AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ballet du monde [PV Oherdall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merlin
avatarMarqué


Messages : 36

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Ballet du monde [PV Oherdall]   Sam 25 Fév - 11:22

Les amateurs du noble art théâtral se pressaient à l'entrée, billet ou bourse en main, soigneusement surveillé. La dernière pièce en date faisait succès : intrigues et complots dans une Cour fictive, qui pourrait pourtant bien exister en Tellius, et au milieu de ce déluge de machinations une histoire d'amour perçait, pure, vraie, seule touche d'innocence que le monde ne parvenait jamais à atteindre.


La noblesse connaissait le conte dont le metteur en scène s'était inspiré sur le bout de des doigts, mais le classique du genre ne l'empêchait pas d'attirer une population émerveillée par les costumes, le jeu des lumières maniées avec brio aux flambeaux ou par quelques mages embusqués derrière le décor. Enfants comme adultes appréciaient les voix tantôt douces et fragiles, tantôt passionnées et brûlantes, symbole d'un feu ancestral que tous les amants connaissaient un jour dans leur vie...

Ceux qui avaient déjà vu la troupe furent cependant surpris de découvrir de nouveaux tableaux dans l'ensemble, et notamment ces danseurs participant à des interludes musicaux laissant exprimer toute la virtuosité des musiciens collaborateurs.
Plusieurs d'entre eux en particulier fascinèrent le public, meublant l'espace autour de la princesse qui chantait alors que des flocons de neige tombaient délicatement autour d'elle. Parés de voiles blancs, écho au costume bleu glace de l'actrice, ils déambulaient sans produire de bruit, et avec une souplesse hypnotique malgré une carrure presque massive.

La troupe habituelle, renforcée de tous ces acteurs, danseurs, musiciens et autres participants, que ce fût dans l'ombre ou en pleine lumière, avait pratiquement doublé pour cette tournée unique, qui signerait probablement la fin de leur carrière en toute beauté. Les aînés afficheraient bientôt des difficultés à maintenir leur forme actuelle, aussi en profitaient-ils pour briller une dernière fois au sommet.

Un tonnerre d'applaudissements retentit longtemps, avec un fracas de tous les diables, et la pièce s'acheva enfin vers 16 heures, laissant aux artistes une période de quatre autres heures pour se reposer avant la représentation du soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLaguz


Messages : 62

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Sam 25 Fév - 15:04

Depuis le temps, j'avais eu moultes occasions de découvrir Sienne, la capitale de Begnion, ainsi que toutes les merveilles qu'elle recelait. J'avais parcouru ses pavés, j'avais survolés ses toits, et si la présence d'un Laguz dans leur cité a pu paraître étrange à certains habitants, cela faisait suffisamment longtemps que la guerre était finit et l'esclavage aboli pour que le plus grand nombre ne voie rien d'offensant à ma présence. Ceux que je dérangeais se taisaient. Cela me convenait tout aussi bien. Ainsi, je pouvais me promener comme bon me semblait, et comme maître Juliano était actuellement en mission, je profitais de cette pause dans mon apprentissage pour réviser ce que je savais déjà... Ou sortir, comme aujourd'hui.

En ce jour, j'avais jeté mon dévolu sur le théâtre. Je ne me lassais jamais de voir les histoires que les artistes pouvaient inventer, et si les ficelles scénaristiques étaient souvent les mêmes, cela n'empêchait pas l'émotion d'être, la plupart du temps, au rendez-vous. Or, j'avais entendu parler quelques jours plus tôt de l'arrivée en ville d'une troupe assez reconnue, qui faisait là probablement sa dernière tournée. Curieuse de voir leur spectacle avant qu'ils ne cessent de le présenter pour de bon, je me rendis donc au théâtre que l'on m'avais indiqué avec quelques économies, payai une place et entrai avec la masse des spectateurs. Consultant le coupon que l'on m'avait remis à l'entrée, je rejoignis ma place. Elle n'était pas dans les loges, et mes ailes, repliées dans mon dos, empêchaient la personne derrière moi de voir la scène aussi bien qu'elle l'aurait voulu. Nous échangeâmes donc de place, et comme elle était au dernier rang, je ne gênais plus personne. Je passai ensuite le temps avant le début de la représentation à regarder les spectateurs entrer et s'installer.

Finalement, le silence se fit, les lumières décrurent en intensité, et on n'entendit plus que quelques raclements de gorges alors que le premier comédien montait sur scène pour présenter le spectacle. Le titre m'était familier, et ma mémoire rappela à la surface une pièce ornée de trophées, et un homme lisant une histoire à son fils. Je chassai les images pour me concentrer sur la pièce de théâtre.

Les minutes passaient. Les actes se succédaient, les personnages parlaient, ou chantaient, toujours parfaitement audibles, et si certaines musiques ne me faisaient pas forte impression, d'autres savaient tirer sur la corde sensible, et alors que la princesse dansait sous la fausse neige, accompagne par les danseurs qui ne faisaient que de la figuration mais accompagnaient magnifiquement l'action, je me surpris même à verser une larme, la lèvre tremblante. La représentation, dans son ensemble, était magnifique. Les acteurs avaient de l'expérience, et cela se voyait : Leurs voix étaient riches et profondes, elles exprimaient parfaitement les émotions des personnages qu'ils incarnaient. Je les admirais de tenir ainsi leurs rôles durant une, puis deux, et même trois heures... Lorsque les entractes arrivaient, je ne me levais qu'à regret pour étirer mes ailes, aller boire un verre d'eau, puis revenais m'asseoir, avide de voir la suite. Et lorsque la fin de la pièce fut jouée, une apothéose d'émotions et de talent, j'en eut presque le cœur brisé. Finalement, ce fut profondément chamboulée que je quittai la salle de la représentation.

A la sortie de la pièce, j'écoutai pendant quelques minutes les groupes de spectateurs commenter ce qu'ils venaient de voir. Certains parlaient de l'histoire, qu'ils avaient trouvé tantôt trop classique, tantôt bien ficelée, d'autres étaient comme moi plus dans le sensoriel, et exprimaient les émotions qu'ils avaient ressenti durant la pièce. Je me lassai rapidement de les entendre jacasser, et décidai de méditer mon après-midi dans un parc non loin. Je voulais m'installer dans l'herbe grasse du printemps, me reposer en me berçant du souvenir de ce que je venais de voir. Je me repassai les acteurs virevoltant dans leurs costumes impressionnants, les bandes de tissu qui volaient autour de leurs corps souples et déliés.

Je finis par me poser près d'un groupe d'enfants qui jouaient avec une vieille balle en peau, accompagnés de leurs parents. Ces derniers me jetèrent un regard méfiant, mais je les rassurai d'un hochement de la tête et m'installai simplement dans l'herbe, le dos contre le tronc d'un arbre, pour profiter de la fin de l'après-midi.

J'aimais ces journées où tout était tranquille...


Thème d'Oerdhall ~ Ma couleur : #99CCFF ~ Ma fiche ~ Ma fiche technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 36

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Sam 25 Fév - 15:39

Il existe des choses auxquelles, malgré l'habitude, on ne parvient pas à s'habituer. L'une d'elles pour Merhelyn, prenait corps dans les bains de foules et les compliments trop exagérés qu'on lui adressait et qu'il ne savait recevoir. Entre acteurs, cela passait, car la troupe se réduisait à une trentaine d'individus toutes professions comprises, mais une fois dehors... Le simple trajet théâtre-boulangerie, où le Marqué espérait dénicher quelques sucreries pour reprendre des forces, prit une bonne vingtaine de minutes, parsemées de demandes d'autographes, de poignées de mains, ou même d'une pose rapide pour un croquis. Les autres artistes s'amusaient de le voir rougir et se noyer, et à force de refus courtois mais solidaires d'une bonne partie des membres en phase de relaxation, les curieux finirent par se faire moins oppressants, puis se dispersèrent, leur précieux trésor acquis.

"Pfiou... Voilà pourquoi je ne désire pas être un membre permanent d'une grande compagnie...
-Pourtant tu y gagnerais beaucoup. La vie est douce quand on peut se suffire de qu'on aime !
-Peut-être... Bon, je vais profiter de ce moment de calme ! Quelqu'un d'autre veut quelque chose ?
-Nous, c'est plutôt du côté de la taverne que nous allons. A ce soir camarade."

Les muscles encore chauds et tendus, le demi-dragon accueillit la saveur de la pâte tout juste sortie du four et de la crème sucrée avec bonheur sur son palais. Le sourire de la pâtissière rajouta à ce furtif instant de plénitude une touche de gaieté et il se dirigea tranquillement vers un petit parc. Avec une journée aussi belle et ensoleillé, il serait criminel de ne pas profiter de la douceur de l'herbe ou des rayons dorés.

Le danseur avait troqué son bas de costume de scène contre un pantalon léger et ample, et une simple capeline couvrait ses épaules encore nues ainsi que les dentelles compliquées qu'il craignait d'enlever seul et d'arracher. Il aurait bien sûr pu demander aux costumiers de l'y aider, mais les ajustements à chaque fois semblaient si longs qu'il préférait ne se dévêtir qu'à moitié.

Ses pieds nus foulèrent le sol dans un chatouillement qui lui donna le sourire. Il s'assit sur un petit muret et observa des enfants jouer au ballon tout en finissant sa dégustation. Il finit même par encourager du bout des lèvres, dans un simple murmure, les différents joueurs qui s'affrontaient avec hargne.

Un moment passa ainsi dans la tranquillité, quand tout à coup un joueur un peu trop zélé envoya pour la seconde fois la balle dans les branches d'un arbre. La première fois, il avait fini par retomber tout seul, glissant dans les feuillage paresseusement. Ce ne fut plus le cas. Le regard pendu à l'arbre comme ceux des enfants, Merlin croisa les doigts, mais en vain : le ballon semblait coincé. Le joueur responsable essaya alors de grimper, sans y parvenir, alors le Marqué décida de prendre les choses en main. Il se dirigea au petit trot vers l'équipe, faisant irruption au milieu des plus jeunes prêts à éclater en sanglots.

"Pas de panique ! Je vais vous le récupérer. Mais il faut me promettre de ne pas pleurer d'accord ?"

Il posa un regard plein de bienveillance sur une petite fille, toute salie de traces vertes et de terre, qui essuya aussitôt ses yeux brillants et accrocha ses petits poings le long de son corps. L'homme lui faisait un peu peur, trop grand, et elle se cacha derrière un garçon un peu plus vieux qu'elle.

Merlin éclata de rire et leur fit signe de s'écarter tandis qu'il prenait de l'élan. Il leur fit un clin d’œil puis s'élança en avant, prit appui du pied sur le tronc d'arbre, s'aida de sa vitesse pour faire quelques pas pratiquement perpendiculaires, puis se suspendit à une branche basse. Les enfants se mirent à l'encourager dès qu'ils virent avec quelle souplesse il entoura cette même branche de ses jambes et se hissa dessus. Il monta encore, sur les ramifications de plus en plus minces de l'arbre, jusqu'à entendre un craquement. Il se figea, les quatre membres enlaçant une branche à laquelle il pendait.

"Je parie que je suis trop lourd..."

Au-dessus de lui, juste en face de ses yeux, la balle coincée. Il tendit le bras pour l'attraper, mais il lui manquait un peu d'allonge. Il fit en sorte, très lentement, d'inverser sa position pour avoir le haut du corps plus près du tronc et les jambes vers la balle. Cette fois, ce fut une jambe qu'il déplia pour espérer toucher le cuir, et son orteil le frôla, sans parvenir à déloger l'objet de sa prison !
Déterminé à rendre le jouet aux enfants, il se contorsionna autant que possible, s'étira de son mieux, gagna quelques maigres centimètres, mais cela demeurait toujours insuffisant.

"Allez... Viens par ici ! Alleeeez... !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLaguz


Messages : 62

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Jeu 2 Mar - 23:36

J'avais fermés les yeux, laissant les rayons du soleil de plus en plus bas m'effleurer de leur chaleur. La détente était au rendez-vous, et si la journée était au beau, un courant d'air lui permettait de ne pas devenir étouffante. Cela dit, quelque chose devait troubler mon repos. Rien de grave, mais les enfants qui jouaient à la balle s'agitaient, j'entendaient une petite fille pleurer... Ouvrant les yeux, il me fallut quelques secondes pour me réhabituer à la lumière pour constater qu'un homme de grande taille était présent au milieu d'eux, et commençait même à grimper à l'arbre pour rattraper un ballon qui s'y était perdu. Je me levai, curieuse moi aussi de voir le dénouement de cette aventure, tandis que l'homme - qui me disait vaguement quelque chose - escaladait avec beaucoup d'agilité les branches pour se hisser, petit à petit, vers le ballon tant convoité...

Malheureusement, alors qu'il atteignait presque son objectif, la branche émit un bruit plus qu'inquiétant, l'empêchant de se hisser réellement dessus, et il n'était qu'à quelques centimètre de la balle de peau. L'inquiétude m'envahit devant le risque qu'il prenait. Les choses pouvaient très mal tourner, et au moindre faux mouvement il pouvait tomber et se faire très mal... Il était hors de question que je laisse cela se produire. Je m'approchai du groupe d'enfant effrayé en étendant mes ailes noires derrière moi, et leur dit d'une voix un peu basse mais parfaitement audible :

"Ne vous en faites pas, je vais l'aider..."

Relevant mes ailes, j'en donnai un coup puissant, et les enfants reculèrent de quelques pas pour ne pas être soufflés par le mouvement d'air que je venais de produire. Je m'élevai ainsi dans les airs, savourant cette sensation grisante qu'il me faisait toujours autant plaisir de retrouver. Depuis mon emprisonnement, chaque moment où je volais n'était que pur plaisir. En deux battements d'ailes, je m'élevai au niveau du danseur, que je venais en effet d'identifier : Il avait participé au spectacle que j'avais vu plus tôt dans la journée, et cette coïncidence m'amusait. Je lui adressai un sourire.

"Vous devriez faire attention... Les enfants sont inquiets pour vous."

D'une main, je m'emparai du ballon que je renvoyai au plus grand des enfants, puis j'offrit cette même main au danseur pour qu'il puisse s'assurer un équilibre qui lui permettrait de redescendre en un seul morceau. Je ne pensais pas avoir la force de le porter jusqu'en bas, mais je pouvais l'aider à ne pas tomber, avec cette branche à moitié arrachée à laquelle il s'accrochait...


Thème d'Oerdhall ~ Ma couleur : #99CCFF ~ Ma fiche ~ Ma fiche technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 36

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Ven 3 Mar - 10:54

Merlin tenta encore pendant quelques minutes d'atteindre sa cible, peine perdue. Il décida de se suspendre de la manière la moins fatigante et la plus sûre tout en réfléchissant à une autre stratégie. Redescendre bredouille briserait le cœur de ces pauvres enfants, même s'il essayait de toutes ses forces.

Il en était à échafauder un plan consistant à casser une branche fragile de l'arbre pour s'en servir depuis une plus basse comme d'une perche, lorsqu'un rideau de plumes noires passa dans son champ de vision et qu'une main féminine s'empara de son objectif, pour le rendre aux jeunes Begnionnais plus bas.

Cette laguz, il l'avait vue au théâtre. Bien que reléguée au dernier rang, sans doute à cause de ses ailes, la manquer paraissait difficile tant elle dénotait parmi les beorcs. Il resta un moment fasciné par cette apparence mi-humaine, mi-corvidée, qui lui rappelait indirectement sa mère. Cette dernière lui racontait de temps en temps la contrainte de sa transformation lors de sa naissance, dans laquelle il ne voyait pourtant que l'alliance de la force draconique et du pragmatisme beorc. La corbelle face à lui ne se cachait pas, ne semblait pas gênée de son apparence. Il fallait qu'il en sache plus sur elle.

Perdu dans sa réflexion, toujours pendu dans le vide, il se rendit compte qu'elle lui tendait la main. Probablement quelques mots s'étaient envolés, mais il n'avait pas entendu. Ses pommettes se teintèrent d'un très léger rose, qu'il effaça d'un grand sourire embarrassé.

"Les risques sont calculés, contrairement à ce qu'on pourrait croire ! Je sais par exemple que si je me déplace de 10 centimètres de plus vers l'extrémité de cette branche, elle va céder. Si je reste où je suis, rien ne se passe. Il est incroyable cet arbre, n'est-ce pas ?"

Il tourna la tête vers le bas, où les enfants attendaient désormais que ce fût lui qui leur revînt, et en un seul morceau de préférence.

"Sans vouloir être impoli, je suis plutôt lourd... Êtes-vous certaine de pouvoir me supporter ? Il me suffirait de m'accrocher et... Mais enfin, merci de la proposition, c'est bien aimable !"

Lentement, avec une force maîtrisée, il écarta une jambe de la branche, puis la seconde. Ses abdominaux se décontractèrent sans précipitation, et il se retrouva suspendu simplement par les bras, le visage toujours souriant, à une dizaine de centimètres de la branche suivante.

"Ah... Voilà une position plus convenable pour parler à une dame. Je l'espère. Une belle dame de surcroît. Vous vivez à Begnion ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLaguz


Messages : 62

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Mar 21 Mar - 18:20

Regarder le danseur se contorsionner sur sa branche branlante n'était pas pour me rassurer, mais je fis taire mes inquiétudes alors qu'il émettait des doutes quand à ma capacité à supporter son poids. Il y avait de quoi, il était loin d'être svelte et moi-même j'étais plutôt légère, mais tout de même... Finalement, il réussit à retrouver une position verticale, mais ne bougea alors plus, semblant chercher à entamer la conversation avec moi. Je hochai la tête à sa question, regardant brièvement les spires du palais impériale loin derrière moi avant de reporter mon attention sur l'artiste.

"Oui, je vis non loin du palais..."

Je regardai alors en dessous, vers les enfants qui commençaient à se lasser d'attendre qu'ils descendent. Ils étaient inquiets, et reconnaissants pour leur balle, mais ils voulaient retourner jouer, et cela se sentait : celui qui avait récupéré la balle la faisait sauter entre ses mains, et les autres louchaient régulièrement dans sa direction. Souriant, j'écartai les quelques cheveux qui étaient venus devant mes yeux et désignai le sol.

"Je crois qu'on vous attend pour vous remercier. Et si nous descendions ?"

Moi-même, je n'avais aucun problème à rester en l'air de la sorte, mais je craignais que les bras du jeune homme ne se fatiguent. Les humains étaient souvent plus à l'aise sur le sol, tout de même...

Le vent tourna alors, apportant à moi l'odeur particulière de l'artiste que je n'avais jusqu'alors pas remarquée. Froncant légèrement les sourcils, je tâchai de me souvenir où j'avais bien pu sentir une telle odeur, car elle me disait indéniablement quelque chose. Puis je me souvint... Et mes traits s'assombrirent pour de bon.

La personne qui me faisait face était un marqué.

Secouant légèrement la tête, je perdit petit à petit en altitude jusqu'à rejoindre le sol. Beaucoup de mes semblables auraient craché sur ce danseur pour sa simple condition de marqué, mais pas moi... J'en avais porté un. Ma poitrine se serra par amertume, et j'hésitai à simplement m'éloigner pour laisser derrière moi cette nouvelle rencontre et les souvenirs qu'elle amenait avec elle. Mais cela aurait été hypocrite de ma part... Il n'était pas responsable de sa naissance, tout comme Joshua n'avait pas été responsable de la sienne.

Le changement d'humeur était certes brutale, mais je ne m'étais pas attendue à croiser un marqué en pleine cité Beorc. Les souvenirs m'avaient pris par surprise, avec d'autant plus de force que je ne m'y étais absolument pas préparée. J'attendis tout de même que le jeune homme me rejoigne à terre pour reprendre la parole, essayant de faire comme si j'allais bien - sans grand succès, il fallait bien l'avouer. Je ne suis pas très bonne comédienne.

"Je m'appelle Oerdhall, et vous ?"


Thème d'Oerdhall ~ Ma couleur : #99CCFF ~ Ma fiche ~ Ma fiche technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 36

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Lun 27 Mar - 13:37

La conversation s'engagea dans un cadre plus ou moins inattendu, Merlin pendu à une bonne vingtaine de mètres au-dessus du sol et l'oiselle en vol stationnaire face à lui. Il n'avait pas prémédité de sympathiser avec elle de cette façon et c'est avec un naturel déconcertant qu'il lâcha encore l'un de ses appuis pour venir se gratter la nuque, tandis que la corbelle lui faisait remarquer l'attente et l'inquiétude des petits en bas.

"Vous avez raison. Je vous rejoins !"

Le demi-dragon se laissa doucement tomber sur la branche d'en-dessous, sa souplesse celle de l'acrobate professionnel dans son art. Tout comme il avait parcouru les mètres le séparant de la balle, il redescendit sans geste brusque ni faux mouvement, un peu plus lentement quand même notamment à cause du vent.

Parvenu en bas, il écouta les enfants soupirer de soulagement et le remercier, bien qu'en fin de compte il n'eût rien fait pour eux. Le danseur ne les retint pas plus longtemps, sentant leur besoin de jouer et de se dépenser reprendre le dessus. Il se retourna alors vers la laguz près de lui, un sourire aux lèvres, pour continuer sa conversation.
Toutefois, habitué à regarder les comédiens changer d'expression autour de lui, il nota aussitôt le voile sombre sur son visage : ses sourcils légèrement froncés, les muscles de sa gorge inconsciemment contractés, le malaise dans sa voix.

Il marqua un temps d'arrêt, reconnaissant là l'expression des gens qui parlaient avec mépris des Marqués, de "sa" race interdite. Mais pourquoi subitement, sans sommation ? Jusque-là personne ne l'avait découvert, où qu'il allât, quoi qu'il fît.

"Merlin. Je m'appelle Merlin."

Il tâcha tout de même de faire bonne figure. Peut-être qu'elle pensait à autre chose, qu'un souci lui revenait en tête, un imprévu faisant qu'ils devraient bientôt se quitter. A force de se cacher, le danseur se méfiait de tous les tracas du quotidien comme possibles menaces pour son identité, sa vie tranquille, toujours détrompé jusqu'alors. Et cela ne pouvait que continuer, non ?

"Excusez-moi... Vous vous sentez bien ? Vous avez l'air préoccupé. J'espère ne pas vous avoir offensée en descendant de l'arbre par moi-même alors que vous me proposiez votre aide..."

Retrouvant son sourire, il s'inclina poliment.

"Puis-je me rattraper d'une quelconque manière ?"

Recomposé, l'artiste retrouva son sang-froid. Bien qu'il n'aima guère l'hypocrisie et le mensonge, sa sécurité dépendait de ceux-ci. Et depuis tant d'années qu'il les pratiquait, elle n'y verrait que du feu, comme les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLaguz


Messages : 62

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Dim 9 Avr - 14:16

Soit ma "comédie" marcha de manière inattendue sur Merlin, soit il vit claire dans mon jeu mais fit semblant de rien. Me connaissant, et sachant qu'il travaillait dans le milieu du spectacle, la seconde hypothèse me paraissait le plus probable... Il pensait m'avoir offensé en refusant mon aide. Je secouai la tête, mes cheveux blancs volant sur mes épaules, alors que mon sourire retrouvait un peu de sa sincérité.

- Oh, je vous proposais simplement mon aide pour reprendre votre équilibre... Je ne suis pas assez forte pour vous porter jusqu'en bas, je ne suis pas un faucon.

Je repensais à Kelyan, mon ami faucon, rencontré alors que nous étions tout deux esclaves. C'était lui qui m'avait enseigné à bouger les ailes sans les écarter, de manière à ne pas les laisser dépérir alors qu'elles étaient enchainées l'une à l'autre par leur sommet. Je gardais encore des séquelles d'ailleurs, car je n'étendais jamais mes ailes sur ma droite et ma gauche naturellement, mais plutôt en les tendant vers l'arrière. Ce que je fis avant de les replier, les faisant bruisser légèrement pour en remettre les plumes en place.

Cependant, il avait tout de même compris que quelque chose m'avait troublé... En réponse à cela, je secouai légèrement la tête, tandis que mon sourire se crispait à nouveau quelque peu. Misère, il fallait qu'il me pose la question... Pinçant les lèvres, j'entrepris de lui répondre en chassant résolument de mon esprit les souvenirs que j'avais de mon fils. S'il avait eu l'occasion de grandir, il aurait pu ressembler à ce jeune homme... Non, écartons les pensées toxiques, on a dit.

- Non, ne vous en faites pas, c'est simplement que... Vous me rappelez quelqu'un que j'ai connu, et ce ne sont pas vraiment de très bons souvenirs.

J'espérais ainsi mettre fin à cette partie de la conversation, trop gênante à mon gout. A présent, c'était à moi de me faire pardonner pour avoir instauré cette ambiance tendue... Et pour moi, l'idée était toute trouvée, tant pour détendre l'atmosphère que pour me racheter. Me détournant, je désignai un chemin de terre battue qui s'enfonçait dans le jardin. les arbres cachaient un tournant, mais j'avais déjà assez fréquenté cet endroit pour savoir où il menait :

- Puis-je vous offrir un rafraichissement ? Je connais un bar sympathique proche d'un petit lac, où ils ne vendent pas que de l'alcool...

Ce serait aussi l'occasion de poursuivre la conversation... Je crois que j'avais envie d'en savoir plus sur cet homme, qui était un marqué. Il était extrêmement rare d'en rencontrer en pleine capitale de Begnion, peut-être même plus rare que de croiser des Laguz comme moi. Ma curiosité avait été éveillée.


Thème d'Oerdhall ~ Ma couleur : #99CCFF ~ Ma fiche ~ Ma fiche technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 36

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Dim 9 Avr - 16:21

"Je vous rappelle quelqu'un ? Oh... Je ne sais pas trop quoi dire. J'espère que les choses se sont arrangées avec cette personne alors. Je veux bien éviter le sujet mais peut-être qu'en me disant de quelle manière je vous la rappelle... je pourrais éviter de vous la rappeler... Enfin... C'est peut-être un peu confus."

Le Marqué se racla la gorge et secoua la tête comme pour chasser les idées qui venaient de traverser son esprit. Elle ne pouvait pas savoir, n'est-ce pas ?

Détournant la conversation, la corbelle proposa des rafraîchissements. Avec son petit exercice arboricole et consécutivement au spectacle, Merlin se sentit tout de suite tenté par l'offre et acquiesça avec un sourire. Il emboîta le pas de la laguz, un dernier regard vers les enfants qui jouaient plus loin.

"Vous n'êtes pas un faucon... donc vous devez être un corbeau, c'est bien cela ? Je vous avoue que j'ai croisé peu de laguz, et j'ai parfois du mal à distinguer les oiseaux. Au moins, avec vos grandes ailes, on ne peut pas vous confondre avec un beorc ! Je vous ai tout de suite vue dans la salle tout à l'heure. Avez-vous aimé le spectacle ?"

Ils arpentèrent une petite allée bordée de cailloux alignés, d'arbres ombrageux espaçant des bancs à intervalles réguliers et un étendue d'eau clapotant de poissons rouges. Comme l'avait annoncé Oerdhall, après le virage ils rencontrèrent un pont reliant la berge à un îlot au centre d'un lac, et sur cet îlot se trouvait un bar à cocktails fort bienvenu au milieu de l'atmosphère agitée de Begnion.

"Ouah... Je ne pensais pas à ce genre de choses, mais l'endroit a l'air tout à fait charmant, reposant même. Merci pour l'invitation."

Galant, il la laissa passer en première et lui avança une chaise afin qu'elle s'assît à son aise. Il s'installa à son tour et attendit que quelqu'un vînt prendre leur commande.

"Cette ville a quelque chose de fascinant tout de même... Il y a du monde partout, de l'agitation dans les rues, dans les temples, dans la campagne environnante, mais pourtant on trouve toujours un petit coin isolé et silencieux si l'on prend la peine de chercher. Et donc, vous m'avez dit que vous viviez ici. Qu'est-ce que vous faites quand vous n'allez pas au théâtre ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLaguz


Messages : 62

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Mer 31 Mai - 23:26

Décidément, le jeune artiste était bien curieux... Il n'avait de cesse de me poser des questions, et toutes ne m'enchantaient pas vraiment. Notamment lorsqu'il me demanda de parler de cette personne à laquelle il me faisait penser. Un nouveau flot de souvenirs envahit mon esprit, assombrissant mon regard quelques instants, et je secouai légèrement la tête. Je n'avais vraiment aucune envie d'en parler... Heureusement pour moi, ses pensées visiblement volages l'emmenèrent à s'interroger sur ma présence à Sienne. Il y avait effectivement de quoi se montrer curieux, après tout les Laguz ne vivent généralement pas au milieu des Beorcs.

En tout cas, il semblait apprécier mon idée, et je m'en félicitai alors que nous prenions place sur les chaises en osier. Le mobilier n'était pas adapté pour mes ailes, mais je réussit tout de même à les caler de part et d'autre du dossier de la chaise de manière à ce que l'armature de bois ne me gêne pas. Mais a peine assise, qu'il recommençait à poser des questions auxquelles il m'était difficile de répondre. Misère...

- Je... suis au service de l'impératrice Sanaki. Enfin, de l'un de ses agents. Je suis apprentie au palais...

Je ne pouvais pas développer plus que cela. Comment lui dire que j'apprenais les arts de l'assassinat ? En avais-je seulement envie ? Pas le moins du monde... Autant dire que lorsque le serveur arriva pour prendre nos commandes, je fus plus qu'heureuse de cette distraction. Adressant un sourire manquant un peu de joie au serveur, je demandai un simple jus d'agrumes et laissai Merlin passer sa propre commande. Espérant qu'il ne se montrerait pas plus curieux sur mes activités, je penchai légèrement la tête sur le coté à la manière d'un oiseau, décidant qu'il était plus que temps de me changer les idées.

- En tout cas, le spectacle était vraiment bien. Je n'avais encore jamais vu cette troupe, ça avait quelque chose de rafraichissant...

Et je ne mentais pas le moins du monde : Le spectacle était vraiment bien. J'avais aimé l'histoire, les chants et les danses, j'avais même eu la larme à l’œil à certains moments... Je n'étais pas la moins émotive des femmes, mais tout de même. Rêveuse un instant, je me laissai aller à me repasser certaines scènes qui m'avaient réellement émues, un vague sourire flottant sur mes lèvres. Puis je secouai légèrement la tête, ma voix prenant un ton un peu espiègle dans un petit instant de folie.

- Vous dansez bien. A coté...

J'écartai les bras dans un geste plus qu'éloquent.

- ...Je ressemble à un canard sorti de l'eau !

Véridique, je n'avais jamais dansé de ma vie. Bon, je forçait le trait, et je savais ne pas être dépourvue d'une certaine souplesse, il en faut bien lorsque l'on projette de devenir assassin... Mais cela n'avait rien à voire avec les capacités d'un véritable danseur. Il avait probablement passé sa vie entière à perfectionner son art. A coté, je me sentais toute petite, sans talent. La seule chose que je savais faire, c'était ôter la vie à des créatures sans défense...


Thème d'Oerdhall ~ Ma couleur : #99CCFF ~ Ma fiche ~ Ma fiche technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 36

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Dim 4 Juin - 12:25

Le Marqué, comble de l'ironie, ne savait plus sur quel pied danser avec cette jeune femme. Curieux de nature, il s'employait à mieux la connaître, pensait aborder des sujets "sûrs" en parlant simplement travail, loisirs, mais il voyait sur son visage se succéder de multiples expressions de gêne et d'introversion. Légèrement excité par la perspective de pouvoir discuter librement avec une autre laguz que sa mère, voilà qu'il tombait sur une personne bouffie de secrets et de mystères...
Il relativisa la chose en songeant que les laguz devaient avoir des réticences à s'afficher en publique à Begnion, après les récits des atrocités qu'on lui avait fait, mais tout de même les guerres étaient finies, et jusque-là aucun beorc n'avait lancé de pierre dans sa direction, alors pourquoi semblait-elle si nerveuse ?

La situation sembla enfin prendre une tournure plus détendue lorsqu'il aborda le spectacle. Ils partageaient au moins le fait d'avoir vu, ou joué, dans le théâtre un peu plus tôt, et à moins qu'elle ne se fût livrée à des combats clandestins au fond de la salle, elle ne cachait rien sur ce sujet-là.
Il la dévisagea quelques secondes lorsqu'elle parla de canard, ne sachant pas si chez un corbeau le fait de se comparer à un autre volatile était une pratique courante. Il ne put s'empêcher de tourner la tête vers une nichée de canards qui barbotaient à quelques mètres de là, avant de pouffer de rire. Pas trop ostensiblement quand même.

"Si vous vous y essayiez sérieusement, vous pourriez sans problème concurrencer les meilleurs beorcs à mon avis ! Les laguz possèdent l'avantage de savoir mieux rentabiliser leur équilibre : la queue, les ailes, forment des balanciers qui permettent des mouvements un peu plus osés. Malheureusement, je ne connais aucun danseur laguz qui pourrait confirmer ma théorie. En attendant, je m'efforce donc de satisfaire tout le monde."

Merlin sourit, conscient que les laguz en général trop fiers ne s'essaieraient probablement jamais à la danse ou aux arts beorcs. Question de principes. Ou alors par fantaisie pendant quelques heures, avant de retourner à leur nature sauvage et libre. En outre, quelle serait la réaction du public face à un laguz danseur de métier ? Même s'il disait le contraire, il savait que les guerres pesaient encore sur les mémoires. Le racisme ne disparaissait pas d'un revers de main. Malgré leurs efforts de tolérance, les beorcs ne parvenaient pas toujours à masquer leur répulsion face à ces êtres mi-hommes mi-animaux, et inversement les laguz refusaient de trop se mêler à cette race faible et rose... Les rares exceptions à cette règle finissaient exilés, cachés du monde sans le connaître, parce ni l'un ni l'autre peuple ne voulait d'eux...

Le serveur les coupa une nouvelle fois pour amener leurs boissons -Merlin avait opté pour cocktail pomme-fraise-banane-, instaurant un silence bienvenu pendant quelques secondes. Il fallait donner le change, aussi le Goldoan reprit le fil de la discussion.

"En tout cas le hasard fait bien les choses : c'est le dernier jour de représentation. Quand nous aurons terminé ce soir, la troupe sera officiellement dissoute et ses membres partiront à la retraite. Vous êtes arrivée au bon moment."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLaguz


Messages : 62

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Sam 1 Juil - 9:01

Le sujet des arts et de la danse était agréablement rafraichissant pour moi, de même que le jus d'agrumes que m'apporta le serveur en même temps qu'il apportait sa boisson à Merlin. Les Laguz n'était pas artistes à la manière dont les Beorcs l'entendent, je pouvais en parler sans risquer de me rappeller de mauvais souvenirs - ou des souvenirs trop douloureux. Même lorsque j'avais été esclave, nous n'assistions jamais aux représentations auxquelles se rendait notre maître. Aussi, je pouvais me laisser aller. Mon attitude s'en ressentit, puisque je me détendis contre le dossier de ma chaise d'osier.

Une ombre - une sincère tristesse, passa cependant sur mon visage lorsque j'appris la dissolution prochaine de la troupe.

- Quel dommage ! Votre spectacle était vraiment bien, je l'aurais probablement revu si je l'avais pu... Tant pis !

Je ponctuai ma phrase d'une rasade de jus, puis déposai mon verre sur la table.

- Que ferez-vous après ? Chercherez-vous une autre troupe à laquelle vous joindre, performerez-vous en solitaire ?

Mes mots était légèrement hésitants. Je n'étais pas au fait de la vie d'artiste, et je ne savais pas comment ces gens-là gagnaient leur vie. J'en était réduite à spéculer sur leurs options, mais cela m'avait l'air d'une vie bien frustre pour des Beorcs, qui aimaient généralement avoir leur maison, meur famille, près d'eux. Après, le fait que ce danseur fut un marqué le rendait peut-être plus proche de la nature sauvage des Laguz ? Je n'en savais rien.

- La vie d'artiste ne doit pas être facile... Chez les Beorcs, où la vie est régie par la richesse des hommes, j'espère que vous arrivez à subvenir à vos besoins sans problème !

Je détaillai alors plus avant mon interlocuteur. Il ne semblait pas particulièrement maigre ou mal nourri, bien qu'il n'ait pas non plus de graisse superflue - sans doute les avantages d'une vie de danseur, qui devait exiger beaucoup du corps et bruler bien des calories. Cela me rassura quelque peu, puisque ça signifiait qu'il mangeait à sa faim.

Sur cette réflexion, je m'interrompit, mon verre à mi chemin de mes lèvres. Pourquoi m'inquiéter autant pour lui ? Je le connaissait à peine ! Je bus une gorgée, lentement, en m'interrogeant. La réponse me vint quand le verre vint retrouver sa place sur la table.

C'était son odeur, sa condition de marqué. Mon esprit faisait l'amalgame avec ce fils que je n'avais jamais pu connaitre, et je réalisai que je projetait sur un parfait inconnu mes instincts maternels. Il fallait que je me reprenne bon sang... Peut-être que le spectacle, qui m'avait émue, m'avait-il rendue émotionnellement plus sensible ? Ou alors je me cherchait simplement des excuses... Lentement, je secouai la tête, espérant chasser ces réflexions parasites.

- Quoi qu'il en soit, faite attention à vous.


Thème d'Oerdhall ~ Ma couleur : #99CCFF ~ Ma fiche ~ Ma fiche technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 36

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Dim 9 Juil - 20:44

Un intense soulagement traversa enfin Merlin lorsqu'il l'entendit poser sa première question véritablement intéressée depuis qu'ils s'étaient assis. L'oiselle relâchait enfin sa garde, ce qui signifiait qu'il avait libre cours de faire de même, sans toutefois aller en confession. Le Marqué s'amollit donc à son tour, la chaise d'osier grinçant sous la détente de sa musculature puissante.

A contrario d'Oerdhall, un sourire amusé marqua ses traits tandis qu'elle évoquait, comme une quantité incroyable de gens avant elle, l'avenir de Merlin. A cet instant et avec cette inquiétude somme toute superficielle, elle lui parut tout autant beorc que ceux dont elle mentionnait le quotidien.

"Une vie régie par la richesse hein ? Ce n'est pas ce que je vois quand je marche dans les rues de Sienne. La majorité est pauvre, parfois dénuée de biens au point de dormir dans la rue quel que soit le temps qu'il fait... Il y a bien évidemment une hiérarchie : la noblesse, le clergé, le petit peuple mais...
J'ai aussi vu des prêtres tendre la main aux nécessiteux sans rien attendre en retour. J'ai vu des hommes en pleine fleur de l'âge aider des femmes vieilles au point de ne tenir debout que grâce à leur canne, et sans le sou malgré une vie de labeur. J'ai vu des chevaux choyés comme des princes simplement pour travailler la terre, et des princes traités comme des malpropres parce que leur famille a sombré dans le déshonneur. La richesse fait beaucoup de choses oui, mais pas tout.
Ce que je veux faire, c'est voir ce qu'il y a d'autre. Voir le monde pour commencer. Aller dans tous les pays de Tellius pour y danser et y découvrir de nouvelles choses. Vivre de rien et donner le peu que je gagne à ceux qui en ont plus besoin. Je ne sais pas si cela répond à votre question, étant donné qu'il y a de l'un comme de l'autre, mais l'existence d'un artiste n'est-elle pas précisément vouée à voguer à contre-courant de celles des autres ?
"

Il s'interrompit le temps de siroter à son tour une longue gorgée de jus de fruits. Il se pourlécha la lèvre supérieure sur laquelle une moustache rosée resta un instant, puis s'alanguit de nouveau contre le dossier de sa chaise en la regardant. D'une certaine façon, la situation s'amusait à inverser leurs rôles : une laguz parcourant les cieux, clouée dans une vie sédentaire au service de l'empire, et un Marqué libre de toutes contraintes morales condamné à ne jamais voler, mais pourtant exalté dans les champs et les villes de tous endroits.

Un instant, Merlin détourna son attention vers le ciel pour estimer l'heure. Entre la pâtisserie, le parc et le cocktail, ils devaient bien avoir passé une heure depuis le spectacle. Il lui restait donc à peu près le triple pour espérer faire plus ample connaissance, si Oerdhall le souhaitait. Une pensée fugace le traversa : pourquoi lier une relation qu'on ne recroisera peut-être jamais ? Et la réponse lui franchit aussitôt les lèvres.

"Je pense qu'à force de voir toujours les mêmes choses, on finit par oublier la beauté du monde qui nous entoure. Le parfum des fleurs, la texture de la pluie, la chaleur du soleil... Bien sûr il faut manger, boire, dormir, et cela demande quelque confort, cependant les puissants en ont profité pour créer un nouveau besoin : l'argent. La richesse. Je m'estime chanceux de ne pas en être dépendant. Je gagne ce qu'il me faut pour manger, boire, louer une chambre, et je ne m'encombre pas du reste. La vie a bien plus de goût de cette manière."

Le Marqué délaissa un instant son verre pour se baisser à côté de leur table. Il se redressa et tendit simplement une pierre à la laguz, à peu près plate comme sa main. Pour lui, habitué à ressentir les énergies autour de lui, ce simple fragment de leur monde regorgeait d'une richesse incommensurable, mais comment le lui expliquer ?

"Que voyez-vous dans cette pierre ? Un simple caillou je parie. Pourtant, cette pierre est peut-être plus vieille que vous et moi réunis. Peut-être qu'elle a vu passer une, deux, dix générations avant nous. Peut-être qu'elle a vécu la guerre, plusieurs fois. Elle a affronté le froid, le vent, la sécheresse, la neige, pendant que des beorcs et des laguz naissaient et mouraient autour d'elle. Et aujourd'hui, ce petit bout du monde tient dans ma main. Ne trouvez-vous pas cela fou ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarLaguz


Messages : 62

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Dim 9 Juil - 22:30

Alors que Merlin parlait, je restait assise à finir ma boisson, bouche bée. Et bien, je ne savais pas s'il avait perçu ma détente, mais cela semblait l'avoir également décoincé ! Le voila qui discourt sur les modes de vies Beorcs, leurs besoins et ce qu'ils inventent pour rajouter encore à leurs fardeaux... Quelque part, il n'avais pas tors. L'argent n'était qu'une invention des humains pour se rendre dépendants les uns des autres. Et il était également vrai que beaucoup de Beorcs vivaient, ou du moins survivaient, sans argent, faisant la manche et s'accrochant à chaque journée... C'était une existence que je ne leurs enviait pas.

- Certes, certains Beorcs vivent sans argent, mais on ne peut pas dire qu'ils vivent le plus sainement du monde.

Je secouai légèrement la tête, pensive. Les artistes, d'après Merlin, n'avaient pas besoin de s'occuper de l'argent. Ils en gagnaient assez pour simplement vivre leur vie et découvrir toutes les contrées imaginables. J'aimais bien sa vision des choses, car elle impliquait une liberté que je trouvais magnifique. Pendant un instant, je me demandai quelle aurait été ma vie si j'avais été moi-même une artiste, voyageant pour faire profiter le monde de mes talents autant que je profitais moi-même du monde et de chaque nouvelle découverte. Et puis, mon esprit terre à terre reprit le dessus, et je me souvint que je n'aurais eu aucune chance de vivre ce genre de vie, ne serai-ce que parce-que j'étais une Laguz. Si je n'avais pas été réduite en esclavage, j'aurais certainement finit par devenir pirate comme mon père, pillant les navires approchant trop de Kilvas.

Puis vint la réflexion sur la pierre, et je me penchai un peu sur la table pour la regarder, écoutant les mots du marqué avec attention. Cette vision des choses avait également quelque chose de beau, presque mystique. Il était décidément plein d'espoir, ce danseur, regardant le plus infime élément du monde avec les yeux émerveillés d'un enfant qui à encore tout à découvrir. Je ne connaissais rien de son passé, mais je me pris à me demander s'il avait déjà eu à faire face à une réelle épreuve.

- J'aime bien votre vision du monde, elle a quelque chose de poétique... Malheureusement, j'ai depuis longtemps perdu la faculté de voir les choses de manière aussi optimiste. Cette pierre... Elle est simplement une pierre pour moi, et elle reste muette. Ce n'est pas elle qui me racontera des histoires.

Je soupirai, puis levai mes yeux de la pierre pour les fixer sur le marqué.

- Je suis désolée de ne pas m'accorder à votre point de vue, mais vous êtes trop optimiste pour moi.


Thème d'Oerdhall ~ Ma couleur : #99CCFF ~ Ma fiche ~ Ma fiche technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
avatarMarqué


Messages : 36

Feuille de personnage
Niveau:
18/20  (18/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   Mar 11 Juil - 22:16

"Optimiste ? Hum... Je suppose qu'on peut dire cela, oui. Vous savez, je ne vous demande pas de vous accorder avec moi, vous n'avez pas à vous excuser. Mais pour expliquer qui je suis, j'ai toujours pensé qu'il fallait aussi comprendre comment je pense. Vivre sans attaches peut paraître incroyable pour les uns, insensé pour les autres, effrayant ou exaltant... Il y a tant de personnes différentes. Tant de pierres aussi."

Il fit rouler la pierre plate entre ses doigts, jouant avec souplesse de sa surface lisse. Il commença même à jongler avec, pour finalement la reposer avec douceur sur le sol, là où se trouvait sa place.

"C'est mon quotidien. Cela ne me fait plus peur, je sais me débrouiller. Bien sûr, au début j'ai eu du mal à m'y faire, j'ai songé plus d'une fois à faire demi-tour et rentrer me blottir dans les bras de ma mère. Mais que serait une vie dans laquelle on ne quitte jamais son chez soi, même si on peut revenir ? Enfin je ne sais pas, l'inconnu m'a toujours attiré."

Il but une nouvelle gorgée de son cocktail, songeant qu'il descendait trop vite à son goût et qu'il fallait qu'il le savourât un peu longtemps, puis ses yeux se posèrent avec malice sur la laguz.

"Vous aimez qu'on vous raconte des histoires ? Est-ce pour cela que vous allez au théâtre ? J'ai vu quelques répétitions d'autres troupes, je peux vous conseiller une très bonne pièce pour le mois prochain. Cela parle d'un marin qui voyage autour du monde, rencontre des monstres et sauve des princesses. Vous seriez étonnée du nombre de scènes différentes qu'ils ont su monter sans redondance !"

Le Goldoan rajusta sa capeline sur ses épaules alors qu'un courant d'air passait, puis sentit une pression sur son épaule. Très doucement, il vit un moineau perché là, qui s'échinait à arracher une plume de son costume. Il le regarda faire en silence, sachant qu'il n'y parviendrait pas. Le Marqué avait mis un temps fou à confectionner sa crinière de plumes, et celles-ci s'étaient envolées si souvent qu'il avait dû s'assurer de la fixation de chacune à plusieurs reprises.

Probablement le moineau voulait-il consolider, ou décorer son nid, mais il s'agissait d'une faveur qu'il ne pouvait lui faire. Merlin finit par approcher doucement son doigt de la créature. Le moineau bondit dessus puis s'envola en toute hâte.

"Mince, j'aurais dû lui donner un bout de pain d'abord..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Ballet du monde [PV Oherdall]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ballet du monde [PV Oherdall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Sienne
-