AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mission] Les yeux du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: [Mission] Les yeux du passé   Ven 1 Fév - 12:00

« Ils nous sont revenu par la grâce miséricordieuse de la grande déesse Ashera !
-Ce n’est pas dans les habitudes de la Déesse de nous rendre nos familles quand elle les prends. Il y a quelque chose qui cloche.
-Qu’importe, mon époux est revenu ! Je ne suis pas d’accord pour qu’on les renvoie dans le monde des morts ! »

Le maire se tourna vers sa fille. Samantha a bien failli mourir de chagrin quand son gendre est mort. Son retour si soudain lui a redonné la santé et la joie de vivre. En soit, ce retour de défunts était une bonne chose, mais Umphrey a beaucoup vu et vécu et sait qu’une chose contre nature cache toujours quelque chose de sombre et maléfique. Il y a eu une étude des revenants : leur corps était tout ce qu’il y avait de plus vivant, depuis la peau fraiche et pleine de vie jusqu’aux battements du cœur irriguant le sang. Ils sont amnésique mais pas totalement : ils se rappellent des noms de leurs anciennes connaissances. Samantha s’est alors juré de récupérer l’amour de son amant, même si, d’après les coutumes religieuses, la mort les avait séparés. En conséquence, il n’était légalement plus à elle. Le maire se tourna alors vers Jeffrey, brave garde du village qui a vu sa famille entière lui revenir, cette même famille qui est morte d’un incendie il y a deux mois. Le pauvre a sombré dans l’alcool et la dépression après ça. Le retour de sa famille est une motivation pour retrouver sa dignité.

« cette histoire de résurection cache quelque chose de mauvais. Ma décision d’enquêter sur ce phénomène et, si possible, renvoyer les morts où ils sont est sans appel.
- Papa ! Tu ne veux pas de petit fils ?
- Ne recommence pas, Samantha !
- Idiot !
- Monsieur le maire, on ne peut pas arracher un tel miracle au village. Chacun se réjouit de revoir des êtres chers arraché trop tôt à leur vie.
- C’est viscéral, un point c’est tout. Plus encore que les guerres de ces dernières années. »

Sur ce, le maire quitta sa maison, laissant Jeffrey et Samantha seuls. Ces deux jeunes gens sont sans nul doute ceux qui seront les plus difficiles à convaincre tant ils sont jeunes et sensibles. Désespérés qu’ils fussent, la Mort a bien failli les avoir… alors pourquoi a-elle rendu ses victimes au village ? C’était illogique. Il a d’abord pensé aux agissements d’un Nécromancien, mais leurs revenants étaient cadavériques, pâles comme la mort, pas comme ceux là…

Il se rendit au poste de garde, point de rendez-vous avec les trois personnes qui ont accepté la mission. Il a rassemblé le plus d’informations possibles pour répondre aux éventuelles questions qu’on lui posait. Mais sa récolte n’était vraiment pas miraculeuse. Installé sous le toit de chaume de la petite cabane, il attendit. Qu’ils fassent vite, son nez d’ancien combattant flairait le désastre prochain.



Ordre de passage :

-X
-Reyns
-Ruika.


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   Mar 5 Fév - 20:58

Quand le printemps approche, je suis encore à l'abri du froid entre les épaisses murailles de la ville. Il n'y fait pas si chaud que ça, mais tout se prête à nous réchauffer. Pourtant, mon cœur est gelé quel que soit la saison. Mais cela n'importe que peu, car les tavernes et la population grouillent comme une fourmilière sur-excité à l'approche du bon jambon fumé d'été. Je déteste vraiment ces gens, leur façon d'être et de se comporter. Qu'ils soient simples larbins, ouvrier ou nobles leurs intentions n'ont pour niveau que l'égoïsme. Je suppose qu'il s'agit d'une notion intuitive à l'être humain, d'assurer sa survie en ces temps de chaos, et, je sais, que ces temps n'auront pas de fin.
Je ne m'y sens pas à sa place, mais l'argent passe de mains en mains, glisse entre les doigts crochus de la mort. Puisse que c'est là où chacun finis après s'être éreinté à son dur labeur. Un aboutissement, en quelque sorte.
Le tavernier qui m'offre dignement logis contre les usages, oserais-je dire qu'il est bien vicieux de faire payer le droit naturel et indicible de dormir sans crever de froid d'un individu, m'a proposé l'adjectif pessimiste suite à ce genre de discours. Pourtant, il y restera comme les autres. D'une dague dans le dos ou par ce temps qui coule sur ses épaules et le fait crouler sur lui même alors que les semaines ne passent pas assez rapidement pour qu'il s'en rende compte.

Enfin peu importe. L'histoire qui n’emmène sur ces sentiers à la neige glissante d'humidité est toute autre. Mes bottes foulent l'herbe pourrie par le froid, l'horizon avalant les remparts dans mon dos. Et je songe à ce conte, si sombre soit-il que le bouche à oreille des crieurs de rue n'intervient pas en ligne de compte. Simplement ragots, comme pour les trésors promis aux monts et merveilles des aventuriers intrépides. Trop peut-être.

Ce doux tintement lugubre, comme quoi un village verrait les morts retourner aux vivants. Et avec ma venue, sans doute l'inverse. La nécromancie me répugne vraiment, ceux qui ne foulent plus la terre mais la composent méritent la paix. Une paix sacrée, au delà du châtiment de leurs crimes punis par leur dernier souffle lui même. Cependant, cela semblait si étrange que je m'autorise le déplacement. Ce n'est pas très loin et j'y serais aux lueurs des bourgeons. Je me demande bien ce que je trouverais là bas; si ce n'est aucune vertu. Je me ferais toutefois discret, car je ne tiens pas à être assimilé à un garde dépêché, un mercenaire aux yeux d’espoir d'or ou pire, un brigand de cimetières.

Je resterais caché, purement et simplement. Ce genre de village paysan regorge de cachettes. Et les toitures torsadés m'offrent déjà mon plan d'action. Je n’interviendrais que quand mon étude clinique donnera suite. Et si les morts sont vraiment rempli d'une nouvelle étincelle, ils n'en restent que des hommes. Des êtres mauvais de nature, tout cela ne peut que mal tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Reyns
avatarBeorc


Messages : 96

Feuille de personnage
Niveau:
17/20  (17/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   Lun 11 Fév - 13:55

Reyns se réveillait un matin comme les autres aux aurores dans son lit quelque chose de chaud respirait doucement avec une régularité réconfortante. Il ne se souvenait pas de la veille… la seule chose dont il se rappelait avec certitude c’était d’être entré dans un bar avec Ruika et d’avoir vidé bien des pintes. Mais peut être était-ce la jeune mage dans son lit. Aurait-elle succombé à ses charmes, l’alcool aurait-il délivré sa passion grandissante.
L’alchimiste frissonnait de plaisir alors qu’il essayait de déterminer ce qui avait bien pu se passer passant d’un film à l’autre. S’extasiant devant son exploit. Puis fou de désir, il se jeta sur la jeune proie, l’embrassant dans la nuque puis sur son épaule passant une main sur sa croupe.

- Ah Ruika, mon ange à moi !

- Euh moi mon nom c’est Julie.

Reyns fit un bond en arrière alors qu’il regardait d’un air hagard la Julie en question qui loin d’être laide, n’avait absolument pas le charme mature de ses conquêtes habituelles.

- Mais t’es qui toi ? T’as quel âge ???

- Bah enfin… Je suis la fille du forgeron, Julie, tu es venu m’enlever de chez moi hier soir et tu as dit qu’on se marierait… Tu ne m’aimes plus ?

Reyns reculait désormais mais pour une autre raison. Amour… Mariage… Papa forgeron… mais dans quelle merde s’était-il mis. Attrapant ses vêtements tout en ne quittant pas la gamine des yeux comme si elle était une bête sauvage prête à la dévorer. Il s’approcha de la porte et clencha la poignée alors que les grands yeux face à lui se remplissaient de larmes…

- Je suis vraiment désolé !!!

S’habillant en courant dans les escaliers, il regagna le bar à la vitesse grand V, où se trouvait Ruika assise dans le vide à siroter une bière de bon matin.

- Ruika mais merde ! Qu’est ce que je foutais avec une gosse là-haut moi… Tu devrais m’arrêter quand je fais des conneries… surtout des comme celles là !

Soudain, un homme rentra dans l’auberge, un ménestrel à première vue et à première écoute. Le malandrin chantait le miracle d’une ville où les morts revenaient à la vie. Si certains semblèrent ignorer jusqu’à son existence, ses paroles interpellèrent Reyns ou du moins « A cœur ouvert » qui frissonnait dans sa besace.

Pas si loin d’ici
Et pourtant au delà des limites humaines
Reviennent à la vie
Ceux qui n’ont pas eu de veines
Heureux les vivants de les retrouver
Ressortis des abysses, ressortis des enfers
Pourtant inquiet le Maire est resté
Et dans la mort, d’une poigne de fer
Il souhaite les renvoyé
Ignorant les sentiments de sa fille bien aimée
Rémunérée sera cette mission
Entre la mort et la passion

Reyns sentait l’appel des ténèbres celui qui le poussait à s’approcher du ménestrel qui distribuait des tracts sur la mission. Tant de sombres sentiments et tant d’heureux aussi toute cette émotion dont il se nourrissait il saisit le papier et c’est machinalement qu’il signa le registre.

- Eh bien mon bon monsieur, vous êtes bien courageux, ça fait une douzaine de patelin que je traverse et encore personne pour prendre cette affaire en main. Dès qu’on parle de mort revenant à la vie la plupart des gens fuient…

- Ruika… Je t’avais dit de m’arrêter quand je fais des conneries.

L’alchimiste ayant repris ses esprits la regardait avec un air de chien battu alors qu’il voyait sa signature sur ce papier qu’on lui retira bien vite des mains.

- Pas d’autres volontaires ?

Soudain la porte de l’auberge vola en éclat alors qu’un homme avec un marteau rentrait avec bruit.

- Hiiiiiiiiii !

- Où est ma fille !

- Ah papa ! Mais que fais-tu là

- Tu crois que je vais laisser ma fille de 14 ans découcher. Où est le vaurien qui t’a touché !!!

- Bah là papa.

Reyns se sentit défaillir alors qu’il venait se cacher derrière la mage de vent. Il n’était pas du genre à avoir peur ou quoi que ce soit mais là, trop de choses s’enchainaient pour lui et il n’était levé que depuis quelques minutes… alors que donnerait le reste de la journée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 25

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   Lun 11 Fév - 14:04


Ruika était assise à un bar où plutôt dans le vide devant un bar. Avec son arrogance et mépris habituelle, elle avait commandé une chope d’eau chaude dans laquelle, elle faisait infuser son thé de Phéonicis retrouvé dans la caverne des brigands. Elle en appréciait le goût, elle en appréciait la saveur alors qu’elle sentait que la journée serait agitée.
Ainsi, elle ne fut pas surprise de voir débouler son « camarade » à moitié à poil au rez-de chaussé.

- Ruika mais merde ! Qu’est ce que je foutais avec une gosse là-haut moi… Tu devrais m’arrêter quand je fais des conneries… surtout des comme celles là !

- Bah écoute, je suis pas ta mère si la première midinette en sous-vêtement du coin excite ta libido moi je m’en fous.

La sécheresse de sa voix n’avait d’équivalent que son sourire sadique alors qu’elle regardait le jeune homme s’apprêter en vitesse. Elle se serait bien moquer de lui encore un peu si elle n’avait pas perdu son attention à l’avantage de ce barde à la voix criarde.
Des morts qui reviennent à la vie ? Quelle était cette ineptie.
Pourtant, l’alchimiste semblait y croire et intriguée par la chose. Ruika le regarda s’avancer en se demandant si elle devait intervenir et s’approcha alors qu’il empoignait la plume du barde.

- Reyns… Je n’ai aucune envie de tremper dans ce genre de chose…

Trop tard, il venait d’appliquer sa marque sur le papier.

- Ruika… Je t’avais dit de m’arrêter quand je fais des conneries.

- T’es mignon toi… tu ne m’en as pas laissé le temps et puis c’est quoi cette mission

- D’autres volontaires ?

Mais alors qu’elle saisissait le papier en question, la porte de l’auberge s’ouvrit avec violence. Le papa de la petite dévergondée semblait avoir les poings qui le démange alors que sans une once d’hésitation, la petite demoiselle désigné la victime de son bourreau de papa.

- Eh oh… Doucement ! Ce gars n’a fait que suivre ses instincts primals… C’est un homme. Alors si votre midinette de fille qui a beau avoir 14 ans se balade à moitié à poil dans la rue
_ car là était la raison pour laquelle Reyns l’avait abordé _ C’est pas de sa faute mais de la sienne. Et de la votre par la même occasion !
- Comment osez-vous parler ainsi de mon petit ange adoré?

- Euh s’il vous plait je tiens à mon bar moi…

- Faut vous remettre les trous en face des yeux ça fait longtemps que c’est plus un ange. Regardez la, aucune once de pudeur à descendre dans une auberge pleine d’homme en nuisette.

Le regard du forgeron se tourna sur l’assemblée qui, effectivement, dévorait la jeune fille des yeux avec autre chose en tête que son coté angélique.

- Comment osez-vous regarder ma fille !!!

Faisant tourner son marteau au dessus de sa tête, le forgeron l’abattit sur une table de mécréants la brisant sans effort. Ruika attrapa Reyns par le col ainsi que le ménestrel et les firent sortir tous deux de l’auberge en voie de disparition.

- Bon faites moi lire ceci dans un premier temps, je peux vraiment pas le laisser seul.

Ruika prit connaissance de la missive et sentit son ventre se serrait quant au fait du retour des morts. Combien de fois avait-elle souhaité faire revenir Robin, combien de fois avait-elle voulu le rejoindre… Mais ce qui la faisait tenir c’est l’idée qu’il était plus heureux là. On ne dérange pas les morts, on les respecte, on les aime et on ne les oublis pas mais jamais on ne dérange leur sommeil.
Ruika prit la plume à son tour et signa alors que prenant connaissance de l’endroit où elle devait se rendre, elle prit de l’altitude pour y aller alors que Reyns se précipité pour prendre un cheval.

***
Ils se présentèrent en début d’après midi à la bourgade désignée dans la missive. Il faisait beau, il faisait chaud. Ruika descendit au sol sans pour autant le toucher et flotta tranquillement aux cotés de Reyns. Elle ne lui avait pas demandé pourquoi il avait signé, peut être avait-il perdu des proches lui aussi. Mais ce n’était pas des choses qu’ils partageaient.
Sur le porche d’un bâtiment de garde, elle repéra leur potentiel contact et elle trouva bien dommage de ne pas pouvoir voir ses morts vivants avant d’entrer dans le vif du sujet mais naturellement ils se dirigèrent vers lui.

- Bonjour nous venons pour la mission, pourriez-vous nous en dire plus avant de débuter.

La patience n’était pas le fort de Ruika et plus vite elle aurait les renseignements requis, plus vite elle enquêterait seule. C’est donc avec une délicatesse inexistante qu’elle débuta cette conversation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   Mar 12 Fév - 9:15

L'attente d'Umphrey fut longue... très longue, au point qu'il a eu le temps d'aller se chercher un café pour avoir de quoi s'occuper en attendant l'arrivée des volontaire. Il se donnait jusqu'au milieu d'après-midi et, s'ils n'étaient pas la, il relancera une demande. Jamais il n'abandonnera, pour le bien être du monde entier. Les morts n'ont rien à faire parmi les vivants, même s'ils se sont donné le sang qui circule, le cœur qui bat et le cerveau qui pense.

Une forme démangeaison assaillit le crane clairsemé d'Umphrey qui laissa sa main le soulager. Il savait ce que ça signifiait en général : c'était le signal qu'on l'épiait. Qui, pourquoi, depuis quand ? Il l'ignorait... c'était courant en ce moment et il se doutait bien que quelque chose clochait.

Deux individus arrivèrent alors, un duo pour le moins... incongru.

Un homme un peu pâle aux cheveux aussi rouges que ses yeux.
Une femme aux cheveux noirs qui flottait au vent.

Les deux avaient chacun une caractéristique différente pour prévenir qu'ils étaient mages... bah, cette mission demande plus de cervelle que de muscle de toutes façons : c'est pas avec une hache qu'on comprend pourquoi les morts sont revenu. Ils devraient faire l'affaire.


« Bonjour nous venons pour la mission, pourriez-vous nous en dire plus avant de débuter. »

Umphrey ne broncha même pas en constatant la « délicatesse » de la femme. Des garçons manqué, il en a vu tellement dans sa vie qu'une femme pouvait se trimbaler à moitié nue avec une épée de trois tonnes et demi en chantant « la princesse du tas de foin » à gorge déployée, il serait pas étonné.

« Umphrey, ravi de faire votre connaissance. »

Il observa la position du soleil... il avait fini d'attendre.

« Suivez-moi... »

Le maire les guida jusqu'à un bâtiment non loin. L'intérieur sentait la transpiration. Des lances, des casques, des uniformes de gardes et une lourde porte dans le fond... oui, c'était la prison du village. Umphrey s'installa sur un banc et invita les deux zigotos à en faire de même.

« Dans les grandes lignes, vous savez ce qui se passe : Nos morts ont quitté leurs tombes pour revenir parmi nous comme si de rien n'était. Pour les détails, on n'a relevé que peu de choses : déjà, ils sont bien vivants. Leur cœur bat, le sang circule, ils saignent à la moindre plaie et ils ont toutes les caractéristiques d'un comportement humain. La seule autre chose qu'on a remarqué, c'est leur amnésie assez spéciales. Ils se souviennent du nom des gens qu'ils ont connu, mais pas ce qu'ils ont vécu ensemble. C'est tout ce qu'on a pu relever. »

Umphrey toisa les deux jeunes avec la lassitude d'un vétéran de l'armée.

« Cette histoire me chagrine énormément. Je dois vous dire que j'ai vu et vécu beaucoup de choses, mais profaner ainsi le sommeil des morts, c'est une chose que je ne peux pas tolérer, surtout dans mon village. Je vous ai payé pour que vous métiez au clair cette histoire et vous aurez un supplément si vous réglez le problème au besoin. Les gens sont heureux de voir leurs proches revenir et s'il n'y a pas de risque, je pourrais leur accorder une seconde existence, mais la moindre menace devra donner lieu à une « purge ». Vous me comprenez ? »

Il se leva et déverouilla la grande porte de fer.

« Les revenants sont enfermés derrière cette porte. Vous pouvez leur poser toutes les questions que vous voulez, mais avec le respect des vivants. »

Spoiler:
 


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   Mar 12 Fév - 18:11

J'ai attendu bien longtemps, sous le soleil tapant. Rien ne me lasse plus que le temps qui se tasse. Celui qui à la toison grisâtre, toise l'arrivée de ceux qui résoudront ce désastre. Cela sans compter sur moi, trouver un assassin ici le laisserait pantois. Non pas qu'il ne s'y attende pas, mais car ce qu'il veut est leur trépas. Je le vois au fond de ses yeux, alors que je l'observe des hauts lieux.

Accroché au dessus de la fenêtre, j'écoute discrètement le discours de cet être. Il est au bout du rouleau, ces "morts" ont bon dos. Il les as enfermés, si ils vivent comme il le dit, doivent ils être ferrés? Il agit comme troublé par la nuit. Elle l'entoure, elle marche vers lui alors il court. Se demande t'il si une fois enterré lui aussi sera ressuscité? Le mérite-il seulement? Cela ne m'inquiète guère pour le moment. Et pourtant je sens ce vide, qui de sa voix se fait le guide. A tu quelque chose à te reprocher, maire d'une si petite contrée?

Je me sais bien caché, à l’abri cette cachette; personne ne peut se douter,
que je vais me joindre à la fête. Je vais doucement escalader, afin de me positionner, près des fentes de cette prison, peut-être mes oreilles vibrerons, au doux son des questions berçant la saison, qu'au gré du vent j’entendrais.

Ces deux là sont bien différents, le genre de personnes qui semblent transcendantes. Car elle surpasse le bas-peuple par l'esprit; par les idées qui font l'effet d'un fusil. Tout du moins je l’espère, car moi, pauvre hère, je ne voudrais pas m'être déplacé.
Pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 25

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   Jeu 21 Fév - 10:36


Ruika regarda un à un ces pauvres âmes prisonnières de barreaux d’acier. Des enfants, des femmes, des hommes… Pas de distinction de sexe ou d’âge. Tassés comme des criminels, ils semblaient apeuré, effrayé mais également… en colère.

- Pourquoi sommes-nous enfermés !

- C’est vrai ça !!! Nous ne sommes pas des bêtes de foire ! Libérez-nous !

- Ne criez pas si fort vous allez réveiller les petits…

Une mère nourricière semblait prendre soin de petits bambins à peine sortit du ventre de leur mère, traversant la foule pour les approcher, Ruika s’horrifia devant ces mort-nés revenus à la vie…A l’intérieur d’elle, son cœur se serrait alors qu’elle repensait à cette enfant qui n’avait jamais vu le jour, à ce petit être si fragile qui n’avait été que silence alors qu’avec toutes les peine du monde, elle l’avait fait sortir de son corps.
Elle recula et revint au maire.

- Est-il vraiment nécessaire de les enfermer eux aussi… Je veux dire, ce sont à peine des nourrissons, je ne pense pas qu’ils feront le moindre mal.

- Votre enquête déterminera si nous les faisons sortir ou non. Je ne veux pas risquer la population de mon village par compassion pour des… morts.

- Mais nous ne sommes pas morts ! Regardez nous ! Malgré tous vos tests, vos médecins qui vous hurlent que nous sommes des êtres tout à fait normaux, vous vous obstinez !

Ruika comprenait le maire en un sens, des morts qui reviennent à la vie n’avait rien de normal mais pour ces gens qui ne se souvenaient de rien à par le nom des êtres aimés…

- Ecoutez Messieurs Dames, je sais que l’enfermement vous énerve et que vous ne comprenez pas votre présence ici, mais vous êtes morts… Et votre retour parmi nous inquiète. Alors je sais que l’on vous a déjà questionné, *du moins je le suppose*, mais je vais tout de même refaire un tour pour mieux comprendre et essayer de vous faire sortir *ou de vous faire retourner d’où vous venez…*


La foule s’en retournait bougon contre leur mur, s’affaissant devant l’ennui et la fatigue liée à la situation. Ruika demanda au Maire de la renseigner pour chaque personne interrogée, la raison de sa mort.

- Bonjour, monsieur…

- Monsieur Théodore Ross, mort d’une crise cardiaque.

- Bonjour monsieur Ross, j’aimerais savoir si vous aviez des souvenirs de votre mort, vous souvenez vous d’une intense douleur dans la poitrine ?

Et ainsi commença un interrogatoire long et rébarbatif. Pas de souvenir de leur mort, pas non plus de leur vie appart des noms, des sentiments… Ils ne se souvenaient même pas être sortis de leurs tombes. Les morts brûlés dans un incendie n’avait plus de traces de ses blessures…
Ruika avec l’accord des habitants examina leur corps de manière superficielle pour ne serait-ce que trouver un semblant de preuve mortem mais rien. Si c’est gens avait passé l’arme à gauche, ils n’en portaient pas la moindre trace.

Ruika se tourna alors vers le maire et lui demanda d’un air circonspect :

- Quelqu’un est-il allé voir les tombes pour voir si vos mort-vivants sont vraiment issus des cadavres de vos mort-morts ? Non en fait laissé tomber, j’irai vérifier moi-même.

Elle se retourna une nouvelle fois vers la masse amoncelée devant elle dont l’agacement faisait parfois place à la colère et dans un soupir elle dit au maire que selon elle, il n’y avait pas de quoi s’alarmer, autant ne pas les mélanger à la population mais au moins les libérer de ces barreaux, les mettre dans une salle des fêtes, les laisser voir leur proche. Pour sa part, elle voulait voir les tombes car pour qu’autant de personne sorte de leur sommeil, il y avait forcément l’office d’une personne extérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyns
avatarBeorc


Messages : 96

Feuille de personnage
Niveau:
17/20  (17/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   Mer 27 Fév - 11:43


Reyns ne se sentait pas à l’aise entre les barreaux d’une prison aussi lumineuse soit elle. Cet endroit n’avait rien de similaire avec les geôles du Black Fang à part le nom, n’empêche qu’un frisson parcourrait son corps alors qu’il suivait la mage dans cet endroit. De plus… il appréhendait la réaction d’A cœur ouvert. Des morts qui reviennent à la vie avaient forcément des sentiments enfouis des plus terribles ou au moins quelques pensées néfastes et trompeuses.
Il avança d’un pas fatidique et… rien. « A cœur ouvert » ne réagissait pas outre mesure. Il repérait de la colère, de la peur, de la tristesse mais rien qui ne sorte de l’ordinaire, pas de haine machiavélique, pas de démence, juste un tas de péquenots affolés, supportant mal d’être enfermé. Ironiquement, si on partait du principe que leur précédente demeure était une tombe cette espace bien qu’étroit devrait leur sembler être un palace.

Reyns resta en retrait par rapport à la mage de vent qui étrangement faisait bien plus chaleureuse dans sa manière de parler, de s’exprimer. Il lui semblait étrange voir surnaturelle que de la voir douce et gentille. De loin il observa l’examen des corps, il écouta les récits courts et inintéressants de chacun d’entre eux et se posa à la fenêtre pour regarder ce qui se passait dans le village.
Quelques badauds regardaient hagards la prison, d’autre semblait remonté et attendait avec impatience leur sortie. L’alchimiste sentait de l’animosité venant d’une jeune femme non loin de là. Il la regarda plus attentivement mais le remarquant, elle partit.

- Quelqu’un est-il allé voir les tombes pour voir si vos mort-vivants sont vraiment issus des cadavres de vos mort-morts ? Non en fait laissé tomber, j’irai vérifier moi-même.

Ah… il retrouvait bien là l’indélicatesse de sa douce compagne. N’empêche qu’elle mettait le doigt dessus. Si aucun d’entre eux ne se souvenaient être sorti de leur tombe et si personne ne les avait vu faire dans le village c’est que trois de possibilités restaient. Soit c’était de véritables mort-vivants qui étaient tous revenus à la vie au même moment et sortis, et dans ce cas les tombes seraient éventrées, soit quelqu’un les avait fabriqués de toute pièce et les tombes seraient en état ou éventrées pour faire croire à une véritable résurrection,… intérieurement il espérait que quelqu’un avait surveillé le cimetière depuis leur apparition… ou tout le monde leur mentait et c’était un énorme canular…
En un sens une ville où les morts reviennent à la vie, ça pouvait faire une bonne publicité pour attirer les touristes, les pèlerins, les voyageurs. Qui ne rêveraient pas de voir l’un de ses proches perdues revenir à soit. Reyns voudrait revoir sa mère… Ruika surement son frère.
Reyns se pencha alors à l’oreille de la mage de vent et lui glissa en un chuchotis inaudible.

- Ruika, il faudrait aussi aller voir leur registre civil, ça fait état de chaque naissance, mort, arrivée et départ. Moi j’ai vraiment l’impression d’un canular.

Si s’en était un, Reyns se rendait compte que ce serait un peu… gros mais aucune piste n’était à négliger et l’alchimiste doutait qu’il irait jusqu’à inscrire de faux mort sur un registre.

- Bon première étape, déjà je vous conseillerais de sortir de la prison et de fermer solidement les barreaux.

Ruika se dépêcha de s’extirper de ces prisons et referma à clé. Reyns sortit son livre de magie et lu un sort qu’il n’aimait que peu utiliser mais qui était d’une grande assistance pour découvrir la vérité. Lançant « A cœur ouvert » le sortilège plongea au tréfond de leur âme pour en extirper ce qu’ils ressentaient réellement. Si les voir se contenir jusque là avait quelque chose de malsain, les voir s’effondrer de chagrin ou exploser de colère n’arrangea rien.

- Bon et si on allait voir ces tombes ma chère amie !

Reyns s’empressa de saisir la demoiselle par le bras et la tira en dehors de la bâtisse. Tant de personnes en colère ou triste pourraient certainement démonter cette prison.

- Mais que leur avez-vous fait !

- Rien, ne vous inquiétez pas, ça s’arrêtera d’ici une dizaine de minutes !

Ne sachant point où se trouvait le dit cimetière, Reyns demanda à une passante et s’y rendit tout guilleret.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   Lun 4 Mar - 7:13

Personne dans le village n'a accepté les agissements d'Umphrey. Pour tous, ces gens étaient des êtes tout ce qu'il y a de plus vivants, d'humains. Personne pour craindre un traquenard quelconque. L'amour qu'ils éprouvaient pour les êtres perdu et la joie de les retrouver les rendaient si vulnérables. Seul Umphrey, le doyen et maire du village, a fait en sorte de garder la tête froide et de réfléchir à la situation.

Ce fut la femme qui commença, par un interrogatoire... Umphrey avait déjà posé ces questions, mais pas une réponse qui lui convienne. Pas de souvenir ante-mortem, pas de souvenir d'avoir séjourné 6 pieds sous terre, rien, que dalle, nada. Juste le souvenir de leur réveil et des noms associé à des visages connus de leur vivant... Ensuite, elle parla d'aller voir les tombes. La encore, Umphrey est allé voir... mais elle verra bien le résultat d'elle-même.

Et l'autre mage ? Eh bien il se décida enfin de bouger son popotin de rat de bibliothèque et, une fois que tout le monde (sauf les morts) sont sorti de la geôle, il marmonna un machin bidule magique et...

Leonora s'effondra au sol, pleurant toutes les larmes de son corps. Elle qui était toujours si douce et si joyeuse de son vivant et même après sa mort, étonnament.

Theodore, l'homme si calme et posé, véritable gentleman qui a su s'attirer le cœur d'une guerrière si sauvage de passage il y a quelques années, le voilà explosant de colère, tapant contre les barreaux à se faire saigner les poings...

Tous avaient des réactions pour le moins extrème.


« Mais que leur avez-vous fait !
- Rien, ne vous inquiétez pas, ça s’arrêtera d’ici une dizaine de minutes ! »

Et après on se demandait pourquoi Umphrey n'aimait pas la magie...

Le cimetière... Umphrey n'aimait pas ça non plus. Le dernier refuge des trépassés, là où tout n'était que silence et tristesse. Il n'y avait aucun bonheur à si rendre. Rien que des souvenirs nostalgiques enfermé dans des cercueils en compagnie des morts.

Gordon le fossoyeur les attendait, pelle en main.


« J'savais bien qu'vous allez v'nir, bande de profanateurs ! M'sieur l'maire ! C't'tirrespectueux c'qu'ils vont faire !
- Au moins aussi irrespectueux que ce que j'ai fait, je le concède. Au travail, Gordon, sors nous un cercueil, celui de leur choix. »

Tous les morts n'étaient pas revenu à la vie, et heureusement, mais tous les réçussités avaient un point commun : leur cadavre n'était plus dans leur cercueil.

A l'ombre du saule pleureur, elle observait le petit groupe dans le cimetière. Bande de fouine-merde ! Enfin, si même Umphrey n'a pas trouvé de piste pour remonter jusqu'à elle, elle devrait avoir la paix.

La femme semblait quand même plus maligne que le vieux maire... et le rouquin ? Elle l'a vu rendre fou tous ses petits chéris... était-il aussi dangereux ? Enfin, peu importe qui ils étaient ou ce qu'ils étaient, aucun ne pouvait comprendre ses recherches.
Agatha fit volte face, sa longue robe noire flottant comme des plumes de corbeau, ses longs cheveux argentés glissant dans les courants de la brise d'été, elle passa de l'autre côté du saule, disparaissant de la vision de quiconque aurait pu l’apercevoir, sa main toucha la petite perle qu'elle portait comme joyau à la mèche devant son oreille...

Et elle disparut, retournant à son terrier.

Bon alors, pour faire simple, peu importe la tombe que vous creuserez, si vous cherchez dans la tombe d'un mort revenu à la vie, il n'y a rien. Le corps n'est plus là, il y a un peu de crasse (ya quand même eu un cadavre dedans, la décomposition, toussa...) et quelques possessions qui l'ont accompagné dans l'au delà. Ca pouvait être des bijous, des habits, des fleurs, le cadavre de Kiki le petit caniche qui a suivi son maîmaître dans l'autre monde, ce que vous voulez. Il est possible que vous ayez vu Agatha mais bon, Umphrey lui n'a rien vu et de toutes façons elle la connaît pas.


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: [Mission] Les yeux du passé   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission] Les yeux du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Quête]Un bond dans le passé
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Le reflet du passé [Terminé]
» Première mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Les villages de Criméa
-