AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatarBeorc


Messages : 137

Feuille de personnage
Niveau:
18/60  (18/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Mer 3 Jan - 22:28

Pour une fois, le survivant Sicarius trouva pratique de tousser fréquemment, cela lui permettait de dissimuler sa gêne ou son envie de ne pas s'avancer sur certains sujets. La discussion prenait une tournure étrange, et le shaman avait l'impression de voir des sous-entendus, des suspicions à chaque phrase, des regards en coins...autrement dit, un terrain glissant. Et si Khar'a paraissait, sans surprise de par sa naïveté, peu impliquée dans cette joute de nuances plus ou moins implicite, Blaze en revanche semblait y être particulièrement réceptif, et ne donnait pas l'impression d'être en mesure de la gagner au vu de son misérabilisme avancé.

Tandis que la minette s'accrochait à sa tasse et le rouquin à son assiette, Catô toussa encore, sa gorge le piquant comme il supportait mal les conséquences de leur petit périple dans le brouillard et le froid et mettait à mal ses petits poumons. Cela dit, le mal-aise ambiant et sa santé ne l'empêchaient pas de se soucier de la situation, et de ses compagnons qui l'avaient tiré d'un bien mauvais pas.


"Khar'a est une demoiselle *kof* charmante...je suis ravi d'avoir pu l'aider...enfin, c'est plutôt elle qui m'a porté secours en vérité, je ne sais pas si j'aurais survécu à *kofkof* huff...à cette nuit glaciale sans elle..."

Il n'était pas certain de s'éloigner, ou de s'enfoncer dans les quiproquo et fausses-idées. Après tout, Catô avait voulu rencontrer les Laguz et le peuple, et il était tombé sur une minette adorable en tout point qui avait été une excellence compagne de route, il ne s'imaginait pas vraiment aller...plus loin, et cette seule pensée lui fit monter le rouge aux joues, une sensation oppressante pour son coeur fragile, mais ne savait pas non plus comment désamorcer la situation. Peut-être se faisait-il des idées ? Dans le doute, le sorcier préférait détourner l'attention du sujet.

"C'est bien de sauver le monde...nous espérons tous les deux réussir à changer les mentalités un jour, d'apporter notre petite contribution à un monde meilleur..."

Phrase trop longue. Sa gorge le brûla à nouveau et une quinte de toux plus violente le réduisit au silence, avant qu'il ne parvienne à reprendre son souffle, bien que préférant éviter d'ajouter quoique ce soit pour l'instant pour ne pas relancer la toux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 83
Age : 25
Localisation : Entre Câto et Blaze 'w'
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
29/100  (29/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Jeu 4 Jan - 18:02

La minette était plongée dans la confusion. Plus la discussion se poursuivait, et plus elle se sentait troublée, comme si elle n'était pas certaine de ce qu'elle souhaitait en réalité. Son désir de voir ses deux amis sympathiser se réalisait au delà de toutes ses espérances, et elle se prenait soudain à ne plus le vouloir, à espérer les voir s'éloigner un peu l'un de l'autre, tout simplement car elle avait peur de les voir s'éloigner d'elle. La mine tristoune, incapable de cacher sa gêne et son début de tristesse, elle se contentait de siroter sa tasse de thé tandis que Câto parlait de la manière dont elle l'avait aidé. Khar'a avait l'impression qu'il essayait de dire à Blaze qu'il n'était pas si proche d'elle que cela, et elle l'interprétait de la seule manière possible : Pour elle, Câto se disait libre pour Blaze. Et l'idée lui faisait plus mal qu'elle ne s'y attendait.

...Ses yeux la piquaient, ou alors c'était a cause de la chaleur dégagée par sa tasse de thé ?

Silencieuse, elle la porta à nouveau à ses lèvres et en préleva une nouvelle gorgée, l'occasion de constater que ce n'était pas la boisson qui lui piquait les yeux. Elle était presque vide. Donc, elle avait bel et bien envie de pleurer. Misère... Mais elle ne voulait surtout pas déranger ses deux amis... Après tout, ils avaient le droit d'êtres heureux tout les deux si le cœur leur en disait, qui était-elle pour s'interposer entre deux âmes-sœurs ? Doucement, la Laguz déposa sa tasse vide sur la table et se leva du banc.

" Je... Excusez-moi, je vais prendre un peu l'air... Je ne suis pas très à l'aise là-dedans, c'est très Beorc comme construction vous savez... et... "

Réalisant qu'elle était en train de s'embourber dans ses excuses, elle tourna les talons et se dirigea vers la porte de la taverne pour la franchir d'un pas un peu précipité. Elle était contente... Elle avait réussi à se retenir de pleurer tant qu'elle avait encore été dans la pièce. Mais comme elle était bien trop curieuse, elle devait absolument savoir comment les choses allaient se dérouler entre les deux. Essuyant ses yeux d'un revers de la main, elle s'approcha un peu de la fenêtre de la taverne et s'accroupit devant, laissant juste apparaitre ses yeux au dessus du linteau de cette dernière. Aplatissant ses oreilles sur son crâne et rabattant sa capuche sur sa tête, elle entreprit d'observer ses deux amis restés à l'intérieur, remontant encore régulièrement les mains pour essuyer l'humidité sur ses prunelles.

Elle ne comprenait pas pourquoi elle se sentait aussi triste soudainement, alors qu'elle obtenait ce qu'elle voulait... Pas exactement comme elle l'avait voulu effectivement, mais tout de même, elle n'aurait pas à choisir entre ses amis... Alors pourquoi avait-elle l'impression de perdre quelque chose ?




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 334
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Jeu 4 Jan - 19:21



Malgré son aversion envers lui même et la possibilité qu'il puisse simplement être avec Khar'a, la réalité revenait au galop. Que savait-il de l'amour? Pas grand chose au final. Il fut aimé par sa mère, peut-être comme un camarade, mais jamais par amour venant du cœur. Et s'il ne faisait rien d'autre qu'éprouver du désire plutôt qu'un amour réel? Au lieu de trouver une réponse dans le reflet d'une lame, ce fut le shaman qui la lui fournit : Sa réponse soulevait exactement pourquoi le sentiment de Blaze était pur. Il voulait la rendre heureuse, même à son propre détriment. Catô semblait véritablement quelqu'un de bien, une personne qui méritait l'innocence de la Laguz. Sa gène s'étouffa pour une sentiment doux-amer. Lui qui avait toujours combattue avec une ferveur digne d'un guerrier, qui refusait d'abandonné quitte à tordre au point de rupture, il ne livra pas de combat. Sa décision était prise. Il lâcha sans la moindre violence, ni sursaut, laissant l'image de Khar'a se fondre dans le néant. Ce combat ne se gagne ni à la force, ni à la résilience, mais avec des armes que le bretteur ne maniait pas.

Il fut tout de même surpris de la rougeur des joues de Khar'a et arqua un sourcil d'inquiétude dans cette dernière prit ce qu'on pouvait qualifier de fuite. La dernière fois qu'il l'avait vu dans un état pareil, c'était durant cette nuit... Mais il la comprenait, d'une part, cela l'arrangeait, beaucoup même. Il observa Catô avec un regard plus calme et apaisé qu'avant, comme celui d'un homme qui acceptait la mort, avec grâce et dignité.

"Catô, tu as déjà aimé une femme?" Blaze tourna la tête vers la porte par laquelle Khar'a venait de sortir. "J'aime cette Laguz, vraiment. Je ne souhaite que son bonheur." Cette phrase sembla lever un poids sur son cœur. "Mais son bonheur n'est pas avec moi, je le crois du moins." Levant sa tasse pour prendre une longue gorgée, il soupira de délice. "En revanche, avec toi... Tu es quelqu'un de bien et je sais que tu l'aideras mieux que moi en tout cas."

Soudainement, Blaze fut rattrapé par la réalisation de ces paroles et se retrouva rouge comme une pivoine. Il apporta maladroitement sa main sur l'arrière de son crâne pour se gratter les cheveux d'embarras.

"Enfin... T-tu vois ce que je veux dire. C'est une fille bien, elle mérite mieux que moi. Je dis pas ça pour me prendre en pitié tu sais. Je me dis juste que c'est mieux comme ça." Déstabilisé, il regarda la porte. "Désolé de t'avoir dis cela, je suppose que c'est l'intéressée qui devrait entendre cela... Souhaite moi bonne chance." Il se tenta à un clin d'œil de confiance mais c'était peine perdu. Il se mit à attendre malgré le stress qui le consumait visiblement. Prenant sa tête avec sa main, il souffla longuement pour tenter de se calmer et se leva. La tension le rendait fébrile, telle une corde d'arc avant un tir. Il ouvrit la porte et... rien. Un léger silence tomba alors qu'il refermait la porte, mais ce n'est que dans ce mouvement qu'il remarqua la figure à la fenêtre qui venait certainement d'observer de loin, l'arrêtant dans le geste de façon net.

"K-khar'a? Mais pourquoi t'éloigner si c'est juste pour nous observer de loin?"

Il remarqua en revanche ses yeux rouges malgré la capuche, des marques de larme étouffés tant bien que mal. "Ca ne va pas?" dit-il en se rapprochant, inquiet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 137

Feuille de personnage
Niveau:
18/60  (18/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Sam 6 Jan - 2:17

Catô regarda la situation lui échapper. Il était un savant, un érudit, mais les relations humaines le dépassaient. Et en ce moment, les événements prenaient une tournure étrange, si bien que Khar'a finit par prétexter une excuse douteuse pour s'isoler. Autant le dernier Sicarius eut envie de la retenir et l'empêcher de s'éloigner, autant il préféra se concentrer sur sa tasse et ne rien dire.
Après tout, Khar'a était une brave fille...et il lui avait beaucoup demandé, trop sûrement, depuis leur rencontre. La Laguz espérait un monde meilleur, tout comme le shaman, et depuis le début de l'hiver tous deux avaient essayé de faire de leur mieux, à leur échelle...mais le sorcier savait que la minette n'aimait pas les humains, ni leurs bâtiments. Qu'elle ait accepté de les supporter jusqu'alors était une preuve de plus de son extrême gentillesse, alors il ne pouvait pas lui en vouloir, dans une discussion tendue, de s'échapper dehors.

Cela dit, ça ne l'empêchait pas de se sentir mal. Khar'a fuyait leur compagnie après tout ! Et ça le blessait, car il avait échoué à la...sociabiliser. Sauf que malgré toutes ses connaissances théoriques, le survivant de la famille magique ne savait pas comment agir. La retenir, et lui faire du mal, ou la laisser faire et l'isoler ?
Et puis bientôt Baize. BLAZE MERDE ! Commença à le brain. Au tout début, Catô crut qu'il allait lui parler de femmes, lui demander des avis, des conseils, des récits d'expérience...ce qui ne l'arrangeait vraiment pas, vu que, bien que "populaire" auprès des magiciennes, le Sicarius avait connu quelques jolies dames, mais qu'il n'était pas pour autant un grand tombeur et il craignait ce qu'allait lui demander l'étranger.
Sauf que celui-ci lui parla d'autre chose. Et pendant un instant, Catô se sentit loucher, le cerveau se déconnectant une seconde. Le temps qu'il reprenne plus ou moins conscience, Baize s'excusait et se levait pour rejoindre Khar'a, laissant le shaman seul avec sa tasse, ses doutes, et ses sentiments...et ça le troublait.
Pour lui, Khar'a n'était pas une...partenaire. Une conjointe. Elle était son amie, sa meilleure amie même, prévenante, délicate, attentionnée...la femme la plus adorable qui soit, et ses oreilles n'étaient pas une gêne en soi, ce qui le motivait d'autant plus à agir pour combattre la haine entre Beorcs et Laguz, quand il voyait à quel point ces derniers pouvaient être attentifs au besoin des autres. Sans elle, il serait peut-être mort bêtement de froid. Il l'aimait, c'est vrai. Mais il l'aimait comme on aimerait une soeur...ou presque, car le sorcier refusait de considérer la féline comme sa soeur, après les drames qu'il avait traversé.

Sauf que cet abruti de rouquin, avec ses propres doutes, avait tout chamboulé. Catô aimait la Laguz, oui. Il l'aimait tellement, qu'il n'avait même pas songé un instant à ce qu'il pourrait faire sans elle désormais. Parcourir monts et vaux avec elle, affronter la haine, l'ignorance et le doute avec les nobles armes de la confiance, la connaissance et le courage, à travers le monde entier.
Et si...ça pouvait aller plus loin ? Au-delà encore de leur amitié, de connaître le goût qu'il imaginait sucré de ses lèvres, de découvrir à nouveau la chaleur de son corps, dans de tendres étreintes, d'être plus complices que jamais... Merde ! Il s'imaginait des choses, indignes, ou inacceptables, avec cette délicieuse minette. Après tout, c'était dans la nature humaine de vouloir faire...voilà ! Mais jusqu'à maintenant, Catô n'avait jamais imaginé leur relation sous cet angle, et cette nouvelle perspective compliquait grandement les choses. Amour ou amitié ? Le sorcier n'aurait su trancher...mais dans tous les cas, en effet, il voulait le bonheur de Khar'a, lui aussi pensait qu'elle le méritait.

Par la fenêtre, il les aperçu discuter. Elle, et le rouquin. Il s'imagina leur discussion, l'épéiste lui contant maintes aventures, récits et autres fanfaronnades, essayant de la séduire et la conquérir, plus audacieux que lui, faible et fragile mage sans volonté ni force, et surtout il craignait qu'elle réponde oui. Que la Laguz lui accorde sa main, son coeur, son corps...parce que lui-même n'aurait pas eu le cran de les lui demander.
Misère de misère, qui était-il ce bretteur au rabais, pour tenter de lui ravir sa meilleure amie, qu'importe comment il pouvait la voir, Lui, Catô Sicarius, était un terrible sorcier au pouvoir écrasant. Il l'avait caché, Khar'a elle-même ignorait ce dont il était capable, mais le magicien se savait capable d'ôter la vie en quelques mots. Même de loin ! Ce foutu rouquin en était-il capable lui ? Sûrement pas !
Vidant sa choppe de thé d'un geste sec, Catô se leva à son tour, enfila son manteau, ferma ses boutons pour mieux se couvrir, s'entoura bien le cou et le nez de son écharpe, et alla à son tour les rejoindre à l'extérieur, préférant ne pas les laisser seuls. Ce n'était pas à sa portée de l'admettre, mails il était horriblement jaloux, il avait peur qu'on lui enlève son amie, sa compagne de quotidien, celle qui veillait sur lui, et pour qui il faisait de son mieux pour un monde meilleur.


"Salut, 'racontez quoi de beau ?"

Il jeta un regard noir à Blaze, voulant lui signifier par-là même qu'il était prêt à défendre sa camarade...avant de détourner de lui-même le regard, se sentant ridicule. Merde quoi, voilà qu'il essayait de se lancer dans une joute virile, alors qu'il n'était pas foutu d'aligner dix mots sans tousser...
Sa véhémence stupide douchée aussi sec qu'elle était venue, Catô réalisa que la minette paraissait malheureuse, comme si elle avait pleuré ou qu'elle avait peur...et ça lui faisait mal au coeur de la voir ainsi.


"Ahem...est-ce que tout va bien ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 83
Age : 25
Localisation : Entre Câto et Blaze 'w'
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
29/100  (29/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Sam 6 Jan - 2:41

Et voila. Ce qu'elle craignait allait arriver. Elle les voyaient par la fenêtre, Blaze cherchait ses mots, il était tout rouge... Et Câto semblait troublé lui aussi, laissant croire à la minette que le rouquin avait dévoilé ses sentiments à celui sur lequel elle avait jeté son dévolu. Tout était dit, ses deux amis semblaient plutôt bien réagir, et ils allaient s'éloigner d'elle pour de bon... Les mains tremblantes, elle resserra les pans de sa cape autour d'elle, les oreilles basses a cause de la tristesse et non dans une tentative de se dissimuler. Elle baissa les yeux.

Qu'allait-elle faire toute seule à présent ? Elle ne voulait pas que ses amis la laissent toute seule pour vivre leur idylle... Elle savait que sa volonté était égoïste, mais elle voulait garder les deux garçons pour elle. Elle en était là de ses pensées lorsqu'une voix la fit sursauter, et elle se releva d'un bond pour découvrir Blaze non loin d'elle, visiblement inquiet pour elle. Elle réalisa alors qu'elle avait les yeux humides, et qu'une larme coulait même sur sa joue. Elle l'essuya dans la précipitation en secouant brusquement la tête, se fustigeant intérieurement. Et voila qu'avec son égoïsme, elle gâchait le moment magique qu'avaient partagé ses amis !

- Je... euh... Non, je...

Bafouillant, hésitant, la minette cherchait ses mots pour dire qu'elle allait bien - un parfait mensonge, mais elle espérait qu'il n'insisterait pas - quand Câto débarqua lui aussi, lui demandant lui aussi comment elle allait. Elle craqua. Se précipitant sur ses amis, elle les pris tout les deux dans ses bras et les serra fort, un peu tremblante encore. Elle enfouit son visage entre les bras de ses deux amis.

- Je suis contente que vous vous soyez trouvés ! Mais j'espère juste que votre amour naissant ne vous empêchera pas de penser un peu à moi, de temps en temps...

Elle recula un peu et essuya les larmes qui avaient débordées sur ses joues, étirant ses lèvres en un large sourire visiblement forcé. Elle ne devait absolument pas gâcher ce moment pour les deux garçons. Alors elle pouvait peut-être essayer de leur faire croire qu'elle pleurait de bonheur pour eux ?

- Quoi qu'il en soit, je vous souhaites d'être heureux tous les deux..!

Elle... ne tiendrait pas la comédie plus longtemps. Elle se retourna brusquement pour cacher la tristesse qui envahissait ses traits et se vouta, sanglotant silencieusement. Pourquoi elle se sentait aussi déçue ? Pourquoi elle avait l'impression de perdre quelque chose d'important ?




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 334
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Sam 6 Jan - 3:17



En soit, le bretteur était assez nouveau devant le jeu des émotions. Certes, il avait hérité de la sensibilité des Laguzs, lui conférant une bonne capacité de réception à ces dernières, mais pas forcement d'analyse... Tout d'abord, il fut surprit au point d'en sursauter que Catô l'avait suivi. Pourquoi? Croyait-il qu'il avait fait un mouvement fourbe pour gagner un coup d'avance sur l'objet de leurs désirs? Si le Marqué possédait des oreilles de Loup, ces dernières seraient plaqués au plus bas en signe de soumission. Comme il l'avait accepté, il avait perdu ce duel avant même qu'il commence. Que voulait-il de plus, l'humilier pour assoir son autorité sur Khar'a? Cela non, Blaze s'y refusa si farouchement que son regard pouvait glacer n'importe quelle âme sensible. Un épéiste telle que lui acceptait de plier l'échine, pas de battre en retraite comme un fuyard. Il reprit une posture d'assurance physique qui démontra l'évidente disparité entre les deux hommes.

Toutefois, quant-il s'aperçu de l'état de Khar'a, sa réaction entra dans une synchronisation presque intime avec la sienne. La Laguz était visiblement en détresse et pas pour les bonnes raisons. Sur ce point, l'animosité que Blaze ressentait il y a quelques secondes s'évanouit en une volonté d'aide. Mais rien, non, même pas la Mort pouvait le préparer à la réponse de Laguz. Priez pour les déesses afin que le bretteur ait la capacité d'absorber un tel choc...

Lui? Aimé ce mage? Mais par toutes les lois que le bretteur avait appris depuis sa naissance, une telle idée relevait de l'hérésie!!! "Moi? A-avec lui? Non! Je veux dire q-que... Je t'aime Khar'a et..."
Le choc fut trop rude, le secret qu'il venait de dire et la vision que Khar'a avait de lui était simplement trop pour l'esprit bestial du Marqué. Ce dernier se tint la tête, prit d'une migraine assez rude pour lui infliger un silence lourd. "Je veux dire que tu devrais être avec lui, p-pas moi! C-c'est..."



Le flot d'émotion, combiné à la fatigue de hier, la fragilité après avoir retrouvé la seule personne pour qui il était prêt à lâcher son épée, lui infligea un KO sans condition. Blaze s'écroula doucement en arrière, incapable de formuler toute pensée ou même d'agir tant le stress était fort. Sans se rendre compte, il allait tomber sur le mage qu'il avait porté hier. Peut-être son opportunité de se racheter, mais n'y comptons pas. Les deux hommes étaient visiblement prit dans un quiproquos si brutal qu'il en subissait des conséquences terribles... Dans un "plaf" assez caractéristique, il s'écroula sans force au sol. Fort heureusement, aucun dégât majeur si ce n'était une inconscience. Vraiment, quelle lopette, mais il était important de comprendre que ces sentiments avaient eu le temps de se renforcer, de se nourrir pendant une année entière. Cela pouvait expliquer à quel point ce genre d'interaction pouvait infliger un tel stress à Blaze...
Il restait qu'il était étendu au sol avec ses pensées revenant peu à peu vers lui. Tout ce qu'il espérait, c'était qu'une fois réveillé, Catô serait avec Khar'a. Aussi amer que cette vision soit, le bretteur était convaincu que cela était la meilleur option pour son bonheur à elle. Cela montrait l'étendu de son dévouement envers la jeune Laguz... Mais putain personne ne pouvait l'attraper!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 137

Feuille de personnage
Niveau:
18/60  (18/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Ven 12 Jan - 10:43

Le shaman avait la triste impression d'avoir mis les pieds où il n'aurait pas dû. Baize...ho et puis merde hein, Truc paraissait être à la fois sur la défensive et en train d'essayer de s'effacer, tandis que Khar'a se jeter à leur cou à tous les deux, semblant sur le point de fondre en larmes. Mais qu'est-ce que c'était encore ce zouf ?
Et l'explication fournie par la minette n'aida pas vraiment le magicien en vérité, qui resta interdit quelques instants, son cerveau dépassé par les événements s'étant à nouveau débranché, trouvant que c'était trop d'un coup alors qu'il refaisait à peine le lien après les révélations du rouquin.
Et à tout bien réfléchir, ça aurait mieux valu qu'il fasse le mort finalement, se dit Catô quand il analysa enfin la teneur des propos de la Laguz, si incongrus qu'il lui fallut du temps pour bien les décortiquer et comprendre le bordel qui se passait dans sa petite caboche de mangeuse de souris.

Il se pinça l'arête du nez, tandis que l'épéiste semblait aussi perturbé que lui. Il commença à bafouiller, visiblement déchiré entre des sentiments contraires et une improbabilité maximale, et incapable de gérer cette tension aussi soudaine qu'extrême, opta pour le niveau supérieur du débranchement cérébral et perdit tout bonnement connaissance, alors que Khar'a essayait de cacher ses sanglots.
Sincère et innocente jusque dans sa connerie, songea le sorcier qui commença à se masser les tempes, une migraine le saisissant, en même temps qu'il regardait le rouquin écroulé par terre. Eux-deux ensemble ? Ca, ça risquait pas. Rien que le concept était...tordu. De par son fonctionnement mental, son naturel et ses résolutions, Catô Sicarius était du genre ouvert d'esprit, prêt à accepter beaucoup de choses, même incongrues. Mais entre deux hommes, ça soulevait beaucoup de questions et de conflits internes, comme par exemple...
...ouais, non, les questions sur "comment ils..." on va éviter, il préfère ne pas savoir et surtout ne pas l'imaginer. Il a déjà vu suffisamment d'horreurs comme ça, en revanche, "pourquoi ça serait mal" était une question qui piquait, car il n'avait pas de réponse satisfaisante à fournir, mais elle le mettait mal à l'aise.
En parlant de piquer, l'air glacé lui gratta la gorge et il se mit à tousser. S'il mettait son cerveau en éruption ici, il allait y rester.

Le shaman soupira et laissa ses bras retomber le long de son corps en regardant le bretteur-carpette, puis Khar'a, d'un air las. Il y avait trop de points à gérer en même temps, trop de points complexes en plus. Un triangle amoureux, une histoire de coeur incertaine qui ne faisait que se révéler, les désirs naturels de tout être, un nouveau point de vue sur la vie et la sexualité...il avait besoin de temps et de repos pour traiter tout ça d'un coup.
Ses frêles épaules s'avachirent un peu plus avec un soupir plus profond, puis il releva le col de son manteau et tourna les talons pour retourner dans l'auberge. Quitte à faire une apoplexie, autant le faire au chaud.


"J'suis trop fatigué pour ces conneries..."

Il abandonna là Khar'a, le beau au bois dormant, et les énigmes tordues qu'ils trimballaient avec eux pour retourner à l'intérieur en commençant à marmonner des protocoles de rituels et des formules magiques pour se concentrer sur autre chose, une petite habitude qu'il avait prise durant ses études pour rester focalisé sur la magie sans se laisser distraire. Il signala à l'aubergiste que son copain le rouquin s'était évanoui, et lui demanda s'il pouvait faire quelque chose pour lui, histoire de pas abandonner ces deux idiots dans le froid, puis ramassa sa tasse de thé et retourna dans la chambre pour entreprendre de le finir au calme, sentant que toute cette histoire lui causait des chutes de tension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 83
Age : 25
Localisation : Entre Câto et Blaze 'w'
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
29/100  (29/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Sam 13 Jan - 15:55


Les choses... avaient évoluées étrangement. Alors qu'elle essayait de cacher sa peine tant bien que mal, Blaze avait tenu des propos incohérents avant de tomber dans les pommes,, puis Câto avait finit par tourner les talons après une remarque fatiguée et une quinte de toux. Il était malade, il avait probablement besoin de rentrer a l'intérieur se réchauffer... En revanche, la réaction de Blaze la troublait plus.

Il ne pouvait pas être amoureux d'elle, puisqu'il aimait déjà Câto. Ou alors il ne l'aimait pas, et elle s'était imaginé des choses ? Mais ce n'était pas possible, elle avait vu leurs regards gênés, et elle avait même assisté a leur déclaration, même si elle n'avait pas entendu les mots... Si la minette avait beaucoup de mal a assimiler la déclaration de Blaze, elle devait cependant admettre que le doute n'était plus possible à présent. Il lui avait fait sa déclaration, avant de lui dire qu'elle aurait dû être avec Câto... Quoi ?

Bon, pause ! Les choses devenaient bien trop compliquées pour elle... Plongée dans ses réflexions chaotiques, elle regarda l'aubergiste qui sortait de son établissement pour prendre Blaze dans ses bras et le ramener a l'intérieur, sans pour autant déceler l'étrange tendresse dans les gestes du commerçant ou son air attendri. Mécaniquement Khar'a suivit le reste du groupe a l'intérieur, ou il faisait décidément meilleur, et retourna s'asseoir à sa place tandis que l'aubergiste montait pour installer Blaze dans sa chambre le temps qu'il se remette.

Blaze était donc amoureux d'elle, et non de Câto, et il disait qu'elle devrait d'ailleurs aller avec le mage... Pourquoi elle se retrouvait le centre de l'attention comme ça ? Est-ce que Câto était amoureux d'elle au moins ? Et elle, que ressentait-elle pour les deux garçons ? Elle savait qu'elle les aimait beaucoup, mais de là à les aimer tout court... Et puis surtout, lequel préférait-elle ? L'air très concentrée, la minette s'était ressaisie de sa tasse de thé vide et passait son doigt sur le bord de la tasse, essayant de mettre un peu d'ordre dans ses pensées.

- Bon, on reprend dans l'ordre.

Peut-être que verbaliser le quiproquo l'aiderait à mieux le saisir ? Mais pas à côté de Câto... Elle ne voulait pas encore l'agacer, ou risquer de le faire tomber dans les pommes lui aussi, alors elle se releva et monta à son tour pour rejoindre la 2eme chambre - celle où Blaze ne serait pas installé - pour se rouler en boule sur le matelas.

- Posons comme ça : Blaze est amoureux de moi, je sais pas pourquoi mais on dirait qu'il l'est. Câto je sais pas, mais Blaze dit que je dois aller avec lui. Mais c'est bizarre, parce-que s'il m'aime, il devrait pas vouloir être avec moi ?

PAF, premier problème. Khar'a se prit la tête entre les mains et massa ses tempes quelques secondes, forçant son esprit à aller de l'avant et à ne pas rester bloqué sur cette question. Une conversation allait s'imposer, mais elle devait d'abord se mettre au point sur ce qu'elle ressentait elle-même. Sinon ça allait encore être tout embrouillé.

- Est-ce que j'aime Blaze ? Ou Câto ? Ou les deux ? Ce serait bizarre quand-même... Ou alors aucun ?

Alors même qu'elle formulait cette dernière hypothèse, elle sut qu'elle était fausse. Car en imaginant ne pas les aimer, elle repensa à l'angoisse qu'elle avait ressenti un peu plus tôt, lorsqu'elle avait cru les perdre. Même à l'égard de sa mère, elle n'avait jamais ressenti cela. Lorsqu'elle était partie de chez elle, elle avait eu le coeur lourd, mais c'avait été sans regret. Là... Elle ne s'imaginait même plus se séparer des deux garçons. Certes, elle avait fréquenté Câto plus longtemps  que Blaze, mais ce qu'elle avait partagé avec ce dernier au bord de la cascade, la manière dont il l'avait aidée à surmonter son traumatisme, tout cela comptait aussi... Et elle avait été très heureuse de le revoir. Plus que ce à quoi elle s'était attendu. Et à présent, elle voulait que les deux restent avec elle et continuent à voyager à ses cotés. Donc, elle les aimait. Mais lequel aimait-elle le plus ?

La minette se redressa et souffla un grand coup. Mise en situation. L'imagination fertile de la danseuse monta dans son esprit deux situations.

Si Câto devait partir et qu'elle se retrouvait seule avec Blaze ? Les larmes lui montèrent à nouveau aux yeux. Inenvisageable, elle aurait trop mal au cœur. Elle aimait beaucoup le mage, et si elle l'avait beaucoup aidé durant l'hiver à surmonter sa mauvaise condition physique, il le lui avait bien rendu en l'aidant à s'acclimater au monde des Beorcs, qu'elle comprenait de mieux en mieux. Et puis elle repensait à toutes leurs soirées au coin du feu, les histoires, vraies ou non, qu'ils se racontaient, des nuits glaciales ou ils s'étaient roulés en boule l'un contre l'autre pour se tenir chaud... Non, elle aimait trop Câto pour le voir partir. Elle voulait qu'il reste avec elle avec une force qui l'étonnait elle-même.

Alors si c'était Blaze qui s'en allait ? Ses sanglots, qui s'étaient un peu calmés, repartirent de plus belle. Tout autant hors de question. Elle n'avait partagé que peu de choses avec Blaze, mais des choses intenses. Il avait été le témoin de sa danse silencieuse, expression de sa profonde douleur et de son apaisement après qu'elle ait ôté pour la première et unique fois la vie à un être humain, et il avait parlé avec elle, pansé les plaies de son cœur et l'avait aidée à aller de l'avant. Sans Blaze, elle n'aurais sans doute pas été aussi sereine qu'elle ne l'était aujourd'hui. Il avait été en mauvais état lui aussi, mais il avait tout de même eu cette attention pour elle. Et lorsqu'ils s'étaient retrouvés, il lui avait prouvé ne pas l'avoir oubliée avec la statuette de bois qu'il lui avait offerte. Il était touchant.

- Me voila bien avancée...

Elle se laissa retomber sur le dos et roula en feulant pendant quelques secondes, la tête entre les mains et les pieds en l'air. Que faire, que faire ? Elle réalisait a peine qu'elle éprouvait des sentiments pour eux, elle n'avait pas eu le temps de les laisser se développer qu'elle devait déjà choisir entre les deux ! C'était trop tôt... Elle aurait aimé avoir du temps pour se familiariser avec cette situation, laisser son cœur trouver ses marques, mais il était trop tard... Blaze avait fait sa déclaration, mais pas Câto, ce qui compliquait encore les choses. S'il n'était pas amoureux d'elle, que ferait-elle ? La perspective la faisait souffrir, confirmant encore s'il le fallait qu'elle éprouvait des sentiments forts pour le mage noir.

Finalement, la danseuse s'immobilisa sur le lit, les mains sur ses oreilles de chats. Elle ne pourrait rien décider toute seule de toute manière, il fallait qu'elle en parle avec Câto et Blaze. Mais au moins, elle savait une chose : Elle ne voulait en voir aucun partir loin d'elle. Le reste, elle ne pourrait pas le décider toute seule... Elle essuya ses larmes avec les draps du lit, puis sortit de la chambre pour retrouver la salle commune.

Elle s'était absentée une bonne quinzaine de minutes.

Reprenant sa place à la table que le petit groupe s'était appropriée en se levant, elle jeta un regard en coin à Câto et rougit violemment avant de baisser à nouveau les yeux. La situation était encore plus embarrassante qu'avant.

- Je crois... Qu'on devrait parler un peu... euh... Quand Blaze se sera réveillé, dit-elle d'une toute petite voix avant de se recroqueviller un peu sur sa chaise.

Dans une vaine tentative de chasser son malaise, elle prit le bout de l'une de ses tresses entre les dents et la mordilla anxieusement.




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 334
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Dim 14 Jan - 23:03



L’inconscience avait du bon : C’est le parfait moyen de se retirer d’une conversation difficile. Même si le bretteur préfère en général ne pas tomber dans les pommes, ce fut un des rares moments où cela lui épargnait pour le moment une tâche des moins aisés. Ce repos fut toutefois de courte durée, après quelques minutes à peine remonté dans son lit, Blaze retrouva ses esprits doucement. Une honte sans nom l’envahit, le faisant rougir jusqu’à presque gémir de gêne tant il avait du mal à réaliser qu’il était, juste après une déclaration, tombé raide comme un balai. Tu parles d’une romance…

 
Il retrouva en revanche rapidement sa hargne et son calme. Il avait accompli le plus difficile et cela l’avait libéré d’un énorme poids. Ses pensées semblaient plus claires, plus simples.  Même si la perspective de devoir s’expliquer n’était pas très rassurante, le Marqué profita de cet instant seul pour réfléchir longuement à son raisonnement qui l’avait amené à dire cela. Un simple regard sur ses épées au sol lui rappela l’argument principale. Ce Catô était visiblement quelqu’un de bien et de responsable. Lui ? …
 

Blaze descendit avec une démarche un peu vague, preuve de sa récente récupération. Il s’essaya à un sourire qui fut cette fois plus convaincant. Catô semblait tout aussi troublé que Khar’a qui jouait avec sa tresse nerveusement. Résultat de ses maladresses. Il avait provoqué un beau merdier en vérité, ah la finesse légendaire des Laguzs, si seulement il avait hérité du tact de sa mère. Alas, il devait se montrer franc, droit et honnête, des qualités de Laguzs encore. Une fois sa place prise, il poussa un long soupir, tous les regards étaient tournés vers lui et cette pression supplémentaire ne l’aidait pas. Blaze prit doucement la parole avec calme et décontraction, cherchant véritablement à détendre l’atmosphère en affichant sa nouvelle aisance.

 
« Désolé pour tout à l’heure, c’était… un coup de sang disons. Mais, vous méritez des explications, tout les deux… »

Il toussa un grand coup en mettant son poing devant la bouche. Son regard s’assombrit et il sembla plus sérieux.

« Ce que j’ai dis est… vrai. Et cela dès que l’on s’est rencontré Khar’a. Mais je sais que, dans le fond, je ne suis pas celui qui te rendrait heureux. » Il baissa le regard, perdu dans d’horribles images de sang et de mort. « Je suis un épéiste, rien de plus qu’un meurtrier glorifié. J’ai pris trop de vie et infligé trop de souffrance pour me permettre de penser à… ça. » Difficile de ne pas comprendre avec le contexte de son regard fuyant devant Khar’a. « Je passe aussi le fait que je sois un Marqué mais, je sais que même si j’essayais de toutes mes forces, je n’arriverais pas à me détourner de l’épée. C’est ma vie, mon héritage et ma mort certainement. » Il ponctua d’un léger rire la fin de sa phrase. « C’est pour cela que Catô est… déjà plus réaliste. Certes, ça serait de l’hypocrisie de dire que je ne suis pas un peu jaloux, mais c’est de bonne guerre. Désolé de t’impliquer dans tout cela Catô… Tu es quelqu’un de bon et tu es le seul Beorc qui arrive à approcher Khar’a sans la faire déguerpir, c’est une franche réussite ! » Son sourire innocent était un peu pâle. « Tout cela pour dire que… J’ai provoqué un magnifique quiproquo avec ces conneries et que la version simple est : J’aime Khar’a, mais je suis un épéiste passionné qui suit une route toute aussi dangereuse, ce qui va à l’encontre de ce que Khar’a cherche à protéger… »
 
Cette conclusion avait le mérite d’être une bon récapitulatif de son raisonnement. Blaze se savait passionné par l’épée et que celle-ci l’accompagnera encore de nombreuses années. Même si son amour pour Khar’a était d’une force incommensurable, on ne pouvait pas lui retirer purement et simplement ce qui le fait vivre. Il se contrôlerait pendant un temps jusqu’à ne plus pouvoir y tenir et repartir sur les routes, laissant la lame le guider sur la voie. Cela le rendait naturellement incompatible avec les idéaux de paix de Khar’a. Bien que totalement en accord avec, l’art de l’épée reste une profession meurtrière, ce qui éventuellement apportera l’effet inverse de participer à cette fameuse paix. Peut-être qu’il pourrait l’aider tant que les combats seront présents, mais une fois la paix achevée…

Blaze apporta doucement le thé désormais froid à ses lèvres et sembla détendu au possible. Vider son sac avait véritablement un effet libérateur. Désormais c’était à lui d’entendre la vision de Khar’a et certainement un coup de bâton de Catô. Le pauvre ne lui a jamais rien demandé, sans cette conversation, sa vie avec la Laguz aurait été certainement encore tranquille. Il avait perturbé à jamais cet équilibre, comme le vent du désert qui soulève les tempêtes. Tout du moins, le Marqué d’Hatary était libéré d’un véritable poids. Son âme était à nouveau libre et même si son cœur en souffrirait un jour ou l’autre, c’est pour le mieux d’apprendre à laisser derrière ces blessures…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 137

Feuille de personnage
Niveau:
18/60  (18/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Mar 16 Jan - 11:49

A l'abri de la chambre, avec pour seule compagnie ses pensées et le reste de son thé refroidissant, Catô profita de la quiétude momentanée pour essayer de restructurer les derniers événements et d'analyser ses sentiments, ses espérances...
Il avait du mal à considérer la situation comme un triangle amoureux, mais l'image était appropriée. Blaze convoitait Khar'a, sans oser essayer de la prendre. Ahem. De son côté, la Laguz avait simplement envie de rester avec ceux qu'elle aimait, comme amis ou comme amants, et pour Catô c'était plus compliqué. Avec sa fragile constitution, et le but qu'il s'était fixé, il ne s'était jamais donné la peine d'imaginer fonder une famille, encore moins avec son amie à grandes oreilles qui partageait assez ses rêves de monde meilleur.
Bien qu'il sache apprécier les charmes féminins, et qu'il ne puisse nier que ses yeux avaient tendance à plonger dans les décolletés un peu trop aguicheurs, le survivant Sicarius était quelqu'un de posé et de doux, qui savait se contenter de ce qu'il avait...et sa petite vie tranquille avec Khar'a, malgré le chaos qui grignotait peu à peu le continent, lui convenait parfaitement.
Il sirotait de temps en temps sa tasse, se levant parfois pour faire les cent pas avant de se rasseoir en toussant. De la même façon, le sorcier ne pouvait nier que la Laguz lui plaisait. Au delà de sa petite frimousse toute mignonne, elle était une compagne des plus agréables. Innocente et curieuse, généreuse et drôle, prévenante et courageuse...en gros, une amie idéale. Et de ce fait, une partenaire idéale.

Ne parvenant pas à démêler la complexité des sentiments et des projets tout ce qu'il a de plus humain, le Shaman finit par retourner dans la salle principale quand il eut finit sa tasse, demandant du rab' de thé, ayant besoin de boire quelque chose de chaud, puis reprit sa place à la table.
Il resserrait son écharpe autour de son cou, tandis que Khar'a revenait, visiblement troublée au possible. Empathique, l'adepte des arts sombres devinait assez facilement à quel point la pauvre Laguz était perturbée. Lui n'avait qu'à déterminer s'il la voulait sous sa couverture uniquement pour l'hiver, ou même l'été. Elle avait à faire le même choix mais vis à vis de deux amis.
Second ami d'ailleurs qui arriva peu après, visiblement un peu retapé par son "sommeil" prématuré, et qui paraissait déterminé à expliquer plus en détail le bouzin. Respectueux de son désir d'exprimer ses sentiments, d'exorciser ses peurs en les verbalisant Catô garda le silence tandis que B...le rouquin vidait son sac.
Il tiqua à plusieurs reprises, fronçant les sourcils quand il parla de prendre des vies, des horreurs commises, mais aussi quand il le mentionna. Le shaman se massa les tempes alors que l'épéiste essayait d'adoucir le climat, de s'excuser...d'un peu tout en fait. Il le jugeait sans vraiment le connaître, même favorablement, et en jetant un coup d'oeil à Khar'a, le sorcier se dit qu'il n'était pas difficile de se faire une idée de son caractère.
Brièvement, le Sicarius releva que le bretteur était un Marqué. Ce qui était assez ironique, et fascinant. Cela faisait du petit groupe un genre de mini-ambassade avec chaque race représentée. De plus, dans l'éventualité que lui et Khar'a...voilà, les Marqués seraient le résultat. Toutefois, malgré sa curiosité sur le sujet, Catô préféra laisser ses questions de côtés pour une situation plus appropriée, et soupira en se frottant les yeux.


"Tu te prends beaucoup trop la tête, Bai...Bluze...j'y arriverais jamais... Enfin. Je rappelle que je suis shaman, ami Marqué. Je ne sais pas si tu es familier du concept, des fondamentaux des arts noirs mais..."

Il toussa, les phrases trop longues étant difficiles à formuler pour ses poumons fragiles, mais il profita de cette pause forcée pour jeter un coup d'oeil à la Laguz. Son espèce considérait la magie avec méfiance, voire crainte...mieux valait éviter d'expliciter ce en quoi consistaient ses études auprès de la timide et délicate chatte.

"Se morfondre sur ses erreurs n'aidera jamais personne. Si tu regrettes ce que tu as fait, si tu revois chaque jour, chaque nuit, le visage de ceux à qui tu as volé la vie *kofkof* ...alors bats toi pour eux aussi... C'est humain de faire une erreur...*kof* mais c'est à nous seuls d'en tirer une leçon, de grandir..."

Un frisson l'envahit. Encore épuisé de la veille, les derniers événements le chamboulaient et mettaient à mal son corps fragile. Un vertige l'étourdit quelques instants, et il prit une petite gorgée, prudente, de thé chaud. Appréciant la sensation chaude qui coula jusqu'à son estomac.

"Quant à moi et Khar'a... le shaman marqua un arrêt, essayant de reprendre ses esprits, puis secoua la tête "Je ne sais pas. Je ne m'étais jamais posé la question...car je n'avais jamais eu à le faire. Je l'aime, je l'adore même...elle est la plus adorable personne...que j'ai jamais rencontré. Grâce à elle, aux gens...qu'elle rassemble autour d'elle...j'ai envie de croire que le monde peut devenir meilleur, pour chacune de nos espèces..."

Sa tension chutant brutalement, le shaman posa les coudes sur la table tandis qu'il fermait les yeux quand sa vision se brouilla. Sa respiration ralentissant, il commença à pencher la tête en avant, lentement, les oreilles sifflantes.
Il resta quelques secondes ainsi, sans plus bouger, puis doucement il se massa le front. Puis le sorcier inspira profondément pour bien s'oxygéner et rouvrit les yeux en relevant un peu a tête. Il voulait avoir l'air assuré, mais avait du mal à ne pas se laisser écrouler par terre pour piquer un somme.


"La route qu'on a choisi sera longue...difficile...mais cela importe peu dit-il d'une voix lente on a souffert, nous aussi... Comme tout le monde, et c'est pour ça...qu'on changer les choses, en mieux, pour tous..."

Il serra ses paumes autour de sa tasse, appréciant sa chaleur, et reprit une gorgée thé. Le parfum des plantes dans l'eau chaude faisait du bien, à chaque fois qu'il le respirait.

" Si tu regrette tes actes les moins nobles...que tu veux le meilleur pour tes proches...c'est que toi aussi, tu veux un monde meilleur. Plus juste. Et pour ça, on va avoir besoin de ton épée...car tu peux faire des choses que ni moi, ni elle ne pouvons faire..."

Face à un grand combat, il fallait beaucoup de moyens, d'armes, et savoir toutes les exploiter. Quand il ne manquait pas de s'évanouir à cause d'un courant d'air, Catô pensait être capable de fournir la réflexion et le recul. Khar'a elle, pouvait apporter l'espoir, la tolérance face aux différences et à la peur, mais il leur manquait encore la vigueur, et l'action lorsqu'elle deviendrait nécessaire.
Car le shaman ne se faisait pas d'illusion, les mots ne suffiront pas toujours. Et s'il fallait se battre un jour pour défendre leur cause, sans un guerrier à leurs côtés, leurs rêves s'effondreront dans la boue avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 83
Age : 25
Localisation : Entre Câto et Blaze 'w'
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
29/100  (29/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Jeu 18 Jan - 20:46

Bon, et bien le moment était venu pour les uns et les autres de vider leurs sacs... Khar'a écoutait ses amis exposer des faits, Blaze son amour pour elle ainsi que son assurance que Câto serait mieux pour elle, et Câto qui ne confirmait pas réellement qu'il était amoureux d'elle... Il disait l'aimer, l'adorer, et il enchainait sur leurs idéaux communs, si bien que la demoiselle se demanda s'il ne la considérait pas plus comme une petite sœur que comme une possible compagne... Bizarrement, cette perspective ne l'enchantait pas réellement.

La minette n'était pas plus avancée que cela, et elle ne faisait pas non plus attention aux émotions qu'elle laissait transparaitre, si bien qu'on pouvait voir sur son visage des expressions tel que le trouble ou la déception se succéder aussi facilement que l'on voyait le nez au milieu de la figure. En proie a des émotions trop fortes pour elle, la minette ramena ses bras contre elle pour les serrer contre sa poitrine, légèrement tremblante. Et puis dans l'histoire, il y avait également quelque chose qui la dérangeait dans ce qu'avait dit Blaze, et qu'elle se sentait plus à même de gérer. Comme beaucoup, lorsqu'elle était troublée aussi profondément, elle reportait son attention sur un sujet qui lui permettrait de se décharger un peu. Et c'est ainsi que...

- ...Tu as pensé a me demander ce que j'en pensais, moi ?

Elle releva son regard rubis vers le bretteur, la mine contrariée. La pointe de ses oreilles remuait nerveusement et elle observa une pause de quelques secondes avant de reprendre la parole, histoire de s'assurer qu'elle avait bien l'attention de tout le monde.

- Je veux dire, tu dis que Câto serait mieux pour moi, mais tu ne prend même pas la peine de nous demander ce qu'on en pense pour commencer ! Crétin...

Sa voix tremblait légèrement, et se brisa même sur ce dernier mot. Elle était au bord de la crise de nerfs. Elle était bien incapable de supporter une telle tension... Pas qu'elle ait eu une vie toute rose non plus, mais c'était rare que cela touche ses sentiments d'aussi près et elle n'était pas prête, d'autant qu'elle n'était pas certaine de ce qu'elle ressentait elle-même. D'ailleurs, elle avait violemment rougit lorsqu'elle avait parlé de l'hypothétique couple qu'elle pourrait former avec le shaman. Elle attrapa la pointe de sa tresse et la mâchouilla nerveusement.

- Et puis de toute manière... On est que amis avec Câto... On a un but commun, et puis voila...

Chacune de ses paroles lui donnait l'impression de s'arracher la gorge. Peut-être qu'elle était simplement trop troublée et qu'elle s'imaginait ressentir des choses, ou peut-être qu'elle s'en persuadait sans s'en rendre compte suite aux insinuations de Blaze ? Quoi qu'il en soit, elle avait l'impression de mentir lorsqu'elle disait cela sur Câto et elle, et cela se voyait à nouveau de manière flagrante. Elle détournait les yeux, hésitait, cherchait ses mots...

- Et puis... c'est vrai que je l'aime bien, mais... Enfin voila quoi... Je sais pas...

Son regard passait de l'un a l'autre comme à la recherche d'un soutien. Son regard se fixa à nouveau sur Blaze, et elle mâchouilla de plus belle le bout de sa tresse.

- Après tout je t'aime bien aussi, alors... Ça va être compliqué... De toute manière, si ça devait arriver comme ça, je pourrais pas choisir entre vous deux, alors...

C'est biiiien Khar'a, si tu veux les embrouiller, continue comme ça, tu va faire un malheur. Gênée, ayant même un peu honte de s'être confiée comme ça, elle baissa les yeux et fixa résolument un nœud dans le bois de la table, laissant le silence s'installer à nouveau. Misère de misère...




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 334
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Mer 24 Jan - 0:25



C’était une habitude ou quoi ? Catô semblait vraiment avoir du mal avec son prénom et cela commençait à l’exacerber. Il gonfla les joues comme un enfant mécontent en le regardant pour montrer son… mécontentement. Mais à la mention des arts obscurs, il hocha la tête. Notre Marqué était assez familier avec la magie et ses concepts par sa maitrise totale de la langue ancienne à l’oral. Si les mots des prêtres relevaient de la foi et ceux des mages de l’harmonie. Ceux des mages noirs étaient… Mieux valait ne pas s’étendre sur la question.


La lecture qu’il reçut était de bonne volonté, mais le caressa dans le mauvais sens. Effectivement, Blaze était très bien placé pour confirmer ce que ce shaman lui disait, peut-être assez pour s’en retrouver offensé. C’est ça la sensation de subir une leçon ? Le bretteur se promit de ne plus jamais faire de lecture à qui que ce soit. Malgré tout, il ne pouvait qu’agréer aux paroles sages de Catô. Même ensanglantée, sa lame pouvait encore briller par son objectif. Toutefois, la conversation prit la direction de Khar’a à nouveau et s’il n’était pas si novice dans le monde du cœur, il dirait que Catô est effectivement plus dans une amitié qu’un amour fou comme lui. Mais surtout, ils étaient sur la même longueur d’onde par rapport au projet de la Laguz. Il est possible de forger un monde meilleur où tout le monde s’entend.

La lecture continua, mais l’état déplorable du mage l’incita à se montrer plus clément. S’il avait déjà considéré encore et encore les questions du shaman, la permanente remise en question est l’unique façon d’avancer dans ce monde. Un long soupir lui échappa, heureux que cette lecture sur lui était fini. Il semblerait que dans son discours, Blaze avait oublier de mentionner qu’il ne regrettait pas ses gestes, ni ses décisions, mais qu’il les trouvait simplement incompatible avec les vœux de paix. Oh certes, de nombreuses vies innocentes étaient aussi sur son compte, une nécessité pour qu’il survive lui-même. Il avait appris à vivre avec, tout simplement. Il vient un temps où le détachement devient une arme contre les tourments des morts.

Un sursaut le secoua quand la voix de la Laguz s’éleva. Le plus dur était donc à venir. Sa tête tourna doucement vers elle, une certaine appréhension le guidant. Le ton de la première phrase suffisait déjà à faire comprendre que cela n’allait pas être agréable pour les 3 compagnons. La mine contrariée, les yeux dans les yeux, cela ne fit que rappeler au bretteur à quel point il aimait cette Laguz, mais aussi qu’il venait de la blesser. Une conséquence à laquelle il s’était préparé, du moins, c’est ce qu’il pensait. Rien ne vous blesse plus que le regard déçu de la personne pour qui vous avez le plus d’estime. La suite de la phrase enfonça le clou, le fils du désert baissa la tête, honteux et sans réponse. Il pensait qu’il saurait accuser le coup, mais cela était si difficile…

Il ne fallut pas longtemps pour se rendre compte que Khar’a avait des sentiments équivalents pour les deux hommes. Son honnête du moins avait éclaircit la situation pour le bretteur qui comprenait peut-être un peu mieux le dilemme. Que faire quand on ne veut pas blesser ni l’un ni l’autre, qu’on aime les deux ? L’épéiste soupira et brisa le silence. S’il devait se prouver, c’était maintenant.


« Eh bien, on n’y peut rien je suppose. Désolé de t’infliger ça, ce n’était pas mon but tu sais. Mais calme toi, tu n’as pas à choisir. »
Blaze reprit un sourire confiant, s’il la quittait en de bon terme, cela serait déjà une victoire pour l’épéiste et la fin d’un blocage assez fort sur son cœur. Il prit le temps de réfléchir longuement sur la question et accrocha du regard le shaman. Le manque de loi et de notion d’Hatary avait immédiatement ouvert l’esprit de Blaze à une possibilité plutôt… particulière. Une idée qu’il déposa précieusement dans un coin de son esprit pour éviter de trop y penser.

« J’aimerais que l’harmonie qui règne à Hatary soit partout, que les Beorcs et les Laguzs s’entraident, vivent ensembles et s’aiment. Car c’est la seule manière qu’on puisse créer une paix durable et briser le cycle de la haine. Mais philosophie à part, je mets mon épée à votre disposition. »
Soudainement, un léger silence remplit la pièce et le bretteur ne comprit qu’après coup le possible double sens. Toutefois, ce fut un sourire narquois, il y avait un peu de vérité dans ce double sens. Blaze récupéra les tasses de thé pour les ramener à l’aubergiste qui l’observa d’un regard… avec une intention assez forte.

« Pourrais-je aussi accéder à ton ‘épée’ ? »
Blaze rendit un regard surpris et incompréhensif. Il répondit du tac au tac : « Pour quel genre de service ? »
L’aubergiste s’approcha, prêt, un peu trop prêt même et semblait dévorer le Marqué du regard. « Oh, juste que tu me montres comment tu la manies. Ce soir. »
« … » Blaze ne comprit que plus tard ce message, une sacrée rougeur au niveau de ses joues s’affichant et montrant sa gêne. Mais aller savoir pourquoi, il se montra joueur. Un sourire narquois se dessina malgré les rougeurs et il répondit « Tu ne tiendrais jamais. »

Brisant le contact en faisant son demi-tour, il espéra que cela suffirait pour que l’aubergiste se tienne tranquille. Un triangle amoureux était déjà assez de soucis comme ça, un carré, ne m’en parler pas ! Il reprit place sur la table et tendit une nouvelle tasse pleine à Catô, visiblement le plus en besoin d’une boisson chaude.

« Oh, au fait Catô. Mon prénom est Blaze. B. L. A. Z. E. Si on doit devenir proche, je préférais que tu saches. Héhéhé. » Son sourire démontrait que ce n’était que du taquinage. Même si dans la perspective de son esprit… Nononon. Cela concernait avant toute chose Khar’a, c’était son choix à elle. « Une Laguz, un Beorc et un Marqué. C’est presque poétique. »


Il regarda d’abord Khar’a avec des yeux amoureux avant de les mettre sur Catô. Ouais, ça va prendre du temps. Mais le bougre n’était pas non plus une mauvaise personne et cela, il le respectait. S’écrasant sur sa chaise, visiblement plus détendu avec pour objectif de détendre les autres. Bien que cela ne lui posait pas de problème de voir la perspective d’un triangle pareil, la même chose ne pouvait certainement pas être dites pour le shaman…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 137

Feuille de personnage
Niveau:
18/60  (18/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Mar 30 Jan - 10:13

Fichue conversation qui s'éternisait sur un sujet où il ne pouvait pas grand chose. Par nature, éducation ou par défaut, sa santé misérable lui interdisant d'essayer de plaider sa cause avec quoi que ce soit d'autre que son intelligence, Catô était un être de raison et de logique, de sciences et de savoirs. Et qu'est-ce qui échappait à tout raisonnement logique et qui pourtant vous pourrissait la vie ? Bingo ! Les sentiments !

Alors que Khar'a semblait sur le point d'exploser de toutes les façons possibles, foutant sur la tronche à l'argumentaire du rouquin, le shaman continuait à tousser dans son écharpe et à essayer de porter son attention sur sa tasse, bientôt vite à force qu'il y boive si souvent, et s'efforça de faire mine de n'avoir rien entendu quant à la réponse de la minette. Lui même avait été le premier à dire qu'il la voyait moins comme une partenaire intime que comme une amie et que leur projet dépassait de loin leurs propres attentes...mais l'entendre dire lui faisait un pincement au coeur. Toujours dur d'entendre de la bouche d'un être cher qu'il "ne vous aime pas".
Il toussa, tant par nécessité que pour casser les délires de son esprit. La laguz semblait mal à l'aise au possible, et il était clair que dans sa tête ce n'était pas aussi simple que ça...d'autant plus qu'elle ne disait pas ne pas l'aimer, mais plutôt l'aimer comme un ami. Comme lui quoi, pourquoi le sorcier doutait de la véracité d'un tel propos.
D'ailleurs elle eut tôt fait de se compliquer à nouveau la vie et s'embrouilla toute seule à propos de ses sentiments partagés entre les deux hommes tandis que le shaman se passait une main sur le front, las de parler de coeur et de choses stupides, qui décidaient pourtant de tant...

De nouveau, le bretteur reprit la parole pour se manifester. Au moins disait-il des choses utiles maintenant, songea Sicarius en roulant des yeux. "Tu n'as pas à choisir" était le meilleur moyen de couper court à ce blabla interminable, même si c'était seulement une technique de fuite et que le problème finirait par revenir. Puis après un peu de discours philosophique, il affirma mettre son épée à leur service.
Durant quelques secondes, le magicien fatigué fronça les sourcils. La discussion précédente, car ne nous leurrons pas, la différence entre l'amitié et l'amour c'est ce qui se passe dans le plumard, ayant laissé traîné des images douteuses dans sa tête, chose que Khar'a n'avait pas évité en disant qu'elle les aimait tous les deux et ne voulait pas choisir, ce à quoi l'esprit le plus méthodique du shaman aurait répondu de prendre les deux et problem solved, et voilà que l'autre crétin leur disait "prenez ! Ceci est mon...épée." Il se frotta les yeux en ayant presque l'impression de l'entendre ajouter "bien droite et bien dure" et commençait à se sentir vraiment, mais vraiment las.

Il ne remarqua l'absence du rouquin que lorsqu'il revint s'affaler dans sa chaise pour épeler soigneusement son nom. Fatigué, tant physiquement que mentalement pour une fois, le sorcier posa son menton dans le creux de sa paume et commença à marmonner le nom, d'essayer d'apprivoiser ses lettres, en ayant également marre de se planter à chaque fois. Puis ledit rouquin souligna l'incongruité de leur petit groupe. Un exemplaire de chaque race, partageant le même idéal, ça avait quelque chose de...fantastique.
Toutefois, sa rationalité prenant le pas sur le reste de ses émotions, celles-ci étant trop à vif pour ce soir, le shaman eut le sentiment que le bretteur aimait trop s'écouter parler pour être un élément réellement fiable pour un projet de grande ampleur. C'était probablement un flambeur, qui risquerait de désobéir aux ordres pour courir après un peu de gloire ou de dignité offensée, et foutrait tout en brol pour un oui ou un non avec un seul faux-pas.

Puis, avec un grand bâillement, Catô chassa cette pensée de son esprit. Tous les trois n'étaient que des idiots rêveurs de toute façon, chacun à sa sauce. Lui n'était pas forcément le plus raffiné des hommes et n'était pas un stratège, alors le meilleur ordre qu'il pouvait espérer donner c'est "sauve ta peau".
En tout cas, la tentative pour détourner le sujet fut apprécié, et le shaman sauta sur l'occasion pour écarter un peu plus la question de qui dormira avec la chatte. Et pas dedans, merci bien.


"Qui plus est avec un épéiste, un shaman et une félin. Il ne nous manquerait plus qu'un combattant lourdement protégé, un guérisseur et nous aurions un groupe presque idéal."

Il fut tenté d'interpeller le rouquin, mais sentit que, si dans sa tête "Blaze" ça passait, sa langue allait encore fourcher. Misère.
Puis il se rappela ce qui les avait fait se rencontrer, et son humeur s'assombrit quelque peu pour ainsi dire. Le sujet était grave, et probablement même très important...mais ils ne pouvaient rien y faire. Lui seul pourrait essayer de se renseigner de façon fiable sur la nécromancie, mais ça prendrait un temps absolument abominable, pour peu qu'on lui autorise l'accès à de tels documents interdits. Tandis que ses compagnons plus physiques...ne pourraient tout bonnement rien faire. Si les morts se relèvent, c'est qu'une sombre et infiniment puissante magie est à l'oeuvre, ce n'est pas une affaire qui se réglera seulement à l'aide de lames et de griffes.


"Dans tout ça, on est pas plus avancé avec ces...ces mort-vivants *kof* ...mais je crains qu'on ne puisse rien y faire de toute façon. il marqua un arrêt, le simple concept de ces êtres qui se relevaient de leur tombe lui serrait la gorge "Je suggère plutôt de les éviter alors...pfh...de se mettre à l'abri..."

Une attitude un peu lâche, mais face à une telle horreur, une telle impossibilité, le shaman ne trouvait pas d'autre issue que de se replier dans le sens opposé à celui des zombies. Il en savait trop peu pour supposer quoi qu ce soit qui lui semble cohérent d'autre que "y'a quelqu'un qui a déclenché tout ça", et ça ne l'avançait pas...à part à se dire qu'ils seraient mieux derrière des remparts et quelques centaines de miliciens. Mourir ne l’intéressait pas des masses, surtout si ça signifiait devenir un des leurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khar'a Mell
avatarLaguz


Messages : 83
Age : 25
Localisation : Entre Câto et Blaze 'w'
Autre Indication : I like dancing
Groupe : Laguz

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
29/100  (29/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Mar 30 Jan - 13:11


S'il y avait une chose à laquelle elle ne se serait jamais attendu quelques jours plus tôt, c'est bien ce genre de situation. S'empêtrer dans des histoires de coeur stupides n'était pourtant pas le genre de la demoiselle, dont les émotions avaient toujours été franches et directes. Elle ressentait quelque chose pour quelqu'un, elle le disait, point final. Mais là... En faite, les deux garçons avaient beau tenter a tout prix de changer de sujet, elle ne pouvait pas détourner son esprit de ce qui la tourmentait.

En faite, elle ne percevait que vaguement ce qu'ils disaient. La conversation avait dérivée sur leurs projets d'harmonie commune, mais s'ils ne parvenaient même pas à savoir où ils en étaient les uns avec les autres, comment espérer ramener l'harmonie entre des milliers de personnes ? Commencer par harmoniser trois personnes serait déjà pas mal, de l'avis de la minette... Elle détestait l'état dans lequel elle se trouvait actuellement. Elle hocha cependant vaguement la tête, se fendant d'un "huhum" plus que distant pour signifier aux deux hommes qu'elle était toujours là.

Pour ce qui était des morts-vivants, le problème était autre... Mais là encore, Khar'a était tellement obsédée par ses troubles internes qu'elle ne parvenait même plus à s'en soucier. Des morts se baladent ? Ouais, et alors ? Ils sont pas vraiment agressifs, alors pourquoi s'en faire ? Il y avait plus important actuellement. Parce-que si les trois jeunes gens devaient voyager ensembles, elle ne voulait pas qu'il y ait de problème dans leur petit groupe, or c'était bien mal barré pour l'instant.

Elle replia ses jambes contre elle et entoura ses genoux de ses bras, se recroquevillant ainsi sur son banc, pinçant toujours le bout de sa tresse entre ses lèvres. Son regard passait distraitement de Câto à Blaze, de Blaze à Câto, et elle se sentait de plus en plus confuse dans sa petite tête. Les choses en étaient au même point, toujours au même point, et si Blaze essayait tout de même d'en parler, elle avait l'impression que Câto évitait désespérément le sujet, ce qui l'exaspérait. Elle serra légèrement les dents.

- Excusez-moi...

Elle se leva d'un bond, passant soudainement de la position accroupie à la position debout, profitant de son incroyable équilibre pour ne pas se déséquilibrer à ce mouvement brusque, puis elle fila en direction de sa chambre en montant les marches quatre à quatre. Là, elle se laissa tomber sur son lit et enfouit sa tête dans les couvertures pour étouffer ses sanglots. Après tout, Câto avait suggéré la fuite non ? De se mettre à l'abri. Et pour l'instant, tant qu'elle n'aurait pas démêlé ce qu'elle ressentait, tant que Câto et Blaze ne seraient pas prêts à en faire de même afin qu'ils puissent élucider tout cela ensembles, elle ne voulait plus les voir.




« Comment les hommes peuvent-ils être si merveilleux et horribles à la fois ? »
– Khar'a Mell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 334
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
43/100  (43/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Jeu 1 Fév - 0:03



Malgré ses efforts, l'inconfort régnait. Catô prit tout de moins le pli en changeant de sujet, détournant le sujet vers quelque chose de moins... sensible. Mais sa fatigue jouait visiblement contre lui, il avait besoin de repos, de beaucoup de repos. Si ce n'était pour le fait de ne pas rester seule avec Khar'a, le bretteur lui aurait depuis longtemps ordonné de retourner dans son lit et de dormir de tout son saoul. Vous savez ce qu'on dit, se serrer les coudes hein? Ben, pour l'instant, ca semblait porter ses fruits. Ou pas. Blaze hocha la tête aux paroles du shaman. Certes, cela formerait une petite troupe de mercenariat équilibré avec ces ajouts, mais le véritable objectif de cette phrase restait de détourner Khar'a de ce dilemme odieux que lui-même, dans sa propre arrogance, leur avait infligé. Plus le choc de s'être enfin laisser aller à exprimer ses émotions se calmait, plus il en réalisait la sottise. Quelle disgrâce. Et tout ce qu'il pouvait faire pour l'instant, c'était la jouer cool, essayer de montrer du calme et de la confiance pour espérer seulement dissiper le doute des autres mais également le sien.
Sur le moment, la mention du problème des morts-vivants était... de trop. Si Blaze comprenait que c'était la raison et la logique qui animait ce magicien, il fit tenter de l'interpeller pour lui dire que le sujet était tout sauf adéquat sur le moment. La mention du groupe allait de part le fait que cela rationalisait leur groupe mais le reste... Après tout, comment pouvait-il lui en vouloir, après ce qu'il venait de faire. Il avait certainement ruiné une amitié, une belle et sincère amitié avec son pauvre cœur incapable de Marqué. Avec un peu de chance, peut-être que cela allait évoluer en quelque chose de plus beau mais cette décision n'était pas la sienne! Cela n'a jamais été la sienne de, de... Il répondit mollement :

"Il y a des tempêtes qu'on ne peut pas braver. On est mieux à rester ici."

Blaze n'allait certainement pas se mettre inutilement en danger. Lâche? Certes. Mais mieux vaut vivre sur ses pieds que mourir à genoux non? Toutefois, le bretteur observa un instant la Laguz. La peine se lisait sur son visage, depuis ces dernières paroles, elle avait été étrangement silencieuse mais son visage donnait l'impression qu'elle avait mille et une question. Pas uniquement pour Catô et lui, mais aussi pour elle même. Le bretteur se leva pour tendre le bras en voyant Khar'a partir rapidement, mais il interrompit son geste et se rassit.
"..."

Un lourd silence s'installa et le rouquin soupira de peine. Il leva le regard vers Catô seulement pour les braquer au sol à nouveau, honteux. Comment avait-il pu infliger ça à ce pauvre homme qui n'avait rien demandé si ce n'était que de... que d'être ami avec une Laguz. Tout cela dans une quête personnelle d'amour...


"Tu dois me haïr n'est-ce pas? Ruiner une belle amitié parce qu'un pauvre clochard sans nom parle de cœur avec une Laguz qu'il a vu une fois en un an. Je comprendrais que tu me mettes une correction si ta condition le permettait..."

Il se leva, une certaine tristesse dans son regard avant de faire le tour de la table et de rejoindre le shaman pour lui offrir une main. Mais il

"J'ai dis que si tu avais besoin d'une épaule j'étais là. Tu m'as l'air à deux doigts de t'écrouler, si tu veux retourner te coucher pour récupérer..."

Ils avaient chacun le besoin de faire le point, de se remettre en question après cet évènement. Un peu d'isolation et de calme leur ferait le plus grand bien. Blaze ne voulait vraiment, vraiment pas que Catô prenne mal sa proposition d'aide pour de la pitié. La vérité étant qu'il se sentait terriblement en dette par rapport au shaman. D'ailleurs, si ce dernier lui disait de disparaître, il s'exécuterait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 137

Feuille de personnage
Niveau:
18/60  (18/60)
Points d\'Expérience:
52/100  (52/100)

MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   Sam 3 Mar - 12:14

Aaah...misère de misère. Il arrivait à peine à rester conscient, respirant avec peine et gardant les yeux ouvert avec encore plus de difficulté, et le voilà qui devait essayer de maintenir une cohésion intelligente entre les trois idiots qu'ils étaient. Sauf que les femmes, c'était compliqué. Les Laguz, ça ne se traitait pas comme les Beorcs, et que les sentiments du coeur n'étaient vraiment pas la tasse de thé du sorcier.
Aussi, quand Khar'a se releva d'un bond pour disparaître dans les chambres, Catô ne sut pas quoi faire d'autre que soupirer en évitant de la regarder tandis qu'elle s'éloignait. Ils s'étaient tous un peu trop monté la tête, à son avis, et il n'avait pas l'énergie pour poursuivre ce débat qu'il sentait de toute façon trop flou pour lui.

Visiblement, l'épéiste devait se dire à peu de choses près pareil, puisqu'il ne bougea pas plus que lui quand la mientte s'éloigna. Toutefois, il ne semblait pas en avoir fini et sortit un truc étrange. Catô supposa que le vagabond aimait se donner des airs en sortant des trucs à l'allure philosophique, et présuma qu'il approuvait son plan de rester à l'abri. En plus ça caillait, ils étaient mieux au chaud.
En espérant que la vie "Beorc" ne cause pas trop de mal à Khar'a...mais le shaman laissa ce genre d'énigme de côté pour plus tard, il n'arriverait pas à y penser dans son état.

Puis, après un long silence que le sorcier ne remarqua qu'à peine, le rouquin recommença à se morfondre. Blasé et épuisé, le sorcier écouta en soupirant la tirade d'auto-flagellation de l'Hatarien, se disant qu'au moins il possédait un bon fond et voulait juste faire au mieux...tout en étant trop maladroit, ou stupide, à voir, pour y parvenir.
Mais bon sang, il n'avait vraiment pas besoin de ça dans la situation actuelle.


"Je ne pense pas...que tu ai ruiné quoique ce soit souffla d'une voix faible le magicien tu n'as pas...créé cette histoire. Simplement *kofkof* révélée... Tout simplement..."

Lui n'avait jamais vraiment soupçonné que Khar'a puisse avoir ce genre de sentiments à son égard, ce type de projets...et pour sa part, le shaman ne s'était pas donné la peine d'y songer. C'était une préoccupation véritablement secondaire, et la présence réconfortante et l'entrain de la minette au quotidien étaient tout ce dont il avait besoin pour avoir le cran d'affronter le froid et la route.
Toutefois, sentant qu'il arrivait vraiment au bout de sa vie, il approuva la proposition du bretteur d'un faible hochement de tête, peinant à se relever sur ses jambes fragiles en s'appuyant sur la table pour se remettre sur pieds.


"Bonne idée...on a tous besoin de repos...on réfléchira plus tard, à tout ça. Khar'a, l'aventure à trois, les zombies... Si on fait un bout de route, on aura l'temps..."

Cela lui devenait de plus en plus difficile de parvenir à formuler ses phrases, de façon audible qui plus est, presque autant que de garder les yeux ouverts. Fichue santé en carton.
La dernière chose dont il se souviendrait de ce moment, serait d'avoir commencé à tituber en direction des chambres. Il ne lui restera qu'à présumer qu'on l'ait accompagné jusqu'au lit, et non pas qu'on l'ait ramassé après qu'il ait fait un malaise. Ce n'est jamais très sympa pour ses copains de faire le mort de façon convaincante quand ils sont déjà stressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Momento Mori [PV: Cato et Khar'a]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» WE need you : Requiem Momento Mori
» Dulce et decorum est pro patria mori (PV Gabushi)
» Partenariat : Memento Mori
» Ki rol Don Cato te jwe ezakteman nan zafè Jacques Roche la
» Tempora mori, tempora mundis recorda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Daein

 :: Lieux Divers
-