldat me fait penser qu'il n'est peut-être pas très puissant (à l'inverse de son fils), ce qui voudrait dire que soit il a une chance inouïe, soit qu'il est assez rusé pour survivre malgré une force médiocre. Enfin, c'est ce que je peux supposer. Il pourrait très bien vouloir rester un simple soldat et refuser des promotions...

"-J'ai eu une enfance des plus normale. Je travaillais au champ, aidait ma mère dans diverses tâches, puis, à ma majorité, je devins soldat, mais ne tarda point à me marier. Cependant, après la mort de ma femme, j'ai quitté l'armée et profita de ma traque pour me faire mercenaire... Voilà, tu sais à peu près tout de ma vie.

-Tes parents ne te manques pas trop?"

Yann éclate de rire.

"-Ils sont bien assez grands pour se débrouiller sans moi, et vice versa! Et si on parlait de toi un peu? A part les informations venant des lettres, tu ne m'as jamais parlé de toi."

Je répondis simplement.

"-Bah il n'y a rien de plus à ajouter à ce qu'avaient découvert les espions... J'ai été adopté alors que j'étais perdu dans une forêt, puis j'ai décidé de partir à la recherche de mon passé..."

Yann réfléchit deux secondes.

"-Il y a quelque chose qui m'intrigue... Tu ne vas quand même pas me faire croire que tu es parti à la poursuite de tes souvenirs sans piste?

-Hein? Non pas du tout, je..."

Je laisse ma phrase en suspend... C'est vrai que je suis bien naïf de vouloir faire croire ceci à tout le monde. Oui, Yann a raison. Si je suis dans le coin, c'est pour une raison précise. Si j'ai à mainte reprise répété que je n'avais aucune idée par où commencer, c'est tout simplement de peur d'inquiéter mes parents... Parce que s'ils avaient su, ils auraient toutes les raisons du monde pour m'empêcher de partir... Mais mes parents sont loins maintenant, donc je suppose que je peux tout lui dire...
Yann crie soudain


"-La route!"

Le cri me tire de mes pensées. Yann se précipite vers le chemin, bientôt suivi par moi.

"-Enfin! Maintenant il nous reste plus qu'à rejoindre la ville la plus proche! D'après mes souvenirs, et si nous n'avions pas trop dévié de notre trajectoire, nous devrions y être en trois quart d'heure de marche environ!

-Tant mieux!"

J'enfile ma cape et rabats ma capuche sur mes oreilles.

"-Tu as quelque chose pour te cacher le visage? On peut encore croiser des bandits, il faudrait éviter qu'ils nous reconnaissent... Prudence est mère de sureté..."

Yann secoue la tête.

"-Non malheureusement... Et si on longeait la route par la forêt? Il y aura moins de chance que l'on se fasse repérer!"

J'en avais un peu marre de devoir me cacher, mais ma priorité est de sauver nos peaux.

"-Bonne idée!"

Nous nous mettons alors en route en direction de la ville...

A suivre...




Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Pourchassé [rp en solo]   Dim 16 Juin - 15:12



  
Pourchassé
Ginji


  

   > ...

"-Enfin!"

 Je lâche un soupir de soulagement tendit que nous rentrons dans le village, ma capuche toujours sur la tête.

"-Nous allons enfin pouvoir nous reposer un peu..."

 Yann hoche la tête.

"-Oui, mais d'abord, il faudrait signaler à des soldats la présence éventuelle de bandits..."

 Je lâche un deuxième soupir, mais d'exaspération cette fois-ci.

"-Je suppose que nous n'avons pas le choix..."

 Nous interpellons deux soldats devant une auberge, puis nous leur demandons de nous emmener dans une caserne afin de pouvoir leur expliquer la situation. Les deux soldats, après avoir rechigné (je suppose qu'ils étaient en pleine pause) nous y emmenèrent. Ils nous firent entrer dans un bâtiment où ils nous firent s'asseoir devant une table sur laquelle s'empilait une pile de feuilles. Une femme finit par arriver et par s'asseoir en face de nous.

"-Bien, qu'avez-vous d'important à dire?"

 Je prends la parole en premier.

"-Nous venons vous signaler la présence de nombreux voleurs dans les parages..."

 Je commence à lui raconter tout un baratin comme quoi Yann et moi nous promenons dans la forêt quand une dizaine de bandits nous sautèrent dessus, mais que nous avons tous de même réussi à nous enfuir. Yann me regarde en écarquillant les yeux.

"-Une dizaine? Cela fait un peu beaucoup pour deux hommes... Étaient-ils puissants?"

 Je repensais alors au moment où ils me mirent à terre en 2 minutes, puis à l'homme que Yann a tué à coups de poing. Ce fut d'ailleurs ce dernier qui répondit.

"-Assez pour s'attaquer à un simple soldat."

 La femme hoche la tête et note ce que l'on écrit. Yann reprend:

"-Il y avait cet homme parmi eux... "

 Il sort une feuille de sa poche et la tend à la femme. J'ai le tends de voir qu'il s'agissait d'un avis de recherche sur un bandit nommé... Chaz. Celui qui m'avait capturé en premier, qui a tué la femme de Yann et que Yann a tué en retour.

"-Hmm... Il va falloir redoubler de présence dans ces cas-là. Cet
homme est bien dangereux, vous avez eu de la chance de vous en être échappé...


-Oh vous savez, vous ne craignez plus grand-chose tel qu'il est maintenant!"

 La femme le regarde, incrédule.

"-Il est mort?

-Ça m'étonnerait qu'il fasse semblant!" fit Yann dans un éclat de rire.

 Ce n'est pas lui qui est censé être en deuil? Remarque, il vaudrait peut-être mieux qu'il plaisante sur la mort du tueur que de s’apitoyer sur son sort...


"-Et d'ailleurs...." reprit-il "... Il semblerait qu'il y avait une jolie petite prime sur sa tête.."

 La femme regarda le bas de l'affiche.

"-Il me faudrait une preuve montrant qu'il est bel et bien mort.

-Ceci, ça fera l'affaire?"

 Yann met la main dans son sac et en sort... Une tête! La tête de Chaz, en faîtes.. Je fais une mine écœuré mais ne bouge pas un cil. Yann pose la tête sur la table. La femme réprime un bruit de dégout, puis se lève en saisissant la tête par les cheveux. Elle se dirige vers une autre salle, puis ressort quelques minutes après, la tête remplacée par une bourse.

"-Tenez. Voici la récompense: 2 000 pièces d'or."

 Yann attrape la bourse et la range dans sa poche.

"-Bien. Maintenant, avez-vous autre chose à déclarer?"

 Yann et moi secouons la tête.

"-Si vous pouvez maintenant me laisser retourner à mes occupations... Je vous remercie pour vos informations."

 Nous sortons tous deux du batiment. Après nous être un peu éloigné, Yann finit par me lâcher:


"-Mais qu'est-ce qui t'as pris de lui raconter ces bobards?! Ils auraient pu t'aider!


-Cette histoire ne les regarde pas.

-Mais ils auraient pu te mettre sous protection!


-Ne t'inquiètes pas, ils attraperont les bandits et l'affaire sera réglée. Dis-moi plutôt à quel moment tu as coupé la tête de Chaz?


-Quand je me suis enfui après que l'on se soit fait attaquer par les bandits, je suis revenu pour cacher le corps de Chaz. Ces bandits étaient tellement occupés à t'emmener qu'ils l'avaient oublié!"

 Comme la journée débutée à peine, Yann et moi nous reposons pendant de longues heures. Nous en profitons pour refaire le plein de vivres (Yann a voulu partager la moitié de la récompense avec moi, mais j'ai refusé lui disant que c'est lui qui l'a tué. Cependant, il a quand même insisté pour me payer toute la nourriture...).
 La nuit arriva. Yann et moi nous installons au premier étage d'une auberge pour dormir au chaud...
 Au début la nuit était froide, puis au fur et à mesure que le temps passait, la couverture me réchauffa. Une fois la température idéale atteinte, je commençais à m'endormir... Cependant, à un moment de la nuit, la chaleur devint suffocante... J'étouffais sous ma couverture. Puis soudain un cri me réveille. Je regardais autour de moi. La chaleur ne venait pas de la couverture ou de l'air, mais de l'auberge. Car oui, l'auberge était en feu.


A suivre...

 


  
  
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Pourchassé [rp en solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pourchassé [rp en solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Entrainement et agrandisement avant le combat d'arêne {solo}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Lieux Divers
-