AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Sam 26 Nov - 23:23

Il s’appelait Alexander. Pourquoi use-je du passé pour indiquer son patronyme alors que ce dernier est toujours d'actualité? Bonne question. Car enfaite, il se faisait appeler Alex. Rappelons qu'un diminutif ne change rien à l’État Civil, et poursuivons.

Cette histoire se passe durant des années troublés. Non pas par la guerre ou quelconque conflits, mais dans le couffin des abysses de l'esprit humain.
Humain.
Qui est réellement humain? En ce monde, ce terme ne désigne personne. Puisse qu'il les désignent tous. Beorcs, Laguzs, Marqués, Déchus. Chacun à son petit nom. Sa petite étoffe, construite au fils des années pour des raisons oubliées. Tant de palabres inutiles. Le racisme est omniprésent. Les Laguzs engendre des Laguzs, les Beorcs engendrent des Beorcs.

Mais le racisme est une belle chose. Elle peut tout autant se rependre entre ceux qui autrefois ne furent qu'un, qu'entre ceux qui se considèrent maintenant comme une race. Il suffirait de jeter un regard aux inégalités sociales. Oh, mais cela existe aussi chez les hommes-bêtes. Ça doit s’appeler la loi du plus fort. Ou quelque chose comme cela.

Intéressant.

Alors si de tels sentiments existe, et quelques soient leurs puissance, il doit bien en exister d'autres. L'amour par exemple. Celui qui est éternel, insondable. Celui de quelques temps. Celui d'une nuit.
Ainsi naissent les Déchus. Ainsi naissent les Marqués.

Voilà comment la haine se repend. Par des futilités.

Vraiment, intéressant.


Alexandre, ou plutôt Alex, était né dans des circonstances particulières. Ou plutôt, nous dirons que non. Comme tous le monde ou presque, il naquit de deux parents de sexe différent, à un moment dans le temps défini comme son anniversaire. Il avait alors deux jambes, deux bras et une tête, avec tout ce qu'il fallait à l'intérieur de tout ça. Et il commença sa vie comme tous le monde: en faisant le deuil d'un de ses défunts membre. Adieu, cordon ombilicale. Nous t'aimions bien. La vie commence dans la souffrance. Pour tous le monde.

Sa mère était magnifique. Sans doute une Laguz, puisse qu'elle y perdit quelque chose. Qu'elle avait sentit se briser sous cette couche de bonheur inébranlable qu'est la naissance d'un enfant de l'amour perdu. Ah, peu importe. Elle était vraiment belle, c'est tout ce qui nous intéresse. Une magnifique brune aux yeux vert transcendants. Les cheveux long, lisses et soyeux. Le visage parfait, le corps taillé dans le désir pur. Et de tels yeux... A eux seuls, ils feraient tomber des bataillons.
Alors lui, il avait tout reçu de cela. Son père? Bah peu importe. Il n'en avait que les gênes intimes. Et oui.

Il était très (trop) efféminé. Dans la rue, les gens qui le voyaient de dis le prenaient pour une très jolie femme. D'ailleurs, dans ces même rues, ceux qui le voyaient de face pensaient sans doute la même chose. Cette petite bouille d'adulte à l'air si détendue et gentille. Il respirait la bonté et la beauté. Mais ce n'était pas tout.

Ses long cheveux bruns se terminaient au niveau du bas de son dos, ondulant à chaque mouvement du vent sur une tunique verte stylisée assez large pour laisser le doute quant à son genre. Indéniable que les manches longues par dessus ses bras fins ne cachait aucune musculature, non? Indéniable, parce qu'il portait une épée longue à sa ceinture. Ceinture qui donnait sur un pantalon bouffant dans les tons sombres. Mais cela ne nous intéresse pas, revenons en à l'épée. Une longue lame pour un bretteur avéré. Un magnifique fourreau de bois sobre, une élégante poignée avec rien de particulier dessus. Et avec de très forte probabilité, une lame de qualité moyenne dedans... Enfaite, on s'en fiche aussi.

Sans retenue, il marchait. Il n'était pas vraiment du genre à se poser trop de questions existentielles. Il était bon, certes, mais tuer ne lui posait aucun problème. Voler non plus. Car tout peut être une nécessité, quant on a les bons principes. Il était adulte, il voyageait. Voilà.

Le chemin de terre accueillait ses pas, il était non loin de la côte maintenant. Sans doute un village pas loin. Il avait eu vent d'un petit problème à la ville d'Alkaria. Un groupe de mage se nommant "Le Triumvirat" y sévirait. Ça allait être compliqué... Pour eux. Parce qu'Alex était un véritable artiste martial. Quand il se battait, sa beauté naturelle était sublimée par son art. Inutile de chercher, il n'existait aucun danseur de meilleur talent que lui. Parce qu'aucun d'entre eux, et ce sans prétention, ne saurais ôter la vie durant leur plus technique et aboutis passage sur la piste.


Le village n'était plus très loin. Souriant et confiant, il s'y dirigea d'un pas toujours égal. Inutile de se presser, courir c'est se faire remarquer. La discrétion permet d'être libre. Et être libre, il aimait bien trop ça.

Mais après tout, ceci n'est qu'une histoire.


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Sam 31 Déc - 14:08


Les lignes et les courbes d’une écriture royale, la couleur de l’encre de la qualité luxueuse des plus hautes têtes de ce monde, les mots s’alignant pour former les plus belles phrases. Ruika tenait entre ses mains le papier qui faisait d’elle la bienvenue en terres Corbeau, une dérogation du roi Naesala lui-même, le cadeau suprême pour avoir protéger la princesse des anges blancs, l’unique héritière de ce peuple oublié. L’ange déchu aurait versé plus d’une larme sur ce document officiel si elle n’avait pas peur de le tacher. Elle le lisait encore et encore s’émerveillant devant les raisons de l’obtention de ce papier si précieux.
Elle se revoyait encore lors de cette soirée de célébration pour la « réussite » d’une mission où elle n’avait même pas été demandée. Elle n’était même pas sure de cette réelle réussite… Cependant, le bal, la danse, les festivités, lui avait rappelé la légèreté d’une vie honnête et aisée. La robe de satin dorée s’accordant parfaitement avec l’ambre de ses yeux, avait fait d’elle la perle de la soirée… mais une perle noircie par l’absence d’ailes dans son dos. Cependant, ce soir là malgré sa déchéance, personne ne la rejeta.
Quelques regards en coins, quelques murmures partagés derrière les éventails déployés mais rien ne l’atteignait car le regard de Leanne sur elle se faisait d’une douceur infinie et Naesala la regardait sans mépris. Elle avait presque l’impression d’être comme eux, d’être normal. Quel agréable sentiment que celui d’être comme les autres.

Ruika replia le papier et tous les souvenirs qu’il contenait. C’était ses premiers beaux souvenirs depuis qu’elle n’était plus l’ange des cieux, la déesse des airs, Ruika Yoi l’ange aux milles couleurs. Elle comptait les conserver précieusement en son sein.
Du haut de la plus grande salle, de la plus grande tour, là où on lui avait assigné ses appartements, la mage d’air observait le lointain horizon. Il était temps pour elle de quitter les terres de Kilvas pour rejoindre Phéonicis. Ça faisait bien longtemps qu’elle n’y était pas retournée… 10ans si ce n’est plus. Ça ne lui manquait pas, ça ne lui manquait que peu. Elle n’était même jamais allée voir ses défunts parents, ni leur rendre les honneurs dus à leur vivant.

- Bah c’est pas comme si je n’avais pas le temps désormais… un jour de plus ou de moins ça ne changera rien dans leur mort… Hahahaha.

Avec l’aisance d’un félin, elle issa ses jambes sur le rebord de la fenêtre regardant droit devant elle et avec un sourire presque radieux elle plongea. Le saut ultime de l’ange. Les personnes aux fenêtres virent la jeune fille sans ailes chuter comme une pierre mais alors que les cris de frayeur accompagnaient sa descente, les yeux bleus d’un ange aux ailes blanches se posèrent sur elle depuis une cours du château.

- Tsubasa !

La jeune femme prit son envol alors que son corps se redressait à quelques centimètres du sol. Dernière représentation.

Elle parcourra les cieux durant des jours et des nuits ne cessant jamais de voler, sans se reposer, sans manger. Elle n’avait pas perdu ses habitudes de solitaire. Elle savait que cette dérogation ne lui offrait pas tous les droits et que dans le bas peuple elle n’aurait pas le même respect que dans les milieux aisés. Néanmoins, elle ne pouvait continuer ainsi sans eaux. Elle s’était posée quelques temps dans une forêt mais elle avait désormais besoin de vivre.
S’emmitouflant dans une cape et recouvrant sa chevelure d’un bonnet quelconque elle se rendit dans le village le plus proche.

Sobre, calme, il était agité de l’activité normale d’un village en fin de journée. Les marchands essayait de vendre leur dernier produit frais, de les troquer contre de quoi nourrir leur famille le soir, de quoi avoir suffisamment d’argent pour l’hiver rude qui se préparait. Les corbeaux vaquaient ça et là à tous les coins de rues. Des enfants sortaient d’une école pour rejoindre leur maison. Certains rentraient seuls d’autre attendait leurs parents. C’était assez émouvant comme vision, elle ne se doutait pas que désormais, il pouvait exister des écoles dans ce genre de village. Bien sur ça restait des petites sections, les grandes ne pouvait se trouver que dans les grandes cités, mais ça restait agréable à voir.
Avec un pas déterminé, elle se dirigea vers une étale de viande séchée.

- Bonsoir mon cher, je vous prendrais une livre de cette viande qui à l’air fameuse.

- Tout de suite Mam’zelle ! Et avec ça, vous voulait autre chose ?

- Pourriez-vous m’indiquer un puits où puiser de l’eau ?

- Bien sur Mam’zelle, prenait la rue principale, vous tomberez dessus.

- Merci bien mon brave.

- Vous savez Mam’zelle, ici, vous êtes en terre Laguz, pas besoin de tout cette attirail pour nous cacher votre nature Faucon. Je suppose que vous avez du passer du temps avec eux, au vue de votre odeur, c’pendant, ici vous êtes tranquille.

- L’habitude, mais vous avez raison.

D’un mouvement, elle retira ce qui obstruait ses cheveux et se dirigea vers le puits avec un sourire des plus joyeux. Mais ce sourire laissa rapidement place à une moue d’inquiétude… Une Marquée… une Marquée armée d’une épée en terre Laguz. Elle semblait ne pas trop savoir comment fonctionnait les mécanismes Laguz pour tirer de l’eau et personne ne semblait enclin à l’aider. Les marqués, les déchus… même combat. Bien que aux yeux de tous, ces derniers ont choisi leur misérable sort.

- Laissez moi faire, certains petits villages de Kilvas utilisent une manière particulière pour tirer l’eau qui empêche les inconnus de voler leurs ressources.


Son regard ambré se posa sur la jolie brune aux yeux verts, mais rapidement, elle remarqua la physionomie quelque peu particulière de la « jeune femme »… son instinct la trompait plus rarement que ces yeux… c’était un homme.

Son corps se mit à trembler légèrement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Sam 14 Jan - 18:38

"Ta ta ta, laissez moi faire, gente dame."

C'est avec un sourire qu'il lui prit délicatement la corde des mains, remontant le sceau avec une aisance égale à faire fit du désagrément mental qu'il semblait lui causer. Il était bien loin de s’intéresser aux gens ici, parce qu'il ne leur apporterait que des ennuis. Mais il était comme ça, si il pouvait aider...
Et puis elle était magicienne, il le ressentait très bien. Distinctement, comme un vrombissement dans l'air. Et ça, c'était son domaine de prédilection. Alors elle n'était plus tout à fait Laguz. C'est comme ça qu'il s'expliqua son mal-être, en tout cas.
Et comme tout homme bon, il était dénué de tact:

"Vous avez due remarquer que je ne suis pas un Laguz, je suis Alexander, un tueur de Mage. Je suis ici pour le Triumvirat, si vous en avez entendu parler."

Enfaite, il disait ça avec un gentil sourire en remontant la corde. Puis posant le sceau sur le bord du puits, la laissant se servir. Peut-être qu'elle était l'une des trois, alors il se parait à toute éventualité. Enfin, les gens l'auraient sans doute fuit si tel était le cas.
Bref, il était agréable. Autant à contempler qu'au son de sa voix, il n'était animé d'aucune animosité. Juste un peu méfiant, car habitué au danger perpétuel de la vie. Ce qui lui valait d'ailleurs d'être encore dans celle-ci:


"Mais détendez vous, Mademoiselle, je ne vous veux aucun mal et je ne ferais sans doute pas le poids contre vous. C'est juste que non loin d'ici se terre trois mages, sans doutes Beorcs, qui aux dires des villageois préparerait un rituel obscure. Puis-je me permettre de vous demander si vous vous y connaissez un minimum sur le sujet?"

Il connaissait très bien la magie. Du moins dans la façon de s'en débarrasser. Mais les rituels, ah ça, c'était une autre paire de manche. Sur un autre costume, appartenant à quelqu'un d'autre et ce dans une autre dimension.

Ah oui, c'est vrai. Le Coven de Glenmorill. Une formation rocheuse totalement inhabituelle à quelques kilomètres de ce village. De longues promenades souterraines prennent naissance là bas, sans doute un nœud magique. Un endroit où un puissant sorcier à fait une connerie dans le temps. Ils devaient être là dedans; eh la magie maléfique se sentait jusque là.

De la magie noir.
De l'Anima de feu.
De l'Anima de Vent. D'ailleurs, ce dernier était bien plus présent que tout les autres. Étrange, car il ne venait pas de la demoiselle ci présente. Non, c'était partout. Flottant dans l'air, ici et là, comme une puanteur malsaine pour une simple magie des éléments. Ce genre de puanteur magique qui, dans un certain sens, ressemblait à celle de cette Laguz déchue. C'était drôle.

Il lui aurait bien proposé de venir avec elle, parce qu'elle avait vraiment l'air forte et qu'à trois contre un, il y avait moyen que ça devienne difficile. Voir impossible, surtout si les mages sont aussi puissants qu'on le dit. Enfaite, il le sentait clairement mal. Et ce mal était partout.

Parce que les magiciens sont des vrais saloperies, surtout ce Magus. Enfin qu'importe; il chassa vite cette pensée de son esprit car elle était fausse. Il avait simplement croisé trop d'hommes à la recherche de connaissances et de pouvoirs qui ne font que les dévorer. Elle, elle... Elle avait l'air...

"Vous avez l'air d'une femme libre. Je ne comprend pas, je rencontre si peut souvent des magiciens qui sembles si... Bon. J'aimerais beaucoup entendre parler de vos histoires!"


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Ven 27 Jan - 1:09



Elle restait là bouche ouverte sans pouvoir dire quoi que ce soit, juste rendu muette par cet interlocuteur peut habituel. dès qu'elle avait compris la nature de son sexe, elle s'était crispée mais maintenant qu'il lui parlait avec cette aisance naturelle et cette transparence toute à son honneur... Ruika se disait qu'il fallait mettre un terme à sa vie.

- Un tueur de mage, hein? Vous m'en direz tant. Pour votre Triumvirat, je n'ai aucune information et vous n'en aurait pas ici. Quand à vous raconter mon histoire, j'ai bien peur quel soit d'un ennui tel que mon silence vous saura salvateur.

Elle remplit sa gourde dans le sceau d'eau que lui avait remonté ce "Alexander" et tout en le remerciant pour sa gentilesse.

- Sur ce Monsieur Alexander, je vous dis au revoir.

Elle s'écarta de lui et continua son chemin.
Il était rare pour elle de voir un Marqué si aisé en pays Laguz. En un sens ils n'étaient pas si loin de sa propre nature, il n'avait pas choisi d'être entre les deux races, n'appartenant ni à l'une ni à l'autre. Une entité batarde sans appartenance, un accident lié à la folie des hommes et à leur emprise sur les femmes.
Cette pensée lui fit froid dans le dos alors qu'elle repensait à sa propre existence, à cet enfant qu'elle aurait mis au monde et qui aurait partagé le sort de ce jeune homme. Un enfant peu ou pas désiré, arrachant la nature même de l'un de ses parents pour se saisir d'une vie sous l'emprise de l'intolérance.

Cet homme était courageux. Tous Marqués ayant survécu à travers ce monde pourri jusqu'à la moelle l'était. Quant à elle, éternelle fuyarde devant ce qui la terrifiait, elle restait insignifiante et lâche.

*Vous avez l'air d'une femme libre...*

c'était une bonne chose qu'elle en ait l'air, car au fond, elle était prisonière de sa haine et de sa peur. fameux mélange qui la rendait acerbe et violente.

- Tu as vu ce type là-bas? On devrait lui montrer qu'il n'est pas le bienvenu, avant qu'il ne s'installe et se sente trop chez lui, qu'il ne vole nos femmes et nos enfants et les mettent en esclavage!

C'était obligatoire. Le cours logique des choses qui suivait inexorablement son chemin.

Les Déesses nous avaient donc créé si étroit d'esprit ou était-ce leur punition et leurs jugement squi nous avait rendu si stupide.

Ruika regarda passer les Laguz s'étant galvanisé eux-même pour un simple intru parmi eux... Elle se sentit désolée pour Alexander. Au fond d'elle, elle savait qu'elle aurait pu être à sa place et être celle que l'on chasse à coup de fourches et de torches en feu.
Pourtant...

- Arrêtez! Arrêtez de vouloir vous battre avec ces étrangers qui pourtant partagent notre sang. Ils sont le fruit bâtard de l'union interdite mais notre sang coule en eux. Ils n'ont pas choisi leurs parents, ils n'ont pas choisi leur naissance. Alors arrêtez, ça ne sert à rien de nous en prendre à eux!

Ces paroles avaient porté jusqu'aux oreilles de certains qui s'étaient arrêtés dans leur course au racisme. mais d'autres y restèrent imperméables...
Ruika n'intervint pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Jeu 15 Mar - 17:53

Quelle étrange femme. Une beauté mystérieuse, comme on dit. Mais ça n'importait que peu dans la bonne humeur d'Alexander. Il était vrai que se présenter à une magicienne sous l’appellation de Tueur de Mages se révélait souvent une idée de genre mauvais. Pourtant, au delà de ça, il semblait qu'il y avait autre chose. Une pointe de désarroi sans doute, mais outre une simple ineptie de langage désagréable, l'infamie ne sortait pas du fond de la gorge de la belle mais bel et bien de ses entrailles. Tout de même, elle s'en allait sans aucune prétention et il n'y avait rien à rajouter car l'on importune pas une jeune femme qui ne souhaite pas discuter.

Puis les événements s’enchainèrent. Pour ne pas dire qu'ils allaient dégénérer, puisse que ce n'était pas encore le cas. Devant la situation présente, il n'était pas rare que le racisme empiète sur la légendaire sagesse des Laguzs. Ceci est un fantasme Beorc. Il écouta feu sa vis-à-vis avant de monter d'un pied agile sur le bord du puits, et de déclamer à haute voix:


"Mesdames et Messieurs! Je vous implore de m'écouter, que le silence du quotidien se brise en Alkaria avant qu'il ne retombe avec, si vous le souhaitez, l'impacte de mon corps sur le sol!"

Il ne se tut pas quelques secondes pour marquer l'effet, car il était en pleine poursuite sans remarquer que le ton clair et rassurant de sa voix portée au vent avait donné une seconde de doute aux Laguzs en position:

"Je comprend toute à fait votre rancœur à mon égare, je la sais par mes voyages justifiés et pourtant en aucune mesure je ne vous souhaite du mal! Je ne suis ici que pour vous libérer du joug de ceux qui vous terrorisent, et ce sans vous demander quoi que ce soit en retour!"

Les hommes ci-présent ne prirent pas pour compté donné les paroles prononcés, et ce serait bientôt trop tard:

"Je sais très bien que vous me voyez comme une aberration, et que la simple idée de me devoir quelque chose va à l'encontre de votre honneur. Mais je ne vous demande rien en échange, je n'ai ni cette prétention ni celle de m'opposer à votre volonté! Car je m'en vais d'ici instamment, sans avoir dérangé quiconque et ne reviendrais pas après en avoir terminé avec ces brigands! Simplement puisse que je fais tout cela pour moi, possédant un sens de l'honneur qui m'est propre et une vie qui m'appartient. Je ne suis ni un monstre ni le résultat d'une calomnie. Car je n'ai pas choisis, et que ma vie est totalement mienne! On peu me blâmer pour ce que je suis, certes, mais je pense et mange comme tout le monde et en soit je suis ainsi unique et non dépendant d'un quelconque lignage! Je suis un homme libre!"

Son beau discours orateur en avait déstabilisé plus d'un. Non que le sens des paroles avait fait mouche, mais la ponctuation et la droiture de la voix avait dissuadé la plupart de bouger pour quelques minutes. Les autres un peu seul sur le coup et loin d'être combattants, se retiendraient bien un peu. Et c'est sans aucune nonchalance mais avec la même confiance que ses paroles qui reprit pied sur la terre ferme, contourna le bloc des villageois déstabilisés et glissa sa main dans celle de Laguz sans aile:

"Il est temps de partir, mademoiselle."

Et avec un grand sourire, il l’emmena hors du village.


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Lun 19 Mar - 23:29

Joli discours, émouvant, poignant,... inutile. Elle le regardait accuser sa naissance, accuser ceux qui l'avaient mis au monde, se débattre avec une grande noblesse et mener une joute verbale des plus matrisées. Certain semblaient touchés, d'autres l'ignoraient mais les pire étaient ceux qui se sentaient insultés par ses mots.
Il n'avait pas choisi ses parents, mais qui disait que sa mère avait choisi son père... Là était la source de la haine des Laguzs pour les Marqués. Il était le symbole probable de la honte de sa mère...

Ruika lui tourna le dos, elle avait fait ce qu'elle pouvait pour lui venir en aide, elle ne se mouillerait pas plus pour un inconnu, un chasseur de mage. La tête droite, elle se dirigea vers la sortie. Elle-même n'était pas la bienvenue en temps normal dans un tel endroit, elle avait eu la chance de fricoter avec des corbeaux et de récupérer leur odeur, elle avait eu la chance de venir en aide à la princesse des hérons et de s'accorder ainsi les faveurs du roi. Cependant, il ne viendrait pas à son secours si elle était en danger. Elle n'était que tolérée en ses lieux.

Soudain, on la saisit par le bras violemment, brutalement et avec une force qu'elle ne soupçonnait chez aucune des personnes l'entourant. Le regard noir, elle se retourna sur le malotru, prête à se défendre, prête à attaquer si besoin était. Mais, ce fut le visage d'Alexander que rencontra ses yeux, son beau visage efféminé.

- Viens, il faut filer!

Sans lui demander son avis, il l'emporta au loin, la maintenant proche de lui sans la laisser lui échapper. Quelle horrible sensation que celle de se sentir coincée par un homme. Ses yeux devinrent sombre, affreusement sombre alors que la colère mélangée à la peur venait prendre place dans ses entrailles.
A peine eut-il ralentit, qu'elle se dégagea de sa prise et le repoussa de toutes ses forces.

- Ne me touche pas HUMAIN! Je t'interdis de poser la main sur moi.

Son corps tremblait plus que de raison. Il était plus fort qu'elle physiquement mais elle pouvait lui échapper dans les airs, elle n'avait pas avoir peur de lui. Pourtant... elle ne pouvait faire autrement que de le craindre.

Il était ce qu'il y avait de pire pour elle, un homme et un tueur de mage... plus fort qu'elle il pouvait la maîtriser, lui faire du mal, la tuer ou pire encore... la violer.
Elle ne devait pas penser à ça, cela ne la rendrait que plus fragile, plus faible, plus facile à dominer. Elle devait se montrer forte, frapper en première manipuler pour mieux regner, lui faire peur ou bluffer. Elle devait jouer le role de Rui, second du capitaine Ashtenn.
Prenant son envol de quelques mètres au dessus du sol, elle esquissa un mouvement de recul alors que menaçante tout en restant sur lla défensive, elle sortit son livre de sort.

- Reste loin de moi, je vais partir et tu ne me suivrais pas!

Bien que se souhaitant assuré, la voix de la jeune femme se fit minime dans l'immensité de la plaine. Elle reculait sans le quitter des yeux trop effrayée de prendre une dague dans le dos. Elle le regardait de haut et se montrait presque hautaine dans sa posture pourtant si on lisait dans ses yeux, on la savait moins assurée que ce qu'elle voulait paraitre.

*Ne me suis pas, ne me regarde pas ou je te jure que je te tuerais...*

Un nouvelle iimpulsion, et elle s'éloigna.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Ven 30 Mar - 23:33

Il y avait le temps, et aujourd'hui il était plutôt clair. Une belle journée pour prendre le temps de fuir, tant pis pour la sans-ailes. Il continua d'avancer rapidement, se mettant hors de Laguzs et en vérifiant discrètement qu'il n'arrivait rien à la demoiselle.
Car elle avait fauté, sans doute pas par sa faute comme beaucoup d'esclaves.
Mais c'était surtout qu'elle utilisait la magie. Un vague dérivé du Galdr en moins puissant pour les humains trop faibles pour porter du fer. Et en plus, elle s'en servait pour voler comme ce qu'elle était avant. Elle était pire qu'une marquée. Et en plus de se balader tranquillement ici, elle offense ceux qui ont le droit de lisser le ciel de leurs plumes.

Alors il vit donc qu'une dizaine de corbeaux l'avait prise en chasse, transformés et prêt au combat. Ils la tuerait sans doute, parce que ces brutes ne savent pas s'arrêter. En tout cas il ne pouvait pas l'aider, parce que la terre ferme était son seul monde.
Pourtant, il se cacha habillement dans un buisson.



__________________________________


La lame plongea dans les entrailles, les fendants en un seul et unique point en emportant un morceau de la colonne vertébrale. L'avantage d'une lame magique, c'est que les fluctuation du mini-noeud mystique qu'elle crée broie ce qu'il y a autour de la lame. Ce qui s'avéra extrêmement douloureux pour le troisième homme à la subir. Il lui fallu quelques secondes pour mourir, dans n râle atroce.

Le Triumvirat n'était plus.

Il n'avait point dit mot ni appliqué aucune pitié. Juste un regard méprisant surplombant un sourire taché du sang bouillonnant des trois Mages. Le Code est formel. Trois hommes qui désertent et tuent un Laguz de leur équipage au passage pour des causes qu'il n'avait pas prit la peine de connaître ne méritent qu'un seul sort. Surtout quand il s'agit de l'équipage du Seigneur, qui se veux très intransigeant vis à vis de ceux qui trahissent sa race.
Pourquoi lui?
Parce que les lieutenants du Seigneurs sont puissants. Trop même, histoire de ne pas finir assassiné par le premier venu. Parce qu'il est le plus indiscipliné, si l'on omet le comportement de Sparrow. Mais ce dernier est simplement fou.
Lui, il sait ce qu'il fait.

Et puis, non loin de là, l'air ondulant dans l'invisible. Il lécha le sang qui humectait ses lèvres et montra les dents:


"Tiens donc, l'oisillon est tombé du nid."


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Mer 11 Avr - 0:12



Quelle stupidité, quelle honte... S'emporter ainsi contre un pauvre type qui n'a pas choisi ses parents, et une pauvre fille qui n'a pas choisi sa vie. Elle savait qu'elle avait le droit au jugement, elle avait été la catin d'un Humain, pire, elle n'avait même pas eu la force de le repousser. Une catin choisie sa vie, elle, elle avait subi la sienne en silence endurant la chose chaque jour, finissant presque par s'y habituer, finissant presque par y prendre un certain plaisir. Malsain, certes, mais un plaisir tout de même.
Plus il avait été violent, plus cela signifiait qu'elle l'avait défié et ce sentiment de satisfaction était bien meilleur à ses yeux que celui de fuir dans la mort.

Un corbeau lui déchira l'épaule de ses serres. Un autre transperça son flanc de son bec. Le sang coulait et la douleur vive se faisait ressentir jusque dans les entrailles.

Elle savait cette douleur justifiée, elle la savait même méritée...

La chair de sa jambe arrachée laissé place à une coulée des plus abondantes, alors que la trainée rouge se perdait dans la botte d'un blanc immaculé.

Son existante était un pécher, elle était une preuve vivante de la soumission d'un Laguz à un Humain...

Les griffes se plantèrent dans ses bras alors que d'un mouvement puissant, ils la projetaient vers le sol, lacérant ses deux avant bras.

Mourir de la mains de ses semblables étaient le plus grand honneur qui lui était donné...

Le sol se rapprochait alors que de griffes en griffes, elle se faisait projeter avec toujours plus de force...

Elle savait tous ça... Pourtant, elle ne pouvait se résigner à crever ainsi.

- Tsubasa!

Avant de rencontrer le sol et la douleur violente qu'il lui promettait, des ailes de vents s'échappèrent du dos de la mage et son fidèle ami l'emmena loin au dessus de cette terre si dure avec elle.
Elle n'était pas la pécheresse dans cette histoire... Elle voulait simplement lui donner les dignes funérailles qu'il méritait, elle avait juste voulu sauver quelques uns des siens. C'est eux qui l'avait trahi en la vendant comme du bétail, en la donnant en pâture à cet homme. C'est les siens qui avait pécher, pas elle.
La vie l'avait déjà assez puni comme ça en lui arrachant sa raison de vivre, son identité, et même... son enfant. Elle s'était battue pour retrouver une situation, pour récupérer le respect des siens, pour retrouver assez d'honneur pour pouvoir retourner sur la terre de ses ancêtres. Elle ne laisserait pas cette bande de campagnard décréter ce qu'elle était sans la connaitre. Ils se rendraient compte de leur erreur.

- Comment oses-tu t'emparer des airs alors que tu n'es rien femelle! Retourne sur la terre et même sous la terre!

Si il y avait bien une chose dont Ruika était sure, c'était qu'elle était faite pour vivre dans le ciel. Personne ne pourrait lui prendre ça, ni ses parents, ni les humains, ni les Laguzs. Elle était une enfant du vent.

- Ta gueule connard et crève!

D'une main, elle tenait son tome offensif et de l'autre, le revers qu'elle dessina dans le ciel décrivit un immense lame de vent qui bien qu'elle ne tranchait pas, repoussa tout ceux qu'elle atteignit au loin, les déstabilisant irrémédiablement.

- Je ne suis peut être plus apte à sentir le vent dans mes ailes, mais mon amour pour lui mais que trop bien rendu. ARACHI!

S'entourant d'un vent fort et violent, les Laguzs s'heurtaient à son mur s'en pouvoir le traverser. Trop faible pour l'atteindre il se retrouvait comme de simples feuilles dans la tempête, incapables de nager à contre courant. Puis, le vent se fit de plus en plus tranchant, ceux qui tentèrent leur chance en payèrent de leur sang.

- Sale chienne! Tu vas...

Son regard se perdit dans l'ambre de ceux de Ruika, l'ange déchu, l'ex Laguz faucon, et l'espace d'un instant, il entrevit la puissance du rapace qui fond sur sa proie et lui brise les os en un seul coup. Il sentit la bestialité de la Laguz tout comme l'aspect malsain de l'humaine... effrayant mélange qui en aurait éloigné plus d'un... Et il en faisait parti.

L'intelligence de l'Homme mélangé à la force de la bête... Son existence était un pêcher.

Plus puissant que jamais, son chidori mélangea sa rage et sa fureur, à sa tristesse et son désespoir. Cet hurlement porté par le vent, transperça chaque homme, chaque être, leur faisant partager sa souffrance. Il ne se dissipa que quand tous partirent. Pas un seul n'avait pu supporter le fardeau que portait ce cri, pas même elle.
Le vent se calma, les larmes coulèrent... Ruika avait mal, affreusement mal au plus profond de ses tripes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Mar 5 Juin - 22:11

Il se mit à pleuvoir. Non pas que le ciel fusse assombrit par les torrentiels nuages humides de ceux qui contrôlent la volonté du vent.


Il pleuvait des plumes.

Une magnifique bruine noir, cendrée par le sang.

Est-ce que tu peux penser, ma belle, qu'il est une dichotomie de dire que l’avènement de la vie se compose du passage à trépas au trépas?
Les réponses aux questions ne sont compliqués que par la façon dont elles sont posés.

Le village était désert. Recouvert de grain de sables en formes de cadavres, échoués ça et là au gré du vent. L'unique maître du monde naturel. L'Homme, celui avec un grand H qui entreprend de comprendre tout les êtres doués d'un talent pour déformer le monde, n'est finalement qu'un amas de faiblesse que la nature peut détruire d'une simple pression.

Telle la paume de l'homme qui se refermait.
Celui qui commandait au vent.


Il se tenait au centre du dit village, pauvre Alkaria. Il se tenait au centre du cimetière, les cheveux volants au vent; la volonté ancrée à l'océan. L'avait-il protégée? Aidée?
Non non, elle se débrouillait très bien toute seule. Il n'avait fait qu'achever des pleutres pour attirer son attention.



Car tu vois, aucun de tes cris de rages ne transperces un homme aussi bien qu'une lame. Tu t'évertue à sauver tout ceux que tu peux alors que tous veulent te tuer. Où seulement est-tu une lâche qui abandonne le combat. Quel qu'il en soit. Tes émotions ne serons pas comprises.
Car les témoins ne sont plus que des victimes.

Il apparut dans les airs. Devant elle, debout dans l'immensité du ciel. Comme un Dieu.


"Comme on se retrouve, petit oiseau en cage."

Peu importe quel serait la réaction de Ruika. Il pouvait l'écraser comme un insecte. Lui qui avait déjà coupé les ailes de cette petite mouche. Voilà qu'elle volait à nouveau.

"Tu n'as plus aucun maître si ce n'est le ciel, n'est-ce pas? Tu m'en vois ravis. Et pourtant tes ailes m'appartiennes car le ciel est à moi. Oh, tu ne peux plus parler?"

Il s'approcha d'elle en marchant d'un pas lent, sa magie bloquant tout mouvement, ainsi que la capacité de parler de la Laguz. Il était tout puissant. Il apposa une délicate caresse infinie sur sa joue:


"Le hasard est distrait de te voler ta liberté en te présentant à moi, femme. Je vois ton regard, celui qui veut me tuer pour le passé que je t'ai fais vivre. Alors ce regard me dis que tu le vis encore. Et pourtant tu te sens libre à flotter ainsi dans les courants aériens. N'est-ce pas magnifique, une telle divergence de point de vue qui te déchire le ventre? Cette douleur. La ressens tu encore?"

La caresse se transforma en claque. Puissante, à en faire cracher du sang.

"Mais je n'ai que faire de toi. Tu n'es qu'un objet brisé. Et les ustensiles brisés ne sont bon qu'à être jetés."

Il l'attrapa à la gorge, soulevant son poids plume comme si le monde ne pesait rien. Il serrait sa poigne, les yeux maudits:

"Alors dois-je te tuer pour que tes souffrance parviennent à terme?.."

Il leva l'autre main, y formant son épée de vent. Le mouvement fut brusque, la lame allant transpercer un cœur innocent de la véritable vie. Il ne lui dit même pas adieu. Le vent tournoyant de sa lame s'occuperait de ça en lui procurant une agonie rapide.

"NULUS MAGIKA!"

La chute s'imprégna de vitesse. Leurs corps heurtèrent le sol avec violence alors qu'un dôme bleuté entourait la ville. Elle passa à travers un toit. Détruisant sans doutes les différents étages pour amortir sa chute. Il n'en saurait rien.
Ashtenn amortit le choc sur le corps inerte de deux laguz entassés. La lame de vent avait disparue depuis bien longtemps, avant même qu'il puisse trancher quoi que ce soit.



Un navire apparaissait au loin.

Alexander pointa du doigt le Roi pirate en s'avançant vers lui, sabre dégainé alors que l'autre se relevait sans peine.


"Toi, qui es-tu pour te croire si puissant?
-Je suis l..."

La lame d'Alexander transperça définitivement l'abdomen d'Ashtenn. Une gerbe de sang couvrit le visage du jeune tueur de mage.


"Tu parles trop."

Ashtenn vacilla sur ses jambes. Un poumon perforé. Sa tête jugea bon de se tourner vers le sol, les pupilles rétrécis. Alexander tenta de retirer la lame.
En vain.
Une main la tenait, celle d'Ashtenn. Qui se mit progressivement à rire. Un rire sardonique, malveillant.
Les yeux d'Alexander s'étrécirent. Comment un homme pouvait rire devant sa mort, avec une telle douleur? Même les Nécromanciens n'agissaient pas ainsi. Ils mourraient. C'est tout.


"Hahahahahaha!
-Cesse de rire, démon!!!!"

Il retira la lame en appuyant son pied contre le torse de son ennemi et revient à la volé lui trancher la gorge. Pour qu'il se taise et s'affale enfin au sol dans son sang.
Exquis mouvement, le sang perlait. Mais il ne tomba pas.



Ashtenn Brick semblait mort debout.

Plus aucun bruit que le son de ses veines se déversant sur le sol. Alexander se recula, d'un pas troublé.


"Quel homme...
-Tu ne me le fais pas dire."

Ashtenn releva la tête, une expression de mort sur le visage. Et pas la sienne, bien que sa gorge affiche une plaie béante et que ses vêtements soient trempés de sang:


"C-comment!?"

Il n'y eu pour réponse qu'un glapissement et le bruit de l'eau. La lame de vent perçait le thorax d'Alexander. Dans un déplacement quasi-instanné. La zone d'anti-magie n'avait aucun effet sur Ashtenn. Derrière lui, son corps tranché de toutes part se dissipa au gré du vent. Une illusion des reflets lumineux sur le vent.

La lame broyait les os et organes d'Alexander.
C'était la fin d'un homme qui avait servit le bien toute sa vie alors que personne ne lui en voulait.
Au moins. Il lui resterait quelques secondes pour clamer ses derniers mots.

Son corps tomba au sol au moment où la lame disparue. Et lentement, Ashtenn se désagrégeait avec le vent. Il se téléportait, les yeux tournés vers le rivage. Tel furent ses dernières paroles en cet endroit:


"Comme toujours, tu es seule au monde. Voler n'est pas être libre; quand tu le comprendra enfin tu verra peut-être moins de gens mourir autour de toi, Ruika."

Il disparu entièrement, et son dernier regard fut pour le navire qui approchait rapidement des côtes maintenant.
Il était grand, somptueux et majestueux. Pourtant infamant lugubre. Voiles noirs, canons et proue squelettique. Tout y était, alors qu'un des plus gros galions des flottes des armés de n'importe quel pays ne ferait qu'à peine un tiers de sa taille. Les voiles étaient déchirés par endroit, le bois semblait si vieux qu'on dirait qu'il avait écumé plusieurs fois tout les océans.


Il était entouré de brume.


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Mer 6 Juin - 0:16


Sa respiration était lourde, lourde de sentiments et de tristesse. Elle les regarda fuir et se mit à trembler un mélange entre le soulagement et l’horreur. Puis tous s’arrêta, tremblement, peur et apaisement. Tous s’arrêta alors qu’elle sentait dans l’air une magie que trop connu, alors qu’elle sentait dans l’air le vent se tordre sous la puissance d’un homme… Ashtenn.
Son regard horrifié se leva en direction du village où elle voyait s’élever une fine pluie de sang inondant la ville d’une bruine rosée. Animée par la curiosité, animée par la rage, elle se sentait attirée par cette magie et ses sans une hésitation, sans une réflexion qu’elle se dirigea dans les bras de son bourreau.

Pourquoi l’avait-elle fait ?
Elle ne savait pas.
Elle ne comprenait pas.
Depuis toujours elle avait été attirée par cette puissance infinie alors qu’elle savait qu’elle devait la fuir, la fuir comme le pire des démons. Elle était le papillon attiré par la flamme et bien qu’elle le savait, elle voletait impunément vers elle pour venir chercher son châtiment, sa brulure.

Le souvenir d’une caresse…
La blessure d’une claque…
Un chuchotement au creux de son oreille…
Un cri perçant à son égard…
Un baiser léger sur sa nuque…
Une morsure sur ses lèvres…

Tant de souvenirs se heurtaient dans son esprit luttant entre la tendresse d’un contact charnelle avec la violence des coups donnés et jamais échangés. Elle se retrouva face à lui.

- Le hasard est distrait de te voler ta liberté en te présentant à moi, femme. Je vois ton regard, celui qui veut me tuer pour le passé que je t'ai fais vivre. Alors ce regard me dis que tu le vis encore. Et pourtant tu te sens libre à flotter ainsi dans les courants aériens. N'est-ce pas magnifique, une telle divergence de point de vue qui te déchire le ventre? Cette douleur. La ressens tu encore?

Ruika était paralysée, pas par la peur, par la magie. Elle était incapable d’avancer sa main vers lui, incapable de prononcer son nom et alors qu’il lui tirait une flèche en plein cœur et parlait avec tant de froideur de l’enfant qui aurait pu être le leur, elle se sentit briser. Incapable de parler, incapable de respirer, les larmes commencèrent à s’écouler de ses yeux.
Ses deux yeux étaient les reflets de son âme meurtrie. Meurtrie par le passé mais surtout par le présent, par cette situation toujours immobile.

- Mais je n'ai que faire de toi. Tu n'es qu'un objet brisé. Et les ustensiles brisés ne sont bon qu'à être jetés. Alors dois-je te tuer pour que tes souffrance parviennent à terme?..

Son expression changea, de la tristesse et de la peine, elle changea pour la rage. Comme il est beau de voir comme le temps peut effacer certains détails, ceux qu’on aime le moins. Elle serra les dents et son corps débordait de magie. Elle ne pouvait peut être pas le dire mais elle lui montrerait comme elle tenait à la vie, à cette vie d’ange déchu, de jouet brisé.
Ruika voulait vivre plus que tout. Elle était accrochée à cette maudite vie.

Excalibur se forma dans sa main sonnant son glas alors Ruika pria, elle pria l’intervention divine, elle pria pour qu’un jour au moins, la déesse se penche sur son cas et décide de faire un geste.

- NULUS MAGIKA!

Ruika tomba, telle une pierre, elle s’écrasa sur le sol et roula sur les corps. Pauvres innocents qui n’avaient fait que se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Elle se releva, porta une main à sa poitrine. Elle n’avait rien.
Elle tourna son regard vers l’anti-mage et Ashtenn. Il n’avait aucune chance de gagner pourtant elle aurait voulu l’aider.

- Derrière toi…

La lame lui trancha le ventre avec la facilité d’un couteau dans du beurre.

- Comme toujours, tu es seule au monde. Voler n'est pas être libre; quand tu le comprendras enfin tu verra peut-être moins de gens mourir autour de toi, Ruika.

Ruika le regarda disparaitre, partir au loin, là au de nouveau, elle ne pourrait l’atteindre. Tant pis, elle ne voulait plus le voir. Elle avait compris que rien ne lui arriverait de bien en le voyant. Il ne lui apporterait jamais rien de bon et il lui avait fallu un coup de fouet pour le comprendre.
Alexender toussa.
Ruika se jeta sur lui, la plaie était béante. Elle ne pouvait rien pour lui.

- Merde mais quelle idée que d’intervenir, faut pas faire ça. Faut pas mourir comme ça… Merde.

Ruika passait ses mains au dessus de la plaie sans savoir quoi faire. Elle ne connaissait pas les soins, son onguent ne serait pas suffisant pour refermer la plaie…

- Eh…

- Ne parle pas tu vas me déconcentrer !

Elle attrapa ses fioles de potion et les vida dans sa bouche. Puis elle s’agita autour de la plaie pour suturer les veines et artères. Elle utilisait ses cheveux, son onguent tout ce qu’elle avait… Mais elle n’avait rien. Elle était seule.
Depuis toujours elle était seule, elle n’avait pas d’amis, pas de connaissances… Rien. Ou alors peut être… Elle repensa à sa blessure au ventre si similaire, elle repensa aux mages blancs qu’avait fait appeler sa famille d’accueil pour la soigner. Elle repensa au troubadour qui lui avait sauvé la vie… C’était quoi son nom déjà. Ah oui… Allen Walker.

- Ce… ce n’est pas…

- Tais-toi ! Celui qu’il te faut c’est Allen Walker, Allen Walker… oui, il te faut Allen Walker… Tu vas t’en sortir s’il arrive. Moi je peux rien faire, je suis inutile… je ne peux rien faire. Mais quelle idée d’être intervenu pour sauver une inconnue. Quelle idée, idiot. Je déteste les arrivistes qui se croient importants et interviennent dans les affaires des autres.

Elle suturait, elle compressait, elle l’obligeait à s’accrocher à la vie comme elle s’accrochait à la sienne.

- S’il te plait ne meurs pas. Il va arriver ! Allen Walker apparait toujours aux moments les plus inattendus même quand on ne veut pas. Allen Walker, Allen Walker, Allen Walker.

Elle récitait son nom comme une incantation car il n’y avait personne d’autre dans son esprit, il n’y avait personne. Elle n’avait pas d’amis et il était ce qu’il y avait eu de plus proche d’elle depuis cette dernière année. Ce qu’il y avait eu de plus inoffensif. Si seulement, encore une fois dans cette journée la Déesse pouvait lui sourire et sourire à cet homme qu’elle tenait dans ses bras.

- S’il vous plait…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 336
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Ven 8 Juin - 16:53

Son long manteau voguait au gré du vent alors que les flots fendaient les nuages et le sable épais. Encore couvert de la poussière bleu de la matérialisation, il se tenait droit et humble devant la scène. Derrière lui le vent battait fort, s’engouffrant vers la marée montante où non loin de là les chaloupes du bateau amarré s’approchait. Le bois grinçait et tintait la menace au loin. Le pavillon noir flottait haut, les os rigides avaient la souplesse des courants d’airs.

Mais l’homme à la marque rouge sur l’œil n’en avait que faire car cela se passait tout bonnement dans son dos et son esprit se focaliser sur le sang glissant vers ses pieds :

« Mon Dieu, je suis blessé ! »

Il se tâta en tous sens et toute hâte :

« Ah non je n’ai rien ! Ouf ! »

Il suivit des yeux les traces alors que des pas s’imprégnaient déjà dans le sable humide, et vit Alexander et Ruika. Son premier réflexe ne fut pas de proclamer de charmantes retrouvailles sanglantes :

« MON DIEU UN BLESSE ! VITE UN SOIGNEUR ! A L’AIDE !
- Vous êtes le soigneur, Mr. Walker.
-Mais c’est vrai !! »

Il se jeta dans une glissade au côté du blessé sans tenir compte du nouvel arrivant. Sur la plage, une centaine d’homme montaient un campement en riant. Le bruit du rhum débouché faisait écho. La sphère sortie, la magie commença à faire effet :

« Tenez bon ! Je suis Allen Walker ! Enchanté de vous rencontrer ! »

Puis il leva les yeux vers celle prêt de lui. Et là le choix entre soigner et fuir s’imposa de lui-même :

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!! »

Il guetta un ravin du coin de l’œil en retenant son souffle, et de toute sa naïveté se reprit en main n’en voyant aucun. Rien ne pouvait lui arriver :

« Mademoiselle Ruika !! »

Il baissa les yeux sur Alexander. Et il eut un fameux déclic Allenesque :

« Je… Je vais faire tout ce que je peux pour soigner votre amant ! »

Une voix derrière pouffa de rire. Un rire profond et charismatique. L’homme qui se tenait derrière calait sa main devant sa bouche avec une élégance toute particulière pour un pirate. Son tricorne montrait sa fonction de capitaine, son sabre sa capacité de bretteur. Un magnifique sabre incrusté de bijoux fabuleux, tout comme les bagues de ses doigts. Une tenue élégante et propre multicolore mais se cantonnant aux couleurs chaudes dans d’immenses tissus se dépatouillant de toute part avec le vent. Ses yeux étaient violets, cernés de noir au-dessus d’un petit bouc mal rasé. Ses longs cheveux noirs de jais perlaient dans son dos, indiquant par la nature l’arrivée d’un homme menotté, à la démarche bien particulière :

« J’ai une question !
-Je vous écoute, Jack Sparrow. »

Il ne se retourna même pas pour offrir un regard a cet homme :

« Capitaine Jack Sparrow!
-Allons bon, il n’y a qu’un seul Capitaine.
-Ceci est-il vraiment obligatoire ? »

Il essaya sans succès de pointer du doigt les menottes :

« Vos mains ont tendance à trainer au mauvais endroit. Allez aider à monter le camp et je verrais a vous les retirer.
-C’est bien aimable a vous, Capitaine !.. Hum, zut ! »

Un sourire et une révérence en marche arrière, le dénommé Jack Sparrow s’en partit aider les marins toujours plus nombreux à débarquer sur la plage. Le Capitaine perça Allen Walker de ses yeux :

« Monsieur Walker, vos pronostics ?
-Je dois me concentrer ou il va y passer ! Arrêtez de me parler !
-Mes excuses, Monsieur le Medecin de Bord. »

Il se tourna vers Ruika :

« Oh, mais où avais-je la tête ! Mademoiselle Ruika, vous étiez la seconde du Roi Ashtenn n’est-ce pas ? Je vous ferais bien un baise main mais les votre sont pleines de sang et j’aimerais éviter que le miens s’y ajoute. »

Il posa son index sur son front en fermant les yeux :

« Ah oui suis-je bête, je me dois de vous inviter a ripailler avec mes camarades ! Une fois que le chevet de terre sera terminé, vous pourrez vous joindre à la fête si vous le souhaitez. Car j’aimerais vous parler à ce moment-là. Ne vous inquiétez pas, aucun marin ne vous approchera de trop près. Vous êtes une vraie star pour eux, héhé.
Ah, mon discours est bien long ! Donc je vais ainsi me taire et vous découvrirez pourquoi en restant. J’espère attiser votre curiosité suffisamment pour cela. »

Il tourna les talons et s’en alla vers une énorme tente, premier pilier de ce nouveau QG pirate.

Allen, quant à lui, était concentré sur la blessure qui se refermait lentement au gré du temps. Alexander respirait faiblement, les yeux maintenant fermés :

« Accrochez-vous ! N’allez pas vers la lumière ! »

Et pourtant elle était magnifique, cette lumière…


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
avatarLaguz


Messages : 128
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   Dim 24 Juin - 19:49


Elle restait la bouche ouverte, bouche-bée devant ce résultat improbable, ce miracle absolue, cette chance inouïe. Elle qui n’avait juste jamais pu se targuer de la moindre bonne étoile dans sa vie, pensait qu’enfin la déesse lui souriait. Pour un autre certes, mais c’était un sourire auquel, elle répondait avec joie.

- Allen Walker !

Elle n’osa pas le prendre dans ses bras mais alors qu’il posait sa sphère sur son corps elle se sentit tellement soulagée.

- Merci !

Ce sourire elle ne lui livrait qu’à lui qui lui faisait tant penser à son frère défunt.

- Oh, mais où avais-je la tête ! Mademoiselle Ruika, vous étiez la seconde du Roi Ashtenn n’est-ce pas ? Je vous ferais bien un baise main mais les votre sont pleines de sang et j’aimerais éviter que le miens s’y ajoute. Ah oui suis-je bête, je me dois de vous inviter a ripailler avec mes camarades ! Une fois que le chevet de terre sera terminé, vous pourrez vous joindre à la fête si vous le souhaitez. Car j’aimerais vous parler à ce moment-là. Ne vous inquiétez pas, aucun marin ne vous approchera de trop près. Vous êtes une vraie star pour eux, héhé.
Ah, mon discours est bien long ! Donc je vais ainsi me taire et vous découvrirez pourquoi en restant. J’espère attiser votre curiosité suffisamment pour cela.

- Je ne sais qui vous êtes, mais je vous suis redevable, j’accepterais votre offre mon ami sortit d’affaires

Elle regarda à peine les pirates l’ayant sauvé trop occupée à tenir la main d’Alexander alors qu’elle essayait de faire passer dans ce simple contact toute l’énergie du monde.
Elle ne le connaissait pas, elle ne l’aimait pas mais il l’avait sauvé, il s’était opposé au roi des mers pour la sauver. Elle lui devait bien ça.

- Je ne pensais pas te voir au service de pirates petit Walker ! Mais je suis contente de te voir. Tu penses pouvoir le sauver ?

- Euh… _ Il rougissait _ Oui ! Avec un peu de cœur, on peut tout faire !

Elle rit doucement et déposa un baiser sur le haut de son front.

- Alors courage petit homme j’ai foi en toi et mon cœur t’accompagne !

Une douce mélopée s’éleva de ses lèvres alors qu’elle entonnait le chant pirate. Sa voix cristalline chatouillant les oreilles de ses sauveurs, l’ange déchue laissait ses paroles atteindre chaque cœur au plus profond de leur âme.
En chœur le groupe de brigand reprenait avec elle alors qu’ils se rapprochaient sans pour autant être agressifs.
Une chanson qui nous unissait tous était la chanson qu’elle leur offrait. Elle l’avait déjà fait, il y a longtemps… Avec ses camarades des mers.
Ruika se souvenait comme de la blessure profonde d’un coup de fouet, des sévices que lui avait fait subir Ashtenn. Pourtant, quelque part subsistait encore la joie, la liberté de cette condition qu’était celle des pirates. Boire du rhum à tout heure de la journée, chanter, crier, danser, parier sur des combats de coqs… Elle avait eu ses moments de fou-rire comme ses moments de tristesse. L’un était simplement plus intense que l’autre mais n’en effaçait pas pour autant leur existence.

- Hé Dame Rui, laissait le gamin s’occuper de votre pote. Il est bon pour un mioche, et venez plutôt vous joindre à nous. Ça peut vous sembler fou qu’on vous admire mais pourtant c’est vrai ! Personne ne vous ferra de mal.

Au loin, elle pouvait pressentir la clameur de la fête, le feu de bois chaleureux qui accompagnerait les histoires grotesques. Elle pouvait déjà voir certains d’entre eux sortir les instruments de fortune et commencer à faire vibrer les cordes. Un sourire nostalgique se dessina sur son visage.

- Je ne laisserais de toutes manières personne m’atteindre mon gars !

La froideur de ses yeux était un avertissement à ne pas ignorer. Ruika Yoi dit, Rui n’était plus ni une pirate au service du démon, ni une pauvre femme effrayée. Elle était une survivante, une battante, de celles qui ne plient pas l’échine et font face au vent la tête haute.
Ashtenn l’avait effacée de sa vie, tant mieux, elle n’aurait plus besoin de le fuir, et encore moins de le suivre. Il n’avait pas réussit à la brisée et une fois encore, elle rafistolerait son corps et son cœur. Les rendant, plus fort, plus résistant.
Le cœur est un muscle, qui à force d’être entrainait devient dur comme le roc. Ce n’est pas un cœur de pierre qu’elle possédait, c’est la vie qui l’avait changé ainsi.

Désormais, elle commençait un nouveau départ, chance que peu pouvait se targuer d’avoir eu.

- Allen, ce garçon je veux que tu le sauves. Si tu le fais, je te pardonnerais d’avoir cru que c’était mon amant.
_ aura meurtrière… _ Sinon je t’enterrerais dans le sol avec lui car tu n’auras rien mérité de plus ! _ elle se retourna vers le pirate l'invitant et lui hurla_ Quant à votre invitation, je préfère que la fête se fasse ici même, ça incitera peut être notre ami à reprendre conscience!

Elle se leva et les attira à grand renfort de gestes de bras. Elle acceptait la fête. Celle destinée à la star de la piraterie. Rui l’ange déchu, la pourfendeuse de Beorcs, la bête de l’Alyzée. Celle qui ne lâcherait pas la main de son "ami"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Flyin' is not Liberty [Pv: Ruika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partenariat avec Liberty Manga
» On the liberty road.
» Horse Liberty -- La terre des Mystères
» One Piece Liberty
» Des rp pour Liberty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Personnel & Publicité :: 

Le Livre des Héros

-