AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Thérapie anti-dépression [PV : Kerorian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kerorian
avatar


Messages : 1226
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
12/20  (12/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Thérapie anti-dépression [PV : Kerorian]   Sam 15 Oct - 11:18

Hmm...le vin semblait avoir eu un effet fort dévastateur sur la jeune noble, qui répondit pas mal à côté de la plaque à sa question. Ou bien était-ce une constante féminine ? Le Rôdeur avait l'impression qu'aucune des femmes qu'il ait pu connaître ne savait faire quelque chose de simple et clair à la fois...bon, faut dire aussi qu'il n'a jamais rencontré une femme qui ne lui pose pas simplement des emmerdes.
Assoiffée par la consistance épaisse de la boisson, la Marquée se rua sur une cruche d'eau, y buvant avidement avant de se laisser tomber sur le lit...et d'avoir l'air d'une fillette en plein bonheur. Hé ben, encore une chose de plus qui le séparait des gens normaux, qu'importe où elle-même se situait, car tandis qu'elle semblait d'adoucir, rire et se relaxer d'une façon aussi étrange qu'efficace, lui n'avait jamais obtenu que drame et catastrophes quand il avait goûté à la boisson.
Brièvement, il jalousa cette minuscule femme. Qu'avait-il donc bien pu faire de mal dans cette vie ou une autre, pour qu'avant même qu'il ne tende la main vers son destin de sang et de noirceur il soit déjà damné ? On ne lui avait jamais permis de prendre du bon temps vraiment, d'être tout simplement...comme les autres. D'avoir des amis, une p'tite famille peinarde, de pouvoir rire et s'amuser, picoler jusqu'à en oublier son nom parce que c'était drôle ou même tout simplement avoir le droit de dormir, d'avoir une vraie nuit de repos.

Ses mains commencèrent à se crisper sur les accoudoirs de son propre siège, faisant grincer le bois, alors que l'envie de planter ses crocs dans la blanche gorge de la noble réveillait ses sens. Ce sentiment déchirant, brûlant, cette horrible faim qui le déshumanisait...était pourtant la plus vive des sensations, et la plus superficielle.
Son attention se détourna lorsqu'il réalisa que Pandora était tout bonnement en train de se déshabiller. La vue de ce corps nu, aux charmes certains, dans une totale innocence lui donna le temps pour reprendre ses esprits. Il connaissait bien cette faim, cette jalousie qui lui donnait envie de prendre, de voler ce que les autres possédaient et qu'il n'aurait jamais.
Repoussant pour le moment cette faim égoïste, le Rôdeur s'approcha un peu. Bien évidemment il avait eu droit à l'apparition éphémère de deux magnifiques pamplemousses de compétition, mais il n'avait plus ni l'intérêt ni l'humeur de s'y intéresser. Cette indifférence pour cette véritable petite princesse lui fit se poser plus de questions que jamais, en particulier lorsqu'il songea à ce que serait devenue sa vie si c'était elle qu'il avait rencontré plutôt que Liyu, à cette époque.

Pour une fois, ne serait-ce qu'une seule fois, Kerorian s'assit près de la jeune fille et la contempla. Il revit ces scènes illusoires qu'il aurait aimé vivre, des petits moments tout simples, avec sa petite famille, où il aurait pu broder sa fille quand elle réclamait encore des histoires ou bien faisait sa difficile en préférant jouer que dormir même lorsque la lune était déjà loin dans la nuit.
Oui, c'était ça qu'il aurait aimé connaître avec Liyu. Le plaisir le plus élémentaire de s'occuper des siens, de passer la nuit à faire rêver une enfant ou à la dorloter, de la regarder grandir jusqu'à mener sa propre vie, pleine de rêve et de vaillance, puis de couler des jours tranquilles avec une tendre femme...


"Pour moi, tu es une fille comme les autres tu sais. Tout ton or ou ton éducation ne changeront jamais le fait que tu sois humaine..."

Ce rêve qui lui serait à jamais inaccessible...juste un fantôme illusoire, un fantasme perdu dans la brume et qui ne verrait jamais le jour. Non pas parce qu'il avait rompu avec Liyu, ce ne sont pas les femmes qui manquaient...mais parce que ce n'était pas pour lui. Il n'était pas destiné à fonder une famille, encore moins à l'élever, et certainement pas d'aimer ça. Le bonheur d'une vie simple et heureuse, avec une routine délicieuse et un amour partagé...n'était pas pour les tueurs.
Jamais il ne donnerait la vie, et jamais il ne trouvera sa véritable ascension en la protégeant. Le Rôdeur se savait damné, mais moins par son épée qui ne faisait que troubler et fragiliser ses pensées que par son orgueil martial. Enlacer une femme, broder sa fille...cela aurait bouché une dent creuse pendant...un mois, un an ? Une perte de temps.

Mais pour une fois... Le vagabond laissa au placard la guerre et ses arts, le temps d'une nuit et tendit la main pour la caresser lentement la tête de Pandora pendant qu'il le pouvait encore. Cette soirée prendrait très bientôt fin, et Kerorian doutait d'accepter de tolérer être débordé par ces émotions douloureuses une fois de plus.
Alors oui, juste au moins une seule fois, il voulait avoir le sentiment de vivre comme quelqu'un de normal, juste une fois...avant de reprendre sa marche vers la nuit.




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 106

Feuille de personnage
Niveau:
21/60  (21/60)
Points d\'Expérience:
64/100  (64/100)

MessageSujet: Re: Thérapie anti-dépression [PV : Kerorian]   Dim 16 Oct - 16:21

Sentant le poids de Kerorian enfoncer le matelas à mes cotés, j’entrouvrai les yeux pour le regarder à travers le filtre de mon ébriété. Le fait qu'il se permette cette audace aurait dû me mettre en colère, mais je ne trouvai pas en moi de quoi alimenter un tel sentiment. Je me sentais soudainement lasse. Je grognai néanmoins en sentant sa main sur mes cheveux, l'écartant d'une tape un peu maladroite. Heureusement qu'il n'avait pas bu comme moi, sinon j'aurais été fine... Je me sentais incapable de me défendre en cet instant.

- Nah... Suis pas normale... C'nul d'être normale...

Je disais vraiment n'importe quoi. Me couvrant mieux avec les draps de mon lit, je m'y roulais en boule. Cela faisait une éternité que je n'avais pas fait de sieste... Dormir l'après-midi était jusqu'alors resté hors de ma portée. J'étais bien trop occupée. Mais dans mon état actuel, je n'étais pas en état de faire quoi que ce soit, et les papiers qui attendaient encore sur ma table de travail devraient attendre.

- Vais dormir... surveille pendant ce temps...

Mes mots avaient étés mâchés. J'avais l'impression que ma langue s'était faire de plomb, que ma salive était une huile épaisse et poisseuse. Ainsi emmitouflée dans mon épaisse couverture de plumes, je me laissai aller à somnoler, mon esprit dérivant sur mille et un sujets. De mon père et ses vues sur la successions, à ma mère qui allait de plus en plus mal chaque jour qui passait, en passant par la charge toujours plus importante dans la gestion de nos domaines que j'assurais, je me laissai néanmoins aller à repenser à ce petit instant de plaisir vécu dans la matinée, quand mon père s'était pris le gantelet d'acier de mon garde du corps.

C'est sur un léger rire que je m'endormis finalement.



Thème musicale de Pandora : ~Le bal des vipères~
Ma couleur : Ivory
Moi, Pandora de Cendrefer, grande vainqueur du Grosbill Award, catégorie "personnage le plus parfait":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Kerorian
avatar


Messages : 1226
Age : 22
Localisation : Pas là en tout cas...

Feuille de personnage
Niveau:
12/20  (12/20)
Points d\'Expérience:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Thérapie anti-dépression [PV : Kerorian]   Lun 17 Oct - 19:24

Visiblement, même ivre morte, Pandora faisait mine de conserver un minimum de "dignité" en chassant sa main. Cela dit, elle ne paraissait pas s'en offusquer plus que ça, préférant plutôt passer rapidement au sujet de son avis à propos de la "normalité". Une réponse qui aurait presque pu faire sourire le Rôdeur, cela dit il jugeait tout de même cette enfant comme ce qu'elle était, une fillette qui vivait juste dans un cadre différent. Juste une Marquée avec de l'argent et une façade sociale...preuve en était qu'elle cachait son stigmate au lieu de l'afficher fièrement.
Lui en revanche, n'avait plus le droit d'espérer un retour à la normale...mais il ne pensait pas devoir l'envier pour autant.

La gamine commença à se rouler en boule dans ses draps, succombant visiblement à la torpeur d'une alcoolémie sévèrement élevée alors qu'elle lui ordonnait de surveiller pendant son repos.
Son petit moment de "tendresse" passé, Le Rôdeur se releva, ajustant ses diverses plaques d'armures en gardant son oeil solitaire rivé sur la petite noble. Protéger et veiller hein, encore et encore...c'est vrai qu'il trouvait un certain plaisir à assister autrui parfois, à garder de frêles "innocents". Après tout, c'était les valeurs que son maître lui avait inculqué. Être serviable, dévoué, généreux...de belle valeurs en effet.
Mais elles appartenaient à un jeune fou qui avait succombé à son destin.


"Dors bien, petite Pando."

A nouveau solitaire, le sommeil de la Marquée signant le retour du silence et de son face à face avec lui-même, Kerorian retrouva ses sinistres habitudes, se calant dans un coin de la pièce, la main posée sur son arme et laissa ses pensées l'envahir, cherchant autant de questions que de réponses dans ces échos sombres qui l'appelaient à abandonner pour de bon cette vie servile et émotive.
Après avoir perdu celle qu'il pensait aimé, le Rôdeur avait peut-être trouvé en son employeuse une remplaçante de choix. Peut-être que quelque chose aurait pu naître de tout ça, à divers degrés, s'il avait osé peut-être faire un pas sur l'un de ces chemins ou l'autre. Ce sentiment qui serrait sa poitrine, cette petite chaleur qui réveillait ses sens et sa souffrance...prouvait bien qu'ici, il aurait pu se raccrocher à son humanité. Et c'était là qu'il craignait les lendemains et qu'il comprenait que pour lui, les rêves c'était fini.
Cela ne l'intéressait pas le moins du monde.


"Profite de ton innocence pendant qu'il est encore temps..."

Son oeil écarlate jeta un regard par la fenêtre. La journée était bien avancée, mais le crépuscule s'annonçait encore lointain, bien que cela ne change rien à sa veille solitaire et à ses sombres pensées. Il resterait là, à veiller sur cette fillette qu'il aurait autrefois adoré mieux connaître et aider à devenir quelqu'un de bien qui ferait de grandes choses.
Il resterait là...pour le moment.




"Il y a...des ombres...dans ma tête..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Thérapie anti-dépression [PV : Kerorian]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Thérapie anti-dépression [PV : Kerorian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» Dépression totale (Pv: Miwako)
» Indicateur pression d'huile
» Club anti-mathématiques ! =3
» L'Anti-seiche du Poulpe. 10/09 Septembre 2011.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Daein

 :: Nevassa
-