AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs de flammes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarBeorc


Messages : 299

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Souvenirs de flammes   Dim 1 Avr - 0:35

D'aucuns auraient pu dire que le mal de crâne qui lui tambourinait dans les tempes provenait d'une consommation abusive d'alcool, s'ils avaient ignoré les réticences du chevalier à son égard. Il eût été fort préférable par ailleurs que ce fût la cause de sa souffrance, mais malheureusement pour Mysti, le motif en était tout autre.

Il s'éveilla sans trop s'en rendre compte, une partie du visage obstruée par ce qu'il identifia comme un sac de lin humide. Portant sa main à l'objet, il comprit au froid mordant qui accueillit la pulpe de ses doigts qu'un quidam quelconque y avait incorporé des glaçons, probablement pour faire taire l'insolente douleur peuplant ses pores. Cela ne valait pas l'insupportable torture infligée par Death environ deux mois plus tôt, mais il y trouvait matière à serrer les dents.

Bougeant avec lenteur et précautions, le mage s'ausculta membre par membre. Sur le visage d'abord, des bleus, des bosses, une croûte au beau milieu de la lèvre qui laissait sous-entendre une blessure ouverte, désormais cicatrisée. La mâchoire, pour ce qu'il en ressentait, avait dû être déboitée d'abord, réalignée ensuite. Le constat se révéla à peu près identique sur les bras et les jambes, et par miracle son torse ne semblait pas plus amoché qu'avant. Mais avant quoi ?

Il maugréa dans sa fine barbe en se rappelant l'agression, l'homme qui l'avait plaqué contre l'arbre et jeté par terre en premier, puis l'autre et, logiquement, leurs compagnes.

Un instant les images de la capitale en flammes lui revinrent à l'esprit, et le sentiment de béatitude en les contemplant. L'envie de dessiner ou de peindre ce paysage iridescent céda la place à l'auto-censure de sa conscience, ses valeurs, son éducation, ses croyances. Ah, comme le monde eût été plus simple sans l'envie, l'orgueil, la peur et la colère !

Ses sens revenus à un niveau acceptable, Mysti se redressa sur les coudes, puis en position assise. Il reconnut l'endroit comme l'infirmerie interne de la caserne principale, lieu de soins le plus proches de la forêt où s'était déroulé le duel de Blaze et Heinkel. Blaze... Connaissant le Marqué, son sang avait dû faire moins d'un tour quand il avait appris la nouvelle. Un mauvais pressentiment saisit alors le général. Blaze aurait forcément réagi. Et pas de la manière la plus douce.

Il porta de nouveau la glace à son visage. En fin de compte, cela calmait peut-être un peu douleur. Qui l'avait amené là ? Depuis combien de temps ?

"Y a-t-il... quelqu'un ici ?"

Sa voix s'enroua, trop vite. La soif se présenta aussitôt à lui et, tournant la tête vers le chevet, il y vit une carafe d'eau, ainsi que deux lettres posées manifestement à son attention. Une fois désaltéré, il ouvrit la première et découvrit une convocation à comparaître, une fois suffisamment rétabli, au procès des deux Marqués accusés de meurtres, coups et blessures, tentative de meurtre aggravée et quelques autres mentions délictueuses...
Dans la seconde, cachetée de Beignon et datée de plusieurs semaines avant, le Sénat annulait purement et simplement l'héritage testamentaire produit par Azelian. Ses biens, ses richesses, sa vie entière se retrouvait, le temps de statuer sur son sort, entre les mains de l'administration siennoise.

Mysti se sentit haleter, révolté, anéanti, tenté de tout laisser tomber et en même temps décidé à objecter. Son deuil lui revint en pleine figure, ainsi que la profonde trahison que tout un chacun semblait vouloir reprendre à son compte, comme si le monde entier se liguait à le réduire à l'état désespérance le plus total.

Son guérisseur attitré arriva alors de la pièce adjacente, attiré par son appel, pressa le pas en découvrant son expression face au papier qu'il relisait encore.

"Les déesses soient louées, vous allez mieux ! Il faut vous recoucher général, ou vous ne tiendrez pas le coup.
-Pourquoi tenir ?
-Je vais faire tout mon possible pour vous remettre sur pieds, gardez courage. La souffrance passera. Si vous voulez... je peux vous préparer un grog pour anesthésier un peu tout cela.
-Je suis fatigué de ce monde..."

L'homme se figea près du lit. Devant lui, le patient le plus intraitable qu'il avait eu jusque-là fondit en larmes amères en quelques secondes. D'un côté, cela le lui rendait sympathique, de le voir sous un jour plus fragile, plus humain que jamais. De l'autre, s'agissant d'une haute figure militaire du pays, il estima qu'il devait intervenir, mais que dire à un homme qui avait vécu tant de traumatismes à la suite ? Il avança un tabouret et soulagea Mysti de la poche de glace pour la lui appliquer lui-même sur la partie gauche du visage, celle que les villageois avaient malmené.

"Vous portez un poids si lourd sur les épaules... Je n'ose même pas imaginer ce que vous pouvez ressentir à ce moment. Cependant... Même si certains se posent des questions sur votre conduite dans toutes ces histoires, il y en a d'autres, vos amis et votre famille, qui croient en vous sans jamais faillir. Pour ceux-là, vous pouvez encore agir. Les protéger des périls qui ravagent actuellement Tellius. Ne m'avez-vous pas dit qu'il s'agissait là de vos vœux de chevalerie ? Y renonceriez-vous ?"

Pendant un long moment, il laissa Mysti évacuer la tension nerveuse par ses pleurs. Il lui donna à boire quand sa gorge lui arrachait des quintes de toux, tâcha d'atténuer ses douleurs par la glace et quelques encouragements hasardeux. Quand ses yeux se furent asséchés, le mage se sentit revenu à un état à peu près serein et consentit à se rallonger à condition qu'il lui racontât les événements impliquant Blaze et Engar dans son agression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarBeorc


Messages : 299

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
15/100  (15/100)

MessageSujet: Re: Souvenirs de flammes   Lun 16 Avr - 16:12

Une fois le récit terminé, Mysti demeura silencieux. Longtemps. Au point que le guérisseur se demanda s'il l'avait oublié ou non. Il soupira et se leva, suivi par le regard tout à coup mobile du chevalier. On pouvait y lire une grande lassitude, beaucoup de douleur, mais aussi, à la manière dont il serrait les poings et se tenait droit, un soupçon de noblesse et d'espoir. "Pas encore."

"Puis-je vous demander une petite faveur ?
-Tout dépend.
-Je souhaite simplement de quoi écrire. Même cloué au fond d'un lit, j'ai toujours des choses à dire, à faire... ou à faire faire dans le plus embarrassant des cas.
-A quoi pensez-vous exactement... ?
-On m'a fait une offense, j'ai l'intention d'y répondre. Jusqu'alors j'ai été tolérant et patient. Désormais il y aura un retour de flammes.
-Qu'avez-vous l'intention de... Mysti, de grâce ne succombez pas à la vengeance, vous vous y perdriez !
-Il ne s'agit pas de vengeance, mais de justice. J'ai mis un point d'honneur, dès lors qu'on m'a honoré du titre de général, à me tenir au courant de toutes nos lois, du plus petit délit de vol à l'étalage jusqu'aux meurtres et à la guerre. Je peux très facilement, et légalement, assainir un certain nombre d'entorses à ces règles en restant dans mon lit.
-Êtes-vous sûr de faire le bon choix ?
-Ce dont je suis sûr, c'est que je ne pourrai jamais contenter tout le monde. On me reproche mes titres et ma noblesse, ma conduite, ma fonction à cause de ma jeunesse et mon inexpérience. Quand on siège tout en haut de l'échelle Docteur, on n'a qu'à regarder en bas pour voir des dizaines de mains envieuses de vous faire tomber. Alors je vais au moins faire mon travail avec rigueur et régler la question de celles qui pensent agir de la mauvaise façon en toute impunité.
-A vous entendre, Mélior serait infestée de criminels... Nos jours sont-ils donc si peu sûrs...
-Des criminels, non. Simplement des hommes et des femmes qui fraudent pour être à l'abri du besoin. Des gens comme vous et moi qui manquent d'argent, se nourrissent mal, se débrouillent comme ils peuvent pour esquiver le système. S'il faut en arriver là pour que le peuple se rende compte de toutes les mains que j'ai tendues, alors soit. Ombre j'étais, et ombre je redeviendrai dans leurs cœurs. S'il vous plaît, simplement de quoi écrire. Vous avez été honnête depuis le début, m'avouant sans vous cacher le dépit que vous aviez à vous occuper de moi, l'appréhension que le mauvais blessé que je suis suscitait en vous. Je vous crois assez attaché à la sincérité pour comprendre mon geste.
-Bien général... Je pense aussi que l'ordre doit être maintenu avec ces menaces qui planent. Pas par tous les moyens, mais vous me paraissez assez sage pour n'utiliser que ce qu'il faut."

C'est ainsi que, pendant près d'une heure, Mysti rédigea lettre sur lettre à l'intention des différentes unités de l'armée sous son commandement, de certains particuliers qu'il savait personnellement en tort, de ses parents et ses employés.
Lorsque le dernier cachet de cire fut apposé et incrusté du blason familial, il vit partir une trentaine d'ordres de patrouilles et perquisitions, sachant à coup sûr qu'au moins les deux tiers d'entre eux feraient mouche.
A son duché, il demandait avec l'assistance de ses parents que les prix des denrées jusque-là gelées montassent. Les employés, paysans ou majordomes, maîtres d'armes ou simple garde, bénéficieraient toujours en remerciement de leur loyauté de ces tarifs préférentiels. Les autres, Criméans, observeraient une hausse significative, tandis que les étrangers au pays suivaient la libre loi du marché. Autrement dit, toutes les cultures que Famine n'avait pas encore dévastées, les poissons ramenés des ports côtiers, les céréales emmagasinées les années précédentes, tout ce qui était rationné pour être partagé avec le reste de la nation, deviendrait à tout plus difficile d'accès. Et Mysti encourageait les autres grandes familles ducales et comtales à agir de même, afin de faire comprendre à tous que l'unité intérieure ne saurait être mise en péril par des rumeurs externes sans conséquences.
Les militaires pourraient obtenir une augmentation de solde, car pour lutter contre les dangers annoncés au-dehors, il fallait les maintenir serein au-dedans.

En parallèle il fit jouer ses relations pour sortir Blaze et Engar de leur geôle. Les deux hommes, il le croyait, l'avaient défendus et non acculé. Avec leurs armes, ils avaient de nombreuses fois eu l'occasion d'en finir avec lui, mais ne l'avaient pas fait. Qui pourrait l'appuyer dans cette démarche ? Des visages ni célèbres ni inconnus. Chevaliers et hommes de petite condition, croisés au détour d'une taverne, dans un village loin de la capitale... Oui, il pouvait respecter son serment, et venir en aide à ses amis.

Enfin, il écrivit à Duncan. Plusieurs fois. Une bonne dizaine de lettres termina roulée en boule au pied de son lit, le chevalier ne sachant s'il devait le provoquer ouvertement ou l'aborder avec diplomatie. Cette exécrable diplomatie qui lui avait coûté une homme de valeur et une rouée de coups.

Il finit par simplement regarder son messager avec agacement en serrant les dents.

"Va me demander une audience avec la reine et le roi. Ils sauront, eux, ce qu'il convient de faire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
 

Souvenirs de flammes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Souvenirs de la Ville Aquatique - 06-01 au 19-01 et du 24/01 au 03/02
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Personnel & Publicité :: 

Le Livre des Héros

-