AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Être ou ne pas être? [Blaze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Callie
avatarBeorc


Messages : 210
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
14/60  (14/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Être ou ne pas être? [Blaze]   Sam 30 Avr - 17:20

« Être ou ne pas être.

Que fais-tu, Maë ? Où vas-tu ? Tu erres, sans but, à attendre que la vie t’emmène quelque part, t’apporte une nouvelle aventure. Tu sais, ça ne marchera pas à chaque fois ? Un jour, la vie s’épuisera de te pousser, tu devras chercher par toi-même. Ce jour-là, comment feras-tu ? Tu te recroquevilleras en attendant de trouver un nouveau vent ? As-tu totalement lâché prise ? Chercher des étoiles, est-ce vraiment toi ? Ce que tu veux ? Regarde-toi, tu as encore longé les frontières de Begnion, sans véritable but, sans savoir ce que tu devrais faire. Il serait peut-être temps d’y réfléchir, non ? À moins que tu ne veuilles mourir d’ennui, enfermée dans une bulle de solitude, sans personne pour jamais t’en sortir. Il est parti, c’est fini. Si tu continues, tu auras fait plus de tours du monde que ces chercheurs, sans rien trouver. Est-ce vraiment ça, ta vie ? Ce à quoi tu aspirais ? Les étoiles dans tes yeux, quand tu regardais le ciel, c’était pour ça ? Pour tourner en rond comme une débile ? Amusant. Déprimant.

Pointless, this is pointless.

Tu soupires, tu t’oublies dans cet océan de songes, à la recherche de ton toi disparu. Tu voles, libre, ce que tu voulais il y a bien longtemps. Pourtant, la liberté t’étouffe. Contre toutes attentes, ce que tu aimes le plus te détruit. Paradoxal.
Tu changes de direction, tentant désespérément de chasser toutes ces idées noires. Tu te rends à l’évidence : tu ne sais plus quoi faire. Ce monde t’ennuie. Ta solitude t’ennuie. Le manque d’activités t’ennuie. Tu dois bien trouver quelque chose à faire, non ? Le monde est si vaste, avec tellement de personnes et de choses différentes, comment peux-tu t’ennuyer ? Peut-être est-ce à cela que servent les métiers ? Les gens qui travaillent à longueur de temps, qui s’y épuisent parfois, est-ce que ces gens-là ne s’ennuient pas ?

Tu te poses sur une branche pour admirer le ciel. C’est probablement ce que ce monde a de plus beau. Immobile, silencieuse, tu attends. Encore ?
Tu penches la tête, pensive. Qu’est-ce que tu pourrais faire, hein ? Tu es un oiseau, tu vois loin, tu peux voler, aller où tu veux si facilement. Puis tu as un bec, des serres. Tu es un prédateur. Beaucoup de gens à Kilvas t’auraient dit de devenir une voleuse, comme tous les autres. Une stupide bestiole à la recherche de petites babioles brillantes, prêtes à mourir pour un saphir. Ce n’est pas toi. Tu es cet étrange corbeau répugné par les pillages. Alors tu es partie. Tu voulais voir le grand monde, le beau monde.

Des bruits de pas attirent ton attention, te sortent de ta rêverie. Tu tournes la tête, intriguée. Une démarche lente, un corps lourd s’approche. Tu tends l’oreille, attentive. Jusqu’à ce que le corps tombe.
Tu te redresses et t’élances en direction des sons.
Un homme. À terre. Blessé de toutes parts, dans un état pitoyable. Il est sacrément amoché, celui-là. D’où vient-il ? Comment a-t-il atterri ici, dans cet état ? Tu regardes autour de toi, attentives aux autres détails. Personne en approche, mais une odeur de fer te pique les narines. D’un coup de patte habile, tu le soulèves, apercevant de nombreuses traces de sang. Eh bein il vient de loin !

Tu soupires à nouveau. Toi qui t’ennuyais, la vie vient de t’envoyer un message. Réfléchis Maë, tu as peut-être une idée de ce que tu devrais faire. N’est-ce pas génial ?
Tu revêts ta forme humaine puis lui appliques les premiers soins. « Ne bouge pas. Tu ne me connais pas, mais tu n’as rien à craindre. » Tu le tournes doucement pour lui appliquer des baumes et des bandages. Manquerait plus qu’il te claque entre les pattes. « Hum. » Tu l’inspectes, regardes s’il y a d’autres traces bizarres. L’odeur de sang est moins violente, mais quelque chose te chagrine encore. « Nom d’Ashera, mais qu’est-ce qui s’est passé ? »

Ce type vient de loin, de très loin. Mais il va peut-être t’aider, au fond. Sans même le savoir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 303
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Sam 30 Avr - 20:27



« Urgh… Encore… un peu… Juste… Un peu… plus loin… »
 
Ses forces disparaissaient. Sa démarche se faisait lourde, imprécise et surtout maladroite. Une seule chose maintenant son corps en mouvement, il était une épave, calciné d’épreuves, de tourments, et de douleur. Il ne savait même plus la raison pour laquelle il continuait à fuir, mais une chose était sûr, il fallait marcher, encore et encore, atteindre un endroit où son esprit lui dirait enfin « Tu es chez toi, reposes-toi maintenant. ». Hélas, ce signal ne venait toujours pas, était-ce un effet secondaire de l’hallucinogène dont il était infecté ? Non, il l’avait déjà purgé, simplement la fatigue alors ? Ces pensées étaient difformes, incohérentes, obscures. Le tremblement sur ses jambes semblait enfin s’accélérer. C’était la fin ? Il aurait pu prendre ceci comme une délivrance, atteindre le repos. Son genou se posa lentement, et une vision remonta dans son esprit.
 
« Khar’a… Je… Ne peux pas !!!! »
 
Dans une poussée d’effort aussi inutile que douloureuse, Blaze se releva et reprit sa marche. La lame de la Mort passait au niveau de son cou avec une douceur honteuse, mais il résista à l’appel d’abandonner, une mort pareille serait une aberration pour lui. Alors il continua, encore et toujours, l’espoir de revoir celle vers qui son cœur battait. Comment avait-il pu la laisser partir sans même lui révéler son coup de foudre ? Un rire nerveux le prit, mais se tut rapidement sous la douleur des côtés. Cette Laguz le hantait, au sens le plus littéral du terme. Son chant, sa danse, son sourire, ses larmes, il y avait certainement de la poussière d’étoile dedans. Elle lui infligeait une blessure qui lui faisait plus de bien que de mal. En parlant de douleur…
 
Ses genoux venaient de lâcher, depuis un certain au fait. Ses pensées l’avaient simplement aidé à lui faire croire qu’il marchait encore. Il tomba définitivement au sol, ventre à terre, avant de fermer les yeux… Il pouvait entendre les corbeaux rôder autour. Au moins, ça lui rappelait le désert, ce n’était peut-être pas plus mal… Non non ! Comment pouvait-il penser à ceci ! Il devait survivre, à tout prix ! Survivre ! Survivre… Survivre…survivre…sur….vivre. Ne… pas… lâcher. Aie… mais que ?
 
Il venait de se faire soulever, il n’avait ni la force d’ouvrir les yeux, ni de répondre, ni de faire quoique ce soit de toute façon. Il se laissa faire, attendant éventuellement la Mort. Une voie lointaine sembla l’appeler, elle ne paraissait pas hostile, ce qui le rassura un peu. Il entrouvrit les yeux pour voir une forme sombre s’appliquer pour le soigner… Il semblerait que ce n’était pas son heure au final. Il tenta de prononcer des mots, formuler des phrases, mais son corps était simplement trop faible, le seul mouvement qu’il put faire instinctivement, fut un léger sourire en coin, comme un remerciement discret. Lentement, il se reprit, mais ne tenta pas de se relever. Ses yeux se posèrent alors sur une Laguz, et corbeau par-dessus le marché. Le sort est-il donc aussi ironique avec lui ? Un rapace le sauve d’une mort certaine, ah… ahaha…
« Ah… ahahaha KOF !! Urgh, désolé… Qui que tu sois, je… te remercie… »
 
Blaze rassembla doucement ces pensées, prenant son temps pour se trainer et se mettre dos à un support, une roche, un arbre, n’importe quoi. Il soupira longuement de douleur, fatigué de lutter, il souhaitait juste s’endormir, se reposer, mais un brin de galanterie l’obligeait à rester éveiller.
 
« Je… t’expliquerais bien tout… Quand… J’aurais un peu dormit… Oh tu peux m’abandonner, ça ne serait que normal…Ahaha KOF KOF !! Gaaaarh… »
 
Une large bouffée de sang coula de sa bouche, parler était une véritable torture et son corps atteignait le fond de ses limites, plus reviendrait à mourir d’épuisement. Mais son sourire ne s’était pas épuisé, au contraire même, il était plus présent que jamais.
 
« Accorde au pauvre Loup que je suis un peu de repos… »
 

Sur ces mots, Blaze s’adossa totalement contre l’arbre et laissa sa fatigue l’emporter. Sans goût de défaite, ni d’amertume, car peut-être allait-il survivre. Peut-être… Cela dépendra beaucoup de cette Laguz qui était son ange gardien apparemment. Mais comme il l’avait dit, il faut dormir maintenant… une simple heure serait suffisante, même moins… Jamais l’obscurité n’a eu aussi bon goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie
avatarBeorc


Messages : 210
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
14/60  (14/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Sam 30 Avr - 22:44

« Être ou ne pas être.

La folie n’arrête jamais l’Homme. Il y a des maux qui piquent, des maux qui détruisent, qui empêchent de vivre. Mais la folie, jamais n’a empêché l’Homme de mener ses projets à bien. Il est fou, et alors ? Ce type est fou. Malade, mais croyant que tu vas l’abandonner. Qui serais-tu pour commettre un acte aussi abject ? Toi qui recherches la bonté dans le cœur des hommes ? Tu le regardes ramper comme une chenille. Pauvre papillon à qui on a arraché les ailes. Une fois encore, tu te demandes comment il a pu en arriver là. Tu l’inspectes de loin, toujours à la recherche de détails signifiants. Tu fermes les yeux, te concentres. Aucun bruit, aucune odeur suspecte en approche. Rien d’étrange. Tu soupires.

Tu ne peux pas le laisser ici. Définitivement pas. Les premiers soins que tu lui as prodigués ne suffiront pas. Il a besoin de repos, d’un vrai endroit, hors de danger, sans menace. Tu réfléchis un instant puis te décides à le prendre sur ton dos. Tu te sers de bandages comme de lanières pour le maintenir et revêts ta forme animale. D’un coup d’œil avisé, tu vérifies qu’il soit bien attaché. Satisfaite, tu te redresses, déploies les ailes. Le ciel. À nouveau, cette vaste étendue bleue te tend les bras. À nouveau, tu t’y précipites, t’y abandonnes. Il est là, pour toi. Créé comme si c’était la seule chose qui te convenait. Le ciel.

Tu accélères, à la recherche d’un abri suffisamment confortable pour ton blessé. À force de regarder un peu partout, tu finis par trouver un petit endroit, dans un village minuscule. Pas beaucoup de monde, personne pour te tirer dans les plumes. Tu plonges, un piqué gracieux pour pénétrer entre ces murs. Un homme t’accueille, un air mauvais sur le visage. Il te dévisage, comme si tu allais simplement l’agresser, avec cette moitié de cadavre sur le dos. Tu pestes et redeviens humaine. « Il est blessé, j’aimerais trouver une auberge pour qu’il puisse se reposer. La nature, c’est pas trop ça. » Il opine du chef et te laisse passer. Tu lui referais bien le portrait, à ce mécréant, mais tu n’as pas le temps.

Tu traverses la ville en tenant l’inconnu fermement, ce serait idiot qu’il tombe. Le casser un peu plus, hein ? La bonne idée !
Face à l’auberge, tu pousses la porte et entres en faisant comme chez toi. « J’ai un blessé, vous auriez une petite place ? Ce sera pas long ! » Le tenancier tend un bras musclé en direction des escaliers, à droite. « La première, face à vous. » Tu hoches la tête et t’y diriges rapidement. Pour une fois qu’un humain ne te balance pas une tomate à la tête. Hum. Peut-être parce que justement, tu transportes un de ses congénères. Hum. Tu ne mettrais pas ton aile à couper, mais quand même. Tu pousses la porte, entres et défais les lanières qui tiennent ton protégé du jour pour le poser sur le lit.

Tu penches la tête et inspectes les bandages. Les taches rouges sur le blanc te font tiquer, mais il devrait aller mieux en se réveillant. Une fois encore, qu’est-ce qui est arrivé à ce malheureux ? Toutes ces blessures, cette fatigue. Comment en est-il arrivé là ? Il faut le chercher, quand même ! Hum …
Tu te laisses tomber sur la chaise en soupirant. Tu t’es encore fourrée dans une drôle d’histoire, hein ? À croire que tu aimes ce genre de choses … D’abord Louka, puis maintenant lui. Louka. Tu grimaces puis secoues la tête. Ton cher moineau devrait bientôt se réveiller, tu n’as pas le temps de te poser toutes ces questions. Et puis, de toutes façons, Louka est loin maintenant. Loin … Beaucoup trop loin, hein ?

C’est pour ça, Maë. C’est pour ça que tu dois tourner la page, faire quelque chose de nouveau. Oublier toutes ces histoires, avancer. Avancer vers quelque chose de mieux.

Mais y a-t-il vraiment quelque chose de mieux dans cette vie ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 303
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Dim 1 Mai - 0:33



Ces rêves furent étranges, car vides, mais pourtant lourds et denses. Soudainement, tout paru léger, si léger que tout se vida dans sa tête, et qu’il connut un sommeil tranquille avant de ressentir à nouveau un poids dans sa tête. Sans le savoir pourquoi, il se découvrit qu’il était dans un lit, toutes ses plaies étaient nettoyées. Le nuage dans sa tête avait disparu à la suite de ce sommeil réparateur, qui était réellement la seule depuis environ un mois de marche acharné… Il remarqua alors l’auberge, la Laguz avec des ailes de corbeaux majestueuses qu’il les regarda impressionné.
 
« Tu… m’as transporté jusqu’ici… Je. »
 
Blaze resta sans voix. Il fut pris d’une certaine timidité, il a toujours été habitué à offrir son aide, donner sans compter, mais jamais à recevoir, c’était certainement la première fois qu’on l’aidait de manière aussi gratuite. Le sang afflua alors dans ses joues, montrant sous son masque de bretteur arrogant le jeune garçon qu’il était encore. Il tenta de passer son timidité en se cachant le visage mais son bras fut trop douloureux pour être déplacé sans crier de douleur au moins.
 
« Merci. Du fond du cœur… Je suis Blaze Kazeroï, un simple Marqué qui voyage, si tu veux savoir pour mon état… Eh bien, j’ai aidé quelqu’un, qui avait beaucoup d’ennemis, nous avons fuis, mais à pas en parfait état à ce que tu peux voir ahahah…»
 
C’était la première fois qu’il voyait d’aussi près un Laguz corbeau, ces ailes étaient réellement d’une beauté sobre et somptueuse. Il laissa son regard se perdre sur les plumes, les formes si étranges comparés aux oiseaux du désert. Soudainement, l’image de Khar’a lui apparut en tête, peut-être que c’était un signe que d’un côté, son appartenance était réellement à son côté Laguz, et pas à son côté Beorc. Blaze retira ainsi son gantelet qui cachait sa marque sur sa main gauche.
 
« Je doute pouvoir te repayer un jour… Mais si tu acceptes, j’aimerais savoir ton nom. Ma mère m’a toujours dit qu’un Loup devait honorer ses promesses… Alors il te suffit de dire un mot, et mon épée est à ton service. Je suis un piètre voyageur, se nourrissant des paysages, s’abreuvant du vent qui me porte, et mes possessions se résument à bien peu, c’est hélas la seule chose que je peux t’offrir… »
 
Blaze se retrouva embarrassé à nouveau, incapable faire preuve du tact nécessaire pour démontrer sa volonté de remercier sa sauveuse. Il tenta d’adoucir l’atmosphère.
 
« Dorénavant, je saurais qu'il existe des anges aux ailes noires. Si tu as des questions, surtout n’hésite pas !»
 

Il accompagna sa phrase d’un petit rire franc avant de plonger ses yeux dans ceux de la Laguz, comme pour prouver son honnêteté et sa bienveillance. Ses lèvres démontraient son engouement de jeune adulte, souriant, joyeux, et heureux de faire une belle rencontre. Il mit sa main gauche sur son cœur, regardant sa marque avec une certaine fierté. Il était autant Beorc que Laguz, il n’avait pas à entrer définitivement dans un des deux mondes. Cette Laguz avait preuve d’une gentillesse et d’une bonté rare, très rare. Alors il l’honorerait avec le respect qui se doit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie
avatarBeorc


Messages : 210
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
14/60  (14/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Dim 1 Mai - 1:33

« Être ou ne pas être.

Modestie. Un homme épaté par la bonté d’un autre être, particulièrement celle d’une laguz, peut-être ? Tu lui souris, plus malicieuse que tendre. Il n’a pas dû croiser que des personnes gentilles, vu son état. Tomber sur quelqu’un comme toi doit lui faire un bien fou. Boarf, tu es habituée. Il t’arrive d’être une bonne personne, de temps en temps. Les joues cramoisies du pauvre petit homme t’amusent. Tu ne pensais pas voir une telle marque de bonheur pour ce que tu as fait. Shikonai t’aurait craché la figure, râlant parce que tu l’as encore sauvée d’une mort certaine. Le genre humain t’épate tous les jours un peu plus. Tellement de personnes différentes, uniques à leur façon.

Blaze Kazeroï. Un marqué qui a fui parce qu’il a aidé une autre personne. Cette remarque t’arrache un sourire. « Alors y a pas que moi pour me foutre dans le pétrin, hein ? » lâches-tu, distraite. Quelqu’un de trop gentil, encore ? Tu suis les mouvements de sa main, intriguée par la marque qui s’y trouve. Tout le monde parle de malédiction, d’horreur et encore d’autres adjectifs péjoratifs, pourtant, cela ressemble juste à un tatouage. Tu hausses les épaules : ce type est comme tous les autres, de toutes façons. Peu importe le sang qui coule dans ses veines, il respire, marche, mange, saigne. Bref, il est comme toi. La différence, c’est que tu as des plumes. Et qu’il est aussi beaucoup plus redevable.

Tu ris presque, entre gêne et amusement. « Je ne demande pas à ce que tu me payes … Rétablis-toi, ce sera déjà une bonne récompense. » Tu lui fais un clin d’œil complice. Tu n’as jamais voulu d’argent, de cadeau. Tu veux simplement que les gens arrêtent de mourir pour des bêtises, que les hommes arrêtent de se violenter pour des raisons toujours plus stupides les unes que les autres. Toutefois, tu peux mettre un nom sur son visage, mais lui ne peut pas en dire autant. Comment appeler un héros qui ne décline pas son identité ? Un super-héros ? C’est stupide hein ? « Appelle-moi Maë. Quant à ton épée … Bah, ça peut être utile, mais je sais pas m’en servir ! » ris-tu. Vilaine Maë. « Blague à part, t’en fais pas, une personne sur qui compter, c’est déjà bien suffisant. »

Les hommes ne peuvent compter les uns sur les autres, trouver quelqu’un qui abonde dans ton sens est une aubaine. Cela te fait une personne de plus sur qui compter si jamais ça ne va pas. Bon, tu ne peux pas savoir s’il sera là d’ici quelques années, mais il a l’air d’être une bonne personne. En proie à de trop nombreuses gênes et fasciné par tes plumes, mais quelqu’un de bien quand même. Tu remues les ailes, amusée. « Dire que je suis un ange est peut-être trop, j’ai fait de mauvaises choses aussi … » Tu hausses les épaules, exhales un soupir. « On a tous notre part d’ombre, hein ? »

Tu lèves les yeux, distraite. Des questions, as-tu des questions à poser ? Tu penches la tête, réfléchissant à une possible idée. Ce jeune homme a dit venir du désert, mais aussi se retrouver dans un état pitoyable à cause de certaines personnes. Certaines personnes ? Non, non, il faut peut-être éviter ce sujet maintenant. Quoique ! « Tu finis souvent amoché comme ça parce que tu veux aider des gens ? Si c’est le cas, faudrait peut-être se reconvertir, tu crois pas ? » Tu plonges tes prunelles dans les siennes, tes lèvres dévoilant un sourire carnassier. « Il y a du danger partout dehors, et pas forcément des anges pour sauver tes fesses ! » Tu ris de plus belle. « Désolée, parfois c’est plus fort que moi … J’espère que tu ne le prends pas mal. » finis-tu en haussant doucement les épaules.

Tu pourras le taquiner autant que tu veux, tu n’es pas forcément mieux, hein ? Toujours à trouver des personnes sorties de nulle part, que tu trouves soit exceptionnelles, soit totalement dérangées. Des Louka, des Kerorian, mais aussi des Khar’a, des Shikonai … Qu’est-ce que cela va vraiment être, cette fois ? Un samaritain suicidaire ? Ou presque ? Quelqu’un qui te ressemble, en somme ? Enfin. Encore faut-il que tu sois un samaritain toi-même … Tu secoues les plumes et hausses les épaules. « Ouaip, y a beaucoup de danger dehors, aider les gens peut t’y plonger directement … »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 303
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Dim 1 Mai - 11:07



Le jeune Marqué appréciait la douceur et le confort d’un lit, chose qu’il ne faisait que trop rarement, le plus souvent, il dormait à la belle étoile, dans l’herbe, les racines, et tout le reste. Il semblait amuser le Laguz, mais en bien. Elle fit la remarque qu’elle était aussi une adepte à se mettre dans des situations peu avenante, une remarque qui lui arracha un léger rire. En revanche, sa timidité ne fit que grandir par la réponse de la Laguz. Certes, il se rétablirait, sans l’ombre d’un doute, mais c’est le genre d’attention qui fait chaud au cœur, et c’est la raison même de son voyage de rencontrer des personnes pareilles. Il poussa un soupir de soulagement en se laissant écraser dans le velouté du matelas.
 
Maë… Un nom probablement incomplet, mais il s’en contenterait bien. Il ajouta immédiatement un sens de l’humour douteux à côté de ce nom, mais également une dette de vie. Il s’agissait du genre de promesse qui passait par-dessus presque toutes les formes d’allégeances. En remuant ses belles ailes aux plumes noires comme les plus belles nuits, elle expliqua la qualification d’ange, comme démesuré. Ceci lui arracha un sourire. On a tous une part d’ombre, c’est parfaitement logique, de la même manière qu’il existe un équilibre entre le chaos et l’ordre.
 
Il écouta avec calme et sagesse les paroles de Laguz, sur son état, simplement pour aider les autres ? Il y a du vrai, pour ces amis, oui, il ferrait encore tout ce chemin, toute cette douleur, sans aucun doute, il se donnerait encore sans compter. Trop longtemps, il n’a pensé qu’à lui. Soutenant le regard transperçant de la Laguz et son sourire carnassier, il hocha de la tête en approbation, suivant même son rire.
« Maë alors. Ne t’en fais pas, tu as parfaitement raison. Les dangers sont partout, mais n’est-ce pas ce qui rend la vie exaltante ? »

Un sourire aventurier se dessina sur ses lèvres, il regarda la fenêtre, levant les yeux au ciel. Sur le reflet du verre , il laissa son esprit dérivé, lui faisant apparaitre les montagnes de Daein, le désert d’Hatary, les pâturages verts de Criméa et la forêt de Begnion. Oui, la vie est pleine de danger, mais elle n’aurait aucun goût si on cherchait uniquement la sécurité. Vivre, c’est aussi embrasser le danger, apprendre à vivre avec, à savoir que demain est un espoir, pas une promesse.
 
« Crois-moi, j’ai vécu seul pendant un temps. Dans le désert, seul… Puis j’ai voyagé, j’ai découvert des gens bons, d’autres moins. Des amis, des frères, des rivaux. Et puis, c’est important d’aider les autres… Le bonheur des autres est mon bonheur. Voir un sourire de remerciement, un simple clin d’œil amical, ces choses simples ont plus de valeurs que la sécurité. »
 
Il plongea à nouveau son regard dans les yeux de la Laguz, tentant de lui communier son amour de la vie et de la découverte. Il ouvrit le poing dans laquelle une sorte de pétale de plante s’y était réfugié, il le brandit et laissa le pétale tomber doucement au sol… Is a leaf’s only purpose to fall ?
 

« Pour toi, la vie revient simplement à attendre que les choses viennent ? Certes, aider les autres peut te mettre en danger, mais tellement peut en ressortir… Dit moi, Maë, si ce n’est pas indiscrète, que fait tu si loin de ton pays ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie
avatarBeorc


Messages : 210
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
14/60  (14/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Dim 1 Mai - 16:25

« Être ou ne pas être.

La vie, exaltante par son danger ? Tu ne peux t’empêcher d’acquiescer. Un corbeau apeuré par le danger, alors qu’il est si loin de son pays, ce serait probablement contradictoire. C’est parce que le danger est partout que tu apprécies autant les moments de paix. C’est aussi ce qui rend ton voyage aussi palpitant. Surveiller le danger, le suivre, ne jamais te laisser attraper. L’esprit humain est étrange, finalement. Il aime ce qui le rapproche au plus près de sa fin, c’est ce qui lui donne l’impression de vivre, de vivre pour de vrai. Tu hoches la tête presque indistinctement. « Te contredire serait mentir. »

Son histoire ressemble à la tienne. Il est parti de sa patrie, seul. Il s’est lancé dans un périple incroyable, affrontant des lieux inconnus, des gens inconnus et encore toutes ces choses terrifiantes, comme ça, d’un coup. Ses raisons sont différentes, par contre. Tu es partie parce que tu ne voulais pas être comme tous les autres corbeaux, parce que tu voulais voir le monde. Lui a quitté son nid pour aider les autres, se rendre utile, en somme. Quelque chose que tu ne pensais pas faire en partant. Soutenir, protéger, pourquoi pas, mais pensais-tu vraiment tomber sur toutes ces personnes ? Toutes ces personnes que tu as sauvées, sans même les connaître ? Pensais-tu atterrir dans cette cage immonde, Maë ? Ta vie a été folle, pleine d’aventures extraordinaires, alors que ce n’est qu’un commencement. Tu secoues les ailes, pensive, distraite. « Aider des inconnus … Si on m’avait dit que je me lancerais là-dedans un jour ! » Tu ris. « Enfin, c’est pas comme si je faisais ça à chaque fois … » Tu hausses les épaules.

Ce type est meilleur que toi, Maë. Il a tout compris en quelques phrases. « Pour toi, la vie revient simplement à attendre que les choses viennent ? » Comme un couteau planté en plein cœur. L’observatrice percée à jour. Incapable d’assumer sa propre vie, de la mener. Tu es spectatrice de ton propre monde. Il lui a suffi d’une poignée de minutes pour te le balancer. Tu soupires, hausses à nouveau les épaules. « C’est un peu ça. Attendre, prendre ce qui vient. » Tu te déprimes presque, à vrai dire. Mais tellement de choses ont changé. Tout sourire, toute marque de bonheur a disparu de ton visage. Ta vie est un long spectacle et tu ne fais que le regarder. Tu es une figurante. Tu as changé, hein ?

La dernière partie de sa phrase est presque partie de ton esprit, mais tu t’y accroches mollement pour éviter de sombrer. « Je voulais voyager. Voir le monde. Ne pas être comme tous les corbeaux. » Tu regardes par la fenêtre, les yeux perdus dans le vague. « Qui a envie de vivre comme un énième pirate, à piller les pauvres voyageurs ? Ça ne me faisait pas envie. J’ai un monde à portée de plumes, pourquoi rester à faire des trucs même pas intéressants ? » Purement et simplement. « Après, je suis partie sans me poser de questions. Je voulais juste voyager. » Tu hausses les épaules. Cette vie n’est pas si mal au final. Tu n’as pas de véritable but, c’est vrai. Pour autant, ta vie n’est pas un foutoir total – presque – et tu t’y plais – presque.

« J’erre sans objectif particulier, juste le besoin de voir le monde. Un peu comme des années de repos, loin de ma patrie, à découvrir, rencontrer des gens. Et on peut pas dire que je me sois ennuyée ! » Clairement pas, non. Mais es-tu complètement honnête ici ? Tu occultes toute la partie sombre de l’histoire. Cet homme n’entend que les bons côtés, sans même pouvoir imaginer à quel point les dessous sont loin d’être drôles. Tu erres en déprimant depuis quelques mois déjà, lui diras-tu ? Certainement pas. « J’ai rencontré des fous, des gens gentils, des gens adorables. J’ai aussi rencontré des horreurs, des gens ingrats. Pour ça, je me suis juste baladée de région en région, ça me convient. » Presque, à nouveau. Tu as besoin de plus. Tu as besoin de te vider le cerveau, de faire quelque chose de mieux. Quelque chose qui soit utile. Pour toi comme pour les autres. Mais ça, le jeune homme n’a pas à le savoir. Le sourire sur tes lèvres s’agrandit. Tu aimes ta vie, en un sens. Même si elle est parfois creuse, elle est pleine d’un sentiment magnifique : la liberté. C’est tout ce qui compte. « Tant que je suis libre, tout me va. » Tout simplement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 303
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Dim 1 Mai - 19:54



Blaze découvrit au final le rire contagieux, mais aussi un peu triste de Maë, on sentait qu’elle avait un rire ironique, mais ironique envers elle ? S’en voulait-elle de simplement apprécier la vie ? Il arrête de se poser des questions lorsqu’il vit son visage sombré dans une légère déprime, comme s’il avait touché juste… Attendre que la vie vienne, et ne pas se montrer actif, ainsi c’était ça qui la gênait ? Non, tu assumes bien trop vite mon jeune ami. Il se contenta de sourire, après tout, se montrer patient est une qualité, mais il est vrai que ce n’est pas sa vision des choses : Ne jamais attendre la victoire. Ceci est la 1ère règle d’un duel à l’épée, une victoire s’arrache dans le sang, la sueur, et les larmes, mais son goût n’en est que plus délicieux.
 
Il écouta longuement la réponse de Maë, lui expliquant sa volonté de se différencier des autres corbeaux, une volonté naturelle. Après tout, elle possède des ailes, les cieux sont son terrain de jeu, ne pas aspirer à profiter de cette liberté est véritablement une injure à ce don. Il ne put que se courber de respect devant la décision de la Laguz. Prendre son envol et ne jamais laisser quoique ce soit te dicter ta direction. Il semblait qu’elle faisait lentement un travail sur elle-même. Et voyager reste une expérience magique, les rencontres, l’aventure, mais sans but… sans but.
 
Blaze crût cerner le problème. Un voyage d’une telle ampleur ne se déclenche pas naturellement, il y avait souvent une raison obscure pour un départ. Partir n’est pas dur, partir sans but, si. Mais elle semblait avoir longuement apprécié son voyage, mais une fois de plus, une part d’ombre subsistait, quelques choses de rude lui est arrivé, très rude. Le récit était trop pur et joyeux pour qu’elle ressorte avec un sourire aussi maigre… Le jeune Marqué se mordit le doigt par habitude, hésitant de marcher dans ce chemin dangereux qu’est la vie privée des gens. Il avait bien essayé avec Mysti, mais les effets se sont avoué désastreux pour leur relation, mais d’un côté, cela forçait à faire avancer les choses…
 
« Tant qu’on est libre comme tu le dits… Etre libre de corps n’est pas la même chose que libre d’esprit, Maë. Certains croient que l’illusion de la liberté d’un voyage peut compenser les chaines qui se forment dans notre esprit… »
 
Ses mains se crispèrent, il entrait dans un terrain dangereux, mais quelque chose lui disait qu’il devait essayer, peu importe si elle le détestait après ceci, son visage lui rappelait trop bien le sien il y a 6 ans de cela. Après avoir perdu sa mère, il se mit à errer sans but dans le désert, pendant combien de temps déjà ? Trop longtemps, trop longtemps sans but.
 
« Souviens-toi de ceci : Ce voyage, c’est le tien. Chaque chose, bonne comme mauvaise, le constitue entièrement, et devient une leçon pour l’avenir. »
 

Après une brève pause, il enchaina : « Errer, c’est bien. Mais tu as un but derrière la tête, c’est juste que tu ne veux pas te l’avouer peut-être ? » Soudainement, Blaze mit la main devant sa bouche. « Pardon ! Mon… mon esprit a dépassé mes paroles. Disons que… Je m’inquiète un peu, c’est tout, pour cette part d’ombre comme tu le dits… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie
avatarBeorc


Messages : 210
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
14/60  (14/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Mar 24 Mai - 0:02

« Être ou ne pas être.

Les chaînes de l’esprit, qui entravent le cœur et l’âme et laissent les hommes face au plus cruel des questionnements : sont-ils vraiment heureux ? Es-tu vraiment heureuse, Maë ? Ta liberté ne t’oppresse-t-elle pas plus qu’elle ne te libère ? Tu fermes les yeux, soupires. Les voyages ne sauvent personne de leurs entraves, ils ne font qu’en donner l’impression. Toutefois, il arrive que cette illusion soit si douce que les gens s’y perdent, s’y sentent mieux. Un peu comme toi, au départ. Tu n’as plus qu’à retrouver cette partie manquante de toi pour que ton esprit s’affranchisse. Un jour, tout ira mieux.

Un jour, tout ira mieux.
Mouais.

Tu regardes Blaze avec un sourire enfantin, mignon. Cet homme a dû passer un certain temps à voyager. En tant que Marqué, il a dû vivre des choses particulières, aussi. Quelle étrange rencontre tu fais là, hein ? Tu commences à y être habituée, mais tout de même. Il a l’air d’avoir la tête plus ou moins sur les épaules, bien que poussé par un optimisme qui te fait sourire. L’innocence, ou peut-être l’espoir ? L’espoir de trouver un monde plus beau, sur lequel tout le monde peut vivre ? Non, non, autre chose. En tous les cas, son discours sur les leçons te rappelle bien des choses. Tu ne sais que trop bien ce qu’il vient de te dire. Tu l’as vécu. Les voyages servent avant tout à apprendre, à grandir. À évoluer, d’une bonne ou d’une mauvaise manière. Mais l’idée est là. Vivre, grandir, s’épanouir. Changer. Malgré tout ce qui peut nous arriver. Tu hoches la tête. « Toujours tout prendre avec optimisme. Rien n’arrive par hasard, tout est une bonne leçon. Autrement tu ne peux pas survivre dans ce monde. »

Un univers brutal, qui mord toutes les personnes trop crédules. Un Enfer pour de nombreuses âmes en peine. Un Paradis pour d’autres. Pour les derniers, c’est juste un endroit où vivre, où survivre n’est pas trop difficile et où le bonheur n’est pas partout, mais trouvable si on le cherche bien. Où es-tu, toi ? Enfer ? Paradis ? Neutre ? Tu ne peux pas le savoir, tu cherches encore. Pour l’instant, tu dirais Enfer. À la recherche de toi-même, de lui, d’un but. Tu te mets à rire doucement. « Non, je n’ai pas d’objectif. Je me cherche encore. Mais je trouverai ! » Oui, c’est peut-être mieux de penser ainsi. « Tu n’as pas à t’excuser, va. »

Tu joins tes jambes sur la chaise et t’assois en tailleur, les mains posées sur les chevilles. « De toute façon, qu’est-ce que tu risques ? Que je me braque ? Wow, quelle crainte ! » Tu ris de plus belle. Gentil Corbeau. « Au pire, si tu parles trop, je t’épingle au mur ! » Tu tentes une mimique sérieuse et échoues lamentablement. Aucune crédibilité. Tu te ressaisis, prête à arrêter de le taquiner. Vilain Corbeau. « La part d’ombre vit en nous, avec nous. On apprend à grandir avec. Des fois on l’apprivoise et elle nous mène là où on veut aller. » Tu lèves les yeux au ciel, pensive. « Mais quand on ne sait pas où aller … » Tu poses ta main sous ton menton et lâches un Hum. « On la laisse simplement vivre et on la contrôle. Jusqu’à ce qu’on sache. »

Tu agites les ailes et joues avec une de tes mèches. « Après tout, Blaze. Si tu te crains toi-même, ne penses-tu pas que tu finiras bloqué ? » Avoir peur de ses propres ténèbres. Ou comment plonger droit dans les abysses. « Il faut simplement te dire que tu n’es pas aussi sombre que tu le crois. Ou que tu peux juste tout gérer. Une fois que tu te sens capable de ça, tu peux tout accomplir, je pense. » Ne jamais sombrer, toujours être capable d’avoir une maîtrise totale de soi. Ainsi, personne ne peut t’ébranler, personne ne peut te faire couler. « Je pense que je suis encore un oisillon qui cherche à occulter ses Ténèbres, tout simplement. » Tu souris. « Une fois que ce sera fait, je pense que je sais à peu près ce que je ferai. »

Oui, tu as une idée de là où tu atterriras. Même si c’est bien étrange, pour un corbeau, cette idée t’intéresse de plus en plus. Tu hoches la tête pour toi-même. « Ouais, je pense que j’ai un projet. Pas un but précis, je ne suis pas le genre samouraï à vouloir sauver le monde, mais un projet intéressant. » Non, tu ne sauveras pas le monde. Mais c’est pas loin ! Mystère, mystère … N’est-il pas ? Héhé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 303
Age : 22
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
25/60  (25/60)
Points d\'Expérience:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Sam 28 Mai - 17:03



La jeune Laguz fut prise d’un long soupir, ressassant probablement des souvenirs douloureux. Mais elle se reprit d’un sourire en expliquant l’optimisme, la positivité, l’idée que par la seule force de vouloir sourire, on peut changer sa perspective du monde, pour le meilleur comme pour le pire. Tout est une leçon ? Oui, et non. Tout dépend du point de vue. Son état actuel devrait lui servir de leçon, mais jamais il n’a regretté un seul instant d’avoir aidé un compagnon. Qu’il soit bon ou mauvais, cela importe peu, seule la survie domine.
 
Ainsi, Maë cherchait encore un but… Pourquoi pas. Cela intriguait le Marqué, aller de l’avant sans but si ce n’est que d’en trouver un ? Paradoxal… Elle sembla ne pas être trop affecté par ces paroles, à son grand soulagement. Il fit un peu surpris voir agressé devant l’attitude beaucoup plus détendu du corbeau. Il s’attendait, comme la plupart des gens, à rencontrer une forte résistance sur le terrain du personnel, en revanche, il faut croire qu’entre sang de Laguz, le courent passe mieux. Un sourire radieux se dessina sur son visage alors que quelques éclats de rires réussirent à sortir de son corps encore douloureux et meurtrie. Ajoutant les gestes à la parole, il en rigola de plus belle, quoique se tenant le côté qui devint une source de douleur.
 
(Au moins, je n’ai pas trop à craindre avec ma trop grande bouche avec elle il faut croire…)
 
En revanche, sa mine redevint plus sombre, il reprit la parole, esquissant un sourire bien que moins radieux qu’auparavant :
 
« Si tu possèdes un projet, c’est déjà ça. On construit sa vie en se donnant des objectifs. Certains sont atteints, ou non, mais chacun doit t’en donner des nouveaux… » Il regarda son épée posé contre la table de chevet. « Il y a en effet une certaine obscurité en nous, elle peut nous détruire si l'on n'y prête pas attention, mais c'est une part de nous, et il faut la traiter en temps que telle. Bien sûr, elle nous fait souffrir, telle une plaie pernicieuse, mais toutes blessures cicatricent s'y on y met du cœur.»
 
Prenant le temps de contempler le fourreau, son reflet, sa garde, il se remit correctement dans son lit, gémissant un peu de douleur dans le processus. Il adopta à nouveau un sourire, plus honnête et calme cette fois.
 
« M’enfin, ainsi va la vie. Je te rassure, j’ai déjà fait la part avec mon obscurité. Moi-même, je suis pris d’un choix : Passer ma vie pour les autres ? Combattre pour le faible, aider mon entourage, devenir un exemple ? Ou me dévouer à ma passion du voyage, rester hors des combats qui ne sont pas les miens, et survivre à tout prix ? » Blaze pointa du doigt la Laguz. « Le sang qui coule dans mes veines m’interdit de rentrer dans le monde des Laguz ou des Beorcs sans précaution, dois-je rester moi-même ? Ou me confondre dans un des mondes quittent à perdre ce que l’autre peut m’offrir. »
 
 
Le Marqué porta un doigt à sa bouche et le mordit doucement, par habitude lorsqu’il devait faire preuve de réflexion. Finalement, il expliqua :
 
« Comme toi, les chemins se dressent devant nous. Mais je te remercie, tu viens d’adoucir ma dure journée. »
 

Méchant Blaze, pas bien de faire jouer les mots. Quoique… Prit d’une tête pensive, il se dit qu’il devait noter ces expressions pour Khar’a… Tel un nuage de lait dans un café noir… Pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callie
avatarBeorc


Messages : 210
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
14/60  (14/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   Ven 22 Juil - 23:57

« Être ou ne pas être.

Faire la paix avec son obscurité. La rendre plus simple, plus vivable, moins violente. Est-ce que cela est possible ? Tu avoues que tu te le demandes. Peut-on arriver à un consensus plus ou moins total avec cette part de soi ? Tu te mordilles la lèvre. Même si tu as l’air de t’habituer, de t’y faire et d’y travailler, tu as toujours l’impression de la repousser, d’en faire un élément de plus en plus violent, insatiable. Mais oui, le jour où tu auras trouvé l’équilibre parfait, tu seras toi-même parfaite. Atteindre un tel absolu est un doux rêve, cela dit. Combien de temps avant de réussir ? Toutefois, ce jeune homme a raison. À l’instar de la lumière, l’obscurité est une part de l’être vivant. Les pulsions de vie, de mort, le besoin irrépressible de faire souffrir l’autre, de le détruire. Tout ça, c’est humain. Les mobiles et les moyens importent peu, au final tout le monde arrive ici. Tu déglutis. Avec tous ces instincts qui courent, où trouver un abri ? Cet homme est encore plus perdu que toi. Mi-homme, mi-bête, il se trouve dans ce mince espace où les gens sont haïs à cause de leur sang. Et pourtant, il est optimiste. Intéressant. Tu lui souris gentiment. « Ta vie semble si compliquée … » Vu son état, ça paraît logique. « Je pense qu’il faut simplement se laisser porter. Va où le vent te porte, où il te semble le plus chaleureux. »

Tu hausses les épaules. Soulever des évidences … « De toute façon, partout où tu iras, des hommes te repousseront. D’autres t’accueilleront et malgré ça, tu trouveras encore quelqu’un pour te jeter des pierres. Nous ne sommes pleinement heureux nulle part. Je pense que c’est juste ça, la vie. Vivre avec les hauts et les bas, en tirer du bonheur et des expériences. » Facile à dire. « C’est pour ça aussi que je n’ai pas encore trouvé de vrai sens à ma vie. J’ai suivi les endroits où je me sentais le mieux. » Mais depuis, plus rien, hein ? Le seul endroit où tu te sentais vraiment bien, vraiment toi, c’était là-bas. Avec lui. Mais il n’est plus là, n’est-ce pas ? Alors tu vogues au gré du vent, en attendant qu’une nouvelle te parvienne, qu’un nouveau chemin se dresse.

Tu souris gentiment à Blaze. « Ravie d’avoir pu t’aider ! Vu ton état, un peu de joie ne te fait pas de mal, héhé. » Cet homme est intéressant, il a une conception des choses que tu apprécies. Même si entre la conception et son état, tu te demandes bien qu’est-ce qu’il a fichu. Se faire des ennemis, certes, c’est simple, mais à ce point … Même toi tu n’oserais pas ! Tu hausses les épaules. Certaines personnes sont plus téméraires que d’autres. À leur désavantage, cela dit. « J’espère que tu te remettras correctement, hein. » Tu te redresses et viens appuyer gentiment sur son épaule, du bout du doigt. Pouic. Tu époussettes tes vêtements et regardes dehors. Le monde est vaste, plein de créatures qui se disent humaines, mais qui n’en ont que l’apparence. Leur cœur est noir, impur, ils tuent des gens pour satisfaire leur propre plaisir. Tu te perds dans les nuages et serres le poing, sans t’en rendre compte. Oui, c’est peut-être ça que tu dois faire. Empêcher ces hommes de faire le mal.

Tu reviens sur la terre ferme en battant des paupières. « Quand j’aurai trouvé ma voie, j’espère qu’on se reverra, Blaze. Et qu’on partagera une autre conversation comme celle-ci. » Tu appuies doucement sur sa joue cette fois. « Par contre t’as intérêt à être en un seul morceau, hein ! Interdiction de refaire des bobos ! » Tu ris doucement. Tu espères vraiment le revoir. En ayant grandi. Parce qu’il t’a aidé. En si peu de temps, il t’a aidée à te faire une idée de la voie que tu veux emprunter. Tu pioches dans ta poche et lui laisses quelques morceaux de viande séchée et des baies. « Tiens, je te laisse ça. T’as intérêt à te remettre vite ! Et à progresser, toi aussi. » Tu regardes le ciel, à nouveau. « Si un jour tu vois un énorme corbeau noir dans le ciel … Crie mon nom. » Tu lui fais un clin d’œil, amusée. Tu tapotes doucement son épaule du plat de la main. « Allez, monsieur casse-cou, je m’enfuis. C’était un plaisir de te rencontrer ! » Nouveau clin d’œil.

Tu te tournes et te diriges vers la porte. « Oublie pas, pas de bobo. », fais-tu avec un geste de la main et un regard maternel. Puis tu ouvres et t’éclipses. Cette nouvelle vie t’attend, Maëlly. Et elle sera bien différente, tu en es certaine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Être ou ne pas être? [Blaze]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Être ou ne pas être? [Blaze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elzéar BLAZE
» Silver Blaze, la flamme
» Aristide n’est pas Obama . Obama n’est pas Aristide SE LANUIT ET LE JOUR !
» Fidel Castro blaze Obama pou lanmò Bin Laden
» Réservations diverses, Dépôt du TimeSkip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Lieux Divers
-