AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fin du cauchemar... [Engar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice
avatarLaguz


Messages : 40

Feuille de personnage
Niveau:
15/60  (15/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: La fin du cauchemar... [Engar]   Sam 30 Déc - 18:54

Le cauchemar touchait visiblement à sa fin : le chevalier de la mort avait tué le roi des dragons et...a tenu parole en partant. Alice était frustrée car elle voulait le tuer mais finalement ce n’était pas plus mal : voyant le régicide, elle venait de comprendre que sa tentative d’assassinat était peine perdue. Une fois que l’assaillant disparu, les morts-vivants devinrent inoffensifs et étaient achevés à tour de bras par les soldats survivants.

Alice n’en pouvait plus, elle était épuisée. Jamais elle n’avait combattu de la sorte, jamais elle n’avait dû fournir de tels efforts pour sa survie. L’adrénaline retombait, elle avait un gros coup de mou. La jeune laguz, toujours sur son toit, s’installa au bord et reprit son souffle, observant le paysage apocalyptique qu’offrait la rue principale : des cadavres partout, du sang, des entrailles déversées…même pour elle qui n’était pas gêné par la vue d’organes, c’était trop. Entre ça, l’adrénaline qui tombait et le goût de zombie dans la gueule, elle vomit. Tout ce qu’il y avait dans son estomac, jusqu’à la dernière miette, fut recraché. C’était très désagréable mais une fois terminé elle n’était plus nauséeuse. Seule la fatigue et sa blessure au flanc la tourmentaient.

Sur son toit, elle se savait observée par des personnes la pensant être une espionne…Elle ne devait pas s’attarder : dans son état elle pourrait difficilement combattre un groupe de soldat voulant profiter du chaos ambiant pour se venger sur une coupable toute désignée. Alice se leva donc, après 5 minutes assise, descendit de son toit et commença à tourner dans les rues, un peu perdue dans ce dédale dans lequel elle n’avait jamais mit les pieds.
Pour ne rien arranger elle devait faire attention à ne pas tomber avec les cadavres qu’il y avait sur le sol. Certains étaient tellement massacrés qu’il était impossible de savoir s’il était vivant ou mort-vivant. Elle en croisait quelques-uns d’ailleurs, ne voulant pas se fatiguer à se transformer, elle attrapa une épée qui trainait par terre et décapita les cadavres ambulants qui étaient sur son chemin.  Elle n’avait même plus la rage qui l’animait en temps normal : c’était presque une fatalité, une lassitude. Elle était trop fatiguée pour être énervée.
Ce qui lui fit le plus de mal, c’était quand elle tomba sur une jeune enfant le ventre ouvert qui agonisait. Elle lui accorda la douceur de la mort d’un coup d’épée rapide…c’était sûrement la première fois qu’elle avait du mal à tuer, surtout un Beorc.
C’était très dur pour elle, achever une enfant, mais c’était le mieux pour la pauvre petite. Un peu plus loin elle croisa un petit garçon coincé sous un cadavre, appelant à l’aide. Sans même hésiter, elle se précipita vers lui, poussa le corps, récupéra l’enfant dans ses bras et continua sa route. Il était si fragile, pauvre petit, il était tétanisé en la voyant. Alice, en le regardant, vit son cœur fondre. Elle était tellement émue face à cette terreur infantile, cette innocence (sûrement brisée) qu’elle avait dans ses bras.
Tout cela faisait beaucoup trop d’émotions : les souffrants, l’enfant qu’elle a dû achever, ce petit dans ses bras, la mort et la souffrance tout autour d’elle…Les gens pleuraient sur des corps sans vie : des mères pleurant leur fils, des enfants pleurant des parents, des hommes pleurant des femmes…Elle ne pouvait plus se retenir et pleura à son tour, toujours en marchant.

Finalement, la laguz arriva dans la rue principale de Sienne, là où elle a été, un temps, dirigeante d’un groupe de soldat de la ville. Les gardes et pas mal d’habitants s’y étaient réunis sans raison particulière : surement pour se rassurer en s’entourant d’un groupe amical après le traumatisme qu’a pu être l’invasion. Alice confia l’enfant à un capitaine qui semblait gérer les jeunes orphelins dans l’urgence et s’installa sur un banc qui tenait encore debout. Ses vêtements étaient pleins de sang, déchirés à divers endroits, ses yeux étaient rouges…elle faisait peine à voir. Il ne fallut par longtemps pour qu'un groupe de civils ne vienne l'insulter et lui cracher dessus en l'insultant de traitresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Engar
avatarMarqué


Messages : 606

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La fin du cauchemar... [Engar]   Ven 26 Jan - 19:36

Il arrive même en plein milieu d'un cimetière que nous parvienne de bonne nouvelle... Dans les rues de Sienne cela consistait souvent à retrouver des personnes en vie... En fait on finit par tellement s'habituer à retrouver des corps que, lorsqu'on rentre dans une maison et qu'on trouve un survivant cela compense tout ces morts vu avant, surtout quand ces survivants sont des personnes que l'on connait. Ainsi, j'ai au fil des efforts déployés à aider les Siennois réussi à retrouver Georges, le robuste gaillard qui m'avait sauvé la mise sur les toits, et même si j'ai appris que son compagnon, Arthur, l'archer mutique, n'avait pas eu autant de chance avec sa cape saisi en pleine course, ça a été un plaisir de le revoir...

Et puis il y a des situations plus compliquées, qui rappellent qu'on peut éprouver autre chose que de l'amertume, de la culpabilité ou un semblant de satisfaction... Ce fut ainsi de la colère, alors que, revenant dans la grande rue, bredouille cette fois suite à ma recherche, je surprend un groupe de survivant en train de visiblement se réunir autour d'une autre personne, l'insultant et l'accusant de traîtrise ! Sur le coups je ne suis pas capable d'expliquer pourquoi cela m'énerve tant, mais je n'attends pas un instant pour me diriger vers eux, d'un pas rapide et sec, puisant une énergie que je m'ignore au vu de ma fatigue, les mots me venant d'eux même.

"Ca suffit ! Si vous avez assez d'énergie pour blâmer quelqu'un, vous en avez assez pour rechercher d'autres survivants ou aider les blessés ! S'il y a des traits ici ce sont ceux qui nous divisent !"

Bon sang... J'arrive pas à croire que ça soit moi qui en vienne à dire cela, moi qui ait toujours aimé causer une certaine forme de dissension avec mes blasphème... Mais il ne s'agit pas de pathétiques dieux ici, il s'agit de nous... Et de moi... Je n'en peux plus de ces nuits à ne pas pouvoir dormir, à songer à tout cela... Alors il est hors de question que je laisse des personnes se soustraire à ces efforts et surtout gâcher leur énergie à en blâmer une autre qui au vu de son allure doit tout juste revenir d'une fouille, comme moi.

Heureusement... Ils n'ont pas l'air de vouloir s'emporter davantage et encore moins d'en venir au main. Peut être les ai je raisonné, peut être est ce les cernes sous mes yeux qui les convainquent qu'il devrait s'investir un peu plus, ou peut être que la peur laissé par l'assaut ressurgit... Quoi qu'il en soit ils reculent, et mon regard s'attarde alors sur leur cible... Quelle surprise alors quand je la reconnais, un léger sourire, fatigué, se dessinant sur mes lèvres.

"ALICE ! C'est vrai que t'as été piégé dans cette ville avec nous... Content de voir que tu as survécu, même si il semblerait que les préjugés envers les Laguzs ont la vie dure."

Après tout ça me semble être l'explication la plus logique, les gens ont besoin d'un bouc émissaire et qui de mieux qu'un étranger qui n'est même pas de notre race ?

"Tu as l'air épuisé... Toi aussi tu essayes de te rattraper ?"

Je pense qu'elle me comprendra... Se rattraper d'avoir été impuissant, de n'avoir rien pu faire pour empêcher cela... Après tout ça doit être un sentiment que partagent tout ceux qui ont combattu et qui ont survécu, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice
avatarLaguz


Messages : 40

Feuille de personnage
Niveau:
15/60  (15/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La fin du cauchemar... [Engar]   Mar 30 Jan - 18:04

Le fait de se faire cracher dessus, de se faire insulter l’aurait rendu folle de rage et, en temps normal elle aurait massacré les imprudents qui osaient ainsi l’attaquer. Elle aurait utilisé ses crocs et ses griffes pour lacérer leur misérable chair avant de les laisser agoniser dans une souffrance telle qu’ils auraient supplié qu’on les achève. Alice aurait regardé cette agonie en souriant de toutes ses dents ensanglantées de Laguz, satisfaite de sa vengeance.

Cela aurait été sa réaction…cependant là elle vient de sortir d’un combat à mort contre des hordes de créatures cauchemardesques, a vu la mort de près comme jamais elle ne l’a vu, est passée tout près de de celle-ci et est plus qu’épuisée. Alors elle se laissait faire, recourbant juste ses oreilles e arrière pour éviter qu’on ne les lui attrape.

Son calvaire n’allait cependant pas durer bien longtemps car un homme vint à sa rescousse. Un homme qu’elle connaissait bien même, elle a reconnu sa voix facilement : Engar, son ami marqué. Le seul être non-laguz pouvant se vanter d’avoir Alice comme amie. Elle regarda partir les civils sans réagir, bande de chanceux. Elle tenta de se lever une première fois, sans succès, ses jambes refusaient de la soulever, du coup elle resta assise encore un peu. Pas besoin d’être un génie pour voir qu’elle était particulièrement affaiblie.

-Eh oui…je suis là. J’ai pas terminé en saloperie morte-vivante…je..je n’ai jamais connu un tel massacre. J’ai cru que j’allais crever plusieurs fois…putain quel enfer... »

Un haut de cœur se fit sentir, puis elle vomit à nouveau (pas sur son ami heureusement). Ce qu’elle crachait était un mélange infect de bile et de chair noire venant très certainement de divers assaillants qu'elle s'est vu obligé de croquer.

-*poua* Ces saloperies ont le pire goût que je n’ai jamais eu l’occasion de tester…c’est la deuxième fois que je vomis depuis la fin des combats. Je voulais pas me servir de mes crocs pour les combattre ne sachant pas ce que ça pouvait donner comme effet sur mon corps mais j'ai pas eu le choix.  Au moins je suis en vie c’est déjà ça…et toi alors, on s’est perdu de vue quand l’engagement a commencé. Il t’es arrivé quoi ? Comment tu t’en es sorti ? Et non je ne cherche pas à me rattraper, je cherche à retrouver des forces. » dit elle en s’essuyant la bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Engar
avatarMarqué


Messages : 606

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La fin du cauchemar... [Engar]   Lun 5 Fév - 22:37

Enfer... C'était sans doute le bon terme pour désigner l'affrontement qui avait eu lieu, la vision d'horreur que constituaient les morts vivants, les cris de terreur, cet affrontement pour lequel personne n'avait pu être préparé... Pourtant même si j'ai failli y perdre la vie et que cet instant est encore vif dans ma mémoire, ce n'est pas ce qui m'occupe le plus l'esprit, loin de là. Cela étant, je n'ai pas le temps de m'y attarder, constatant avec étonnement mon interlocutrice vomir, mais ça ne ressemble à rien de ce que j'ai pu voir avant, la bile étant parsemée d'infect fragment de chairs qui ne laissaient aucun doute qu'à leur provenance, m'arrachant une légère grimace. Je n'ai bien sûr aucun doute quant à ce qu'elle a fait, mais je comprends aisément qu'elle soit dans cet état après avoir eu un repas aussi peu appétissant. A vrai dire cela me préoccupe quelque peu. Connaissant la fierté de la laguz elle doit penser qu'elle a juste à craindre quelques vomissements et rien de plus ! Si seulement... J'ai entendu bien trop d'histoire d'épidémie colporter par des corps, et les individus qui en étaient victime n'avaient fait que les côtoyer, parfois de loin même, alors une personne qui en avait mangé.

"Tu devrais aller voir des guérisseurs quand même... Va savoir quelle infection tu peux avoir choppé en mordant dans ces trucs, t'aurais même l'occasion de te reposer."


Ce n'est peut être pas mon genre de préoccuper avant tout des autres, mais ça me parait là tellement évident que je lui dis, avant de répondre à ses interrogations.

"Quant à moi ... J'ai été enrôlé parmi les archers, près de la porte principale, mais autant dire que nos flèches ne faisaient qu'alourdir leurs corps. Ensuite, lors du repli, on a essayé de les cramer, ça a un peu mieux marché, mais...Si peu... après quoi j'ai été isolé du reste du groupe, j'ai... j'ai essayé des choses... de... De rejoindre une arme de siège pour détruire la porte principale, la faire s'effondrer pour les ralentir, mais il y en avait déjà trop... J'ai tout essayé ! J'ai même risqué ma vie pour sauver ce général, j'y ai perdu ma monture, et je ne suis même pas sûr d'avoir fait une différence !"

Je commence à m'emporter quelques peu, m'agitant, alors que ma fatigue cède le pas à ma colère contre moi même, une des rares choses qui chassait, temporairement, l'amertume.

"J'ai tiré jusqu'à ma dernière flèche, pour quoi ? POUR RIEN ! Soit elles se sont plantés dans des morts qui n'en avaient cure, soit elles ont ricoché contre une armure bien trop épaisse je... je..."

A cet instant je n'en peux plus, je l'ai caché à tout le monde, à Mysti, à ses hommes, aux citoyens, mais là je ne tiens plus. M'asseyant, je m'enfouis le visage dans mes mains cherchant à étouffer mes sanglots.

"J'aurai aussi bien ne pu être là que ça n'aurait fait aucune différence ! J'ai survécu alors que je n'ai rien apporté à cet affrontement ! Alors j'essaye moi de compenser, de voir si au moins après je peux en sauver... Mais... Ca ne suffit pas pour dormir. A chaque fois que je ferme les yeux, je les entends... Les morts... Ils me rappellent à quel point j'ai été impuissant."

Un râle exaspéré m'échappe alors que je redresse le visage, essayant de mettre un terme à mes sanglots.

"Je... Je n'ai pas... Ce n'est pas le fait d'avoir failli mourir c'est... C'est l'idée que... Que à quoi bon lutter si tout mes efforts n'apportent RIEN ?!"


Dernière édition par Engar le Mer 18 Avr - 1:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice
avatarLaguz


Messages : 40

Feuille de personnage
Niveau:
15/60  (15/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: La fin du cauchemar... [Engar]   Dim 15 Avr - 8:52

Décidément, tout le monde pleurait ici…l’impact et l’effet de choc que peut avoir une marée de morts-vivants sûrement. Une fois que l’adrénaline retombe, les nerfs lâchent. Alice se releva, avec difficulté, relevant la tête pour être la plus fière possible face à Engar. Sa plaie au flanc commençait à noircir et à lancer de plus en plus. L’infection gagnait du terrain mais elle faisait tout pour l’ignorer.

La jeune laguz écouta les confessions de son ami marqué et, quand il eu terminé et qu’il releva la tête, elle le gifla. Une première fois, puis une seconde pour bien stupéfier le jeune homme. Elle avait à ce moment là un regard dur et elle prit la parole :

-Je n’ai jamais entendu un tel ramassis de conneries ! Tu es en meilleur état que moi et pourtant tu t’apitoies comme un simple civil !  *kof kof* Regardes un peu autours de toi… »

Partout sur la place, des civils affluaient pour se réunir avec les autres habitants de la ville, afin de retrouver un semblant de confiance, de soigner d’éventuelles blessures, de passer le traumatisme de l’assaut avec des confrères humains. C’était la puissance qu’avait le lien social, les relations avec autrui. Le simple fait de pouvoir parler, de communiquer en se sentant à l’abri était déjà un formidable moyen de surmonter tout ça…

-Je vais te dire en quoi tu as été utile : je t’ai vu moi, du haut de mon toit. entre 2 saloperies mortes je t’ai vu tirer tes flèches avec la détermination au combat qu’ont les laguzs. Et j’ai vu l’effet que cela avait sur les autres Beorcs. Ta simple résolution à détruire ses abominations motivait ceux qui étaient proche de toi. Tu n’as pas fait de dégâts significatifs ? C’est vrai. Et alors ? Moi j’ai dû massacrer une centaine de morts-vivants et l’issue du combat n’a pas été parfaite pour autant ! Ce n’est pas à la destruction que l’on peut évaluer toute son utilité au combat. Par ton courage tu as bien dû sauver au moins une vie, et cette vie à dû en sauver d’autres…
»

Elle se rapprocha du visage d’Engar, jusqu’à être nez contre nez :

-Alors la prochaine fois que je te vois chialer comme un chaton en racontant des absurdités pareilles, je te jure que je vais te mettre dans le même état que je suis là maintenant…TU. AS. ETE.UTILE. Et si tu trouves que ça ne vaut pas la peine de se battre si tu n’apporte rien, alors mieux vaut que tu te tranche la gorge tout de suite car il y a de nombreux combats ou des archers ne sont pas d’immenses destructeurs…ou alors tu peux comprendre que tu peux être utile autrement, et là, là mon ami, tu seras… »

Alice commença à se redresser tout en parlant…mais n’eut cependant pas l’opportunité de terminer car elle eu un léger malaise et tomba sur Engar. Sa peau était bien plus pâle qu’à l’accoutumé et elle tremblait un peu. C’était léger, mais c’était là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Engar
avatarMarqué


Messages : 606

Feuille de personnage
Niveau:
19/60  (19/60)
Points d\'Expérience:
21/100  (21/100)

MessageSujet: Re: La fin du cauchemar... [Engar]   Ven 20 Juil - 0:45

... Je ne comprends même pas ce qui se passe sur le coups, tout ce que je ressens c'est une brûlure sur chacune de mes joues qui me laisse abasourdi. Même le son des gifles semble me parvenir en décalé...Et c'est un peu bêtement que je me pose une main sur la joue la plus douloureuse, regardant Alice avec les larmes au bord des yeux, en pleine incompréhension.

Mais ce n'est pas ça le plus douloureux, ses paroles sont bien plus acerbes que ses mains... et je dois admettre être vexé sur le coups, et même songer à l'interrompre sèchement en lui disant qu'elle ne comprenait rien... Cependant c'est faux, elle comprends, et de toute façon je n'ai pas la force de l'interrompre... Alors à défaut je l'écoute et la regarde... Sa gestuelle comme ses mots me mettent du baume au coeur, ce dynamisme dont elle fait preuve, cette passion qu'elle affiche, des choses que je connais bien, que je partage avec elle pour peu que les circonstances s'y prêtent... Mais il y a aussi quelque chose d'autres dans sa gestuelle et ses propos même, quelque chose qui me donnent en vie de croire qu'elle aurait l'étoffe des chef, et pourrait faire bien mieux que perdre son temps avec moi... Pour autant je ne m'en plains pas, ça calme un peu mon trouble, les voix dans ma tête. Pourtant, je me dis quelque part qu'elle exagère, que je vois mal comment j'ai pu inspiré les gens, car la détermination est certes jolie, mais une personne qui persévère et ne cesse d'échouer, ce n'est pas ce qui encourage les autres à faire comme lui... Mais j'ai envie de la croire, et ça me suffit. Un peu naïf j'en suis conscient, la même façon de penser même que ces religieux que je hais tant, mais au vu de la situation je crois que je peux me permettre ce petit écart.

Surtout qu'elle a raison sur un point... Aussi amer que je sois, j'ai bien l'intention de continuer à vivre, continuer à être utile...Et me lamenter ne m'avancera pas à grand chose, il faut continuer à avancer et on ne peut pas rester toute sa vie un chaton, hein ? Finalement... Je me sens mieux, et je m'apprête à la remercier...

Seulement... Ca ne peut pas être si simple, en un tel jour les issues heureuses ne sont que trop rares, et avant même qu'Alice puisse finir sa phrase, avant même que je puisse la remercier, je la vois soudainement s'effondrer près de moi.. .Je n'y crois pas dans un premier temps, je suis abasourdi, n'arrivant pas à envisager qu'une personne parlant avec une telle patient puisse s'effondrer de la sorte... mais je me souviens alors des plaies noiratres qu'elle arborait, des toussotements... Bo nsang la sotte... C'est bien la peine de me tenir pareille discours si cr'est pour périr aussi bêtement devant moi !

Mais l'étonnement passé je me reprends, et parviens à la rattraper alors qu'elle tombe sur moi.. Je la sens entre mes doigts, tremblante et fiévreuse et surtout, si pale, ressemblant presque aux cadavres odnt on nettoyait désormais les rues... Je ne suis peut être pas un spécialiste mais je sais reconnaître un malade, ou du moins quelqu'un dans un sale état, à ce stade... Bon sang...

"Tiens déjà sur tes deux jambes et tu pourras me faire la leçon..."

je plaisante bien sûr, mais je suis inquiet... Si jamais elle meurt comme ça, si tôt, si sottement, je doute que ses propos gardent la pertinence dont il semblaient être empreint quand elle m'en a parlé elle même.

Mais au contraire je peux essayer de les mettre en oeuvre;..Sauver un vie, rien qu'une vie, qui peut être en sauvera d'autres... De fait, sans lui demander son avis malgré son tempérament, je la prends dans mes bras et l'amène vers le guérisseur, non le plus proche, mais le plus compétent que je connaisse, car en l'espèce je doute qu'un simple chirurgien barbier puisse faire quoi que ce soit... Non elle a besoin de plu, et à vrai dire j'ignore si cela peut se trouver actuellement à Sienne, mais je ne compte pas baisser les bras, surtout pas alors qu'elle repose dedans...

De fait je finir par l'amener vers un des plus grands hôpitaux de fortune de Sienne, et l'allonge sur un tas de paille au sol, probablement libéré soit par un mort, soit par un individu déjà remis sur pieds... Après quoi je veille, en attendant que le soigneur ait le temps de s'intéresser à elle... Mais en attendant, je sors quelques unes des plantes qui font taire les voix dans ma tête, peut être que cela l'apaisera un peu... Et je les porte donc à ses lèvres, la forçant à les mâcher et à les avaler...

"Ce n'est pas agréable, mais c'est tout ce que je peux faire... J'espère que tu as réellement raison, que la motivation que j'ai suffise à inspirer les autres..."


Et tout en disant cela mon regard glissa vers le guérisseur, une grimace me venant...

"Essaye de survivre tout de même... Je te dois une paire de baffe."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: La fin du cauchemar... [Engar]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin du cauchemar... [Engar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]
» La peur d'un cauchemar... [Terminer]
» Rêve ou cauchemar ? [Pv Azami]
» J'ai fait un cauchemar... [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Sienne
-