AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Dim 2 Avr - 18:41

Toarsen avait eu une chance monstrueuse. Pour changer. Non seulement il était encore vivant, grâce à Blaze, mais en plus il avait pu récupérer un cheval ! Une pauvre bête dont le propriétaire était mort sur la route et qui était venue jusqu’à lui et s’était laissée amadouer. Quelle aubaine ! Et le mieux, c’est que l’archer découvrit très vite qu’il était capable de monter à cheval sans se casser la figure. Ah, donc il était meilleur cavalier que tireur ? Dommage. Il faudrait peut-être penser à la reconversion, un de ces jours.

Pour l’instant, il traversait la forêt sur le dos de son nouveau compagnon, baptisé Miracle, parce que bon sang, il fallait au moins ça pour qu’il ait eu autant de chance ! C’était un superbe cheval à la robe alezane, une lisse sur le nez et deux balzanes aux jambes arrière. Malheureusement, son chargement avait disparu, ne lui restait plus que son harnachement et une sacoche vide, dans laquelle il pourrait mettre des choses utiles s’il en trouvait. Comme une tente, par exemple. Ah oui, bonne idée, ça, une tente. Très bonne idée.

Errant un peu au hasard, le jeune homme franchit la frontière de Begnion, qu’il longeait depuis un petit moment déjà, et s’enfonça progressivement dans ce nouveau pays, bien évidemment sans avoir la moindre idée de ce qui l’attendait. Enfin, si. Ne connaissant pas les us et coutumes de ce pays, ni d’aucun autre d’ailleurs, il s’attendait à s’attirer rapidement des problèmes. Tout ce qu’il espérait, c’était pouvoir les éviter le plus longtemps possible, et parler la même langue que les habitants locaux, pour peut-être pouvoir s’en sortir sans avoir à se battre.

Après quelques jours de chevauchée et de chasses plus ou moins fructueuses –ces satanés lapins couraient bien trop vite– il atteignit ce qui avait l’air d’une très, très grande ville. Un panneau indicateur sur la route le renseigna : il s’agissait de Sienne. Un joli nom pour une jolie ville. En tout cas, de loin. Toarsen décida d’y faire un tour rapide pour se ravitailler et de repartir sans trop traîner. Il ne savait pas comment ces gens accueillaient les étrangers, le village de Daein où il avait été sauvé lui avait paru quelque peu…froid, il se doutait qu’une grande ville ne pouvait pas faire bien mieux.

Il mit pied à terre en arrivant aux portes de la ville et commença par chercher un marché, ou un quelconque vendeur de fruits. Les fruits, c’était bon, et ça se conservait mieux que la viande. Seulement, le seul bâtiment qui dénotait vraiment avec le reste…eh bien c’était cette immense église, qui attirait sans faute l’œil de tous les passants. Toarsen resta un moment en contemplation devant cette prouesse architecturale. Jusqu’à ce que quelqu’un s’approche de lui et l’interpelle, provoquant la catastrophe :

« Bien le bonjour jeune homme. Viendrez-vous prier avec nous à la gloire de notre bien-aimée déesse Ashera ? »

L’archer sursauta, tiré un peu brutalement de ses pensées.

« Euh… N-non, désolé… »

« Oh, je vois. Vous êtes un adepte de Yune, alors ? »

« Euh… Non, désolé, je… Je ne suis pas très croyant… »

La vraie version, c’était qu’il n’avait aucune idée de qui étaient ces deux divinités. Mais la réponse était sortie toute seule. Voyant le visage de son interlocuteur se décomposer, il rougit furieusement et balbutia :

« Enfin, je veux dire… Je ne connais pas bien vos divinités, et je ne voudrais pas les offenser en me joignant à votre prière pour simplement rester au fond de la pièce… »

Lui qui s’attendait à des ennuis, il avait l’impression d’en avoir trouvé de très gros…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Dim 2 Avr - 19:10

L'athéisme, après la guerre Sainte dévastatrice qui avait vu s'opposer les forces de l'Ordre et du Chaos, relevait d'une forme de tolérance extrême à laquelle s'astreignait le clergé de Begnion, caressant l'idée secrète de faire revenir les agneaux perdus tôt ou tard dans le giron de la Purificatrice. En ce sens, le prêtre aurait probablement passé l'éponge, à regrets, si le jeune homme face à lui s'était contenté de cette excuse. Il s'apprêtait à se lancer dans un sermon engageant et paternaliste lorsque ajouta à ses quelques mots une nuance bien différente que ce à quoi il s'attendait. Entrer dans une église et rester au fond... Ne pas écouter, ne pas même tenter d'entendre la Vérité qu'Ashera enseignait à tous ceux qui daignaient ouvrir leurs oreilles... Pure hérésie, à ses yeux imprégnés du divin !

Autour d'eux, des murmures s'élevèrent rapidement, le cavalier n'ayant pas cherché à cacher d'une façon ou d'une autre la gêne qui était la sienne et le volume de ses paroles. Il revenait alors au prêtre de formuler les bons mots pour rallier toute la piétaille à son côté, mais pas trop violemment, comme l'avait fortement appuyé l'impératrice à de nombreuses reprises depuis son intronisation. L'homme de foi ouvrit la bouche, prêt à déverser les justes allégations de l’Église sur ce pauvre hère, quand soudain un homme sortit de la masse. Les têtes se tournèrent vers le tintement de ses multiples bijoux et le froissement de sa crinière de plumes et de rubans.

Le danseur avait entendu la rumeur s'élever, les consciences s'agiter. Ignorant superbement les ragots autour de lui, il se mit à exécuter quelques pas à proximité, puis directement à côté des deux hommes responsables du chahut. D'une pirouette, il se hissa en poirier sur la selle du cheval fatigué, retomba de l'autre côté juste face à l'archer déboussolé, un sourire avenant au visage. Quelques tours plus tard, il s'immobilisa et s'inclina face à son public improvisé, distrait. Les badauds applaudirent sa prestation, il fit passer un petit chapeau usé en guise de tirelire, remerciant chacun de sa générosité. Parvenu devant le prêtre, il tira quelques pièces de son gagne-pain et les lui tendit.

"Mon Père, pour que l'Ordre règne parmi vos ouailles, je vous fais ce modeste don, celui d'un homme qui parcourt les rues pour gagner sa pitance, quand vous servez les desseins bien plus grands et supérieurs de la déesse. Je suis sûr que chacun de nous prie pour que le monde conserve sa stabilité et ses traditions, à hauteur de ses possibilités et ses connaissances."
-Oui mon enfant... à hauteur de... Ahem...
-Vous semblez mal à l'aise... N'ai-je pas employé les bonnes formules ?
-Non mais... Je vais de ce pas montrer votre exemple aux fervents esprits qui jalonnent notre capitale... Comme vous le disiez... chacun selon ses connaissances...
-Allez en paix, mon Père."

Le prêtre, mal à l'aise du sous-entendu lourd de sens, ne demanda pas son reste, et la foule se dispersa à son tour, ayant oublié le début d'altercation précédente. Quand presque plus personne ne fit attention à eux, Merlin se permit un discret soupir et se tourna vers le cavalier esseulé.

"Vous, vous n'êtes pas d'ici. Permettez-moi de vous inviter à déjeuner. Vous avez l'air épuisé et votre cheval également. Nous discuterons autour d'une assiette chaude, d'accord ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Dim 2 Avr - 19:46

Ce sentiment de s’enfoncer à chaque nouveau mot prononcé était vraiment atroce… Retourner en arrière étant impossible, il déglutit et attendit la sentence. La foule se massait autour d’eux, les murmures fusaient, et lui commençait doucement à paniquer, quêtant du regard une silhouette plus amicale qui ne le jugerait pas pour son ignorance mais essaierait plutôt de l’aider à s’en sortir. Il trouva fort heureusement cette silhouette en la personne de ce drôle d’individu qui, empruntant son cheval pour une belle pirouette, atterrit juste en face de lui. Il laissa échapper un discret soupir de soulagement. Enfin quelqu’un qui n’avait pas l’air de vouloir le lapider pour ce qu’il venait de dire ! Quelqu’un qui avait une allure…disons pour le moins remarquable. Un acrobate un peu excentrique, sûrement un jongleur de rue.

Impressionné par ses talents de scène et ne voulant pas s’enfoncer encore plus, Toarsen resta muet et laissa l’inconnu plaider la cause qu’il n’avait pas su défendre. Une belle pique envoyée avec précision, et le prêtre eut le bec cloué par le verbe de cet étrange personnage. L’archer soupira. Force lui était de reconnaître qu’il n’était pas doué avec les mots, mais celui-là, c’était une autre histoire ! Il semblait si à l’aise à parler devant autrui, et n’avait pas hésité un seul instant sur ses paroles… Il savait ce qu’il devait dire, et comment le dire. Très impressionnant.

Le prêtre abandonna la partie et s’éclipsa dans son église. La plupart des passants firent de même et le suivirent, les autres se contentèrent de passer leur chemin, ignorant les deux hommes qui restaient seuls sur la place. Toarsen, tête baissée, honteux d’avoir failli provoquer une querelle, ne savait pas quoi faire.

"Vous, vous n'êtes pas d'ici. Permettez-moi de vous inviter à déjeuner. Vous avez l'air épuisé et votre cheval également. Nous discuterons autour d'une assiette chaude, d'accord ?"

Non, en effet, il n’était pas d’ici, était-il nécessaire de le lui rappeler ? L’archer haussa les épaules.

« Je pense que j’ai tout intérêt à vous suivre si je ne veux pas m’attirer plus d’ennuis… »

Il prit la bride de sa monture et emboîta le pas à son guide improvisé.

« Merci…de m’avoir tiré de ce pétrin. Je ne pensais pas m’attirer les foudres de tous ces gens rien qu’en étalent mon ignorance. Je ne m’attendais pas à une telle animosité de leur part. »

Il réfléchissait déjà à comment le remercier convenablement, mais sans argent, il ne voyait pas du tout quoi faire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Dim 2 Avr - 20:07

Captant la gêne de l'homme face à lui, Merlin eut un sourire bienveillant et lui indiqua d'un simple geste la direction à suivre. Son accoutrement attirait l'attention à lui seul, et il donnait le change en saluant des villageois qui l'avaient déjà vu dans la rue ou lors de représentations avec la troupe locale, exécutait parfois, pour un enfant curieux, quelques pas de danse rapide impossible à imiter au premier regard. Sa gaieté dissimulait l'archer mieux que s'il avait porté une tenue de camouflage et été auréolé d'un nuage noir.

Une dizaine de minutes plus tard, ils atteignirent une auberge un peu en retrait des grandes rues marchandes, plus calme et accueillante. L'artiste montra à Toarsen où parquer sa monture puis ils entrèrent dans un établissement simple, peut-être un peu délabré dans son ensemble, mais d'autant plus confortable que la foule ne s'y pressait pas en grosses masses. Un serveur plutôt flegmatique vint à leur table, en retrait elle aussi, et proposa une cruche de vin ainsi que le plat du jour.

"Je me contenterai d'eau fraîche et d'une assiette de ragoût. Sans viande si possible ! Avec deux corbeilles de pain."

Le regard pétillant, le danseur défit ses bracelets et quelques-unes de ses parures de plumes, les rangea précautionneusement dans sa besace pour plus d'aises et de discrétion, puis adressa un nouveau sourire à l'étranger.

"Sentez-vous libre de commander ce que bon vous semble. Je vous invite."

Il attendit la commande, puis que le serveur s'en soit allé, pour aborder un peu plus sérieusement le sujet épineux ayant conduit à leur rencontre.

"Donc, si j'ai bien entendu, vous ne croyez ni ne connaissez ni Ashera, ni Yune ? Voilà quelque chose de peu commun dans le monde où nous vivons... J'espère ne pas être trop indiscret si je vous demande d'où venez. Oh ! et je m'appelle Merlin. Enchanté. J'étais un peu plus renseigné mais tout aussi gauche que vous la première fois que j'ai posé le pied dans cette ville. Ici les déesses sont un sujet extrêmement sérieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Dim 2 Avr - 20:56

Au moins son sauveur avait l’air assez compréhensif… Il s’en tirait drôlement bien. Et puis, ça avait quelque chose de réconfortant, de le voir comme ça avec son sourire immense. Tant et si bien qu’il se prit à sourire lui aussi, amusé et rassuré. La bonne humeur de ce drôle d’oiseau était contagieuse. Il avait envie de lui faire confiance, juste un peu plus, voir ce qu’il pourrait gagner à rester un peu avec lui.

L’endroit où ils allèrent était calme, tellement calme, par rapport à l’agitation des rues précédentes… Le jeune homme profita brièvement de ce silence relatif avant d’attacher Miracle à l’endroit indiqué et de suivre l’acrobate à l’intérieur. Il observa un peu le décor, au moins c’était un coin tranquille… Il s’installa à côté de lui et regarda le serveur s’approcher d’eux. Il n’avait aucune, mais alors AUCUNE idée de ce qu’il voulait manger. Il avait faim, ça c’était sûr, mais il ne savait pas ce qui était vraiment mangeable et ce qui allait le rendre malade. Une petite pensée pour le lapin du premier jour… Eurk.

Réfléchissant brièvement, il finit par hausser les épaules et se fier à une valeur à peu près sûre : son camarade. Lui devait savoir ce qu’il faisait.

« Merci beaucoup. De l’eau et du ragoût pour moi aussi s’il vous plaît, donc, mais avec viande. »

Se passer de viande alors qu’il arrivait à peine à manger un lapin cru et dégoûtant tous les deux jours ? Eh, on ne refuse pas un repas après lequel on n’a pas besoin de courir !

Le serveur partit et Toarsen se tourna vers le drôle de bonhomme avec qui il était. Il l’écouta parler et soupira lourdement. Évidemment, il avait fallu qu’il se fâche avec quelqu’un sur LE mauvais sujet de la région…

« Merlin, donc. Enchanté, moi c’est Toarsen. Vous n’êtes pas indiscret du tout, mais je ne peux malheureusement pas répondre à votre question… La religion n’est pas le seul sujet dans lequel j’ai des lacunes à combler, à mon grand regret. »

Il tripota par réflexe la corde rouge qui faisait un double tour autour de son cou. Il ne savait pas du tout pourquoi, mais cette cordelette l’intriguait énormément. Mais chaque fois qu’il songeait à l’enlever pour l’examiner, un instinct puissant l’en empêchait.

« J’ai le malheur d’être amnésique, en plus d’être maladroit. Je ne sais ni d’où je viens, ni qui je suis vraiment. Je vais sûrement mourir de façon stupide un jour où il n’y aura pas une âme charitable comme vous pour me sortir des ennuis dans lesquels je me serai fourré. »

Il eut un rire amer. Oui, il mourrait de cette façon. C’était hautement probable.

« Mais peu importe ! Dites-moi plutôt, puisque c’est un sujet sensible, vous pourriez me renseigner sur ces fameuses déesses ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Dim 2 Avr - 21:52

Un air compatissant se peignit sur les traits du Marqué, qui songea un instant combien sa vie pourrait être plus paisible s'il oubliait la mort trop précoce à son goût de son père beorc, et l'air triste sur le visage de sa mère. Mais cela signifierait aussi perdre tant de bons souvenirs, et à en croire cet homme, se mettre dans une situation délicate à chaque pas.

"Allons tout de même, n'exagérons rien, cet homme ne vous aurait pas tué. Peut-être euh... enfermé dans un cloître avec les livres saints dont il rabâche tout le temps la moindre ligne, mais pas tué, non."

Conscient que sa tentative de réconfort tournait au vinaigre, Merlin se passa une main sur la nuque avant de poursuivre.

"Vous allez sûrement rire, mais je ne suis pas moi-même un grand spécialiste. Je suis né dans un endroit très isolé et je n'ai pas été élevé avec cette foi. En revanche, en écoutant et en observant j'ai fini par apprendre l'essentiel : il existe deux déesses fondamentales, issue d'une seule entité primordiale. Ashunera s'est ainsi scindé en Ashera, déesse de l'Ordre, extrêmement vénérée dans tout Begnion, et en Yune, déesse du Chaos. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, Yune ne passe pas son temps à semer des guerres partout, mais disons qu'elle est... hum comment pourrais-je expliquer cela... L'expression des pulsions instinctives. L'impulsivité, l'amour, la passion, la colère... Ces sentiments tellement forts qu'ils omettent toute notion de raisonnement posé. Le changement, la remise en question."

Alors qu'on apportait une carafe d'eau fraîche et qu'on les servait tous les deux, Merlin réfléchit à sa propre définition. La frontière entre les deux domaines pouvait parfois se révéler extrêmement floue, et poser des mots dessus s'avérait un exercice difficile pour lui qui ne pratiquait pas véritablement de culte, mais préférer adorer toute forme de vie et de lumière. Le serveur repartit, il se reconcentra sur Toarsen.

"Les légendes et les mythes sont nombreux à leur propos, plus ou moins fondés, mais je pense que si vous vous rendez dans une bibliothèque, ou dans un église en vous faisant un peu plus discret, vous pourrez trouver les grandes lignes. Je peux vous parler en revanche d'un fait qui ne tient ni de l'un ni de l'autre, que l'impératrice a confirmé et que les quelques "élus" épargnés aussi."

Très sérieux, Merlin baissa un peu la voix.

"Il y a environ 8 ans s'achevait une guerre sur tout le continent. L'histoire dit ceci : après que tous les peuples soient entrés en guerre, Yune a été libérée du sceau qui l'enfermait par une magie très spéciale, extrêmement rare, presque oubliée. Son éveil a fait écho jusqu'à sa moitié originelle, Ashera, et celle-ci a voulu anéantir le continent, car son éveil n'aurait dû se produire que bien plus tard, et que la paix ne régnait pas parmi les Telliusiens comme il avait été convenu dans le pacte mystique de son sommeil. Ashera a lancé une sorte de sort, qui a pétrifié tous ceux dont le cœur n'était pas assez pur, et laissé les autres livrés à eux-mêmes, qu'il s'agît de laguz comme de beorcs. Ces gens ont interrompu leur guerre et se sont alliés pour aller la défaire, empêchant ainsi l'apocalypse de se produire. L'impératrice faisait partie de ces héros devenus à leur tour de grandes légendes. Ils ont été bénis par Yune pour pouvoir affronter le pouvoir d'Ashera, mais le culte d'Ashera a toujours été très fort à Begnion. Il y a comme une blessure qui s'ouvre quand on évoque la déesse du Chaos, ici... Donc, pour éviter de froisser les uns et blasphémer les autres, mieux vaut éviter de parler religion quand on ne vénère pas Ashera dans ce pays. Ou au minimum à Sienne. Certains villages sont plus compréhensifs, mais il faut savoir mesurer ses mots."

Le danseur vida son verre pendant qu'un silence tombait, offrant à l'archer l'occasion d'assimiler la quantité d'informations plutôt conséquente. Le serveur revint alors avec les deux assiettes de ragoût et le pain, puis repartit après s'être qu'il ne manquait rien. Merlin ne se fit pas prier pour souhaiter un bon appétit avant d'entamer sa soupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Dim 2 Avr - 22:41

"Allons tout de même, n'exagérons rien, cet homme ne vous aurait pas tué. Peut-être euh... enfermé dans un cloître avec les livres saints dont il rabâche tout le temps la moindre ligne, mais pas tué, non."

… Wow, comme c’était rassurant. L’archer ne releva pas, mais il prit bien note du fait qu’il pouvait être enfermé pour avoir parlé de religion devant un prêtre. Drôle de pays. Enfin bref… Autant écouter la suite de la conversation. Un être unique qui se serait…séparé en deux, pourquoi pas… Bizarre, mais pas délirant. L’Ordre et le Chaos. Jusque là, tout était logique et il comprenait parfaitement. Ensuite, ça devenait un chouia plus complexe. Une déesse du Chaos qui n’agissait pas de façon chaotique ? Amusant, d’une certaine façon.

Une diversion s’offrit à lui quand on les servit en eau. Il réfléchit brièvement et essaya de reformuler ce qu’il avait compris jusque là :

« Donc si je suis bien, il y avait Ashunera, qui un jour a décidé de se couper en deux morceaux. Le premier incarne plus ou moins les actions réfléchies, et le deuxième les coups de sang, les idées folles et les actes spontanés. C’est une bonne répartition, je suppose. Et j’imagine que les deux s’apprécient moyennement. »

L’explication continua donc. Il en conclut qu’il avait vu juste, à peu de choses près. Il nota dans un coin de sa tête le conseil d’aller dans une bibliothèque ou de tenter sa chance à l’église. La première option, étrangement, lui parlait déjà beaucoup plus. Quoique… Est-ce qu’il savait lire, au moins ? Ah oui, il avait pu lire le panneau sur la route. Ouf, c’était déjà ça de gagné…

Vint ensuite la légende, ou plutôt les faits historiques et authentiques de la guerre. Le continent ravagé, décimé par la colère d’une déesse censée incarner un concept plutôt bon… Voilà une idée bien étrange. Heureusement que Yune avait un minimum de bon sens, parce que pour le coup, on aurait pu croire qu’elles avaient échangé leurs attributs !

« C’est…une sacrée histoire, vraiment. Je comprends un peu mieux pourquoi ces gens ont réagi de façon aussi agressive tout à l’heure, merci. Et encore merci de m’avoir évité leurs foudres ! »

Arriva alors le plat… Toarsen lorgna avec envie sur son assiette, ne cherchant nullement à cacher son état d’inanition déjà flagrant. C’était trop beau pour être vrai… Ce plat avait l’air tellement bon…et chaud… Toarsen se força à revenir à la réalité, plus précisément à leur conversation. Enfin bon… Pas qu’il ait quelque chose à dire de plus, en fait, il ne voyait pas du tout quoi ajouter. Tant pis ! Il entama son repas avec un « bon appétit » à moitié avalé dans la première bouchée.

« Ah, et merci beaucoup pour ce repas… Je crois bien que ça fait une semaine que je n’avais pas pu manger chaud, ça fait vraiment du bien ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Lun 3 Avr - 13:31

"Ce n'est pas grand-chose mais je le partage avec plaisir."

Délectés par leur plat qui ne payait pas de mine, les deux hommes engagèrent la conversation sur des sujets un peu plus triviaux le temps du repas, au moins pour se détendre. Merlin expliqua qu'il était danseur itinérant, mais que son séjour à Sienne s'allongeait plus qu'il ne l'avait prévu au départ, notamment en raison de la proposition du théâtre local de se joindre, me temps d'une saison, à leur troupe à l'aube de la retraite. De fait, beaucoup de personnes le connaissaient de visage, ou identifiait son costume qu'il portait bien souvent.

"Je compte repartir d'ici la fin de la semaine. Cette aventure me plaît beaucoup mais je préfère voyager plutôt que m'installer définitivement. Et puis je me dis que je trouverais peut-être un jour un village plus calme, qui me conviendra mieux. Et vous-même ? J'imagine qu'avec votre amnésie, il vous est difficile de vous projeter dans l'avenir... Pourquoi êtes-vous venu à Begnion ? Que cherchez-vous ici ?"

L'oreille attentive, le Marqué s'empara de plusieurs morceaux de pains et se fit un devoir d'essuyer jusqu'à la dernière goutte de soupe au fond de son assiette. Malgré l'absence de viande, un appétit féroce le poussait à ne pas gaspiller cette bonne nourriture, frugale aux yeux des nobles, mais régal selon lui.

"Vous n'avez pas le moindre souvenir, vraiment ? Pas la moindre idée d'où vous pourriez venir ? Je vous proposerais bien de l'aide, mais j'avoue que je ne sais guère comment résoudre ce genre de problème. Peut-être... Avez-vous consulté un guérisseur, ou quelqu'un avec des connaissances médicales ? Une telle personne pourrait vous aider à vous souvenir. Enfin je crois."

Un moment après qu'ils eurent terminé leur assiette, la tenancière de l'auberge vint s'enquérir auprès d'eux d'une éventuelle commande supplémentaire, puis voyant qu'ils ne pourraient plus rien avaler, un sourire étira ses joues rebondies.

"J'invite ce monsieur Arietta, pourras-tu tout mettre sur ma note ?
-Mais Merlin... C'est une somme ! Tu as ce qu'il faut ?
-Eh bien si tu peux patienter un instant, nous allons régler la question tout de suite."

Le jeune homme souleva sa besace sur ses genoux et farfouilla entre les plumes pour trouver une petite bourse dont il renversa le contenu doucement sur la table. Il se mit à écarter les pièces à mesure qu'il comptait, pour se rendre compte que sa bourse se trouvait finalement vide.

"Ah... Une nuit et deux repas donc. Le compte est tout juste bon donc il n'y a pas de problème !
-Mais ta nuit demain ? Et après-demain ?
-Une personne doit venir récupérer un talisman qu'elle m'a commandé. Cela paiera une nuit, et j'irai danser en ville pour gagner l'autre. Ne t'en fais pas, je me débrouillerai, j'ai l'habitude."

La bonne dame se mordit la lèvre, son expression trahissant l'envie de lui faire une ristourne, alors qu'elle savait pertinemment que l'auberge avait besoin de réparations coûteuses. Il lui servit alors son plus beau sourire, puis d'un regard rassura Toarsen sur le fait qu'il lui offrait tout de même le repas. La tenancière ne put réprimer l'envie de poser une grosse bise sur sa joue avant de retourner travailler, ce qui fit rire et rosir le danseur.

"C'est bon de savoir qu'il y a des gens qui se préoccupent des autres même dans une grande capitale comme Sienne."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Lun 3 Avr - 14:08

Pendant qu’ils mangeaient, ou plutôt que Merlin mangeait et que Toarsen engouffrait tout ce qu’il avait à portée de bouche, la conversation dévia doucement vers des sujets moins importants. L’archer apprit donc que son interlocuteur était non pas acrobate mais danseur, ce qui avait l’air de ne pas être totalement incompatible, et qu’il était en ville plus ou moins par accident puisqu’il était censé repartir bien plus tôt. Il irait peut-être voir cette troupe de théâtre, s’il s’attardait lui aussi en ville… Peut-être. À voir plus tard.

« Moi ? Je ne cherche rien de particulier. J’erre un peu au hasard, je suis arrivé ici sans avoir la moindre idée d’où j’étais. J’avais l’intention de simplement acheter un peu de matériel ou de nourriture, selon ce que je trouvais, et de repartir aussitôt. Je n’ai pas de but, si ce n’est de retrouver la mémoire un jour. Ou de trouver quelqu’un qui me connaît, ce qui pourrait aussi m’avancer. »

Il attrapa les morceaux de pain qui restaient pour imiter le danseur, ramassant la moindre miette de nourriture pour se faire des réserves de plus. Il n’aurait peut-être pas besoin de manger ce soir, avec un tel repas ! Il finit d’ailleurs les bouts de pain restants, mâchonnant distraitement pendant qu’il écoutait son conseil.

« Un guérisseur ? Je ne sais pas si ça marcherait. On m’a dit que j’avais pris un méchant coup derrière la tête, mon amnésie vient peut-être de là, je ne sais pas si un guérisseur pourrait m’aider. Quant à d’où je peux bien venir… »

Il termina une dernière bouchée, se lécha les doigts et soupira, son regard se portant dans le vague.

« Je me suis réveillé sur la mer, près du rivage de Daein, à la frontière avec Begnion. Donc je suppose que j’ai été marin. Est-ce qu’il y a un peuple dans la région qui porterait un intérêt particulier à cette mer ? »

Quand la tenancière vint leur demander de payer et que son camarade montra des difficultés à trouver la somme requise, Toarsen fronça les sourcils. Il le mettait en difficulté… Ça ne lui plaisait pas. Il avait déjà deux dettes envers cet homme, voilà qu’il s’en découvrait une troisième ! Il voulut l’interrompre mais l’autre se contenta de sourire et de maintenir qu’il lui offrait le repas. L’aubergiste elle-même semblait désolée pour ce pauvre homme, mais elle ne dit rien, l’embrassa et retourna à son travail. L’archer, lui, enrageait de ne savoir rien faire et de n’avoir aucun argent pour payer ses dettes envers cette si gentille personne.

"C'est bon de savoir qu'il y a des gens qui se préoccupent des autres même dans une grande capitale comme Sienne."

« Donc Sienne est la capitale de Begnion… D’accord. C’est vrai que ça fait plaisir de voir des gens altruistes, je ne dirai pas le contraire… Excusez-moi une seconde ! »

Il se leva brusquement et alla voir la tenancière.

« Excusez-moi ! Je… Ça m’embête vraiment, de le mettre en difficulté financière, est-ce qu’on ne pourrait pas trouver un arrangement ? Est-ce qu’il y a quelque chose que je peux faire pour payer ma part, pour qu’il puisse garder son argent ? »

Son regard montrait très clairement qu’il n’avait pas l’intention de renoncer à cette idée. Cette situation l’énervait beaucoup trop !

« Je ne sais pas faire grand-chose, mais je peux apprendre vite si nécessaire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Lun 3 Avr - 14:46

Merlin se mit à réfléchir. La géographie des pays du nord lui échappait quelque peu, aussi fouilla-t-il une nouvelle fois sa besace pour en sortir une vieille carte en peau tannée, usée jusqu'à la moelle. Certains noms de villes se lisaient difficilement et l'ensemble tenait plus d'une relique que d'un outil pour s'orienter, mais ces mêmes caractéristiques avaient permis à l'artiste de l'acheter pour une misère et de pouvoir voyager en sachant à peu près où aller. Il siffla, impressionné, en constatant la distance parcourue par le voyageur amnésique depuis Daein avec son cheval. La pauvre bête avait dû peiner plus d'une fois dans les montagnes.

"Nous sommes drôlement éloignés des côtes de Daein, il faut dire. Pour trouver des marins, il y a un accès à la mer vers le sud, mais je doute qu'ils connaissent ceux qui voguent au nord... Sur ce point je ne peux pas vous renseigner."

Peu après, Toarsen se leva sans manières et se dirigea droit vers Arietta, occupée à inscrire la somme sur son registre de comptes derrière le comptoir. La demande du vagabond la prit au dépourvu, puis Merlin arriva à son tour, rouge de gêne.

"Ce ne sera pas nécessaire enfin ! Je vous ai dit que je vous l'offrais, j'y prends plaisir, vraiment !"

Il vit l'expression du cavalier pas près d'en démordre, la dame des lieux mal à l'aise à son tour puis les regards qui se tournaient dans leur direction. Le serveur rappliqua aussitôt, sec et tout de suite bien moins aimable que lors du service :

"Messieurs, votre attitude est touchante de bons sentiments, mais au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, ici nous travaillons. Arietta a des plats à servir et moi des commandes à coordonner. On ne peut pas embaucher de main-d’œuvre à la volée et faire attendre tout le monde pour vos beaux yeux ! Si vous voulez vous arranger, repassez à la fin du service, dans 2 heures !
-Bien sûr... Désolé... N'insistez pas Toarsen, s'il vous plaît. Nous reviendrons plus tard."

Le Marqué, désireux de ne pas créer des tensions, s'écarta aussitôt du passage pour laisser le personnel faire son travail et entraîna Toarsen avec lui vers la sortie en le tirant par la main. Dans la petite ruelle, il soupira tout en réfléchissant.

"Je sais que vous ne voulez pas m'embarrasser, et moi je ne veux pas causer de problème à ces aubergistes. Je peux comprendre que vous considériez avoir une dette, mais encore une fois je vous assure que ce n'est rien. Et si malgré tout vous voulez quand même aller la voir pour en parler, attendons de ne pas les gêner d'accord ? Nous ne ferions qu'envenimer les choses."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Lun 3 Avr - 15:34

À en juger par l’expression de la tenancière, l’air affolé du danseur et l’agressivité soudaine du serveur, Toarsen comprit bien vite qu’il n’obtiendrait pas gain de cause. Ça l’énervait d’autant plus, mais il savait qu’insister ne changerait rien. Ce qui ne l’empêcha pas de se faire engueuler alors qu’il commençait déjà à faire demi-tour ! Il ouvrit la bouche pour répliquer, mais…

-Bien sûr... Désolé... N'insistez pas Toarsen, s'il vous plaît. Nous reviendrons plus tard."

Soupirant, il renonça à se défendre, ou à dire quoi que ce soit, et se laissa traîner dehors comme un petit garçon. Toute expression disparut de son visage, qui se ferma pour redevenir froid et distant. Il sentait quelque chose monter en lui, quelque chose qu’il n’arrivait pas bien à identifier. Était-ce de la colère, de la culpabilité, du remords ? Probablement un peu de tout ça à la fois. Il s’en voulait vraiment. Mais il ne voulait pas se laisser exploser et s’efforça de contenir ce…truc dangereux qui montait en lui et qui ferait mieux d’y rester.

Tête baissée, sa main serrée sur celle de Merlin, il le laissa parler sans rien dire dans un premier temps. Il l’écouta…mais il avait de moins en moins envie de l’écouter.

« Comment…vous pouvez sourire… »

Il laissa planer sa phrase, à peine murmurée, quelques secondes. Parce qu’il avait du mal à contenir le flot d’émotions violentes qui le prenait. Il sentit une larme tomber de son œil, roulant doucement sur sa joue, le long des sillons de sa mâchoire crispée. Raté… Il se mit à crier :

« Comment vous pouvez sourire tout le temps comme ça dans votre situation ?! Ça ne vous fait rien ?! Je ne comprends pas ! Vous dites que vous prenez plaisir à m’offrir un repas, mais en contrepartie vous vous privez, et vous refusez que je vous rembourse ! C’est plus de l’altruisme là, c’est n’importe quoi ! »

Il se mit à pleurer à chaudes larmes, incapable de comprendre pourquoi il se mettait dans un tel état.

« Je comprends pas… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Lun 3 Avr - 18:59

L'espace d'un instant, l'athlétique Goldoan crut avoir désamorcé la situation et se félicita qu'un compromis ait été trouvé -revenir plus tard afin que Toarsen se sentît à sa juste place, sans que l'auberge y perdît des bénéfices. Toutefois il déchanta en constatant l'emprise de la main de l'archer dans la sienne, son visage crispé bientôt parsemé de larmes et les cris qui suivirent. Complètement pris au dépourvu, Merlin resta coi pendant une bonne dizaine de secondes.

"Hé ! Hé ! Hé ! Non ! Non non non non non ! Ne pleure pas s'il te plaît ! Toarsen..."

Il serra les dents, un peu paniqué de ne pas comprendre la cause de son état actuel. D'ordinaire les gens semblaient plutôt rassurés qu'on les aidât sans contrepartie, réconfortés, reconnaissants. Mais lui...

"Je ne suis pas riche c'est vrai, mais offrir un cadeau n'appelle pas de contrepartie. Du moins, ce n'est pas ce que j'ai appris. Je n'attends pas qu'on me rembourse ou qu'on me prenne en pitié. Je vis au jour le jour, je gagne mon pain le matin pour le midi et ainsi de suite. Je ne me prive pas mais je n'économise pas non plus, je le conçois. Est-ce pour autant un crime de vouloir simplement tendre la main à ceux qui en ont plus besoin que moi ?"

Avec beaucoup de douceur, l'artiste porta sa main libre à la joue de l'archer pour en essuyer les larmes, puis lui frictionna une épaule amicalement. Son mode de vie pouvait effectivement paraître plus que précaire aux yeux de son entourage -et en vérité, il l'était certainement-, mais cela constituait le quotidien de Merlin et uniquement de lui. S'il l'assumait pleinement, pourquoi le lui reprocher ?

"A quoi cela m'avancerait-il de pleurer, hein ? Avec un sourire au moins, je rends les autres joyeux. Pour moi c'est quelque chose de plus précieux que quelques pièces d'or."

Et pour donner du poids à ses paroles, le Marqué sourit à nouveau, posément, le regard empli de gratitude. Il ne s'agissait plus d'une bonne humeur mal placée, il connaissait la gravité des sentiments de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Lun 3 Avr - 19:41

Toarsen, pleurait, pleurait… Mais pourquoi ? Il n’en avait aucune idée, pour être tout à fait honnête. Il pleurait, sans en connaître la raison. Il ne parvenait pas à faire taire les larmes qui inondaient son visage, mais il n’en avait aucune envie non plus. Contre toute attente, ça lui faisait du bien. Juste un peu. Bien sûr, ça faisait paniquer complètement Merlin, mais ça, c’était plus bas dans la liste de ses problèmes. Il avait besoin d’extérioriser.

Le danseur essaya de le réconforter, mais sans grand succès. Vivre au jour le jour, l’archer le concevait très bien, lui-même y était forcé et il y trouvait son compte, mais n’avoir strictement rien et le donner quand même, sans se soucier de quoi que ce soit… Il ne comprenait juste pas ! Son esprit refusait de l’accepter.

Les gestes amicaux de son interlocuteur l’aidèrent quelque peu à reprendre le dessus sur ses émotions, mais il sanglotait toujours. Il essuya d’un revers du bras son visage encore trempé et secoua la tête. Non, évidemment que ce n’était pas un crime, de vouloir aider… Mais quelque chose n’allait pas du tout dans sa façon de faire.

"A quoi cela m'avancerait-il de pleurer, hein ? Avec un sourire au moins, je rends les autres joyeux. Pour moi c'est quelque chose de plus précieux que quelques pièces d'or."

« … Il ne s’agit pas de…*snif* de quelques pièces d’or… *snif* Tu aides, mais tu ne te…soucies même pas de toi-même… *snif* Ça te sert à quoi de faire…*snif* sourire quelqu’un, si en échange tu te mets en danger de ne pas…*snif* manger le soir ? »

Selon Toarsen, à rien. Rien du tout. Et ça lui déchirait inexplicablement le cœur. Pourquoi s’en souciait-il autant ? Pourquoi était-il si bouleversé par le sort d’un homme qu’il venait à peine de rencontrer ? Un cadeau était un cadeau, pourquoi ne pouvait-il pas simplement en profiter ? Qu’avait-il bien pu voir avant de perdre la mémoire pour se préoccuper à ce point de si une personne qu’il connaissait à peine pourrait manger le soir ?! Encore une fois, la question qui revenait était la même… Qu’est-ce que son passé inexistant pouvait être encombrant, tout de même !

« Je ne veux pas que…quelqu’un souffre…à cause de moi… »

… Quoi ? qu’est-ce qu’il venait de dire ? Surpris par ses propres paroles, qui avaient l’air de sortir droit de son cœur plutôt que de son cerveau, il se demanda…eh bien, il se demandait ce qu’il avait « voulu » dire, tout simplement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mar 4 Avr - 12:03

Percevant son besoin de s'épancher, le Marqué accepta les larmes sans montrer de signe d'impatience. Il chercha dans sa besace un mouchoir ou de quoi lui permettre de s'essuyer, mais cette fois-ci ne trouva rien de convaincant. La détresse de cet homme le touchait inexplicablement, et il songea que les rencontres de cet acabit présageaient de quelque chose. Il ne savait pas quoi, mais quelque chose de probablement important.

"Si j'ai vraiment dépensé tout ce que j'avais, je peux toujours aller en forêt cueillir des racines et des baies. Je sais éviter celles qui sont toxiques et récupérer ce dont j'ai besoin. Et puis je te l'ai dit : je suis danseur itinérant. Il me suffit d'aller dans un coin de rue et d'exercer mon métier pour amasser le prix d'un repas. Je n'ai vraiment pas à me plaindre de cette vie, d'autres sont bien moins lotis..."

Par quelques gestes doux, il invita son protégé à faire quelques pas avec lui. Avec ces deux heures de libre, ils pouvaient s'éloigner en toute tranquillité de l'auberge. Merlin leur fit emprunter des ruelles peu fréquentées mais pas moins vivantes que les grandes places de Sienne envahies de touristes et de gardes. Sans les cliquetis de ses bijoux, il était plus simple de déambuler sans se faire déranger, mais malgré tout son allure presque sauvage -plumes et quelques rubans, ainsi que ses pieds nus- leur valut des regards amusés et des saluts discrets.

Pendant tout ce temps, Toarsen n'avait pas desserré sa poigne dans la main du Marqué, aussi le danseur perçut ses muscles qui se détendaient petit à petit, son émotion passant au fil de ses larmes. Il s'arrêta sur ces derniers mots, fit face à l'amnésique du haut de son mètre quatre-vint-sept bien bâti.

"Est-ce que j'ai l'air de souffrir tant que cela ?"

A le voir, la réponse apparaissait avec évidence : bien sûr que non. Le jeune homme respirait la santé et la joie de vivre, ne fut-ce que par son regard et son allure virile. Ses acrobaties dénotaient d'une longue pratique et d'un entretien constant de lui-même, et sa force aurait pu en faire un excellent combattant. Il avait choisi une autre vie, une existence plus incertaine, mais du moment qu'il ne s'en plaignait pas, il considérait qu'on n'avait pas à le prendre en pitié. Ainsi cheminaient les artistes dans leur quotidien, depuis bien des siècles et pour probablement longtemps encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mar 4 Avr - 15:48

Si l’explication de son interlocuteur tenait parfaitement debout, elle n’arrivait en revanche pas à convaincre Toarsen, qui ne parvenait pas à se faire à l’idée que l’on puisse vivre de cette façon. Après, tout était certainement une question de mentalité et de perception des choses, mais sa propre perception n’avait pas l’air de correspondre à celle de Merlin… Pas du tout même.

Ils reprirent la marche, s’éloignant un peu plus de l’auberge, et il s’avéra que marcher aidait un peu l’archer à se calmer. Sa main restait cependant crispée sur celle du danseur sans qu’il ne s’en rende compte. Les rues étaient calmes, mais pas désertes. Une ambiance assez apaisante en vérité.

Son camarade s’arrêta alors et lui fit remarquer que non, il ne souffrait pas. Certes, mais… Mais ça ne convenait pas à Toarsen pour autant. Mais il dut bien admettre qu’il avait raison… Il soupira et haussa les épaules.

« Non, évidemment… Tu as même l’air plus en forme que la plupart des gens que j’ai croisés, à vrai dire… »

Un peu embarrassé, il ne voyait pas trop quoi dire de plus, étant donné que ses mots étaient partis plus vite que sa pensée. Il choisit donc de changer de sujet :

« Dis, Merlin… Tu viens d’où ? »

Et hop, diversion in extremis ! En plus, il pourrait sûrement en apprendre un peu plus sur la région, si ça se trouve le danseur venait encore d’un autre pays, et avec un peu de chance ce pays lui parlerait plus que les autres et se révélerait être son pays natal. Ça ne coûtait rien d’espérer, hein ?

Ils conversèrent ainsi de sujets moins tristes (a priori…) pendant le reste des deux heures qu’ils avaient à tuer. Toarsen en profita pour se renseigner le plus possible sur la géographie du continent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mar 4 Avr - 16:17

Un petit rire taquin répondit à la conclusion de l'archer concernant son apparence. Il commençait à se rendre compte que ses craintes n'étaient pas fondées, mais le demi-laguz se garda bien de le lui faire remarquer. Un semblant d'équilibre fragile s'installait entre eux et il ne voulait pour rien au monde le faire voler en éclats si vite.

A son tour, Toarsen posa une question curieuse, à laquelle Merlin se soumit volontiers :

"D'un tout petit village au sud-ouest de Begnion. Là-bas tout le monde se connaît et le rythme rapide des grandes villes n'est qu'un écho lointain."

Il se garda bien de dire que ces mêmes "tout le monde" avaient condamné sa mère à une sorte d'exil, par la faute de son apparence une fois son accouchement arrivé à terme. Cette histoire, il l'avait demandée des dizaines fois lorsqu'il était petit, car il ne comprenait pas pourquoi elle finissait si tristement. Né à Begnion, il aurait pu s'intégrer à cette communauté sans aucun problème, sans même se soucier de sa différence, mais le destin en avait décidé autrement. Ces quelques jours dont il ne se souvenait même pas ne comptaient pas dans son esprit. Toute son enfance, ces 200 années d'existence recluse, il les situait à Goldoa et Goldoa seulement. La patrie de sa mère était devenue la sienne, bien que les dragons l'aient rejetée en premiers.

Il sortit de nouveau sa vieille peau pour regarder les contours des pays voisins, lâchant tout doucement la main de l'archer pour pouvoir la tenir tendue devant eux deux. La précision laissait un peu à désirer, mais au moins il put lui montrer l'immensité de Begnion, Serenes comprise, les montagnes la séparant de Goldoa, Gallia et Criméa, les pays laguz de Phoenicis et Kilvas, moins peuplés depuis leur migration au cœur du continent, et enfin les nations lointaines de Daein et Hatary. Pour cette dernière, la carte n'étant pas très actuelle, il avait vaguement ajouté une frontière assez floue selon les informations glanées ici et là.

Ils voyagèrent à deux, leurs esprits se mêlant aux maigres connaissances du Marqué sur les territoires limitrophes, puis revinrent vers l'auberge sans trop se presser.

"... Et donc c'est en partie pour cela que j'ai décidé d'être itinérant au lieu de m'installer. Je veux voir ces pays de mes propres yeux, et peut-être qu'un jour je tracerais ma propre carte, qui sait ? J'ai beaucoup aimé mon séjour à Begnion, mais rester toute sa vie au même endroit m'ennuie."

Parvenus à destination, Merlin rangea sa peau et passa la tête par la porte ouverte de l'auberge. Arietta et un autre employé s'occupaient de la plonge dans l'arrière-boutique : on entendait l'eau de la pompe couler par intermittence et le bruit des assiettes déposées une par une sur leur pile. Le serveur un peu sec mangeait à son tour, non loin du comptoir, après un service particulièrement rempli. Entre deux cuillerées il aperçut les deux hommes et leur fit signe d'entrer.

"Venez ! Allez, venez, n'ayez pas peur. Allons bon messieurs, je ne vais pas vous manger. Je vous prie de m'excuser pour tout à l'heure, mais faire tourner une auberge met beaucoup de pression à l'heure des repas. On ne peut pas se permettre de s'interrompre, même pour les raisons les plus cordiales du monde. Arietta ! Arietta les deux petiots sont de retour !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mar 4 Avr - 17:37

Un tout petit village au sud-ouest de Begnion. Flûte. Un pays qu’il connaissait déjà. Heureusement, Merlin sortit de sa besace un objet des plus utiles : une carte ! Une carte du continent, qui avait l’air un peu vieille mais encore à peu près valable puisqu’il la lui montra. L’archer put ainsi découvrir l’immensité de Tellius.

Begnion semblait être le plus grand pays du continent, et quand il vit la localisation de Sienne par rapport à Daein il se demanda comment il avait pu chevaucher autant sans se rendre compte du temps qui passait. Il vit ensuite les pays frontaliers vers le sud, les deux grandes îles dont il apprit qu’elles abritaient des « laguz », un mot qu’il ne comprenait pas d’ailleurs, et enfin les derniers pays de la carte, dont Hatary qui avait dû être découvert récemment puisque la frontière était tracée un peu au pif.

Toarsen buvait toutes ces informations, examinant avec la plus grande attention la carte, gravant les noms et les frontières dans son esprit. Et quand le danseur la rangea…il s’aperçut qu’il l’avait encore en tête. C’était déjà un peu flou, mais il pensait avoir presque tout retenu. En une seule fois, il était plutôt fier de lui pour le coup !

Merlin lui apprit ensuite qu’il avait l’intention de voyager à travers tout le continent, voire peut-être de dessiner sa propre carte avec les connaissances qu’il amasserait au cours de son périple. Une sacrée ambition, l’archer était impressionné. Il hocha la tête.

« C’est un chouette projet. Je peux comprendre que tu veuilles voyager, pour être honnête en voyant ta carte moi aussi j’ai bien envie d’aller faire un tour dans tous ces pays. Même si pour moi ce sera sûrement plus dangereux, avec ma maladresse verbale ! »

Il ponctua sa remarque d’un petit rire. Il prenait le sujet avec une certaine légèreté, après tout, pourquoi s’en inquiéter quand il ne pouvait rien y faire ?

Ils revinrent alors à la taverne, et furent accueillis avec un peu plus de sympathie qu’ils n’en avaient reçu en partant. L’archer secoua la tête devant les excuses du serveur.

« C’est moi qui suis désolé, je me suis laissé emporter, j’aurais dû me douter que vous aviez trop de travail pour m’écouter. »

Il attendit donc avec plus de patience que la tenancière se libère et vienne vers eux. Cette fois, il était parfaitement calme, il n’était plus guidé par l’impulsivité de tout à l’heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mar 4 Avr - 20:35

"Bha, n'en parlons plus."

L'homme se remit à avaler son repas tranquillement, visiblement bien content de pouvoir faire une pause après toute cette agitation. Une minute plus tard, après avoir remis les rênes de la cuisine au plongeur en poste, Arietta arrivait près du comptoir. Elle se sécha les mains sur son tablier, remplit un verre d'eau fraîche qu'elle avala d'une traite, s'empara de son livre de comptes puis se dirigea vers ses deux clients avec un grand sourire.

"J'ai eu peur que vous ne soyez partis sur un malentendu ! Alors, dites-moi. Si j'ai bien compris Merlin vous offrait le repas, et vous voulez le rembourser pour éviter de le mettre en difficulté c'est ça ? Le plus simple dans cette situation serait que vous lui donniez directement la somme, mais si j'en juge par votre insistance... vous ne la possédez pas, pas vrai ?"

Le Marqué réalisa qu'il n'avait même pas envisagé cet aspect de la situation : il venait de dépenser le reste de ses économies pour une personne qui voulait le rembourser... sans avoir d'argent sur elle ? Son visage marqua l'hébétude tandis qu'Arietta s'offrait volontiers un petit rire moqueur.

"Asseyons-nous, il faut réfléchir à tout cela."

Elle montra l'exemple en s'asseyant à une table proche et ouvrit son livre de compte pour retrouver la transaction. Elle en énonça le montant à Toarsen puis, à titre indicatif, le prix d'une nuit en auberge, le prix moyen des repas dans la ville et le coût d'entretien d'un cheval pour une nuit.

"Si vous comptez rester plusieurs jours en ville, il va falloir travailler dur et trouver vite. Sienne est une capitale, elle s'assure les moyens de ses ambitions si vous voyez ce que je veux dire."

Merlin tourna la tête vers Toarsen en réfléchissant. Aussi généreux pouvait-il être, il ne gagnerait pas suffisamment pour faire vivre quotidiennement un homme et son cheval. Voyant son air dépité et pensif ainsi que l'archer face à elle, Arietta se racla la gorge et referma son livre.

"Je ne peux pas vous rendre la somme. Une fois que je l'ai inscrite, ce serait trop embêtant d'effectuer des changements de trésorerie pour ma comptabilité. Mais si vous me rendez quelques menus services, nous pouvons nous arranger pour que je vous héberge et que je déduise cette somme de ses prochaines nuits. Par contre, vous m'adiez que vous ne saviez pas faire grand-chose... Que savez-vous faire alors ? Menuiserie ? Plomberie ? Vaisselle ? ... Ménage ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mar 4 Avr - 21:29

Malgré son calme retrouvé, le jeune homme ne put retenir une légère grimace quand Arietta résuma la situation de façon assez…directe, mais simpliste. Elle avait les grandes lignes, mais pas les détails. Détails qu’il lui donna, détournant le regard pour ne pas croiser le sien.

« Pour être tout à fait honnête je ne pensais pas rembourser avec de l’argent, sinon je finirai probablement dans la même situation que lui et ça n’avancera personne… »

Il n’avait pas encore compté ses pièces, mais il se doutait que s’il avait assez pour payer ce fichu repas, c’était à une pièce près. Et s’il repartait sur la route sans argent, certes il ne se le ferait pas voler, mais il ne pourrait pas non plus se payer quelque chose en cas de nécessité absolue. Donc il valait mieux qu’il garde sa bourse avec son contenu actuel et qu’il trouve un autre moyen de payer sa dette.

Ignorant la moquerie de son interlocutrice, il la suivit et s’assit à la table qu’elle avait choisie. Il l’écouta donner le prix de ce qu’il devait et commença à réfléchir. La capitale était décidément très chère, ce qu’elle lui confirma immédiatement. Il commençait doucement à se dire qu’il aurait mieux fait d’ignorer ce fichu prêtre ce matin, de faire semblant de ne pas l’entendre, plutôt que de provoquer toute cette série d’événements ! Comment est-ce qu’il allait bien pouvoir se débrouiller, lui qui n’avait aucune compétence a priori ?! Il n’avait aucun moyen de gagner de l’argent rapidement… Mais dans quoi il s’était embarqué…

Il lâcha un gros, gros soupir, et Arietta interpréta ça comme un aveu de faiblesse. Elle lui proposa de payer par services rendus, ce à quoi il avait pensé dès le départ mais bien sûr personne ne l’avait laissé parler. Elle énuméra alors une petite liste de possibilités, à laquelle il répondit par un ricanement amer.

« En fait, je suis meilleur élève que faiseur, actuellement. Je sais que j’apprends vite, donc si vous me dites ce que je dois faire, je devrais pouvoir y arriver à peu près en un temps raisonnable. Je ne peux pas porter de charges trop lourdes, mais sinon… Qu’est-ce que vous voudriez que je fasse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mer 5 Avr - 14:59

"Malheureusement, "être un bon élève" n'est pas un métier... Les travaux que je voudrais que vous fassiez, ou bien je ne sais pas les réaliser moi-même, raison pour laquelle je fais appel à des professionnels, ou bien j'ai déjà suffisamment de personnel, déjà formé en prime, pour effectuer toutes les tâches."

Un silence pesant tomba sur le trio, qu'Arietta n'osa pas rompre en demandant à l'archer s'il souhaitait toujours aider. Elle ne souhaitait pas étouffer ses belles valeurs humaines, mais ses possibilités en la matière restaient limitées. Un petit établissement comme le sien ne survivait à Begnion que grâce au calme du quartier, à la qualité des repas et à l'efficacité du service. Former un apprenti en assurant toutes les autres fonctions n'entrait pas dans ses moyens. Elle dévisagea Merlin, suivant le même raisonnement qu'elle.

"Tu ne pourrais pas... lui apprendre à danser ? Quelques mouvements...
-Quelques mouvements bien sûr que je pourrais, mais les gens ne donnent pas de pièces pour ce qu'il pourrait apprendre en quelques heures. Mes tours, je les pratique depuis des années, j'ai entraîné mon corps pour, il ne s'agit pas juste de sauter de table en table pour impressionner la galerie..."

Le Marqué songea aux différents atouts que possédait, de ce qu'il savait, Toarsen. Un cheval, un arc.

"Peut-être... Peut-être s'engager dans un tournoi d'adresse ? Tirer sur une pomme à cents mètres, ou à cheval... Lancer un objet en l'air et le transpercer avant qu'il ne retombe au sol, je ne sais pas trop... Est-ce que tu serais capable de réaliser ce genre de choses ?"

Un coup d’œil au vieil arc usé lui souffla déjà une partie de la réponse, mais le nomade pouvait lui réserver des surprises. Après tout, les apparences...

"Les possibilités ne sont infinies de toute façon : soit nous travaillons nous-mêmes, mais comme Toarsen je ne sais pas m'y prendre en menuiserie, plomberie ou gros travaux, soit nous gagnons de l'argent avec des tours qui amuseront les passants, soit à moins de trouver un mécène particulièrement disposé à notre égard nous allons voir directement tes fournisseurs pour apprendre auprès d'eux et revenir ensuite ici. Cependant, si toi tu n'as pas le temps de nous former, est-ce qu'eux l'auront ?"

Sans être tout à fait catégorique, Arietta secoua négativement la tête. Les chances se réduisaient à vue d’œil et elle ne pouvait rien pour eux dans ce domaine.

"Peut-être... Tu viens de me donner une idée Merlin. Apprendre auprès d'eux prendrait du temps, sans doute trop. Mais si vous êtes persuasifs et que vous m'obtenez des ristournes... Oui, ce pourrait être une idée. C'est comme si vous aviez fait une partie du travail. Je vais vous donner les adresses des différents artisans que je souhaiterais solliciter. Si vous leur rendez des services peut-être plus simples, ou si vous trouvez le moyen de les convaincre, quelque chose serait possible. Qu'est-ce que tu en dis Juan ?"

Le serveur à la table d'à côté sourit, son assiette vide devant lui.

"J'en dis que la jeunesse a plus de ressources qu'elle ne pense ! Même s'ils reviennent les mains vides, ça ne coûte rien d'essayer."


Dernière édition par Merlin le Mer 5 Avr - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mer 5 Avr - 16:26

Et voilà qu’il se faisait encore envoyer promener… Bon, il s’y était un peu attendu, mais ça restait vexant. Il essayait vraiment, il faisait tous les efforts qu’il pouvait…à savoir rien du tout, il en avait bien conscience. D’un point de vue extérieur, c’est-à-dire du point de vue de tout le monde, il ne savait rien faire, et ça ne servirait à rien d’essayer de lui apprendre quelque chose. Le silence retomba. Toarsen envisagea de renoncer. Après tout… S’il partait et ne revenait jamais à Sienne, il y avait peu de chance qu’on le lui reproche, non ? Et puis comme ça, le jour où il reverrait Merlin, avec un peu de chance il aurait de quoi lui rembourser cette dette. Oui, ça avait l’air d’une bonne idée…

Les deux autres commencèrent à parler de lui apprendre des choses ou d’autres, sans jamais trouver la moindre idée viable. Ah, ils étaient bien avancés, avec sa bêtise ! L’archer lorgna sur son arc quand on le mentionna et eut un sourire sans joie. Ce truc tenait toujours debout après le voyage, c’était plutôt bon signe, mais de là à tenter un concours avec… Ha ! Ça aurait au moins le mérite de faire rire les passants. Mais ça ne serait sûrement pas suffisant pour leur arracher autre chose qu’un rire, et on ne transformait pas le rire en or.

Les autres continuaient de parler, et lui ne disait toujours rien. Il réfléchissait. Enfin, à moitié. L’autre moitié de son esprit était déjà partie proche de la dépression. Mais la moitié qui réfléchissait, elle, commençait à voir poindre une petite idée qui avait presque l’air de ne pas être trop mauvaise… C’était suffisant, non ?

« Est-ce que…vous auriez de quoi écrire ? Je voudrais essayer quelque chose… »

Si quelqu’un lui donnait ce qu’il demanderait, il le mettrait dans une de ses grandes poches, dans un cas comme dans l’autre il sortit juste après. L’air complètement absent sur son visage ne devait pas donner particulièrement confiance, mais c’était bien le dernier de ses soucis. Il avisa une rue longue, droite, et surtout déserte.

« Ici ça devrait aller… »

[Note HRP : J’ai fait un jet de mémoire, j’ai fait un échec. J’ai ensuite fait un jet d’apprentissage, j’ai fait encore une réussite faible. Et puis j’ai fait un jet de chance, et j’ai fait une réussite critique…]

Encochant une flèche, il banda son arc et visa…a priori rien du tout. Juste le fond de la rue, donc strictement rien. Il attendit un peu, le temps d’évaluer et d’ajuster sa posture, et tira. Certaines personnes croient aux miracles. D’autres sont plus sceptiques, mais là, même un sceptique se serait posé des questions. En effet, la flèche partit loin, dans un beau mouvement en cloche, et le temps qu’elle arrive à destination, elle heurta non pas le pavé, mais la cheville de quelqu’un qui déboulait en courant. La personne tomba au sol.

Toarsen, bien embêté, s’avança pour aller présenter ses excuses, et vit alors arriver trois gardes lourdement armés, qui encerclèrent sa malencontreuse victime, perplexes. Ils se tournèrent vers lui.

« C’est…vous qui avez tiré ? »

« Euh, oui, je suis désolé, je ne pensais pas que… »

Le soldat leva la main pour l’interrompre. L’archer déglutit. Puis il remarqua que les deux autres relevaient l’homme à terre et lui arrachaient le sac qu’il avait dans les mains.

« Cet homme a volé l’argent de l’église du quartier, vous nous avez facilité la poursuite en l’arrêtant. Nous vous en remercions. »

« Ah. Euh… De rien. Ravi d’avoir pu aider. Je pourrais récupérer ma flèche, s’il vous plaît ? »

Complètement perdu, il n’avait rien trouvé de mieux à dire pour le coup. La moitié de son cerveau qui jusque là réfléchissait venait de s’endormir sous le coup de la surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Ven 7 Avr - 13:39

Tout à leur débat, l'aubergiste et Merlin songeaient mutuellement qu'ils tenaient peut-être LA solution pour régler le problème de Toarsen de façon réaliste et convaincante. Alors qu'ils se tournaient vers lui pour lui demander si la solution lui paraissait acceptable, le jeune homme ignora complètement leurs interrogations et réclama de quoi écrire. Arietta eut un temps d'arrêt puis se dirigea vers le comptoir, d'où elle extirpa deux feuilles servant vraisemblablement de brouillons raturés. Sur l'une d'elle, elle inscrivit les noms de ses artisans pour les travaux, sur l'autre, une face vierge et une face gribouillée se disputaient.

"Est-ce que ce sera suffisant ? Que comptes-tu faire avec ?"

Sans donner particulièrement de détails, le beorc sortit de l'auberge, l'air impassible, presque hagard. Merlin fit signe à la tenancière et au serveur puis le suivit, soucieux de ce qu'il pouvait avoir imaginé pour afficher une expression pareille. Ils se suivirent ainsi jusqu'à une ruelle, où le jeune homme banda son arc et arma un tir pendant plusieurs secondes, avant de finalement décocher une flèche qui alla se ficher en plein talon d'une personne... coupable de vol dans un église.

Le danseur, plutôt abasourdi, s'avança en retrait de l'archer, dévisageant l'homme qui geignait de douleur pendant que son pied lui faisait souffrir atrocement et le vidait doucement de son sang. Il regarda Toarsen comme s'il voyait un fantôme en l'entendant simplement réclamer cette dernière, plantée dans le pied de sa victime. Les gardes s'entre-regardèrent, plutôt étonnés eux aussi.

"Eh bien...
-Mais enfin, tu ne vois pas que tu l'as blessé ! Tout ce qui t'intéresse c'est ta flèche ?! A moins que tu veuilles aggraver sa plaie, il va falloir casser l’empennage.
-Ola doucement ! Votre ami a rendu service à la Loi, témoignez-lui un peu plus de respect tout de même !
-Le jour où il vous tirera dessus par mégarde, je pense que vous préférerez qu'on vous soigne plutôt qu'on cherche à récupérer le projectile.
-Bien dit ! Lança le fugitif."

Les gardes et Merlin se tournèrent d'un même élan vers le malheureux pour lui intimer d'un regard de se taire. Il demeurait coupable de vol, qui plus est dans une institution religieuse. Toutefois le Marqué disposait de suffisamment de compassion pour vouloir le traiter décemment malgré son larcin.

"C'est Ashera qui l'a puni en lui infligeant ce tir ! Le propriétaire de la flèche doit décider."

L'attention revint alors à Toarsen, soulignée par les râles douloureux du pauvre hère soutenu et encadré par ses deux gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Lun 10 Avr - 13:51

Quand Arietta lui demanda ce qu’il voulait faire avec ce papier, il se contenta d’un haussement d’épaules distrait. Il avait une idée tellement vague de ce qu’il voulait faire qu’il ne pouvait pas s’expliquer autrement qu’avec un « des tests » qui l’aurait très certainement fait rembarrer illico. Tant pis, il leur expliquerait peut-être quand il aurait fini, si ça menait à quelque chose.

Une flèche, une seule, et voilà qu’il était embarqué dans un tourbillon de n’importe quoi… Il avait perdu d’un coup la moitié de ses facultés mentales, et il ne comprenait pas du tout ce qu’il se passait. Il entendait la dispute, mais de loin, comme si son esprit refusait de l’entendre. Il secoua la tête et se gifla pour reprendre ses esprits.

"C'est Ashera qui l'a puni en lui infligeant ce tir ! Le propriétaire de la flèche doit décider."

Ah… On s’adressait à lui. Il releva la tête vers le garde, puis la tourna successivement vers le voleur, Merlin, le garde à nouveau, et enfin sa flèche. Il soupira lourdement.

« Le problème, c’est que je n’ai presque plus de flèches, et j’en ai vraiment besoin. Je n’ai pas les moyens d’en racheter, alors… »

Il réfléchit brièvement, se demandant comment il était censé réagir. Il voyait bien le reproche dans le regard du danseur, mais il ne savait pas trop comment il aurait dû s’y prendre. Il eut finalement une idée, la seule qui avait l’air de valoir qu’on s’y intéresse.

« Après, s’il y a un guérisseur quelque part, on pourrait toujours aller le faire soigner ET je pourrai reprendre cette fichue flèche sans qu’il perde trop de sang. Moi je ne sais pas, je ne connais pas la ville, vous saurez mieux que moi. »

Ça lui paraissait être un bon compromis, ou tout du moins un compromis acceptable. Et pendant que les autres délibéraient, il en revint à la raison pour laquelle il avait tiré cette flèche. Il regarda l’endroit d’où il avait tiré et essaya d’évaluer la distance que le projectile avait parcourue. Là par contre, il séchait. Il allait devoir compter les pas, mais il se voyait mal donner l’impression de s’en aller sans s’occuper du problème qu’il avait causé. Donc, il ferait ça plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Mar 11 Avr - 13:40

D'accord. Donc Toarsen était non seulement amnésique, mais aussi TOTALEMENT déconnecté des réalités matérielles du monde. Ici, il s'agissait de Begnion, et mieux encore de Sienne. Une capitale immense gorgée de nobles et des clercs pompeux imbus de leurs pouvoirs, qui négligeaient parfois (souvent ?) le petite peuple et les conditions de vie quand elles ne les concernaient pas.

"Et qui va le payer, ce guérisseur ?"

La colère du Marqué se changea en découragement, pas face à la situation présente car il avait très clairement son idée sur la manière de la résoudre, mais plutôt sur l'attitude extraordinairement détachée et indifférente du cavalier. A bien y réfléchir, des deux hommes, c'était peut-être lui-même le plus enfoncé dans les problèmes depuis qu'il l'avait arraché aux griffes des superstitieux indignés. Au moins sa chance le servait : Arietta comprenait, les gardes semblaient partagés entre un devoir d'humanité et la loi, sans que l'un ne soit forcément incompatible avec l'autre.
L'un des soldats se pencha pour arracher la flèche directement à la fin du voleur, sans prendre en prendre l'agrandissement de la blessure qu'il allait provoquer, l'hémorragie qui suivrait et les conditions peu propices à traiter une urgence médicale.

"J'irai t'en tailler une dizaine de flèches, si ce n'est que cela !"

Sans avoir la moindre idée de comment il allait s'y prendre pour équilibrer un empennage sur une base de bois qu'il aurait grossièrement façonnée en pointe, Merlin consulta les deux gardes du regard -ne pas froisser l'autorité locale-, qui voyaient là un dédommagement correct pour le héros du jour, et le laissèrent s'accroupir, casser l'extrémité du projectile et retirer aussi proprement que possible l'autre partie du pied du voleur. Celui-ci gémit douloureusement mais ne rechigna pas à fournir un mouchoir qu'il gardait dans une poche intérieure pour confectionner un bandage de fortune, conscient que les choses auraient pu se passer bien plus mal pour lui.
Il s'éloigna en claudiquant sans demander son reste, pendant que les gardes saluaient et repartaient vers l'église avec l'argent volé du tronc, le sentiment du devoir accompli. Dégoûté par le sang sur sa main, Merlin secoua la tête. Cette odeur le dérangeait, cette texture. Il frissonna mais tenta de rester calme.

"Il y a un parc à deux rues d'ici. Je vais aller profiter des fontaines pour me rincer les doigts... Je ne sais pas ce que tu comptais faire avec cette flèche mais tu pouvais éviter de blesser tous les gens que tu croises, que ce soit dans leur orgueil ou dans leur chair, je pense que nos chances de résoudre ce problème augmenteraient considérablement. "

Le danseur voulut tout de même se montrer amical et tapota le dos du jeune homme dans un geste qu'il espérait réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toarsen
avatar


Messages : 33

Feuille de personnage
Niveau:
8/20  (8/20)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   Ven 14 Avr - 11:14

"Et qui va le payer, ce guérisseur ?"

Toarsen se rétracta devant cette accusation à peine voilée. Comme si c’était sa faute… Comme s’il était responsable de son amnésie… Comment il était censé deviner qu’une activité aussi altruiste pouvait être pratiquée en tant que métier égoïste ? Comment était-il censé deviner comment fonctionnait une capitale, alors qu’il ne se rappelait pas en avoir jamais vu une ? COMMENT ?! Blessé, il se renfrogna et resta parfaitement muet à partir de maintenant. S’il ne disait rien, peut-être qu’on ne lui reprocherait plus d’être un imbécile.

Il regarda à peine le danseur briser sa flèche, ignorant superbement sa remarque suivante, se doutant qu’une flèche n’était pas si facile que ça à tailler, il avait examiné l’empennage, ça avait l’air d’un travail de professionnel, pas d’un truc fait à l’arrache par un archer en manque de projectiles.
Le voleur partit de son côté, les gardes du leur. Cette histoire se terminait à peu près bien pour tout le monde…sauf pour l’archer. Toujours immobile et muet tel une statue de glace –ce qui correspondait assez bien à son regard.

Merlin poursuivit ses accusations et ses reproches. Il pensait sûrement bien faire, mais il s’adressait à la mauvaise personne. Toarsen ne lui adressa pas même un regard, il ne fit pas mine de réagir à ce qu’il disait. Lentement, il alla ramasser les deux morceaux de sa flèche et les mit dans son carquois sans prendre la peine de les nettoyer. Il prit ensuite son arc, le regarda longuement…

(Si je perds une flèche à chaque ville dans laquelle j’entre, est-ce que ça vaut encore le coup de manier ce débris ?)

La réponse lui vint assez vite. Non. Il n’avait pas assez de flèches, pas assez d’argent, ça ne servait à rien de s’acharner. Il aurait plus vite fait de changer de voie pour devenir voleur, au moins il aurait de quoi se payer à manger !

Ignorant les larmes qui perlaient au coin de ses yeux, il leva le bras et l’abaissa brusquement, projetant son arme sur le sol. Tant pis si ce truc se brisait, de toute façon il ne lui servait plus à rien ! Toarsen, écœuré de tout, jeta un coup de pied dans son arc pour l'envoyer au loin et fondit en larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Croire ou mourir, il faut choisir [Merlin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Boire, ou bien se conduire... il faut choisir [PV Aïlin]
» Il faut bien savoir choisir ses amis ... [Nico/Elo]
» Si l’on veut mourir, il faut d’abord vivre. - Jezabel
» Faut choisir de pas y penser, choisir que ça existe pas, choisir de pas avoir de problèmes avec ça. Il faut sortir, faut voir ses amis. Et attendre que ça revienne.
» Il faut choisir dans la vie entre gagner de l'argent et le dépenser : on n'a pas le temps de faire les deux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Sienne
-