AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mer 5 Oct - 0:09


La vie d'un nomade n'est jamais très drôle. Les nuits passées à dormir sur de l'herbe, dans le sable chaud d'un désert, sur l'inconfortable rigidité d'une pierre ou d'un tronc d'arbre étalé au sol... En bref, le sommeil de Drake était d'un manque incroyable de confort. Les courbatures étaient devenues une habitude et une nuit de cinq heure consécutives était presque devenue un luxe. Sans parler des dangers habituels... bêtes sauvages, bandits et maraudeurs, et les éternels petits malins qui s'amusent à réveiller les sans-abris sur le bord des routes simplement pour le plaisir de les voir s'énerver. En général, Drake se chargeait de ceux-là en leur jetant des pierres au visage. Hé oui, on peut être sauvage et dissuasif...

Finalement, ses pas le portèrent à Criméa, et bien qu'on racontait parfois que l'ambiance de ce pays était plus tranquille et le climat plus agréable, le sauvageon ne se laissait pas charmer pour autant. Il devait survivre, et ça impliquait beaucoup de choses. Seulement une lassitude s'était installée... Et si il y avait un moyen que la civilisation l'accepte de nouveau ? Et si il pouvait rien qu'une nuit dormir confortablement ? Il n'avait ni argent, ni connaissances, ni rien... Mais il pouvait toujours squatter, non ? Et c'est ainsi que le germe d'une idée folle naquit et l'incita à commencer à chercher un lieu où dormir, en pleine nuit.

Ses pas le portèrent à une grange pittoresque, dans laquelle il s'introduisit. Il n'y avait pas de cadenas sur la porte, c'était parfait pour lui. Se calant dans un endroit sombre, sur une botte de paille, il était absolument ravi : pour lui, une simple botte de paille, bien que lui grattant le dos, c'était un véritable confort de luxe pour lui après tout ce temps. Pour une fois, il passerait une bonne nuit...

... Sans compter sur le réveil un peu brutal, en fin de matinée. Il reçut un seau d'eau en pleine poire, ouvrant un oeil pour découvrir un paysan grommelant et, derrière lui, environ cinq gardes armés et en uniformes. Sans avoir le temps de riposter car entouré de lances pointées dans sa direction, il fut forcé de les suivre. Visiblement, il avait foulé une propriété privée et, malgré ses protestations, il finit par être amené au propriétaire... Ou plutôt à la propriétaire. Il n'avait pas pu tomber plus mal... Il avait l'air tout juste reposé, des cicatrices partout sur le corps, récemment lavé dans un ruisseau, mais il avait tout simplement l'air d'avoir vécu l'enfer. Tout juste vêtu d'une tassette de peau et de bandelettes de cuir grossières sur les bras et les pieds, on l'aurait cru tout droit sorti d'une caverne. Ses muscles s'étaient encore endurcis, et sa peau mate lui donnait un air tout sauf Criméen.

C'était à peu près certain, il n'était pas du pays, et encore moins vraiment civilisé. Il n'avait rien dit, pour le moment, mais son regard noir et son air très mécontent trahissaient probablement les conditions de vie misérables qu'il subissait depuis des mois. Il vagabondait, survivait comme il pouvait, et on sentait qu'il en avait marre d'être traité par les quelques personnes civilisées qu'il croisait comme une bête sauvage. Partout on le voyait comme un animal, un paria... Et ce dédain commençait à sérieusement lui courir sur le haricot. Une fois face à la propriétaire des lieux, il n'engagea pas la conversation : à la place, il lui lança un regard assassin, réellement furieux, tel un animal blessé dérangé en pleine convalescence. Quoi qu'il en soit, il n'avait pas l'air d'un cambrioleur, et il avait juste été retrouvé en train de dormir sur une botte de paille. Son air agressif et sauvage, cependant, n'avait pas échappé aux paysans qui avaient demandé immédiatement l'assistance de la garde... Et le voilà qui était pris au piège...


Dernière édition par Drake le Lun 24 Oct - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mer 5 Oct - 13:28

Le voyage depuis Melior jusqu'au manoir principal des ducs De Méline, long de quelques heures, présentait une asymétrie revitalisante du point de vue de l'héritier de la famille. Les paysages variaient de la vie citadine de la capitale à celle de petites bourgades-étapes pittoresques, en passant par de longs champs cultivés, des forêts coupées par des rivières et une plaine légèrement vallonnée. Un panorama soigneusement entretenu par les habitants des lieux.

Comme il fut plaisant pour le général de retrouver l'allée de pêchers qui bordaient la route principale avant les murs de briques roses et les grilles lustrées de la demeure ! A ses yeux, le plaisir de bavarder avec sa garde tout en chevauchant, ou avec des paysans qui remontaient le chemin avec des hottes remplies de fruits à ras bords valait bien les souffrances endurées face à Famine. Des choses simples d'une vie remplie de tourments, avec la saveur du quotidien et de la paix.

Sitôt arrivé, il retrouva avec chaleur les serviteurs qu'il connaissait de prime enfance et demeuraient fidèles à leur famille sans faillir. On lui accorda un peu de temps pour une toilette sommaire afin de se débarrasser de la poussière accumulée sur le trajet, puis il passa des vêtements propres et plus élégants. Il retrouva dans un petit salon, sirotant un thé parfumé, un homme assez grand et large d'épaules qu'il distinguerait entre mille. Les cheveux brun-noir, taillés courts, surplombant un visage plutôt carré aux yeux noisettes, l'air grave et solennel, il se leva et un franc sourire para son visage d'une joie immense.

"Qu'il me tardait de te revoir, fils ! J'ai entendu des milliers de récits sur tes faits d'armes et je veux savoir exactement lesquels sont vrais et lesquels ont été grandis !"

Un éclat de rire réunit les deux hommes, tandis que Mysti s'approchait vivement pour recevoir l'accolade virile de son père avec bonheur. Il se laissa docilement observer et questionner pendant quelques instants avant de demander :

"Mais où est Mère ? Elle n'est pas malade j'espère.
-Non, point, mais quelques-uns de nos employés ont trouvé un intrus dans leur grange ce matin, et il comparaît en ce moment devant ta mère. Elle ne voulait pas te laisser arriver sans accueil, alors nous avons convenu de nous partager les rôles. Me voilà donc.
-Je vois. J'aimerais la rejoindre si vous n'y voyez pas d'inconvénient.
-Mais tu viens juste de te rafraîchir...
-Oui, et cela suffit amplement. Ne serais-je pas amené à tout diriger seul ici un jour ? En plus de revoir ma chère mère, je souhaite apprendre avec elle, avec vous deux. Je veux être digne de vous succéder quand le temps sera venu, même si je possède déjà mes propres terres et mon propre personnel. J'ai encore beaucoup à apprendre, je ne nourris aucune illusion à ce sujet.
-Soit, allons donc."

***
Malgré leurs questions incessantes, les gardes ne purent obtenir la moindre réponse du vagabond quant à sa présence dans les grange de leurs maîtres. Les paysans avaient précédé le petit convoi armé aux portes du manoir, où la duchesse écoutait avec attention leur rapport sur la situation. Son visage respirait la douceur et la sérénité, tandis qu'elle écoutait patiemment.

Elle ordonna que l'on prépare un boudoir privé, plus intime que la salle d'audience réservée aux réclamations du petit peuple. Du récit qui lui était parvenu, il ne s'agissait que d'un pauvre hère égaré, rien de plus. Hors de question de le traiter en criminel.

Drake fut donc conduit dans une pièce décorée avec simplicité, des fauteuils moelleux disposés autour d'une table sans excès. Les gardes, par précaution, maintinrent l'homme en joue, et une femme magnifique entra deux minutes plus tard, habillée d'une robe aux tissus coûteux mais dans un style épuré et sans prétentions. Elle se figea un instant en apercevant la mine affreuse du misérable et vint s'asseoir face à lui. Rien que son air féroce et ses guenilles en racontaient long sur lui, sur ce qu'il avait probablement enduré avant d'atterrir là.

"Le bonjour à vous, sieur... ? Hum, on ne m'a guère précisé votre nom.
-Il n'a pas voulu le donner, madame, précisa un garde.
-Je comprends. Tout d'abord, veuillez excuser l'abrupte méthode de ces hommes pour vous tirer de votre sommeil. Ils ont à cœur de protéger les intérêts de mes terres et n'hésitent pas à employer toutes les manières qui leur semblent appropriées. Comprenez qu'ils accomplissent simplement leur devoir, et je ne saurais les en blâmer. Quant à vous, vous me semblez honnête, quoiqu'un peu égaré oserais-je deviner ?"

Elle sourit, ses longs cheveux blond sombre ondulés cascadant sur ses épaules sans paraître peser plus qu'une plume. Son regard de la couleur d'un lac invitait à la confession et sa voix douce accentuait plus encore l'impression de douceur générale qui se dégageait d'elle. Nombre de gens disaient vouloir se jeter à ses pieds pour confesser toutes leurs fautes rien qu'en la voyant paraître, au seul prix d'obtenir l'un de ses sourires.
Elle tourna la tête vers l'un des paysans présents dans la pièce, qui rougit et se raidit légèrement en craignant d'avoir fauté.

"Vous m'avez bien précisé que cet homme n'a rien dégradé, volé ou dérangé, n'est-il pas ?
-Eh bien... Oui, Madame. Il était juste là, à dormir sur la paille, Madame. On se disait que c'était pas normal, pour sûr. Mais il avait un bout de bois avec lui, taillé comme un épieu Madame. On avait peur qu'il tente de s'en servir.
-Bien. Au regard de ces informations, messieurs les gardes, je vous prie de baisser vos armes. Cet homme n'a manifestement jamais eu l'intention de s'en prendre à nos propriétés ou à nos gens, sans quoi il aurait fait usage de cette arme ou de toute autre sans attendre que vous le découvriez. Il ne me semble pas mal intentionné, mais à voir sa mise je dirais plutôt qu'il a traversé de dures épreuves, et qu'un peu de paille fût un lit plus agréable que de s'allonger à la belle étoile. Je suppose également monsieur que vous n'avez rien avalé depuis ce réveil quelque peu brutal. Qu'on apporte quelques restes du repas d'hier soir ici même."

D'un signe, elle invita Drake à prendre place sur l'un des sièges face à elle, tandis que les gardes retiraient leurs lances de la proximité de sa gorge, prêts toutefois à se dresser entre lui et leur souveraine si le besoin s'en faisait sentir.

"Vous vous trouvez sur les terres appartenant aux De Méline, le saviez-vous ? Nous sommes disposés à porter assistance aux plus démunis s'ils en font la demande, mais pour cela j'ai besoin de connaître votre identité et votre motivation à entrer dans une grange pour y dormir. Accepteriez-vous de..."

On frappa alors deux coups à la porte par laquelle la dame avait fait son entrée, et elle vit entrer en silence son mari et son fils, ce dernier s'inclinant bas et venant saisir sa main pour y déposer un baiser. Si Mysti brûlait d'envie de la prendre dans ses bras, il se retint et se contenta de lui adresser un regard empli de chaleur, avant de se tourner vers l'individu installé de l'autre côté de la table.

"Pardonnez cette interruption. Voici mon époux et mon fils qui revient tout juste de la capitale. Messieurs j'allais justement demander à cet homme de se présenter et de me raconter son histoire.
-Nous vous écoutons."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mer 5 Oct - 14:40

Il s'était attendu à l'accueil habituel pour les gens comme lui. Une rossée, des coups de pieds, des insultes, des crachats, une bonne lapidation et tout le monde retourne à ses besognes. C'était plus ou moins ça, son quotidien, depuis quelques temps. On le traitait comme un animal, une bête sauvage, et pourtant il n'avait pas encore été frappé une seule fois. Non, au contraire, on lui parlait calmement, tranquillement, et on ordonnait même de baisser les armes. Il avait gardé le silence pendant un bon moment, bien sûr, mais son attitude était moins hostile à partir du moment où il réalisait qu'on ne lui souhaitait pas de mal... pour une fois.

Évidemment, au fond de lui, il restait un peu méfiant. Le monde avait démontré qu'il pouvait être bien plus hostile et cruel que ce que les apparences pouvaient laisser présager, et il ne tenait qu'à un coup de malchance ou à une négligence passagère de ruiner tout ce qu'il avait pu faire. Mais pour une fois, peut-être qu'il pouvait simplement... faire confiance ? Rien qu'un tout petit peu ? Et puis cette femme était si agréable avec lui et si accueillante, il ne pouvait pas honnêtement se montrer agressif avec elle.

Son regard était beaucoup moins dur, au fur et à mesure qu'elle parlait, et il avait légèrement détourné les yeux un moment, bien qu'on sentait qu'il l'écoutait toujours avec attention. Après un petit temps, il finit par accepter de répondre à ses questions. Peut-être qu'elle ne pourrait pas l'aider, mais au moins, il aurait essayé... Il s'assit alors comme on le lui demandait, puis il parla, après un long soupir témoignant à la fois d'une certaine forme de soulagement de pouvoir s'assoir sur une surface confortable (oui, il était las et inconfortable à ce point), mais aussi d'une certaine forme de résiliation et d'obédience.

« Je ne me souviens de presque rien, à part mon nom, Drake... Un jour, je me suis réveillé, presque nu, sans rien, en plein milieu de nulle part. Je ne suis même plus sûr de qui j'étais, autrefois. Peut-être un mercenaire, peut-être un bandit, je n'en aie aucune idée, franchement, et je m'en fiche un peu. Mes souvenirs ne me reviennent que par bribes, mais tout ce que je sais, c'est que ce monde est hostile. Ça va faire si longtemps que je survis dans la nature sauvage... J'ai arrêté de compter les jours depuis très longtemps. »

Ses poings se serrèrent légèrement, pas en signe d'agressivité, mais seulement en guise de témoin de la désagréable expérience qu'il vivait au quotidien... Et vu son attirail et l'état de son corps, on pouvait comprendre pourquoi.

« ... Vous devez être les premières personnes à qui je parle depuis mon réveil. Ça me fait... bizarre. Mais dans tous les cas, vous aviez raison. Je n'avais absolument aucune envie de dérober quoi que ce soit; enfin, pour être honnête avec vous, si quelqu'un avait laissé une lance sans surveillance dans cette grange, je peux pas vous garantir que je l'aurais laissée à sa place. Au point où j'en suis, même si j'ai rien à faire des objets précieux, une arme en état d'être utilisée... J'aurais eu du mal à la laisser dans son coin et repartir avec mon épieu. Je préfère vous le dire. »

Après un léger soupir, il finit de parler par quelques mots qui résumaient sa pensée, son regard se détournant de celui de la propriétaire des lieux et des autres

« ... De toute façon, j'étais juste venu pour dormir sur un bloc de paille. J'en avais marre de dormir sur de la terre humide ou de la pierre, et le froid de la nuit est vraiment désagréable. Vous pouvez faire ce que vous voulez de moi... Me jeter dans un feu, m'expulser, essayer de me pendre... C'est pas comme si j'avais une grande valeur. »

Quel que soit son lieu d'origine, on devait pratiquer des peines bien graves à l'encontre des rôdeurs et des intrus pour qu'il envisage de telles sentences. Mais oui, il était tombé sur des individus bien agressifs qui ne laissaient aucune place à la discussion. Si une chose était sûre, c'est qu'il avait vécu l'enfer, et les cicatrices étaient là pour le prouver. Il avait l'air fort, incroyablement résistant, et le fait qu'il ait survécu par lui-même si longtemps était une preuve de sa ténacité à toute épreuve. En revanche, il n'y avait pas que son corps qui avait été marqué... L'esprit de Drake était tout aussi blessé par ses pérégrinations, et ça se sentait. Il aurait besoin de temps pour guérir, et de contact social...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mer 5 Oct - 15:06

Le trio ducal, les paysans et les hommes d'armes écoutèrent en silence, des regards s'échangeant parfois pour tenter de jauger la sincérité de l'homme. Mysti lui opposa un regard droit et direct chaque fois que leurs se croisaient, sans juger ni oppresser. Un silence gênant tomba sur l'assemblée alors que Drake se taisait. La duchesse se tourna tout d'abord vers les paysans, dont l'un triturait nerveusement son chapeau en réalisant sa réaction un peu trop expéditive.

"Désirez-vous réclamer une réparation pour violation de votre propriété ?
-Non Madame. Nous aurions dû mieux fermer la grange, Madame.
-Dans ce cas vous êtes libres de repartir dès maintenant. Merci d'avoir remis cet homme entre nos mains.
-Merci de votre compréhension seigneur... On... On va se retirer... Seigneurs... Madame..."

Embarrassés, ils s'en allèrent à reculons puis quittèrent le boudoir sans demander leur reste. La maîtresse des lieux se permit de pouffer légèrement de rire, une main devant ses lèvres, ce qui fit retomber la tension dans l'air.

"Je vous crois sincère, lança le général. Si ma mère vous accorde l'hospitalité, sachez que vous serez le bienvenu à mes yeux également. L'amnésie ne survient pas de nulle part en revanche, c'est pourquoi je vous suggère de voir un médecin. Si vous avez reçu un coup violent sur la tête, ou s'ils subsiste des séquelles, mieux vaut le savoir assez tôt. Peut-être même qu'il pourra vous aider à recouvrer la mémoire avec un procédé dont il a le secret.
-Excellente idée !
-J'ai une question si vous permettez, sieur Drake... Je peux concevoir que se retrouver dépossédé de ses souvenirs comme de ses biens soit déroutant mais... pourquoi ne pas avoir cherché d'aide dans un village ou auprès de passants ? Vous semblez dire que vous vivez seul dans la nature depuis longtemps, pourtant vous parlez très bien la langue courante, vous savez vous comporter poliment, et hormis votre apparence vous pourriez tout à fait être un villageois comme un autre alors... pourquoi avoir fui seul ? Et surtout, quel est votre objectif à présent ?
-Oui, cela m'intéresse également. En admettant que vous soyez un bandit, ou même un assassin, vous ne vous en rappelez pas, alors que comptez-vous faire à présent ? Si vos intentions sont louables, vous pouvez parfaitement prendre un nouveau départ. Et nous pouvons vous y aider.
-A moins que vous ne préfériez vivre en ermite quelque part dans la nature ? Nous pouvons toujours vous donner un peu de paille dans ce cas.
-Quoi qu'il en soit, j'ignore qui vous a mis cette idée en tête, mais ici nous ne pendons pas ou ne brûlons pas un pauvre dormeur seulement parce qu'il a pénétré dans une grange pour y dormir. Cela serait d'un barbare !"

Une porte s'ouvrit une nouvelle fois pour laisser passer un duo de serviteurs silencieux. Le premier déposa devant l'homme un plateau avec une assiette copieuse de viande fumée et de légumes froids, que le second assortit d'une carafe d'eau fraîche et d'un verre parfaitement transparent.

"Vous pouvez manger sans faire de manières, jeune homme. Et si vous sentez que les souvenirs reviennent ou que vous souhaitez demander quelque chose, n'ayez crainte de parler."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mer 5 Oct - 15:26

À vrai dire, Drake était surpris que sa sanction ne soit pas plus... expéditive et exemplaire. Il avait parfois été confronté à l'adversité et au jugement des autres, et ça n'avait jamais été agréable. On lui posait une bonne question, toutefois : quel était vraiment son objectif ? Pourquoi ne pas avoir rejoint un village, tranquillement ? La réponse, elle était probablement dans ses premières interactions avec la civilisation...

« À vrai dire, je n'en suis même pas sûr moi-même. Je me souviens vaguement de quelques hommes, armés, et d'une violente douleur au crâne. Le peu de mémoires que j'ai retrace un monde dégoûtant, rempli de haine et d'antipathie. Ça, plus l'accueil désagréable des habitants de tous les villages sur mon chemin, m'a absolument persuadé que les hommes sont tous atroces et qu'il était de mon devoir de survivre contre ces pourritures. Maintenant, vous m'avez mit le doute... Est-ce que j'avais vraiment raison ? J'en sais rien. De là d'où je viens, je me souviens que pour le simple vol d'un fruit, on pouvait trancher la main de celui qui s'y risquait. Alors pour l'intrusion sur la propriété d'un noble... »

Ses souvenirs étaient vagues, et il n'était plus sûr de rien, mais ce dont il se souvenait... Il ne pouvait pas l'inventer. Finalement, il répondit à leur proposition, en les entendant parler d'un nouveau départ

« ... Je ne vis que pour me battre, maintenant. Il n'y a plus que ça qui me fournisse la moindre stimulation. Si vous pensez que ça peut être utile à quelqu'un, je peux quitter mon... "habitat". »

Puis on lui apporta un repas... De la viande, des légumes, en bref... Un plat cuisiné. Au début, il faisait tout pour se retenir, son estomac gargouillant rien qu'à la vue de la nourriture qu'on lui avait apporté. Mais finalement, il ne put se retenir et commença à manger à pleine dents. Il pouvait enfin manger quelque-chose de bon, et il ne se priva pas, une fois fini - et ce fut rapide - de leur raconter une anecdote, justement, à ce sujet

« C'est... la meilleure chose que j'ai mangé depuis si longtemps... Je me nourris de rongeurs, de baies, de fruits et parfois de sanglier quand j'ai de la chance. Pour ne rien perdre, je devais parfois manger la viande crue. Autant vous dire que ça forge un estomac... Je... Merci. Ça me fait bizarre de dire ça à des personnes fortunées, mais... Je serais ingrat de ne pas vous faire part de ma gratitude. »

Il avait beau ne pas être forcément habitué aux manières de la haute société, il était franc et sincère. Le mensonge ne faisait pas partie de son caractère... Il était simplement changeant, volatile, mais jamais pernicieux ou malhonnête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mer 5 Oct - 16:24

L'appétit de l'étranger fit plaisir à voir, malgré ses propos durs à l'encontre des beorcs. Les deux parents se tournèrent simultanément vers Mysti à mesure que Drake parlait, lui connaissait mieux les différents types de milieux et la violence des hommes, parfois à leur grand désarroi. Le regard du mage exprimait la tristesse et la lassitude, quand ses poings se serraient au sens-entendu de riches personnes qui maltraitaient les plus pauvres et les plus faibles sans scrupules. Petit déjà, il exprimait l'incompréhension face à ce préjugé qui visait directement sa famille. Être noble ne signifiait pas monstrueux, arrogant et cruel. Sa famille n'avait rien de cela. Celle d'Elincia non plus. L'un de ses combats consistaient depuis à faire accepter que la bonté à l'égard de plus petit que soit finirait récompensé et que leurs titres n'en faisaient pas obligatoirement des pourritures de premier ordre.

Après un moment à regarder Drake se retenir, son relâchement sur la nourriture encouragea le général à reprendre la parole :

"Malheureusement, il existe de nombreuses personnes qui n'ont que faire des autres et qui ne pensent qu'à s'enrichir... Les plus puissants profitent de leurs avantages pour écraser et acquérir toujours plus. Les autres tentent de protéger ce qu'ils ont, de conserver le peu de choses qu'ils ont réussi à obtenir. Et il y a ceux qui n'ont plus rien et plus personne... Si vous aimez vous battre, de mon point de vue je préfèrerais que ce soit pour les bonnes raisons et les bonnes personnes. Bien entendu le "Bon" dépend du point de vue, mais j'ose croire que nos lois savent le délimiter suffisamment. C'est à mon tour de me présenter plus en détails et ainsi vous comprendrez. Je suis le général des armées royales de Criméa, j'ai livré deux guerres à la suite desquelles l'on me prétend héros, et j'ai contribué à la défaite de la déesse Ashera à la Tour de Lumière il y a quelques années de cela. J'ai également été adoubé chevalier et je possède le titre de duc, hérité de mes parents. Si vos aptitudes au combat sont satisfaisantes et si vous acceptez de vous soumettre à l'autorité d'un pays, alors je pourrais probablement vous permettre de passer un test au sein de l'armée. Vous n'aurez ni privilèges, ni primauté sur les lois, vous devrez protéger les civils et non les juger, ne pas répliquer aux insultes que l'on pourrait vous faire si c'est injustifié et un certain nombre d'autres devoirs à respecter. En contrepartie vous serez bien traité : nourri, logé, entraîné, armé et vous recevrez un solde comme chaque soldat. La majorité d'entre nous ne se bat pas par amour de faire couler le sang mais bien par dévotion envers notre pays et notre peuple. Nous sommes en charge de l'ordre et de la sécurité de Criméa, dans son ensemble. Pour ma part je m'implique également dans le bien-être de Tellius tout entier. J'estime qu'il est nécessaire que les nations s'entendent entre elles, sans quoi la paix est impossible. Voilà la meilleure proposition que je puisse vous faire. Ce peut être terrible, traumatisant même, et il ne faut jamais se reposer sur ses acquis."

Les gardes s'entre-regardèrent, et leurs yeux disaient combien ils étaient fiers d'avoir des maîtres aussi compatissants et haut placés. La dame des lieux esquissa un sourire en coin en les voyant bomber un peu plus le torse discrètement, tandis qu'elle prenait la main de son fils dans la sienne pour attirer son regard et lui transmettre tout son amour. Mysti restait debout, bien droit, et sa conviction ressortait dans chacun de ses mots, malgré la souffrance de certains souvenirs qui lui revenaient à mesure qu'il parlait. Il lui sourit à son tour avec bienveillance, heureux en son for intérieur de ne jamais décevoir la première femme de sa vie et l'homme qui lui avaient donné naissance.
Son attention revint sur le vagabond en plein repas.

"Bien entendu je vous laisse réfléchir. Il ne s'agit pas de se lancer dans une carrière au hasard. J'attendrai que vous soyez reposé, lavé et contenté. Sur ce, je vous prie de m'excuser. Je sors d'une chevauchée de plusieurs heures et j'ai besoin à mon tour de me remettre de la fatigue de ce voyage."

Il s'inclina courtoisement, main droite sur le cœur, adressa un signe de tête au duc et sa femme, puis quitta le boudoir par le chemin inverse de celui de son arrivée. Une fois la porte refermée derrière lui, les De Méline se sourirent avec complicité.

"Il a tellement grandi...
-Eh oui, c'est un homme maintenant. A moi aussi cela me fait tout drôle.
-Bien, ne négligeons pas notre invité. Nous allons assigner un serviteur à votre service sieur Drake, et vous n'aurez qu'à lui faire part de vos besoins. Dans la mesure du raisonnable, nous y pourvoirons tant que vous vous trouverez sous notre toit. Prenez votre temps pour terminer cette assiette, elle ne s'envolera pas vous savez."

Les deux nobles s'inclinèrent et sortirent à leur tour ainsi que la moitié des gardes, laissant un moment de paix appréciable à Drake.


Dernière édition par Mysti de Méline le Mer 5 Oct - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mer 5 Oct - 18:15

Inutile de dire que l'hospitalité dont faisaient preuve ses hôtes ne manquait pas d'attirer le respect de Drake. Il s'était longuement préparé à recevoir des coups, ou même à mourir, et pourtant il venait de manger à sa faim et de recevoir le droit de loger momentanément chez eux. Et plus encore, on lui parlait d'une place dans l'armée... Évidemment, il savait que ça ne serait pas une tâche aisée, et ce dont lui avait parlé le général le fit longuement réfléchir. Il voulait se battre non pas pour le sang, mais pour l'adrénaline. Le regard assassin de son adversaire, l'extase d'un combat brutal et rapide...

Tout cela le faisait douter et réfléchir à la fois. Il pourrait s'engager, il aurait sa dose de combats et ce pour une cause plus noble que parmi une troupe de bandits de grand chemin. Mais est-ce qu'il aurait vraiment été honnête avec lui ? Durant la nuit, il avait longuement médité sur la question. Au fond, ce n'était pas la difficulté de la tâche qui l'effrayait : il avait affronté la mort seul, armé uniquement d'un caleçon, et ce depuis des mois. Il était en vie, et ce après des mois traumatisants durant lesquels il avait été un sauvage nomade. Il était peut-être temps pour lui d'enfin se poser...

Le lendemain, son chemin croisa de nouveau celui du général. Il avait pris une décision... Drake savait qu'est-ce qu'il avait à dire à celui qui serait peut-être son futur supérieur.

« J'ai beaucoup réfléchi... Je ne suis pas sûr de désirer un poste dans l'armée pour les bonnes raisons. C'est vrai, je ne suis pas un psychopathe avide de sang et l'intérêt que je porte à votre offre repose avant tout sur l'adrénaline du combat. Mais je pense que c'est plus une question de temps et d'habitude. Je ne connais même pas vraiment ce "Criméa" dont vous me parlez... À vrai dire, je ne suis même pas sûr d'où je viens. En revanche, je connais votre bonté à vous, et à votre famille. Et ça, je ne peux pas l'ignorer. Je ne peux pas annoncer être au fond de moi le soldat vertueux que je pourrais prétendre être juste pour bien paraître, mais je peux au moins être honnête et vous dire que votre proposition m'intéresse. Si ce n'est pas pour servir le royaume entier - car je ne le connais pas, ça sera au moins pour vous servir vous. Avant-hier, j'étais encore un sauvage nomade et agressif, défendant le peu qu'il avait par la force brute. Mais peut-être que demain, tout sera différent... »

Son regard était franc et honnête, et s'il y avait au moins une qualité qu'on pouvait lui attribuer, c'était son aversion pour le mensonge et la tromperie. Ses yeux dorés et clairs étaient embrasés d'une sorte de passion pour ce qu'il disait, et on pouvait ressentir rien que dans son expression et ses paroles une réelle motivation, et pas celle d'un assoiffé de sang.

« Je sais que vous ne pouvez pas simplement me faire confiance sur parole, mais je n'ai rien de plus à vous fournir pour vous prouver ma volonté. Excepté... quelques bribes de souvenirs. Je sais que pendant un temps, j'ai été un gladiateur, ou quelque chose du genre. Je participais à des combats, et je me faisais un peu d'argent. Mais ça reste très vague... Je me souviens surtout du sable, des gens qui hurlent, et de mon adversaire, à terre, que je laisse au sol tandis que des personnes en tunique blanche arrivent pour lui porter secours. Allez savoir, peut-être que j'étais quelqu'un de peu recommandable, mais je m'en fiche. Ce n'est plus moi, quoi que mes souvenirs me disent... L'instant présent est tout ce qui compte, et je sais que je peux vous faire confiance à vous. Je vous confie ma vie, et je vous laisse juger en quoi je pourrais vous être le plus utile. »

Ça, c'était tout de même un gros gage de confiance... Lui laisser l'entier destin de sa vie. C'était presque un coup de poker, mais Drake en avait marre de voyager de tanière en tanière dans le but grossier de survivre, sans aucun intérêt de plus. Il était droit, et même s'il ne ressemblait pas au modèle vertueux du parfait soldat dévoué, il était au moins loyal en ce qu'il croyait et offrait sa confiance entière au général. Restait à voir ce qu'il souhaitait en faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Jeu 6 Oct - 12:42

En revenant à ses racines, son foyer, Mysti ne s'attendait pas à devoir si vite évoquer l'armée et le cruel besoin d'hommes de valeur capables d'affronter tous les périls -rien que les sorcières représentaient un gros morceau à abattre. Drake ressemblait à une personne solide, et si son sens des armes celui de sa survie, il pourrait fort bien se faire une place dans les rangs de Criméa. Toutefois, n'était-ce pas profiter de sa précarité que de lui faire une offre pareille à un tel moment ? Cette pensée se disputait celle de lui redonner la possibilité d'un avenir où il serait accepté par une communauté soudée, comme à Akamae. Les sauver de la perdition, les rendre plus forts, et ensuite se battre à leurs côtés pour quelque chose de plus grand.

"Ah... Il faut que j'arrête de penser à tout cela pendant quelques jours..."

Il se dévisagea un moment dans le miroir de sa salle de bain, cherchant à lire sur son propre visage une trace de duperie ou au contraire de sincérité. La proposition avait quitté ses lèvres avant même qu'il ne s'en aperçût.
Las, le chevalier se dévêtit et alla se mettre au lit pour prendre un repos bien mérité. La nuit tombait déjà sur le domaine.

Le lendemain vit une ombre se faufiler en silence dans les cuisines où les serviteurs s'activaient déjà pour préparer les tables du petit-déjeuner, sous la houlette d'un majordome de premier ordre. En découvrant le sourire complice de la duchesse ce matin-là, il comprit exactement ce qu'elle manigançait et entreprit de lui faciliter la tâche en la précédant dans son trajet jusqu'à la chambre de son fils.
C'est ainsi qu'une agréable odeur de chocolat chaud chatouilla les narines du jeune homme encore endormi, enroulé dans les épaisses couvertures.

"Mysti ?"

La voix semblait comme tout droit sortie d'un rêve, de même que la chaude caresse qui effleura sa joue paisiblement. Il souleva les paupières, à demi-ensommeillé, salué par le plus doux des sourires. Réalisant soudain, ses lèvres s'étirèrent puis il se mit à rire.

"Allons, Mère, je ne suis plus un enfant.
-Peut-être, mais tu restes mon enfant. Profites-en avant que je ne sois trop vieille pour porter un plateau sans le faire tomber."

Ravi de l'attention, le jeune homme s'étira et se redressa en position assise, en faisant bien attention de cacher son intimité dans son mouvement. Il saisit la tasse qu'elle lui tendait puis trinqua avec elle, une vieille habitude d'enfance qui composait l'un de leurs petits secrets mère-fils.

"C'est toi qui l'as préparé ?
-Comme avant. Ce ne serait plus le bon chocolat de ta mère si je le laissais faire par quelqu'un d'autre.
-C'est vrai. Merci beaucoup.
-Si je ne le fais pas, qui gâterait mon fils ? Tu étais si sérieux hier, si... soldat. Ta vie te plaît ainsi ? Tu sais que tu peux toujours rentrer à la maison si la situation devient trop difficile, n'est-ce pas ?
-Oui, Maman, je le sais. Les choses ne sont pas toujours simples à gérer, mais c'est ce que j'ai choisi. Je le savais dès le départ. Je ne compte pas baisser les bras au premier coup dur. C'est aussi pour cela que je suis venu, j'ai besoin d'un peu d'air avant de repartir. La dernière bataille a été éprouvante...
-Le bruit court que tu étais encore une fois blessé gravement... Cette cicatrice, n'est-ce pas ?"

Elle désigna le flanc exposé du général, où une ligne nette marquait l'endroit qu'avait assailli la lance de Famine. Posant sa tasse, elle se pencha pour en dessiner le contour du bout du doigt. Mysti la laissa faire, puis appuya sa tête contre son épaule affectueusement. Elle le serra aussitôt contre lui avec toute son affection maternelle, sa main dans ses cheveux emmêlés par la nuit.

"Tu m'as manqué... Tu n'es plus mon petit garçon...
-Vous m'avez manqué aussi. Je sais que je n'écris pas souvent, je manque de temps, ou je ne sais quoi dire, à part qu'il y a eu des morts, à part que je vais bien et que je continue... Je refuse de noircir votre quotidien, j'ai choisi la voie des armes mais je ne veux pas qu'elle vous envahisse.
-Renning envoie parfois de tes nouvelles en cachette. Elincia lui parle de toi, de Geoffrey, de Lucia et de Bastian. Elle tient beaucoup à vous, alors quand quelque chose vous arrive... eh bien il le sait tôt ou tard. Il se charge de nous rassurer un peu. Ton père le tient en très haute estime, même s'il n'est plus le même depuis les guerres.
-Ah... Je comprends pourquoi aucun de vous ne s'est encore précipité au château !
-Mais tu ne dois pas dire que je t'en ai parlé. Ce sera l'un de nos petits secrets d'accord ?
-Bien sûr."

Ils bavardèrent encore un moment, pendant que les rayons du soleil infiltraient la pièce entre les rideaux. Pour lui faire plaisir, le général laissa sa mère coiffer ses cheveux, puis dut insister pour qu'elle quittât la pièce et le laissât se préparer comme l'homme qu'il était. Il rejoignit ses parents plus tard dans l'immense salle à manger et le petit-déjeuner se teinta de la même atmosphère nostalgique et rassurante à la fois. Ils discutèrent des récoltes, des troubles qui survenaient ici et là, de la décoration des lieux, de promenades et des récits de la vie de Mysti que les artistes locaux se plaisaient à chanter lors de soirées festives. Le jeune homme se plut à désamorcer les rumeurs mensongères tout en validant les faits réels, constatant que certains appréciaient particulièrement d'enjoliver son parcours.
Après trois heures très reposantes, le père prit congé pour affaires, la mère décréta retourner à la confection d'une tapisserie tissée qui occupait tout son temps dernièrement, et Mysti résolut d'aller s'occuper de sa jument pour la récompenser de sa patience lors du trajet de la veille.

Ce fut au milieu d'un couloir qu'il croisa Drake et s'arrêta en lisant dans ses yeux qu'il voulait lui dire quelque chose d'important. Son honnêteté attira la sympathie du mage et sa confiance le toucha. Il posa une main chaleureuse sur son épaule et l'engagea d'un signe à marcher à son côté pendant qu'ils se dirigeaient vers les écuries du manoir, sans empressement.

"Drake, je crois que vous vous méprenez sur mes intentions. Je ne veux pas que vous vous forciez à devenir un soldat vertueux et sans défaut. Je vous ai dit hier que Criméa était la source d'inspiration de la majorité des soldats, pas de tous. Et il est logique que ce ne soit pas votre cas. Ces hommes et ces femmes sont nés dans ce pays, ont appris à l'aimer même quand ils n'avaient plus de souverain, même Daein occupait le territoire, et même quand la révolte a grondé parmi le peuple... Et même sans cela, ils ne sont pas parfaits, moi non plus. Certains jouent à l'excès, d'autres noient leurs chagrins dans les tavernes. Il y a des lâches et il y a des d'anciens bandits, des escrocs et de simples villageois épris de gloire. Mais vous savez ce qui réunit vraiment tous ces gens ? Ils ont choisi de mettre leurs forces au service d'un idéal qu'ils partagent tous. Ils sont devenus camarades en versant leur sang ensemble, en survivant ensemble et en paniquant ensemble. Les bandits et les escrocs ont tiré un trait sur leur ancienne vie pour devenir meilleurs, repartir de zéro. Et leurs qualités nous servent ! Ceux qui mentaient pour berner les plus vulnérables peuvent devenir des espions pour démasquer des personnes recherchées par exemple. Ils ont appris à suivre une nouvelle voie et s'y tiennent. Ils ont expié leurs crimes et nous leur avons donné une deuxième chance. Pour cela, il faut simplement de la bonne volonté et de la franchise. Vous possédez les deux."

Ils se retrouvèrent à l'air libre et Mysti embrassa d'un large geste les champs alentours et le paysage baigné de lumière et de parfums de fruits mûrs.

"Moi, je veux protéger tout cela. Je souhaite que toutes ces choses puissent servir le plus grand nombre. Mais parfois, j'ai aussi peur. J'ai aussi envie de tourner le dos, je suis aussi faible. Je ne suis qu'un homme. La différence est que je suis un général, et je n'ai pas le droit d'abandonner. Vous savez, il n'existe pas qu'un seul métier au sein de l'armée. On n'exige pas de vous que vous vous teniez devant des armées pour décimer toujours plus de personnes. C'est l'adrénaline qui vous importe ? Le seul fait de combattre ? Vous pourriez devenir instructeur. Évaluer le niveau des soldats et les aider à s'améliorer dans des duels amicaux. Ou bien, vous pourriez organiser des tournois afin de divertir le plus grand nombre tout en mettant votre propres compétences en jeu. Parcourir le monde à la recherche de maîtres d'armes pour devenir plus expérimenté et défier ceux qui croisent votre route. Protéger une personne comme garde du corps contre d'éventuels ennemis. Que sais-je encore ? Je ne peux pas décider de votre avenir pour vous. Votre proposition me flatte, mais je vous connais à peine. Je ne peux guère vous donner une place sans savoir où vous aimeriez vous trouver. Je peux tout au plus vous aiguiller, et c'est ce que j'essaie de faire. Interrogez-vous sur ce que vous pourriez faire, sur ce que vous voudriez faire. Il n'est pas nécessaire de choisir dans l'instant. Votre vie vous appartient."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Sam 8 Oct - 23:58


Le discours du général était honnête, et ça, ça lui plaisait. Il pouvait identifier une certaine franchise qui lui donnait l'impression de pouvoir faire confiance sans trop réfléchir à l'homme qui se tenait devant lui. Il était droit, franc et direct. Comme il le disait, sa vie lui appartenait... Mais au fond de lui, il savait que sa propre vie n'avait pas tant de valeur que ça. C'était un vagabond, sans attaches et sans passé. Cependant, il savait qu'il avait mentionné une chose à laquelle il serait bon...

« Instructeur... Ça peut être une bonne idée. Je suis certes un sauvage et je suppose qu'il y a tout un code militaire qu'il me faudra apprendre, mais je connais le combat pour la survie et les dangers du monde mieux que personne. Je ne sais pas vraiment ce qu'un soldat doit réellement savoir au sein d'une armée, mais pour ce qui est d'un guerrier... C'est le peu de souvenirs et de vie que j'ai eu qui me sert pour m'en rendre compte. Se battre, c'est une chose. Savoir se débrouiller même en étant seul... C'en est une autre. »

En effet, un soldat devait être discipliné, efficace et capable de travailler en équipe. Mais également, il devait être, à lui tout seul, un individu capable d'une grande force et d'une ténacité inégalables. Et vu ce qu'il avait enduré sans jamais flancher, il savait de quoi il parlait...

« Certes, je suis maître de mon destin... Mais je vous le remet car je n'ai plus rien à faire par moi-même. Je ne connais plus ce monde, et j'ai besoin de quelqu'un pour m'y guider. Sachez simplement que je ne serais pas inutile. Si vous avez besoin d'un garde rapproché, pour votre protection personnelle et celle de personnes qui ont besoin d'un serviteur loyal et fort... Alors je me présenterais. Même nu et désarmé, je resterais un combattant dont vous puissiez être fier »

Même s'il n'était pas au fait sur les pratiques militaires, c'était avant tout un combattant à la force redoutable et absolument increvable. Certes, il lui fallait probablement du temps pour se faire à l'idée de devoir suivre un code d'honneur strict, mais si c'était ça, son destin, alors il le suivrait sans broncher. Le général de ce pays qu'il appelait "Criméa" l'intriguait... Il avait fait preuve de franchise, de noblesse, de bonté et de bienveillance. Ce genre de personne était, dans la tête de Drake, un homme mort voué à finir sa vie éradiqué par la laideur de ce monde, d'une manière ou d'une autre. Et pourtant, il était général et une armée entière lui faisait confiance. Alors il voulait, lui aussi, lui faire confiance, où que ça le mène.

« Je vais être honnête avec vous : avant de vous rencontrer, pour moi, les gens qui cherchent à être bienveillants étaient tous condamnés. Les plus malveillants ont toujours les moyens les plus poussés pour se servir des autres avant de les jeter. Mais vous... Vous êtes droit dans vos convictions et les gens vous font confiance. Alors... Je veux vous faire confiance, moi aussi. Et si j'ai commis une erreur, alors tant pis, je l'assumerais jusqu'à la mort. C'est ainsi qu'un véritable guerrier doit penser : "Assume tes choix et écrase tous ceux qu'on te demandera d'écraser"... C'est ce que je vais faire. Désormais, c'est vous, le patron, et j'attend vos ordres, euh... chef, général, m'sieur ? Je dois vous appeler comment, dans ce genre de situation ? »

Malgré sa détermination, il avait encore beaucoup à apprendre. Mais, et ce de façon très visible, ce n'était absolument pas la motivation qui manquait. Il était visiblement dévoué, enflammé et sans aucune arrière-pensée venant le polluer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Lun 10 Oct - 20:05

A mesure qu'il écoutait Drake parler, Mysti eut l'impression de sentir comme un vent de fraîcheur souffler sur son existence. Cet homme ressemblait à un enfant qu'il fallait éduquer, conseiller, orienter. Sa bonne foi compensait son manque d'expérience et il comptait sur ses compétences avec un entrain qui ne manqua de faire sourire le général. Un guerrier ? Après avoir passé de longs mois sans véritablement se battre, mais plutôt en se cachant des autres ? Pourquoi pas après tout.

Un léger éclat de rire en entendant les suppositions farfelues du beorc, et Mysti entra dans la stalle de Fraise devant laquelle ils avaient fini par arriver. La jument le salua d'un coup de tête amical contre l'épaule, auquel il répondit par des caresses sur le museau. Il se munit d'un seau dans lequel il entassa brosses, pique à récurer les sabots, onguents pour d'éventuelles blessures et le reste de la panoplie du parfait garçon d'écurie, puis ouvrit la porte en grand pour laisser passer sa monture. Habituée au processus, Fraise ne se fit pas prier et prit même un peu d'avance en sortant à l'air libre. Elle se posta tranquillement devant la porte de l'enclos en attendant que son cavalier vienne ouvrir.

"Le code comme vous dites, doit permettre d'aiguiser vos facultés naturelles, d'endurcir votre corps et votre esprit, de façon à ne pas se laisser submerger par la peur et l'ignorance le moment venu. Ce que vous appelez un guerrier est pour moi un survivant, un barbare, au sens qu'il n'agit que dans son intérêt propre et instinctivement. En tant qu'armée, nous devons penser en groupe. Quel mouvement permettra à la légion toute entière de prendre le moins de risques et le maximum d'avantages ? Quelle sera la conséquence d'un retrait stratégique ou d'une offensive lancée trop tôt ? S'il lève sa épée à hauteur de visage, quel mouvement peut-il exécuter en suivant ? L'instructeur enseigne ces choses, pas simplement l'allumage d'un feu à partir de branches et de broussailles, ou le meilleur endroit pour passer la nuit quand on n'a pas d'auberges à proximité... Il juge le niveau des recrues et leur donne l'enseignement adapté pour qu'elles puissent intégrer l'armée sans perturber son fonctionnement. Avant d'en arriver, il vous faudra apprendre également."

Le mage s'embrassa d'une brosse douce dans une main et d'une brosse douce dans l'autre, puis passa méthodiquement sur chaque centimètre de la robe poussiéreuse de sa jument tandis qu'elle broutait dans l'enclos. Sous ses gestes méticuleux, le blanc refit bientôt surface à la lumière du jour et la poussière vola sans contrainte pour se poser plus loin.

"Je retiens tout de même l'idée de combattre nu et désormais. Ce pourrait être un loisir intéressant pour que je commence à mesurer vos capacités pendant que nous sommes ici. Nous nous affronterons en duel amical. Enfin, pas totalement nus quand même. Je sais que cela ne vous dérange pas, mais j'aimerais éviter d'exposer trop aux yeux de ma famille et de nos employés..."

Le général croisa les bras sur le dos de Fraise, pas plus perturbée que de coutume, puis posa sa tête par-dessus pour observer Drake depuis le centre de l'enclos. Un sourire joyeux rendait son visage aussi jeune qu'il devrait l'être pour son âge.

"En famille, Mysti suffira. En publique, j'estime que je dois tenir mon rang afin de ne pas discréditer Elincia et les hauts magistrats de Criméa. Le plus couramment on m'appelle Général ou Sire, suivant que l'on requiert le militaire ou le noble. Cela fera l'affaire. Une simple question d'étiquette."

Il reprit ses petits soins équins patiemment, vérifiant les sabots de sa partenaire en fronçant les sourcils.

"Il te faudra de nouveaux fers dis-moi... Depuis combien de temps ne suis-je pas allé voir un forgeron ? Hum... Toujours est-il, Drake, que je ne compte pas diriger votre vie. Si vous souhaitez vous mettre à mon service, je verrais quel travail je pourrais vous donner, mais j'entends que vous vous essayiez vous-même à ce qu'il vous plaira de faire et choisissiez à la fin. Dans le cas de l'armée, je vous emmènerai à Mélior avec moi et les maîtres de chaque discipline vous évalueront respectivement, comme pour toute nouvelle recrue. Cela vous convient-il ? Ces mesures, temporairement, nous fourniront déjà un début de réponse sur votre situation."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Lun 10 Oct - 20:24


Survivant ? Barbare ? Oui, au fond, on pouvait décrire Drake ainsi. Mais tout de même, le peu de souvenirs qu'il avait rendaient mieux justice à son égard. Oui, il était actuellement un nomade avec des vêtements de peau improvisée exposant son torse nu et musclé au reste du monde, mais fut un temps où les choses étaient bien différentes. Il se souvenait de combats d'arènes, de gloire, de hurlements victorieux, de rixes à la fois violentes mais jamais mortelles... En bref, d'instants au sein desquels il était le héros du public.

« Hmpf, bon, parce-que c'est vous, My- enfin, Général, je sais que vous ne pensez pas à mal, mais... Tout de même, j'ai beau manquer de subtilité et d'éducation militaire, je me souviens quand même de mes combats de gladiateur. Ce sont même certains des seuls souvenirs que j'ai... J'ai quand même un sens de l'honneur et du combat qui vont au-delà de "agite un gourdin pour protéger un tas de viande crue". Mais bon, je peux pas vous en vouloir, vu mon état actuel, ça peut prêter à confusion. Quoi qu'il en soit, je pourrais vous surprendre, ça, j'en suis sûr... »

Oh oui, pour ce qui était de surprendre, Drake était un champion en la matière. On voyait un sauvage en tassette et on s'attendant en général à le voir se débattre comme un barbare, mais en réalité, il était bien plus talentueux que ça. Il avait tout de même suivi un entraînement martial en tant que gladiateur, il avait un instinct de survie très poussé, des talents au combat toujours plus avancés, et plus ses souvenirs lui revenaient en tête, plus il se souvenait de ce qu'il avait accompli au combat dans sa vie.

C'est alors qu'il se tint la tête... Quelque-chose lui revenait. Un souvenir pour le moins désagréable... Il était dans une ruelle, tenant un couteau, et trois personnes lui faisaient face. Drake était cette fois-ci vêtu normalement, et ses assaillants semblaient tout sauf souhaiter de bonnes choses à ce dernier. Un instant sombre après, il était au sol, la vue faible, et il entendait comme une voix distante...

« Putain... T'as failli le fumer ! T'es conscient de ce que tu fais ?! Si il claque maintenant, on va se faire éventrer ! Allez, dépouille-le et aide moi à le traîner en dehors de la ville avant que la milice se ramène... »

Ces gens... Il reconnaissait leurs voix. Ils étaient des personnes qu'il avait fréquenté, mais dans quel but ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Le sauvage se rendit compte de ce temps de vague durant lequel il avait juste fixé le vide avec un regard douloureux, se tenant le crâne, et finalement il se reprit, regardant son nouveau général.

« Désolé, un... nouveau souvenir. Ça prendra probablement du temps avant que ce genre de chose ne s'arrête. Mais ça n'empiétera absolument pas sur mes compétences. Mettez-moi face à qui vous voulez, vos plus grosses brutes ou vos bretteurs les plus fins, équipé ou complètement désarmé, en armure ou presque nu, en duel ou face à une horde d'adversaires, je n'aurais aucune peur et aucun regret. Je veux vous prouver de quoi je suis capable... Que je ne suis pas simplement un sauvage trouvé au coin d'une route. C'est ce que tout le monde pense de moi, probablement à juste titre, et je ne peux pas laisser cette image de moi me porter préjudice »

Il s'exprimait différemment... Il ne sonnait plus comme un sauvage ignorant et élancé, mais comme un combattant à la tête froide et très expérimenté. Son regard déterminé, sa posture stable et droite, ces gestes qui témoignaient d'un très rigoureux entraînement quotidien qui datait probablement d'avant sa vie sauvage... Un oeil avisé aurait sans problèmes reconnu là un véritable combattant dévoué corps et âme à son art, aussi impitoyable et brutal soit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Lun 10 Oct - 20:52

Mysti éclata d'un rire franc et simple. Il attendait cette réaction et fut plutôt ravi que son petit stratagème ait fonctionné aussi bien.

"J'espérais bien que vous protesteriez de la sorte ! Si je vous pousse ainsi c'est pour faire ressortir ce qu'il y a de meilleur, et j'avoue que cela me plaît assez pour le moment."

Fraise s'ébroua, détournant tout à coup l'attention du soldat en penchant la tête du côté de Drake. Il s'aperçut alors que le sauvage avait le regard perdu dans le vide, probablement en proie à quelques réminiscences que son accès de fierté avait ramenée au grand jour. Pour avoir déjà la chose auparavant auprès d'un amnésique après une bataille, il se fit silencieux et attendit que le moment passât. Aussitôt ses esprits retrouvés, Drake se confondit en excuses et chercha à se justifier. Le général signala à son amie qu'elle pouvait trottiner à son aise dans l'enclos d'une tape sur le flanc, puis reprit son seau avec son matériel avant de stopper ses pas devant l'ancien gladiateur.

"Cessez de vous excuser en toutes occasions. C'est une bonne chose de savoir d'où l'on vient. Une meilleure encore de savoir où l'on va si vous voulez mon avis. Disons dans deux heures, lorsque les paysans seront venus faire leur rapport sur l'état des cultures. Nous devrions pouvoir lutter sur l'ancien terrain d'entraînement. Arts martiaux, lance, épée, hache. Pensez-vous pouvoir utiliser un tome ? Monter à cheval ? Bien sûr les armes seront émoussées pour commencer, je ne tiens pas à provoquer un bain de sang."

Un sourire plus tard, Mysti ramenait son matériel l'intérieur puis ressortit pour admirer la cadence rythmée des sabots de Fraise sur le sol herbeux de l'enclos. La jument commençait à vieillir et il soupira à l'idée de devoir bientôt lui trouver une remplaçante -pour les voyages et les batailles du moins- après tout le temps qu'ils avaient passé ensemble, envers et contre tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mar 11 Oct - 18:08

Alors il le testait ? Intéressant. Le général souhaitait visiblement tenter de tirer le meilleur parti possible de Drake, et l'idée le satisfaisait un peu, au fond. Il savait qu'il faisait attention à qui il prenait dans ses rangs, et ça, c'était la marque d'un homme en qui on peut avoir confiance... Du moins, de son point de vue de combattant brutal et implacable. Et en plus de ça, il voulait voir ses compétences. Deux heures était tout ce dont il avait besoin... Effectuant un salut sommaire mais digne d'un gladiateur de haut rang, il sourit avec cet air déterminé et sûr de lui qu'il avait toujours lorsqu'on lui proposait un défi.

« Deux heures... J'y serais ! Et ne vous attendez pas à ce que je vous ménage parce-que vous êtes mon supérieur. Ça serait vous manquer de respect de pas y aller franchement... J'utilise pas de tomes ou de cheval en temps normal, mais vous pourrez me demander d'utiliser absolument c'que vous voulez ! Allez, je vais me mettre en situation, je vous dérange pas plus longtemps, général ! »

Ainsi il put aller se préparer, durant ces deux heures. Exercices physiques, un bon repas, encore de l'exercice, de la course à pied... Il ne s'était pas reposé plus de dix minutes avant son arrivée. Drake devait être en forme, et il s'était bien mis en situation. À l'arrivée de Mysti, il était en train de faire des étirements, sur l'ancien terrain d'entraînement dont il avait demandé le chemin à un paysan, ainsi que quelques foulées. Une fois qu'il l'eut rejoint, il le salua, sans arrêter ses petits exercices physiques visiblement maîtrisés

« Ah, déjà deux heures ? J'ai pas vu le temps passer. Je suis prêt de chez prêt ! »

Et vu son entrain et ce sourire malicieux et fier de lui, ses muscles gonflés à bloc et sa posture élancée et réactive, il était vraiment dans les conditions parfaites pour se battre. On en avait profité pour lui amener de vêtements moins... sauvages. Des bottes de cuir et un pantalon tout à fait standard, ainsi qu'une tassette et des gants de cuir pour lui offrir un poil plus de matière. Et puis, il aimait les tassettes... Lavé, échauffé, entraîné, il était visiblement prêt à tout et au taquet, faisant quelques flexions avec ses muscles pour les entretenir, ainsi que des foulées sur place

« Vous pouvez m'annoncer la couleur, je me suis déjà préparé à tout... Idéalement, lance ou combat à mains nues, mais vous pourriez me demander de jeter des cailloux sur des soldats en armure lourde à la hache que je le ferais quand même ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mer 12 Oct - 12:02

Mysti ne doutait pas de l'entrain que mettrait l'ancien gladiateur à prouver sa valeur, mais lorsque les paysans lui signalèrent que l'homme avait passé la quasi-totalité des deux heures laissées libre à faire de l'exercice, il ne put s'empêcher de sourire en grand. Plus que de la remise en forme, il allait se fatiguer plus que nécessaire. Au moins il n'irait pas clamer qu'il n'était pas suffisamment prêt pour l'affronter.

Pour sa part le général dépensa une part de son temps pour Fraise, avec laquelle il répétait quelques ordres de bataille appris longtemps auparavant afin de ne jamais la voir piégée dans une situation délicate, puis il se lava, enfila une bonne armure de cuir, et prit ses armes. Il s'échauffa tranquillement et décida même de rentabiliser son trajet jusqu'au terrain d'entraînement dans une acrobatie quelque insolite : en position de poirier sur la selle de Fraise, pliait et dépliait les bras en suivant le rythme nonchalant des sabots sur le chemin de terre. A sa selle, les rennes conduisaient une autre monture qui servirait à évaluer sommairement le niveau de connaissance de Drake en équitation.

La jument, intriguée par le trot du beorc autour de la piste de sable, se mit à le suivre. Elle se mit également à trottiner après quelques mètres, déstabilisant l'exercice bien rôdé du général.

"Hé, doucement ma belle !"

Mysti éclata de rire et s'accrocha fermement à la selle en pivotant de nouveau en position assise.

"Rien qu'un tour alors."

Un sifflement et Fraise partit au galop, l'autre cheval dans son sillage, le temps de parcourir un dernier tour de piste, puis Mysti la dirigea vers la clôture qui délimitait le terrain et le confia à l'un des paysans revenus des champs. Une petite foule d'une trentaine de personnes s'amassaient pour regarder, dont le père du général.

Pied à terre, le mage attendit que Drake terminât tout en enlevant le haut de son armure de cuir. Il se retrouva ainsi torse nu, à armes égales avec l'amnésique.

"La couleur ? Mais vous savez déjà tout. Arts martiaux, épée, lance, hache, tome, équitation. Et il vrai que nous pourrions ajouter l'arc, mais je serais bien en peine de déterminer votre niveau étant donné mon manque de pratique dans ce domaine. Nous nous en passerons donc pour cette fois, il s'agit d'un test informel après tout. Bien, comme vous le voyez nos gens sont en train d'arroser ce carré de terre, au centre. Nous pratiquerons les arts martiaux ici. Deux objectifs : ne pas sortir du terrain et mettre à terre l'adversaire. La boue sera notre repère. Prêt ?"

Le général affichait une mine réjouie, visiblement satisfait de pouvoir se dépenser un peu dans un cadre détendu. Il prit place à une extrémité du carré de boue, Drake à l'autre, et un arbitre vint se placer entre eux.

"Nous vous rappelons qu'il est interdit de tordre, fracturer ou déboiter les membres de l'adversaire. Le but est de maintenir dos à terre dix secondes ou de pousser au-dehors dix secondes également et uniquement cela. Si l'adversaire demande grâce, le combat s'arrête. Si aucun vainqueur n'est déterminé avant vingt minutes, c'est un match nul. Pas de temps morts, pas protestation concernant le jugement de l'arbitre. Messieurs, vous êtes prêts ? Trois... Deux... Un... Luttez !"

Les premières secondes amusèrent tous les spectateurs : les paysans avaient si bien humidifiés le terrain que les deux hommes eurent un mal fou à progresser l'un vers l'autre, comme s'ils s'enfonçaient dans un marais. Plus souple, Mysti se lança le premier vers les jambes de Drake. Il força autant que possible sur ses genoux mais l'homme face à lui était bien campé sur ses appuis. Manquant d'être soulevé du sol par sa poigne puissante, il s'aplatit ventre à terre et amena le beorc à rouler avec lui. En seulement quelques minutes de combat ils se retrouvèrent couverts de boue, l'un esquivant comme une aiguille quand l'autre résistait à ses assauts sans jamais vaciller. Les encouragements fusèrent peu à peu, d'abord en faveur de Mysti, puis petit à petit pour l'ancien gladiateur qui prenait l'avantage. Le général possédait une certaine endurance, mais la boue le fatiguait plus que de coutume dans ses mouvements, et toute sa force se retrouvait annulée par la barrière de muscles face à lui.

"Dix-huit minutes messieurs ! Il va falloir vous décider !"

Sachant qu'il ne gagnerait pas, le jeune homme décida de battre en retraite et d'échapper autant que possible à Drake pour réaliser un nul. Il entreprit donc de reculer, la poigne de l'amnésique glissant sur ses membres boueux, jusqu'à sentir son biceps immobilisé pour de bon par une clef de bras. A partir de là, la force de la nature qu'était Drake le tira en arrière et il trébucha avec un cri de surprise. Il eut beau se démener pour ne pas laisser son dos toucher le sol, une fois attrapé il ne put plus grand-chose. Il jeta un œil à la clepsydre qui comptabilisait le temps près de l'arbitre et constata qu'il ne restait qu'une trentaine de secondes à tenir. Il se débattit comme un beau diable, à gauche à droite, cherchant à faucher les appuis de Drake, à le repousser avec ses jambes ou à briser l'équilibre du haut de son corps, mais l'arbitre décréta sa défaite et il cessa toute résistance, riant aux éclats.

"Bravo, bravo ! Pfiou, je suis vaincu."

Des applaudissements saluèrent tout de même sa ténacité et la victoire de Drake, puis on vint aider les deux hommes à sortir du carré de boue et à se rincer à l'eau froide.

"La prochaine étape est la hache. Choisissez celle que vous préférez parmi ces quatre-là."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Jeu 13 Oct - 5:31


Le combat avait été ardu, mais Drake avait fini par gagner. À vrai dire, sa victoire l'avait un peu surpris, mais sans plus. Il était fier d'avoir vaincu un général, mais avant tout, c'était son expérience de gladiateur qui avait parlé. Passant un peu d'eau sur ses bras et son torse, il fit quelques étirements rapides, avant se retourner vers lui.

« Eh bien, je dois admettre que vous êtes costaud... J'ai souvenir de certains de mes combats, mais pas d'en avoir autant bavé pendant presque vingt minutes, ahah ! »

Au moins, il était plutôt enjoué, et la recrue était visiblement pleine d'énergie encore malgré un combat éreintant face au général. L'eau froide lui avait fait du bien, pour enlever la boue sur son corps, alors qu'on lui présentait par la suite quatre haches émoussées. L'une d'entre elle lui paraissait plutôt équilibrée... Il n'était pas très bon encore à la hache, mais il voulait bien essayer. Une fois en place, il attendit que l'arbitre annonça le début du combat... Avant tout de même, il se permit de prévenir le général

« Je ne retiendrais pas mes coups... Enfin, si, quand même un peu, je vais pas essayer de vous étriper sur le champ, mais... Ce que je voulais dire, c'est que je ne vais pas non plus vous faire de cadeau car vous êtes mon supérieur... Je veux réellement vous montrer ce que j'ai dans les tripes »

C'est ainsi que le combat commença. Une lueur étrange passa dans son regard, et il se jeta alors sur son adversaire. Bien qu'il le rata d'un cheveu en raison de sa maladresse à la hache, le bruit saillant de l'épaisse lame avait du être aisé à entendre pour le général. Il s'était immédiatement remit sur ses appuis pour envoyer une volée de coups, et c'était son inexpérience avec ce genre d'arme qui le rendait plus aisé à éviter. Mais ce qui était sûr, c'est qu'il était réellement frénétique lorsqu'il s'y mettait : les coups s'enchaînaient, sans qu'il ne s'épuise jamais, de petites ouvertures permettant parfois de se risquer à une attaque.

La lutte était longue, et personne ne prenait le dessus. Parfois, Mysti avait bien l'occasion d'exploiter une ouverture qui était immédiatement contrée par Drake, qui usait parfois de coups d'épaule ou de coups de pied pour se dégager de situations dangereuses pour lui. Et lorsque c'était lui qui tentait d'assener des coups, ses assauts étaient inutiles en raison de l'agilité du général. Décidément, ils étaient tous deux si différents en combat, l'un usant de la vitesse et de la ruse pour profiter de mouvements fins et précis et l'autre de la force brute et du combat rapproché en usant de tout son corps et toute sa force pour maintenir une pression énorme sur son adversaire. Ce qui était sûr, en revanche, c'est qu'un seul coup du gladiateur aurait pu mettre à terre un homme à la carrure trop peu athlétique. Mais pour cela, encore fallait-il que ses coups fassent mouche... Et il n'était pas entraîné à la hache

Vingt minutes passèrent, sans qu'aucun coup ne soit porté avec succès, entre les esquives du général Criméan et les bottes de l'ancien gladiateur. Il finit par déposer l'arme qu'il avait emprunté, se massant la nuque et souriant en coin

« Vraiment, vous êtes un adversaire formidable... Je n'ai pas souvenir d'avoir eu autant de mal depuis longtemps ! Enfin, pour le peu de souvenirs que j'ai, à vrai dire... On continue avec quoi ? »

Il lui offrit une poignée de main amicale et franche, riant alors un peu. Le plus étonnant, c'est qu'il ne semblait pas fatigué après autant de temps à se battre de façon intensive et des temps de repos aussi réduits. Mais ça, c'était l'habitude du qui-vive et de la spontanéité. Il était certes moins subtil que beaucoup d'autres combattants, mais il était absolument increvable. La douleur n'était qu'une trivialité de plus pour lui; cependant, des deux combats, une chose était remarquable à son sujet : il était certes une force de la nature attaquant avec hargne et vigueur, mais ce n'était pas un sauvage se battant maladroitement sans user du moindre entraînement martial. Il avait été entraîné de façon stricte et rigoureuse, et ça se sentait. Dans la précision de ses mouvements, dans ses réflexes de combat, dans ses pas, dans son jeu de jambes, dans sa façon de frapper et d'exploiter les points faibles de son adversaire...

Ce n'était peut-être pas un bretteur fin et agile ou un homme entraîné aux arts subtils du duel, mais c'était définitivement un guerrier entraîné profitant d'une véritable discipline de combat qui le rendait définitivement plein de potentiel. Restait encore à affiner ce potentiel avec un cadre militaire plus strict et formel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Dim 16 Oct - 15:37

Le général s'amusait comme un petit fou. Non content de l'obstination que mettait Drake à se justifier sur ses compétences et à prendre ce tournoi improvisé au sérieux, il constata avec plaisir qu'il avait vraiment affaire à quelqu'un d'entraîné, dont le corps se souvenait des mouvements de base du combat à défaut de sa tête. Mysti pouvait sentir les réflexes qui l'animaient, mais malgré tout il usait trop de sa force brute et pas assez de sa mobilité. Le mage, se sachant inférieur en carrure, compensait ainsi largement sa faiblesse physique par des esquives et des stratagèmes simples.

Le manque de connaissances évidents des deux hommes à la hache les laissa sur un match nul plutôt plaisant, où leur gaucherie donnait un spectacle plus que divertissant pour les paysans.

"Ma foi cela fait bien longtemps que je n'ai pas simplement jouté amicalement avec quelqu'un, et j'avoue que cela me manquait. Je ressens enfin un petit frisson de compétition plutôt qu'une lourde responsabilité à porter, et je m'en porte tout aussi bien. Mais ne restez pas assis sur vos lauriers Drake, je suis à peu près sûr de vous en montrer de toutes les couleurs à l'épreuve d'équitation ! En attendant, afin de creuser l'écart ou de le resserrer, nous allons nous essayer à la lance. Cette fois ce n'est pas l'un contre l'autre que nous allons nous entraîner, puisque nous n'avons pas d'armure à votre taille pour ce type d'armes, alors nous disputerons deux épreuves différents : une d'adresse avec un lancer de javelot, et une de force avec des mannequins d'entraînement."

Mysti désigna les différents accessoires mis en place par les employés du domaine tout en choisissant son arme et expliqua que les mannequins comportaient une base fixe avec le haut du corps mobile, de sorte que frappé d'une certaine façon, les coups revenaient à l'envoyeur.

Ils se positionnèrent tout d'abord derrière une ligne blanche, à quarante mètres d'une cible de taille moyenne. Le mage commença le premier, prenant son temps pour viser, équilibrer le javelot correctement et se concentrer. Il prit trois pas d'élan et l'arme décrivit une courbe plutôt gracieuse, avant de terminer sa course dans l'avant-dernier cercle extérieur de la cible, puis de se décrocher faute de puissance. Il aurait probablement harponné un mollet sur cible réelle, suffisamment pour l'handicaper sans le priver de sa mobilité. Plutôt satisfait, il fit signe à Drake de tenter sa chance à son tour et fut surpris de voir son javelot voler presque en ligne droite, jusqu'à se planter à trois centimètres du cœur de la cible. Il siffla d'admiration tandis que les spectateurs applaudissaient une nouvelle fois.

"Allez fils, ce ne sont pas tes spécialités mais tu te défends bien, l'encouragea son père, nous savons tous que tu excelles dans ce qu'il reste à venir."

Le jeune homme acquiesça, de la malice dans le regard en songeant qu'il entrerait bientôt en terrain connu. Drake pouvait bien prendre 2 points d'avance, il les lui rendrait. Ils se placèrent face au fameux mannequin et cette fois l'amnésique commença le premier. Ses frappes firent tourbillonner sa victime de paille et de cuir à une vitesse tout à fait respectable pour un soldat, tandis que les retours de bleus se faisaient assez rares. Il n'échappa pas à un ou deux coups dans les cuisses, sa vitesse insuffisante, mais il semblait ne pas sentir la douleur du tout. Le mannequin fut bientôt transpercé de toutes parts et son rembourrage se vida sur le sol. Sa performance se passait de commentaire et de nouveaux applaudissements l'accueillirent.

Mysti honora son éducation sommaire en la matière perçant par trois fois le sac de paille sans se faire toucher, puis s'emmêla dans son recul à cause du poids mal géré de sa lance. Le manche de bois se retrouva entraîné par le mouvement circulaire du bras du mannequin et le général se retrouva ainsi à plonger vers le sol à cause de son élan.

"Ah... Je vais avoir quelques bosses demain. Bien joué, Drake, je crois que nous venons de trouver votre deuxième spécialité."

Des encouragements plurent de l'autre côté de la clôture, gagnant en intensité lorsque les hommes d'armes apportèrent un râtelier garni d'épées en bois. Un petit cortège encadrant la maîtresse des lieux arriva également pour renforcer le nombre de la petite foule, et l'ambiance redoubla d'enthousiasme.

"Bien, si vous souhaitez cinq minutes de pause, c'est maintenant. Les épées étant en bois, nous pourrons nous frapper directement avec. Bien évidemment, il faut toujours éviter la nuque ou la tête afin de ne pas se blesser inutilement. Toujours pareil, un simple duel. Cette fois le but est de désarmer et récupérer l'épée adverse. Le combat continue si l'épée est au sol sans porteur. Et nous allons supprimer la limite de vingt minutes, car j'estime que c'est un exercice qui demande de feinter parfois longuement avant d'entrevoir une faille."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Dim 16 Oct - 17:07

Évidemment, à la lance, il était difficile de vaincre Drake sans être expérimenté soi-même avec ce genre d'arme. Un simple lancer de javelot de sa part était suffisant pour filer droit dans sa cible, pénétrant comme dans du beurre. Sans parler du mannequin... Il s'était entraîné longtemps contre ce genre de mannequin, et il avait appris à ignorer la douleur. Mais ce qui était à venir allait être plus compliqué, maintenant.

« Merci, général... Je suppose que j'ai du longtemps m'entraîner avec ce genre d'arme. »

Ils allaient devoir se battre à l'épée, et ça, il n'y était pas du tout formé. Il savait sommairement utiliser une hache, il était très doué à la lance, mais l'épée... C'était une quiche. Une véritable quiche sans aucun entraînement approprié, même; manipuler une épée n'était pas réservé aux gladiateurs de son genre : on le formait aux armes, mais les épées étaient bien trop coûteuses pour valoir le coup dans un combat de gladiateurs. Seuls les plus fortunés d'entre eux amenaient leurs propres épées, et Drake n'avait jamais eu ce luxe.

« Me reposer cinq minutes ? Ahah, non merci ! Je pète toujours le feu, général... J'aurais le droit de me reposer quand je serais trop amoché pour me battre, ça, c'est un fait ! »

Une fois en place, l'épée en bois en main, il s'était avancé pour attaquer... Avant d'être désarmé de façon ridiculement aisée. Clignant des yeux, son arme dans la main de son adversaire, il se massa la nuque, ricanant

« Ahah, je suppose que je suis pas très bon à l'épée... Mais je veux une revanche, je suis sûr que je trouverais une technique ! »

Alors ils recommencèrent une deuxième fois, puis une troisième... À vrai dire, il perdait si rapidement que finalement, la petite dizaine de combats qu'ils avaient effectués semblait dérisoire en terme de durée, ce qui faisait bien rire les paysans. Mais enfin, à son dixième essai, il finit par grommeler, ayant une idée de génie. Il n'avait pas utilisé sa tête... C'était un très, très mauvais bretteur, mais il avait un avantage : la force brute. Alors il s'approcha de son adversaire, effectuant une feinte grossière... Pour attraper son épée de bois par la lame et tirer dessus d'un coup sec. Il se retrouvait avec les deux épées en main, bien que l'hilarité des gens alentours confirmaient bien sa théorie comme quoi ce qu'il venait de faire était improbable en plus d'être assez drôle.

« Héhé... Ça compte, non ? Enfin... j'espère. Après autant d'essais, quand même... »

Visiblement, il était un poil essoufflé... Mais après tout, il ne s'était pas reposé une seule seconde, et ils combattaient depuis des heures déjà ! Mais il tenait encore bon, visiblement doté d'une endurance hors du commun. Une chose était sûre, il saurait tenir le choc sans trop de problèmes lorsque le moment viendrait où il aurait à combattre en conditions réelles. Et puis, il avait de l'instinct, ce qui pouvait être un très bon atout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Jeu 20 Oct - 12:45

Mysti s'attendait à avoir un net avantage dans le combat, l'épée n'étant que peu usitée hors des rangs de l'armée et de la noblesse, mais l'ancien gladiateur s'avéra d'un niveau plus bas encore qu'il l'imaginait, à tel point qu'une poignée de secondes suffit pour le désarmer. Bon prince, le général le laissa réessayer plusieurs fois, mais à chaque essai et même avec un bras dans le dos pour fausser son équilibre, il vainquait grâce à une simple feinte ou une esquive sur le côté. Drake ne réfléchissait pas en terme de stratégie et se contentait d'agiter son épée dans l'optique de toucher, n'importe où, son adversaire. La lance pouvait lui permettre une certaine lenteur grâce à son allonge, mais l'épée ne pardonnait pas à cet exercice.

Finalement, l'amnésique adopta une toute autre stratégie et attira à lui l'arme de Mysti, ainsi que Mysti avec elle, résolu à tenir sa garde jusqu'au bout. Il se retrouva à moins d'un pas de Drake, pratiquement collé à lui en vérité, qui jubilait du renversement de situation.

"En combat réel, vous auriez perdu la main. Au sens propre du terme !"

Il sourit et lâcha alors la garde de son épée pour lever les mains en l'air en signe de reddition.

"Soit, je vous accorde cette dernière passe pour votre obstination. Mais n'y pensez pas comme à une tactique valable."

Il fit signe à Drake de rendre les épées tandis que les applaudissements lui revenaient cette fois, puis il se dirigea vers un coffre de bois qu'il ouvrit avec soin. Il contenait cinq tomes, un de chaque élément ainsi qu'un de Lumière, et les moins puissants de chaque, toujours dans cette optique militaire de ne pas placer la magie n'importe comment dans des mains profanes. Sans hésitation son choix se porta vers celui de Feu et il revint se placer près de son rival d'un jour tout en feuilletant les pages.

"Comme vous le devinez, l'épreuve suivante est celle des tomes. Vous m'avez dit que n'importe quelle arme vous conviendrait, aussi j'attends de voir ce qu'il en est réellement. Pour des raisons de sûreté, nous ne conservons pas ici de magie noire, mais j'estime que ceux-là donneront un avant-goût suffisant de votre maîtrise. Choisissez celui qu'il vous plaira, ou même tous successivement si vous le souhaitez. L'objectif est de produire un sort basique et de le modeler pour lui donner une forme, rien de plus. Je vous montre."

Il prit une page au hasard, psalmodia la langue des Anciens d'un timbre fluide et clair, et la chaleur grimpa tout à coup autour de lui. Un geste de la main vers l'avant et une grande flamme jaillit de ses doigts pour prendre la forme d'un majestueux pégase, ailes déployées. Sa chaleur était si concentrée que la boue arrosée plus tôt par les paysans sécha très rapidement. Une clameur accueillit la démonstration et d'une seule voix tous se mirent à scander le nom du général.

"A votre tour, Drake."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Jeu 20 Oct - 13:37

La maîtrise de l'épée était déjà suffisamment complexe pour lui, mais alors les tomes de magie... ? Il le vit créer un pégase de feu, et ce fut à son tour de prendre place. On lui présenta plusieurs livres, et il choisit également un tome de feu. Il regarda face à lui, tenant le tome fermement, ses paupières se fermant brièvement, puis... Rien du tout. Il avait beau essayer, réessayer, absolument rien.

Quelques secondes passèrent, puis deux minutes entières... Et finalement il déposa le tome sur une table, visiblement un poil contrarié.

« Une seconde... J'vais vous montrer à quoi elle ressemble, ma magie à moi. »

Il s'absenta quelques secondes, avant de revenir avec une torche et une bouteille qui contenait visiblement un liquide quasi-opaque et jaunâtre. Il se plaça face à la boue où ils pratiquaient la magie, puis il tint la torche fermement face à lui. Il sembla alors ouvrir la bouteille et en mettre le contenu dans sa bouche, finissant avec les joues rondes et bien bombées. Se préparant, face à la zone de "tir", il cracha tout le contenu vers la torche, dans un jet continu d'huile. Un jet de flammes ample d'au moins plusieurs mètres de distance déferla en continu face à lui durant plusieurs longues secondes à mesure qu'il crachait le liquide brunâtre, ce qui était assez... impressionnant, sans utiliser de tome. En revanche, pour ce qui était du facteur "magie", ça restait complètement hors-sujet.

S'essuyant la bouche, éteignant la torche et reposant la bouteille d'huile, il avait visiblement au moins impressionné les alentours avec sa démonstration pour le moins... étrangement efficace, bien qu'inhabituelle et moins pratique qu'un tome de magie. Haussant les épaules et se tournant vers le général, il ne put s'empêcher de ricaner.

« Désolé, j'ai aucune idée de comment utiliser ces machins, alors j'ai préféré me baser sur un truc que je connais déjà... Une torche, de l'huile concentrée, et une bonne mâchoire puissante ! »

Bon, pour ce qui était du goût, il dut prendre une gourde d'eau et se rincer la bouche au moins deux ou trois fois pour ne plus avoir d'arôme infect dans la bouche. Mais bon, il était assez habitué à devoir tolérer des parfums désagréables, ce n'était qu'un de plus à supporter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Ven 21 Oct - 19:08

Au début, le jeune homme esquissa un sourire en voyant Drake récupérer le tome qu'il venait d'utiliser pour leur petit duel. Un futur rival naîtrait peut-être au milieu de ce champ d'entraînement si souvent utilisé, par temps de pluie ou de neige, de vent ou de soleil, par des générations entières de De Méline. Une certaine curiosité se changea en scepticisme lorsque le silence s'installa, Drake concentré sur le livre sans même l'avoir ouvert... Et le clou du spectacle arriva quand il se détourna complètement de l'objet magique pour aller chercher d'on ne savait où son étrange mélange et le souffler/cracher de tout son soûl. Et il semblait en être fier par-dessus le marché !

Le général le dévisagea un long moment, les yeux écarquillés, oscillant entre le considérer comme stupide, inconscient ou totalement provocateur. Le hasard ajoutait de la candeur à ce savant mélange, rendant Drake honnête jusque dans sa bêtise par-dessus le marché.

La rigueur toute militaire du mage reprit le dessus sur son amusement en quelques secondes et ses joues virèrent au cramoisi. Le gladiateur venait de jeter de l'huile sur le feu, au sens propre comme au figuré. Mysti s'approcha d'un pas vif jusqu'à lui et lui arracha le tome des mains avec une telle vivacité qu'il n'eut même pas le temps de ressentir la moindre résistance.

"Drake, jusque-là j'ai fait un effort pour ne pas me soucier de l'armée, des responsabilités que je porte et pour me détendre dans un duel tout ce qu'il y a de plus amical avec vous. Mais ce que vous venez de me montrer relève d'une telle ignorance, d'une telle outrecuidance que... AAAARH ! Comment pouvez-vous sincèrement oser une seule seconde prétendre que ceci..."

Il désigna la bouteille vidée de son contenu et la torche désormais éteinte.

"... ait une once de point commun avec de la magie ! Je ne vous demande pas de faire le saltimbanque mais de me prouver que vous avez des compétences ! Des COMPÉTENCES !"

D'un geste sûr, Mysti rouvrit le tome et lut les lignes qu'il connaissait par cœur en quelques secondes. Les yeux qu'il reposa sur Drake brillaient d'une flamme rouge et bientôt tout son corps en fut auréolé. Il tendit une main en direction de l'aire de sécurité puis lança son sort sans même regarder. Une colonne de flamme jaillit de sa paume et traversa le terrain jusqu'à l'extrémité opposée des clôtures. Cela n'avait plus rien de commun avec sa démonstration précédente et surpassait de bien loin le petit numéro du lancier.

"Voilà ce que j'appelle de la magie ! Si vous étiez l'un des hommes sous mon commandement direct, sachez bien que vous seriez suspendu pour votre provocation, rétrogradé pour votre manque flagrant de sérieux, et renvoyé chez les instructeurs des novices pour l'ignorance que vous venez de prouver de votre plus grande bonne foi. Je préfère que mes hommes reconnaissent humblement qu'ils ne savent pas utiliser une arme plutôt que de tenter de prouver à tout prix qu'ils sont dignes et de se retrouver lamentablement discrédité aux yeux de tous. Le jour où ce genre d'âneries survient sur un champ de bataille, des centaines d'hommes peuvent en faire les frais ! A cause d'un seul !"

Mysti appuya particulièrement sur les derniers mots, son souffle s'épuisant alors tant il avait égrené les syllabes sans s'arrêter et avec toute la conviction qui habitait son être. Il se détourna de Drake et reposa le tome dans le coffre avec ses semblables avant de le verrouiller lui-même.

"Remettez les scellés en place et rangez-le. J'ai la preuve que nous n'en aurons pas besoin le moins du monde."

Les paysans s'entre-regardèrent, un peu hébétés par la soudaine colère -bien que compréhensible- du jeune maître. Plus personne n'osait parler, pas même le duc et la duchesse. Un regard de leur part suffit à faire comprendre au jeune homme que son coup de colère dépassait sa pensée et il chercha aussitôt à maîtriser son feu intérieur. Il expira un grand coup puis fit volte-face pour aller marcher un peu plus loin pendant un moment et se calmer.

Plongeant dans ses pensées, il réalisa qu'à force de consacrer ses efforts vers le vent, il négligeait ses propres flammes, cette colère qu'il devait extérioriser régulièrement pour ne pas imploser. Établir un équilibre dans sa façon de vivre entre deux forces si complémentaires et opposées à la fois demandait une expérience qu'il ne possédait pas. Malgré les conseils d'un bon maître, il se considérait toujours comme un jeune apprenti manquant de pratique.

"La magie est une voie assurément difficile, quoi qu'on en dise..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Ven 21 Oct - 20:10

Drake n'aimait pas qu'on le sous-estime. Il était certes encore indiscipliné, mais pas assez stupide pour commettre ce genre de chose sur un champ de bataille réel. Il avait simplement voulu plaisanter un coup... Et ça avait été très visiblement mal pris. Très mal, même... Il ne savait pas utiliser de magie, mais il n'avait jamais pu se permettre de l'apprendre. Le simple fait d'avoir pu garder la vie était déjà assez dur comme cela. Après son sermon, il laissa un silence, le regardant dans les yeux... Puis il finit par parler, d'une voix étonnamment calme et ordonnée.

« J'ai failli à mon devoir. Ça ne se reproduira plus. J'ai voulu plaisanter légèrement, et j'ai commis une erreur. Vous avez toutes mes excuses. »

Son ton était à la fois sec et franc, bien qu'on sente que ce qu'avait dit le général ne lui plaisait pas vraiment. Il se faisait traiter tel un idiot incapable, alors que pourtant il venait de lui prouver certaines compétences martiales, et pourtant, il venait d'être mit plus bas que terre. Le général parlait de pertes de masse, mais il parlait sans le connaître. Et même pire, ce qu'il avait prit pour une plaisanterie simple et inoffensive l'avait mit dans tous ses états.

Drake n'était pas quelqu'un de naturellement discipliné, n'ayant jamais reçu d'éducation militaire. Mais il savait faire une chose qu'il ne trouvait pas chez le général : maîtriser à la perfection l'état de son corps et de son esprit. Il aurait pu se jeter dans les flammes sans montrer le moindre signe de la douleur qu'il éprouvait, tout comme il aurait pu même prétendre se montrer joyeux aux dires de son supérieur direct.

Son comportement avait changé de façon radicale. Une chose un peu suspecte avait pu se démarquer... Il semblait être très changeant, obéissant, mais aussi presque bipolaire. Son attitude ne restait jamais figée, et il faisait fi de tout ce qui l'entourait pour pouvoir contrôler son propre esprit. Finalement, alors que le général était un peu éloigné, Drake était non loin, proche du village. Il s'approcha, ses pas l'annonçant, un signe de main confirmant son arrivée.

« ... Si je puis me permettre une simple remarque, maintenant que nous sommes à l'écart des oreilles indiscrètes... Ne prenez surtout pas ce que je vais vous dire comme une critique, mais je me destine hypothétiquement à intégrer votre garde rapprochée un jour. Mon devoir n'est pas seulement d'être le bouclier contre les coups qui vous sont destinées, mais aussi de préserver votre esprit de tout ce qui pourrait le détruire à tout jamais.

Je ne peux pas prétendre même égaler votre sagesse. Après tout, je suis juste un sauvage amnésique et sans aucune discipline. Mais vous laissez trop des émotions comme la colère outrepasser votre jugement... Mais en tant qu'aspirant gardien, un de mes devoirs est aussi de vous protéger de vous-même. Je ne peux pas vous laisser vous faire du mal. »

L'ironie, c'est que celui qui aurait pu être blessé - et à juste titre - des paroles du général, c'était bien Drake lui-même. Ses mots l'avaient rabaissé plus bas que terre au rang d'ignare sans cervelle, et bien que ses souvenirs ne fassent de lui quelqu'un d'ignorant sur beaucoup de points, le bon sens ne dépendait pas entièrement de l'érudition. Il lui lança un sourire amical, tant bien que mal, essayant au moins de lui redonner un peu de gaieté malgré cette rage qu'il venait d'exprimer.

Ses conseils étaient honnêtes, et on le sentait parfaitement sérieux et bienveillant dans ses intentions. Le secret le plus noir derrière ses paroles, ça pouvait être au mieux la douleur qu'il devait encore une fois supporter pour les autres. Mais si c'était le prix à payer pour redonner un sens à sa vie... Il le paierait mille fois si nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Sam 22 Oct - 17:48

Quelques minutes. Ce temps de répit à Mysti de redevenir l'homme posé et courtois que la maisonnée connaissait, avant qu'un bruit de pas ne parvînt à ses oreilles, dans son dos. A la cadence qu'il ne reconnaissait pas, il sut que Drake approchait et ne fut donc pas surpris en se retournant de sa présence. Il lui adressa un regard contrit et le laissa parler, puis posa la main droite sur son cœur et s'inclina légèrement, à la manière des chevaliers.

"Je vous prie d'accepter mes excuses pour ce débordement Drake. D'aucuns vous le diront ici, ce n'est pas coutumier de ma part. Je n'avais ni le droit ni le motif nécessaire à vous parler de la sorte, car vous n'êtes ni sous mon commandement direct, ni censé être un mage qualifié. Bien que vous souhaitiez ardemment vous placer sous mes ordres, officiellement vous n'êtes encore rien dans l'armée pour le moment. Et en tant que tel, j'aurais dû réagir en civil plutôt qu'en général."

Il se redressa et posa un regard bien plus détendu sur l'amnésique, bientôt souligné d'un sourire un peu faible, mais sincère.

"Vous venez de me dire là la chose la plus sensée depuis que je vous connais, et j'espère avoir l'occasion d'entendre d'autres discours de ce type. Toutefois j'aimerais clarifier un point pour que nous repartions sur de bonnes bases après ce petit incident... Je ne vous vois pas comme un incapable sans aucune discipline. Il y a du potentiel en vous Drake. Certainement pas en magie, on ne peut être doué en tous les domaines, mais il y en a. De cela je suis sûr. Et si j'ai parlé d'ignorance, croyez bien qu'il ne s'agit pas de votre personnalité tout entière.
Voyez-vous, j'ai cherché apprendre la magie depuis tout jeune... C'est un entraînement difficile, peut-être même plus que la voie des armes oserais-je dire, car il faut entraîner le corps autant que l'esprit. Il faut apprendre la langue des anciens, apprivoiser la magie et la contrôler en permanence, pouvoir déchaîner des forces monumentales pendant les combats et les garder enfermées pendant les temps de paix...
Bref, je vous épargne les détails. Cependant sachez qu'à mes yeux, la magie est bien plus qu'un simple livre, un outil ou une arme. On ne la range pas dans un fourreau ou sur un râtelier quand on a terminé de s'en servir, elle est une part de chaque mage tout autant que du monde. Sa pratique est un art tout autant qu'un rituel sacré, l'expression la plus profonde de son être et, dans le cas de l'Anima, de la Nature qui nous environne. Une torche et de l'huile... n'égaleront jamais cette intensité. Je suis sûr que vous le comprenez parfaitement. Et encore une fois je suis navré de mon comportement. Voyez-moi comme un brasier qui doit sans cesse lutter pour continuer à brûler sans blesser autrui. Aujourd'hui j'ai failli. Demain la lutte se poursuivra.
"

Un hennissement rappela à Mysti que deux chevaux ainsi qu'un public indécis attendaient leur retour. Il engagea Drake à le suivre d'un simple signe et reprit tout en marchant :

"Je dois dire que votre conseil m'amuse quelque peu. Jusque-là on m'a toujours reproché de garder mes sentiments pour moi, de ne pas extérioriser suffisamment. J'espère ne pas décevoir la confiance que vous placez en moi. Elle est encore bien loin de suffire à faire de vous l'un de mes gardes rapprochés, je vous le dis en toute honnêteté. Les hommes qui occupent actuellement cette place sont non seulement des soldats d'élite émérites, mais aussi des frères et sœurs d'armes entre les mains desquels je remettrais ma vie les yeux fermés. Devenez l'un d'eux, et je reconsidèrerai la question, mais ne perdez pas de vue que je ne suis guère l'homme le plus important du monde... Avant tout, c'est Criméa qui doit être protégée. S'il faut tomber pour elle, je n'hésiterai pas à donner ma vie, qu'importe qu'on veuille la protéger ou non."

Ils arrivèrent de nouveau près du terrain d'entraînement, sous le souffle coupé des paysans et du couple ducal.

"Nous nous arrêterons à un match nul. Drake a remporté 2 épreuves et moi-même 2 autres. Ce sera tout pour aujourd'hui, vous pouvez rentrer chez vous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
Drake
avatarBeorc


Messages : 70

Feuille de personnage
Niveau:
17/60  (17/60)
Points d\'Expérience:
74/100  (74/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Lun 24 Oct - 0:06

Au moins, les mots du gladiateur avaient su apaiser un peu l'esprit du général. En même temps, ils avaient vécus dans deux milieux diamétralement opposés, avec chacun leurs obstacles et leurs avantages. Drake avait vécu dans la misère et l'insécurité, mais il était libre de toute contrainte et pouvait vivre sa vie comme il l'entendait. Mysti avait profité des privilèges d'une vie confortable grâce à ses origines nobles, mais il était devenu prisonnier de ses responsabilités et on en attendait toujours plus de lui.

C'était cette différence, au final, qui pouvait les rendre si puissants ensemble. Chacun pouvait montrer une autre facette du monde à l'autre, pour le rendre plus fort. En l'entendant parler de la magie, il comprenait ce qui avait pu l'énerver à ce point, même s'il ne put s'empêcher d'expliquer son point de vue... Celui qu'il avait avant son explication, du moins.

« Je vois que j'ai pas bien compris avant ça ce que la magie était réellement... Vous devez comprendre, en même temps - attention, ce que je vais dire est à prendre avec un énorme grain de sel - que pour la plupart des gens non-éduqués comme moi, la magie a l'air d'être une sorte d'art incompréhensible qui permet de matérialiser les éléments. Évidemment, vous venez de me prouver que c'était faux... Mais aux yeux d'un simplet comme moi ou comme n'importe quel homme du peuple, il faut beaucoup de recul pour comprendre ça. Mais ne prenez pas vos origines nobles comme une critique... Certains abusent de leurs privilèges, mais d'autres les utilisent pour rendre le monde meilleur. Vous, j'ai la conviction que vous faites partie de la deuxième catégorie, et bon sang que j'ai l'impression que c'est une première pour moi de dire ça. »

Après un sourire sympathique, Drake poursuivit en l'entendant parler de ses sentiments trop intériorisés. Il ne put s'empêcher de ricaner gentiment, sans aucune moquerie, avant de lui répondre tranquillement

« Bah, c'est pas mal d'extérioriser... Disons simplement qu'il peut être plus bénéfique pour vous de savoir tempérer sans retenir tout ce que vous avez sur le coeur. Aussi, je suis conscient de la difficulté de la tâche consistant à devenir un de vos gardes rapprochés. On ne se connait presque pas, et je suis encore un peu sauvage sur les bords... Bon, d'accord, même au centre je le suis encore carrément. Mais s'il faut que je fasse mes preuves, je les ferais. Et promis, plus d'entourloupes de saltimbanque... C'était un peu stupide, maintenant que j'y repense, j'aurais pu me contenter de reposer le livre et hausser les épaules. Visiblement, quoi que j'ai reçu comme éducation autrefois, ça n'incluait rien qui me permette d'utiliser ce genre de chose. Je suppose que je vais devoir rester sur la bonne vieille voie des armes... »

Haussant les épaules et souriant en coin, Drake le suivit pour revenir au terrain d'entraînement. Au moins, la tension semblait être immédiatement redescendue entre eux et ils étaient de nouveau en de bons termes. Il put rentrer aux baraquements, une fois son entrée officielle au sein de l'armée réglée. Il n'était qu'une recrue, officiellement, mais il savait qu'il aspirait à bien plus que cela. Il ne souhaitait pas le sang, la gloire et la fortune, mais la connaissance, la puissance et trouver un sens à sa vie. Et la seule personne qui avait jusque-là daigné l'aider dans cette démarche... C'était Mysti, général de l'armée Criméane. Ce dernier avait placé sa confiance en lui et lui avait permis d'intégrer les rangs militaires. Le gladiateur avait intérêt à ne pas le décevoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarBeorc


Messages : 289

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
91/100  (91/100)

MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   Mar 25 Oct - 13:32

Le départ précipité de Drake mit quelque peu mal à l'aise les habitants du manoir, et notamment Mysti qui se trouvait être l'une des causes directes. Le gladiateur avait insisté pour se présenter à Melior dans les plus brefs délais, refusant une hospitalité plus prolongée, et puisqu'il ne savait pas monter à cheval, devait cheminer pendant plusieurs heures à pieds. La famille insista au moins pour lui offrir un dernier repas avant son départ et lui fournir une carte de Criméa avec les meilleurs itinéraires, tandis que le général rédigeait à son attention une lettre de passe pour informer ses officiers de son intention de le prendre à l'essai. Prétendre venir de la part de Mysti sans montrer patte blanche avec au minimum son sceau inscrit dans un document officiel aurait produit un bien mauvais effet, voire valu un séjour en détention dans les prisons criméanes pour tentative d'usurpation de droits... A y repenser, l'ancien gladiateur, "sauvage" comme il disait, aurait à apprendre également les procédures administratives et hiérarchiques à respecter. En attendant, son insouciance risquait de lui jouer quelques tours.

Pour sa part, le mage profita du reste de son séjour en famille. Ces quelques jours lui permirent de retrouver une atmosphère calme et détendue comme il n'en avait plus connue depuis un bon moment. Aux repas on ne parlait plus d'Elincia comme une reine mais comme d'une amie, et on évoquait des souvenirs d'enfance comme dans n'importe quelle autre famille.

Le moment venu, la garde rapprochée revint de Melior comme il était convenu. Le chevalier attela tranquillement Fraise pendant qu'on rafraîchissait leurs chevaux et leurs gorges asséchées par la poussière, vérifia ses armes et son armure de cuir, fit ses au revoir. Le forgeron de la campagne environnante avait remplacé les vieux fers de sa compagne de voyage par d'autres flambants neufs qui semblaient bien convenir à la jument trépignant déjà d'impatience.

"Mysti, pourrais-je te parler un instant ?
-Bien sûr Père, qu'y a-t-il ?"

En relevant la tête, le Criméan fut surpris de voir un étalon magnifique, déjà harnaché, que le duc tenait par la bride face à lui. Un sourire mi-attendri et mi-inquiet étirait les traits de l'homme aux yeux noisettes. Il flatta la bête sur le museau, sa magnifique robe intégralement noire tout à l'opposée de celle de Fraise.

"Je voudrais te donner ce jeune fougueux. C'est un coursier, tout comme ta protégée.
-Me le donner ? Mais pourquoi ? Et pourquoi maintenant surtout ?
-Je vais te le dire sans détour : tout comme nous, Fraise vieillit. Je sais que tu l'as nourrie depuis qu'elle est toute jeune pouliche et que la séparation sera difficile, mais ses jours s'éteindront avant les tiens, et tu le sais bien. Comme nous savons, ta mère et moi, que tu ne te sépareras d'elle pour rien au monde, nous voulions une alternative pour toi. Elle est encore solide aujourd'hui, mais elle n'est pas taillée pour la bataille. Cet étalon pourrait la remplacer pour tout ce qui concerne les manœuvres militaires, la diplomatie, les escortes... et Fraise deviendrait ta jument d'agrément, pour te reposer et partager du temps avec une amie. Et nous nous doutions que si nous t'en parlions au début de ton séjour, tu trouverais un prétexte pour refuser maintenant.
-Une idée de Mère je suppose.
-J'ai eu l'idée du cheval, et ta mère du stratagème, si je puis dire."

Un triste sourire se dessina sur le visage du général, dont le regard croisa celui de sa jument. Celle-ci pressa sa tête contre son épaule sans protester, l’œil brillant d'intelligence. Au fond, ils avaient raison, et Mysti repoussait la perspective de peur de la voir s'éloigner de lui.

"Essaie au moins, s'il te plaît. Passe du temps avec lui, vois si tu peux le dresser à ta convenance. Il est encore jeune, il a 1 an à peine, et de toute façon les coursiers ne doivent pas mourir au combat. Il sera plus à même de fuir avec sa vigueur. S'il ne te convient pas, tu pourras le renvoyer ici, nous ne t'en tiendrons pas rigueur. Mets-toi un peu à notre place : le temps pour nous vient de penser à la transmission. Nos biens, nos terres, notre héritage, notre fils... Pour que tout se déroule au mieux quand nous ne serons plus là, tu dois rester sauf, et pour ta sécurité nous veillons à ce que toutes les chances soient de ton côté. Mon garçon...
-Ne parle pas comme si vous alliez mourir bientôt... Si c'est aussi important pour vous j'accepte, mais je t'en prie... Je veux vous voir vieux et plein de santé. Je veux pouvoir encore vous serrer dans mes bras longtemps, et venir vous dire adieu sur un lit de mort où vous sourirez ensemble.
-Puissent les déesses t'entendre Mysti. En échange, il ne faut pas tu meures jeune. Promis ? Tu prends tant de risques.
-Promis."

Les deux hommes s'étreignirent d'un même mouvement, sous le regard des deux chevaux et de la duchesse restée à l'entrée du box, son regard bienveillant les observant avec tout l'amour du monde.

"Comment s'appelle-t-il ?
-Je l'avais nommé Astero, mais je suppose que tu peux lui trouver un nouveau nom pour commencer votre parcours ensemble.
-Non c'est très bien. Astero. Merci Père. Merci à vous deux."

Mysti reprit donc le chemin de Melior accompagné d'un nouveau camarade, en songeant qu'il recevait autant de mains qu'il en tendait à chacun de ses pas. Un peu amer à l'idée de la succession annoncée, il sourit tout de même en partant, l'image de cette merveilleuse famille cachée dans un recoin intime de son esprit.

Les pêchers resplendissaient toujours et le soleil brillait encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kereitsu.skyrock.com/
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une bête prise au piège [PV. Mysti] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission] Prise au piège
» C'est une grande bêtise de la part de la souris, une fois prise au piège, de ne pas dévorer le lard qui la leurra [Livre II - Terminé]
» Prise au piège | Guilhem
» Prise au piège? [libre]
» Prise au piège d'une chaleur ardente. [Examen | Terminé. ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Criméa

 :: Lieux Divers
-