AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Engar, l'Hérétique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Engar
avatarMarqué


Messages : 233

Feuille de personnage
Niveau:
16/20  (16/20)
Points d\'Expérience:
85/100  (85/100)

MessageSujet: Engar, l'Hérétique   Ven 31 Mar - 2:13

Prénom & Nom de votre Personnage.

    NOM : ???
    PRÉNOM :Engar
    SURNOM : L'hérétique
    ÂGE : 22 ans
    SEXE : Masculin/Féminin
    RACE : Marqué
    PEUPLE/CLASSE : Nomade (Choix d'arme: Arc)
    PAYS D'ORIGINE : Begnion

Psychologie.

Le mental de votre personnage. Le trait le plus marqué chez Engar est probablement celui qui lui vaut son surnom, à savoir son manque total de piété. Il est un fait que le marqué a des réactions pour le moins hostile à l'encontre des divinités, de leurs cultes et de leurs adorateurs les plus fervents, n'hésitant pas à commettre tout blasphème possible, le faisant même avec joie. Il qualifie d'ailleurs respectivement Ashera et Yune de "bigotte de l'ordre" et de "catin du chaos" et s'amuse des réactions des fidèles, qu'ils soient choqués ou furieux. Cela pourrait être un trait d'esprit appartenant à un individu irrévérencieux en toute chose, voir même cruel au vu du plaisir qu'il y prend.

Pourtant, il n'en est rien. Engar, en soit, de par les récits de grands chefs militaires et les entraînements qui ont bercés son enfance, a un certain respect à l'égard de l'autorité, à condition que cette dernière soit exercée par une personne qui en est digne. De façon général, il tient en estime tout individu qu'il considère comme méritant, et cela à ses yeux ne se traduit pas uniquement par les résultats. Quelqu'un faisant tout pour améliorer sa situation mais échouant, pourra être témoin de toute la compassion dont il est capable, le marqué n'hésitant pas alors à aider l'infortuné pour récompenser ses efforts. Par contre, il a un certain mépris envers ceux qui cessent de lutter et s'en remettent à la seule providence, ou pire, aux déesses.

Il est pas ailleurs nécessaire de préciser qu'Engar est particulièrement sensible quant à sa condition de marqué. En conséquence, il fait de son mieux pour dissimuler cette dernière, en dépit de son ampleur conséquente, et si jamais quelqu'un venait à faire une remarque déplaisante à ce sujet, ou même à simplement le prendre en pitié, il s'en courroucerait grandement, n'hésitant pas dès lors à tirer les armes. D'ailleurs, il n'hésite pas à user de ces dernières quand la situation s'en présente, qu'il se juge provoqué ou qu'il sache pertinemment avoir causé la colère d'autrui ! Cela lui fait même plaisir en vérité, bien que quand on l'en accuse il dira juste que c'est la seule chose qu'il sait faire.

Ce qui n'est pas tout à fait vrai, en plus d'autres talents nécessaire à tout combattant correctement formé, tel la capacité à entretenir ses armes ou à prendre soin de sa monture, c'est aussi un excellent cuisinier !


Physiologie.

L'apparence de votre personnage. La première chose qui se voit lorsque l'on fait face à Engar, c'est le bandage qu'il arbore, coloré, issu d'une tenue déchirée d'un prêtre, qui lui couvre grossièrement la moitié droite du visage, avec une faille au niveau de l’œil lui permettant de voir à peu près convenablement. Si on l'interroge sur ce qu'il y a dessous, il prétendra qu'il s'agit d'une cicatrice particulièrement ample ou de hideuses brûlures, mais ce qu'il y cache c'est en vérité la marque trahissant ses origines, placé à un endroit particulièrement visible et étant assez ample pour aller du menton jusqu'au front, formant des arabesques sur lesquels il ne s'est jamais véritablement attardé tant elles le dégoûtent. A cela s'ajoute au niveau de son visage, deux yeux dorés, tendant à fixer ses interlocuteurs de façon perçante, celui se distinguant au travers du  bandage pouvant renvoyer une impression parfois dérangeantes. En comparaison ses courts cheveux bruns en bataille paraissent particulièrement quelconque, tout comme ses traits, qui bien que fins sont assez communs. Par ailleurs malgré son âge il semble tout juste commencer à entrer dans l'âge adulte.

Qui plus est, Engar est relativement petit, mesurant environ 1 mètre 75, il arbore pourtant un profil élancé, la seule musculature visible de son corps se trouvant au niveau de ses épaules, s'étant formée à force de manier l'arc. Quant à ses habits ils sont assez simples, se constituant d'une tunique verte et d'une cape brune élimée, offrant peu de protection, mais pouvant lui permettre de se cacher partiellement dans la végétation si besoin. Les seuls éléments d'armures qu'il possède sont des protections de cuir bouilli couvrant ses bras et ses épaules, afin de limiter tout risque d'incident qui l'empêcherait de pouvoir user de son arme.


Biographie.

L'histoire de votre personnage. Où suis je né exactement ? Qui sont véritablement mes parents ? Pourquoi est ce que j'existe ? Ce sont des question qu'un individu dans ma situation doit se poser la plupart du temps, je suppose du moins... Mais pour ma part, je les ignore depuis longtemps tout simplement car les réponses je les ai déjà. Je suis né quelque part à Begnion, de l'union d'un Laguz et d'un humain et j'existe de par leur volonté, et non celles des déesses. J'ai bien conscience qu'elles sont approximatives, mais j'ai été élevé avec assez de pragmatismes pour ne pas chercher de réponses plus précises. Après tout, à quoi cela me servirait il ? Tout au plus y perdrai je mon temps !

Pour autant, je n'oublie pas d'où je viens... Et je ne parle pas de ma naissance même, mais de ce qui a fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Bien sûr, j'étais au tout début trop jeune pour me souvenir par moi même de tout les détails, mais je fais assez confiance à mon mentor pour croire ses récits.

Ainsi tout a commencé avec Ethan, un vétéran originaire de Begnion, qui avait participé au service de son seigneur à tout les affrontements qui l'avaient opposé aux autres nobles. Lors de ces conflits, il ne s'était jamais assez démarqué pour réellement gagner en grade, mais il l'avait suffisamment fait pour être considéré comme un héros au sein de son village. Plus encore, il en était revenu physiquement indemne, enfin du moins sans membre tranché ou invalidité, ce qui lui avait valu d'être considéré comme béni par Ashera. Enfin, il s'était tout de même au final enrichi à travers ces batailles, assez pour pouvoir vivre une vie tranquille au sein de son village sans avoir à se rompre le corps au champs, et ayant pour seule obligation, plus ostentatoire qu'autre chose, de patrouiller autour du village pour le protéger.

Et ce fut justement lors d'une de ces patrouilles qu'il me trouva. Un enfant braillant et geignant entre les racines d'un arbre, maladroitement emmailloté et arborant une... Odieuse marque... Suite aux déclarations concernant ceux de mon espèce, il était de son devoir de mettre un terme à l'aberration que j'étais. Seulement, ce que ses braves compatriotes ignoraient, c'est que les guerres avaient laissés des cicatrices autres que physiques à Ethan. Après tant de batailles, de victoires comme de défaites, de meurtres commis et d'amis perdus, il avait perdu la foi, et ne croyait plus depuis longtemps aux propos tenus par l’Église, tout comme il ne vénérait plus aucune des deux déesses. Cela, ainsi que probablement une certaine lassitude à l'idée de tuer, l'amenèrent à m'épargner, et même à me recueillir.

Par contre, il n'était pas particulièrement habile pour le mensonge, mais était néanmoins assez rusé pour savoir qu'en me cachant trop il attirerait les soupçons. De fait, dès son retour au village il me présenta aux habitants, et me déclara sous sa protection. Cela bien sûr suscita quelques remous, quelques inquiétudes, mais son statut de héros local, et la promesse qu'il fit de m'éliminer si jamais je devenais dangereux, furent suffisant pour calmer les esprits. Ce fut, je crois, un choix judicieux. Après tout Ethan, avec les guerres, n'avait pas eu le temps de fonder une famille et n'en avait plus l'envie. Il n'avait AUCUNE idée de comment s'occuper d'un enfant et il dut plus d'une fois demander l'assistance de quelques individus plus ou moins conciliants, qui n'aurait pas eu de peine à découvrir la supercherie s'il y en avait eu une.

Pour autant, les apparences demeuraient importantes, et de fait, j'ai dissimulé le signe de mon infâme héritage dès mon plus jeune âge, avant même que j'ai conscience des raisons d'une telle chose. Cet effort, joint à l'aura de mon tuteur, me permirent d'être globalement toléré au sein du village, même si je fus maintenu à l'égard des autres enfants. Une attitude d'autant plus marquée par le fait que je grandissais plus lentement que les autres enfants, et cela rien ne pouvait être fait pour le dissimuler. Cela dit je m'en moquais à l'époque ! Je n'avais d'yeux que pour Ethan qui, à défaut de savoir exactement comment prendre soin de moi, fit de son mieux pour m'éduquer. Pour se fait il m'apprit tout ce qu'il pouvait au travers de ses récits, qu'il édulcorait de moins en moins au fur et à mesure que je grandissais. Ainsi il me fit connaître les noms de véritables légendes et les astuces employées qui menèrent aussi bien à leurs triomphes qu'à leurs défaites. Il m'enseigna également comment lire et écrire, ce qu'il avait péniblement appris à faire au fil des conflits afin de pouvoir lire les ordres de ses supérieurs. Se faisant, il m'enseigna également à respecter la juste autorité, mais pour autant à toujours réfléchir afin de ne pas la suivre aveuglément, ainsi qu'à me défier des déesses.

Cependant, lors de ma dixième année à ses côtés il fut appelé pour un autre conflit, bien plus lointain, bien plus conséquent. A cet instant je fus confié aux autres habitants, qui, je dois l'admettre, malgré leur mépris, s'occupèrent bien de moi. Même si mon éducation même fut quelque peu délaissée durant cette période, je n'eus pas à me plaindre, et j'étais de toute manière trop préoccupé à l'idée qu'Ethan puisse mourir à chaque jour qui s'écoulait. Cette période me sembla être une éternité, mais de nouveau, au terme du conflit, il revint, indemne, bien qu'encore un peu plus fatigué qu'avant. Cela cependant ne l'empêcha pas de sourire lorsque je l’accueillis chaleureusement, pas plus qu'il ne cessa de me former, bien que ce fut à cet instant qu'il commença à m'entraîner de façon plus martiale.

Ainsi, en plus de me faire part de ses nouveaux récits, il me forma au maniement des armes. A ce sujet, je crois qu'il surestima à l'époque mes aptitudes physiques en voulant m'apprendre à manier, comme lui, la hache ! Cependant, se rendant rapidement compte de son erreur au vu de mes efforts maladroits pour manier une arme bien trop lourde pour moi, il préféra finalement m'enseigner le maniement de l'arc, son arme secondaire, qu'il appréciait moins, mais connaissait suffisamment bien pour m'en apprendre le maniement. C'était là une arme qu'il put aisément adapter à ma faiblesse d'enfant et je ne tardais pas à y développer mes talents.

Cela dit, l'entraînement ne se limitait pas au tir à l'arc... J'ignore si c'était pas obsession de me faire atteindre un niveau proche du sien, ou parce qu'il savait que j'aurai tôt ou tard des ennuis, mais il m'accoutuma bien vite à entraîner mon corps, aussi bien musculairement qu'à la fatigue ou à certains températures. A bien y regarder c'était de la maltraitance, mais au vu de ce que j'en ai retiré, et de ses intentions, je ne lui en veux pas. Au contraire même ! J'appris également alors comment monter sur le cheval qu'il utilisait durant ses patrouilles, et je crois que c'est bien le seul domaine où je l'ai rapidement dépassé ! Il râla une bonne semaine après cela ! Ah, c'était le bon temps...

Et ce dernier a bien duré, durant des années je suis resté aux côtés d'Ethan, à suivre ses enseignements, puis lors de mes treize ans survint une nouvelle guerre, une nouveau conflit, où il ne s'agissait pas de défendre nos alliés, mais de lutter contre eux. Je n'en compris pas tout les tenants et aboutissants, mais ce que je savais c'est qu'Ethan allait partir sur le champ de bataille de nouveau et, cette fois ci, je refusais de le laisser partir seul ! Il hésita longuement je crois, mais décida d'accepter, peut être parce qu'il pensait que de toute façon je serai plus encore plus en danger au village, avec le recul vis à vis de la guerre, je me dis que ça devait être cela. Ainsi je me suis joint à l'armée de Begnion, non pas en tant que soldat bien sûr, mais en faisant partie de cette foule d'auxiliaire qui accompagnait l'armée, aidant à la logistique de cette dernière. Je dois avouer que même si je ne participais pas aux batailles même, ce fut une expérience enthousiasmante, du moins au début. Non seulement la simple idée d'aider Ethan me suffisait, mais en plus j'y voyais naïvement une opportunité de m'auréoler du même prestige que lui une fois de retour au village. D'autant plus que, pour ne rien gâcher, nul ici ne connaissait ce qui se cachait derrière mon bandage, et on ne m'interrogeait pas à ce sujet. Tout ce dont on se souciait c'était que j'accomplisse ma tâche, et en l'espèce la formation d'Ethan fut très utile pour m'adapter à ce rythme particulier. Ainsi, j'ai passé un an à contribuer au repas des armées, ce à quoi je finis par être doué et à m'assurer qu'Ethan revienne en vie… Et ce fut à vrai dire loin d'être une période vide d'angoisse, surtout au vu des tournures que prit la guerre. Au terme de cette dernière je fus moi même hébété, bien que loin de l'épuisement mental qui se lisait dans le regard d'Ethan, il semblait las, si las… Mais cela ne l'empêcha pas par la suite de reprendre mon entraînement. Au contraire même, il redoubla d'exigence.

Quant à moi, je m'exécutais, mais j'avais pris conscience que peu importe mes efforts, je serai toujours différents des autres, à cause de cette marque... Cette maudite marque que j'appris, seul cette fois ci, à haïr de tout mon être, maudissant mes véritables parents pour m'avoir fait ainsi ! Néanmoins, à aucun moment je n'avais imaginé que par cette même marque j'allais perdre tout ce à quoi je m'accrochais...

Ethan était un héros pour son village, d'autant plus après les derniers conflits, mais c'est malheureusement le genre de choses que les gens ignorent quand ils viennent d'ailleurs... Et ce fut le cas lorsqu'un groupe de voyageurs passa au village. L'un d'entre eux posa une question sur les raisons de mon bandage, et la réponse qui suivit leur révéla la vérité. J'aime à penser que malgré la défiance des habitants à mon égard il s'agissait là d'une simple erreur, causée par le fait que ce n'était pas un secret dans notre petite communauté, plus que par une intention de nuire. Quoi qu'il en soit, l'important fut la réaction de ces voyageurs... Des pèlerins, pour qui mon existence était la pire des insultes. Saisissant alors bâtons, gourdins et couteaux, ils se mirent en tête de venir me chercher, sans que qui que ce soit ne se mettent en travers de leurs chemins, peut être par crainte d'offenser davantage les déesses en se mettant sur le chemin de ceux se réclamant de leurs noms ! C'est Ethan qui les vit le premier et qui m'avertit de ce que je risquais. Tout deux nous savions que nous n'aurions aucune chance face à un groupe aussi nombreux, aussi piteusement équipés et entraînés qu'il soit, et en à peine quelques mots et quelques mouvements je fus près à prendre la fuite, doté de mon arc, doté de vivre et de quoi camper, le cheval sellé, il ne me restait qu'à l'éperonner. Cependant, malgré cette efficacité dans les préparations j'avais le cœur déchiré. J'avais conscience que j'allais laisser Ethan derrière moi, ainsi que de ce qui risquait de lui arriver, mais surtout j'avais la sensation que plus jamais je pourrai vivre en oubliant ma marque comme ça avait été le cas durant ces dernières années. Seulement, je n'avais pas le temps de m'attarder sur cela, car me voyant songeur, Ethan m'annonça simplement être fier de moi, avant de frapper sur la croupe du cheval pour me faire partir en direction de la forêt proche. A cet instant la clameur se rapprocha, et la dernière vision que j'eus d'Ethan, fut de le voir, aussi droit qu'au cœur des batailles, sa hache à la main face aux voyageurs, pris d'une véritable frénésie qui s'élança vers lui... Puis les frondaisons me bouchèrent la vue.

Pendant un mois, j'ai erré dans la forêt, subsistant par la chasse et la cueillette. Le plus pénible fut de refaire mon bandage, car quand bien même je ne fréquentais personne, je ne voulais même pas voir le reflet de cette marque lorsque je m'abreuvais à la rivière. Néanmoins ce n'était là que de petites difficultés logistiques, comparés aux doutes qui m'emplirent l'esprit quant au sort d'Ethan, et même peut être des autres villageois. C'est cela qui finalement me poussa à revenir au village. Je commençais ainsi par la maison que je partageais avec Ethan, vide et saccagé. Il était évident que personne n'y était revenu. Je ne m'y suis guère attardé et me suis ensuite dirigé vers le cœur même de la bourgade, aussi animée que d'ordinaire. J'y appris qu'Ethan n'avait pas été tué, mais maîtrisé par les pèlerins qui comptaient le traîner à la ville la plus proche pour le faire juger pour ses actes, à savoir la mort qu'il avait semé dans leurs rangs et la protection qu'il m'avait offerte.

Savoir qu'il était vivant avait été un soulagement pour commencer, mais je ne me maintenais pas d'illusion, je savais ce qui allait sans doute advenir, le sort qui serait sien, et le fait que je n'y pouvais rien... Que par ma faute et ma faiblesse celui qui m'avait élevé allait souffrir et périr et ce au nom de quoi ? Des Déesses ! Les mêmes qui me condamnaient par ma naissance ! Ainsi en larme, je suscitai probablement pour la première fois la pitié des autres habitants du village, mais celle ci fut sans doute de courte durée, balayant, quand levant mon arme au ciel, le poing serre sur le bois de l'arc je maudissais sans distinction les deux déesses et jurait de ne jamais me soumettre à leur influence. Je ressemblais encore à un adolescent à l'époque, mais cela ne m'empêcha pas de partir, poussé par ma hargne et ma détermination.

Depuis lors qu'en est il ? Et bien depuis ma promesse d'il y a 2 ans, j'ai tenu ma parole ! Jamais je n'ai courbé l'échine face à leurs serviteurs ou à leurs préceptes. Les seuls commandements que je suis ce sont ceux que m'a laissé Ethan, à savoir d'être aussi humain que possible, mais de ne pas hésiter à me battre quand il le fallait ! Or quand est ce qu'il faut le faire selon moi ? C'est simple, quand l'argent vient à me manquer, quand on m'insulte et que se présente l'occasion d'insulter les déesses, autant dire que je n'ai pas manqué d'occasion d'user de mon arc et de ma monture, seuls souvenirs de celui qui ne m'a jamais jugé par ma seule naissance.  D'ailleurs c'est amusant, je crois commencer à avoir une petite réputation, assez pour qu'on me donner un surnom. L'hérétique… Quel charmant compliment.


Le Joueur.

    PSEUDO : Engar, Ferliost, Kalet, Pavetator aussi à une époque, mais je me suis calmé depuis.
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Bouche à oreille, j'en ai tellement entendu parler... C'est pas raisonnable, mais j'ai craqué
    QUELQUE CHOSE À CORRIGER ? Je ne vois pas '-'
    EXPÉRIENCE DU ROLE-PLAY : Je pense que je peux commencer à être qualifier de vétéran
    TU AS DÉJÀ JOUÉ À FIRE EMBLEM ? SI OUI, LEQUEL/LESQUELS ? Non ._.




Dernière édition par Engar le Sam 1 Avr - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlly
avatarLaguz


Messages : 200
Age : 20
Localisation : Dans les Cieux.
Autre Indication : War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Feuille de personnage
Niveau:
2/20  (2/20)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Engar, l'Hérétique   Sam 1 Avr - 16:25

Bonjour et bienvenue sur Fire Emblem : Dawn of Destiny !

Je commence avec la correction sans plus attendre o/

Style : 2.5/2.5
Rien à dire de particulier là-dessus, tu as un style fluide pareil à une personne qui parle. Un style direct et sans grosses fioritures, qui attrape le lecteur. C'est vraiment agréable à lire !

Langue : 1.5/2.5 (-)
Beaucoup de petites fautes qui sont très faciles à esquiver, je pénalise beaucoup car avec une relecture ce serait passé tout seul ~ Ah et j'ai vu la faute plusieurs fois ; on dit Begnion ! ;P

Crédibilité : 2/2
Rien à redire.

Originalité : 2/2
Alors le côté marqué pourrait poser problème, MAIS. Un marqué qui maudit les déesses mais n'est pas assoiffé de vengeance + est nomade ARCHER... Ouais, t'as tiré la bonne ficelle. xD

Physique : 2/2
Tout est là.

Mental : 1.5/2
J'ai senti un manque. Il me manque quelques petits détails. Ils sont là dans l'histoire, on en sait davantage, mais étoffer cette partie n'aurait pas été de trop, je pense.

Histoire : 5/7
Il y a un très bon développement de l'enfance etc, mais je trouve qu'on reste sur notre faim. C'est dommage. Puis, c'est un bon gros résumé, quand même. xD Du coup voilà, rajouter un petit peu sur l'actualité n'aurait pas été un mal. Et autre souci, tu parles d'une promesse "d'il y a 2 ans", mais c'est le seul marqueur temporel qu'il y ait à ce moment-là... C'est pas très clair.

Enfin voilà, cela nous donne un total de 16,5/20, ramené à 16 !
Tu es donc validé Nomade C1 Niveau 16 ! Je t'invite à faire ta fiche technique et à trouver un partenaire pour RP!
Amuse-toi bien parmi nous !


Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour y trouver du nouveau !

Maë's theme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Engar, l'Hérétique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?
» GAS32, Manager du Gabardan Athlétique Sport
» Rat zombie cybernétique
» [TEXTES] Poèmes en prose... (Onirisme poétique)
» ¤ Pathétiquement Pathétique ::

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Le Commencement :: 

Les Présentations

 :: Présentations en cours
-