AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kerowyn
KerowynBeorc


Messages : 258
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV222/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (22/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV223/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (23/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeDim 16 Oct - 1:52

Le village n'était plus qu'une sinistre parodie de ce qu'il avait été. Kerowyn avait beau ne jamais y avoir posé les pieds, elle s'en rendait parfaitement compte. Et de fait... Les maisons ne tenaient debout que par miracle. Ce n'était malheureusement pas le cas de ceux qui les avaient habitées. Des Laguz, félins, gisaient aux quatre coins de l'endroit, avachis les uns sur les autres, leurs traits figés en une dernière expression d'horreur. Certains, sous leur forme animale, avaient tentés de se défendre. Ils n'avaient pas mieux survécus que les autres, et à présent ils étaient écrasées sur le sol, macérant dans des flaques de chair et de sang encore frais. L'odorat de la rôdeuse était en outre assailli par les odeurs de chair morte et rigide... Les morts n'avaient pas encore eu le temps de pourrir, le massacre était très récent. Pour un peu, Kerowyn se serait cru chez un boucher.

Cette scène rappelait à Kerowyn deux souvenirs distincts. Le premier faisait appel à sa vie avant son voyage dans le temps, la première fois qu'elle avait découvert une scène de massacre perpétré par son père. La seule différence tenait dans le fait qu'à l'époque, le massacre datait de plusieurs jours, et que l'odeur de pourriture était si marquée qu'elle lui avait alors donné envie de vomir. A présent, c'était l'odeur de chair fraîche qui l'assaillait, et si elle n'avait régné dans un tel charnier, elle aurait pu en avoir faim. Le second souvenir qui se rappelait à elle était plus récent, et il prenait corps en Hatary, ce fameux jour où Kira et elle-même étaient parties à la chasse au nécromancien. ce jour-là, elles avaient découvert le même genre de décor, bien que les morts se soient avérées plus propres que ce qu'elle avait à présent sous les yeux...

Cette fois-ci, c'était Gaël, et simplement Gaël qui l'accompagnait. Tendant la main, la louve prit les doigts frais de son amant et les serra doucement pour se rassurer elle-même autant que pour le rassurer lui. Puis elle avança d'un pas dans la ville, commençant son exploration. Le massacre était si récent qu'il devait encore y avoir des traces quelconques, même infimes, de celui ou celle qui l'avait perpétré...

- Tsss... Comment en est-on arrivés là...

La réponse était très simple. Gaël, Camélia et elle s'étaient lancés dans cette traque plusieurs jours auparavant. Ils avaient découvert le premier village au gré de leurs pérégrinations, un véritable charnier, tout comme celui-ci. Depuis, ils avaient suivit les traces, et au dernier village traversé ils s'étaient séparés, Gaël poursuivant avec elle tandis que Camélia s'en allait à la recherche de renforts. Et pour cause... Plus ils avançaient dans leurs recherches, plus il leur paraissait évident que ce qu'ils devaient affronter était bien trop monstrueux pour trois jeunes aventuriers. Chaque village qu'ils traversaient dépeignait un massacre tel que celui qu'ils avaient en cet instant sous les yeux.

Si Camélia était d'accord avec eux quand à la nécessité d'arrêter ces massacres, elle ne comprenait pas pourquoi Kerowyn et Gaël y mettaient autant de cœur. La marquée en avait vu au cours de sa longue vie, mais pour les deux voyageurs venus du futur, tout cela ressemblait bien trop à ce qu'ils avaient connus à l'époque où Kerorian faisait régner la terreur sur le continent. Ils devaient à tout prix arrêter cette série de massacres...

Pour Kerowyn, tout cela revêtait un aspect encore plus personnel puisque depuis son arrivée, elle était tenaillée par l'impression de ne rien avoir à faire en ces lieux... Elle se sentait à l'écart du monde, comme si elle ne parvenait pas à s'y faire sa place. Cette place, elle espérait la gagner en relevant ce nouveau défi placé en travers de sa route. Elle ne croyait pas en la force du destin, mais elle était encline à penser que si elle était ici et maintenant présente, à enquêter et suivre la piste sanglante laissée par cette cible inconnue, il devait bien y avoir une raison...

Et à présent, la voilà avec Gaël à patauger dans une mare de sang a moitié coagulé, de muscles écrasés et arrachés, de morceaux de peau parfois encore recouverts de fourrure...

- Yerk...

A travers les restes du massacre, elle cherchait à trouver des traces, des indices... Pour l'instant, tout ce qu'elle avait de plus probant, c'était les marques profondément enfoncées dans le sol de pieds lourdement bottés, des traces qu'un Laguz n'aurais jamais laissé, peu importe la forme empruntée. Tiens, ici... Tirant un peu sur la main de Gaël, la rôdeuse lui désigna l'une des traces du doigt. Leur homme était visiblement passé par là, ce qui ne faisait que confirmer encore leur thèse. Ce n'était pas un monstre qui avait fait ça, ce n'était pas un animal ou une créature étrange, mais bel et bien un humanoïde...

- Nous devons trouver celui ou celle qui fait ça... Ca devient de plus en plus urgent.



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Alan
AlanBeorc


Messages : 1309
Age : 28
Localisation : En quête de mon passé
Autre Indication : Amnésique
Groupe : Peuple des saumons sauvages des torrents Criméens

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV228/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (28/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV24/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (4/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeSam 22 Oct - 11:43

comment ils en sont arrivés la... bonne question, très bonne question. Gaël n'en savait trop rien. Enfin si, il savait : ils traquaient un tueur. Mais pouruoi, ça... il ne savait pas. Kerowyn a lourdement insisté pour qu'ils suivent cette piste. C'est vrai, tous ces massacres, ce n'était pas sans rappeler LEUR Kerorian mais... il n'était plus, non ? Le futur tel qu'ils l'ont connus n'existera pas. Kerorian était marié à Liyu et ils vivaient tous deux paisiblement à Daein avec Louka, il n'y avait rien de facheux qui puisse se produire. Gaël a récemment vu Liyu avant qu'elle ne parte pour Nevassa donc tout allait bien...

Il n'arrêtait pas de se répéter ça en boucle depuis qu'il pataugeait dans un mélange de sang, de chair coupée et de boue alors que l'odeur attroce de cadavres lui donnait la nausée.

Tout allait bien...

Ils ont trouvé des traces de doigts. Le tueur était bel et bien humain.

Tout allait bien...

Il serrait les doigts de Kerowyn entre les siens, tant pour la rassurer que pour bénéficier lui-même d'une ancre dans cette réalité qui lui semblait bien trop familière, un vieux cauchemar d'un enfant qu'il était en train de revivre.

Tout allait bien...


« Nous devons trouver celui ou celle qui fait ça... Ca devient de plus en plus urgent. »

Tout allait bien...

« On devrait pas plutot attendre Camelia ? Notre cible a quand même dévasté des tonnes de villages et il a l'air de se porter comme un charme. »

Gaël tentait de masquer la panique qui l'habitait. Il ne pouvait pas se permettre de montrer sa peur, pas devant Kerowyn.

« On n'est clairement pas de taille face à lui et il suffirait qu'il nous tombe dessus alors qu'on ne s'y attend pas et c'en est fini de nous. Cette trace est encore trop fraiche, on devrait lui laisser un peu d'avance, on ira le chercher quand les renforts seront là. »

Tout allait bien...

Mon cul, ouais...


I'm nuclear


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kerowyn
KerowynBeorc


Messages : 258
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV222/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (22/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV223/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (23/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeJeu 3 Nov - 20:00

Elle était partagée. Dans un sens, Gaël avait raison, et elle aussi craignait la chose - soyons réaliste, quelqu'un capable de tels massacres sans en sortir blessé n'était pas humain - qui était à l'origine de leur présence ici. Mais d'un autre coté... Elle était habituée à mener ses traques seule ou avec très peu d'aide, et elle n'aimait pas l'idée de mettre d'autres gens en danger. Serrant les dents, elle avança un peu au milieu du carnage, d'un pas prudent à défaut d'être silencieux. Son armure de cuir renforcée d'acier n'était pas discrète.

- Je comprend tes réticences, mais je te promet d'être prudente. Si nous le trouvons avant l'arrivée des secours, nous nous cacherons en les attendant, mais au moins on pourras surveiller ce qu'il fait...

Le compromis lui paraissait acceptable. Serrant ses doigts sur ceux de son amant, elle entreprit de marcher plus silencieusement, avec plus ou moins de succès. A vrai dire, elle désirait autant qu'elle ne redoutait la futur rencontre avec l'auteur de ces massacres... Indéniablement, tout cela lui faisait bien trop penser au Kerorian de son époque. Si elle pouvait éviter un tel fléau à présent... Alors elle ne devait pas hésiter un seul instant, ni se laisser pétrifier par la peur. Si elle venait à échouer, et qu'un nouveau Kerorian commençait son oeuvre destructrice d'ici, elle s'en voudrait probablement pour le restant de ses jours.

Elle ne comprenait pas. Tout cela était vraiment trop étrange. S'il y avait eu une telle personne ayant vécu dans son propre passé, et qui n'ait pas été Kerorian, elle aurait été au courant, non ? Ou alors, il avait été l'une des premières victimes du Kerorian fou... Ca n'avait pas de sens, ce type était visiblement bien trop fort pour avoir été vaincu par un Kerorian au début de sa carrière de massacreur, et parti comme il l'était... Kerowyn se demandait même comment Kerorian avait pu survivre s'il avait vécu dans un monde où aurait vécu un tel individu.

- Ca n'a absolument aucun sens... Kerorian vit à Nevassa avec Liyu, celui qui perpétue ces massacres ne devrait pas exister...

...Tout comme elle-même, ou Gaël, ou Kira, ou Niall. Aucun d'eux quatre n'avait sa place dans cette époque. Est-ce qu'il y avait un lien quelconque entre les deux ?
La guerrière rousse secoua légèrement la tête. Cela n'avait absolument aucun sens... Ils étaient les seuls que Kira avait déplacés vers le passé, il n'y avait aucune raison pour qu'il y ait un lien... En tout cas, c'est ce dont elle essayait de se convaincre alors qu'elle avançait, de plus en plus distraitement, au milieu du charnier qu'était devenu ce village Laguz. L'odeur omniprésente du sang lui donnait la nausée autant qu'elle n'excitait le loup qui grondait dans ses entrailles, et elle s’efforça d'en faire abstraction.

Elle se figea. Elle avait entendu un son, tout ce qu'il y avait d'artificiel. Sa peau devint blanche alors qu'elle réalisait que ce qu'elle entendait, c'était le bruit d'une plaque d'armure frottant sur une plaque d'armure. Il y avait quelqu'un ici. Précipitamment, elle poussa Gaël contre un mut à moitié effondré en plaquant sa main sur la bouche du jeune homme pour l'empêcher de parler.

Ils n'étaient pas seuls dans ces foutues ruines, et rien ne les garantissait que ce qui rôdait avec eux était amical. Il pouvait s'agir des renforts tout autant qu'il ne pouvait s'agir...de la chose qu'ils traquaient.

Un frisson d'angoisse descendit le long de sa colonne vertébrale, suivant le sillon tracé par la sueur froide qui coulait dans son dos. Ses poils se hérissaient sur sa peau, elle avait même l'impression que ses cheveux étaient dressés sur sa tête - ce qui aurait été d'un ridicule affligeant. Son esprit était plein des images d'un Kerorian en armure maniant sa lourde Dragonslayer, pourfendant indifféremment civils comme gardes armés et aventuriers de tout poils, sans aucun égard pour l'âge ou le sexe de ses victimes. Son traumatisme la poussait à s'imaginer leur proie - ou leur chasseur ? Elle ne savait plus trop - comme un miroir du rôdeur à ses pires moments. Alors qu'elle plaquait Gaël contre le mur, s’efforçant de se plaquer contre lui pour se faire le plus discret possible tout en le protégeant, elle remua les lèvres pour marmonner des imprécations à sa propre attention : Ne t'inquiète pas, ça ne peut pas être lui...

Techniquement, elle n'avait pas tors. Ce n'était pas Kerorian, qui rôdait dans ces ruines... C'était bien pire.



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Death
Death


Messages : 23

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeDim 6 Nov - 10:47


Jamais il ne se lasserait de ce sinistre spectacle, de ce carnage perpétuel qu'était son existence. Death avait beau tuer encore et encore, son plaisir ne s'en amenuisait jamais. Les cris, les os brisés, les chairs déchirées par sa redoutable épée...puis le paysage qui suivait : Des corps désarticulés dans un océan de sang, des bâtiments endommagés ou en feu. C'était un tueur comblé...à un détail près, quelque chose qui lui manquait depuis des décennies bientôt et qu'il regrettait toujours.
Ça manquait de défi. Les forts étaient exquis à vaincre et leurs âmes étaient plus...savoureuses.

Hélas, soupira le fléau de toute vie, il semblerait qu'il n'existe pas ni en ce temps ni en ce lieu un être capable de rivaliser avec lui. Parfois il songeait à provoquer en duel ses..."collègues de travail" mais s'en abstenait bien vite. Quel plaisir aurait-il eu à affronter un planqué, une morfale ou une dominatrice de bas étage ? Cela dit, ça ne l'aurait pas dérangé de se débarrasser de ces minables qui gênaient son génocide. C'était lui la Mort, alors c'était à lui d'assassiner tout être vivant.
Du bout de sa lourde lame dentelée, il piqua un corps. Aucune réaction. Hmpf...décidément, un autre regret au cours de ses sanglants "divertissements", ils se finissent toujours trop tôt. Il éjecta le sang de sa malveillance épée d'un mouvement sec et s'avança dans le village anéanti. Peut-être qu'avec un peu de chance, il avait raté quelqu'un ? Voyons voir...à droite, rien. A gauche peut-être ? Rien que des morts aux âmes déjà arrachées.

Au coin d'une rue, le Chevalier de la Mort s'arrêta net avant d'inspirer profondément. Une senteur délicieuse et ô combien familière venait de l'interpeler. Cette douce odeur qui précédait chacun de ses carnages, oui. Ça sentait...


"Ca sent la peur."

Et les macchabées n'ont pas peur. Un sourire carnassier déforma son visage, dissimulé sous son heaume menaçant avant qu'il ne se tourne vers le petit couple qui tentait misérablement de se faire discrets contre un mur. 'Béciles tiens. Y méritent bien de périr ceux-là, et en plus, à voir leur équipement, ce sont des combattants. Enfin des jouets qui feront mine de résister un peu plus que les autres !
Le Chevalier de la Mort se redressa de toute sa stature et planta sa lame funeste dans le sol, laissant reposer sa dextre dessus. Lui qui désirait tant un petit "dessert", le voilà qui lui tombait tout cuit dans les bras ! Ses yeux luisaient d'un rouge empreint de malveillance, comme deux torches infernales qui irradiaient d'une lueur hostile par les fentes de son casque.


"Lequel de vous deux veut passer le premier ? Honneur aux dames, peut-être ?"
Revenir en haut Aller en bas
Alan
AlanBeorc


Messages : 1309
Age : 28
Localisation : En quête de mon passé
Autre Indication : Amnésique
Groupe : Peuple des saumons sauvages des torrents Criméens

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV228/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (28/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV24/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (4/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeVen 11 Nov - 12:42

C’était loin de plaire à Gaël, cette situation… ce tueur a fait de sérieux ravages et il était convenu qu’on n’attaque pas sans être certain d’avoir un soutien sur le terrain, Camelia en l’occurrence. A trois contre un, ils auront probablement leurs chances, même si le soutien de Kira n’aurait pas été pour déplaire à Gaël, quitte à ce que lui aussi finisse avec un instinct de loup à cause d’une Kirapocalypse… encore que ça risquait d’être pire, connaissant sa jumelle.

« Je comprend tes réticences, mais je te promet d'être prudente. Si nous le trouvons avant l'arrivée des secours, nous nous cacherons en les attendant, mais au moins on pourras surveiller ce qu'il fait...
- Bon, d’accord... »

En admettant bien sur que ça ne soit pas LUI qui les trouve en premier, auquel cas… eh ben Gaël devra improviser pour qu’ils s’en sortent.

« Ca n'a absolument aucun sens... Kerorian vit à Nevassa avec Liyu, celui qui perpétue ces massacres ne devrait pas exister...
- Kerorian l’avait peut-être abattu dans notre réalité avant que cette personne ne devienne aussi dangereuse... »

C’était un raisonnement qui lui semblait sensé, à défaut d’avoir une meilleure explication.

Soudainement, Kerowyn plaqua Gaël contre un mur et étouffa sa bouche avec une main. Il entendit alors ce qui effrayait sa chérie : un bruit métallique, celui d’une armure agitée par un mouvement. Des bruits de pas… quelqu’un venait.

Il le sentait… il sentait la peur qui nouait les entrailles de Kerowyn. Il la serra contre elle, tentant de la rassurer autant qu’il se rassurait lui-même.

Son coeur battait à en exploser sa cage thoracique, des sueurs froides perlaient le long de son dos, des spasmes agitaient ses bras. Il n’avait plus ressenti ça depuis la dernière fois que son chemin avait croisé celui du démon rouge qui a ravagé Tellius.

En cet instant, il était redevenu un jeune garçon terrifié, effrayé par la possibilité qu’il meure, mais plus encore à l’idée que ça risquait d’être Kerowyn qui mourrait… et ça, ça serait pire que tout, pour lui.


« Ca sent la peur. »

Cette voix… il ne la reconnaissait pas. C’était une voix déformée par un casque, rauque, dénuée d’humanité. La voix d’un démon venu des enfers pour détruire ce monde.

Et la personne qui a eu ces mots terribles arriva juste devant eux.

Un géant d’acier à l’armure impénétrable. Ses yeux n’étaient que deux lueurs rouges brillants des flammes de la démence. Son épée était gigantesque mais ne ressemblait en rien à la Dragonslayer qui alimentait ses cauchemars, mais elle n’avait rien à lui envier. C’en était encore un, un de ces démons gigantesques venus pour annihiler toute forme de vie sur terre, à croire que les Déesses ont décidé qu’il devait en être ainsi quoi qu’il arrive. Le jugement dernier devait peut-être finalement arriver…

Le démon d’acier planta sa lourde lame au sol et toisa le couple blotti contre le mur, redevenus simples humains effrayés.


« Lequel de vous deux veut passer le premier ? Honneur aux dames, peut-être ? »

Ces mots firent hurler Gaël de peur, mais pas la peur qui le clouerait contre le mur à se faire dessus, non… la peur qui le poussait à affronter le danger, qui le menait vers une mort qu’il savait certaine, vers sa fin.

Il repoussa Kerowyn loin du Tyran, lui hurlant ce qu’il pensait être les dernières paroles qu’il lui dédiera.


« Va t’en ! Retrouve Camelia et fichez le camp loin d’ici ! »

Il dégaina d’abord Meredith, la lame argentée brillait sous la lune, puis il dégaina Artamon.

Il y eut une détonation alors que la lame s’embrasa de flammes noires comme l’enfer, propulsant le guerrier vers le géant. Il se drapait de flammes noires jusqu’à ce que seuls ses yeux soient visibles, deux yeux bleus, déterminés à se battre jusqu’à la fin pour occuper le géant, déterminés à tenir aussi longtemps que son corps tiendra. Il allait se battre et mourir pour les siens.

Sa main agrippée au pommeau ressentait une douce chaleur paternel. Son père, son vrai père, celui mort dans son monde, lui tenait la main. Il n’entendait pas ses paroles, mais il se sentait en paix. Il était là, il ne sera pas seul à sa mort.

Une nouvelle détonation de flammes noires et la lame fendit l’air, s’abattant sur le Démon. Il espérait faire couler du sang, passer les plaques d’armures, le blesser suffisamment gravement pour que Kerowyn aie ses chances de survie en fuyant.

Le tuer ? Ca serait bien miraculeux...


I'm nuclear


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kerowyn
KerowynBeorc


Messages : 258
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV222/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (22/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV223/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (23/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeLun 14 Nov - 19:55


La voix crissa à ses oreilles comme si quelqu'un avait passé la pointe d'un clou sur de l'ardoise. Chaque fibre de son corps se hérissa alors qu'elle se retournait pour découvrir... Tout simplement, la personne qu'ils traquaient jusqu'à présent, et qui avait fait d'eux sa proie. Pourquoi elle n'avait pas écouté Gaël ? Elle aurait dû se douter qu'il était trop près, qu'il valait mieux lui laisser prendre de l'avance et attendre des renforts... Elle aurait dû... Mais elle n'avait écouté que ses instincts sauvages et son besoin de prouver qu'elle valait quelque chose, et à présent... Elle se retrouvait devant la pire menace possible pour elle. Ce n'était même pas une chose dont elle se doutait... Elle en était tellement intimement convaincue qu'elle se retrouvait totalement figée sur place, incapable du moindre geste. Visiblement, Gaël était plus prompt à réagir qu'elle puisqu'une fumée noir se forma autour de son épée et qu'il se lança dans une attaque qu'elle jugea suicidaire sur le guerrier en armure.

- GAËL ! NON !

La peur qu'elle ressentait pour son amour lui conféra une force qu'elle ne soupçonnait pas. S'arrachant violemment à sa tétanie, elle se jeta en avant pour attraper Gaël par la taille et le tirer en arrière de toutes ses forces. Seulement, emportée par la panique et par son élan, elle trébucha et s'écroula en avant sur Gaël, tout deux s'écrasant devant le guerrier en armure.

Ils ne pouvaient pas combattre une chose pareille. C'était absolument impossible. Mais peut-être que s'ils prenaient maintenant la fuite,ils pourraient s'enfuir... Avec le poids de son armure, il ne pourrait probablement pas les suivre.... Mais comment en être sur..?
Un profond sentiment de désespoir la rongeait peu à peu, et elle sentait qu'elle perdait espoir. Ils ne pourraient pas distancer une chose pareille, c'était impossible... Les habitants de ce village avaient probablement essayé, sans succès. Pourquoi Gaël et elle y arriveraient ? Elle en avait même les larmes aux yeux tant elle se sentait prise par la terreur.

Et voila que, dans sa terreur, elle venait d'écraser Gaël au sol. Ce n'était de loin pas le meilleur moyen pour fuir... Paniquée, elle roula sur le coté pour se relever et voulu aider Gaël, tandis que l'inconnu avançait vers eux sans se presser, comme s'il était intimement convaincu qu'ils n'avaient aucune possibilité de fuir.

- Gaël, relèves-toi j't'en prie ! On doit se barrer !

Chaque pas que faisait le guerrier en armure lui arrachait un nouveau frisson de terreur pure, et elle avança d'un pas vers Gaël, la main tendue. Il fallait qu'elle l'aide, qu'elle le prenne par le bras, qu'elle le relève, et qu'ils fuient ensembles... Il le fallait... Absolument...

Elle dégaina la Zwei, même si ses doigts tremblants avaient du mal à tenir la garde. il fallait qu'elle couvre leur fuite, il fallait qu'elle donne à Gaël le temps de se relever, aussi se mit-elle en garde, sa lame tendue entre elle et le monstre qu'ils poursuivaient encore quelques minutes plus tôt.

Aller, Gaël, relèves-toi...



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Death
Death


Messages : 23

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeLun 14 Nov - 22:50


Comme ils sont mignons ces petits crétins. Le morveux se sentait pousser des burnes et se tenait prêt à se sacrifier pour tenter de donner quelques secondes à sa copine...pathétique. Sous son heaume, le Chevalier de la Mort s'autorisait un sourire méprisant. Il souhaitait être le premier à mourir pour rien ? Soit !
Sans se presser malgré la technique du désespoir du jeune garçon face à lui, Death reprit son épée. Un peu de magie...ça n'allait pas l'impressionner. Il ne prendrait même pas la peine de bloquer l'attaque, ainsi ils sauraient que l'espoir tout comme la misérable existence de ce monde était mort. Le fléau était arrivé, indomptable, invincible, la Fin des Temps foulait ces terres.

Toutefois ces mioches réussirent à le surprendre d'une façon...surprenante quand la rouquine exécuta un magnifique plaquage sur son copain. Diantre ! Alors ça, c'était une première. Des réactions connes à cause de la terreur, il en avait vu mais celle-là battait tous les records !
Le Chevalier de la Mort la lisait dans leurs yeux de proies. La peur, l'angoisse d'être sur le point de mourir et d'être impuissants face à leur destin...un moment encore plus délicieux que celui où leur vie s'éteignait sur le fil de sa lame.
La gamine roula pour se remettre sur pieds, tremblante de tous ses membres comme une petite souris fragile en essayant de venir en aide à son abruti de bouche-trou. Imbécile...peut-être qu'en l'abandonnant à son sort et en étant très bonne à la course, elle aurait pu lui survivre aujourd'hui, il n'aimait pas courir.


"J'ai presque l'impression de faire une bonne action en vous tuant, tant vous êtes pathétiques."

Cela ne valait même pas la peine de faire durer leur supplice. D'un revers brutal il repoussa violemment la rouquine, puis au retour de sa lame trancha la jambe du garçon qui tentait de se relever. Son épée maléfique parut s'illuminer de la souffrance qu'elle causa, son fil glacé sifflait dans les airs comme un chant funeste, grinçant lorsqu'elle frappait.

"La vermine ne mérite que de ramper au sol, et de mordre la poussière."

Le Chevalier de la Mort fit un grand pas et posa son pied sur le dos du pauvre fou qui s'était dressé contre lui, faisant lentement peser son poids sur son petit corps. Il voulait l'entendre souffrir, que sa p'tite chérie le voit être écrasé, assassiné de la plus horrible des façons devant ses yeux, et quand il serait prêt à rendre son dernier souffle alors il le transpercerait de son épée monstrueuse et réduirait son âme à l'esclavage pour l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Alan
AlanBeorc


Messages : 1309
Age : 28
Localisation : En quête de mon passé
Autre Indication : Amnésique
Groupe : Peuple des saumons sauvages des torrents Criméens

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV228/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (28/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV24/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (4/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeLun 14 Nov - 23:32

Ce soir, il allait mourir. Gaël l’avait compris en posant les yeux sur ce démon de métal, ce géant à l’épée broyeuse. Il venait de vivre ses dernières secondes dans les bras de Kerowyn et maintenant, il donnait sa vie pour qu’elle aie un espoir de continuer la sienne. C’était le dernier vœu qu’il formulait aux déesses : que Kerowyn puisse survivre, qu’elle puisse continuer d’arpenter ces terres, qu’elle vive…

L’impulsion était donnée, Artamon flamboyait, drappant son corps de flammes noires. Il n’avait qu’un but : porter le premier coup, aussi violent que faire se peut. S’il pouvait passer cette carapace, s’il pouvait trancher ne serais-ce qu’un peu la chair, ça sera une victoire pour lui, même s’il n’avait pas le sentiment de pouvoir le tuer, il pouvait au moins le blesser.

Mais quelque chose le coupa dans son élan. Quelque chose de massif, assez lourd pour parvenir à le mettre au sol… Kerowyn l’empêchait d’aller au combat. Elle l’a plaquée au sol, juste devant leur pire cauchemar…

Ils étaient foutus…

Kerowyn commençait à se relever et à prendre son arme, prête à se battre, visiblement.


« Gaël, relèves-toi j't'en prie ! On doit se barrer ! »

Se relever… oui, il fallait qu’il se relève. Il avait encore une chance. Gaël prit appui sur ses membres pour se redresser aussi vite que possible…

Juste ce qu’il fallut de temps pour que Kerowyn vole au loin et qu’un éclat de lumière se balance jusqu’à la jambe de Gaël… enfin là où elle se trouvait la seconde d’avant.

La douleur était telle qu’il ne parvenait même pas à l’éprouver, mais le fait de se retrouver à nouveau au sol ne le leurrait pas sur son état…

Plus de jambe…

Puis, conscient de l’anomalie que présentait son corps, le cerveau chercha les signaux… et se heurta à un afflux de signaux de douleurs…

Son hurlement perça les ténèbres, tellement qu’il n’entendit pas les propos de son bourreau qui le piétinait à présent de tout son poids. Ses os craquaient sous la masse. Il savait qu’il allait mourir dans la seconde…

Mais quitte à mourir, il lui restait un atout à jouer, un seul… il se mit à prier pour que Kerowyn saisisse l’occasion. Il retint ses cris et regarda Kerowyn une dernière fois alors qu’il empoignait Artamon de ses deux mains. Ses lèvres formulèrent un « je t’aime silencieux ».

D’un coup, d’un seul, Artamon s’embrasa, consommant toutes les âmes qu’elle retenaient, à l’exception de celle de son ancien détenteur et celle de celui qui allait bientôt l’alimenter.

Une gigantesque tornade noire, de vent et de flammes, se matérialisa alors autour de lui. Ca tranchait, ça brûlait, ça détonnait, ça explosait, ça soufflait. Il donnait tout dans cette ultime attaque, son chant du cygne.. Gaël ressentait la morsure des flammes et la lacération des lames de vent, ne pouvant se permettre de brider la violence de son ultime assaut par une quelconque protection sur sa personne.. Ses oreilles sifflaient alors que le boucan provoqué par les détonations et les bourrasques manquaient de l’emporter si un poids assez imposant ne le maintenait pas au sol. Il brûlait et alimentait les feux de l’enfer de son corps, de sa chair, ses habits. Il allait mourir mais il voulait suffisamment blesser celui qui le clouait au sol pour que Kerowyn puisse s’enfuir. Sinon, elle allait mourir elle aussi.

Après quelques secondes, peut-être une minute, à consumer tout ce qu’il avait de magie, il gisait au sol, le souffle rauque. Il était gravement brûlé sur une grande partie du corps, ses habits totalement consumés, il avait du mal à y voir. Il clignait des yeux pour humidifier ses globes oculaire, les braquant sur le lieu où a été expédié Kerowyn.

Il espérait ne plus rien y voir avant de mourir. Il ne voulait pas voir son visage, sa silhouette ni quoi que ce soit. La dernière image qu’il souhaitait emporter dans sa tombe, aussi triste soit cette vérité… c’était un paysage vide...


I'm nuclear


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Death
Death


Messages : 23

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeMar 15 Nov - 0:45


Ha ! Quel insecte...la seule chose que la Mort reconnaîtra à ce couple d'imbéciles, c'est de l'avoir amusé par leur pitrerie pathétique. Les deux lueurs incandescentes qui brillaient par les fentes de son heaume menaçant se posèrent sur la rouquine, elle serait la prochaine à mourir, elle qui était si faible, si fragile...mais d'abord, il fallait que son petit chéri d'amour meurt, brisé sous ses yeux. Il appuya peu à peu plus fort son poids sur ce corps ridicule, faisant durer le supplice.
C'était sans compter sur l'énergie du désespoir d'un Marqué qui n'a plus rien à perdre pour sauver sa chérie ! Au prix de ses ultimes forces et de sa vie de toute façon condamnée, le petiot s'embrasa d'un pouvoir familier et flamba puissamment pour un tel cloporte. Ces flammes de la dernière chance, cet ultime brasier, c'était...

C'était ridicule.

Si la combustion soudaine avait quelque peu surpris le Chevalier de la Mort, son minable bûcher funéraire ne l'affectait en rien. Les enfers étaient infiniment plus brûlants que ça...et il en était le champion. Insensible à l'ultime botte d'un bretteur courageux, le Fléau poussa un profond soupir. C'était tout ? Même sa vie ne fournissait pas un carburant digne de ce nom...
Rapidement, Death se lassa. Ce petit tour de passe-passe l'avait distrait au moins quelques secondes...mais sans l'effroi et la détresse qu'il lisait dans les yeux de la rouquine, il l'aurait brisé pour le faire taire bien vite. Au moins, cet imbécile eut la décence de "s'éteindre" - ha ha - suffisamment tôt pour ne pas l'énerver à outrance.
Le chauffage terminé, le Chevalier de la Mort leva son pied de ce corps calciné et le saisit par la nuque, le soulevant à sa hauteur en le tenant face à sa copine, qu'elle puisse regarder dans ses yeux lorsqu'il lui ôterait les derniers restes de vie. De l'autre main, il leva son épée funeste, les yeux du crâne formant la garde parurent s'illuminer. Un sourire écoeurant étira ses lèvres sous son heaume.


"J'imagine que cet incapable a du un jour te dire "mon coeur est à toi ma chérie d'amour que j'aime", pas vrai ? Hé bien, je me demande maintenant..."

Sans le moindre effort, il enfonça la large lame dentelé à travers le dos du jeune Marqué, l'enfonçant jusqu'à la garde. Savourant cette exécution, il fouailla le coup fatal, élargissant la plaie et alignant les crocs glacés de son épée meurtrière. Puis le Fléau la tira brutalement, déchirant la poitrine du pauvre garçon qu'il tenait toujours suspendu en l'air en arrachant son âme et sa vie.

"...comment il va bien pouvoir te l'offrir désormais."

D'un geste négligeant, le Chevalier de la Mort jeta le cadavre devenu tas de chair calciné jusqu'à la rouquine. Qu'elle s'amuse avec ce bout de viande trop cuite, c'est tout ce qui lui restait désormais. La honte, la peur, l'échec.
Revenir en haut Aller en bas
Kerowyn
KerowynBeorc


Messages : 258
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV222/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (22/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV223/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (23/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeMar 15 Nov - 1:10


Alors qu'elle s'approchait pour essayer d'aider Gaël à se relever, un brutale coup d'épée fusa vers elle. Elle releva son arme dans la précipitation mais encaissa salement le coup, reculant sur trois bons mètres avant de s'écrouler sur le sol. Ses pieds avaient même décollé du sol pendant un moment, et elle en avait perdu ses repères, et elle lâcha son arme qui vibrait beaucoup trop entre ses mains du coup qu'elle venait d'encaisser. Les épaules, les coudes, les poignets... Tout ses bras en faite, tout semblait la vriller, mais elle n'avait pas le temps de s'en occuper. Parce-que sous ses yeux... Gaël venait de prendre sans aucun doute le pire coup de toute sa carrière de bretteur.

L'inconnu venait de lui couper la jambe.

Hébétée pendant quelques secondes, il fallut que Gaël ne pousse un profond cri de douleur pour qu'elle sorte du choc de voir son amant perdre ainsi l'un de ses membres les plus importants. Frappée d'horreur, elle porta l'une de ses mains tremblantes à sa bouche pour retenir péniblement un haut le cœur, la gorge et les épaules secouées de sanglots.

- A... aaah... aaah... Gaël...

ses yeux la piquaient. Elle ne réalisait même pas qu'elle avait réellement fondu en larmes. Qu'importait qu'elle ait paré un coup qui lui avait fait lâcher son arme ? Gaël venait de se faire couper une jambe bordel de merde ! Elle se saisit de son épée à deux mains, grimaçant en sentant ses bras peiner sous le poids de la lame.

- GAAAAAËËËËËËLL !

Elle se releva et courut en direction de son amant et de l'homme en armure noir, le nom se poursuivant en un cri exprimant toute sa rage et toute sa détresse. Elle voulait le sauver, et elle voulait tuer l'homme qui lui avait infligé cela. Elle était totalement aveuglée par la rage. Mais elle n'avait pas prévu que Gaël déchaînerait la puissance de son épée, et elle se retrouva bloquée dans sa charge par le vent brûlant qui tournoya autour de Gaël, ravageant totalement la zone qui l'entourait. Elle se protégea le visage et recula d'un pas, plissant ses yeux aveuglés de larmes dans l'espoir de discerner ce qu'il se passait au milieu du maelstrom, mais c'était peine perdue. Lors qu'enfin le calme se fit après la tempête, la jeune femme n'avait d'yeux que pour son amour, étalé sur le sol, une jambe en moins et calciné au dernier degré.

Mais les choses ne s'arrêtèrent pas là, à la grande horreur de la jeune femme. Car la dernière attaque de Gaël n'avait absolument rien fait à l'inconnu, alors qu'elle avait tant coûte au jeune homme. Un sentiment de fatalité l'envahit lorsque la main gantée de fer se referma sur la nuque de son amour pour le soulever du sol comme un pantin désarticulé. Frappée d'horreur, elle ne put pas bouger d'un iota tandis que l'inconnu à la voix si grave prenait la parole... pour finalement planter sa lame dans la cage thoracique de Gaël dans un craquement qui résonna aux oreilles de Kerowyn comme la fin du monde.

Elle ouvrit la bouche comme pour crier, mais aucun son ne vint. La lame tourna dans la poitrine de Gaël, ouvrant un trou béant dans sa poitrine, mais elle ne pouvait rien, absolument rien faire...

Le corps s'écroula finalement au sol, et une mare de sang s'étala petit à petit autour du corps brûlé de Gaël. Alors seulement, le bruit de la chair molle heurtant le sol, l'odeur de Gaël qui emplissait ses narines plus que jamais... Le cuir tanné, la cannelle, les herbes aromatiques...

...

...

- NOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!

Plus rien n'avait la moindre importance. L'inconnu en armure, son arme, la fatigue de ses bras, ses larmes... Elle se jeta aux pieds de Gaël, laissant tomber la Zwei à un pas derrière elle, les épaules agitées par de violents sanglots. Prenant le bretteur par les épaules, elle le ramena jusqu'à ses genoux pour le serrer contre elle en criant, criant encore...

Il ne pouvait pas être mort. Elle le connaissait depuis sa naissance, elle avait grandit avec lui, avait appris à se battre avec lui, elle avait connu l'amour avec lui... La vie ne pouvait pas continuer s'il n'en faisait pas parti. posant sa main sur la blessure béante, elle tenta 'empêcher l'écoulement du sang, de la manière la plus vaine qui soit. Elle approcha son autre main de la bouche du jeune homme dans l'espoir futile de percevoir un souffle, une indication qu'il fut encore en vie, même faible, même infime...

S'il vous plait...

Rien.

Son cœur se déchira en deux.

Elle releva un regard éperdu sur le guerrier en armure. En elle, le loup et l'humaine criaient vengeance de concert. Tendant la main en arrière, elle récupéra la Zwei et la ramena dans un geste fulgurant pour porter un coup de taille en direction de l'homme qui avait tué son amour. Sa gorge se déchira en un cri empreint de désespoir, d'un absolu désespoir.



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Alan
AlanBeorc


Messages : 1309
Age : 28
Localisation : En quête de mon passé
Autre Indication : Amnésique
Groupe : Peuple des saumons sauvages des torrents Criméens

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV228/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (28/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV24/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (4/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeMar 15 Nov - 1:13

Il avait tout donné dans cette attaque. Il n’arrivait plus à bouger un muscle tant son corps souffrait. Son souffle était réduit à l’état de rauque qui alimentait à peine ses poumons en oxygène. Oui, il allait mourir, il sentait encore le poids du géant sur son dos douloureux. Il arrivait à peine à tenir son épée dans ses mains calcinées.

Puis il fut soulevé avec une facilité effrayante. Le mouvement lui arrachait de pitoyables gémissements de douleur alors que le monstre le forçait à regarder…

Kerowyn…

Kerowyn qui n’a pas bougé…

Kerowyn qui s’était approché…

Kerowyn qui a réduit ses efforts à néant…

Kerowyn qui allait mourir juste après lui...


*Non...*

« J'imagine que cet incapable a du un jour te dire "mon coeur est à toi ma chérie d'amour que j'aime", pas vrai ? Hé bien, je me demande maintenant... »

*Non !*

Il n’arrivait plus à bouger, c’est à peine s’il était assez conscient pour comprendre la gravité de la situation. Il gigotait difficilement, tentant de crier à Kerowyn de fuir, mais sa voix était cassée, il ne parvenait qu’à émettre un son à mi-chemin entre le couinement et le crissement d’une craie sur un tableau. Il a tout donné pour qu’elle aie une chance de fuir, de survivre…

Et elle ne l’a pas saisi.




Les larmes coulaient sur ses joues… ils allaient mourir… elle allait le voir mourir et elle mourra juste après...


*Pourquoi… oh toutes puissantes déesses, pourquoi vous infligez ça à Kerowyn ?*

Tout ce pour quoi il s’était battu, toute l’énergie qu’il a dépensé pour que Kerowyn aie un avenir, toute ces années à lutter, à combattre Kerorian, à fuir vers le passé pour changer l’avenir, tout ce temps qu’il a consacré pour que sa chérie soit heureuse… tout ça volait en éclat, d’un revers de main, sous ses yeux…

Une ultime douleur transperça sa cage thoracique alors que le peu qu’il aurait pu hurler fut noyé dans un flots de sang qu’il éructa. Artamon brilla, sentant la main glacée de la mort se poser sur la main de Gaël. Elle venait réclamer sa part du butin…. Mais un autre tentait de prélever son tribut. Une ombre imposante, terrifiante. Gaël se sentait tirailler entre deux forces, celle qu’il redoutait était tellement puissante. Il était comme un ours en peluche pris entre un enfant qui tentait de le garder pour lui et une brute qui tentait de lui arracher par pure sadisme…

Et, tel cet ourson, Artamon ne récupéra que l’équivalent d’un bras tandis que le reste fut happé dans la lame gigantesque.


« ...comment il va bien pouvoir te l'offrir désormais. »

Le cadavre fut jeté aux pieds de Kerowyn, ses iris vidés de toute vie, déjà gris comme ceux d’un aveugle.

Et au loin, à des centaines de kilomètres de là, Kira eut l’impression qu’on venait de lui poignarder le coeur. Elle serra les poings, envahi d’un mauvais pressentiment...


I'm nuclear


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Death
Death


Messages : 23

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeMar 15 Nov - 1:52

Cela aurait été tellement facile de tuer la rouquine qui venait de voir sa vie s'effondrer sans qu'elle ne puisse rien y faire. Elle se précipita sur le corps comme un chien sur une balle, une mauvaise comparaison qui fit pourtant sourire le Chevalier de la Mort qui savoura le spectacle. Du désespoir, de la souffrance, une déchirure jusqu'au plus profond de son être...c'était ça qu'il aimait. Et le plus amusant allait encore arriver pourtant.

La morveuse se relevait enfin, si fébrile que le Fléau se demanda si elle était vraiment consciente de ce qu'elle faisait. Bah, qu'importe. Il la laissa frapper, n'esquissant même pas un geste pour se défendre. Le coup brutal d'une femme brisée n'érafla même pas son armure surnaturelle, ce qui le fit sourire de plus belle.


"C'est pour ça qu'il est mort..."

Enragée, la rouquine poursuit son attaque. Bien, encore plus bête qu'un animal...car une bête aurait fui face à la Mort. Cette fois, Death riposta. D'un coup de coude lourdement blindé il frappa le bras armé de la pseudo-louve et le brisa comme il l'aurait fait d'une misérable brindille. Puis, méprisant, la sonna d'un revers du poing de cette même main avant de la saisir à la gorge et de la soulever de terre.
Avec sa force, le Chevalier de la Mort aurait pu lui briser la nuque comme à un vulgaire poussin. De son épée sinistre, il aurait aisément pu la déchirer comme un vieux parchemin...mais ça n'aurait pas été amusant. Elle était au fond du gouffre, brisée, désespérée, abandonnée de tous ceux qui avaient pu l'entourer.
Seule face à lui.


"Parce que tu as été trop stupide pour fuir...et bien trop faible pour le protéger."

Après tout, il avait toujours eu pour principe de ne jamais mentir. C'était une méthode de lâche et de faible, une ruse pour ceux qui ne pouvaient pas lutter... Cette femme était vraiment au bout du rouleau, et il s'était suffisamment amusé. Ce jouet était cassé, aucun intérêt à continuer à s'amuser avec. Ou alors une dernière fois, oui.
Indifférent au poids de la rouquine, il la souleva encore plus haut et appuya la pointe de son épée déchiqueteuse contre son ventre, suspendant son geste encore un instant pour savourer ce bref instant qui séparait la vie et la mort. Puis le Chevalier de la Mort empala sa victime et lâcha sa gorge, levant haut et fièrement sa lame immonde, glaciale et dégoulinante d'un sang tout frais, exhibant son macabre trophée au ciel. Voilà ce qui attendait ce monde et ses maîtres, parce qu'il existait.

Puis il abaissa sa lame et laissa le corps glisser, se déchirer sous son propre poids le long de la plus mortelle des épées. La fille n'était pas encore morte, son âme avait été fractionnée, rongée par l'arme maléfique...mais pas entièrement arrachée. C'était voulu, ainsi elle souffrirait plus longtemps, en se vidant de son sang aux côtés de son ex-amant.
Le Fléau la contempla, baignant dans son propre liquide vitale, misérable et impuissante...un spectacle ô combien banal, mais qui était sa raison d'être. Cependant, les bonnes choses ont une fin. Death voulait son repas, le dernier biscuit à croquer dans ce patelin miteux et il leva à nouveau son épée, prêt à en finir une bonne fois pour toute.
Son regard de feu accrocha la bâtarde que la rouquine avait fait tomber, et son geste resta en suspens. Cette lame lui était familière...il la ramassa et la leva devant ses yeux, l'étudiant par les fentes étroites de sa couronne mortelle. Face à cette arme usée par de trop longues années, le Chevalier de la Mort resta pensif, plongeant dans un lointain passé, remontant sa mémoire jusqu'à des jours oubliés depuis fort longtemps...et se mit à rire, d'un éclat tonitruant, brutal.


"Tu m'excuseras, je récupère MON épée, gamine."

Il devait la tuer, comme tous les autres...mais en regardant Zwei, en repensant à tout ce qu'avait du être la vie de cette morveuse à l'apparence maintenant familière, à de très lointains souvenirs...Death ne s'en sentit pas l'envie. Il y avait eu bien des choses qui s'étaient passées, à cette époque...des peines, de la souffrance, des erreurs...
La bâtarde dans une main, la buveuse d'âmes dans l'autre, le Chevalier de la Mort regarda la mourante étalée au sol. Il n'allait pas l'achever...non, pas elle. Pas question qu'elle rejoigne les autres qu'il avait assassiné, ni son chéri découpé, ni la famille d'une autre époque...
Elle payerait pour eux, et le ferait seule.


"Souffre bien à la place de ta mère...pour le moment. Hé. Héhé..."

D'un grand pas, il enjamba la rouquine sans plus y prêtait attention. Finalement, cette journée avait été...bien plus amusante que prévue. Que faisait-elle ici, déjà si grande...il l'ignorait, mais le Fléau s'en fichait éperdument. Sa présence lui rappela l'existence d'une petite barde tout juste mère et d'un ancien bandit au coeur tendre, cachés dans le désert. La dernière fois, il avait été trop faible, trop instable pour finir le travail...
Il ne ferait certainement pas cette erreur aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Kerowyn
KerowynBeorc


Messages : 258
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV222/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (22/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV223/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (23/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeMar 15 Nov - 2:33

Le coup... n'avait absolument rien fait. Rien du tout. L'épée n'avait pas ébréché l'armure, elle avait rebondi dessus. A quoi s'attendait-elle d'autre ? Cette lame, qui l'avait accompagnée dans tous les instants de sa vie, cette lame qu'elle avait hérité de son père, et dont elle avait juré de se servir pour lui ôter la vie... Elle ne faisait absolument rien à ce monstre. Qu'à cela ne tienne. Si elle frappait suffisamment, elle arriverait bien à ouvrir une brèche...

Un horrible craquement retenti lorsque le coude blindé d'acier s'abattit sur son bras, brisant l'os. Elle lâcha sa prise sur son arme en poussant un effroyable cri de douleur, ramenant son bras contre elle pour le maintenir en place, la vision traversée de points blancs sous le choc et la douleur. Sa main pendait mollement, le bras était tordu selon un angle horriblement dérangeant, et il enflait à vue d’œil... Un "détail" dont elle n'eut pas à se soucier longtemps. Une prise d'acier se serra sur sa gorge et la souleva de terre, lui coupant le souffle. Elle toussa, elle agita les jambes et donna des coups de pieds, mais elle aurait aussi bien pu frapper une pierre. La masse qu'elle avait en face d'elle était intouchable, et elle se fatiguait...

Ce sentiment insidieux et très concret qu'était le désespoir. La pointe de l'épée toucha son ventre, et elle se crispa violemment, le manque d'air se faisant cruellement sentir. Elle voyait flou... Était-ce à cause des larmes, ou de l'asphyxie ?

Il est un moment où l'on sait que la mort va arriver. Un moment où plus rien d'autre n'a d'intérêt que la fin de sa propre vie. Ce moment était arrivé. La lame allait se planter dans son ventre, et elle allait la tuer. Kerowyn connaîtrait la même fin que son amour, une fin à laquelle elle l'avait condamné. Elle n'avait pas été assez forte. Elle avait beau s'être préparée toute sa vie à combattre pour protéger les siens, elle avait dénaturé son combat, elle l'avait changé en une chasse à l'homme... Et voila ce qui en résultait.

La mort de Gaël.

La sienne.

Peut-être que c'était une bonne chose finalement... Peut-être que si elle mourrait, elle n'apporterait plus le malheur à ceux qu'elle aimait. Kira, dont le père était mort à cause du sien. Liyu, qui vivait avec un désaxé parce-qu'elle s'était cru assez maligne pour changer le passé. Gaël, qui était mort...

La lame plongea dans ses entrailles et une douleur violente lui fit perdre conscience l'espace d'une seconde. La main lâcha sa gorge, lui permettant enfin de cracher un flot de sang alors qu'elle sentait tout son poids peser sur les barbelés d'acier qui lacéraient son corps. Mais cette souffrance n'était pas la pire. Elle n'aurait su dire où se situait en elle la déchirure qui eut lieux en cet instant, mais elle eut lieux. Son esprit, son âme, qui ressemblait à une feuille de papier mouillé. Il tirait sur un coin, il emportait un large pan d'elle-même avec lui...

Le temps semblait s'écouler au ralenti. Son esprit devenait opaque, un tourbillon de souffrance, sa vision était zébrée d'éclairs blancs qui l'aveuglaient. Elle n'avait absolument plus aucune conscience de ce qui l'entourait. Elle était souffrance, elle était peine, elle était sauvagerie et animalité... Elle était déchirée. Transie. Absolument glaciale.

...

Un étrange vide régnait en elle. Elle ressentait la peine, la souffrance, son cœur était déchiré par la perte d'un être cher... Qui ? Un visage aux cheveux noirs barrés d'une mèche blanche passa en flash dans son esprit, mais elle n'arrivait plus à y mettre un nom, quand bien même ses lèvres continuaient à le prononcer. Elle ne l'entendait pas. Ses sentiments lui paraissaient étrangement pâles, comme à peine un reflets de ce qu'ils avaient étés. Ils étaient empreints du rouge de la violence et du sang. Elle serra ses dents - ses crocs.

Ses yeux s'entrouvrirent. Elle était à genoux, son sang se répandait autour d'elle, coulait sur ses jambes, sur son ventre, entre les doigts de sa main droite qu'elle avait plaquée sur la plaie béante. Son autre bras pendait mollement à ses cotés. Elle ne s'inquiétait plus d'essayer de le maintenir droit. Elle n'en avait pas la force...

- Tu m'excuseras, je récupère MON épée, gamine.

Elle cligna des yeux. Sa vision était trouble. La perte de sang, les larmes qui avaient coulées - même si elle ne savait plus pourquoi - et le voile rouge qui recouvrait ses perceptions l'empêchaient d'y voir clairement. Elle entraperçu la forme d'une lame familière qui passait dans la main du guerrier à l'armure noir. Elle cligna des yeux une, deux fois... Et elle reconnut la Zwei.

"Mon épée."

- Ton...?

une idée se frayait un chemin dans son esprit embrumé. Une idée si effroyable qu'elle réveilla un sursaut émotionnel en elle. Cette voix lui paraissait soudain familière. Elle avait eu des doutes, avant de tomber sur sa proie. Elle y avait pensé. Qui aurait pu croire qu'elle avait raison ?

- Souffre bien à la place de ta mère...pour le moment. Hé. Héhé...

Kerorian...

- Hé... Héhéhé...

Ce n'était même pas un rire. Le son était proche d'une onomatopée sans le moindre sens. Elle cracha encore un peu de sang - le goût était bon - et elle se lécha les lèvres.

Sa proie. Elle était là. D'une puissance incommensurable, sans commune mesure avec celle du Kerorian qu'elle avait connu dans son époque. Il était bien plus terrible, bien plus puissant... Et il avait tué Gaël.

Elle venait de retrouver le nom. Bizarre, comment il lui était sorti de l'esprit...

Ses ongles se plantèrent dans les chairs ravagées de son propre ventre. La rage obscurcissait ses pensées, elle n'avait plus qu'une idée en tête.

- Tuer...

La silhouette de son père, de son horrible père, de ce monstre à l'épée dentelée, se grava à tout jamais dans sa rétine. Elle amorça un mouvement pour se lever. Elle ne voyait plus qu'une chose. Ses crocs, plantés dans la gorge de cet immonde fils de pute.

Elle sombra dans l'inconscience, s'écroulant sur le sol. Un maigre souffle d'air échappait encore à ses lèvres, formant des bulles sanglantes.



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn

Revenir en haut Aller en bas
Kerowyn
KerowynBeorc


Messages : 258
Localisation : En chasse
Autre Indication : Gaffe, je mords si on m'embête '-'
Groupe : Beorc

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV222/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (22/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV223/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (23/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeMar 15 Nov - 3:59


Longtemps, le monde chavira. Elle était petite fille devant une pièce de théâtre. L'histoire était extrêmement simple. Il y avait une maison de chaque coté de la scène. Trois pantins étaient présents. Le sol de la scène était d'un épais tapis rouge comme les coquelicots.

Le premier pantin était de bois d'ébène, façonné sous les traits d'une armure. Deux rubis étaient enchâssés en lieux et place des yeux, et un habile artiste avait tracé des traits rouges dans la chevelure finement ciselée du personnage. Il avait un nom, ce personnage. il s'appelait "Papa".

Le second pantin était une femme. Taillée dans le frêne, les yeux étaient fait de perles blanches mais les cheveux avaient étés tissés à l'aide d'un joli fil rouge et tressés. Son visage était extrêmement d'taillé. Un trait en séparait la partie gauche de la partie droite. La droite était absolument vide, en dehors de la perle. La gauche affichait une expression de tristesse absolue. Elle aussi elle avait un nom. Elle s’appelait "Moi".

Le troisième pantin était fait dans un bloc de peuplier. Il n'avait pas d'yeux, juste deux trous béants, et son visage était par ailleurs parfaitement lisse. Les cheveux, taillés comme ceux de la première figurine, étaient peints en noir, à l'exception d'une unique mèche qui était restée blanche. Le tronc du personnage avait était peint en rouge, comme celui du tapis de la scène. Lui, il s’appelait "Mort".

A chaque fois que l'enfant posait les yeux sur la dernière figurine, elle avait envie de pleurer. A chaque fois qu'elle regardait la premier, elle voulait la casser. Et lorsqu'elle regardait la fille... Elle la voyait étrangement floue, ne percevant que les traits visibles sur la moitié droite de son visage.

- Maman, j'ai mal...

La fillette se roula en boule, mais aucune paire de bras rassurants ne vinrent l'entourer pour la rassurer. Elle regardait les pantins, qui s'animèrent soudain pour jouer la même scène que d'habitude. La ficelle qui animait le pantin d'ébène lui fit relever un bras, et la fillette réalisa qu'il y tenait une épée. Une voix légère s'éleva de derrière le présentoir de la petite scène. La personne qui animait le pantin en faisait également la voix.

- J'aime tuer. Tu meurt pour moi ?

La fillette regarda l'épée s'abattre sur le pantin de peuplier. Une autre voix retentit, celle de la personne qui animait le pantin frappé.

- Argh, je meurt ! Fuit, ma chérie !

Le pantin tomba au sol. Ses ficelles étaient coupées. Le tapis de la scène était rouge comme le sang.

- Maman, pourquoi la fille ne s'enfuit pas ?

Le pantin au demi-visage secoua légèrement la tête, comme si elle avait entendue la voix de la petite fille.

- Je suis idiote...

De l'avis de l'enfant, c'était une mauvaise raison. Elle ne comprenait pas pourquoi la pièce finissait toujours aussi mal. L'ébène tuait le peuplier, et la fille était coupée en deux. Ce qui ne tarda pas à arriver d'ailleurs. Le pantin de frêne se sépara en deux, suivant la ligne qui barrait son visage, et les deux moitiés tombèrent de part et d'autre du pantin de peuplier.

- Elle est triste, cette histoire, maman...

Un quatrième pantin se joignait alors à la pièce. Mais ce pantin-ci, il n'était pas en bois. Il était tressé de fils de fer, entre lesquels des touffes de poils avaient étés glissés pour simuler une fourrure. Le pantin si particulier représentait un loup. Il rentra sur la scène et approcha son museau de la partie gauche du pantin de la femme. Puis il la dévora.

La fillette tendit la main vers la scène et balaya tous les pantins.

- Je ne veux plus voir cette histoire.Tu veux bien m'en montrer une autre ?

Personne ne lui répondit. Alors elle fit la moue, et laissa quelques larmes couler sur ses joues en remettant les petits pantins debout. Puis elle tendit les fils coupés vers le haut, et une petite main exactement semblable à la sienne les récupéra pour les fixer sur les tuteurs en bois qui articulaient les marionnettes.

Alors la fillette se prépara à regarder une énième fois le spectacle, sachant parfaitement qu'elle pleurerait à nouveau à la fin...

********

- Je ne veux plus voir cette histoire.Tu veux bien m'en montrer une autre ?

Combiens de fois elle avait demandé ? Elle ne s'en souvenait plus. Elle ne les comptaient pas de toute manière. Comme d'habitude, elle ne reçut aucune réponse et soupira. En pleurant, elle releva les pantins...

********

- Je ne veux plus voir cette histoire.Tu veux bien m'en montrer une autre ?

La moitié gauche du pantin de la fille se releva tout seul. Le pantin du loup se releva également. Tout deux se prirent par la main, et se tournèrent vers la petite fille. Elle aurait peut-être enfin la suite de l'histoire..?

Le visage de la fille avait changé. il affichait un sourire, mais il ne dégageait aucune joie.

********

Elle entrouvrit les yeux. Elle était allongée dans un lit aux draps confortables, mais elle ne les sentaient pratiquement pas. elle resta allongée, car elle ne voyait pas l'utilité de se lever. Elle n'avait pas mal... Elle se sentait simplement lasse. Le plafond était extrêmement passionnant à observer. Les circonvolutions dessinées par les nœuds dans le bois la fascinaient. Ce qu'elle faisait là ? Elle n'en avait aucune idée, et elle s'en fichait.

Il se passa un long moment avant qu'elle n'entende des bruits de pas. Elle ouvrit les yeux pour de bon. Le bruit l'intriguait. Ses oreilles remuèrent sur sa tête. Le loup aussi était intrigué. Il avait faim aussi, elle le sentait gronder en elle. Il voulait de la viande. Elle voulut se relever, mais elle se sentait vidée de ses forces. Et si elle avait chaud un peu partout grâce à la couverture, elle sentait une sensation glaciale dans son ventre. Elle avait faim, où c'était autre chose ? La faim n'était pas censée faire ce genre de choses...

Elle entendit le bruit du bois contre le bois, et une soudaine source de lumière inonda la pièce. Elle ferma les yeux, un grognement jaillissant du plus profond de ses entrailles pour exprimer sa gêne. Ses yeux lui faisaient mal. Elle entendit le bruit de quelque chose qui se casse, et la lumière s’atténua soudainement tandis que deux "clac" retentissait à coté de son lit. Quelqu'un était entré dans la pièce où elle se trouvait, et à présent une douce main venait de se saisir de la sienne. Elle y planta les griffes.

- Kerowyn, tu est enfin réveillée..!

Les paroles avaient étés prononcées d'une voix extrêmement douce, et elle desserra sa prise de la chair tendre avec l'impression qu'elle avait fait quelque chose de mal. Ses yeux se posèrent sur le visage d'une femme aux cheveux mauves qui portait un bandeau. Un nom essaya de se frayer un chemin dans son esprit, mais elle l'écarta comme une mouche agaçante. Elle voulut se relever, et un bras se glissa cette fois dans son dos pour l'y aider.

- Là, doucement... Ne force pas, tu as dormi longtemps...
- Combien ?

C'était les premiers mots qu'elle prononçait, et elle eut l'impression qu'ils lui arrachèrent la gorge. Sa voix était rauque, comme si elle ne s'en était effectivement pas servie depuis longtemps. Elle lui semblait même cassée, râpeuse.  La femme aux cheveux mauves affichait son bonheur, bien qu'il soit teinté d'une pointe d'angoisse.

- Un bon mois...

Un mois. C'était le temps qu'il fallait pour passer d'une pleine lune à une autre. Ca faisait beaucoup, en effet...

- Pourquoi ?

Camélia. C'était comme ça qu'elle s’appelait. Camélia, donc, se mordillait les lèvres, un voile d'ombre passant sur son visage pour en effacer le soulagement.

- Tu... Tu ne te souviens pas ?

A vrai dire, elle aurait pu se souvenir. Mais elle avait fermée un rideau dans son esprit, un rideau rouge, comme celui qui s'ouvrait habituellement sur la représentation des marionnettes. Elle ne voulait pas l'ouvrir.

- Tu... Quand nous sommes arrivés avec les secours, tu respirait à peine... Nous n'avons rien pu faire pour Gaël.

Gaël. L'homme de peuplier. Le rideau s'ouvrit, rappelant à sa conscience les sombres événements qui l'avaient conduite à mourir. Ou pas, puisqu'elle était visiblement encore de ce monde... Kerorian, l'homme à l'armure noire, la lame dentelée... Le tourbillon de feu, les chairs brûlées, et la mort. La mort partout. Kerowyn baissa les yeux pour regarder son bras gauche. Il n'était plus cassé. Elle écarta sa couverture sans le moindre égard pour sa pudeur, et retira sa chemise de nuit grossière pour dévoiler son ventre. Il avait été soigné... Mais il portait la marque de la lame qui l'avait ouvert. Une horrible cicatrice d'un blanc laiteux qui contrastait avec le hâle que sa peau avait conservé de ses années passées au grand air.

Elle serra les crocs à s'en faire saigner les gencives. Elle savait qu'elle était triste. Détruite. Elle savait qu'il manquait une partie à son cœur, qu'il était meurtri, sans doute à jamais. Mais elle avait l'impression que tout ces sentiments n'étaient que flous, qu'elle les percevaient à peine.

- J'ai faim...

Elle ressentait un creux effroyable, mais elle ne le situait pas. Elle pensait que c'était la faim. Ou alors elle essayait simplement de s'en convaincre... Parce-qu'au fond d'elle, elle le savait. Il y avait bien plus que de la faim dans le manque qu'elle ressentait.
Elle avait envie de tuer.
Une personne en particulier.
Il portait une armure noir...

Il fallut que Camélia lui saisisse le poignet pour qu'elle se rende compte qu'elle était en train de se griffer le bras. Quelques goûtes de sang étaient tombées sur les draps.

********

- Nous avons procédé aux funérailles de Gaël, mais j'ai pensé que tu voudrais récupérer ce qui était à lui, en souvenir...

Les possessions du bretteur qui avaient survécu à la confrontation avec le héraut de la mort étaient là. Ses vêtements n'en faisaient pas partis. En revanche, il y avait ses deux épées. Meredith, et Artamon. Les deux lames étaient dans leurs fourreaux, bien que le cuir de ces derniers soient irrémédiablement tachés par le sang qui avait coulé dessus. Malheureusement, le bretteur n'avait rien porté d'autre lors de sa fatale confrontation... Il ne restait que ces deux inefficaces bouts de métal.

- Ils ne m'intéressent pas...

Elle quitta la pièce en marchant lentement, encore mal assurée sur ses jambes dont les muscles avaient en partie fondus durant son mois d'inconscience.

********

Son lieux de convalescence se trouvait à Gallia. Pas qu'elle fut particulièrement aimée par les félins, elle avait tout de même acquis un certain respect de la part de certains d'entres eux pour avoir survécu au fléau qui avait tué tant des leurs. D'autres lui en voulaient. Grand bien leur fasse.
Personne ne savait qu'elle était ici, en dehors de Camélia. Elle avait gardé le lieux secret, de manière à ce que la jeune femme puisse faire sa convalescence tranquillement. Et lorsque Kerowyn s'était réveillée, elle avait refusé que la marquée en parle à qui que ce soit. Elle ne voulait pas voir Kira. Elle ne voulait pas voir Alan. Elle ne voulait pas leur dire comment Gaël était mort.

Parfois, elle retournait près de la pièce où Camélia gardait les armes de Gaël dans l'espoir que la rôdeuse s'y intéresserait. La marquée voyait ces excursions comme un bon signe, qui indiquerait que Kerowyn retrouvait peu à peu son identité. Mais la rouquine savait qu'il n'en était rien. Elle avait simplement l'impression que c'était le lieux où il lui fallait aller si elle voulait parler.

Elle ne voulait pas parler.
Alors pourquoi elle continuait d'aller vers cette porte ?

Parfois, elle sentait la soif de sang monter en elle de manière extrêmement violente. Elle sortait alors et courrait, même si cela ne durait jamais bien longtemps du fait de la faiblesse de ses muscles. Mais plus le temps passait, plus elle courrait longtemps. Jours après jours, semaines après semaines, elle retrouvait le tonus qui avait été le sien...

Parfois, la volonté de venger Gaël la dévorait à tel point que courir ne suffisait plus. Alors elle frappait les meubles de sa chambre, elle déchirait ses draps et ses oreillers, et lorsqu'elle n'avait plus rien à déchirer, elle s'attaquait à son propre corps, obligeant Camélia à la maîtriser par la force. Après coup, elle se demandait toujours ce qui l'avait poussée à se comporter de la sorte, et elle retournait devant la porte des armes.

Arriva un jour où elle ouvrit cette porte pour s'avancer vers les armes. Elle n'avait plus la Zwei. Cette vieille lame, qui avait vu deux générations de Daeroth, était retournée auprès de son premier maître, laissant à la rôdeuse la sale impression qu'elle n'avait servi que de messager. Les armes de Gaël étaient plus petites que la massive Zwei, mais puisqu'elle n'avait pas encore retrouvées toutes ses forces, peut-être que ces lames suffiraient-elles ?

Elle posa la main sur la garde d'Artamon. Elle n'était pas ambidextre, elle ne pouvait manier qu'une lame à la fois. Cette épée avait été celle avec laquelle Gaël avait lancé son ultime attaque. Elle avait échouée...

Lorsque sa peau entra en contact avec l'acier, elle se figea. Une douce chaleur émanait du métal, transperçait la paume de sa main.

Elle prit alors conscience du poids de la culpabilité.

Elle l'avait toujours ressenti. C'était simplement qu'elle le réalisait à présent. Elle n'avait pas fui. Elle avait vidé de son sens la dernière attaque de Gaël. Elle l'avait laissé avec pour dernière vision sa femme qui réduisait à néant tous ses efforts par couardise.

Non. Il aurait été content de savoir qu'elle était toujours vivante... La chaleur contre sa paume lui transmettait cette sensation, le pardon, la compassion...

Elle lâcha l'arme.

Lorsqu'elle sortir de la pièce, ses joues étaient inondées de larmes. Elle ne revint qu'une semaine plus tard pour récupérer ce seul souvenir de Gaël. Elle ne voulait pas de Meredith. Elle n'était qu'un morceau d'acier froid dans sa main. Tandis qu'Arthamon... Elle lui permettait de se souvenir de certaines choses. Elle lui permettait également de savoir pourquoi elle tenait encore sur ses deux jambes alors que Gaël se décomposait six pieds sous terre.

Elle avait quelqu'un à tuer. Pas Kerorian. Pas son père. Quelque chose de bien pire, que l'on appelle la Mort.

Et cette fois, elle ne faillirait pas.



« Tu me dis que tu ne m'en veux pas, tu es heureux que je sois en vie...
Pas moi. »

Thème de Kerowyn



Dernière édition par Kerowyn le Jeu 29 Aoû - 20:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Callie
CallieBeorc


Messages : 221
Age : 23

Feuille de personnage
Niveau:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV214/60[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (14/60)
Points d\'Expérience:
[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 270290GaucheV255/100[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. 233711VideV2  (55/100)

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitimeMer 16 Nov - 23:08

EH BIEN ! En tant que grand manitou.. *tousse* Je te valide Classe 2 et tu gardes tes 7 points d'XP !
Casse pas tout, ou alors si tu casses, tu ranges ! è.è

Amuse-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞



[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. Empty
MessageSujet: Re: [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.   [CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort. I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[CdC Kerowyn] Face à face avec la Mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Personnel & Publicité :: 

Le Livre des Héros

-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser