AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Mar 24 Jan - 11:59

La Beorc tint ainsi le rôdeur pendant un long moment. Rapidement, comme un éclair, la pensée qu'il puisse ne pas être à l'aise la traversa. Après tout il se retenait visiblement de lui tomber littéralement dessus... Mais la pensée s'en alla aussitôt qu'elle était venue, comme si son esprit était à l'instant trop poreux pour garder la moindre pensée, encore moins pour réfléchir dessus, la moindre réflexion s'évaporant comme une chape de brume. Alors elle resta simplement ainsi, profitant de la sensation inédite d'un corps contre le sien. Et puis... Avec ce matelas qui tanguait inlassablement sous elle, elle était bien heureuse de pouvoir se raccrocher à quelque chose qui ne semblait pas chavirer...
C'est alors qu'elle sentit le rôdeur lui glisser littéralement entre les doigts. Il allait se lever..? Liyu en éprouva une pointe de regret, mais ensuquée comme elle l'était par un pauvre verre d'alcool elle ne put qu'appuyer un peu ses doigts sur le dos du Beorc pour tenter de le retenir vainement. Mais il ne se releva pas... Il était simplement descendu un peu. C'est en sentant quelque chose d'humide passer sur sa poitrine qu'elle se décida à entrouvrir les yeux pour voir de qui il retournait. Mais tout se mit tellement à tanguer qu'elle ne put que l’apercevoir lécher sa poitrine avant de devoir les refermer sous peine d'avoir un monstrueux mal de crâne.


«Mais..!»

Cependant ce n'était pas désagréable... Elle avait même l'impression d'avoir un peu moins chaud... Ou alors c'était les légers frissons qui la parcourraient qui lui faisait cet impression. Peu importe. Elle était bien comme ça. Puis ce chavirement, tant qu'elle gardait les yeux fermés, ça lui donnait l'impression d'être dans un hamac...
Elle faillit rouvrir les yeux lorsqu'elle sentit à présent les lèvres du rôdeur se poser sur sa poitrine, sur la partie la plus sensible... Trop ensuquée pour penser a résister, ne serai-ce qu'un peu, puis trouvant cela plus qu'agréable, elle le laissa faire autant qu'il voulait, totalement inapte à la réflexion dans un état d'ébriété aussi avancé. Elle sentit sa propre respiration s'approfondir légèrement, progressivement, au fur et à mesure qu'il continuait. A cet instant, il ne lui venait même pas à l'idée qu'elle ne connaissait cet homme que depuis une heure à tout casser et qu'il était déjà en train de faire... ce genre de choses avec elle alors qu'elle ne bougeait pas le petit doigt pour l'en empêcher, qu'elle trouvait même cela agréable. Très agréable.




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
Kerorian
avatar


Messages : 1360
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
32/60  (32/60)
Points d\'Expérience:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Sam 25 Fév - 11:37

Lentement Kerorian savoura la douceur de charmes féminins de la belle chanteuse, ou à ses yeux véritable princesse, suçotant doucement cet endroit rose qui exerçait un attrait aussi irrésistible qu'incompréhensible. On eut crû qu'il tétait, lui enfant sans mère ne connut pas une seule fois cet endroit, mais désormais adulte en dégustait le plaisir. Yeux clos, concentré sur le corps de son aimée, sur les sensations qu'elle lui offrait, sur son parfum délicat et enchanteur, il se perdait peu à peu dans la passion et l'envie, mené par une flamme de cœur secrètement alimentée par de solides rêves devenus à ses yeux réels et par les sournois agissements d'un Démon obscène.
Mais le guerrier ne pouvait plus y penser, il n'y serait pas parvenu, pas en ce moment d'intime plaisir où il goûtait avec délicatesse le sein de celle qui se refléterait à jamais dans ses pensées, mangeant avec la douceur qu'elle méritait sa poitrine, léchant sans croquer, suçotant sans blesser, il passait parfois d'un bout rose à l'autre sans même s'en rendre compte, aveuglé par ses paupières fermées sous ses émotions inconnues et infiniment puissantes.

Il l'aimait, à n'en pas douter plus qu'il n'aimerait jamais quoique ce soit en ce monde ou un autre, aurait-elle souhaité qu'il cesse de combattre et immédiatement il aurait brisé son épée, demande t-elle qu'il s'installe avec elle et arrête de parcourir le monde et le voilà sédentaire là où elle le souhaiterait. Plus rien n'avait d'importance si ce n'est elle, Liyu, royale chanteuse à la grâce parfaite. La vie, la mort, et tout ce qui pouvait bien se passer entre les deux ne le concernait plus, il n'y avait plus qu'elle dans ses yeux, plus qu'elle dans son âme, des cauchemars les plus invraisemblables aux plus douces réalités, tout cela était balayé à chaque souffle de sa compagne.

Pourtant une ombre subsistait dans les tréfonds de son être, dans les recoins les plus inaccessibles, invisibles, une ombre qui s'impatientait...et qui se mit à passer à l'attaque, sournoisement, subtilement, comme un serpent elle s'insinua caché dans une émotion nouvelle, s'appelant désir pour mieux cacher sa fourberie et implanta doucement mais aussi sûrement que le soleil ne se couchera dans l'esprit et le corps du Rôdeur une envie plus grande encore et surtout, la façon de faire... Ce mal enfoui voyait et sentait tout de son hôte, il en connaissait le profond souhait d'aimer sa "princesse" et de lui offrir son cœur de toutes les façons dont il était capable, il désirait ardemment vivre la passion qu'elle faisait naître en lui.
Mais il était trop maladroit, trop "pur" de ce coté là pour se lancer, l'épéiste avait besoin d'un petit coup de main de la part d'une âme noire de vices. Âme pernicieuse dotée d'un grand talent pour la finesse malgré son corps d'acier démesuré et lentement, petites images par infimes démonstrations si discrètes qu'on les appellerait instinct, le Démon tapi dans l'ombre de son porteur l'incitait à découvrir la chair...

Sans s'en rendre tout à fait compte, l'esprit embrumé, égaré dans les parfums de son aimée, les battements de son cœur et les plaisirs présents et à venir soufflés par quelques profondes origines, sans cesser de téter sa chanteuse merveilleuse, sa grande main descendit le long du gracile corps de sa chère jusqu'au début de ses légères cuisses, cette main n'était plus la sienne...sa perte de contrôle, traîtreusement discrète, ne lui parut pas une seule fois et il se mit sans le savoir à débarrasser avec sa pourtant caractéristique douceur la "princesse" vagabonde de son dernier vêtement.
Abruti par le plaisir de la présence, du goût et l'odeur, du corps et de la douceur de Liyu, aveuglé par cet amour semblant sans limites, il ne remarqua pas un instant que son extrémité s'animait comme détentrice d'une volonté propre et qu'après avoir fini de dénuder la barde c'est à son tour d'être enfin nu. Mais cela non plus ne heurta pas sa conscience, comme drogué par ses émotions, obnubilé par un cœur battant peut-être trop fort pour cette jeune femme aux cheveux ornés de grelots comme autant de couronnes d'or, raffinement poussé et délicieux, cadeau pour les yeux et l'oreille.

Et tout aussi lentement avec cette même tendresse qui habitait l'être de Kerorian, sa main indépendante entreprit l'ascension de la jambe de la royale amante en passant avec son éternelle légèreté, comme si elle respectait et suivait les idéaux de l'homme fou qui possédait le bras auquel elle était attachée, depuis la fine cheville jusqu'au genou, puis encore un peu plus haut, et alors qu'il continuait à goûter avec une douce vigueur les charmes de son aimée, ses doigts ne lui appartenant plus paraissaient pourtant connaître leur route, leur affaire, et se glissèrent entre les tendres cuisses de la barde pour y satisfaire son intimité, caressant et glissant sur sa sensibilité avec une délicate détermination attentionnée, semblant souhaiter plus de feu dans leurs corps mais aussi du plaisir pour elle.
Ces doigts robustes et pourtant amoureusement vigilants à leur vigueur donnaient l'impression de savoir leur affaire avec une expérience semblant millénaire, comme s'ils avaient été relique d'amour transmise depuis des temps immémoriaux et caressaient et repassaient sur les endroits les plus fins aux plus sensibles, glissant sur l'intimité de la chanteuse comme le pinceau d'un maître sur une toile, jouant avec les sensations et les plaisirs, approchant de sa féminité pour ensuite remonter le long de sa fleur.

L'affliction qui déroba sa main au Rôdeur se propagea lentement à tout son corps sans qu'il n'en sache rien, gagnant son contrôle alors qu'il croyait se maîtriser, chacun de ses gestes devint celui d'un autre mais mené par son véritable cœur, et doucement l'amoureux écarlate quitta la poitrine de sa délicieuse aimée pour rejoindre ses lèvres, s'en emparant des siennes avec délicatesse, ses doigts vivants en bas continuaient leur caresse experte et sa main libre quitta enfin le lit sur lequel il resta appuyé des genoux, presque couché sur sa princesse sans l'écraser, et remonta jusqu'au sein à peine libéré pour le caresser à son tour.

Et lentement il s'abandonna pour de bon aux plaisirs de ce corps, tirant un grand bonheur du bien-être de sa belle dame, submergé par les odeurs et le souffle, par la passion et les désirs, poussé à l'extrême par l'instinct, l'amour et un fantôme enfoui au fond de lui.
Lentement l'étrange flamme qui brûlait dans son cœur embrasa tout son corps, et quand la moindre étincelle de sa vie brillait d'un brasier aussi puissant que sa dévotion pour la chanteuse somptueuse, plus aucun de ses gestes ne fut conscient. Son corps semblait se mener lui-même, guidé adroitement par quelques esprits connaisseurs et poussé par l'envie jusqu'à aujourd'hui tapie au tréfonds de son âme.

Doucement il retira sa main, la laissant remonter finement jusqu'au sein libre de son aimée pour ne pas cesser ses caresses, tenant toujours les lèvres de sa déesse matérielle entre les siennes, courbant son immense dos pour effacer leur différence de taille sans devoir interrompre sa tendresse. Plié ainsi, leurs corps enflammés paraissaient avoir la même stature, ses caresses poursuivants avec leur ardente délicatesse.

Et sans qu'il n'en soit réellement conscient,
sans qu'il ne réalise vraiment qu'il était là, dans un lit,
brûlant d'amour et de désir pour cette femme rencontrée à peine une ou deux heures plutôt,
sans réaliser vraiment ce qu'il se passait, ce qu'il faisait,

Il lui fit l'amour avec toute la douceur de son corps passionné.




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Sam 25 Fév - 19:16

De toute la nuit, Niall n'avait pas osé se rendre dans la chambre de la barde qui lui servait de mère pour ne pas risquer de les déranger. Il avait bu encore deux jus de raison, puis s'était assoupi sur la table devant son troisième verre, si bien qu'on aurait pu le prendre pour un buveur précoce sans regarder le contenu de son verre... L'aubergiste, conciliant et comprenant que le gamin ne veuille pas rejoindre sa mère dans l'immédiat, l'avait laissé dormir sur la table, cependant il n'allait pas tarder à rouvrir... Le garçon se fit donc réveiller en douceur par le tenancier de l'établissement.

<<-Tu devrais rejoindre ta mère, sinon elle va te chercher, puis j'ai besoin de place...
-Mmm...hein ? Mouais...>>

Le garçon se redressa et se gratta un peu les cheveux avant de lâcher un bâillement sonore.

<<-Merci pour le coup de pouce d'hier m'sieur !
-Pas de quoi petit !>>

L'aubergiste leva le pouce vers le garçon, qui le lui rendit avant de se rendre a pas de loup dans sa chambre. Rapidement, il avisa la barde et le colosse rôdeur qui étaient tout deux allongé, nus, même pas couverts, dans un seul lit. Il se retint de rire et alla se coucher dans le lit libre histoire de finir sa nuit...

_________

La première chose dont Liyu prit conscience, c'était sa migraine. Comme si quelqu'un tapait l'intérieur de son crâne comme sur un gong. Décidément, elle tenait très mal l'alcool... Elle y repensa en suivant le fil de ses pensées. Elle avait bu... Mais pas toute seule... Il y avait quelqu'un d'autre avec elle.
Elle se souvint ensuite de quelques sensations... Un certain vertige, des frissons... En s'en souvenant, elle se mordilla un peu les lèvres, avec la sensation d'avoir passé une bonne nuit...
Peu a peu, tous les souvenirs de la soirée précédente lui revinrent en tête. Au fur et a mesure que les souvenirs revenaient, elle écarquilla de plus en plus les yeux, ses joues se colorant de rose. Elle voulut se redresser, mais un bras la couvrait et elle se retrouvait coincée sur le matelas, nue et collée à un homme qu'elle ne connaissait que depuis la veille. En plus le lit était petit, et elle était obligée de rester bien contre lui si elle ne voulais pas tomber... Et pour finir, et malgré sa situation plus qu’embarrassante, sa gentillesse lui dictait de ne pas réveiller le rôdeur... En bref, elle était coincée. Pour passer le temps, elle referma les yeux et se massa un peu le crâne. Avec tout ça, elle avait presque oublié qu'il lui faisait mal. Elle se sentait bizarre...
La barde porta sa main à son ventre. Quelque chose avait changé cette nuit. Elle était toujours elle, mais un peu différente... Avec quelque chose de nouveau. Et puis mine de rien, elle se sentait bien, même si elle était plus qu'embarrassée.




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
Kerorian
avatar


Messages : 1360
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
32/60  (32/60)
Points d\'Expérience:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Jeu 1 Mar - 13:00

Durant le sommeil l'ayant pris après une ultime étreinte de sa belle après leur nuit d'amour, l'esprit de Kerorian, libéré enfin de tous les problèmes qui pouvaient l'accabler, entièrement tourné vers la sublime chanteuse contre laquelle il s'endormit calmement, enchanté d'une tendre passion et d'un bonheur partagé qui avait finalement eu raison de ses forces. Il avait suffit d'une simple pinte et d'un petit coup de pouce maléfique pour que son cœur enfermé, scellé dans une cage d'acier pour ne pas être brisé lors de ses combats, par les horreurs commise ou le sang qu'il répandait, douceur étouffée par le fer pour ne pas le craindre, bonté masquée par une impassible violence, cette simple addition libéra enfin cette bonne âme de ce cycle infernal pour lui permettre d'enfin aimer, d'enfin se lier à quelqu'un. Pour la première fois depuis bien des années il pouvait enfin se détendre complétement, de se sentir complet, de penser à un avenir clair et ensoleillé, fait de rire et de lumière, de paix et de tranquillité et non plus uniquement d'échec et de sang...
Pourtant cet esprit endormi, apaisé par sa douce "princesse", ne cessa pas pour autant sa propre errance, ses éternels voyages à travers un futur mystique ou un passé assombri qui n'était pas le sien. Mystérieux vagabondages dans un temps n'étant pas celui qui s'écoulait ici, et cette expérience n'était jamais très plaisante...

Cette nuit là, malgré le plaisir qu'il avait connu dans les bras de Liyu, en dépit de l'amour de son cœur battant pour elle et de la nouvelle quiétude qui l'envahit grâce à leurs tendres ébats, ses pensées dérivèrent lentement vers un univers noir, mais cette fois plus sombre encore qu'à l'accoutumée et plus...étrange et inquiétant également...
Rien. Il n'y avait strictement rien cette fois. Pas même l'essentiel : Les repères spatiaux. Kerorian ne parvenait pas à distinguer le haut du bas, un lieu d'un autre, et tout était noir...aucune lumière, aucune vie, aucune orientation ou direction, même le sol sur lequel reposait ses pieds ne semblait pas exister...comme s'il marchait sur du vide, dans le vide...d'ailleurs comment avançait-il ? Il tenta un pas hasardeux, qui parut pourtant rester stable une fois à "terre", mais il ne ressentit rien, à part son geste. Bon, au moins il pouvait marcher, et quand on est perdu en terre inconnue mieux vaut ne pas rester statique.
Un réflexe lui fit porter les mains à ses armes. A sa taille se trouvait sa fidèle Zwei, épée muette qui marqua le début de son voyage, sa présence le rassurait un peu...au moins s'il était attaqué il ne serait pas vulnérable. En revanche l'absence de poids sur son dos l'inquiétait et après vérification se concrétisa : Il avait perdu la Dragonslayer. Le Rôdeur sentit une goutte de sueur lui glisse le long du visage alors qu'il tentait vainement de surveiller les alentours. Un tel monde de chaos et de ténèbres était un environnement parfait pour ce maudit Démon sournois, qu'il en soit à l'origine ne l'aurait pas étonné...

Voilà plusieurs heures qu'il marchait, et il avait la très désagréable sensation de ne pas avancer...ni de reculer, de ne rien faire en fait, comme s'il était suspendu en l'air et qu'il agitait ses jambes dans le vent...non, dans le néant, car il n'y a pas d'autre termes pour décrire le lieu où il se trouve : Néant. Total, l'absence de toute chose si ce n'est lui, était-il donc la seule forme d'existence en ces ténèbres ? Insupportable silence, intenable mutisme universelle, il sentait que ce monde noir était dangereux, plus de temps à perdre en inutilité, le guerrier déferra son épée bâtarde et tenta de faucher quelque chose, n'importe quoi, un être, une ombre, du vent...mais quelque chose ! Sa lame ne rencontre strictement rien dans ce monde mort ! Pas même de l'air, il n'y avait réellement rien dans cette cage ou planète d'ébène ?
Rien...pas même un son, le fil de son épée ne sifflait pas, ses lourds pieds ne résonnaient nulle part, ses mains ne pouvaient rien toucher si ce n'est lui et son arme qui ne pouvait même pas fendre du vide, car même le vide semblait avoir disparu... Il respirait, se voyait, voyait ses vêtements, l'acier, mais rien d'autre... Il n'en pouvait plus de ce silence, de cet inexistence, de cette définitive solitude exilée, loin de tout, et loin de Liyu... Son doux visage, sa délicieuse odeur, sa mélodieuse voix, le goût de son corps et leurs étreintes enflammées lui revinrent à l'esprit... Le Rôdeur ferma les yeux pour les revivre, les connaître une nouvelle fois. Il s'apaisa.
Il fallait qu'il sorte d'ici.

Inspirant de toute la capacité de ses grands poumons, il hurla, longuement, puissamment, jusqu'à ce que son cri futile s'étouffe de lui-même en se perdant dans le néant. N'y avait-il donc aucun espoir dans ces lieux damnés ? Même son rugissement semblait n'avoir jamais eu lieu, il commençait à en douter. Il était perdu...certitude macabre que le temps affermissait, il doutait de voir quoique ce soit, d'entendre encore quelque chose, étai-ce cela de mourir ? De s'effacer petit à petit sans rien pouvoir y faire, sans qu'il n'y ait plus rien tout court..?
Son cri ne fut pourtant pas inutile, et enfin quelque chose bougea. Une échappatoire ! Peu importe ce que c'est, même si c'est une porte vers l'enfer gardée par le Diable en personne il y foncera ! Bien que ce ne fut pas nécessaire...une forme se dessinait, une vague silhouette apparaissait dans les ténèbres et s'approchait sans pour autant faire le moindre pas, une vague apparence parut se profiler dans les ombres, et dans ce mur modelé de noir il crut voir un sourire qui lui fit froid dans le dos. Les lèvres minces s'ouvrirent, et prononcèrent quelques mots. Mots inaudibles encore, étaient-ils juste muets ? Ou était-ce lui qui devenait sourd ?

Lentement quelque chose bascula, le monde semblait bouger dans son immuabilité, tout semblait s'effondrer dans ce monde figé. Il allait mourir ? Était-ce une malédiction que le sourire avait prononcé ? Une ultime sentence appliquée immédiatement ? Il aurait voulu revoir son aimée, sa douce Liyu avant de rejoindre un monde différent...puisse t-il ne pas être celui-ci...


Mais ce n'est pas la mort qui l'emporta, mais un éveil. Kerorian émergeait enfin de son difficile sommeil, repos troublé par quelques visions cauchemardesques et insaisissables...il haletait un peu, le bout de ses mains tremblaient et son cœur battait plus fort, et cette fois ce n'était pas seulement pour la délicieuse barde dont il ne remarqua pas immédiatement la présence juste à coté et contre lui dans cet étroit lit...du lit non plus d'ailleurs. Il était trop bouleversé par ce mystérieux monde qui failli...le tuer ?
Il voulu se redresser, comme il en avait l'habitude depuis des années pour reprendre sa marche et balayer cette atrocité de ses pensées, mai il n'y arriva pas. Au contraire, il s'enfonça juste un peu dans un truc mou. Mais il était où ? Et peu à peu sa mémoire, sa raison et son calme reprirent place dans son âme et il se rappela. La rencontre avec la chanteuse, la vision d'une princesse, la nuit d'amour...

Rouvrant les yeux en sentant le rouge lui monter aux joues, il se rappelait avec précision le moindre soupir, le plus petit frisson ou doux gémissement de sa compagne de nuit, et ses pupilles de feu se posèrent alors sur la fabuleuse jeune femme qui était déjà réveillée. Cette fois il vira au rouge complet. Comment avait-il pu faire ça... Posant sa large paume sur le matelas il se releva brutalement pour ne pas rester trop longtemps contre elle, arrachant à son cœur un soupir de regret et s'assit sur les genoux en voulant s'excuser, mais la voyant nue ne sut pas trop quoi faire ensuite : Demander pardon, ou la contempler ? Il était totalement désemparé, par la situation actuelle, celle de la veille, tout en même temps dans ce domaine inconnu le chamboulait et il ne parvenait plus à aligner trois mots.
Malgré son envie de regarder son sublime corps qu'il connaissait désormais bien, il clos ses yeux et posa une main par-dessus, sa gentillesse, pudeur, et raison reprenant le dessus sur sa panique et l'admiration. Le guerrier ouvrit aussi la bouche, mais ne sut quoi dire, et chercha, chercha, sans trouver, les mots lui échappaient. Que dire à une femme dans une telle situation ?
Finalement la solution lui apparut, et laissant retomber sa main, gardant ses paupières fermées, il baissa misérablement la tête, et enfin put articuler :


"Pardon Liyu..."




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Mer 7 Mar - 11:49

Il avait l'air si triste ainsi... Il s'était réveillé totalement bouleversé, puis avait eu l'air de paniquer encore un peu en la voyant et s'était écarté d'elle, posant les genoux à terre. La barde avait froid à présent... Prenant la couverture qui les couvraient tout deux peu avant et se redressant, elle s'en couvrit. Elle était encore chaude... Le rôdeur se couvrit les yeux, et elle se demanda quoi penser. Elle-même avait beaucoup appréciée la nuit, même si elle n'avait pas vraiment réfléchit avant de le laisser faire, elle avait juste trouvé ça agréable... En faite, elle était autant à blâmer que lui.

Elle le savais bien pourtant qu'elle ne tenait pas l'alcool le moins du monde. Elle était tellement désolée pour lui, qui se sentait si coupable... Enroulant la couverture autour d'elle pour que le rôdeur puisse découvrir ses yeux sans se soucier de sa pudeur, elle posa sa main sur son épaule doucement.


"Ne t'excuses pas..."

C'est alors qu'un grand "YAHAAA" retentit derrière le colosse, et Niall sauta littéralement sur le dos de Kerorian en faisant mine de l'attaquer mais pour rire.

"Disdisdis ! J'peux jouer avec ta grosse épée ?"

Le bras de l'enfant se tendit vers l'arme que le rôdeur avait laissée tomber près de la porte, tandis que Liyu le regardait avec des yeux légèrement arrondis de surprise devant un réveil en fanfare de la sorte. Ça lui rappelait un réveil plus que gênant dans le même genre, ou le gamin lui avait volé sa robe et l'avait fait le poursuivre en sous-vêtements devant tous les clients de l'auberge... Décidément, il était très doué ce gamin... La barde soupira.

"Tu ne vois pas que c'est pas le moment ?, Va boire un jus de raisin et laisses-nous !"




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
Kerorian
avatar


Messages : 1360
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
32/60  (32/60)
Points d\'Expérience:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Jeu 8 Mar - 11:22

Rouge de honte et profondément dévasté par ce qu'il lui avait fait, Kerorian ne pouvait extraire de ses pensées chaque seconde de cette fabuleuse nuit qui pour son plus grand désespoir avait en plus été les meilleurs moments de sa vie. Renfermé, martial, et désintéressé, le Rôdeur n'avait jamais ressenti une quelconque attraction pour les devoirs conjugaux, pensant finir ses jours comme il les a vécu : Seul, errant à travers le continent jusqu'à ce qu'il succombe au temps ou à une lame trop vive, trop forte pour lui. D'autant qu'étant vagabond, il n'osait pas un seul instant imaginer devoir abandonner sa famille pour ses éternelles expéditions ou bien l'emmener avec lui sur une route bondée de dangers.
Mais en dépit de cette volonté solitaire, de son existence marginale recluse de la société, Kerorian ne regrettait pas cette soirée...honteusement il devait l'avouer, avoir connu l'amour dans les bras de la plus délicieuse femme de tout Tellius fut la plus merveilleuse des expériences, mais à ce bonheur nait de leur union nocturne s'opposait le regret d'avoir commis un tel acte dans de pareilles conditions, tous deux avaient bu et ça lui donnait l'impression d'avoir triché, ils ne savaient de l'autre que son nom et faisait grandir en lui un sentiment contraire à ce qu'il avait imaginé pour l'amour. Plus il y pensait, plus il regrettait de s'être ainsi emporté dans un élan aussi conséquent.

Le Rôdeur sursauta lorsque l'enfant malandrin lui bondit sur le dos et voulut jouer avec son épée géante...soupirant en revenant à la réalité, il commençait à tenter d'éclaircir ses pensées pour ne pas rester statique et muet comme une tombe honteuse face à la chanteuse. Il lui avait causé un immense tort, un immense bien aussi durant leur nuit mais une mauvaise action est plus grave qu'une soirée de plaisir, surtout quand son crime peut être aussi lourd de conséquences... Sans répondre à l'enfant qui descendit de ses épaules après la réprimande de Liyu, le guerrier déglutit difficilement en espérant qu'elle ne tombe pas enceinte...il ne s'en remettrait lui-même jamais de lui avoir fait ça.
Rouvrant les yeux, et constatant avec un étrange sentiment mêlé de soulagement et de déception de la voir ainsi couverte, l'épéiste réalisa que lui-même était nu et sans couverture pour sa part et s'empressa de remettre au moins son sous-vêtement, puis d'apporter à la jeune femme les siens qui traînaient au pied du lit et se rassit sur les genoux, la mine basse, sans savoir quoi faire : Devait-il baisser la tête et s'excuser ? Ou bien devait-il la regarder dans les yeux et lui parler franchement ? Pour dire vrai, il n'en savait rien...

Mais entre sa tristesse et sa honte, Kerorian tentait de comprendre comment il avait pu ainsi sombrer dans ses rêves d'enfant quand à la personne à qui il offrirait son cœur, levant timidement les yeux d'un air de condamné à mort il contempla le délicieux visage de la barde...certes elle est magnifique, possède une voix enchanteresse et un regard empli de douceur...en vérité même dans ses plus profonds désirs il n'aurait pu imaginer plus belle femme. Mais de par cet amour naît si soudainement, jamais il n'aurait osé lui faire une chose pareille, simplement l'embrasser aurait pu prendre des semaines, oser faire glisser sa robe des mois, et le reste...n'en parlons pas, il est trop timide pour ça ! Il aurait fallu qu'il soit drogué pour être aussi rapide...
L'éclat de ses yeux écarlates bascula du plus sincère regret à la stupéfaction, puis à la rage, une fureur meurtrière destinée au responsable de cette nuit certes magique mais honteuse :
Son épée démoniaque, la Dragonslayer, dont il connaissait bien les goûts obscènes l'a manipulé comme un vulgaire pantin ! Serrant les poings de haine, il devait à un foutu bout de ferraille d'avoir fait "ça" avec Liyu...bon d'accord il a vraiment aimé et regrettera probablement cette nuit pendant bien des lunes, mais le noble Rôdeur aurait préféré être crucifié et brûlé vif plutôt qu'agir comme le dernier des salauds avec cette femme qu'il aimait. Emporté par sa colère, il en oublia un instant la jeune femme et vociféra ses intentions prochaines :


"Je vais la buter !"

Tout s'éclaircissait peu à peu, affaibli par l'alcool qu'il ne supportait visiblement pas du tout, le Démon avait profité de son état pour le contrôler à sa guise et faire en sorte qu'il s'amuse avec la chanteuse par des ruses sournoises en lui faisant vivre ses rêves. D'un certain point de vue, la puissante affection qu'il vouait maintenant à la barde venait aussi de cette tromperie mais... Ce n'était pas une raison pour lui pardonner ! Au contraire, ça l'enrageait encore plus ! Il aurait voulu laisser son amour grandir doucement aux cotés de la personne pour laquelle il se serait épris, puis à force d'existence commune, il se serait laissé tenté petit à petit à s'approcher un peu plus, d'oser l'étreindre...l'embrasser timidement, et des années plus tard peut-être aller plus loin... Mais pas lui faire "ça" au bout d'une heure !




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Lun 12 Mar - 11:05

Niall lâcha le cou du géant en ronchonnant un peu avant de commencer à s'éloigner, mais d'un pas lent comme s'il cherchait à espionner ce qui allait se passer ensuite. La jeune barde eut un soupire. Ce n'était pas simple de s'occuper d'un gamin de dix ans quand on n'en avait pas soi-même vingt...

Puis Liyu reporta son attention sur le visage du rôdeur, avec une pointe de gêne tout de même. Il semblait plongé dans une intense réflexion, qu'elle préféra ne pas troubler. Toujours enveloppée dans la couverture, elle se leva et récupéra ses vêtements qui traînaient à côté du lit pour aller s'habiller hors de son champ de vision.

Elle avait enfilés ses sous-vêtements comme elle pouvait en se cachant toujours de la couverture lorsque Kerorian vociféra soudain :


-Je vais la buter !
-Heinquequoi ?!

Sous la surprise, elle manqua presque tomber. Elle se retint au bord du lit ou Niall avait finit sa nuit, puis regarda le rôdeur avec des yeux ronds comme des billes. Du coup elle pensait plus à sa robe qu'il lui restait à enfiler, mais garda néanmoins la couverture autour d'elle.

-Mais enfin qu'est-ce qui vous prend ?

Niall, dans la salle commune, persuadé que le rôdeur avait percé à jour son vil stratagème, courut rapidement se planquer sous le comptoir, riant à moitié mais tremblant de peur. C'est qu'il était imposant le bougre, et son cri avait retenti dans toute l'auberge...




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
Kerorian
avatar


Messages : 1360
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
32/60  (32/60)
Points d\'Expérience:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Mer 14 Mar - 17:24

Kerorian était fou de rage ! Il venait de commettre un acte terrible à cause juste d'une saloperie d'épée de merde qui osa profiter de son état alcoolisé pour le manipuler comme un vulgaire pantin de bois ! En parlant de bois il en avait la gueule...aouuuch...mais peu importe ! Cette fois il allait le sentir passer ce foutu démon ! Marre de ses tours pendables qu'il laisse toujours couler car il juge que ça serait risqué de s'affaiblir à le réprimander et de risquer un contre-mental... Mais là son infamie est trop importante pour demeurer impunie !
Il réalisa brutalement son coup de sang, et pas juste matinal, bardel que c'est gênant, et se dit qu'avec la voix qu'il a toute l'auberge a du l'entendre... Lui qui n'aime pas se faire remarquer c'est réussi...bonjour la gaffe, bon, ça fait un truc de plus dont il faut s'excuser, tournant vivement le dos à la chanteuse pour aller récupérer son pantalon et ainsi cacher dignité et afflux gênant, et lui laisser l'occasion de s'habiller tranquillement, il entreprit de commencer son mea culpa :


"Excuses...sez-moi Liyu, pour tout... Ce que j'ai fais est impardonnable et je ne cherche pas à fuir ma faute...mais j'ai eu un...soucis avec un..."

Il s'interrompit, il ne fallait pas la mettre au courant des armes démoniaques, ça lui ferait peur ou la choquerait que des épées tueuses assoiffées de sang et capable d'envoûter leurs porteurs existent. Elle est innocente...et si pure...il faut la préserver, la protéger, elle ne doit pas être consciente de la présence de ses lames maudites.
Le Rôdeur secoua la tête.


"Non...excuses...sez-moi, tout est ma faute..."

Il se tourna vers elle, l'air misérable, s'approcha d'elle puis posa un genou à terre, comme un chevalier l'aurait fait devant une princesse. Sa princesse. Et s'inclina ainsi devant la chanteuse qui lui ravit cœur et âme en cette seule soirée d'amour qui le hantera jusqu'à son dernier souffle.
Le Rôdeur réfléchissait, il voulait lui offrir quelque chose de précieux pour se faire pardonner, comme si l'abandon d'un objet important pour lui allégerait son crime...mais il ne trouvait pas...pas encore, alors il cherchait qu'est ce qu'il pouvait bien lui donner. Quelque chose de pratique, de joli, d'extrêmement personnel et qui lui rappellerai cet amant d'une nuit autant que sa sincérité.
Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'il ne trouva qu'une réponse à cette cruelle interrogation :
Zwei.




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Ven 16 Mar - 10:49

Interrompue dans l'enfilage de ses vêtements, toujours en sous-vêtements sous sa couverture, elle tenait néanmoins le vêtement blanc en mains, en attente d'une explication à cet éclat de voix plus que surprenant. En tout cas, heureusement que Niall était sorti, sinon il n'aurait pas manquer une occasion de "détendre" l'atmosphère par un tour de son invention, et souvent au détriment de la pauvre barde.

-Excuses...sez-moi Liyu, pour tout... Ce que j'ai fais est impardonnable et je ne cherche pas à fuir ma faute...mais j'ai eu un...soucis avec un...

...Un certain verre d'alcool ? S'il le tenait au moins aussi bien qu'elle, elle pouvait tout à fait comprendre ses... débordements. Après tout elle n'avait rien fait pour se défendre, elle avait même pris du plaisir de cette nuit... En y repensant, elle se mit à rougir violemment et s'empressa de finir de mettre sa robe.

-Non...excuses...sez-moi, tout est ma faute...

La barde secoua un peu la tête, finissant de lacer le vêtement. Non, tout n'était pas de sa faute, même si c'était surtout lui qui avait "agit"... Comme dit, elle n'avait rien fait pour le repousser ou quoi que ce soit d'autre, et elle était certaine, au vu du personnage, qu'il aurait arrêté si elle l'avait fait.

Kerorian s'approcha ensuite d'elle pour poser un genoux à terre. La, ça en devenait gênant... Outre le fait qu'elle ne se sentait pas a ce point digne d'être traitée de la sorte, elle n'aimait pas voir les autres tristes ou démoralisés, et ce type la s'en voulait à un tel point que ça commençait à en affecter le moral de la barde. Liyu eut un long soupire.


-Commence par te relever c'est gênant... Et arrête de t'en vouloir, je suis aussi responsable que toi du fait que je n'ai pas cherché à t'empêcher de...

Elle rougit a nouveau en y pensant, puis secoua un peu la tête. Le tutoiement lui était venu naturellement, elle se sentait proche du rôdeur à présent, à cause de cette nuit...

-...faire ça. Maintenant, si on allaient manger un morceau..?

Elle eut un léger rire gêné. Elle cherchait surtout à distraire l'attention du pauvre rôdeur des évènements de la nuit, pour qu'il soit plus détendu... Un changement de sujet ça marchait la plupart du temps, mais la c'était pas garantis... Bah, ça valait le coup d'essayer.




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
Kerorian
avatar


Messages : 1360
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
32/60  (32/60)
Points d\'Expérience:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Dim 18 Mar - 19:04

-Commence par te relever c'est gênant... Et arrête de t'en vouloir, je suis aussi responsable que toi du fait que je n'ai pas cherché à t'empêcher de...

À ces mots, le Rôdeur se releva immédiatement. Il avait déjà causé assez de problèmes comme ça...pas la peine d'en rajouter. Cependant il garda la tête basse et on lisait sur ses traits qu'il s'en voulait profondément.

-...faire ça. Maintenant, si on allaient manger un morceau..?

Rougissant de honte, Kerorian se couvrit toute la bouche de sa large main. Il avait encore du mal à croire ce qui s'était passé...ce qu'il lui avait fait...et le plaisir qu'ils y avaient trouvé... Que Liyu le tutoie et ne semble pas lui en vouloir l'aider à supporter un peu son crime, mais de son point de vue cela restait impardonnable. Sa proposition chamboulait totalement le pauvre guerrier qui ne savait pas quoi faire. D'une part, il aimait profondément la chanteuse, bien qu'il ne sache presque rien d'elle il en connaissait la bonté et la douceur, cela lui suffisait...en plus elle était d'une beauté captivante, il ne pût s'empêcher de la contempler : Toute vêtue qu'elle était, il se rappelait le moindre détail de sa délicieuse peau, de la délicate courbure de ses formes, du parfum enchanteur qui se dégageait de sa fine chevelure grelottante, de la tendresse de sa poitrine et du rose raffiné de la sensibilité de ses seins...

Basculant à l'écarlate total, égalant maintenant celui de ses yeux, le Rôdeur s'efforça de garder sa concentration gravement perturbée et de rester dans la réalité malgré son instabilité mentale suite à cette nuit qu'il ne saurait qualifier de criminelle ou de merveilleuse... Cependant, quelle que soit sa culpabilité, ses regrets, ou l'envie qu'il avait de se purger de cette infamie, le guerrier aurait tout donné pour ne passer ne serait-ce qu'un instant de plus auprès de la barde, son aimée, sa princesse...sa déesse...


"D'a...d'accord..."

Il avait besoin de réfléchir, de savoir quoi faire. Si cela était possible il aurait tout abandonné pour la suivre dans ses voyages, à assurer sa protection et sa subvention, quitte à vendre son âme ou ses services... Rien n'aurait été plus beau qu'accompagner la belle chanteuse à travers le monde, de partager chaque instant de sa vie...mais était-ce seulement possible ?
Pouvait-il se permettre d'être le symbole permanent de cette nuit avec un inconnu pour elle ? Comment oserait-il être le pénible souvenir d'une nuit de sens assouvis suite à l'influence de l'alcool et d'une épée maléfique ? Il n'avait pas le droit de lui infliger un tel tourment...


"Ah, juste un instant Liyu."

Restant pour l'instant torse nu, Kerorian se tourna vers ses affaires encore à terre. Il souhaitait profiter de cet instant d'intimité, peut-être le dernier, pour lui offrir un présent. Un souvenir, un cadeau, une excuse, une preuve de sa sincérité. Peu importe le nom qu'elle lui donnerait, l'usage qu'elle en ferait, il en avait le désir bien que cela lui coûte d'ainsi se séparer de sa vieille épée qu'il ramassa, soigneusement rangée dans son large fourreau, fait sur-mesure pour l'épaisse et robuste lame et il revint avec l'arme devant la chanteuse et l'examina une dernière fois à travers sa gaine en songeant à toutes les épreuves qu'ils avaient traversé ensemble...
Le début de son voyage, chacun de ses pas à travers Tellius, la découverte des Laguz et de la gastronomie Criméanne, les complots et les œuvres d'arts de Begnion, tous les combats depuis le plus minable bandit jusqu'au terrible Stanpar...la rupture de l'épée, sa reconstruction en bâtarde, chaque livre qu'il avait ouvert en la tenant à ses cotés, toutes les nuits durant lesquelles elle le rassura. Puis la rencontre avec Liyu, la découverte de l'amour, de la vraie souffrance...

Il soupira en fermant les yeux, serrant pour la dernière fois la lourde lame dans ses solides mains qu'elle avait elle-même forgée. Et enfin il rouvrit les paupières et les posa sur la chanteuse. Il craignait qu'elle ne se débarrasse de son amie fidèle, confidente, étoile gardienne en acier, mais elle seule pouvait-être le prix de son abomination... Le cœur serré, il tendit respectueusement en douceur le fourreau, horizontalement tenu dans ses grandes mains, vers la barde.


"Acceptes-ceci je te prie...c'est...mon pardon..."

Les mots s'étouffaient à moitié dans sa gorge, il cela n'avait tenu qu'à lui il aurait gardé l'épée à une main et demie et suivit Liyu quel que soit le danger...mais il ne pouvait pas, il n'en avait pas le droit, ne le méritait pas... Brisé de ces pertes, de la femme qu'il aime et de l'arme qui fut sienne depuis qu'il est Homme, Kerorian ne sentit qu'à peine sa mâchoire inférieure commencer à trembler, ni ses yeux qui commençaient à laisser perler de petites larmes cristallines, aussi pure que son cœur déchiré entre son amour et son devoir, aussi blanche que son âme dévouée à ceux qui le méritaient.
Il était triste, et bientôt son corps et son esprit ne seraient plus à lui...




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Jeu 22 Mar - 11:18

La barde regarda le rôdeur rougir violemment, et le voyant ainsi écarlate elle se demanda pourquoi il était soudain dans un tel état. Ses pensées dérivèrent un peu, et elle se souvint d'une multitude de choses qui s'étaient passés pendant la nuit... Elle avait gardés les yeux clos pratiquement tout le temps, mais elle se souvenait presque les moindres sensations, et elle se mit à rougir elle-aussi. Se mordillant un peu les lèvres de gêne, elle posa une main sur sa nuque et détourna un peu les yeux. Même si elle n'avais pas vu le corps du rôdeur pendant l'action, elle l'avait tout de même senti contre elle, et le regarder ne faisait que raviver les souvenirs... Et dans son innocence, cela la gênait.

-D'a...d'accord...

Elle commença à se diriger vers la porte donc, mais le rôdeur se dirigea lui-même vers ses affaires, la faisant se retourner et hausser un sourcil. Il voulait peut-être se rhabiller...

-Ah, juste un instant Liyu.

...ou pas. Elle le regarda fouiller un instant dans ses affaires, curieuse. Lorsqu'il revint vers elle, il portait une lourde épée. Elle s'inquiéta. Il comptait faire quoi avec cette arme..? Vu comment il avait l'air de s'en vouloir, elle craignait qu'il ne tente de se blesser ou autre chose... Mais il lui tendit l'arme, à l'horizontale dans ses grandes mains, comme un objet très précieux. Ce serait à elle d’exercer la sentence..?

-Acceptes-ceci je te prie...c'est...mon pardon...

Il... la lui offrait..? Liyu regarda la lame un instant, dubitative. Puis elle reposa les yeux sur le rôdeur, et le voir ainsi bouleversé, sur le point même de pleurer, elle sut qu'elle ne pourrait jamais accepter un tel cadeau. Cela ferait trop de peine à Kerorian de se séparer d'un objet auquel il semblait tenir à ce point... Posant la main sur le fourreau de l'arme, elle la repoussa contre la poitrine du colosse et passa ses bras autour de lui pour le serrer contre elle, dans un geste totalement innocent destiné à le consoler. Il lui était insupportable de voir quelqu'un aussi triste, et après une tel nuit, même sous l'influence de l'alcool, elle se sentait très proche du rôdeur...

-Tu n'a pas besoin de te séparer de cet objet pour te faire pardonner, de toute façon je ne pourrais pas en supporter le poids pendant les heures de voyage que je pratique quotidiennement... Et puis aussi surprenant que cela puisse paraitre, je ne t'en veux pas le moins du monde.

Elle le serra ainsi un moment, puis eut une idée.

-Attend un instant...

Le lâchant, elle alla elle-même vers ses affaires pour se saisir de sa harpe, puis s'assit sur son lit. Elle pinça quelques cordes pour accorder son instrument, par habitude plus que par réelle nécessité. Puis elle entama un chant. Le chant de paix... Celui qui apaisait, apportait la tranquillité. Les notes et la voix s'envolèrent avec légèreté dans la petite chambre, à l'acoustique pas optimal mais tout de même acceptable. Elle devrait chanter un moment pour apaiser le rôdeur, mais elle le ferait. Elle ne voulait pas le voir triste et désespéré ainsi...




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
Kerorian
avatar


Messages : 1360
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
32/60  (32/60)
Points d\'Expérience:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Ven 23 Mar - 19:31

Le Rôdeur ne fut qu'à moitié surpris du geste de la barde quand elle repoussa contre lui le robuste fourreau de la lourde épée bâtarde. Un cœur aussi bon que le sien ne pouvait vouloir un bien matériel en excuse, sans doute se satisfaisait-elle déjà amplement de sa culpabilité, de plus la chanteuse n'était clairement pas une guerrière et Zwei en impose par sa taille et son épaisseur, puissante lame prévue pour faire face à quasiment tous les adversaires elle nécessitait en revanche une grande force physique pour être portée.
Mais le simple fait de lui avoir proposé cette arme devint pour lui une faute impardonnable supplémentaire qu'il ne pourrait se pardonner quand elle lui dit qu'elle n'en supporterait pas le poids pendant ses voyages. Déjà que son terrible crime de la nuit passée persisterait en son esprit tourmenté comme un fantôme harceleur qui lui rappellera chaque jour, chaque nuit quelle atrocité fut commise par cette âme qu'il croyait bienveillante.

Kerorian sentait sa gorge se serrer, aurait-il voulu parler qu'il en aurait été incapable tant il était dévasté par sa culpabilité. Et quoiqu'il fasse cela n'y changerait rien, son crime était là, inscrit dans le temps, dans la chair, dans leurs mémoires et leurs cœurs, mais aussi dans leurs corps... Le guerrier savait qu'il souffrirait éternellement de cette unique soirée de délices et de soupirs, de tendres caresses et de baisers passionnés, mais cette promesse d'interminable châtiment ne soulageait en rien sa conscience coupable.

Le malheureux combattant ne parvenait plus à réfléchir, son calme avait laissé place au trouble, sa clarté au brouillard le plus complet. Il n'y avait plus que chaos et tristesse dans son âme, l'amour sans bornes, l'admiration, et la passion qui le dévorait pour la belle Liyu détruisait lentement sa raison, cette nuit si délicieuse pourtant dont il aurait souhaité ne jamais en connaître les plaisirs autant qu'il espérait les revivre...

Égaré dans ses sinistres pensées, le Rôdeur ne réagit pas immédiatement quand l'enchanteresse barde lui demanda d'attendre un instant...puis réalisant tardivement qu'elle lui avait parlé redressa la tête et la chercha avec panique : Il ne la voyait plus, et sa disparition soudaine parut lui trancher le cœur plus sûrement que la plus effilée des lames. Il ne supporterait pas d'être pour elle l'objet d'une honte, un souvenir d'un comportement ridicule et irréfléchi, d'être à ses yeux le pantin de la malchance qui ne sut qu'accomplir un crime.
Mais il ne pouvait se résoudre ne serait-ce qu'à penser sérieusement à l'abandonner. Il ne pouvait pas la quitter, ne pouvait plus se passer d'elle, plus que son amour c'était toute son âme qu'elle lui avait dérobé par ses désirables charmes, jusqu'à sa vie et ses pensées, tout. Tout était accaparé par la majesté de la chanteuse.

Et soudain une note cristalline emplit l'air, suivi peu après par cette voix qui le traversait jusqu'au tréfonds de son être. Reconnaissant ce chant envoûtant, tel une berceuse envahissant avec tendresse son essence brisée, ces tons d'harmonie le firent se retourner pour enfin retrouver son aimée. Il resta immobile en la contemplant, écoutant avec toute l'attention de son esprit bouleversé les accords de la barde.
L'atmosphère venait de changer. Elle s'adoucissait, s'allégeait, et doucement la pesante sensation de gêne s'effaçait. Le Rôdeur semblait une statue face à la chanteuse qui égrainait ses timbres au fil des vibrations de la petite harpe, il se sentait...différent. Il ferma ses yeux au rouge terni et se laissa emporter par la mélodie. Douce paix chantée qui s'immisçait en lui et faisait remonter d'anciens souvenirs...d'anciennes sensations.
Une ancienne vie.

Il revoyait le salle de méditation de son maître, grande pièce sobre destinée à découvrir la paix et l'union de toute chose...cette harmonie universelle dont il n'avait jamais réussi à appréhender réellement la nature. Ses yeux apercevaient à nouveau l'étrange espace dénué de tout ornement, si ce n'est un étrange...bol...énorme au milieu de la pièce, posé un sur piédestal et il s'entendait à nouveau poser pour la centième fois la question "qu'est ce que c'est ?". Et le vieil homme lui répondre dans un de ses éternels sourire conservant précieusement ses secrets "Tu le découvriras en temps voulu."
Et un jour, ce temps fut venu. Assis impatiemment sur ses genoux, à l'image de son maître et "grand-père", chacun d'un coté et de l'autre de l'étrange récipient paraissant aussi lourd qu'épais pour un simple couvert, et la quiétude dont faisait preuve l'ancêtre exacerbait encore plus la farouche jeunesse du Rôdeur qui ne parvenait pas à contrôler sa patience.

Il remuait, se dandinait, attendait, fixait l'objet de ses pensées en se demandant encore mille fois à quoi ça pouvait servir et n'en pouvant plus d'attendre que son mentor termine enfin sa méditation et rouvre les yeux pour enfin répondre à toutes ses questions. Il le lui avait promis ! Et soudain il s'immobilisa en le voyant revenir à la réalité, le moment tant attendu approchait...enfin !
Le vieux Daeroth semblait très amusé de la fougue de son élève, mais ne dit pas un mot malgré le flot de questions que le jeune enfant ne pouvait plus retenir, et plus les questions fusaient, plus il souriait. Et pour toute réponse il s'empara simplement du bol, le posa dans sa main à plat, paraissant peiner à le porter, et lui fit signe de se taire et d'approcher avant de frapper d'un coup vif et sec des phalanges unies de son index et majeurs libre le bord du bol.

Bol qui se mit à vibrer, puissamment, étrangement, envahissant toute la pièce d'une vibration mystique dont Kerorian crût qu'elle traversait sa peau, unifier son corps et son esprit, avant de les emporter et de les répandre dans la salle tout en les lui ramenant continuellement...il ne put s'empêcher de fermer les yeux et de se concentrer sur ce ton unique. Cette note qui l'élevait au-dessus de son être, autour, partout...il était un, il était tout.
Ce jour là il découvrit le véritable sens de la méditation, et depuis il garde à l'esprit cette idée d'unité avec son environnement, mais depuis ses voyages il n'y parvient plus, ne réussissant pas à s'unir aux autres vies. Il en avait oublié ce son continu, fort et doux, robuste et tendre.

Le temps passa. Il ne le comptait plus, la chanson de Liyu l'avait projeté dans ses souvenirs, l'exilant de la réalité, et possédait cette même vibration, cette même sensation d'harmonie. Elle chantait depuis longtemps, mais il ne rouvrit les yeux qu'à l'instant. Revenant enfin au monde, à la vie, à son corps. Le guerrier cligna des yeux, tout semblait si différent...pourtant rien n'avait changé. Mais il sentait la Paix.
Il était redevenu lui, enfin. Son cœur battait et appartenait toujours à la barde, et il en serait ainsi jusqu'à la fin des éternités, mais sa tête était à nouveau à lui. Kerorian repensait avec calme et sagesse, analysait, réfléchissait, décortiquait. Enfin il commençait à pouvoir imaginer une véritable solution, sans s'annihiler, sans blesser plus encore sa princesse.
Il lui semblait revenir à la vie...

Le Rôdeur revint sur Tellius en douceur, ce chant...était vraiment magnifique, apaisant, plus qu'une mélodie digne de la barde il s'agissait pour lui d'un véritable miracle, d'une résurrection, et il la lui devait...rouvrant les yeux pour les poser sur la belle chanteuse, il lui sourit légèrement. :


"Quelle belle chanson... Elle m'a...apaisée...et permit de réfléchir, d'entrevoir une solution, l'avenir...notre avenir..."

Son choix était fait, peu importe ce qu'il devrait endurer il accompagnerait la vendeuse de rêve, sa déesse a la douce voix, jusqu'en Enfer s'il le fallait...mais le guerrier sentait qu'il ne pourrait plus se passer d'elle...




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Ven 18 Mai - 13:41

La barde avait jouée un long moment, laissant le rôdeur plongé dans ses réflexions. Elle le voyait peu à peu s'apaiser, et apprécia que l'effet de son chant soit aussi efficace que d'habitude. Il avait bien besoin d'un peu de quiétude... et elle aussi. Elle se laissa elle-même bercer par la musique qu'elle jouait, la rendant peu à peu plus profonde et plus belle au fur et a mesure qu'elle s'immergeait dedans.

"Quelle belle chanson... Elle m'a...apaisée...et permit de réfléchir, d'entrevoir une solution, l'avenir...notre avenir..."

Liyu releva les yeux, observa le rôdeur qui venait de parler, arrêtant de jouer de la harpe et de chanter. Ola... Il devenait effrayant la.

Très franchement, même s'il avait l'air gentil, elle ne se voyais pas du tout passer sa vie avec un type qu'elle avait rencontré a peine la veille au soir, malgré ce qu'ils avaient fait. Elle ne se sentait pas amoureuse, et savait que ce qui s'était passé la veille avait été induit par l'alcool. Elle ne le tenait vraiment pas, et lui non plus apparemment. Si elle tenait celui qui leur avait offert ces boissons...

Elle ne pouvait nier que leur acte de la veille avait créé un certain lien entre eux. Mais pas de l'amour. Du moins pas pour elle. Et elle se retrouvait en situation gênante...

Elle aurais dû résister, la veille. Ne pas se laisser faire, mais sa tête tournait trop et elle avait a peine pu ouvrir les yeux... alors pour repousser une tel montagne de muscle, ça aurait même pas été la peine. Mais la il donnait l'impression de prendre ce qu'il se passait au sérieux, et elle lisait même des sentiments dans ses yeux... Elle se sentait mal, gênée. Elle allait lui faire du mal, le blesser, mais elle ne pouvais pas le laisser se faire des idées en la suivant. Elle se mordit les lèvres, attristée par ce qu'elle allait dire, mais il le fallait.


"Tu ferais mieux... de ne pas me suivre. Je pense que ça nous ferais du mal."

Elle avait le regard fuyant, mal à l'aise. Elle ne voulais pas le blesser, vraiment... Mais voila, c'était dit, et il n'y avait pas de retour en arrière possible. Elle leva les yeux pour le regarder dans les siens. Il était impératif qu'il comprenne pourquoi elle disait cela, et il n'y avais pas de meilleur moyen pour cela qu'une entière honnêteté. Alors elle prit son courage à deux mains et une grande inspiration :

"Je pense deviner ce qui te passe par la tête. Et je n'éprouve pas la même chose pour toi. Tout ce qui s'est passé hier a été induit par l'alcool, et je suis désolée de te dire que je n'éprouve pas pour toi les même sentiments que tu semble avoir envers moi. Je pense qu'il serais mieux que l'on parte chacun de notre côté pour trouver notre vraie voie..."

Et voila, elle en avait presque les larmes aux yeux. elle secoua un peu la tête. Elle était trop sensible... mais sur ce coup-la, elle devait se montrer ferme. Elle retint ses larmes derrière ses paupières en fermant les yeux un instant, le temps de se reprendre, puis regarda a nouveau Kerorian avec détermination.




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
Kerorian
avatar


Messages : 1360
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
32/60  (32/60)
Points d\'Expérience:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Sam 2 Juin - 9:21

 Le cœur du Rôdeur manqua un battement alors qu'il devenait soudainement morose lorsque Liyu lui fit par de son avis. Elle ne souhaitait pas qu'ils restent ensemble, cette déclaration...fut pour le malheureux guerrier un véritable poignard enfoncé droit dans sa poitrine. Il sentait déjà les larmes commencer à le gagner, il était chassé...celle pour qui il aurait tout donné le repoussait... Et elle lui porta le plus terrible des coups de grâce en lui annonçant qu'elle ne l'aimait pas. L'épéiste crut que le monde s'était arrêté, qu'il ne respirait plus, ne vivait plus, que plus rien ne bougeait, son univers semblait s'écrouler, mais il n'avait pas réalisé, il n'y avait pas pensé, que si lui avait été envoûté par la beauté de la chanteuse, par cette aura d'une infinie douceur qui l'entourait la veille comme aujourd'hui, elle n'avait sans doute été que sous l'emprise de l'alcool, et qu'elle ne l'aimait pas...
 Mais alors qu'il cachait son visage habituellement de pierre, ce matin brisé et dévasté de chagrin, dans sa large main pour pleurer des flots entiers de larmes peinées, il réalisa qu'il était seul responsable... Il avait succombé a un charme inconnu, se croyant dans un rêve, dans ce fantasme innocent de l'enfant qu'il était encore, et y avait cru jusqu'à en faire sa réalité...mais elle n'était pas sa promise, pas à son avis, et elle le rejetait...mais lui l'aimait...il l'aimait tant...royale descendante ou barde sans-le-sou, il l'aimait, il aurait été prêt à donner sa vie pour elle, aucun de ses soupirs n'avait été faux, cœur sincère et transpercé il ne savait plus quoi faire...

 Il aurait voulu l'accompagner...passer chaque jour de sa vie à ses côtés, car un simple sourire, son seul visage aurait illuminé ses pas comme une magnifique étoile...mais cette étoile ne voulait pas de lui, elle venait de le dire, se séparer pour trouver leur vraie voie...mais quelle est cette voie ? Quelle peut-être cette voie ? Un sentier dénué d'amour, où il a depuis longtemps abandonné son cœur, poignardé, lacéré, aux mains d'une femme qui l'a jeté, pour manier une épée vide de sentiments ? Est-ce qu'il peut seulement désormais vivre, alors que tout espoir vient de s'échapper avec cette douce chanteuse qui enchanta son être cette nuit-là ?
 Le guerrier releva un peu sa main, dégageant des yeux rouges de larmes qui ne cessaient de couler, ses traits sincères déformés par la douleur qui lui serrait la poitrine et regarda, peut-être pour la dernière fois, cette fille magnifique, délicate et délicieuse, la seule...son aimée...il ne pouvait parvenir à s'imaginer que plus jamais il ne pourrait sentir son agréable parfum, entendre sa claire voix qui résonne à ses oreilles comme le cours d'eau d'une rivière pure et sereine sous le clair de lune, et que jamais plus il n'aurait le droit de la prendre dans ses bras, de la serrer contre lui, et de succomber avec délice à la chaleur de son corps...
 Kerorian ne souhaitait pas uniquement recommencer cette nuit de plaisir et de passion avec la chanteuse, mais il aurait aimé pouvoir rester à ses cotés, il ne connaissait pas l'amour, il ne connaissait pas la tendresse...ces étreintes partagées avec la musicienne furent les seules de sa vie, mais elle lui ravirent son âme et son cœur, et désormais il se sentait mourir alors que Liyu paraissait s'éloigner, loin, loin, abandonnant là la carcasse brisée du Rôdeur...

 Suffoquant à moitié au milieu de ses larmes, le guerrier commença à s'interroger lorsqu'on esprit tourmenté le lui permettait...comment cela avait-il pu arriver ? Il se rappelait de tout, dans les moindre détails, et en était gêné autant que transporté, mais aussi honteux et mutilé, de ces souvenirs de plaisir, de beauté, de douceur et d'ardeur, éternels regrets qu'il devra maintenant porter, condamné à soupirer après une âme qui l'a repoussé, à se meurtrir d'une nuit passée trop vite écoulée...et c'est cela qui le troublait encore plus... Dès qu'il avait rencontré Liyu, la veille en lui ramenant son vaurien de protégé, il l'avait trouvé très belle, mignonne, mais pas au point de lui sauter dessus ou de rêver d'elle éveillé. Puis quand ils eurent bu, il resta figé en la revoyant, et son rêve commença, la chanteuse avait encore plus souffert que lui semble t-il de l'alcool...après tout, leur carrure est très différente, si lui en était dans cet état, elle ne devait même plus être capable de se relever, et il est vrai qu'elle s'était laissée faire...bien qu'elle ait aimé...
 Mais cette vision soudaine...oui il aurait pu aimer la chanteuse en tant que chanteuse, et non pas l'idéaliser comme une reine divine, et l'épéiste commençait à se demander entre deux pleurs si la boisson avait pu embrouiller son esprit à ce point...c'était comme si...comme s'il avait été enchanté...non pas par la magnifique barde, mais par une sombre magie...il avait été manipulé, et ce mot révéla l'odieuse fourberie dont il avait été la pauvre victime.

 L'épée démoniaque ! Affaibli par l'alcool il n'avait pu résister aux insinuations pernicieuses de la lame damnée dans son esprit et avait immédiatement succombé à ses fantasmes qui semblaient incarnés par la splendide jeune femme qui avait déjà tout son respect. Elle avait la beauté, elle avait la douceur...un peu d'alcool pour briser ses réticences, un peu de maléfice pour l'aveugler et c'était la fin de son éternelle abstinence. Et désormais il en payait le prix, le rêve était devenu réalité à ses yeux, et il aimait maintenant réellement Liyu, elle était pour lui plus gracieuse qu'un champ de fleur éclosant au printemps, plus douce que la caresse des rayons du soleil levant après une froide nuit d'hiver, ses gestes le laissant rêveur, comme une danse de feuilles mortes emporté par une brise d'automne et avait réchauffé son corps barbare cette nuit avec plus de tendresse qu'une mère ne berce son enfant, et plus d'une bienheureuse chaleur que les plages de Begnion lorsque vient l'été.
 Ce n'était plus un rêve, son cœur battait bel et bien pour elle, elle qui venait d'y planter un couteau acéré. Il savait qu'elle ne voulait pas le blesser, il le voyait à son visage presque larmoyant. Elle aussi était triste...elle ne partageait pas ses sentiments passionnés, mais il devinait maintenant qu'elle l'appréciait malgré tout, ils auraient pu être excellents amis malgré leur nuit enlacée. Si...si il avait pu la suivre, ne serait-ce qu'un peu, pour la protéger, la soutenir, la nourrir...cela lui aurait suffit...mais il était trop tôt, ou trop tard, et maintenant ils étaient tout deux blessés. Le Rôdeur s'en voulut de n'avoir pensé qu'à lui, lui, et encore lui ! Liyu aussi devait être triste, elle qui est si gentille...ça doit lui faire si mal de repousser quelqu'un de si sincère et amoureux que lui, mais elle n'est pas amoureuse, il ne peut pas lui imposer ça... Mais cette douleur n'avait qu'une et même origine...
 La Tueuse-de-Dragon, la lame maléfique, épée des ténèbres, esprit pervers et corrompu, il se rappelle maintenant ses gestes qui lui échappaient, c'était les siens. Ce monstre lui vola sa nuit, et causa ce tourment alors qu'il connaissait à peine la chanteuse. S'il était resté avec elle des mois, des années, ils seraient peut-être devenus amants par la nature des choses...mais pas par un abjecte manipulation d'un esprit affaibli ! Maudit soit-il ! La tristesse du visage ravagé de peine et de larmes du guerrier s'effaça dans la douleur, et laissa petit à petit place à la colère, à la plus féroce des haines. Ce satané bout de ferraille pourrie jusqu'à la rouille le lui payera !

 Mais chaque chose en son temps, quelques perles d'eau coulèrent encore des yeux rouges de chagrin du Rôdeur qui serra les poings pour tenter de se reprendre avant de poser un genou à terre, il détestait "prendre les gens de haut" et sa délicieuse aimée n'était pas très grande, et s'inclina profondément. Son esprit lui revenait enfin complétement, le chant l'avait calmé il y a à peine quelques instants mais la déclaration de la barde l'avait bouleversé. C'était si difficile pour lui...mais la belle pour qui il soupirait ne devait pas être à son aise, elle aussi en souffrait sans doute...il réalisa à cet instant qu'ils se ressemblaient...si gentils tous deux...


"Pardon Liyu...pardon pour tout...j'aurais...j'aurais aimé pouvoir te suivre...n'aurait-ce été que comme un ami...si tu veux bien m'accepter en tant qu'ami du moins..."

 Il s'étranglait à moitié dans ses phrases, l'épéiste aurait tant souhaité être capable de tout lui dire, ce qui lui pesait tant sur le cœur, sa dévotion et son amour éternels, sa protection et son soutien, mercenaire bienveillant et bretteur attentionné, sa lame aurait pu la défendre contre tout danger, sa force l'aider à augmenter ses maigres revenus, il aurait aimé l'aider à avoir une vie plus confortable... Il commença à se relever, se rappelant qu'elle lui avait déjà dit de ne pas s'incliner comme ça et ne souhaitait pas la gêner plus encore, il avait l'esprit clair malgré les tourments qui le dévorait jusqu'aux tréfonds de son âme. Puis posa ses pupilles de feu, un feu passionné, amoureux et sincère, ce feu qui brûla dans son cœur mourant désormais d'une plaie cruelle qu'elle lui a infligé...mais il se fait silencieusement une promesse...celle de survivre, de survivre à ce chagrin, aux batailles qui viendront, à tous les massacres et souffrances qu'il endurera, de vivre encore, jour après jour quoiqu'il arrive, jusqu'à ce qu'il la retrouve...

"Je t'aime...et même si tu ne me rends pas ce sentiment...saches que je te suis à jamais dévoué. Quoiqu'il arrive...quoiqu'il se passe...je te soutiendrais toujours, je te protégerais, t'aiderais, tout...tu n'auras qu'à demander, et je te servirais."

 Vagabond solitaire, sauvage un peu naïf, Kerorian possédait pourtant une âme digne des plus grands chevaliers, et il était réellement prêt à se démener tout entier même pour le plus fou des ordres de la chanteuse dont il vint doucement prend la main pour y déposer avec légèreté ses lèvres en s'inclinant à nouveau, forcé par sa taille, voilà quelle promesse il faisait aussi, mais sans la garder pour lui...




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Sam 21 Juil - 22:04

Voyant que le rôdeur se mettait a pleurer, elle se sentit bouleversée. Elle dut se mordre les lèvres pour s'empêcher de pleurer pour de bon. Comme elle s'en voulait... De ne pas avoir su résister, de l'avoir laissé espérer pour le jeter ainsi, elle se faisait l'effet d'être une femme cruelle. Mais elle était persuadée que c'était mieux ainsi. Elle n'était définitivement pas amoureuse de cet homme, même si...

-Pardon Liyu...pardon pour tout...j'aurais...j'aurais aimé pouvoir te suivre...n'aurait-ce été que comme un ami...si tu veux bien m'accepter en tant qu'ami du moins...

...même si elle était sur qu'ils pouvaient être amis. Mais pas tout de suite, pas comme ça. Il fallait laisser le temps aux sentiments du rôdeur de tomber, lui laisser assimiler qu'elle ne voulais pas plus de lui que de l'amitié. Il fallait qu'il soit encore capable par la suite de trouver celle pour qui il éprouverais un vrai amour, et qui pourrait le lui rendre autant qu'il ne le méritait. Et pour cela, il était impératif qu'il la laisse derrière lui, et donc qu'ils se séparent ici.

-Je t'aime...et même si tu ne me rends pas ce sentiment...saches que je te suis à jamais dévoué. Quoiqu'il arrive...quoiqu'il se passe...je te soutiendrais toujours, je te protégerais, t'aiderais, tout...tu n'auras qu'à demander, et je te servirais.

A la suite de ces mots, le rôdeur se pencha pour poser un baiser sur la main de la chanteuse, qui s'empressa de la récupérer après. Serrant ses mains l'une contre l'autre, elle trouvait de plus en plus urgent qu'ils se séparent. Plus il la verrait dans son état, et plus il s'attacherait. Ce n'était qu'en le quittant ici qu'elle pourrait le laisser libre de vivre sa vie, et elle même de vivre la sienne... Et avec cet homme, ça ne marcherait tout simplement pas.

-Pas comme ça... Nous pouvons être amis. J'en serais ravie. Mais tu ne dois pas t'attacher a moi plus que cela. Tu te priverais de trop de choses... Je suis désolée de te faire de la peine... mais je suis catégorique.




Bon c'était pas tout ça mais... Depuis un moment, Niall écoutait le dialogue entre la barde et son soupirant. Il souriait. Son plan avait marché a la perfection. Bon, il n'avait pas prévu que le gros lourdaud tomberait amoureux de sa mère comme ça, mais sa frayeur de devoir voyager avec lui - même s'il avait une grosse épée qui avait la classe - était partie quand Liyu l'avait éconduit. En voila une au moins qui avait la tête sur les épaule... Le gamin trouvait le rôdeur fascinant, mais il avait l'air sévère avec les enfants, et ça il en était persuadé dur comme fer, il n'y avait qu'à voir la manière dont il l'avait traité la veille, en le prenant comme un sac a patate sur son épaule !

Quoi qu'il en soit, Niall en avait plus qu'assez de leurs niaiseries. Aussi se redressa-t-il, faisant mine de celui qui viens juste de se lever, et s'étira-t-il en baillant bruyamment.


-Bwaaa..!

Le fin stratège se tourna ensuite vers les deux adultes en se frottant les yeux.

-Z'avez pas finit de causer..? vous m'avez réveillé...




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
Kerorian
avatar


Messages : 1360
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
32/60  (32/60)
Points d\'Expérience:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Dim 22 Juil - 21:10

Les larmes remontèrent aux yeux rouges de peine du Rôdeur lorsque Liyu annonça qu'elle était catégorique et qu'elle ne voulait définitivement pas de son amour...et qu'elle ne le lui rendait pas, probablement jamais. Ce mot résonnait comme un écho sinistre dans la tête du guerrier "jamais". Jamais il ne pourrait à nouveau la tenir dans ses bras, sentir son doux parfum qui l'avait libéré de ses peurs, jamais il ne pourrait plus connaître sa pâle douceur qui l'avait tant enchanté cette tendre nuit.
Jamais il ne pensait pouvoir à nouveau espérer et croire en l'avenir.
Jamais il croyait ne plus pouvoir aimer.
Terrible mot qui le frappait au cœur mille et mille fois, éternel bourreau commandité par celle pour il se serait damné. Ce n'est pas ses pensées qui ne reprendraient jamais leur cours, mais son âme, prisonnière de l'amour qu'il connut une étrange nuit pour cette belle chanteuse, haute comme trois pommes, fragile comme une rose éclose, et belle comme l'aurore d'une douce matinée d'un hiver enneigé... Jamais plus il n'aurait le droit d'écouter sa voix cristalline, chantante comme les échos d'une cascade, ni... Le Néant s'empara de lui un instant...le temps semblait s'arrêter pour le malheureux Rôdeur, était-il encore vivant, venait-il de succomber ? Peu lui importait, tout lui était fini, perdu, condamné. Quel intérêt à vivre si l'on a perdu son cœur, source même de vie ?

Sa faiblesse sonna le glas ultime de ses tourments. Cette sombre conscience, traîtresse et sournoise, qu'il redoutait tant, qui faisait de son existence un enfer permanent, ressurgissait des abysses dans lesquelles elle se tapissait, attendant son heure qui venait de résonner à travers l'âme brisée du guerrier. Sinistre volonté, avide de sang et de chair, qui se réjouissait déjà de l'abandon de son fragile "maître". Si facile à manipuler, si facile à faire tomber...qu'il succombe donc à sa propre peine, pourvu qu'il lui offre un corps pour satisfaire ses désirs, quelle bonté de lui apporter en prime une magnifique proie !
Ignorant royalement ce misérable insecte que Liyu appelait "Niall", l'esprit infernal venu des tréfonds de la Lame Noire s'empara de cette massive carrure, actuellement dénuée de vie. Qu'il était bon de retrouver des sens, du désir, et de la force !

Se parant d'un rictus empli de haine, de violence et de cruauté, étirant ses lèvres dans le sinistre sourire du Mal, ses yeux de feu s'illuminèrent d'une flamme mortelle, brasier de vices et de monstruosités alors qu'il tendait son bras pour empoigner le frêle cou de la belle barde. L'heure n'était plus à l'amour, au chagrin ou à la culpabilité...mais au viol, à la violence et à la dévastation, les maîtres-mots du Démon qui maudissait jour après jour sa prison de métal et qui pouvait enfin profiter de sa liberté si longtemps attendue ! Oui il allait s'amuser, assouvir cette faim tenace qui tordait les entrailles qu'il n'était pas censé avoir, oui il allait "manger" la petite Liyu, et il allait la déguster, d'un bout à l'autre avec mille plaisirs...
La perte de son corps réveilla un tant soi peu le triste Rôdeur qui prit conscience de l'atroce scène qui allait bientôt avoir lieu s'il ne faisait rien. Il n'avait plus l'amour de la chanteuse, il ne l'avait jamais eu, mais il aurait réellement aimé n'avoir ne serait-ce...que son amitié, et surtout son bonheur. Il ne voulait pas qu'elle se fasse violer, et encore moins par lui qui avait été si doux avec elle, et sûrement pas par ce maudit démon, nid à problèmes ! Hélas il était affaibli, et terrifié, terrifié à l'idée de ne pas réussir à empêcher le cauchemar qui hantait maintenant son esprit. Il ne réussit pas à reprendre son corps, il ne pouvait vaincre le fort suppôt de l'enfer...

Alors il abandonna la reconquête immédiate de son corps, s'il ne pouvait triompher sur le champ alors il patienterait,le plus important est de sauver Liyu, le reste importe peu. Aussi Kerorian se concentra plutôt sur la reprise de son bras, mais de l'autre, celui qui n'était pas utilisé par le monstre, et parvint à s'en emparer, celui-ci ne s'étant pas focalisé sur ce point en particulier, et s'en servit pour frapper aussi violemment que possible le creux de son coude du tranchant de la main, faisant s'affaisser son bras et causant une brusque douleur à l'esprit maléfique, peu habitué à souffrir directement. Il profita aussitôt du bref relâchement pour redevenir le maître de son corps et lâcha immédiatement la pauvre barde en reculant, retrouvant son visage normal...ou plutôt un visage terrifié, horrifié et honteux, il ne pouvait se pardonner sa faiblesse, ce qu'il lui avait fait, ce qu'il aurait pu lui arriver...la peur se mêla au chagrin, et la haine s'ajouta aux larmes alors qu'il se tournait vers son immense lame, toujours à terre...


"Pourriture de démon, puissent les pires tourments te hanter jusqu'à ce que tu crèves !"

Furieux, larmoyant, honteux, le Rôdeur se jeta presque sur la gigantesque épée pour s'en emparer et la jeter par la fenêtre avec toute la violence que son corps pouvait offrir, il resta ensuite accoudé au rebord de la vitre brisée, haletant et transpirant, réalisant seulement qu'il tremblait de tout son être... Il réalisa alors que l'amour était ce qu'il avait connu de meilleur...mais aussi de pire. Le guerrier se tourna et posa ses yeux horrifié et coupables sur la chanteuse, la contemplant, jamais il ne connut quoique ce soit d'aussi merveilleux que les sentiments qu'il avait ressenti pour elle, et jamais il n'avait ressenti le moindre réel plaisir à côtoyer quelqu'un...mais désormais sa peur était sans limite, il craignait pour elle plus que tout autre chose, la moindre blessure qu'elle subirait serait pour lui la pire des offenses, et s'il lui arrivait malheur...son cœur l'assurait qu'il succomberait avec elle...
L'amour est peut-être le plus beau des sentiments, mais c'est aussi le plus cruel et douloureux. Il savait qu'il devait partir, il le devait, lui obéir et disparaître de sa vie, s'effacer, ne plus exister...ne plus la mettre en danger, la laisser trouver quelqu'un qui saura la protéger, la combler et la rendre heureuse, et non pas la faire pleurer et la menacer de mort contre sa propre volonté...

Les larmes recommencèrent à nouveau à perler de ses yeux à l'éclat des derniers rayons du crépuscule. Kerorian ne parvint à soutenir le regard de celle qui fut son aimée plus longtemps et clôt ses paupières, jamais il n'avait connu une telle sensation...il ne pouvait la définir, il ne pouvait lui donner de nom. Mais elle était plus létale qu'une épée à travers le cœur, ce cœur brisé qu'il abandonnait ici, piétiné, égaré... Ses lèvres hésitantes s'entrouvrirent une dernière fois, et sa voix tremblante peina à articuler ces quelques mots, si simples...et si lourds...


"Pa...rdon..."

Son corps semblait grelotter, il se sentait de plus en plus mal. Il le percevait, une impression funeste, comme celle d'un destin inéluctable, le bout du chemin, sa fin... Il ne put soutenir cette tension, cette pression mortelle que lui infligeait sa bien-aimée, d'un bond il alla récupérer ses derniers vêtements, à un pas de là et se jeta par la fenêtre. Le malheureux homme aurait préféré être éviscéré, écartelé , dépecé et immolé plutôt que de rester un instant de plus dans cette pièce où il connut pourtant le plus parfait des bonheurs, le temps d'une nuit...
La chute fut rude, ses trop longues jambes n'avaient pu passer toute la fenêtre d'un seul saut et il chuta tête la première de l'étage sous les cris terrifiés des quelques passants intrigués par le précédent fracas de la vitre et "l'envol" d'une épée géante. Par chance, ou malchance selon le point de vue, il eut l'ingénieux ou regrettable réflexe de tendre les bras au-dessus de lui et put amortir un peu sa chute, et si ses bras encaissèrent douloureusement l'impact au moins sauva t-il sa vie malgré qu'il s'écrasa tout de même au sol.

Mais la douleur n'était rien, l'étourdissement, la souffrance, rien de tout cela n'atteignait son esprit mené par l'horreur et le désespoir le plus profond. Il se releva, tenant ses vêtements à la main et empoignant machinalement l'épée de l'autre, et jeta un ultime regard trahissant le plus intime de son être à la fenêtre, dans un espoir de peut-être contempler une dernière la plus enchanteresse des beautés, la quintessence de la perfection à ses yeux, celle qu'il aimait, celle qu'il aimera encore...puis s'enfuit, titubant légèrement et trainant la colossale épée, ravagé de chagrin et de larmes...

Bien après cela, lorsque la nuit tomba à nouveau, le malheureux Kerorian basculait entre le suicide et le massacre, la vie semblait brusquement dure, cruelle et insupportable...mais il s'était juré quelque chose, il ne pouvait se pardonner d'avoir été si faible, d'avoir été si...amoureux. Et il ne pouvait plus pardonner Dragonslayer, l'épée démoniaque qui lui causait tous ces infâmes tourments ! La mort serait un châtiment infiniment trop doux pour lui, et aucun esprit, aucune intelligence sur Tellius ne saurait punir ce monstre comme il se devait ! Le Rôdeur se jura de rendre justice comme cet immonde crapule le méritait...
Il ne pouvait plus côtoyer la chanteuse ni les humains, il ne pouvait plus se permettre d'être faible...pourtant ses larmes continuaient à couler. Liyu hantait ses pensées, il ne pouvait pourtant se résoudre à la chasser...
L'amour est le plus beau des sentiments...
Mais il est aussi le plus terrible des fléaux...




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liyu
avatarBeorc


Messages : 454
Age : 25
Localisation : Sur les routes, à nouveau...
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
22/60  (22/60)
Points d\'Expérience:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   Mar 24 Juil - 21:09

Se mordant les lèvres, la barde regarda le rôdeur désespérer de plus en plus. Elle aurait tant voulu l'aider, le sortir de son chagrin... mais elle en était directement responsable, et elle doutait de pouvoir faire grand chose... Elle était tellement plongée dans ses pensées qu'elle ne vit pas la main approcher de son cou pour le saisir avant de sentir la pression sur sa peau.

-Euh...

La réaction de Niall ne se fit pas attendre. Ce type avait osé porter la main sur sa mère, et son visage a l'air faussement somnolent deux secondes plus tôt vira au furieux alors qu'il sautait sur le dos du rôdeur pour le marteler de ses petits poings.

-Lâches-la gros balourd!

Secouant la tête, commençant a prendre peur, Liyu recula pour essayer de se dégager. Cependant ca ne dura pas longtemps... Le massif guerrier se frappa lui-même le coude et sembla reprendre quelque peu ses esprits, lâchant sa prise, et laissant la pauvre femme tousser un peu, reprenant son souffle. Mais le mal était fait, elle avait peur a présent. Elle se leva et se précipita vers l'autre côté de la pièce alors que Niall, surpris par le vif mouvement de Kerorian, se retrouva a tomber sur les fesses alors que la massive épée du guerrier volait par la fenêtre sous les injures de son propriétaire... Malgré sa culpabilité, la jeune femme ne put s'empêcher de faire les gros yeux, tout comme son protégé d'ailleurs...

-Mais... mais... pourquoi..?

Il avait parlé d'un démon... S'agissait-il d'une arme maudite ? Dans ce cas ça expliquait la manière dont il l'avait attrapé une minute plus tôt... Cependant, elle n'eut pas le temps de lui poser la question puisqu'il sauta a son tour par la fenêtre, les larmes aux yeux. Se précipitant vers le bord de la vitre brisée, elle posa les mains sur celui-ci sans faire attention au verre qui lui entaillait douloureusement les mains pour le regarder s'enfuir avec son arme... Se mordant encore les lèvres, la jeune femme le regarda courir en laissant enfin déborder des larmes de culpabilité et de tristesse pour cet homme visiblement bienveillant a qui elle avait fait subir une peine de cœur radicale... Niall, aussi surpris qu'elle, vint l'enserrer de ses petits bras d'enfant pleins de bonnes attention.

-Ça va aller..?
-Oui... oui, attends une minute j’arrive pour le petit déjeuné...

Laissant l'enfant hausser les épaules et aller vers les paquets pour remplir les sacs de tout ce qu'ils en avaient sortis, la jeune femme s'essuya les yeux. Un dernier regard a la rue en bas, le rôdeur avait déjà disparu. Elle se rendit alors compte qu'elle avait mal aux mains, et s’aperçut qu'elle s'était entaillée sur les bords de la vitre. Tant pis... Niall vint alors la voir, l'air au moins aussi gêné qu'elle ne l'avait été plus tôt sous les déclarations de Kerorian.

-Il a... oublié son autre épée.

Haussant vaguement un sourcil, Liyu regarda derrière Niall l'épée qui était en effet restée posée au sol. Elle soupira, secouant un peu la tête. Il avait l'air malhabile avec son énorme épée, celle avec laquelle il était parti, la jeune femme pressentait qu'elle allait lui manquer cruellement... Un nouvelle raison de s'en vouloir.




« La musique ne résonne plus de la même manière qu'avant... »
–- Liyu Kiyaysha

Couleur des paroles de Liyu : GreenYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://siyarell.forumgratuit.org/
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand un voleur réunit deux vagabonds [Pv : Liyu] [Nc-18] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Quand le Rossignol s'unit au Bélier [Mariage]
» Le destin frappe toujours deux fois. [Pv Romy] -Terminé-
» quand un voleur en vole un autre [pv Robin des Bois]
» Quand deux ennemis se retrouvent... [terminé]
» Je suis douée. Très douée. Surtout quand il sagit de me casser la figure. [Calypso][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Daein

 :: Les villages de Daein
-