AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le fou du Roi [PV: Geist]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Le fou du Roi [PV: Geist]   Jeu 1 Sep - 4:17

L'incompréhension se faisait ressentir en Geist telle une tornade balayant une à une ses convictions les plus incrustées au fond de lui. Tout, absolument tout ce dont il croyait encore en lui s'écroulait face à ce némésis, cette entité cléricale dotée d'un pur esprit maléfique. Comment lui, le héros, pouvait-il perdre face au mal ? Et pourtant c'était l'évidence même que ce combat ne rimait à rien, il était déjà vaincu avant même que tout ceci ne se termine. Le prêtre dément se mit à ricaner doucement tandis que le pauvre soldat se tenait là, presque recroquevillé de douleur sur lui-même et à moitié conscient de la situation actuelle. La peine au fond de lui ne faisait que l'endolorir, il voulait absolument la faire taire, que sa blessure cesse de lui brûler la chair ainsi. Même le son de la voix du clerc devenait de plus en plus trouble face à cette souffrance interne, la machine ne fonctionnait quasiment plus.

Cependant malgré le visu et le son étténués par cette presque syncope, il entendit comme au ralenti la mélopée des pas de son adversaire s'éloigner de lui, se dirigeant inéxorablement vers sa nouvelle victime du moment, cette pauvre femme innocente qui pourtant n'avait rien à voir dans tout ça. Sa faiblesse le trahissait, et le prêtre n'avait pas si tort en affirmant que Geist était responsable de la situation. Cette trahison était certes intolérable, mais inarrêtable, personne et même pas lui ne pouvait arrêter la sentence. Avait-il toujours été si faible ? Vraiment, si Naeliel était encore vivante, elle ressemblerait réellement à cette femme, en y repensant... Mais, même virtuellement, est-ce qu'un grand frère serait purement incapable de défendre sa soeur ? Dans ce cas, il ne pouvait même pas être appelé 'grand frère' par elle, ni dans sa propre estime. Il avait déjà failli une fois semblait-il sans qu'il ne puisse rien faire, est-ce que la fatalité voulait qu'il revive cette scène pour de vrai, d'avoir ce sentiment d'impuissance totale au fond de lui pour qu'il comprenne le véritable sens de ce qu'est la souffrance morale... Au fond, il n'était venu que pour récupérer son dû, sa précieuse lance qui gisait à ses côtés, inutile également malgré tout et malgré le fait qu'il l'avait à nouveau... Mais cela pouvait-il suffire ? Vraiment pas, quel égoïste il faisait, cet état pathétique de la chose lui donnait bien plus la nausée que la douleur ne pouvait lui faire subir, décidément.

À tâtons, il cherchait de sa main gauche, tandis que sa droite tenait sa blessure, le fruit de son ancien désir. Mais cette fois son voeu le plus profond n'était pas de retrouver un objet, ni que la douleur cesse, non. Son mental se mit à transcender la douleur, et il se releva péniblement mais assez rapidement malgré son état de charcuté. Il ne souhaitait même pas protéger son passé ou sa soeur en elle-même, mais malgré tout son bon fond se retrouva mis à nu tel quel, indéfinissable pour certains, surtout quand on connaît l'individu, cependant il avait maintenant totalement foi en sa détermination.


" Dis donc l'apprenti prestidigitateur... Comme si j'allais vraiment te permettre ça, hein ? "

Oui, finalement Geist était ainsi, et malgré ses faux airs de justicier mal placés, il ne pouvait définitivement pas laisser un être aussi malfaisant tuer une innocente de la sorte. Davantage que ce sentiment qui le pousse à se battre pour montrer sa valeur, plus que de venger sa mémoire et celle de sa soeur, plus qu'une vengeance, c'était un acte bête et méchant de pseudo-héroïsme qu'il souhaitait faire. Vouloir sauver la veuve et l'orphelin, c'était la raison pour laquelle il avait quitté le cocon familial, qu'il avait finalement abandonné son monde pour découvrir un nouveau, et malgré tout il fera son possible pour perpétuer dans cette voie qui lui a tout pris, mais cette fois il n'avait pas d'autre choix que de s'y résoudre. À quoi bon se prétendre être un héros si on chavire sur le moindre obstacle ? En temps normal, le justicier démolirait celui-ci à coups de tête s'il le fallait, et c'était le pourquoi, ignorant toute douleur et tout handicap le temps d'une frappe, il arma tout son courage ,sa volonté et sa force en empoignant et brandissant Inferno encore une fois en chargeant sur Redgard de toute son âme. Le prêtre à moitié retourné n'avait pas d'autre choix que d'essayer de se défendre face à ce coup car sa vitesse désormais normale ne lui permettait pas de survivre s'il faisait l'erreur de tuer la jeune femme avant. Après tout, même avec un gros cube de glace au bout de la lame, Geist avait toujours la possibilité de lui briser la nuque d'un coup, enfin s'il arrivait encore à viser convenablement dans cet état.

Les gentils gagnent toujours, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le fou du Roi [PV: Geist]   Lun 5 Sep - 1:00

- Dis donc l'apprenti prestidigitateur... Comme si j'allais vraiment te permettre ça, hein ?

Un rictus satisfait vint aux lèvres du prêtre fou. C'était si simple, si drôle. Ce crétin ne pouvait repousser les limites de son être que lorsque ceux qui l'entouraient souffraient. Un bête bouc émissaire voilà tout ce qu'il était et tout ce qu'il était destiné à rester. Le seul moyen d'avoir un affrontement digne de ce nom restait donc encore de se servir de la blonde à ses pieds. Son épée fit mine de se lever encore un court instant alors que le lancier chargeait en une attaque désespérée. Aucune stratégie, aucun tact... Que pouvait-il de toute façon faire avec ce qu'il devait endurer. L'orbe de force s'illumina alors que le prêtre bondissait sur le côté, esquivant de justesse le gros bloc de glace entourant l'Inferno. Son propriétaire voulut rabattre son arme sur le côté mais l'homme aux cheveux roux en avait décidé autrement et sa lame embrasée rencontra la base du bloc de glace en un choc sourd et d'une puissance telle qu'elle fit reculer le soldat sur plusieurs mètres, laissant la marque de ses chausses sur le sol à l'herbe légèrement calcinée.

Un sourire illumina le visage dément du chef de secte alors qu'il contemplait le visage de son adversaires sur lequel les flammèches et les braises qu'avaient provoquées la lame ardente projetaient de superbes jeux d'ombres. Comme la souffrance de son être transparaissait merveilleusement bien sur son visage. La torture était un art que seuls certains élus savaient apprécier.

- Je ne savais pas qu'un rustre de ton espèce connaissait d'aussi savants mots. Prestidigitateur... Parviendras-tu à trouver plus compliqué encore avant que ma chère lame ne te rôtisse comme un vulgaire porc?

Il en était là de son discours lorsque son regard accrocha un singulier détail. Une mèche de cheveux roux, flottant lentement vers le sol. Revenant à la réalité, le prêtre put constater qu'une fine coupure ornait sa joue droite et qu'une mince traînée de sang en dégoulinait. Un ricanement lui échappa. L'affrontement allait-il enfin devenir intéressant ?

Sa magie se concentra un instant et les flammes de sa lame décuplèrent de taille, léchant l'homme au regard fou sans pour autant parvenir à le blesser, un véritable bouclier ardent, une épée qui protégeait son utilisateur autant qu'elle détruisait son adversaire. D'ici peu, le sens du mot souffrance n'aurait plus aucun secret pour cet homme. Il allait lui faire connaître les joies du bûcher, les pires côtés de ce que pouvait avoir la vie d'hérétique en un autre temps.

S'approchant de son pas mesuré, son regard dément prévoyant déjà ce qu'il allait lui infliger, le sectataire accéléra le pas avant de se mettre à courir, son épée se leva et s'abattit, vomissant les flammes de l'enfer vers l'homme à la lance toujours congelée visiblement...


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Le fou du Roi [PV: Geist]   Jeu 8 Sep - 14:19

Le coup avait fait mouche, mais rien ne pouvait être comparable au fait qu'il l'ait superficiellement blessé, alors que de l'autre côté il avait souffert d'une profonde entaille de part en part de son corps. Bon l'avantage était que cet imbécile avait cautérisé la plaie et il ne pouvait plus souffrir par un manque évident de sang, mais... Cela faisait vraiment un mal de chien. Le coup porté au prêtre fou avait presque épuisé le lancier, alors que son adversaire semblait même satisfait de ça. C'était évidemment foutue dans un sens, doté d'une force sans pareille, même l'Inferno était de marbre, ou plutôt de glace face à cela. Le chef des sectataires avait néanmoins arrêté sa descente au bon moment, épargant -pour le moment- la jeune femme. C'était toujours ça de pris, mais pour combien de temps. Geist ramassa à ses pieds l'orbe de vitesse pendant que l'homme parlait légèrement, et la brisa entre sa main, rassemblant encore un peu plus de force, et donc la gâchant probablement inutilement. La Force, c'était devenu un élément bien trop déterminant dans cet affrontement, car armé de sa magie d'amélioration, cet homme pouvait être paré à toute éventualité, tandis que de l'autre côté notre homme avait la vue presque brouillée par la douleur, tandis que sa force le quittait peu à peu. Cet élément ferait en sorte que le prochain assaut sera sûrement fatal.

" Oh tu sais, je connais aussi d'autres mots savants sous mes airs de brute... Voyons voir. "

Le prêtre le regardait avec intérêt, presque sadique et impulsif. Revirement total de comportement, il semblait maintenant animé par une sorte de pulsion réellement meurtrière. Geist avait-il réveillé en lui une envie douteuse de massacre, ou bien quelque chose le dérangeait malgré qu'il ne soit que superficiellement coupé à la joue... Minute, coupé ?

Geist observa le bout de son Inferno, toujours enveloppé de glace. Depuis quand pouvait-il trancher même à peine quelque chose avec cette configuration ? Purement impossible, et peut-être que le changement subi du prêtre dément était du à cela. C'était encore une fois purement théorique, mais c'était tout aussi fumé que plausible à la fois. Alors, la dernière fois il... Dans le doute, il se mit subitement à se concentrer comme il avait toujours eu l'habitude de faire. Depuis quand avait-il perdu foi en cette possibilité ? Depuis qu'il avait vu l'innefficacité de l'Inferno auparavant ? Oui, il l'avait vu en effet, et alors ? Le doute était permis, mais pourquoi ne pas avoir de certitude dans ce cas. Lui qui ne faisait que douter de lui, il se mettait enfin à douter de son adversaire... Pour une fois. Ce dernier amorça une charge vers Geist, tel un sauvage. Et bizarrement, le doute grandissait au fur et à mesure que le lancier augmentait son pouvoir sur son arme gelée. Le temps de préparation en plus de l'attaque du chef des sectataires, il avait la possibilité jusqu'à quatre fois avant que ça devienne dangereux. La lame rougeoyante se leva vers les cieux, tandis que l'homme au bandana rouge inversa sa lance de sens, pointant sa seconde extrémité équipée d'une lame montée vers le fou furieux foncant dans sa direction. Les fractions de seconde s'écoulèrent tandis que la distance entre les deux hommes rétrécissait inéxorablement. Etrangement une sorte de malice apparut sur la bouche de Geist, et lorsque son ennemi actuel se trouvait à moins de deux mètres de lui, il prononca en toute simplicité.


" Par exemple, explosion pyrotechnique ? "

A la fin de sa tirade, il lâcha subitement son arme de ses mains, et le temps se figea. Durant ce millième de seconde, l'Inferno était parfaitement horizontale, pointe aiguisée vers le dément, bloc de glace à l'opposé, en arrière. Durant ce même instant, notre Geist relâcha ses charges accumulées dans la pointe de l'Inferno, afin d'utiliser la variante de lancer propre à lui-même. Si tout se passait bien comme il l'avait imaginé, et que tout ceci n'était qu'une farce, sa fidèle arme filerait droit à toute vitesse vers sa cible, avec une vitesse telle qu'aucune esquive ne serait possible aux vues de la distance les séparant, et encore moins parable avec son arme placé vers le haut de son corps. C'était à double tranchant, car si sa théorie était fausse, il était entièrement désarmé et à la merci de son assaillant. Empalé ou être tranché en deux, tout ceci se misait sur un pari fou. Cependant malgré la tension, Geist esquissa un sourire satisfait.

" Le bloc de glace n'existe pas... "


__________

Petite précision : Geist est pas trop bête non plus, il a placé son arme de sorte à ce que si jamais elle partait en "lance-missile" tout droit vers le prêtre, la femme non loin ne se trouve pas dans la trajectoire de tir.
Revenir en haut Aller en bas
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le fou du Roi [PV: Geist]   Dim 25 Sep - 18:45

Le prêtre chargeait, c'était l'attaque finale. Plus d'illusion, juste une épée. Ou alors tout ceci n'était qu'un vaste mensonge. Peu importe ce qui se produit, l'épée du prêtre ne toucha pas le lancier. Mais son arme à lui, traversa royalement le corps du prêtre. Et tout n'est qu'un mensonge. En un quart de secondes, le prêtre et la demoiselle en "détresse" furent intervertis. Le prêtre assis tranquillement plus loin, riant.

Elle avait un gros trou dans le ventre, et on dit qu'avec un poumon en moins c'est difficile de... Vivre. Mais si la supercherie allait plus loin?
Elle leva ses yeux d'or sur lui, son assassin. Et elle bégaya, avant de perdre conscience et d'en mourir:

"Je te hais... Je te hais tellement, Geist... J'ai tué maman à cause de toi... Ils sont tous mort à cause de toi... Même... Moi..."

Et sans rien pouvoir ajouter, la langue bullant dans son propre sang, la dragonne noir s'écroula au sol. Ce n'était pas compliquer le symbole vert sur son front était maintenant visible. Elle était affalée au sol, sur le dos, gisant dans son sang et ses long cheveux blonds laissant voir son front.

Et au loin, le prêtre riait:


"Ha ha ha... Cette Naeliel t'as bien eu. Enfin, moi j'ai été bien payé pour faire ça. Maintenant que tu es en proie au désespoir, je vais t'achever! Tout ceci n'est qu'un mensonge et tu as été un très bon pantin!"
_________________________________


Voilà, a toi conclure. Un dernier poste et tu es classe II. Le prêtre va donner tout ce qu'il a pour te tuer; tu peux fuir ou le tuer toi. Au choix.


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: Le fou du Roi [PV: Geist]   Dim 25 Sep - 19:52

Échec et mat, la partie était définitivement terminée. L'Inferno parvint à s'élancer vers sa proie, la transpercant de part en part, comme Geist l'avait imaginé, espéré. Cependant la suite était loin d'être ce dont à quoi il s'attendait. Son expression victorieuse disparut d'un coup sec, lorsqu'il réalisa que l'illusion de son ennemi était en vérité bien plus poussée qu'il ne le pensait. Et il riait, ce fou, devant la scène présente sous ses yeux, devant l'apothéose de son complot visant à détruire le lancier, voici qui était fait. L'Inferno avait asséné un coup mortel à sa cible avant d'aller se planter plus loin dans un arbre, mais ce détail était insignifiant devant le cauchemar éveillé qu'était en train de vivre le dernier des Rikston. Tremblant d'abord comme une feuille soufflée par le vent, la chute de l'adrénaline le fit planter sur place. Cependant réunissant ses dernièrs forces encore une fois, il parvint à rattraper la jeune fille dans ses bras avant sa chute. Cette dernière leva les yeux vers Geist, sans réussir à prendre un air accusateur cependant, à cause de sa mort imminente. Puis elle prononca lentement et faiblement ses dernières paroles, destinées à son meurtrier de frère. Et puis, plus rien. Le noir envahit ses pensées, sa vision, son esprit. Tout était brouillé, mais néanmoins lourd de sens. Et la vérité ne pouvait être plus indéniable : il l'avait tué, de ses propres mains. Ses mains qu'il avait entraîné pour protéger, servir, n'étaient plus que paire d'instruments du Mal. Son Mal.

Le prêtre riait, avant de révéler le véritable nom de la défunte. Elle le haissait. Malgré tous ces mensonges, Geist pouvait apercevoir ces mots comme l'ultime vérité. Cette dernière éclatait alors aux yeux du lancier frappé par le destin. Qu'avait-il fait de bon, jusqu'à maintenant ? Il avait blessé, tué, maltraité sans jamais une once de bienséance en retour. Il était haï, c'était désormais la seule certitude qu'il pouvait avoir sur le monde, dans cette pitoresque farce de sa vie. Rien, pas même lui, ne pouvait prétendre être bon désormais. Personne ne l'était, il n'y avait au final que le mal, le chaos, à plus ou grande dose. Mais aucune personne en ce monde ne pouvait prétendre être bonne ou gentille, finalement.

Le prêtre se leva, épée en main, il voulait certainement en finir, et vue l'état autant physique que psychologique de son adversaire, il n'avait même plus besoin d'avoir recours à ses illusions. Il ira directement et droit au but. Geist lui, avait lâché le corps de Naeliel, restant à genoux face à soncadavre sanguilonnant, le regard perdu dans le vide. Et l'homme s'approcha pour rendre le verdict de ce procès inéquitable, depuis le début.

Le Feu est un élément destructeur, le plus proche du Chaos. Dans un sens, il représentait aussi le Mal, les enfers. Pour Geist, cet élément finalement lui sciait comme un gant. L'Inferno avait été forgée avec le Feu primordial, celui qui ne s'éteint jamais. Le Soldat, lui, ne s'était contenté que de se lier à son arme pour profiter de son pouvoir un minimum. Cependant durant cet instant, la conscience de Geist n'était plus. Elle s'était évanouit avec ses songes, partant pourtant pas si loin que ça. Il était né cendres, et il redeviendra cendres, telle est la maxime, cependant cette formule pouvait être correctement appliquée par lui-même, car sur le coup son seul souhait était de se faire consumer par les flammes de sa colère intérieure. Celle qu'il éprouvait pour son être, ce qu'il était au fond de lui. Au loin, une lueur pouvait être difficilement distinguable.


" Allez adieu, cher petit élu. Ah ah ah ! "

Il riait, encore et encore, face à cette situation. Cependant lorsqu'il voulut asséner le coup final pour en finir, il ne pouvait pas, bizarrement. Au contraire de ses prévisions, il ressentait une drôle de chaleur en lui, et non pas à l'extrémité de son bras suspendu vers les cieux. Il rabaissa son regard pour constater que la pointe d'une certaine lance était nichée dans son torse, tenue par sa victime. Ébahi, il tourna sa tête lentement pour constater que l'Inferno avait disparu de son arbre, et aux vues de la douleur ressentie, ne pouvait que constater sa présence entre ses poumons. Et ceci était loin d'être une illusion. Geist avait le bras tendu, pointant son arme de prédilection vers le prêtre, avec toujours ce regard perdu, comme si ses gestes avaient été inconscients. Il se releva, faisant au passage mouvoir la pointe de l'arme enflammée dans ce pauvre corps pathétique en face de lui, et au fur et à mesure de son ascension, il reprenait des traits plus humains. Au final il regardait sa future seconde victime de haut, un sourire de suffisance ornait son visage tandis que son regard doré brillait de mille feux. Il retira son Inferno du corps du prêtre, et en un geste de la main, celle-ci disparut dans de légères flammes. L'autre homme, lui, tomba à genoux, lâchant son arme au passage. Mais Geist ne s'en préoccupa pas, il fit volte-face, laissant l'agonie faire le nécessaire pour ce dément. Et à vrai dire, cette qualification pourrait aussi très bien lui convenir. Il prit son sac mis à l'écart, but une potion au goût acide mais revigorant et, ignorant le reste de ses blessures, partit dans l'obscurité de l'endroit, sans mot dire.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Le fou du Roi [PV: Geist]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le fou du Roi [PV: Geist]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Personnel & Publicité :: 

Le Livre des Héros

-