AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
❝ Invité ❞



MessageSujet: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Mer 9 Fév - 22:09

Le désert d'Hatary... infini territoire cuisant aux innombrables grains dorés qui recouvraient le sol. Les quelques rares végétaux desséchés qui parvenaient à se tenir droit n'étaient que bois sec et vide de toute résine. Point de combustible pour les nuits glaciales qui suivaient les journées cuisantes. Outre la végétation locale, tout n'était que sable ou rocher. On pouvait voir quelques édifices en pierre à l'orée du désert, contenant les trésors de quelques bandits Laguz qui sévissaient - et sévissent peut être encore toujours qui sait ?- dans la région.

Erras foulait du sol cet endroit inconnu à ses yeux. De toutes façons, il aurait été incroyable qu'il se douta avoir par deux fois changé de pays. Ses seules connaissances sont celles de la chasse et l'ancienne langue que l'on employait au clan Menorah, en plus de la communication animale. Bref, autant dire qu'Erras se laissait porter au gré des sentiers par ses humeurs et vivait de l'eau qu'il trouvait (ou se trouvait dans sa gourde) et ses résultats de chasse.

Hors, les deux lui faisaient défaut dans le désert : point de viande et point d'eau pour se sustenter. Il faut préciser qu'une étendue de sable infini ne lui a jamais évoqué un manque d'eau et nourriture. On ne lui a jamais inculqué les notions de logique concernant ce genre de besoin en territoire inconnu.

Notre pauvre Alpha errait donc sous le soleil de midi, affaibli, la langue pendante, marchant faiblement alors que son pelage blanc, auparavant soyeux et agréable à la main et aujourd'hui rêche, couvert de sable, poussière et sueur donnait pitoyable allure à son apparence.

Il regrettait désormais d'avoir fui son clan dix ans auparavant. Quel idiot. Ils ont découvert que c'était un sauvage mais ils ne l'ont pas abattu. Bien au contraire, ils avaient pris soin de lui ! Et qu'à-il fait ? Il a fui pour leur épargner toute souffrance qu'il pourrait leur causer par son état, lucide ou pas ! Quel idiot, vraiment...

Ses yeux secs clignaient plusieurs fois pour rester humides. Les lumières dansaient dans son champ de vision, lui obscurcissant le paysage. Il était trop faible pour continuer et tomba sur le côté alors que sa langue goûtait la poussière et le sable. Trop chaud pour être appréciable et renforçant son dégout.

C'était la fin pour lui. Quelle idée il a eu d'explorer cet endroit ! Ca faisait une journée à peine qu'il était ici et déjà il était trop faible... adieu monde cruel !
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 13 Fév - 12:00


Personne ne pouvait pas continuer de se lamenter sur son sort, elle ne pouvait pas continuer à errer comme une âme en peine près des contrées de son peuple, de sa famille et de Tabatha. Elle devait s’éloigner le plus loin possible de Gallia et le seul endroit qui lui venait à l’esprit aussi ironique fut il, était Hatary, les terres de sa famille biologique, la terre des loups et de son père. Elle venait d’assassiner son géniteur, d’entrainer la perte de nombreux loups, elle les avait trahi pourtant, elle ne ressentait aucune culpabilité à se rendre en ces terres éloignées et puis, elle devait bien recommencer sa vie quelque part, alors pourquoi pas sur les terres de ses ancêtres ?
Elle se demandait souvent ce qu’elle allait bien pouvoir faire, où elle pourrait aller, s’il ne valait mieux pas qu’elle disparaisse purement et simplement… Cependant, elle savait qu’elle était aimée quelque part sur cette terre aride, une personne pensait à elle et c’est cette idée qui la poussait à avancer.

Pour se rendre sur les terres de la famille Gar’ga, elle devait traverser un désert des plus chauds et des plus dangereux. Cependant, Personne avait le mérite de disposer d’une incroyable santé et d’une force peu commune. Munie seulement d’une gourde improvisée qu’elle s’était fabriquée en prévision de ce voyage périlleux elle s’élança dans l’étendue sableuse sous sa forme de prédilection.
Les grains de sables irritaient sa peau et s’inséraient entre les poils des ses pattes alors que son buste humain affronté l’air fièrement dressé. Il était agréable pour Personne de ne se métamorphoser qu’en partie car elle plaignait le loup qui était obligé de courir sous son épaisse fourrure par cette chaleur brûlante et l’humain qui cuisait à petit feu tant il était lent. La caresse du vent était agréable sur sa peau et la fraicheur entrainée par la vitesse de ses jambes avait quelque chose de plaisant et de réconfortant.
En un sens, c’était la première fois qu’elle pouvait profiter pleinement d’une course en pleine air sans contrainte ni restriction, elle courrait sans but mais au moins elle ne le faisait que pour elle. Elle se sentait libre. Avec cette pensée positive en tête, elle ferma les yeux pour inspirer profondément l’odeur de la liberté quand une fragrance vint émoustiller ses papilles gustatives… Un autre loup trainait dans les parages.

Machinalement, elle se transforma et revêtit sa fourrure couleur sable prenant alors la dimension d’un tigre gigantesque. Sa particularité due à ses origines bâtardes avait l’avantage de lui conférer un atout considérable sur ses semblables, peu de loups intelligents provoqueraient une créature de sa prestance et de sa taille. De plus, sa couleur semblable au désert lui fournissait un camouflage parfait.
Cependant, l’odeur restait statique, le loup ne semblait pas ni s’approcher d’elle, ni s’éloigner… peut être l’observait il simplement où restait-il à l’affût de la moindre de ses réactions…

Personne était d’un naturel méfiant, mais pourtant elle s’approcha de la source de ce parfum, craignant quelque chose de plus grave, ayant un mauvais pressentiment. Ce qu’elle découvrit la conforta quant à son choix de ne pas ignorer l’odeur.
A ses pieds alors qu’elle avait avancé vers la source de son trouble d’un pas lent et mesuré, elle trouva un loup dans un piteux état… Elle tourna autour de lui telle une charogne tout en inspectant l’individu aux poils blancs. Il ne semblait pas avoir de blessures cependant il était bien incapable de se relever et haletait avec difficulté. D’un coup de museau, elle releva la tête de l’animal et le râle provenant de sa gorge lui apparu plus sec…
Quel crétin, il s’asséchait comme une feuille au soleil et dépérissait. Elle aurait pu lui donner un peu de sa gourde mais elle doutait d’en avoir suffisamment pour deux, surtout si l’un des deux en question était assoiffé. Cependant, elle ne pouvait pas non plus le laisser mourir de soif. Avec circonspection, elle reprit son allure d’humaine et saisit la gourde qui pendait à sa sacoche. Elle releva la gueule du loup et lui versa une gorgée dans la bouche faisant bien attention à ne pas renverser. Elle observa le Laguz déglutir et après avoir elle-même prit une gorgée, elle se retransforma en louve, empoigna le mâle de sa main encore humaine et le plaça sur son dos. L’animal était lourd, mais elle supporterait son poids. Elle ne pouvait pas le laisser mourir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 13 Fév - 12:32

Le soleil cognait dur, faisant cuir la peau d'Erras sous son épaisse fourrure neige. Sa langue était sèche comme le sable qu'il léchait en haletant de plus en plus difficilement. Sa vision se troublait dans un brouillard aveuglant témoignant d'une mort à venir. C'était fini... terminé... il allait mourir maintenant...

Des bruits de pas... quelqu'un s'approchait et tournait autour de lui... un charognard qui attendait sa mort, sans doute. Un coup de museau contre sa tête le força à pointer sa gueule vers le ciel en provoquant un râle.

Ses yeux embrumés par la fatigue qu'inspirait la mort l'empêchait de voir qui le touchait, mais il sentait bien à travers son pelage brulant une main attraper sa gueule pour l'ouvrir et y verser... de l'eau ! Le liquide de la vie. Erras but la gorgée qui défilait dans sa gorge avec un plaisir intense. Il allait peut être pouvoir survivre en fin de compte ! Les mains se saisirent de lui et l'installaient sur un dos velu.

Les brumes de la mort se dissipaient et sa vision revenait petit à petit, mais il ne voyait pas assez bien pour distinguer la personne qui le portait. C'était une femme déjà.


<< Snow-snow ? Sowi ? >>

Il prononça le surnom de ses deux soeurs avec espoir dans l'accent de l'ancienne langue, mais il se doutait bien que ça ne pouvait pas être elles. Il ne voyait qu'un flot lumineux doré et le pelage sur lequel il était installé semblait couleur sable. Or, ses deux soeurs avaient un pelage blanc.

Il était épuisé. Impossible de rester conscient plus longtemps... Il allait s'endormir sans doute.

Ses soeurs lui manquaient... tout comme le reste de sa tribu...
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Jeu 24 Fév - 20:43


- Snow-snow ? Sowi ?

Au seuil de la mort alors que sa conscience vacillait et que son corps perdait petit à petit de sa force, le loup blanc avait prononcé le nom de deux être qui devaient lui être extrêmement chers. Il avait chuchoté ces noms avec chaleur et amour, le même ton qu’utilisait parfois sa sœur lorsqu’elle s’adressait à elle. Ce Laguz devait se sentir perdu sans les détenteurs de ses noms, comme elle se sentait perdu sans la seule à ne lui en avoir jamais donné un.

Elle se dirigeait toujours droit devant sans jamais s’arrêter, sans reprendre sa foulée ou se reposer. Plus vite elle aurait passé cet espace traitre, plus vite le mâle sur son dos pourrait reprendre du poil de la bête et peut être même suffisamment pour pouvoir retrouver les personnes chères à son cœur. C’était un bonheur qui ne lui serait jamais offert mais elle le souhaitait profondément à ce Laguz et à tout autre personne dans cette situation. Il n’était pas bon de se trouver loin des gens que l’on aime, il n’était pas bon de rester seul.

Au loin, elle aperçut les édifices robustes, symboles de civilisation se dresser comme des arbres au milieu d’une plaine. ‘Les crocs de sable’ était le nom de l’auberge salvatrice qui leur tendait les bras d’un air bienveillant. Personne fut soulager de trouver un tel bâtiment au milieu du désert car la chaleur, le poids et la fatigue commençait à avoir raison d’elle. Elle ne se sentait jamais vraiment à l’aise en communauté mais pour cette fois, elle ferait un effort pour permettre à son corps et à son esprit de prendre du repos.
Juste avant de passer la porte, la jeune louve fit basculer le mâle blanc d’un coup d’épaule négligent et s’étira brutalement pour se débarrasser de toutes ses douleurs dans le dos et les jambes. Elle avait beau être bien plus grande que le loup blanc sous forme animal, elle restait tout de même une jeune fille à la force et l’endurance limitée. Elle reprit d’ailleurs sa forme humaine pour ne pas attirer l’attention sur elle et comme le vent qui souffle sur le sable, Personne se transforma, sa fourrure disparaissant comme les grains de sable sous le vent et laissant place à une petite demoiselle chétive. Elle épousseta un peu sa tunique et ses bas avant de planter son regard azuré sur le Laguz. Sous cette forme, elle n’avait normalement plus la force de tirer la bête, cependant, elle métamorphosa juste ses jambes pour s’assurer une meilleure prise au sol et une plus grande puissance. Elle saisit l’animal par la peau du cou comme une mère avec son enfant et elle le mena à l’intérieur de l’édifice.

La scène avait quelque chose de ridicule surtout pour les gens de l’auberge qui virent entrer une gamine faiblarde trainer un immense loup derrière elle, inerte. Mais, les uns après les autres, ils baissèrent les yeux devant l’expression menaçante de la jeune fille. Elle n’avait pas l’air commode malgré la douceur de ses traits et ce qu’elle portait derrière elle était un argument plus que suffisant pour la laisser tranquille.
Elle lâcha l’homme sur le plancher au milieu de la salle et détailla du regard la pièce. Elle était vaste, meublée ça et là de tables en bois léger et recouverte de nappe au couleur chaude. Des bancs gigantesques entouraient ces tables permettant à un maximum de gens de s’asseoir. Les murs étaient tapissés de tentures vieillies mais agréable à l’œil, déchirées par endroit par des griffes acérées. Ce n’était pas un endroit rassurant, au vue de la population qui l’habitait et la dévisageait avec méfiance… mais elle était surement la chose la moins sécurisée parmi ce petit monde.
Après s’être assurée que personne ne la provoquerait ou lui poserait de questions, elle s’approcha de l’aubergiste radoucissant son regard et déposa une somme d’argent qu’elle jugeait suffisante pour une nuit, un repas convenable et un bon bain avec un sourire presque avenant. L’aubergiste, un loup gris à n’en point douter, nettoyait un verre à l’aide d’un torchon et la dévisagea de haut en bas sans aucune gêne, ni discrétion. Il eut une petite moue de dépit à laquelle Personne sourit chaleureusement.

- Vous êtes avec ce type, ma p’tite dame ? Il a l’air mal en point…

Personne jeta un regard lassé au loup et haussa les épaules avec un sourire résigné. Elle n’allait pas dire qu’il n’était pas avec elle, même si elle ne le connaissait ni d’Eve ni d’Adam, elle l’avait tout de même trainé jusqu’ici et n’allait pas l’abandonné en milieu inconnu, rempli d’une hostilité inexplicable… elle hocha donc la tête en se penchant sur le comptoir pour saisir d’une main agile et rapide le verre que tenait l’aubergiste qu’elle remplit d’eau devant ses yeux ébahis et en même temps impressionné par un tel manque de manières.
D’un pas assuré elle arriva au niveau de l’animal couleur neige et versa le verre avec un dédain certain. Peut être cela le réveillerait-il…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Ven 25 Fév - 11:15

C'est entre la conscience et le rêve qu'Erras semblait errer. Le corps se reposait, mais l'esprit semblait bizarrement conscient de ce qu'il endurait. Il ressentait la saccade des pas de son sauveur, il ressentait la chaleur du soleil sur son pelage rêche, il pouvait respirer le parfum sauvage de la créature qui le transportait.

Puis il se sentit basculer et heurter le sable... elle l'abandonnait ? S'il avait la force de bouger, il aurait gigoté en gémissant des « non ! », suppliants, mais il ne pouvait pas... Puis il sentit une main prendre son cou et le trainer sur le sable. Pourquoi le trainer maintenant ? A quoi cela rimait-il ? Pourquoi ne pas continuer de le porter sur le dos ? Son sauveur ne semblait pas exténué !

Plus il avançait, plus des bruits se faisaient entendre. Des bruits de conversations, de coups secs, comme si on posait violemment quelque chose sur une surface, et des rires... Erras se concentra pour essayer de comprendre ce qui se disait mais, comme il s'y attendait, c'était encore dans cette langue qu'il ignorait que les débats avaient lieu. Serait-il désormais la seule personne sur terre à parler sa langue natale ?

Alors que le bruit de la conversation était à son paroxysme... il disparut. La main qui se trouvait à son cou se retira. Il y eut un bruit de tintements, des paroles toujours intraduisibles puis il sentit sa gueule soulevée de force pour qu'on y l'asperge d'eau. Erras lapa avidement les goutes qui perlaient de ses poils.

Il ouvrit ses yeux et observa autour de lui. L'intérieur d'une maison a toujours été un environnement inconnu pour lui. Il a déjà vu un ou deux bancs quand il traversait furtivement un visage, peut être même des tables, mais ça a toujours été des détails insolites pour lui qui a vécu dans une grotte avec sa tribu. Sa grand-mère, érudite de son temps aujourd'hui dans le délire du vieil âge (pour le peu qu'elle soit encore en vie, Erras ne l'a pas revu depuis environ dix ans), lui a souvent raconté des histoires sur ces... comment elle disait déjà ? Ah oui ! Les meubles. Ce n'était que des outils pour le confort, entrainant souvent ses détenteurs dans la paresse et la flemme. C'est pour ça que les Ménorah vivaient à la dure dans les montagnes. Ca assurait leur robustesse et leur évitait de devenir des grosses larves comme les Beorcs !

Perdu dans sa contemplation, Erras se rendit compte d'un détail important : il était en pleine civilisation donc un danger pour tous ! Et une rapide analyse lui indiquait qu'il n'y avait pas le moindre Beorc ici, que des Laguz ! Il tenta de se relever, mais sans succès. Ses pattes patinaient sur le plancher alors qu'il s'efforçait de tenir dessus, il devait donc se résigner à supplier la gamine qui se trouvait à côté de lui en espérant qu'il le comprendrait.




(traduction au cas où : Fais moi sortir, tout de suite !
Je suis trop dangereux pour rester !)

A en juger l'expression des gens qui l'entouraient, personne ne comprenait ce qu'il disait, évidemment. Son langage était donc perdu dans les affres du temps. Il demeurait incompris par tous et si un crise le prenait aujourd'hui, ils risquaient tous la mort ! Malgré tous ses efforts, il ne viendrait à l'esprit d'aucun d'entre eux que les boulettes présentes dans la bourse fixé à son torse servent de calmants pour qu'il se maitrisent.

Il lança un regard désespéré à la gamine, priant la « grande dame » que la gamine comprenne qu'il devait partir au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Sam 5 Mar - 13:19


La belle aux bois dormant prit enfin la peine d’ouvrir ses jolis yeux pour enfin prendre conscience de ce qui l’entourait. Il tournait la tête de droite à gauche, observant chaque parcelle de la pièce où ils se trouvaient quand soudainement il s’excita comme un poisson hors de l’eau. Il essaya de se relever mes ses jambes trop faible ne portait plus son poids. Il essaya de ramper comme un damné mais la force semblait avoir abandonné son corps…

Personne le trouvait étrangement faible.

Comment un loup aussi robuste pouvait-il être achevé par la soif ou la fatigue après une si longue période de repos. Elle l’avait tout de même laissé dormir durant des heures sur son dos alors qu’elle s’échinait à l’amener dans un endroit plus sécurisé. Les loups n’étaient pas sensés être des faibles…


De l’ancien langage… Personne le comprenait l’ayant appris en autodidacte dans son enfance et ayant souvent échangé des lettres avec son père dans ce langage. Cependant, elle n’appréciait pas ce qu’elle entendait. Elle s’était déjà donnée du mal pour l’amener en ce lieu alors qu’elle ne le connaissait ni d’Eve ni d’Adam, elle lui avait payé une chambre pour qu’il puisse se reposer et lui… pas un remerciement, pas une preuve de reconnaissance. Bien sûr, elle était habituée à l’impolitesse des gens autour d’elle, elle était habituée a ce qu’on lui donne des ordres sans même chercher à les enrober d’une touche de douceur… Cependant, elle était devenue bien moins tolérante à ce genre d’attitude vis-à-vis d’elle.

Elle sortit de sa sacoche un morceau d’ardoise et une craie avec laquelle elle écrivit dans ce langage qui était le leur, ‘Si tu veux partir, lève-toi et marche’. Elle lui tourna le dos sentant le Laguz plus désespéré encore qu’il ne le semblait en s’adressant à elle. Néanmoins, elle ne fit pas preuve de pitié. On en avait jamais fait preuve à son égard alors pourquoi se donnerait-elle la peine dans donner aux autres.

- Ton camarade n’a pas l’air de se sentir bien gamine.

Elle lui répondit par un simple haussement d’épaules montrant clairement son indifférence. Elle espérait par ce geste qu’elle ne lui serait plus associée s’il faisait une bêtise, elle voulait montrer qu’ils n’avaient aucun rapport si ce n’est une rencontre fortuite.

- Tu sais petite tu mets plutôt sympathique donc je vais te prévenir, tu ne devrais pas rester ici, c’est assez dangereux durant cette période de l’année car les marchands d’Hatary passent par le désert et amène avec eux tous les brigands de ce désert de sables. Une jolie petite demoiselle comme vous qui arrive et lance une bourse bien remplie et clinquante sur le comptoir ainsi, ça attire l’œil.

Personne se retourna pour observer la salle, à part le loup blanc qui la regardait toujours avec un air suppliant, trois autres clients de la petite auberge avait baissé les yeux à une vitesse folle. Elle les observa plus attentivement et remarqua parmi eux un loup et un chat qui ne lui poseraient aucun problème. Néanmoins le dernier était plus problématique… car à sa queue rayée, et ses oreilles rondes, elle avait identifié un tigre. Les tigres étaient bien plus puissants que les loups, mais elle en avait également terrassé de nombreux durant son enfance…
Elle se retourna vers l’aubergiste et haussa les épaules une nouvelle fois. Elle savait qu’elle prendrait l’avertissement en compte mais cela ne l’empêcherait pas de dormir sur ses deux oreilles. Elle était habituée à vivre dans un milieu hostile.
L’aubergiste ria devant l’indifférence de la jeune enfant.

- Petite, je ne sais pas si tu as des couilles ou si tu es complètement inconsciente mais ton comportement me plait
_ il sortit un verre de sous son comptoir et le remplit d’un liquide étrangement agréable à l’odeur_ tiens bois ça, ça te permettra de rester alerte tout en laissant ton corps récupérer.

La jeune fille regarda le verre sans le toucher et ses yeux oscillaient entre le liquide orangeâte et le vieux loup gris. Celui sembla comprendre son regard et prit le verre pour le finir devant la louve avant d’en resservir un.

- Rassurez ?

Personne haussa les épaules du même mouvement qui lui était caractéristique mais un sourire barrait son visage. Elle prit le verre et le finit de deux longues lapés.

Puis elle se leva sentant que son corps avait besoin d’être décrasser et de se reposer. Elle traversa la salle gardant une aura impénétrable et passa de nouveau à coté du loup blanc. Elle baissa son regard vers lui et ressortit son matériel de communication. En quelque crissement de craie sur l’ardoise, elle lui dit,
‘Suis moi gamin, et sache que si tu te crois un danger, je suis bien plus dangereuse que toi. Alors ne m’énerve pas et suis moi, montre que tu es un homme.’
Elle le dépassa et se dirigea vers l’escalier pour monter à sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 6 Mar - 1:57

Erras avait honte. Il était à terre, faible comme un nouveau né et il dépendait du bon vouloir de la seule personne qui semblait comprendre ce qu'il disait, soit un mioche ! Quelle situation fort déplaisante.

La gamine sortait de son sac deux objets inconnus aux yeux de l'alpha : un petit truc cylindrique tout blanc et une grande plaque noire. Elle frotta le machin blanc contre la plaque puis la retourna pour qu'Erras puise regarder... il y avait de drôles de formes blanches laissées par l'objet blanc... qu'est ce que ça signifiait ? Erras ne comprenait pas...

Et la revoilà en pleine conversation avec le type derrière le comptoir... enfin, le type parlait à la gamine qui ne répondait que par gestes... elle ne savait pas parler ? Au moins elle semblait comprendre ce qu'il disait. Puis le type sortit un récipient contenant un liquide qui sentait bon. Devant l'air méfiant de la gamine, l'homme but le verre et le remplit à nouveau pour laisser la petite en boire après ça. En passant devant Erras, elle réutilisa l'objet blanc pour laisser des traces toujours aussi incompréhensible sur la plaque noire puis elle commença à monter des escaliers. Erras paniqua : c'était la seule à le comprendre, si elle partait, comment il allait faire pour s'éloigner d'ici ?
(HRP : la flemme de refaire des images à chaque fois, tu sais qu'il parle l'ancienne langue ^^).

<< Je ne comprend pas ! Pourquoi tu salis la plaque noire ? Et qu'est ce qu'il disait ce type ? Je ne comprend rien à ce qui se passe ! Ne me laisse pas seul alors que je meurs de faim, s'il te plait ! >>

A nouveau il tenta de se relever, mais il eut l'air encore plus pitoyable quand ses bras à bouts de force le lâchèrent et qu'il s'étala au sol. L'homme derrière lui hocha la tête d'un air désolé et le prit sur son épaule pour le monter à l'étage et le déposer sur un lit. Erras tenta de lui réclamer à manger, mais l'homme ne semblait pas comprendre ce qu'il disait puis répliqua par ce langage inconnu du loup alpha et s'en alla.

Le voilà dans une sale situation... aussi sale que sa queue poils rêches et recouverts de sables et poussières
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Ven 11 Mar - 12:43


Ridicule… Les gosses d’aujourd’hui étaient-ils tous aussi faible que ce loup ? Etait-ce sa nature hybride qui la rendait plus résistante ou simplement un manque de force chez les enfants d’Hatary ? Personne avait beau paraître avoir une quinzaine d’année, elle en possédait en réalité plus d’une vingtaine et elle était exaspérée devant la faiblesse de ses cadets. A leur âge elle se battait déjà pour sa famille et la sauvegarde de sa sœur.

- Je ne comprends pas ! Pourquoi tu salis la plaque noire ? Et qu'est ce qu'il disait ce type ? Je ne comprends rien à ce qui se passe ! Ne me laisse pas seul alors que je meurs de faim, s'il te plait !

En plus c’était un illettré… Personne avait vraiment le don pour se mettre dans des situations énervantes. N’avait-il reçu aucune éducation ? Elle se tourna en l’ignorant cordialement. S’il était capable de se relever elle l’aiderait sinon il ne méritait même pas son attention. Elle avait été élevée à la dure et ne comprenait pas que l’on puisse être faible au point de dépendre d’un inconnu. Elle le regarda tenter vainement de se relever et elle eut un pincement au cœur en le voyant s’étaler de tout son flanc. Ironiquement, elle se demanda si c’était la sensation que ressentait sa sœur à chaque fois qu’elle la voyait se faire malmener lors d’un entrainement où elle ne réussissait plus à se relever.

Elle alla pour aider ce pauvre être se souvenant comme elle aurait aimé qu’on la soutienne à cette époque reculée, mais l’un des clients de l’auberge la devança, c’était le tigre. Prenant le loup dans ses bras, il monta les escaliers pour le déposer dans une chambre vide. Elle reconnaissait bien là la force d’un tigre il n’avait pas du tout eu l’air de lutter pour monter cette masse de poils imposante. Personne le remercia d’un signe de tête auquel le beau jeune homme tigre répondit par un sourire charmeur. La louve n’avait que rarement trouvé un mâle à son goût mais la noirceur de ses cheveux ébènes retombant sur un visage fin et élégant, son sourire fin et ses dents tranchantes, ses yeux d’un vert profond… ne la laissèrent pas indifférente. Il respirait le risque et le danger et aucun de ces deux points ne l’attiraient cependant elle ne put s’empêcher de le regarder quand il passa à côté d’elle en lui frôlant la cuisse. Elle ne se retourna pas sur lui mais elle dut se contenir pour ne pas le faire.
Elle chassa rapidement de son esprit cette rencontre et entra avec un air sérieux dans la chambre. Le gamin semblait agoniser la gueule ouverte, c’était réellement pitoyable. Elle sortit de sa besace de la viande séchée qu’elle lui donna n’ayant pas la force de redescendre dans la salle principale et regarda le loup blanc dévorer ce qu’elle lui donnait. Il devait vraiment avoir faim… Personne se mit à détailler la robe de l’animal, sa corpulence et sa musculature. C’était un loup plutôt bien battit et elle s’étonna du peu d’endurance qu’il possédait, c’était assez navrant. Elle le regarda avec un peu plus d’attention et remarqua quelque chose d’étrange, elle pouvait se tromper, mais elle était pourtant sure que le jeune loup portait un bourse autour du cou… Pourtant, il n’avait plus rien. Elle repensa aux différents chemins qu’ils avaient pris mais était sure de l’avoir vu lorsqu’il se relevait pitoyablement… La réponse lui vint alors à l’esprit comme une évidence. Le Tigre. Il ne s’était pas gêné pour se servir comme compensation pour service rendu… En un sens ça ne la concernait pas. Lorsque le loup blanc se tourna enfin vers elle après avoir mangé toutes ses vivres, Personne se leva pour sortir. Avant de passer l’encadrement de la porte, elle lui indiqua son cou pour qu’il comprenne qu’on lui avait pris son argent puis elle sortit de la chambre pour prendre une douche bien méritée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 13 Mar - 22:12

Erras ne resta pas seul dans sa chambre bien longtemps car la gamine revint et lui offrit à manger en plus. De la viande séchée... il la préférait fraichement tirée du gibier, mais il n'allait pas faire la fine bouche alors qu'il mourrait de faim.

<< Merci. >>

Il dévora le repas et soupira de soulagement. Il avait encore faim, mais c'était devenu beaucoup plus supportable. La gamine prit congé en désignant le cou du loup. Erras porta la main à sa jugulaire puis la fit descendre jusqu'au torse...

Sa bourse avait disparu...

<< OH NON ! >>

Erras roula du lit et tomba au sol. Il tenta de se relever mais sans succès, il rampa alors aussi vite qu'il le pouvait vers la sortie pour alerter la gamine.

<< Retrouve ma bourse, je t'en supplie, c'est une question de vie ou de mort ! Des choses terribles vont se passer sinon, il risque d'y avoir un massacre ! Je t'en prie, dépêches toi ! >>

La bourse ne contenait pas d'or, le principe de monnaie échappant totalement à Erras qui vivait en buvant l'eau des ruisseaux et chassant pour se nourrir, mais des pilules qu'il préparait lui même en ayant vu faire des apothicaires Beorcs. Ces pilules étaient de puissants calmant capable de contrer les effets du poison qui parcourait son corps. Si une crise le prenait, il entrerait dans une rage incontrôlable pendant un temps indéterminé et il tenterait de tuer quiconque croiserait sa route, qu'il s'agisse d'innocents, de bons amis ou de vauriens... tous seraient en danger.

<< Je t'en prie... vite... >>

Peut être était-ce le stress et la crainte de ce qui pourrait se passer, mais Erras sentait son cœur se serrer et son estomac se contracter, représentant deux des premiers symptômes d'une crise à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Mer 16 Mar - 17:47


Avait-il décidé de la dégouter de sa race… Les hommes d’Hatary quelle avait connu n’était pas des femellettes, ils étaient toujours plein de dignité, la tête droite et jamais au grand jamais, il aurait supplié pour l’aide d’une femelle, d’une inconnue. C’était vraiment triste.
Elle regarda le Laguz se tortiller pitoyablement devant ses yeux indifférents et vit sa main se tendre vers elle en tremblant tant il était faible. Elle leva les yeux au ciel d’un air complètement blasé et laissa retomber un regard plus froid et cruel sur le loup blanc. Un sourire se dessina sur ses lèvres, presque sadique alors qu’elle haussait les épaules l’air de dire ‘débrouille toi gamin’. Elle n’avait pas que ça à faire du moins c’est ce qu’elle espérait lui faire croire car bien sûr qu’elle l’aiderait, elle ne laisserait jamais un gosse dans la panade. Cependant, elle ne voulait pas qu’il le sache, car ce genre de gamins si on faisait tout pour eux finissaient par devenir des grosses loques égoïstes. Personne avait souvent observé ce phénomène parmi les membres de la branche principale dans sa famille de tigres. Alors que la branche secondaire s’entrainait pour protéger la première, eux restaient à étudier et les plus jeunes devenaient des gamins pourris gâtés et inutiles. Un jour, elle était certaine que la branche secondaire renverserait la principale par la force. Du moins, si Tabatha ne mettait pas fin à cette situation avant.
Tabatha… ça c’était de la femme, jamais Personne ne retrouverait tant de force de caractère, tant de volonté et tant de générosité chez un être. Elle jeta un regard en arrière sur le loup semblant agoniser… mais bon, elle ne choisissait pas les personnes qui avaient besoin de son aide.

Elle disparu au rez-de-chaussée où l’odeur du Tigre était encore bien présente. Il n’avait pas pris la fuite avec son butin. Elle le repéra aussitôt à la même table que précédemment et alla le rejoindre d’un pas félin et léger, glissant sur le parquet de bois sans un seul craquement et tira une chaise pour y prendre place un magnifique sourire sur le visage.

- Bonjour, demoiselle pourrais-je faire quelques chose pour vous ?

D’un mouvement ample de la jambe, il les croisa tout en frôlant doucement celles de la jeune louve. Son ton était charmeur et son odeur particulièrement plaisante mais Personne ne s’y laisserait pas perdre. Elle connaissait bien ce coté séduisant qui poussait les gens à faire tout ce que leur demandait leur interlocuteur. Son père avait déjà essayé ça sur elle, d’une manière bien plus subtil et aujourd’hui il était mort de sa propre main.

Elle tendit son bras paume vers le haut en lui faisant signe de la main de lui rendre ce qu’il avait prit.
- Tu veux ça ma belle
_ il sortit de sa veste de coton la bourse du loup blanc _ Le contenu est assez décevant mais si tu veux vraiment la récupérer c’est qu’elle doit t’être utile ou du moins à ton copain… vous entretenez quoi comme relation tous les deux ?

Personne retira d’un coup son sourire et avec la vitesse du Tigre elle bondit sur la bourse qu’il tenait à la main, lui plaquant le bras d’une main contre le mur alors que ses jambes reposaient sur la table et que son autre main se trouvait juste en dessous de sa gorge.

- Etrange, j’aurais juré que vous étiez comme l’autre un de ces loups inutiles et stupides mais vous avez les caractéristiques des félins, cette agilité, ces griffes rétractibles…

Personne laissa son bras se transformer augmentant sa puissance musculaire et broyant le bras qu’elle écrasait contre le mur. Le Tigre lâcha la bourse qu’elle récupéra rapidement avant de bondir en arrière en une élégante pirouette. Le Tigre regarda son bras qu’il savait fêlé. Il sortit une fiole de sa poche et la but tout en disant :

- C’était une mauvaise idée que de faire ça, ma belle. Moi qui voulais être gentil et te proposer de la racheter puisque tu étais mignonne.

Il poussa la table avec tant de force que celle-ci s’écrasa contre le mur faisant fuir une bonne partie de la salle. Les autres restèrent à les regarder avec un sourire sournois. Personne comprit rapidement que seuls des félins étaient restés. Ils étaient tous ensemble…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Mer 16 Mar - 21:09

Toujours avec la désagréable sensation au ventre et au cœur, Erras rampait aussi vite qu'il le pouvait vers la rampe d'escaliers. A travers les poutres en bois, il surveillait la gamine qui s'était avancé vers le tigre qui a transporté Erras vers la chambre. Evidemment, c'était lui le voleur comme il le montrait. La fille tenta de prendre la bourse, mais le tigre l'en empêcha. De là où il était, il ne pouvait pas bien voir, mais il semblerait que la petite aie de sacrées ressources car l'autre du prendre une potion pour guérir une blessure. Peut être lui a-elle brisé l'os. Quoi qu'il en soit, l'homme n'allait pas se laisser faire.

S'en prendre à une enfant, aussi forte soit-elle, était lâche. Erras ne pouvait pas laisser se produire une telle chose, mais dans son état... il s'en voulait d'être aussi faible, ça le mettait en rogne, mais alors dans une sacrée rogne...

Rogne qui n'était pas totalement naturelle quand il se focalisait dessus. Il s'exhortait au calme, mais rien à faire, elle montait progressivement, paralysant sa pensée petit à petit alors qu'il se transformait en loup contre sa volonté, aussi lentement.

Dans l'auberge résonna l'écho d'un hurlement de fureur provenant de l'étage. Puis, dévalant les escaliers, un loup au pelage blanc comme neige descendit et fonça sur eux en les voyant. Il n'y avait que quelques Laguz félins et une fille à moitié transformée, mais ça aurait tout aussi bien pû être une armée de dragons transformés, le résultat serait le même : le loup bondit sur eux, poussé par une soif de sang incontrôlable qui lui donnait toute l'énergie dont il avait besoin pour combattre au maximum de ses capacités. Il bondit sur la personne la plus proche, soit un homme assis à une table qui ne s'attendait pas du tout à ça. Le saut le fit tomber par terre sur sa chaise, renversant la table dans un fracas et la victime hurlait alors que sa gorge se fit déchiquetée par la gueule du sauvage. Même une fois mort, il continuait son travail de pseudo-charognard. Ce n'est qu'une fois le cou totalement broyé qu'il leva sa gueule ensanglantée, cherchant sa prochaine proie parmi la foule ébahie et terrorisée.
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Sam 26 Mar - 1:40

… Personne n’avait pas prévu se retournement de situation. L’éclair blanc descendu de l’étage c’était jeter sur un des Laguzs présents et l’avait recouvert d’une pluie de sang écarlate des plus immondes qui soit. Personne avait entendu le son de la gorge qui craquait et de la trachée qui s’écrasait sous la pression de ce monstre de poils. Ses yeux étaient injectés de sang et sa gueule recouverte d’une bave rougit par le liquide vital de sa victime. Il était d’une brutalité effrayante et d’une sauvagerie animale indigne d’un réel Laguz. Une bête… voilà ce qu’elle avait en face d’elle. Elle regarda rapidement autour d’elle ne sachant pas à qui elle devait le plus faire attention. Le tigre à sa droite semblait tout aussi surpris qu’elle mais une colère notable se lisait sur les traits tendus de son visage. L’homme que venait de tuer le loup blanc devait être l’un de leurs amis, un camarade, le frère de quelqu’un, le fils ou le père d’un autre. En un instant le loup blanc venait de mettre fin à une vie de manière inutile.
- C’était mon ami ! Pourquoi l’a-t-il tué ? Il n’en avait pas besoin !!!

Ses griffes étaient sorties et il serrait tellement le poing que le sang coulait le long de ses doigts en fin filaments. Personne comprenait sa haine. Si on avait fait du mal à sa sœur, sa rage aurait été bien plus grande que celle de cet homme, bien moins contrôlée. Il la saisit avec rage en la collant contre le mur alors qu’elle le regardait dans le yeux avec cette air de jeune fille rêveuse.

- Arrête le, c’est un fou !

Son regard affichait autant de surprise que le sien et il comprit rapidement qu’elle ne pouvait rien faire pour cette personne. Sans qu’elle dise un mot, il la relâcha et se tourna vers la bête. Elle regardait en tout sens alors que tous les clients de l’auberge étant restés avaient pris leur forme animale et entouraient le loup blanc en le harcelant en tout sens sans pour autant ce mettre eux-mêmes en danger. Il tourna le dos à Personne laissant tomber la petite bourse au sol. Il se transforma prenant la forme d’un immense tigre aux teintes étrangement sombres. De grandes rayures noires barraient ses flanc et donnait une allure sauvage à ses déplacements lents et fluides.
Personne se baissa pour ramasser la bourse qui avait déclenchée la rage du Loup et l’ouvrit sans une once de réflexion. Elle y trouva de petits dragées ressemblant à des sortes de bonbons ou peut être des médicaments… elle n’en avait que très rarement vu. Parfois, des charlatans en vendaient dans les grandes villes de Gallia mais elle n’avait jamais vraiment vu quelqu’un en utiliser. Ce devait être important pour lui.
Alors qu’elle se transformait entièrement, elle passa à coté du tigre. Elle était aussi grande que lui mais possédait une masse plus imposante dû à sa nature de louve. Surpris, ils s’écartèrent tous de sa route elle se plaça face au loup blanc qu’elle dépassait facilement de deux têtes. Elle ne se montrait pas agressive mais plutôt sur la défensive. Elle ne souhaitait pas tourner le dos aux nombreux ennemis qui se tenaient maintenant derrière elle et la regardait presque avec stupeur et respect mais ils semblaient moins dangereux.
Dans un langage certainement comprit que par les membres loups elle lui signifia de se calmer.

Elle était plus imposante que lui. Peut être pas plus forte en force physique pure, mais elle n’était pas contrôlée par une folie passagère. Elle était assurée de le battre si elle devait vraiment le faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 27 Mar - 22:03

Le sang... ce liquide de vie qui coule en chacun. Quel goût exquis. Et le cou qui se brisait sous les crocs, les os qui se broyaient sous la pression de son corps ce sont des sensations et des bruits plus que jouissif. Que pouvait bien être le reste comparé aux joies d'un massacre sanglant et du meurtre sans restrictions ? Quel breuvage pouvait être plus savoureux que le flot d'hémoglobine inondant gueule et victime ? Rien à sa connaissance ! Et regardez moi un peu ces pauvres créatures qui vont subir le courroux de ses griffes ! Tous avaient une tête de pauvres petits chatons terrifiés par le chien du voisin !

La gueule en sang, le loup enragé fixaient les autres proies qui se transformaient une par une en animaux. L'un d'eux hurlait, partagé entre colère et peur. Il serrait ses poings griffus au point de faire perler des gouttes de sang. Puis il plaqua la gamine contre le mur avant de la lâcher après un moment pour se tourner vers lui. Erras grogna de façon menaçante, prêt à bondir sur lui pour lui faire subir le même destin qu'à l'autre. Mais il n'était pas le seul : tout le monde lui tournait autour et le harcelait... tous... ils allaient tous mourir ! Tous allaient abreuver sa soif de sang ! Tous allaient sentir leurs os se broyer, leur cou craquer ! Tous allaient atrocement souffrir pour satisfaire sa rage. Et la gamine se transforma également. Elle avait une bourse assez familière dans les mains... bah, qu'importe la bourse ! Le spectacle macabre qui s'annonçait était bien plus intéressant ! Pour une gamine, elle était bien imposante quand elle était sous forme animale. Elle ne semblait pas vraiment attaquer, elle restait sur la défensive. Et elle parlait à Erras... elle luit demandait de se calmer ? Quelle blague ! Elle allait voir !

Sans attendre, il se cabra et se jeta sur elle, gueule grande ouverte, pattes en avant. Il comptait la faire basculer en arrière et lui dévorer la gorge avant de broyer ses os un par un.
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Lun 28 Mar - 23:24


Alors qu’elle s’avançait confiante vers la créature enragée qui menaçait ce qui l’entourait d’une mort atroce, Personne vit les félins s’écarter de quelques mètres d’un air de crainte respectueuse. Avaient-ils peur plus de lui ou d’elle, elle n’aurait su le dire. Il s semblaient tous surpris par cette apparence peu commune qu’était la sienne. Le Tigre à la robe sombre la regarda passer sans comprendre ce qu’il voyait devant ses yeux. Une odeur et une apparence de loup pour des caractéristiques de tigre… c’était incompréhensible. Cependant, Personne était déjà habituée à ce genre de regard.
Elle fit face à la bête s’indignant devant sa rage et son manque de civilité. Elle avait plus l’impression d’avoir affaire à l’un de ces loups sauvages abrutis par la présence de l’homme plutôt qu’à un être civilisé de la race des Laguzs.

Elle le vit se cabrer pour prendre du recul et mieux plonger sur elle tel un prédateur sur sa proie, mais cette bête oubliait qu’elle était elle-même un prédateur… mais qu’à la différence de celui-ci, elle avait toute sa tête et toute sa réflexion. Elle se cabra à son tour pour recevoir de plein fouet l’attaque du loup blanc visant précisément sa gorge. Cette bête avait soif de sang mais il ne gouterait pas le sien. Elle avait simplement transformé le bout de ses pattes en deux mains munies de leurs cinq doigts ce qui lui permit d’attraper l’animal par le col le retenant suffisamment loin de sa chair. Gueule contre gueule, Personne poussa un grognement entre le hurlement du loup et le rugissement du tigre faisant ouvrir grand, les yeux de leurs spectateurs.

*

Le tigre noir, toujours sur ses gardes et prêt à bondir à tout moment la regardait avec un intérêt nouveau. C’était bien la première fois qu’il voyait une telle créature. Une telle anomalie de la nature. Mi-humaine, mi-bête, et mi-tigre, mi-louve cet être étrange n’avait rien de commun avec ce qu’il avait déjà pu rencontrer. Lui qui avait toujours était attirer par les raretés, il se retrouvait en face d’une bizarrerie qu’il voulait étrangement posséder…


*
Sa gueule plus grande que celle du loup blanc pouvait presque la recouvrir de ses crocs. D’un coup de ses dents tranchantes, elle aurait pu lui arracher une partie du museau et ses bras plus longs que les pattes de l’animal lui donnaient un avantage certain. La seule chose qui lui faisait défaut par rapport à cette créature restait la force physique brute. Elle avait sentit la projection de la bête la faire reculer sur quelques centimètres. De plus, sa semi-transformation en humaine lui permettait d’assurer une meilleur prise que la créature cependant elle diminuait en grande partie sa puissance. Et elle commençait à le ressentir. C’est pourquoi, sans plus hésiter une seconde de plus, elle se retransforma entièrement en louve tout en projetant le canidé contre une table de bois.

Contre ce genre de créature incapable de se contrôler, il n’y avait pas d’autre moyen que la force physique pour les maitriser. Elle ne le savait que trop bien, elle qui avait durant des années été incapable de se contrôler. Si elle n’avait pas eu la rigueur de ses maîtres pour s’opposer à elle, elle aurait certainement blessé des milliers de gens dont celle qu’elle aimait. Et ce gamin allait faire de même si elle ne lui donnait pas une petite correction rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Mar 29 Mar - 8:34

L'attaque atteignit sa cible, mais pas aussi bien qu'il l'aurait voulu. Certes, la louve fut percutée, mais elle s'était préparée à l'assaut et lui a bloqué la gueule avec... des mains ? Sous forme animale ? Etrange ! Bah, qu'importe ! Elle se fera tuer, comme les autres !

Vu de près, la gueule de la louve était impressionnante. Deux fois la taille de celle d'Erras. Elle pourrait presque lui arracher la tête d'un coup de croc ! Néanmoins, il y avait un point sur lequel Erras était gagnant : la force brute ! L'assaut a fait reculer son ennemi. Mais pas pour longtemps hélas. Les mains de la louve redevinrent pattes normales et Erras fut projeté contre une table, couinant sous le choc.

L'impact l’assomma une seconde avant qu'il ne se relève et reparte à l'assaut. Courant aussi vite qu'il le pouvait, il bondit sur elle et le percuta de tout son poids. Son objectif était simple : l'étourdir assez et la projeter contre le mur afin de l’assommer et lui déchiqueter la gorge aussitôt que possible. Un plan barbare, certes, mais il n'était vraiment pas en état de réfléchir, dans son état que certains nommeraient « berserk ».


(ce qui suit n'est là que pour meubler car franchement, c'est court et je veux pas me faire passer un savon parce que j'aurais fait que 5 lignes x))

Dans ces courants sombres et sans consistances, l'esprit d'Erras était ballotté comme une bouée de signalisation maritime en pleine tempête. Il ressentait la haine qui manipulait son corps comme une marionnette de chaire aux fils invisibles, la soif de sang qui dictait à ses instincts de prédateur de s'abreuver d'hémoglobines, les pulsions sauvages qui prodiguaient force et vigueur à son corps pourtant si affaibli.

… Inhumain. Cette invention Beorc était inhumaine, tout simplement. Ce breuvage qui s'est distillé dans ses veines à son insu. Comment a-il pu d'ailleurs ingérer ce poison ? Il ne buvait que l'eau de la rivière toute proche pourtant, à l'époque ! Et son clan aussi ! Et pourtant, c'est lui et lui seul qui a subi cette étrange malédiction !

Il ne comprenait pas.

Il voulait savoir pourquoi.

IL DEVAIT COMPRENDRE !

Mais l'écho de ses questions restèrent sans réponse dans ce monde de ténèbres.

La confusion passée, un éclair de lucidité traversa son esprit. La gamine... et les clients du bar... il voyait déjà le spectacles auquel il aura droit s'il reprend ses esprits dans le bar. Cadavres éparpillés, sol inondé de sang, sa gueule imprégnée de chaque type de sang de ses victimes... et tout ça par sa faute !

Non... ce n'est pas lui qui a créé ce poison... et encore moins qui l'a ingéré de plein gré... c'était celle de ces foutus Beorcs ! Il a passé sa vie à fuir toute civilisation ! Mais ce qu'il aurait du faire, c'est les massacrer ! Un par un ! Jusqu'au dernier ! Il a été idiot de ne pas y penser plus tôt ! C'était pourtant l'évidence même : s'il tuait les Laguz par folie, il devait abattre les Beorcs pendant ses moments de lucidité !

Quand il se réveillera, le massacre commencera.
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Sam 2 Avr - 15:53


Il avait mieux encaissé le coup qu’elle ne l’aurait cru. Et se releva à peine étourdi par le choc. La rage qui l’habitait devait le guider plus que la raison et son esprit semblait insensible aux souffrances de son corps. Quand elle pensait que dix minutes avant, cet animal ce trainait pitoyablement au sol la suppliant de l‘aider. Lui qui semblait si faible et si peureux avait maintenant prit l’allure d’un fou, d’une bête sauvage incapable de se contrôler.
Il se mit à lui tourner autour à une vitesse qui impressionna presque la louve du moins pour un canin, mais la semi tigre qu’elle était, avait déjà eu à faire à une célérité bien plus importante. Elle le laissa donc lui tourner autour comme un dératé, le laissant s’épuiser comme bon lui semblait. Elle savait à chaque instant où il se trouvait c’était si simple dans un si petit espace. Elle le laissa même lui asséner un coup dans le dos qui la fit heurter le mur de plein fouet. Comme elle s’y attendait, il possédait une force phénoménale qu’elle ne pouvait contenir sous forme semi-humaine. Cependant, ses attaques étaient prévisibles et Personne avait largement le temps de se préparer à chacun de ses assauts. Ça allait être rapide. De plus, quelque soit sa rage et son envie de sang, le corps était trop faible pour poursuivre à une telle allure. Il finirait surement par tomber sans qu’elle n’ait rien à faire et cela l’arrangeait car elle en avait marre de se battre contre lui qui ne lui avait rien fait.

Elle reprit forme humaine ne gardant que ses jambes sous forme canine et esquiva chaque attaque de l’animal avec une aisance ridicule. La rage de l’animal ne contrebalançait en rien les carences du corps. S’il continuait il mourrait d’épuisement. Soudain, un gigantesque loup aussi blanc que la neige vint s’interposer entre les deux combattants. Sa taille équivalant presque celle de Personne, l’animal lui tournait le dos et faisait face à son semblable en de nombreux points.
Elle ne l’avait pas reconnu au premier abord mais ce loup blanc n’était autre que l’aubergiste. D’immenses cicatrices parcouraient son dos témoignant d’une vie dure et mouvementée. Ses yeux d’un bleu presque gris raconté une histoire triste que seul lui devait connaitre et n’oublierait jamais… Cet être de la couleur de la pureté ressemblait étrangement à celui qu’il faisait face. Non pas juste parce qu’ils étaient tous deux des loups blanc comme neige mais plutôt dans leur gestuelle, dans leur allure générale,… Il y avait quelque chose de bizarres qui semblait relier ces deux là mais peut être n’était ce que l’imagination débordante d’une gamine.

Sans qu’elle ne le remarque, le vieil homme avait pris la bourse qui pendait à la ceinture de personne et la tenait dans sa bouche. Il la lança à l’enragé et s’exprimant dans un langage connu que des loups il lui dit

- Prends cela stupide animal, tu fais honte aux tiens en te comportant ainsi, et tu fais honte à ta famille !

Le bleu acier de ses yeux perçant dévisageaient la bête avec mépris. Pourtant Personne y nota une sorte de sentiment de tendresse ou de compréhension derrière les traits tirés du vieux loup.

Elle regarda autour d’elle pour voir que la plupart des félin avaient fuis et que seul restait le tigre sombre dans la pièce. Il la regardait avec des yeux flamboyant d’intérêt et en avait presque oublié son ami mort au milieu de la salle et le combat que se menait les différents protagonistes. Il n’avait de yeux que pour elle… Personne détourna le regard.


Dernière édition par Personne le Dim 3 Avr - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 3 Avr - 9:51

Il tournait, tournait et tournait encore autour d'elle, cherchant une ouverture assez imposante pour pouvoir la frapper. Il frappa une fois dans le dos et ça la projeta au mur. Après l'impact, et avant qu'Erras ne bondisse, elle reprit une forme quasi humaine. Seule ses jambes restèrent animale et elle s'en servit pour bondir afin d'éviter la suite de l'assaut du loup. Ah la sale petite garce, elle allait morfler !

Erras s'apprêta à bondir quand un autre loup s'interposa. Un pelage blanc neige... un alpha. Bah, s'il veut mourir, lui aussi, il va être servi ! Et il y a pas mal de cicatrices sur le dos en plus, il devait vivre à la dure le gaillard ! Et ces yeux bleus gris empli de tristesse... quand on y pensait, il ressemblait beaucoup à Erras... mais pourquoi pensait-il à ça maintenant ! Il allait les tuer, tous les deux !

Le vieux lui balança quelque chose qui se trouvait dans sa gueule l'instant d'avant... la bourse... pfeuh ! Et alors ?


<< Prends cela stupide animal, tu fais honte aux tiens en te comportant ainsi, et tu fais honte à ta famille ! >>

Qu'est ce qu'il en savait, ce vieux chnoque ? Sa famille ? Il a fui pour eux ! Il s'est coupé d'eux pour les préserver ! Il a renié ses origines pour leur offrir une vie et un avenir, au prix de nombreux sacrifices en plus ! Il n'a rien à voir là-dedans ce vieux croûton !

Laissant ces réflexions inutiles de côté, il bondit sur le vieux avec la même stratégie habituelle : lui broyer la gorge et se faire une orgie sanglante !



Au fin fond des ténèbres de son âme rougies par la rage, quelque chose gigotait, tentant de ramener à lui la réalité et le souvenir du passé qui avait percé un moment sa conscience.


<< Prends cela stupide animal, tu fais honte aux tiens en te comportant ainsi, et tu fais honte à ta famille ! >>

Cette voix... il la connaissait, il en était sur... mais ça ne lui revenait pas... quelque chose lui bloquait l'accès aux souvenirs liés à l’intonation de la voix... et ce vieux loup blanc qui a prononcé ces paroles... il l'a déjà vu...

<< Va t'en... allez vous en, tous les deux ! Partez ! Gamine, tu n'aurais jamais dû m'emmener à l'auberge. Tu aurais du me laisser crever dans le désert... ça aurait été le mieux pour tous... >>
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 3 Avr - 22:25


Il y avait peu de chose que Personne ne supportait pas… L’abandon en faisait parti. Abandonner la vie quand on a encore des personnes chères qui tiennent à soit… elle ne le supportait pas. Elle n’avait plus personne dans sa vie. Et elle ne pourrait jamais revoir sa sœur. Mais savoir que cette dernière l’aimait faisait qu’elle voulait vivre. Bien sûr elle n’accordait que peut de crédit à cette vie mais elle ne l’abandonnerait jamais d’elle-même. Elle ne lutterait pas pour la sauvegarder mais elle ne se laisserait pas mourir. Et elle ne le laisserait pas lui non plus…
Tournant le dos au tigre sombre qui ne la quittait plus des yeux elle reprit forme animal et se positionna au coté du loup blanc sur lequel le gamin se jetait avec fureur. Personne avait compris une chose, il n’agissait pas de lui-même. Il suivait simplement une pensée qui lui ordonnait de tuer comme elle pouvait tuer et massacrer pour protéger ceux qu’elle aimait. Cette envie de meurtre était artificielle. Elle ne venait pas de lui, elle était au-dessus de tout contrôle. Il devait tuer pour étancher sa soif mais il luttait, elle le voyait bien, il luttait contre cet instinct. Maintenant, il avait juste besoin de quelqu’un pour l’arrêter. Il avait besoin de quelqu’un pour le stopper.

Cependant, alors qu’elle s’apprêtait à intercepter l’animal. Le vieux loup à ses cotés la projeta sur le coté d’un violent coup de pattes.

- Ce combat ne te concerne pas gamine c’est le miens celui des nôtres.

Mais alors qu’il clamait ça avec fierté et orgueil, le jeune loup blanc le percutait de plein fouet le jetant au sol gueule grande ouverte, prêt à lui ouvrir la gorge et à se rouler dans l’hémoglobine jaillissante qui en sortirait. Personne se releva aussi rapidement que possible pour empêcher cet acte infâme de se produire quand d’un mouvement maitrisé et puissant de ses pattes arrières, le vieux loup plein de cicatrices repoussa le jeune le frappant au ventre et se relevant avec une aisance qui démentait presque son âge avancé, il prit une position de combat qui ne laissait aucune faille et grogna avec férocité.

Personne n’avait que peut souvent assisté à des combats de loup plus habitué au combat avec des Tigres dont le mode d’attaque était plus souple, plus dans la finesse et la subtilité. Elle assistait ici à un combat de pure puissance et de pure brutalité. Elle trouvait ça étrangement excitant et sentit dans le bas de son ventre une chaleur trompeuse monter en elle. Cependant, elle se calma rapidement sachant pertinemment que cette chaleur n’apporterait rien de bon à ce combat.
Elle laissa les deux loups blancs s’affronter alors qu’elle profita de leur duel pour se saisir de la bourse trainant au sol.

- Tu devrais le forcer à avaler son contenu si tu veux mon avis.

Elle ne l’avait pas entendu passer derrière lui mais profita du fait qu’il ne l’avait pas attaqué pour se retourner et le plaquer contre le mur à moitié louve, à moitié humaine. Le Laguz aux yeux verts souriait avec un air particulièrement dérangeant sur le visage. Elle le lâcha doucement et reprenant un peu de l’air que le choc lui avait volé, il dit sur un ton trop mielleux au goût de la louve.

- J’ai déjà entendu parler de ce genre de phénomène chez certain Laguz. Un poison Beorc créé durant la guerre et versé dans les rivières pour rendre fous les êtres compatibles à cette drogue. Ce que contient cette bourse devrait l’aider à retrouver ses esprits. Mais si tu me crois pas, tu peux les laisser s’entretuer, Jolie-Minoie.

Il ria d’un rire bien désagréable à son oreille et Personne hésita à le relâcher mais un grand bruit derrière elle la fit se retourner rapidement. Le vieux loup sur le dos n’arrivait pas à se débarrasser du plus jeune qui l’écrasait de tout son poids. Elle devait intervenir, mais le Tigre fut plus rapide. D’un bond il arriva sur la scène et attrapant le jeune tigre blanc par le col, il le repoussa puis s’éloigna. Il n’interviendrait plus, de ça elle en était sure. Cependant, elle n’arrivait pas bien à le cerner…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 3 Avr - 23:01

La gamine voulait se battre, mais le vieux la repoussait. Erras avait réussi à plaquer sa proie au sol, mais il peinait à attraper la gorge tant le vieux se débattait vigoureusement. Plus rien ne comptait hormis cette gorge si attirante. La démembrer, la déchiqueter, en faire jaillir le sang. Ca sera un vrai délice.

Erras lutta ainsi un long moment jusqu'à ce que quelqu'un le traine en arrière... Un tigre. Saloperie, il l'a arrêté alors qu'il était si proche ! Tant pis pour lui, c'était sa nouvelle proie maintenant !

Toujours la même chose : cabrage et il se lance sur lui, gueule ouverte, pour le plaquer au sol et lui déchiqueter la gorge. Un duel de force entre les deux races s'annonçait.



Ca lui revenait... c'était le frère du chef de la meute des Menolah. Argim qu'il s'appelait. C'est lui qui a appris les bases de la chasse à Erras et ses sœurs quand le temps fut venu. Leur père s'occupait de leur mère malade à ce moment là. Argim était jeune et vigoureux à l'époque, mais le temps ne l'a pas épargné, visiblement.


<< Argim... va t'en ! Je t'en prie ! Fiche le camp ! Vous ne pouvez rien faire pour moi. Je suis souillé à vie par le poison, je reste une menace constante pour la meute. Allez vous-en et laissez moi ! >>

Il était pris d'une soudaine et désagréable peur. Il est parti pour protéger les siens, mais cette rencontre hasardeuse risquait de réduire à néant ses efforts. Pourquoi diable à-il du croiser cette louve à trois queue dans le désert ? Pourquoi n'est-il pas mort de soif avant qu'elle ne passe par la ? Pourquoi cet abruti de tigre lui a-il volé ses pilules ? Que de malheurs aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Mar 5 Avr - 14:44


Argim... va t'en ! Je t'en prie ! Fiche le camp ! Vous ne pouvez rien faire pour moi. Je suis souillé à vie par le poison, je reste une menace constante pour la meute. Allez vous-en et laissez moi !

Argim était un vieux loup blanc que le temps et le désert avait abîmé au plus profond de son être. A la fuite de l’un des jeunes membres de sa meute, il s’était vu confié la quête par le mal alpha, de ramener cette jeune brebis égarée au bercail. Argim était au courant de ce qui était arrivé au jeune Erras car durant des mois il l’avait suivi comme son ombre le surveillant et guettant le moment idéal pour le ramener avec lui et que ce soit de son plein gré. Il avait entraperçu à plusieurs reprises la puissance destructrice que son descendant pouvait développer lorsqu’il faisait des crises de rage et avait comme le jeune loup conclut qu’il était mieux pour le bien de la meute de le laisser partir. C’était ainsi qu’il revint auprès des siens après un an, abandonnant le jeune Erras à la vie extérieure.
Cependant, l’accueil qu’on lui mena à lui qui avait failli à sa mission et n’avait pas ramené l’enfant ne fut pas des meilleurs et il se sentit extrêmement honteux devant les deux sœurs du jeune Erras qui attendaient le retour de leur frère avec inquiétude et impatience. Il avait beau expliquer encore et encore ce qu’il avait vu, ce que le loup blanc avait fait, personne ne comprit son choix de l’abandonner… Ils étaient une meute, une famille, ne formaient qu’un seul et même être et perdre Erras avait été pour eux comme perdre un membre de leur corps. Alors bien sûr, Argim avait lancé des milliers d’arguments comme celui de l’amputation d’un membre quand celui-ci était gangréné… cependant on lui répondit à l’unanimité, que l’on tentait d’abord de la soigner…
Argim n’avait pas agit pour la meute en laissant le jeune loup partir… en un sens il avait fait cela pour honorer le sacrifice d’Erras et lui simplifier son existence déjà difficile. Néanmoins, comprenant son erreur, il décida de repartir à sa recherche et de ne revenir dans la meute que quand il retrouverait le jeune alpha.

Il passa des années à le rechercher en terre Beorc ce qui lui valu bon nombre de ses cicatrices mais ne retrouva point la trace de son protégé. Il décida donc d’une autre stratégie pour le retrouver et, plutôt que de lui courir après, il s’installa dans le désert qui menait aux cités d’Hatary, passage obligatoire pour quiconque venant de Beignon où autres Pays Laguzs. Il avait fait en sorte de supprimer toute la concurrence en achetant ou en menaçant les autres commerces du désert et s’assura le monopole de chaque voyage dans le désert, devenant une étape obligatoire pour quiconque souhaitait survivre à son voyage. Il avait bien sûr rencontré de nombreux problème avec la population locale mais il n’était pas un Alpha pour rien et avait su faire respecter son territoire.
Il avait alors attendu encore et encore le jour où son jeune disciple viendrait sur les terres de ses semblables. Et aujourd’hui arrivait enfin le jour de la fin de sa quête car cette fois-ci, il ne le laisserait pas repartir. Il l’emmènerait coûte que coute avec lui. Il n’était pas bon de rester loin des siens.

***
Alors que le jeune loup blanc ce relever pour faire désormais face au Tigre, il oublia de se protéger du vieux loup qui en profita pour le saisir par derrière l’attrapant à la gorge sans pour autant serrer comme Erras tentait de le faire depuis le début du combat.

- Il est temps d’arrêter mon enfant, tu peux contrôler ce corps qui est tien, tu peux le calmer et atténuer ta soif de sang. Erras, je connais ta force de caractère et ton grand cœur. Si tu ne penses pas pouvoir arriver à te contrôler, tant pis laisse nous simplement faire, nous te contrôlerons pour toi. Car nous sommes une famille et nous t’aimons de tout notre cœur.

Ces paroles lui avaient été chuchotés à l’oreille comme une confession des plus intimes. La louve couleur de sable s’était postée entre les loups blancs et le tigre qui n’avait plus aucune intention de se battre et elle tenait à la main les pilules qui devaient ramener le jeune loup à la raison. Elle ne souhaitait pas spécialement protéger le Tigre mais étrangement, elle ne pouvait le laisse se faire tuer. Elle s’approcha donc le médicament à la main du loup blanc. Espérant que le vieux loup tiendrait suffisamment longtemps pour qu’elle réussisse à administrer le médicament.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Mer 6 Avr - 6:57

Erras s’apprêtait à faire de ce tigre sa prochaine victime. Il le voulait, il en avait tellement envie. Ce félin qui a osé s'interposer entre lui et le vieux allait regretter ses gestes ! Mais c'était sans compter sur le vieux tigre qui refit des siennes. Quel pot de colle, celui-la ! Le vieux l'attrapa par derrière en lui saisissant la gorge. Erras commença à se contorsionner en claquant de la mâchoire dans l'espoir d'attraper une partie du corps du vieux afin de commencer à le dévorer assez pour qu'il le lâche puis le tuer après.

<< Il est temps d’arrêter mon enfant, tu peux contrôler ce corps qui est tien, tu peux le calmer et atténuer ta soif de sang. Erras, je connais ta force de caractère et ton grand cœur. Si tu ne penses pas pouvoir arriver à te contrôler, tant pis laisse nous simplement faire, nous te contrôlerons pour toi. Car nous sommes une famille et nous t’aimons de tout notre cœur. >>

Ce vieux divaguait, Erras ne voyait pas de quoi il parlait. Il continua de tenter d'attraper la cheville du vieillard ou une autre partie de son corps à portée de gueule.



<< Tu te précipites trop, Erras. Prend le temps de t'approcher silencieusement avant de bondir sur le gibier. Si tu t'y prend trop tôt, il s'enfuira ! >>



<< Ce n'est rien, t'en fais pas. Tu t'es juste froissé le muscle de la patte. Repose toi et ne force pas sur celle-la, tu iras mieux bien vite. >>



<< Ne vas pas en forêt tout seul. Si un Beorc te vois et te suis jusqu'ici, on aura des ennuis, tu comprends ? >>



Erras secoua la tête. Qu'est ce que c'était ? Des souvenirs ? Mais de qui ? Il n'a jamais fait que tuer et détruire toute forme de vie. Qui aurait pu lui prodiguer des conseils ? Et ce truc qui commençait à lutter en lui, c'était agaçant ! Et que foutait cette fille si proche d'eux ? Erras aboya et commença à tendre la gueule vers elle en tentant de la mordre. Elle aussi elle doit mourir !
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Ven 8 Avr - 12:48


Alors qu’elle s’avançait tel un bourreau s’approchant de l’échafaud, Personne regardait avec attention ce que ne pouvait voir le jeune loup blanc. Il ne pouvait pas voir la douleur dans les yeux de son parent, il ne pouvait apercevoir l’abîme de souffrance que cet être ressentait mais également l’étincelle d’espoir qui brasillait dans ses iris à chacun des pas de la louve la rapprochant du fils de sa meute. Cet homme aimait le jeune loup blanc du même amour que celui que portait sa sœur à son égard… Etrangement, elle était presque jalouse de voir que lui pourrait certainement retourner au près des siens mais qu’elle, elle était condamnée à ne plus les revoir. Non pas de sa propre initiative comme pour le jeune loup blanc mais parce qu’elle avait été chassée de sa famille comme un vilain mouton noir dans un troupeau de fiers mouton blanc.
Son esprit hésita quelques secondes mais son corps ne s’arrêta pas. Car son corps savait que son esprit ne voulait de mal à personne, qu’au fond d’elle-même, même si cette pensée était apparue, Personne souhaiterait toujours que ceux qui s’aiment soient réunis. La famille du loup Blanc l’aimait et elle se doutait que lui aussi l’aimait en retour. N’avait-il pas cité le nom de ses sœurs lorsqu’elle l’avait récupéré… ?

Elle tendit une main dénuée de poils vers le jeune loup alors que ce dernier essayait de lui happer la chair. Mais sa gueule ne pouvait pas l’atteindre tant le vieux loup ce démenait pour le retenir. Les griffes de l’animal déchirèrent sa chair imberbe et pâle sans que la demoiselle ne bronche un mot. Pour le calmer, elle lui donna un puissant coup de genoux dans le ventre ce qui le fit se plier en deux et sans plus attendre, elle lui enfonça dans le gosier ces pilules qui semblaient si précieuses au jeune loup.
Etrangement, elle ne ressentait rien ni douleur, ni peur… la vision de cet amour familiale lui avait paralysé le cerveau sur le fait qu’elle, elle ne connaitrait jamais de moment semblable… est-il malsain d’envier un fou… ? Peut être… ce qui signifiait que Personne était surement folle elle aussi. Le loup profita de cette main à portée de gueule pour mordre la jeune fille avec tant de puissance qu’elle aurait certainement perdu la main si le tigre n’était pas intervenu. Il la saisit par l’épaule pour la rejeter en arrière.

- Ecarte toi Idiote !

Le patriarche saisit ensuite la gueule du loup blanc et obligea celle-ci à ce fermer. Lui avoir donné la pilule ne servait à rien s’il ne l’avalait pas. Le tigre retourna au près de la gamine regardant ses entailles avec attention.

- Es-tu folle ? Pourquoi ne t’es tu pas retirée tout de suite regarde l’état de ton bras et de ta main. N’as-tu donc aucun instinct de survie ?


Il sortit la même lotion que précédemment et l’appliqua sur la main dont les plaies se refermèrent presque instantanément. Puis, il prit un bandage pour rapidement envelopper la main de la jeune fille. Mais avant qu’il ne termine, cette main se recouvra d’un poil cendré et le repoussa pour se remettre en position de combat.
Elle ne sait comment mais l’animal avait réussi à se débarrasser de son adversaire et sa rage semblait avoir redoublée.

Avait-elle échoué ?
Le médicament n’agissait-il pas ou alors mettait-il du temps à agir ?
S’étaient-ils tous trompés sur la nature de la folie de l’animal ?

Elle ne savait pas, mais elle devait l’empêcher de faire plus de mal à son entourage mais surtout à lui-même pour l’amour de sa famille.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Sam 9 Avr - 9:30

La gamine continuait de s'approcher avec les pilules en main. Plus la distance qui les séparaient diminuaient, plus l'agitation d'Erras augmentait. Il savait qu'elle lui voulait du mal, qu'il n'allait pas aimer ce qu'elle allait lui faire. Mais ça n'arrivera pas ! Il allait la dévorer !

Elle tendait la main . Erras tenta de la mordre, mais il la manqua de peu. Ca, c'était à cause du vieux qui le retenait ! Saloperie ! Erras porta un coup de griffe et parvint à entailler le bras de la fille, mais elle ne gémissait même pas, comem si elle ne ressentait pas la douleur. Au contraire, elle répliqua d'un coup de genoux au ventre qui fit couiner Erras puis il sentit la main de la fille s'enfoncer dans sa gueule pour y déverser les pilules. Non !

Erras referma la mâchoire en profitant de l'aubaine. Il allait lui arracher la main et la ronger soigneusement ! Hélas, l'autre minou l'a retiré avant qu'il n'aie pu sectionner les nerfs, la main de la fille allait juste avoir une belle trace de morsure, dommage...

Il fallait qu'il recrache ces pilules ! Tout de suite !... trop tard, l'autre le muselait et le forçait à avaler. Erras s'efforçait à recracher, quitte à se noyer dans son vomi, mais rien à faire. Il n'y arrivait pas. Malédiction !

Il se releva violemment et écarta le vieux loup en le projetant contre le mur Ils allaient mourir ! TOUS !

La fille ! Il allait commencer par la fille ! Avec toute sa rage qui se décuplait à en exploser, il se jeta sur le tigre et lui saisit violemment la nuque en le plaquant au sol. Il comptait d'abord s'assurer qu'il ne gênera plus. Dévorer son cadavre pouvait attendre...

Sa vision se brouillait...
Sa respiration saccadée ralentissait jusqu'à prendre un rythme normal...
Le flux de colère s'amenuisait...

Erras commença à tituber puis s'allongea à côté du tigre, mû par la fatigue et la somnolence provoquée par les pilules. Ils lui ont donné une trop forte dose, une seule suffisait et ils lui ont donnés tout le contenu de sa bourse...

Lentement, ses paupières se fermèrent puis plus brusquement tandis que son esprit paralysé par le médicament sombrait dans un sommeil où aucun rêve ne viendra le perturber. C'était fini, outre les premières victime, personne n'était mort. Juste le vieux qui était secoué et la fille qui s'est fait vilainement mordre...

Que vont-ils lui faire maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Personne
avatarLaguz


Messages : 98
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 10 Avr - 1:55


La bête blanche heurta le sol de tout son poids, et le combat cessa.

Seule Personne restait debout dans la vaste salle saccagée. Les clients étaient partis. Les félins s’étaient enfuis. Ceux restés étaient pour la plupart mort. L’aubergiste gisait dans un coin de la salle. Le crane ouvert et le visage en sang. Le Tigre s’était évanoui sous l’attaque fulgurante du loup blanc et ce dernier gisait inconscient au milieu de la salle. Debout au milieu de corps inerte, cette situation lui rappelait vaguement un souvenir lointain… était-elle destinée à rester seule debout après un combat… ?

Sans plus attendre, elle alla vers le Tigre qui était juste à coté d’elle. Elle passa sa main sur sa gorge et ressentit le cœur battre faiblement à travers sa carotide. Il n’avait pas de blessures visible juste un hématome sur le haut du crâne, il devrait s’en sortir. Elle alla ensuite vers le vieux loup blanc dont le sang barrait la moitié de son visage. Elle approcha sa main quand soudainement, le vieux loup la lui saisit.

- Ne me touche pas gamine, tu risquerais de te salir. Où est Erras ?


Erras… c’était la première fois qu’elle entendait le nom de son jeune rescapé. Elle indiqua la masse informe au milieu de la salle et avec la vivacité du serpent, le vieux loup blanc ce retrouva au près du certain Erras.
Personne ne préféra pas écouter ce que Le vieux loup disait à l’enfant de sa meute mais sur son visage, elle ne lisait que de l’amour… Les choses devraient rapidement s’arranger pour le loup. L’aubergiste le prit alors dans ses bras et pendant que Personne vérifiait s’il n’y avait pas d’autres survivants, le grand-père mena l’enfant à l’étage.

Les félins avaient tous péris sous l’assaut de la bête blanche, aucun n’avait pu survivre au broiement de leur gorge par les dents tranchantes de l’animal. C’était drôlement triste. Elle réunit les corps dans un coin de la salle et s’évertua à ordonner le peu de choses qui le pouvait encore. Elle passa de nombreuse fois au dessus du corps inerte du tigre mais ne savais pas quoi faire avec lui. Il restait un criminel, un voleur qui avait en un sens déclenché ce massacre… si elle le réveillait, il l’attaquerait surement hors, elle avait eu son quota de violence pour la journée. Elle se plaça à coté de lui le dévisageant plus que de raison et retourna son corps pour poser la tête du beau brun sur ses cuisses. Il n’avait pas l’air méchant ainsi les yeux clos. Elle passa sa main dans ses cheveux et attendit.

*
A l’étage, le vieil Argim avait bordé Erras dans un lit. Ave une tendresse toute familiale, il remit la bourse du jeune loup autour de son cou. La jeune fille avait donné à son neveu une quantité importante de médicament mais elle en avait laissé une bonne partie dans le petit réceptacle de cuir.
Argim était incroyablement fier de l’enfant de sa meute. Lors de sa fugue, il avait admiré son sens du sacrifice pour sa famille et aujourd’hui, il admirait sa puissance. Erras était devenu un vrai loup, un digne membre de sa meute et maintenant qu’il l’avait retrouvé, il le forcerait à rentrer au près de ceux qui l’aiment. Lui-même avait envie de revoir sa famille, son frère et sa femme. Peut être même son propre fils… des larmes se mirent à perler aux coins de ses yeux. En un sens, il avait sacrifié sa vie pour retrouver Erras cependant ce n’était pas ça qui faisait couler ses larmes mais l’espoir que sa famille, sa meute soit de nouveau au complet. Il se pencha sur le corps de l’enfant et le prit dans ses bras, le serrant fermement.
Demain, ils rentreraient ensemble pour retrouver les leurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   Dim 10 Avr - 20:48

<< On ne vous a pas vu depuis tellement longtemps !
- Erras ! Oh mon dieu mais regardez le !

- Ne le touchez pas. Inutile de le réveiller pour le moment. Il va bien, il a juste pris une forte dose de calmants.
- Il a tellement changé ! Regardez moi tous ces muscles... oh mon frère.
- Sowi, calme toi enfin !
- Mais enfin Snow-Snow, ça fait tellement longtemps qu'on ne l'a pas vu, regarde-le ! Ce n'est plus un gamin maintenant. J'ai cru qu'il était mort depuis longtemps et le revoila.
>>

*Snow-Snow... Sowi...*

Un épais brouillard entravait ses pensées, pourtant leur nom passait aisément cette muraille anesthésiante, comme une pierre franchissant un mur de flammes. Erras tenta d'ouvrir les yeux. Il ne voyait qu'un rai de lumière floue. La fatigue entravait encore son corps, soutenu par la faim et la soif. Pourtant, il distinguait deux visages de femmes faites, qu'il a jadis connu étant enfant.

On l'entraina encore un bout de temps jusqu'à un endroit sombre. Une masse de loups l'encerclait, le reniflait, hurlait leur remerciement à la lune pour leur avoir rendu leur fils. On le fit boire, on le fit manger et ce sans constater qu'il était à moitié réveillé malgré la drogue... il était rentré. On l'a ramené en ce sanctuaire qu'il a si longtemps évité...

Maudissant son incapacité à rester à jamais loin de chez lui, et remerciant son tuteur pour son geste malgré tout, il se laissa entrainer dans le sommeil artificiel que lui imposait la drogue...


...

<< Tu te rends compte de la peine que tu nous à fait, à Sowi et à moi ?
- ...
- Dix ans ! Dix ans sans nouvelles ! Dix ans à nous laisser nous ronger les ongles ! Dix ans à vagabonder en fuyant ton clan comme la peste !
- ...
- Pourquoi bon sang ? Pourquoi tu n'es pas revenu ? Pourquoi tu n'as pas laissé entendre que tu étais en vie ? POURQUOI ?
- ...
- Dis quelque chose enfin ! Tu m'écoutes ou bien tu dors les yeux ouverts ?
- ... tu as changé... >>

Erras était allongé sur le lit de paille. Il avait une coupole d'eau et un cerf tué du matin à côté de lui. Snowfall se trouvait à son chevet, Sowi dormait juste derrière elle. Comme toujours, elles restaient sous forme animale, tradition de la meute des Menolah et précaution pour que les Beorcs ne les remarquent pas en tant que Laguz. Erras restait sous sa forme humaine tant qu'il était convalescent, mais rien ne l'empêchait de parler avec sa sœur.

<< ... c'est comment, Tellius ?
- Tellement grand que je ne pourrais pas tout te raconter en une nuit.
- Tu as tout ton temps pour me raconter, maintenant.
- ... >>

... c'était vrai, hélas : ils ne le laisseront plus jamais partir. Il était prisonnier de sa meute...

Étrangement, il ne parvenait pas à s'en attrister, sa famille lui manquait bien trop pour qu'il pleure son retour et son échec.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leçons de survie en milieu hostile [PV : Personne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Entraînement à la survie en milieu hostile [Pv. Solal & Kozan & Ylm]
» [COURS] Apprendre à survivre en milieu hostile
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Guide de survie en bibliothèque hostile [Enri ?]
» Survie... Au milieu ou au professeur?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Hors RP :: 

Archives

 :: RPs Terminés :: Hatary
-