AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mission] Le visage blessé de l'humanité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Shikonai
avatarMarqué


Messages : 131
Age : 26
Localisation : Dans un coin bien sombre
Autre Indication : Vous êtes morts
Groupe : Marqués

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
38/100  (38/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 9 Oct - 15:19

Shikonai fermait les yeux et se focalisait sur son flux. Rien ne devait le perturber pour qu'il atteigne sa cible. Mais bon, la vie est mal faite et le lancier l'a tiré en arrière pour lui éviter de finir embroché. Il ne savait donc même pas si il avait touché un des mages ou pas...

<< Franchement, je ne sais pas toi, mais la… je ne vois plus que cette ultime solution. >>

Allons bon, qu'est ce qu'il préparait ? Il jette sa lance au sol, il lève les mains et lance une incantation...

<< J’me rend >>

Il... QUOI ? Il se rend ?

<< Ho et puis, si tu veux fuir Alfonzo tu peux… même si je pense que tu ne te déplaceras pas plus vite en rampant qu’en courant…
- T'es vraiment un imbécile... >>

C'était fini... il ne pouvait pas lutter seul contre deux mages et deux épéistes, surtout sans pouvoir bouger...

<< Grande Ashera... j'ai échoué... >>

Il ferma les yeux et attendit le coup de grâce. Epée ou sort ? Il allait bientôt le savoir...

<< Arrêtez! >>

Quelqu'un interrompit l'exécution... Shikonai ouvrit les yeux. Les deux monte-en-l'air arrivaient, accompagné d'un vieillard dégageant une intense aura magique ainsi qu'une femme.

<< La déesse est bien clémente, ce soir... >>

Puis une intense lueur s'alluma au loin avant de s'éteindre, plus tard... d'après ce qu'il comprit du dialogue, il s'agissait d'un signal du stratège du groupe, indiquant qu'il était en danger. Finalement, les deux voleurs, le sage et la femme repartirent, laissant Shikonai seul avec le lancier, les deux mages et les deux épéistes.

<< Je ne suis pas certain d'avoir tout saisi... sommes nous ennemis ou alliés ? Enfin, nous... je n'ai rien à voir avec tout ça moi... quoi qu'il en soit, j'aimerais quitter la ville vivant si possible... >>

Tentant de se relever, Shikonai s’affala à nouveau. Ses pieds étaient trop gelés et il ne les sentait plus, le privant de toute possibilité de mouvement indépendamment d'un autre.

<< Et je suppose que personne n'est disposé à m'emmener en lieu sur... >>

Il soupira, se doutant de la suite : ils allaient le laisser là et il n'aura plus qu'a attendre qu'un homme arrive et aie la bonté de l'achever. C'était le destin des poids morts après tout...




Je suis l'ombre de la lune.
Je suis l'élu de la grande Ashera.
Je suis Shikonai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 9 Oct - 15:20

***

Un cercle de flammes apparut autour des quatre mercenaires, ce n'était qu'une défense temporaire et faible, mais pour le moment, ils n'avaient pas le choix. Le mage feu se concentra pour maintenir le sort à pleine puissance durant les quelques secondes qu'ils détenaient, le temps que leur stratège leur donne d'autres consignes.

-Ellias, nous avons besoin d'une diversion. Lisa, Mark prenez à droite et préparez-vous à nous rapatrier, nous allons les piéger.

Ils effectuèrent tous un signe de la tête, excepté Mark qui était occupé à maintenir le sort. Ces assassins étaient bons, ils devaient surement les avoir encerclé et s'apprêter à percer leur bouclier de flammes, il fallait donc agir sans attendre. Une énergie lumineuse cerna le mage, et une boule de lumière pure s'éleva dans les airs, toujours couverte par les flammes; dans une coordination parfaite, le mur de flammes s'estompa et la boule de lumière explosa.

-Fiat Lux!!

La déferlante de lumière fut visible dans toute la ville et elle aveugla les espions, offrant au groupe de quatre l'occasion rêvée pour s'échapper. Le moine et le stratège prirent la direction de l'est et le mage et la prêtresse partirent vers l'ouest.

***

Un murmure dans l'ombre...
Une blessure dans les ténèbres...
La lumière.


***

Félicia et Valfred prirent rapidement la direction de la lumière rouge, accompagnés des deux assassins. Le Sage et l'archère avaient réussi à convaincre les quatre élèves, même si les épéistes semblaient quelque peu réticents, ils connaissaient suffisamment les deux guerriers pour savoir qu'ils ne mentaient pas. Valfred assigna donc Justinia et Hellena à la protection de leurs ennemis de tantôt, pour deux raisons: première, la mage vent était blessée, donc serait en danger si elle devait combattre les meurtriers, seconde, le shaman - qu'il détestait d'ailleurs - était blessé et son élève était la seule à pouvoir dissiper son propre sort. Mais l'aura meurtrière qui s'en dégageait l'avait persuadé qu'il était l'un des leurs...non, il était un tueur, cela se voyait dans ses yeux, il préférait ne pas l'avoir dans les pattes, le laisser avec les quatre combattants était une garantie suffisante.

« Au fait vieil homme, de ce que j’ai vu de vos capacités, vous maitrisez « assez bien » la magie du vent. Seriez-vous capable de lancer un sort qui puisse nous propulser au moment où nous aurions besoin d’effectuer un saut que les lois de la physique nous interdisent ? »

-Le "vieil homme" pourrait vous envoyer dans les nuages d'un murmure, jeune insolent.

Félicia sourit à sa remarque, la façon dont il avait accentué le "vieil homme" montrait qu'il n'aimait pas être considéré ainsi. Certes il avait un certain âge, mais suffisamment de force de caractère pour rabattre le caquet des jeunes guerriers. Elle écouta la question de Stefen et lui répondit rapidement.

-Nous sommes répartis en 13 équipes de quatre membres en moyenne, les équipes coopèrent entre elles pour attirer les ennemis et les encercler. D'après les précédentes indications, l'équipe 11 et surement la 12 sont en train d'affronter des ennemis sur la place de la fontaine et d'autres se trouvent près de notre stratège. Il a en permanence une équipe de réserve qui le surveille et...

Une forte lumière illumina la ville, Félicia plaça sa main devant ses yeux par réflexe. Cette lumière devait probablement être une diversion, heureusement pour eux, ils se trouvaient suffisamment loin de l'origine de l'attaque pour n'être qu'éblouis une seconde. Ça, c'était signé l'équipe de réserve, ils faisaient toujours dans la...discrétion.

***

Ce spectacle qui se dressait sous leurs yeux...ils n'arrivaient pas à croire. Les jumeaux et les magettes...eux, plus que les autres, ils n'y auraient songé...le bretteur soupira, jetant un regard furtif à son acolyte. Une lumière perça dans la ville, ce serait l'occasion rêvée. Une trainée de lumière plongea à toute vitesse sur l'homme en noir, prête à le réduire à jamais au silence. De l'autre côté, une ombre jaillit, prête à faucher la vie de ces traîtres.

***

Des mercenaires. On avait fait se battre des mercenaires entre eux. Les quatre combattants eurent beaucoup de mal à croire à cette historie farfelue, mais les filles avaient une confiance aveugle en leur maître, quant aux rôdeurs..;et bien, ils faisaient également confiance à Valfred et Félicia, à qui ils devaient obéissance en l'absence d'Hélior...et puis, les filles étaient leurs amies, ils ne pouvaient pas retourner leurs épées contre elles.

-Je vais soigner votre jambe.

Elle passa sa main sur la glace qui occupait les jambes du shaman, et celle-ci disparut naturellement. Elle n'avait pas soigné ses blessures mais simplement retiré les engelures et la glace paralysant ses pieds. Voldo était resté à leurs côtés, guettant le lancier d'un œil également suspicieux. Lucy était partie aider Hellena, elle passa son bras autour de son cou et l'amena près des autres. Elle allait avoir un peu de mal à bouger mais pouvait encore se battre.

-Hey toi, pourquoi as-tu déposé tes armes?

Voldo posa la question sans détours, il était jeune mais savait très bien que jeter son arme devant ses adversaires était...stupide. Alors soit il avait une technique secrète soit...c'était un crétin fini. Et combattre avec des idiots, il n'aimait pas ça.
Soudain, une lumière aveuglante envahit la ville, et dans le court laps de temps qu'elle dura, Justinia sentit une énergie magique se diriger à toute vitesse vers eux, un sort de magie blanche, mais qui comportait quelque chose de différent, elle se déporta instinctivement vers a gauche et le shaman fit de même vers la droite, tandis qu'un trou apparut dans le mur, signe d'une arme invisible l'avait percuté. Cette attaque...ce n'était quand même pas...?

Une ombre apparut à l'autre bout de la ruelle, fondant sur la rodeuse et la mage, épée en main, le bretteur faillit découper simplement les deux filles. Lucy eut le réflexe salutaire de placer sa lame entre elle et celle de son agresseur, la force de l'attaquant la repoussa un mètre en arrière, il fit pivoter sa lame, blessant au passage la mage vent. Elle n'était pas une menace dans son état, la rôdeuse seule non plus, mais il avait déjà croisé le fer avec les deux enfants et ne souhaitait cela à personne. Il suffisait d'en éliminer un pour remporter la victoire. Le fer létal plongea sans détour vers la jeune fille prête à lui enlever la vie.


-LUCY!

Un autre homme apparut devant les autres guerriers, son premier tir avait échoué, mais le second ne manquerait, un fer léger à la main, il comptait accomplir sa mission.

-Les traîtres seront éliminés.

Il plongea sans hésiter vers les quatre, non trois guerriers - Voldo n'ayant pas hésité, il s'avançait déjà vers sa soeur dans un mouvement désespéré, Justinia était prise entre le désir de sauver son amie et la crainte du terrible adversaire qui se tenait entre elles. L'équipe 8...dans l'incompréhension, elle resta là, à regarder le massacre qui allait avoir lieu.

***

Le mage envoya une salve de boules de feu vers son adversaire qui les esquiva parfaitement, les unes après les autres, décidément, il était trop bon. Se déplaçant comme un serpent dans les ruelles, grimpant sur les murs, prêt à saisir la moindre faille qu'il pourrait exploiter. Une dague vola, percutant le bouclier érigé par la prêtresse, mais le traversant pour finalement atteindre le bras gauche du magicien, qui recula dans la prochaine ruelle. S'il baissait sa garde, il était fichu.

De leur côté, le moine et le stratège se perdaient dans le ruelles, poursuivis par un espion dont ils ralentissaient la progression grâce à un outil bien pratique, des runes. Le stratège avait bloqué trois ruelles, mais se trouvait à présent au centre de celles ci, l'espion se présentant dans la quatrième ruelle, trop rapidement pour qu'il ne puisse placer sa rune, et chaque sortie bloquée.


-...

Il plongea sur ses cibles, disparaissait devant elles et se glissant sournoisement dans leur dos. un bras se plaça entre la lame et le stratège, et un puissant sort de lumière rejeta l'espion contre la rune de feu. Ellias était blessé rien de trop handicapant en fait. Le stratège emprunta le chemin par lequel son ennemi était venu, et le bloqua en utilisant sa dernière rune. A présent, le moine blessé se tenait seul face à son adversaire.

Le sort de feu déferla dans la ruelle, engouffrant sans le moindre répit toute chose vivante dans ses flammes purificatrices. Évidemment, son ennemi avait du y échapper, mais cela leur serait suffisant pour rejoindre les autres. Ils sortirent de la ruelle, à temps pour recroiser le stratège. Mark s'effondra sur les genoux subitement, sans prévenir, sans avoir reçu le moindre coup.


-Les lâches...
-Mark!
-Je vais bien, occupe toi d'Ellias!

L'espion était semble t-il pris au piège avec le moine, il se releva et se prépara à achever son adversaire qui disparu simplement sous ses yeux, réapparaissant près de la prêtresse. Il s'était fait avoir...par une poignée de gamins. Son estime en avait pris un coup, mais il avait été averti: ne pas sous-estimer ce groupe. Il observa les runes, puissantes, celles-ci dureraient surement plus d'une minute, et il n'avait pas tout ce temps à perdre. Il rengaina ses armes et se saisit d'un crochet: il passerait par les toits.

-Lisa.
-Je sais.

Elle soigna rapidement la plaie avec un sort de purification, puis fit de même pour le moine. Elle reprit son souffle avec peine, utiliser autant de bâtons à la suite...non, elle ne tiendrait pas la distance. Et il y avait un autre problème: même si elle avait purifié le poison de la plaie du mage, une partie de celui-ci s'était insinué dans son sang, et il le sentait.

***

Citation :
MOUHAHAHAHAHAHA *rire sadique de méchant qui vient d'énoncer son complot pour la domination du monde* Ca paraissait une bonne idée de se séparer...ou pas. Vous vous souvenez de l'équipe 8 qui devait vous donner le coup de grâce? LA VOILA! *surprise!*

Alors cette équipe est un peu spéciale, vu qu'elle ne comporte que deux membres, et pas des moindres, deux bretteurs équipés respectivement d'un fer léger et d'un...fer létal *voit le regard horrifié des joueurs, surtout Shikonai et Talaos*. Alors, le bretteur au fer létal a mis hors d'état de nuire la mage vent - déjà amochée par un certain shaman - et dirige un critique vers Lucy, Voldo s'est désespérément lancé à sa rescousse, donc pour le moment, lui va combattre vos amis PNJ. L'autre bretteur, en revanche, se dirige tout droit vers Shikonai au corps à corps (donc n'utilisant pas la force magique cette fois mais bien la force physique :p). Justinia semble très perturbée par leur intervention et va pas attaquer dans l'immédiat, elle a peur, avec raison.
De son côté, le stratège s'en est magnifiquement sorti ce coup-ci, il a temporairement piégé l'un des espions (bon il va s'en sortir au tour suivant faut pas déconner :p) mais l'autre est toujours sur eux. Le mage est empoisonné, trop pour être soigné par le Vitalis, le moine s'en sort mieux avec une blessure au bras et la prêtresse et le stratège ne sont pas blessés.

Kratos et Jaffar, vous pouvez très distinctement entendre le cri de Voldo, Valfred est visiblement inquiet et se retourne d'un air suspect vers vous (bah oui, en théorie, avec Voldo et Lucy il y a...vos deux amis). Il saisit son tome de vent et se prépare à vous attaquer, qui sait, peut-être avez-vous feint l'alliance pour les séparer et les éliminer sans qu'ils ne s'y attendent? Et si vous vous dirigiez vers le stratège, non pas pour le sauver mais pour le tuer?
Vous êtes tout proche de la position du stratège, mais la tension se fait sentir...alors, vous faites demi-tour, vous continuez au risque de vous prendre un sort de vent dans le dos, ou vous tentez de lui réexpliquer que vous êtes pas les méchants?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 9 Oct - 15:21

Le tueur écoutait les informations qui lui étaient données avec attention, tout était bon à prendre pour coopérer avec ses nouveaux alliés. A qui il en voulait certes quelque peu d’avoir causé autant de trouble et de les avoir attaqués, mais lui n’était pas non plus innocent. La réponse du sage l’amusa et le rassura, comme quoi avec les bonnes personnes on pouvait accomplir des miracles sans intervention divine. Les informations de l’archère quand à elles lui seraient particulièrement pratique pour s’ordonner, et démontraient la qualité du stratège.

Un hurlement retentit soudainement, Kratos se figea en attente de ce qui pouvait arriver. Cet abruti de chamane n’avait pas osé s’attaquer aux personnes qui l’avaient épargné non ? Au souvenir de son regard cela ne l’aurait pas étonné, le regard d’un meurtrier violent incapable de se retenir. Et si il était dans l’autre camp ? Se retournant pour jeter un coup d’œil aux autres protagonistes, son esprit s'emballa ; le regard du mage était particulièrement éloquent et le tueur sentait la catastrophe arriver. Lorsque le magicien esquissa un mouvement, Kratos eu un réflexe de survis et sa main trouva la meilleure solution à ce problème. Un bref éclat, un juron.

En trois pas, l’homme au visage d’ange avait déjà attrapé le magicien à la gorge, froid et implacable. Un petit couteau était planté dans l’épaule gauche du mage, assez profondément pour que seul la boucle permettant de le tenir ne ressorte pas. La blessure en temps normal n’aurait pas été très grave, sauf que la lame était enduite d’un des chefs d’œuvres de Kratos, un poison de durée. Le mélange était mortel, mais il n’avait au début aucun effet ; c’était le poison parfait pour se faire écouter. Ses yeux vairons étaient implacables et l’absence de pitié qui s’y lisait en aurait frémir plus d’un, son regard était devenu un portail sur la mort dans sa splendeur, froide, insensible. Il était devenu un ange de mort, sa beauté contrastant avec l’intention de mort que tout son corps dégageait. Il compressa la trachée du magicien de son pouce et son index pendant quelques secondes puis relâcha la pression tout en maintenant celui qui avait failli les attaquer dans le dos.


« Je vais être très clair à présent espèce de vieillard sénile, je n’ai rien à voir avec le chamane d’en bas et vous et moi sommes d’accords pour affirmer qu’il n’est pas fiable. J’ai rencontré le lancier il y a quelques années et celui-ci et tout sauf un type à s’attaquer à des gens qui lui ont épargnés la vie. Il semblerait que vous doutiez de ma bonne fois et de celle de mon camarade ici présent et, actuellement vous avez raison. Le couteau dans votre épaule était enduit d’un poison. Celui-ci n’aura d’effet notable que dans deux heures, dans quatre heure vous serez pris de vomissement et de contraction puis dans six heure vous serez mort après avoir passé deux heure à vous tordre de douleur.

A présent c’est moi qui dicte les règles jusqu’à ce que nous nous séparions, j’ai été chargé d’enquêter sur ces meurtres par une guilde qui fonctionne plus ou moins de la même manière que la votre. Mon rôle est simple, trouver puis tuer ceux qui provoquent un tel massacre ; je n’ai aucune autre restriction si ce n’est d’éviter d’impliquer des civiles, vous tuer ne me poserait donc aucun véritable problème. J’aurais pu le faire plusieurs fois pour ne pas risquer de problème depuis que nous étions censés avoir fait la « paix », mais je ne l’ai pas fait. J’aurais très bien pu m’approcher de votre stratège sans problèmes si cela avait dépendu de vous pour ensuite le tuer. Je suis un tueur professionnel pas un boucher alors retenez bien ceci : j’ai déjà envisagé une dizaine de manières différentes de vous tuer minimum depuis que nous avons parlé ensembles pour la première. De plus n’espérez pas anticiper mes actions car j’agis toujours en liant réflexion et instinct. »


Sa voix était glaciale et sans émotion, un pragmatisme sans faille suintait de ses paroles. Il relâcha alors sa prise et retira le couteau de l’épaule du vieil homme sans douceur et l’essuya sur ce qui restait de son haut noir avant de remettre l’arme à sa place. Il s’exprima alors d’un ton particulièrement jovial tandis que tous les traits de son visage s’adoucirent, sauf son regard. Le contraste entre son sourire et son regard aurait fait frémir plus d’un troubadour courageux (même si Kratos doutait que cela existe vraiment) et fait pleurer tout apprenti troubadour au cœur sensible.

« Je vous rassure, je possède l’anti poison pour vous soigner, mais comme je l’ai dit précédemment c’est moi qui dicte les règles ; je ne vous donnerais l’antidote que lorsque nous en aurons terminé, nos destins sont liés jusqu’à la fin de cette aventure. Je vous conseil d’aller retrouver vos camarades qui semblent avoir des problèmes, nous autres nous occuperons de sauver ce surprenant stratège et de tuer les meurtriers…

Au fait, je n’apprécie pas d’agir ainsi et vous m’en voyez désolé mais je ne peux me permettre de laisser les choses au hasard. »


Sa dernière phrase avait été dit avec sincérité, il ne supportait pas d’agir ainsi et pourtant il était forcé d’agir de cette manière. Il laissa échapper un sourire tandis qu’il se dirigea vers l’archère et lui prit sa main blessé avec douceur. Arrachant encore un morceau de sa tunique, il fit un bandage rapide mais efficace à l’archère avant de lui accorder un sourire charmeur.

« C’est tout ce que je peux faire pour l’instant mais ainsi vous devriez pouvoir utiliser votre arc correctement, et n’hésitez pas à me tirer dessus dans la mêlée si cela vous permet d’éliminer un de ces meurtriers… Et rassurez vous vous n’êtes pas empoisonnée. »

IL fit quelques pas en direction de l’endroit ou le flash de lumière avait eu lieu précédemment puis se retourna.

« Au fait, vous vous appelez comment ? »

Après avoir reçu sa réponse il se détourna et commença à se diriger vers l’endroit qui l’intéressait d’une démarche déterminée. A présent l’heure n’était plus aux enfantillages et tant pis pour ses limites. Il déploya sons sens du sang abandonnant cette fois le gout. Le premier mantra que son maitre lui avait appris commençait à raisonner dans sa tête tandis qu’inconsciemment il retirait sa veste, se retrouvant torse nue sous la pluie fine qui succédait à l’averse. Il dévoila un corps couturé de cicatrices diverses et variées, un corps maigre et sans graisse, fait de muscles fins, d’os et de nerfs. Il se mit alors à susurrer tandis qu’il accélérait le pas ne prêtant pas attention à ses coéquipiers.

« Sang pour sang,
Je suis mort en sursit,
Je me baigne de nuit,
Sang pour sang.

Sang pour sang,
J’en appel à l’acier,
Je suis ici pour tuer,
Sang pour Sang.

Sang pour sang,
Avant que le soleil ne se lève,
Il faut que coule la sève,
Sang pour sang… »


La mélodie des ombres, un mantra qui récité en entier d’un bout à l’autre durait plus de vingt minutes. Peu à peu Kratos se baignait dans un vide de mort, son sens du sang toujours en éveil. Il avait conscience de ceux qui le suivait et faisait attention à eux mais toutes ses intention étaient dirigées vers la mort…
Revenir en haut Aller en bas
Jaffar
avatarBeorc


Messages : 86
Age : 26
Localisation : Tu ne le sais pas mais je suis tout près de toi...
Autre Indication : Ze true dark evil assassin classe qui parle pas !
Groupe : Beorcs

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 9 Oct - 15:21


Son pied manqua de déraper au cri strident qui retentit derrière eux tandis que son sang se figeait. Que s’était-il passé ? Avant même de se retourner, l’assassin supposait déjà le pire. Il ne connaissait leurs « alliés » ni d’Eve ni d’Adam et la probabilité pour que les deux groupes aient recommencés leur puérile querelle était un peu trop élevée à son gout… Il n’avait aps vraiment eu le temps de jauger les mercenaires mais s’ils étaient comme Valfred alors l’attaque ne pouvait venir que des deux gus qui étaient restés avec eux... Donc les deux membres qui accompagnaient els assassins. Visiblement le même raisonnement avait fait son chemin dans les esprits de ses compagnons et il ne put empêcher Kratos d’agir stupidement. Le couteau s’enfonça sans le moindre problème dans l’épaule du sage tandis que celui-ci poussait un juron retentissant avant d’avoir pu ouvrir son tome. Son compagnon se saisit immédiatement de l’occasion pour immobiliser le vieillard… Ca n’allait pas du tout, ça ne devait pas se passer comme ça ! Mais c’était peut-être la seule solution pour éclaircir enfin la situation... Et maintenant qu’ils étaient lancés, autant aller jusqu’au bout… La lame acérée effleura la gorge de l’archère au moment où elle esquissait un geste pour aider son compère, menaçante mais pas tranchante, simple promesse de ce qui pouvait arriver :
- Ne bougez pas. Réglons cela calmement.

Son ton était froid et son visage impassible mais en son for intérieur, le Croc Pourpre bouillonnait de rage. La réaction de Kratos était certes naturelle mais l’homme qui leur faisait face possédait fierté et honneur... En plus d’une puissance largement supérieure à la leur. Trois bonnes raisons de mourir en éliminant les deux assassins d’une simple incantation là maintenant tout de suite. Visiblement ces réflexions n’avaient pas effleurées l’esprit de l’Ombre avant qu’il n’agisse. Dans quelques instants, ils seraient peut-être morts tous les quatre… Sans même être tombé sur leur véritable adversaire :
- Au fait, je n’apprécie pas d’agir ainsi et vous m’en voyez désolé mais je ne peux me permettre de laisser les choses au hasard.

Le pire, c’est qu’il avait probablement raison. Tenter d’amadouer le sage ne l’aurait pas empêché de leur lancer une attaque… Dans la situation présente ils avaient désormais le choix entre morfler ou éventuellement s’en tirer de justesse… Enfin, façon de parler. Le combat n’avait pas commencé que leur plus puissant allié était déjà blessé. Jaffar ne contesta cependant pas. Faire éclater la dispute entre les deux assassins maintenant serait le pire des scénarios envisageable. Il rangea sa lame sans un mot ni un regard en arrière lorsque l’Ombre banda la main de la jeune femme. Ils allaient se faire tuer… C’était l’évidence même. Et l’autre allait très probablement se manger une tarte retentissante...

Son regard parcourut l’étendue urbaine devant lui. La mission avait commencé seulement quelques dizaines de minutes auparavant, il avait cependant l’impression que cela faisait des mois qu’il galopait sur ces tuiles glissantes. Ses yeux perçants accrochèrent cependant un détail insolite voire carrément important. Ils n’étaient pas si éloignés que ça de la lueur rouge… Se pouvait-il que… Il se retourna brusquement au moment où Kratos reprenait sa course. Son compagnon n’allait très certainement pas tarder à le repérer aussi mais il devait d’abord savoir et agir le plus vite possible. Prenant visiblement l’archère par surprise quelles qu’aient été ses intentions, l’assassin lui saisit le poignet et, sans un mot, pointa vivement un point devant eux. Un point noir qui se mouvait avec grâce et fluidité, escaladant le rebord d’un toit avec des mouvements félins. De fait, il semblait plus glisser sur les murs à pic tel un serpent qu’autre chose. Les lèvres de l’assassin roux articulèrent silencieusement sa demande à l’archère tandis que la créature achevait de prendre pied. Etait-il avec eux ? Il n’attendit pas la réponse, il suffisait de voir la tête que faisait la jeune femme. Sans un mot il s’élança. Il ne les avait pas encore aperçus mais il ne tarderait pas à le faire. L’éliminer maintenant en profitant de la surprise, c’était le seul plan du Croc Pourpre. S’ils tardaient trop… Ils devraient affronter un homme qui avait aidé à massacrer des mercenaires aguerris en plus de menacer le cœur même de leur stratégie.
Ses pieds le portèrent avec une vitesse ahurissante, il avait l’impression de voler. Aussi silencieux que la Mort elle-même, le Croc Pourpre jaillit des ténèbres et bondit sur sa proie vraisemblablement sans défense...

*Il m’a vu !*

Ou pas...

L’autre tourna la tête vers lui et l’assassin distingua très nettement le reflet d’une lame. Ce fut par un pur réflexe de survie qu’il abattit la garde de son arme sur l’une des sphères à sa ceinture. Un nuage de fumée les engloutit tandis que le claquement du fumigène résonnait lugubrement sur les toits. La lame accrocha sa cape mais le manqua alors qu’il battait désespérément en retraite. L’être sombre ne lui laissa aucun répit et se jeta sur lui toute lame en avant. L’acier rencontra l’acier et la créature enchaina plus rapidement que l’éclair. Le Croc pourpre recula encore mais ne parvint qu’à amortir le choc tandis le genou s’enfonçait dans son ventre, le propulsant vers l’arrière et le laissant à la merci d’une attaque décisive. Mais c’était mal le connaitre. Il lutta contre la douleur et pivota sur lui-même cinglant l’air de ses deux lames, forçant son adversaire à reculer. Moment de répit bref mais utile : jaillissant hors de la fumée, le Croc Pourpre se dégagea rapidement en quelques bonds. Un couteau fusa et ricocha sur le toit tandis qu’il roulait sur le coté.

Le silence se fit tandis que les restes de fumigène se dissipaient. Son adversaire, tout de noir vêtu, semblable à une créature démoniaque surgie des enfers, se tenait devant lui, lame sortie, droit et digne. L’attaque qu’il venait de subir avait l’air de ne pas l’avoir dérangé plus que ça alors que le sang battait aux tempes du Croc Pourpre, ramassé sur lui-même, près à bondir hors d’atteinte, son ventre encore douloureux du choc. Il était persuadé de ne pas s’être fait remarquer durant son approche. Il avait été silencieux et l’ennemi lui tournait le dos ; pas un bruit n’avait fusé du groupe. L’autre n’avait pu le remarquer qu’au moment où il s’était jeté sur lui, il en était intimement convaincu. Mais un tel réflexe... La lame l’aurait embroché s’il ‘n’avait rien fait et il aurait suffit que son adversaire repère les fumigènes à l’avance pour lui trancher la gorge sans la moindre difficulté. La peur et l’excitation se mélangeaient en un sentiment des plus agréables. Seul, il avait peu de chance de battre ce monstre mais, étrangement, il souriait. L’éclat de ses yeux s’était intensifié… Non… Il ne fuirait pas ce combat. Voila trop longtemps qu’il n’avait pas rencontré une telle créature... Ce n’était même plus un humain... Il était l’incarnation même de l’ange noir : le faucheur de toute vie. Il devait être terrassé. Il devait être vaincu parce qu’il se dressait sur son chemin et parce qu’il avait actuellement le pouvoir de décider de la mort du Croc Pourpre. L’adrénaline avait saturé tous ses sens et les avaient exacerbés au maximum. Un tremblement involontaire du à l’excitation agitait ses membres mais autrement il était parfaitement maitre de lui-même :

*Ca devient enfin intéressant*

Il se releva lentement sans quitter l’autre des yeux. Sa lame sectionna les liens qui retenaient sa cape et celle-ci glissa sur le toit trempé dans un doux froufrou tandis que l’assassin reprenait sa pose de combat :
- …
- …


Dernière édition par Jaffar le Sam 9 Oct - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikonai
avatarMarqué


Messages : 131
Age : 26
Localisation : Dans un coin bien sombre
Autre Indication : Vous êtes morts
Groupe : Marqués

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
38/100  (38/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 9 Oct - 15:22

<< Je vais soigner votre jambe. >>

Elle posa ses mains sur les pieds du shaman pour en faire disparaître la glace et les engelures. Shikonai se releva et tenta de marcher. Il y arriva tant bien que mal, mais n'allait probablement pas pouvoir courir : ses pieds étaient encore pas mal engourdi et la pluie glaciale n'arrangerait rien.

Quelques secondes plus tard, une intense lueur illumina la ville, forçant Shikonai à fermer les yeux. Puis il senti une aura magique foncer vers lui. Le shaman évita d'un bond sur la droite et heurta un mur. L'attaque semblait être un sort de lumière, mais il y avait un truc différent dedans...


<< LUCY! >>

Shikonai rouvrit le yeux. Un bretteur avait mit dans un sale état le mage vent que Shikonai avait déjà blessé. Une rodeuse la soutenait, mais elle avait du mal...

<< Les traîtres seront éliminés. >>

Les traitres... alors ils faisaient parti de la même équipe ? Un autre bretteur fonça vers Shikonai. Il reconnu son arme comme un objet magique exploitant la lumière. C'était bien sa veine : non seulement l'arme était conçue pour l'attaque physique, mais en plus elle employait la lumière : les deux points faible du shaman. Autant commencer par en éliminer un.

<< Je commence à en avoir assez de ces agressions et ces quiproquos. Peu m'importe que tu sois ennemi ou allié, le fait de m'attaquer te coûtera la vie ! >>

Une épaisse brume noirâtre se forma autour du shaman. En appeler à la rancune des morts dans un lieu aussi étroit consistait en soit un barrage car elle faisait la largeur de la ruelle. Il s'avança un peu afin que ses « compagnons » ne soient pas pris dans le champ. Son opposant allait le frapper. Si il ne freinait pas, il sera victime de la haine des morts et si il s'arrêtait...

<< Éhankea ti nuoyisa tac sundc, ahdahtc sy bneèna, jeahc à sue ad yddyxia ! Flux ! >>

La boule tomba et se plaça au bord de la zone brumeuse, camouflée dans les ténèbres, prêt à se jeter sur sa proie si celui-ci s'arrêtait pour tenter une attaque magique.

<< Eh vous autres ! Si vous comptez m'aider, inspirez un grand coup et traversez le brouillard mais restez pas dedans, vous le regretteriez amèrement... >>

Shikonai garda les yeux rivés sur le bretteur de lumière. Il savait que ses chances de victoire étaient maigres et que le soutien d'une autre personne, le lancier de préférence, serait fort profitable... enfin, si il n'allait pas encore jeter bêtement son arme au sol en prétextant la reddition...

*On va voir ce qu'on peut faire pour survivre. Grande Ashera, veillez sur moi !*




Je suis l'ombre de la lune.
Je suis l'élu de la grande Ashera.
Je suis Shikonai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞



MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Dim 28 Nov - 16:21

Un combat de fini, Fini de la manière la plus bizarre qui soit. deux épéiste, deux mage... et un vieu qui invite ses alliés a arreter le massacre, sous pretexte de... mauvaise cible, la bonne blague ! bonne blague qui ne semblait pas vraiment faire rire les 4... non, les 6 autre personnes qui se trouvait sur la place, talaos le premier.

*magnifique, franchement, magnifique, entretuons nous encore un autre jour pour la forme, histoire que j'y prenne gout... et evidement, laissons ces meurtrier de coté*

Une chose etait sur, l'arrivée du vieillard avait mit les chose au clair, il y a eu une erreur sur la marchandise, et il semblerai que cette erreur, a peu de chose pret, aurait pu couté cher. Mais bon, qu'importe, Talaos avait économisé ses force et le mage noir, avait été guerri à la jambe, retour à la case départ... ou presque...

*Mais finalement... les gardes, sentinelles, mages d'avant, c'etait aussi à eux ? ... bon, quitte à choisir on va dire que non...

Finalement, l'un des combattant sorti Talaos de ses pensées,


-Hey toi, pourquoi as-tu déposé tes armes?

-Hum ? "mes armes" ? désoé je ne me souviens en avoir déposé une. si tu crois que la victoire t'est toute acquise lorsque ton adversaire lache une arme, t'a encore beaucoup à aprendre.


Profitant de sa discussion sans grand intérêt, il ramassa sa lance.

-Et si par le plus grand des hasard ce que je raconte n'a aucun sens pour toi, et que tu me prend pour un imbecile, sa me ferra aussi forte impression que de regarder un alcoolique devant un verre d'eau. De toute façon, je suis pas payer pour tailler une bavette avec toi donc si tu veux bien m'excuser...

Au meme moment, une lumière aveuglante envahit la ville, et pour le peut qu'elle dura, marqua l'heure d'un nouvel affrontement, et pas des moindre.
Pourquoi diable dire cela ? il faut avouer que quand une lumière éblouissante laisse place à un autre type de magie, manquant de peu de tuer le shaman et l'un des combatants, pour qu'en plus deux meutriers apparraisse par surprise, dont un qui s'occupa de celle qui avait deja bien subit...


-Les traîtres seront éliminés.

-ils pourraient nous laisser souffler un peu... déja qu'on y comprend pas grand chose, j'aurai pas été contre des explications.


le moment etait à nouveau au combat, mais pour le coup, malgrés leur nombre, l'effet de surprise avait vraiment jouer en leur défaveur, une véritable panique qui c'etait installé, aucune organisation l'un tente de sauver l'autre, l'une est paniqué, et la derniere, déja a moitier morte...

le mage noir semblait cependant garder sa concentration, il avait deja répliquer face a l'adversaire qui lui faisait face en prononçant quelques incantation incompréhenssible qui lui permis d'invoquer une sorte de brume autour de lui... en barage.

*il est vraiment... glauque ce mage...*


-Eh vous autres ! Si vous comptez m'aider, inspirez un grand coup et traversez le brouillard mais restez pas dedans, vous le regretteriez amèrement...
-tu sais que l'epéiste en face est pas sourd et que tu viens indirectement de lui donner un conseil ? enfin, au final, on a juste à l'empecher de t'atteindre pour qu'il soit en difficulté j'imagine...


Entendant les paroles, Talaos se rua dans le brouillard l'arme en main, et retenant son souffle dans cette atmosphère des plus désagréable. Arrivée de l'autre coté, il put enfin voir le fameux bretteur qui semblait n'en vouloir qu'au mage.
le Lancier ne s'arreta pas dans sa course et arriva bientot au niveau du bretteur, pret à lui envoyer une attaque perforante.


-Quoi que tu cherches à faire, ton adversaire, c'est moi !
Revenir en haut Aller en bas
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 3 Déc - 21:27

***

Les ténèbres. Les immenses ténèbres, les profondes ténèbres.
Là où aucune vie ne peut subsister, l'incarnation du néant et de la mort.
Il était là. Quelqu'un d'autre maitrisant l'Ombre.
Un brouillard de morts et de douleurs, un monde baigné dans le désespoir.
Ce paradis l'appelait.


***

Le coup partit. Il était parfaitement aligné, prêt à faire voler la tête de l'enfant qui lui faisait face. Il connaissait sa force, elle n'avait strictement aucune chance pour lui. Même si son frère venait à son secours, il ne pourrait jamais égaler sa vitesse. Il allait voir sa soeur mourir sous ses yeux, sans pouvoir réagir.
Le châtiment nécessaire à la justice. La punition ultime des traîtres.
Mais il n'avait pas à s'inquiéter, son tour suivrait bientôt.


-Bouge!

Une ombre se jeta entre elle et son ennemi. Une lame volante avait dévié le mouvement mortel, et l'épée vint se planter dans le corps de l'homme qui s'était interposé. Du sang coula le long de la lame et le bretteur écarquilla les yeux.

- Toujours aussi précis, Lune.

Il l'avait arrêté. Au prix d'une profonde blessure et de sa vie quelques secondes plus tard, mais il l'avait arrêté. Cela, en soi, était un exploit. Mais il ne pouvait pas le comprendre. Cet homme qu'il pouvait presque considérer comme son égal, venait de perdre toute chance de le vaincre pour simplement rallonger la vie de sa protégée de quelques secondes. Il les avait tous condamné en se faisant toucher, au lieu d'attendre et de croiser le fer avec lui. Un acte totalement illogique qu'il ne pouvait appréhender.
Il allait mourir en vain.


- Hélior... je vous pensais plus intelligent.
- C'est ma réplique... pourquoi attaquer vos camarades ?
- Ces enfants ont cessé d'être mes camarades quand ils se sont alliés à mes ennemis. Cela va de même pour vous.

Une réflexion purement logique. Comme il l'avait toujours fait. C'était là sa grande force et sa grande faiblesse, il ressemblait plus à un automate qu'à un robot, dès qu'il s'agissait de combat, il perdait son humanité, dès qu'il brandissait son arme, il perdait son âme.

- Ils ne sont pas nos ennemis, Lune.
- Ne me faites pas rire, Hélior. Je sais reconnaître un meurtrier quand j'en vois un. Ma lame me dit où frapper, et je tue. Je suis navré que vous ayez à subir ce courroux.
- Ah...

Son regard n'exprimait aucune compassion, mais il regrettait véritablement son acte. Il aurait préféré que cet homme ne soit pas mêlé à ce combat, mais à partir du moment où il s'était interposé, dès l'instant où il se trouvait faire obstacle à la justice, il devenait un ennemi. Hélior sourit, agrippant de sa main nue la lame plantée dans son corps.

- Alors la même chose vaut pour moi. En posant la main sur mes enfants, vous êtes devenu mon ennemi. Et les ennemis...
- ... sont éliminés.

***

Le shaman et Justinia avaient esquivé. Il avait anticipé le déplacement de la magicienne mais pas celui de l'homme en noir. Il n'était pas mauvais, finalement.
Tandis qu'il se précipitait vers son adversaire, un immense brouillard se dressa entre eux, il ne s'y connaissait guère en arcanes de la magie noire, mais cette chose ne lui inspirait guère confiance. L'avertissement de son adversaire confirma ses doutes, il n'avait qu'à retenir sa respiration, donc?


-Quoi que tu cherches à faire, ton adversaire, c'est moi !

Le lancier qui était apparemment un collègue improvisé du shaman avait plongé dans la brume et en était sorti, lance pointée en avant, pour le combattre. Il n'était pas la cible, mais puisqu'il était un de ses complices, il périrait aussi. Sans aucun trouble visible sur son visage, le bretteur fit un mouvement d'esquive, la lame glissa au dessus du manche de la lance tandis que son corps avait habilement esquivé le coup de pointe. Dans un instant, le lancier n'aurait plus de tête.

***

« ... Au fait, je n’apprécie pas d’agir ainsi et vous m’en voyez désolé mais je ne peux me permettre de laisser les choses au hasard. »

Tout était dit, semblait-il. L'assassin venait de prendre le plus mauvais parti qui soit, et d'attaquer le vieil homme. Un vieillard sénile? Peut-être, c'était en tout cas à moitié vrai, mais ce n'était pas un espèce d'avorton qui allait lui apprendre l'art du combat. Quand bien même il disait vrai, quelle preuve avait-il qu'on lui administrerait l'anti-poison? S'il disait la vérité, cela prouvait qu'il n'était effectivement pas digne de confiance, s'il mentait, cela prouvait simplement qu'il était un bon menteur, et que ses paroles n'étaient pas crédibles. Dans tous les cas, le sage était sûr de deux choses: la première, il était plus fort que cet homme, la seconde, celui-ci était dangereux.

« Au fait, vous vous appelez comment ? »
- Ca ne vous regarde pas.

La réponse résonna comme un avertissement. En fait elle voulait plutôt dire "pourquoi donner mon nom à quelqu'un comme vous?" elle n'avait clairement pas apprécié l'attitude de l'homme face à Valfred, et commençait d'ailleurs à craindre pour sa survie, si vraiment Valfred était poussé à bout, ce simple voleur serait instantanément broyé en un seul mot. L'autre mercenaire lui prit le bras, montrant un homme uqi s'avançait sur les toits à grande vitesse. Lui, il n'était pas avec eux. C'était une certitude. L'homme bondit à toute allure vers la position de celui-ci, suivit par son collègue, l'archère ainsi que le sage. Un combat se déclencha, et une immense tempête cloua au sol le voleur qui bondissait d'un toit à l'autre.

- Valfred!!
- Vas-y, je te rejoins tout de suite.

Il détacha sa cape et la laissa tomber dans la rue, flottant sur plusieurs mètres par les remous du vent qui s'abattait à pleine vitesse sur l'homme inconnu. Un vent aussi puissant qu'une tornade, concentrée sur un point qui était le dos du voleur. Il venait de faire une chute de près d'un étage sur le sol, poussé par un vent lui déchirant littéralement le dos - qui était à présent nu, même si les vents tourbillonnant n'autorisait personne à voir à travers leurs vents.
Félicia connaissait bien Valfred et savait qu'elle ne pourrait l'arrêter, actuellement, rejoindre le stratège était la meilleur solution. Elle descendit des toits, portée par une brise de son ami, puis se hâta vers l'endroit, désormais visible, où étaient rassemblés les mercenaires.


- Je n'ai guère de temps à perdre, alors je vais être bref. Vous avez dit pouvoir me tuer en un instant, sachez que ma magie est plus rapide que votre corps, et comme vous pouvez le sentir, également plus puissante. Je n'ai que faire de votre histoire de poison, si jamais vous dites la vérité, il me reste quelques heures, et c'est largement suffisant pour vous tuer et sauver mes camarades. Ne pensez pas que je vais vous garder en vie pour la simple perspective d'un soin à un poison supposé. Je ne compte pas non plus vous laisser dicter des règles, l'homme qui me dirige vous est supérieur, je peux le dire rien qu'en vous voyant là, plié sous une seule de mes attaques.
Si je dois mourir c'est que mon heure était venue. Ça s'arrête là. Ne comptez pas me faire du chantage et abandonnez l'idée de me prendre de haut. Ceci étant dit, vous allez rester là un moment, je ne compte pas avoir quelqu'un d'aussi peu fiable dans les pattes.


Un claquement de doigts retentit dans l'air et une colonne de glace s'érigea jusqu'au ciel, se refermant à son sommet. La tempête cessa, laissant le corps blessé du voleur dans une prison de glace.

***

Une attaque fantôme. L'espion venait d'être assailli dans un nuage de fumée par un être des plus habiles. S'il n'avait pas eu ses réflexes, s'il n'avait pas été l'un des deux serpents, il serait instantanément mort. Cet adversaire était d'un niveau impressionnant, s'il lui laissait quelques années, il pourrait certainement devenir un maître dans l'art de l'assassinat.
Malheureusement pour lui, il ne vivrait pas si longtemps. Une fois l'attaque surprise échouée, un assassin perd tous ses avantages, et seules les compétences d'escrimes étaient juges. Et au niveau de la technique, il ne perdrait pas, simplement, parce que lui, n'aurait pas raté une telle attaque.


-...
-...


Un regard froid pourtant cerné d'excitation. Un homme élevé pour être une machine mais qui avait depuis peu été éveillé aux sentiments. Il pouvait le percevoir, ils se ressemblaient grandement. Les yeux du croc pourpre et celui du serpent fixaient tout et rien à la fois, ils étaient plongés l'un dans l'autre, pourtant ils pouvaient tout voir et tout percevoir.
Il disparurent au même moment, leur vitesse était exceptionnelle et les lames s'entre-choquant étaient le seul témoignage du combat qui avait lieu. Chaque parade était suivi d'une contre-attaque, également parée. Il se contentait de tester la force de son adversaire, mais porterait rapidement un coup fatal. A l'aide d'un nouveau plongeon, il percuta son adversaire, retirant d'un mouvement peu orthodoxe sa cape qui se dressa entre lui et l'homme aux cheveux roux.
Les coups partirent à la vitesse du son, tranchant la cape transversalement dans deux directions opposées. L'assassin s'était saisie de sa seconde dague et avait littéralement découpé son vêtement sans la moindre hésitation pour atteindre le crâne de son adversaire. Deux attaques invisibles, rivalisant de perfection dans un murmure à peine audible.
Il était déjà mort.


***

Le stratège était un peu perdu, mais s'adaptait très vite à toutes les situations. Un homme inconnu venait d'engager le combat avec l'un de ses adversaires, et l'autre le rejoignit rapidement, à son grand malheur. A eux quatre, ils ne pouvaient pas perdre un combat frontal, mais l'assassin était trop intelligent pour tenter sa chance ainsi et comptait surement les affaiblir progressivement jusqu'à repérer une faille salutaire.

- Il est là.
- Oui...

La tension était palpable. Lisa était effrayée, Mark affaibli, Ellias concentré sur les environs et le stratège avait les yeux fermés. La vue n'était plus d'aucune utilité face à une ombre. Il ne pourrait certainement pas le voir, et n'en avait pas besoin. Il devait anticiper. C'était leur seule chance.

***

Citation :
Bon, petit bilan.

Au sud:

Talaos: Ton attaque a été parée et tu risque la décapitation. J'espère pour toi que tu vas esquiver XD
Shikonai: Pour l'instant tu n'es plus menacé directement, Talaos et son ennemi sont cependant hors de ton brouillard pour le moment.
Lune affronte Hélior, sur le point de mourir, Justinia a repris ses esprits mais ne peut pas faire grand chose là tout de suite. Lucy a été sauvée et Voldo s'est mis à ses côtés, les deux jumeaux sont derrière Hélior.

Au nord:

Jaffar: Tu as tenu le coup quelques secondes et ton adversaire t'as lancé une attaque bien traître, bonne chance.
Kratos: Tu as fait le seul truc qu'il ne fallait aps faire, c'est à dire provoquer Valfred et tenter de le faire chanter. Bon, tu as blessé son orgueil et à présent il veut prouver qu'il peut vaincre les ennemis seuls, toi, tu es pris au piège au centre d'un pilône de glace de plusieurs mètres de hauteur, fermé sur lui même.
A moins d'avoir des explosifs sur toi, tu vas rester piéger pour le moment^^ (tu es aussi blessé dans le dos par le sort de vent)
Le quatuor est en suspend, en position de défense. Leur adversaire est sur eux, s'en sortiront-ils?

De son côté, le chef combat toujours le cinquième assassin, mais ça, c'est une autre histoire^^

Je compte bouleverser l'ordre des RP, à présent, vous devez poster par couples Shiko/Tal puis Kratos/Jaffar, l'ordre entre vos bînomes et vos groupes m'importe peu, mais je vais par contre poster ENTRE vos deux groupes.
En clair le MJ va poster après 2 posts, et non plus 4. Et ceci pour au moins les deux prochains "tours" de jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaffar
avatarBeorc


Messages : 86
Age : 26
Localisation : Tu ne le sais pas mais je suis tout près de toi...
Autre Indication : Ze true dark evil assassin classe qui parle pas !
Groupe : Beorcs

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 14 Jan - 0:18

L’averse qui s’abattait sur eux depuis le début de l’opération s’était désormais muée en une fine bruine lassante, trop faible pour perturber la vision mais amplement suffisante pour tremper les vêtements ou rendre les tuiles glissantes. Un crachin des plus gênants donc s’amusait à perturber le silence de la scène. Mais Jaffar était déjà loin. L’impitoyable Croc Pourpre avait repris le dessus sur sa personnalité et verrouillait désormais toute son attention sur son adversaire. Plus rien n’existait. Le froid de la pluie venant s’écraser contre sa peau, la douleur de son bras et de son ventre, l’énorme pilier de glace qui venait de s’ériger dans son dos et même la terrible puissance de son adversaire avaient disparus. Naturellement il savait pertinemment à quel être il faisait face et son esprit tranchant avait déjà calculé ses chances de survie. Supérieures à zéro pour cent. Il allait donc lui coller la raclée de sa vie quel qu’en soit le prix. Aucun d’eux n’avait bougé. Les deux crocs entachés de sang contre l’unique crochet venimeux. La lune se refléta une fraction de seconde sur ce dernier. Mouvement !

La lame s’abattit mais il n’était déjà plus là. Le dos sans défense lui faisait face alors qu’il fondait dessus mais ses crocs mordirent dans le vide. Son coude se dressa en une rapide barrière, bloquant le pied de son adversaire avant de se dérober sous le poids. Il aurait du être déséquilibré mais une fois encore les lames ne fauchèrent que du vide tandis qu’une autre attaque le frappait dans le dos, heureusement trop prévisible. L’assassin sentit le tissu de sa veste ripper sous l’acier avant que son propre pied ne parte, aussitôt contré puis repoussé. L’affrontement se poursuivait mais, tandis que le Croc Pourpre maximisait chacune de ses capacités pour ne pas déraper sur le sol humide ou pour contrer les assauts, le serpent noir ne montrait aucun signe de faiblesse... Et se battait avec une seule lame ! Ca allait être chaud ! Le Fang plongea au ras du sol avant de porter une attaque montante, droit vers la gorge mais sa morsure ne se referma que sur l’acier empoisonné de son opposant, aussitôt suivie par le plongeon de sa deuxième lame sur la nuque sans défense. Presque d’une pichenette, le tueur noir dévia le bras du Croc Pourpre de son bras désarmé avant de repousser le voleur avec une force jusque là insoupçonnée. Battant en retraite, Jaffar du aussitôt faire face à une vague d’attaques plus sournoises les unes que les autres, devant déployer tout son arsenal de techniques pour en venir à bout.

Comment un être aussi puissant pouvait-il exister ? Un aussi bon combattant aurait du se trouver à son côté, servir sa dame et non se dresser en travers de son chemin. Sa colère crut encore alors que son ennemi se dérobait une nouvelle fois. Le Croc Pourpre était le chasseur pas la proie ! Cet imbécile... Il allait rapidement lui faire comprendre son rôle dans la chaine alimentaire !

Le serpent se jeta à nouveau sur lui alors qu’il en faisait de même de son côté. Les crocs écarlates scintillèrent sous la pluie tandis que chacun filait vers un point bien précis de la chaire... Trop lentement. L’épaule du monstre le percuta de plein fouet avant que celui-ci ne disparaisse de son champs de vision d’un simple jeté de cape.

Agir.

Il ne pouvait rester là, il était en position de faiblesse.

Agir.

Son pied adhéra brutalement à la surface trempée... Il était trop près.

AGIS !

L’assassin se désengagea brutalement d’un saut en arrière alors que sa lame transperçait le vêtement complètement au hasard. D’un lancé souple et expérimenté, le Croc Pourpre venait brusquement de s’édenter d’une de ses précieuses armes, sa main gauche se trouvant complètement vide désormais.

Les tuiles se fendirent en un claquement sec lorsque le serpent les frappa d’un mouvement rapide, précis, et outrageusement mortel. La cape se déchira sans un bruit tandis que ses restes virevoltaient lentement dans l’air nocturne, parfaitement découpée. Le toit était vide, l’espion était seul.

La secousse sur son bras ne lui arracha aucun soupir, aucun gémissement. Profitant de toute la vitesse que son saut désespéré lui avait donnée, le tueur se balança brutalement le long de la gouttière, resserrant la prise de ses dents sur le manche de son arme. Ses pieds frappèrent le mur humide tandis que son bras droit partait et saisissait le rebord du toit aussi loin que possible. Il était épuisé, ses membres tremblaient sous le coup des diverses acrobaties qu’il s’était imposé depuis le début du combat mais jamais l’adrénaline n’avait circulée aussi vite en lui. Son adversaire l’avait déjà acculé alors que lui parvenait à peine à le déstabiliser, un défi comme il en aurait plus souvent apprécié. S’ils continuaient ainsi, l’assassin serait rapidement à court de fumigène et devrait même surement utiliser son sixième sens... Qu’importe...

Ses muscles se tendirent alors qu’il profitait de son élan pour se hisser de nouveau souplement sur le toit. Son croc était là, à peine un mètre derrière le serpent. La lame se désengagea sans un bruit de la tuile luisante d’eau avant que la bête ne se jette sur le dos de sa proie, la gueule grande ouverte, ses crocs luisants près à se repaître du sang du reptile. Jaillissant de nulle part pour la deuxième fois, le Croc Pourpre mordit avec toute la rage que la puissance de son adversaire lui évoquait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Mar 17 Mai - 0:27

D'excellents réflexes. Non, c'était plus que cela. L'homme qui lui faisait face, cet assassin aux crocs d'aciers avait accumulé suffisamment d'expérience pour agir avant de penser. Rares étaient les hommes qui avaient résisté à la première de ses attaques, mais lui en avait déjà paré plusieurs. Le serpent des ténèbres avait enfin un adversaire talentueux, mais cela représentait plus un ennui qu'une excitation à ses yeux.
Il vivait pour tuer, mais il n'y prenait aucun plaisir. La notion même de bonheur lui était inconnue. Évoluant perpétuellement dans les ténèbres, la lumière était pour lui le plus grand des mystères. La tension, l'excitation, la peur... toutes ces émotions n'étaient pour lui que des mots. Comment aurait-il craint de perdre la vie, alors qu'il ne se considérait pas même vivant ?

Une morsure. Puis une autre. Le chant des lames au clair de Lune avait quelque chose du sifflement du serpent et du grognement du loup, comme si, dans une ultime étreinte, ils se reconnaissaient. La mort appelle la mort. Et tous deux savaient que leur destin serait de périr sous les coups d'un être plus puissant. Mais le serpent contrairement au loup est un être au sang-froid, qui ne panique pas. Il agit rationnellement, ne se fiant pas à ses instincts ou ses émotions, mais à son expérience. Voilà pourquoi il était le plus fort.


- ...

Il était là. Aucun bruit parasite, un angle mort. Pourtant, sa proie avait négligé un simple détail: la lumière. Et tandis que les nuages recouvrant le ciel sombre s'éclipsaient, la lumière salutaire de la Lune vint éclairer le toit, et une seconde ombre se dessina devant le serpent. Il fit volte-face, et l'une des dagues vola vers son ennemi, qui venait de mettre son premier pied dans la tombe.

***

- A TERRE !

Un sifflement, trop caractéristique pour qu'il pût l'oublier. Le stratège se baissa, suivit mécaniquement par ses acolytes, juste à temps pour qu'une espèce de fil ne passe vivement au dessus de leur crâne, manquant de les décapiter. Lisa perdit quelques cheveux dans le bataille, elle avait été la moins réactive mais avait de justesse évité une mort certaine. Qu'était donc cette attaque ?

- Formation delta!

Déplacement coordonné, de deux pas, mais réalisé une demi-seconde trop tard. Une dague perça le ciel sombre dans un hurlement de désespoir, elle fut d'abord esquivée par Ellias, mais contre toute attente, elle exécuta un demi-tour en plein air et se dirigea vers sa nuque. Transperçant mortellement la trachée aussi précisément que si celui qui son propriétaire la tenait. Un flot de sang jaillit de sa bouche, et il s'effondra sur le sol.
Lisa hurla, et fut jetée au sol alors qu'elle s’apprêtait à lui porter secours, ce qui lui sauva irrémédiablement la vie.


- C'est quoi... ce bordel... ?

Télékinésie ? Invisibilité ? Ou alors, est-ce que cette dague possédait une âme ? L'arme vola dans les airs droit vers la prêtresse, mais son supérieur fut assez prompte à réagir et lui sauva la vie, la lame s'encastrant dans un mur derrière eux. Mais une autre dague prit son envol, filant à toute vitesse pour percer le front du jeune magicien qui avait déjà survécu aux précédentes attaques. Lisa était trop perturbée pour penser à jeter le moindre sort, et le stratège n'eut pas le temps de le prévenir.
Une boule de feu lancée avec ses dernières forces dévia l'arme, mais déjà une ombre s'était glissée derrière lui. L'homme saisit le jeune garçon par le col et le plaça face à ses ennemis, une lame de très bonne facture sous sa gorge.


- C'est fini. Au moindre geste suspect, je repeins le sol de son sang.

Ils se figèrent, incapables de faire le moindre mouvement. Ils avaient perdu. Maintenant, l'enjeu n'était plus de gagner, ni même de survivre, l'enjeu était de retarder cette mort imminente.

- Et ça vaut aussi pour vous, le vieillard.

Valfred qui venait d'arriver, s'était dissimulé dans un recoin de la maison en apercevant la prise d'otage, mais à ce qu'il semblait, il avait d'une manière ou d'une autre était repéré.
Cela n'allait pas, ça n'allait même pas du tout.


***

Une main saisissant un poignet, et deux dagues appuyant de toutes leurs forces l'une sur l'autre. Contre toute attente, son adversaire était parvenu, d'une façon ou d'une autre, à dévier la dague qui menaçait de transperçait son front alors qu'il courrait, et avait comblé la distance qui les séparait. Ils étaient dans une position critique, si proche l'un de l'autre qu'ils pouvaient sentir leur respiration, pourtant si loin, puisqu'incapables de se tuer.

Un coup de genou contré par un autre, ils finirent par briser leur immobilisation dans un même mouvement, et reculèrent de quelques pas. Il n'y avait plus lieu de se retenir, il devait en finir au plus vite. Armé à présent d'une seule dague, il savait qu'il conservait cependant l'avantage. Et ce coup suffirait à le démontrer.
Prenant un appui ferme avec sa jambe arrière, il se jeta littéralement sur son adversaire, le corps contorsionné et ondulant, comme s'il rampait dans les airs. La distance fut comblée en une demi-seconde, et une lame s'apprêtait à s'enfoncer profondément dans la gorge de son adversaire.
Et la morsure du serpent l'anéantirait.


***

- Tu n'es... pas mauvais.
- Mais dites-moi quel flatteur vous faites!

Flatteur... il aurait aimé l'être oui. Mais le nombre d'entailles qui ornait son corps à présent était preve suffisante de la dextérité de son adversaire. Ce n'était même pas une question de technique, cet homme était bien trop rapide et trop puissant pour que cela eût une quelconque importance. Il dominait très largement, et le général doutait de ses chances de survie dans ces conditions. Mais il ne pouvait pas abandonner.
Pas devant un tel être.
Il n'avait même pas besoin de le connaître tellement c'était inscrit sur son visage: cet homme méprisait la vie humaine. Il ne la considérait que comme un jeu lui permettant d'assouvir ses envies, et une fois que son ennemi était mort, que son jouet était cassé, il en trouvait simplement un autre.


- Devons-nous continuer ? A vrai dire je commence à me lasser.
- ...
- Peut-être devrais-je rejoindre ce jeune garçon ? Sa peau me semble plus agréable à découper.
- Vous ne... passerez pas.
- Ahah, quel grand héros vous faites. Et bien je vais de ce pas... vous faire passer à la postérité!!

***

Et à une centaine de mètres de là, la prison de glace retenant le mercenaire inconnu s'estompa. Et l'Ombre des Crocs se dirigea enfin, à son tour, vers le lieu du combat.

***


Citation :
[HRP: Han c'est plus court quand on s'occupe que de deux rpistes XD
Bref voilà la situation:
Jaffar ton attaque a été déjouée à cause d'un nuage qui a dévoilé la lumière de la Lune PILE au moment où tu as attaqué (du coup ton ombre a été projetée devant ton ennemi... c'est pas de bol /sbaff). Tu peux noter que l'assassin en plus de penser à te combattre pense à se placer de telle façon que si tu viens à l'attaquer par derrière, l'ombre est projetée vers lui, à ce niveau là ce n'est pas juste un expert du meurtre, c'est un malade XD
Au fait, l'attaque qu'il vient d'utiliser sur toi la "morsure du serpent" est une compétence, sans trop rentrer dans les détails, ça ressemble à... une attaque de gros serpent qui change d'angle d'attaque au dernier moment ( à la Kazuki de Fate, pour donner une image à Kratos... mais avec tout son corps XD)

Du côté de l'autre assassin - qui utilise une technique des plus étrange vous l'aurez remarqué - Ellias est mort. Mark est prit en otage. Lisa est trop perturbée pour agir et le stratège est à la merci de l'assassin. Valfred ne peut pas y faire grand chose. Super-Kratos parviendra t-il à les sauver? XD

Ah, et le chef du groupe de mercenaire est en train de fail son combat face au chef des assassin... ça serait vraiment pas de bol que celui-ci le batte et finisse par vous rejoindre... xD

Prochain à poster: Alan et Talaos, je reprend ensuite le tour MJ, suivant comment se déroule le prochain tour je pourrai re-procéder comme cela ou pas, je verrai bien.]


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikonai
avatarMarqué


Messages : 131
Age : 26
Localisation : Dans un coin bien sombre
Autre Indication : Vous êtes morts
Groupe : Marqués

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
38/100  (38/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Mar 17 Mai - 11:16

Le lancier à traversé le brouillard en suivant les conseils de Shikonai et maintenant il faisait face au bretteur… seul… Le fou, était-il idiot au point de bel et bien vouloir perdre la vie ? Peu importe, s’il parvient à suffisamment affaiblir ce manieur de cure-dent sacré, ça donnera plus de chances de survie au shaman…

Hélas, un tel talent ne semblait pas être dans les cordes du compagnon d’infortune car le fil de la lame effleura le long du manche de la lance, s’approchant dangereusement du cou de sa proie dans un léger sifflement annonciateur de la mort…

Un pilier de ténèbres surgit entre les deux ennemis un peu trop proches. Soit ils finiront tous les deux consumés par les ténèbres, soit ils auront eu le réflexe de reculer. Le flux qui était tapi dans les ombres a été dépensé inutilement… enfin, Shikonai estimait que le lancier aux cheveux blancs pouvait encore servir.


<< C’est la seule fois que je t’aide. Maintenant, débrouilles-toi pour survivre… >>

Le doigt blafard du shaman perça le nuage de ténèbres pour caresser la page de son livre. Arrivé à un angle, il pinça le coin et tourna délicatement la feuille, dévoilant de nouvelles inscriptions écrites en anciennes langues… de nouveaux ordres d’exécutions commandités par la déesse.

<< Due, naeha tac déhèpnac, yhhuhla duh luinnuiq.
Due, xie naekha cin mac sundc, jeahc liaemmen lac jejyhdc.
Due, lryccanacca esbeduoypma, bmuhka cin la kepean.

Luna !
>>

Par-dessus le dôme de brume noirâtre, une sphère développa une croissance inquiétante. Un rictus d’agacement déforma les fines lèvres du shaman. Cette sphère prit la largeur de la rue, la développer plus serait risquer. Qui va y passer en premier… le bretteur équipé du fer létal tiens, il semble l’avoir oublié.

<< cilluspac yiq déhèpnac ! >>





Je suis l'ombre de la lune.
Je suis l'élu de la grande Ashera.
Je suis Shikonai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 20 Mai - 13:06

- Meurs.

Le fer léger glissa sur le manche de la lance, prêt à scinder en deux le corps du lancier, aucune parade ne le sauverait, aucune esquive. Un seul moment d'inattention lui avait coûté cette bataille.
... Ou tout au moins aurait dû lui coûter la bataille. C'était sans compter sur son acolyte, le magicien des ténèbres, qui fit surgir entre eux deux une masse ténébreuse puissante. Le bretteur l'esquiva avec brio, mais le lancier eut plus de difficultés et s'en sortit avec plusieurs brûlures. Se remettant en garde, fer léger prêt à frapper, il sourit.


- Lumière.

Un rayon blanc s'échappa de l'arme et frôla la tête de l'homme à la lance pour atteindre le shaman. Cependant, il fut repoussé par une sorte de barrière, une protection sombre comme il n'en avait encore jamais vue. Face à cela, tous ses sens lui criaient de ne pas s'approcher, il émanait de cette zone comme un désir, une volonté propre de tuer. Et s'il y pénétrait, il n'était pas certain de pouvoir en sortir.
Distrait, il ne vit pas arriver le coup d'estoc finement placé du lancier, ce dernier l'avait contourné et l'attaquait dans son angle mort. Ou au moins, pensait le faire. Il suffit au bretteur d'un pas sur le côté et d'un mouvement du poignet pour parer efficacement l'arme,;il enchaina avec un coup de pied au visage, paré de justesse par un coude, mais ce faisant son adversaire avait délaissé l'emprise sur le manche de son arme. Erreur de débutant.
La lame trancha net dans son corps, et ne se fût-il pas instinctivement reculé, son cadavre ornerait à présent la ruelle. Il n'avait rien vu, il ne pouvait rien voir. Cette vitesse était au delà de la perception humaine.


- Suivant.

Le lancier lâcha son arme et serra ses bras contre son torse. La plaie n'étant pas béante mais l'empêchait certainement de combattre, et plus que tout, elle faisait horriblement mal. Déjà le sang transparaissait à travers ses habits; l'armure avait absorbé la plus grande partie des dégâts, mais cette défense ne valait rien face à cette arme tant redoutée qu'était le Fer léger.

Il fit volte-face vers le shaman. Incapable de lancer un sort suffisant pour percer ses défenses, il redoutait plus que tout le contact avec ce brouillard, ce qui faisait qu'il était littéralement dans l'impossibilité de le frapper. Conventionnellement.
Tandis qu'une sphère noire gigantesque emplissait la ruelle, attirant tous les regards, il s'éclipsa à une vitesse effarante, apparaissant de ci de là dans le champ de vision de son ennemi, tel un spectre. Le shaman ne pouvait le voir, ni même le sentir, et ne prit conscience de ce qui se tramait que lorsque sa peau fut transpercée par une lame fantôme.


***

Un rivière de lumière fendant l'air.
Une mer de ténèbres en interrompant le cours.
Que pouvait donc faire cette justice abstraite, face à la cruauté de la réalité ?


***

Hélior et Lune se faisaient toujours face, la lame du bretteur venait de transpercer sans merci le corps du guerrier, mais celui-ci n'avait pas bronché, et retenait à présent son adversaire en lui par le poignet. Il n'avait plus d'arme, et ne pouvait rien faire de plus, mais ce serait bien suffisant. L'immense bulle de ténèbres qui s'était dressée au dessus d'eux serait leur punition.

- Hélior...
- Tu viens avec moi.

Un sentiment inconnu l'assaillit alors. Face à ces yeux déterminés, à ce regard plein d'un mélange de tristesse et de satisfaction, et plus encore, face à cette monstruosité prête à l'engloutir. La peur. Lui qui avait depuis toujours tué ses émotions se retrouvait impuissant, tandis qu'un flot inconnu d'émotions et de sensations contraires l'envahissait. Fuir. Rapidement. Immédiatement. Mais cette main qui le retenait, cette simple main détenait une force contre laquelle il ne pouvait lutter. Il ramena son autre main sur le poignet de son adversaire, prêt à le faire céder, mais rien n'y fit, et à chaque seconde qui passait, il perdait de plus ne plus ses moyens.

- Lâche-moi! Mais lâche-moi!
- Terrassé par une lune noire... n'est-ce pas ironique ?
- Lâche-moi! Tu vas mourir oui !?!
- ... Je vois. Alors toi aussi tu peux ressentir ce genre d'émotions...

La boule s'avança, lentement. L'air et la magie qui s'étaient condensés autour d'elle formèrent finalement une masse compacte et meurtrière; vision ultime du désespoir, ce soleil noir émettait un sifflement discret, une douce mélopée qui les emmènerait au pays des songes.

- Le reste est entre vos mains... mes enfants.
- MAITRE !

***

Quelle beauté ! Cette sphère était simplement parfaite ! Plus ronde qu'une orange, plus noire que la nuit, elle chuta au sol de tout son poids sur les deux hommes qui furent écrasés, désintégrés, réduits en bouillis par l'attaque. Ahahah, il était marrant! Enfin elle trouvait un gentil compagnon de jeu... mais... accepterait-il de jouer avec elle ?

***

La lame transperça son corps, mais le shaman put éviter une blessure fatale. Face à lui, le bretteur, qui l'observait tranquillement, et peut-être même, joyeusement. Il venait de lancer son arme sur sa proie, l'empalant au mur, et cette épée étant une arme de lumière, il était certain que cette blessure devait être terriblement insupportable pour son ennemi. Il avait ce qu'il méritait. Le cri perçant de Lune qui résonna une seconde avant d'être étouffé venait de lui arracher le coeur, cet homme qu'il avait toujours vu comme un frère, cet être avec lequel il avait connu les affres de la guerre et de la cruauté humaine, sa moitié, venait de périr.

A présent, il était satisfait, il n'avait plus qu'à attendre que ce brouillard ne se désactivât pour le venger. Ensuite... soit il parvenait à prendre une des armes des jumeaux, soit il se laissait simplement mourir. Après tout, il n'avait guère plus de raison de faire régner la justice.


- Puuuu! Toi t'es méchant!

Une voix retentit dans la rue, aussi pure que du cristal, aussi fragile que la paille, elle reflétait l'innocence même. Pourtant il y avait quelque chose en elle qui était différent. Etait-ce ce ton nonchalant dans cette situation désespérée ? Non, c'était plus profond que cela, comme si l'on pouvait y discerner les ténèbres qui l'habitait.
Des liens d'ombre sortirent instantanément du sol, s'accrochant au bretteur et rongeant la chair et les os de ses chevilles, il tomba à genoux, avant qu'un cercle magique ne se dessinât sous ses pieds, et ne l'engloutît tout entier


- Et voilà! Les enfants méchants sont punis, oui!

Instantanément, un autre cercle se dessina dans le ciel, et de multiples lances d'ombres se précipitèrent sur la magicienne et les deux épéistes, dans le même temps, une silhouette titanesque fit son apparition au coin de la rue. C'était tout simplement un géant, un être de plus de deux mètres portant une gigantesque armure, et , à son sommet...

- Fais-moi descendre! Fais moi descendre! Je dois aller parler à Onii-chan, allez allez!

La fillette fut gentiment descendue par les bras attentionnés de l'homme, qui lança un regard des plus glacial sur la scène. Apparemment, la magicienne comme les épéistes avaient réussi à esquiver l'attaque... ou plutôt, elle les avait raté. Dès qu'elle trouvait quelque chose d'intéressant, elle jetait le peu de sens commun qu'elle détenait, pourtant... il ne pouvait décemment pas l'abandonner.
Dès qu'elle eut touché le sol, elle se précipita de ses petites jambes vers son nouvel ami, sa longue chevelure d'ébène flottant au gré du vent, dévoilant son visage angélique, pourtant assombri par des yeux visiblement meurtris.


- Oniiiiiiii-chan!

***

[HRP:

Le MJ tient à préciser qu'il a écrit ce post dans un état parfaitement sain et qu'il n'a été sous l'influence d'aucune drogue.

Breeef, les bretteurs sont morts, il était plus que temps de dévoiler les véritables meurtriers ! Enfin... le reste des véritables meurtriers. Puisque Jaffar est déjà en train de combattre je ne pouvais pas vraiment repousser la rencontre, donc la voilà!
Alors, pour faire simple, Talaos est pour le moment HS (je le ferai se relever plus tard pour un instant héroïque... peut-être XD) et ne restent que les jumeaux et Justinia en état de combattre, même si pour certaines raisons ils ne t'aideront pas Shiko (1- t'es un connard qui a tué leur maitre 2- t'as un brouillard à la con autour de toi 3- y'a un autre GB à tuer et qui fait moins peur que la gamine).

Concernant la fameuse gamine - Mélissa de son prénom - elle est Druide de lvl 5, son potentiel magique est écrasant, tu as visiblement pu le sentir lors de ses attaques, et elle partage une affinité énorme voire fusionnelle avec les ténèbres ^^ Mais t'as du bol elle n'a pas l'air de vouloir te tuer...]


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaffar
avatarBeorc


Messages : 86
Age : 26
Localisation : Tu ne le sais pas mais je suis tout près de toi...
Autre Indication : Ze true dark evil assassin classe qui parle pas !
Groupe : Beorcs

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 27 Mai - 23:58

La bête en lui rugit sa victoire. La mort s'abattit avec la vivacité d'un prédateur sur son adversaire... Mais il était trop tard... Ce regard... Ce même regard averti que le reptile lui avait lancé au début de leur affrontement. Le serpent avait senti son odeur et sa longue note monocorde, annonciatrice de mort, retentissait désormais dans l'air. Un crochet lancé avec précision, mais le loup était prêt et ses crocs dévièrent la trajectoire du mortel projectile. La gueule grande ouverte se referma sur sa proie mais l'homme contra son attaque avec la vivacité d'un maître. Jaffar sentit son bras s'immobiliser sous la pression glacée de la poigne de son adversaire tandis que la deuxième lame venait arrêter sa dague.

Un instant ils restèrent là, ombres silencieuses se découpant sous cette lune, unique spectatrice de leur danse du sang. Immobilisés l'un par l'autre jusqu'à ce que l'un d'eux faiblisse, le regard de néant de l'un plongeant dans les abysses infernales de l'autre. Le Croc Pourpre sentait la force exercée par son adversaire et y opposait la sienne mais rien à faire. Leur genou se rencontrèrent dans un choc sourd et brutal, toujours aucun changement de la situation, il leur fallait pourtant reprendre l'avantage, reprendre l'affrontement jusqu'à ce que l'un d'eux ne périsse. Dans cette situation, la victoire était incertaine, deux hommes de leur carrure s'équivalaient à peu près au niveau de la force pure et seule la technique pouvait faire une différence.

- ...

Il n'eut pas besoin de le repousser, l'ennemi avait sans doute fait le même raisonnement, les deux créatures de la nuit bondirent l'une à l'écart de l'autre avant de reprendre leurs appuis. Jaffar vit le coup plus qu'il ne put l'anticiper. Comment prévoir une telle action... Le serpent disparut presque instantanément de son champ de vision, traversant l'espace et le temps à la façon d'un fantôme et le Croc Pourpre ne dut sa survie, ou le retardement de son échec, qu'à cette même lune qui l'avait démasqué. Le froufrou d'un vêtement révélé, l'éclat d'une lame empoisonnée, il était déjà si près ?

Son arme partit en avant avec l'énergie du désespoir. Après tout, n'était-ce pas tout ce qu'il lui restait face à un monstre pareil ! Le choc ébranla son bras, l'arme lui glissa des main mais c'était suffisant. En un bond le Croc Pourpre évita la mort tandis que sa dague rebondissait sur les tuiles avant de disparaître le long de la gouttière, laissant le son métallique de sa chute rythmer la suite de l'affrontement. Le serpent n'attendit pas que l'assassin se rétablisse pour le poursuivre, cinglant l'air de son dard venimeux. Fuir, il ne pouvait plus faire que ça, fuir et espérer survivre. Déséquilibré, le rouquin se laissa emporter, effectuant un salto in extremis avant de repousser le toit du plat de ses paumes, pirouettant acrobatiquement sur les tuiles humides tandis que le sifflement de l'acier se faisait de plus en plus proche, de plus en plus précis...

*Maintenant*

Se réceptionnant sur ses pieds, le tueur balança son bras abruptement en direction de l'arme, faisant étinceler la nuit de mille et une embrasures lors du choc. Un choc qui le repoussa plus loin encore et l'accula au bord du toit. L'assaut avait cessé. A quoi bon poursuivre, il était coincé.
- ...

Un sourire sardonique se dessina sur les lèvres de l'assassin. Mais ce n'était pas le serpent noir qui souriait non, le Croc Pourpre exhibait pleinement sa dentition impeccable dans un ultime défi à la mort, sa main autrefois désarmée jonglant de manière provocante avec la première arme de son adversaire. Celle-là même qu'il avait lancée pour interrompre son attaque, celle-là même qui se retournait désormais contre lui. Une dernière pirouette et l'arme reprit une position normale au creux de la paume expérimentée du Croc Pourpre, à nouveau en garde. C'était inutile, le prochain assaut serait décisif et se conclurait irrémédiablement par sa défaite, que ce soit par la chute ou la lame de son adversaire.

Son regard balaya rapidement les alentours alors que son adversaire se mettait en position. Quelle ironie, échouer si près du but. La situation était bloquée. Seul, il ne pourrait jamais vaincre autant d'adversaires, et chacun de ses coéquipiers semblait avoir décider de lui mettre des bâtons dans les roues. Kratos pour commencer qui avait compromis leur alliance avec ces mercenaires, mercenaires qui se butaient à être visiblement incapables de sacrifier l'un de leurs compagnons pour la victoire. L'assassin resserra sa prise alors que le serpent chargeait, il était seul.


***

- Impressionnant Jaffar...
- ...

L'homme entreprit de faire le tour de l'arène jonchée des corps meurtris des apprentis du Fang pour rejoindre l'adolescent roux qui se tenait en son centre. Son torse nu et couvert de sueur portait les ecchymoses de son récent combat ainsi que la marque profonde de la morsure de son dernier adversaire, pris de panique lorsque le futur Croc Pourpre s'était jeté sur lui. Combien étaient-ils à avoir été ainsi assommés ? Le jeune rouquin avait consciencieusement frappés chacun des onze jeune qui l'accompagnait dans cette épreuve. Un combat en équipe de six que le gamin avait soigneusement transformé en onze contre un, frappant à la nuque ses équipiers, immobilisant ses adversaires par des coups vifs et redoutablement précis. La machine de guerre avait exécutée sans le moindre remord l'une des lois fondamentales que son maître lui avait enseignées : ne jamais faire confiance à personne. Cependant son maître, outre le compliment précédemment lâché, le regardait désormais d'un œil noir.
- Pourquoi as-tu trahi tes équipiers?
- Car ils auraient pu faire de même.

Une réponse concise et claire qui arracha un sourire bien malgré lui au tueur. L'outil était en train de se façonner. L'adolescent, pourtant inquiet, s'empressa de surenchérir.
- C'est vous même qui m'avez enseigné...

Apaisant le ton légèrement effrayé de son apprenti d'une main, le membre de la Trinité reprit la parole.
- Et si ces gens étaient réellement tes alliés?
- Que voulez-vous dire?
- Mis à part tes adversaires, un seul d'entre eux as-t-il tenté de t'éliminer lors de ta trahison ? Ont-ils aussitôt réagis à cet assaut?
- ...

Les yeux du gamin s'élargirent alors qu'il réalisait qu'il avait peut-être commis une bêtise.
- A vrai dire... Non...
- Et qu'en déduis-tu?
- ...

A nouveau, le jeune homme prit son temps pour réfléchir sans pour autant se départir de sa pose droite et au garde à vous. Son ton était hésitant lorsqu'il reprit.
- J'en déduis... Qu'ils me faisaient confiance... Et qu'ils avaient foi en leur objectif?
- C'est cela. Aucun d'entre eux n'avait l'intention de te tromper et de ce fait, aucun d'entre eux ne s'attendait à être aussi subitement trahi.

Le sourire de son maître s'élargit alors qu'il s'asseyait sur le muret de l'arène.
- La confiance est quelque chose qui ne s'accorde jamais complètement Jaffar... même moi je ne te ferais jamais entièrement confiance et il doit en aller de même pour toi...
- ...
- … Cependant, utiliser les autres, leur accorder ce qu'il faut de confiance pour t'aider à mener à bien ta mission... C'est une leçon que tout bon combattant du Fang se doit de retenir si nous voulons que l'organisation subsiste. Utilise tes alliés, comprend leurs forces et leurs défauts et poursuis ta route sans t'attacher à ce qui t'entoure, voilà la leçon que tu dois retenir.
- ...
- Je dois avouer que ta technique de combat est des plus remarquable. Va panser tes blessures. Cette nuit, tu pourras dormir sur tes deux oreilles. Pas d'entraînement pour toi.
C'est vrai?

La lueur d'enthousiasme du jeune garçon s'éteignit aussitôt sous le regard de reproche de l'homme.
- Je veux dire... Merci Maître.
- Tu peux disposer.

Le futur tueur ne se le fit pas dire deux fois et détala tandis que son tuteur relevait ses victimes à grands coups de pieds dans les cotes et d'injures.

***

Le serpent filait sur les tuiles, sa dague frôlant les tuiles tandis que le Croc Pourpre relevait sa garde, prêt à l'assaut. Le choc était imminent mais l'attention du tueur fut détournée par un éclat blanc. La chevelure de son coéquipier, le signe de la présence de l'Ombre du Fang, se faufilant vers la prise d'otage. Il l'avait vu. Leurs regards se croisèrent et une mutuelle compréhension les relia. Kratos était comme lui, il reconnaissait les talents de ceux qui l'entouraient, il accordait sa confiance à ceux qui la méritaient avant de la retirer brutalement. Un traître dans l'âme, un traître qui aidait à survivre ceux qui le méritaient. Mais il y avait quelque chose de plus. Quelque chose qui reliait les deux assassins dans une mutuelle compréhension de l'autre. Et ce soir, cette compréhension allait assurer leur survie. Tandis que le serpent bondissait, levant son arme, prête à frapper un seul et unique coup, l'assassin aux cheveux blancs et à la tenue d'ombre jaillit de sa cachette, franchissant instantanément l'espace qui le séparait du tueur à l'otage.

Un sourire naquit sur les lèvres du Croc Pourpre alors que sous le regard médusé du serpent, il se propulsait de son plein gré dans le vide, les bras en croix, les yeux mi-clos, l'élite du Black Fang chuta silencieusement, sentant le vent siffler à ses oreilles, fendant l'espace nocturne en une demi-seconde. Et au moment où l'assassin allait s'écraser, au moment où la lame empoisonnée allait perforer la chaire tendre du cou, au moment où le sens du sang dévoilait le monde à l'Ombre des Crocs la vie dans sa plus pure forme, ce dernier déclencha les Ténèbres. La sphère noire jaillit de nulle part, prenant en son centre l'assassin au regard vairon, englobant l'otage et son preneur, le stratège et sa clique, embrassant la ruelle et les murs avoisinants dans un cercle parfait. L'espace noir éclipsa les protagonistes au nez et à la barbe du serpent et de Valfred tandis que le Croc Pourpre transperçait la surface immatérielle avant d'être absorbé dans le néant. Seul son sourire resta gravé dans les prunelles de son ancien adversaire.


***

Il faisait froid. Mais pouvait-on seulement avoir froid dans un lieu comme celui-ci... Sa chute lui semblait éternelle, il n'avait même plus conscience du sens dans lequel il « tombait ». Montait-il ? Descendait-il ? Peu importait. Sa volonté était annihilées par cet espace inter-dimensionnel dont l'assassin blanc était le maître. Qui était-ce déjà ? Un nom trottait aux frontières de sa mémoire. Un nom qui lui donnait l'impression qu'il pourrait y trouver des réponses. Des réponses à la raison de sa présence en ces lieux... Des réponses à l'existence pure de ce néant dans lequel il ne percevait même pas sa main pourtant levée devant son visage. Avait-il seulement réussi à la bouger ? Kratos lui paierait cet instant passablement désagréable... L'étincelle jaillit dans son esprit tandis qu'il percevait plus qu'il ne le voyait l'assassin à la chevelure d'albâtre. Le temps s'écoulait au ralenti mais il allait quand même s'écraser au sol tandis que son compère affronterait leurs ennemis seul.

Sans trop savoir comment, l'assassin laissa son sixième sens l'emporter. C'était cela la force du Black Fang. La force des quatre tueurs d'élites, la force de deux des quatre Crocs de l'organisation. Le sixième sens lui conféra mobilité et puissance en ce lieu en dehors du temps et en un superbe retourné, l'assassin se réceptionna sur le sol pavimenteux sans la moindre difficulté. Il voyait tout. A la manière des prédateurs nocturnes il percevait la présence de chacun des protagonistes du lieux, immobilisés dans cette réalité qui n'appartenait qu'au Black Fang. Le chuintement de ses dagues lui sembla résonner infiniment tandis qu'il franchissait l'espace qui le séparait de l'assassin à l'otage. Ses pensées résonnèrent dans son crâne fixant définitivement son objectif.

*Admire serpent... Admire le sort que je te réserve !*

Contournant l'otage avec une vitesse que seules ses compétences uniques lui permettaient, l'assassin visa vite et bien. Un tueur d'élite devenu simple proie sans défense dans cet espace, dans ce temps où le Croc Pourpre devenait un être à la limite du Dieu, décidant du droit de vie et de mort. Et la sentence de l'ange noir était rendue pour cet être qui l'avait offensé. Sur le rythme de l'acier, les dagues disparates chantèrent leur symphonie de mort, frappant vives et précises. Un chœur de tristesse, de haine et de désespoir. La mort dans toute sa splendeur, rendue avec toute la sombre beauté qui lui était propre. La propre lame du serpent s'abattit et la mort vit son messager rabattre les pans de sa cape de néant.

Lorsque la sphère se dissipa, le mage libéré retombait au sol, aussitôt réceptionné par un Kratos au sourire triomphant tandis que le Croc Pourpre se réceptionnait souplement sa dague létale se rengainant aux côté du crochet venimeux. Les dagues bâtardes avaient gagnées en puissance pures.

- On trace.

Et les deux Fangs détalèrent. L'otage était sauvé et leur vengeance accomplie. Restait à espérer que leurs alliés auraient suffisamment de jugeote pour comprendre qu'il valait mieux ne pas traîner. L'ennemi ne risquait pas d'apprécier leur petit tour de passe-passe ou le possible décès soudain de l'un des leurs. Mais leurs alliés apprécieraient-ils la fine traînée sanglante que la dague de leur adversaire avait laissée sur le cou du mage, inerte et froid dans les bras de l'Ombre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Dim 29 Mai - 19:13

~°~°~°~°~°~°~°~°~

- Ils ont encore frappé...
- ...

Une ville sans bruit. Déserte de vie et largement habitée par la mort, cette ville était le lieu de résidence de centaines de cadavres. Une nuit avait suffit, et en quelques heures tous les habitants était passés de vie à trépas. Découpés, mutilés, brûlés, démembrés, rongés par les flammes et le poison, chacun des corps avait son histoire, récit d'une mort toujours plus horrible.
Cela faisait une semaine, sept jours que ce cycle se répétait dans toutes les villes de Daein. L'armée, les mercenaires, personne n'avait encore réussi à les arrêter. Nombreux étaient leurs poursuivants, plus nombreux encore étaient leurs victimes, et, chose mystérieuse, à chaque ville se trouvait son lot de survivants.


- Par ici! Dépêche-toi Erin.
- ...

Un homme fort s'élança à travers les ruelles, à la poursuite d'un cri de détresse. C'était sans nul doute celui d'une jeune fille, la voix était brisée mais très haut placé, et elle semblait pousser ses derniers hurlements, tant le rythme était saccadé. Soudain, il se stoppa, un jeune garçon continuant de suivre dans ses pas, à un rythme beaucoup plus lent. Il ne pouvait localiser le son, c'était dans cette zone, mais de toutes les maisons présentes, de toutes les cachettes possibles, il n'arrivait pas à en déterminer la position.

- Erin! Où est-elle ?
- ...

Un regard, toujours aussi inexpressif, toujours aussi froid. Le jeune garçon aux cheveux ébène devait avoir une douzaine d'années, mais semblait plus mature et plus clame que son confrère. Et il y avait dans ses yeux cette absence de lueur, ce vide abyssal qui prouvait combien il avait dû souffrir. Sans un mot, il leva sa main dans la direction d'une maison, et dès cet instant son ami s'y précipita.
Le jeune garçon semblait avoir depuis sa naissance un don bien particulier, il pouvait percevoir son environnement, non par ses sens, mais par son intelligence pure. Rassemblant inconsciemment des bribes d'informations et les traitant, pour en déduire la position relative des êtres. Ils l'avaient appelé le troisième œil.


- Où es-tu?
- A... à l'aide!
- Ne t'inquiètes pas, tout ira bien.

La voix rauque de l'homme effraya la jeune fille, mais celle-ci finit par lui tendre la main à travers la petite fente du sol. Il la saisit, avant d'ouvrir la trappe dissimulée un peu plus loin. Et sa surprise fut très grande lorsqu'il constata qu'il n'y avait pas qu'une enfant, mais plusieurs. Tous cachés dans ce sous-sol, semblait-il protégé par une magie de dissimulation.

- Qu'est-ce que...
- Triple sceau du cygne.
- ... ! Quand as-tu...

La voix calme de l'enfant à ses côtés le surprit, il ne l'avait absolument pas senti approcher, et puisque sa voix se faisait très rare, il ne la reconnut pas immédiatement. Fouillant dans sa mémoire, il avait identifié le sortilège utilisé parmi les milliers d'ouvrages composant son répertoire et, à la manière d'un automate, avait fourni l'explication à la situation actuelle.

- Une protection magique ?
- Magie anima. Rang A.
- Rang A ? Il y avait un tel magicien ici ?

Un hochement de tête, indiquant une confirmation. Leurs ennemis devaient véritablement être puissants pour parvenir à vaincre un tel maitre des arcanes. Bien plus qu'ils ne l'avaient imaginé.
Les enfants se regroupèrent, effrayés par l'irruption des deux personnes. La jeune fille se tenait au centre et ne pouvait s'empêcher de fixer les prunelles du jeune garçon, ses yeux améthystes recherchant une lumière salvatrice dans les pupilles d'émeraude.


- ...
- ...
- ... Venez.

Et cette main blessé, ornée de cicatrices, fut une nouvelle fois tendue vers eux. Comme un ultime refuge, une nouvelle maison.

~°~°~°~°~°~°~°~°~

Et le corps de l'homme s'effondra au sol, dégringolant du toit sur lequel il avait combattu. Derrière lui, l'assassin projeta ses lames en l'air et fit un pas de côté, les deux dagues retombant dans un même mouvement dans leur fourreau. Aucune blessure n'était visible sur son corps, à l'exception d'une éraflure ornant sa hanche.

- Vous m'avez bien diverti... cela faisait des années qu'aucun homme ne m'avait blessé. Félicitation, cher Owen.

Il passa ses doigts sur la blessure et amena les gouttes de sang à ses lèvres, savourant pendant quelques instants le précieux liquide qui était le sien. Il n'aimait guère son sang, il avait besoin de celui d'autres êtres, mais cette fois, pour lui rendre hommage, il ferait exception.

- Les suivants ce sont vous mes petits louveteaux. J'espère que vous pourrez me divertir davantage.

Il fit une révérence sous la Lune et disparut telle une ombre, s'estompant dans le ciel étoilé.

***

Les ténèbres. Les profondes ténèbres, les immondes ténèbres. L'assassin eut à peine le temps de les sentir qu'il avait déjà perdu toute sensation, toute possibilité de se défendre. L'autre serpent avait ressenti le danger et s'était abstenu d'y pénétrer, mais son confrère n'avait rien pu y faire. Il parvint tout de même à emporter l'otage dans sa chute, maigre satisfaction face à tel désespoir.
Cependant, sa mort ne serait pas dépourvue d'intérêt, car il était certain d'une chose: sa vengeance serait accomplie. S'il mourrait ici comme il le craignait à présent, incapable de voir la moindre forme, d'entendre le moindre son ou de ressentir la moindre douleur, ses assassins perdraient tout de même la vie.

La lumière revint, et avec laquelle un flot de sang. Il ne pouvait compter ses blessures et perdrait d'ici peu sa capacité à rester conscient. Mais il était satisfait. De voir que des hommes si forts étaient ses adversaires, de voir qu'enfin, sa lame et celle de son maître pourraient trouver proie à leur envergure.
Les cibles prirent la fuite, et il demeura, dos au sol, à contempler la lumière de la Lune coulant sur son visage. Bien vite, une masse sombre dissimula la lumière, et les crocs du serpent déchirèrent sa peau, dans un ultime sourire.


***

- Que... que s'est-il passé ?

La jeune prêtresse était en grande panique, ce qui n'avait absolument rien d'étonnant vu l'enchainement rapide des derniers événements. La mort d'Ellias, la prise d'otage de Mark, la manière dont elle venait de frôler la mort à plusieurs reprises, puis ce moment où tous ses sens s'arrêtèrent, où elle pensait être morte alors qu'elle pouvait à présent sentir le vent frais frôlant ses jambes et s'insinuant dans sa robe. Elle n'y comprenait plus rien, absoluement rien, mais apparemment, l'ennemi était mort.
Valfred rejoint rapidement Lisa et le stratège, les trainant un peu de force dans leur fuite. Ellias et Mark étaient mors, s'il n'avait pas vu le corps de ce dernier, il pouvait distinctement sentir qu'aucune force vitale ne l'habitait plus à présent. Le poison du premier impact s'était insinué dans tout son corps, même si le traitement au Vitalis l'avait grandement ralenti, mais la seconde piqûre fut, quant à elle, fatale. Le vieux maître avait passé de nombreux jours avec ces enfants, et contribué à leur apprentissage de la magie. Les perdre ici était un véritable gâchis.


- Arrêtez-vous.

Les mots du stratège stoppèrent immédiatement le groupe des fuyards, Lisa et Valfred se retournèrent vers lui, étonnés. Les deux assassins étaient un peu en avant de leur position, mais même s'ils n'avaient aucune obligation de lui obéir, ils avaient tout intérêt à le faire.

- Hélior, Lune et Light sont tous les trois mort. Le groupe qui combat là-bas est bien trop puissant.
- Que... tous les trois ? Combien sont-ils ??
- Deux.

Le nombre sonna comme un choc pour le sage comme pour la prêtresse. Ces trois là étaient les meilleurs bretteurs possibles, il était déjà presque impensable qu'ils perdent en sous-nombre, alors face à moins d'adversaires... ?

- Comment vont les autres ??
- Justinia va bien, cependant... Hélèna est dans un état critique. Les jumeaux semblent avoir engagé le combat.
- ...

Lisa détourna le regard, comprenant où le stratège voulait en venir. Ils ne pouvaient pas aller les aider, c'était de la folie pure. Même avec ces deux hommes à leurs côtés, il n'y avait aucun moyen qu'ils purent vaincre deux hommes que Hélior, Lune et Light n'étaient pas parvenus à vaincre. Valfred de son côté ressentait une énergie démoniaque bien plus énorme que celle du shaman précédent, une énergie écrasant sans mal la sienne, il en était convaincu.

- Alors... que faisons-nous?
- Si nous fuyions ils vont nous rattraper, si nous rejoignons les autres et qu'ils ont déjà perdu nous risquons un combat sur les deux fronts, il faudrait plutôt...

Un cri. Le stratège fit un pas en arrière, et amena sa main sur son cœur. Sa respiration s'accéléra et de la sueur coula à toute vitesse de son front. Lisa et Valfred l'empêchèrent de chuter, et il rouvrit les yeux, l'air paniqué.

- Impossible... même... même Owen...

Consternation, puis une vague de frayeur. Owen était de loin le meilleur des guerriers, s'il avait été vaincu alors... comment pouvaient-ils espérer remporter la victoire ? Ou simplement, la survie ? Le stratège fixa la ruelle qu'ils venaient d'emprunter; reprenant ses esprits en même temps que ses analyses, rejetant le plus loin possible ses émotions, son regard changea. Et tandis que le sage demeurait à ses côtés et que Lisa découvrait avec horreur le corps de son ami, une lame fendit le cours de la nuit.

- ...

Valfred s'apprêta à lancer un sort pour stopper l'arme mais la main du jeune garçon s'interposa, et à quelques mètres de lui, une flèche rencontra le projectile téméraire. A quelques dizaines de mètres de là, sur l'un des toits, Félicia avait stoppé l'arme et guettait à présent sa proie.

- Fuite impossible. Nécessité d'éliminer l'ennemi avant toute progression future. Attaque suivante... à cinq heures.

Un discours clair et méthodologique. Dépourvu de sensibilité. Erin était à présent redevenu la machine à penser qu'il avait toujours été, après avoir perdu celui qui fut son seul soutien pendant tant d'années. Rejeter les émotions, calculer, et penser.
Et comme une réponse à ses dires, une ombre se jeta sur le groupe, à 5h à partir de sa position. Cette fois, le serpent semblait plus fort et plus déterminé qu'auparavant, il avait récupéré les armes de son ancien collègue, et s'apprêtait à frapper fort, en commençant par décapiter ce loup qui lui avait jusqu'alors tenu tête.


***
Citation :

[HRP: Bon bon bon, vous m'avez tué mon assassin alors vous allez prendre cher XD

Le serpent que tu as combattu jusqu'à présent Jaffar est revenu, mais il semble... y avoir quelque chose d'étrange. Il est aussi rapide et fort qu'avant, mais quelque chose dans son regard et son attitude a changé, et il manie à présent les armes de l'autre assassin, autrement dit des dagues reliés par des fils conférant une mobilité et une capacité d'adaptation étonnante. Et ne songe pas à découper les fils, c'est de la pure soie^^ (tu sais ce qui forme les toiles d'araignées et qui est aussi solide que de l'acier :p).

En attendant, l'autre assassin est en route. Je signale au passage il vient de tuer un guerrier lvl 8 au prix d'une éraflure, bon courage.]


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikonai
avatarMarqué


Messages : 131
Age : 26
Localisation : Dans un coin bien sombre
Autre Indication : Vous êtes morts
Groupe : Marqués

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
38/100  (38/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Jeu 9 Juin - 21:23

Rien à faire, ce lancier était inutile. Shikonai lui a sauvé la vie, mais cet idiot n'a pas su saisir sa chance et s'est retrouvé empalé d'un simple coup d'épée. Oh, il n'était pas encore mort, mais d'ici peu il le sera vu la blessure. Personne ne songera à le soigner et on le laissera pourrir ici, sous la pluie...

A présent, Shikonai était seul, au milieu de la rue, dans son brouillard tandis que Luna fendait l'air. Il observait son adversaire, hésitant visiblement à traverser ce brouillard qui a déjà prouvé sa valeur en repoussant l'attaque de lumière. Shikonai resta impassible. Toute approche sera évitée, semblerait-il, mais pour ce qui était de vaincre cet ennemi sans trop bruler sur ses réserves... Subitement, l'ennemi disparu, réapparaissant à peine avant de disparaitre à nouveau..


*par la déesse ! Par quel prodige... ?*

A peine eut-il eu le temps d'y réfléchir que quelque chose transperça son corps, et de façon douloureuse, arrachant un cri de douleur à Shikonai. L'épée... cet enfoiré avait lancé son épée dans le nuage pour l'atteindre. La lumière s'infusait dans son corps comme des flammes, le torturant atrocement. D'autre cris surgirent alors qu'une explosion noire se fit voir. Deux cadavres... il a eu le bretteur et un des « alliés » du shaman. Bien, au moins avait-il honoré une dernière fois sa déesse.

C'était fini... il allait mourir... Shikonai arracha l'épée de son corps et la lâcha sur le sol, à côté de lui. Inutile de gaspiller son énergie à envoyer un flux ou un Luna, le bretteur l'évitera... dès que le brouillard se dissipera, sa dernière heure sonnera... Shikonai, l'émissaire des ténèbres, l'envoyé de la déesse, l'incarnation de la haine des morts, disparaitra en cette nuit glaciale...


<< Puuuu! Toi t'es méchant! >>

Une voix d'enfant... qu'est ce qu'une gamine foutait ici ? Ce fut ce que le shaman eut le temps de se demander à lui même avant qu'une profonde aura magique ne se discerne dans le miasme de mana qu'il sentait. Une aura ténébreuse bien plus puissante que la sienne qui se matérialisa pour abattre bien rapidement le bretteur. Qu'est ce que cela voulait dire ?

<< Et voilà! Les enfants méchants sont punis, oui! >>

L'enfant ? Cette puissante aura venait d'une gamine cachée dans les ténèbres des rues ? Une seconde impulsion magique annonça l'arrivée d'un autre sort. Le pentagramme apparut dans le ciel et fit pleuvoir la mort sous forme de lances d'ombre, visant toute personne proche à l'exception de Shikonai. La déesse a-elle envoyé un de ses élus pour le sauver ? Quoi qu'il en soit, ce prodige n'a pas eu raison de ses proies. Shikonai tituba et s'appuya contre un mur, plaquant quelques herbes médicinales contre sa plaie pour accélérer la cicatrisation et arrêter l’hémorragie. Tournant la tête vers l'endroit d'où provenait la voix de l'enfant, il distingua une gigantesque silhouette en armure portant une petite silhouette qui devait être la gamine qui l'a sauvé.

<< Fais-moi descendre! Fais moi descendre! Je dois aller parler à Onii-chan, allez allez! >>

Onii-chan ? Elle ne parlait pas de lui quand même ! Pourtant, à peine le colosse l'eut-il déposée que la petite fonça vers lui.

<< Oniiiiiiii-chan! >>

La gamine traversa le brouillard sans encombre, les morts ne font pas de mal à leurs protégés chérissant les ténèbres comme Shikonai ou cette enfant. Mais cette enfant... qu'est ce qu'elle était ? Ses yeux meurtris étaient intrigants. Le shaman ne comprenait plus rien et se laissa glisser contre le mur, dissipant le brouillard afin de préserver ce qui lui restait de force spirituelle.

<< Qui êtes-vous et que me voulez-vous ? >>

Cette enfant semblait bien plus utile que le lancier aux cheveux de neige. Et elle ne semblait pas vouloir le tuer... de toutes façons, si elle voulait le faire, elle n'aurait eu aucun mal. Il était inutile de tenter quoi que ce soit contre elle. Tout ce qu'il pouvait faire était de savoir ce que voulait cette enfant et potentiellement collaborer jusqu'à quitter cet endroit et reprendre sa mission de purge.




Je suis l'ombre de la lune.
Je suis l'élu de la grande Ashera.
Je suis Shikonai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Lun 13 Juin - 13:21

~°~°~°~°~°~°~°~°~

- Reviens ici, petit garnement!
- Héhéhé! Attrape moi si tu peux vieille bique!

Déferlant en toute hâte à travers les rues de Daein, sans se soucier des nombreux passants qu'il bousculait, un jeune garçon fuyait, son précieux butin entre les bras. Il avait volé ces pommes à un vendeur un peu aigre à son goût, et était maintenant poursuivi par ce dernier et quelques soldats passant par là. N'avaient-ils rien de mieux à faire de leur journée, que de poursuivre un enfant affamé? Ronchonnant pour lui-même, il effectua une glissage au sol pour passer sous un chariot qui bloquait la rue, puis changea de direction, se faufilant dans une ruelle déserte. Il prit appui sur quelques caisses pour se projeter vers un balcon, et atteindre les toits. Ses pommes toujours en main, il se cacha là quelques minutes, le temps que les gardes passent leur chemin, avant de descendre et de rejoindre une autre ruelle.

- Pas mal.
- !!!

Un homme âgé - il devait être dans sa quarantaine - l'attendait calmement au pied de la boutique qu'il venait d'escalader. Tous les soldats avaient repris leurs habitudes, et même le vendeur avait abandonné la course. Mais cette personne, elle, semblait différente. Il avait une mystérieuse aura qui l'entourait, un sentiment de force et de confiance qui émanait de tout son corps. Son visage ridé aurait dû donner une impression de faiblesse, mais c'était pourtant une grande sagesse qui ressortait.

- Que... que voulez-vous dire ?
- Ta petite acrobatie pour échapper à tes poursuivants, c'était bien pensé.
- Je... ne vois pas de quoi vous parler.

Le jeune garçon fit un pas en arrière, ramenant ses pommes bien contre son ventre et lançant un regard ferme à son interlocuteur. Il ne les rendrait pas, pour rien au monde. Ses yeux azur portaient une forte détermination, mais ils étaient aussi remplis d'une grande gentillesse. Une combinaison rare.

- Ca ne te gênes pas de voler le fruit du travail des autres ?
- Si peu ne va pas le tuer! En revanche si nous ne mangeons pas...
- ...Nous ?

Le sourire ironique de l'homme amena la peur sur le visage du jeune garçon. Il avait fait une erreur. Alors qu'il s'était promis de ne pas l'impliquer, voilà qu'il la trahissait... pris de panique, il détala à toute vitesse, mais fut rattrapé sans mal au bout de quelques ruelles. L'homme qui le suivait connaissait ces rues aussi bien que lui, à ce qu'il semblait, et n'avait rien à lui envier en vitesse.

- Qui est 'nous'?
- Ca ne vous regarde pas!
- ...

Un nouveau sourire, le regard de l'enfant était furieux à présent. Les prunelles azur fixèrent sans ménagement le regard ordinaire, mais trop posé, de l'homme mystérieux. Après quelques secondes, il se mit à parler.

- Mène moi à tes amis. Ou je peux aussi te suivre toute la journée et tu ne pourras pas leur livrer cette nourriture. J'ai beaucoup de temps libre.

Il détala à nouveau, mais au bout de quelques minutes de course, il se fit à nouveau rattraper. Il n'avait pas le choix, s'il continuait à fuir ainsi toute la journée, il ne pourrait pas lui donner à manger, et si elle ne mangeait rien alors...

- Merde!

Son poing heurta le mur de la bâtisse, et quelques larmes s'échappèrent de ses yeux. Une pomme tomba au sol dans la bataille, et il la ramassa avec le plus grand soin. Il ne savait pas ce qui allait se passer, avec cet homme louche, mais à cet instant, il avait le sentiment de la trahir.
Sans dire un mot, il prit la direction d'une autre ruelle, en marchant. L'inconnu le suivit sans mot dire, et ils errèrent jusqu'à une maison abandonnée. La vieille porte craqua lorsqu'il la déplaça, et manqua de se détacher complètement. Ils avancèrent avec précaution, en évitant les débris de toutes sortes qui jonchaient le sol. Des toiles d’araignées et des bruits de rongeurs témoignaient de l'état précaire de leur habitat. Mais plus inquiétant encore, et ceci n'échappa pas au flair de l'homme, une odeur de décomposition était bien visible, provenant d'une pièce au sous-sol. Le garçon jeta un dernier coup d’œil au vieil homme, comme pour jauger ses intentions, et ouvrit la porte en bois qui semblait la moins délabrée.


- ... Vol...do ?
- Oui, c'est moi. Je suis rentré.

Il adressa un grand sourire à la jeune fille qui venait de l'accueillir. Allongée dans un lit sommaire, quelques couvertures sur son corps malade, elle semblait fixer sans cesse le soleil par une fenêtre au dessus d'elle. Le jeune garçon s'approcha de sa soeur, et s'assit à ses côtés, commençant à découper l'une des pommes avec le petit couteau qui trainait là.

- Qui... qui est-ce?
- ...
- ... Juste un passant qui a aidé votre frère.
- Je vois... merci.

Voldo jeta à nouveau un regard haineux vers cet homme, et changea rapidement son couteau de main quand il le sentit se rapprocher de sa soeur. Il posa sa main sur son front, sans toutefois quitter des yeux le jeune garçon, et fit quelques pas en arrière.

- Les cendres et la poussière de ce bâtiment, la chaleur à l'extérieur favorisent l'apparition des maladies. Si vous restez ici, peu importe combien de potions tu voleras, son état empirera.
- Fermez-là !
- Et en restant à ses côtés, tu deviendras tout aussi mal en point qu'elle... tu dois déjà le sentir non?

Cette maison était dangereuse. Même si cette pièce était la moins insalubre, les trous dans la charpente, la poussière flottant dans l'air, et le manque d'isolation lui serait fatal. Les souris pullulaient même si elles ne se montraient pas, et des insectes gravissaient un peu partout les poutres mères. Si le garçon devait voler pour survivre à l'extérieur, il ne pouvait pas être avec sa soeur et le pire pouvait arriver. S'il se faisait attrapé, il signait sa mort. Et quand il revenait, c'est son état qui empirait.
Voldo s'apprêta à attaquer l'inconnu quand une faible main se posa sur son avant-bras. Lucy lui adressa un léger sourire, avant de pencher sa tête en signe de désapprobation.


- Je vais revenir avec quelqu'un qui peut la soigner. Ensuite je vous ferai quitter cet endroit.
- ... Qui êtes-vous?
- Je suis un mercenaire, mon nom est Hélior. Je vous raconterai la suite en détails plus tard.
- ... Merci.
- Tu pourras me remercier quand tu seras sur pieds, belle demoiselle.

~°~°~°~°~°~°~°~°~


Encore maintenant, ils avaient toujours du mal à comprendre. Pourquoi les avait-il sauvés, à cette époque ? Pourquoi devait-il mourir, à présent ? Ils n'avaient même pas eu l'occasion de rembourser cette dette infinie qu'ils avaient, envers celui qui les avait sauvé de la mort, de la misère, et du désespoir. Envers ce maitre, ce père qui les avait soutenus, et aimés.

A présent il n'était plus, emporté par une attaque en traitre de ce mage de l'ombre. La fureur était telle que Voldo l'aurait décapité dans l'instant, si Lucy n'était pas en pleurs dans ses bras. Si une autre vague de magie noire n'avait pas emporté l'un des leurs, et s'apprêtait à les tuer. Une silhouette se dessina dans les ombres du quartier, et un homme en armure s'avança vers eux, le regard inexpressif, déterminé à tuer. Pourtant ils ne ressentaient pas cette peur qu'ils avaient en apercevant l'enfant, lui... était différent. Peut-être était-il plus "humain" à leurs yeux? Et plus faible aussi. Le pouvoir que Justinia percevait dans l'enfant était bien trop grand pour qu'elle pût envisager de l'affronter, ou même de survivre. Elle se déplaça aux côtés des jumeaux, et le groupe recula devant la silhouette imposante du général.


***

- Qui êtes-vous et que me voulez-vous ?
- Je veux jouer!

La réponse fut aussi rapide qu'imprévisible. La jeune fille leva son bras bien haut dans les airs et sourit à son grand frère, bien commença à faire la moue à son manque d'enthousiasme. Elle fixa les trois survivants et aperçu son porteur qui allait les affronter, et sentit au même moment une décharge magique provenant de plus loin, au nord. Elle regarda furtivement le shaman entre deux, et son excitation revint de plus belle. Il ne semblait pas très bavard, mais tant pis!

- C'est vrai!

Son visage afficha une mine de surprise bien trop exagérée, et elle s'agenouilla face à son nouveau compagnon. Elle fit racler sa gorge, affichant une mine plus sérieuse que d'ordinaire, et leva les deux bras en l'air en se présentant.

- Je suis Mélissa!

Une fois encore, un large sourire empli tout son visage, et elle posa ses mains sur les genoux de son nouvel ami, ne laissant que son visage transparaître au dessus de ses jambes. Elle pencha sa tête sur le côté, les yeux brillant d'un intérêt nouveau, et presque illimité.

- Toi aussi, tu es venu pour jouer?

***

Citation :
HRP: La situation ne change pas tellement du côté de Shikonai, tu as juste une petite fille qui t'observes avec des yeux de chaton en manque de câlins... bon fais quand même gaffe à ce que tu fais, vu ton état actuel tu auras du mal à survivre à une attaque directe mdr

Pour les posts suivants, vous pouvez reprendre le rythme de post normal, puisque vous n'êtes plus que deux et que j'ai plus ou moins introduit les BG des PNJ - et que normalement y'aura pas énormément d'action du côté Sud là tout de suite - je devrais pouvoir faire tenir les prochaines réponses en un post^^

Voilà voilà, c'était le post darklolikawai de votre MJ adoré, à vous les studios.


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaffar
avatarBeorc


Messages : 86
Age : 26
Localisation : Tu ne le sais pas mais je suis tout près de toi...
Autre Indication : Ze true dark evil assassin classe qui parle pas !
Groupe : Beorcs

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 2 Juil - 1:00

Leurs pieds foulaient avec légèreté le pavé de la ruelle. Derrière eux, ils percevaient la course hagarde de leurs alliés tandis qu'eux même ouvraient la voie. Aucune parole n'était nécessaire, il fallait fuir et se regrouper, rassembler leurs forces pour l'ultime affrontement. L'ordre de s'arrêter leur parvint cependant nettement à travers l'obscurité. Le Croc Pourpre ralentit sa course, hésitant un instant sur l'action à entreprendre. D'ordinaire il ne recevait d'ordres que de ses supérieurs mais mieux valait ne pas risquer de provoquer un nouveau conflit dans leur alliance déjà très fragile. Jetant un regard à Kratos, il se retourna lentement tandis que l'assassin blanc le suivait, le corps toujours inerte dans les bras.

Les mercenaires s'étaient déjà rassemblés, citant des noms et faisant état de leur situation. Les pertes étaient visiblement élevées et très handicapantes. Pour un homme que le Black Fang avait abattu, non sans peine, trois mercenaires de talents étaient morts. Un bilan lourd de conséquences : leurs chances de survie s'amenuisaient de minute en minute sans compter qu'ils ignoraient toujours réellement la situation du côté du mage noir et de son acolyte lancier... L'assassin roux se retourna vers son compère tandis que le stratège déplorait un nouveau décès. Ces hommes morts ce soir là ne les concernaient pas. Aussi vaillants qu'ils aient étés, la nouvelle de leur disparition l'affectait aussi peu que s'il avait s'agit d'ennemis. Un regard au teint cadavérique du corps que transportait Kratos lui confirma également ce qu'il pensait et tandis que le tueur blanc déposait ce nouveau cadavre à même le sol, lui fermant les yeux en un dernier adieu, le Croc Pourpre retourna vers le petit groupe en détresse. Brisant le silence de sa voix sombre et dénuée d'émotion, le Fang entama :

- Le mage est mort.

Un bref regard à l'assassin blanc qui le rejoignait avant qu'il ne reprenne.
- Et si nous ne voulons pas le rejoindre, il va falloir conserver votre chagrin pour plus tard. Le temps n'est pas au deuil ou à la tristesse. De plus...

Kratos s'était décalé, contournant le petit groupe tandis qu'une de ses dagues noires sortait de son fourreau en un long chuintement. Et en même temps que le regard noir du Croc Pourpre transcendait les ténèbres environnantes, une lame empoisonnées siffla dans les cieux avant d'être arrêtée par le tir magistrale de l'archère qu'ils avaient sauvée tout à l'heure.
- … L'ennemi est déjà là.
- Attaque suivante... A cinq heures.

Et conformément à ses prévisions, le serpent jaillit des ténèbres, lames au poing. Le crochet fendit l'obscurité vers le groupe avant que son homologue ne le dévie d'un simple revers. Mais au lieu de s'écraser sur le pavé, l'arme décrivit un superbe arc de cercle avant de retrouver la paume de son propriétaire sous l’œil hébété des deux anges noirs. Un sourire naquit sur le visage de l'homme à la chevelure d'albâtre et au regard vairon.
- Intéressant...
- Je trouve aussi.

Le même rictus trônait sur les lèvres du loup à ses côtés. Les quatre dagues se levèrent prêtes à frapper tandis que les deux assassins s'avançaient lentement vers un serpent... Transformé. Ce n'était pas tant l'éclat de son regard ou même sa nouvelle posture de combat non... même l'aura qu'il émettait était différente.
- Stratège... Guidez nos lames... Je sens que ça va devenir amusant.

Un seul être se jeta sur le reptile. Un seul être armé de quatre crocs, un seul être animé de la même intention. L'assassin blanc fendit l'air de ses lames d'ébènes obligeant son attaquant à reculer mais déjà, la bête sauvage l'attendait, la bave aux lèvres et une soif de sang grandissante l'emplissant. Les lames volantes sifflèrent en un tourbillon mortel et sans même avoir besoin de parer, le serpent força ses deux adversaires à reculer. Poursuivant l'offensive sans leur laisser de répit, l'homme fit danser ses lames en un véritable requiem, un déluge de coups puissants et dotés d'une précision sans égale. Et pourtant... jamais les deux tueurs n'avaient affichés aussi ostensiblement leur sourire. Cette nuit était la nuit de tous les défis, la nuit de leur duo, la nuit du Fang dans toute sa splendeur !

Jaffar repoussa la dague, se précipitant au travers de la garde de son adversaire, droit vers cet homme qui le narguait juste avant que le frôlement du filin le long de son vêtement ne l'informe de la riposte imminente. Le Croc Pourpre roula à terre tandis que son homologue blanc jaillissait de nulle part, bloquant les deux lames volantes par la seule force des dagues d'ébène. Le duo se réceptionna souplement, leurs dos se collant un bref instant le temps de parer le coup suivant avant de reprendre leur course. Presque côte à côte, leurs deux cœurs battant à l'unisson, ils voyaient tout, ils entendaient tout ! Le filin d'acier siffla à leurs oreilles, tentant de les décapiter et ce fut au tour de l'Ombre de plonger au sol, laissant son coéquipier bondir au dessus de son dos, s'appuyant d'une main pour se propulser au dessus de l'arme. La chorégraphie de cette danse mortelle n'était en rien préparée. Il s'agissait de l'ultime danse, le requiem de la Mort dans toute sa splendeur. Le Croc Pourpre décocha un violent coup de pied au serpent que celui-ci esquiva d'un simple bond, rabattant aussitôt ses lames sur la proie sans défense. Une ouverture trop énorme pour que l'Ombre la laisse passer. Sans même se préoccuper de sa sécurité ou de celle de son homologue, l'ange noir bondit sur le côté sans défense de son adversaire, ses crocs de ténèbres tranchant dans le seul et unique but d'ôter la vie. L'attaque fut cependant déviée au dernier moment tandis qu'une des lames volantes déviait de sa trajectoire, visant la nuque de l'agresseur dans un acte presque suicidaire mais qui suffit à forcer le tueur à se dégager. Une action aussitôt reprise par un Croc Pourpre plus meurtrier que jamais. Le regard du serpent se plissa à l'approche des lames avant que d'un geste il ne rapatrie ses propres armes à leur place initiale.

Faisant face à deux adversaires en même temps, l'espion enchaîna les bottes et les parades, contenant quatre lames avec seulement deux à sa disposition. Kratos se déporta dans son dos tandis que le Croc Pourpre optait pour une attaque par en dessous. Sans même ciller, le tueur décocha un coup de pied au menton du rouquin avant de placer ses lames en travers du chemin de celles du deuxième démon. Si les assassins du Black Fang étaient bons, cet homme qui leur faisait face n'était alors qu'un monstre tout droit sorti d'un cauchemar. Prenant ses appuis, le serpent repoussa le tueur blanc avant de cingler de nouveau l'air de ses lames volantes, décrivant de terribles moulinets à la manière d'une scie circulaire, obligeant les deux assassins à se regrouper de nouveau pour survivre. Il leur fallait clore ce combat rapidement, en finir une bonne fois pour toute avec cette ennuyeuse créature au sang froid !

L'ange blanc intercepta la première lame, la déviant d'un revers de sa dague. La seconde siffla tandis que Kratos la rejetait de la même façon, s'agenouillant pour éviter le retour ciblant sa nuque. Un poids fugace sur son épaule l'informa que le Croc Pourpre décollait. Bondissant dans les airs à la manière d'un félin, l'assassin frappa la lame qui lui arrivait en plein front, lâchant le crochet venimeux qu'il avait dérobé précédemment sous le choc. Un sifflement suraiguë sur sa gauche, aussitôt entrecoupé d'un heurt métallique : l'Ombre venait d'intercepter l'arme qui visait son côté affaibli en jetant sa propre lame en travers de la route. Il n'y avait plus à tergiverser, c'était maintenant ou jamais. La poigne du Croc Pourpre se resserra sur la dague létale tandis que sa main vide s'emparait au vol de la dague noire de Kratos. Son sang battait à ses oreilles tandis que le temps semblait tourner au ralenti.

L'ombre qui rattrapait le crochet venimeux, rejetant à nouveau l'arme qui lui fonçait dessus... une dague sur sa droite intercepté tandis que le filin mortel écorchait le dos de son vêtement. Il était passé. Fondant sur sa proie, le loup du Fang abattit rageusement ses crocs disparates sur le reptile alors que Kratos lui même attaquait de front dans un grognement rageur. Le Black Fang s'abattit comme la foudre sur celui qu'il avait jugé coupable!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikonai
avatarMarqué


Messages : 131
Age : 26
Localisation : Dans un coin bien sombre
Autre Indication : Vous êtes morts
Groupe : Marqués

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
38/100  (38/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Dim 10 Juil - 21:19

<< Je veux jouer! >>

Jouer ? Cette gamine surpuissante voulait... jouer ? Et elle disait ça avec le réel enthousiasme d'une gamine de 8 ans. C'est pas vrai ! Il allait pas faire les gardes d'enfant quand même ! Mais cette gamine... elle pouvait l'écraser à tout moment, il le ressentait vivement. Bon sang, quelle humiliation pour l'élu de la déesse !

La gamine regarda quelque chose, plus loin. Son porteur qui se battait face aux trois autres survivants du sort.


<< C'est vrai! >>

Elle afficha un air exagérément (et faussement) surpris puis elle fit une courbette devant Shikonai, un genou au sol avec les bras écartés, dans un raclement de gorge et un air sérieux.

<< Je suis Mélissa! >>

Mélissa... Shikonai tâcha de garder ça en mémoire, quelque chose lui disait qu'il valait mieux retenir le nom plutôt que l'oublier, on sait jamais. Oublier ce nom pourrait être comme oublier ce qu'était l'instinct de survie. La gamine posa ses mains sur les genoux de Shikonai, ne laissant apparaître que son visage qu'elle pencha sur le côté avec des yeux brillant d'intérêt. On aurait dit un petit chat qui fait ses griffes sur les genoux de son maître dans l'espoir de se faire prendre dans ses bras pour recevoir moult caresses.

<< Toi aussi, tu es venu pour jouer? >>

Jouer ? Elle assimilait cette... guerre urbaine... à un jeu? Bon sang mais quels parents insensés pouvaient faire croire à une petite que les effusions de sang ne sont que du coulis de framboises et que les messieurs tout froids et blancs par terre font la sieste en se baignant dans ledit coulis ? … déjà quels parents insensés ont pu laisser une innocente gamine, aussi prédisposée à la magie noire soit-elle, sortir dehors et jouer au dada avec un homme adulte ? A moins que ledit homme adulte ne soit son tuteur légal... quoi qu'il en soit, ça regardait pas Shikonai... et il valait mieux ne pas briser l'image que cette enfant avait de cette réalité.

<< Non, je ne suis pas là pour ça. Je ne faisais que passer quand... ces messieurs ont insister pour jouer avec moi alors que j'ai pas envie. Mais je pense que je vais partir avant d'être le chat. >>

Une façon comme une autre de dire que sa seule envie actuellement était de quitter la partie en un seul morceau tout en restant en état d'accomplir son devoir dans les jours à venir. A moins que la gamine n'insiste pour qu'il reste jouer à chat, ce qui pourrait être problématique...

Au final, la vie dans une cellule froide et humide à regarder feu sa mère se faire violer chaque jour par feu son père, c'était pas si mal... et une séance de torture vaut mieux qu'un coup d'épée en plein cœur... Ah, le voilà en train de regretter son ancienne vie de gamin ignare et torturé. Foutue ville, va !




Je suis l'ombre de la lune.
Je suis l'élu de la grande Ashera.
Je suis Shikonai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 22 Juil - 14:55



Tel un serpent, il rampait.
Tel un dragon, il dévorait.
Perdu dans les limbes, être de cauchemar,
Il est né dévoreur d'espoir.


C'était un déluge de coups, un torrent de lames. Le spectacle qui s'offrait aux yeux de la jeune Lisa était enchanteur, et pourtant si destructeur. La douce mélopée qui s'élevait dans les airs sonnait le glas d'une défaite qu'elle savait inéluctable. Mais... c'était si beau qu'elle ne pouvait voir cette scène autrement qu'une œuvre d'art. Était-elle devenue folle ? Avait-elle vu tant de morts qu'elle en eût oublié le goût du sang ? La paralysie de la terreur ? Ou au contraire, était-ce son innocence qui lui permettait de percevoir le monde ainsi?

L'on raconte que la beauté se trouve dans le regard et non dans les choses regardées, ainsi cette jeune prêtresse, perdue dans le chaos d'une bataille acharnée, seul espoir au sein de ce monde de désespoir, ne pouvait qu'être la plus belle.

Sans égards pour l'attention qu'on leur portait, les trois formes continuaient à danser dans un balais mortel. Feintes, contre-attaques, leurs gestes rythmés par les mouvements du fil de soie, comme de piètres marionnettes. Cela elles l'ignoraient, les pauvres choses. Mais le maître serait bientôt là, et il devait dresser ce spectacle en son honneur. Le fil droit faillit saisir le bras du tueur blanc, mais celui-ci s'en dépêtra d'une agile esquive, déviant au passage l'arme qui menaçait son compagnon. L'assassin roux avait lui pénétré sa garde, et tandis que l'autre tentait de l'immobiliser, s'était avancé sous sa protection. Les crocs qui menaçaient de s'abattre rencontrèrent finalement leurs alter-égo et le choc des lames eut un puissant écho dans la ruelle.

L'ennemi immobilisé, le second assassin voulu assister son collègue mais se retrouva bien vite pris au piège des fils tendus par son adversaire. Ce qui semblait n'être qu'attaques déviées étaient en fait des placements et des trajets bien spécifiques, exécutés pour les prendre au piège de cette toile. Jaffar fut repoussé par la seule force de son ennemi et alors qu'il s'apprêtait à l'achever, une flèche perça les cieux, se frayant un chemin à travers la mer de soie et se planta dans l'épaule du criminel.
Une seconde parut alors, qu'il stoppa net dans le piège de toile, en resserrant la prison préalablement construite. Tout ce qui bougeait à l'intérieur de ce monde était sa proie; en premier chef cette petite mouche qui tenait en vain de s'en extirper, éraflant son corps de toutes parts tant les fils enserraient son corps. Aussi solides que de l'acier, ils étaient l'arme parfaite pour tuer, et d'ici, en un seul geste, il pourrait le réduire en charpies.


- ...

Pourquoi pas, après tout ? Il claqua des doigts pour le découper dans l'instant, mais au fur et à mesure que les fils pénétraient sa chair, une force magique les en repoussaient. L'homme subissait mille torture de cette manière, mais il ne pouvait mourir.
Devait-il remercier la jeune prêtresse ou la maudire ? Au vu des événements qui allaient suivre, l'assassin semblait certain qu'il regretterait sa survie.


- ... Tu aurais dû mourir.

Saisissant une de ses dagues il l’envoya sur l'assassin roux qui tenait une nouvelle attaque, il pourrait créer un nouveau piège autour de lui s'il réagissait comme il l'attendait. La seule chose qui obscurcissait ses plans, c'était ce magicien qui n'avait pas bronché depuis le début du combat, et semblait méditer. Sa défense était absolue, mais s'il convoquait un sort de zone alors... aucun fil ne pourrait plus l'arrêter.


***

De l'autre côté....

<< Non, je ne suis pas là pour ça. Je ne faisais que passer quand... ces messieurs ont insister pour jouer avec moi alors que j'ai pas envie. Mais je pense que je vais partir avant d'être le chat. >>

Le sourire s'estompa. Le visage plein d'espoir de la petite fille se brisa et elle baissa les yeux, fixant le sol avec questionnement. Son ami allait partir. Pourquoi devait-il partir? Parce qu'il ne voulait pas être le chat, lui répondit la dalle noire. Mais même s'il était noir et blanc, il n'avait pas de poils! Ajouta la dalle grisâtre. Mais la réponse vint de la dalle rougeoyante du sang qui avait précédemment coulé, un éclair de génie - même si ce terme était synonyme de catastrophe dans le langage des pierres - une idée si bouleversante par sa véracité qu'elle la frappa en plein cœur. Et s'il n'aimait pas les autres ? Elle, elle était mignonne, il ne pouvait que l'aimer... mais les autres ? Peut-être était-ce cela ? Oui! Et s'il n'aimait pas les gens tout autour, et voulait simplement jouer à chat avec elle ? Ah! Mais il y avait autre chose qu'il n'avait pas encore fait aussi! Maintenant qu'elle y pensait, c'était très grave et ça la mettait en rogne!!

- CHTOOOOP!

Son énervement lui fit mâcher la première sonorité du mot, mais elle s'en fichait bien. Quelques larmes étaient visibles au coin de ses yeux, mais le plus surprenant pour le shaman, devait être le fait qu'il ne pouvait plus remuer un seul muscle de son corps. Même ses paupières restèrent ouvertes à l'injonction, et il sentait l'air stagner en lui, sans entrer ni sortir... il mourrait bientôt.

- Tu t'es pas présenté!

Mélissa... disparut simplement sous ses yeux, et réapparut comme si elle avait toujours été là, une petite seconde plus tard. Le shaman restait toujours immobile, incapable de respirer, encore moins de prononcer le moindre mot. Ses yeux, sa gorge, tout son être menaçait d'exploser, et il se mourrait lentement, incapable de communiquer.

- Bah alors, tu parles plus ?

Clignement d'yeux innocents, questionnement. Il ne faisait plus le moindre geste, il ne respirait même plus remarquait-elle. A quoi jouait-il ? Ah! Surement un concours pour retenir sa respiration!! C'était forcément ça! Elle lui fit un grand sourire, prit une très forte inspiration, et ferma la bouche dans un claquement, tout en se pinçant le nez. Ses joues ressortaient de manière exagérée et son regard était toujours aussi adorable.
Elle était bien décidée à gagner.


***

Citation :
HRP: Combat epic de l'assassin!! (avec la musique epic de l'assassin en prime XD) Félicia l'a blessé mais rien de grave, Kratos est totalement immobilisé, tout repose sur toi maintenant Jaffar! Mais tu as toujours le stratège en soutien et Valfred prêt à faire voler en éclat les fils avec une grooooosse attaque de vent.

De ton côté Shikonai, bah... t'es en mode statue, incapable de respirer ou même de remuer ton petit orteil, Mélissa a pas compris que c'est son sort qui a causé ça, donc démerde toi pour le lui faire comprendre... ou alors tu vas mourir ^^


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaffar
avatarBeorc


Messages : 86
Age : 26
Localisation : Tu ne le sais pas mais je suis tout près de toi...
Autre Indication : Ze true dark evil assassin classe qui parle pas !
Groupe : Beorcs

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 12 Aoû - 21:52

Le hurlement du métal résonna à travers toute la ruelle, le crissement des dagues se poursuivant tandis que les deux tueurs s'engageaient de nouveau dans un duel de force. Contrairement à leur précédent affrontement cependant, le serpent noir contraignit son homologue roux à reculer, le repoussant avec une force et une violence qu'il était loin de lui avoir prouvé la dernière fois. Sa garde était réduite en lambeaux mais alors que le monstre s'apprêtait à le trancher de ses crocs nouvellement aiguisés, le sifflement suraiguë d'une flèche perça les ténèbres avant de s'enfoncer avec un bruit mât dans l'épaule de la créature. Il n'eut aucun cri, aucun réflexe de survie, aucun mouvement. Sa poigne se resserra simplement sur sa propre lame, refermant le piège des filins sur un nouveau projectile sous le regard perplexe du Croc Pourpre. Tous ses mouvements, toutes ses attaques lancées avec une précision extrême... Il pouvait le voir maintenant : ce piège mortel que le serpent devenu araignée avait patiemment tissé autour d'eux. Il lui suffisait d'un claquement de doigt, d'une simple pression et la prison mortelle se refermait sur eux comme elle venait de le faire avec l'Ombre du Fang. L'homme n'était cependant pas encore mort au vu des cris que lui arrachaient les filins mais combien de temps pourrait-il tenir ainsi.
- … Tu aurais du mourir.

La dague siffla dans les ténèbres alors que le tueur roux revenait à lui. Les hurlements de Kratos, se poursuivaient et ne réveillaient au sein de l'esprit du Croc Pourpre qu'une seule chose : un désir de combattre et une soif de sang de plus en plus insatiables. Esquivant souplement la lame lancée dans les ténèbres, l'assassin du Fang plongea dans la toile, virevoltant avec habileté et grâce à travers le piège mortel des filins entrelacés. L'acier pratiquement invisible lui égratignait chevilles et poignets, frôlait ses membres aussi fragiles que des fétus de paille mais jamais ne se refermait sur leur cible. Le chasseur était peut-être redevenu proie mais était désormais plus décidé que jamais à ramener l'équilibre de cet affrontement dans son état initial. Et pour cela autant mettre à profit chaque élément à sa portée.

Le corps immobile de l'Ombre lui offrit un parfait écran face à la vision perçante du serpent. Et, tandis que les pieds de l'assassin roux s'intercalaient d'eux même entre les fils, son corps se détendait, ses muscles se relâchaient et sa respiration reprenait un rythme paisible. Enfin, plus aucune parcelle de son organisme n'offrit de contact avec les filins entrelacés. Il n'avait besoin de prolonger cette situation que d'une seconde... Une simple seconde pendant laquelle son offensive allait reprendre comme jamais. Mu par une volonté supérieure à ce que l'esprit humain pouvait envisager, le Croc Pourpre quitta le sol d'un simple saut. L'homme immobilisé lui offrait encore sa protection tandis que la vision désincarnée du tueur transcendait la matière, ignorant l'entrelacs d'acier, ignorant les obstacles à sa vision. Il n'était qu'une ombre dans un monde que cet homme était censé contrôler, une créature inconnue capable d'échapper à sa surveillance suffisamment longtemps pour mettre fin à sa domination. L'acier lui sembla plus silencieux que la mort lorsque ses deux lames fendirent les cieux, émergeant de sous le bras gauche et d'au dessus de l'épaule droite de Kratos, projectiles de mort lancés avec une précision infinie. L'ange noir suivit leur trajectoire aussi longtemps qu'il le put avant d'amorcer sa descente. Il fallait poursuivre l'assaut!

- Derrière!

La voix du stratège brisa la transe, ramenant l'assassin à la réalité... Et au frôlement insidieux qui se rapprochait de lui. La lame lancée précédemment avait finalement fait demi-tour pour viser sa nuque. Une attaque probablement lancée au hasard mais qui n'avait pas réellement besoin de frapper de plein fouet. A quoi bon tuer sur le coup lorsque la lame est empoisonnée ? Basculant son corps, le Fang parvint toutefois à esquiver l'assaut traître sans pour autant parvenir à empêcher le fil cruel de lui écorcher la joue, juste au dessous de l’œil. La blessure était bénigne mais la fierté de l'assassin ne s'en remettrait pas... Et sa localisation était désormais évidente. Le sang chaud venait à peine de s'écouler lentement de la plaie que déjà, il suivait l'arme de mort, ignorant le piège qui tentait de nouveau de l'enserrer. Ses lames avaient-elles touchées ? Qu'importe, il allait s'assurer définitivement de la fin de ce reptile inutile !

L'Ombre avait cessée de se débattre malgré la souffrance que les câbles d'acier devaient lui infliger. Ses mains, crispés sur la garde de ses lames, se détendirent brutalement lorsque le Croc Pourpre le survola, propulsant les deux outils de mort en plein milieu du trajet de son collègue désarmé. Et tandis que l'assassin roux repartait à l'assaut, réarmé par la force et la ruse du Fang, un sourire aussi blanc que ses cheveux étira les lèvres du tueur au regard vairon. Les fils pouvaient bien écorcher sa peau ou celle du Croc Pourpre... Plus rien ne pouvait entraver la détermination du loup du Black Fang. Le rugissement de douleur de l'Ombre se mêla à la rage du Croc lorsque celui-ci mordit sa cible de toutes sa haine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikonai
avatarMarqué


Messages : 131
Age : 26
Localisation : Dans un coin bien sombre
Autre Indication : Vous êtes morts
Groupe : Marqués

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
38/100  (38/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 14 Oct - 6:13

Lentement, Shikonai partait. S'il parvenait à échapper à la gamine, il serait sauvé... tout du moins il ne mourra pas de sa main. Il fallait aussi quitter la ville au plus vite. Il en allait de sa survie et de la bonne démarche de la purification de Tellius.

<< CHTOOOOP! >>

Shikonai s'immobilisa presque aussitôt, le dos raide et la respiration retenue. Oh non... qu'est-ce qu'elle allait lui faire ? Intimidé, il tenta de se retourner... mais rien à faire ! Il ne pouvait pas bouger un muscle, ni respirer. La terreur ? Ou bien... ?

*Par la déesse ! Qu'est ce qu'elle m'a fait ?*

<< Tu t'es pas présenté! >>

Et elle apparut par magie devant lui. Shikonai se débattait mais il avait beau faire, il ne pouvait ni bouger, ni parler et encore moins respirer. L'air lui manquait...

<< Bah alors, tu parles plus ? >>

Ces paroles auraient pu paraître ironiques si ses yeux ne brillaient pas d'innocence et d'incompréhension. Elle faisait ça sans le vouloir, en plus ! Bon sang, il fallait l'alerter ! Comment pouvait-elle ignorer la dépense de son mana ? Elle en avait tant que ça ? Elle retint sa respiration, visiblement avide de gagner le concours de qui retiendra sa respiration en premier... mais Shikonai allait mourir debout si ça continuait ! Il fallait l'avertir du problème qu'il avait... mais rien à faire...

*Totu ce que je peux faire, c'est...*

Puisant dans ses ressources alors que l'air lui manquait, il déploya le brouillard noir et les morts. Ne pouvant les contrôler, il ne pouvait lui indiquer qu'il avait besoin de bouger mais qu'il ne pouvait pas et que c'était sa faute à elle...

Les morts chantaient, les ténèbres s'installaient... et c'était tout. Le reste dépendra de comment Mélissa l'interprêtera...




Je suis l'ombre de la lune.
Je suis l'élu de la grande Ashera.
Je suis Shikonai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 29 Oct - 15:17

Un échange de regard, intense, tandis que le visage de son interlocuteur devenait de plus en plus bleu. C'était marrant! Mais non, elle ne devait pas rire, surtout pas! Si elle riait, elle perdait, et elle ne voulait pas perdre.

- ...

Ses joues toujours exagérément gonflées, elle continuait de fixer le shaman, dont le regard semblait perdu, en détresse. Elle avait l'habitude de voir cette expression sur les gens avec lesquels elle jouait habituellement, donc il n'y avait, à ses yeux, rien d'inquiétant à cela. Au contraire, c'était signe qu'il s'amusait! Pour davantage le perturber, elle posa ses mains sur sa tête, et leva deux doigts, avant de se mettre à sautiller à quelques centimètres de son visage. Elle imitait à la perfection un petit lapin se dégageant des hautes herbes... enfin, elle en était persuadée.

- ... ?

Un brouillard sombre apparut alors tout autour d'eux, phénomène des plus étranges qu'elle observa en admiration, tandis que plusieurs âmes de morts s'en échappaient. Ah! Il amenait des amis pour jouer !!!

*Bam*

Elle leva un sourcil perplexe, et se pencha sur le corps de son ami, à présent allonger sur le sol. Son index effleura sa joue, pour vérifier s'il essayait de jouer le mort, ou si c'était un tout autre jeu.

- Nya ?

***

A quelques mètres de là, tout un pan de bâtiment s'effondra dans la ruelle, tandis qu'un homme monstrueux faisait voler sa lance dans une suite de mouvements barbares. Il était fort. Peu d'hommes auraient été capables de manier telle arme, et avec tant d'aisance, de plus cette armure qu'il portait était plus solide que la pierre. L'épée de Voldo ne cessait de rebondir sur elle, comme s'il essayait de percer un mur de forteresse de ses ongles nus.

Lucy se reposait contre un mur, reprenant lentement ses esprits à l'aide Justinia, tandis que son frère faisait face seul, tentant de retenir ce géant qui pouvait le balayer au moindre impact.


- ... Intéressant.

Il retira sa lance du mur tandis que de la poussière volait tout autour de lui, d'un mouvement ample, il pointa la lance vers les cieux et l'abattit froidement, manquant d'écraser le jeune épéiste qui parvint à se soustraire de justesse à l'attaque. Ce garnement était malin, il continuait de combattre dans une ruelle, et ne s'éloignait jamais trop du général; ses chances de survie en était démultipliées, mais combien de temps pourrait-il tenir ici?

- Lucy... reprends-toi, Voldo est en danger.
- Vol...voldo!
- Doucement...! Focalise toi sur mes yeux...

Les bras enserrant désespérément les épaules de son amie, Lucy plongea son regard paniqué dans les yeux de Justinia. Cette vision parvint la calmer, et sa respiration ralentit, avant de reprendre, peu à peu, un rythme normal. Nouvelle explosion, un nuage de poussière recouvrit les deux jeunes filles, tandis que le mercenaire poussait un nouveau cri en attaquant.

L'épée rebondit une nouvelle fois sur les lourdes plaques de l'armure. Tout son corps était protégé, seule sa tête était exposée, et ses mouvements montraient une telle habitude des champs de bataille que Voldo savait pertinnement que c'était un piège. La seule zone faible était toujours la mieux gardée.


- Gamin... pourquoi combats-tu ?
- ... Comme si ça te concernait!!

Nouvelle esquive, la lance manqua de déchiqueter sa hanche, tandis qu'il prenait appui sur quelques débris jonchant le sol, afin de sauter par dessus son adversaire, et tenter une contre-attaque. Celui-ci ne se retourna pas, et retourna sa lance de telle façon qu'elle était à présent pointée vers son dos. Dans un mouvement puissant le coup partit, glissant sur son flanc droit pour transpercer le jeune garçon.

- Je combats...

Il plongea, passant par une roulade habile sous la lance, qui lui découpa quelques cheveux au passage. Sa lame passa dans une faille de l'attaque, et transperça l'armure, sous les bras de son adversaire.

- ... Pour Elle !!!

Quelques gouttes de sang glissèrent sur le fil de la lame, tandis que le général sourit. Il lâcha subitement sa lance, et saisit à la gorge l'enfant le soulevant plusieurs mètres au dessus du sol, en l'étranglant. Il l'observa gesticuler un peu dans les airs, paniqué, ramenant ses mains à sa gorge par pur instinct.

- Alors... nous sommes deux.

***

Incroyable. Ces assassins n'étaient décidément pas des amateurs... non, c'était bien plus que cela, ils étaient... de véritables tueurs. Le serpent s'en était déjà aperçu tantôt, mais jamais il n'aurait pensé croiser telles lames, dans un tel endroit. Envoyer des tueurs à la poursuite de tueurs... pourtant, ils étaient différents de simples chasseurs de primes. Il y avait dans leur regard ce vide propre aux meurtriers, cette cruauté, mais aussi... une sorte d'espoir.

Il ne pouvait pas les comprendre.


- J'implore aux cieux: Je suis le détenteur de la lame sacrée, le porteur de lumière !
Esprits du vents, âmes éternelles, venez à moi! Rassemblez-vous auprès du pilier sacré, et transpercez le mal par le glaive de la justice !!


Les vents jusqu'alors inexistants se déchainèrent en une tempête incontrôlable, les fils, pourtant plus solides que l'acier, se firent instantanément trancher par la puissance incontrôlable des vents, la pression magique dégagée était suffisante pour écraser l'assassin, lui qui avait pourtant ôté la vie à tant de mages déjà... Non, cette fois, ce sort était différent.

Le Loup du Black Fang apparut de nulle part, et dans un mouvement agile, récupéra les lames lancées par son compagnon. Insensible aux vents déchainés, il se frayait un chemin jusqu'à son adversaire. Telle un animal sauvage pénétrant dans sa demeure, un démon dont il était le sacrifice. Il allait mourir.
Il le savait.


- EXCALIBUR!

Une force mystérieuse le cloua au sol, et quatre immenses lames de vents cernèrent les deux combattants, plongeant tout à tour sur l'assassin, transperçant ses membres et son corps, frappant jusqu'aux tréfonds de son âme. Le sang gicla, libéré de ses veines par une magie dévastatrice, et il s'empecha de tomber. Prit d'un impérieux désir de vengeance, il releva les yeux, et ses yeux croisèrent ceux du Croc Pourpre.
Et il plongea son regard dans la Mort incarnée.


***

Le shaman finit par ouvrir les yeux, apercevant une jeune fille assise à califourchon sur lui. Mélissa avait finalement compris que sa chute signifiait un abandon pour le jeu, et était à présent bien décidée à le punir, puisqu'elle avait gagnée.

- J'ai gagné! Loooooooooooooser! Nyaha!

Elle frappa joyeusement ses mains l'une contre l'autre, et se pencha sur son aîné, un sourire radieux s'étalant sur tout son visage. Et, derrière ce visage angélique, une ombre gigantesque parut, recouvrant toute la ruelle, sur chaque mur, chaque pan du sol. Monstre tentaculaire, il semblait être un prolongement de sa propre ombre.

- Refais ce truc! Avec le brouillard là! Moi aussi je vais inviter mes amis!

Elle pencha la tête sur le côté, ses yeux d'or toujours plongés dans ceux vides de son grand-frère. Et ses cheveux, plus noirs que la nuit, glissant doucement sur sa joue, tandis que l'ombre continuait de croître.

***

Quelques secondes passèrent, le corps de l'assassin ornait à présent le sol, rouge de son sang, et une fine pluie parut, balayant doucement le fluide vital entre les pavés. Le visage terrifié, le serpent montrait, pour la première fois de sa vie, une véritable émotion, à présent figée dans l'éternité...

Lisa s'attela aux soins principaux, remettant d'aplomb aussi rapidement qu'elle le pouvait les combattants, Erin lui, était toujours sur ses gardes. L'adversaire qui avait vaincu Owen venait littéralement de "disparaitre", il était désormais incapable de connaitre sa position.


- Accélère.
- Je fais ce que je peux!

Le ton froid du stratège ébranla profondément la jeune fille, tandis qu'un flot de larmes s'écoulait de ses joues. Elle soignait, elle n'avait jamais utiliser sa magie aussi vite, et aussi intensément, mais dans son coeur, la seule chose qu'elle voulait faire à présent, c'était plonger dans les bras de l'homme qu'elle aimait, et s'y terrer à jamais. Mais même lui, était en train de s'éloigner.

Un bruit sourd. Comme le son d'un impact.
Et un cri.

Au sommet d'un toit, sous une pluie croissante dans la nuit noire, un homme était assis, tout de noir vêtu, léchant le liquide rouge qui ornait l'une de ses lames. Et, quelques mètres sous ses pieds, le corps inerte de Félicia s'était écrasé sur les dalles sombres. Inexpressif.


- Délicieux... ah! Quel bel avant-goût! Je prendrai tout mon temps pour la savourer ensuite...

Il fit tourner la dague dans ses mains, et plongea ses yeux noirs, qui brillaient mystérieusement dans la nuit, au coeur de chacune des pupilles de ses spectateurs.

- Qui sera mon plat ?

***

Citation :
SURPRISE!! Ahah, vous pensiez que je vous avais oubliés? Eh bah non!

Nous entamons le dernier "acte" de la mission, l'un des quatre meurtriers est mort, Mélissa et le mystérieux assassin sont entrés en "contact" avec leurs cibles. Que dire sinon... Bon courage? ^^

Valfred a montré tout son potentiel, Félicia semble morte (elle se vide de son sang au pied d'une maison) et notre ami vous attends tranquillement sur le toit du bâtiment o elle se trouvait. Il a une capacité nommée "Presence Concealment" qui vous empêche de le détecter s'il n'est pas directement dans votre champ de vision, autant dire que noir sur du noir, vous allez pleurer xD.

Côté Mélissa, les jumeaux et Justinia poursuivent le combat, même si ça se passe pas super bien, et le jeu de notre petite amie a fait sombrer Shikonai dans l'inconscience quelques minutes. A son réveil, il se trouve que Mélissa semble avoir particulièrement aimé l'histoire du brouillard, et veut apparemment te présenter sa famille... Attention à ne pas sauter d'étapes jeune fou =p


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaffar
avatarBeorc


Messages : 86
Age : 26
Localisation : Tu ne le sais pas mais je suis tout près de toi...
Autre Indication : Ze true dark evil assassin classe qui parle pas !
Groupe : Beorcs

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 19 Nov - 18:13

C'était fini. Les fils de cette toile de malheur étaient désormais coupés, arrachés de leur point de fixation, brisés comme l'était l'homme à ses pieds. Qui qu'il ait été, quelle qu’ai pu être sa force, il se présentait maintenant à la grande faucheuse au même titre que tous ceux qu'il lui avait envoyés au cours de sa misérable existence. Le Croc Pourpre se tenait devant cette dépouille, impassible comme toujours. En un sens, il avait partagé les derniers instants d'un redoutable adversaire. Tandis que le sort de vent les enlaçaient tous les deux, écorchant leur chair et détruisant le redoutable piège du serpent, il avait contemplé le retour à la vie de l'assassin. Le même spectacle auquel il avait déjà assisté s'était encore reproduit devant lui. L'incompréhension et les interrogations qui y étaient liées, aussitôt suivies d'une étincelle de compréhension. Ils étaient coincés au sein de ce piège magique que le sage avait déclenché, sans aucune possibilité de fuite. Leurs mouvements étaient restreints aussi bien à cause du vent que des fils et, face à lui, se dressait une bête enragée, blessée, épuisée et redoutable dont la soif de sang ne laissait aucun doute quant à son but. Elle était là pour lui, pour le dévorer, l'écraser sous cette force qu'il avait mésestimée !

La peur avait alors envahit son adversaire, dominant son esprit, imposant sa volonté à cette pitoyable créature dont le corps avait été déchiré, dévoré par les crocs sanglants. En fin de compte, il était comme tous les autres : un imbécile que la mort effrayait, un couard que la possibilité d'échouer avait rendu incapable. Combien en avait-il tué comme lui ? Des centaines très certainement. Certains étaient talentueux, d'autres tentaient de s'enfuir... Mais au final tous acceptaient leur sort, le sort qu'il leur réservait. Un intense sentiment de satisfaction envahit le Croc Pourpre alors qu'il prenait pleinement conscience de sa victoire. Deux monstres... Il avait éliminés deux monstres aux capacités très nettement supérieures aux siennes, des hommes qui ne vivaient que pour tuer, des hommes qui n'en étaient plus vraiment... Et le vainqueur, celui qui se tenait encore debout au milieu des cadavres, c'était lui !

Derrière lui, Kratos s'était avachi sur le pavé de la ruelle couvert de son propre sang, laissant la lueur bénéfique de la prêtresse réparer ses blessures. Elles étaient graves mais l'assassin aux cheveux blancs avait déjà enduré pire et la magie curative lui permettrait de se mouvoir rapidement. Récupérant leurs lames, le Croc Pourpre jeta un rapide coup d’œil aux armes de son ancien adversaire. Elles étaient brisées et les filins avaient été réduits en morceaux par le sort de vent. Les manipuler demandait de toutes façon un talent que le Croc Pourpre était loin de posséder mais les savoir ainsi hors d'usage le rassurait : leur propriétaire emportait dans sa tombe le secret de ces armes redoutables. L'assassin du Black Fang lui savait parfaitement sur quelles armes compter. Rengainant sa dague létale, le Croc Pourpre détailla un instant le crochet qu'il avait subtilisé tantôt au cadavre devant lui. La dague avait une conformation bien différente de celle qu'il avait perdue lors de leur affrontement sur les toits : sa lame était courbe et sa pointe fine et tranchante rappelait aisément la forme des crocs venimeux d'un serpent. En l'observant un peu plus attentivement, le Fang put constater que le bout en était creux, sans doute comme une partie de la lame pour lui permettre de contenir le poison mortel dont elle était certainement remplie. Un moyen plus sur et efficace de directement injecter le venin à l'intérieur d'une innocente victime que de simplement enduire l'arme de poison. En contrepartie la lame était certainement moins équilibrée et peut-être même plus fragile... L'outil idéal pour porter un coup fatal et rapide lors d'un affrontement, une arme qu'il saurait exploiter à son plein potentiel.

Son nouveau jouet au fourreau, l'assassin s'approcha de son compère dont les blessures commençaient à cicatriser sous l'action de la jeune femme dont le visage était marqué de terreur et de tristesse. Un soupir de mépris quitta les lèvres du Croc Pourpre tandis qu'elle tournait la tête vers lui. A quoi bon être une mercenaire si le affronter l'ennemi la choquait à ce point ? Elle voulut tenre son bâton vers lui mais il l'arrêta d'un geste de la main.

- Je n'ai rien de grave. Occupez-vous plutôt de lui.

« Rien de grave... » Cet homme venait d'échapper à un sort excalibur, de tuer deux adversaires redoutables et n'avait... Rien de grave. En un sens c'était vrai, ses blessures nétaient pas aussi sérieuses que ce qu'elles pouvaient sembler... Il avait perdu sa cape depuis bien longtemps après l'avoir jeté pour affronter le serpent, dévoilant à tous le tatouage du Black Fang sur son épaule... Mais ce dernier se perdait désormais parmi les multiples écorchures marquant la peau mâte. Le sort de vent n'avait pas été tendre tout comme le piège d'acier : le haut noir déchiré de l'assassin laissait entrapercevoir trois larges zébrures peu profondes mais dont le sang collait le tissu à la peau. Ses jambes n'avaient pas échappées non plus à l'assaut et ses chevilles étaient, pour ainsi dire, cisaillées sans parler de la large coupure marquant le dessous de son œil droit. Ironiquement, seul son dos semblait avoir échappé au traitement... probablement car il s'agissait de la zone que tout bon assassin se devait de surveiller plus intensément que le reste du corps. Obéissant pourtant à cet hommes, dont l'anatomie présenterait bientôt suffisamment de cicatrices pour l'élever au rang de vétéran guerrier, la prêtresse se reconcentra sur son travail bon gré mal gré juste avant qu'un cri aiguë ne transperce les ténèbres, arrachant un grognement aux deux assassins... Cela ne finirait donc jamais...

Il n'y avait nulle lune en cette nuit de tempête, nulle lumière pour les guider et pourtant, il leur sembla que les ténèbres se faisaient plus profondes encore lorsqu'il apparut. Cet homme sombre, mystérieux et... Effrayant.

- Délicieux... ah! Quel bel avant-goût! Je prendrai tout mon temps pour la savourer ensuite...

Si les serpents avaient semblé puissants, cet homme était alors un cauchemar à lui tout seul. Un songe issu de leurs pires craintes incarné sur cette terre qu'ils avaient toujours crue sûre. Sa langue rose, seul et unique point de couleur dans cet océan de noirceur, goûtait le sang de l'archère dont le corps reposait, quelques mètres plus bas. Ni Jaffar ni Kratos ne bougèrent. Bouger, c'était mourir... Comme cette femme.
- Qui sera mon plat?
- Vous ! Espèce de...

Un bras mâte s'éleva, barrant la route du stratège. Jaffar lui barrait impunément le passage, l'empêchant de se jeter au devant de sa propre mort. Cela faisait deux vies qu'il sauvait ce soir nota-t-il... Bien que celle de l'archère n'ait été stupidement gâchée. Sans lâcher leur adversaire du regard, il s'adressa au tueur blanc, tout de noir vêtu pour l'occasion.
- Finalement, je crois que cette histoire va prendre fin ici.

Ce dernier quitta le pavé humide pour s'étirer largement, faisant craquer les articulations de son dos. Les plaies étaient presque toutes refermées... Du bon travail.
- Allons-y, il serait dommage de faire attendre notre invité.
- Tu te sens d'attaque?
- Non.

Le ton était aussi léger que s'ils étaient en train de prendre le thé. L'assassin aux cheveux blancs s'approcha de son compère, ce dernier lui tendant les lames noires. Kratos s'en empara avant de jongler négligemment avec.
- Mais je ne supporte ni le gâchis, ni que l'on torture les femmes que je sauve.

Un sourire sinistre éclaircit le visage mâte de Jaffar... Non, ce n'était plus Jaffar... Le Croc Pourpre venait de reprendre ses droits sur le corps de l'assassin du Fang tout comme l'Ombre s'éveillait chez l'assassin blanc, emplissant leurs deux êtres de la soif du sang de leur ennemi. Ce serait dur... Non ce serait pire ! Ce serait même impossible!
- Vous avez peur?

La question s'adressait plus à la prêtresse qu'au stratège ou à Valfred mais les trois lui prêtèrent attention... Leurs regards convergèrent vers cet homme. Il n'était pas réellement impressionnant physiquement et nul doute que son corps mettrait longtemps avant de se remettre de cette folle nuit... De plus le tatouage de son épaule le désignait d'office comme un criminel sanguinaire et sans une once de pitié et pourtant, ils l'écoutaient...
- Pourtant c'est seulement maintenant que ça devient amusant.

Le crochet et la dague létale glissèrent sans un son de leur fourreau. Les assassins étaient en garde, plongeant l'abysse de leur regard dans la mort incarné. Etait-ce ça d'être en vie ? Savoir qu'il existe une chance, même infime, de surmonter une épreuve aussi irréalisable ? Qui ne tente rien n'a rien.
- Tu veux un plat?
- Viens. On va te faire manger!

Leurs sens étaient aux aguets et leur provocation ressemblait plus au rugissement d'une bête aux abois qu'à de véritables paroles humaines. Cet homme était un monstre... mais ceux qui lui faisaient face espéraient bien lui donner le frisson qu'il attendait! Un frisson aussi glacé que le néant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shikonai
avatarMarqué


Messages : 131
Age : 26
Localisation : Dans un coin bien sombre
Autre Indication : Vous êtes morts
Groupe : Marqués

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
38/100  (38/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 25 Nov - 21:14

L'air manquait de plus en plus. Shikonai se sentait partir alors que l'enfant se faisait des oreilles de lapin avec ses doigts et sautillait comme l'animal cité précédemment. C'était vraiment humiliant... tué par une gamine... qui ne le faisait même pas exprès par dessus le marché.

Il n'en pouvait plus. Il manquait trop d'air... il se sentait partir... c'était fini... lentement, il bascula en arrière et son crâne heurta la pierre glacée. Un chaud filet perlait le long de son crâne alors que son âme s'évaporait pour rejoindre les doux bras de la déesse... quelle mort humiliante...


***

La lame chauffée à blanc effleura d'abord son dos, lui causant déjà une douleur peu supportable pour son fragile petit corps d'enfant, puis la pointe s'enfonça en perforant la peau et se glissa entre ses côtes. L'enfant hurla de douleur à s'en rompre les cordes vocales. Son appel de détresse à n'importe quelle force qui pourrait lui apporter un soutien quelconque se mêlait au rire sadique de l'abominable et indigne géniteur.

<< C'est ça, hurle, encore ! Abomination que tu es ! Souffre ! Souffre et pleure, tu me fais bander ! >>

La lame s'enfonça un peu plus profondément, par jeu, et elle remuait en lui. C'en était trop ! Au sang qui coulait de sa bouche se mêla la bile de ses entrailles, mêlé à un unique croûton de pain, seul repas qu'il avala jamais en cet énième jour de souffrance.

***

La pluie tombait à verse sur son corps. C'était très inconfortable... c'était ça, mourir ? Se remémorer un mauvais jour puis sentir son corps après la mort ? D'ailleurs, il sentait comme un poids sur son ventre... Au moins, il avait de nouveau la sensation de respirer. Étouffer était déjà insupportable étant vivant, mais étant mort, il n'imaginait pas... que se passerait-il s'il essayait d'ouvrir les yeux ?

La vue était encore floue, mais redevint vite nette... première vision (d'horreur), la gamine toute souriante. Peut-être les assassinés devaient-ils avoir éternellement le visage de leur meurtrier devant les yeux après la mort...


<< J'ai gagné! Loooooooooooooser! Nyaha! >>

Et elle applaudissait sa propre « victoire »... visiblement, il était en vie... elle se pencha sur lui, encore plus souriante... laissant à Shikonai le loisir d'apercevoir une créature tentaculaire derrière elle, camouflée dans son ombre... la prolongeant, même.

<< Refais ce truc! Avec le brouillard là! Moi aussi je vais inviter mes amis! >>

L'ombre derrière elle grandissait. N'osant imaginer quel démon provenait des enfers, Shikonai observait la gamine. Ses yeux d'or, ses cheveux d'ébène... cette gamine était purement effrayante...

Etant donné sa puissance, mieux valait faire plaisir à cette gamine. La dernière fois qu'il a osé la contrarier, il a failli mourir après tout... toujours allongé avec la gamine à califourchon sur elle, le shaman déploya les ombres et appela les esprits des morts. Les yeux du jeune homme blanchirent et sa voix prenait une intonation d'outre tombe, comme si ses spectres parlaient en écho avec lui.


<< Voilà. Satisfaite ? >>

Très honnêtement, il n'avait aucune envie de faire connaissance avec les amis de la gamine... surtout s'ils avaient tous des excroissances aussi inhumaines et si elles adoraient manger la chair humaine...




Je suis l'ombre de la lune.
Je suis l'élu de la grande Ashera.
Je suis Shikonai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarQuintessence de l'Absurde


Messages : 334
Localisation : Là au bon endroit. Au bon moment.
Autre Indication : Maître des Echecs.
Groupe : Lui-même.

Feuille de personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Points d\'Expérience:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Sam 26 Mai - 16:01

Le tonnerre retentit dans la nuit noire. La chaleur des jours passés et la pluie qui les avait frappés cette nuit annonçaient l'orage, amplifié par une atmosphère à présent emplie de magie. La foudre frapperait-elle cette nuit? C'était une question qu'ici, nul ne se posait.

Les deux crocs du Fang s'élancèrent à l'unisson, leurs plaies totalement renfermées. C'était intéressant! La prêtresse lui serait utile, finalement, il n'allait pas la tuer tout de suite. Non... elle était trop appétissante pour cela. Une peau si blanche, des yeux effrayés et une chevelure si... soyeuse. Oh oui, elle serait définitivement son dessert. Ou peut-être l'offrirait-il en cadeau à la petite ?


- Venez mes petits chiots...

L'assassin fit un bond en arrière et disparut derrière le toit, se confondant parmi les ombres. Quelques secondes plus tard, une vague de couteaux s'abattit de trois différentes directions sur le sage, blessant ses deux bras et ses deux jambes, le faisant lâcher son tome. Ces coups étaient d'une précision chirurgicale, il touchait exactement ce qu'il voulait toucher mais ce n'était pas ce qui l'étonnait le plus, non, le problème était...

- Je ne le vois pas...

Il était dépassé. Cette présence inquiétante et invisible... n'était visiblement pas humaine. Le stratège avait une étrange capacité, mais celle-ci ne l'avait jusqu'alors jamais trahi, il pouvait voir au delà de ce que ses yeux lui montraient, mais cet homme, lui seul... il n'avait jamais pu le percevoir. Ni à son arrivée, ni à présent... il pouvait aveugler ses yeux.
Et dès lors... à quoi servait-il ?


***

Un brouillard ténébreux se dressa alors, inondant les environs de désespoir et de mort. Tristesse, amertume, regret, peur... un flot d'émotions s'insinuant dans son jeune corps comme une panacée longtemps recherchée. Et il y avait eux. Des morts. Plein de morts. Les âmes se rassemblaient autour du corps de leur maître et tourbillonnaient autour du sien, prête à la dévorer.

C'était ça, le bonheur!


- Bon garçon.

Le murmure glacial transperça l'air comme une lance. La voix était restée la même, mais le ton de la jeune fille était à présent beaucoup plus mature et effrayante qu'auparavant. Elle ressemblait à une mère diabolique manipulant son enfant, et même les âmes des morts se figèrent à ses mots.

L'ombre à ses pieds recouvrait à présent tous les murs alentours, et un cercle magique s'étendit sur toute la surface que recouvrait le brouillard. Mélissa s'avança vers son ami et posa sa main sur sa tête, câlinant ses cheveux, comme une récompense bien méritée.


- Puisque nous sommes tous réunis... il est temps... de manger.

Un grand sourire s'étendit sur son visage et d'immenses rangées de dents firent leur apparition dans l'ombre, agencées d'une manière si informe qu'elles ne semblaient jamais avoir fait partie de ce monde. Une vague de tentacules saisirent les âmes des défunts, et les bouches s'ouvrirent.

- Bon appétit.

***

L'assassin apparut en un instant derrière les deux Fangs, juste après son attaque précédente. Il jouait, c'était tellement évident que ça pourrait être insultant, si leur vie à tous n'en dépendait pas. Il disparaissait et réapparaissait autour des deux hommes à l'infini. Illusion, téléportation? Dans tous les cas, il paraissait bel et bien insaisissable. Se figeant devant eux, il disparut à nouveau, et à leur grande surprises, leurs armes glissèrent de leurs mains, se retrouvant en sa possession.

- Allons, allons, il faut plus en prendre soin. De beaux outils comme ceux-ci...

Il les lança alors à pleine vitesse en direction de leur visage, avant de disparaitre. Oh, il n'avait pas vraiment voulu les tuer. Simplement les tester. Les dagues avaient été projetées à la vitesse d'une flèche, et à si courte distance, n'importe quel maitre d'arme serait mort sur le coup.

Mais bon, ils n'étaient pas n'importe quel maître d'armes, non ?


- Jouons. Soit vous me faites tuez le temps, soit... je tue autre chose.

Il disparut alors à nouveau, heurtant à pleine vitesse l'abdomen de l'assassin aux cheveux blancs d'un coup de pied, et tandis que son acolyte tentait de le taillader, il s'éclipsa à nouveau et se retrouva derrière lui, sa main s'abattant dans son dos, prête à l'entailler en diagonale, de haut en bas.




Spoiler:
 


"Les Dieux jouent avec les Hommes.
Moi, je me joue des Dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaffar
avatarBeorc


Messages : 86
Age : 26
Localisation : Tu ne le sais pas mais je suis tout près de toi...
Autre Indication : Ze true dark evil assassin classe qui parle pas !
Groupe : Beorcs

Feuille de personnage
Niveau:
19/20  (19/20)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   Ven 8 Juin - 19:37

- Je suppose que tu ne peux plus le faire.
- Evidemment, à moins de vouloir y passer.
- Dommage...

Les deux assassins s'extirpèrent des décombres dans lesquels ils avaient été projetés sans réellement se presser. Ils savaient qu'un être comme celui qui les avaient expédiés ici attendrait patiemment ce qu'ils lui avaient promis... Enfin, durant un temps raisonnable. Kratos prit le loisir de s'allumer une cigarette avant de reprendre.
- Et même si je le pouvais, tu ne crois tout de même pas qu'il n'a pas déjà assisté à la scène ?
- Oh bien sur que non.

Jaffar fit scintiller la seule lame qui lui restait à la faible lueur environnante avant de la pointer vers le toît où se découpait toujours une silhouette plus noire que la nuit. Chaque parcelle de son corps hurlait à la mort mais seul un sourire carnassier vint trahir ses émotions.
- Mais j'aurais pu le tester à sa pleine mesure...

Le même sourire, plus calme toutefois, s'épanouit sur le visage d’albâtre de son compagnon.
- Il va en tuer un si on reste là.
- Je sais. Un souci avec ça?
- Pas le moindre.
- On y retourne?

Kratos acheva de prendre une bouffée avant d'écraser la cigarette à peine entamée.
- Mais carrément!

***

Les tueurs avaient tranchés la nuit et ses occupants bien des fois mais jamais encore ils n'avaient affrontés quelque chose se rapprochant autant de la Dame qui occupait leur cœur. En un instant, la créature avait disparue et neutralisée le puissant magicien sans que celui-ci ne puisse réagir. Sans se perturber, les deux combattants avaient atteints le toit en un temps record avant que leurs propres armes ne leur soient soustraites.
- Allons, allons, il faut en prendre plus soin. De beaux outils comme ceux-ci...

Les lames avaient sifflés, ni l'un ni l'autre n'avait même songé à tiquer. Les doigts de kratos s'étaient refermés avec une précision experte sur les gardes des dagues noires tandis que Jaffar avait saisi au vol sa dague létale. Le crochet du serpent, lui, avait continué sa course après avoir misérablement raté sa cible.
- Des lames aussi fidèles ne sauraient blesser leurs propriétaires.

Il savait qu'il n'aurait pas du perdre sa précédente lame. Cela lui prendrait plus de temps pour s'adapter au crochet qu'il ne le pensait.
- Poursuivons.

Sa déclaration fut accompagnée d'un magistral décollage de son corps suite à l'impact du pied de son adversaire contre son estomac. Jaffar avait chargé inconsciemment.
*Derrière!*

L'homme n'était pas armé, mais prendre un coup c'était perdre. Il était lent, beaucoup trop lent. Son corps se projeta par pur réflexe, par ce sixième sens qu'un homme tel que lui n'avait pu développer qu'à force de survivre aux situations les plus critiques. Et la main du meurtrier ne fendit que le vide. Le Croc Pourpre avait tenté de reprendre l'avantage mais une poigne ferme et glaciale s'était emparée de son poignet et, d'un mouvement d'une puissance abyssale, l'avait envoyé rejoindre son compagnon d'arme quelques dizaines de mètres plus loin.

***


Rien ne masquait leur approche. Ils étaient aussi à découverts qu'en plein jour, justement car cela ne leur aurait servi à rien de se cacher une perte de temps.
- Coucou on t'as manqué?

Ton jovial, blessures en tout genre, épuisement visible et un coéquipier à moitié désarmé... Mais ce regard. Ce n'était ni de la folie ni de l'assurance, c'était simplement la position de deux hommes passant les meilleurs instants de leur vie. Car en vie, ils l'étaient enfin, ils ne l'étaient qu'en ces moments précis où l'adrénaline décuple toutes les sensations, où le corps a tellement mal qu'il ne ressent plus la douleur, où l'esprit déforme chaque vision.

Les assassins s'élancèrent. Ils n'étaient pas surs de gagner, ils étaient persuadés de ne jamais revoir ceux qu'ils servaient et pourtant... Pourtant...

L'Ombre plongea, le Croc Pourpre s'éleva. Une contre-attaque à peine perceptible les envoya briser les tuiles du toit sous le choc de leurs corps écorchés. Réflexe instinctif de rouler. Le bruit mât d'une lame s'enfonçant aux endroits même où reposaient leur corps à l'instant les persuada de se relever et de charger. Ils étaient parfaits. Le corps de Jaffar était couvert de blessure, celles du torse de Kratos se rouvraient lentement. Leurs mouvements étaient synchronisés comme jamais. Un bref mouvement qui ordonne de plonger à terre pour éviter de finir couper en deux, un saut sur le côté pour pouvoir encaisser de justesse le coup suivant. Les tuiles à nouveau.

Le sang du Croc Pourpre s'échappa de ses lèvres entrouvertes sur un souffle coupé. Un bruit sourd lui indiqua que l'Ombre venait de le rejoindre. L'adrénaline se retirait, la douleur avançait. C'était fini... Ils repartaient, morts parmi les morts.

- On... S'y met...
-...

Les corps s'arc-boutèrent encore une fois, plus faible mais plus fort que jamais. Ils n'étaient plus que des loques sanguinolentes lorsque leurs lames se relevèrent encore. Ils pouvaient perdre... Ils pouvaient se perdre dans la puissance d'un tel adversaire... Mais rien, non rien ne pourrait effacer ce tatouage balafré que tous deux arboraient encore avec fierté. Même le vide abyssal de leurs yeux n'absorbait pas cette ultime noirceur.
- ...
- ...

Les deux hommes s'élancèrent encore. Ils étaient gauche, si faibles par rapport à ce qui les avait poussé auparavant. Ils étaient si faibles... Et pourtant si fort.

Un couteau dans le dos que l'assassin évite de justesse pour se prendre de plein fouet un coup de coude. Il encaisse.. Difficilement et tombe en crachant son sang alors que son compagnon, armé d'une unique lame, charge encore. Assez de cette comédie. Ce bras si chétif par rapport à sa force, il l'attrape et le tord avec force sans pour autant le briser. Pas un éclat de souffrance dans ce regard obscurci par quelque chose de plus sombre encore que l'homme qui le bat.

La lame sombre d'un poignard resplendit dans les pans du vêtement de sa proie. Il ne bouge pas alors que son tortionnaire frappe. Du sang encore... Le sien. Il ne sent ni la douleur ni le poison... Il ne sent plus rien.

Le couteau ripe le long du visage, écorchant l’œil dans un flot de sang sombre, aussi sombre que l'aura des deux hommes se faisant face.

- Prend-le....

Le ton est calme et glacé. Fataliste et résolu. Mais empli d'une conviction à la puissance insurpassable. Une unique lame pour un unique œil, un œil que même le sang dégoulinant du crâne ne parvient pas à masquer. Un œil sans vie, un œil qui appelle à la mort... Qui appelle à la donner.
- Je te le donne.

Dans le dos du monstre noir, les lames d'ébène luisent sans la moindre pitié. Le regard du borgne fait écho au vairon de l'Ombre. Une compréhension mutuelle des Ténèbres de l'âme. Le bras résiste, se gonfle sous l'effort tandis que la lame unique fait volte face au creux de la paume. La lame s'abaisse vers la chair du bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: [Mission] Le visage blessé de l'humanité   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission] Le visage blessé de l'humanité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» peindre simplement visage avec tallarn flesh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Les villages de Criméa
-