AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un artiste sur Mélior? [PV : Alek]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akamae
avatarBeorc


Messages : 45

Feuille de personnage
Niveau:
15/60  (15/60)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Un artiste sur Mélior? [PV : Alek]   Mar 25 Oct - 16:50



Criméa s’est montré clémente envers elle. Plus clémente que bien d’autres. Lentement, elle réalisait des choses par elle-même. En devenant une mage de l’armée de Criméa, elle gagnait un salaire, ce qui lui donnait une maison, elle se faisait des amis, du moins, des connaissances pour être plus précise. Elle avait appris à garder sous contrôle ses impulsions. L’armée donnait une sorte de métronome sur lequel elle pouvait axer ses activités et sa vie. Les débuts furent laborieux, bien évidemment, mais ses talents étaient indéniables, au point où certains sages s’intéressèrent de plus près à son tatouage sur le bras droit. Elle secoua la tête, aujourd’hui, c’était repos, alors pas question de penser à l’entrainement ou à quoique ce soit de lier. Elle se leva de son lit et regarda de sa fenêtre le Soleil éclaircir sa chambre et un petit croassement lui fit tourner la tête. Elle s’approcha de la cage et l’ouvrit pour qu’un jeune corbeau, noir comme la nuit, s’envole et se pose sur son épaule. La sensation des serres était quelque peu douloureuse, mais elle encaissa sans broncher. Elle caressa la tête de l’oiseau. Ces créatures étaient souvent vues comme un message de malheur, elle savait que la vérité en était bien loin. Les corbeaux sont des êtres très intelligent, capable de mettre en place des stratagèmes et de contourner des problèmes que la plupart des animaux se verraient incapable de résoudre.

Elle prit un petit déjeuner costaud, combinant salé et sucrée pour se donner des forces. On aurait presque dit qu’elle avait une vie normale… si seulement ces voix n’étaient pas dans sa tête, que ces rêves n’étaient pas des cauchemars toujours plus vivides et blessants. Le croassement de son corbeau la réveilla de sa torpeur et elle s’habilla. Une nouvelle garde-robe plus en accord avec Criméa, combinant des teintes de bleus foncés avec du noir, beaucoup plus sobre, mais hélas plus révélateur. Aussi, elle continuait de porter par-dessus une longue cape noire la couvrant entièrement. Au début, beaucoup de personnes la regardait avec inquiétude, mais avec le temps, les gens apprirent doucement à se faire à elle. Le boulanger la saluait, la bibliothécaire la connaissait très bien et conversait souvent autour d’une tasse de thé. Vraiment, elle vivait pour l’instant avec quiétude, et celle-ci était bien nécessaire pour panser ses plaies encore fraiches.

Plus tard dans l’après-midi, elle sortit du centre de Mélior pour se balader dans la verdure environnante. Son corbeau en profitait pour se dégourdir les ailes et elle, les jambes. La prudence l’avait tout de même incité à se munir d’un tome de magie noire, le Black Fang n’est pas une mince affaire et même si peu éloigné de la capitale, ils pourraient frapper. Ainsi entrait en conflit la volonté de détendre et la prudence dont elle devait faire preuve. Enfin, prudence, à ce point, beaucoup de personnes le croyait paranoïaque, et c’était peut-être vrai. Elle a enfin trouvé un semblant de sécurité à Criméa, alors elle le défendrait chèrement cela… Ce qui provoquait une routine longue et ennuyeuse. Au début, elle avait bien apprécié celle-ci, mais désormais, elle avait besoin de se rouvrir à l’extérieur, prendre des risques, se reconstruire. Si elle reste enfermée à Mélior, il n’y aucune chance qu’elle acquiert la vie qu’elle souhaite. Prendre des risques, mais pas trop.

Akamae gloussa un peu, plus par peur que par réel amusement, devant sa propre contradiction. Le corbeau revint de son vol et croassa avec un enthousiasme inhabituel qui l’alerta.

« Qui y-a-t-il ? »

Le corbeau regarda le sommet d’une petite colline. Tout d’abord, elle ramena de nombreux souvenirs à la mage noire, le moment où Mysti l’avait amené à Mélior, devant sa nouvelle maison. Le chevalier avait parfaitement choisi le point de vue, offrant une belle vision de la ville, de ses champs. La force du Soleil à ce moment avait grandement embelli sa vision de la ville. Elle se dirigea vers celle-ci avant de s’immobiliser. Elle apercevait au loin une tâche noire, difficilement visible à cette distance. Si elle prenait le risque de le rejoindre, elle perdrait de vue le sommet le temps de la montée. Tant pis, elle prendrait le risque. S’avançant vers la montagne, elle souffla.

« Va David. »

Obéissant comme s’il avait compris l’intention même de sa maitresse, le corbeau s’envola et resta à une bonne hauteur pour observer la scène. Elle descendit pour se mettre à remonter la colline, sans précipitation, une main sur son tome. Jamais trop prudente…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 37
Localisation : Everywhere I can
Groupe : Ordre de Yune

Feuille de personnage
Niveau:
16/60  (16/60)
Points d\'Expérience:
65/100  (65/100)

MessageSujet: Re: Un artiste sur Mélior? [PV : Alek]   Dim 18 Déc - 14:00

" Oh. Bonsoir Aleksander. "

Bonsoir F.A.B. Je viens de faire une de ces rencontres dans une contrée dont je ne m'y attendais pas.

" Tu connais la musique, maintenant. "

Ahah. Toujours aussi glacial, hein? Tu devrais te détendre un peu plus. Enfin bref, tu n'es pas là pour faire dans le sentimentalisme. En fait, cette histoire se passait à Criméa. Tu sais, ce pays ayant subi bien des conflits... En tout cas, je sais que c'était eux qui avaient subi la première guerre. La seconde, j'étais trop occupé à me prendre des coups de bâtons sur mon popotin pour apprendre. La seule chose que je peux dire, c'est que cette nation passa de la neutralité à contre l'ancien Sénat d'il y a 9 ans. Bref! Je ne connais pas plus que ça le pays... Mais bon, il fallait quand même que j'y passe au moins une fois dans ma vie.

La capitale sonnait pour moi comme une contrée bien illuminée, malgré le fait que les deux guerres se soient passées il y a de cela quelques années. Je semblais être peint d'une ignorance dans ces contrées. Il faut dire qu'à l'âge de la réelle raison, l'on m'a collé dans une paroisse. Dans un endroit où l'extérieur semblait être ce qu'un Beorc verrait comme la mer, ou un de ces piafs l'horizon. J'avais l'impression de vivre dans un huit clos, et que ces murs n'étaient que le spectacle terrifiant de mon isolement. Peut-être aurais-je pu me contenter à peindre à même la roche. Seulement, je ne pouvais pas. Il ne fallait pas offenser Yune. Oooooooh, absolument pas. Sinon, c'était parti pour les coups de bâtons.

" Et donc qu'as-tu fait ? "

Je l'ai quand même fait. Je n'étais pas comme ces péons qui suivaient comme des mules les préceptes anciennement douteux. Il fallait que je comprenne, il fallait que je m'exprime. Il fallait que quelqu'un me comprenne. L'on ne pouvait me limiter à juste ces murs. Je pense que cela vient de là le fait que je parcours ce monde.

Au début, l'on m'autorisa à dessiner les jardins. C'était un lieu fort reposant, où il n'y avait pas toutes ces mauvaises herbes de pouilleux qui voulurent toucher de leurs mains calleuses les fines délicatesse de la Nature. Ces satanés paysans… J'étais affilié à un lieu de culte, donc forcément, je devais m'y faire. Je devais m'y faire à leur présence nauséabonde. Je me devais de leur faire un sourire courtois… Enfin, plutôt un rictus. Ou alors je ne les calculais même pas.

" Et donc tu faisais quoi dans ce jardin ? "

Et bien j'avais une genre de petite étendue d'herbes, avec quelques fleurs et des légumes que l'on récoltait à but d’amortir les frais. Je m'amusais à compter le nombres de plantes, et à dresser une genre de liste… Et bien évidement, je peignais de différentes façon ce petit lopin de terre, pour m'essayer aux différents styles de peintures. De la gloire à la Nature, ou à la vision sombre de ce petit bout de terrain. Monstruosités, splendeurs, rêves, cauchemars, détresses, doutes. Je voyais tout cela depuis ce petit carré. J'en étais satisfait…
Et puis finalement, les étendues n'étaient plus qu'une carte finie, griffonnée de gribouillis illisibles pour les uns, mais aussi limpide que serait l'eau pur à mes yeux.

" Et donc… Pourquoi tu étais sur une colline surplombant Mélior ? "

Si l'on ne centralise ses pensées qu'en un étendu défini, l'on se lasse rapidement. Seulement, après la volonté d'un de mes supérieurs à me faire voyager, explorer ce monde en quête d'une quelconque réponse divine. Mon étendu est maintenant ce continent… Et non je n'ai pas envie d'aller voir ces foutus piafs. Ils sont bien chez eux, ces volatiles. Surtout s'ils ressemblaient tous à cette mégère se croyant au-dessus de tout. Enfin bref. Où j'en étais ?….

" D'étendus de Criméa. En quoi cela change de ta vue actuelle ? "

En effet ! Merci F.A.B. En fait, si nous résumons mon monde au lieu de culte dans lequel j'habitais, je faisais rapidement le tour. Si j’étends mon monde au continent entier… Qu'importe la taille de l'endroit que je dois découvrir, aussi exigus qu'il soit. Ce monde est fait de petits mondes… Et j'ai décidé de tous les embrasser pour enfin peindre une réalité calquant à ma vision de la réalité.

Une vision que je me devais de changer. Cependant, ce n'était ni le lieu, ni le temps pour le faire.

L'astre lumineux surplombant le ciel de ses vives éclats éclairaient de ses doux rayons la cité de Mélior, ce qui prodiguait en moi comme une douce et vive chaleur dans mon être. Non pas par ces rayons caressant avec timidité mais fermeté ma peau de Beorc blanc, mais plutôt intérieurement, comme la douce chaleur d'un feu de cheminée. Je me sentais comme. Hum… Comme…

" Directement affecté ? "


Exactement ! Je me sentais personnellement atteint par cette douce lumière. Ma vision créative put enfin capter ce sentiment de beauté et de plénitude. Ce sentiment qui justifiait, de bien des moyens, le fait de vouloir retranscrire ce moment avec fidélité. Je me sentais comme transcendé par une divine destinée, qui reflétait de mon égoïsme propre. Je savais que cette vue ne m'appartenait pas, que les yeux de bon nombres d'individus se posèrent dessus en des moments différents de cette longue frise chronologique déroulée par les Déesses. Seulement, regardaient-ils le même spectacle que moi, à ce moment là ? Avaient-ils le même regard que moi en regardant cet assemblement de pierre former des édifices compactés ? Était-ce sous cette même luminosité ? Non, bien sur que non. J'étais un prêtre peintre, ignorant de ce monde, devant découvrir ses propres écrits par le voyage, la communication, la pratique.

Alors j'avais décidé quelque chose en regardant cette peinture ancrée dans le temps.

" Et donc ? Qu'as-tu proclamé ? "

Je me devais de revenir à cet endroit, à cet position avec le même matériel, et de préférence une scène similaire. Je me devais de m'imprégner de l'essence de ces lieux. Cependant, j'avais un œil novice dans ce monde, régi par aucun choix que je pourrais porter à ces nombreux « mondes ». En me développement, que ce soit physiquement ou mentalement, j'aurai connu, franchit avec réussite ou échec, de nombreux enclaves dans cette longue et périlleuse ascension vers les faveurs de Yune. J'aurai de ce fait un regard plus construit, influencé par des états d'âmes, des pensées qui me hanteront alors que mes divinités mentales inspiratrices viendront danser et exalter une nouvelle aspiration à retranscrire sur une toile.

Moi même je ne saurai point ce que cela retranscrirait. Je laisserai Yune me guider.

" Bien. Et après ? "

Ah. Oui. J'oubliais. Ma visite à Mélior n'était pas vraiment induis par le fruit du hasard. Je m'étais moi même imposé le fait de rester cantonné en haut du continent afin d'être présent lors des festivités qui auront bientôt lieu à Daein. Dans quelques jours, c'était les festivités pour remercier les moissons de cet année. Au vu du fait que cela se passe dans le château de Daein, en son cœur, cela dû être d'excellentes récoltes. Pour passer le temps, je m'étais donc dirigé vers Criméa, afin de faire passer ces jours en trop. Pour se faire, j'ai dû me faire à l'idée d'avoir un minimum d'escorte. Ce fut le paternel qui me fixa cette indiscutable condition. Alors j'avais décidé d'emmener avec moi Gwendalyne. Comme à l'habitude, sous mes yeux, elle n'était qu'une ombre, un point dans l'horizon. Seulement, je ne pouvais défier sa loyauté, ni sa véritable volonté de me protéger.

Actuellement, elle était à Mélior pour chercher à remplir nos provisions. Hey. Ce n'était pas comme s'il y avait deux bouches à nourrir, et pas des moindres. Alors elle m'a laissé quelques minutes avec cette magnifique vue face à moi. J'avais bien fait de lui demander d'emmener avec nous mon chevalet personnel, ainsi qu'une toile. Sous cette pensée, je commençais à déplier ces bouts de bois gravé pour ainsi former le support de mon expression artistique. En soit, le chevalet aussi était une œuvre à part entière. Avec son bois sculpté, cette finesse des détails. Je pouvais sentir du bout des doigts la passion et l'acharnement du concepteur de cet objet. Cela ne pouvait que me motiver artistiquement, non ?

" … La peinture... "

Hum… Oui. Je dépliais ensuite un simple tabouret, dont le tissu épais joignant les deux bouts de bois me permettait d'offrir un certain confort. Rustique, peu élégant, mais démontrait son utilité en tout point. Je voulais peindre un paysage, et non l'égoïste cité se trouvant devant moi.

Après tout, je ne voulais qu'un monde, et rien d'autre.

Sortant en douceur ma peinture, je commençais à faire quelques mélanges sur une palette en bois poli. Mélanger les éclats de couleurs pour en former de nouvelles. Donner à cette toile les nombreuses coloris offertes par les déités. Glisser le poil des pinceaux sur cette surface vierge, l'éclairer d'une vision.

Cependant, lorsque je jouissais de ce plaisir retrouvé, je fus interloqué par la vision d'un simple corbeau noir. Je ne pouvais qu'être intrigué par cette étrange venue. Le corbeau était signe de malheur dans de nombreuses têtes vides, et la mienne étant remplie de mots vides, je ne pouvais que me demander. Quel était le signe ? La raison ? La folie ? Je déposais mon pinceau, lentement, alors que la bestiole restait toujours aussi proche. Je n'appréciais aucunement les signes à nombreux interprétations. Que ce soit par le plus grand des Saints ou le pecnot de base, il y avait une telle diversité. Surtout que je n'étais pas vraiment dans une bonne posture pour me défendre. C'est vrai qu'un coup de bâton, ça aide à se défendre de robustes présages !

Je ne me sentais pas à l'aise, loin de là.

Je finissais pas me redresser, mon bâton de soin à la main. Des milliers de questions tournèrent dans mon esprit, et aucune ne me satisfaisait. Que faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akamae
avatarBeorc


Messages : 45

Feuille de personnage
Niveau:
15/60  (15/60)
Points d\'Expérience:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Un artiste sur Mélior? [PV : Alek]   Lun 23 Jan - 23:06



C’est en remontant doucement cette colline plutôt pentu qu’Akamae se prit à ressasser des vieux souvenirs, très vieux. Des fragments d’une vie oubliée, quelques cris de joie enfantin, des enfants se roulant dans l’herbe et dévalant la colline à pleine vitesse, sans le moindre soucis du monde. Son imagination prit une bouffée de réalisme. Elle pouvait voir les enfants rouler en boule à ses côtés, s’amusant et rigolant joyeusement. Une petite fille aux longs cheveux noirs l’interpella, elle roulait, roulait en rigolant de tout son saoul. La colline étant assez longue, elle quitta l’ombre de cette dernière pour finir sa descente pour baigner dans les rayons du Soleil, alors qu’elle-même se tenait dans l’ombre. Elle devait monter. Arrêtant de rêvasser, elle finit son ascension pour se faire brutalement éclairer par le Soleil, lui forçant à plisser les yeux à mettre sa main en travers. La lumière intense l’avait toujours partiellement gêné, mais elle l’appréciait également. Sa vision était affûté dans l’ombre, mais ces dernières l’empoissonnaient lentement, le Soleil brûlait, mais d’une lumière libératrice.
 
Après un court instant, elle aperçut un jeune prêtre, du moins, son bâton de soin fut le détail qui l’interpella le plus. David tournait dans les airs autour de lui, poussant quelques croassements à intervalle régulier. D’un sifflement, elle le rappela et le corbeau se posa avec délicatesse sur son épaule. Elle caressa doucement les plumes avant de lui chatouiller le cou. D’un hochement de tête, le corbeau prit son envol.

« Désolée si David vous a surpris, ce n’est pas ce qu’il ne vous aime pas, c’est simplement sa manière de prévenir d’un visage inconnu. »

Akamae relâcha son tome sans hésitation, les prêtres, peu importe leur provenance, reste principalement pacifique et ne sont pas une menace à proprement parler, du moins, pas avec un bâton de soin pour arme. Ainsi ce dernier devait être versé dans les arts blanc de la guérison, une compétence qu’elle enviait, et qu’elle étudierait quand on lui ferait un peu plus confiance. La seconde chose qui la toucha fut la peinture, la toile quasi vierge, le pinceau. Des outils bien noble qu’elle ne connaissait que sur des livres. Elle se tourna vers le paysage qu’il souhaitait peindre, et soupira, admirant elle aussi, sans savoir pourquoi cela l’affectait. La beauté peut-être ? La simplicité ? Ou encore la signification personnelle que cette vue avait pour elle ? Jamais de réponse, toujours des questions. Tel est le destin d’un mage noir.
 

« … Je vais vous laisser à votre peinture, excusez-moi de vous avoir déranger. » dit-elle en se courbant simplement. Elle avait rapidement déceler les marques de noblesse que le Black Fang lui avait appris à reconnaître. Ne souhaitant pas s’immiscer plus qu’elle ne le devait, elle regarde tout de même avec curiosité le début de peinture puis releva la tête pour observer une fois de plus la cité de Mélior sous la lumière divine du ciel, cette dernière éclairant son visage pâle. Peut-être qu’elle viendrait la voir une fois terminé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Un artiste sur Mélior? [PV : Alek]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un artiste sur Mélior? [PV : Alek]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Wedin Mainbleue [Guérisseur, artiste & cie]
» présentation de l'artiste
» Fiche technique de l\'artiste
» L'artiste, un être solitaire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Mélior
-