AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Dim 29 Nov - 21:06





Le ciel azuré brillait par sa splendeur comme à l'accoutumée, effaçant pour certains les mauvaises passes de la veille, voire les désastres de la semaine précédente. Selon toute vraisemblance, cette journée s'annonçait aussi... monotone que les autres. Et comme toujours, Burnagore broyait du noir. Plus le temps s'écoulait, plus sa souffrance croissait en silence. Plus les jours défilés, plus sa haine grimpée les échelons. Un véritable bombe à retardement prête à semer la mort un peu partout, et à s’éclipser dans d'autres contrées pour perpétrer d'autres folies en rapport avec sa vengeance.
Le capuchon rabattu, sa toge rapiécée sur le dos - remise en état avec les moyens du bord -, il piétinait en direction d'un village voisin. Un nouvel itinéraire fourni par l'ex-combattant de l'Ordre de la Lame, celui qui incarnait l'un de ses plus fidèles alliés avant de retourner sa veste, Doryan. Le bougre avait réussi à conserver quelques secrets avant de rejoindre une contrée plus digne de lui : les enfers; mais certaines informations permettaient à Burnagore de suivre les traces de sa sœur. Petit à petit, en laissant dans son sillage un corps décapité et brisé - ainsi qu'une plume en guise de signature au milieu d'une infâme scène de crime -, le mercenaire sanguinaire traversa les sentiers.

Dans l'immense étendue forestière de Begnion se dessinaient plusieurs silhouettes difformes en mouvement. Les bruissements de la forêt et les mélodies produites par les oiseaux laissèrent place à un tintamarre dérangeant. En avançant davantage, sans prendre le temps de jauger les sources de cette nuisance, le vengeur vit un charrette arrêtée non loin des barrières en bois annonciatrices de la fin de son voyage. Un marchand et sa compagne s'exprimaient en adressant des gestes timides à trois individus hautains. Ces derniers ricanaient et s'amusaient à renverser quelques marchandises du véhicule immobilisé, l'un d'eux ne se fit pas prier pour tâter la marchandise et ainsi s’enquérir des préludes d'une éventuelle récompense engendrée par son brigandage en groupe.
La tension était palpable, mais Burnagore continuait son chemin sans en prendre compte. Telle la Mort vêtue de noir, il traçait sa route en choisissant méticuleusement les heureux élus destinés à passer sur le tranchant de sa lame. Ceux-là ne méritaient pas ce glorieux châtiment. Du moins, pas selon ses prévisions.


- Alors ? Qu'est-ce que le gland de la route a pour nous, hein ? J'espère que les affaires marchent, sinon on s'occupera de ta dinde en compensation !, ricana l'un des trois brigands, aussi chauve qu'un œuf , sans sourcils et avec une balafre sur le sommet du crâne. Cet enfoiré respirait le rustre a plein nez.

La femme en question se retourna vers le marchand, visiblement incapable de réagir devant ses tourmenteurs. Le malheureux perlait de sueur et devenait de plus en plus blanc. Les brigands le terrifiaient, et le fait de voir ses sacs de vivres éventrés et éparpillés sur le sol n'arrangeait en rien la situation.

- V-Vous n'avez pas le droit... ,Bégaya-t-il en se frottant les mains.

Le deuxième brigand, qui regardait par-dessus l'épaule de son camarade entrain de fouiner dans les affaires du marchand effaré, se redressa de toute sa hauteur – environ deux mètres – pour toiser avec insolence le protestataire. En un éclair, il écrasa sa grosse et longue main droite sur le visage du marchand, l'étalant au sol comme une vulgaire poupée de chiffon. La victime hoquetait de douleur et ne parvenait pas à pousser le moindre cri. Le duo de brigand laissa s'échapper un concert de rires tonitruants tandis que la compagne du blessé s'empressa de s'interroger sur l'état de son homme étendu sur le sol terreux et bosselé, le visage ruisselant de larmes et la gorge nouée par les sanglots. La scène fut raccourcie par le troisième brigand mécontent du butin, celui-ci attrapa la pauvre femme abattue par les cheveux et exhiba son visage à ses compagnons en affichant un air pervers qui en disait suffisamment long sur ses prochaines intentions.

- Pfah ! Loin d'être un bon pactole ! Je demande un remboursement intégral... et en nature, suggéra le plus vicieux du lot, un petit gabarit avec un air de fouine.

- Ho-Oh ! Tu me mets l'eau à la bouche, mon salaud ! Ce beau petit morceau va me supplier de continuer, une fois que je l'aurai tringlée !, surenchérit le brigand mesurant deux mètres en se passant la langue sur les lèvres.

Le chauve se contenta de rire en approchant ses mains recouvertes de crasse de la poitrine de la femme paralysée par la peur.

Ce coup-ci, Burnagore interrompit sa marche, le flanc droit tourné en direction du trio de raclures. Il ne dit rien et resta fixe, les yeux dissimulés par sa capuche sombre. Le brigand au visage de fouine s'en aperçu avant ses compagnons, mais un frisson finit par traverser l'échine de cet petit groupe de bas-étage. La tension semblait redoubler d'intensité, mais le plus petit ne se laissa pas intimider pour si peu.

- Les gars, un pauv' badaud à la con traîne sur notre territoire ! Circule, connard. 'Y a rien à voir !, gronda la Fouine en montrant les dents.

Le chauve, à quelques centimètres de sa victime, s'arrêta net et posa son regard assassin sur Burnagore. Un regard qui, au passage, n'éveilla pas le moindre intérêt chez le vengeur. Ce spectacle minable donnait l'impression de voir une mouche tenter d'impressionner un loup en lui tournant autour. Une métaphore rendue encore plus réaliste lorsque le butor commença à reluquer Burnagore en se tenant à un mètre de lui. Seul le plus grand ne se joignit pas à cette moquerie, aussi stoïque qu'un prédateur analysant une proie potentielle avant de lui sauter à la gorge.
Burnagore ne répondit pas, immobile comme une statue malgré les murmures de la femme adressée au vengeur pour espérer obtenir son aide.


- T'as perdu ta langue, bouseux ?, s'enquit Visage de Fouine en jonglant avec un couteau, les traits plissés par le mépris.

Le chauve haussa les épaules et esquissa un sourire carnassier. Une idée lui vint à l'esprit. Une très mauvaise idée. Surtout en considérant le sujet de sa triste expérience.
En frappant son poing droit contre la paume de sa main opposée, il s'adressa au vagabond d'une voix grave et menaçante.


- Muet ? Peu importe ! Ça nous fait un type de plus à détrousser. Et sûrement une vermine de moins dans cette forêt. Il faut savoir rendre service à l'humanité, après tout !, se gaussa le Chauve en posant une de ses grosses paluches sur la toge du vengeur, l'autre sur le point de dégainer sa lame incurvée située au niveau de sa ceinture de cuir craquelée.

Sans que les alliés du bandit puissent prononcer ne serait-ce qu'un mot, un éclat doré fendit le membre trop entreprenant de l'audacieux. Ce dernier écarquilla les yeux en observant son moignon, stupéfait de prime abord, hurlant à la mort par la suite. Le bras resta un moment accroché à la toge du vengeur avant de tomber dans une mare de sang en formation noircie par la terre.

- MON BRAAAS ! MON PUTAIN DE BRAAAAS ?!!!, braya-t-il la bouche grande ouverte.

Le mercenaire sanguinaire leva les yeux, deux rubis aux éclats ardents braqués sur le Chauve trop occupé à goûter aux conséquences de son imprudence. Eskhàrion étincelait dans les airs, brandie de la main droite telle une épée de Damoclès, prête à fendre les deux autres bandits à tout moment. De la lame s'écoulait un fil de sang macabre.

- " Je suis d'accord avec vous sur un point : il faut savoir rendre service à l'humanité... en exterminant les vermines de votre genre ", cracha Burnagore en avisant les deux autres lâches.

Le poignard de la Fouine fendit l'air en direction du mercenaire. Mais la lame dorée de ce dernier parvint à le dévier de sa trajectoire tout en tranchant la gorge du chauve au passage. La pointe du sabre finit promptement sa course dans la main du bandit en se heurtant à la charrette; des échardes se mêlèrent au sang la souillant. Un cri de douleur et de rage déchira le ciel bleu contrasté avec la bataille en cours. La Fouine sortit un autre poignard de son manteau ravagé par le temps et tenta de transpercer le crâne de Burnagore avec. Sa minable tentative belliqueuse fut avortée par une horrible torsion de son seul bras valide. Le poignard tomba au sol comme un vulgaire bout de métal. Le brigand de deux mètres de haut profita de son allonge gargantuesque pour asséner un violent coup de massue au vengeur, profitant ainsi de la diversion offerte involontairement par son camarade cloué à la charrette. Là encore, le coup manqua sa cible et vint s'écraser contre le véhicule en bois. Ironie du sort, la main déjà poignardée de son collègue traînait sur la trajectoire de l'arme contondante. Un résultat morbide ô combien sanglant éclaboussa la femme écœurée et choquée par cet abominable spectacle.
Profitant du désarroi et de la pluie de poussière aveuglante soulevée par la massue, Burnagore retourna une nouvelle fois le bras de la Fouine, lui décrochant au passage un nouveau cri de douleur inhumain, et maintint une distance raisonnable avec son autre assaillant par le biais d'un coup de pied dans les parties. Frappe imprévisible et violente contraignant l'élancé à une immobilité dans une posture tout à fait ridicule, mais clairement adaptée à ce personnage perfide. Le bandit élancé poussa un cri de fillette suraigu en se tenant les noix.


- Enculé ! Putain d'enculé ! Va crever ! Merde ! … Merde !, hurla la Fouine en jetant un regard horrifié sur son articulation ouverte et sanguinolente.

- " Je te retourne le compliment ", répliqua sèchement Burnagore en affichant un sourire sadique.

D'un coup de genou bien placé, il arracha littéralement le membre fragilisé et maculé de sang à l'épaule de son propriétaire légitime. Une averse de goutelettes pourpres se répandit sur la charrette, la femme et le sol. Burnagore en fut épargné mais ses bottes pataugeaient déjà dans le liquide en question. Le brigand amputé éructa une écume de sang en commençant à perdre connaissance. Malheureusement pour lui, Burnagore n'en avait pas fini et prit le temps de se délecter de sa souffrance en esquissant une nouvelle fois une expression faciale satanique. Pour cause, son épée s'enfonça à travers les entrailles de la Fouine et lui fit rendre tripes sur-le-champ. Masse informe rougeâtre se répandant sur le chemin auparavant paisible d'un cadre anciennement idyllique.
Comme d'habitude, une zone visitée par Burnagore se mua en un véritable enfer sur terre.
Le regard mauvais du vengeur se tourna vers le géant toujours plié en deux. Sa taille qui lui offrait un certain avantage devint un détail d'une importance risible, étant donné les circonstances. Burnagore - ou Haine - s'en réjouissait et extirpa l'héritage affilé de son père de la carcasse éventrée de la Fouine. Ce dernier ayant subi le même sort que les sacs de vivres du marchand, spectateur abasourdi entrain de se réveiller.


- Huuuu... , balbutia le dernier brigand en levant les yeux, une main tendue en signe de grâce et l'autre soutenant ses boules meurtries.

- "Crains la dernière heure. Regarde-moi dans les yeux et maudis donc tes vils agissements qui te valent cette punition !", s'écria Burnagore en lui lançant des regards assassins.

Évidemment, le bandit pouvait toujours supplier... en vain.
Mais face à Burnagore, les vaincus n'ont qu'un seul espoir : n'espérer aucun salut.
A l'aide d'Eskhàrion, le vengeur transperça tout à tour les deux jambes du monstre à face humaine. Celui-ci s'affaissa en hurlant tellement fort que les nerfs de son cou semblaient sur le point de se déloger. Burnagore s'en moqua royalement et continua son œuvre. De ses bottes imbibées du liquide vital omniprésent, il pressa les plaies béantes au niveau des cuisses du survivant. Secoué par la douleur, le bandit se mit à convulser en bavant de la salive rosi par le sang.


- Je veux que tes dernier instants soient mémorables. Ainsi, même en enfer, ton esprit dérangé se souviendra de son bourreau. Oui, crains la dernière heure !, lui hurla le mercenaire sanguinaire au visage.

Le regard de Burnagore indiquait une haine profonde envers sa proie. Mais était-ce vraiment envers lui qu'il en avait ? Non... il regardait l'homme sur le point de rendre l'âme, sans vraiment le voir. Ce qu'il visait se trouvait bien au-delà de cette scène. Il tentait d'atteindre la vision qui se dessinait dans son esprit balafré par le passé. Il revivait intérieurement la mort de ses parents et le bandit qui gisait au sol, dénué de toute mobilité - et très bientôt de toute vitalité -, subissait pour l'ensemble de ses ennemis barbares.
Dans sa rage, Burnagore haletait. Sa respiration semblait bestiale, incontrôlable. Haine dirigeait sa main pour châtier le trio malfaisant depuis le début, mais son propre esprit lui commandait de laisser sa rage meurtrière l'assaillir et le dominer. La conversation avec Agnan Daeroth ne signifiait plus rien en cet instant. Balayée par sa colère, il ne répondait plus de rien. Aucun remord ne parviendrait à le faire flancher. Plongé dans les ténèbres, il observait sa proie se débattre d'une manière peu banale. Puis, lassé par cette scène, il enfonça la pointe de son arme de prédilection dans la bouche du géant. Le tranchant meurtrier de l'arme lui traversa l'arrière du crâne pour se planter nonchalamment dans le sol.
Toujours la main sur le manche de celle-ci, le vengeur l'extirpa d'une traite, nettoyant l'objet de ses innombrables crimes à l'aide d'une poignée de bandages récupérée dans une poche intérieure de sa toge sinistre. Il s'y affairait comme une ménagère nettoierait les meubles de sa demeure. En somme, avec une minutie considérablement appliquée.
La femme du marchand et le dit personnage lui-même assistèrent bouche-bée à l'ultime sentence exécutée par le mercenaire sanguinaire. Un moment de silence aussi pesant que la frisson glacé de la mort s'installa dans les parages tandis que Burnagore restait penché au-dessus du cadavre, son épée nettoyée dans une main et sa poignée de bandages souillés dans l'autre.
Il attendait quelque chose. Mais quoi ?


Dernière édition par Burnagore le Dim 31 Jan - 23:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Mar 1 Déc - 22:51



Un jeune Marqué se ressourçait près d'un court de rivière sur les routes de Begnion




"Aaaaaah, ca n'a pas de prix..."

Le jeune bretteur passait lentement ses membres dans un court de rivière. Il lava méthodiquement ses membres et avait déjà mit à sécher ses vêtements en les suspendant à un arbre. Un vent léger soufflait et accélérait le séchage. L'homme ne portait que son gant par habitude et n'avait qu'un caleçon en tissus pour protéger son intimité. Après avoir nettoyé les nombreuses taches de sang et de saleté accumulées par le voyage, il trempa ses cheveux longuement dans l'eau, le courant prit une couleur plus foncé tellement les cheveux étaient sales. Il appliqua ensuite un savon dessus, passant de nombreuses fois, comme s'il aiguisait une lame. A la fin, ces cheveux étaient devenu une masse blanche gélatineuse. Il se mit à rincer d'abord la partie droite, puis les cheveux au centre, en la gauche pour finir. Avec un coup de tête, il ramena violemment ses cheveux dans son dos. La masse épaisse et lourde de cheveux ayant pousser durant un nombre indéterminé d'année claquant sur sa peau à nue lui arracha un soupir de douleur. Le Marqué remarqua avec satisfaction que les cheveux les plus longs, ceux du centre, atteignaient sans peine le bas de son dos. Il les secoua un peu pour les essorer et se reposa à côté du courant d'eau.


Il respira l'air étrange de la forêt, l'humidité et la nature offrait une odeur particulièrement différente face à celle du désert. Son corps lui même suait énormément face à la forte concentration d'eau dans l'air. Les sons étaient aussi différents. Le silence était remplacé par le bruit des oiseaux, de feuille et de branche se pliant au vent, de l'herbe, des poissons dans les courts d'eau... POISSONS????

Blaze se rua sur un poisson qui venait de se rapprocher trop du bord. D'un geste très habile, il réussit à le sortir de l'eau et attendit sagement que la poisson meurt de manque d'air. Après une préparation rapide, il regarda avec un mélange de dégout et de curiosité le corps de sa victime, il n'avait jamais gouté de poisson frais. Il avait déjà mangé des tranches séchées, plus pratique à transporter et en général capable de tenir des mois entiers de trajet.
Une saveur se développa sur sa langue, comme si le poisson avait le gout de l'eau. La chair était tendre et grasse, mais les arrêtes empêchaient l'épéiste de profiter pleinement de son plat. Tant pis, il savait se contenter de peu, et les herbes étaient abondantes, et particulièrement nutritive. Le jeune homme pensa à se reposer contre arbre, mais des bruits relativement étrange le fit douter de la solitude qui l'entourait. Il feinta de s'allonger contre un arbre, mais son sabre était juste à portée de bras. Le bruit semblait être celui d'un chariot qui trainait sur le chemin principale. Blaze avait appris à suivre le chemin mais de loin, rester éloigner des sentiers battus est une habitude qu'il avait prise à force de se faire reconnaitre pour un meurtrier aux cheveux rouges.

Quand j'ai commencé mon voyage, on m'a beaucoup pris pour un certain bretteur, qui serait un meurtrier en cavale. Ma longueur de cheveux ne permettait pas de faire la différence, mais maintenant, ils sont assez long pour forcer les gens à y réfléchir.

Dans un soupire de regret, il leva les yeux au ciel, et sourit. Certainement, être confondu pour un meurtrier est une expérience particulièrement rude, mais il avait réussi à épargner sa vie et celle de ses assaillants, et cette simple pensée lui suffisait pour ne pas en faire toute une histoire. Le chariot s'éloignait doucement, mais Blaze entendit également d'autres bruits de pas, il plaça son oreille au sol. 3 personnes venaient de faire un sacré vacarme, probablement une attaque. Bien que l'esprit bon de Blaze ne fit qu'un tour, il valait mieux rester hors de tout problème jusqu'à arriver au prochain village. Il entendit une autre personne rejoindre le chariot, mais celui-ci avait un pas léger, plus souple et plus discret que les 3 autres. Sans qu'il le sache, il était dans le viseur d'autres canailles.

"Tu as vus ses cheveux! C'est une femme jte dit! Et regarde, ces vêtements sont en train de sécher!"

"Oh oui... On va bien s'amuser Ar Ar Ar!"

Blaze entendit un rire gras au loin. 2 au fait. Un assez loin, mais l'autre... L'autre était assez prêt pour le faire frisonner de dégoût. Il regarda d'un geste vif 2 hommes dans les buissons qui tentaient de l'observer. Des voyeurs? Voyeurs d'homme? Blaze tenta de faire fonctionner son cerveau confus, il se rendit soudain compte en regardant dans l'eau que ses cheveux avaient en effet une couleur et une teinte très féminine depuis leur lavage. C'est bien normal après tout, ils sont juste beaux à ce point. Ces deux voyous ont certainement cru que ces cheveux long ne pouvaient qu'appartenir à une femme. Erreur.

Notre jeune bretteur gloussa de rire et décida de se préparer à se battre. Il se dirigea vers son fourreau et le prit dans une main. Et il attendit patiemment. Il entendit soudain des cris déchirants au loin, une bataille avait éclaté, comme il l'avait prévu. Mais ce n'était pas le bon moment pour aller y jeter un œil, et il se retourna pour voir les deux hommes qui tentaient de s'approcher discrètement de lui. Ils s'arrêtèrent soudainement en réalisant que cette femme n'avait pas de poitrine, et un corps fin, mais musclé. Le premier bandit avait un visage que seule une mère peut aimer. Celui à côté avait des cicatrices partout sur le visage, au point où il fut difficile de savoir c'était un trait de son visage ou si une lame était passé par là.

"Je suis gentil, mais franchement, vous n'auriez eu aucune chance. Héhéhé."

La surprise passa à la colère, et les deux hommes se ruèrent sur le jeune Marqué. Celui-ci esquiva souplement le premier coup de poing, et répondit d'un puissant coup de pied dans la mâchoire. Le second arriva suffisamment tôt pour forcer Blaze à parer avec son fourreau une lame de couteau. Il utilisa son fourreau dans sa main droite pour maintenir le couteau hors de portée de sa gorge et dégaina sa lame avec la main gauche. L'homme recula pour mieux prendre une lacération verticale dans l'abdomen. Le laideron prit ses jambes à son cou en se rendant compte qu'il n'avait pas d'arme. Le second tentait de courir, en regardant constamment en arrière, craignant de se faire poignarder. Blaze finit d'ajouter du sel sur la plaie de l'homme en prenant une posture féminine, comme s'il tentait de l'aguicher. Puis il explosa de rire.

"Pfffahahahahaha! Je suis même pas en colère! Je savais que j'étais beau, mais la, je dépasse tout mes espoirs! Ahahahaha!"

Blaze ne put contenir son rire nerveux alors qu'il se rhabillait. Il prit le temps de réajuster ses cheveux et se regarda une dernière fois dans l'eau de la rivière. Il comprit mieux pourquoi il a été si facile de le confondre. Les cheveux jouaient certainement une grosse partie, mais le fait d'avoir le visage aussi propre était plus caractéristique des femmes. Que dirait sa mère? Oh, elle exploserait de rire certainement. Soudain, un fil rouge se dessina dans l'eau de la rivière. Du sang. Blaze remonta sa trace, le sang coulait probablement depuis la route principale, là où il avait entendu un cri de douleur. Le jeune homme mit sa main sur sa lame et se dirigea promptement vers le lieu d'origine de l'écoulement de sang. Il y découvrit une vraie scène de carnage, les propriétaires du chariot en plein choc. Et... Lui. Ce pourrait-il que se soit lui? L'homme que le monde semblait rechercher? Peut être que oui, ou non. Le temps lui expliquera. Mais l'homme était ensanglanté, et libérait l'aura d'un bretteur expérimenté. Mais surtout d'un homme très dangereux, pas mauvais, mais dangereux. Blaze laissa sa bonté ressortir et se rua vers l'homme et la femme en pleurs devant la scène déplaisante du massacre. Le bretteur y était immunisé, mais l'esprit  plus commun ne peut s'habituer à voir une telle violence.

"Vous allez bien? Attendez monsieur, vous êtes blessé à la tête. Laisser moi vous soigner." Le jeune Marqué s'exécuta et utilisa les bandages de son sarachi pour bander la tête de l'homme. La femme semblait surtout en choc. "Rassurez la, tout va bien désormais."

Blaze se releva et se retourna vers l'homme en noir et rouge qui se tenait devant lui. Il sentit une tension entre eux, une tension qui n'est pas d'origine humaine. Si Blaze pouvait sembler être un ange, car propre, beau, gentil, et resplendissant, il contrastait horriblement avec le bretteur en face de lui, ensanglanté, sale, et particulièrement grave. Un démon face à un ange.

"C'est bon de voir qu'il existe encore des gens qui font preuve d'un minimum de justice. Ton jugement est dur, mais c'est le tien. Blaze Kazeroï. Mon ami, je crois que tu me dois une tournée à la taverne de la prochaine ville. Si tu es bien le fameux Burnagore, j'ai été attaqué de nombreuses fois en ton nom. Par des gens pas très futé, mais aussi par d'autres plus... intéressants. Tu me dois bien une histoire autour d'une cervoise!"

Blaze tendit sa main, un sourire narquois au lèvre. Une espèce de provocation à l'amitié, essayant de mettre en gage l'humanité de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Jeu 3 Déc - 0:53


Le sol ressemblait à un marécage sanglant. Si l'on disposait d'une imagination plus poussée, le tout ressemblait à une sorte de grande casserole peu profonde où trempaient quelques cadavres jouant le rôle de morceaux de viande cru fraîchement découpés. Burnagore ne les voyait plus comme des humains, ni même comme des animaux. Juste de la viande morte. Ces gens-là ne méritaient pas la vie qu'on leur avait offert. Ils ne méritaient absolument rien de cela.
Le vengeur mit un certain temps à réprimer ce sourire mauvais dessiné sur ses lèvres. En fait, il ne s'en était tout simplement guère rendu compte de prime abord, trop occupé à contempler l'enfer qui se profilait autour de lui. Ce nouveau monde compact bâti de ses propre mains. « Haine » remportait encore la victoire sur sa conscience. Du moins, Burnagore n'avait pas ressenti le besoin de contenir son bras meurtrier. Et puis, par chance ou par preuve de contrôle, aucune flamme ne dansait au milieu du sentier. Aucun corps ne brûlait. Rien sinon un étrange individu procurant les premiers soins au marchand hébété et à sa femme bouleversée.
Le mercenaire sanguinaire daigna lever les yeux dans la direction du nouvel arrivant, le visage toujours dissimulé sous son obscur capuchon. Cet homme ne respirait pas le danger. Il prenait soin des autres avant de se poser des questions essentielles comme sa propre sécurité, éventuellement.
En effet, Burnagore – partiellement manipulé par l'horrible voix résonnant dan son crâne – tenait fermement son Ignifer, la pointe pendante au-dessus du cadavre du dernier brigand abattu. « Haine » harcelait le vengeur en l'incitant fermement à trancher d'autres personnes dans la seconde. Curieusement, le nouveau mystère de sa sinistre personne devenait de plus en plus exigeant. De plus en plus affamé. Et pour ne rien arranger, le mal auquel il obéissait empruntait la voix de sa sœur. Dans d'autres circonstances, la voix de Céasar se moquait de ses faits et gestes et le poussait à brandir sa lame d'une manière bien plus salissante, voire plus flamboyante.
En serrant les dents, il lutta face à lui-même. Il ne pouvait pas se permettre de sombrer dans les abysses de l'enfer. Pas avant de s'être vengé et d'avoir sauvé sa sœur. Rien ni personne ne le dompterait d'ici là.
Las de sa propre attitude digne d'un assassin revanchard, il laissa tomber les quelques bandages souillé par le sang de ses victimes sur le macchabée étalé devant lui. Les bandelettes s'affaissèrent sur la carcasse inerte, et Burnagore croisa le regard vide du bandit anéanti. Ni remords ni tristesse. Un châtiment tout à fait justifié.
Il rangea ensuite sa lame dorée dans son fourreau en la levant promptement. Pendant cet instant furtif, le marchand crut voir Burnagore sur le point de trancher le jeune Marqué. Mais le vengeur n'en fit rien et son arme glissa à l'intérieur de son étui, la garde heurtant la paroi du fourreau dans un claquement métallique.


- C'est bon de voir qu'il existe encore des gens qui font preuve d'un minimum de justice. Ton jugement est dur, mais c'est le tien. Blaze Kazeroï. Mon ami, je crois que tu me dois une tournée à la taverne de la prochaine ville. Si tu es bien le fameux Burnagore, j'ai été attaqué de nombreuses fois en ton nom. Par des gens pas très futé, mais aussi par d'autres plus... intéressants. Tu me dois bien une histoire autour d'une cervoise !

Burnagore arqua un sourcil suite à cette longue tirade. Il toisa l'homme qui se tenait devant lui, la main tendue attendant une salutation du même genre. Comment Diable ce type connaissait-il son vrai nom ? Pas même Redeye n'en avait entendu parler. Seule Phoenix le connaissait. Tout le monde le croyait mort et enterré. Ou alors, mort et dévoré par la faune de la forêt.
Apparemment, les nouvelles se bousculaient de jour en jour. Et tout cela expliquait le nombre croissant de bâtards éparpillés sur son chemin avant de parvenir à la frontière de ce nouveau village.
Dans tous les cas, ce type l'inquiétait. Pas spécifiquement lui, surtout ses connaissances en la matière. Son masque, Bolganone, avait fini par voler en éclats. Bien évidemment, cela devait arriver un jour ou l'autre, mais certainement pas aussi tôt. Que ferait Céasar en connaissance de cause ? Se débarrasserait-il de Ryanne par simple précaution ? S'en servirait-il comme otage pour liquider une bonne fois pour toute son rival de longue date ? Traquerait-il Burnagore par le biais de ses hommes, dans l'optique de l'épuiser quitte à sacrifier ses sous-fifres ?
Trop de possibilités pour un être aussi perfide que son meilleur ennemi.
La disparition de Doryan provoquait sûrement moult interrogations au sein de l'Ordre de la Lame. Pourtant, le corps décapité du traître pourrissait encore dans la forge.
Intriguant. Réellement intriguant. Blaze Kazeroï paraissait moins crédule que le reste du monde. Ses méninges fonctionnaient différemment de la masse. Le vengeur le scrutait de haut en bas, le visage dur et les lèvres immobiles. Quoi qu'il en soit, aucune de ses deux mains ne se leva pour répondre au salut de Blaze.
Trop de questions germaient dans la noirceur de son esprit tourmenté.


- "Je ne me rappelle pas avoir donné mon nom à quiconque sur ma route. Rares sont les individus encore capable de prononcer un seul mot après m'avoir rencontré. Nombreux sont les demeurés démembrés. A mon avis, Vous ne faites pas parti de ces deux groupes, sauf si un excellent médecin s'est occupé d'un cadavre récalcitrant pour satisfaire sa folie. Ce dont je doute fortement.", lança le mercenaire sanguinaire en regardant Blaze droit dans les yeux.

Le vent souffla sur le sentier, comme si la Faucheuse se mouvait dans les parages. Un courant d'air froid et désagréable. Un étrange hasard étant donné les circonstances. Mais l'élément ne dérangeait pas la sombre silhouette du vengeur. Sa toge noirâtre ondulait au gré du vent tourbillonnant. Ses yeux rouges et son impressionnante balafre luisaient dans l'ombre de sa capuche. Il observait Blaze comme un prédateur suivait sa proie du regard.
Juste après cela, une nuée de corbeaux se joignit à la conversation. Les charognards commencèrent d'ores et déjà à se repaître des carcasses sanglantes gisants sur le sol humidifié par le massacre. Le spectacle d'un festin morbide routinier pour Burnagore. Rien de plus. Il ne s'en souciait pas le moins du monde. Ses deux charbons ardents en guise d'yeux restaient toujours braqués sur Blaze. Silencieusement, il recherchait la présence d'un blason sur la tenue de son interlocuteur. Celui de l'Ordre de la Lame, peut-être ? Analyse non productive.


- " Je ne vous dois rien. Je n'ai pas pour habitude de payer pour qui que ce soit. Ce que j'offre à mon prochain ne sont que coups et blessures. Mortels le plus souvent. D'ailleurs, si vous connaissez mon nom, vous devez très certainement déjà connaître une partie de mon histoire. Où l'avez-vous entendu ? ", s'enquit-il d'une voix plus sombre qu'interrogative.

La tension se faisait de plus en plus pesante. Le même frisson précédemment ressenti par les bandits tenailla le marchand et sa femme. L'infâme sensation glaciale de la terreur envahit l'air comme un odieux parasite rongeant progressivement le bon sens de ses victimes. Très vite, la même impression germa chez son interlocuteur. Pendant cet instant où le temps semblait paralysé, la multitude de corbeaux se raidit pour contempler l'origine de ce mal-être. Les globes oculaires noirs scrutaient Burnagore et Blaze, pressentant un avenir sombre... ou un futur repas en perspective ?
Seulement, la situation restait plus ou moins complexe. Burnagore n'esquissait pas le moindre geste hostile. Seule cette étrange aura de mort peignait les lieux au même rythme que ses sombres paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Sam 5 Déc - 23:11



Blaze réalisa rapidement que tendre la main ne servirait à rien, il la rangea avec un léger mécontentement. Il en profita pour observer avec minutie l'homme en face de lui. Des cheveux rouges, des cicatrices plutôt malsaines et une épée des plus intrigante, assez pour le faire imaginer à quel point elle à servit. Son regard s'égara vers le champ pourpre l'entourant. Le sol lavait lentement le sang éparpillé, mais les corps en revanche, la simple vue le mettait mal à l'aise. Au fait non, ce sont les blessures infligées, elles ont été faites avec un mélange très étrange. Colérique, sadique, et... précis, il n'y a aucune autre combinaison de mot plus approprié. Si on pouvait appeler cela de l'art, Blaze pouvait se dire que le sien était des plus propres, et que celui sous ses yeux cherchaient avant tout la douleur et le choc des blessures, pas la fin rapide et douce que Blaze s'efforçait d'infliger.

Non, cet homme, Burnagore, ne s'était pas amusé avec eux, non. Il l'avait fait d'une manière vengeresse. Les plaies n'étaient pas assez nombreuses pour que ce soit personnel, mais assez cruel pour infliger une sacrée douleur! Pas assez brutal pour que ce soit de la violence gratuite, mais pas assez propre pour que ce soit fait avec de la pitié derrière. Il l'avait fait avec colère, mais une sorte de colère passionné, une vengeance naturelle. Comme c'est étrange, un homme en quête de vengeance qui s'arrête pour aider les innocents. Un acte des plus honorable, fait d'une manière particulièrement horrifique. La contradiction en elle seule était sujet à la réflexion, un sens de justice qui réside encore dans une enveloppe dépravé d'un homme en quête de vengeance? Ou volonté propre d'un individu souhaitant faire le bien autour de lui, mais ne connaissant que la souffrance comme langage. Soudain, une phrase de Redeye lui revient. Il voulait purger le monde, voila. PURGER, c'était ce que l'homme avait fait. Sans aucune pitié, sans aucun remord et encore moins de plaisir dedans. Il l'avait fait parce qu'il le devait, pas parce qu'il appréciait de faire le bien ou de faire couler le sang. Ce manque total de plaisir dans l'action fit frisonner de peur Blaze.

Le bretteur avait de l'expérience en tant que tueur. Enfer, il avait déjà accumulé par mal de mort par le bout de sa lame. Mais chacune des morts qu'il avait infligé était faite soit par défense, ou alors il avait prit du plaisir pendant. Des fois par sadisme pur, des fois par plaisir de faire régner un peu la justice ou par plaisir de combattre, de bretter, de s'améliorer. A aucun moment, il n'avait eu un tel manque de sentiment durant une tuerie, ou plutôt une telle colère. Son compagnon de bar de Daeïn partageait cet avis, lui prenait un sadisme terrible et un plaisir malsain, mais cela était compréhensible. Nous sommes nées par le sang, fait homme par le sang, et réduit en poussière par le sang. Blaze secoua la tête, laisser le sang l'intoxiqué était une pratique très dangereuse. Sans savoir pourquoi, il y avait quelque chose d'intéressant dedans. Cet intérêt n'était pas malsain, il était juste... présent. Comme s'il l'appelait, mais sans lui demander de le faire couler partout. Comme un homme curieux devant une espèce animale, mais qui ne cherchait pas activement à la retrouver.

Blaze releva les yeux et retourna son attention sur le dénommé Burnagore. Une tension très forte émanait de lui, mais celle-ci ricochait sur le sourire et la bonne humeur de Blaze. Il avait eut de quoi se doucher, on l'avait confondu avec une belle femme, tout était bon aujourd'hui, et c'est pas un pauvre homme vengeur, sombre et sadique qui allait détruire son humeur glorieuse. Mais le visage stoïque et le manque de geste de l'homme en face de lui l'intriguait, les blessures qu'il avait déjà infligé étaient assez pour éveiller sa curiosité. Il avait une bonne maitrise de soi, c'était déjà ca de bon, il n'aimait pas avoir à faire au personne instable. Ne pas pouvoir anticiper un minimum les émotions de quelqu'un est particulièrement frustrant. Blaze décida de se prendre au jeu et sorti un sourire particulièrement agressif et leva sa main ganté devant lui, comme un signe de violence. Il était incapable de créer de la pression par sa seule présence, il était trop expressif et trop joyeux de toute façon, en revanche, dès qu'il prenait une pose agressive, tout changeait. Quand il faut montrer une expression, Blaze est le meilleur, car capable de communiquer facilement ses intentions. Son sourire ne montrait pas qu'il était mauvais, mais qu'en aucun cas il n'avait peur de l'homme en face de lui.

- "Je ne me rappelle pas avoir donné mon nom à quiconque sur ma route. Rares sont les individus encore capable de prononcer un seul mot après m'avoir rencontré. Nombreux sont les demeurés démembrés. A mon avis, Vous ne faites pas parti de ces deux groupes, sauf si un excellent médecin s'est occupé d'un cadavre récalcitrant pour satisfaire sa folie. Ce dont je doute fortement. Je ne vous dois rien. Je n'ai pas pour habitude de payer pour qui que ce soit. Ce que j'offre à mon prochain ne sont que coups et blessures. Mortels le plus souvent. D'ailleurs, si vous connaissez mon nom, vous devez très certainement déjà connaître une partie de mon histoire. Où l'avez-vous entendu ?"

"Pf... Pfhuahahahha! Tant agressivité envers un pauvre vagabond! Mais... En me mettant à ta place, je comprendrais. Je ne connais rien à ton histoire, ni qui veut ta peau. Les bandits ou les chasseurs de primes ont vite compris à qui y avait à faire, mais d'autres... D'autres personnes étaient à mes trousses. Et ils étaient très dangereux, je me suis caché et je les ai évité. Sait tu comment je connais ton nom? Parce que j'ai un ami, un ami autour de moi, tout le temps, partout, et c'est celui qui fait plier l'herbe dans les plaines."

Blaze respira et une puissante brise secoua les arbres, et les corbeaux qui s'étaient affairés sur les cadavres furent obligés de suivre le courant de vent, avant de se reposer doucement pour reprendre leur travail. Il les observa, respectant cette sorte de neutralité absolue des corbeaux, jamais à provoquer la mort, mais toujours à en profiter. Les Beorcs et les Laguzs ne sont pas si différents, nous nous abreuvons de la mort de nos proches, de nos semblables pour mieux survivre. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Le vent retomba doucement et Blaze retourna ses yeux sur l'épéiste.

"Nombreux sont ceux qui sont devenu fou en tentant de décrypter les murmures du vent, beaucoup... Sauf moi. C'est tout ce que je sais de toi, ton nom, car on me chasse en ton nom, et le vent m'a averti. Tu sembles chercher quelque chose, je peux t'aider, le vent semble t'apprécier, sans que je sache pourquoi. Il m'accordera peu être plus d'information, mais je te garantie rien!"

Blaze se gratta les cheveux et regarda le convoi derrière lui avec un œil discret. Il se retourna, soupira et tenta de prendre sa bouteille de liqueur, avant de se rappeler qu'elle était vide.

"Bon, déjà, allons au prochain village, on y sera plus au calme que dans la forêt. Et puis tu me la dois cette putain de cervoise, j'ai plus une goutte de liqueur, ca fait 3 semaines que je marche, tu peux bien accorder à un Hatarien un peu de boisson non?" Blaze se retourna et fit un signe aux marchands, pour qu'ils puissent se remettre en chemin. Une idée l'éclaira soudain. Oubliant complétement qu'un potentiel tueur était dans son dos, il demanda : "Vous vendez des trucs? Vous auriez pas de la liqueur?"

L'homme du chariot sortit d'une main tremblante une bouteille d'une étrange forme. Blaze s'empressa de la prendre et d'en boire une bonne gorgée, comblant la soif du bretteur. Une sorte d'expression presque orgasmique se dessina sur le visage d'une jeune homme. La bouteille contenait un hydromel très raffiné et de très bonne qualité. Assez pour que Blaze la trouve à son gout. Il tendit des pièces pour payer l'homme qui tenta de refuser, mais c'était mal le connaitre. Le jeune Marqué se retourna vers le vengeur sanguinaire.

"Guaaaaaaa, ca c'est la vie. Bon, on y va? Et me vouvoie pas, j'ai horreur de ça."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Lun 7 Déc - 21:19


Apparemment, Blaze ne ressentait pas cette horrible impression destinée à faire fuir les plus lâches, et notamment à susciter l'attention des salopards malintentionnés. Non, cette étrange personne rousse ne recula pas pour prendre la poudre d’escampette. Pour cause, il esquissa un étrange sourire. Quelque chose de... carnassier ? Expression plus ou moins prévenante associée à un geste de la main tout aussi éloquent.
Cette attitude provoquait un contraste accentué par la présence des charognards, ces derniers laissèrent quelques plumes noires auprès des cadavres en s'agitant sur place tout en croissant inutilement. Ce concert de sons rauques donnait l'impression que les corbeaux s'exprimaient à la place du vengeur au regard fixe. Bien que lui-même ne se souciait pas le moins du monde de cette nuée d'oiseaux de mauvaise augure.


"Pf... Pfhuahahahha! Tant agressivité envers un pauvre vagabond! Mais... En me mettant à ta place, je comprendrais. Je ne connais rien à ton histoire, ni qui veut ta peau. Les bandits ou les chasseurs de primes ont vite compris à qui y avait à faire, mais d'autres... D'autres personnes étaient à mes trousses. Et ils étaient très dangereux, je me suis caché et je les ai évité. Sait tu comment je connais ton nom? Parce que j'ai un ami, un ami autour de moi, tout le temps, partout, et c'est celui qui fait plier l'herbe dans les plaines."

Le vent redoubla d'intensité, fit fuir les oiseaux des ténèbres, plaqua la capuche de Burnagore dans un sens, et entraina la danse frénétique des arbres enracinés en bord de sentier. Mais le mercenaire sanguinaire resta impassible. Il décrypta en silence les palabres de son interlocuteur aussi bavard que sa sœur disparue. Effectivement, les longs monologues ne le gênaient pas le moins du monde. Il pouvait les enregistrer et les traiter avec une aisance affûtée depuis sa tendre enfance. Une entrainement forcé par les innombrables mots prononcés par son aimable sœur. Le pire étant quand sa mère se joignait aux paroles de Ryanne. La conversation filait comme une flèche. Non, rectifions la chose. La conversation prenait une tout autre ampleur : elle pouvait être facilement comparée à une née de flèches interminable poussée par des bourrasques de vent effrénées.
Pour réprimer un sourire en pensant aux agréables moments passés avec sa famille, et éventuellement conserver volontairement la noirceur nichée au plus profond de son cœur meurtri, Burnagore plongea son regard ardent sur le cadavre mutilé de sa victime. La simple vue du trou béant située à l'intérieur de sa bouche calmait son euphorie. Inutile de préciser que la partie malsaine de son esprit - baptisée "Haine" par ses soins - se délectait de cette mise en scène comme s'il s'agissait de son œuvre. Était-ce le cas ? A méditer. Le vengeur avait tout de même fait preuve d'un minimum de contrôle lors de sa tuerie. Bien entendu, tout cela dépendait du point de vue. Néanmoins, le massacre aurait très bien pu finir en brasier. Le brasero de la fureur.
Ses pupilles écarlates se braquèrent sur Blaze tandis que les corbeaux se faisaient un festin des carcasses sans vie des bandits. Le marchand déglutit, ravalant peut-être le vomi nouant sa gorge. Sa femme se cacha les yeux, désirant sûrement quitter la scène du crime au plus vite.


"Nombreux sont ceux qui sont devenu fou en tentant de décrypter les murmures du vent, beaucoup... Sauf moi. C'est tout ce que je sais de toi, ton nom, car on me chasse en ton nom, et le vent m'a averti. Tu sembles chercher quelque chose, je peux t'aider, le vent semble t'apprécier, sans que je sache pourquoi. Il m'accordera peu être plus d'information, mais je te garantie rien!"

Bunagore poussa un grand soupir, détournant un instant les yeux de Blaze. Cela dit, ce type maitrisait un élément plutôt intéressant. Le vent rendait bien des services et disposait assurément d'un côté très pratique. Une idée affleura se fraya un chemin dans l'esprit torturé du mercenaire sanglant. Non pas une pensée belliqueuse; une pensée toute aussi pratique que le vent en lui-même.
Il ne put dissimuler un soupir en coin, même avec tous les efforts du monde.


- " ...Je vois. C'est bien peu, comme informations. Mais je vais m'efforcer de m'en contenter.", déclara-t-il d'un ton neutre, clairement moins menaçant qu'à l'accoutumée.

Pendant qu'il parlait, Blaze se retourna. Ce dernier entreprit de faire un geste pour récupérer quelque chose de rangé dans ses poches. Rien n'en sorti. Et ce ne fut que quelques secondes plus tard que la réponse à sa question le prit de court.

"Bon, déjà, allons au prochain village, on y sera plus au calme que dans la forêt. Et puis tu me la dois cette putain de cervoise, j'ai plus une goutte de liqueur, ça fait 3 semaines que je marche, tu peux bien accorder à un Hatarien un peu de boisson non?"

Blaze tenait vraiment à boire. Un peu trop au goût de Burnagore. Car pour lui, même l'eau avait le goût du sang. Même le ciel déversait du sang sur les mortels. Même l'océan répandait la couleur de la violence au bord des rivages de ce monde.
Cela dit, Blaze se dirigerait là où l'espérait Burnagore. Et le vengeur n'en serait pas mécontent. Il restait à savoir si la situation n'allait pas déraper encore une fois.
Son interlocuteur réclama un breuvage au marchand apeuré, et celui-ci s’exécuta en toute célérité.
Burnagore desserra ses poings et haussa les épaules. La bonne attitude de Blaze et la sociabilité dont il faisait preuve lui faciliterait grandement l'insertion parmi les villageois. Il se tut à se sujet, laissant son interlocuteur s'impatienter pour donner le change.


"Guaaaaaaa, ça c'est la vie. Bon, on y va ? Et me vouvoie pas, j'ai horreur de ça."

Le mercenaire sanguinaire fit le premier pas en snobant le faciès effaré du marchand lorsque celui remarqua la cicatrice arborant son côté gauche du visage. Cette réaction banale ne méritait pas le moindre commentaire. Il n'en avait cure. Du coup, toujours drapé comme la Mort avec sa toge rapiécée sur le dos, il passa devant Blaze et continua sa route vers le village, feignant un manque d'intérêt pour cette proposition.
Mais au final, il s'arrêta au bout de quelques pas.


- "Très bien. Si tu y tiens tant que ça... J'espère que tu ne seras pas aussi bavard une fois arrivé à destination. Cela dit, j’impose deux conditions. Tu auras le droit à trois questions me concernant. Pas une de plus. Sauf si tu te débrouilles pour que j'en éprouve ne serait-ce qu'une pointe d'intérêt. Deuxième règle : je décide du lieu destiné à nous accueillir.", prévint-il d'un ton ferme et décidé.

Puis il continua son chemin sous le regard persistant des deux sinistrés. L'odeur du sang plongeait l'endroit dans une atmosphère de plus en plus lugubre. Et la présence des corbeaux rendait le tout encore plus mémorable. Généralement, une telle masse de ces bestioles répandait promptement la rumeur selon laquelle "L'Oiseau de Sang" était passé par là.


Dernière édition par Burnagore le Sam 12 Déc - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Ven 11 Déc - 22:33



Blaze se réjouis en apercevant le léger tic heureux de son interlocuteur. C'était le genre de sourire que l'on ne pouvait refréner, un sourire naturel, que l'on ne pouvait cacher et qui montrait l'impact que l'on avait sur une personne. Il n'y avait rien de plus satisfaisant que de faire ressortir un sourire à une personne qui semble si froide d'abord. Cela montrait que le jeune bretteur ne s'était pas trompé. Certes, l'homme était dangereux, et encore couvert du sang de ces victimes, mais l'intérieur de son esprit semblait encore assez sain pour que la bonne humeur soit contagieuse.
Le bretteur reprit contenance très rapidement. Et lui fit quelque chose que Blaze aurait appelé un véritable cadeau.

- "Très bien. Si tu y tiens tant que ça... J'espère que tu ne seras pas aussi bavard une fois arrivé à destination. Cela dit, j’impose deux conditions. Tu auras le droit à trois questions me concernant. Pas une de plus. Sauf si tu te débrouilles pour que j'en éprouve ne serait-ce qu'une pointe d'intérêt. Deuxième règle : je décide du lieu destiné à nous accueillir."

Blaze ne connaissait personne au village, il savait encore moins où manger, boire et dormir. Avoir un guide, même si dangereux, est toujours bon à prendre. Blaze souri et acquiesça de la tête. L'homme avait mentionné un point important, la parole. Blaze allait devoir faire profil bas à côté de cette personne. Il le suivit et réfléchit aux questions à poser. Une suffirait. Mais par curiosité, il ne se retiendrait pas sur les 2 autres. Lorsqu'il emboita le pas, deux choses lui sautèrent aux yeux.

Tout d'abord, l'odeur du sang mélangé à celle de la forêt. Les cadavres répandraient rapidement une odeur fétide et absolument immonde. Le sang ne séchait pas, mais imprégnait l'air, ce qui était encore pire. Le croassement des corbeaux qui festoyaient sur les restes ajoutait une ambiance extrêmement lugubre à la scène. Impossible de bruler les corps, pas assez d'air ambiant et trop humide en général. Il allait devoir laisser les corbeaux et les vers faire leur œuvre. Ceci lui rappela douloureusement son massacre à Daiën. Il partait avec les corbeaux rodait au dessus de lui, des morceaux de corps autour de lui. Le village qu'il avait... "attaqué" était d'ailleurs à sa recherche, au moins un point commun avec son ami à en devenir. Blaze avait, malgré tout ce qu'il pouvait voir, un bon présentement envers cette personne. Il ne savait pas pourquoi, sa manière de parler, d'agir, de se cacher, c'était assez familier, et étrangement, ca le mettait en confiance. Mais la prudence Hataryiène prenait souvent le dessus, il se serait déjà fait poignarder 20 fois s'il avait uniquement confiance à cet instinct.

Mais ce qu'il le mettait moins à l'aise, c'était les marchants. Ils ne tremblaient plus de peur, mais d'hésitation. Blaze connaissait très bien ces tremblements, étant lui même souvent victime d'hésitation. Le dénoncerait-il? Lui et leurs sauveur? L'honneur se perd de nos jours. Blaze ralentit le pas et discuta rapidement avec l'homme du chariot, qui se remettait en chemin, les suivant avec une distance respectable. Arrivant à sa hauteur, l'homme se tendit très fortement.

"Vous avez de la chance qu'il soit passé par là. Encore merci pour la bouteille, mais soyons très clair."

Blaze dégaina le bout de sa lame, laissant la bonté et la gentillesse de son visage disparaître un instant. La femme ne put retenir un hoquetent de surprise et de peur.
"Vous tentez quoique ce soit envers lui ou moi. Et je vous jure qu'en temps que membre de la garde d'Hatary, cette trahison ne restera pas impunie."
Blaze laissa la lame retombé dans son fourreau et se revêtit son sourire joyeux en frappant amicalement le dos de l'homme.
"Aller! Soit pas coincé! Sourit! Vous avez survécus et vous avez encore toute votre marchandise, j'en connais qui pourrait pas se venter de ca!"

Étrangement, il réussit à sortir un sourire plutôt honnête du marchant. Il ne s'y attendait pas, mais cela le surprit agréablement. Il fit un clin d'œil avant de remonter vers le bretteur ensanglanté. Une fois à sa hauteur, il attira son attention. Avec un visage sérieux et plus sombre, Blaze montra d'un passage des doigts sur ses lèvres qu'il ne parlerait pas jusqu'à qu'il lui semble approprié. Il laissa le dénommé Burnagore montrer le chemin et le suivit jusqu'à apercevoir un village.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Sam 12 Déc - 23:31

Burnagore n'avait pas pris connaissance de la conversation entre Blaze et le marchand. Et de toute évidence, il n'en avait cure là-aussi. Le vengeur se contentait de marcher en direction du village, laissant le lieu cauchemardesque façonné de ses propres mains meurtrières dans son sillage. Après tout, ces tocards défunts ne méritaient pas d’épitaphe ni même un fossé où reposer. Oh, bien sûr que non ! Pour le mercenaire sanguinaire, les types de cet acabit ne pouvaient se rendre utile qu'en nourrissant les bestioles nuisibles ainsi que les corbeaux affamés. Tout au plus.

Le sentier déboucha finalement sur une clôture en bois rongée par le temps. De fines plaques de la même matière trahissaient leur triste état de délabrement. Une arche terriblement ancienne et recouverte de lierre soutenait une enseigne branlante à deux-doigts de glisser.
Burnagore avisa l'écriteau et resta totalement inexpressif. Le dit patelin portait le nom "Adiutare". Il s'agissait bien de sa destination. Sans plus tarder, il continua son chemin telle une ombre voyageant en plein jour. Certaines têtes discrètes se retournèrent dans sa direction en raison des tâches de sang ornant sa sinistre tenue. Très vite, les badauds braquèrent leur regard sur Blaze. Une vision bien plus réconfortante. Cela dit, ils devaient s'en doute se poser quelques questions au sujet de ce redoutable contraste. L'un inspirait mort, peur et effroi; l'autre transpirait de vie, de bonne humeur et de bonté.
En levant une nouvelle fois les yeux de son capuchon, le mercenaire sanguinaire analysa une rue ni trop longue ni trop étroite, recouverte de pavé et criblée de boutiques en tout genre. Principalement des échoppes situées sur les flancs, tout contre les bâtiments de terre, de bois ou de pierre. Chemin faisant, il ignora magistralement les mains tendues des mendiants, et en rabroua un via un trop entreprenant regard noir. L'intéressé se plaqua lui-même contre le mur en baissant les yeux. Ses mains crasseuses tremblaient et son visage buriné lui donnait l'impression d'avoir fait face à la Faucheuse elle-même.
A cela s'ajoutaient les cris des commerçants, l'odeur de la viande assurément plus graisseuse qu'elles le laissaient paraître, le brouhaha intempestif des passants, les effluves de merde et de pisse en provenance des ruelles perpendiculaires semblables à des pissotières. Bref, ce village ne méritait pas la présence d'une foule, seule l'avenue était à peu près fréquentable. De plus, Burnagore n'était vraisemblablement pas le seul à être habillé comme un sorcier ou un voleur. D'autres toges noires flottaient dans la rue, zigzaguant entre les habitants ou frôlant les murs usés par le temps. Des fantômes de mauvaise augure. Des types qui vivaient dans l'ombre. Des ordures prêtent à faucher le moindre sou situé à la ceinture des imprudent.
Pour cause, le vengeur en remarqua un. Son regard sombre ballottait dans toutes les directions. Deux pupilles ténébreuses malintentionnées. Il bouscula un passant et en profita pour lui dérober habilement sa bourse. Bien sûr, il s'excusa dans la foulée mais ne prit pas la peine de s'arrêter. Un sourire en cape se dessina sur son visage narquois. Aussitôt, il reprit sa misérable besogne de fourbe et glissa prudemment une de ses mains dans la poche d'un autre voyageur. Ce type se débrouillait bien, mais le voir agir ainsi n’inspirait qu'un profond dédain au vengeur. Néanmoins, le voleur ne s'intéressa pas à lui et chercha un nouveau pigeon, l'air stoïque. Ses yeux fixèrent une autre cible. Ironie du sort, il s'agissait bien évidemment de Blaze ! Son style attirait naturellement les salopards de ce genre, semblables à des moustiques hypnotisés par une source de lumière quelconque. Le voleur s'empressa de réduire la distance, les mains dans les poches au préalable, et entreprit de se faufiler entre Burnagore et Blaze.
La suite logique ? Bousculer Blaze d'un coup d'épaule, lui voler quelque chose d'intéressant, s'excuser à la hâte et quitter le lieux. Ni plus ni moins.
Mais rien de tel ne se produisit.
Le vengeur, par pur réflexe, intercepta le fourbe de sa puissante main droite bandée. Sa poigne de fer étrangla le malheureux, lui interdisant de produire ne serait-ce qu'un seul son. Quelques paires d'yeux assistèrent à cette scène et se firent tout petits. Pire encore, ils feignirent l'ignorance et tracèrent leur route sans broncher. Le voleur strangulé peinait à respirer et vira au bleu. Le mercenaire sanguinaire lui chuchota quelque chose à l'oreille, pendant qu'il le soulevait de sa seule main droite.


- "Ne t'avise plus jamais de tenter une telle chose, ou ta gorge pourrait bien se vider de son sang. Pauvre raclure."

Il lâcha ensuite le voleur, et ce dernier tomba lamentablement sur les fesses en reprenant son souffle, une main appuyée sur sa gorge portant encore les empreintes du Vengeur. Il leva les yeux et croisa un regard terriblement mauvais. Deux sphères rouges inquisitrices.

- "Dégage.", fit-il d'une voix menaçante.

Il disparut en un éclair, rejoignant cet horrible mélange olfactif d'urine et de fiente. Un lieu parfaitement approprié pour ce genre de fumier.
Puis le mercenaire sanguinaire reprit la route, profitant du chemin grand ouvert laissé par les passants stupéfaits. Il regretta un peu son geste en remarquant les regards pointés dans sa direction, mais fit mine de les ignorer royalement. Ses deux pupilles rouges scrutèrent les enseignes des bâtiments latéraux à la recherche du lieu tant désiré.
Intérieurement, il brûlait d'impatience. Extérieurement, il semblait impassible et menaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Dim 13 Déc - 1:03



Le village semblait être relativement ancien et en bon état. Une harmonie étrange entre la nature et le Beorc s'était installé. Le lierre remontait les pierres, les pancartes, les barrières, et les herbes parvenaient à pousser dans les entreponts des pavés de pierres. Mais malgré tout, l'odeur du village était très différente de la forêt, il préférait presque celle du sang. L'odeur de déjections et de salissure remplissait l'air et laissait le jeune Marqué particulièrement dégouté. L'idée d'ajuster sa tunique pour couvrir son nez lui vint à l'esprit, mais il remarqua aussi quelque chose d'important.

La gestion d'attention. Blaze remarqua rapidement que le contraste entre les deux bretteurs était flagrant, mais qu'il devait attiré l'attention sur lui. Burnagore émettait l'aura d'un homme dangereux, c'était l'évidence même. Il fallait détourner cette attention. Ainsi, Blaze fit ce qu'il sait faire le mieux, projeter sa bonne humeur et son sourire sur son entourage. Souriant brillamment et honnêtement alors qu'il suivait l'homme ensanglanté, il agissait comme un garde fou. Sans s'en rendre compte, il diminuait fortement la présence mortelle et oppressante de son compagnon d'épée. Drainant cette énergie négative pour mieux la détourner, Blaze abordait une attitude arrogante et plutôt intrigante. Son sourire puait la confiance en soit, et lorsqu'il regardait les gens, il leur lançait un clin d'œil amical.
Sans laisser son attitude le détourner de son objectif, il observa la population du village, Beorc. A perte de vue. Déception...  Le village semblait être un assemblement de maison de construction diverse, mais l'axe principale et le centre de vie du village était le marché. Suivant une allée remplie de misère, Blaze ne regarda pas les mendiants, pas besoin de se plomber encore plus le morale. Son compagnon tuait du regard les plus aventureux. Le marché grouillait de vie, ce n'était pas le type de lieu de Blaze, trop de monde, trop de mouvement, l'air étouffant. Son esprit dans sa lame frissonnait tellement le lieu était désagréable. Les Beorcs circulaient comme des insectes sur un cadavre, et malgré la bonne ambiance du marché, il avait du mal à s'y faire.

A vrai dire, le marché n'était pas le problème, c'était les ombres qui le traversait.

(Oh. Des voyous... Comme c'est intéressant. Je vois, il y va vraiment à la dextérité pure, mon pauvre. Soit tu es désespéré, soit tu as beaucoup trop confiance en toi.)

Blaze rigola légèrement en se tenant le menton. Il était lui même un voleur assez expérimenté, capable de faire de belle prouesse dans les poches des gens. Cette compétence n'est pas vraiment son point fort, mais c'était un atout non négligeable dans les villes. Mais Blaze avait été éduqué avec honneur et bonté, il ne volait qu'à ceux qui avait les moyens. Et en cas d'extrême nécessité.

"Saloperie d'humain. Incapable de faire du travail propre..."

Blaze aperçut qu'il venait d'attirer l'attention d'un voleur. Il décida de se laisser voler, il n'avait pas beaucoup d'argent de toute façon, et cela permettrait d'éviter les problèmes. Sauf que Burnagore n'était pas cet avis, d'un geste vif et puissant, il souleva le jeune voleur. Pathétique, pensa Blaze. Il était encore plus frêle que lui, le tueur sanguinaire le soulevait d'un main, le strangulant avec force. Dans un murmure probablement aussi intimidant que les yeux rouges rempli de vengeance de l'homme, il lui fit comprendre à quel point c'était une mauvaise idée.
Blaze simulât sa surprise, mais ses mains se faufilaient habilement dans les poches de l'homme. Il y récupéra plusieurs outils et une bourse gonflée. Le voleur s'enfuit, absolument terrifié par le bretteur. Mais notre jeune Marqué était hilare, il suivit Burnagore, et tenta une fois de plus de détourné l'attention sur lui. Sans trop d'effet cette fois, l'agression venait d'augmenter grandement l'hostilité autour de lui, et l'aura que l'ange émettait ne couvrirait qu'un temps le démon. Heureusement, ils venaient d'arriver à destination. Blaze remonta ainsi près de son compagnon démoniaque pour converser.

Blaze adoptait le même sourire arrogant et carnassier. Il leva sa main et révéla une bourse pleine à craquer de pièces d'or, ainsi qu'un petit couteau courbé, des tiges d'acier pour forcer les serrures et un tissus noir, le parfait kit du voleur.

"Niark! Ce salaud s'est bien amusé, mais sans ses outils, il va devoir prendre son mal en patience. Merci, je l'aurais buter sinon. Voler est un crime punissable de mort à Hatary."

Blaze observa dans les yeux de Burnagore un feu brulant. Une énergie bouillonnante. Si l'extérieur ne laissait rien transmettre, certains signes très discrets montraient une excitation forte suite à l'encontre avec le voleur. S'il pouvait le voir avec moins de vêtement, il en aurait la preuve, mais vue comme cela, c'était impossible. Seul ces yeux trahissaient une grande impatience. Le feu dansait avec hargne et passion, tels le rougeoiement d'un rubis mit à soleil. Le rouge contrastait avec le bleu calme et impassible de Blaze. Étrangement, l'extérieur et l'intérieur contrastait. Burnagore semblait brulant comme la braise, tandit que Blaze était plus calme, plus froid. Mais ce calme n'était que le prélude de la tempête, un sifflement de vent parcourut l'oreille de Blaze, quelque chose se tramait. Ce n'était pas pour tout de suite, mais pour bientôt. D'un geste sûr, il ouvrit la porte de l'établissement et laissa le bretteur ensanglanté rentré en premier.

"Après toi."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Dim 13 Déc - 15:17


Apparemment, Blaze ne se laissait pas marcher sur les pieds. Burnagore suspectait tout de même que son compagnon de route l'avait volontairement laisser agir à son aise. Il ne souhaitait pas attirer l'attention, très certainement. En temps normal, Burnagore aurait probablement écorché vif le voleur, mais une mission bien plus importante occupait ses pensées. Ça, et les sages paroles d'Agnan Daeroth.
Effectivement, si tuer le fourbe provoquerait l'effroi général et une éventuelle arrivée des gardes de la ville, répandre le sang sur les pavés glacés du village rendrait la continuité de sa relation avec Blaze bien plus compliqué. Le mercenaire sanguinaire ne laissait rien paraître, mais la bonhomie du bretteur au sourire carnassier changeait radicalement sa façon de penser. Pour faire bref, la présence du roux formait une sorte de barrage aux pulsions meurtrières du vengeur. Cela le forçait à cogiter davantage, et d'éviter une émergence malsaine de la petite voix démoniaque qui le tiraillait d'ordinaire. Cette garce savait se faire discrète pour amplifier son acoustique à tout moment. Le silence représentait un tremplin vers la mort et la désolation.
Le regard de rubis du vengeur avisa la bourse dérobée au voleur. L’arroseur arrosé ? Quelle ironie ! Burnagore esquissa un sourire en coin à la vue du matos "emprunté".


- Niark! Ce salaud s'est bien amusé, mais sans ses outils, il va devoir prendre son mal en patience. Merci, je l'aurais buter sinon. Voler est un crime punissable de mort à Hatary.

Intéressant. Il l'aurait donc tué dans le pire des cas. Décidément, Blaze restait une sorte de brouillard opaque, partiellement mystérieux et à moitié découvert. Burnagore songea au côté pratique d'une telle compagnie. S'il savait manipuler sa lame avec autant de fougue et d'agilité qu'en volant les tordus, il représenterait une pièce important sur son échiquier.
Cependant, il ne valait mieux pas s'exalter. La suite sentait déjà la mort à plein nez. Une odeur bien plus âcre que celle de la pisse et ou de la merde réunis. Le genre d'effluves attirant les corbeaux. Une habitude ô combien sanglante et salissante. Il s'agissait bien évidemment de son triste quotidien. Sa façon de voir le monde. De le purger pour atteindre son but.
Il posa son regard de braise sur son compagnon de route, retranscrivant un air sombre.


- "Inutile de me remercier." Il marqua un court instant de silence en jetant un regard encore plus noir à d'autres voleurs, puis s'exprima en analysant la foule sous son capuchon. "Hatary... Je n'y ai jamais mis les pieds. A vrai dire, ce que je cherche se trouve entre les frontières de Begnion. Rien d'autre n'a plus d'importance que...", Burnagore s'interrompit en se rendant compte de ses propos et poussa un long soupir las. "...Laisse tomber. Il est encore trop tôt pour en parler."

En voyant un groupe de bandit prendre ses jambes à son cou à l'autre bout de la rue, le vengeur détourna le regard vers une enseigne familière. Elle portait le nom de "Remeo".
Sa destination. Enfin.
Une auberge plutôt pratique en raison de la présence d'un comptoir à quêtes et autres demandes risquées. Sans omettre la présence d'une taverne à grande réputation, malgré le bled pourri dans laquelle elle se trouvait. Le bâtiment comportait deux étages et les ragots de la clientèle bourdonnaient jusque dans la rue. Une cacophonie de voix aigus, graves et pour la plupart bien plus désagréables.
Il laissa une dernière fois ses pupilles inspecter les alentours avant de voir Blaze ouvrir la double porte-battante, semblable à celle d'un ranch.


- Après toi.

Le mercenaire sanguinaire hocha la tête à cette bonne intention puis entra sans davantage se faire prier.
Il s'arrêta au bout d'un ou deux pas du seuil de la porte, une fois dans l'établissement. La majeure partie des lieux était en bois. Mis à part le sol et quelques murs. Une simple flammèche transformerait cette maison en un véritable four. Les poutres s'étendaient au-dessus de sa tête, maculées de quelques rares toiles d'araignées. Un escalier étroit équipé d'une rambarde - effectivement en bois - menait vers le second étage principalement utilisé pour loger les aventuriers. Ou les piliers de bistrot, éventuellement. Des tables et des chaises étaient éparpillés dans toute la vaste pièce. Les clients profitaient du bon temps, jouaient aux cartes, discutaient de tout et de rien, écoutaient le ménestrel en pleine répétition. Une ambiance plutôt festive, mais aussi très apaisante. Cela dit, chaque personne présente portait une arme à sa ceinture, et parfois une lance ou une hache calée contre une table. Des guerriers en pause. Des hommes prêts à tout pour obtenir quelques sous.
La mère de Burnagore, Sérhya, lui avait expliqué un jour qu'il existait cinq degrés pour arriver à être sage : se taire, écouter, se rappeler, agir et étudier.
Il s'en inspira et compta en silence les armes affichaient par leur propriétaire. Trois haches, cinq épées, trois lances et un arc. Beaucoup trop de possibilités d'action. Un faux pas entrainerait son trépas. Il en avait conscience. Cela dit, il devait avancer au milieu des bavardages produits par les petites groupes séparés. Trop de paires d'yeux se retournaient vers lui, suscitant trop de questions à son sujet. Quelques personnes détournèrent leur attention sur une partie de dés, se moquant éperdument des nouveaux arrivants. Mais l'on pouvait aisément sentir une sorte de tension dans cette grande salle occupée. L’atmosphère avait radicalement changé et, au moment où Burnagore entreprit de se lancer vers le comptoir, une main le stoppa net.
Il baissa les yeux vers son torse et lança un regard inquisiteur au garde se tenant devant lui. Ce dernier ignora l'attitude du mercenaire sanguinaire et entonna une mise en garde.


- Hé, là ! Comment osez-vous mettre les pieds céans, avec une tenue aussi... sale, rapiécée, tâchée de sang. Bref, vous empestez la mort à plein nez. Je regrette, mais vous n'irez pas plus loin.

Burnagore secoua doucement la tête et chassa la main du lancier.

- Enfoiré ! Je t'avais prévenu !

Une voix tonitruante coupa net les intentions belliqueuse du garde et ce dernier se figea, la lance pointée vers le vengeur. La main de Burnagore avait instinctivement glissé sur le fourreau dissimulé de son Ignifer. Cependant il n'en fit pas usage.

- Depuis quand décides-tu d'accepter ou non ma clientèle, Evan ? Les affaires sont les affaires. Laisse-le entrer. Les tâches de sang maculant sa toge donnent à penser que cet homme donne du cœur à l'ouvrage. Une preuve de son savoir-faire. Nous ne sommes pas dans une simple auberge, voyons. Ici, les guerriers sont foison !, s'exclama un homme trapu au visage buriné derrière le comptoir à quêtes.

Le garde dégagea le passage en grommelant :

- Tss. Ce type ne m'inspire rien de bon..., commenta le dénommé Evan en tirant la tronche, tiens-toi donc à carreau, si tu ne veux pas finir six-pieds sous terre.

Burnagore posa une main sur son plastron et le poussa d'un simple mouvement de la main. Il lui jeta un regard en coin lourd de sens avant de s'avancer vers Travis et son comptoir en marbre. Evan chancela et manqua de s'effondrer sur le dos, ou sur une table dans le pire des cas.

- "Apprends déjà à tenir sur tes jambes. Un mioche n'a pas sa place dans le monde des affaires.", le rabroua le vengeur.

Il fit ensuite signe à Travis d'attendre et ce dernier hocha la tête en raillant son propre garde. Le plus drôle dans tout cela concernait les rires aux éclats des spectateurs. Evan représentait visiblement le bouffon des lieux, et ce dernier cribla Burnagore d'un regard revanchard sous son casque de fer, manifestement vexé d'avoir subi une telle offense.
Burnagore se retourna vers Blaze et lui lança une pièce en n'oubliant pas, à l'aide d'un mouvement de tête, de lui indiquer le bar situé à quelques mètres du comptoir à quêtes.


- "Commande ce que tu veux, mais prends garde à la pisse qu'on peut te servir ici. Je te rejoindrai ensuite. Je dois m'informer sur quelque chose de crucial.", dit-il d'un ton neutre avant de se diriger vers le comptoir sans attendre une réponse de son interlocuteur.

Sa main droite ne quitta pas le fourreau de sa précieuse lame, tandis que quelques ragots circulaient dans la taverne. La sinistre présence du mercenaire sanguinaire faisait polémique, mais les clients évitaient de s'exprimer à haute-voix. Le ménestrel après avoir bien ri, reprit sa mélodie en tapant du pied pour accompagner son rythme effréné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Dim 13 Déc - 22:48



Apparemment, Burnagore semblait chercher quelque chose, avec une détermination sans faille. C'était probablement la raison de sa violence et de son voyage. Hey, chacun à ses raisons, Blaze respecta le silence de son guide et fit un signe de tête pour acquiescer. Il n'avait pas révélé ses raisons lui même, faisons preuve de patience et tout viendra.


Le bar était rempli de guerrier Beorc, cherchant probablement à faire une pause de leur quotidien sanglant et difficile. Blaze pensa à retirer son chapeau, mais se résigna. Le bar avait un étage supérieur, qui contenait probablement des chambres et des lits, afin de permettre un repos pour les plus affaiblis. Blaze se mit à sourire grandement à la vue de l'ambiance plus festive. Musique, alcool, cartes, dés, tout y passait. Mais les Beorcs étaient bien plus sales que les Laguzs, beaucoup n'était pas propre, ou avait complètement délaisser ce concept que l'on nomme hygiène. Après quelques pas, il remarqua immédiatement quelque chose, les soiffards se moquaient de lui. De manière plus ou moins variés.

-"Sacré cheveux princesse. Muhahaha!!"
-"Hey gamin, c'est pas un coiffeur ici!"
-"Retourne chez ta mère!"


Que de balivernes, il n'y payait pas attention, mais il décida tout de même de ne pas laisser ceci impuni. Blaze décida de lâcher un instant son visage léger, et en sortit un à glacer le sang. Il analysa avec précision les armes des buveurs tout en découpant méthodiquement les sourires sur leurs visages : des arcs, des dagues, des haches, couteaux, lances. Mais aucun mage, que des brutes épaisses qui ne se fit que à leurs armes. Plutôt inintéressant. Il croisa le regard d'une serveuse qui s'arrêta net en regardant le visage froid et durcit du jeune Marqué. Les yeux bleus comme la nuit de Blaze transperça la pauvre fille qui continua sa route encore un peu sous le choc du regard. Les quelques têtes qui se retournaient se décomposaient en remarquant le changement flagrant de visage. Comment une personne d'apparence si joyeuse pouvait donner une expression si froide? Aucune idée, Blaze était juste très doué avec les expressions faciales, il pouvait dégager de la bonne humeur comme une haine atroce si le besoin s'en faisait ressentir.

Après son tour d'œil aussi tranchant qu'un rasoir, il soupira, cassant les traits de son visage pour de nouveau reprendre son jovial naturel. La musique attirait son attention, il n'en avait pas trop l'habitude, et cela le changeait bien. Les hommes discutaient de tout et de rien, certains racontaient des faits d'armes probablement trop gros pour être vrai. Les serveuses étaient aguichantes, certaines du moins. Mais Blaze ne trouvait pas de beauté chez les femmes Beorcs. Non, bien trop fragile. Et les combattantes étaient souvent trop coincées, le style de combat était trop rigide, question d'honneur, et tout ça. Non. Rare, très rare était les Beorcs avec l'esprit Hataryien. Il préférait grandement les Laguzs, leurs attitudes plus sauvage et franche étaient toute à leur honneur...
Blaze ne put tout de même s'empêcher de regarder la poitrine étrangement rempli de la serveuse qu'il avait découpée du regard précédemment. Avec son visage plus serein et gentil, il cligna d'un œil et s'excusa en tirant une révérence.


Soudain, le garde arrêta Burnagore. Évidemment, ensanglanté et brutal comme il est, aucun garde sain d'esprit de le laisserait passer sans le contrôler du moins. Blaze mit sa main à l'épée, mais sans quitter son visage amical, il voulait le calmer, mais le barman le dépassa. Rassuré, il laissa sa main descendre doucement le long de son corps. Le garde était relativement fragile et semblait particulièrement en colère de s'être fait renverser par Burnagore. Il faut dire que depuis qu'il vient de le rencontrer, il avait fait preuve d'une force énorme. Bien plus grande que celle du pauvre bretteur d'Hatary. Et même si ces compétences étaient ailleurs, il ne pouvait que respecter la démonstration de force brute de son compagnon. En se rapprochant de dénommé Evan, il glissa quelques pièces dans sa main après l'avoir aidé à se relever.

-"Pardonne le, il... est tendu, on pourrait dire. Laisse le faire ses affaires, je me porte garant de ces actions."

Une fois de plus, son charisme le sauvait et l'homme se calma comme un feu de camp sous une pluie fine. Hélas, son aversion pour le bretteur ensanglanté était tenace. Il décida d'appliquer ses paroles sur lui, il garderait un œil sur ce 'garde'. En attendant, la musique s'était arrêter et tout le monde rigolait pour se moquer du garde. Au moins, cette fois, la confrontation était facilement contournable. Ils continuèrent à marcher vers le comptoir, mais son guide lui faussa compagnie un temps :

- "Commande ce que tu veux, mais prends garde à la pisse qu'on peut te servir ici. Je te rejoindrai ensuite. Je dois m'informer sur quelque chose de crucial."

- "Gotcha." lança Blaze en récupérant la pièce jeter par Burnagore. Un clin d'œil particulièrement apprécié.

Blaze respecta une fois de plus le silence et le mystère de son associé. Etant lui-même un manieur d’une épée ancienne, il devait garder son lot de mystère pour lui. Il regarda autour de lui, de nombreuses options s'offraient à lui. Il pourrait fermer le clapet de tout les arrogants en les défiant dans un concours de boisson, mais il savait qu'il allait avoir besoin de toute sa tête plus tard, hors de question de finir à moitié KO. Il s'adossa nonchalamment au bar.

-"Oh, un jeune qui veut faire l'homme? Désolée gamin, mais on ne vend que de l'alcool aux adultes ici."


-"J'ai 21 ans l'ami. Liqueur, sans glaçon."

-"Je vois... Bien. Assis toi à une table et une serveuse va te servir. D'ailleurs, je sais pas comment t'as fais, mais notre nouvelle serveuse est toute tremblante depuis qu'elle t'a croisé. Tu n'oserais pas entraver son travail j'espère..."

Il y avait un ton désagréable dans la voix du barman, il cherchait à faire culpabiliser le jeune Marqué. Ce qui se refléta avec une telle force que c'est le barman qui finit par s'énerver devant le stoïcisme de Blaze.

-"Je m'excuserais avec plus de ferveur si elle me sert."

Dans un soupir de regret, il commença à préparer un verre, laissant notre jeune épéiste vagabondé sur les tables. Il trouva ainsi une place de libre à une table de carte. Parfait. Dans un bruit sourd, il posa une poignée de pièce d'or sur la table et s'arma de son arrogance la plus vivace possible.

-"T'es qui?"


-"... Appelé moi Joshua. Je sens que c'est mon jour de chance alors... Jouons messieurs!"

Et une partie de carte s'en suivit. Où la tricherie, l'alcool, et les regards arrogants fusaient. Rapidement, l'ambiance devint explosive autour de la table. Tout le monde regardait d'un coin de l'œil, puis se déplaçait pour regarder de plus près. Les cris de joie, de déceptions remplirent l'air. Malgré la confusion et le chaos de la partie de carte, la serveuse, toute tremblante, apporta une liqueur à côté de Blaze. Celui-ci répondit avec un sourire radieux et il leva son chapeau pour la remercier. Soudain, la lumière refléta le rouge sang de ces cheveux. La jeune fille semblait impressionné par la couleur si écarlate. Elle approcha une main tremblante, mais se retint. Blaze fit ce qu'elle hésita à faire, et prit sa main pour la mettre sur sa tête. En vérité, le secret des cheveux de Blaze, de leurs couleurs si pure et proche du rouge sang, c'est qu'ils sont très épais et ressemble à la fourrure d'un Laguz Loup. La fille palpa les cheveux propres et fraichement lavé du bretteur. Elle retira rapidement sa main, étant un peu gênée de cet acte devant tant de personne, ce qui arracha un petit sourire à Blaze, insensible à la honte. C'était plutôt sympa de se faire caresser les cheveux se disait-il.

-"Aller, on est quitte comme ça. Vous savez, vous avez un très joli sourire, désolé pour tout à l'heure. Prudence habituelle."

-"Ah! C'est un bon ce ptit gars! Ahahahahaha!"

Ce qui était une simple partie de carte entre connaisseurs étaient devenu une véritable partie de compétition, des joueurs tournant, se remplaçant et même j'ajoutant. Trouvant une place autour de la table. Les méthodes de triches étaient toutes aussi impressionnantes les une que les autres. Malgré que certains, moins expérimenté, se faisait prendre, on leur faisait boire une liqueur et basta, privée de jeu. Une ambiance pour le moins décontracté. Il était évident que Blaze n'avait jamais vraiment pratiquer en dehors d'une technique en particulier pour tricher aux cartes. Mais celle-ci était très efficace et il remportait une petite somme. Pas assez pour provoquer de problème, mais assez pour se mettre du gras dans le portefeuille.

Buvant allégrement une liqueur de patate, il découvrit son étrange amertume et goût plutôt particulier. Bah, tant que ca passait. Il passa tout de même un œil de temps en temps vers Burnagore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Lun 14 Déc - 23:37


Burnagore jeta un bref regard en direction de Blaze. Ce dernier savait manifestement s'occuper dans un tel lieu. Et éventuellement s'intégrer de façon rapide. Rien de bien étonnant cela dit, la clientèle de ce bouge ne venait pas pour se battre mais bien pour se détendre. Ou pour toucher une quelconque prime et exposer son trophée dûment gagné devant le regard envieux des plus jaloux. Le mépris des autres représente le plus souvent un tremplin pour les plus sages. Le vengeur - avant d'en devenir un - avait vécu ce genre de situation trop de fois pour pouvoir les compter.
Une fois devant le comptoir où patientait ce cher Travis, Burnagore prit une courte inspiration et marqua également un petit instant de silence tendu. Travis tapotait la table d'un doigt plutôt nerveux et se servait de son autre main comme d'un appui destiné à soutenir son visage fatigué. Il paraissait terriblement las, ce qui poussait sûrement son entourage à lui donner dix ans de plus. Plié en deux par sa posture blasée, il se redressa nonchalamment en faisant craquer ses vertèbres et en roulant des épaules.
Avant d'entonner quoique ce soit, le mercenaire sanguinaire inspecta la balustrade offrant à l'étage supérieur une vue imprenable sur la salle à moitié remplie. Deux types en toge s'échangeaient des mots en toute discrétion, impossible de voir leur visage. Deux ombres très peu rassurantes. La musique jouée égayait un minimum les lieux occupés par les rustres. Mais Burnagore ne voyait qu'un carnage se profiler dans le sombre horizon de sa destinée, peu à peu, comme une immense couche noirâtre sur le point de virer au rouge. Rien d'autre.
Travis claqua des doigts devant son visage balafré, et le regard du vengeur bascula sur les doigts épais de sa future source d'information.


- Alors ? Je suppose que tu as quelque chose d'intéressant à me dire, hum ? Comme une requête accomplie avec brio ? Fais-donc voir la fameuse preuve, et le papier attestant ladite demande.

Travis, en inspectant le visage à moitié masqué de Burnagore, cilla sur la balafre barrant sa joue et son œil gauche. Il ne fit cependant aucun commentaire là-dessus. Dans sa profession, valait mieux savoir tenir sa langue.

- "Ni contrat, ni demande de récompense. Je suis venu pour autre chose. Quelque chose de bien moins joyeux pour nous deux. Quelque chose... qui pourrait très vite répandre les flammes de l'enfer dans votre taudis, Travis.", répondit le mercenaire sanguinaire d'une voix sombre.

Travis haussa les sourcils et commença juste à tiquer. Il avait sans doute déjà entendu cette voix quelque part. En bien moins menaçante, certes, mais le souvenir commençait l’entendement à émerger dans son crâne dégarni. Cela dit, il glissa déjà une de ses mains sous le comptoir, par pure précaution.

- Tu n'y vas pas par quatre chemins. C'est déjà un bon point. Mais vois-tu... les menaces ne sont pas très bien vues par ici. Surtout pas quand on en profite pour insulter mon putain d'établissement. Il va te falloir une bonne raison pour repartir sur tes deux jambes, mon gaillard. Une très bonne raison, déclara Travis en lançant un regard à Evan encore boudeur.

Le garde haussa un sourcil, puis les fronça en tenant fermement la hampe en bois de sa lance.
Burnagore retira sa capuche sans pour autant se presser. Il cribla du regard son interlocuteur. Travis poussa un hoquet de surprise en reculant d'un pas. Le dégarni devint aussi blanc qu'un linge, comme s'il venait de voir un cadavre sortir de terre.


- C'est... pas possible !, il jeta un coup d’œil nerveux autour de lui puis baissa d'un ton, Tu devrais être mort. Ton meilleur ami me l’avait annoncé avec un air maussade. Je pige plus rien à tout ce bordel... tout le monde était vêtu de noir. Ils tiraient tous une mine de déterré... Merde ! Moi qui ne croyais pas à cette stupide rumeur. Je pensais qu'un pauvre type avait emprunté ton nom pour se forger un renommée...

Le vengeur serra les poings et les mâchoires de rage. Ce bâtard de Vulturès feignait bien le deuil. Un acteur remarquable, tout au long de sa putain de vie semblable à une mascarade. Son frère silencieux avait très certainement du lui donner quelques-uns de ses précieux conseils pour rendre la scène encore plus dramatique.
Cette pensée répugnait Burnagore et lui donnait envie de rentrer dans une colère noire. Il se garda d'agir ainsi en conservant son calme par le biais d'un effort surhumain. Toutefois, les traits crispés de son visage trahissaient sa façon de penser. Travis paraissait effaré. Burnagore approcha son visage à quelques centimètres de celui du propriétaire des lieux.


- "Au diable mon 'meilleur ami'. Au diable toute cette comédie. Je n'ai pas de temps à perdre. Vous allez devoir me répondre. Où se trouve-t-elle, désormais ?", cracha le vengeur.

Travis semblait mal à l'aise. Il commença à se passer une main derrière la tête et ne savait vraiment plus ou se mettre. Il prit nerveusement un torchon négligemment étendu sur le comptoir et le reposa après une courte réflexion, principal signe de son désarroi.

- ...Elle ? Tu veux dire... ta sœur ? Je l'avais jamais vue dans un tel état. Pour être honnête... n'y vois aucune espèce d'offense mais... elle donnait l'impression que quelque chose venait de mourir en elle. Silencieuse, comme un spectre. C'était compréhensible, étant donné ton 'accident', mais..., il marqua une courte pause et écarquilla les yeux, Ne me dis pas que tu veux te venger ? T'es pas un peu maso ? Tu veux tuer toute ta clique ? C'est un putain de suicide.

Il secoua la tête en baissant les yeux. Burnagore le regardait toujours fixement et finit par perdre patience. Il plaqua sa main gauche sur le comptoir et montra les dents.

- "Cela ne regarde que moi et mes trop nombreux ennemis. Vous êtes l'un des derniers commanditaires de cette fausse fratrie d'après les dires d'un butor désormais six-pieds sous terre. Il va de soi que vous savez désormais où se trouve le gros de cet amas de traîtres. Si je découvre où ces salauds se trouvent, je parviendrais à la retrouver. Elle... lui et eux. Maintenant, parlez. Parlez ou l'acier vous y forcera !", souffla sèchement le vengeur.

Le crâne de Travis perlait de sueur et ses mains tremblaient. Il connaissait ce mythe - qui n'était désormais plus un - au sujet d'un punisseur extrêmement violent. Un type lugubre laissant des cadavres recouverts de corbeaux dans son sillage. Des mares de sang rendant les scènes de crime aussi poisseuses que des marécages. Un enfer grouillant de morceaux humains éparpillés un peu partout. Et le plus souvent, quelques plumes rouges surmontaient les défunts. Des actes signés. Des messages à faire passer. Tout cela semblait si irréel que Travis n'avait pas pris la chose au sérieux... jusqu'à maintenant. Il lança un regard à Evan, ordonnant ainsi à son chien de garde de rester en retrait et de ne pas bouger d'un pouce. Le danger planait comme un désagréable courant d'air annonçant un massacre. Une confrontation empilerait les cadavres dans son auberge. Peut-être même le sien. Il se voyait déjà sous l'immonde pile de damnés et déglutit.
Burnagore n'ôta pas sa main du comptoir et continua de fusiller Travis du regard. Ses yeux rouges le rendaient effroyable, et sa balafre n'arrangeait en rien cette sensation.


- D'accord, d'accord ! 'Faut pas s'énerver !... Je crois que leur chef s'est mis en tête de partir à la rencontre de la noblesse. Une rumeur circule comme quoi tes am-... ennemis nouent des contacts avec des types hauts-placés. Ils veulent former une sorte de nouvelle coalition et se faire du blé chez les riches.

Burnagore plissa les yeux et se mordit la lèvre inférieur. Une mauvaise nouvelle. Il venait, avec le temps,  de dérober la majeure partie des contrats envisageables pour l'Ordre de la Lame dirigée par son meilleur ennemi. Malheureusement, ce salopard était malin. Il voyait grand et, en compagnie de son vicieux de frère, pouvait compter sur les mots pour accroître sa notoriété auprès des plus riches. Bien sûr, Ryanne devait les suivre pour assurer sa survie. Ou alors, elle servait d'otage pour plus tard. Tout cela prêtait encore à confusion.
Il devait savoir dans quel duché ses anciens alliés allaient s'installer. Plus le temps passait, plus sa vengeance s'étendrait comme un feu de forêt.
Par précaution, il observa l'autre côté de la salle où Blaze s'affairait. Pour l'instant, tout se déroulait comme prévu. Les deux ombres guettaient toujours la salle, sans montrer leur visage bien dissimulés. Evan tourna vivement la tête vers le seuil de la porte et un homme ressemblant fortement à un mercenaire entra sans se faire prier. Sa démarche laissait paraître une profonde confiance en ses capacités. Il portait une lame ni trop large ni trop petite. Sous le regard hagard du garde, il s'installa à côté du comptoir où se trouvait Burnagore et interrompit la discussion d'une voix forte.


- Toujours à palabrer inutilement, à ce que je vois. J'ai de quoi te faire plaisir, Travis ! Va falloir que tu fasses de même. Et vite. Ma lame me démange !, s'écria le mercenaire aux cheveux bruns.

Travis se tut et loucha sur Burnagore. Le vengeur lança un regard noir au nouvel arrivant et reporta son attention vers Travis, bien décidé à continuer son interrogatoire malgré tout. Il snoba donc magistralement l'intervention du mercenaire sous le regard prudent d'Evan.

- "Où comptent-ils s'y affairer, précisément ? Quel duché ?", s'enquit Burnagore en fronçant les sourcils.

La tension commençait lentement à se faufiler entre les mots prononcés par le mercenaire sanguinaire. Un frisson glacé parcourut l'échine du vengeur et hérissa ses cheveux courts de la couleur du sang. Quelque chose allait se produire. Il le sentait au plus profond de son estomac. Un nœud impossible à défaire. Un poids croissant.
Encore une fois, la musique n'y changeait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Jeu 17 Déc - 23:21



"150! Tu peux faire mieux l'ami!"

"... C'est pas vrai. T'as gagné le mioche."

Blaze rigola de sa victoire et retourna ses cartes, montrant des 2 et des 3, laissant son adversaire sans voix devant un bluff qui n'en était pas vraiment un.

"T'en fais pas, j'aurais gagné même si tu étais aller au bout. Garde ton argent, regardez bien tout le monde. C'est l'heure des tours de magie."

D'un mouvement très souple et rapide, une seconde main de carte sortit de sa manche et arriva dans ses mains, lui donnant au total 10 cartes.

"Regardez attentivement, lorsque l'on pioche. On prends deux cartes, l'une dans la main, la deuxième glisse dans la manche. Ainsi, on garde 5 cartes en mains et on peut sortir la dite carte quand on le souhaite. Cela demande un peu de temps, mais rapidement, vous aurez un jeu à sortir pour les coups durs! Tout est une question d'anticipation!"

Blaze déposa un petit mont de pièce, celui qu'il avait gagné. Et il laissa les Beorcs hébétés avec leurs argents. L'argent n'était pas son intérêt et ne sert à rien dans un combat. Il respira à plein poumon l'air joyeux et détendu du bar, les senteurs d'alcool, d'acier, et la musique formait une atmosphère confortable. Mais il ne pouvait secouer un sentiment oppressant. Non, un présage. Une sorte de tension que seul les êtres forts et conscients de ce qui les entoure pouvait détecter. Du combat était dans l'air, et Blaze n'aimait pas cela. Il n'aimait être le dindon de la farce, ne pas voir son adversaire est particulièrement inquiétant. Car de son expérience, laisser l'épée de son adversaire glisser de sa vision était un signe flagrant de mort.

Pourtant, le bar battait son plein. Le tournoi de cartes continua, avec moins d'entrain depuis le départ de "Joshua le tricheur", mais en aucun cas, il ne voyait comment la situation pouvait dégénérer. Avant de voir le visage du barman, ou plutôt ce qu'il en restait en observant Burnagore. Ainsi était son visage, les lignes étaient très tirés par les expressions de colère. Mais ses traits étaient relativement jeune, et une sorte d'innocence pouvait être trouvé si on cherchait derrière le visage puissant et intimidant. Mais pour l'instant, il était sérieux, sérieux, déterminé et dégageait une incroyable dangerosité. Assez pour le rendre nerveux... Non, pas nerveux, excité. C'était l'aura du combat qu'il exaltait avec une telle puissance. Ce n'était que naturel que le Loup en lui répondait.

Il regarda un mercenaire brun approché. Un insecte se prenant pour un grand. Son épée était en piteuse état, il pouvait la briser d'un simple coup de sabre. Ses protections sur les épaules étaient faites pour protéger des imprécis, mais il semblait si rugueux et arrogant que quelques coups d'épée régleraient son compte. Mais dans une arrogance qu'il mimait, il demandait un verre. Blaze sentit que cet homme était l'étincelle, le morceau de méchoui qui trainait dans une poudrière. S'il ne provoquerait pas directement l'accident, il sera celui qui le commencera. D'un œil inquiet, il regarda les ombres à l'étage au dessus. Des capes, impossible de voir quoique ce soit, visage, signes, carrures. Alors qu'il se rapprochait, il sentait que quelque chose grondait, il fallait temporiser. Comment? Une histoire bien sûr!

"Connaissez vous l'histoire de Chara? L'enfant du désert?"

"Et d'où un pauvre mioche m'empêche de boire avec un conte de fée? Va chez un coiffeur!"

Blaze déposa des pièces pour payer la boisson de l'homme en se mettant à côté de lui. Son regard croisa celui de Burnagore d'abord. D'un hochement serein, il lui confirma qu'il savait que quelque chose se tramait dans les ombres. Et qu'il fallait temporiser le temps que l'on puisse trouver le problème. Si les 2 bretteurs rouges agissaient avec précision, ils pouvaient probablement éviter ou du moins atténuer le carnage qui arrive. Le tout, c'était d'identifier d'où venait la menace. Si les ombres semblaient les membres les plus inquiétants, Blaze n'omit aucunes possibilités, la serveuse? Le joueur de poker? De dés? Tout le monde était un suspect potentiel, mais il savait que lui et Burnagore étaient dans une ligne de mire, et ce n'est pas le genre de sensation qu'ils appréciaient. Le Marqué était un duelliste! Un chasseur! Pas un... gibier! Hors de question d'être une proie!

"Chara. Beorc avec 2 parents Laguzs. Il est née avec le don de prescience ultime. Non seulement il pouvait voir l'avenir, mais également toutes les possibilités en fonction de tout les choix fait. Le tout sans quitter sa vision. En d'autre terme, à l'âge de 10 ans, il pouvait voir son avenir entier. Ce qui se passe s'il fait le bon choix, le mauvais, l'entre deux, l'inaction. Tout. Rapidement ennuyé d'avoir regarder sa vie faite de bonté, il décida d'essayer un jour de faire une vision sans prendre aucune morale en compte. Il tua tout, et il devint l'allié d'un esprit démoniaque. Sauf que lorsqu'il fut assez amusé et qu'il décida d'arrêter sa vision..."

Blaze prit une respiration profonde avant de plonger son regard dans les yeux de Burnagore.

"Il se rendit compte qu'il n'avait pas eu une vision, il avait tout fait. Le sang sur ses mains était réel, comme la mort qui l'entourait. Réalisant soudainement ses responsabilités, il supplia l'esprit démoniaque de le ramener en arrière, qu'il ne puisse jamais laisser un tel avenir arrivé. Le démon exécuta son vœu. Mais dès qu'il revint à ses 10 ans, avant ce terrible avenir de mort. Il se croyait sauver. Il croyait qu'il avait réussit à se laver de ses démons.


Et dès que sa mère rentra... C'est avec un couteau, un meurtre et un rire qui n'était pas le sien qu'elle fut accueillit. On dit que l'enfant pleure  encore dans le corps possédé par le démon. Sa capacité à voir l'avenir lui avait fait perdre pied avec la réalité et le sens des responsabilités. Et le jour où il s'est rendu compte qu'il avait réellement effectué ses actions, l'enfant se brisa, et le démon se réveilla. Le démon Chara."


"... C'est... Quoi comme histoire... D'où tu tiens ca?"


Il espérait que ce message arriverait aux oreilles de Burnagore. La fin justifie les moyens, mais il ne faut jamais utiliser cet argument pour dénigrer ses responsabilités. Car le jour où on les réalise... L'esprit se brise sous le poids des actions, comme un barrage retenant un torrent d'eau vive. Il faut vivre avec conscience de ce que l'on prend, de ce que l'on prive les autres. Et être capable d'y faire face. Sinon, on passe des nuits sans sommeil, des rêves sans douceur, seulement remplient de mort, de sang, et de tristesse. Est-ce que Burnagore pourrait même se considérer comme digne après avoir obtenu ce qu'il cherche si c'est au prix de tant de vie? Oui? Non? C'est une question, mais la réponse doit rester la même pendant et après l'acte.


Blaze répondit par un silence et un visage concentré sur ce qui arrive, ajoutant de la pression au jeune mercenaire. Qui ne put tenir cette tension plus longtemps et décida de prendre sa boisson le plus vite possible avant de partir. Il se releva et se remit en chemin, permettant enfin aux 2 bretteurs d'échanger les émotions par les yeux. Les rubis de Burnagore rougeoyaient de rage et de colère, quelque chose refusait de se plier à sa volonté et il était prêt à faire cracher le morceau de la manière forte. Tentant d'apaiser avec le bleu sombre et absorbant le feu ardent du Marqué, Blaze montra en revanche un stoïcisme des plus terrifiants en regardant le barman. Son 1 contre 1 avec Burnagore s'était vite transformé en 2 contre 1. Celui-ci semblait perdre rapidement ses moyens face aux tueurs de bandits, sa présence ne faisait qu'ajouter du poids aux menaces.

Blaze soupira, déçu de devoir redevenir sérieux si vite, mais hey! C'est la vie! Il y a un temps pour boire, un temps pour dormir. Et un temps pour combattre. Il posa sa main sur la garde de son katana et fit un dernier hochement à Burnagore. Il était prêt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Mer 23 Déc - 0:12

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Burnagore écouta Blaze raconter son histoire. Travis fit de même en nettoyant nerveusement un verre, le regard ballottant discrètement d'un roux à l'autre. Ce dernier avait ressenti quelque chose de malsain chez son sombre interlocuteur. Une sinistre pensée donnant l'infâme impression que le sang n'allait pas tarder à se répandre dans son précieux établissement.
L'intervention de Blaze eut donc le mérite de retarder un éventuel bain de sang. Mais le descendant des loups savait qu'un autre danger se profilait lentement à l'horizon. Le mal affleurait lentement à travers les ombres de la taverne. Les ombres donnaient l'impression de se jouer des sens des deux bretteurs. Effectivement, quelque chose de malsain se tramait.

La main toujours posée sur le comptoir, Burnagore avisa le mercenaire dérangé par le récit de Blaze se retirer en lui jetant des regards méfiants. Au moins, ce bâtard vaniteux ne représentait plus les préludes d'un potentiel carnage. Il semblait impatient, au départ, mais il faut croire que les mots recèlent un incroyable pouvoir de persuasion.
Cette histoire de démon enclencha la mécanique des pensées du vengeur. Chara ressemblait étrangement à Haine. A la différence que jamais le vengeur ne lui demanderait conseil. Cette maudite garce se manifestait à l'improviste et le manipulait comme une foutue marionnette. Le vengeur gardait conscience et voyait le sang couler, mais dans le pire des cas... son propre esprit s’éclipsait en un éclair et le retour à la réalité devenait amer. Très amer. Les bottes pataugeant dans le sang et la lame ruisselante de ce même liquide pourpre. Seul le réconfort d'avoir tué son ennemi subsistait. Il préférait éviter d'élargir son champs de vision. Il ne valait mieux pas, dans son cas. Vraiment pas.
Cela dit, il ne pouvait pas constamment porter des œillères. Le monde ne le laisserait pas en paix. Le vent de la mort soufflant en permanence dans son horrible sillage tâché de sang continuait son ignoble besogne. L'odeur persistait encore et toujours. L'histoire de Blaze venait manifestement d'atténuer sa vigilance et de détourner son attention. Grave erreur.

Du coin de l’œil, Burnagore aperçut une ombre se dessiner sur le comptoir. Elle grossissait à vue d’œil et concordait parfaitement avec le sifflement familier de l'acier. Vive comme une vipère, foudroyante comme un éclair. Le mercenaire sanguinaire dût suivre son instinct et reculer d'un bond pour assurer sa survie.
Une lame pas plus longue qu'un poignard s'enfonça dans le marbre et un craquement sourd fit sursauter Travis. L'une des deux silhouettes encapuchonnées venait de sauter de la balustrade pour tenter un assaut aérien digne d'un voltigeur. Aucun son ne sortait de sa bouche, et son capuchon baissé le rendait aussi sinistre que le mercenaire sanguinaire en pleine boucherie.


- Putain ! C'est quoi ce bord-

La gorge de Travis bêla et une gerbe de sang recouvrit le panneau de requête. Un autre poignard ensanglanté se trouvait dans le poing grisâtre de l'assaillant. Travis tituba en arrière, se tenant le cou pour espérer vainement arrêter l'hémorragie. Puis il s'effondra comme une vulgaire poupée de chiffon. Le verre en cours de nettoyage éclata au sol en une myriade d'étoiles scintillantes. Le "boum" retentissant de la carcasse de Travis heurtant le sol interpela aussitôt Evan et les autres mercenaires attablés.
Au même moment, l'autre silhouette drapée d'une toge sombre entama un affrontement armé avec Blaze suivant la même entrée fracassante. Fluide comme un cour d'eau. Vif comme un serpent. Agile comme un prédateur. Lui-aussi n'émettait aucun son. Muet comme un cadavre. D'ailleurs, il était proprement impossible de ressentir leur présence. Quelque chose clochait.
Un mercenaire, ébahi, se leva d'un bond en saisissant son arme. D'autres emboitèrent le pas, emportés par un flot d'adrénaline.


- Aux armes ! Aux armes !

- Travis s'est fait crever ! Mon blé, putain ! Les salauds !

La tension se répandit aussi vite qu'un électrochoc. Mais certains mercenaires ivres s'entretuaient stupidement. Une chaise éclata dans le dos d'un guerrier. L’intéressé se retourna pour répondre à cette outrage d'un coup de coude dans le nez du pernicieux. Le ménestrel jeta son instrument après avoir effectué une fausse note et courut vers la sortie en toute hâte. Le chaos régnait en maître tandis que Burnagore scrutait l'assassin de Travis en se mordant la lèvre inférieure.
Il venait de perdre sa seule source d'information fiable. Il maudit son imprudence et dégaina son Ignifer dans un sifflement métallique comparable au cri strident d'un oiseau. La forme encapuchonnée se mit à se balancer de gauche à droite en approchant promptement. Ses gestes imprécis donnaient l'impression de voir une marionnette agitée par un mystificateur invisible. Rien ne semblait humain dans sa démarche. Impossible de prévoir le moindre de ses mouvements. Cela défiait toute logique.


- "Par l'enfer... Qui diable es-tu ?!", siffla le vengeur en serrant les dents de rage.

Aucune réponse. Une succession rapide de foulées attira l'attention de Burnagore. Evan se rua sur l'assassin, la pointe de sa lance en avant !
Il atteignit sa cible grâce à son allonge et le mercenaire sanguinaire manqua presque de le féliciter pour la réussite inespérée de cette estocade prématurée. Mais ce qu'il vit le laissa stupéfait. La lance nichée dans son ventre, perforant proprement sa toge sombre, l'assassin se tenait encore debout sans montrer le moindre signe de faiblesse. L'ombre de sa capuche ne dissimulait plus son visage et ce dernier n'affichait pas la moindre expression. Rien. Le néant.
Evan tenait encore la hampe de son arme et paraissait effrayé du résultat de son offensive. Nul n'aurait pu prévoir un tel.... délire ?


- Mon Dieu ! Ce... C'est pas possible ! Pourquoi tient-il encore debout ?, s'enquit-il en grimaçant de peur, Lâche ça, saloperie de monstre !, dit-il en tirant vers l'arrière, les mains serrées sur son long manche en bois.

Evan parvient à dégager son arme et tomba sur les fesses au beau milieu du chaos produit par la sauvagerie de la clientèle.
Très peu de sang s'écoulait de la plaie béante de l'assassin. Ce dernier semblait se moquer royalement du garde et se dirigea d'un pas précipité vers le vengeur sur ses gardes. Tout cela rendait les intentions du meurtrier très suspectes. Les deux poignards tendus vers l'arrière, il enchaina moult frappes acérées dans le but d'égorger Burnagore.
Le vengeur profita de la taille de son Ignifer pour détourner le tranchant d'un poignard et s'empara d'un poignet de l'assaillant d'une main puissante. Étrangement, son adversaire n'émettait pas la moindre chaleur. Froid comme la mort. Glacial et inexpressif. Un duel de force opposa les deux personnages.


- "Tu me fais...", souffla Burnagore entre ses dents serrées.

Le vengeur propulsa son opposant d'un coup de pied au niveau du ventre et bondit sur lui pendant qu'il chancelait vers le comptoir, peinant pour récupérer son équilibre.

- "...Vraiment...", continua le mercenaire sanguinaire en agrippant de nouveau le poignet de l'inconnu et en l'attirant vers lui.

Terriblement mou. Son adversaire ne répondait quasiment pas à cette étreinte. Burnagore saisit l'occasion et le transperça de son Ignifer, lui brisant le sternum lors de la frappe. Comme si cela ne suffisait pas, il souleva la dépouille de son ennemi en l'air et, tout en tirant sur le poignet précédemment saisi, l'écrasa sur le comptoir avec tout le poids de son corps.

- "...CHIER !", hurla le vengeur lors du crash.

Le comptoir en marbre céda à l'impact et un nuage de poussière s'éleva du meuble brisé. Le corps de l'assassin fit un drôle de bruit spécifiant très certainement la rupture de plusieurs os lors du choc. Des débris de bois maculèrent le sol souillé par le sang de Travis. Burnagore extirpa sa lame des décombres en maintenant le corps de sa victime cloué au sol pour plus de facilité.
Consumé par la rage et dominé par Haine, il se tourna vers le tumulte sanglant produit par la folie des mercenaires. Bon nombre d'entre-eux se frittait jusqu'à rendre l'âme. La bataille faisait rage et le décor n'arrangeait pas du tout cette scène sanglante. Les tables brisées et les chaises renversées jonchaient le parquet troué et éraflé. Le sang ruisselait et l'alcool coulait. Boisson et sang se mélangeaient en une étrange solution macabre.
Mais le pire ne tarda pas à refaire son apparition.



Un grincement et un craquement tout aussi sinistre réenclencha la méfiance du vengeur et attira une nouvelle fois son attention. Il remarqua tout simplement... le mort se redresser sous les décombres du comptoir. Son capuchon relevé, son visage découvert... il s'agissait d'un cadavre recouvert de points de sutures. Le regard vitreux et les cheveux en bataille, sa peau trahissait son pitoyable état de santé. Gris avec quelques hématomes et entailles recousues.


- "...Moi qui croyais avoir tout vu. De la sorcellerie ? Non...", fit Burnagore en écarquillant les yeux.

Même brisé, le torse en charpie et les bras pendants, le mort continuait de s'avancer. Il donnait l'impression d'être aimanté au vengeur. Il ne voyait que lui. Du moins, voir ne signifiait plus grand-chose pour ce dernier. Ses pupilles avaient complètement disparu. Un blanc injecté de sang remplaçait le vide laissé par cette absence insensée.
Burnagore serra le manche d'Eskhàrion en murmurant une série de jurons. Il pressentait le pire du pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Mer 23 Déc - 23:15




Une terrible pression était dans l'air, la rendant presque opaque. Un avertissement sourd résonnait dans le bar, et seul les plus clairs d'esprit pouvaient l'entendre. Blaze était dans ce cas, et sa main était fermement sur la garde sa lame, prête à l'action. Une puissance obscure se languissait dans l'ombre, se faufilant comme un serpent dans les hautes herbes, se rapprochant doucement de sa proie. Mais plus cette sensation gagnait en intensité, plus le jeune Marqué pouvait savoir d'où cela viendrait. Et rapidement, ses sens de Loup enfouies en lui l'alertèrent. De la magie, une magie malsaine régnait dans l'air.

Hélas, il n'eut pas le temps de plus analyser le danger, car celui-ci vint à sa rencontre. Une des ombre masquée de l'étage au dessus s'élança vers Burnagore, tombant toutes lames dégainées. D'un mouvement souple et sec, le bretteur esquivât l'assaut. Équipée de simples poignards, cette capuche sombre s'écrasa mollement sur la table, la cassant partiellement. De son autre main, dans un mouvement qui pouvait semblé intentionnelle, tranchât la gorge du barman. Soudainement, il percuta qu'il y avait 2 ombres, et la 2ème l'avait dans sa ligne de mire. Celle-ci tomba devant lui mais dégaina une longue lame, à l'instar des dagues de son confrère. Sans aucune hésitation, Blaze recula d'un pas sûr et augmenta sa distance avec Burnagore, les combattants masqués semblaient décider à attaquer chacun sa cible. Une attitude loyale mais qui ne rassura pas le jeune Marqué.

La démarche de son adversaire lui faisait froid dans le dos... Aucun son, pas de souffle, pas de vie dans ses mouvements. Et surtout, aucune garde! Le fantôme en drap noir avait une épée mais il ne s'en servait pas pour se protéger. Il aurait compris une posture défensive, ou plus particulièrement offensive vue qu'il est l'attaquant. Mais il n'en était rien. Ces pas étaient difficiles, ses mouvements se rapprochaient le plus d'une marionnette. A vrai dire, il avait déjà vu un bretteur se battre de manière similaire, mais il s'agissait d'un art unique, la lame souillé, une forme de maniement sous l'emprise d'alcool fort. Son extrême résistance à l'alcool rend l'apprentissage de celle-ci inutile pour lui. Mais quant il compara... L'homme qui s'était battu avec ce style soupirait, transpirait, montrait clairement des signes d'alcool. Son adversaire était aussi silencieux que la mort. Pire, il ne ressentait aucune présence venant de l'être qui se tenait en face lui. Aucune présence humaine, seulement quelque chose de malveillant et malsain. Il avait déjà vécu cette sensation quelque part, il en avait la certitude, mais où?

"Es-tu même humain? Hum... Dansons, j'aurais bien ma réponse."

Un chaos sans nom éclata dans le bar, mais ceci n'était que des détails pour Blaze. Il n'avait rien commencé, et il n'allait montrer aucune pitié pour des Beorcs bourrés qui s'entretuent. Le plus sage fuiront, les plus idiots se tueront sans aucune forme d'utilité. Réellement, les Beorcs étaient des êtres stupides, stupides, ignorants et incapables de faire preuve du moindre sens de dignité. Blaze retourna à son adversaire et se décida à combattre, pas qu'il avait le choix. D'un souffle, il ignora tout ce qui l'entourait pour mieux agripper son fourreau et le détacha de sa hanche, utilisant celui-ci comme un bâton pour mieux dévier les assauts. Il garda sa main gauche sur son fourreau, prêt à dégainer lorsque l'occasion se présenterait. Et celle-ci se présenta dès le premier échange. Le mouvement du sombre combattant était particulièrement inconscient, certes, il visait juste, mais sans aucune forme de défense, se laissant aussi ouvert qu'une mère attendant d'enlacer son enfant. Ceci finit de mettre un doute sur l'identité de son adversaire. Comment peut-on même tenter ce genre d'attaque face à quelqu'un d'armé!!! C'est de la folie pure! Même Blaze ne se risquerait pas à un tel assaut sur une personne sans arme pour se défendre! Blaze profita et esquiva souplement d'un pas en arrière le coup vertical de son adversaire.

"Adieu!!!"

Dans un crissement assez fort pour être entendu malgré la mêlée et les cris, le sabre de Blaze fendit l'air d'un mouvement ample et sec. Blaze développa toute la puissance de ses jambes et trancha le torse de son adversaire en passant derrière lui alors qu'il réarmait son bras pour un second coup. Le sabre passa sans aucune forme de résistance dans le corps de son adversaire, créant une entaille énorme. Il n'avait pas assez de force pour le couper en 2, mais l'entaille était large et profonde. Mais Blaze trembla de peur devant l'absence de bruit de son adversaire. N'importe qui se serait effondré devant un tel coup! Il se regarda par dessus son épaule pour voir son adversaire se retourner, la lame levée et prête à être abattu. Son élan avait fait tomber la capuche de son agresseur. C'était un cadavre qui se tenait devant lui. Ses yeux étaient blancs, car il était déjà mort. Son visage était pâle et il y avait des points de suture sur le visage. Aucun sang n'était sorti de sa plaie.

"MAIS TU ES!!! KUH!"

Blaze dévia en urgence le coup imminent et remit un pas de sécurité entre lui et l'homme sans sang. Cette fois, une sorte de joie muette se réveilla en Blaze. Il n'avait plus besoin de faire preuve de quoique ce soit! Pas de pitié! Pas de remord! Juste une cible à trancher à sa guise! Mais rapidement, la situation le rappela à la réalité. Si une telle blessure ne l'arrête pas, il allait devoir faire bien mieux. Et il avait juste l'idée. Blaze laissa son adversaire repartir à l'attaque et attendit le dernier moment pour esquiver. Son adversaire était d'une mollesse terrifiante, la seule chose qui semblait l'affecter était l'inertie. Exactement comme il est difficile de contrôler une poupée quand une force extérieure la pousse, le cadavre semblait mal répondre au coup avec de l'inertie. Son adversaire avait gagné en vitesse, comme ci le manipulateur avait réaliser quelque chose. Blaze posa sa lame sur ses épaules et commença une rotation pour tourner le dos au monstre, la lame de son adversaire mordit avec violence le katana avant de glisser pour rencontrer le sol. Blaze frappa d'un puissant coup d'épaule le déterré. Le coup fut très brutal et le cadavre fit quelque pas en arrière avant de s'écraser dos au sol. Son équilibre avait joué contre lui. Si c'est exactement ceci qui le rend imprévisible à un certain degré, c'est aussi une faiblesse. Blaze approcha rapidement du cadavre et souleva sa botte au dessus du crâne du cadavre.

"MANGE!!!!!!!!" lança le Marqué avant d'écraser de sa botte la tête au sol.

Son pied rencontra peu de résistance et une odeur immonde remonta alors que le visage du cadavre était éparpiller en morceaux d'os, de cerveau et de chair pourrie au sol. Mais Blaze remarqua que le cadavre avait reprit machinalement sa mission lugubre. Le corps sans tête se releva, laissant Blaze sans voix.


"De la sorcellerie..."

Blaze recula de plusieurs pas pour se mettre dos à dos avec Burnagore.

"J'ai déjà vu ca dans le désert, mais le sorcier se tenait à côté et une fumée noire sortait de la bouche du cadavre. Ca doit être un autre sortilège... Coupons leur déjà les jambes, ca nous laissera le temps de réfléchir!"

Blaze s'élança à nouveau vers le corps sans tête, et il échangea pour la 1ère fois depuis longtemps un combat de force. Il arma son katana pour qu'il aille à la rencontre de la lame de son adversaire. Dans un délicieux bruit d'acier contre acier, Blaze mit toute sa force pour repousser le mort-vivant.

"Gnnnn! Putain... L'enfoiré!"

Blaze dut finalement dévier le coup, le cadavre était capable d'une force plutôt élevée, trop pour son corps plus frêle. Une grimace se dessina, il aurait voulu le désarmer rapidement et enchainer avec un coup accroupie pour lui tranche une jambe. Cela allait s'avérer plus compliqué. Il se rapprocha à nouveau et garda son adversaire près de lui afin de limiter son imprévisibilité. Dès que la cadavre fit l'erreur de faire un coup vertical de bas vers le haut, Blaze fit un pas sur le côté et frappa d'un coup de jambe la main de l'attaquant. Ce ne fut pas l'épée, mais la main ET l'épée du cadavre qui partirent sous la puissance de ses jambes. Laissant un soupire ainsi qu'un rictus de victoire lui échapper, il prit sa lame à 2 mains et trancha avec précision l'une des jambes du cadavre. Celui-ci tomba mollement à terre, incapable de tenir une quelconque forme d'équilibre sans ses 2 jambes.

Blaze crut pouvoir enfin se relâcher, mais une force malsaine était à l'œuvre. Sous ses yeux ébahis, les membres retournaient lentement vers le corps. Si la tête avait été complétement éclaté et donc irrécupérable, les membres encore utilisables revenaient vers leurs position d'origine. Dans moins de quelques secondes, le cadavre serrait de nouveau prêt à l'action. Blaze rengaina sa lame et réfléchit... Il ne sentait pas de mage dans le coin, et du peu qu'il savait, il fallait un puissant conducteur magique pour garder un tel contrôle malgré la distance.
Soudain, plusieurs connaissances de mélangèrent et des idées affluèrent. Le sorcier qu'il avait combattu dans Hatary était très proche des cadavre, mais leurs mouvements étaient très souple et dangereux comparés à ceux-la! Il faut donc un objet, un outil, ou quoique ce soit pour maintenir un lien entre le sorcier et le cadavre... Hélas, son savoir s'arrêtait la. Il soupira et se prépara à nouveau au combat, le cadavre aurait bientôt de nouveau sa jambe, sa main, et son épée pour le tuer... Mais Blaze fit ce qu'il sait faire de mieux, sourire face à l'adversité. Un vent très puissant soufflant dans la bar, manquant de détruire la porte. Un sourire arrogant se dessina sur son visage alors que le cadavre venait de récupérer ses 2 membres manquant et commençait à se relever.


"Aller! C'est pas en étant aussi mou que tu vas me faire peur!!!"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Ven 25 Déc - 21:26


D'un bref coup d’œil et en prêtant un instant une oreille aux dires de Blaze, Burnagore se rendit compte des abjections auquel le duo faisait face. Ces espèces de poupées cadavériques aimantées par un procédé occulte absolument immoral se battaient selon un "code". Ils ne craignaient pas la mort, ni même de finir en morceaux. Ils ne craignaient rien ? Impossible. Il existait forcément un moyen de les empêcher de se mouvoir de façon définitive.

- J'ai déjà vu ça dans le désert, mais le sorcier se tenait à côté et une fumée noire sortait de la bouche du cadavre. Ça doit être un autre sortilège... Coupons leur déjà les jambes, ça nous laissera le temps de réfléchir !

Excellente suggestion, pensa le vengeur en observant son ennemi rapiécé de la tête aux pieds. De ce fait, il laissa Blaze s'affairer sur son opposant. Il parvint tout de même à entendre les coups échangés contre le cadavre mobile. Le tintement familier de l'acier, le bruissement des vêtements secoués dans la hâte, les piétinements d'un affrontement dans les règles de l'art. Et, bien entendu, le chaos ambiant. Des chaises volant en éclats, des tables fracassées sous le poids d'un mercenaire projeté dans les airs, des cris de fureur ou de désespoir, des insultes, des hurlements de prédateur, le gargouillis presque imperceptible du ménestrel étranglé par un fou sanguinaire dénué de moral. La mort commençait à s'installer das la taverne, elle prenait place au beau milieu du champs de bataille et étendait son emprise pour rendre les festivités productives. Nul ne pouvait la voir, nul ne pouvait l'entendre, l'inconscient se jouait de la folie des hommes pour faire pleuvoir le sang. La frénésie et la folie se succédaient, s'assemblaient, se séparaient, s'évaporaient, se manifestaient de nouveau... la boucle de la haine ne cessait de se remodeler dans le cœur putréfié des beorcs.
Mais, aussi bruyant que soit ce merdier, Burnagore n'y prenait pas part. Le mort s'avançait, le visage aussi inexpressif qu'un mur, les armes dans les mains - dont l'une pendait en raison d'un poignet brisé - et un trou au milieu du torse. Une vision cauchemardesque. Seul Evan, qui croulait encore sous la bêtise et la sauvagerie de l'humanité, avait eu un aperçu de cet enfer. Lui et Blaze, certes, mais les autres étaient beaucoup trop occupés à se fritter par frustration, par colère ou par envie. Le quotidien sanglant des mercenaires.


- "Affronter un cadavre... Je n'ai nul besoin de me retenir, car un mort n'a rien à dire !", hurla le vengeur en entamant une charge.

La lame dorée scintilla en fendant l'air. Son impitoyable pointe traversa le bras du cadavre et se glissa juste sous son aisselle, déchirant le voile obscur formé par sa toge sinistre. Le mort réagit dans la seconde, brisant son rythme apathique sur le coup. Le poignard soulevé par sa main valide fondit en direction du visage de Burnagore. Le regard embrasé du vengeur suivit instantanément ce geste meurtrier et ce dernier utilisa son avant-bras gauche pour contrer la frappe. La lame courte se rapprochait dangereusement du visage du mercenaire sanguinaire. Il serra les dents sous l'effort et poussa un cri de rage. Ignifer, toujours nichée dans le bras de son adversaire, continua son chemin et trancha net le membre endommagé. Un peu de sang perla du moignon de chair grisâtre et le bras flasque heurta le sol. Toutefois, le poignard se tenait toujours à quelques centimètres de l’œil gauche de Burnagore. La blessure du cadavre ambulant ne changeait évidemment rien à cela.
Le vif éclat étoilé d'Eskhàrion entra de nouveau en scène en profitant de l'élan fournit par son précédant dégagement. La main droite du damné serrant le poignard rejoignit sa comparse aussitôt. Burnagore se tenait confortablement sur ses appuis, la main gauche en guise de protection et le tranchant de son Ignifer tâché de sang tourné vers le mort. Il ne restait au défunt que ses jambes, son torse perforé et sa tête ballante. Les deux autres extrémités de son corps perlaient et semaient quelques gouttelettes de sang sur le parquet souillé.


- "Je vais te couper en menu morceaux et réduire ta carcasse en cendres !", cracha le vengeur sans se soucier du fait qu'il s'adressait à une vulgaire marionnette de chair humaine.

Dé-serrant son poing gauche, il changea de garde. Ignifer rejoignit sa main gauche réceptive et Burnagore plongea à ras du sol. D'un coup droit, il sectionna les deux tibias de son opposant déchu. Le cul-de-jatte s'affala sur le sol sans émettre le moindre cri et le vengeur se pencha au-dessus de lui sans se presser, un regard noir braqué sur sa victime.

- "Retourne donc en enfer. Veille à ne plus quitter ta dem-", commença Burnagore avant de recevoir un objet contondant derrière le crâne.

Une volée de débris de bois, d'échardes et de poussière s'échappa du point d'impact et Burnagore se figea dans l'instant. Une chaise. Il venait de se prendre un coup de dossier sur le crâne. Un rire envahit ses pensées, imprégna son esprit transformé par le massacre, rongea le peu de bon sens qui lui restait. Un filet de sang coula de ses cheveux pourpres et le mercenaire sanguinaire avisa le coupable de cet affront avec un œil assassin. Oui, cet œil balafré accompagné d'un sévère froncement de sourcil. L'auteur de cette folie était bien évidemment un mercenaire, il ricanait en tenant les pieds de son arme de fortune. Ivre ? Burnagore n'en savait rien. Fou ? Assurément. Il venait de signer son arrêt de mort, tout simplement.
Le vengeur se retourna, sans savoir que le mort vaincu allait très certainement se reconstituer. L'horrible et irrépressible voix ténébreuse logée dans son esprit tourmenté et enragé s'exclama en continu.
Deux mots très distincts : "Ultima Cave" répétés en écho.
Ultima Cave... Ultima Cave.. Ultima Cave !
Entrainé par un flot de fureur, son regard de braise s'illumina comme un brasier infernal. Le responsable du coup de chaise amorça une autre frappe à l'aide des pieds de la chaise dénuée de dossier. Un coup d'estoc absurde. Cela tenait effectivement d'une ivresse prononcée. Mais Burnagore n'en avait cure. D'un revers de son seul bras droit, il envoya valser les restes de la chaise dans le chaos de la taverne. Il agrippa le visage du soûlard et lui claqua la tête trois fois contre une table miraculeusement intacte.
Le premier choc résonna, le second creusa le bois, le troisième brisa un pied du meuble fragilisé. Du sang ruisselait le long du faciès ingrat du poivrot désarmé. Mais Burnagore n'en avait cure. Son dernier coup se fit particulièrement attendre, son avant-bras droit stagna en l'air et vibra de colère. Il l'abattit droit sur la gorge de son nouvel ennemi - plus pour longtemps - et explosa les restes de la table, projetant les débris de cette dernière dans toutes les directions.
Le corps du mercenaire fut plaqué contre le sol dans un bruit très éloquent. Une marre de sang se forma sous son crâne martelé. Ce dernier ne put pousser le moindre cri, sauf quand il se fit écraser trois fois le visage contre la table désormais anéantie. Voici une nouvelle définition de l'expression "ivre mort".
Burnagore se redressa, les manches de son manteau recouvertes de sang et son poing droit dégoulinant de la même substance. Quelques mercenaires ressentirent un infâme frisson en ayant assisté à cette scène. Le regard luisant de rouge du mercenaire sanguinaire les laissa coi. L'un d'eux bégaya, bouche bée.


- C-C'est un d-...démon !

Et une hache lui fendit le visage pendant son hébétude. La moitié de sa tête rejoignit l'autre bout de la pièce en planant comme une soucoupe sanguinolente, arrosant les murs et le sol souillés. Le reste du corps s’affaissa sous son propre poids et le coupable de cette tragédie poussa un cri de guerre laissant paraître sa bonne humeur. Son propre visage était recouvert du sang de sa récente victime, et celui-ci continua son œuvre en se lançant dans un nouvel affrontement dénue de sens.
Même Burnagore perdit le compte. Il supposa que d'autres personnes s'étaient jointes à ce bain de sang. Evan avait disparu de la circulation.
D'une oreille, il entendit une masse se lever avec difficulté. : le mort avait pris tout son temps pour se remodeler. Du moins, quelque chose clochait. Une jambe se trouvait à la place de son bras gauche, et une main à la place de sa jambe droite. Une sorte d'expérience ratée, en somme.
Le vengeur fronça les sourcils de plus bel et jeta un œil sur le parquet. Des bouteilles d'alcools roulaient un peu partout, d'autres étaient déjà fracassées et des bouts de verres jonchaient le bois lustré. Sans plus attendre, il s'en empara de quelques-unes, les envoya exploser autour du cadavre reconstitué et en éclata une sur son torse à l'aide d'un magnifique lancé. La boisson alcoolisée recouvrait une bonne partie de la zone d'affrontement.


- "Va au Diable", croassa-t-il en touchant le sol arrosé du bout de son Ignifer.

Son fameux Don de Vulcain entra en action, et Eskhàrion devint rouge vif puis s'embrasa littéralement. Les flammes n'étaient pas terribles à vue d’œil, mais le terrain allait en pâtir. Telle une traînée de poudre, l'alcool imbibant le sol s'enflamma ! Une trainée de flammes particulièrement virulente s'étendit promptement en face du vengeur et dévora les chaises brisées, les tables morcelées, les murs éclaboussés de sang.
L'alcool fait effectivement des ravages.
Le mort-vivant baignait dans le brasier. Il continua d'avancer en claudiquant malgré son statue de torche humaine. Burnagore lui administra un violent coup de pied sauté et le mort retourna se baigner dans les flammes.
Très vite l'odeur du brûlé et la lueur produite par les flammes attira l'attention des clients. Le chaos de la bataille généralisée en fut ébranlé. Même Blaze devait faire face aux flammes. Le feu gagnait du terrain, mais Burnagore resta debout au milieu des flammes, son regard et sa cicatrice luisaient d'une lueur écarlate. Le sentiment de voir un démon à l’œuvre croissait dans le cœur des mercenaires. La scène paraissait complétement irréel. Un véritable cauchemar. Les affrontements cessèrent et certains se mirent à pousser de cris, d'autres à prononcer des paroles insensées. Au final, ils se précipitèrent tous vers la sortie, abandonnant leurs joutes confuses.

Là encore, Burnagore n'en avait cure. Il scrutait le corps brûlé de sa dernière victime. Le mort-vivant ne bougeait plus. Un sourire satanique se dessina sur les lèvres du mercenaire sanguinaire. Les flammes dansaient sous ses yeux et se rapprochaient inéluctablement de lui. Pourtant, il resta immobile. Mis à part sa main droite recouvert de sang qui se posa contre l'hémisphère droit de son visage. Qu'attendait-il pour quitter les lieux ? A quoi pouvait-il bien penser en restant au milieu des flammes ? Son sourire démoniaque prit fin, substitué par deux mâchoires serrées. Il semblait partagé entre la souffrance et la colère. Le coup de chaise, peut-être ? Non. Quelque chose d'autre occupait ses pensées. Quelque chose de sombre, de mauvais, de malsain. Une insondable confrontation interne. Lui face à ses pensées, à ses souvenirs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Ven 25 Déc - 22:55



Le bretteur dansait avec une grâce et une légèreté envoutante. Certains mercenaires s'arrêtaient pendant un instant pour observer le jeune Marqué enchainer subtilement des pas d'esquives précis et minutieux. La vu du cadavre en revanche, brisait rapidement toute forme de beauté dans le combat, et les spectateurs temporaires retournèrent à leur stupide combat. Blaze en revanche, cherchait à atteindre le plus haut taux de concentration possible. Certes, le cadavre semblait imprévisible, mais il suivait un schéma d'attaque si simple qu'il en était déstabilisant. Il visait en permanence le coup pour tuer. Donc, il n'avait qu'à s'assurer de garder ses points vitaux en mouvement.
Sa tête était chamboulé par de nombreux éléments extérieurs : le chaos général, la vue du cadavre sans tête, le fait qu'on ait envoyé cette créature sans nom, sans vie le tuer. Des questions, des peurs, des doutes. Tout ceci était pour l'instant des pensées inutiles. Le bretteur ajusta ses respirations à ses pas, il vida son esprit. Atteignant un stade de concentration extrême, il ressentit une haine profonde chez Burnagore, si tremblante et explosive qu'elle l'inquiétait. Il entendait précisément les cris, les hurlements, les chaises fracassés, l'odeur enivrante de l'alcool, les lames, les lances, les haches, les cris de la serveuse qui l'avait servit. Dans un soupir d'excuse, il oublia tout. Tout paraissait distant, loin. Les voix s'éloignèrent, l'odeur fut remplacer par celui de l'acier de sa lame, et les bruits se dissipèrent pour laisser place aux battements de son cœur. Il ferma les yeux, et tout s'obscurcit. Plus de barman, plus de Burnagore, plus rien. Il se tenait debout dans une immensité de noir. Seul, immobile, la lame tenu fermement à deux mains. Une ombre sortit du noir de la pièce... Son adversaire, et sa lame. 

Désormais, il se battrait avec toute sa sérénité, tout son savoir, et toute sa dextérité à ses côtés. Plus le temps de jouer, quand sa vie est jeu, il n'y pas de petit adversaire, pas de petit massacre. Non. Il devait faire face au cadavre avec son être entier s'il voulait l'emporter. Contrairement au déchainement de haine et de colère de Burnagore, Blaze réunissait toutes ses émotions, tous ses instincts, toutes ses peurs, ses forces, ses faiblesses. Tout son être devait se battre à l'unisson pour la survie. Blaze rouvrit les yeux. Tout était flou, à l'exception de lui, son sabre, et son adversaire.

Blaze ne parlait pas, ses yeux reflétaient une concentration qui contrastait avec le chaos et le désordre. Son âme et son esprit était en paix, et la seule fluctuation de cette paix intérieure était devant lui. Le cadavre tentait d'autres coups, mais ne rencontra que le vent. Une expression neutre et intimidante était sur le visage du bretteur. Le cadavre semblait ralentir, l'âme sereine de Blaze semblait fortement perturber sa perception. D'un coup prévisible, le mort frappa verticalement et sa lame mordit le sol. Le Marqué se plaça en face de lui avec un bon pas de distance. Il arma longuement en arrière son bras gauche, la pointe de son katana visant devant lui, directement dans le buste de l'écervelé. Il mit sa jambe droite en avant, laissant la gauche en arrière pour s'avancer lorsqu'il perforera son adversaire, afin que toute la puissance du coup vienne à la fois de ses épaules et de ses jambes. Son bras tremblait de toute la puissance qu'il allait mettre dans cette pénétration brutale avec son katana. La cadavre se releva mollement, et fut à la distance parfaite pour se faire perforer par l'embout de son épée. Ainsi, il n'aurait pas à trop s'approcher pour perforer entièrement le corps. Tout était prêt, il n'avait qu'à laisser le coup partir.

Soudainement, Blaze poussa un hurlement guerrier et utilisa tout son corps pour envoyer avec le plus de puissance sa lame vers centre du corps de sa victime. Il avança sa jambe gauche et prit un appuie ferme et puissant dessus, son bras partait comme une fusée vers le corps sans tête. Mais son cri ne s'arrêta pas, comme les coups. Dès que le coup fut porter et qu'il avait perforer le monstre, son bras reparti immédiatement en arrière pour repartir dans le corps dans un endroit différent.

"HEEEEEEEEEEEYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!"

Dans un bruit sinistre d'acier rentrant dans un corps à répétition, ce ne fut pas moins d'une vingtaine de coup que Blaze porta. Chacun à un endroit différent, il finit ainsi par transformer le cadavre en véritable passoire. Le corps encaissait le coup sans la moindre réaction, le corps volait presque sous la vitesse des impacts et de leur force. Dans son dernier coup, il s'avança à nouveau et enfonça son katana à pleine force. Étrangement, le cadavre s'était arrêter. Il ne bougeait plus, et il tomba dos au sol, sans aucune forme de résistance. Blaze soupira et rengaina sa lame. Son souffle était plutôt rapide, car l'effort fourni pour soutenir à une vitesse aussi élevée des coups aussi précis et puissants était grand. Mais Blaze fut satisfait, il n'avait rien laissé entravé sa concentration... Jusqu'à ce que l'odeur de flamme atteignit son nez.

Ses sens de Loup hurlèrent de peur, naturellement, il s'agissait d'une des magies les plus effrayantes pour les Laguzs Loup. Blaze regarda le chaos du bar se transformer en enfer sur Terre. L'alcool prenait flamme très rapidement, et même sa bourrasque la plus puissante ne ferrait qu'alimenter le feu destructeur. Le bretteur pensa à s'enfuir, comme le reste des gens, mais sa concentration encore présente lui permettait de ressentir par delà la rage dévorante de la chaleur. Il aperçut Burnagore se tenant au milieu d'un pilier de flamme, en proie à un combat intérieur. Probablement contre la colère, la haine, et tout ce genre d'émotion néfaste. Heureusement, apaiser ce genre de tension était de son ressort. Soudainement, sa lame le mit en garde, l'épée du bretteur sanguinaire était enflammé, et il n'était pas impossible que cela affecte son jugement. 

De loin, l'homme semblait être un démon, et Blaze n'était rien d'autre qu'un homme parmi tant d'autre. Il sentait qu'ils ne leurs restaient pas beaucoup de temps, le feu allait atteindre le reste des boissons, et ceci risquerait de signer leur mort. Blaze attendit de voir le bretteur réagir. Rien... Toujours rien.
La chaleur et les flammes faisaient exploser le bois, provoquant quelques blessures sur Blaze, qui pourtant, avait réussi à être intacte durant la totalité du combat. Déçu de s'être prit un coup, même si ce n'était pas directement la faute de son adversaire, il prit les choses en main. Hors de question de laisser Burnagore dans les flammes, il avait des questions à poser! Et il ne s'appellerait pas Blaze s'il ne voulait pas sauver toute personne en danger.

"Œil de la tempête! Activation!"

Un puissant courant d'air l'entoura, et pendant l'espace de quelques enjambés, Blaze devint si rapide que les flammes se pliaient autour de lui. Il atteignit en un clignement d'œil le bretteur et lança avec une franchisse rassurante.

"Je t'ai manqué?"

Blaze remarqua immédiatement que le bretteur avait prit un coup sur la tête, des copeaux de bois ainsi que du sang formaient un dangereux mélange au niveau de ses cheveux. Une chaise probablement, ou n'importe quel autre objet bois, avait été utilisé pour le frapper. Blaze ne réfléchit même pas et devança la moindre réaction de Burnagore. Il mit rapidement le bras de celui-ci au dessus de son épaule pour lui fournir un support. Le vent entourait le jeune Marqué, ses cheveux volaient au vent comme des flammes, et ses yeux bleus étaient si visible que la fougue infernale du bar se reflétait dedans. Utilisant le vent autour de ses membres pour créer une dépression, il écartait les flammes de son chemin, et emmena de force Burnagore, le trainant presque à bout de bras le temps que ses jambes prennent le rythme. Ils atteignirent rapidement la sortie, mais le bar explosa immédiatement après, propulsant les 2 bretteurs au sol. Blaze se releva sans le moindre accro, heureux d'avoir prit la bonne décision et d'être intervenu à temps. Il offrit sa main à Burnagore pour l'aider à se relever, un sourire frais et franc sur le visage. Le bleu perçant de ses yeux pénétrait dans l'âme du mercenaire à la lame flamboyante. 

"A mon tour, l'ami."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Dim 27 Déc - 13:08


Il faisait noir. Tellement noir.
Sa conscience en pâtissait. Le chaos - en apparence remplacé par un torrent de flammes - n'occupait pas les pensées du mercenaire sanguinaire. Il s'était déconnecté de la réalité. Il ne voyait pas les flammes ronger les alentours. Il se trouvait dans une sorte de néant obscurci par les ténèbres éternelles. Une voix transperça la nuit, résonna calmement dans ce cadre irréel. Debout dans l'ombre, Burnagore chercha du regard la source de cet évènement familier.


- Tes intentions sont légitimes, mais ne confonds surtout pas vengeance et justice.

La silhouette courbée d'Agnan Daeroth se découpa lentement dans les brumes de ses pensées. Le vieillard le regardait avec insistance, comme si ce dernier lui reprochait quelque chose. Burnagore le sentit instantanément et cela lui fit l'effet d'un coup de poignard en plein cœur. Il garda le silence tandis que la vision perça les ténèbres de sa voix emplie de sagesse.

- Pas plus que tu ne dois confondre la colère et la haine...car l'une des deux te dévorera, à un tel point que tu seras plus rien d'autre qu'une vulgaire épée qui fait couler le sang.

Et sur ces mots, Ignifer laissa choir une coulée de sang sur le sol invisible. Les gouttes semblaient en suspension et s'accumulaient à ses pieds. Il détourna le regard pour le reposer sur le vieillard. Malheureusement, avant même de pouvoir lui répondre, il n'était plus là.

- "Pour chasser les démons, il faut en devenir un soi-même."

Sa propre voix sortie de nulle part, elle-aussi. Il se sentit terriblement coupable et un horrible frisson glacé lui parcourra la colonne vertébrale. Sa lame continuait de répandre le sang, sans s'arrêter. Quelque chose de symbolique lui taraudait l'esprit. Et si ce sang représentait celui de toutes ses victimes ? Avait-il fauté en agissant ainsi ?
Il se remémora les derniers évènements. Le visage brisé et la gorge écrasée du soûlard se matérialisa devant ses yeux ébahis. Burnagore recula d'un pas, toujours prisonnier de son enfer intérieur. Il serra les dents de stupéfaction.
Cette même face défoncée contre la table de la taverne s'exprima. Une voix identique à celle du vieux sage.


- Les démons ne sauvent jamais personne, mon garçon...ils ne font que créer d'autres démons.

Puis il se mit à hurler. Une voix démoniaque et cauchemardesque. Le visage pleurait des larmes de sang. Son cri perçant poussa le vengeur à se tenir les oreilles en reculant une nouvelle fois. Il heurta soudainement quelque chose et bondit dans l'autre sens.
Il vit Khar'a, apeurée, déboussolée, fragilisée. Recouverte de sang, elle-aussi. Ses grandes pupilles observaient le mercenaire sanguinaire avec un curieux mélange de dégoût et de tristesse. Cette vision noua l'estomac du vengeur. Il se rendit compte.... que la quasi-totalité de ses rencontres lui laissaient un goût infiniment amer dans la bouche. Très vite, du sang s'écoula de son crâne et son œil gauche balafré en fut injecté. Le noir ténébreux se substitua au rouge sanglant.


- ...Et pourquoi vous avez fait... ça..? s'enquit Khar'a de sa voix innocente.

Elle pointait du doigt une pile de cadavre fraîchement apparue dans un silence.... de mort. Le monticule de carcasses putréfiées s'articula comme une boule de marionnettes macabres. D'innombrables mains déformées tendirent leurs poignes écœurantes en direction du vengeur perturbé par toute cette folie insensée.
Burnagore se tourna vers la laguz féline pour lui répondre. Elle bondit en arrière et disparut dans les ténèbres pour laisser place à une forme vaguement humaine ornée d'un sourire diabolique et luisant. Une expression satanique barrée par sa propre balafre faciale. Lui, et en bien pire.


- "Pourquoi ne réponds-tu pas ? Tu l'as sur le bout de la langue ! Nous le savons tous les deux. Ton optique. Ta maxime. Notre façon de masquer la véritable volonté qui se cache dernière Eskhàrion...", suggéra l'infâme voix d'un ton narquois.

Les lèvres de Burnagore se mirent à bouger, machinalement, sans esquisser la moindre phase de réflexion.

- "Pardonner aisément incite à l'offense. Je ne juge pas, je punis."

Il se couvrit la bouche de sa main droite, l'air complètement perdu et désorienté. Il vivait un cauchemar surréaliste. Il sentait encore le goût du sang, son odeur persistante, la putréfaction des morts aussi, leurs cris de désolation et de désespoir. Tout cela remuait ses pensées comme un ragoût absolument immonde. Des volutes acides s'échappèrent de la rivière de sang recouvrant le sol.
Le clone qui lui faisait face esquissa un large sourire, visiblement fier des paroles prononcées par sa version originale. Deux joyaux rouges s'embrasèrent lorsqu'il entama sa réponse :


- "Précisement."

Le voile sombre drapant son interlocuteur fondu dans les ténèbres environnantes s'agita aussitôt. Un vent de mort balaya le néant, transportant avec lui les innombrables murmures de désespoir des damnés. Khar'a refit son apparition sans aucune explication plausible, juste à côté de l'ignoble double silencieux et toujours souriant.

- Que vous tuiez est une chose déjà horrible en soi, mais que vous y preniez du plaisir au point de torturer vos victimes... C'est parfaitement inhumain.

Le mot inhumain eut un impact terrible. Un véritable coup de tonnerre dans sa conscience vacillante. L'entendre en écho lui infligea un choc si intense qu'il manqua de se prendre les pieds dans sa toge sombre.
L'ombre de ses pensées se mit à rire aux éclats, les bras tendus en l'air. Un rire tonitruant, puissant, terriblement outrageant. Burnagore serra les dents devant ce spectacle de moqueries. Il en avait plus qu'assez. Mais son entreprise s'interrompit dans la seconde sous le regard maléfique de son double. Le vengeur sentit de la chaleur s'étendre le long de sa main gauche. La lame de son Ignifer brillait sous l'effet d'un brasier intense. Très vite, le monticule de cadavres étouffa dans les flammes, lui-aussi, poussant des cris atroces et inhumains. Le sang maculant le sol se mit à bouillir de plus bel, de plus en plus fort, de plus en plus bruyamment. Ce chaos lui fit l'effet d'un marteau piqueur appliqué au niveau de ses tempes. Il se mit à hurler des propos insensés. Des paroles incompréhensibles, même pour lui.
Une autre forme apparut au beau milieu des flammes de son esprit embrasé par la folie. Ces dernières s'élevèrent à sa hauteur mais ne l'atteignaient pas. Là encore, il n'y comprenait rien. Il était perdu.


"Qu’est-ce que tu n’aimes pas, en vrai, Burnagore ? Toi-même ?", s'enquit cette dernière voix tellement frappante, tellement familière, tellement...

Il écarquilla les yeux en apercevant Phoenix, patiente et calme malgré le brasier dans lequel elle se tenait. La seule silhouette épargnée par les flammes, par le sang, par la souillure de ses pensées. Cette illusion le perturba plus qu'aucune autre.

- "Je suis... Perdu. je... j'ai commis une erreur. Et je suis-", entama le mercenaire en tendant sa main bandée, ses pas tendant à s'approcher de Phoenix.

Il la vit secouer la tête en même temps que les flammes dansaient. Et son sourire accentua l'intensité des flammes alentours. Une chaleur infernale gagna la zone rougeoyante de fureur, et un oiseau recouvert de flammes prit son envol, emportant avec lui les brandons de la discorde.
Burnagore ne voyait plus la danseuse, mais entendait encore sa voix lui chuchoter quelque chose à l'oreille :


- Nous ne sommes ni monstres, ni victimes. Nous vivons dans un monde où nous rendons la monnaie, c’est tout.

Et cette folie s’éclipsa, tel le rideau sombre d'une scène de théâtre retombant devant les yeux de spectateurs hallucinés. Plus aucun bruit ni la moindre image s'engouffra dans la tête du bretteur perturbé. Seul le poids de sa lame perdurait, accompagné d'une chaleur de moins en moins forte.
Jusqu'à cette inévitable explosion de la taverne.
En se réveillant, il vit la silhouette floutée de Blaze, et sa main en guise de soutien. Burnagore mit un certain temps à se décider, tout en lançant un regard vide en direction de sa lame fumante. Il venait de vivre une succession de scènes complètement absurdes. Un mélange de folie et de vérité. Un série de rencontres aussi bonnes que mauvaises. Une flopée de phrases aux effets particulièrement dérangeants.


- A mon tour, l'ami., dit le bretteur nommé Blaze.

Le mercenaire sanguinaire toussa un bon coup et jeta un regard autour de lui. L'auberge flambait et des badauds observaient le désastre avec une horrible pointe de curiosité malsaine. Rares furent les gens qui essayèrent d'éteindre les flammes. la plupart attendait, effrayé et fascinés.
Relevé par son compagnon d'infortune, Le vengeur employa sa lame dorée pour soutenir le poids pesant de son corps sur ses genoux raides.


- "Putain... Je suis... navré. J'ai commis une erreur. Et son ampleur est... dévastatrice...", murmura le bretteur abattu en s'attardant sur la vision de la taverne en feu.

Son regard de braise avait perdu toute trace de vitalité. Il ne ressemblait plus qu'à un feu éteint, dénué de crépitement ou de teinte orangée. Tellement égaré qu'il ne remarqua par l'attroupement de garde qui encerclait la rue.
Non. Burnagore restait tout simplement debout, à moitié courbé. Il observa ses mains et ferma les poings en serrant faiblement les dents. Pour une fois, il regrettait son geste.


Dernière édition par Burnagore le Ven 1 Jan - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Mar 29 Déc - 20:32



Burnagore attrapa la main de Blaze avec un manque inquiétant de vigueur. Toute la fournaise qui était dans ces yeux s'était éteinte. C'est avec une certaine peur que le jeune Marqué d'Hatary observa les yeux vides, la peau pâle du bretteur. Avait-il subit une hallucination à cause de la chaleur? Du moins, Burnagore n'était plus l'homme qu'il était auparavant. Sa voix laissa transparaître une terrible faiblesse, il avait été touché dans l'âme par ces visions. Des fantômes de remord dansaient dans ses yeux, comme s'il venait de subir d'un seul coup le poids de beaucoup de chose... Chara... Ce fut la pensée immédiate de Blaze. Le poids des actions, le prix du sang, les vies arrachées, tout les coups d'épées. Burnagore semblait avoir énormément à se reprocher. 

- "Putain... Je suis... navré. J'ai commis une erreur. Et son ampleur est... dévastatrice..."


La, c'était carrément bizarre. Son attitude si froide et pleine de sureté avait voler en éclat. Il ressenti soudainement la vulnérabilité qu'il dégageait. Bien qu'il se tenait debout, il était courbé par le poids de ces actions, et devant lui s'étendait les ruines du bar. Beaucoup avait survécue, le vent ayant créer un mouvement de panique, et le feu avait fini de mettre tout le monde dehors. Seul des Beorcs idiots, bourrés étaient en train de bruler avec les cadavres. Le feu... Le feu pour brûler les corps de ses adversaires. Bien que c'était brutal, Blaze ne pouvait qu'acquiescer avec cette méthode, efficace et rapide. En revanche, Burnagore semble regretter son manque de contrôle sur la flamme de son épée, désormais disparut.  Encore une lame maudite? C'était une histoire pour un autre jour. Une lance se dirigea dangereusement vers eux.

"SALE DÉMON! MEURT!!!!"

Prit d'une colère sourde muette, Blaze lança un regard tranchant comme une lame de rasoir. Evan recula de quelques pas, encore sous le choc et incapable de prendre une décision. Blaze tapota l'épaule de Burnagore, tentant de rallumer un peu la flamme, mais sans grand espoir, il avait besoin d'une oreille attentive et de repos. C'est hélas impossible pour l'instant. Le chaos ne les couvrirait qu'un temps, bientôt, tout le monde réalisera la situation et c'est plus que probable que Burnagore soit exécuté. Ainsi, Blaze devait se débarrasser de ce manieur de lance arrogant. D'un mouvement souple de main, il dégaina sa lame et la posa sur son épaule, s'armant d'un visage si sérieux et meurtrier qu'on l'aurait confondu avec un démon.

"JE SUIS BLAZE KAZEROÏ!!! ATTAQUE MOI SI TU L'OSES!!!"

Sa voix fut si puissante, qu'Evan tomba à la renverse devant la terrible présence du manieur de vent. Le simple son de sa voix était assez pour le faire trembler. Comment un être si frêle et fragile d'apparence pouvait dégager une telle sensation d'oppression? Le regard du bretteur du désert en disait long. Il était si gentil d'habitude, avec une attitude décontractée et sympathique. Une arrogance qui n'était pas mauvaise, un sourire si charmeur qu'une épée semblait déplacer sur lui. Et pourtant.

Un homme émanant une aura terrifiante se tenait. Un homme qui lui avait taper le dos doucement, qui l'avait calmer, qui semblait être bon. Et c'est exactement parce qu'on ne pouvait voir autrement Blaze, que Evan était terrifié de voir un visage si violent sur le jeune Marqué. Il réalisa que le bretteur devant lui émanait un vent surnaturel, il tenta de relever sa lance, mais son esprit était trop fragilisé par l'incendie et par la vision d'un homme survivant à une lance dans le corps. Blaze jeta sa lame en l'air, arrachant un petit cri de frayeur à Evan. La lame tournoya dangereusement au dessus de Blaze, qui tendit son fourreau et la récupéra à la volée, laissant sans voix son spectateur. Blaze remit le bras de Burnagore sur son épaule, il n'avait aucune énergie, il était si... las. Ils leurs faillaient un abri, et vite. Et la providence frappa.

Une vieille homme en capuche fit un signe de main de loin, comme pour les appeler. Une hésitation le frappa, mais il n'avait pas le luxe d'être prudent. Il mit son chapeau sur la tête de Burnagore, et avança vers l'homme qui les guida jusqu'à une maison. S'éloigner de la foule semblait avoir provoquer le début de nouvelle bagarre dont ils pouvaient bien se passer. Pour l'instant, Blaze ne pensait qu'à se mettre à l'abri, afin de pouvoir discuter de cet événement. Beaucoup se battait dans l'esprit du jeune homme. Un cadavre manipuler par de la magie, insensible au coup, sans le feu, le cadavre en face de lui se serait certainement relevé. Il décida de se concentrer sur la personne qui les guidait dans une petite maison. Une fois la porte fermé, Blaze se détendit lorsqu'il sentit une odeur familière. Il posa Burnagore au niveau d'une chaise et s'assit à ses côtés. Le vieille homme releva sa capuche, qui révéla des oreilles de loup. Un Laguz Loup. Ici? Quelle étrange coïncidence.

"Je n'aurais jamais cru voir un Loup ici, dans un coin si reculé. Mes remerciements les plus sincères."

"Allons bon, un vieux Laguz comme moi ne peut que rendre service à la jeunesse! Vous êtes un Kazeroï n'est-ce pas, votre père avait un certain nom dans l'armée. Du moins, jusqu'à ce qu'il tombe amoureux d'une Beorc à ce que je vois! Installez vous, le temps que les choses se calment. Votre ami à l'air mal en point, et je parle pas que physiquement..."

"Avez vous du thé, nous avons vu... des choses inquiétantes, et avoir un endroit tranquille pour discuter est la bienvenue."

"Restez tant que vous voulez, ce bar n'était qu'un repaire de malfamé de toute façon, la ville ne peut que vous en remercier."

Blaze  s'adonna immédiatement à la blessure de la tête de Burnagore. Celle-ci saignait moins qu'avant, mais les éclats de bois risquaient de provoquer une infection. Il retira les morceaux les plus gros et fit un signe de l'œil au Loup, qui apporta de l'eau chaude et des bandelettes. Passant un chiffon d'eau chaude, un nettoyage rapide de la plaie montra rapidement que Burnagore était très solide, et qu'il récupérerait très rapidement. Il prit les bandelettes et soupira de malheur.

"Bon sang... Je te fais une fleur, tu n'imagines même pas."

Blaze fit une chose horrible. Il se servit de son alcool de qualité pour désinfecter les bandelettes. Voir une si bonne liqueur être gâché de la sorte provoquait presque une souffrance physique. Blaze passa ainsi les bandelettes propres et désinfecter sur le visage de Burnagore, le rafistolant du mieux possible. Il soupira alors que le Laguz lui offrit une tasse de thé chaud. Le liquide chaud et doux coula lentement et lui redonna un peu d'énergie. Il s'adressa désormais à Burnagore d'un ton souple et délicat.

"... C'est un miracle que tu ne t'es pas évanoui, la plaie est ouverte et le choc que tu as subit était très violent. Mais je sais pas comment tu réussit à être aussi solide, j'aurais déjà rendu mon souffle après un coup pareil. Tu t'en sortiras sans problème.


Bien... Récupérons un peu de ce bazar... Si tu veux parler, je t'écouterais. Si tu veux que je te laisse, fait moi signe et je m'en vais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Ven 1 Jan - 19:23

La seule chose intangible de son esprit restait le rouge envahissant laissé par son passé maculé de sang. Le mercenaire sanguinaire apercevait à peine la présence des gardes, pourtant si nombreux et tellement déterminés à en découdre. A l'avenir, il ne sera plus le bienvenu dans cette ville, et certainement pas non plus dans les villages voisins. Pourtant, Burnagore ressentait une autre forme de honte. Un désespoir croissant et oppressant. Les informations glanées dans la taverne désormais incendiée lui restèrent en travers de la gorge. Une très mauvaise nouvelle. En y ajoutant les quelques mots prononcés par un Travis - désormais mort, lui-aussi -, il ne savait plus ou donner de la tête. Si... fatigué.
Il se décida quand même à lever la tête et prendre en compte la situation désastreuse dans laquelle il venait de se fourrer avec autant de prudence qu'un fauve enragé.


"SALE DÉMON! MEURT!!!!", entendit-il crier avec colère.

Puis une immobilisation éclair. Une sorte de silence perplexe. Cela provenait de Blaze, sûrement. A vrai dire, il n'en savait trop rien. Tout ce qu'il comprenait se trouvait bien avant son erreur destructrice. Brûlé au beau milieu du brasier de sa haine, avec les chaises et tables brisées, les bouteilles d'alcool, les cadavres animés et les quelques soûlards laissés sur place. Le reste ? Dénué d'importance. Il se sentait presque mourir à petit feu. Comme la cire consumée d'une bougie en voie d'extinction.
La menace de Blaze traversa l'esprit du vengeur sans trop d'impact, elle ne lui était pas destiné, mais le son émis n'avait aucune incidence. Mis à part sur Evan, ce dernier ayant voulu attaquer avant les renforts environnants. Blaze le lui rendit bien, apparemment.
Tout s'agitait autour de lui. Blaze toujours ses gardes; Evan rongé par la peur et la frustration; les gardes entrain d'éteindre les flammes ou d'encercler le duo; les spectateurs dans l’incompréhension la plus totale; les vols à la tire pour combler les vide laissés par le chaos, voire les bagarres en pleine rue... Un merdier sans nom.
Puis le vengeur las fut traîné dans une direction. En temps normal, il se serait très certainement battu pour ensuite se retirer par les toits ou par une ruelle étroite. Mais sur le coup, sa mollesse et son échec lui pesait comme une armure géante. Pendant sa retraite forcée, il tourna la tête et vit un bref instant la silhouette de sa sœur se matérialiser au beau milieu de la masse de silhouettes agitées. Ce regard triste enfonça le clou dans son esprit déjà fendu par les atrocités vécues. L'image de Ryanne fit lentement volte-face et lui tourna le dos pour se diriger vers le tumulte chaotique laissé derrière dans le sillage de Burnagore. Un symbole, encore. Comme si sa sœur se jetait sous la faux de la Mort.
"Pardonner aisément incite à l'offense", crut-il entendre pendant la course.
Son sabre raclait presque le sol de la rue, et cette même lame lui paraissait si lourde...
Peu après, il ferma les yeux et les rouvrit lentement. En avisant les alentours, il aperçut les murs d'une pièce inconnue, les planches poussiéreuses composant le sol. Même pendant sa courte hébétude incongrue, sa main gauche soutenait encore sa lame souillée, agrippée à son manche comme un naufragé à sa barque. Il était également assis sans trop savoir comment il en était arrivé là, et sentit une bande de tissu enroulée autour de son front.


- Bon sang... Je te fais une fleur, tu n'imagines même pas.

Blaze se tenait devant lui, avec sa flasque dans une main.
Burnagore cligna des yeux, bougeant par la même occasion ses membres alourdis par la précédente cavalcade. Son crâne lui lançait et le picotait encore un peu, mais cela ne l'empêcha pas de réfléchir. Un étrange individu ramena une tasse de thé au bretteur roux. Bordel, où diable avait-il atterri en si peu de temps ? Ce lieu représentait une énigme de taille pour le vengeur légèrement sonné. Sa lame le démangea ardemment, et son instinct meurtrier voulut prendre le pas sur son bon sens, notamment en étripant l'inconnu pour lui soutirer quelques informations sur la situation actuelle. Mais le mercenaire affaibli fit taire cette pensée sinistre et posa son regard pourpre sur le seul visage qu'il connaissait à peu-près : celui de Blaze.


"... C'est un miracle que tu ne t'es pas évanoui, la plaie est ouverte et le choc que tu as subi était très violent. Mais je sais pas comment tu réussis à être aussi solide, j'aurais déjà rendu mon souffle après un coup pareil. Tu t'en sortiras sans problème."

Burnagore resta muet, le regard fixé sur son interlocuteur, les bras ballants.
Il parlait du coup de chaise ? Quelle blague. Burnagore avait connu bien pire. Comme par exemple, le coup de sabre de son meilleur ami. Ce dernier ayant laissé une longue et horrible cicatrice en diagonale sur le torse dissimulé par la veste en cuir du vengeur. Voilà un véritable miracle de survie. Alors bon, un coup de chaise sur le crâne... un de plus ou un de moins...
Le vengeur se mordit la lèvre inférieure et secoua légèrement la tête latéralement. Il devait penser à autre chose. La douleur physique représentait désormais le cadet de ses soucis.


- Bien... Récupérons un peu de ce bazar... Si tu veux parler, je t'écouterais. Si tu veux que je te laisse, fais-moi signe et je m'en vais.

Il serra les poings, mais resta toujours aussi raide qu'une statue. Pour l'instant, il devait se tenir tranquille, ou du moins essayer. Le chaos se trouvait derrière lui, pour une raison tout à fait floue aux yeux du vengeur. Il se souvint du "pacte" conclu avec Blaze, juste après avoir massacré les bandits sans la moindre once de pitié pour de tels salopards. Les trois questions. Jusqu'ici, son compagnon de route s'était gardé de lui en poser une seule. Pourquoi pas s'y mettre tout de suite, en attendant un éventuel assaut susceptible de le punir pour son échec cuisant ? Il pensait mériter de passer sous la guillotine, comme ce fut certainement le cas pour bon nombre de raclures avant lui.

- "J'imagine... que tu dois te poser bien plus de questions que moi, n'est-ce pas ? Pourquoi ai-je agi de la sorte, par exemple ? D'où ces espèces de zombies provenaient ? Pourquoi nous ont-ils attaqué ? J'ai ma théorie sur bon nombre de questions, effectivement", conclut-il en braquant ses yeux rouges sur la paume de sa main droite bandée.

Des hypothèses plus ou moins logiques. Quelques-unes encore un peu floues, voire insensées. Mais au moins, il parvient à former quelque chose de fiable dans sa conscience vacillante. Il ne restait qu'à savoir ce que Blaze espérait entendre, ou écouter sa propre théorie sur le sujet, à la rigueur. Entre-temps, le vengeur pourrait ruminer intérieurement sur sa propre bêtise. Sur "Haine" et son insoutenable férocité. Cette perte de contrôle l'inquiétait sérieusement. Son ampleur, surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Mer 6 Jan - 22:15



Le thé laissait un léger trait de vapeur devant les yeux du Marqué. Il voyait que Burnagore était agité, trop même. Probablement instable à cause du coup sur la tête, et le fait de n'avoir pas compris comment est-il arrivé ici. Il semblait ne pas réaliser la gravité de sa blessure, il a du en voir des vertes et des pas mûres. Mais il est très probable qu'il est plus affecté qu'il ne veut laisser paraitre. Ou encore pire, il n'est absolument pas conscient que le coup de chaise peut affecter son mental. Il avait juste besoin de calme, il était entouré d'étranger, après tout, Blaze en était toujours un pour lui non? Il fallait le mettre dans une position de repos, où son esprit pourrait être au calme et où il pourrait parler librement. Le bretteur savait juste ce qu'il fallait faire pour détendre l'atmosphère.

"Tu es trop tendu, respires, tu es en sécurité. Et si tu penses que je suis une menace..."

Blaze prit son sabre et le posa du côté de Burnagore, avant de se rassoir. Il souffla le trait de vapeur et finit sa tasse. Il attendit que Burnagore reprenne un semblant de contrôle sur lui. Il semblait flou, dispersé, incapable de faire preuve de discernement. Ses yeux étaient comme... ouvert après avoir été clos pendant une éternité. Des signes de remords se voyaient partout sur son visage, avec des intensités variables, son passé défilait devant ses yeux, et il semblait craindre, se craindre lui-même. Ou plutôt une entité qui le transformait en être sans pitié. C'est la raison même pour laquelle il avait poser son sabre près de Burnagore. Subtilement, les yeux de Blaze s'illuminèrent d'une magie bienveillante. Sous le fourreau, sa lame émit un vent apaisant le corps et l'esprit. Une sorte de brume enivrante remplit la maison, les arômes du thé étaient portés par l'air, les senteurs d'épices, de viande séché. Toutes ses odeurs créaient une ambiance agréable, le genre qu'on apprécie quand on se retrouve... Chez soit. Blaze pénétra le regard de Burnagore avec ses yeux brillants, envoyant une sensation qu'on pouvait qualifier d'amicale, de confiance. Il voulait montrer qu'il n'était pas un ennemi, qu'il était de confiance, et surtout, qu'il n'avait rien à craindre de sa part. Blaze retira son chapeau, remit ses cheveux en place et réfléchit quelques temps avant de parler pour répondre à son compagnon.

"Eh bien, je pense personnellement que tu as plus que juste une prime sur ta tête. Tu cherches quelque chose, et ca te consume, tu me parais pas bête comme homme, donc ca doit clairement valoir le coup d'y jeter sa vie. Parle si tu veux, mon avis est déjà fait. Tu as mon épée si ca t'intéresse. Enfin, si un membre de la garde de Nailah te convient."

Une révélation qui devrait aider Burnagore à prendre confiance en lui, il l'espérait. Blaze prit le temps de se remémorer tout les combats depuis le jour où il pouvait porter une épée, jusqu'à ce terrible événement avec Redeye. Il avait laissé une sorte de frénésie le prendre aux tripes, lui faisant attaquer et tuer des adversaires bien plus faible, trop faible pour être tuer. Et les paroles du géant en armure scella la vision douloureuse. D'un coup de tête, Blaze balaya cette pensée facilement, car il avait plus important pour l'instant. Mais en prenant du recul, il faudra qu'il surmonte lui aussi le démon que le roux à l'épée démoniaque avait laissé dans son esprit. Le vieux Laguz se rapprocha au son de sa reine.

"Vous travaillez pour notre reine??? Comme votre père?"

"Oui, de loin mais je suis Hatarien, donc mon épée est à son service. Mais sans ordre, je voyage, et je rencontre des énergumènes comme lui ahahahah! Entre fous, on s'entend bien!"

Blaze rigolait d'un ton léger, comme à son habitude, mais les bruits de l'extérieur commençait à l'inquiéter. Le feu semblait s'être arrêter, ce qui est une bonne nouvelle, mais qui veut aussi dire que les gens retrouveront rapidement leurs esprits, et Burnagore sera probablement en tête de liste pour la vengeance. Il repensa particulièrement à Evan, il est probable qu'il revienne à l'assaut une fois qu'il aura repris ses sens. Il devait se tenir prêt pour un autre combat. Assez de sang a été versé aujourd'hui, donc s'il faut se battre, il prendra une attention particulière à ce que personne n'y laisse sa vie inutilement. Il retourna son attention sur Burnagore, un sourire confiant et rassurant sur les lèvres.

"Tu imagines qu'être d'Hatary confère certains... privilèges, je peux t'aider si tu le souhaites, le choix est tien. Mais si je peux poser une seule question... Que cherches-tu? Qu'est-ce qui peut rendre un être habité par l'esprit de la justice si impitoyable?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Jeu 7 Jan - 22:10

Une bien étrange situation oubliée depuis des lustres. Apaisante, calme, silencieuse - si l'on oubliait le brouhaha extérieur - et nostalgique. Une sorte de retour dans le passé. Chose qu’il ne souhaitât pas. Tout puait la trahison, l'hypocrisie,... le complot. Mais une chose particulière attira son regard rougeoyant. Blaze venait de poser son arme de prédilection à portée du mercenaire sanguinaire. Il fut bien le premier à agir aussi sottement, aux yeux du vengeur. Il ne lui faudrait que quelques secondes pour s'en emparer, la brandir suivant un geste ample et trancher la tête du marqué. Néanmoins, ce mouvement assassin ne rimerait à rien. Raison pour laquelle il dé-serra les poings et prit une grande inspiration. Il écouta la proposition de l'héritier des loups en n'affichant aucune expression, le regard ancré dans les yeux de son interlocuteur. Ces derniers étant très souvent révélateurs.

- Eh bien, je pense personnellement que tu as plus que juste une prime sur ta tête. Tu cherches quelque chose, et ça te consume, tu me parais pas bête comme homme, donc ça doit clairement valoir le coup d'y jeter sa vie. Parle si tu veux, mon avis est déjà fait. Tu as mon épée si ça t'intéresse. Enfin, si un membre de la garde de Nailah te convient.

Compréhensif et généreux. Il ajouta "optimiste" à la liste. Comme sa sœur, encore une fois. Une pensée assez troublante qui lui valut un sourire en coin. En outre, il pouvait compter sur le bras armé de Blaze. Une bonne nouvelle après son échec dans la taverne. Il aurait dû suivre attentivement les conseils d'Agnan Daeroth, au lieu de sombrer dans une folie meurtrière. Non désireux de s'abîmer dans un nouveau gouffre de désespoir, il balaya cette sinistre pensée au profit d'un avenir un peu moins sombre. Il l'espérait, du moins. Que ferait sa lame, par contre ? Un autre massacre ? A éviter. Il y avait déjà assez de grabuge aux alentours.
En écoutant le bretteur à la lame céleste dialoguer avec cet étrange vieillard, Burnagore comprit l'origine des capacités de son compagnon d'infortune. Notamment sa vélocité et sa souplesse. Un potentiel allié de poids, en somme.


- Tu imagines qu'être d'Hatary confère certains... privilèges, je peux t'aider si tu le souhaites, le choix est tien. Mais si je peux poser une seule question... Que cherches-tu? Qu'est-ce qui peut rendre un être habité par l'esprit de la justice si impitoyable ?

Avant même de répondre, Burnagore s'empara de l'épée de Blaze et la lui tendit d'une poigne de fer. Le geste fut plus ou moins rapide, assez pour surprendre son nouveau compère roux. Tandis que le vengeur maintenait fermement son Ignifer tâché de sang à bout de bras. Il entonna une réponse d'une voix légèrement grave mais fière. Petit à petit, le mercenaire récupérait de son ardeur. Espérons juste que ça lame ne foute pas le feu dans la maison suite à un excès de confiance en ses capacités...

- "Tu avais le droit à trois questions, il me semble. Nul besoin de me demander l’autorisation pour les poser. Tu te demandes ce qui m'a rendu aussi farouche ? Le passé. Les êtres qui te sont chers... six-pieds sous terre; une vie de mercenaire anéantie par la conspiration, par la trahison; une sœur entre les mains de mon meilleur ennemi; un monde rempli de fumiers. Cela fait bien longtemps que l'horizon s'est imprégné du rouge sanglant de mes victimes, au même titre que le soleil levant. Je ne puis revenir en arrière et ma voie restera la même, quoi que je fasse. En résumé, c'est le passé qui m'a avili", conclut-il sans ciller.

Froid en apparence, il rectifia le tir au dernier moment en esquissant un sourire en coin. Peut-être que l'homme qui se tenait en face de lui méritait bel et bien sa confiance ? Effectivement, il se devait de suivre les conseils du vieillard, pour cette fois au moins. La sagesse n'est pas dans une seule tête. Exactement les mêmes propos que sa sœur cultivée. Elle lui manquait terriblement, et chaque pensée le torturait. Mais il devait s'y faire. Le chaos l'attendait dehors. Pour lui, mais aussi pour son nouveau coéquipier. Eskhàrion allait de nouveau fendre l'air. Certaines choses ne changent jamais.

- "J'accepte ton aide. Je te confère la mienne par la même occasion. Néanmoins, nous avons besoin d'un plan, et vite. Ça s'agite considérablement, dehors. Il n'est pas à exclure que la matière grise responsable du contrôle des morts fasse de nouveau des siennes. Pour nous avoir débusqué dans la taverne, il devait obligatoirement savoir que j'allais m'y rendre au préalable. Je ne crois pas au hasard. De plus, nous aurons certainement toute la garde de la ville à nos trousses. Cette maison ne va pas tarder à finir en cendres. La porte risque de voler en éclats, et si ce n'est pas le cas, nos ennemis n'hésiteront pas à nous rendre là pareil en nous enfumant. Ton vieil ami risque d'en pâtir", expliqua le mercenaire, désormais debout, tout en posant son regard sur le vieux Laguz.

Un beau merdier, en effet. Il fallait s'attendre au pire du pire. De quoi les occuper pendant un bon moment. Cela lui faisait du bien de parler comme sa sœur le ferait. Avec des mots, au lieu de faire usage de sa lame. Sa mère en serait extrêmement fière, et son père suivrait certainement la marche...
De quoi le réconforter un peu. Il serra le pendentif de son paternel dissimulé sous sa veste de cuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Dim 10 Jan - 22:08



Une être déchu, dont l'innocence a été arraché. Blaze pouvait voir dans ses yeux les scènes de son passé tragique, comme si on avait prit son cœur et que son pire ennemi le mangeait devant lui. Une douleur sourde et sombre sortait de son corps, ses paroles étaient glaçantes comme la mort, aspect qu'il semblait avoir complétement embrassé... Et pourtant, durant le bar, il semblerait qu'un fond d'homme, d'être aimant enfuis en lui était ressortit. Comme si, à force de polir un morceau de fer rouillé, l'acier encore sain était à nouveau exposé à l'air frais. Suivant cette idée, Blaze se fit la promesse de redonner le plus possible à Burnagore son aspect d'origine. Il retirera toute la rouille, mais conservera le mordant et le tranchant de la lame de l'âme de Burnagore. Comme la sienne.
Son âme... Sa Lame. Fine. Souple. Tranchante et aiguisé comme un rasoir. Inébranlable. Il aimerait être tout cela à la fois, mais il s'en rapprocherait le plus qui l'est permis. Avec ses yeux pénétrants, il observa Burnagore avant que celui-ci lui redonne rapidement son épée d'une main de fer. Assez rapidement pour le surprendre, mais la foi de Blaze était forte, très forte. Et il savait pourquoi. Burnagore est plus proche de lui qu'il ne souhaite le dire. Devenir fou et assoiffé de sang était une aberration pour le jeune Marqué Hatarien, mais c'est une possibilité... Il avait ce que Burnagore avait en lui. Le sombre dessin de la vengeance, la poigne froide de la Mort... La rage pourrait déformer sa justice, rendre toute sa légèreté d'esprit bonne à jeter et plus jamais il n'esquisserait un sourire, l'alcool aura le goût du sang, comme tout le reste, et jamais il ne regardera le monde de la même manière. Jamais il ne retournera à cet état si... bestial et primaire. Car si cela arriverait... Blaze se rendit compte qu'il ne serrait rien de plus que son père, et l'ombre de sa mère. Comme son compagnon d'infortune, Blaze deviendrait un fantôme.
- (Quand j'avais 14 ans, j'étais comme toi. J'ai perdu ma mère, mais je savais qu'elle ne reviendrait jamais. C'est ça qui m'a permis de panser cette plaie. Contrairement à moi, tu as encore quelque chose à perdre mon frère... Oui, il n'est pas trop tard, et c'est pourquoi tu t'es abandonné, tu es devenu un émissaire de la Mort pour reprendre et protéger ce qui peut encore l'être. Ta quête est noble, mais si tu continues... C'est la main d'un tueur que ta sœur serrera, pas celle de son frère.)

Burnagore récupérait. Le feu de la volonté dans ses yeux se ravivait à chaque seconde. Mais cette fois, avec une sorte de contrôle, comme s'il avait retrouvé un vieil ami qu'il pouvait respecter et accorder sa confiance. Blaze sourit, heureux de voir que ses mots ne furent pas vain. Il sentit la force retourner au corps de Burnagore, au point où la température de la salle semblait avoir légèrement augmenter. Et elle ne diminuera probablement pas, cet endroit sûr ne le sera plus dans quelque temps, et sans plan, ils se feraient tuer immédiatement. Blaze réfléchit aux options possibles. Il commença avec la plus évidente, la fuite, hélas, la maison est mal placé pour tenter une échappatoire discrète. Trop près de la rue marchande, avec très peu de couverture. L'option offensive est à proscrire, les adversaires seraient trop nombreux sans compter la blessure de Burnagore. Quand à l'approche diplomatique... Les mots d'un membre de la garde royale pèsent peu ici...
"Nous ne sommes pas dans une bonne situation. Tu es blessé, et même si tu penses que c'est pas grand chose, tu subiras ses effets au moment le plus important. Un vertige durant une valse d'épée et... Le feu les a probablement tous rendu irritables à souhait. Malgré mon rang, personne ne m'écoutera."

Blaze raccrocha son sabre à la hanche, s'assurant qu'il était placé correctement. Il prit sa gourde et mit une grande quantité d'alcool dans sa bouche avant de tirer sa lame, puis de cracher le contenue sur le tranchant de son sabre. Son esprit fit une carte en 3D du village, celui-ci avait 2 points de sorties ou d'entrées, mais il est plus que probable qu'il soit garder en ce moment même. Rester et attendre que le tout se calme est inutile, deux bretteurs roux sont le genre de personne facile à identifier. En soupirant, il expliqua à Burnagore.
"Nos options sont très limités. On peut faire une sortie en force, car on ne nous a pas encore suivit jusqu'ici, mais ca sera vite le cas si on reste plus longtemps. L'objectif sera de rejoindre la rue marchande et de s'enfuir dans les petits couloirs, plus propices pour des bretteurs comme nous. Ils ont des archers, donc les toits sont à proscrire... Monsieur, vous devriez rester à l'abri le temps que tout ceci se calme. Je ne peux que vous remerciez pour votre générosité, mais nous devons partir, ou vous risquez d'en subir les conséquences."


"J'ai d'ailleurs une excellente idée, jeune Hatarien. Je dirais que vous m'avez agressé et que je ne pouvais rien faire avec une lame sur la gorge. Ahahaha."

Un bon point fait par le vieux Laguz, ceci pourra détourner l'attention durant un temps, et du moins, il serra en sécurité. Blaze regarde Burnagore et hocha la tête. Le temps jouait contre eux. En quelque pas rapide, il se rapprocha de la porte et retira son bras gauche de son manteau, lui permettant de faire de grands et amples mouvements sans contrainte. Il effectua quelques tics nerveux avant de retrouver sa concentration optimale. Il porta sa main au fourreau et soupira longuement, se raidissant pour la bataille à venir.
"On évite le combat, on risque vite se faire encercler. On devrait pouvoir se faufiler jusqu'à la rue commerçante, c'est la que ca se complique. Et surtout, on reste côte à côte. Si jamais tu ressens un malaise, ou n'importe quoi, tu me le dis!
Je n'aime pas tuer Burnagore. Au fait, j'adore me battre, mais je hais faire couler le sang. Mais ce que je hais encore plus, c'est laisser des hommes bons mourir... Et il y en a de chaque côté... Voici mon idée. Ils vont se concentrer sur celui qui a mit le feu à la taverne, donc dès que nos épées seront sortis, il serra facile de nous identifier. Si jamais une telle éventualité arrive, nous échangerons de sabre. Je suis plus frais et plus en forme que toi, je pourrais plus facilement les retenir et captiver leurs attention sur moi. Enfin... Si cela arrive."

Blaze esquissa son fameux sourire insolant et arrogant, chargé d'adrénaline et de force pour la suite. Il avait hâte de voir ce que l'avenir lui réservait avec Burnagore. Encore devait-il survivre pour voir la suite, mais ca, c'est ce qu'il fait de mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Lun 11 Jan - 0:34


Il n'avait pas travaillé en équipe depuis bien longtemps. La boucherie ayant eu lieu dans le village de son oncle aux côtés de Redeye ne rentrait certainement pas dans ce domaine d'action. Ils n'avaient fait que se battre dos à dos, et encore. Ce coup-ci, tout allait changer. Une nouvelle organisation avec un nouvel allié. Un autre retour dans le passé, mais sous un autre jour. Une époque passée sous la lumière flamboyante du soleil de midi, lorsque le mercenaire portant le nom de Burnagore réglait les conflits en versant le moins de sang possible. Une période quasiment oubliée et un objectif bien plus noble que de tuer pour assouvir son constant désir de vengeance reporté sur l'ensemble des êtres vils.
Se retenir de tuer. Un sacré challenge.


- Nous ne sommes pas dans une bonne situation. Tu es blessé, et même si tu penses que c'est pas grand chose, tu subiras ses effets au moment le plus important. Un vertige durant une valse d'épée et... Le feu les a probablement tous rendu irritables à souhait. Malgré mon rang, personne ne m'écoutera.

Burnagore tâta sa blessure à la tête. Son interlocuteur prévenant ne manquait pas de jugeote. Ce genre de blessure, pas fatale en soi, pouvait très bien le devenir en effectuant des gestes trop brusques. Or, un combat à l'épée - et encore plus face à des lances - suscite maints efforts considérablement éprouvants, même pour le plus chevronné des combattants... ou des tueurs en l’occurrence. Un vertige et l'enfer se profilerait très vite sous ses yeux de sang.
En outre, plus la moindre place pour la diplomatie. Un pas dehors impliquerait très certainement un affrontement majeur, et une mort prématurée, sauf dans certaines conditions...
Burnagore en profita pour balayer la pièce du regard tout en écoutant Blaze d'une oreille attentive.


- Nos options sont très limités. On peut faire une sortie en force, car on ne nous a pas encore suivit jusqu'ici, mais ça sera vite le cas si on reste plus longtemps. L'objectif sera de rejoindre la rue marchande et de s'enfuir dans les petits couloirs, plus propices pour des bretteurs comme nous. Ils ont des archers, donc les toits sont à proscrire... Monsieur, vous devriez rester à l'abri le temps que tout ceci se calme. Je ne peux que vous remerciez pour votre générosité, mais nous devons partir, ou vous risquez d'en subir les conséquences.

Effectivement, exploiter les ruelles perpendiculaires à l’avenue et profiter de l'espace restreint pour progresser en ville leur conférerait un avantage indéniable. Quoi de plus pratique pour éviter de laisser toute une flopée de cadavres dans leur sillage ? Tout en évitant de finir empaler au bout d'une lance bien affilée. Surtout ça, évidemment. Les gardes brûleraient très certainement le cadavre du mercenaire sanguinaire pour lui faire payer sa pyromanie, tout en le dénonçant au grand public comme un démon destiné à rejoindre son domaine de prédilection : la terre des Démons.
Une fin à éviter, de préférence.
Le vieux laguz proposa de créer une diversion à ses risques et périls; Burnagore salua son intention d'un hochement de tête. Difficile de rechigner quand il s'agit de sa propre vie.
Le vengeur fit craquer machinalement son cou et se prépara mentalement en expirant un bon coup. Ce qui allait suivre pouvait aisément être comparé à la charge d'une cavalerie. Une situation hâtive, dangereuse et bourrée d'embuches en tout genre. Imprévisible, ininterrompue et peut-être même chaotique.
En voyant Blaze libérer son bras gauche afin de ne pas être gêné par sa tenue lors de la future cavalcade, Burnagore entama la même procédure mas en retroussant ses manches. Allaient-ils vraiment parvenir à se frayer un chemin à travers les allées de ce village tortueux sans prendre une seule vie ? Cela tenait du rêve, mais l'espoir fait vivre. Sa sœur aurait très certainement espéré que cette histoire finisse ainsi...


"On évite le combat, on risque vite se faire encercler. On devrait pouvoir se faufiler jusqu'à la rue commerçante, c'est la que ça se complique. Et surtout, on reste côte à côte. Si jamais tu ressens un malaise, ou n'importe quoi, tu me le dis!
Je n'aime pas tuer Burnagore. Au fait, j'adore me battre, mais je hais faire couler le sang. Mais ce que je hais encore plus, c'est laisser des hommes bons mourir... Et il y en a de chaque côté... Voici mon idée. Ils vont se concentrer sur celui qui a mit le feu à la taverne, donc dès que nos épées seront sortis, il serra facile de nous identifier. Si jamais une telle éventualité arrive, nous échangerons de sabre. Je suis plus frais et plus en forme que toi, je pourrais plus facilement les retenir et captiver leurs attention sur moi. Enfin... Si cela arrive."


Burnagore baissa sa capuche jusqu’au niveau de ses yeux rouges. Une brève lueur de la même teinte s'en échappa inconsciemment, éclairant brièvement l'ombre produite par ledit capuchon. Une main sur le fourreau et l'autre serrée en un poing semblable à une pierre terriblement compacte, il leva la tête et répondit d'une voix de stentor.


- "Soit. Tout en faisant le moins de morts possible, nous nous élancerons en direction de bois en passant par les ruelles les plus étroites. Tiens-toi prêt, car nous allons prendre directement à droite. J’entends les gardes s'approcher d'ici et ces derniers proviennent de gauche. Nous n'aurons pas le luxe de tergiverser en chemin.", dit-il en approchant à son tour de la porte.



Il tourna la tête vers le vieux laguz, le regarda dans le blanc des yeux, et inspira profondément encore une fois. D'un geste vif, il lui lança une pièce. Le descendant des félins la rattrapa au vol en affichant un air d'incompréhension.

- Je n'ai pas fait ça pour l'argent, vous savez...

- "Vous n'y êtes pas"
, répliqua le mercenaire en reculant d'un pas devant le seuil de la porte.
"Je compte bien payer les pots cassés."

- Je ne vois pas de quoi vous voulez parl-

D'un chassé explosif, le vengeur fit voler la porte d'entrée en éclats et les débris se propulsèrent à l'extérieur de la pièce, au beau milieu de l'avenue bondée.
Il parlait de ça, tout simplement.
Ni une ni deux, les gardes se retournèrent en trombe en direction du bruit, leurs armures cliquetant en raison d'un sursaut pour certains et d'un brusque mouvement de recul pour d'autres. Ils se mirent aussitôt à vociférer, pointant leurs lances en direction des deux bretteurs. Bunagore bondit dans la rue et bouscula quelques passants dans sa hâte. Toutefois, il garda un œil sur Blaze, histoire de ne pas le perdre de vue. Derrière lui, il entendit Evan proférait des ordres à quelques gardes situés en retrait. Tout cela sentait le complot à plein nez, l'embuscade. Après tout, Evan devait connaître cette petite ville comme sa poche. Non seulement ça, mais la honte et la frustration ressenties dans la taverne calcinée envenimaient très certainement les choses, renforçant sa hargne et son mépris envers le duo.
En tournant à droite comme convenu, afin de se faufiler dans une ruelle pour bénéficier d'une protection durable, Burnagore entendit le son caractéristique d'un carreau fendant l'air. Le projectile frôla l'oreille gauche de Blaze, heurta quelque chose de mou et un cri de douleur strident attira l'attention de la foule entière. Une femme venait de recevoir le tir au niveau de son épaule droite, et celle-ci s'effondra contre un mur en hurlant à la mort.
Le mercenaire sanguinaire n'en croyait pas ses yeux, assistant à la scène en pleine course, du coin de l’œil sous son sinistre capuchon.


- "Quelle bande de salopards !", cracha ce dernier sans pour autant s'arrêter dans la foulée, progressant inévitablement dans la ruelle qui ne tarda guère à devenir une bifurcation dotée d'un angle mort peu rassurant.

Morts ou vifs, de toute évidence. Peu importe les conséquences, peu importe les victimes; Evan et sa clique souhaitaient impérativement la mort de Blaze et de Burnagore.
Comme quoi, méchant ou gentil... les rôles s'inversent à une vitesse faramineuse, de temps à autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMarqué


Messages : 344
Age : 23
Localisation : Sur les routes
Autre Indication : Puis-je vous aider?
Groupe : Windwaker

Feuille de personnage
Niveau:
26/60  (26/60)
Points d\'Expérience:
98/100  (98/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Lun 11 Jan - 12:11

Une sensation de camaraderie naissante laissait Blaze confiant envers leurs chances de réussite. Bien que sa nature l'amène à être un solitaire, il n'en appréciait pas moins d'avoir un compagnon dans ce genre de situation. En vérité, personne ne fait équipe avec lui à cause de son tempérament, mais surtout à cause de son niveau d'aptitude. Rares sont ceux qui peuvent prétendent avoir survécus une attaque du Black Fang. Burnagore en revanche, avait probablement beaucoup subit dans sa vie, et son jeu d'épée en est particulièrement aiguisé. D'une voie fière et puissante, il concéda à son plan :
 
- "Soit. Tout en faisant le moins de morts possible, nous nous élancerons en direction de bois en passant par les ruelles les plus étroites. Tiens-toi prêt, car nous allons prendre directement à droite. J’entends les gardes s'approcher d'ici et ces derniers proviennent de gauche. Nous n'aurons pas le luxe de tergiverser en chemin."
 
En effet, parler deviendra un luxe avec le chaos ambiant. Tout ceci ressemblait à une tentative suffisamment organisé pour qu'un plan soit mis en place, mais pas assez pour être exécuté avec sérénité. Tout irait très vite, les échanges d'épées devront être aussi courts que possible, mais concilié rapidité et pitié est bien difficile. S'il pouvait se battre proprement, il n'aurait aucun mal à mettre hors combat un adversaire sans lui ôter la vie. Mais s'il se doit d'être rapide, ou pire, si son ennemi est fort, cela devient une toute autre histoire... Contrairement aux bandits précédemment, on parle de gardes, d'hommes entrainées et armées correctement, avec des armures et des lances. Des archers avec des flèches. Non, ceci n'est pas du nettoyage de rue, c'est une force armée qu'il faut considérer comme telle.
D'un violent coup de pied, Burnagore défonça la porte, un bon moyen de prouver notre "agressivité" envers notre sauveur. Blaze lâcha un coup d'œil amical avant de mettre son écharpe autour de son visage et de commencer sa course infernale vers la sortie du village. Il bifurqua immédiatement vers la droite après avoir jeté un œil à gauche : Des soldats et Evan se tenaient légèrement surpris de voir les 2 bretteurs roux sortir en force d'une maison, leurs laissant peu de temps pour poser des questions au Laguz. Ils se mirent à pestiférer des ordres, le cliquetis des armures en mouvement se fit plus pressant et plus appuyé, mais les 2 Marqués montraient une rapidité et une agilité désarmante. Blaze fit jouer son jeu de jambe pour se faufiler entre les passants, son centre de gravité était très bas, et il se tenait plus bas, penché vers l'avant et utilisant sa vitesse pour garder équilibre. La foule lui fournissait ainsi une sorte de protection, comme une sorte de toit le couvrant. Il regarda avec attention ce qui entourait Burnagore afin de le prévenir en cas de danger, mais il fut surpris de se rendre compte qu'il faisait de même, s'offrant chacun une protection mutuelle, couvrant les angles morts de l'un et l'autre. Il avait déjà travaillé en équipe, et ça se voyait. Il semblait juste un peu... Rouillé.
Les soldats avaient tenté de prévoir une embuscade, mais heureusement, il semblerait qu'ils n'avaient pas prévue une fuite aussi rapide. Mais même, les soldats restaient assez lestes pour se montrer problématique, sans compter sur leurs connaissances des environs bien plus grands. S'il n'avait pas trop de crainte pour le début, c'est en revanche au niveau des sorties qu'Evan cherchera à concentrer ses forces. C'est bien plus rentable qu’une course poursuite avec peu de chance de réussite.
*Bruit d'une flèche*
La pensée de Blaze fut interrompue par un carreau d'arc lui frolant l'oreille. Comment osait-il tenter un tel tir! La flèche atterit inévitablement sur un passant, une femme. La flèche perfora son épaule droite, lui arrachant un râle de douleur insupportable. Pendant un instant, Blaze pensa à dégainer son couteau, se retourner et le lancer. Mais cette idée fut balayée par l'urgence de la situation et l'injure prononcé par Burnagore. Aussi terrible et injuste que cela est, leur survie est prioritaire. Ils atteignirent rapidement une ruelle avec un angle mort peu rassurant. C'était pourtant trop tard pour entamer une autre course, ils devaient s'engager dedans. D'un mouvement vif, Blaze passa devant son allié en lui lançant :
 
"Je passe devant et j'ouvre le passage!"
 
Il aurait aimé dire plus et montrer un ton plus relaxé, mais dans le chaos ambiant des passants hurlant à la vue des bretteurs, des cliquetis incessants d'armures et des vociférations d'Evan, montrer une forme de sérénité relevait de l'exploit. D'un mouvement vif, Blaze sauta dans le rue et courut quelques secondes sur le mur de la ruelle, arrivant ainsi d'en haut. Il put ainsi surprendre un des soldats qui les attendait dans la rue. Il sauta sur celui-ci et le renversa en atterrissant sur lui. Blaze se releva et cala un coup de talon pour mettre KO le soldat, qui abaissa sa lance. Il reprit sa course vers la fin de la rue. Une sorte de tunnel dont les murs paraissaient si sombre et entravant qu'ils emmenaient des ondes néfastes. Si un archer venait à les aligner dans une ruelle si étroite...
Blaze ralentit le rythme pour retourner aux côtés de Burnagore. La sortie de la rue se rapprochait et Blaze ne voulait pas prendre une décision seul, il fallait rester grouper et prêt. D'un mouvement sec, il dégaina le couteau du voleur qu'il avait volé auparavant et l'arma pour le lancer dans l'éventualité qu'un soldat se montre à la sortie de la ruelle.
 
"Et maintenant?"
 
Une phrase courte, mais prononcé sans crainte pour une fois. Enfin, si halètement provoqué par la course n'était pas un signe si évident de leur cavale. Pour l'instant, ils s'en sortaient plutôt bien, mais la suite restait incertaine, comme les fondations instables de ruines. Mais dans l'éventualité de l'absence de réponse de Burnagore, Blaze se concentra le plus possible sur les sons environnants pour tenter de comprendre ce qui l'entourant, mais la frénésie de la course l'empêchait de se concentrer comme avant. Il décida que si le choix était le sien, il entamerait de longer les murs jusqu'à atteindre la sortie de la ruelle puis tourner à gauche, le brouhaha semblait moins intense de ce côté, et c'était en général bon signe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
avatarMarqué


Messages : 107
Age : 26
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
20/60  (20/60)
Points d\'Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   Lun 11 Jan - 14:19


A proximité du fameux angle mort propice à une éventuelle agression, Burnagore avisa les gardes entrain d'enjamber la femme blessée en toute hâte, vers l'entrée de la ruelle étroite. De plus, ces idiots provoquaient un sacré boucan avec leurs cuirasses. L'un d'eux piétina la jambe de la femme affalée contre un mur, en pleurs. Elle poussa un cri perçant semblable à celui d'une Banshee, si fort que le garde désolé dut se tenir les oreilles au passage. Cela dit, il ne s'en préoccupa pas davantage et rejoignit promptement ses collègues stressés.
Un véritable conglomérat de bâtards sans-cœur.
Le vengeur parvint à comprendre les paroles de Blaze à travers les multiples injures des gardes en approche.


- Je passe devant et j'ouvre le passage !

Si ce dernier y tenait tant que ça... du moment, qu'il ne prenne pas tout son temps, le mercenaire sanguinaire paraissait d'accord. Son bref hochement de tête prouva ce fait.
Après quelques secondes de délai comptées minutieusement dans son esprit étrangement calme malgré les circonstances, Burnagore rattrapa Blaze en enjambant le corps du garde assommé. D'ailleurs, il ne se gêna pas pour poser un pied sur son casque, histoire de laisser une marque humiliante. Le bougre affalé dans la ruelle deviendra très certainement la risée de son équipe de bouseux lors de chacune de ses pauses. Tous se souviendront de ce jour où une marque de botte boueuse maculait le casque du garde en question. Il obtiendrait peut-être même un surnom ridicule, qui sait ?
Mais l'heure n'était pas à la plaisanterie.
La continuité de la ruelle devenait de plus en plus sombre, de plus en plus lugubre, et de moins en moins sécurisante. Une sorte de tunnel disposant d'une unique issue rectiligne. De quoi se prendre une arme de lancer en pleine tête, ou en plein torse pour les plus chanceux. Cela dit, il ne leur restait qu'un seule option viable. A peu-près...


- Et maintenant ?

- "On continue !", répondit-il sans s'arrêter.

Burnagore passa devant, cette fois-ci. Il entama une foulée bien plus rapide, plus bruyante aussi en raison des échos produits par la zone couverte.
Une curieuse silhouette encapuchonnée fit son apparition à l'autre bout du tunnel. Lentement, l'intriguant personnage écarta un pan de sa toge pour décrocher une hachette de sa ceinture. Une saloperie de hache de jet drôlement bien aiguisée.
Comme par hasard.
Le vengeur ne ralentit en rien sa course. Il devait traverser les quelques mètres qui le séparaient de son objectif en un temps record. De ce fait, il balaya la douleur lancinante au niveau de ses tempes en serrant les dents.


- "Crimson Rush !", hurla le mercenaire dans un nouvel excès de fureur.

D'après la peau grisâtre de son ennemi, il devait forcément s'agir d'un autre cadavre animé par un mystérieux nécromant. Ou alors - chose peu probable -, Burnagore s’apprêtait à charger un simple tocard ne faisant visiblement pas bon ménage avec le soleil.
Dans l'instant, peu lui importait. Pas autant que sa survie, du moins.
La course du vengeur produisit des volutes de vapeur rouge dans son sillage et sa vitesse augmenta graduellement, si bien que Blaze ne put le suivre pendant cette soudaine accélération. En même temps, étant donné l'étroitesse des lieux, mieux valait ne pas chercher à savoir qui avait la plus grosse. Ce serait dommage de se retrouver coincer dans le tunnel, épaule contre épaule, et de rencontrer de trop près le tranchant d'une arme de jet. Dommage et assurément ridicule.
Le damné au visage inexpressif leva son bras déformé - en grande partie recouvert par sa manche noire bien trop ample - et entreprit de mettre un terme à cette course effrénée. Même mort, son geste respirait la confiance.
Dommage pour lui, et surtout pour son possesseur. Un jouet en moins.
Le vengeur se jeta les pieds joints en avant sur son ennemi déchu; un craquement sec résonna à l'intérieur du tunnel. Le torse défoncé du cadavre drapé bascula violemment en arrière, lâcha sa hachette - bien trop tôt au point de la faire voltiger dans les airs à quelque mètres d'altitude - et traversa la largeur de la rue commerçante en terminant sa course dans une échoppe remplie de fruits. Burnagore, entre temps, effectua un salto juste après l'impact et retomba accroupi, une main en guise d'appui posée contre le sol recouvert de pavés. Ses yeux rouges et sa balafre luisants de rouges s’éteignirent aussitôt et les volutes sinueuses abandonnées dans son sillage firent de même.
Malheureusement, il remarqua bien vite les gardes se rapprocher de lui en courant, alertés par les villageois hystériques. En même temps, il fallait s'y attendre. Le charivari résultant de l'échoppe ravagée pouvait difficilement interpeller moins de monde. Le responsable martela le crâne du cadavre croulant sous les décombres et les fruits avec une planche brisée de son ancienne échoppe, tout en proférant évidemment une pluie d'injures à son encontre.
La tête de Burnagore se mit à tourner. Comme disait Blaze, il risquait fortement de subir ce genre de désagréments. Là encore, dommage de ne pas y avoir pensé plus tôt.
Il entraperçut la pointe d'une lance projetée dans sa direction. Dans son état, il ne parviendra pas à l'éviter. A vrai dire, il ne pourrait même pas prendre le temps de pousser un soupir avant de rendre l'âme. Son compagnon de route allait-il lui faire défaut ? Le contraire était envisageable.
Le travail d'équipe revêt parfois quelques surprises, après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: [Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] Ultima Cave [PV=Joshua Kazeroï] [Attention : (Très) Violent !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Je ne me sens pas très bien [TERMINÉ]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Pour une occasion très spéciale !
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Les villages de Begnion
-