AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Bastille [PV : Engar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Engar
avatarMarqué


Messages : 606

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   Mer 23 Mai - 8:24

L'idée de prêter de l'argent ne me plait pas, je dois bien l'admettre. Jusque là je me suis toujours débrouillé par moi même sans rien demander à personne qui ne soit pas une paiement, mais en l'espèce, je n'ai pas vraiment le choix. De fait, même si je grimace, la proposition de Mysti est bienvenu et j'y acquiesce avec reconnaissance.

"J'essayerai quand même de te rembourser au plus vite, même si je vois mal qui voudra m'embaucher dans cette ville, surtout sans arc pour user de mes talents les plus affûtés !"

Mais en attendant je vais faire avec, et il était hors de question que je lui emprunte plus que ce qu'il me faut pour payer la dette, pour tout le reste... J'essayerai de me débrouiller par moi même. C'est un peu idiot je sais, dans le sens où c'est normal de se rendre service après ce qu'on a vécu maiiiis... j'ai toujours eu des petits a priori en matière d'argent.

Au contraire l'invitation à manger elle ne me cause aucune difficulté et j'acquiesce à l'heure fixée par Mysti avant de m'éloigner, me séparant de Blaze pour la première fois depuis un certain temps maintenant que j'y pense ! Et encore ça ne serait même pas pour une journée entière et on avait encore un mois à tirer ensemble. Heureusement qu'il est plus supportable que ne me l'a laissé pensé ma première impression... Enfin bref, il est temps de se séparer jusqu'à ce soir, ce qui me laisse quelques heures.

-----------------------------

Heures que je passe à errer une nouvelle fois à travers la ville, cherchant deux choses, à savoir des sources de nourriture et, sans grand espoir, un herboriste avec les herbes dont j'avais besoin. Malheureusement je ne trouve ni l'un ni l'autre et, je crois que je vais devoir faire une croix définitive sur ces herbes... Visiblement elles ne se trouvaient qu'à Beignon et avec la méfiance qu'il y a ces derniers temps entre les nations peu probable qu'un nouvel arrivage ne parvienne, du moins à disposition du petit peuple.

Enfin au moins ai je pu m'arranger pour être un peu présentable pour ce soir. J'ai pu trouver deux trois pièces qui restaient au fond de ma poche, assez pour obtenir un baquet d'eau et de quoi me rendre présentable, rasant le début de barbe qui avait commencé à pousser et me débarrassant de la crasse qui accompagnait tout séjour en prison, mais c'est là tout ce que je pouvais faire au vu de mes moyens.

Autant dire que lorsque je me rend dans les quartiers nobles et y retrouvait Blaze le contraste doit être surprenant. Moi j'ai toujours ma tenue habituelle de voyage avec les éléments de protection habituelle, n'ayant eu nulle part pour les entreposer depuis qu'on m'avait fait sortir de prison, alors que lui, il est très élégant, presque de façon un peu étrange au vu de son comportement, même si cela reste très sobre, à son image.

En fait la différence est telle que je me demande si on va me laisser entrer, mais heureusement, Mysti ne nous laisse pas nous débrouiller seul et nous y retrouvons Laguerran et Heinkel, visiblement pris dans une conversation, préoccupante... Et si Blaze ne semble pas relever la chose, ce n'est pas mon cas alors que je demande avec un léger sourire.

"Bonsoir... Quelque chose me dit que ça parlait de nouveau de cet incident avec Daein... Sinon ça veut encore dire de nouveaux problèmes sur la tête de notre pauvre Mysti, les hautes fonctions sont vraiment impitoyables."


Je suis un peu moqueur, c'est vrai, mais j'avoue que ce genre de messes basses a toujours suscité chez moi un certain amusement... Mais sans nous attarder sur la question il est temps de rentrer en ces nobles lieux, et comme je l'ai pensé je détonne un peu en ces lieux, entre la richesse du décor, l'élégance des tenues des personnes présentes et même la prestances des livrées des soldats qui excède de loin la mienne, surtout après être sorti de prison...

Mais je ne m'en fais pas vraiment, pas comme si j'ai grand chose à faire du regard des autres en ce qui concerne l'apparence. Non... Les voix dans ma tête sont déjà bien assez comme ça... PAr contre celle des autres m'intéresse, et le fait qu'il y ait des soldats avec tant de livrée différente m'arrache un maigre sourire amer. Je me croirai revenu à Beignon avec ses querelles de nobles... Généralement, autant de bannière au même endroit n'est jamais bon signe.

Enfin bref, nous traversons ce décor sans le moindre incident, mené par nos guides jusqu'à ce qui semble être les appartements au vu des livrées des soldats s'y trouvant, qui signalent notre présence à Mysti, lui même ne tardant pas à arriver... Mais je dois avouer être surpris à vrai dire ! Je n'ai pas l'habitude de le voir dans ce genre de tenue et je manque de ne pas le reconnaître tant il a l'air différent ! Je me reprends rapidement et ne tarde pas à le suivre comme Blaze dans ses appartements et pour ma part je ne suis pas déçu de ce que j'y vois. Une demeure riche, mais sans excès à mon goût, exactement ce à quoi je m'attends de la part d'un noble comme Mysti. Il ne reste plus qu'à espérer que la cuisine soit à la hauteur ! Même si à ce sujet les excès ne me font pas peur...

"Boarf, je n'ai pas l'impression que tu frottes ta richesse à notre figure, donc ça me va..."


Se faisant cependant mon regard s'attarda sur Irridescence dont l'usure ne m'a pas échappé, et je grimace légèrement.

"Je me demande pourquoi tu gardes encore cette lame, vu son état je doute qu'elle soit réparable ou encore bonne à quelque chose..."

Sur ces mots je m'attends à ce que Laguerran me tombe dessus, étant sans doute trop direct une fois de plus, mais je suis sincèrement curieux sur les motivations de Mysti... Et pas seulement à ce sujet, et de fait, alors que je m'approche du feu de cheminée pour me réchauffer un peu je demande.

"Et une fois que tu seras remis... Des projets ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   Sam 26 Mai - 12:44

Un instant, les Criméans avaient eu un temps d'arrêt. Pas particulièrement discrets dans leur conversation -là ne se trouvait pas leur but-, ils ne s'attendaient pas à être interrogés aussi directement sur Daein et les hautes sphères du pouvoir. Il y eut un bref échange de regard, et en tant qu'officier Laguerran se permit se répondre :

"Un peu des deux en vérité. La nouvelle a été annoncée cette après-midi à la caserne. Je ne sais pas vraiment si c'est un secret militaire ou non, alors je te laisserai poser la question directement à Mysti si tu es vraiment curieux. Mais tu sais, à force d'épier les conversations de tout le monde tu vas finir comme une vieille commère !"

Et sur cette pique amicale, le noble reprit son parcours.

---

Une fois tout le monde à l'intérieur, le chevalier donna consigne par geste à ses gardes qu'on ne les interrompît plus, sauf urgence. Ainsi il pouvait se permettre de lâcher un peu prise sur les tumultes de sa vie pour passer une soirée agréable avec ses amis. Du moins l'imaginait-il ainsi, on ne savait pas ce qui pouvait arriver avec un Blaze et un Engar réunis au même endroit trop longtemps. Il avait ouï dire que le rouquin avait effrontément raillé les gardes de la prison et tenté un simulacre d'évasion en proposant son compagnon de cellule comme chasse-prisonniers.

Les deux Marqués avaient par ailleurs apporté leur langue avec eux, et plutôt que de s'asseoir tout de suite pour attendre le service des victuailles, entamèrent un légitime questionnement sur la situation de celui qu'ils avaient sauvé. Mysti nota avec amusement que Blaze s'intéressait au présent, comme l'électron libre et sauvage qu'il était, tandis qu'Engar misait sur l'avenir, plus loin que les blessures et la guérison. Des préoccupations somme toute révélatrices d'une partie de caractère qui les opposait tous deux.

Laguerran sourit moqueusement, anticipant la réponse de son ancien écuyer. Maintenant qu'il pouvait répondre de lui-même, Mysti avait regagné en confiance et en ténacité. Le progrès se voyait surtout si on connaissait bien l'homme, et le lieutenant ne se priverait pas d'en observer la démonstration.

Dos à lui un instant, le mage effleura une dernière fois la surface du fourreau de verre du bout des doigts, puis se tourna vers Engar. Plus aussi pâle qu'avant, il conservait un petit air fatigué que la lumière jaune-oranger du soleil colorait de vitalité.

"Tu devrais savoir en tant que Marqué qu'il est malvenu de ne juger que sur les apparences, mon ami. Iridescence vibre encore. En fait, elle est dans le même état que moi : brisée de toutes parts, certes, mais pas encore vaincue. Cette épée est un héritage familial extrêmement précieux, une ancienne compagne pour ainsi dire. C'est avec elle que j'ai livré mes premiers vrais combats, avec elle que j'ai développé les fondements de ma magie, avec elle encore que j'ai subi mes premières cicatrices, et aussi les plus graves."

D'un geste explicite, il traça dans l'air parallèlement à son corps le parcours suivi par la large blessure de Death sur son torse, avant de poser par réflexe une main sur son bras droit, souvenir de toutes ces années où il avait été incapable de servir de son membre au combat. Engar ignorait cette partie de son histoire, et la cicatrice correspondante se trouvait dans son dos, de sorte que même au tribunal les seuls qui auraient pu la voir devaient être les gardes et potentiellement les juges, encore que ses longs cheveux masquaient son corps naturellement.

"Elle n'est pas perdue, pas plus que moi. Seulement, il me faut trouver un forgeron capable de travailler la matière aussi bien que la magie. Je n'en connais pas, mais si quelqu'un a su forger Iridescence, il doit bien exister quelqu'un d'autre qui saura la réparer. Cela constitue, pour répondre à ton autre question, l'un de mes projets à court terme."

Il couva d'un dernier regard l'arme enchantée sur son coussin, puis s'écarta de la cheminée puis rejoindre Heinkel, Laguerran et Blaze demeurés les uns près des autres.

"Ma guérison complète sera ma priorité dans les mois qui viennent, en espérant qu'elle accélère un peu... Hormis cela, dès que je serai en état, je voudrais passer du temps avec mes chevaux et me rendre à Goldoa. Kurtnaga était un ami pour moi, et je souhaite présenter mes condoléances dans les formes à son peuple, ainsi que connaître le nom et le visage de son successeur. J'ai également un manuscrit à soumettre aux dragons... Je m'emploie depuis longtemps à rédiger une chronique des Grandes Guerres. Le monde connaîtra la vérité de la bouche de l'un de ceux qui y étaient, et si nos souverains y consentent, je recueillerai leurs témoignages concernant ce qu'il s'est passé à l'intérieur de la grande tour où reposait Ashera. Les dragons y ont joué un rôle méconnu et qui pourrait être mal compris. C'est pourquoi je veux qu'ils soient les premiers à lire les lignes qui les concernent. J'ai forcément été subjectif dans ce que j'ai écrit, puisque impliqué dans les batailles et mon objectif de protéger Elincia, Ike, Criméa, Tellius... Je veux leur aval."

Laguerran baissa les yeux et se signa. Heinkel posa une main compréhensive sur son épaule. Comment défendre son pays lorsque l'on ignore le simple fait de se changer en pierre, puis d'en être délivré ?
Mysti continua, avec le calme du soldat qui contemplait la fresque sanglante de sa vie passée pour mieux s'en inspirer.

"En ce temps-là, je n'étais qu'une ombre, et je crois qu'il est temps de le redevenir. Elincia est la lumière, la force et la noblesse de Criméa, avec Geoffrey à ses côtés. Moi, comme autrefois, il me faut agir sans attendre de reconnaissance, ni de louanges. Je ne me vengerai pas de ces villageois qui m'ont attaqué. Au contraire, j'ai réfléchi. Je réfléchis à cela depuis environ 1 an en vérité : je vais faire construire un orphelinat à Mélior, où tous ces enfants dont nous avons tué les parents trouveront un foyer.
J'y emploierai des maîtres qui enseigneront l'amour et la tolérance. On y parlera de Daein comme d'un peuple qui a trop souffert, lui aussi, de l'oppression étrangère et de la folie d'un roi. On y expliquera pourquoi les Marqués ne sont pas une malédiction, mais plutôt le symbole d'une entente possible entre les Beorcs et les Laguz. On y consolera ceux qui pleurent et on y applaudira ceux qui chantent.

-J'espère que tu réalises quand même que c'est une vision utopiste du monde dans lequel nous vivons, Mysti.
-Oui, je le sais. Mais s'il n'y avait qu'un seul endroit comme celui-ci à Mélior, à Sienne et à Nevassa, nous n'aurions peut-être plus à redouter des Duncan, des politiciens belliqueux ou des sénateurs esclavagistes. En tant que chevalier, je me bats aussi pour l'avenir, pour nos enfants, pour la paix que je veux qu'ils connaissent. Si personne ne rêve d'un monde meilleur, alors ce monde n'existera jamais.
Et bien sûr, pour pouvoir assumer mes dires, le dernier projet auquel je réfléchis en ce moment est de devenir plus fort moi-même. Mentalement, physiquement. Dans mon orgueil, j'ai cru que m'opposer à Death seul suffirait à nous faire gagner le temps nécessaire pour stopper net son avancée. J'ai cru que Sanaki aurait la puissance nécessaire pour l'anéantir, elle qui comme moi a reçu la bénédiction d'une déesse... Je sais désormais qu'il n'en est rien. Dès que l'on permettra d'utiliser un tome à nouveau, je vais m'entraîner bien plus dur, devenir l'un des meilleurs mages de Criméa, et attendre de pied ferme le prochain sorcier qui voudra mettre à mal notre continent.
"

Devant l'immensité de la tâche, le noble soupira. Laguerran se permit un rire joyeux, aussi bien amusé par son expression qu'heureux de le voir reprendre pieds. Il lança un regard entendu à Heinkel, comme s'ils avaient parié tous deux sur quelque chose dont ils connaissaient les détails en secret.

"Je lèverais bien un verre à ton nom très cher, mais pour cela il nous manque une bouteille !"

Un faible sourire étira les traits du convalescent. Faible, mais qui n'échappa pas à l’œil aiguisé du lieutenant "Nerfs-D'acier". Depuis Sienne, Laguerran n'avait plus vu Mysti sourire, même comme à ce moment-là, et ce bref étirement de lèvres en amena un autre ses propres lèvres.

"D'aucuns vous diront que je n'aime guère l'alcool, mais en tant que duc j'ai une certaine réputation à tenir. Je vous ai réservé l'un des meilleurs crus de ma cave privée pour ce soir, de quoi affûter votre palais !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   Jeu 31 Mai - 0:38



Le bretteur soupirait doucement, se relaxant un petit peu, écoutant sagement l’histoire de l’épée. Il l’avait vu à d’autres occasions mais c’était bien la première fois qu’elle était brisée ainsi. Le comparatif était vrai et si Blaze pensa immédiatement à ajouter son grain de sel, il ne le fit pas. Oh pas que l’envie manquait mais être habillé ainsi et être reçu dans une demeure forçait Blaze à se comporter de façon plus humble et délicate. La notion de maison et de demeure étant surtout des étrangères pour lui.



Il détourna quand même le regard avec un petit soupire de dépit lorsqu’il mentionna encore ses plaies, comme si ces dernières lui conféraient un quelconque droit ou privilège. Jouant de ses doigts pour passer le temps, il découpa ses pensées en une version plus agréable et plus… adapté à son environnement. Cela lui demandait du temps mais fort heureusement, la tirade de Mysti durait assez pour qu’il puisse faire sa réflexion.



Le discours était si long qu’il en cherchait désormais l’occasion d’en placer une. Qui ne vint pas visiblement. Toujours à préférer s’écouter… Mais les rêves de Mysti étaient… alléchants. Naïf certes, mais avec son bon fond et son entrain. Mais dispersé, au si dispersé. Il y a tellement et trop de chose qu’il ne pourra jamais y arrivé seul, si ce n’est même à plusieurs. Il se fit tout de même souriant avant de refuser l’alcool :



« Je préfère éviter. » dit-il sobrement, son œil allant invariablement un instant sur une très fine coupure sur sa gorge un peu trop exposé dans cette tenue.



« C’est une idée de reforger, mais pourquoi faire si c’est pour briser derrière encore. Ce n’est pas juste un forgeron qu’il te faut, c’est une nouvelle façon de la manier. » Il s’en alla à un léger rire. « Garde tes projets en tête Mysti mais… Fait attention à ne pas t’éparpiller veux-tu ? »
Laissant paraître la perspective du retour de Death, Famine ou une autre monstruosité, cela devait inciter Mysti à soit se concentrer sur son entrainement, ou sur ses autres projets. Heinkel toussa et le reprit : « Il est vrai que vos projets sont un peu nombreux, et si vous avez encore les années pour les réaliser, il serait mieux d’en travailler un à la fois. »



Hochant la tête, Blaze s’arrêta toutefois de prendre la parole. Il s’ennuyait de ses discussions et ne souhaitait que passer un moment au calme avec son ami, à discuter d’autre chose que de ses navets politiques. Il était un homme simple, et c’était bien suffisant.



« Assez de politique et de regard sur un futur incertain : profitons. Nous sommes vivants, c’est en soit une cause de célébration. »



L’envie d’avoir discussion longue avec Mysti sur sa façon de faire prenait Blaze aux tripes, mais dans la finalité, il respectait Mysti. Il n’était pas d’accord avec sa façon de faire, de penser même, mais malgré tout, il respectait cette manière de faire. Même si elle l’amènerait un jour à une séparation voir une opposition. Cette perspective ne l’enchantait guère mais c’était voir trop loin dans l’avenir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Engar
avatarMarqué


Messages : 606

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   Ven 3 Aoû - 10:14

A ma grande surprise Laguerran ne me reprend pas sur mes propos aussi "cruels" puissent ils paraître. Au contraire même il en sourit, ce qui me laisse pour le moins perplexe, avant d'en comprendre la raison lorsque Mysti prend la parole. A priori sa pupille est en état de me répondre et il a visiblement un grand plaisir à le voir faire. Une réponse satisfaisante qui plus est, néanmoins je ne peux m'empêcher d'afficher une légère grimace.

"Je comprends bien Mysti, mais je pense qu'il faudrait que tu sois aussi prêt à t'adapter, ne serait ce que dans le cas où il ne serait pas possible de la réparer... Ou qu'elle reviendrait à te faire défaut."

Une hypothèse plus que probable à mes yeux. Après tout, selon moi, une lame reforgée ne sera jamais aussi robuste que celle d'origine, surtout avec un matériau aussi particulier que celui qui composait Iridescence. Peut être que j'ai tort, d'autant plus que j'ai bien moins d'expérience que n'importe qui ici au combat, ce que le général met en emphase en désignant l'emplacement de ses cicatrices, du moins je suppose pour certaines d'entre elles que je n'ai jamais vu, cela semble cohérent au regard de ses propos.

"Enfin bref, je te souhaite bonne chance, mais demeure prudent, d'accord ?"


Je lui souris légèrement à ces mots avant de le suivre lorsqu'il rejoint les autres, et mon sourire s'aggrandit alors qu'il reprend la parole. Il est vraiment en bonne voie de guérison s'il est aussi verbeux sans défaillir ! Ce point positif à part cependant ses propos m'arrachent un froncement de sourcil. Être dans l'ombre ? Ne rien faire à l'égard des villageois ? Un projet d'Orphelinat en plus du reste ? Je ne sais trop comment y réagir sur le coups et préfère au final le laisser terminer ses propos avant d'exprimer mes pensées,  que ses propos finaux, aussi ambitieux et plaisant à entendre soient ils ne suffisent pas à me distraire. Cela dit, ça ne m'empêche pas pour autant de réagir à l'offre de Mysti, étant pour ma part bien plus curieux que Blaze quant à ce que peut bien nous réserver la cave d'un noble !

"Pour ma part ce sera avec plaisir ! Voyons voir ce qui change entre vos hauts vins et notre picrate !"

Après quoi je suis devancé par Blaze quant à répondre aux propos de Mysti, mais les siens sont brefs et concis, cherchant visiblement dans le fond à éviter une véritable discussion. C'est sans doute plus raisonnable et sage, mais, sans doute à la grande déception du vieux marqué que j'ai rencontré, ce n'est pas mon cas et je ne me prive pas pour ma part de pousser le raisonnement un peu plus loin.

"Tes projets sont tout à ton honneur, mais tu ne vas pas pouvoir faire tout cela toi même. Je veux bien que ta convalescence t'offre un peu de temps pour faire divers projets plus "calmes", mais ...Rien que ce projet d'orphelinat, tu l'as bien dit, il n'existe pas d'autres lieu similaire en Tellius ! Cela implique toute une organisation à mettre en place, un travail qui risque d'être bien plus conséquent que simplement construire un bâtiment et l'administrer ! Je vois mal comment tu pourras t'assurer du bon fonctionnement de cela tout en t'efforçant de devenir plus puissant... Prend gare à ce que tes bonnes intentions ne finissent pas par se gêner mutuellement !"

J'en serai à vrai dire le premier fâché si jamais il venait à perdre son temps et à voir ses beaux projets être réduits à néant... Après tout même si je ne suis pas exactement d'accord avec lui, je continue à espérer avoir tort.

Mais justement, Blaze a peut être raison, ce débat risque fort d'être stérile, surtout au vu de l'optimisme inébranlable de Mysti, alors autant passer à des sujets plus joyeux... Même si à vrai dire, au vu des événements récents je ne sais pas trop de quoi je pourrai parler. Cela étant il faut bien que quelqu'un essaye, hm ?

"J'y pensais Mysti, j'ai pu entrapercevoir brièvement ta mère, je crois, mais dans le fond tu n'as jamais parlé en détail de ta famille, et j'avoue être un peu curieux de voir quelles genres de personnes a constitué ton entourage, en plus de Laguerran ici présent."


Je ris brièvement mon regard glissant avec le lieutenant avec un sourire malicieux... Le sujet au final est un peu un sujet bateau j'en ai conscience, mais quelque part... je n'ai jamais eu réellement de famille et je n'ai jamais vraiment prit la peine de savoir comment vivaient les gens qui en avaient une, alors... Pourquoi pas. D'ailleurs cela suscite une autre question.

"D'ailleurs Blaze, c'est un sujet qui n'a pas été mentionnée dans notre cellule... Tu as connu ta famille toi ou comme moi tu n'as jamais eu la moindre idée de qui pouvait être tes parents ?"


Sans doute un peu indiscret, mais bon, il faut bien que quelqu'un évite que l'on meurt d'ennui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   Ven 3 Aoû - 11:17

"C'est bien ce que je pensais."

D'un geste explicite, Mysti les invita une nouvelle fois à s'asseoir et se tourna en direction d'une petite pièce en retrait qui tenait lieu de cuisine. Dans premier aller-retour, il ramena des verres pour tout le monde, puis dans un second un seau rempli de glace avec la fameuse bouteille. Enfin, pour Blaze, il déposa une carafe d'eau à défaut de savoir ce qu'il voulait pour se désaltérer.

"Aucun d'entre vous ne me voit plus comme un général, ou comme le "leader de la Résistance". Je me disais qu'en revenant un peu sur mes pas, je pourrais rattraper mes erreurs, reforger le climat d'unité de Criméa, mais je constate que cela m'est impossible. Vous me confortez dans une décision que j'hésitais à prendre."

Il inspira un peu plus profondément, comme si les mots lui coûtaient, puis se jeta finalement à l'eau :

"Depuis cette après-midi je suis officiellement rétrogradé au grade de colonel qui, s'il reste une haute distinction, prouve que je suis en perte de vitesse."

Un regard vers Blaze tout particulièrement et il eut un sourire amer.

"Voilà le prix pour avoir perdu un homme en territoire "ennemi" et défié Duncan, le prix pour avoir préservé deux nations d'une guerre inutile. Cependant, comme vous me l'avez tous fait remarquer dernièrement, mes blessures m'entravent, ce jeu des politiques ne me sied guère, et j'ai beaucoup de choses que je souhaite accomplir en-dehors de cela. Je suis inapte au commandement depuis plusieurs mois et cette histoire d'agression ne fait que renforcer l'opinion des habitants dans le sens de la méfiance. Je vais donc démissionner de mes fonctions militaires. Je resterai chevalier en titre, car il s'agit d'une distinction et non d'une fonction, mais vous pouvez désormais cesser de m'appeler général, ou même colonel.
-Ne va pas trop vite en besogne, tu risquerais ta carrière pour un petit scandale de village ?!
-Non Maître. Depuis toujours mon accession aux hautes sphères de Criméa a fait des jaloux, du fait de mon âge et mon inexpérience. Plutôt que de me faire de nouveaux ennemis en les personnes que je protège, je préfère céder à ce que la sagesse me dicte : la paix, plutôt que le pouvoir. Et puis, malgré cela je demeure duc, avec tous les droits économiques et sociaux que cela inclut. Je ne suis toujours pas inoffensif.
-Je me contredis peut-être, mais je ne suis pas bien sûr du bien-fondé de cette décision. Oui tu es convalescent, tu as besoin de t'éloigner de ces conflits superflus, mais comment veux-tu mener à bien tes projets sans l'autorité que te confère ta position militaire ? Et même sans parler de cela, tu as pensé aux hommes sous tes ordres ? Tu connais fort bien les mages de l'armée, qu'ils fussent affilié à l'Anima, à la Lumière ou à la Magie noire. Tu as des entrées dans l'académie de magie. Tu les coordonnes depuis des années, depuis la Résistance comme tu dis, alors que tu n'étais personne en ce temps-là ! Qui mieux que toi pour les souder ?!
-Qui mieux que moi comme général, hein ? Je suis remplaçable, c'est un fait. Pour l'armée, je le suis. Toi-même Laguerran tu pourrais les mener. Ne m'as-tu pas instruit ? Je pense qu'il en est mieux ainsi. Je pourrai me concentrer sur d'autres choses sans ces responsabilités. Cela ne nous empêchera pas de nous voir, d'en discuter si tu le souhaites. Que l'on me voie comme un lâche si on le veut, ce n'est pas un problème. Je sais que je n'en suis pas un. Je connais ma valeur, je l'ai prouvée maintes fois."

Mysti soupira, et se sentit bien plus léger. Maintenant que les mots étaient sortis, il savait qu'il aurait le courage de le faire, le courage d'aller voir le couple royal et de planter son regard dans le leur pour tout expliquer.

"J'appréhendais le moment de vous annoncer cela, je dois l'avouer. Maintenant, nous pouvons passer à autre chose."

Trop heureux de la diversion proposée par Engar, Mysti sourit et empoigna la bouteille de vin pour la déboucher méthodiquement.

"Je ne serai probablement pas objectif, mais j'estime que mes parents sont formidables, et j'ai de la chance d'être leur fils. Ma mère est l'héritière du titre De Méline par mon grand-père. C'est quelqu'un de doux et bienveillant, mais les aléas du pouvoir en ont fait une femme forte qui sait également trancher quand le besoin s'en fait sentir. Que pourrais-je te dire d'autre ? C'est elle qui a suggéré l'idée que je tienne compagnie à Elincia quand nous étions enfants. Elle est familière du roi Rening et connaissait l'existence de la Princesse cachée. Elle l'a convaincu en lui expliquant que si Elincia grandissait sans aucune présence enfantine, elle évoluerait dans un monde dans lequel elle ne connaîtrait rien des interactions sociales, n'aurait aucun allié et aucun partisan. C'est grâce à elle que j'ai pu gagner la foi et la confiance que je place en Elincia, que j'ai pu monter cette même Résistance en son nom.
Mon père vient d'une famille un peu plus modeste. De basse noblesse, il était bon parti grâce à sa connaissance aiguë du commerce, et il avait déjà un bon pécule à l'époque. Il élève des chevaux, d'excellents chevaux soigneusement encadrés pour la course, pour les travaux des champs ou même pour la guerre. C'est d'ailleurs lui qui m'a offert Fraise et Astero. Il a un peu de mal à exprimer ses sentiments, notamment avec la gent féminine... Je dois tenir cela de lui.
"

La table était constituée de six places face à face. Pour éviter une ségrégation noble et non-noble, Laguerran avait choisi le côté droit à l'opposée de Mysti. Heinkel par affinité avait préféré se placer près de Blaze, et Mysti tenait le milieu de son propre côté.

"Je te prie de m'excuser pour l'interruption, mais pourquoi y a-t-il un sixième couvert ? Nous ne sommes que cinq. Attendons-nous quelqu'un ? Aurais-tu invité Ophélia ?
-Non c'est pour A..."

Il se figea tout à coup en regardant le verre qu'il venait de servir et le couvert vide, réalisant trop tard son erreur. Laguerran comprit à son expression et le regarda reposer la bouteille d'un geste un peu tremblant dans son seau de glace.

"Je vais débarrasser...
-Inutile. Assieds-toi, relâche-toi. Ce repas, c'est l'occasion de tourner la page."

Le mage de vent se leva et leva son verre avec lui :

"A toutes les décisions qui nous permettent d'avancer. A toutes les personnes qui nous accompagnent en pensées et en actes. Santé à vous, amis."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   Dim 2 Sep - 19:56



Engar mentionna, un peu dans la même veine, que l’épée en question courait le risque de ne plus jamais récupérer la totalité de ses capacités. Le bretteur hocha pour acquiescer la suggestion. Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions, Blaze en avait lui-même fait l’expérience encore et encore, Mysti lui-même pouvait le confirmer ! Enfin bref.
Il est vrai que le marqué ne connaissait guère la famille de Mysti, plus pour ses propres raisons qu’une volonté de se détacher. Ce n’était pas exactement le sujet qui faisait plaisir à Blaze pour être exact… Il soupira en écoutant la question, c’était fait, les dés étaient jetés. Tapotant du pied et visiblement mal à l’aise, il rebondit sur la demande de Mysti, cherchant à gagner de précieuses minutes. Après tout, pas qu’il voulait mentir, il n’était visiblement pas bon dans cet art. Toutefois, ces minutes se payaient très cher.
Autant la connaissance des grades était misérable, au moins il savait que colonel est bien plus bas que général. Il mentionna l’évènement de Peste et leur échec qui, même s’ils avaient essayés de forcer le passage, cela aurait-il tant changer les choses ? Préserver d’une guerre inutile… Possible. Pourtant la mort de Duncan n’était pas nécessaire, juste son incapacité à bouger, sans compter qu’en plus, le salaud s’était mis une noble dans les poches pour se faire plus d’argent. La guerre aura lieu probablement parce que Duncan vit. Et Blaze avait la ferme et sombre intention de régler ce problème, à sa manière. Cela se voyait par son regard particulièrement morbide envers Mysti pendant son monologue. Comment allait-il le tuer ? Une question trop compliquée pour un projet encore à sa naissance.
Un projet qui fut détruit par la révélation, Mysti, quitter son poste… Si cela l’attristait, d’un autre côté, le bretteur respectait son choix et le trouvait même positif. Les qualités de leader d’homme ne sont pas exactement compatibles avec la gestion d’une armée. Si Mysti est facilement adoré par ses subordonnées, il n’a peut-être pas exactement l’esprit du plus grand stratège… Et aujourd’hui, le monde retourne dans une sombre phase de manigance, broder dans un tissu de mensonge et de trahison.
« Je ne peux que respecter ta décision Mysti, tu as toujours été un excellent leader d’homme par tes valeurs et tes qualités… Et si ce sont des choses qui valent la peine de se défendre, je crains que les récents évènements nous ont montrés que désormais, les valeurs sont un luxe qu’on ne peut plus se permettre. Mais une chose. »
Il leva son verre d’eau, ce qui était assez ironique alors que tout le monde buvait du vin.
« Ne laisse personne dire que tu es remplaçable. Criméa aura besoin de tes valeurs, juste pas maintenant. »
Il se sentait l’âme à dire quelque chose du genre « Mysti, tu es le héros que Criméa mérite, mais pas celui dont il a besoin maintenant. » mais cela ne le sciait guère. Buvant avant de reposer son verre et reprendre place, son soupir exprimait son mécontentement de tout de même voir le chevalier loin du combat. C’était peut-être pour le mieux… Il n’aurait plus à voir à quel point l’enfant était devenu un tueur… Cet évènement, et ce passage en prison, avaient réussi à faire réfléchir Blaze sur sa façon d’être et surtout à quel point il a changé, pour le meilleur et pour le pire. L’attention de la table se tourna sur lui après l’explication des parents de Mysti.
« Hum… J’ai… eu la chance de connaître ma mère, mais pas mon père, du moins pas assez. Ma mère était une bretteuse de Daein. Pourquoi est-elle tombé amoureuse d’un Laguz loup ? Je ne saurais pas le dire, surtout quand mon père l’a abandonné avant ma naissance… Il ne reste qu’elle était typiquement une grande rêveuse. Une artiste dans le fond, mais n’ayant jamais trouvé sa voie. J’en ai des souvenirs plutôt heureux mais quand des mercenaires de Daein sont venus pour une dette… Disons que mon temps avec elle fut raccourcit. »
Qu’est-ce que c’était chiant de raconter son histoire ainsi, maintenant tout le monde allait le prendre en pitié merde quoi !

« Et donc tu n’as jamais connu ton père ? Ca doit être dur… »

« Oh si… Je l’ai revu, et je l’ai tué. »
Un silence lourd tomba brutalement autour de la table.

« Il était devenu fou et attaquait des villages environnants, j’ai juste… agit pour les autres. Mais voilà, je suppose que mon père n’était pas la meilleure des personnes avant qu’il ne perde l’esprit, et ma mère est celle qui m’a forgé en grande partie. »
Au final, c’est ce manque de racine qui t’a fait parcourir le monde Blaze. Tu ne voulais juste pas te l’admettre maintenant, mais désormais avec ta mission et ceux qui te sont cher, tu as une place, et tu comprends la douleur de ne pas y être… 
« E-enfin, ce n’est pas une histoire très joyeuse mais c’est du passé, l’avenir n’a peut-être pas toujours l’air radieux mais on peut au moins le changer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Engar
avatarMarqué


Messages : 606

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   Mer 26 Sep - 21:55

Au moins, à défaut d'être joyeux, ce diner était éducatif... Je découvre ainsi que peu importe la qualité d'un vin, une mauvaise nouvelle finit toujours par gâter le plaisir qu'il y a à le déguster. Comment je le découvre ? Tout simplement lorsque Mysti nous fait part de sa déchéance. Leur parodie de justice ne leur a pas suffit ? Il faut EN PLUS qu'ils sanctionnent un de leur meilleur homme ? Tss, comme quoi les masses des hautes sphères sont aussi stupides que celles du bas peuple. J'en ai, à vrai dire, la gorge trop noué pour pouvoir prononcer le moindre mot à ce sujet, mon regard se tournant vers les flammes de la cheminée. Visiblement, je ne suis pas objectif, puisque cela implique une histoire dont je ne sais rien au final... Ce qui ne m'empêche pas cependant d'éprouver une intense sensation d'injustice alors que j'écoute le récit et les explications de Mysti. Il mérite mieux que cela...

Mais il met lui même le doigt sur une chose qui m'apaise un peu... le fait que justement, il mérite mieux que cela, mieux que cette rétrogradation, mais mieux aussi que le poste qu'il occupait avant et tout ce qui allait de pair, et il semble au final bien déterminé à suivra sa propre voie, ce qui d'une certaine façon rend déjà ses autres projets plus réalisable, puisqu'il aura dès lors moins de responsabilité. Cette vision des choses très indépendante m'amène à me demander si d'une certaine façon Blaze n'a pas fini par déteindre sur Mysti, pour le mieux en l'espèce.

Bien sûr, il s'agit tout de même avant tout d'un sacrifice quelque part, qui ne plaira pas à tout le monde, et Laguerran le premier, qui réagit sur le champ aux propos de son protégé, tentant visiblement de le dissuader de mettre son plan en oeuvre, invoquant notamment l'amour de ses hommes pour lui et les pertes de moyens que cela entraînerait. Des arguments pertinents, certes, mais qui m'amène à, une fois de plus, mettre mon grand de sel dans la question.

"Cette autorité est aussi bien un pouvoir qu'un fardeau, et ce dont il a besoin surtout au vu de ses plans c'est justement de liberté... Ça ne me fait pas particulièrement sourire car si Mysti quitte les rangs de l'armée Criméane je perds la moitié de l'intérêt que j'avais à la rejoindre... Et en même temps je ne sais pas trop ce que je vais faire. Avec les morts qui se relèvent, un archer isolé ne présente que bien peu d'intérêt, sans même parler de ses chances de survie."

Ricanant un peu à ma dérision, plus ou moins sincère, je préfère tout de même écarter de ma pensée mes futurs et incertains plan de carrière, pour en revenir au sujet de la famille, plus approprié à une soirée amicale. Cela me fit d'ailleurs plaisir de voir Mysti parler de façon aussi apaisée et sans le moindre doute de ses parents, au moins avec cela je ne risquais pas de raviver quelques douleurs... Enfin si, pour peu que se relations avec ses parents aient été médiocres, mais ça ne semble pas être le cas donc tant mieux ! Au contraire même... Il ne fait nul doute qu'en plus d'un amour filial il voue une certaine admiration à ses parents, ainsi qu'à la haute dame qu'est Elicia visiblement. J'avais bien sûr déjà entendu parler de leur relative proximité, mais le voir en parler est toujours quelque part une source d'amusement...

Je suis cela étant un peu surpris lorsque Blaze rebondit sur la question et présente sa propre famille, une mère Beorc forte et artiste, a priori tuée par des mercenaires, et un père Laguz absent et devenu fou, puis mort... Une histoire assez amère, qui suscite une certaine empathie en moi, pas de la pitié dans l'absolu, plutôt... Une compréhension et un rapprochement envers Blaze, après tout j'ai en partie connu une situation similaire.

Situation que je m'apprête à évoquer, après tout pas de raison que je sois le seul à ne pas passer aux aveux, lorsqu'un incident survient. Une banalité dans l'absolue, une simple erreur dû à un réflexe, mais qui rouvre une blessure bien plus profonde... Un peu égoïstement je songe qu'au moins cette fois je n'y suis pour rien, avant de me rapprocher de Mysti, posant une main sur son épaule. J'ai beau être le plus celui à lui dire de tourner la page, je peux avec le recul comprendre ce qui l'amène à cela. Être tellement habitué à une personne, à sa proximité, qu'une fois qu'elle est partie on n'arrive pas à se faire à son absence, et qu'on en souffre à chaque fois qu'on y est confronté, surtout de la sorte...

Cependant Laguerran est plus doué que moi avec les mots et je le laisse donc faire son possible pour remonter le moral de Mysti, tandis que je m'occupe de servir les autres en vins. Je le fais sans doute avec peu d'élégance, mais je m'en moque bien, ce n'est pas ma priorité. Non, ma priorité c'est d'éviter que le repas tourne au deuil, ainsi je lève mon verre.

"Santé... Aux mémoires de tout les jours passés et à l'espoir de meilleurs jours futurs."

Je porte ensuite le verre à mes lèvres et y goûte... Mouais, pas mauvais, pas mal de goût, mais... un peu trop faible en alcool pour moi je crois, et pourtant je ne suis pas un soiffard... Cela ne m'empêche cependant pas de finir ma part, avant de reprendre la parole afin d'éviter un silence pesant s'installer.

"Quant à moi... Aucune idée de qui sont mes parents. Si j'en crois mon père adoptif j'ai été abandonné au pied d'un arbre et il m'a recueilli, alors pour moi c'est lui mon seul parent. C'était un vétéran des guerres internes à Beignon et il a également participé aux deux grandes guerre. La deuxième je l'y ai même suivi en tant qu'aide de camp ! C'est lui qui m'a appris tout ce que je sais, et je crois que dans mon village personne d'autres ne l'aurait fait."


... C'est vrai qu'avec le recul et après avoir voyagé je me rends compte d'à quel point les habitants de cette communauté avait été intolérants et avaient biaisés ma vision du monde pendant longtemps...Enfin bref.

"Ça fait longtemps que je ne l'ai pas vu, à vrai dire depuis que des fanatiques des déesses sont rentrés chez nous, mais bon... Je ne m'en fais pas trop."

*Déjà alors tu étais inutile, un farde* GLOUPS

... Je dois avouer au moins ce vin parvient à faire taire ces voix, au moins un bref instant, suffisant pour que je ne perde pas mon sourire.

"Enfin cela dit vu comment j'ai tourné on peut se demander s'il a été un bon parent. Aha, tu te souviens Mysti de notre rencontre ? Moi barricadé dans une grange tentant de fuir la vindicte populaire à cause de ma... Vision sur les deux dames ?"

Rapidement je dévie sur un autre sujet beaucoup plus joyeux, bien déterminé les anecdotes les plus cocasses de ma vie de voyage... Car bien que ça ne soit pas toujours une vie des plus enthousiasmante elle a l'avantage d'offrir bien des anecdotes à raconter allant d'un assaillant bien maladroit s'emmêlant dans ses chausses après avoir cassé sa ceinture à sa propre maladresse quand j'avais confondu dans la panique du réveil mon arc avec un serpent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 305

Feuille de personnage
Niveau:
27/60  (27/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   Lun 1 Oct - 12:47

Passé le douloureux rappel de la mort de son fidèle compagnon, l'ambiance retrouva un certain équilibre. Mysti constata même que raconter d'anciens souvenirs de guerre, ou simplement des histoires de son apprentissage -et Laguerran, le vin aidant, narra volontiers les premières chutes de cheval ou les déculottées qu'il avait subies à l'épée- n'apportait plus aucune douleur ou aucune honte à son humeur. Une certaine sérénité régnait dans son être depuis son annonce de quitter ses fonctions, interdisant tout nouveau mouvement de colère ou de désespoir. Il se sentit vent, libre et léger. Et son feu dévorant attendrait sa guérison pour se manifester de nouveau.

Se soumettant au tour de table, Laguerran et Heinkel donnèrent à leur tour leur version de la famille, peut-être un peu plus heureuses que les précédentes, avant de trinquer. L'apéritif s'étendit ainsi pendant un moment, puis Mysti résolut de servir le repas qui attendait sagement. Essayant de faire honneur au "luxe" qu'attendait Engar, il avait été acheter quelques rares légumes à prix d'or sur le marché, puis fait le plein de poissons frais directement sur le port. Si Famine avait réduit les champs à l'état de moisissures, elle n'avait pas -encore- touché la mer. Il avait ainsi ramené 5 variétés différentes, ainsi qu'une petite portion de caviar pour chacun. Au bout d'un moment, il fut bien obligé d'avouer que la femme de Laguerran lui avait prêté main forte dans la préparation, malgré le fait que certains plats provinssent exclusivement de son coup de couteau.
Dans l'ensemble, le repas n'avait rien d'exceptionnel hormis le vin et le caviar, mais rapporté au contexte de disette de Criméa, Mysti leur offrait une table plus que raffinée qu'il espérait réussie. Certes, on voyait que certains poissons avaient subi quelques mutilations maladroites, que la présentation manquait parfois du soin que les grands restaurateurs apportaient à leurs assiettes. Cela fut noyé dans la douce euphorie du vin et des conversations.

Poussé par les autres, le chevalier se prêta même au jeu de jouer un peu de violon. Il mit plus de temps que d'ordinaire pour accorder son instrument, faute à la rougeur qui enflammait ses joues et le faisait un peu dodeliner de la tête, mais il limita vaillamment les fausses et put satisfaire les oreilles.

Quand enfin l'heure avancée sonna la fin des réjouissances, les hommes étaient repus d'histoires et de bonne chère. Le jeune duc les remercia chacun personnellement pour leur venue. Laguerran eut le droit à une accolade virile de maître à élève, Engar à des recommandations sur sa "carrière", Blaze à un regard entendu. Ils savaient tous deux que leurs opinions divergeaient sur bien des points, mais que leur force résidait dans le fait de pouvoir s'accorder malgré cela. Un instant, Mysti hésita même à l'encourager à mettre fin aux agissements de Duncan, mais ce serait renverser de l'huile sur le feu et il s'abstint.

***
Le lendemain, il annonçait sa démission officielle à Elincia et Geoffrey ainsi qu'à l'Etat-Major des armées criméanes, justifiant avec calme la motivation de sa décision. Certains y virent une opportunité à saisir, d'autres un regrettable départ, et d'autres encore préférèrent rester objectifs et ne pas émettre d'avis. Quoi qu'il en fût, la semaine suivante Mysti devait déménager ses biens du palais et entreprit de retourner dans les terres familiales, sans toutefois se couper de la capitale. Il y reviendrait régulièrement, pour marchander ou rencontrer des confrères nobles, se tenir au courant des nouvelles ou en visites de courtoisie.

Et c'est ainsi que la légende du leader de la Résistance criméane connut des jours plus paisibles que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: La Bastille [PV : Engar]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Bastille [PV : Engar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Soirée à l'opéra Garnier...
» Les lieux
» HUITIEME INTRIGUE ♫ LE COACHELLA ouverture du festival : deuxième scène, bastille.
» [RP] Prison de la Bastille
» MAQUETTE DE LA BASTILLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Mélior
-