AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeDim 20 Sep - 23:26

Spoiler:
 

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Burnag10

Un jour comme un autre. Un ciel azuré et un entourage... minable en comparaison.
Des quartiers miséreux, un village de paysans destinés à travailler plus dure qu'un soldat pour nourrir les siens. Des gamins jouaient au beau milieu d'une place en pavé surexposée, plus bruyants qu'un troupeau de chèvres.
Burnagore se tenait assis à l'écart, sur une bordure en pierre sculptée, recouvert de sa toge sinistre et ample destinée à dissimuler son corps mais aussi son visage avec sa capuche rabattue. Il ne bougeait pas d'un pouce, telle la mort attendant le moment propice pour jouer de sa faux et occire les malheureux portant l'un des noms inscrits sur sa liste.
Un arbre pour seule compagnie derrière sa carrure sombre, nul ne pourrait dire si le mercenaire gardait les yeux ouverts. Une ombre dans la pénombre. Un trait rouge-sang en guise de cicatrice, seul élément visible sur son visage sévère. Des lèvres scellées, un silence de mort.

Un soleil de plomb traversait les branches feuillues d'arbres anciens, déchirant le peu de coins ombrés et les striant de quelques raies de lumière plus vives si la témérité vous poussait à tourner le regard vers sa source. Mais même ces éléments lumineux n’attiraient pas le regard des autres. Au contraire, quand bien même une taverne se trouvait à quelques pas du vengeur, rien ni personne n'osait s'approcher de Burnagore. Ivres ou sobres, tout cela n'avait que très peu d'importance.
Le mercenaire faisait partir du décor, un voile grisâtre découpant la verdure assombrie par cet unique arbre situé au cœur de ce village.
Il patientait et baignait inlassablement dans ses songes.
Inutile de vous préciser ses pensées, mais soit.
Meurtres sur meurtres, violences après violences, des bains de sang successifs. Une vie de massacre et de missions sanglantes. Loin d'avoir le moindre rapport avec ses merveilleuses perspectives d'avenir avec son ancien Ordre de la Lame. Des espoirs anéantis, une sœur enlevée et des bâtards profitant du beau temps. Une carcasse mutilée jetée d'une maudite falaise un jour aussi étincelant que celui-ci. Quoi de plus frustrant ? Tant d’événements écœurants...
La vengeance lui permettait de se mouvoir, d'avoir la force d'avancer. Imaginer sa sœur sourire quintuplait cette puissance intérieure. Une motivation d'or dépendant d'un souvenir agréable, d'un visage débordant d'aménité et de joie de vivre malgré la perte de ses parents. Son rayon de soleil, envolé, disparu... et peut-être même éteint à jamais. Après tout, pourquoi se fier à ce bâtard de Céasar Vulturès ? Son exécuteur ? Contraint de lui supplier de préserver la vie de sa sœur avant de mourir... une telle humiliation rongeait son âme !

Il bouillonnait intérieurement d'une rage sans pareil. Un flot de haine constant aussi ardent qu'un soleil de midi, mais bien plus laid et terrifiant. Cette émotion portait désormais un nom. Simple mais évident : Haine.
Nourrie en permanence, elle dévorait l'esprit de son hôte pendant les batailles, guidait son bras armé à son insu, explosait sans la moindre once de pitié les bandits ou les fous croisant sa route en pleine fureur. Les affres de la mort répandus dans son sillage alourdissaient son éternel fardeau. Et l'avenir ? Y pensait-il ? Haine grandissait jour après jour, devenait de plus en plus audible, de plus en plus active. Des consignes macabres, des messages damnés, des ordres de l'enfer résonnaient dans son crâne. Une association malsaine comportant parfois la dernière supplique de sa sœur associée au visage de ses bourreaux, à leurs rires. Ces maudits rictus moqueurs !!

Burnagore ne cillait pas, mais le simple fait de penser à de telles atrocités rendait les alentours invivables. Une tension palpable éloignait instinctivement les enfants, répandait la peur dans un rayon d'une bonne dizaine de mètres.
Les corbeaux délaissèrent les branches de l'arbre ancien en battant frénétiquement des ailes, sentant probablement une menace imminente.
Un pilier de bistrot laissa tomber son verre en tournant la tête au mauvais moment, le brisant malencontreusement contre le sol de pierre. Pas un n'osa commenter cette erreur par inadvertance et s'en suivit un court instant de silence gêné.
Comme si la Mort les épiait.
Burnagore leva les yeux, le regard encore et toujours masqué par les bords de sa capuche.
Ce monde... nauséeux. Tant de complots, d'êtres avares, de fous... et de vices.


Dernière édition par Burnagore le Dim 27 Déc - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnan DaerothMarqué


Messages : 189

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV221/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (21/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV26/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (6/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeLun 21 Sep - 14:14

Ah, que voilà une belle journée. Un ciel dégagé et un soleil brillant, des enfants qui couraient en se chamaillant. Dans leur course effrénée, l'un d'eux tomba par terre. Le vieux Daeroth le regarda se relever et partir de plus belle à la poursuite de ses camarades. Ah, la jeunesse. Voir cette innocence, ce petit bonheur insouciant dans cette nouvelle génération faisait sourire un vieil homme, installé sur un banc à l'ombre d'une maison. Quand il était arrivé la veille, on l'avait regardé avec un œil curieux, presque méfiant tant l'étranger était différent.
Mais rapidement, on l'avait apprécié. Des enfants jusqu'aux anciens, on était venu le voir et écouter ses histoires, parler de l'actualité des environs et des autres pays, et se remémorer des vieux souvenirs. Il était passé pour un vieillard aussi paisible qu'instruit, comme à chaque fois qu'il se rendait à un endroit.

Cela avait du bon d'être un vieux croûton, se dit le Marqué en souriant face à l'infatigable jeunesse. Il avait tout le temps de prendre son temps, de s'asseoir bêtement quelque part à regarder les enfants courir et l'herbe pousser. Ses yeux toujours aussi vifs qu'à son apogée regardèrent un p'tit gamin à qui il manquait une dent s'emparer d'un petit bâton et crier qu'il était Ike, le sauveur de Tellius, alors que ses camarades jaloux le poursuivaient pour dérober sa fabuleuse arme. Un jour, se disait Agnan, tous les enfants du continent, qu'ils soient de riches Beorcs ou de pauvres Laguz, pourront jouer ainsi, à incarner des héros d'un autre temps, à transformer les cauchemars de leur Histoire en jeux qui leur feront vivre des rêves. Lui, vivrait pour que cette époque devienne réalité.

A la taverne, les adultes prouvaient qu'ils demeuraient de grands enfants. Leur innocence perdue, ils la compensaient par plus d'histoires, de coutumes, et de l'alcool. A chacun ses jeux après tout...on riait fort, se tapait probablement dans le dos en racontant quelques blagues qu'il valait mieux tenir éloigné de la plupart des oreilles. Les anciens aussi devaient probablement s'amuser à leur façon, disputant une partie de cartes dans une ambiance bien plus posée et lente, le temps s'écoulant au rythme du bruissement des cartes frottant les unes contre les autres. On l'avait invité à jouer avec eux, il avait poliment décliné, préférant voir profiter du beau temps pour regarder la tendre jeunesse se faire. Ah, quelle époque différente de la sienne...

Et puis il y eut un bruit. Et un silence, avant que les activités ne reprennent. Intrigué, le vieil homme tourna la tête. Là bas, contre l'arbre, se tenait ce qui ressemblait plus à un corbeau de mauvaise augure qu'à un homme en bonne santé. Il n'était clairement pas d'ici, et attendait probablement. Agnan aurait gagé qu'il patientait pour une révélation plutôt que pour quelqu'un. Et surtout, il l'espérait, car s'il guettait la sortie de quelque villageois, ce n'était certainement pas pour lui offrir des fleurs. Il avait toujours dit à son naïf de petit-fils de ne pas juger sur les apparences, mais deux siècles d'expérience aidaient généralement à différencier la nuance entre un grand costaud timide, et un fou en préméditation, sans aller jusqu'à dire que la silhouette était un assassin ou quelque chose du genre.
Se levant souplement de son siège, le vieux Daeroth se dirigea d'un pas tranquille et régulier vers l'étranger. C'était justement à ce genre de personne qu'il devait parler, pour tenir son rôle de "grand-père" et les aider à trier leurs pensées, leur vie. Arrivé à sa hauteur, sans la moindre appréhension, il lui adressa un large sourire.


"Bonjour mon garçon, c'est dommage de se cacher sous une capuche par un temps pareil. Pourquoi ne pas laisser tes soucis où ils sont pour quelques heures et de prendre le soleil ?"

Il y avait une atmosphère malsaine autour du jeunot. Cela ne perturba pas le moins du monde le vieillard qui avait connu bien pire durant des décennies entières, mais il trouvait toujours cela terriblement dommage que des gens continuent à se tourner vers la colère, la vengeance et la violence... Mais il avait fait les erreurs qu'eux feront prochainement. Quand ils seront vieux, ils comprendront eux aussi que toute cette agitation, cette haine, était futile, qu'il ne trouverait pas le sens de leur vie à se mettre sur la gueule...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeLun 21 Sep - 22:54

Son entourage paraissait sceptique, soupçonneux, voire même effrayé. Des regardes vifs en coin, rien de plus. Pas de provocation, juste de la peur, de l'appréhension. Dans tous les cas, Burnagore s'en moquait. Aucun d'entre eux ne ressemblait à un bandit ou un autre salopard mal intentionné.
Des soûlards et des enfants.
L'inconscience et l'insouciance.
Mais à quelques pas du mercenaire progressait un individu sortant du lot. Un ancien insensible à cette ambiance brisée par un flot de ténèbres immatériel. Un homme visiblement à part moins stupide que cette ridicule assemblée. Son âge supposait deux choses bien distinctes : un vieux fou téméraire ou un sage profitant des expériences du passé pour donner son avis sur un fait.
Dans tous les cas, le vieil homme s'approcha suffisamment pour s'exprimer sans crainte, comme si la tension imprégnant l'air n'existait pas ou plus.


"Bonjour mon garçon, c'est dommage de se cacher sous une capuche par un temps pareil. Pourquoi ne pas laisser tes soucis où ils sont pour quelques heures et de prendre le soleil ?"

Burnagore leva davantage les yeux pour analyser l'ancêtre apparemment intéressé par son cas.
Pas de trace d'une quelconque folie, juste une interrogation sensée.
Comme il le prévoyait, sa toge sinistre créait une polémique, mais le résultat serait sans doute bien pire sans. Ce bâtard de Céasar l'ayant mutilé jusqu'au visage, il répugnait à dévoiler sa face à quiconque et s'en passait volontairement. Cette simple suggestion associée à un souvenir douloureux lui fit froncer les sourcils, accroissant vivement son air colérique.
Mais le vengeur s'empêchait de donner raison à Haine, surtout dans ce genre de moment. Il pouvait tuer les monstres dénués de morale d'une manière tout à fait atroce, voire aberrante, mais certainement pas les innocents, pas dans de telles conditions.
Ses yeux couleur rubis observaient le vieil homme, puis retombèrent droit sur le sol en pavé. Deux sphères rouges vacillantes sous une capuche grisâtre. Ils clignèrent un instant et son expression de colère s'apaisa soudainement.
Un brin de causette lui remettrait peut-être les idées ne place, après tout...


- « Croyez-moi ou non, une mauvaise réputation me précède et cette tenue m'épargne bien des supplices. L'ombre est ma meilleure amie. », répondit-il sans regarder le vieil homme dans les yeux.

Son visage balafré se leva et sa vision pointa directement vers les enfants bien plus distants. Le simple fait de les observer, ne serait-ce que trois secondes tout au plus, éveilla une illusion dans son champ de vision.
Sa petite sœur entrain de jouer avec lui, comme dans son innocente jeunesse. Deux fantômes du passé vivants dans l’allégresse la plus totale. Des rires en écho, une scène se jouant au beau milieu de la place sous les rayons du soleil. Un univers si lointain, si... différent, une nostalgie si forte et pourtant si douloureuse. Une vie brisée par une multitude de malheurs se chevauchant dans le temps.
Horrible constat d'une existence gâchée par l'impuissance face aux bourreaux de ses parents, et à la trahison de son ordre de mercenaires résultante d'une confiance aveugle en ses proches.
En clignant des yeux une nouvelle fois, le passé se volatilisa sans produire le moindre bruit. Le laissant ainsi seul avec son interlocuteur.


- « Les ombres du passé me rattrapent toujours, les écarter ne servirait à rien. Et ce soleil n'a plus le moindre effet curatif... ma véritable lumière m'a été enlevée par le pire des salopards. », grommela le mercenaire instable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnan DaerothMarqué


Messages : 189

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV221/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (21/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV26/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (6/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeMar 22 Sep - 13:22

L'étranger le dévisagea depuis sous son manteau quelques instants. Probablement à jauger son état. Après tout, qui oserait donc aller s'adresser à un tel stéréotype d'assassin ? S'il voulait être discret c'était râpé, on ne voyait que lui à travers tout le village ! Alors qu'en étant un petit vieux avec un palmier sur la tête, tout de suite...ben on se fait remarquer aussi. Mais comme l'âge pardonne tout, bah on fait pas gaffe.

Mais derrière son sourire débonnaire, les yeux du vieillard croisèrent ceux du vengeur masqué. Il remarqua toute la souffrance qu'il y avait dedans, cette colère dans leur éclat rouge, avant qu'ils ne s'intéressent à nouveau aux pavés et que ses traits ne s'apaisent un peu. Quand j'vous disais que l'âge pardonne tout... Quand à la réponse qui suivit, elle ne surprit guère le Marqué. Quelqu'un d'aussi visible ne souhaitait pas être inaperçu, mais simplement anonyme, c'était quasiment écrit dessus. Quant au pourquoi, cela ne le regardait pas vraiment...
L'étranger parut regarder les enfants quelques secondes, comme s'il s'égarait dans ses pensées. "Très révélateur", se dit le vieux Daeroth qui pouvait déjà formuler un vague postulat. Cet homme avait perdu quelque chose.


« Les ombres du passé me rattrapent toujours, les écarter ne servirait à rien. Et ce soleil n'a plus le moindre effet curatif... ma véritable lumière m'a été enlevée par le pire des salopards. »

Bien, nous y voilà...au moins, il était coopératif. Une fois de plus, cela laissait comprendre bien plus qu'il ne voulait bien l'avouer. Il avait besoin d'aide, d'un guide, d'un conseil...d'une lumière, pour reprendre ses termes. Alàlà, la jeunesse...le monde connaîtra enfin la paix lorsque tous les p'tits gamins de ce genre seront devenus des vieux comme lui. D'une part car la plupart ne seront plus foutus de tenir une épée, certes, mais surtout car ils se seront affranchis de ce genre de concept. En guise de première réponse, Agnan lui donna une légère tape, vive comme un serpent, sur le front, comme il le faisait avec son p'tit Redeye pour le réprimander.

"Du calme mon garçon, si tu as le temps de te morfondre sous cet arbre, tu aurais aussi le temps de chercher ta lumière tout comme tu aurais aussi le temps de te reposer un peu. Tu vas finir par exploser si tu ne penses qu'à ça en permanence, sans jamais souffler un coup."

Des gens qui criaient à tout vents "je me vengerais ! J'ai souffert ! Je ne peux me reposer !" il en avait vu toute sa vie...y'en a pas beaucoup qui ont fait long feu. C'était une métaphore lorsqu'il parlait d'exploser, mais en fait dans certains cas c'était plutôt approprié... Le vieillard lui indiqua d'un geste de la tête le banc à l'ombre, qu'il avait quitté quelques instants plus tôt.

"Soit tu pars par monts et par vaux dans la fougue impatiente de la jeunesse la chercher, soit tu viens t'asseoir un moment sur un banc avec le papy Daeroth pour lui raconter toute cette histoire qui a l'air de peser un peu trop lourd sur tes jeunes épaules."

Encore un avantage à être vieux, on peut faire croire qu'on est fatigué à tout moment. Ça permet aussi de voir le fond du cœur des gens...ou en tout cas d'essayer. Faudrait vraiment qu'il se trouve une belle canne un jour, histoire de jouer encore un peu plus son rôle de vieux croûton. Quoiqu'il en soit, il avait le sentiment que ce jeune garçon aux yeux familiers avait besoin d'un bon coup de main...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeMer 23 Sep - 0:37

Apparemment, le vieil homme plus sage que sénile l'écoutait. Il paraissait sympathique et calme, moins bruyant que les autres pochtrons buvant verre après verre. Calme au point d'entendre le vent souffler de temps en temps, et les bruissements des feuillages de cet arbre ancien en accompagnement. Agréable force de la nature fouettant doucement sa toge sombre. Seul son visage ressentait le contact de l'air frais, ses mains restaient nichées dans leurs manches et ses poignets calés sur ses genoux. Légèrement voûté, il se contentait d'attendre.
Bien qu'il fût quelque peu surpris par ce geste familier, le mercenaire ne prit pas la peine de se toucher le front mais simplement d'incliner mollement son visage mutilé vers l'ancêtre.


"Du calme mon garçon, si tu as le temps de te morfondre sous cet arbre, tu aurais aussi le temps de chercher ta lumière tout comme tu aurais aussi le temps de te reposer un peu. Tu vas finir par exploser si tu ne penses qu'à ça en permanence, sans jamais souffler un coup."

Son interlocuteur prêchait la bonne parole mais ne comprenait pas la raison de cette attente, il ne pouvait pas le savoir après tout. Non pas un sauvetage, mais une future bataille sanglante suivie d'une potentielle torture. Une heure précise pour entrer en scène au sein d'un autre village. Burnagore n'espérait pas trouver sa sœur en compagnie d'un sous-chef aussi borné que Doryan, mais bien lui soutirer des informations essentielles quitte à le briser physiquement et moralement. Les traîtres doivent souffrir autant que lui, si ce n'est pas plus.

Ne sachant pas trop quoi répondre, le vengeur resta coi un court instant et son regard se tourna vers le soleil. Indicateur temporel indispensable pour son projet de vengeance. Le fait de le voir briller de mille feux, il s'en moquait. Seule sa position l'intéressait, rien de plus. Le temps passait lentement, trop lentement, et lui culpabilisait et s'apitoyait intérieurement sur son sort en compagnie de ses visions. Du temps de perdu passé seul à hanter une place trop vaste pour un seul homme. "Repos", "Exploser", "Souffler"... sages conseils et bonne mise en garde. Peut-être parviendra t-il ainsi à ne pas trancher trop de gens sur son chemin ? A endiguer momentanément l'ivresse de la vengeance et le flux de rage tourbillonnant dans son esprit brûlant ?


"Soit tu pars par monts et par vaux dans la fougue impatiente de la jeunesse la chercher, soit tu viens t'asseoir un moment sur un banc avec le papy Daeroth pour lui raconter toute cette histoire qui a l'air de peser un peu trop lourd sur tes jeunes épaules."

Un geste de la tête en direction d'un banc à l'ombre et une proposition amicale. Le mercenaire haussa les épaules et observa le banc du coin de l’œil. Pourquoi pas ? Le temps passera plus vite en brisant le silence. Inutile de se précipiter, la hâte pousse le plus souvent un individu à commettre des erreurs et l'homme en question ne pouvait pas se le permettre.
Un homme ayant vécu longtemps lui fournirait sûrement des conseils avisés. Burnagore ne renoncerait pas à sa vengeance mais cette discussion augmenterait probablement ses chances de réussite.
Toute la sagesse n'est pas dans une seule tête. Partout où est passé l'ancêtre suit le petit.


- "Très bien. J'opte pour la seconde option. Rien ne me presse, pour le moment.", dit-il en se levant. "Mais cette histoire est loin d'être rose. Longue et douloureuse.", expliqua t-il en regardant l'horizon d'un air sombre.

Oui. Longue et douloureuse. Exactement les mots à utiliser pour décrire la punition envisagée pour chacun de ses ennemis. Aucune supplique ne les sauvera. Rien ni personne ne saurait leur venir en aide. Souffrances et mort pour tous.

Il s'apprêtait à tout lui raconter, du début jusqu'à sa chute et de sa rédemption jusqu'à ce jour. Tout sauf son véritable nom. Des villageois hostiles et un exil familial forcé, Des parents sacrifiés dans un raid de bandits, une vie de forgeron partie en fumée, un choix effectué pour apporter un peu de lumière à ce monde putréfié, un destin brisé par son meilleur ami et une sœur délaissée. Une cascade de malheurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnan DaerothMarqué


Messages : 189

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV221/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (21/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV26/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (6/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeDim 27 Sep - 11:10

C'est avec satisfaction que le vieillard vit le p'tit dépressif le suivre comme son ombre, le mettant en garde toutefois d'avance contre la violence de son histoire. Pour toute réponse, Agnan hocha doucement la tête et sourit. Longue et douloureuse, hein ? A vu de nez, ce gamin devait avoir...vingt, vingt-cinq ans ? Ah, que c'est beau l'innocence des enfants...même lorsqu'ils pensent l'avoir perdu, ils en sont encore emplis. Après tout, à partir de quel âge perd-t-on vraiment son innocence ?

Ils s'installèrent alors sur le banc, et le petit jeune entreprit de tout lui raconter. Il est vrai qu'aux yeux du garçon, cela devait-être une très longue histoire, puisqu'elle était presque aussi vieille que lui. Révélation après révélation, drame après drame, le vieux Daeroth resta pourtant stoïque et attentif alors qu'il lui révélait qu'il était un Marqué, un orphelin trahi et blessé, une lame assoiffée de vengeance, et tant d'autre... Mais qu'est ce que c'est que ce monde pourri, où les vies de merde s'enchaînent ?
Le soleil continuait sa course dans le ciel à mesure que le jeune vengeur poursuivait son sombré récit, comme si l'astre se penchait lui aussi pour écouter ses malheurs. Jusqu'à ce que tombe le point final, que les contes d'une vies se terminent sur cette journée. Le vieil homme prit un instant pour jouer avec son bouc et repenser à tout ce qui venait d'être dit, c'était effectivement une sale histoire...comme tant d'autres.


"Je suis désolé pour toi, mon garçon."

Voilà à quoi pouvait aussi servir son expérience, aider les pauvres gens qui ont sombré au fond du gouffre. Lui aussi avait vécu entouré de haine et de massacre, et pendant bien plus longtemps que ce petit bonhomme...et désormais il en avait de lourds regrets. Il est tellement plus simple de tout exploser dans la seconde où l'on vit que de se demander, vingt ans plus tard, ce qu'auraient pu faire ou être tous ces malheureux éparpillés en petits morceaux dans la nature.

"Tes intentions sont légitimes, mais ne confonds surtout pas vengeance et justice."

Si Agnan désapprouvait désormais la violence, il était pleinement conscient qu'il n'y avait parfois aucun autre recours possible. Face à une violence exacerbée il n'y a le plus souvent qu'une seule réponse : frapper encore plus fort...mais il y a frapper et frapper. Lorsqu'un juge prononce sa sentence - qu'elle soit juste ou non - il ne condamne normalement pas l'intégralité des gens qui ont été en contact avec l'accusé.

"Pas plus que tu ne dois confondre la colère et la haine...car l'une des deux te dévorera, à un tel point que tu seras plus rien d'autre qu'une vulgaire épée qui fait couler le sang."

Combien de temps lui avait-il fallu, à lui, pour réaliser qu'il faisait fausse route ? Cinquante ? Soixante ans ? Et encore, cela avait été un coup de chance, si l'on puis dire. Soixante ans dans lesquels il n'avait même pas ne serait-ce que songé à faire autre chose que génocider aveuglément ceux qui perdaient jour après jour leurs familles et leur dignité.

"Pour chaque homme que tu tues, c'est une famille entière que tu prends le risque de briser. Combien de "toi" as-tu créé, à force de tailler à droite à gauche ?"

En tuant un seul homme, admettons un être normal, tout ce qu'il y a de plus banal. Il travaille à la ville, a une femme, un fils et une fille, de temps en temps il rentre tard le soir pour boire un coup avec ses potes, il s'énerve bêtement parfois, mais il fait sa vie peinard.
Et puis un jour, on le tue. Sa famille n'a plus de revenus, et si la malchance s'acharne, leur mère devra se rabaisser plus bas que terre pour nourrir ses enfants qui grandiront malheureux et instables, car ils voudront se venger à leur tour, et risqueront de tuer d'autres gens et de répéter le cycle...ou de se faire abattre au premier adversaire. Il en va de même pour les amis de leur père, si l'un d'eux essaye de le venger, la boucle recommencera.


"Crois-en un très vieil homme, mon garçon. Perdre des proches, c'est douloureux...mais ta vie ne s'arrêtera pas là. Ni à leur perte, ni après que justice soit faite. Même le plus dangereux des hommes peut refaire sa vie, s'il daigne retrouver son humanité...je ne pense pas que ta soeur aurait voulu que tu finisses comme ça, et certainement pas que tu le restes."

Le vieil homme ne pouvait pas l'encourager dans ses tueries, pas plus qu'il ne pouvait le contredire sur son désir de vengeance, qu'il préférait désigner comme justice pour lui faire entendre raison...mais il devait au moins lui faire entendre qu'il existait autre chose, après. Que tout ne prendrait pas fin comme ça. La seule fin, c'est la mort. Comme disent les jeunes en ce moment, "tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !" et encore, on ne sait pas ce qu'il y a après la mort...alors allez savoir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeDim 27 Sep - 23:58

Son récit fini, son estomac se noua face à ses propres paroles. Le simple fait de s'entendre énoncer les malheurs de son existence embrasa son âme meurtrie par le temps. Il souffrait intérieurement, plus qu'il n'aurait pu l'imaginer auparavant. Il s'en voulait davantage, rongé par les remords, par son imprudence. En parlant de sa vie, chaque moment passé fusionnait avec l'instant présent, à tel point qu'il revivait les épisodes de son destin tragique.
Sa mère criblée de flèches, son père dépassé par le nombre de ses opposants et fauché par un coup de hache barbare. Sa fuite désespérée dans les bois sous un ciel sombre puis l'enterrement de ses parents.
Ses jeunes années passées en compagnie de sa sœur, de son oncle et de... Céasar. Lui et son maudit conspirateur de frère. Ce visage souriant, un masque rayonnant de bonté, se brisa en mille morceaux pour laisser place à un monde empêtré dans les flammes de l'enfer. Un univers de sa pensée modelé par sa rage. Son propre portrait se réduisit en cendres sous les yeux de sa sœur de plus en plus distante, comme attirée par une force maléfique insondable.
Darod, son oncle, avait littéralement disparu, évaporé dans les flammes, métaphore de son courroux croissant.
Un seul chemin s'ouvrait à lui, empli de cris de terreur et de souffrance, de voix ténébreuses et inquiétantes. Une voie ensanglantée bordée de cadavres en tout genre. Des morts réanimés pour s'exprimer à son encontre et cracher des plaintes atroces à répétition. Au bout de ce sinistre chemin se trouvait sa vengeance sous forme de silhouettes noires. Mais même ainsi, il est reconnaissait. Il les voyait sourire. Une armée de sourires infernaux, des bouches rougis et étirés. Ses cibles. Des traîtres entourant l'image claire de sa sœur au beau milieu d'un brasier étouffant.


 « Je suis désolé pour toi, mon garçon. »

La parole du vieil homme et sa pitié l'extirpèrent de son enfer de solitude. La noirceur de ses pensées se dissipèrent et les flammes de sa rage s'étouffèrent dans un instant de silence troublant. Les yeux fixant le sol, il ne bougeait pas, figé telle une statue de pierre froide. Voire glaciale.

- « Inutile. Je suis aussi fautif que les traîtres. Et je m'en suis rendu compte après coup. », répondit-il d'une voix chargée de honte et de regrets.

Le mercenaire se sentait encore plus mal, même après s'être confié à son interlocuteur. Il ne parviendra pas aussi facilement à se défaire des spectres du passé. Il en avait conscience, et il savait aussi que cela empirerait jour après jour.

 « Tes intentions sont légitimes, mais ne confonds surtout pas vengeance et justice. »

Une tentative de réconfort accompagnée d'une mise en garde. Cette association le fit sourire. Non pas un rictus aimable, mais un petit rire nerveux.
La justice. Ce procédé consistant à punir le mal selon des critères appropriés. De jolies lois destinées à protéger les plus faibles et à châtier les vilains conformément à leurs actes. Comme toute conception humaine, elle était limitée.
La vengeance, sauvage et sans limite, liée à des émotions négatives et le plus souvent proche d'une folie incontrôlable. Bains de sang à outrance, distinctions difficiles entre bons et mauvais. Et pour couronner le tout, un piètre résultat peu probable pour une montagne de morts. Tuait-il pour assouvir sa vengeance ou pour sauver sa sœur ? Mieux : vivait-elle encore au sein de son ancien ordre de mercenaires ? Que de mystères...


"Pas plus que tu ne dois confondre la colère et la haine...car l'une des deux te dévorera, à un tel point que tu seras plus rien d'autre qu'une vulgaire épée qui fait couler le sang."

Si les deux ne se délectaient pas déjà de l'esprit tortueux du vengeur ?
Un haine personnifiée au point de métamorphoser sa morale en voix maléfique lui hurlant le plus souvent d'anéantir toute vie atour de lui. Plus le sang coulait, plus elle en demandait. Plus la demande évoluait, plus sa maudite voix résonnait en empruntant inlassablement celles de ses proches. Haine, guide des ténèbres et source de tourments supplémentaire. Burnagore répugnait cet aspect maléfique de tout son être, mai se voyait contraint de la nourrir pour survivre et avancer sur le chemin abrupt dans le but de tenir sa promesse faite à sa défunte mère.


- « Je crains avoir déjà touché ce fond-là.», répliqua t-il sèchement.

Contrats sur contrats. Il égorgeait, décapitait, poignardait, pourfendait, empalait, embrochait toutes les cibles de ses employeurs. Le pire dans tout ça, il ne se souciait pas des vies tranchées par son sabre. Il survivait et gagnait du terrain sur ses concurrents. Le mercenaire sanglant obtint plusieurs titres dans divers patelins, répandant ses plumes rouge sur les carcasses abandonnées de ses victimes.
L'Oiseau de Sang, le Faucheur, la Lame de l'Enfer,... et j'en passe.
Bref, il tuait pour son profit, pour sa survie, et pour nuire aux entreprises de ses anciens amis.


« Pour chaque homme que tu tues, c'est une famille entière que tu prends le risque de briser. Combien de "toi" as-tu créé, à force de tailler à droite à gauche ? »

Sûrement de quoi en faire une armée. Une multitude de petits monstres en devenir. Des visages inconnus tapis dans les ombres de leurs prédécesseur. Un cercle vicieux et infini engendrant de nombreux conflits à venir. Pour quoi ? Pour la vengeance.
Le vieil homme avait raison. Cet excès d'animosité répandrait un vent destructeur dans les prochaines générations à venir. La guerre finirait inexorablement par refaire surface et briser le destin d'autres familles dans son élan furieux. Une montagne de morts de plus en plus grande, de plus en plus haute.


- « Trop pour les compter. Mais je me dois de vous avouer que je ne m'en souciais pas. », dit-il en toute honnêteté.

Tel était le prix à payer pour découvrir la localisation de sa sœur et retrouver les traîtres pour les exterminer de la manière la plus cruelle possible.
Sur le coup, il se demandait bien pourquoi les divinités lui avaient permis de se relever et de donner libre cours à son bras vengeur. Un autre mystère, insondable cette fois-ci.


 « Crois-en un très vieil homme, mon garçon. Perdre des proches, c'est douloureux...mais ta vie ne s'arrêtera pas là. Ni à leur perte, ni après que justice soit faite. Même le plus dangereux des hommes peut refaire sa vie, s'il daigne retrouver son humanité...je ne pense pas que ta sœur aurait voulu que tu finisses comme ça, et certainement pas que tu le restes. »

La Parole du Sage.
Cet homme avait sans doute vécu des événements aussi aberrants que les siens, voir pire encore. Peut-être se considérait-il comme « un homme des plus dangereux » et se prenait pour exemple.
Mais Burnagore n'agissait sûrement pas pour la justice. Non, il ne croyait plus en elle. Il ne la voyait plus comme cette lumière conçue par l'humanité pour éclairer un monde sombrant petit à petit dans la nuit la plus noire. Sa propre lumière, subtilisée par la folie des siens, se substitua à un brasier infernal attisé par sa lame dorée. Pour lui, la seule manière d'éteindre de telles flammes équivaudrait à retrouver sa sœur. La savoir morte le briserait plus que tout autre chose. Il ne le supporterait pas et répandrait perpétuellement sang et mort dans son sillage indéterminé. Même lointain et incertain, son éclat d'espoir dérobé le maintenait suspendu au-dessus d'une mer de flammes dévorantes. Un point lumineux dans une infinité ténébreuse et un gouffre ardent sous ses pieds. Il vivait entouré d'incertitudes en compagnie de sa lame souillée et de son esprit tourmenté par les meurtres.


- « Pour chasser les démons, il faut en devenir un soi-même. Seul, je ne parviendrai pas à mes fins. Mais la justice et l'humanité sont deux notions abandonnées dans mon sillage. Dire que je n'ai pas le choix serait faire preuve de mauvaise foi. Mais quoi qu'il m'en coûte, je la retrouverai. Je ne peux pas vivre avec un tel poids... je ne saurais le tolérer. », s'expliqua t-il les mâchoires serrées.

Qu'en penserait sa sœur? Elle désapprouverait indéniablement cette attitude. Elle ne le reconnaîtrait peut-être pas. Elle en souffrirait aussi, prisonnière d'une nostalgie contraignante. Après tout, si celle-ci respirait encore en ce moment même, elle le croyait sûrement mort. Dans touts les cas, sa petite sœur comptait beaucoup trop pour lui. Quitte à mourir en chemin, il ne la laisserait pas tomber et ferait tout pour la retrouver. Même traverser les sept enfers.
Toujours le regard perdu, il s'adressa au vieillard après un court instant de silence.


- « Qui se sert de l'épée périra par l'épée me disait mon père. Avant sa mort, ma mère m'a fait promettre de protéger Ryanne quoi qu'il arrive. Je ne peux revenir en arrière ni même reculer. Tel est le fardeau que je dois porter. », déclara le mercenaire d'un ton sérieux et assuré. « Qu'en est-il de vous ? Pourquoi rester ici à écouter mes lamentations ? Dois-je comprendre par là que vous vous reprochez d'avoir mal agi par le passé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnan DaerothMarqué


Messages : 189

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV221/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (21/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV26/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (6/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeDim 4 Oct - 11:48

Ce jeune homme anonyme était définitivement au fond du gouffre, mais paraissait un peu plus lucide que ceux qui le sont habituellement, juste un peu. Il ne se lamentait pas sur son sort, ni ne trouvait une relative satisfaction à se complaire dans la noirceur et le sang. Non, lui était vraiment quelqu'un qui avait à la fois besoin d'aide, et qui était déjà condamné.
Son objectif était déjà tout tracé, et c'était une voie qui le vouait à la damnation. Et visiblement, ce garçon y était préparé...ou du moins pensait l'être. Il disait être prêt à devenir un démon pour retrouver sa soeur, ce qui en disait long sur son caractère et ses intentions...mais une fois qu'il l'aura retrouvé, qu'allait-il faire ? Se suicider ? La tuer ? Les démons ne changent pas, ils resteront toujours des êtres maléfiques qui ne demandent que du sang. Aujourd'hui, cela parait être la solution, mais demain, dans dix ans, cent ans, que dira-t-il ?


- « Qui se sert de l'épée périra par l'épée me disait mon père. Avant sa mort, ma mère m'a fait promettre de protéger Ryanne quoi qu'il arrive. Je ne peux revenir en arrière ni même reculer. Tel est le fardeau que je dois porter.
Qu'en est-il de vous ? Pourquoi rester ici à écouter mes lamentations ? Dois-je comprendre par là que vous vous reprochez d'avoir mal agi par le passé ? »


Ce gamin...allait vraiment très mal finir s'il ne l'aidait pas à ouvrir un peu les yeux. Sa logique n'est pas insensée ou stupide, elle est juste ancrée dans un cercle vicieux aussi vieux que sournois. Et c'est triste de voir un jeune homme qui semble avoir un peu plus que deux neurones et du cran tourner aussi mal... Le vieux marqué lui adressa un large sourire, aussi serein que mystérieux.

"Les démons ne sauvent jamais personne, mon garçon...ils ne font que créer d'autres démons."

Le temps lui avait fait prendre conscience de ces mots. L'arrogance et la force des Laguz les avait amené à agir en monstre contre les humains, humains qui leur rendirent plus que violemment la pareille lorsqu'ils en furent capable, et l'échange de cruautés gratuites aurait pu se poursuivre probablement jusqu'à l'extermination définitive de l'une des deux espèces sans l'intervention d'un jeune Beorc insensible aux différences de naissance.

"Prendre les armes ne scelles pas son destin. Seulement celui des autres. Je comprends que tu veuilles protéger ta sœur, par promesse ou par devoir...mais comment la protégeras-tu de toi-même, jeune démon contaminé par le sang et la mort ?"

Pour avoir emprunté cette voie, le vieux Daeroth savait que ce chemin ne menait nul part, sinon à la solitude et au malheur. Abandonnés de tous, les sanguinaires finissaient par retourner leur lame contre tout ce qui les entourait. Ennemis, inconnus, proches...et leur talent faisait rapidement leur drame. Au cœur de la guerre, seuls les plus forts survivent, mais ils survivront d'autant plus seuls car la folie les isolera de tout.
Quant à ce qui le concernait...Agnan se redressa pour se faire craquer le dos, dans une parodie de vieillard rhumatisant, histoire de donner le change, conservant son sourire énigmatique façonné par des siècles d'expérience.


"Quant à moi...je ne suis qu'un vieillard qui a fait son temps, et qui éprouve grande peine à voir des p'tits jeunots courir après l'enfer plutôt qu'après les jolies filles..."

A son âge, il devrait conter fleurette à des jolies minettes plutôt qu'assombrir ses pensées de sang et de vengeance, il devrait prendre une choppe plutôt que l'épée. Ah, quelle misère que le monde soit ainsi fait...

"Un jour peut-être, je te raconterais de vieilles histoires mon garçon, mais aujourd'hui il y a plus important à faire qu'écouter un vieillard radoter sur son insouciante et impulsive jeunesse..."

Alors survis, jeune homme, survis, sors des ténèbres, et reviens avec ta fragine pour perdre votre temps avec un vieux croûton...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeDim 4 Oct - 20:44

"Les démons ne sauvent jamais personne, mon garçon...ils ne font que créer d'autres démons."

Étant donné son précédent exemple au sujet des familles des défunts ayant péris sur le fil de son sabre, cette phrase  résumait parfaitement la situation actuelle et les événements à venir. Mais en partant de ce principe, cette théorie du cercle infini liée au ressentiment et à la haine poussée à son paroxysme, laisser les odieux camarades du mercenaire en vie ne signifierait t-il pas accentuer les malheurs à venir ? Ajoutons à cela la supposée présence de sa sœur dans le lot et imaginons son avenir. Pourchassée par les siens, accusée de trahison et de collaboration dans le but de nuire à son entourage. Une vie de poursuites, de vagabondage permanent. Une apatride comme son frère. Un succession forcée de massacres pour sauver sa vie jusqu'au jour où ses poursuivants seront bien trop nombreux ; chaque ennemi abattu accentuera la colère de leurs semblables et renforcera ainsi l'impitoyable morale des mercenaires enragés.
En guise de mesure préventive, Burnagore ne voyait qu'une seule chose possible : tuer ces chiens et les empêcher d'agir selon leurs règles.
Bien sûr, sa cible principale l’obnubilait et le simple fait de penser à cet immonde salopard le contrariait en permanence, mais ce qui comptait réellement se situait derrière cette vengeance.
Libérer sa sœur de cet enfer et veiller à sa sûreté.
Mais si jamais il s’avérait que et objectif soit remis en question en apprenant son décès, il sombrerait dans une folie sanguinaire et ferait un amalgame de tout être vivant en ce monde assombri par ses monstrueux occupants.


"Prendre les armes ne scelles pas son destin. Seulement celui des autres. Je comprends que tu veuilles protéger ta sœur, par promesse ou par devoir...mais comment la protégeras-tu de toi-même, jeune démon contaminé par le sang et la mort ?"

Tout dépend de ses opposants.
Dans un tel monde au bord de l'explosion, empêtré dans un racisme étouffant, les forts règnent et certains ne se privent pas d'agir selon une morale déplacée. Sans compter les préjugés et le manque de culture des plus vicieux, il existe forcément des bretteurs plus doués et plus expérimentés que Burnagore, tout comme il existera sans nul doute des guerriers surentraînés supérieurs à ces mêmes prodiges du sabre. Une autre échelle de grandeur aussi vaste que l'horizon.
D’autant plus qu'une seule passe d'arme peut tourner au désastre.

Toutefois, l'intérêt de Burnagore suite à cette interrogation se répercuta instinctivement sur la destinée de sa sœur.
La protéger de lui ? Deviendrait-il suffisamment mauvais pour porter la main sur elle ? Se rendrait-il compte de son geste en abandonnant sa conscience par mégarde à Haine ? Parviendrait-il à empêcher ce fléau personnifié de faire surface en temps voulu ?
Toutes ces questions germant dans sa tête le mirent mal à l'aise au point de crisper tous les muscles de son corps. Il ne pouvait pas accepter une telle perspective et même sa propre mort ne le sauverait pas de la damnation.


- « Je... », balbutia t-il, visiblement confus. « Vous marquez un point. Je n'ai pas de réponse à vous donner, sinon que je serais capable de me briser le bras pour empêcher une telle folie si les circonstances jouaient en sa défaveur. », conclut-il en regardant sa main toujours aussi crispée.

Réponse purement hypothétique, l'avenir insondable répondra à cela.
Parviendra t-il à ses fins ? Abattra t-il son Némésis ? Sauvera t-il sa sœur de ses anciens collègues antipathiques ?
Sa lame ouvrira la voie, peu importe le nombre de cadavres finissant sous ses bottes ni même les litres de sang versés pour mener à bien sa mission.


"Quant à moi...je ne suis qu'un vieillard qui a fait son temps, et qui éprouve grande peine à voir des p'tits jeunots courir après l'enfer plutôt qu'après les jolies filles..."

Cette fin de phrase aurait suscité le sourire de n'importe quel individu enclin à la rigolade. Mais Burnagore n'y participa pas.
La pitié du vieillard démontrait le côté aventureux du mercenaire sanguinaire. De la peine et une idée précise plutôt sombre sur le futur du vengeur. Cette empathie renforçait ses craintes. Avili par ses bourreaux, il se concentrait uniquement sur sa vengeance et jusqu'ici, son entourage n'évoquait pas le moindre intérêt à ses yeux. Même l'alcool avait le goût du sang, détail subtil dénonçant un mal-être profond.


"Un jour peut-être, je te raconterais de vieilles histoires mon garçon, mais aujourd'hui il y a plus important à faire qu'écouter un vieillard radoter sur son insouciante et impulsive jeunesse..."

Burnagore posa son regard sur l'ancêtre, visiblement intrigué par l'individu en question. Détenteur d'une grande sagesse, il en connaissait long sur de telles histoires tragiques et devait avoir vécu des événements dégradants, d'âpres combats qu'il ne valait mieux pas ébruiter.
Assagi par ses longues années d'expérience, celui-ci devait sans doute avoir décelé les prochains moments chaotiques de la vie du vengeur, mais la portée de ses paroles restait limitée par l'esprit torturé de son interlocuteur.
Il devait continuer d'avancer et personne ne parviendrait à lui ôter cette idée de vengeance.
Toute la sagesse du monde n'arriverait jamais à raisonner un tel individu délaissé par les dieux, et revenu pour faucher les traîtres dans un but personnel.


- « Très bien. Alors nous en reparlerons en temps voulu. », termina Burnagore en songeant à son prochain objectif.

Ce vieil homme le rencontrera peut-être aux côtés de sa sœur, moins sombre et plus serein. Et elle toujours la même, enjouée et respirant la bonté.
Un cadre idyllique avec pour autre sujet de conversation que le sang, les épées et la vengeance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnan DaerothMarqué


Messages : 189

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV221/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (21/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV26/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (6/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeDim 11 Oct - 12:38

Le vieillard ne pouvait qu'admirer la détermination et les passions déchaînées de la jeunesse. Pour sûr, ce n'était pas quelqu'un de son âge qui pourrait jurer à tout vent qu'il n'avait pas peur de la mort, de la subir ou de l'infliger, qu'il ne craignait pas de se détruire lui-même pour atteindre ses buts, de tuer par vengeance, d'assassiner par intérêt, de renier les autres par défaut...il était bien trop vieux pour ces conneries. Seuls les jeunes et les imbéciles sont aussi flamboyants et pressés. Et stupides peut-être, mais allez différencier les erreurs de jeunesse due à l'inexpérience à une réelle bêtise.
S'il se casse le bras, ça ne sauvera pas sa soeur une fois retrouvée - on va dire qu'il va la retrouver hein - loin de là. Pire encore. Il est motivé le petiot, et il a du cran...mais il ne tiendra jamais le coup. Soit sa violence le détruira, soit c'est sa réussite qui causera sa perte.
Agnan hocha la tête lorsqu'ils s'accordèrent à se retrouver pour entendre ses vieilles histoires, mais la discussion n'était pas terminée...


"Pour en revenir à ta soeur...je ne doute pas que tu pourrais même t'arracher le bras pour ne pas la frapper. Les jeunes sont si démonstratifs...mais ça ne la sauvera pas de toi. Pire, comment tu la protégera, avec un bras en moins, contre les marées qui voudront te faire ce que tu leur as fait, te faire payer par tous les moyens possible ? Qui sera leur cible, à ton avis ?"

Le jeune Marqué n'était pas un cas désespéré, comme il avait déjà pu en avoir. Il écoutait, réfléchissait, hésitait à tout remettre en question...lui, lui il pouvait être sauvé. Mais le vieux Daeroth sentait qu'il était retenu par ses actes passés, enchaîné par ses propres crimes et contraint, selon lui-même, à continuer ainsi. C'était là l'arnaque, à s'aveugler soi-même sans le savoir, on finit par se prendre un mur.

"Ce qui a été fait, est fait. Rien ne peut le changer...mais tu peux toujours décider de tes actes présents, et de ceux à venir. Il y a des taches qui ne disparaissent jamais, mais cela n'a jamais empêché personne de les laver jusqu'à ce qu'on les oublie..."

Le sang collera toujours aux mains. Prendre une vie est probablement l'acte le plus horrible à faire, tant il est irréparable, quoiqu'on fasse. Celui dont on a ôté la vie ne reviendra jamais, et il faudra porter sur la conscience et ses mains ce poids jusqu'à la fin de ses jours...mais ce n'est pas une raison pour se laisser couler par ces boulets. Mais certainement que ce petit-là ne le comprendra réellement que dans un moment...pourvu qu'il puisse le faire à temps pour pouvoir s'en sortir ensuite.
Empathique, le vieil homme lui adressa un sourire compatissant. Il comprenait ce qu'était la haine, la violence, mais il avait connu ce qui arrivait après, la douleur, les regrets, la solitude... Le temps avait fini par l'exclure du monde, et le Marqué s'était exilé, loin de son passé et de l'avenir qu'il avait façonné. Cela avait été plus facile ainsi, et il avait trouvé dans son ermitage non pas le pardon, mais la sérénité. Dépourvu d'épée aujourd'hui, le vieil homme avait toutefois purgé ses gestes de la cruauté, de la colère qui les imprégnait autrefois. Oh, ils seraient toujours aussi mortels, sinon plus encore qu'autrefois...mais son art n'était plus tourné vers le meurtre pur et simple. Il avait transmis à un jeune garçon la façon de manier une lame, car celui qui sait tuer...sait aussi épargner et protéger.
Mais cela, il ne servait à rien de le dire. On pouvait le visualiser, penser le comprendre, mais cela n'avait aucun sens avant de le vivre...alors si le jeunot devait faire ses erreurs, quand bien même les autres devaient en payer le prix, alors qu'il les fasse. Le monde est un ensemble de vies entremêlées, certaines se coupent, d'autres se renforcent. Ainsi va la vie, ainsi va le monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeLun 19 Oct - 21:08

"Pour en revenir à ta sœur...je ne doute pas que tu pourrais même t'arracher le bras pour ne pas la frapper. Les jeunes sont si démonstratifs...mais ça ne la sauvera pas de toi. Pire, comment tu la protégera, avec un bras en moins, contre les marées qui voudront te faire ce que tu leur as fait, te faire payer par tous les moyens possible ? Qui sera leur cible, à ton avis ?"

Bon Dieu. Il avait terriblement raison et voyait loin, très loin. Mais tout cela n'était que pures suppositions. Nul ne peut prédire les folies de l'avenir, les moments de joie, les guerres, l'ampleur de la vengeance des plus meurtris par le passé...
La singularité de l'individu peut dépasser les pensées et l'avis d'autrui. La compréhension se teinte des couleurs de l'illusion, le mal moral est telle une sangsue épuisant constamment son hôte, lui suçant le sang pour que le boucher concerné provoque inlassablement d'autres carnages afin de combler ce manque salissant.
Mais certaines personnes comprennent tout de même le cœur des autres ; ils essayent, persévèrent, s'engagent et tentent de résoudre les soucis des autres par la parole. Des mots emplis de sagesse. Des phrases dissimulant un vécu particulièrement douloureux.
Exactement comme Agnan Daeroth entreprit d'agir pour répandre sa bonne parole et sauver une âme brisée par le mal dit «  métaphysique  ».
Pour le moment, il ne savait plus vraiment quoi dire...


"Ce qui a été fait, est fait. Rien ne peut le changer...mais tu peux toujours décider de tes actes présents, et de ceux à venir. Il y a des taches qui ne disparaissent jamais, mais cela n'a jamais empêché personne de les laver jusqu'à ce qu'on les oublie..."

En observant le sol de son regard pourpre, toujours recouvert par sa capuche sinistre, Burnagore continua de converser avec le vieil homme.

- « Vous êtes sage et votre vision porte loin. Mais j'ai renoncé à la justice, laissant derrière moi trop de cadavres pour pouvoir les compter. D'ailleurs, certains morceaux tranché sont trop éparpillés pour tenter de les rassembler... Qu'est ce que je raconte ? Bref, seul contre tous, il est vrai que je n'arriverai à rien. », précisa le mercenaire au regard inexpressif.

Seul contre une armée de mercenaires hypocrites, avares, affamés. Il fallait se rendre à l'évidence qu'une simple embuscade pourrait lui coûter cher. Il n'arrivera jamais à se rendre invisible indéfiniment aux yeux de ses ennemis. Son traître d'ami est bien trop intelligent pour ne pas finir par s'en rendre compte. Et devenir un démon pour en tuer un autre, une suggestion devenue aussi insensée qu'effrayante. Il avait de toute évidence besoin de soutien, mais aussi de puissance.
Incapable de renoncer à la vengeance, Burnagore devrait fonder des alliances et des relations de confiance, malgré sa réticence à se faire de nouveaux amis. Toutefois, l'enjeu était de taille. Retirer Ryanne des griffes d'une armée de monstres hypocrites.
En y réfléchissant, il sourit légèrement. Quoi de mieux pour semer la discorde parmi ses opposants qu'un petit groupe prêt à tout ? Reste à trouver cette brave portion de fous.


- « Malheureusement, ma lame rencontrera sûrement d'autres téméraires sur son chemin. Vivre avec ce poids dans la conscience n'a pas fini de me tourmenter... comme vous autrefois, je suppose ? Triste réalité. C'est sûr, nous aimerions tous ne pas devoir tuer pour parvenir à nos fins, mais laisser certaines personnes en vie et les revoir commettre des atrocités me déplaît bien plus. J'essaye le plus souvent de choisir mes victimes, mais le destin en amène quelques-unes sur le tranchant de mon sabre... », conclut-il en secouant la tête.

Son sourire éteint, il leva la tête pour observer la ville, et notamment les soûlards retourner siroter leurs bières quotidiennes. Une petite place calme et baignée dans un océan de bonne humeur. Tandis que lui faisait tâche avec sa tenue digne des assassins ou des vils sorciers redoutés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnan DaerothMarqué


Messages : 189

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV221/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (21/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV26/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (6/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeLun 23 Nov - 4:43

Comme à chaque fois, le vieux Daeroth écouta attentivement le jeunot. Il n'était pas stupide, il n'était pas borné. Quelque part, ce gamin lui faisait penser à son petit-fils. Mais en dépressif. Peut-être pouvait-il lui éviter l'enfer, peut-être ne parviendrait-il pas à lui accorder le pardon de la Déesse - si tant est que cette grognasse existe réellement, même après avoir subi son "châtiment" - parce qu'une telle philosophie ne pouvait que cacher un être réfléchi et tourmenté. Agnan lui sourit simplement.

"Oh, je ne suis qu'un vieillard sans intérêt...après tout, à quoi sert de justifier ses actes si on les pense parfaitement légitime, hmm ?"

On peut dire que les gens se jettent sur sa lame, rien n'excuse le fait qu'on soit seul maître du mouvement fatal. Le vieil homme savait qu'il avait rencontré son jeune camarade bien trop tard, mais pas assez pour que son âme soit condamnée. Sans être croyant, ce petit bonhomme avait toute la vie devant lui, s'il voulait bien le comprendre, et il était du devoir d'un vieux crouton de le lui faire réaliser.

"Enfin, tu devrais regarder un peu le ciel de temps en temps...tu aurais peut-être moins d'ennemis. Bah oublies tout ça fils, je ne suis qu'un vieil homme un peu fou...c'est triste de vieillir."

Et en même temps c'est bien pratique. Personne ne se doute de rien, ou ne vous accuse de rien. La barbe blanche est le pouvoir - parce que c'est la faute à Kira, probablement - et que l'attitude du grand-père plaît aux jeunes loups aussi fougueux qu'ignorants. Pourvu qu'ils puissent s'assagir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeMar 1 Déc - 22:44

En regardant les clients de la taverne voisine se gausser entre eux, il ne les imaginait pas entrain de parler de lui. Non, il ne les voyait clairement pas du mauvais œil. Ces gens-là respiraient la bonhomie et la fraternité. Ils partageaient leur joie dans un bain d'euphorie aisément repérable et quasiment... virulent. Étant donné leur carrure, leur travail devait être bien pénible et une beuverie généralisée leur remontait assurément le moral. Burnagore en était un peu jaloux.
Plus que cette mauvaise sensation, il commençait à ressentir de la nostalgie en pointant ses deux pupilles flamboyantes dans leur direction. Ses yeux ne les quittèrent pas pendant quelques secondes. Il scrutait le groupe, certes, mais il regardait encore plus loin. Comme si son regard fouillait dans le passé. Comme si sa vision intérieure s'agitait pour flouter la réalité et lui permettre de se réfugier dans ses pensées les plus profondes, dans ses souvenirs les plus tenaces.
Oui. Le tout commençait à lui revenir comme un coup de poignard enfoncé en pleine poitrine. Une frappe soudaine lancée avec une précision accrue par la vulnérabilité de l'individu. Des images d'un groupe formant une unité. D'une équipe célébrant sa victoire du jour. D'une petite fratrie fêtant ses bénéfices et partageant son butin dans la joie et la bonne humeur autour d'une flopée de boissons alcoolisés.
Le pire dans tout ça ? Il se voyait lui-même, debout devant "L'Ordre de la Lame", aux côtés de sa sœur. S'il ne pouvait voir que sa silhouette, il saurait rester immobile, un sourire rehaussant ses lèvres inexpressives. Mais il percevait tout, désormais. Son ancien meilleur ami mimant le plus joyeux allié du monde. Le camarade le plus fiable jamais disposé à vous trancher le visage, tout comme la poitrine. Un sourire hypocrite. Un foutu masque donnant la nausée au mercenaire sanguinaire. Ce bâtard regardait Burnagore de temps à autre. Pour un autre que le vengeur, nul n'y aurait rien vu d'anormal. Mais ce dernier ressentait une haine féroce pour cet enfoiré, et chacun de ses sourires lui paraissait faux. Terriblement creux. Oui, tout n'était plus que mensonge à ses yeux.
Le monde se teintait de rouge. La couleur du sang et de la violence.
Rapidement, dans sa vision, tous les mercenaires qu'il considérait comme sa famille devinrent des marionnettes sanglantes. Le monde pataugeait dans le sang. Le sourire affable de sa sœur se déformait en une expression de tristesse. Des larmes de sang coulèrent le long de ses joues roses. Et son propre nom résonna dans un terrible écho. Atroce torture auditive réveillant le plus terrible souvenir de son existence. Toutes les silhouettes ne devinrent plus que des créatures enveloppés de sang. Les monstres de son univers intérieur. Les incarnations de sa souffrance. Au beau milieu de cette transformation trônait le visage narquois de son pire ennemi. Le rictus tordu de Céasar Vulturès. Ce maudit ricanement devenait de plus en plus fort. De plus en plus insupportable. A un tel point que les tempes de Burnagore le firent souffrir. Plus atrocement que les échos produits par la voix de sa sœur en détresse. Dire qu’il en souffrait relevait de l'euphémisme.
Aucun mot ne pouvait décrire son chagrin et son mal-être.
Il cligna des yeux pour mettre un terme à ce supplice. Il les maintint fermer pour ne pas revoir ce monde de la folie. Comme s'il souhaitait maintenir fermer une porte qui refusait d'obéir à sa poigne. Les ténèbres valaient mieux que de revoir cette scène. Pour lui, la plus puissante des obscurités se transformait en refuge.


"Oh, je ne suis qu'un vieillard sans intérêt...après tout, à quoi sert de justifier ses actes si on les pense parfaitement légitime, hmm ?"

Mais il rouvrit les yeux pour faire une nouvelle fois face à ce monde. Les travailleurs – ou les piliers de bistro selon les préférences – continuaient de profiter de leur instant de bonheur. Ses coéquipiers de la vision sanglante avaient tous disparus. Il regrettait seulement de ne plus voir l'image de sa sœur.
Son propre univers mental l'eut tellement perturbé qu'il en transpirait sous sa toge. Ses yeux écarquillés basculèrent sur ses mains posés contre son crâne. Le sang parcourant ses tempes cessa lentement de le tirailler et sa gorge se dénoua. Il s'était, l'espace d'un instant, décroché de la réalité. Son cauchemar le rendait fou, même sans sommeiller.
Burnagore secoua la tête pour chasser les restes de sa souffrance et regarda le vieillard du coin de l’œil. Il n'osait pas dire un mot, de peur que sa voix paraisse tremblante et trahisse davantage son effroyable état de peine. Du coup, l'homme âgé continua la conversation pour deux tandis que les mains crispées du vengeur descendirent sans faire le moindre bruit.


"Enfin, tu devrais regarder un peu le ciel de temps en temps...tu aurais peut-être moins d'ennemis. Bah oublie tout ça fils, je ne suis qu'un vieil homme un peu fou...c'est triste de vieillir."

Machinalement, il s'exécuta. Mais encore une fois, à ses yeux, le bleu du ciel devint rouge. Rouge comme le sang versé. Impitoyable comme la vérité. L'enfer ne se trouvait pas seulement sur terre, il planait également au-dessus de sa tête. Du moins, il le pensait. Nul autre que lui voyait les choses ainsi. Ses mains se crispèrent sur sa toge, au niveau de ses cuisses. Il serrait les dents pour répudier  la colère qui brûlait au fond de son cœur. Nimbé comme il était dans un chaos inaltérable, il se retint de se lever d'un bond. Il prit un moment pour soulager sa conscience et mettre un terme à ses tourments. Peu à peu, le brasier de la fureur s'éteignit et ses yeux se braquèrent sur son interlocuteur. Il se décida enfin à briser le silence provisoirement installé durant sa récupération.

- « Nous ne voyons pas le ciel de la même manière. Aussi haut soit-il, il reste une prison. Aussi bleu soit-il, il reste rouge pour moi. J'ai tendance à penser que ce qui guide ma main n'est pas de mon ressort. Une sorte de.... force irrépressible guide ma lame dans une direction que je ne convoite pas toujours. », déclara le vengeur d'une voix gutturale avant de faire une courte pause et de s'exprimer à nouveau sur un ton bien plus approprié, moins grave. « Vous n'y êtes pas... vous avez vécu bien plus de choses que moi. Cela s'entend. Je devine que vous souhaitez donner le change. Vous vous adressez à votre entourage sans le brusquer. Vous essayez de comprendre le mal qui ronge le cœur d'autrui. Et vous y parvenez avec la patience. Le fou sait se jouer des spectateurs comme des acteurs. »

Sans pour autant sourire, Burnagore continuait d'analyser le vieillard. Ce dernier restait confiant, toujours aussi sage et posé. Tout portait à croire que cet homme avait surmonté des épreuves bien plus éprouvantes que celles du vengeur. Peut-être que sa propre famille, ou l'un de ses membres, avait péri lors de la guerre ? Dans tous les cas, le visage de son interlocuteur restait insondable. Quelque chose de bon sortait de cette courte analyse visuelle ; l'attention du mercenaire se portait entièrement sur le vieillard. Pas de vision cauchemardesque et sanglante. Une bref moment d'accalmie.

- « Soyez-donc franc. Quel est votre verdict à mon sujet ? Suis-je une de ses causes perdues vouées à commettre des massacres jusqu'à rendre l'âme l'arme à la main ? », s'enquit-il en serrant les poings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnan DaerothMarqué


Messages : 189

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV221/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (21/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV26/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (6/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeMar 8 Déc - 12:49

Ah mince, quelle jeunesse...si vive, si émotive. Avait-il vraiment été ainsi, à son époque ? Probablement. Mais au moins, ce petit homme là était différent des jeunes fous habituels. Ce n'était une simple brute sanguinaire, ni un abruti inconscient ou même un malade mental, ça pouvait arriver. Ou pire, un assassin méthodique. Non, quoiqu'il en dise et pense, lui se trouvait entre les deux, dans un étonnant mélange de lucidité et de folie.
Loin d'être stupide, le jeune Marqué avait une certaine conscience de ses actes, de ce qui l'attendait, il pouvait écouter et réfléchir, il pouvait douter. Si le doute est permis, le changement l'est aussi. Mais derrière, cette dernière réponse confirmait aussi sa réelle fragilité. Aucune force ne guide la main contre sa volonté, aucun pouvoir au monde ne peut manipuler une lame à l'encontre des intentions de son porteur. C'est l'Homme qui tue, pas l'arme. Penser le contraire c'est chercher une excuse, fuir la réalité, se protéger. S'il cherchait à se cacher, c'est qu'il ne le voulait pas au fond de lui, ce n'était pas dans sa nature.

Lucide et aveugle en même temps, pensa le vieil homme en continuant à l'écouter, patient et compatissant. Quelle misère que la guerre l'aie entrainé dans ses bras décharnés. L'espace d'un instant, le vieux Daeroth essaya d'imaginer ce qu'aurait pu devenir ce garçon, ou ce qu'il pourrait encore être. Il le voyait...soit faire sa petite vie normale, tranquillement avec sa famille, loin des tourments de l'ignorance, soit enseigner les armes. Lui pourrait peut-être le faire un jour, il était malin et si le destin le voulait bien, il deviendrait probablement très sage en vieillissant.
Pour finir sa tirade, le jeune homme lui demanda son avis. Ah, l'éternelle question ! "Qu'est-ce qui m'attend demain ?", l'énigme favorite des jeunes gens encore pressés de vivre. Cela agrandit légèrement le sourire du vieux Marqué.


"Pourquoi, toi tu penses l'être ? C'est pas très chouette comme rêve."

La force de l'Humanité, c'était la connaissance et la volonté. Et nul doute que ce gamin accumulera sans peine les deux, et sans doute dans de grandes proportions. Mais même si le destin d'un homme n'appartient qu'à lui seul, il faut parfois donner un petit coup de pouce.
Regrettant encore de ne pas avoir une canne pour s'appuyer dessus et jouer un peu plus son rôle de vieux croûton, Agnan tapota doucement l'épaule du jeune Marqué, faisant preuve sans gêne d'une grande familiarité.


"Nous ne sommes que ce que nous voulons être, fils. Aucun mauvais sort, esprit ou entité ne peut te forcer à être ce que tu n'es pas."

Un jeune fou en quête de vengeance et de gloire se trouvera toutes les excuses du monde pour justifier un meurtre tandis qu'un mercenaire compatissant, cherchant désespérément de quoi nourrir les siens pleurera ses malheureuses victimes, pourtant le résultat est le même. Seule la peur et la honte peuvent cacher ses véritables intentions...deux choses qu'il savait arranger. Ce gamin avait besoin d'un avenir, il avait perdu ses parents bien trop tôt.

"Vis ta vie mon petit, fais ce que tu as à faire, si c'est ce que tu penses devoir faire...et quand tu en auras fini, tu n'auras qu'à venir me retrouver, je te flanquerais une bonne fessée pour t'apprendre à être un sale gosse."

A vrai dire, il ignorait s'ils se reverraient un jour. Plus sa quête s'éterniserait, plus cette éventualité diminuait. La violence entraîne la violence, et de son côté si les Marqués vivent très longtemps, lui avait déjà vécu très longtemps. Mais avec un peu de chance, savoir que quelqu'un pouvait l'attendre, lui sourire, le traiter sans peur, ça pouvait peut-être le guider vers un avenir plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeVen 11 Déc - 0:21


"Pourquoi, toi tu penses l'être ? C'est pas très chouette comme rêve."

La voix du vieillard résonnait dans sa tête. Elle n'avait absolument rien de terrifiant. Elle évoquait l'impassible sagesse. Le calme que l'on rencontre uniquement sur les plaines isolées de la civilisation. Quelque chose capable de vous pousser à la réflexion sur votre propre compte. Burnagore en ressentait effectivement le besoin. Il se croyait maudit par l'époque elle-même. Il souffrait depuis beaucoup trop longtemps, malgré son jeune âge, mais transférait ce mal sur ses victimes en allumant le braséro de sa haine. Le feu produit par son ressentiment purgeait momentanément son esprit et lui faisait un bien fou. Mais ce genre de bien-être ne perdurait jamais. Il s'estompait lorsque les cadavres s’amoncelaient sur le sol le plus souvent terreux et humidifié par le sang.
Il regarda machinalement son ombre et vit - ou crut voir - son œil balafré luire de milles feux. Le même regard chargé de pulsions meurtrières ayant souvent tendance à se braquer sur de potentielles victimes. Souffrait-il d'hallucinations ? Il ne saurait le dire. Rêve et réalité se mélangeaient dans un flot de sang. Songes et cauchemars se substituaient tour à tour. Les deux fusionnaient, parfois. Le résultat donnait la nausée au mercenaire sanguinaire. Le pire provenant de la présence de sa sœur au milieu d'un torrent de flammes. Il n'en connaissait pas la signification profonde et se ruait vers elle pour espérer la récupérer avant que les brasier ne l'anéantisse. Rien à faire, elle s'éloignait sans cesse.
En y pensant, il fut incapable de formuler une réponse aux propos de l'ancêtre. Sa voix aurait grincé comme un instrument de mauvaise qualité. Il dut la fermer en contemplant sa triste silhouette obscure projetée sur le sol en pavé.
Son interlocuteur continua de l'abreuver de ses conseils.


"Nous ne sommes que ce que nous voulons être, fils. Aucun mauvais sort, esprit ou entité ne peut te forcer à être ce que tu n'es pas."

Burnagore refoula un gloussement, et le vilain rictus susceptible de s'associer à cette attitude sinistre.
Il aurait aimé penser de la même manière. Autrefois, en tant que chef des mercenaires, il aurait très certainement partagé l'avis du vieillard. Il se serait même esclaffé en prétendant que ce genre de malédiction méritait bien sa place dans les livres de sorcier ou même dans les contes destinées à faire peur aux enfants.
Néanmoins, "Haine" le tourmentait de plus en plus. A un point où il croyait devenir fou ! Cette maudite voix muait constamment pour le rendre dingue. Elle le piégeait et le poussait à bout. Désormais, il croyait en la folie. Mais ce tourment guérissait avec le temps pour mieux se manifester plus tard. L'intermittence de ce phénomène maléfique rongeait son esprit et attisait sa rage face aux malfrats. Il devait tout de même empêcher sa lame de faucher des innocents sur son chemin. Il devait contenir sa rage et la reporter sur les méritants. Il ne devait pas plier devant cette volonté malsaine sortie des profondeurs de son esprit torturé.


-"Je m'efforcerai d'y penser pendant les périodes de trouble. Espérons que vos paroles puissent remédier à tout cette folie.", dit-il sur un ton neutre, le regard pointé vers le sol.

Il ne discutait que très rarement avec son entourage. La trahison subie rendait les conversations très courtes, la plupart du temps. Pourtant, il savait qu'il devait faire un effort car seul, il n'arriverait à rien. Le vieillard ne s'était pas fait prié pour lui faire part de ce conseil avisé au cours de ce dialogue instructif.
Intérieurement, Burnagore se trouvait dans un état conflictuel, partagé entre la crainte de faire face aux affres de la trahison une nouvelle fois et la chaleur d'un entourage sur lequel il pourrait compter. Mais qui accepterait de le suivre dans sa vengeance ? Qui serait assez fou pour marcher sur ses empreintes et rejoindre l'enfer dans lequel il séjournait ?


"Vis ta vie mon petit, fais ce que tu as à faire, si c'est ce que tu penses devoir faire...et quand tu en auras fini, tu n'auras qu'à venir me retrouver, je te flanquerais une bonne fessée pour t'apprendre à être un sale gosse."

Il resta de marbre lorsque la main du vieil homme se posa sur son épaule renforcée par la pratique du sabre, mais esquissa un sourire en l'écoutant. Il se mit même à glousser l'espace d'un instant, avant de reprendre son air sombre coutumier.

- "Une proposition qui mérite du respect. Vous êtes bien le seul qui m'ait parlé ainsi depuis des lustres. Les autres ne m'inspiraient qu'un profond dégoût en raison de leur air ahuri et de leurs révérences exagérées. J'en venais presque à apprécier les fuyards. De toute évidence, vous êtes une exception. Incomparable avec cette flopée de demeurés dénués de courage.", déclara Burnagore en levant la tête vers le ciel.

L'horizon appelait encore et toujours le sang à couler, mais le vengeur ignora cet ordre. Le sang abreuvera la terre plus tard, dans l'obscurité infinie de la nuit. Il continuera de purger les sentiers dangereux de Begnion et ira de l'avant sans jamais flancher. Oui. Il le fallait. Principalement pour sa sœur. A moitié pour se débarrasser d'une partie de sa rage canalisée, sans quoi celle-ci le lui rendrait au centuple.


Dernière édition par Burnagore le Dim 27 Déc - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnan DaerothMarqué


Messages : 189

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV221/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (21/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV26/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (6/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeSam 19 Déc - 19:16

Le vieux Daeroth lisait dans le regard du jeune Marqué que quelque chose avait changé au fond de lui. Ou plutôt...que ce quelque chose était revenu à la surface au lieu d'être enfoui, étouffé par un aveuglement borné. Peut-être qu'avoir consacré un peu de la parole d'un vieillard avait pu éclairer un peu le chemin d'une âme perdue. Oh, les mots que le garçon prononçait encore et la lueur de ses yeux laissaient clairement entendre à qui savait l'accepter que le futur allait être sombre, obscurci par le sang. Toute sa sagesse ne pouvait l'éviter, la mort allait revenir maintes et maintes fois autour du métis.
Cela le fit soupirer, mais pas mourir son sourire. Il en était ainsi, hélas. Personne ne l'acceptait, ou daignait y croire, mais rien ne pouvait advenir sans souffrance. Sans une réelle souffrance, et sans oser faire face à ses propres actes. Aujourd'hui, et demain, le jeune homme allait sans doute tuer. Et encore tuer, massacrer des pires façons que sa pensée toute fraîche et malléable pouvait trouver, jusqu'à accomplir sa sinistre vengeance...et c'est alors que commencera le véritable enfer. Quand les visages de ses victimes reviendront le hanter, toujours plus nombreux, à lui demander pourquoi il a fait ça, si cela en valait vraiment la peine, si toutes les haines et les souffrances qu'il avait causé étaient réellement un prix acceptable pour sa "victoire". C'est à partir de ce moment qu'il connaîtra la douleur, et qu'il risquera réellement de basculer dans la folie.

Agnan lui sourit à nouveau en entendant sa réponse. Lui tapotant à nouveau l'épaule. Ce petiot pouvait le faire, la fougue ignorance de sa jeunesse laisserait peut-être un jour place à une sagesse endeuillée. Sans doute aurait-il fait un bon élève d'ailleurs, tant pis. Il n'y avait qu'à espérer que son p'tit Redeye ne traverse pas de moment aussi difficiles, il était trop sensible pour s'en sortir tout seul...


"Je t'attendrais aussi longtemps que le pourra ma vieille carcasse, d'ici là rappelles toi simplement qu'on peut toujours épargner une vie, jamais racheter une mort..."

On ne peut pas s'excuser d'avoir abréger l'existence de quelqu'un auprès de ses proches. L'éternelle absence pèsera toujours pour quelqu'un, quelque part. Tout comme on ne peut jamais laver son âme de la souillure du sang d'autrui. Frapper quelqu'un, le torturer, même le briser peut-être racheté, ne serait-ce qu'un peu, mais le meurtre ne laissait entendre aucun pardon, la mort elle-même n'étant pas non plus une solution, sinon une ultime preuve de faiblesse, de lâcheté. La fuite n'est pas un repentir...

"Allez, assez parlé pour aujourd'hui fils. Aides-donc un vieil homme à se remettre sur pieds..."

Mimant une faiblesse induite par l'âge, comme si ses os et sa chair peinait à faire le minuscule effort de quitter le banc à l'ombre, le vieux sage se releva. Le jeune Marqué avait déjà suffisamment à réfléchir et à peser, plus d'informations, de doutes, ne lui feraient que du mal et le précipiterait vers la mauvaise direction. Il fallait laisser couler un peu de temps avant d'en dire plus, le laisser expérimenter l'introspection, la méditation, la morale... Le vieillard ne poussa pas le vice jusqu'à faire sembler de s'être craqué le dos, faire semblant d'être faible d'accord, mais d'être ridicule tout de même pas.

"Je suis convaincu que nous nous reverrons...par besoin ou par hasard, peu importe de la façon. Saches simplement que j'aime à profiter de la simplicité de la vie, et que je vadrouilles par-ci, par-là, dans un monde qui n'a pas que des ombres."

Avec un peu de chance, si le garçon souhaitait le retrouver, il serait amené à se demander qu'est-ce qui pouvait être considéré comme "un plaisir simple". Cela pouvait être une bonne expérience, tout comme une corde de secours. Le vieil homme resterait insaisissable pour un fou aveugle, facilement traçable par un jeune plein d'espoir. Ah, que cela était parfois difficile d'être un grand-père...heureusement que tous les gamins ne sont pas comme ça de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burnagore
BurnagoreMarqué


Messages : 107
Age : 27
Localisation : Un vagabond ne mentionne pas ce genre de détail.
Autre Indication : Attention ! Je suis armé.
Groupe : Ex-Membre de l'Ordre de la Lame

Feuille de personnage
Niveau:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV220/60La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (20/60)
Points d\'Expérience:
La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 270290GaucheV20/100La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] 233711VideV2  (0/100)

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitimeDim 27 Déc - 11:11

Durant toute cette conversation, Burnagore n'avait pas quitté sa position. A vrai dire, il ne ressentait pas le besoin de se déplacer. Ça et le fait de combattre des mécréants éprouvait ses jambes. Les longues heures passées à sillonner les chantiers de la forêt, à se glisser dans les foules pour ne pas se faire remarquer, à questionner méticuleusement et promptement les commanditaires les plus avisés... s'asseoir à l'ombre eut le mérite de lui accorder un minimum de repos, et ce malgré sa jeunesse... sanglante ?

- Je t'attendrais aussi longtemps que le pourra ma vieille carcasse, d'ici là rappelle-toi simplement qu'on peut toujours épargner une vie, jamais racheter une mort...

Cette mise en garde contredisait sa philosophie du combat mais s'avérait très sensée.
Cela dit, en pleine bataille, il est toujours compliqué de retenir sa lame lorsque l'ennemi ne compte pas faire preuve d'autant de retenu. Quand un barbare cherche à vous détrousser, il ne se fera pas prier pour vous faire taire une bonne fois pour toute. Et dans ces moments-là, Eskhàrion flamboie dans un but presque saint : la purge de la bêtise humaine. Généralement, les corbeaux ne prennent pas la peine de dévorer des carcasses grillées. Au moins, après ça, les morts pouvaient prendre l'air en toute sérénité...
Burnagore se contenta d'esquisser un sourire en coin. Du côté opposé à celui du vieillard, de façon instinctive.


- Allez, assez parlé pour aujourd'hui fils. Aide donc un vieil homme à se remettre sur pieds...

Le mercenaire haussa les épaules en jetant un regard incrédule à son interlocuteur. Il se joignit cependant au jeu et se leva pour soutenir le vieil homme dans son soit-disant effort alourdi par les années écoulées.
Contrairement à sa sale besogne quotidienne, aider un ancien à se remettre sur ses jambes ne le salirait pas davantage. Effectivement, c'était toujours mieux que de trancher quelques gorges. Bien que le vengeur ne se souvienne pas d'avoir ressenti des remords pour la triste existence abrégée de ses victimes. Seule la vision du passé de sa sœur en larmes lui pesait comme une armure géante. Et sa vengeance, accessoirement. Mais pas dans l'instant. Pas à côté de ce sage.


- Je suis convaincu que nous nous reverrons...par besoin ou par hasard, peu importe de la façon. Sache simplement que j'aime à profiter de la simplicité de la vie, et que je vadrouille par-ci, par-là, dans un monde qui n'a pas que des ombres.

Burnagore pensait - à peu de chose près - la même chose. Il leva son bras droit, libéra sa main bandée de sa longue manche sinistre et la tendit vers le vieillard pour le saluer, tout simplement. L'aura de peur et de mort auréolant le mercenaire sanguinaire n'envahissait plus les lieux depuis un bon moment déjà. Et rien que pour ça, le vieillard méritait toute sa reconnaissance. En plus de ses conseils avisés, effectivement.

- "Le destin ne laisse jamais rien au hasard. Nous nous reverrons. Pour sûr. Aux côtés de ma sœur, si je parviens à mes fins. Elle sera ravie de converser avec quelqu'un d'aussi sage, j'en suis persuadé", dit-il calmement et intelligiblement.

En espérant que les ténèbres ne rendent pas le brasier de sa lame encore plus noir que son environnement macabre. En espérant que la vengeance ne réduise pas son cœur en cendres entre-temps. En espérant que... sa sœur soit encore en vie.
Impossible de prévoir l'avenir, dans de telles circonstances. Surtout pas avec une arme à la main...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞



La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] Empty
MessageSujet: Re: La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]   La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La Parole d'un Sage [PV=Agnan Daeroth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Conseils d'un Sage
» Seul et sage pensée!
» Pleine lune, sombre présage. [Moyen, privé]
» ๑ Alfie of Surrey ~ "Sage comme une image ? Mon oeil !" ๑
» Agnès Malesherbes - Apothicaire et sage-femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem - Dawn of Destiny :: Tellius :: 

Begnion

 :: Les villages de Begnion
-