AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La pureté de tes sentiments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: La pureté de tes sentiments   Jeu 7 Juin - 2:05


Ruika avait mal, elle souffrait à s’en rouler par terre. La douleur était telle qu’elle avait du mal à voler. Le poison se répandait petit à petit dans ses veines paralysant chacun de ses membres les uns après les autres. Et plus le mal progressait plus la souffrance se faisait sentir dans son crâne.
Un spasme remonta le long de sa colonne vertébrale, elle trembla. Son bras se contracta violement, sa jambe droite également. Elle perdait l’équilibre, elle tombait doucement, elle s’écrasa violemment. La terre s’infiltra dans ses cheveux, les gravillons tranchèrent ce qu’il restait de ses bras, elle s’écorcha sur le bois.
Ruika roula sur le sol sur plusieurs mètres pour finalement s’arrêter contre un arbre faisant effroyablement craquer son dos. Elle sera les dents pour retenir sa douleur jusqu’à s’en faire saigner les gencives… Pourquoi avait-elle si mal ?

Elle se replia sur elle-même saisissant de son bras valide sa jambe qui décrivait un angle pour le peu inhabituel. C’était la seconde fois qu’elle se la brisait, en moins de quelques semaines. Elle avait mal…
Elle attrapa une branche qu’elle avait brisé dans sa chute et à l’aide d’un Arachi, le tailla pour le placer entre ses dents. Elle savait ce qui allait suivre. Elle savait que lors d’un instant éphémère la souffrance serait telle qu’elle préfèrerait mourir. Elle saisit sa jambe et la remis en place.

- Aaaaaaaaaaaaaaaaaargh !!!

Ses dents entaillèrent le bois. Le bois entailla sa chair.
Elle cracha le morceau de bois et serra sa jambe contre sa poitrine. La fracture était réduite mais la douleur était vomitive. Elle sentit les hauts de cœur, elle sentit les vertiges. Elle savait qu’elle s’évanouirait dans son sang. Pourquoi pas, pourquoi ne pas mourir ici dans la forêt de Serennes… Finalement, elle en avait marre de lutter, elle en avait marre de survivre sans jamais réussir à vivre. Oui, elle acceptait, elle acceptait la mo…

- Bonjour, je suis Allen Walker ! Vous avez l’air mal en point, je vous ai entendu crier de très loin, vous avez une voix qui porte bien.

Ruika leva les yeux sur le dit Allen. Une gueule d’ange sur des fines épaules d’adolescent. Il revêtait un manteau noir et dans sa main reposait une sphère qu’elle ne connaissait que trop bien… un mage blanc. Un de ceux qui l’avait sauvé il y a bien des années. La Déesse se jouait d’elle. Même aux portes de la mort, la Déesse lui refusait son entrée.

- Vous inquiétez pas madame, je vais vous soigner !

Il retroussa ses manches et saisit sa sphère des deux mains alors qu’une lumière chaleureuse sans échappait. Il commença par la morsure du poison qui l’affaiblissait petit à petit et se nourrissait de sa vie. La lumière salvatrice éloignait le fluide noir de ténèbres, le repoussait hors de son corps. Elle pouvait voir ses veines reprendre leur couleur habituelle alors que le poison sortait par son biais d’entrée. Sa plaie suintait, suppurait d’une substance écœurante. Chaque goutte qui s’échappait lui redonnait des couleurs. Elle se sentit soulagée, jusqu’au plus profond de son âme…
Puis il se pencha sur sa jambe. Il posa une main et la brûlure qu’elle en ressentit ne fit qu’augmenter.

- Aaaaaaaaaaaarg !!! Pitié stoppe !!!

Ses mains se crispèrent sur le sol et elle déchira la terre à mains nus.

- Dé… désolé, je vais faire vite. Je vous l’assure.

Il posa une nouvelle main. Ruika se tordit de douleur. Elle se retourna pour éviter son contact mais son visage était si concentré, il faisait tant d’effort pour la soigner. Elle serra les dents et encaissa.
Une heure passa avant qu’il ne décide de s’arrêter. Il avait terminé ses soins en s’occupant de son dos brisé en plusieurs endroits. Il était épuisé.

- Whoooo c’était pas simple ! Faut pas se mettre dans des états pareils madame !

- Arrête avec tes « madame » petit. Je ne suis pas marié et je trouve ça vachement insultant.

Sa voix sèche contrastait étrangement avec le miel de celle de son vis-à-vis… elle se redressa lentement prenant soin de ne rien se briser. Elle n’avait plus mal.

- Petit, tu devrais t’occuper de tes affaires, je m’étais résignée à mourir, je n’avais pas besoin de ton interve…

Elle l’entendit avant de la sentir, la claque monumentale qui s’appliqua sur sa joue avec violence, fendant le vent. Par un mécanisme de défense encré dans son esprit, la mage sortit ses couteaux et alors qu’elle les plaçait sous la gorge du jeune homme, son regard colérique et déterminé ne lui rappela que trop bien celui de son frère quand il la réprimandait.
Ça ne loupa pas.

- Tu n’as pas honte de renoncer à la vie ! Jamais, oh grand jamais tu ne dois renoncer à ce merveilleux don que nous a fait la Déesse !

Le sermon dura des heures et toute l’énergie qu’elle pensait l’avoir quitter lors de la guérison sembla lui revenir de manière automatique. Chacune de ses paroles semblaient pomper la vitalité environnante. Il était si vivifiant…
Elle le claqua pour le faire taire.

- Je n’aime pas que l’on me frappe. Quant à ton sermon, tu peux arrêter, j’ai compris.

- Désolé, mademoiselle !

Elle rangea ses lames dans ses gants et les fit disparaître en un tour de main. Le jeune homme souriait d’un air niais… elle avait envie de lui retirer son sourire idiot.

- Quand tu souris ça me fait penser à mon frère mort… arrête s’il te plait.

Ça ne rata pas. Son sourire laissa place à une moue forcée encore plus adorable que son sourire. Il était si énervant, si frustrant… Elle le faisait culpabiliser d’être si méchante avec sa gentillesse débordante.

- Rah… tu m’énerves.

Lui attrapant un bras, elle le serra dans les siens. Elle faisait facilement deux têtes de plus que lui et l’étouffait entre ses seins. Mais s’il se débattait, il arrêta rapidement alors qu’elle lui caressait les cheveux comme elle l’aurait fait pour Robin.

- Merci de m’avoir sauvé M. Walker

Elle déposa un baiser dans ses cheveux comme elle le faisait pour son frère puis avec violence elle le repoussa.

- Maintenant dégage hors de ma vue humain ! Je n’ai pas besoin de toi, tu peux partir et n’attend rien en retour.

Ruika se retourna impérieuse et tomba face contre terre, évanouit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: La pureté de tes sentiments   Mar 20 Nov - 17:13


Elle se réveilla dans ce qui pouvait sembler un petit nid douillet, du moins pour des phacochères sauvages. Elle avait mal au dos à cause de contractures désagréables, de la terre lui rentrait dans les narines, et un épais manteau l’étouffait littéralement dans une chaleur humide des plus nauséabonde. Non Ruika n’était pas habituée à des conditions de princesse, mais elle demandait un minimum de confort comme un arbre loin des insectes, ou un nuage au dessus des cieux. Bref quelque chose d’humain quoi. Seuls les animaux vivaient à même le sol.
Elle se releva ahurie par un tel traitement et scruta le bois pour trouver le possesseur de ce manteau. Elle sentait qu’il ne devait pas être loin, elle savait au fond d’elle qu’il allait apparaître d’un moment à l’autre avec son visage niais et désagréable et que la première chose qu’elle aurait envie de faire c’est le frap…

- Bonjour, mademoiselle comment allez-vous auj…

Son poing s’écrasa dans sa face avant même qu’il n’ait le temps de dire un mot de plus. Il était apparu si soudainement devant elle et par devant elle, elle entendait à quelques centimètres de son visage… La téléportation, elle ne supportait pas ça.

- Mais pourquoi me frappez-vous ?

Il disait ça en se frottant la joue rougie et douloureuse avec sa petite bouille de gamin trop… Un second coup de poing s’écrasa sur sa face.

- Mais pourquoi ???

- Ta tête ne me revient pas au réveil et je ne peux m’empêcher d’avoir envie de te frapper.

On lui avait donné des excuse moins logiques.
Balançant le manteau sur son propriétaire avec négligence, la jeune femme se releva pour découvrir avec colère que son corps n’était pas encore remis de ses souffrances de la veille…

- C’est quoi ce mage blanc de mes deux… Pourquoi est-ce que j’ai encore mal alors que tu m’as soignée hier quoi…

Elle étira son dos, elle étira ses flancs et une douleur sourde s’installa lentement dans son corps…

- C’est pas temporaire au moins les effets de la magie blanche ?

Elle ne se souvenait plus très bien de comment ça c’était déroulé la dernière fois… Elle avait passé tellement de temps dans les vapes et tellement de temps dans d’obscures pensées que celle de sa guérison ne l’avait que peut effleurée.
Le mage blanc se grattait la tête un sourire gêné sur le visage. Allait-il lui apprendre qu’elle allait mourir où une connerie du genre. Car maintenant qu’elle pouvait se lever, marcher, respirer sans souffrir le martyre, elle n’avait plus forcément envie de rejoindre son frère dans l’au-delà… Et si après tout ce qu’il avait fait, c’était pour se terminer ainsi alors au diable les convenances, elle l’emporterait avec lui…

- Alors… Accouche !

- Bah en fait, vous avez mal car vous avez dormi 3 jours… Donc ce doit être de simples courbatures… Ne me frappez pas.

Le mage adoptait une position défensive des plus grotesques alors qu’on le sentait prêt à fuir aux moindres signes de malveillance. Ses yeux semblaient avoir repéré tous ses biens personnels et sa jambe frétillante était prête à la course. Les yeux de la mage de vent devinrent plus joueur, braisillant d’une étincelle d’espièglerie. Elle tendit sa main à sa besace, une goutte de sueur coulait le long de la gorge du Marqué.
Quand soudain… Un bruit immonde et complètement disgracieux résonna dans la forêt. Si certain pensèrent au tonnerre des Dieux qui s’abattait sur leur tête, elle, elle savait d’où venait l’infâme grognement.

- Et une petite faim aussi peut être…Vous avez envie de manger Mademoiselle ?

- Non crétin j’émets ce genre de bruit par plaisir de me sentir ridicule !

Le gamin sembla s’agiter dans tous les sens alors que Ruika se tenait le ventre essayant d’étouffer en vain les sons de sa panse.

- Je sais, je vais vous faire à manger.

Il tenait une pose victorieuse, le pouce levé vers le ciel et l’air d’attendre une récompense… Il se reçu un bouquin de magie du vent dans la gueule.

*
Une bonne heure après alors que Ruika restait stoïque contre un arbre pour éviter de montrer comme elle avait faim, le fumet de la viande mijotée dans un assortiment de petits légumes lui mettait l’eau à la bouche. Elle avait essayé plusieurs fois de venir piquer dans la marmite de quoi se rassasier mais l’on l’en avait dissuadé à fort renfort de coup de cuillère sur le dos de la main.

- Patientez, c’est bientôt prêt. Vous n’êtes pas une enfant tout de même.

Et elle avait patienté… mais ses instincts primaires ressortaient alors que l’odeur venait chatouiller ses narines.

- C’est prêt !

Je ne sais pas si vous me croirez, mais il avait tout disposé dans une assiette en un motif des plus niais avec des fleurs et des baies rouges et dans son autre main, il tenait un verre de vin rouge…

Cela faisait bien des années qu’elle n’avait pas mangé ainsi…Depuis qu’elle avait quitté Gallia et que son frère était mort. Les festins pirates n’avaient pas cette sophistication, Ruika fit honneur au plat en le mangeant avec la délicatesse d’une dame. C’était vraiment bon, pour elle qui s’était habituée à la viande séchée, aux fruits brut et à l’eau des ruisseaux, ce plat lui sembla venir d’un autre temps.
Le temps où ils étaient heureux…

- Dis-moi… Allen c’est ça ?
_ il acquiesça _ Tu as de la famille pour qui cuisiner ces plats divins ?
- Ah je suis content que vous aimiez, je…

- Répond !

- Je… j’ai une famille oui, j’ai un mentor qui m’a élevé comme un fils, du moins j’aime à le croire, j’ai une sorte d’apprenti qui croit en savoir plus que moi mais que l’on peu considérer comme un frère je suppose et puis j’ai…j’ai une copine je crois…On s’est vu qu’une fois donc rien est moins sûre mais je crois que c’est plus ou moins établi…

- Ouais en gros t’es tout seul quoi. Un mentor, c’est un esclavagiste, un apprenti, c’est un profiteur et une fille que tu n’as vu qu’une fois c’est une p…

Une tension infime se créa, pas meurtrière mais menaçante, on sentait dans ce regard qu’il lui adressé que quelque chose en lui se cachait…

- C’est une personne que tu ne reverras peut être jamais. C’est donc loin d’être une famille.

- Question de point de vue, c’est pourtant la seule que j’ai. Et vous Mademoiselle...

- Ruika… Moi j’ai eu un frère ya longtemps, c’est tout.

Le ton de sa voix mettait fin à la discussion et ils terminèrent leur repas dans un silence royal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: La pureté de tes sentiments   Mar 18 Déc - 15:40

Ruika repensait à son frère. Ça faisait maintenant trois ans qu’il était mort et que ces cendres parcourraient les montagnes de Phéonicis. Elle le sentait toujours auprès de lui comme si Eole le transportait jusqu’à elle. Parfois, elle voulait le rejoindre. Parfois, elle voulait honorer sa mémoire en vivant du mieux qu’elle pouvait. Mais quoi qu’elle fasse, il lui manquait toujours cette petite partie dans son cœur qui demandait à être rempli de sa présence.
Rien ni personne ne pouvait combler ce vide, ni le vent, ni la tempête n’arrivait à la contenter alors parfois elle s’oubliait dans le risque, elle fleuretait avec la mort pour se sentir plus vivante, elle jouait avec le feu et dansait dans ses flammes sans brûler. Elle provoquait la Faucheuse pour ensuite la supplier de la laisser en vie…

Cette sensation de frisson à chaque fois qu’elle manquait de perdre la vie, cette intense chaleur qui la rappelait au monde des vivants… inconsciemment, elle les recherchait.

- Si vous avez terminé madame Ruika, je vais vous débarrasser, et je vais laver ça à la rivière.

- Ruika s’il te plait… Je vais t’aider.

Bien qu’il insista pour tout faire seul, Ruika ne l’écouta pas et prit la marmite sur son épaule avant de se diriger vers la rivière.

- Vous savez je peux le faire tout seul j’ai des muscles pour ça. C’est pas ceux pour combattre mais en matière de vaisselle je suis le roi… quoi que c’est peut être un peu prétentieux disons que je…

- Disons que tu vas te taire et mettre la main à la patte.

Alors qu’il tergiversait, le jeune troubadour laissait sa congénère s’occuper de tout, toute seule. Se rappelant son devoir et sa dévotion envers son prochain, Allen se jeta à corps perdu dans la bataille, faisant fis de sa propre propreté.

- Mais moins d’énergie à l’ouvrage tu en fous partout gamin !

Son sourire goguenard alors que ses cheveux et son visage ruisselait d’eau avait de coin user les nerfs de la jeune femme pourtant elle garda son calme et plutôt que de lui trancher sa tendre gorge de ses lames, elle lui envoya la marmite à la figure.
Le bruit du choc fut sonore et suivit d’un léger craquement alors que le troubadour se relevait en criant

- UN MEDECIN, UN MEDECIN ! A bah mince c’est moi… Vous m’avez cassé le nez !

Ruika le regarda avec un air surpris… elle ne pensait pas que ça le blesserait. Mais à vrai dire… c’était logique qu’un coup de marmite dans le nez n’allait pas lui faire du bien. Le pauvre Allen pissait le sang par le nez et Ruika le regardait courir dans tous les sens, pantoise.

- Tu n’peux pas te soigner au lieu de courir ?

- Noooon, je ne peux utiliser ma magie que sur les autres !

- Magie débile. Gamin débile… Bref arrête de courir en rond tu me donnes mal au crâne et laisse moi plutôt regarder


Le nez était brisé, il n’y avait qu’à le redresser et espérer que ce serait droit. Ruika regarda Allen avec un air chaleureux alors qu’elle lui disait avec un sourire

- Ce n’est rien, regarde moi dans les yeux et compte jusqu’à 3 d’accord ?

Il hocha la tête alors que la mage de vent qui avait essayé plusieurs fois de le tuer et qui avait fini par lui briser le nez posait ses doigts dessus avec douceur

- Un,…

CRAC
- Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarrgh !!!


D’un coup sec, la jeune femme lui avait remit le nez en place arrachant au pauvre garçon une exclamation de douleur.

- Tu avais dit à trois !

- J’ai menti, il parait que c’est moins douloureux quand on ne s’y attend pas ! Et puis regarde, c’est parfait


Effectivement, s’il se regardait dans le miroir, Allen pouvait voir que son nez était joliment aligné, c’était un coup de maitre. Bon il restait quelque trace de sang par ci par là mais une petite toilette ferait rapidement disparaitre tout ça.
[color=indigo]
- Tu es vachement douée, tu l’as souvent fait ?[/i]
- Bah comme pour le fait de me casser la jambe, mon frère se casser souvent le nez et vu qu’on n’avait pas forcément l’argent, le temps, l’envie d’aller chez le médecin, bah on le faisait nous même. Lui me réparer la jambe et moi le nez et…

Elle n’avait plus parlé de lui depuis très longtemps… trop longtemps peut être. Alors maintenant qu’elle était parti, elle ne se sentait plus le cœur de s’arrêter.
Allen était une oreille attentive, elle lui raconta les premiers jours de son frère au camp d’entrainement comment discrètement elle le regardait du haut des nuages pour s’assurer que tout allait bien. Comment son petit frère avait fini par prendre celui du grand à chaque fois qu’elle sortait avec un garçon. Comment elle avait dû faire des pieds et des mains pour qu’il lui raconte sa rencontre avec sa première petite copine. Chaque souvenir qu’elle avait de lui était inestimable et elle pouvait se rappeler de chaque détail avec une extrême précision.
Même son combat final, elle pouvait le décrire et ce qui lui restait de ses derniers instants n’étaient pas sa défaite ou son meurtre mais son courage, la passion de ses mouvements, la hargne dans ses cris de guerre et sa force. Il ne l’avait peut être pas été suffisamment pour être le vainqueur de cette grande bataille mais il avait du mourir avec honneur, le sourire aux lèvres et Ruika était sure que là où il était, leurs parents l’avaient enfin accepté.

C’était ça qui avait caractérisé son petit frère, c’était un combattant, quelqu’un qui avait lutté toute sa vie pour défendre ceux qu’il aimait.

- Whaouh il était génial, vous avez vraiment été éduqué de la même façon ?

- C’est tout ce que tu trouves à dire ?

- Euh…

- Crétin.


*
La nuit était retombée emportant avec elle l’énergie du jeune troubadour qui dormait tranquillement. Ruika se sentait mieux, elle se sentait prête, prête à vivre enfin. Elle savait qu’elle se découragerait, elle savait qu’elle remonterait la pente, elle savait qu’au final, elle s’en sortirait.

Au bord d’une falaise bordant la rivière, elle respirait à plein poumon l’air si frais. Une nouvelle fois, elle le sentait à ses cotés, Eole le lui avait ramené.
Se tournant dos à la falaise elle leva les mains en croix alors qu’elle voyait au bout du sentier le jeune Allen Walker qui la regardait d’un air à moitié endormi.

- Au revoir Allen Walker. J’espère qu’on ne se reverra pas de sitôt.

Elle se laissa basculer en arrière et laissa la gravitée faire son œuvre. Elle chuta et chuta encore alors que le vent soufflait à son oreille comme un amant.

- ATTENDEZ, MADAME RUIKA JE VAIS VOUS SAUVER !

Le troubadour se jeta à sa suite tombant comme une pierre alors que la jeune fille un tome de magie à la main s’arrêta dans les airs pour observer le Marqué la dépasser…Il s’en sortirait, elle n’en avait aucun doute.
Suivant le cours du vent, elle s’échappa vers les terres Laguzs

*
Allen s’en était heureusement sortit en se téléportant à quelques mètres du sol car non, il n’avait pas la boule à la main en sautant et avait du prier la Déesse de lui laissé le temps de la trouver avant qu’il ne rencontre le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: La pureté de tes sentiments   

Revenir en haut Aller en bas
 

La pureté de tes sentiments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.
» « Je dégueule sur la facilité des sentiments. » (Elena.)
» { Explosion de sentiments - - - PV
» Les pleurs sont la lessive des sentiments [pv Yuûki]
» [Court Métrage]Explosion de sentiments !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Personnel & Publicité :: 

Le Livre des Héros

-