AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réinsertion difficile... [Pv Reyns]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❝ Invité ❞



MessageSujet: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Ven 31 Aoû - 15:35

    Chaque période était relative, la perception du temps chez un individu variait bien souvent avec son propre ressenti envers ces souvenirs. Dans cet endroit reculé au nord de Daien, la neige avait recouvert une bonne étendue de terrain, avant d'arrêter sa chute, repartant aussi rapidement qu'elle n'était venue. Tout était allé vite mais avait tant changé l'apparence du décor que Geist avait du mal à cerner combien de temps il vadrouillait dans ce coin. Pourtant ce second duel fortuit avec ce sabreur, Alan, ne remontait pas à loin, mais hormis avoir subvenu à ses besoins les plus essentiels, il n'avait fait que songer à ses actes passés, proches comme lointains. Perdu dans ses songes, le temps avait ralentit, seule son horloge biologique lui permettait de ne pas perdre le fil de la réalité. En en si courte période il avait énormément perdu, ses propres buts en étaient altérés, mais d'un autre côté il avait retrouvé un semblant de raison comparé à sa folie précédente. Après tout, si en un court moment il avait perdu pied, il pouvait tout autant remonter plutôt rapidement... Bien évidemment reconstruire quelque chose prenait plus de temps, mais c'était préférable à ne rien faire. Les bases étaient à redéfinir, afin de pouvoir repartir plus tard.

    La météo était un peu plus favorable à la marche, et notre individu descendit un flan de la montagne où il avait temporairement pris refuge. Il entra dans un village quelconque, situé à presque une cinquantaine de kilomètres du précédent qu'il avait... C'était d'ailleurs jour de marché, la populace s'affairait çà et là, le lieu était mine de rien plutôt grand, presque du calibre d'une petite ville. Tant de monde vivant leurs petites vies anodines, et dans un sens cherchant tous à continuer à exister pour un meilleur lendemain. Une attitude à la fois noble et standard, mais dont il avait perdu la vision durant ses derniers troubles. Et il le regrettait. Il ne lui restait pas une grande fortune, de quoi s'acheter un manteau léger histoire de passer inaperçu, quelques rechanges, et des vivres bon marché. Il s'arrêta à un stand d'apothicaire, peut-être que diverses potions étaient achetables. Il attendait son tour afin de discuter avec le marchand, aux prises avec un autre homme, tentant probablement de négocier un prix. La foule était plutôt dispersée dans cette section, laissant le champ libre aux passants tandis que le chahut des discussions étaient bien moindre comparé au centre de la place.


    " Au voleur, arrêtez-le ! "

    Une petite voix criait, un timbre féminin mais suffisamment perceptible aux alentours proches. La victime était au sol, sans doute bousculée par la gaillard courant dans la direction opposée. Le stand de l'alchimiste était en bordure de cette halle, aussi le gredin fonçait dans cette proche direction pour ensuite se faufiler dans les ruelles moins fréquentées. Il n'y avait qu'une cinquantaine de mètres entre le lieu de son forfait et la sortie, tout ce qu'il avait à faire était de passer un brin d'individus trop lents pour réagir à temps. Du moins dans ses estimations, qu'il du reconsidérer quand un bras se tendit subitement devant lui, et à cause de sa tentative de sprint il n'eut aucune chance de réagir, subissant de plein fouet l'obstacle le frappant au thorax. Une acrobatie non voulue plus tard, sa tête embrassa le sol, et un pied vint écraser l'arrière de son poignet, le forçant à lâcher son butin. La personne le souleva par les vêtements tout en ramassant la bourse, le remettant sur pieds et le relâchant juste après. Bien qu'un peu groggy par le choc, il perçut tout de même un "Allez, file." tout bête lui remettant suffisamment les idées au clair pour le convaincre de ne pas rester dans les parages, continuant sa route dans les ruelles, sa prise en moins.

    Le malfrat était assez jeune, et Geist se contenta de le relâcher avant de se retourner vers la dame, toujours les fesses au sol depuis le temps. Il lui tendit la main pour l'aider à se relever sans ne dire mot, mais malgré son mutisme quelque chose ne semblait pas aller. La victime affichait un air soulagé de prime abord, mais regarder son sauveur plus attentivement défigura son apaisement, creusant sur son visage petit à petit de la peur au point qu'elle se mette à placer sa main devant elle, signe qu'elle ne voulait pas que le lancier s'approche d'elle.


    " V-vous... C'est vous qui avez mis le feu à Clarden ! Ne-n'approchez pas, au secours...! "

    Geist déglutina face à cela, cette femme semblait être liée à ses exactions passées. Il était vrai qu'il avait visé une personne en particulier dans sa vengeance, mais rongé par la folie il avait finit par brûler une grande partie du bourg. Et cette ancienne habitante avait probablement prit refuge ici après la destruction de son domicile après ça. Que pouvait-il faire, vraiment ? Il était entièrement responsable, et son propre regret n'empêchera pas ce fait. La terreur sur le visage de la pauvre dame commençait à alerter les autres civils, qui se rapprochaient un peu plus du lieu du scandale, dont certains lâchaient des regards suspects au pyromane, adjectif mérité cette fois-ci. Geist se mordit la lèvre, lâcha la bourse qu'il s'apprêtait à rendre et fit volte-face rapidement pour tenter de partir comme l'avait fait le jeunôt d'avant. Son aisance précédente s'envolait petit à petit face à cette situation, et dans son demi-tour soudain il bouscula une personne assez violemment. Ironiquement c'était le client le devancant au stand d'alchimie, mais malgré qu'il était après lui à ce niveau, il dût quitter le marché bien avant.

    " Pardon, je... "

    Pensait-il bêtement que s'excuser d'un léger accroc allait changer la situation ? Pas vraiment, il ne prit pas la peine de terminer sa phrase, loin de là. Ignorant d'un coup toute politesse, il se fraya un chemin jusqu'aux abords de la grande rue, s'enfonçant après quoi dans l'étroitesse des sous-voies de la ville, cherchant à rejoindre une quelconque périphérie en trottinant machinalement. Derrière lui, quelques voix s'élevaient, la garde était appelée, c'était bien sa veine...
Revenir en haut Aller en bas
Reyns
avatarBeorc


Messages : 96

Feuille de personnage
Niveau:
17/20  (17/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Sam 1 Sep - 0:07


- Poisson ! Qui veut mon poisson ? Garanti frais de la semaine ! Tout droit sorti de la bonne vieille mer d’Orribes ! Demandez mon poisson !

- Il est bon mon poulet ! Pot, pot ! demandez le poulet !!

Dans les magnifiques effluves d’un jour de marché, tout le monde s’époumoner pour faire l’éloge de leur produit parfois d’origine douteuse. Le poisson frais sentait le faisandé de plusieurs mois, la viande se faisait la cible privilégiée des mouches et bien que certains tiraient leur épingle du jeu via des fruits et légumes qui ne pouvaient être autre que frais ou de la viande séchée et salée. Enfin… il était mal placé pour dire ça sachant d’où venait les ingrédients de ses potions…

- Dites moi Monsieur, vous êtes sûr que ça va le faire tomber amoureux de moi ?

- Bah ça n’s’appelle pas un filtre d’amour pour rien gamine.

Il ne pouvait pas lui dire que c’était un concentré de phéromone similaire à ce qu’émette les femelle chat en période de chaleur pour attirer les mâles. Ni même qu’elle ne ferait pas qu’attirer son Don Juan mais également toute la gente masculine à 200m à la ronde.

- Bon je le prends !

- Vous n’en serez pas déçue je vous l’assure !

Ce qui est bien avec les filtres d’amour c’est que malgré l’ingrédient de base qui est aisé à récupéré et complètement gratuit, l’amour est l’un des biens avec le plus de valeur marchande. Une potion et le revoilà suffisamment fortuné pour continuer un bout de route et se racheter quelques petits ingrédients pour son utilisation personnelle sur un tout autre marché.

- Oui, bonjour, je voudrais un produit pour…

- Au voleur ! Arrêtez-le !!!

Par reflexe Reyns se jeta sous son stand en criant qu’il n’était pas responsable et alors qu’il se rendait compte de l’absurdité de ses propos, il vit le rejoindre proche du sol, la tête du jeune délinquant littéralement éclaté par l’un de ses potentiels clients. Il était plutôt vif celui là, même très vif à vrai dire. Il se releva et mit un peu d’ordre sur son étale.
Il regarda le héros se dirigée vers la princesse échevelée et… le vit chuter du haut de son pied d’estale.

- V-vous... C'est vous qui avez mis le feu à Clarden ! Ne-n'approchez pas, au secours...!

…Ça c’était dommage. Première leçon de l’assassin connaitre le visage de ses victimes, comme ça si tu retombes dessus tu les évites ou cette fois tu fais bien ton boulot. Enfin… ça ne fonctionne que quand on est assassin.
Reyns regarda le jeune homme détaler comme un lapin alors qu’à droite à gauche, des gardes sortaient pour partir à la poursuite du lancier.

- Ya quelques choses qui clochent avec lui ?

- Bah je n’suis pas sûr mais y’a eu un incendie dû à une pyrolance ya pas si longtemps que ça et bah vu la réaction de Bérangère je suppose que c’est l’un des responsables

Les incendies partaient si rapidement de nos jours… L’alchimiste se souvenait de cette simple cigarette balancée négligemment sur un drap de lit qui avait hélas tourné en réel carnage et pluie de sang. Le mage noir avait vraiment exagérée pour ce simple « accident ». Quand il repensait à ce qui avait suivi, il avait des frissons dans le dos.
Mais oublions ses évènements peu ragoutants et peu mémorables et passons rapidement à quelque chose de plus actuel. La solidarité entre incendiaire malchanceux en partant du principe que ce jeune homme était accusé à tord ou à raison mais pour de mauvaises raisons ou bien bonnes… Je me perds là. Bref devait-il soutenir ce pauvre lancier dans sa fuite et lui donner un petit coup de pouce ou devait-il rendre justice au peuple et faciliter l’arrestation du mécréant ?

Et la question se posa, qu’aurait fait un membre de sa famille ? Il aurait aidé le peuple et aurait lui-même assuré la défense du prévenu.
Puis une seconde question le tarauda, qu’aurait fait le Black Fang ? Il aurait aidé le peuple et aurait assuré l’accusation ou le jugement. Personne ne faisait de l’ombre au Black Fang.
Alors que devait-il faire sachant cela…

- Dites et mon produit pour faire repousser les cheveux ?

- Désolé, je ferme boutique pour aujourd’hui mais si vous voulez un conseil, levure de bière et jaune d’œuf, ya rien de mieux et si ça ne marche toujours pas, le béret revient à la mode du coté de la haute !

Il rangea en vitesse son étale et décampa sur le dos d’une nouvelle compagne, la fidèle Léonichette. Plus rapide que les gardes, Reyns prit la tête de la poursuite et rattrapa le fuyard. Il aurait pu balancer une rasade d’huile et y allumer le feu pour ralentir les gardes mais sachant sa chance avec les incendies, il se dit que c’était peut être de mauvais goût.
Arrivant au niveau du lancier il lui tendit une main salvatrice avec un sourire quelque peu masqué par un foulard dont il avait enroulé son visage. D’un signe de main il l’incita à monter.

Esprit de contradiction obligeait, il ne pouvait se résumer aux principes du paladin en dix leçon ou à celui de l’assassin Black Fangesque.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Mar 4 Sep - 23:04

    Les esprits s'échauffèrent rapidement aux alentours, et ironiquement ce n'était pas la faute à l'Inferno, du moins pas directement. Geist se priverait bien de l'utiliser dans un lieu pareil, qui plus est. On récolte ce qu'on a semé, d'une certaine manière il pouvait se mettre à la place de son précédent adversaire concernant les troubles du passé. Le fugitif aurait probablement du continuer à l'être, car avec sa courte pause pour jauger la situation, il pu s'apercevoir que la garde avait réagi au quart de tour, les bruits de pas résonnèrent dans les ruelles parallèles et rester dans un quartier aussi étroit serait problématique car facilement encerclable. Une garde à moitié organisée n'était pas un réel souci, mais si jamais celle-ci ramenait un ou plusieurs opposants du calibre du dernier en date, l'affaire serait toute autre.

    Il soupira lentement, il aurait préféré ne pas avoir à faire ça, mais il se résolut à aller dans un cul de sac étroit afin de s'aider de la proximité entre les murs pour grimper sur un toit quelconque. Il canalisa légèrement son pouvoir afin d'envoyer une boule de feu percuter le sol, dégageant un bon nuage de poussière tout en résonnant dans les autres rues exiguës. Le chronomètre était en marche, et à coup sûr une bonne partie des gardes iront s'engouffrer dans ce cul de sac vide, sa fuite par les toits permettant un éloignement rapide. Cependant cinq maisons plus tard, l'espacement était trop large, la périphérie de la ville se dessinait et plus loin, l'accès à une forêt quelconque mais salvatrice. Mais lorsqu'il voulut emprunter cette direction, une patrouille de trois gardes le vit peu après son atterrissage, criant aux renforts de venir.

    Il n'y avait plus de plan à suivre, juste à courir rapidement. Trois miliciens ne pourraient pas grand chose, et les autres seront plutôt distancés s'il pénétrait les bois rapidement. Un petit kilomètre, distance très relative mais ayant ici son importance. Geist avait déjà parcouru de longues distances, mais ici ce maigre pas comparé à la totalité du chemin déjà fait n'était pas si négligeable. Il courut rapidement, mais au bout d'une dizaine de secondes il entendit un bruit se détachant des autres, trop singulier pour ne pas éveiller sa curiosité. Il retourna sa tête en pleine course pour apercevoir tout près de lui un cavalier élancé prêt à vouloir lui mettre la main dessus. La distance n'était pas favorable à une évaluation optimale, et avec cette atmosphère hostile le fuyard prit cette présence comme un ennemi. Misant sur ses réflexes de combattant, il pivota légèrement son buste afin que son bras soit capable d'intercepter celui tendu par le cavalier, s'en saisir pour ensuite continuer son pivot et désarçonner l'individu au vol. Accompagnant l'autre homme dans ce mouvement, la chute se termina en roulade minimisant les blessures, surtout pour celui étant tombé de cheval. D'ailleurs concernant sa monture, elle stoppa son élan pour s'arrêter cinq mètres plus loin. La poussière levée par cette pseudo-acrobatie retomba, et Geist maintenait toujours le bras de l'assaillant assailli, pour se rendre compte qu'il ne s'agissait aucunement d'un garde, ni même d'une personne physiquement entraînée pour ça à première vue. D'ailleurs n'importe qui aurait tenté de le blesser par arme dans ces conditions, et malgré le court coup d'oeil cela pouvait également être un bras tendu pour de l'aide... Inconcevable en un sens, pourquoi l'aiderait-on après ça ?

    Hélas il n'eut pas réellement le temps de poser la question, la patrouille ds trois gardes précédents le rattrapait hâtivement. Malgré son manque de talent en improvisation, Geist se saisit d'Ondine repliée, apparaissant donc comme une dague avant de relever l'inconnu et placer l'arme blanche au niveau de son torse. Les trois gusses arrêtèrent leur course à environ une dizaine de mètres.


    " Pas de chance pour vous, on dirait qu'un de vos citoyens à voulu jouer aux héros et s'est retrouvé dans le pétrin ! Vous ferez mieux de reculer si vous voulez éviter un accident, messieurs. "

    Les soldats semblèrent obéir, le bénéfice du doute sur cet inconnu jouait en la faveur du pyromane présumé, aussi firent-ils trois pas en arrière pour preuve de bonne foi. Geist profita de ce temps-mort pour chuchoter à son otage temporaire :

    " Je ne sais pas trop ce que tu voulais faire, mais joue le jeu pour l'instant et ne dis rien... "

    Le duo commença à reculer petit à petit vers la monture, et ordonna à l'homme de grimper dessus en premier, tout en dépliant le manche de sa lance télescopique, faisant en sorte de montrer qu'agir même sans contact direct avec l'otage serait tout aussi dangereux. Faisant office de fausse menace, il grimpa à son tour devant et rangea son arme en toisant les trois gardes impuissants.

    " Une tentative d'entourloupe sera instantanément punie, prenez-le pour dit. Et toi, n'essaye pas de fuir en tombant du cheval, tu serais surpris de ce qui pourrait arriver... Quant à vous, laissez tomber pour le moment, foutez-moi la paix et je relâcherais ce prisonnier en cours de route si tout se passe bien... Allez ! "

    Frappant de ses talons, la monture entama une course modérée toujours dans la direction opposée à la ville, alors qu'au loin on pouvait voir des renforts arriver auprès des trois badauds. Après deux minutes de chemin sans parler, Geist se ravisa en s'adressant directement à l'inconnu.

    " Bon, tu m'expliques ce qu'il vient de se passer, ou...? "
Revenir en haut Aller en bas
Reyns
avatarBeorc


Messages : 96

Feuille de personnage
Niveau:
17/20  (17/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Lun 17 Sep - 20:04


La main tendu ne fut pas saisie, mais purement et simplement arrachée avec violence et stupidité. Lui qui voulait aider se retrouvait dans la panade, aux mains d’un homme trop décontenancé par la situation pour comprendre ses intentions. La réception fut douloureuse pour le corps fragile de l’alchimiste, se relever le fut encore plus.
La lame poser sur son torse lui semblait une menace très dérisoire par rapport à une lame posée sur sa gorge mais il ne dit rien se remettant comme il le pouvait de sa chute. La garde les rattrapa se fixant à quelque pas d’eux stoppé dans leur élan par la menace de la perte d’un citoyen.

- Pas de chance pour vous, on dirait qu'un de vos citoyens à voulu jouer aux héros et s'est retrouvé dans le pétrin ! Vous ferez mieux de reculer si vous voulez éviter un accident, messieurs.

Reyns tourna comme il le pouvait la tête essayant de comprendre la stratégie du fuyard mais la pression sur son torse le rappela à sa position d’otage.

- Je ne sais pas trop ce que tu voulais faire, mais joue le jeu pour l'instant et ne dis rien...

- Ai-je vraiment le choix ?

L’alchimiste se laissa manipuler sans résistance comprenant qu’il n’avait pas l’avantage au sol. Il monta sur sa fidèle monture sous la menace de la lance et se défila, écoutant à peine la dernière menace du renégat.

- Bon, tu m'expliques ce qu'il vient de se passer, ou...?

Ou rien. D’un mouvement de talon sur les flancs de sa jument, il la fit se arquer violement envoyant valdinguer son passager clandestin. Manœuvrant que difficilement sa monture, l’alchimiste lui céda également le pas descendant d’un saut avec le peu d’agilité qu’il avait. Il retomba sur ses pieds in extremis et vit le quadrupède partir pour s’arrêter à une centaine de mètres.

- Explication ? Bah je sais pas moi, je vois un mec injustement brimé alors qu’il vient d’agir de manière courageuse et presque héroïque. Je me dis que je me dois de l’aider. Mais vu votre façon d’agir comme un coupable… je me suis surement trompé de camp.

Ce n’est pas comme si Reyns défendait la justice mais à vrai dire même son explication pour l’avoir aidé lui semblait bancale. Une sorte de provocation envers lui-même, son passé, son présent, son futur… Il pouvait facilement se pencher sur une étude approfondie de son psyché rien que par le paradoxe de sa décision, mais ne le souhaitait pas. Revenir sur sa mentalité puérile de vile vengeance contre une vie qui lui avait tout offert, revenir sur une provocation inconsciente du genre suicidaire,…
Trop de complexité pour Reyns, il n’avait pas besoin de réfléchir à ça. Il avait agit et c’est tout.

Restant en alerte, l’alchimiste se demandait combien de temps la garde mettrait à comprendre, qu’il ne relâcherait pas une personne qu’il ne tenait pas, à comprendre le subterfuge utilisé pour fuir. Reyns n’était pas un citoyen modèle mais un simple marchand itinérant. Ils ne prendraient pas longtemps avant de réévaluer les priorités entre attraper un criminel et garantir la vie d’un otage quelque peu … louche.

- Bref, je me présente, je suis Reyns Fang, apothicaire et sauveur de malfrats à mes heures perdues et cette main que je vous tends maintenant n’a rien d’agressive.

Certains auraient pu en douter, mais pourtant c’était le cas. Point de potions explosives, point de pièges, une main tout ce qu’il y a de plus inoffensifs et presque amicale.
Cependant, Reyns doutait que quelqu’un accepte cette main.

Au loin les clameurs de la foule et de la fureur faisaient rage. Le peuple se sentait trompé, la garde humiliée. Un homme en noir calma la foula d’une main levée et partit à la recherche des fuyards
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Mar 25 Sep - 3:27

Plus aucun visu sur leurs pas, cette configuration devait être aussi vrai pour les poursuivants, sans doute trop loin derrière un rythme de marche largement inférieur et une impossibilité de voir la trajectoire prise par le fuyard et son supposé otage. L'attention de Geist décrut légèrement tout en posant sa question de façon bancale, pour cependant ravoir un pic de reconsidération sur ce qu'il se passait. Un peu trop tard ceci dit, il ne put empêcher sa chute de la monture, tout du moins minimiser la casse à l'atterrissage, encore une fois. Mais bon vu que même la cavalier dut poser pied à terre suite à cette manœuvre, il ne s'en était pas mal sorti et faisait maintenant face à face avec l'étranger du coin.

Plutôt déconcertant, comme entrevue. Qu'importe la situation passée de ces dix dernières minutes, l'homme lui faisant face ne réagissait pas normalement, ou avait sa propre idée de la chose. Avait-il agi par simple curiosité ? L'homme avait un petit air pouvant aller dans ce sens, sans doute était-il lui-même assez bancal pour être attiré par telle embrouille. Et même si au final celui qui s'annonçait comme marchand ne retint aucunement son langage en qualifiant son interlocuteur de 'coupable' et de 'malfrat' , il semblait y avoir quelque chose dans son esprit qui l'empêchait de ressentir de l'animosité ou de la peur envers le fuyard. L'oeil guerrier et expérimenté de Geist voyait bien que cette main tendue était innofensive, d'une certaine manière sa raison elle-même étant bien trop proche du martial qu'autre chose, il avait également imaginé trois ou quatre moyens radicaux pour neutraliser l'individu rapidement avec une telle configuration... Décidément, quoi qu'il puisse faire contre ça, il n'était au final qu'une brute trop accoutumée à errer seule sans vraiment retenir cet aspect avec autrui, hein...


" Quoi que l'on puisse dire, un héros est toujours coupable de quelque chose, et personne ne peut se vanter d'avoir pris le bon chemin toute sa vie. Tu peux me qualifier comme ceci à ta guise, je ne nierais pas avoir causé plus de torts que je ne l'aurais voulu... "

De grands mots, difficilement habituels pour sa propre personne, mais ces derniers temps il avait passé en revue son passé, ses actions sur un point de vue moins égoïste... Tout ce qu'il avait pu entreprendre jusqu'à maintenant n'avait eu que des impacts négatifs, qu'importe les intentions justifiant ses erreurs. Le terme de malfrat était bien maigre en considération, et un tel traitement de la part des gens ayant perdu quelque chose ou quelqu'un par sa faute était tout à fait normal. La psychologie humaine n'avait rien d'évident à comprendre, car reposant énormément sur le vécu et les valeurs apprises durant celui-ci. Mais encore pire, au final même les choses pour lesquelles il s'était battu avaient pris un sens tout autre, jusqu'à ce dérapage dernièrement...

" ...Je ne peux pas me permettre de serrer cette main, ou accepter de mettre quelqu'un d'extérieur à toutes mes fautes dans un quelconque pétrin. Même le plus infime des rapprochements serait malsain pour un gars comme toi, au pire je peux me contenter de te donner mon nom... Geist, c'est tout... "

Il arbora un regard plutôt grave, faisant comprendre que ce n'était pas une bonne idée de continuer comme ça. Sans doute cet apothicaire avait une idée en voulant l'aider dès le départ, un sentiment d'appartenance à un brigand incompris, mais au final malgré la tournure accidentelle des évènements cela ne changeait pas le fait que comparé à lui, ce Reyns n'avait pas de souci à se faire auprès des autres. Tout au plus il pourrait feindre la fuite et retourner en ville sous le couvert d'une victime ayant voulu bêtement joué aux héros. Il s'en sortirait avec un marqueur "brave impulsif" pour une journée ou deux, et tout ceci ne serait qu'un sujet à la rigolade après quoi.

" Il n'y a rien ici que tu puisses sauver actuellement, même si j'apprécie l'intention. Je préfère même ne pas impliquer un potentiel innocent si jamais ça se corsait, tu ferais mieux de rebrousser chemin pour faire mine de demander aide aux gardes après m'avoir désarçonné par surprise, et c'est tout. On pourra reparler de tout ça si jamais nos chemins se recroisent un jour, mais d'ici là il vaut mieux que ça se finisse ici pour le... "

Presque au terme de sa phrase, il dut cependant couper la conclusion devant une surprise déconcertante, notamment sur le plan auditif. Sa voix avait masqué ceci jusqu'à maintenant, d'autant plus que ses songes en entier ne cherchaient qu'à discuter pour ne pas déraper, mais au final il prit conscience d'un coup de son entourage lorsqu'un bruit régulier venait de prendre enfin le pas sur ce discours futile. Il aurait été évident que le silence aurait permis de repérer ce son depuis plus longtemps, mais c'était déjà trop tard car l'auditif commençait à laisser place au visuel : un cavalier monté se frayait un chemin dans leur direction. Dans un sens ils n'étaient éloignés que de cinq minutes à monture, suffisant en cas de poursuite à pieds, mais leur pause pour discuter avait permis à un autre cheval de revenir sur leurs pas. Impossible, la menace sur un potentiel otage aurait du freiner ce choc, à moins qu'au final son sort importait peu du moment où on rapportait la tête du pyromane de Clarden. Pas bon du tout, et cette réalisation tardive permit aux deux hommes d'esquiver de justesse une charge brutale du cavalier drapé de noir. Celui-ci, devant l'échec de son assaut frontal, recabra sa monture pour refaire face à Geist, et aux vues de son attirail il n'avait rien d'un garde de campagne. Était-ce encore un mercenaire invoqué par téléportation, comme avec le précédent épéiste nommé Alan ? Peut-être était-il du même niveau, ce qui ne présageait rien de bon, mais la grande inconnue résidait dans l'apothicaire qui pourrait aussi bien s'en prendre à lui pour conforter l'illusion qu'il n'avait été qu'un otage... comme Geist le lui avait conseillé, en plus de ça.

Spoiler:
 


Dernière édition par Geist le Mer 21 Nov - 0:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Reyns
avatarBeorc


Messages : 96

Feuille de personnage
Niveau:
17/20  (17/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Lun 5 Nov - 14:19


Ce cher Geist ne connaissait pas sa famille car jamais, non jamais il ne tiendrait un tel discours sur les héros, sur les hommes de bien. Bien sur les siens ne se vanteraient pas d’avoir pris le bon chemin mais il l’avait pourtant fait au dépend de leur propre chemin de vie.
Reyns reprit sa main tendue et rejetée quelque peu vexé par un tel refus. Il ne se donnait que rarement du mal pour un inconnu et ce genre de comportement avait tendance à le rebuter.

Soudain, il se tut laissant place à un son plus inquiétant, à un son plus menaçant… Ils esquivèrent l’attaque en roulant sur le côté. Il devait vraiment être un gros criminel pour qu’on ignore ainsi le pauvre et innocent otage…

- Geist Rikston, incendiaire de la cité de Clarden je vous mets en état d’arrestation pour tous les crimes que vous avez commis, toutes les vies qui ont été prise par votre imprudence et votre folie et toutes les vies que vous avez détruites.

D’un revers de la main il arracha la cape qui dissimulait son visage dévoilant un faciès déchiré, déformé, brûlé. Reyns n’arrivait même plus à distinguer un semblant d’humanité dans ses traits. Quant à lui, il ne savait plus vraiment dans quel camp se jeter. Que ce soit celui d’un criminel ou celui d’un mercenaire revanchard, le dit otage était dans une mauvaise posture.

- Monseigneur, merci de venir à mon secours, cet homme, faites attention, il a une lance-dague et une pyrolance dans le dos. C’est un fourbe mon seigneur !

Reyns avait choisi son camp, il avait bien plus de chance de s’en sortir en prenant le parti du peuple que celui d’un assassin. Et puis, ça ne lui ressemblait pas de jouer les téméraires et les défenseurs des oprimés.

- Vous l’apothicaire, hors de mon chemin je ne serais pas responsable de ce qui pourrait vous arriver. Il n’y a rien de justicier dans mon action et je ne pleurerais aucune victime de ma vengeance.

Reyns ne se le fit pas dire une seconde fois, il ne devait pas rester dans le coin sous peine d’une mort affreuse et particulièrement idiote. Il aurait été là, au mauvais endroit, au mauvais moment…
Sans attendre, il se lança à la poursuite de sa fidèle monture prêt à déguerpir la queue entre les jambes (et le cheval aussi). Il n’avait pas la prétention de se dire bon et encore moins celle de se sentir capable de protéger un homme. La fuite était la meilleure des défenses.

Soudain une explosion le projeta en avant faisant fuir sa monture au triple galop. L’alchimiste se retourna et vit l’homme, le mercenaire ou quoi que ce soit d’autre entouré de flammes, un bouquin à la main.

- Trouves-tu cela ironique qu’un mage de flamme se retrouve brûlé dans un incendie ? Trouves-tu cela risible qu’il y perde sa femme, son fils et son identité ? Moi je n’en ai pas ri, et je n’ai même pas réussit à en pleurer tellement la douleur de mes larmes sur ma peau mise à nue me faisait souffrir. Tu vas payer le prix de ma tristesse assassin, tu vas payer le prix de ma souffrance.

Sa main posée sur son tome de magie, il lança son incantation aussi rapidement que l’éclair. La forêt s’embrasait autour de lui comme le reflet de ce jour maudit où le pyromane avait détruit sa ville, sa vie.
Reyns resta pantois devant ce spectacle, incapable de bouger, incapable de fuir sans sa monture. La chaleur environnante lui donnait mal au crâne, la luminosité dansante des flammes le faisait fléchir, l’odeur de la fumée prenant part de ses poumons l’étouffait …

- Inferno !!!

Le brasier s’intensifie et tout disparut alors que l’alchimiste sombrait dans l’évanouissement.



[hrp] Désolé du retard, je ne pensais pas que l'alternance me prendrait tant de temps... Pour le Monsieur, j'ai décidé qu'il serait mage de Feu/glace car classe II dans la voie magie. Pour son niveau on a qu'à dire équivalent au tient, à toi de voir !! Encore désolé pour le retard [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Mer 21 Nov - 2:32

Une menace bien présente, l'homme tout de capes vêtues descendit de sa monture pendant que les deux autres se relevèrent de leur dérobade, poussant le cheval pour l'écarter du futur champ de bataille. Sa stature était classique et peu significative, après tout son dernier adversaire ou lui-même possédaient une force dépassant subtilement leur carrure, il ne fallait s'y fier. Une voix rauque accusait Geist de son nom complet, ce qui était légèrement étonnant sur le coup, mais un tel individu envoyé directement à ses trousses avait du entendre une sorte de briefing. Après tout cet Alan l'avait reconnu, peu surprenant si un poursuivant avait eu un quelconque retour dessus. Cependant le dévoilement de son visage l'était déjà plus, ces marques et cicatrices apparentes provenaient de brûlures, cela en dévoila plus sur le personnage. Peut-être un revanchard, le lancier le laissait continuer tout en restant sur ses gardes, il était plus sage d'attendre que son opposant finisse son monologue, chaque information sur lui amoindrissait le désavantage lié au fait qu'il connaissait les capacités de Geist, sans réciprocité.

Capuche et cape ôtées, point d'armure ou de vêtements indiquant pour le moment une appartenance à une caste guerrière, tout comme l'absence d'arme apparente. Un magicien, ou un assassin peut-être, rien n'était dit tandis qu'il blâmait l'otage en le mettant en garde contre lui-même. Cette remarque lui arracha un vain sourire, comme un soulagement en soi alors que le faux-justicier riva à nouveau son regard sur l'homme qu'il pourchassait, plein de haine dans ses yeux. Deux fausses questions finirent par révéler à la fois ses champs de compétences et sa motivation, se plaignant de sa vie foutue en l'air par l'excès de folie de l'ancien soldat. Et aussitôt sa complainte terminée, il lança déjà l'assaut tandis qu'un sourire narquois s'afficha sur les lèvres de Geist, réalisant la situation. Il n'aurait aucun remord sur ce coup, aucun. L'incantation fut presque instantanée et les flammes encerclèrent déjà le fugitif, coupant toute échappatoire ainsi que toute vision. Les flammes se rapprochèrent rapidement, l'arme du lancier cru jaillir de sa paume et commença à tournoyer autour de son porteur à vitesse réduite, jusqu'à ce qu'enfin l'Inferno magique vint englober sa cible devant les yeux du magicien. Il se relâcha sur le coup, il avait déchaîné une puissante attaque pouvant couper court même au plus rapide des guerriers, il devait être salement amoché, mais il réalisa que quelque chose n'allait pas : les flammes persistèrent avec autant d'ardeur qu'à l'impact. Un rire ébranla les lieux, et le brasier diminua en intensité au fur et à mesure que cette raillerie se propageait et jusqu'à ce que la flamme finisse par se faire absorber par la pointe de la lance portée devant Geist.


" Ah ah ! Et moi qui me faisait du souci sur qui on avait pu m'envoyer, mais on dirait qu'ils ont parié sur le mauvais cheval cette fois ! "

Quittant sa posture de parade suite à l'annulation de l'assaut ennemi, Geist brandit son Inferno derrière lui, et une flamme conséquente apparut subitement dont l'intensité était presque équivalente à celle lancée sur lui. On le l'avait pas informé. Il n'était pas au courant que son adversaire pouvait dévorer une magie de Feu ainsi, ou bien était-ce sa colère qui n'avait pas entendu cette partie... Son ennemi juré était devant lui, mais sur le coup semblait inatteignable, et ce n'est que lorsqu'il remit sa lance en face de lui qu'il reprit conscience de la situation et dégourdit son corps afin d'éviter l'assaut imminent. Le pyromane lui renvoya son attaque, et malgré son anticipation le souffle de l'explosion le projeta sur le côté jusqu'à heurter sévèrement un arbre proche. Regagnant ses esprits, il aperçut avec amertume le lancier avancer vers lui en marchant, un pas lent et inapproprié lors d'un combat, mais apparemment il ne le prenait pas comme tel car il n'avait pas besoin d'y aller sérieusement. Chaque pas était inévitable, fuir serait inutile pour un magicien trop lent pour lui, et une attaque désespérée serait inefficace.

" À mon tour de poser des questions : trouves-tu cela risible de penser que si un mage de feu pouvait finir brûlé, un lancier de feu le pouvait forcément lui aussi ? Crois-tu qu'il éprouverait de la pitié ou du remords en apprenant que son poursuivant n'avait rien d'honorable non plus ? Je ne pourrais pas payer pour tes souffrances, mais laisse-moi au moins y mettre fin, veux-tu... "

Il n'avait aucune pitié à ressentir, cet homme voulait simplement se venger de son oppresseur sans se soucier des autres, de l'otage... comme il l'avait fait lui-même, hélas. Il était passé outre cet état, il regrettait être passé par cela, mais il ne se laisserait pas faire par les retombées pour autant. Dans l'absolu il n'était pas obligé de tuer cet homme, mais personne n'était noble, personne n'était altruiste. Non, Geist était égoïste dans l'optique de tuer ce magicien lui ôterait une épine du pied, tout comme le laisser en vie ne calmerait pas son envie de le pourchasser encore et encore, il n'y avait plus grand chose à en tirer. Et si éliminer ce produit de ses erreurs diminuerait la propagation de ses propres retombées, il le ferait le cas échéant. Il ne décidait pas qui devait vivre ou mourir, et il ne tuait pas pour son simple confort, mais sa situation était bien trop mal engagée pour être charitable.

Il se rapprochait toujours, mais l'homme assis à terre sorti un autre tome, une autre broutille qu'il pourrait assimiler. L'incantation fut une nouvelle fois rapide, mais l'aspect fut tout autre tandis que fusèrent deux pics de glace dans sa direction. Geist reprit fermement ses appuis, brandissant son arme ardente qui était préparée à absorber, non anéantir par les flammes ce qui arriverait. La boule de feu envoyée fut trop peu chargée pour englober les deux monceaux de glace et un seul disparut sous sa chaleur, l'autre demanda une parade à main nue d'une poigne implacable pour en alterner la trajectoire, blessant cette dernière ainsi que l'épaule que ce bloc avait rasé dans son élan. Le filet de sang en jaillissant n'avait rien de grave, mais fut suffisant pour remonter le moral au magicien qui retenta sa chance, mais cette fois-ci aucun pic ne put atteindre sa cible sous la préparation de cette dernière. Écoeuré et dans un excès de rage, il porta à nouveau sa main à ce tome, voulant à tout prix garder à distance cet homme, mais aussi rapide était son incantation, le lancier avait déjà anticipé et avait envoyé sa dague repliée dans le bras du sorcier, qui fit tomber son livre au sol sous le choc. Il le rechercha désespérément de sa main valide, mais un pied renvoya l'arme magique cinq mètres plus loin, laissant l'homme désarmé sur le coup et bien trop près du lancier pour espérer sortir un autre recueil thaumaturgique sans finir embroché. Il releva la tête vers son bourreau, tremblant de détresse face à cette fatalité, regardant bien bas cet homme qu'il méprisait et le pointait de la pointe de son arme.


" La vie est un cycle de haine et de destruction sans fin. Les Beorcs font du mal aux Laguz, les Laguz se vengent sur les Beorcs, et en vengeance à cet assaut il y aura encore des représailles... J'ai perdu des êtres chers, je me suis vengé sur leurs exécuteurs et ait tué ta famille sur le moment, et un rescapé réclame vengeance pour continuer le cycle. Il est normal que tu veuilles me tuer, mais je me dis que mettre fin au moins à ce cycle est préférable, alors... "

" Va... Va au Diab-! "

La profonde entaille à sa gorge coupa court à ses jurons, lui ôtant la vie en un éclair tandis que son corps succomba à la gravité et s'affala sur lui-même. La lame fit jaillir une flamme faible mais suffisante pour faire évaporer le sang l'ayant souillé, avant de finalement disparaître dans un dernier embrasement.

" ...Toi le premier. "

Il fit volte-face et marcha dans l'autre direction, cherchant du regard les résultats de cet affrontement. La forêt était humide, les flammes commençaient déjà à s'affaiblir pour disparaître d'ici une dizaine de minutes. Le danger n'était plus présent, et même Geist fut surpris de la facilité de ce qui venait de se passer. Il avait été parfaitement mésestimé, ils avaient envoyé un type dont il était le parfait némésis, enfin... En espérant qu'ils l'oublieront au fur et à mesure, cela serait préférable pour tout le monde. La monture du défunt était restée non loin, au moins il avait gagné quelque chose de cette rixe pitoyable, mais en voyant l'équidé il songea à l'autre l'ayant amené ici, et par extension son maître. L'apothicaire gisait un peu plus loin, prit dans cet affrontement et ne possédait probablement pas la même résistance à cette situation que l'ancien soldat. Légèrement inquiet, il s'avança dans sa direction, cherchant à constater l'état de l'intrus avant de savoir s'il pouvait déguerpir sur le dos de l'autre destrier. Le plus loin d'ici serait le mieux, mais avant ça il voulait s'assurer que tout allait bien...
Revenir en haut Aller en bas
Reyns
avatarBeorc


Messages : 96

Feuille de personnage
Niveau:
17/20  (17/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Mar 27 Nov - 12:36


Reyns avait mal au crâne s’était affreux. La chaleur, les flammes, la rage, la haine il les ressentait à travers tous ses pores. Elles se répandaient dans ses veines telles un poison douloureux qui voulait le voir fléchir, succomber aux ténèbres et se noyer dans les sombres sentiments de l’être humain. A cœur ouvert le tenait entre ses griffes et faisait résonner à ses oreilles le mal être ambiant, la peine, la tristesse… elles frappaient à son crâne et s’immisçait en lui telle une maladie contagieuse.
Il ouvrit les yeux mais sa tête le lançait. Son corps restait comme paralysé alors que se dessinait devant lui un spectacle terrifiant.

Il ne voyait pas des Beorcs face à lui, il voyait des bêtes rongées par la haine, dévorée par le désespoir, plongée dans la boucle infernal du chaos…
Leur démon intérieur les dévorait et les consumait petit à petit les rendant esclave de leur colère. Il les voyait se déchirer de leurs crocs et se battre dans un combat qui n’acceptait pour fin que la mort.

Mais où cela allait-il les mener ?

Où cette boucle s’arrêterait-elle ?

Dans un spasme musculaire, l’alchimiste posa une main sur son bouquin qu’il savait s’être ouvert à la page adéquat. Murmurant son chant mélodieux, le poison sembla l’abandonner trouvant une autre cible, un réceptacle plus agréable. Le sort ondulait entre les flammes du combat, passait outre la lance pour venir s’implanter au sein du mercenaire.
Alors que sa gorge se faisait trancher, l’homme perdit toute sa haine, toute sa rage en même temps que sa vie. Seul sentiment qui lui restait aux portes de la mort,… son amour pour sa femme et sa fille.

Il avait enfoui ce sentiment si profondément en lui pour échapper à la tristesse qu’il avait de les avoir perdues. Il avait enfoui ce sentiment sous toute cette rage qu’il savait insensée. Il avait enfoui ce sentiment sous les efforts répétés encore et encore pour maitriser la vitesse de lancé de ses sorts… Mais maintenant, tout lui semblait vain car il comprit que rien de tout ça ne les lui ramènerait, il comprit que seule la mort pouvait enfin les réunir à nouveau.
Ça rage avait failli lui faire oublier l’essentiel, aujourd’hui, il pourrait les serrer dans ses bras.

Alors que ses yeux se fermaient, et que la mort l’accueillait, il livra ses derniers mots au seul qui pouvait l’entendre…

Je te plains,
Oh toi qui continue à vivre comme une âme esseulée, errant dans ce cycle infernal,
Incapable de te donner la mort ou de renoncer à la vie
Car ce n’est que trop tard que tu te rendras compte que chaque pêchers que tu commets,
T’éloigne un peu plus de là où ils se trouvent.
Il poussa son dernier soupir et Reyns sembla reprendre vie. Ce satané bouquin… Il avait envie de le jeter le plus loin possible mais il savait qu’il reviendrait toujours, il sentait que quoi qu’il fasse cet artefact l’avait adopté comme une Wyverne choisit son cavalier. Mais à l’inverse de cette entente harmonieuse entre l’homme et sa monture, Reyns se sentait parfois l’esclave de ce grimoire noircie par chaque couche de haine qu’il absorbait et dont il s’émerveillait.

Se relevant un peu brusquement, il plaça une main devant lui pour prier le renégat d’arrêter ses pas alors que de l’autre il se frottait la tête avec le livre. Maintenant, qu’ « A cœur ouvert » s’était intéressé à cet homme, sa présence devenait une vraie torture pour le mage noir refoulé. Il pouvait sentir chaque once de noirceur de son âme et sa magie voulait la posséder, la faire sienne.

- Mec, je n’sais pas qui tu es mais à vrai dire je m’en fous. Par contre faut vraiment que tu fasses un truc contre toute cette rancœur qui t’habite. Sinon elle va devenir un fardeau pour toi, t’accabler petit à petit jusqu’à ce que tu ne puisses plus lever la tête…

Pour lui qui la ressentait comme la sienne sans pour autant comprendre les tenants et les aboutissants, c’était comme le coup de poing d’un inconnu dans la rue. Tu le reçois, tu ne le comprends pas et tu ne sais comment réagir.
S’il avait eu le temps de mieux comprendre ces deux hommes, il se serait opposé au combat et il aurait essayé de leur faire comprendre leur erreur, de leur montrer le meilleur chemin à suivre… peut être pas le plus droit mais celui qui aurait soulagé leur conscience. Mais le combat s’était déroulé si vite, le poids de sa magie l’avait tant acculé qu’il n’avait pu être qu’un spectateur passif de la scène.

- Tu devrais faire un travail sur toi pour éviter de finir comme ce type incapable de discerner ce qu’il désire vraiment.


L’ancien Reyns aurait pu le débarrasser de tous ses sentiments négatifs contre rémunération, mais l’actuel ne savait que trop bien comme il était nécessaire pour l’humain de les comprendre et les surmonter par soi-même.


HRP : Je n’ai pas dit que je partais mais si tu le souhaites tu peux conclure. Je n’ai pas rameuté d’éléments perturbateurs car j’ai pas envie de jouer sur la redondance. Maintenant si tu penses à quelque chose fais toi plaisir ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Lun 3 Déc - 3:25

Une marche lente mais silencieuse guidait le fugitif vers le blessé, mais elle fut coupée court lorsque ce dernier se releva subitement à cette approche, adoptant une posture indiquant parfaitement le fond de sa pensée. Et à vrai dire, c'était compréhensible autant pour l'un que pour l'autre protagoniste, la scène qui précédait cette remise à pied n'avait rien de réjouissante et sans doute que l'intrus pouvait désormais saisir la raison de cette chasse à l'homme envers le lancier. Une réaction atypique qui n'étonna point Geist, c'était déjà satisfaisant pour lui de constater que l'apothicaire avait encore de la force dans les jambes mais pas encore suffisamment de crainte pour sa propre vie pour détaler comme un civil lambda. Et la façon dont il osa l'interpeller pouvait en dire long sur son ressenti, optant pour un langage étonnamment familier démontrant qu'il ne craignait actuellement rien de son interlocuteur en cet instant. Et pourtant en contradiction avec sa posture, il avait peur de la proximité avec cet homme, il le savait dangereux mais prit un ton de prêcheur digne d'un curé de patelin paumé. Non seulement sa réaction physique intriguait le soldat, mais le contenu de ses plaintes également comme s'il s'inquiétait davantage pour la 'rancoeur' interne de son locuteur que sa vie actuellement...

Au moins c'était fixé, il ne redoutait aucunement ses agissements présents, la situation était moins tendu qu'elle n'aurait pu l'être avec le froussard moyen. Geist avait concédé la distance à cet homme, le laissant déblatérer ce qu'il voulait avant de simplement soupirer lorsqu'il comprit que son sermon était fini.


" Et bah, j'finis encore comme le mauvais garçon, pour changer... Tiens, prend au moins ça. "

Il jeta en cloche un objet quelconque qu'il avait sorti de la sacoche sur son flan, une gourde d'eau qui ne semblait pas avoir souffert de l'affrontement. Bien que le feu était en train de mourir, la chaleur restait certes supportable pour lui, mais la sueur perlant sur le front de l'apothicaire montrait la limite de ce dernier sous ces conditions et qu'il ferait mieux d'y remédier. Il se contenta pour sa part de faire un léger demi-tour afin de s'adosser à un arbre épargné par les dégâts collatéraux, pour s'y accroupir par la suite.

" Un travail sur moi, eh... Ironiquement c'est déjà en cours, et si on m'avait pas forcé la main là-dessus la dernière fois je pense que j'aurais eu d'autres meurtres à mon actif depuis Clarden. Enfin, sans compter ce pauvre gusse là-bas, évidemment... "

Il avait cité feu son adversaire de manière neutre, le prenant légèrement en pitié au final. En exceptant le fait qu'il l'avait tué de ses mains, et l'avait poussé à un tel extrême en détruisant sa vie, sa famille, il savait bien qu'il n'en retenait aucun honneur, bien au contraire. Tout le monde fait des erreurs, entraînant aléatoirement les gens dans cette spirale du destin. Chaque être humain possédait sa propre spirale, plus ou moins grande selon son passé, montrant bien souvent tout l'égoïsme de chacun...

" J'ai toujours voulu devenir quelqu'un de bien, et voilà où j'en suis, ah. Si j'avais un seul désir, ce serait d'effacer mon ardoise et réessayer cette orientation, mais c'est pas un truc possible. La seule chose que je peux faire au moins c'est d'essayer tant que je peux, sans pour autant impliquer les autres avec ma merde, et continuer quitte à survivre même aussi ignoblement qu'aujourd'hui. "

Il se releva doucement, époussetant sa veste sans prêter grande attention à l'autre individu. C'était un peu comme il venait de dire, il se moquait de comment on le percevait à ce niveau, ça ne l'empêchera pas de vivre. C'est seulement quand on viendra transpercer son corps pour lui faire cracher son dernier soupir qu'il pourra considérer que ça ne sert plus à rien d'essayer.

" Un p'tit apothicaire comme toi ferait mieux de mettre ses fesses sur sa monture et retourner à ses soucis, ça sert à rien de s'embrouiller avec les miens. Enfin je pense qu'un magicien est suffisamment intelligent pour déduire ça... Bref. "

Il mima de sa main la gestuelle précédente du concerné quand qu'il tenait un tome magique près de son visage. Geist ne pouvait cependant pas déterminer de quel type de sorcellerie il s'agissait, peut-être l'avait-il mis à portée pour se protéger sur le coup, c'était pas important à savoir... De son point de vue, rien n'était profitable pour l'un comme pour l'autre de poursuivre cette entrevue, il préféra rester planté ici en attendant de voir l'autre homme partir à dos de cheval, autant pour être sûr qu'il s'en aille mais aussi par prudence : il était toujours possible que s'il partait le premier en tournant le dos, un éclair d'avidité et de confiance pourrait tenter le magicien à abattre le fugitif de sa magie à distance en vue d'une récompense. Peu probable, mais ce n'était pas à oublier, il restait un criminel aux yeux de tous. Une fois tout ceci terminé, il pourra aller chercher la monture du défunt, peut-être après lui avoir offert une crémation improvisée selon l'humeur du lancier.
Revenir en haut Aller en bas
Reyns
avatarBeorc


Messages : 96

Feuille de personnage
Niveau:
17/20  (17/20)
Points d\'Expérience:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   Mer 5 Déc - 14:30



- On apparait comme le méchant de l’histoire quand on agit comme tel.

Fuir, se battre, tuer sans une once de remord, sans une once d’hésitation. Reyns ne pouvait raisonnablement pas le considérer comme autre, même s’il savait au fond de lui que le monde n’avait rien de manichéen. Tout n’était pas blanc ou noir mais nuancé de gris. Il en était l’une des plus belles illustrations malgré qu’il est toujours cherché à faire le mal… son passé le rattrapait et le placé du coté des ‘gentils’…
Il laissa tomber la gourde à ses pieds avec un mouvement défensif, trop habitué à se recevoir des fioles d’acide, de poison ou explosives. Il la ramassa et en huma rapidement le parfum… de l’eau.
Avec dédain il rendit la gourde à son propriétaire avant de prendre ses propres remèdes contre le mal de crâne et la chaleur.

Il avala une bonne rasade d’alcool 40%, il ne connaissait rien de mieux pour se remettre d’une gueule de bois ironiquement, puis, il s’enfila sa potion de solidité. Elle lui permettait de résister à la chaleur du feu mais surtout à un coup de lance dans le dos… Prudence est mère de sureté, et l’alchimiste ne l’était jamais de trop.
Il récupéra ses affaires éparpillées par terre et les rassembla dans sa besace.

- J'ai toujours voulu devenir quelqu'un de bien, et voilà où j'en suis, ah. Si j'avais un seul désir, ce serait d'effacer mon ardoise et réessayer cette orientation, mais c'est pas un truc possible. La seule chose que je peux faire au moins c'est d'essayer tant que je peux, sans pour autant impliquer les autres avec ma merde, et continuer quitte à survivre même aussi ignoblement qu'aujourd'hui.

- Ce doit être le karma qui nous empêche d’agir comme on le souhaiterait… celui de ma famille était bien trop bon. J’ai eu beau entrainer sa perte, détruire la vie de centaine de personnes, participé au meurtre sanguinaire de certaine… j’ai toujours eu le bon rôle. Celui du vaurien qui au fond se préoccupe des autres. Celui du martyr qui se sacrifie pour la survie de l’espèce,… C’est plus facile quand personne n’a d’attente de faire des choses biens…

C’est vrai qu’en un sens on sera plus impressionner de voir un péquenot arrêter un bandit que de voir un soldat le faire… Le monde est cruel parfois.

- Tient et puis si tu veux réinitialiser ta vie, change de nom, d’apparence vestimentaire et jette ou vend tout ce qui fait ton ancien toi et tu pourras refaire le bien en espérant que le passé ne te rattrape pas ! Si tu veux je t’échange cette Pyrolance contre de la drogue, des herbes médicinales et tout plein de choses !

- Un p'tit apothicaire comme toi ferait mieux de mettre ses fesses sur sa monture et retourner à ses soucis, ça sert à rien de s'embrouiller avec les miens. Enfin je pense qu'un magicien est suffisamment intelligent pour déduire ça... Bref.

Apparemment non… s’inclinant de manière trop exagérée pour sembler sincère, l’alchimiste siffla son cheval qu’il monta lestement.

- Je repars au village, je dirais que j’ai profité de votre combat acharné pour m’enfuir. Si tu caches le corps, je peux te faire passer pour mort, tu n’auras alors plus d’ennuis ! Salut.

Il donna un petit coup de talons à sa jument et profita du retour pour adopter une voix affolée, une expression terrifiée et un air de victime comme il savait si bien le faire.
Il accéléra un petit coup et s’éloigna de cette rencontre malhabile, de cet homme froid et nonchalant. La nuit tombait, il n’aurait aucun mal à s’éloigner et à semer les gardes, surtout s’ils le croyaient mort.
Intérieurement, il lui souhaitait bon courage et espéré que le lancier de feu renaitrait de ses cendres tel le légendaire phœnix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Réinsertion difficile... [Pv Reyns]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réinsertion difficile... [Pv Reyns]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile
» [Photoshop][Difficile]The Power Sign'
» "Il est difficile de démeler le vrai du faux." P.Thicknesse
» Une vie difficile (fini)
» debut d'année difficile pour Martelly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Daein

 :: Les villages de Daein
-